Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shakhtar donetsk'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Annonces & Support
    • Présentations
    • La Curva du Forum
    • Vos Déplacements
    • Questions
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women
  • Dates clés
  • Super Coupe d'Italie

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

  1. Si l’Inter souhaite débuter sa mise au vert dans de bonnes conditions, cela devra forcément passer par l’arrivée de(s) gardien(s) qui occuperont la cage interiste tout au long de la saison à venir et l’on pense forcément à Anatoliy Trubin et à Yann Sommer. Et l’Inter aurait déjà fait un grand pas avec le portier suisse: "L'objectif du club est de faire venir à Milan, Anatoliy Trubin du Shakhtar Donetsk et Yann Sommer du Bayern Munich avec qui l'Inter est parvenu à trouver un accord économique. Il manque encore celui avec les Allemands, qui continuent à demander 10 millions d'euros, Beppe Marotta s'en tenant à 6". A noter que les 6 millions d'euros représentent le montant de la clause libératoire. L'Inter ayant tenté de négocier, en vain, l'achat du joueur pour une somme inférieure... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Les confirmations continuent d'arriver sur l'état de négociations très avancées entre l'Inter et Manchester United pour André Onana. Comme le rapporte Sport Mediaset, "le club anglais a proposé 50 millions d'euros, contre une demande de l'Inter qui reste autour de 60 millions d'euros, voire de 55 millions avec les bonus." Et c'est justement pour cette raison que l'Inter a pris contact hier avec l'agent de Trubin, Edoardo Crnjar. Le gardien de 21 ans évolue au Shakhtar Donetsk et les Nerazzurri pourraient se l'offrir pour une somme proche de 10 millions d'euros plus les bonus, alors que la demande ukrainienne est de 15 millions d'euros. L'idée d'Inzaghi est d'avoir deux gardiens de haut niveau et Trubin fait figure de favori, tout comme de Sommer, évalué par le Bayern Munich à environ 5 millions d'euros. En revanche, "il est plus difficile de voir Handanovic rester, tout comme il semble impossible de s'offrir Carnesecchi, dont la valeur estimée par l''Atalanta est trop importante." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. En effet, comme le révèle Fcinternews.it, les Tifosi sont fou d’Onana qui lui est sous le charme de l’Inter: "Ce sont des statistiques folles et un amour total et sincère envers l’Inter : André Onana, lors du déplacement au Do Dragao, a été une nouvelle fois un protagoniste absolu de la rencontre, en réalisant une énième grande performance européenne" "Le portier Camerounais est parvenu à améliorer des statistiques individuelles et collectives qui sont absolument enviable : L’ancien de l’Ajax Amsterdam est le portier qui a réalisé le plus de parade en Ligue des Champions : 39 parades. Derrière lui, on retrouve Simon Mignolet du Fc Bruges (35 parades) et Anatolij Trubin du Shakhtar accompagné de Diogo Costa de Porto (31 parades), ces deux derniers, éliminés, ne sauront pas les améliorer. "Mais bien plus que l’aspect technique, on retrouve l’amour d’André Onana envers les couleurs Nerazzurre, lui qui est totalement impliqué à l’Inter et qui adore vivre à Milan: Ce n'est pas un hasard s'il a d’ailleurs fait venir toute sa famille dans la Cité milanaise (alors qu’à Amsterdam, il vivait seul: Sa femme et ses enfants vivant à Boston, dans le Massachusetts) pour un véritable projet de vie, et pas seulement sportif." "L'intention d'Onana, répétée à ses représentants aussi à cause des rumeurs du Mercato qui le voulaient sacrifier sur l'autel du Budget, est de rester longtemps à l’Inter et d’écrire des pages importantes de l'Histoire du club de la Viale Della Liberazione, comme on put le faire avant lui Samir Handanovic, Julio Cesar ou Francesco Toldo. Une intention renforcée par sa qualité de vie actuelle à Milan, mais aussi par le climat, la nourriture, l'affection des Tifosi et le Giuseppe Meazza qui est un stade qui magnifie le natif de Nkol Ngok." "De plus, André Onana cible aussi un autre objectif important : Faire son retour parmi les meilleurs gardiens du monde nommés lors de la remise du Ballon d’Or, une situation déjà vécue à l’époque où il était à l’Ajax…" .Pour le Numéro Un Nerazzurro (même s’il porte le 24 officiellement) nous n’en sommes qu’au tout début ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le Roc Nerazzurro s’est livré dans le très célèbre Match Day Programme qui anticipe toujours les matchs de Coupe d’Europe, voici ses déclarations: "Chaque entraineur m’a apporté quelque chose, comme pour mes équipiers, je crois que l’entraineur qui a eu le rôle le plus important pour moi, c'est celui qui m’a testé pour la première fois en défenseur central car avant, je jouais au milieu et gamin en attaque." "Avoir la bonne mentalité, même dans les moments les plus difficiles, est ce qui m’a aidé le plus dans ma carrière: Je crois qu’avoir du mental et de la détermination sont les éléments essentiels. Je suis très attaché à la ville où je suis né, Ziar nad Hronom, puis il y a Zilina, où j’ai commencé à jouer au football en tant que professionnel et Milan, une ville qui m’a accueilli immédiatement en me faisant sentir chez moi." "Enfant, mon idole était Il Fenomeno Ronaldo, c’était un joueur décisif et incroyable. Je me suis toujours dit que les choses faciles peuvent être faites par tout le monde, donc il faut avoir le courage d’essayer les plus difficiles." "Si je ferme les yeux, la rencontre qui m’a le plus touché a été mes débuts en Ligue des Champions face à Tottenham : Lorsque nous sommes montés sur le terrain, j’ai ressenti de si belles sensation : Ensuite, il y a mon premier but face au Sheriff. Et dans les ballons sauvés en Ligue des Champions, celui que je retiens comme le plus important reste celui face au Shakhtar à Kiev". ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. En effet, pour Simone Inzaghi l’heure de la révolte doit sonner, du moins au championnat car aligner trois défaites déjà maintenant au compteur fait tache, même si le Bayern de Munich est perçu comme bien trop fort Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La Propriété s’attend à un changement de cap rapide, car elle est convaincue d’avoir mis à la disposition de l’entraineur le noyau qu’il souhaitait, en le contentant à chaque reprise comme le révèle la confirmation de Milan Skriniar malgré l’instance du Paris-Saint-Germain et à l’acquisition d’Acerbi en dernière minute." " Comment dire : Face au Torino, la révolte est chaudement conseillé!." Dans la ligne de mire pour La Repubblica "Inzaghi est dans l’œil du cyclone, comme cela se passe toujours lors de ce type de situations, ces deux dernières sorties n’ont convaincu personne, aussi bien au niveau des formations initiales que des remplacements en cours de match, sans oublier ses explications en conférence d’après match… L’équipe semble être en retard de préparation physiquement, très en retard même, et la défense est des plus friable, car elle craque dès les premières gouttes des attaques adverses, une situation qui est devenue une constante." La Position de la Direction Italienne Giuseppe Marotta a tenu à assurer ses arrières, l'entraîneur devient un bon alibi, même bien plus qu’une excuse pour les échecs liée leur cause, à la question "Inzaghi a-t-il encore la confiance du club ?" Il a répondu : "Bien sûr qu'il la conserve, il fait un excellent travail, il sait très bien gérer l'équipe." Ce n’est pas lui qui est donc remis en discussion, mais certains comportements : "Nous sommes l'Inter, nous voulons plus de prudence et de motivation de la part de tout le monde. Ce maillot doit être honoré de la meilleure façon possible, nous avons cette obligation