Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'sebastiano esposito'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Sebastiano Esposito Informations Générales Nom : Esposito Prénom : Sebastiano Poste : Attaquant Date de naissance : 02/07/2002 Lieu de naissance : Castellammare di Stabia Pays : Italie Taille : 186 cm Poids : inconnu Numéro de maillot : 70 Au club depuis : 2014 Position sur le terrain Biographie : Sebastiano Esposito, né le 2 juillet 2002 à Castellammare di Stabia en Italie, c'est un footballeur italien, qui évolue au poste d'avant-centre à l'Inter Milan. Formé par le Brescia Calcio, Sebastiano Esposito rejoint l'Inter Milan en 2014, où il poursuit sa formation. Le 14 mars 2019, il joue son premier match en professionnel à seulement 16 ans, en entrant en jeu à la place de Borja Valero lors du huitième de finale retour de Ligue Europa face à l'Eintracht Francfort. Les milanais perdent cette rencontre sur le score de un but à zéro. En jouant ce match Sebastiano Esposito devient le premier joueur né en 2002 à jouer la Ligue Europa et le plus jeune joueur de l'Inter à participer à une coupe d'Europe. Equipe nationale Avec les moins de 17 ans, il participe au championnat d'Europe des moins de 17 ans en 2019. Il est titulaire lors de cette compétition où il inscrit quatre buts, faisant de lui le deuxième meilleur buteur de la compétition. Il marque trois buts lors du 1er tour, contre l'Allemagne, l'Autriche et l'Espagne. Il délivre ensuite une passe décisive en quart de finale face au Portugal. Il marque enfin un but en demi-finale contre l'équipe de France. Son équipe s'incline en finale face aux Pays-Bas au terme d'un match prolifique en buts (4-2). Palmarès Finaliste du championnat d'Europe des moins de 17 ans en 2019 avec l'équipe d'Italie des moins de 17 ans. Parcours: En Club: 2011-2014: Brescia Calcio 2014 - à ce jour: Internazionale Milano En équipe nationale 2017-2018: Italie U-16 2018: Italie U-17 Distinctions personnelles Il remporte le trophée de meilleur joueur du championnat d'Europe des moins de 17 ans en 2019 ®Wikipédia
  2. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, Après une saison passée en prêt à Venise, Sebastiano Esposito est prêt à déposer ses valises en Suisse, à Bâle. La formule qui a été retenue est celle d’un prêt avec un droit d’achat et un droit de rachat de la part du club. Andrew Gravillon devrait partir à Reims en échange d’une somme légèrement inférieur à 4 millions d’euros. Sebastiano parviendra-t’il à y faire son trou…. ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En voiture Simone ! Comme l’a annoncé directement l’Inter sur son site officiel, la nouvelle saison Nerazzurra débutera officiellement par la conférence de presse conjointe de Simone Inzaghi et de Giuseppe Marotta, qui se tiendra ce mercredi 7 juillet 2021. Dès le lendemain, la préparation estivale rentrera dans le vif du sujet avec, en finalité, les objectifs à atteindre pour la saison à venir, avec un groupe bien loin de représenter sa version définitive! Comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, le noyau sera considérablement réduit "Jeudi, le groupe sera inévitablement réduit: Manqueront à l’appel tous les joueurs engagés à l’Euro et à la Copa America. Actuellement, il reste en course seulement Barella, Bastoni et Lautaro. Mais pour certains, trois semaines de vacances viennent à peine de débuter. En plus de Lukaku, les derniers éliminés sont Alexis Sanchez, Arturo Vidal et Matias Vecino. Il est donc très peu probable de les voir participer à la tournée américaine." "La situation est différente pour Hakan Calhanoglu qui devrait s’envoler pour la Floride. Les absences actuelles seront colmatées par le retour de nombreux joueurs prêtés et non+ rachetés: En date du 1er juillet 2021, le noyau Nerazzurro fait état de nouveaux noms tels que Gravillon, Pirola, Dimarco, Dalbert, Vagiannidis, Lazaro, Males, Salcedo, Esposito, Colidio, Vergani et Gavioli." Le Saviez-Vous ? Simone Inzaghi a déjà imposé sa patte sur ce mercato. Si Chelsea était disposé à satisfaire l’Inter, en proposant notamment Emerso Palmieri, dans le cadre du recrutement d'Achraf Hakimi, l’entraîneur italien a exclu cette possibilité en considérant Emerson comme un joueur non-fonctionnel à son idée du Calcio. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, Tullio Tinti était présent hier au siège de l’Inter. Si l’agent de Simone Inzaghi a défini le renouvellement du contrat d’Andrea Ranocchia pour une année supplémentaire, le Club Nerazzurro a saisi l’occasion pour s’informer sur la jeune petite de Sassuolo: Giancomo Raspadori Selon Il Libero, L’Inter reste attentive et Sassuolo est disposé à écouter toute proposition intéressante. Le club aurait profité de l’occasion pour demander à l’Inter, Lorenzo Pirola et Sebastiano Esposito. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Sebastiano Esposito s'est entretenu pour La Giovane Italia. Accompagné de son coéquipier le gardien Alberto Pomini, 40 ans, l'espoir italien lui rend d'abord hommage : "Je l'admire et je pense que c'est une des personnes les plus importantes dans le groupe. Si nous réussissons quelque chose d'important, nous le devons aussi à ses arrêts. Je suis encore un peu inconscient et j'agis et ensuite j'y pense. Alors sur un terrain cela peut être un avantage, mais en dehors ça peut être un défaut. Quand les anciens nous grondent nous le prenons souvent personnellement, mais quand c'est dit plus gentiment nous apprenons plus vite." Ses références : "Danilo D'Ambrosio que je connaissais déjà parce que mon père l'entrainait à la Juve Stabia. Il m'a pris comme si j'étais son petit frère et je dois l'en remercier." Pouvez-vous revenir sur l'épisode du pénalty avec Lukaku ? "Je lui ai demandé si je pouvais le tirer, et instinctivement je vais vers le ballon quand il y a pénalty puisque je les tire en Primavera, mais là il y avait cette grosse bête devant moi... Il y a pensé, il a entendu le stade crier mon nom puis il m'a lancé le ballon dans mes mains pour que je le tire. Cependant aujourd'hui j'aurais dix fois plus peur. A partir de là, la pression a commencé et la performance a chuté. La route a commencé à grimper. Comprenez que tout n'est pas bon, j'ai su profiter des opportunités mais dans d'autres occasions j'aurais pu faire plus. Mais maintenant il faut continuer." Sur l'expérience à l'Inter : "Y jouer dans son secteur jeunesse c'est quelque chose que peu de gens font et dont beaucoup rêvent. A l'Inter c'est tout autre chose. Je jouais des tournois internationaux à l'âge de dix ans. Cela m'a beaucoup donné." Sur les jugements envers les jeunes talents : "Un jour vous êtes un phénomène, un autre vous ne savez même pas comment dribbler. Vous avez besoin d'une force mentale qui sort de l'ordinaire, une personne normale ne pourrait avancer psychologiquement." Une promesse ici à La Giovane Italia ? "Si je fais carrière je réparerai le terrain près de chez moi que j'ai détruit avec mes frères." ®gladis32 - internazionale.fr
  6. Lucien Agoumé et Sebastiano Esposito ont tout deux été prêtés cet été avec un objectif, emmagasiner un maximum de temps de jeu. Raté. Le club espérait beaucoup de ces deux prêts mais rien ne va dans le bon sens. Aucun des deux n'est un protagoniste essentiel au sein des effectifs respectifs. L'absence de minutes est inestimable pour eux, mais aussi pour l'Inter qui tablait les retrouver cet été avec le plein d'expérience. Lucien Agoumé, actuellement prêté à Spezia, cumule 290' de jeu en quatre matchs avec trois petites titularisations (inclus une prolongation en Coppa, ndlr). Certainement pas ce que l'Inter espérait pour le français. Petit fait inutile, Spezia n'a jamais perdu lorsque Agoumé est sur le terrain. Lecce et Cremonese ont sondé le club mais le joueur souhaite rester dans l'élite. Dernièrement, Parme a approché le club pour voir ce qu'il en était. Affaire à suivre. Sebastiano Esposito avait plutôt bien commencé avec la SPAL mais depuis mi-novembre, il n'a joué que 65 minutes en huit rencontres. 110 si l'on rajoute la Coppa. Pour un joueur qui doit gagner en expérience... L'entraineur de la SPAL (4è de Serie B), Pasquale Marino : "Je ne préfère ne pas parler des individualités. Comme Esposito il y en a beaucoup qui ne jouent pas. C'est normal qu'il y ait des joueurs plus utilisés et d'autres moins. Je pense à Murgia par exemple. Pour moi ce sont tous les mêmes et je ne regarde pas les minutes jouées. Je m'intéresse au club. Je dois regarder qui fait le mieux et le moins d'erreurs possible. Il est inutile de donner les notes maintenant, ce sera fait en fin d'année. Pour le moment le plus important est de se racheter de la dernière défaite." Il n'est pas exclu que Sebastiano Esposito puisse quitter le SPAL dès janvier. Une hypothèse que l'Inter semble voir de manière positive. Les admirateurs du jeune attaquant ne manquent pas ; Pescara, Cremonese ou encore Brescia suivent toujours le développement du joueur. ®gladis32 - internazionale.fr
  7. Sebastiano Esposito a peu joué avec la SPAL (13 apparitions & 676min pour un but). L'Inter a revu sa position et l'a fait revenir à Milan cette semaine. Il a même participé à un entrainement avec l'équipe première d'ailleurs. Le club a souhaité l'envoyer ailleurs, toujours en Serie B, pour qu'il gagne en expérience. C'est chose faite puisque l'attaquant débarque au Venezia FC, toujours sous la forme d'un prêt jusqu'au 30 juin 2021. Il y rejoint un ancien pensionnaire de l'Inter, Francesco Forte, qui sera son concurrent direct au poste. Pour rappel, Esposito possède un contrat avec le club jusqu'en juin 2025. ®gladis32 - internazionale.fr
  8. La presse italienne s’est livrée à l’analyse du Mercato Estival de l’Inter. Nous avons décidé de nous pencher sur celle réalisée par la Gazzetta Dello Sport et de la synthétiser: "Les Nerazzurri ne sont pas parvenus à clore les dernières négociations : Moses était devenu un nom bouillant, après qu’aucun accord avec Chelsea n’ait été trouvé pour Marcos Alonso et Emerson Palmieri. Radja Nainggolan reste également à l’Inter : Si le Club n’était pas opposé à son départ, Cagliari n’a pas su produire l’offre permettant d'acter ce transfert. L’ancien Diable Rouge reste donc aux services d’Antonio Conte." "Le Mercato a offert Achraf Hakimi, véritable sensation du Mercato, à hauteur de 40 millions d’euros, ce transfert surprise en juin en a surpris plus d’un." Villa Bellini Suite à la réunion au sommet entre la Direction de l’Inter et Antonio Conte, il a été décidé de vendre avant d’acheter, ce qui a impliqué des opérations à moindre coûts : Si les opérations menant à Tonali, Kumbulla et Kanté ont logiquement sauté vu les prétentions des clubs propriétaires, l’Inter a su se renforcer via les arrivées de Kolarov, Vidal et plus récemment Darmian qui sont tous arrivés à Appiano Gentile. Le transfert de N’Golo Kanté n’a jamais réellement décollé étant donné qu’il aurait fallu une vente d’au moins un joueur cadre parmi Brozovic, Eriksen ou Skriniar. Aucune réelle offre intéressante et à titre définitif n’a été déposée sur la table. Joao Mario signera ce mardi en prêt au Sporting Club du Portugal, l’Inter intervenant à hauteur d’un tiers de son salaire. Sur la ligne offensive, on retrouve Alexis Sanchez acquis à titre définitif et Andrea Pinamonti qui occupera la place de 4ème attaquant en lieu et place de Sebastiano Esposito parti à la Spal pour engranger de l’expérience. Une ultime transaction aurait pu mener à l’arrivé de Gervinho en échange de Pinamonti, mais celle-ci n’aura finalement pas eu lieu L’analyse de Fabrizio Biasin . "Comparé à la saison dernière, sont arrivés : Hakimi, Kolarov, Vidal, Radu, Darmian, Pinamonti, Perisic, Nainggolan." La cotation ? "Pour moi, un bon 7 sur 10." Et vous, comment jugez-vous ce mercato ? Notez-le et exprimez-vous! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Entré dans le vestiaire sur la pointe des pieds, Romelu Lukaku est devenu en l’espace d’une saison l’un des leaders indiscutable de l’Inter. Un an après son arrivée, Big Rom est entré dans le cœur des tifosi. Le numéro neuf des Diable Rouge s’est livré à Walter Veltroni pour le compte de la Gazzetta Dello Sport: Racontez-moi l’histoire du premier ballon de votre vie… "J’avais un an et demi, nous vivions à Liège en Belgique. Depuis ce jour-là, je ne me suis plus jamais séparé du ballon. C’est ainsi qu’est né mon amour pour le football. Papa m’emmenait, à chaque fois qu’il le pouvait, à l’entrainement. Il est parti du Zaïre pour jouer au football en Belgique, il est arrivé en 1990 et il a joué 10 ans dans cette division 1." Votre famille a souffert…. "Mon père n’a pas eu de chance avec l’argent. Lorsqu’il a arrêté sa carrière, il n’avait pas acheté de maison, rien épargné. Quand il a fini de jouer, il a très rapidement compris que nous serions en difficultés économique. J’ai décidé directement de devenir footballeur car je voulais améliorer la situation de ma famille." Est-ce la période la plus sombre ? "Oui, je ne saurais pas l’oublier. Un jour avant d’aller à l’école, j’ai vu ma mère faire un geste que je n’oublierai jamais: Elle avait pris le lait de la veille, y avait ajouté de l’eau pour le réchauffer ensuite afin de nous le donner à nous ses enfants. C’était la collation destinée à moi et à mon frère. Nous étions petit et nous allions en école primaire. J’ai souffert, voir les sacrifices de mes parents m’a donné tant de volonté. Rien n’est jamais acquis facilement. Je n’ai reçu aucun cadeau, j’ai dû aller conquérir chaque chose." Qu’avez-vous offert à vos parents, lorsque cela s’est avéré possible ? "Une maison, j’avais seize ans. J’ai donné tout ce que je percevais à mes parents car ils étaient dans le besoin, c'était lors des premières années de ma carrière. Moi, j’avais juste besoin de jouer au football, c’était ce qui m’émerveillait, je ne pensais à rien d’autre. Avoir une Playstation 3 ou une Xbox était suffisant pour jouer avec mon frère. La première chose que j’ai fait à la signature de mon contrat, c'était d’acheter une maison à mes proches. Ils m’avaient toujours soutenu, m’avait fait aller à l’école, c’était difficile et compliqué pour moi, mais il était juste de leur venir en aide." Qu’est-ce qui vous manque d’africain ? "J’étais très triste que mes grands-parents soient restés au Zaïre, ils n’ont pas vu vivre avec moi certains moment de ma vie, cela m’a fait souffrir. J’avais un excellent rapport avec mon grand-père maternel. C’est lui qui m’a poussé à devenir footballeur, il m’a dit un jour et de façon solennelle que toute la responsabilité de ma famille était sur mes épaules. Une semaine après cela, il est mort d’un cancer à la prostate. Il me manque tellement." Combien de langue connaissez-vous ? "Actuellement 7. La seule que j’ai réellement appris à l’école c’est l’espagnol. Lors de mes deux dernières années scolaires, j’avais 3 heures d’espagnol par semaine. Je pensais alors pouvoir jouer en Liga et je m’étais attaché les services d’un professeur d’espagnol qui venait à la maison trois heures par semaine. C’est avec lui que j’ai appris la langue et cela m’a ouvert toutes les portes. Cela m’était assez facile d’apprendre aussi votre langue." Je me rappelle d’une de vos interviews où vous parliez déjà bien italien avant de venir jouer en Italie…. "Oui, car jouer en Italie était l’un de mes rêves. Mon frère était à la Lazio et je visionnais ses parties commentées en Italien. Quand je suis arrivé à l’Inter, je comprenais tout, même si je ne parlais pas bien. J’ai donc demandé à l’entraîneur si durant deux semaines, il pouvait exclusivement parler avec moi qu’en italien. Lorsque je me