envers les 60.000 personnes qui se présentent au Stadio Giuseppe Meazza : Nous devons y croire jusqu'au bout, la saison ne fait que commencer, la deuxième étoile est possible'' Redevenir une équipe pour la Rosea "Nous devons redevenir une équipe" telle était la phrase symbolique qui a surgit de la discussion, entre les joueurs, Simone Inzaghi et son Staff et la Direction, qui s'est tenue aujourd'hui.: "Toutes les thématiques ont été abordées : Les fractures mentales lors de l’apparition des première difficulté, la différence de performance globale par rapport à l'année dernière alors que le noyau est inchangé, les attitudes peu constructives de certains joueurs sur le terrain, la condition athlétique." Si la Direction s’est exprimée, plusieurs joueurs ont également pris la parole, dont le Capitaine Handanovic et Barella , qui sont parmi les plus expérimentés et qui ont fait leur mea culpa, reconnaissant qu'ils étaient coupables dans cette situation difficile "Ce que nous faisons n'est pas suffisant, nous devons en faire plus, y compris en matière d’entrainement." La confrontation a été décrite comme constructive par toutes les parties. Parmi les joueurs, par exemple, certains ont mentionné la condition athlétique, comme s'ils n'avaient pas l'impression que leurs jambes tournaient correctement. Mais les données exposées par le staff technique ont souligné que l'Inter, lors des deux derniers matchs, a couru pourtant bien plus que l'AC Milan et le Bayern: "Si l’Inter courent plus, elle court mais mal…" Une magie rompue le 22 mai 2022 pour Tuttosport "Quelque chose s'est brisé le 22 mai, le jour des larmes sous la Curva Nord pour un Scudetto jeté aux oubliettes. C'est là que la magie qui entourait la première saison de Simone Inzaghi à l'Inter a été brisée: L'idée qu'Inzaghi est le principal responsable de la perte du Scudetto est erronée et peu généreuse, mais, ce qui s'est passé lors des premiers matchs de la saison, avec ses mauvais changements à l'Olimpico et ses remplacements tardifs dans le Derby et même avec le Bayern, a fait gonfler la tête de ses détracteurs, en allant même jusqu’à faire chavirer sa propre base de soutien, car ce mercredi et pour la première fois elle n'a rien pardonné à son 'Inter".' Dejan Stankovic favori à la succession "Simone Inzaghi ne risque pas son poste mais, pour les trois matches à venir qui le sépare de la trêve internationale, il devra redresser le niveau de performance de l'équipe, et ce même si le calendrier est parsemé d'embûches avec la réception du Torino au Giuseppe Meazza, et deux déplacement à l’extérieur à Plzen et à Udine." "Simone est à la croisée des chemin dans un tournant de la saison qui est déjà important pour les ambitions du club en Serie A où il lui sera vital d’engranger un 6/6 pour rester attaché au "Wagon Scudetto" et pour assurer une place, à minima en Europa League, tout en gardant l’espoir de voir le Bayern Munich et Barcelone caler pour entretenir la flamme de la qualification pour les 16èmes de finale de la Ligue des champions." "Jusqu'à présent, LInter n'a jamais pensé à d'autres entraineur, également à cause des raisons que lui propose le marché : Mauricio Pochettino, en raison des coûts qu'il implique, est inatteignable, tandis que Roberto De Zerbi, qui est un entraîneur que Piero Ausilio a toujours apprécié, ne semble pas être l'entraîneur idéal pour prendre une équipe en cours de saison, entre-autre à cause du fait que l'Inter joue depuis des années avec le 3-5-2, un système de jeu très éloigné des idées tactiques de l'ancien dirigeant du Shakhtar Donetsk." "En cas de succession, il est bien plus facile pour l'Inter d'opter pour un entraîneur moins "dogmatique" et présentant un profil agréable à la vue de tous, une identité qui répond parfaitement à celle de Dejan Stankovic, qui a quitté l'Étoile Rouge de Belgrade après y avoir remporté trois championnats consécutifs ainsi que deux coupes de Serbie. Un grand "ex" qui, on peut le parier, répondrait par un grand oui, à l'appel du club avec lequel il a gagné le Triplé." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. L’Inter a trouvé en Henrikh Mkhitaryan le parfait remplaçant d'Arturo Vidal. Comme le souligne Tuttosport, le fait que l’Inter ait informé la Roma de l’accord intervenu montre à quel point l'opération est sur le point de se conclure. Epic Fail! En effet, le numéro fétiche de l'Arménien est le 77, celui porté à la Pinetina par un certain crocodile. Conséquence directe, Mkhitaryan pourra choisir entre le 7 qu’il avait à Arsenal qui sera libéré par Alexis Sanchez. et le 22 qu’il avait à Shakhtar Donetsk et à Manchester United qui sera libérée par Arturo Vidal." "Son intégration dans le vestiaire sera favorisé par sa connaissance de Dzeko, mais si Lukaku revient, "Micki" était aussi son partenaire à Manchester. De plus, le fait de pouvoir disputer la Ligue des Champions a énormément pesé dans sa décision." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. RMCSPORT-BFMTV - Coincé en Ukraine depuis le début du conflit, l'entraîneur du Shakhtar Donetsk "est bien rentré en Italie", quelques jours après l'annonce de la suspension du championnat. Dans une vidéo publiée par le club ukranien, l'Italien semble rassuré mais n'est pas aussi heureux, l'Ukraine n'étant pas "libre comme nous". Accompagné de ses proches, qui tiennent un drapeau ukrainien dans les mains, De Zerbi a tenu à faire passer un message pour "arrêter la guerre" en ayant une pensée pour les Ukrainiens: "Gloire à l'Ukraine !" L'entraîneur italien a été l'un des premiers à témoigner après l'intervention de l'armée russe. "J’ai été réveillé par les explosions. Je suis dans ma chambre. Je n’ai pas bougé. Je suis ici pour faire du sport, je ne pouvais pas tourner le dos au championnat, aux supporters, à mon staff", a-t-il déclaré dans des propos rapportés par La Gazzetta dello Sport. De leurs côtés, les joueurs brésiliens du Shakhtar Donetsk et du Dynamo Kiev se sont réunis avec leurs familles dans un hôtel, d’où ils ont lancé un appel à l’aide pour fuir le pays. "Les frontières sont fermées, les banques, il n'y a pas de carburant, il n'y aura pas de nourriture, pas d'argent, a commenté Junior Moraes, avant-centre du Shakhtar. Nous sommes réunis en attendant un plan pour quitter l'Ukraine." Après 18 journées, et donc avant cette pause forcée, le Shakhtar Donetsk occupait la tête du championnat avec deux points d’avance sur le Dynamo Kiev. Après le bombardement de la Donbass Arena, qui avait accueilli la finale de l’Euro 2012, le club aux 13 titres de champion avait migré à Lviv, avant de trouver refuge au stade olympique de Kiev. ®RMCSPORT-BFMTV