suis senti prêt, je me suis lancé et je n’ai plus jamais arrêté." Ce que vous aimez le plus dans le football ? "M’entraîner et jouer les matchs, le tout. C’est ce que je voulais faire depuis tout petit. Mon rêve est à présent devenu réalité, c’est mon travail : Ma famille dépend de moi et ce n’est plus l’inverse. Faire de son rêve son travail et s’y divertir est ce qui me donne envie de faire le maximum." Comment vous sentez-vous en Italie ? "Très bien, c’est le meilleur pays où je suis allé, j’aime vivre en Italie, j’aime l’amour des gens, le respect. Je suis une personne qui respecte les autres et lorsque je croise des personnes, j‘aime échanger et rester à parler avec elles. Les italiens m’ont très bien accueilli et je leur en suis intégralement reconnaissant." "Le Calcio est un football qui me convient, il me permet de m’améliorer en tout. J’ai envie de m’améliorer et de faire encore plus pour l’équipe, pour l’entraîneur, pour le Club, mais par-dessus-tout pour les tifosi." Le Scudetto est-il possible ? "Pour moi, la chose la plus importante est la vérité du terrain, nous devons jouer et faire bien durant 90’. Hors du terrain, je ne suis pas quelqu’un qui parle tellement, je préfère m’exprimer lorsque je joue. Mais je veux tout donner pour faire de bien cette saison, pour faire de belles choses à l’Inter." Quel type d’entraîneur est Conte ? "Pour moi, c’est un mentor, un père, une personne qui me comprends vraiment bien. Et moi aussi je le comprends et je lui suis reconnaissant pour l’estime qu’il a toujours eu à mon égard. La première fois qu’il m’avait contacté, c’était il y a six ans et il voulait déjà me recruter. Pour moi, jouer pour lui est vraiment la concrétisation d’un rêve. J’ai vu ses équipes et j’ai compris, qu’individuellement comme collectivement, que j’allais apprendre énormément et m’améliorer tellement. Je sais que je me suis beaucoup amélioré la saison dernière et le mérite en revient à l’entraîneur et à son staff. Mais je dois penser que ce n’est que le début. Je dois encore m’améliorer et Conte est l’entraîneur idéal pour que j’y parvienne." Quel est l’impact de l’arrivée d’un joueur comme Vidal ? "Pour nous, l’arrivée de Vidal est très importante : c’est un joueur d’une grande qualité. L’année dernière nous avons fait de belles choses, mais nous souhaitons nous améliorer en qualité et en expérience. Ce sont deux qualités qu’à Vidal. D’un autre côté, tu ne gagnes pas énormément dans plusieurs équipes différentes si tu n'es pas un joueur de qualité." Que faut-il avoir dans le football pour devenir un leader ? "Avoir une mentalité positive, chercher à toujours vouloir s’améliorer comparé à la veille et venir en aide à ses équipiers à chaque instant. Il faut être prêt à souffrir et à assumer ses responsabilités, à partager les victoire et les défaites, et cela vaut non seulement avec mes équipiers, mais aussi avec tout le groupe." "Une équipe gagne aussi via ses magasiniers, via le Staff Médicale. Nous sommes tous uni : On gagne ensemble et on perd ensemble. Pour moi, jouer à l’Inter est un rêve qui se réalise. Je n’aurais jamais pu imaginer ce qu’il m’arrive. Je ne prends pas cette opportunité à la légère, je suis ici pour faire du bien, je veux laisser ma trace." "Chaque jours, lorsque je me réveille, j’ai envie de tout faire pour m’améliorer. Je peux jouer bien ou mal, mais à chaque fois que je monte sur le terrain, je veux tout donner, je suis pareil à l’entrainement. L’entraîneur et mes équipiers m’attendent au tournant car je râle aussi lorsque je perds nos mini-matchs ensemble. C’est ma manière de jouer au football, de penser le football. Lorsque je ne ressentirai plus cela, j’arrêterai." Quel a été l’impact de la Finale perdue de l’Europa League ? "C’était un moment très difficile pour moi, je n’ai plus parlé à personne durant les 4 jours qui ont suivi. Ensuite, un jour je me suis levé et je me suis fait une raison. La saison dernière, nous n’avons pas remporté le championnat pour un point, nous avons perdu en demi-finale de la Coupe d’Italie car nous n’avons pas su marquer et ensuite la finale 3-2…Ce sont des choses qui arrivent. Tu t’améliores seulement dans la souffrance. La victoire est difficile, il faut du caractère et analyser tes propres limites. Mais la combativité et l’envie de se racheter sont présentes. Oui on peut perdre, mais seulement pour apprendre à gagner." Comment faire plus face au racisme ? "Il existe encore, dans tous les championnat, dans toute l’Europe. C’est absurde, le football est multiculturel, multiethnique. Dans chaque équipe, tu as un joueur d’une autre nationalité, d’une autre couleur, d’une autre religion, nous devons respecter tout cela. C’est le sport, c’est la vie. J’ai connu ce genre de problème une fois en Italie, j’ai réagi et ensuite plus rien ne s’est produit. J’aime votre pays, votre Calcio." "Les tifosi de chaque équipe me respectent comme joueur et comme homme. Je ne veux pas que l’on confonde les 3 ou les 300 qui sifflent avec les milliers de citoyens civilisé. J’ai confiance qu’un jour l’absurdité du racisme face parti du passé." Un problème que vous aimeriez résoudre dans le monde... "Si j’avais les clés du monde, je travaillerai pour éradiquer toutes les maladies et éliminer la pauvreté. Qu’il y ait des droits égaux pour tous." Comment est le football sans public ? "Il est moche, on entend tout, même des choses que je dis et qu’il serait mieux de ne pas entendre. J’espère que les tifosi pourront revenir dans les stades et y rester en sécurité. Nous faisons les choses bien en Italie, j’espère que les spectateurs pourront revenir au plus vite dans les tribunes, car le Calcio sans Tifosi n’est pas le vrai Calcio." Quelle est la différence entre le football anglais et l’italien ? "Le football italien est bien plus tactique, tu dois jouer à un certain haut niveau en faisant preuve d’intelligence dans les déplacements, dans la gestion du ballon, techniquement tu dois être costaud car tu n’as pas d’espace, même pas pour te retourner. Les joueurs vraiment dangereux, comme Ibrahimovic, Dybala ou Lautaro, lorsqu’ils reçoivent le ballons, sont toujours marqués par trois joueurs. Tu as besoin de travailler énormément." "Pour moi la partie ne se prépare pas le matin même du match. Moi, si je joue le samedi, je commence déjà à y penser le mercredi. J’étudie le jeu des défenseurs, comment ils se positionnent ou ils réagissent lors de certaines situations. Après l’entrainement je reste quinze, vingt minutes avec le staff de l’entraîneur : Nous faisons quelques simulations sur base des mouvements de la défense adverse. De cette façon, je suis préparé à faire face à toute situation sur le terrain." Quel est le meilleur défenseur qui vous a fait face ? "Ils sont tous fort en Italie. Koulibaly est très fort, je me diverti quand je l’affronte, j’aime le contraste, la force de l’adversaire. C’était le cas aussi avec Klavan qui joue à Cagliari, ou Kumbulla qui était à Vérone, voire Bonucci ou Romagnoli. Tous ces joueurs, lorsque je joue avec eux y vont avec une motivation particulière." "Cela vaut aussi pour moi, car j’ai envie de gagner et plus le défenseur est fort, plus cela me motive. Cela ne m’émerveille pas, mais un bon défenseur rend meilleur son attaquant, car il l’oblige à tout donner et à chercher de nouvelles solutions." Le milieu de terrain dans l’histoire de votre carrière qui vous a fait les plus beaux lancés..... "De Bruyne, sans le moindre doute. Je le connais depuis 14 ans et j’ai joué face à lui, je connais ses qualités, il est à un niveau inimaginable." La Belgique n’a pas réussi à remporter ce qu’elle mériterait….. "Nous nous sommes plantés à l’Euro 2016 en France. Au mondial en revanche, la France a joué la partie tactique qu’elle devait faire. Nous avons hélas péché par inexpérience : Nous avions eu tellement la possession