  8. Entraîneur du Shakhtar Donetsk, l’italien est bloqué actuellement en Ukraine, dans un climat de guerre: "Je suis à l'hôtel, la situation s'est détériorée depuis ce matin. Je suis resté à Kiev car jusqu'à hier soir, le championnat était censé se jouer, mais ce n’est plus le cas. La nuit dernière, je me suis réveillé dans une bien mauvaise posture, sous le coup des détonations. Je vais bien, la situation est tendu et il y a un peu d’inquiétude. J’essaye de rester en contact avec les Ambassades italienne et brésilienne qui suivent nos joueurs". Est-ce que la décision de suspendre le championnat est trop tardive ? "L'Ambassade a été très correcte et rapide. Même maintenant, le Consul nous apporte un grand soutien et une grande proximité. Nous n'avons pas l'intention d'être des héros. Nous sommes ici pour faire notre travail: Le football. Il y a des joueurs qui ont déjà vécu cette situation en 2014, en quittant le Donbass, mais jusqu'à ce que le championnat soit suspendu, il ne semblait pas juste pour les joueurs brésiliens et le club, et pour les joueurs qui sont restés, de décidé de partir et nous avons fait ce choix. Je le referais à nouveau, mais la situation a changé. Il n'est plus nécessaire pour nous de rester ici car le championnat est suspendu et nous cherchons un moyen de rentrer chez nous." Avez-vous peur ? "Non. Il y a beaucoup de craintes et d'inquiétudes, mais je m'inquiète pour ma famille au pays qui s’inquiète et pour les familles de mes joueurs, qui sont toutes secouées. Je me suis toujours considéré comme celui qui doit les protéger et les sauvegarder, mais maintenant, j'ai du mal à leur dire ce qu'ils doivent faire." Dites-nous comment vous et votre Staff avez vécu cette nuit avec les explosions ? "Je ne suis pas un politicien, je ne veux pas l'être, et je voulais faire du football. Cela a toujours été ma vie et c'est ce que j'ai toujours fait. J’observe à présent le tout en tant que citoyen et non plus en tant qu'entraîneur. Ces choses affectent les gens "ordinaires"." Avez-vous échangé avec les joueurs ukrainiens ? "Le problème, c'est qu'il y a deux groupes de joueurs. Les Ukrainiens sont des victimes : nous partons, mais eux restent et sont touchés personnellement. Cela me touche beaucoup. L'autre chose lourde est que les enfants de l'âge de mes enfants sont ici à la merci des événements. Je dois y aller maintenant, je dois parler à mes joueurs." Internazionale.fr reste solidaire à Roberto De Zerbi et espère que lui, l’ensemble de son staff et de ses joueurs, pourront tous rentrer au plus vite près de leur proches, en toute sécurité. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. 10 ans que l’Inter attendait de pouvoir disputer à nouveau les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, 10 ans et deux changements de propriété plus tard, l’Inter va se parer de sa tenue de gala pour recevoir les Reds de Liverpool. Pour l’occasion, le Giuseppe Meazza sera Sold-Out! Comprenez, le cap de 50% de limite autorisé a été atteint selon Calcio&Finanza qui relaye la Gazzetta Dello Sport: Les 37.918 Tifosi permettront à l’Inter de percevoir environ 3 millions d’euros. Alors que lors de ses trois précédentes tentatives, sous la houlette de Luciano Spalletti et Antonio Conte, les Nerazzurri n’étaient pas parvenu à passer la phase de groupe, Simone Inzaghi a réussi cette emprise dès sa première saison, s’offrant le luxe de composter son billet une journée à l’avance! Pour l’Inter, qui devra faire face à l’absence de Nicolò Barella, il faudra qu’elle se présente dans son format des "Nuits Magiques européennes" dont elle a le secret, en étant soutenu par un public plus que jamais présent: La bande à Jurgen Klopp fera face à une tifoserie déchainée qui a vu l’intégralité des billets être vendu durant la phase de prévente, sans oublier la clé de répartitions entre les abonnés, les Interclubs et les titulaires de la Tessera del tifoso. Klopp sera toutefois accompagné d’environ 2.500 supporters, soit le nombre de billets réservés à l’équipe britannique. Le saviez-vous ? L’arbitre de la rencontre sera Szymon Marciniak. Il sera accompagné de Paweł Sokolnicki et Tomasz Listkiewicz. Le quatrième arbitre sera Paweł Raczkowski. Ils seront assistés à la Var par Tomasz Kwiatkowski et Bartosz Frankowski . La dernière fois que Marciniak a arbitré l’Inter, nous étions en Demi-Finale de l’Europa League, un soir d’été du 17 août 2020 où l’Inter venait de gifler le Shakhtar Donetsk 5-0! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C’est une information en provenance du site officiel de l’Inter : "Suite à son succès en Ligue des Champions face au Shakhtar, les Nerazzurri se prépare pour reprendre le Championnat : L’Inter sera de retour sur les terrains, ce samedi 27 novembre à 20h45 pour le compte de la 14ème journée de Serie A face à Venezia." Il faut avoir de la bouteille pour ce genre d'exercice A la veille de ce match, Andrea Ranocchia se livrera en conférence de presse : Le défenseur Nerazzurro répondra aux demandes des journalistes connectés, ce vendredi, dès 14h. La conférence de presse sera retransmise en direct sur Inter TV et sur les canaux digitaux officiels du Club. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Il n’aura suffi que de quatre jours, quatre petits jours et deux victoires essentielles face au Napoli et au Shakhtar pour révolutionner entièrement et relancer la saison Nerazzurra La Gazzetta Dello Sport encense Simone Inzaghi "Finalement, et comme de coutume à sa maison, Simone Inzaghi est retourné vers un sommet interdit sans faire de bruit et il y a planté son drapeau. Il est arrivé là où d’autres ont failli avant lui : Ni Luciano Spalletti, ni Antonio Conte n’avait offert au peuple, les frissons d’un huitième de finale." "L’Inter d’Inzaghi est définitivement passé à un stade supérieur du Game et elle y est parvenu en étant à l’image de son nouvel entraîneur : Cette équipe est toujours plus "Inzaghienne" à savoir émotive, joviale et décidément très ambitieuse." "A la fin de la rencontre, l’entraîneur a d’ailleurs été félicité, tout comme l’équipe, par le Président Steven Zhang, par téléphone depuis Nankin. Car en quatre jours, entre le Napoli et le Shakhtar, Inzaghi a totalement relancé la saison. Le succès face au Napoli l’a propulsé dans la Course au Scudetto, celui face au Shakhtar est synonyme de Renaissance européenne." "Ses deux parcours sont similaires, l’un alimentant l’autre, et qui sait quelle en sera l'issue finale." Regrettez-vous le départ d'Antonio Conte et le non-recrutement de Massimiliano Allegri ou selon vous, Il Padrino a réalisé le meilleur recrutement possible en nommant Simone Inzaghi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Conférence de presse d'un Inzaghi soulagé après de 2-0 contre le Shakhtar Donetsk. Simone Inzaghi a admis qu'il était tendu avant qu'Edin Dzeko ne fasse enfin la percée en seconde période contre le Shakhtar Donetsk. Le Bosniaque en a ensuite ajouté un second pour sceller la victoire de l'Inter, ce qui devrait suffire à envoyer les Nerazzurri en huitièmes de finale. "Nous avions besoin de cette victoire. Nous avons créé tellement d'occasions en première mi-temps, mais nous n'avons tout simplement pas pu sortir de l'impasse. La tension montait alors quand Dzeko a marqué, c'était libérateur. C'est pourquoi j'ai célébré comme je l'ai fait !" "Si nous atteignons le prochain tour, ce sera une grande réussite. C'est une des choses dont j'ai parlé avec la direction lorsque j'ai signé mon contrat. Nous devons attendre car le football est un vieux jeu amusant, mais normalement dix points suffisent pour vous mener en huitième. Nous avons réalisé une autre superbe performance aujourd'hui à peine deux jours après notre match précédent qui nous a épuisés mentalement et physiquement." "Nous sommes dans une bonne forme en ce moment mais il reste encore beaucoup de matchs à jouer et beaucoup de dangers. Nous avons remporté deux matchs clés mais nous devons continuer à le faire maintenant et nous avons beaucoup de travail à faire. J'ai essayé de transmettre mes idées aux gars et ils les prennent en compte. Nous jouons un excellent football et avons la meilleure attaque de la Serie A, même si nous avons perdu un peu trop de points en cours de route." "Maintenant, je veux que ceux qui ont joué moins soient sur un pied d'égalité avec les autres parce que c'est un groupe de joueurs fantastique et je ne veux pas que quiconque soit laissé pour compte." "Ivan se porte à merveille. J'ai dû l'affronter en tant qu'adversaire pendant quatre ans et il a toujours été un problème, d'abord en tant qu'ailier avec Luciano Spalletti, puis en tant qu'ailier avec Antonio Conte. La première chose à laquelle j'ai pensé quand je suis arrivé, c'est qu'il serait une ressource fantastique, il l'est, sans aucun doute. Il doit continuer comme le reste de ses coéquipiers." Traduction alex_j via le site officiel.