en demi-finale, mais pas énormément d’occasions. Eux, en ont eu une seule et ils ont marqué pour s’envoler en Finale et l’emporter." "J’ai appris, comme toujours, d’une défaite. A présent, je sais qu’il est important de marquer des buts, un ou plusieurs, même en jouant mal. Face au Danemark, nous avons marqué après quinze minutes et également en fin de match, nous l’avons emporté comme cela. A présent, j’ai compris que les rencontres se remportent avec de la détermination, et il ne faut pas avoir tellement la possession du ballon pour l’emporter. Dans le fond c’est simple : tu dois marquer le plus possible et prendre le moins de but possible. Le reste n’est valable que pour les statistiques." Le jour le plus beau et le plus laid de votre vie ? "Le plus beau est la naissance de mon fils. Le football est important, mais la Vie l’est encore plus. Le plus laid est le jour du décès de mon grand-père maternelle, j’ai toujours été proche de lui. J’ai connu tant de difficultés à la maison, nous ne vivions qu’avec 500€ par mois. Ma mère est diabétique et il était pour moi le plus important, comme un guide. Le jour de sa mort est le pire jour, il me manque…" Si vous deviez choisir un maillot pour un match sur une île déserte ? "Celui de mon premier but était à seize ans. A ce moment-là, j’ai réalisé que la vie de ma famille allait changer et j’ai compris que j’étais capable d’y parvenir. Quand tu es jeune, tu veux entrer en cours de match et tout est possible, même en 5 minutes. Mais inscrire un but à seize ans peut tout changer. C’est ainsi que cela s’est passé pour moi." Quel est votre plus beau but ? "Lorsque je jouais à Everton, j’avais marqué face à Chelsea en quart de Finale de la Fa Cup 2016. C’était un but tout en puissance, mais aussi technique, soit mes deux caractéristiques. Il y avait tout dans ce but. L’année suivante, j’en ai inscrit un très beau face au City de Guardiola, j’étais parti sur la gauche pour tirer en diagonale. Mais le but face à Chelsea est celui auquel je suis le plus lié." Y-a-t ’il un joueur italien qui vous séduit ? "Barella sera un joueur très important pour la Nazionale et pour l’Inter. Il a énormément grandi lors de ces derniers mois et il est impressionnant avec le ballon mais aussi au niveau physique et mental. Esposito aussi peut devenir un joueur important, mais il doit jouer plus. Avec la mentalité qu’il a et avec plus de minutes, il aura beaucoup à offrir. J’estime aussi Kean et Chiesa." Si vous deviez offrir un ballon à un enfant et lui dire : C’est ça le football, que lui diriez-vous ? Qu’est-ce que le football ? "C’est de l’humilité, l’envie de travailler, du mental et avoir faim. Avoir faim pour la victoire, travailler tant pour satisfaire la faim, pour manger le terrain, à tout moment du match." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. C’est une information de Gianluca Di Marzio : L’attaquant espoir de l’Inter né en 2002, Sebastiano Esposito a décidé de rejoindre, en prêt, la Spal et non Pescara afin d’y engranger de l’expérience Transféré en prêt sec, donc sans option d’achat, il rejoindra ce mardi la Cité de Ferrara, où il retrouvera également son frère Salvatore sous la vareuse Biancazzurra. Ce transfert a sû être réalisé suite à une réunion au sommet qui s’est tenu ce lundi au siège de l’Inter à la Viale della Liberazione, en compagnie du Directeur Sportif de la Spal Giorgio Zamuner. Validez-vous ce transfert ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Telle est l’analyse de la Gazzetta Dello Sport, l’Inter de la saison 2020/2021 devra apporter certaines garanties, et pour ce faire, les déceptions de cette saison, seront priées d’aller voir ailleurs: Antonio Conte, voulant avoir, à juste titre, des joueurs proches de ses idées et des joueurs adaptés à ses schémas de jeu Analyse de la Gazzetta Dello Sport "On comme par deux "Bigs", des points fermes de la formation actuelle, deux joueurs que l’Inter est disposée à vendre : Milan Skriniar est le premier : Le slovaque ne s’est jamais adapté dans le fond à la défense à trois. Conte lui a toujours fait confiance, mais c’est lui le sacrifiable parmi les sacrifiables, lui qui pourra apporter les fonds nécessaires à la refonte de l’équipe." L’adieu est-il certain ? "Objectivement non, tout dépend des offres et pour l’instant personne ne s’est manifesté. "Cela vaut aussi pour Marcelo Brozovic qui voit aujourd’hui sa clause libératoire de 60 millions d’euros échoir . Le cas du permis de conduire et la sanction qui en a découlé, ont renforcé une conviction déjà préexistante, renforcé certains doutes déjà visible. Celui-ci est cité aussi pour des raisons tactiques. En cas de 3-4-1-2, il y aura deux milieu de terrain devant la défense, ceux-ci devront proposer des caractéristiques différentes de celle du croate." "Celui qui partira avec certitude au milieu de terrain se nomme Vecino. Ses problèmes au genou ont conditionné son rendement. Conte n’a jamais eu de feeling avec lui et déjà en janvier son départ était pratiquement consommé: Il est surtout resté par nécessité, l’opération menant à Kessié n’ayant pas abouti. Cette séparation aura lieu d’ici un mois." "Avec lui, l’Inter a inséré Gagliardini: Su au début sa présence n’était pas malvenue, vu ses caractéristiques, tant de choses ont changé depuis le début de saison." "Cela vaut aussi pour Asamoah qui était une source de friction entre l’entraîneur et la Direction ces derniers mois. En début de saison, Conte n’était pas au courant des problèmes physique du ghanéen, il ne l’a appris qu’en cours de route. Il quittera donc l’Inter avant la fin de son contrat en 2021." "Esposito, qui devrait officialiser très prochainement la prolongation de son contrat valide jusqu’en juin 2025 quittera l’Inter en prêt. Parme était cité. Berni ne sera plus le troisième gardien de l’équipe et Biraghi ne sera pas racheté." "En défense, la seul incertitude reste le nom de Godin. Avec Conte sur le banc, il semble difficile d’imaginer une permanence de l’uruguayen en en Nerazzurro." "Parmi les joueurs transférables, on retrouve deux piliers du vestiaire Ranocchia et D’Ambrosio: Le premier a prolongé jusqu’en juin 2021, le second jusqu’en 2022. Il pourrait donc, le cas échéant partir, dans ce contexte de révolution." Validez-vous ce vent de révolte made in Conte ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. C’est une affirmation du Corriere dello Sport : la défaite face à Bologne aura été la goutte d’eau qui aura fait déborder le vase. Conséquence directe, il y aura plusieurs retouches à apporter dans chaque secteur. En défense L’idée est d’insérer un défenseur central gaucher : Jan Vertonghen est au sommet de la liste, mais il n’est pas le seul. Au milieu Sandro Tonali devrait arriver. Arturo Vidal est fortement désiré par Antonio Conte... Mais attention à Radja Nainggolan, la Direction serait entrain de songer à convaincre l’entraîneur de prendre en considération sa réintégration, excluant de la sorte l’arrivée du chilien. Sur les ailes Après Achraf Hakimi, l’Inter mise tout sur Emerson Palmieri. Les négociations sont très avancées. Emerson est préféré à Marcos Alonso au niveau du coup du transfert (20 à 25 millions pour recruter l’italien contre 35 pour l’espagnol), du salaire (3,5 millions contre 6 millions d’euros) et au niveau de l’âge (26 ans contre quasi 30 ans). En attaque Conte continue à réclamer Edin Dzeko qui présente le profil retenu comme "idéal" au niveau des caractéristiques techniques et de l’expérience, et ce indépendamment de la situation relative à Lautaro. Cunha de l'Hertha Berlin est sous observation et Alexis Sanchez fait l’objet d'une discussion interne. Le Club est convaincu, Conte un peu moins. You’re Fired Les départs à acter seront les suivants et la liste est longue : Tomasso Berni, Diego Godin, Roberto Gagliardini, Matias Vecino, Victor Moses, Kwadwo Asamoah, Borja Valero, Cristiano Biraghi et Sebastiano Esposito (en prêt) Validez-vous cette refonte et cette liste de départ ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. L’Inter et l’Atalanta continuent à travailler ensemble pour parvenir à trouver un terrain d’entente, en vue du transfert de Sebastiano Esposito à Bergame. Révélation de Sky Sport Il y a des contacts continus entre l’Atalanta et l’Inter. Le Club bergamasque est certainement l’équipe la plus décidée à recruter le jeune attaquant Nerazzurro. Elle souhaiterait le recruter, mais il est nécessaire de trouver la bonne formule car l’Inter ne souhaite pas perdre un patrimoine comme Esposito, mais lui offrir plus de temps de jeu pour une saison (ou plus) dans autre club, tout en conservant le contrôle. Selon Gianluca Di Marzio, de nombreux clubs italiens ont déjà contacté l’Inter, mais l’Atalanta est le club qui présente le meilleur profil. L’Inter et le joueur sont convaincus du projet technique proposé par le club de Percassi. Le rôle de Gian Piero Gasperini aura donc son pesant d'or. Le Saviez-Vous ? Outre le transfert à en devenir, l’Inter continue de négocier avec Esposito pour prolonger son contrat, qui court actuellement jusqu’en 2020. Esposito à l’Atalanta, bonne ou mauvaise idée ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. "La question est délicate mais pas encore épineuse. Il y a une distance à colmater et un projet de croissance à partager ensemble, durable et riche de satisfaction possible." Telle est l'analyse déclaration de la Gazzetta Dello Sport en regard à la situation entourant l’avenir, à l'Inter, de Sebastiano Esposito. "Le 2 juillet, le joueur fêtera son 18ème anniversaire et il souhaiterait le célébrer avec un contrat important. Fin février, la signature de l’accord semblait être une simple formalité. Mais à présent, la situation s’est compliqué et pas qu’un peu, à tel point que la Famille du jouer s’est séparé de l’agent Carpeggiani qui avait trouvé un accord avec l’Inter, retenu comme incongru par ces derniers. Et la chasse à commencé au sein des agents pour enrôler le talent du baby, avec Pastorello en position de chef de file et de favori sur les autres." Le point de la situation "Lors de la toute dernière réunion, une divergence de point de vue a été mise en évidence. L’Inter envisage et a envisagé un parcours à la Agoumé, le jeune de 18 ans de la Primavera qui a prolongé son contrat jusqu’en 2025 pour un salaire annuel de 450.000€." "Esposito, qui a déjà débuté en Serie A s’attend à un traitement différent car il totalise déjà 11 présences en équipe première et qu’il se considère à l’heure actuelle, comme un joueur de l’équipe première. Seba voudrait un salaire quasiment doublé que celui qui est garanti à Agoumé. La discussion s’est interrompu dès cet instant." Eviter une Zaniolo Bis "A présent la situation entre Esposito et l’Itner est bloquée et certaines équipes se sont déjà informées auprès de l’Inter afin de s’assurer de se mettre en pole position pour s’adjuger les services du joueur né en 2002 en prêt pour la saison prochaine." "Toutefois, Espositio et l’Inter "restent uni dans la volonté d’aller ensemble de l’avant" et les rumeurs relatives à une éventuelle cession à l’Atalanta ou un autre club ne sont pas fondées. Le Président Steven Zhang ne souhaite pas revivre un nouveau cas Zaniolo et personne à l’Inter, à l’heure actuelle, n’évalue comme hypothèse qu’une éventuelle cession en prêt." Caprice de Baby-Star.....Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Sebastiano Esposito est amené à connaitre un avenir radieux en Serie A. Si l’idée de base de l’Inter était de compter sur lui pour le futur, en le prêtant dans un autre club, il semblerait que les derniers évènements entourant le jeune garçon pourrait amener le club à le vendre à titre définitif En effet, comme le révèle Tuttosport, l’opération classique aurait dû amener à une prolongation du contrat de Sebastiano jusqu’en 2025, dès que celui-ci sera majeur, soit le 2 juillet 2020. Représenté alors par Augusto Carpeggiani, plusieurs échanges ont eu lieu. S’il n’y avait pas péril en la demeure, le contrat existant allant jusqu’en juin 2022, nous sommes forcé de constater un comportement un peu particulier de la part de la Famille Esposito. Si celle-ci avait décidé de refuser les offres des plus grands clubs d’Europe tel que Paris, pour laisser s’épanouir le joueur à Interello, il semble que les prétentions salariales soient le nerfs de la guerre. En effet, l’entourage du joueur souhaite que Sebastiano dispose d’un contrat à la Pinamonti, qui gagnait à l’Inter 1 million d’euros plus bonus. Le club pense à lui offrir un salaire légèrement inférieur: 800.000 euros, raison pour laquelle les deux parties travaillent à la recherche d’une solution et qu'une décision a été prise de repousser cette négociation à la fin de la saison : L’Inter décidera, une fois le championnat conclut, quel sera le meilleur parcours pour que Sebastiano continue à grandir. Ce sera soit avec Conte qui aimerait toutefois au moins de deux alternatives derrière les titulaires Ou ce sera soit en prêt, dans un club où il pourrait totaliser un nombre important de présence. Parme et Spal avait sondé le terrain en janvier Retournement de situation Comme nous l’indiquer Alfredo Pedulla dans les studios de Sportitalia, Augusto Carpeggiani a été remercié. La Famille d’Esposito souhaitant rejoindre l’écurie de Federico Pastorello, agent connu et reconnu qui dispose de nombreux joueurs au sein de l’Inter, agent qui est très proche également d’Antonio Conte. Le but avoué de cette démarche étant sans nulle doute de parvenir à un accord équitable avec le club Est-ce que cette gourmandise salariale pourrait se retourner contre le numéro 30 Nerazzurro ? Alors que la Direction Interiste n’évaluait que la possibilité de prêter le jeune joueur de la Primavera, il semble à présent possible d'imaginer "Seba" être vendu à titre définitif. Sky Sport nous informe d’un intérêt plus que sérieux de l’Atalanta de l’ancien entraîneur de l’Inter Gian Piero Gasperini, un entraîneur connu pour être très attentif aux jeunes et pour permettre une éclosion dans un environnement loin de toutes pressions imposées dans les plus grands clubs. En rejoignant l’Atalanta, Esposito pourrait donc grandir dans de biens meilleures conditions. Des contacts concrets ont eu lieu et la transaction suit son cours. L’Atalanta s’étant déjà montrée positive à l’acquisition, à titre définitif du joueur. Comme le révèle Gianluca Di Marzio : "Esposito est un joueur de talent, un prédestiné. Il y a de sérieux contacts avec l’Atalanta por une opération à la Pinamonti. Esposito pourrait être une solution pour l’Atalanta. Reste à comprendre la formule" Lorsque l’on sait que Lautaro Martinez ne perçoit que 1,5 millions d’euros, il serait peut-être temps de relativiser les prétentions salariales chez les Esposito..... Qu’il présente déjà un bulletin similaire à celui de l’argentin, avant de revendiquer une telle demande salariale.... "Seba" doit-il être prêté ou vendu ? Exprimez-vous! ®Antony GIlles - Internazionale.fr
  16. Sebastiano Esposito va avoir 18 ans le 2 juillet prochain. Alors que son dernier contrat date de juillet 2019 et finissant à l'été 2022, les pourparlers entre les parties pour un nouvel engagement sont en cours depuis quelques temps. L'Inter souhaite donc blinder son joyau produit par le secteur jeunesse, avec un contrat jusqu'en 2025. Les nerazzurri et Augusto Carpeggiani, le représentant du jeune attaquant, se sont rencontrés jeudi dernier. Il y a cependant un certain écart entre les souhaits des uns et des autres, mais les négociations continuent. L'entourage a plusieurs fois répété que le joueur souhaite continuer sa progression à l'Inter, de façon crescendo. Ils ont déjà refusé plusieurs offres conséquentes de clubs européens puissants, comme le PSG l'été dernier. Le contrat visé par le cercle proche du joueur, c'est celui de Pinamonti, donc à hauteur de 1M€ plus bonus la saison, alors que le club, pense à une rémunération légèrement inférieure. Autre sujet de discussions, quel sera le meilleur chemin pour que Sebastiano continue sa croissance ? Toujours avec Conte ? Alors que ce dernier souhaite toujours au moins deux autres alternatives offensives, ou alors un prêt avec un temps de jeu conséquent ? Pour rappel, cet hiver Parme et la SPAL ont sondé le club pour Esposito. ®gladis32 - internazionale.fr