  13. C’est une information en provenance de Calcio&Finanza : Si l’Inter se qualifie, ses comptes en seront les plus grands bénéficiaires : Au bonus de participation, soit 15,64 millions d’euros, suivi des 15,9 millions d’euros en provenance de son ranking historique, il y aura lieu d’ajouter la part du Market Pool qui, dans le pire des cas, culminerait à 10,7 millions d’euros. En cas de victoire de l’Inter face au Shakhtar, mais aussi face au Real, en plus des 6,53 millions d'euros déjà accumulés, remporterait au moins 5,6 millions d'euros supplémentaires, auxquels il faudra ajouter les sommes non-réparties au prorata du nombre de victoires dans le groupe. Enfin, il y a le montant payé en cas de qualification au tour suivant qui s'élève à 9,6 millions d'euros. Au total, les Champions d’Italie pourraient percevoir un minimum de 58,37 millions d'euros, un chiffre appelé à être révisé à la hausse en fonction du Market Pool et des autres bonus liés aux résultats de la phase de groupe ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Julio Cesar, Lucio et Marco Materazzi se sont livrés à quelques heures d’une rencontre qui peut s’avérer décisive pour l’aventure européen de l’Inter Julione "J’étais au Meazza, en septembre, face au Real Madrid. C’est une équipe qui a mis en difficulté les espagnols en dominant une bonne partie du match, elle n’a pas à avoir peur du Shakhtar, il lui suffira de répéter cette prestation et le plus dur sera fait : La qualification deviendra une réalité." "L’Inter traverse une grande période : La victoire face au Napoli était fondamentale pour son parcours en championnat et les joueurs la porteront avec eux aussi en Ligue des Champions : Ce sont des matchs qui te changent une saison, qui augmentent ton auto-estime et L'Inter sera différente de celle qui s’est présenté à Kiev." "Avant des rencontres de ce niveau, il n’y a pas besoin de conseils à donner, c’est aussi facile pour les entraîneurs de se préparer : L’Inter a tellement de joueurs d’expérience et habitué aux grands matchs. Je ressens juste une petite chose que je dis à dire : Cela se joue sur les détails, l’attention devra être bien plus importante comparé à un match de championnat." "Ce serait si beau de se qualifier pour les huitièmes après tant de temps, arriver à profiter de cette atmosphère des matchs à élimination directe. L’Inter a un organigramme qui proposent des joueurs au tirs phénoménaux, en février, elle pourrait se divertir et avec la suppression de la règle des buts à l’extérieur, les rencontres seront encore plus équilibrées.' "Allez : Forza Inter, il faut convertir cette possibilité!" Lucio "Notre Ligue des Champions a été une chevauchée incroyable et si nous sommes parvenus à atteindre cet objectif, c’est dû au fait que nous étions un groupe unique soudé à un grand entraîneur: Cette Inter suit notre exemple, on voit que les joueurs se veulent du bien entre eux. Simone Inzaghi est parvenu à construire un vrai groupe tout en démontrant son envie de pratiquer un beau jeu." "Elle inscrit aussi énormément de buts et propose une défense exceptionnelle, ce qui est toujours un élément décisif lors des grandes rencontres européennes : C’est un rempart qui est très physique qui est capable de construire l’action dès l’arrière." Matrix "C’est très simple, les joueurs doivent continuer à faire ce que l’on a vu lors de la dernière journée face au Napoli, et le résultat viendra ensuite de lui-même. Il n’y aura aucun problème, il lui suffit de monter sur le terrain avec cet état d’esprit. Il y aura, peut-être aussi une motivation supplémentaire en se rappelant d’où elle était lors des deux rencontres précédentes, comment elle s’était compliquée la vie au classement: Je n’ai pas de doute, cela lui donnera l’’envie de gagner!" "J’aime énormément cette Inter, c’est une équipe qui mise sur l’attaque et qui l’a montré à plusieurs reprises, C’est une attitude qui, sur le terrain internationa,l te récompense même si tu fais face à des équipes fortes, organisées, habituées à ce type de rendez-vous." "J’ai toujours pensé que la Ligue des Champions était, en réalité, la somme de deux tournois différents : Le premier avant Noël, le second à partir de février : Se qualifier face au Shakhtar lui permettrait de se concentrer exclusivement pour les trois prochains mois sur le championnat, une compétition où l’Inter est favorite, l’équipe à battre." "Ensuite, une fois arrivé les matchs à élimination directes, tout devient possible : Il faudra espérer que la situation liée au Covid-19 ne va pas empirer et que les stades resteront ouverts. S’ils le restent, le Giuseppe Meazza plein pourrait faire vraiment peur à tout le monde, même à certaines équipes insoupçonnées, c’est un avantage non-négligeable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Matteo Darmian est le joueur qui était présent aux côtés de Simone Inzaghi dans le cadre de l’avant-match qui mettra aux prises, ce mercredi à 18h45, l’Inter au Shakhtar Donetsk dans le cadre de la cinquième journée de la Ligue des Champions. Félicitations à vous pour la période que vous traversez, votre objectif est-il la Nazionale à présent ? "Merci pour ces compliments, ce que je peux dire c’est que je ressens la confiance de mes équipiers, de l’entraîneur et du Club. Cela me pousse à m’améliorer et à apporter ma contribution à l’équipe, pour lui permettre d’atteindre ses objectifs. Si un appel devait arriver du Sélectionneur Nationale, cela me ferait plaisir, je dois continuer à travailler et à faire de belles prestations, comme toute l’équipe." Comment faites-vous pour ne pas faire regretter Hakimi ? "Je pense que remplacer un joueur comme Hakimi est difficile, sinon impossible, c’est l’un des plus fort à son poste. Je cherche à donner le maximum et à aider l’équipe en suivant les indications de l’entraîneur. Je cherche à faire de mon mieux et pour l’instant, l’équipe et moi-même y parvenons, nous devons continuer sur cette route." Vous vous êtes énormément amélioré lors de ces deux dernières années… "J’ai quelques années d’expériences en plus qui m’ont aidé à grandir, aussi bien sous l’aspect humain que footballistique. Je ne pense pas qu’il y a un âge pour s’arrêter. Mon objectif est de m’améliorer et de grandir, c’est ce que je recherche à faire quotidiennement." D’un sauvetage à Parme en passant au Scudetto sur le torse avec l’Inter, avec qui vous pouvez vous qualifier en huitième de finale de la Ligues des Champions… que ressentez-vous sur tout cela ? "J’étais convaincu par le choix d’être transféré à Parme, ma volonté était de jouer après deux saisons où je n’évoluais que très peu à United. Ensuite l’appel de l’Inter est arrivé et j’en étais très fier, je n’y ai pas pensé à deux reprises. L’année dernière était un très beau parcours et à présent, il y a l’envie de nous améliorer et de ce point de vue, la rencontre de demain est très importante." Votre caractère trop éduqué ne vous permet-il pas d’être trop peu considéré médiatiquement parlant ? "Ce n’est pas une faute, je cherche toujours à rester moi-même peu importe la situation, sur et hors du terrain. Je suis comme je suis et j’en suis très fier." S’agira-t ’il d’une rencontre psychologique après trois 0-0 de suite face au Shakhtar ? "Cela ne doit pas être une limite, nous devons monter sur le terrain avec la bonne détermination, comme dimanche soir. Nous sommes conscients que nous ferons face à un adversaire difficile qui aime avoir la possession. Avec la bonne attitude, nous pourrons les mettre en difficulté, nous chercherons à marquer et à gagner le match." Que trouvez-vous de différent entre cette Ligue des Champions et celle de l’année dernière ? "Nous avons déjà une année d’expérience en plus, nous avons la conscience qu’il ne faut pas nous montrer présomptueux, nous devrons rester humble et concentré." Quel est le secret de votre saison et de votre continuité ? "Je me prépare toujours de la meilleure des façons, que je joue en qualité de titulaire ou que je doive rentrer en cours du jeu: Je ne sais pas dans quelle mesure cela peut m’influencer. J’essaie de me rendre disponible et de m’améliorer quotidiennement : Le travail paye" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Archivé la victoire en Serie A face à l’invincible Napoli, l’Inter s’apprête à recevoir au Giuseppe Meazza le Shakhtar Donetsk dans un match à haute signification : Une victoire lui permettrait de se qualifier, pour autant que le Sheriff ne s’impose, à nouveau pas, face au Real Madrid ! On a énormément parlé de la rencontre face au Napoli comme d’un match charnière. Qu’ajouterait la qualification au tour suivant de la Ligue des Champions ? "Je pense que nous avons réalisé un très grand match dimanche, nous avons battu la Napoli qui avait la meilleure défense d’Europe. Les garçons ont fait preuve d’une très grande démonstration de maturité et de caractère. Nous savons que tout est entre nos mains demain. Après les victoires face au Sheriff, nous en sommes-là, nous savons que nous ferons face à une équipe qui a un très grand entraîneur et qui nous a mis en difficulté au match aller. Nous devrons être bons." Pourriez-vous faire une mise au point des blessés ? "Nous devons récupérer, dimanche nous avons dépensé tant d’énergies et nous avons connu des problèmes en cours de match, car Barella et Correa m’ont demandé le changement. Calhanoğlu était le seul averti sur le terrain, sur le 3-1. J’ai préféré faire rentrer deux milieux, j’ai préféré le retirer. Je savais que Dzeko n’était pas au mieux et Satriano n’était pas disponible, mais je devais analyser la situation. De Vrij et Sanchez ne seront pas disponible pour demain, mais mon espoir est que nos joueurs blessés se rétabliront." Le fait de pouvoir vous qualifier pour les huitièmes de finale, après dix ans, se fait-il ressentir comme une pression ou comme une stimulation ? "Nous savons à quel point la rencontre de demain est importantissime, c’est l’un de nos objectifs. Je l’avais dit le jour de mon intronisation que bien au-delà des joueurs partis que notre objectif était de retrouver les huitièmes de finales. Nous sommes bien, mais il reste encore tant à faire." "Nous savons que la rencontre de demain sera décisive car le dernier match à Madrid ne sera pas des plus faciles, mais nous savons aussi que nous défierons un adversaire de grande qualité qui est capable de te mettre en difficulté. C’est pour cela que nous chercherons à préparer la rencontre de la meilleure des façons possibles." Pour votre Inter, est-ce plus difficile de faire face à une équipe qui joue à visage découvert ou qui se renferme dans sa moitié du terrain ? "J’ai la chance d’avoir des joueurs très évolués qui joue depuis tellement d’années à de hauts niveau. Cela ne fait aucune différence, nous l’avons vu lors des derniers matchs. Nous avons fait face à des équipes qui sont venu nous prendre en jouant haut et d’autres en jouant bas. Je connais très bien le Shakhtar qui propose un jeu en contre et cet entraîneur a réussi à transmettre ses concepts rapidement, c’est une équipe très technique avec d’excellentes individualités." Est-ce que le fait que le Shakhtar doivent s’imposer peut-il vous favoriser ? "Je ne pense pas que cela changera énormément la partie, selon moi, ce sera une excellente rencontre, avec deux équipes qui jouent bien au football. Elle est extrêmement importante pour nous car elle peut tant nous donner. Au match aller, les deux équipes auraient pu l’emporter même si nous étions l’équipe qui avaient obtenus le plus d’occasions, mais le Shakthar a plus fait tourner le ballon. Nous sommes conscients que nous ferons face à une équipe qui voudra dicter la rencontre et nous chercherons à ne pas le lui permettre." Aimez-vous lire dans la presse que c’est déjà l’Inter d’Inzaghi ? "Je pense que nous sommes dans un processus de croissance est que nous sommes sur la bonne voie, mais le travail est encore long. Je pense que chaque entraîneur a ses propres idées, j’ai eu la chance de trouver un environnement optimal qui m’a très bien accueilli, avec la manière, dès le premier jour. Je cherche à apporter mes concepts et nous avons réalisé, sur ses quatre premier mois un excellent parcours." "La rencontre de ce dimanche peut nous apporter de l’auto-estime car selon moi, nous n’étions pas en défaut lors des gros matchs, seul le meilleur résultat, les trois points manquaient." Quelle est l’équipe italienne qui se rapproche le plus du Shakhtar? "Je pense au Napoli et même au Sassuolo de De Zerbi. Ce sont des équipes similaires au Shakhtar, des équipes qui cherchent la possession pour t’attirer et pour se retrouver dans des situations idéales." Que vous faudra-t ’il de plus, comparé au match aller ? "Au match aller, nous nous sommes créés tellement d’occasions, nous devrons nous montrés plus décisifs, plus chanceux, je me souviens de la barre de Barella, des tentatives de Dzeko, de Lautaro. J’aurais dû m’inquiéter si nous n’étions pas parvenus à nous les créer." "C’est clair que nous ferons face à un adversaire qui peut nous poser des problèmes : Le Shakhtar a eu la possession à l'aller, mais même si ses quelques occasions étaient bonnes, elles n’étaient pas aussi retentissantes que les nôtres." Sensi pourrait-il retrouver un peu de temps de jeu lors des prochains matchs ? "J’ai des garçons qui travaillent très bien, il me manque De Vrij et Sanchez qui sont des joueurs importants et j’espère les récupérer le plus vite possible. Les autres m’envoient de très bons signaux." "Il est aussi normal de faire des choix et en ce moment je pense plus à ceux qui ont le plus joué qu’à ceux qui ont joué le moins. Sensi travaille très bien et, comme tous les autres, il aura sa place. Il y a tellement de rencontres d’ici à Noël, lui et tous les autres pourront apporter une bonne contribution." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C’est la question soulevée par la Gazzetta Dello Sport qui propose trois personnalités aux caractères bien différents pour assurer ce poste fondamental dans le Onze de base de Simone Inzaghi : Andrea Ranocchia "L’Ombrien de 33 ans a toujours répondu présent lors des trois occasions où Stefan a pu se reposer : face à Bologne, au Sheriff et face à l’Udinese. C’est évidemment un joueur qui est loin d’être rapide et qui devra faire face à la fraîcheur d’un Osimhen. Toutefois ce problème concerne l’ensemble du rempart Nerazzurro composé de joueurs coriaces mais loin d’être agiles." "De Vrij pallie son manque de rapidité par une lecture du jeu préventive. Ranocchia devra s’adapter et venir en aide à ses équipiers. Peu habitué à jouer dès la première minute de jeu, il devrait difficilement pouvoir garantir une bonne prestation face au Shakhtar, trois jours après le Napoli. Il ne serait pas étonnant que l’ancien Capitaine, qui fait parti des plus anciens dans le noyau, ne soit titularisé que lors d’un seul de ces deux matchs-clé." Federico Dimarco "L’ancien joueur de Vérone alterne souvent son poste sur toute l’aile gauche avec Ivan Perisic, un poste auquel il a appris à jouer sous la direction