  17. Le pressing de l'Inter concernant Sandro Tonali continue de plus belle. L'objectif est de renforcer le milieu de terrain et dans cette optique, Marotta est à la recherche de la formule adéquate à proposer à Cellino pour le convaincre de laisser partir sa jeune pépite. Selon Il Giorno, l'AD intériste aurait peut-être trouvé la solution, et ce ne serait pas Andrea Pinamonti comme le bruit courait il y a quelques semaines. Si le milieu de terrain rejoignait l'Inter, Brescia pourrait récupérer en contrepartie Sebastiano Esposito qui est un des profils les plus intéressants aux yeux du président Cellino en vue de la prochaine saison. ®Samus - internazionale.fr
  18. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer un petit débrief de l'actu mercato Nerazzurro à venir en vue de la saison 2020/2021. Avec le départ de Matteo Politano en janvier, le retour d’Alexis Sanchez à Manchester et l’éventuel prêt de Sebastiano Esposito afin d’engranger de l’expérience, sans oublier le pressing du Fc Barcelone sur Lautaro Martinez, l’attaque de l’Inter sera très différente de celle proposée cette année. En tout état de cause, la Gazzetta Dello Sport s’est penché sur les cibles prioritaires que sont Olivier Giroud et Dries Mertens qui ont, en commun, un départ compliqué vers la Lombardie. Giroud et Mertens sont considérés comme des profils intéressants pour augmenter la qualité et l’expérience du noyau. Ce sont des joueurs profondément différents et donc non-alternatif au niveau technico-tactique, mais aussi au niveau économique. Il est donc difficile de penser que Marotta et Ausilio puissent penser à les recruter ensemble. Les prendre tous les deux ne ferait pas parti du projet et de la politique du club. Mais ils pourraient représenter une valeur ajoutée, ça oui. Jusqu’à aujourd’hui, la transaction la plus avancée était celle du français. Mertens qui perçoit actuellement 4 millions d’euros en souhaiterait 5 et il est très lié à la ville de Naples, ce qui, en cas de départ, pourrait l’inciter à opter pour l’étranger. Toutefois, de l’autre côté de la balance, il lui serait possible de continuer à évoluer dans un championnat où il s’est très bien adapté et de jouer en compagnie de son ami et équipier en équipe nationale : Romelu Lukaku. Pour le Corriere Dello Sport, ce sera le milieu de terrain qui sera synonyme de chantier Le milieu de l’Inter changera de nombreux interprètes pour la saison prochaine : Roberto Gagliardini, Kwadwo Asamoah et Borja Valero quitteront le club et Matias Vecino devrait suivre en cas d’offre sérieuse proposée. Le contrat de Borja Valero, qui se termine cette saison, ne sera pas prolongé. Concernant Gagliardini il fait l’objet de très (trop) nombreuses interrogations. Asamoah, victime de problèmes récurrents au genoux devrait partir pour Fenerbahce. Vecino est courtisé par la Premier League avec l’Everton d’Ancelotti qui est prêt à l’enrôler, le Milan AC était également sur sa piste il y a quelque mois. En cas de départ, l’uruguayen est estimé à 20 millions d’euros, une somme qui permettrait à l’Inter d’éviter toute moins-values. Selon le Corriere Rosea, l’arrivée de Sandro Tonali offrirait un bon de sortie à Marcelo Brozovic ou pourrait le forcer à un changement de rôle. Courtisé par Liverpool, le croate dispose d’une clause libératoire de 60 millions d’euros. Si l’idée était de le replacer en Mezzala, pour Conte, il est nécessaire de disposer d'un profil fort physiquement, un critère auquel ne répond pas le vice-champion du Monde. Les rumeurs sur une négociation de contrat d'Epic Brozo seront un très bon indicateur. Selon Tuttosport, l’Inter compte aussi faire le ménage sur ses ailes Les seules certitudes se nomment actuellement Ashley Young (35 ans) et Antonio Candreva (33 ans). Giuseppe Marotta est disposé à satisfaire Conte sur ses ailes afin de lui garantir des personnalités capables de tenir l’ensemble des 90 minutes de jeu. L’idée est de recruter un ailier offensif et de l’équilibrer avec "un spécialiste des rôles" Le joueur le plus courtisé se nomme Federico Chiesa. Le club Nerazzurri est le seul à pouvoir défier la Juventus en vue d’enrôler le joueur et de présenter un investissement conséquent. Pour l’anecdote, il se dit qu’à la vue de l’historique entre les deux clubs que Rocco Commisso, en cas de demande de départ de l’italien, serait plus enclin à l’envoyer à Milan plutôt qu’à Turin. L’alternative se nomme Filip Kostic, qui évolue à l’Eintracht Francfort et qui peut aussi évoluer en second attaquant. Le "spécialiste" se trouverait à Chelsea avec Marcos Alonso et Emerson Palmieri, qui représentent les deux choix idéaux pour Antonio Conte. L’espagnol était déjà pisté en janvier, avant la demande de 45 millions d’euros de la part des Blues. Concernant l’Italo-Brésilien, qui séduit aussi la Juve, son arrivée ne poserait aucun problème. Cette situation pourrait être mise entre parenthèse si Barcelone parvient à attirer Lautaro Martinez en sacrifiant soit Nelson Semedo, soit Junior Firpo. Quoiqu’il en soit, l’Inter aurait mis de côté une enveloppe de 100 millions d’euros pour renforcer ses ailes. Au niveau défensif, selon Fabio Parisi, agent FIFA, l’unique option de voir Mauro lcardi signer à la Juve, serait d’insérer dans l’échange Alex Sandro, le tout bien évidemment si Paris ne rachète pas l’argentin. Au niveau des transferts gratuit, Jan Vertonghen pourrait rejoindre les Nerazzurri et Diego Godin pourrait déjà se voir offrir un bon de sortie. Le Saviez-Vous ? Selon Opta, l’intérêt du Fc Barcelone pour Lautaro Martinez n’est pas anodin. Dans une projection, l’agence de statistiques avait misé sur 14 buts du Toro sur l’ensemble de la saison. L’éclosion est totale étant donné que le numéro 10 de l’Inter a inscrit 16 buts en 31 matchs. Cette statistique le rend encore plus efficace que Suarez. Il est en duel avec d’autres attaquants : il a inscrit 5 buts en plus que Firmino, 2 de moins que Gabriel Jesus, et 3 de mois que Benzema. Ses statistiques lui permettent de côtoyer les plus grands. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. La légende de l'Inter Sandro Mazzola a partagé sa conviction que Sebastiano Esposito peut être maintenant un atout pour l'Inter malgré son jeune âge. Cette saison, le joyau italien s'est fait remarquer au niveau de l'équipe première avec un certain temps de jeu accordé par Antonio Conte. Esposito a établi certains contacts pour des prêts à des clubs de Serie B, mais Mazzola pense qu'il devrait rester à l'Inter. En effet, Mazzola, qui a passé toute sa carrière (17 ans) à jouer sous la tunique interiste, a déclaré dans une interview accordée à seriebnews : "Je le laisserais avec Conte. Il me semble que c'est la bonne solution. Le garçon sait qu'il rencontrera des difficultés. Cependant, s'il est le joueur que nous, y compris Conte, pensons tous qu'il est, alors il vaut mieux le garder et le mettre sur la bonne voie. Il peut déjà être un atout précieux malgré son jeune âge. Il a les compétences et le talent pour se faire une place à Inter." Sebastiano Esposito a presque toujours été remplaçant, mais il a fait ses débuts avec l'équipe A et il y a également marqué son premier but "senior". La jeune sensation est largement admise comme l'un des meilleurs prospects de l'Inter depuis plusieurs années, et il est aussi considéré comme l'un des meilleurs talents de sa génération. ®alex_j - internazionale.fr