de Juric. Il a également joué plus bas à de nombreuses reprises en remplaçant Alessandro Bastoni. Il pourrait s’avérer être la meilleure garantie pour aller au duel face à l’ancien de la maison, Matteo Politano. Il pourrait pousser le jeu vers l’avant via son pied gauche qui pourrait parvenir à trouver de nombreuses têtes du noyau." "Le doute est lié à Bastoni, car même si Federico revient d’une légère blessure musculaire, il peut tenir physiquement, et que si l’ancien de l’Atalanta dispose d’une maturité assez intrigante pour ses 22 ans, il lui est déjà arrivé d’évoluer dans l’axe de la défense en présentant un manque de familiarité à ce poste. Toutefois, son jeu de pied et sa vision du jeu jouent en sa faveur, il peut se montrer important à la relance lorsque Marcelo Brozovic fait l’objet d’un marquage devenu quasiment habituel sur l’Homme." Danilo D’Ambrosio "Il s’agit de la possibilité la moins probable, mais certainement pas à cause d’un manque de fiabilité de Danilo D’Ambrosio. Entre Bastoni et Skriniar, le slovaque est celui qui est le plus fort au marquage et il est donc très compliqué de le placer dans l’axe. Dans un tel cas, D’Ambrosio devrait s’occuper d’Insigne." "Comme Dimarco, l’ancien du Torino est un couteau suisse qui est capable aussi de se montrer incisif en attaque. Avant d’être titularisé face à l’Empoli, il n’était monté au jeu que durant simplement quelques minutes de jeu. Au Castellani, il avait dû jouer au poste de Skriniar et il s’était montré convaincant avec un but inscrit, une habitude qui ne lui fait jamais défaut, et en réalisant une performance plutôt convaincante en défense." Entre les trois personnalités, qui a la faveur des pronostics selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Cette trêve internationale a fait mal à l’Inter, très mal même avec de nombreux titulaires qui ont été victimes de coups, voire même de blessures : Edin Dzeko et Alessandro Bastoni travaillent, par exemple, de façon individuelle, en attendant de retrouver le groupe. Des évaluations ont lieu régulièrement afin de ne prendre aucun risque. Alexis Sanchez est ressorti blessé de son dernier match. Le club attend de voir physiquement le joueur pour procéder à certains tests afin d’évaluer la gravité du problème. Lautaro Martinez a reçu de très nombreux coups lors de la rencontre face au Brésil. Selon le Staff médical Albiceleste, il n’y aurait rien de grave. Si celui-ci a été remplacé par Joaquin Correa, Lautaro en personne a diffusé une Story sur Instagram, le montrant souriant dans le vestiaire suite à la qualification de l’Argentine pour la Coupe du Monde. Stefan De Vrij a été victime d’une blessure aux adducteurs lors de la fin du match opposant les Pays-Bas au Monténégro : L’international hollandais pourrait rater trois rencontres avec les Nerazzurri : Le Napoli, le Shakhtar et Venezia ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. La troisième journée de la Ligue des Champions aura lieu ce mardi 19 octobre 2021, à 21h00. Pour l’occasion l’équipe surprise du Groupe D, le Sheriff Tiraspol se déplacera au Stade Giuseppe Meazza avec la casquette de leader du Groupe Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de Simone Inzaghi En analysant les deux rencontres du Sheriff, avez-vous compris où le Real Madrid et le Shakhtar Donetsk ont fauté, vu qu’ils ont tous deux été battus par l’équipe moldave ? "Le Sheriff n’a pas remporté deux match par hasard, ils vont arriver ici avec les ailes de l’enthousiasme: Ils défendent bas, sont bien organisés et ont des hommes talentueux en attaque. Il faudra être bon offensivement, mais sans nous déséquilibrer, cette partie est fondamentale pour la suite de notre parcours en Ligue des Champions." Selon le CIES, l’Inter est l’équipe qui s’est créée le plus d’occasion de but dans le Top-5 des championnats européen, mais elle n’a pas encore inscrit le moindre but en Ligue des Champions. De même, elle concède des buts, quelle est la vérité sur votre équipe ? "Je connaissais cette statistique, mais mes équipes ont toujours l’habitude de créer énormément, nous sommes la meilleure attaque du championnat, mais nous subissons hélas trop de buts. La partie que nous avons perdu samedi dernier nous a fait énormément enrager, j’ai vu des garçons furieux, cela me plaisir car je sais que j’ai à faire à des gagneurs. Face au Sheriff nous devrons avoir une excellente possession de balle et nous devrons concrétiser les occasions que nous aurons, peu importe l’adversaire, nous nous en créons tellement." Y-a-t ’il un problème lié à la Ligue des Champions ? Ces dernières années, votre équipe a toujours connu des difficultés dans la compétition, qu’en pensez-vous ? "Non, il n’y a pas de blocage lié aux Coupes. Face au Real Madrid, c’était un mix de causalité et d’imprécisions. Nous avons, devant, nous l’occasion pour marquer et renouer avec la victoire." Avez-vous revu la rencontre face à la Lazio ? Qu’en pensez-vous? "J’ai procédé à une analyse à chaud après la rencontre de samedi et en la revoyant, j’en ressort encore plus convaincu: Lors des 65 premières minutes de jeu, nous avions réalisé notre meilleure rencontre à l’extérieur de la saison. Le problème est que nous n’avons pas été capable d’inscrire le second but, en conservant la Lazio dans le match. Nous avons commis une faute lors de l’occasion menant au penalty et le dernier quart d’heure est sincèrement à oublier : Une équipe aussi forte que la nôtre doit toujours savoir rester dans son match : J’ai vu de la désillusion et de la rage chez mes garçons, cette défaite nous a fait mal et nous voulons réagir comme une grande équipe." Quel impact peut avoir cette rage compétitrice peut avoir pour la rencontre de ce mardi ? "Nous devrons nous montrer dur, agressif et déterminé: Nous savons que nous ferons face à une rencontre qui ne sera pas simple, qui pour nous sera fondamentale, il faudra faire preuve d’intelligence et de lucidité si nous voulons parvenir à arriver à la victoire." Avez-vous l’intention de relancer Sanchez dès les prochains matchs ? "Aussi bien Sanchez que Vidal se sont bien entraînés depuis le retour d’Amérique du Sud, ils ont réalisé un bon entrainement. Je suis ravi, car la condition physique d’Alexis s’améliore: Il a disputé trois matchs internationaux et il peut certainement représenter une valeur ajoutée." L’année dernière, l’équipe avait commencé avec une philosophie offensive avant de faire marche arrière avec un centre de gravité plus en retrait: Croyez-vous que vous devrez aussi procéder à cette adaptation ? "Je cherche à améliorer l’équipe sur l’aspect défensif, mais paradoxalement, nous parvenons aussi à marquer bien plus: Je dois améliorer les automatismes de l’équipe." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Après le partage face au Shakhtar Donetsk dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions, l’Inter retrouve la Serie A et plus précisément Sassuolo ce samedi 02 octobre à 20h45. Pour l’occasion, Simone Inzaghi s’est livré en conférence d’avant-match A quelle rencontre vous attendez-vous face à Sassuolo ? "Ce ne sera pas une rencontre facile, c’est la septième en 20 jours, il y a un peu de fatigue physique et mentale. Ils pratiquent un excellent football, la vraie Inter devra être présente pour l’emporter." Y-aura-t ’il quelques rotations ? "Aujourd’hui, c’est la première journée où je retrouverai l’équipe et j’évaluera la situation. Je parlerai avec les garçons pour connaitre leur état de forme et demain matin, j’opterai pour le meilleur onze possible à aligner." Etes-vous à la recherche d’un meilleur équilibre ? "L’équilibre est une chose importantissime. En Ukraine, nous avions réalisé un bon match au niveau défensif, mais nous avons exprimé beaucoup moins notre jeu, avec du cynisme, nous l’aurions emporté." Etes-vous rassuré suite à la parution du bilan ? "Je pense oui, nous avons un Administrateur-Délégué très brave. Je pense que le club l’a aussi été, notre objectif était de mettre le club en sécurité et le prochain bilan sera bien meilleur. Le club a réussi à conserver un environnement serein, à garder sa tifoserie compacte, et à verser les salaires avec régularité, il y a de la confiance pour l’avenir." Vous avez plus de difficulté à marquer en Coupe d’Europe, comment l’expliquer ? "C’est le fruit du moment, nous avons la meilleur attaque de Serie A, cela peut arriver que tu ne marques pas de buts, lors de deux matchs en Ligue des Champions : Face au Real, nous avions eu 18-19 occasions, face au Shakthar, nous avions eu d’importantes occasions, nous aurions dû faire mieux, c’est le résultat de ces épisodes." Pourquoi Çalhanoğlu ne parvient pas à confirmer ? "Je suis très satisfait de Çalhanoğlu, il combine qualité et quantité : J’ai tant de joueur pour ce poste, le fait qu’il soit sur le banc à Kiev n’avait rien à voir avec son match face à l’Atalanta où il m’avait satisfait. J’ai tant de milieux, de temps en temps, je dois faire des choix différents." Handanovic est attaqué sur les réseaux sociaux. Est-ce que cela a fait écho dans le vestiaire ? Pensez-vous aussi le titulariser en Coupe d’Italie ? "Je pense qu’il faudra penser par après de la Coupe d’Italie. C’est notre Capitaine, un des leader du vestiaire. C’est un grandissime gardien, qui durant des années encore, fera le bonheur de l’Inter." Après la trêve internationale, il y aura le match face à la Lazio et l’Inter pourrait être privée de ses sud-américains. Est-ce que Correa ou Lautaro pourront revenir plus tôt ? "Pour l’heure, c’est le Sassuolo. Ensuite, nous savions que nous allions faire face à cette problématique, nous y réfléchirons en temps voulu. Je dois nous préparer à la rencontre de demain actuellement." Quel est le meilleur poste pour Sanchez ? "Selon moi, Alexis est un joueur avec tellement de qualité qu’il peut être aligné au poste de Trequartista, au poste d’attaquant. Cela fait à présent 20 jours qu’il travaille à plein régime et je suis content de ce qu’il nous apporte." Manque-t ’il un Vice-Brozovic ? "Je pense que Marcelo occupe un poste bien spécifique, c’est un joueur très très important. Je peux aligner d’autres joueurs, face au Shakthar, j’ai mis Barella, mais il y a aussi Sensi, Gagliardini et Vecino qui peuvent l’occuper." Est-ce que la prestation face au Shakhtar est le fruit des éliminations passées ? "Je ne pense pas. Nous avons vu comment l’équipe a déployé son football face au Real et comment elle avait voulu développer son jeu ici. Certains fait de jeux ont fait en sorte qu’il n’y a pas eu de résultat positif. Nous n’étions pas l’Inter habituelle en termes de jeu, mais nous aurions pu gagner, comme nous aurions pu aussi l’emporter face au Real." Vous attentiez vous à vous retrouver à cette place au classement ? Est-ce déjà un signe positif ? "Nous sommes bien placé, nous aurions pût sincèrement faire mieux. Les six premiers matchs de championnat étaient très bon, il manque les deux points perdu face à la Sampdoria et les deux points perdu face à l’Atalanta, que nous aurions mérité." "Je suis content de ce que nous proposons sur le terrain. Je suis juste amer, car nous aurions dû avoir plus de point en Ligue des Champions, vu toutes les occasions que nous avions obtenus. J’y repenserai lorsque la Champions fera son retour." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Chroniqueur Sportif dans le cadre de la Ligue des Champions, Antonio Conte s’est livré à Sky Sport sur les performances réalisées par la Juventus, le Milan Ac et…. L’Inter de Simone Inzaghi Sur la prestation Milanaise "Le Milan a réalisé une excellente rencontre durant une demi-heure à 11 contre 11, il a démontré qu’il avait sa place en Ligue des Champions. L’expulsion fait partie de ces détails qui sont utile pour engranger de l’expérience. Kessié aurait dû faire plus attention. Nous avions aussi conne cela avec le Real : Vidal s’était fait expulser après 20 minutes de jeu. Ce sont des étapes et le Milan les apprends de bonne manières. Jusqu’à la 82ème, il n’a pas autant souffert que cela. Le fait que le résultat ait été inversé fait que les deux prochaines rencontres seront décisives pour les Rossoneri." Sur la Juventus "C’est une victoire importante qui est le fruit d’une stratégie. La Juve voulait réaliser ce type de match, en concédant peu d’espaces défensif et en évoluant dans sa moitié de terrain pour partir en contre avec Chiesa, ce qui s’est avéré être létal. Elle a remporté trois points, elle est première du groupe et elle retrouvé ses esprits en battant les Champions d’Europe. Tu peux toujours parler de possession de balle ou de laisser le jeu, mais avoir le bon état d’esprit est important, ne pas laisser une attaque comme celle de Chelsea inscrire un but est important. Lukaku a eu une occasion importante en fin de mach mais Chelsea aurait dû proposer bien mieux." Sur Romelu Lukaku "Je pense que les caractéristiques d’un entraîneur doué doivent être de pouvoir améliorer les performances de ses joueurs, j’ai réalisé un parcours important avec lui à l’Inter. Amener Lukaku dans la surface est dangereux, il vaut mieux l’en tenir éloigné. C’est difficile de trouver un joueur qui peut être ton point de référence et qui a la capacité de démarrer rapidement du milieu de terrain, il est généreux et c’est aussi quelqu’un qui réalise des passes décisives." "Ces spécificités de Lukaku, je les retrouve aussi chez Haaland ; c’est aussi pour cela que j’avais insisté avec fermeté pour le transférer à Milan. Je le voulais déjà lorsque j’étais l’entraîneur de la Juve, soit bien avant que je devienne le Manager de Chelsea. Il a encore une belle marge d’amélioration technique, mais il est déjà arrivé à un haut niveau. Il doit encore s’améliorer sur certaines phases de jeu, il faut parfois l’allumer aussi. C’est un attaquant impressionnant, un des plus difficile à affronter, il faut toujours le faire jouer, mais Chelsea n’a pas encore compris comment l’utiliser. Le jour où Chelsea le comprendra, elle deviendra l’équipe à battre." Sur l’Inter Fabio Capello lui a dit: "Partir en contre face à ce Chelsea avec ton Inter, avec Barella et les autres, lorsque vous le faisiez, c’était spectaculaire…." "Cela dépend toujours de la stratégie, tu peux aussi opter pour la stratégie d’Allegri. Nous, à l’Inter, nous étions également bon face aux équipes qui refusait le jeu, nous parvenions à trouver des espaces face à des adversaires qui ne t’en laissaient pas." "Face au Shakhtar, c’était une rencontre équilibrée, même si au final le Shakhtar a eu la possession, l’Inter a elle eut les occasions. Les Ukrainiens ont payé la différence de structure avec l’Inter. L'Inter devra se montrer bonne pour profiter des phases arrêtées, comme ce corner dont est né l’occasion de Dzeko. "L’Inter est une équipe qui aime avoir la balle, mais qui souffre en phase de non-possession. Les deux rencontres face au Sherrif seront importantes. Le Sherrif devait être la Cendrillon du groupe et il nous a tous surpris. Cela redistribue les cartes, comme lorsque le Shakhtar est parvenu à battre deux fois, l’année dernière, le