  20. Le travail de fond d’Antonio Conte a mis en évidence l’éclosion de plusieurs joueurs, 4 d’entre-eux ont littéralement explosé et "doré" au grand jour, à tel point que leurs valeurs pourrait facilement atteindre les 200 à 220 millions d’euros. Révélation de la Gazzetta Dello Sport Le quatuor des garçons devenu doré sont objectivement guidé par Lautaro Martinez, sa clause de 111 millions d’euros étant une évaluation crédible Derrière lui, on retrouve le profil discret de Stefan De Vrij, qui est l’un des trois meilleurs défenseurs de la Serie A. Avec les évaluations actuelles concernant les défenseurs, l’estimer à plus de 50 millions d’euros est loin d’être exagéré Cette situation vaut également pour l’autre surprise de la saison : Alessandro Bastoni, sa valeur estimée à 31 millions d’euros pour permettre à l’Atalanta de réaliser une plus-value, est à présent considéré comme une estimation au rabais Il reste enfin Sebastiano Esposito joueurs qui pourrait facilement faire face à des offres supérieures à 20 millions d’euros, si l’Inter venait à ouvrir une possibilité d’un départ. En prenant en compte les sommes dépensées pour le Toro et le défenseur formé à l’Atalanta, sans oublier les deux autres joueurs gratuit, sur base des amortissement, on dépasse facilement les 200 millions d’euros de plus-values possible. A eux quatre uniquement, ils représentent 50% de l’ultime bilan du club : 377 millions d’euros (plus-values exclues) Comment jugez-vous la politique du travail de fond orchestré par Suning et Conte à l’Inter ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Sebastino Esposito, "Seba" pour les intimes s’est livré sur Inter Tv à Ask. Voici les échanges de la jeune pépite Nerazzurra auprès des tifosi : "A l’intérieur du vestiaire, je reçois tant de conseils pour m’améliorer, et tous me disent de continuer à travailler et de rester humble." Ton secret pour passer les défenseurs ? "Lors d’Inter-Dortmund, il m’a fallu être un tout petit peu fourbe, j’avais le ballon devant moi et les défenseurs à mes basques, je me suis mis devant l’adversaire en écartant mes bras, je cherchais le contact. Le conseil que je peux donner est toujours d’observer les pieds de l’adversaire pour comprendre quand tu peux tirer." A quoi t’attends-tu dans le futur ? "A tant de belles choses et j’espère qu’elles me seront nombreuses. Je peux vous dire que lorsque je me réveille et jusqu’à quand je vais me coucher, je rêve de remporter quelque chose avec le maillot Nerazzurro et, si c’est possible, avec le maillot de la Nazionale. Nous verrons si ce rêve pourra se réaliser." Qu’as-tu ressenti lorsque Lukaku t’a laissé tirer le pénalty ? "J’ai entendu tous les tifosi le demander et Lukaku a, réalisé pour moi, le rêve le plus important de ma vie. Je remercie les Tifosi et Romelu pour la personne qu’il est." Es-tu célibataire ? "Pour l’instant, je n’ai pas de petite amie." Ton idole ? "J’ai toujours dit Totti, mais Ronaldo "Il Fenomeno" était fou, j’ai revu ses vidéos. Je pourrais citer plus d’un attaquant parmi les plus fort du monde : Milito : Lors du Triplé, il nous a rendu fou." Comment ressens-tu le fait d’être en équipe-première à ton âge ? "Je pense que c’est un rêve pour de nombreux garçons de pouvoir porter ce maillot, j’en suis fier. Je dois l’honorer en me donnant à plus de cent pour cent." Comment est née ta passion pour le Calcio ? "Je pense être né avec. Mon papa a toujours été proche de ce monde et toute la famille a vécu de pain et de ballons. C’est difficile d’en être écarté." Mes frères ? "A la fin de la journée, je les écoute pour savoir comment se sont déroulées les leurs, pour nous donner des conseils et pour échanger aussi sur nos craintes." Qu’aimes-tu le plus à l’Inter ? "Je pense que, mis à part les histoires de ces dernières années, qu’il s’y est créé une vraie et propre famille. Je suis ici depuis peu d’années et tous se veulent du bien et tous veulent le meilleur pour cette Famille." Quel est ton rapport avec Lukaku ? "Nous avons de si beaux rapports, déjà lors des premiers matchs amicaux. J’ai toujours entretenu de très bons rapports avec lui et avec toute l’équipe." Ce que je lui volerai ? "Ses buts, car en peu de temps, il en a inscrit tellement. Et aussi parce qu'il me vanne sur le côté, en me disant que j’en ai inscrit peu." De quel joueur du passé de l’Inter, t’inspires-tu ? "Ronaldo et Milito qui étaient parmi les plus talentueux. Ce sont les attaquants les plus fort que j’ai pu voir." Est-ce que tes parents sont content de ce que tu réalises ? "Ne me le répétez pas tous les jours, sinon cela me monterait à la tête. Blague à part, je pense qu’ils sont fiers de moi et de mes frères." Était-ce plus émotionnant: Débuter en Ligue des Champions ou ton penalty en Ligue des Champions ? "Vous me mettez en difficulté, je ne peux pas faire un tel choix. Plus sérieusement, seul le résultat compte, ensuite les prestations. Vous me mettez à rude épreuve, ce sont deux émotions complètement fantastiques, je ne suis pas capable de faire un choix: D’un côté c’est le début en Coupe d’Europe, de l’autre mon premier but en Serie A. Au final, je prendrais le but." Comment est-ce de jouer aux côtés de Champions d’une certaine renommée et comment as-tu été accueilli ? "C’était très bien, c’est une famille et je suis le plus jeune, j’ai donc été bercé et dorloté." Que ressens-tu à l’intérieur de ce groupe ? "Je pense que si j’ai quelque chose à ressentir, c’est de la Fierté. Ensuite les années ne comptent pas, ce qui compte c’est ce que tu réalises, c’est une grande responsabilité de revêtir le maillot." Le rêve de tes rêves de buts ? "Marquer sous la Curva Nord pour exulter avec les tifosi." As-tu d’autres rêves en tête ? "Au niveau humain oui, fonder une famille, être un bon père, être un brave homme et être un brave fils pour mes parents." Que t’as dit Lukaku avant que tu tires ton penalty ? "Vous l’avez tous vu. Vous lui demandiez si je pouvais le tirer et, lui, il a décidé de me laisser tirer. J’ai ressenti l’énergie du Meazza, la chaleur de tout le peuple. C’était vraiment un rêve grandiose." Il faut toujours s'améliorer, sur quels aspects fondamentaux penses-tu devoir t’améliorer ? "Il faut se dévouer au travail mais aussi avoir de la chance dans la vie. Le Staff m’a dit de me dévouer à la tâche, il te faut aussi de la chance, et l’envie de vouloir t’améliorer." Quelle a été l’importance de ton cercle familial dans la gestion de la pression du Haut-Niveau ? "Je n’ai mais ressenti de pressions de la part de ma famille, ils m’ont toujours donnés des conseils positifs." Pourquoi as-tu choisi le numéro 30 ? "C’était un choix forcé car le club voulait voir diminuer le numéro de maillot. Avant je portais le 70, j’ai donc repris un nombre plein et comme le 30 était libre." Ton Onze idéal..... "Dans les buts, c’est difficile, même si ce serait dur de ne pas choisir le Capitaine car ensuite ce serait dur pour moi de rentrer dans le Vestiaire (il rit...) je le choisi car c’est le plus fort en circulation." "En défense, je dirais De Vrij, Samuel, Materazzi, Maicon et Zanetti. Au milieu, je jouerais avec deux joueurs : Stankovic et Brozovic. Ensuite Milito, Ronaldo, Lukaku et Lautaro." Moi entraîneur ? "Non, je laisse la place aux autres." Quel genre d’attaquant es-tu ? A qui pourrais-tu te comparer en terme de style de jeu ? "Je pense être un attaquant moderne car j’aime disputer les phases. J’aime les phases défensives car cela me plait de pourchasser les adversaires. Pour répondre à la seconde demande, car j’en suis amoureux, j’espère ressembler à Milito." Étais-tu nerveux ou sous le coup de l’émotion avant de tirer ton penalty face au Genoa ? Que t’as conseillé Lukaku ? "Lukaku m’a dit d’attaquer le ballon en étant sûr de moi et de marquer. Je n’étais pas tendu...Par chance, je ne comprenais pas encore bien ce qui était entrain de se passer. J’entendais le public qui espérait que j’allais marquer, mais je n’étais pas tendu." Est-ce que Lukaku est l’équipier avec qui tu t’entends le mieux ? Chaque fois qu’il marque, tu es toujours le premier à exulter "J’aime célébrer avec chaque équipier, pas qu’avec lui mais avec tout le monde. Je me sens bien avec tous le monde, mais avec Lukaku et D’Ambrosio, il y a un rapport particulier." "Je connais Danilo depuis tant d’années, depuis que j’étais enfant, papa l’entraînait. J’ai une bonne relation avec eux deux." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Sebastiano Esposito n’est pas seulement le futur de l'Inter mais aussi une bonne partie de son présent. Beppe Marotta et Piero Ausilio ont donc rejeté plusieurs propositions et sacrifié l’objectif Olivier Giroud pour miser sur le talent de Castellammare di Stabia. Rappelons les faits : l'Inter depuis plusieurs semaines avait un accord avec le français pour un contrat jusqu’en 2022 à 4 millions par saison. Giroud, pour attendre l'Inter, a dit non à Lyon, Marseille et Aston Villa. Désormais il va rester à Chelsea avec un faible temps de jeu. De l’entourage du français a filtré la déception et aussi un peu d’irritation à l’encontre de la direction interiste. Légitime, mais en affaire comme en amour rien n’est écrit. Ce volteface met l’avant-centre de l’Equipe de France en difficulté, lui qui voulait changer d’air pour vivre une fin de saison en tant que protagoniste, également dans l’optique de l’Euro 2020, comme suggéré à plusieurs reprise par le sélectionneur Didier Deschamps. La même fin de saison qui, par contre, verra Seba-gol protagoniste. Esposito a été courtisé par Parme, Spal et Cagliari mais l'Inter a mis son véto au départ en prêt. Napoli aussi – en marge des tractations pour Matteo Politano – a essayé de le recruter, à titre définitif. Le directeur sportif napolitain Cristiano Giuntoli apprécie énormément le garçon et était prêt à mettre sur la table une somme entre 12 et 15 millions. Rien à faire. L'Inter ne veut pas se priver d’Esposito, qui en juillet renouvellera son contrat jusqu’en 2025. Parce que Sebastiano est le futur mais aussi le présent du club nerazzurro. Rédigé par le kid - Internazionale.fr
  23. Sebastiano Esposito s’est livré à Dazn sur ses débuts pros à l’Inter: "Je dois commettre le moins d’erreurs possibles car je suis très exposé. Les interviews sont belles, je raconte mon passé et mes rêves. Parler comme un joueur me vient spontanément, mais je ne dois pas me planter, je dois m’exprimer sur moi-même, mais toujours dans les limites." Ton premier poste ? "J’avais 12 ans, c’était mon premier tournoi avec l’Inter. La partie s’était terminée avec un doublé d’Esposito J’ai dédicacé un but à ma maman, je le fais toujours. Ma mère est très importante. Lorsque j’étais petit, je savais que j’allais grandir rapidement, je n’étais pas un garçon comme un autre. Jouer à l’Inter n’est pas à la portée de tous, j’ai dû me sacrifier mais j’ai aussi connu de grandes satisfactions." Quel âge as-tu ? "Je ne nie pas lorsque quelqu’un me dit que j’en fais trois de plus." Les tatouages ? “J’ai une phrase D’Annunzio : Je suis en avance. Être le fils d’un footballeur ne te crée pas de pression, mon père a fait même plus en tant qu’entraineur. Lui a vécu le Calcio et il ne m’a jamais mis la pression. J’en ai toujours été écarté. Et aujourd’hui aussi, il ne me met pas la pression, il me conseille uniquement sur le type de personne que je dois être en dehors." Le Scudetto ? "Je ne sais pas ce que cela signifie…Il rit, je garde les pieds sur terre." Le Meazza ? "Je l’avais connu précédemment d’une autre façon, ensuite à ma façon et cela change tout." L’ambiance ? "Il n’y a pas de place pour le silence sur le terrain. Tu entends un Tifoso et tu ressens une pression extraordinaire. Tu rentres chez toi avec une valise d’émotions incroyables. C’est difficile à expliquer, c’est une sensation extraordinaire, quelque chose dont rêve un jeune de 17 ans... A long terme, il faut y passer, mais tu ne dois pas te laisser submerger par la pression." Les tifosi ? "J’ai 17 ans et ils viennent m’accoster!" Le penalty ? "J'ai entendu les tifosi, j’espérais que peut-être Lukaku m’aurait donné le ballon. Si j’avais pensé à la combinaison des trois éléments : Que Lukaku me donne le ballon, que je le prenne au Meazza, je ne l’aurais jamais tiré. Ma première idée était de tirer au centre, mais j’ai vu que Radu était aussi tenté, il était bien au centre. Ensuite, il a plongé." L’accolade avec maman ? "Elle a eu lieu ensuite, j’étais invité à la Sky Box. Après le premier but de Lukaku, j’étais surpris, je me demandais ce qu’elle faisait là-bas, car je n’en savais rien. A mes débuts, lors des premiers matchs, je n’étais pas titularisé. Je lui avait dit de ne pas venir et d’attendre que peut-être quelque chose se passe. Elle m’a écouté et j’ai commencé à jouer. Je vis en Internat, je ne la vois que très peu." Lukaku ? "Nous parlons en italien, il l’a immédiatement appris, c’est appréciable. Il m’a toujours aidé. Il m’a marqué car il me connaissait déjà, je ne sais pas comment. Il m’a dit qu’il m’avait observé lors de l’Euro U-17. Il m’a pris sous son aile dans le vestiaire et un rapport est né entre nous dès les premiers amicaux." Conte ? “Il donne de lui-même, Il est bon pour donner le bâton et la carotte. De l’extérieur tu crois qu’il n’y a que des coups de lattes, mais ce n’est pas comme ça. Il y a des moments où tu dois être stimulé et d’autres moments où tu te dois d’être secoué, réveillé." La chose la plus belle qui peut m’arriver ? "Que mes rêves deviennent réalité, mais il est difficile d’avoir les yeux fermés et de les obtenir. Il faut tellement de sacrifices, pédaler tellement. Et c’est difficile qu’avec deux pieds. Mes rêves les plus précieux, je me les garde pour moi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. C'est un fait, les dirigeants de l'Inter et la stratégie du club continuent de grandir. Le club semble enfin compter sur ses propres pépites au lieu de s'en servir comme monnaie d'échange. L'Inter et les agents de Sebastiano Esposito seraient tombés d'accord pour le renouvellement du contrat de notre jeune crack et ceci jusqu'en 2025. Le contrat devrait officiellement être paraphé et déposé en juillet après son 18e anniversaire !
  25. Une soirée de rêve. Première titularisation, premier but, qui plus est à domicile devant sa famille et le tout conclut par une large victoire 4-0 face à un Genoa relégable. C'est ce qu'a vécu Sebiastano Esposito, qui ne cachait pas sa joie au coup de sifflet final : "Ce fut une semaine fantastique pour moi mais dans le même temps difficile car j'étais anxieux. Je ne vais pas mentir hier je n'ai pas dormi. J'ai pensé à ce match toute la nuit. Je dois remercier l'équipe, le coach, le club... Romelu surtout, pour le pénalty. Ce sont de formidables personnes avant d'être d'excellents professionnels. C'est une émotion inouïe pour moi. Tous les sacrifices que j'ai fait portent leurs fruits. J'espère continuer sur cette voie." "Avec Romelu nous avons tout de suite été sur la même longueur d'onde. Il essaye toujours de m'aider, il m'a vu un peu inquiet et il m'a rassuré. Je suis content de la victoire de l'équipe, de la confiance du coach et du club. Ils sont derrière moi tous les jours. Nous travaillons toute la semaine pour préparer la rencontre de la meilleure façon. Nous voulons toujours gagner, c'est cette mentalité que l'entraineur nous a apportée. Vous devez l'écouter. "Un souhait pour 2020 ? Continuez à travailler comme ça." ®gladis32 - internazionale.fr