Real." L’épopée en Europa League "L’Europa League est une compétition importante, cela fait depuis trop longtemps qu’une équipe italienne n’est plus parvenu à l’emporter. Après la phase de groupe, l’ambiance devient plus chaude. C’est bon que le Napoli, qui propose des belles choses, et avec la manière, et qui dispose d’un excellent noyau, l’aborde avec l’envie de bien faire." La Finale ? "Nous étions parvenus à atteindre la Finale, nous avions terminé le Championnat et nous étions en phase finale en Allemagne. Le Championnat étant fini nous disposions de plus de temps pour nous préparer à chaque match." Comment gérer les doubles confrontations ? "Nous étions bien parvenu à le faire en seizième et en huitième. Remporter l’Europa League t’ouvre les portes de la Ligues des Champions et de la Super Coupe d’Europe. Des cycles ont d’ailleurs débuté en Europa League, comme celui de l’Atletico Madrid". Le Saviez-Vous ? Romelu Lukaku a été bien accueilli au Juventus Stadium : Piégé par la tactique de Massimiliano Allegri, l’ancien numéro 9 de l’Inter a été pris en grippe par les Tifosi Bianconeri qui lui ont adressé des chœurs peu reluisant tels que "Figlio di..." ("Fils de…") suivi de siffler. L’Inter, pourtant absente, en a aussi pris pour son grade avec des chants à son encontre. Et dire que l’on commençait à partir sur une bonne base avec un dénominateur commun…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Un sortilège, pour ne pas dire une malédiction : Pour la troisième fois consécutivement, la rencontre opposant le Shakhtar Donetsk et l’Inter s'est soldé sur un 0-0 bien amer tant la prestation proposée par les Nerazzurri est très loin de ce qui est proposé en Serie A. Mis à part une barre transversale sur un tir lointain de Nicolò Barella et une reprise non-cadrée à l’intérieur du petit rectangle de la part d’Edin Dzeko, l’Inter n’aura rien proposé de mieux en première période. La situation s’empire en seconde période avec une domination ukrainienne totale. L’Inter risquera même de réaliser le hold-up en toute fin de match lorsque Joaquin Correa et Stefan De Vrij testent les réflexes d’Andrij Pyatov. L’Inter occupe actuellement la troisième place du groupe avant sa double confrontation face à la surprise du chef : le Leader Sheriff Tiraspol auteur d’un départ canon avec 6 points sur 6. La première manche aura lieu au Stade Giuseppe Meazza le mardi 19 octobre à 21h00 et aucun faux pas ne sera permis face au tombeur du Real Madrid humilié sur ses terres L’avis de Simone Inzaghi à Inter TV "Nous avons affronté une équipe en grande forme qui a bien joué et qui a tant fait circuler le ballon. Lors de certaines phases de jeu, nous avons très bien fait tourner le ballon, mais nous avons eu la malchance de ne pas concrétiser nos occasions : Une barre transversale, deux grands arrêts, soit trois occasions franche dans une soirée peu brillante, mais nous aurions pu l’emporter." Attendiez-vous plus des attaquants ? "Ils ont réalisé un grand match car ils se sont sacrifiés : Ensuite, j’ai aligné Correa et Sanchez à la reprise. Il y a tellement de match rapprochés, comme ce déplacement si dangereux qui était si proche de celui disputé face à l’Atalanta." "Nous nous sommes montré bon pour repartir à la maison avec un point face à un adversaire de grande valeur. Même s’il y aura clairement le match retour à disputer à domicile à la fin du mois de novembre, ils restent une équipe imprévisible qui pose problème à tout les adversaires. Toutefois, vu les occasions créées ce soir, nous aurions dû inscrire un but." Milan Skriniar, désigné homme du match "Il y a un peu de désillusion : nous voulions l’emporter, nous voulions ces trois points et nous en avons été proche. Je tiens à féliciter l’adversaire qui a été coriace, qui a fait bien fait circuler le ballon et qui a bien joué. Nous avons été bon en phase défensive, nous avons tous combattu avec un grand état d’esprit en défense : Nous aurions dû faire quelque chose de mieux devant, mais nous avons encore un parcours important devant nous qui nous attend. C’était fondamental de ne pas perdre et de ne pas encaisser de but, nous devons repartir sur cette base: Nous avons une mentalité de conquérant et nous misons toujours sur la victoire." Stefan De Vrij "C’était une partie difficile et le mérite en revient à notre adversaire qui a très bien joué en parvenant à annihiler notre pressing. Nous aurions dû faire mieux, nous sommes déçu par ce résultat car nous voulions l’emporter. Vu le déroulement du match, je pense que le match nul est un résultat correct. Nous devons bien analyser ce qu’il s’est passé et définir les points à améliorer en vue des prochains matchs. "La rencontre est resté ouverte et Pyatov a réalisé un miracle sur ma reprise de la tête, c’est dommage car nous voulions gagner. Les deux prochains matchs de Ligue de Champions sont devenu, à présent, importantissime pour la suite de notre parcours." Mattias Vecino "Nous nous attendions à ce type de rencontre, nous connaissions leur façon de jouer et leur entraîneur. C’est une équipe qui te met en difficulté et qui cherche toujours à t’étirer pour trouver des espaces. Nous n’avons pas eu les occasions pour diriger le match et nous avons à présent quatre matchs à disputer sur lesquelles dépend notre parcours. Nous aurions probablement dû mieux contrôler nos temps de jeu et en profiter pour obtenir de meilleurs occasions. Faire match nul à l’extérieur n’est jamais un résultat négatif. Après avoir reçu le Sheriff à Milan, nous affronterons le Shakhtar à Milan pour jouer la qualification." Tableau récapitulatif Résumé vidéo Shakhtar Donetsk 0-0 Inter Buteur(s): / Shakhtar Donetsk: 30 Pyatov; 2 Dodo, 5 Marlon, 22 Matviyenko, 31 Ismaily (78' 4 Kryvstov); 7 Maycon, 6 Stepanenko; 38 Pedrinho, 21 Alan Patrick (85' 11 Marlos), 19 Solomon (78' 20 Mudryk); 23 Traore (10' 14 Tete) Banc: 81 Trubin, 3 Vitao, 8 Marcos Antonio, 15 Bondarenko, 26 Konoplia, 44 Korniienko, 45 Sikan, 77 Bondar T1: Roberto De Zerbi Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries, 8 Vecino (81' 5 Gagliardini), 77 Brozovic (55' 20 Calhanoglu), 23 Barella, 32 Dimarco (81' 14 Perisic); 9 Dzeko (55' 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (72' 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 22 Vidal, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian T1: Simone Inzaghi Arbitre: Kovacs Var: Fritz Averti(s): De Zerbi (S), Dumfries (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Simone Inzaghi s’est livré à la traditionnelle conférence d’avant-match, dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions, qui verra l’Inter défier le Shakhtar Donetsk. Pour l’occasion, il était accompagné de Stefan De Vrij Il y a 21 ans, vous, Inzaghi, aviez marqué un but contre le Shakhtar, sous le maillot de la Lazio - lors des débuts de l'équipe ukrainienne en Ligue des champions. Depuis ce moment-là et jusqu’à aujourd’hui, le Shakhtar a continué à avancer "Le parcours de l'équipe ukrainienne est vraiment optimal. Il y a deux ans, elle avait atteint les demi-finales de l’Europa League : C'est un club ambitieux, ils voudront nous poser des problèmes." Avant ce match, on peut dire que l’Inter a récolté moins que ce qu’elle a semé : Est-ce déjà une rencontre décisive pour la phase de groupe ? "Elle n’est pas encore décisive, mais elle sera importante. Le Shakhtar est une très bonne équipe qui joue bien et qui dispose d’individualités importantes : Nous devrons être brave et réalisé un excellent match : Nous revenons d’une rencontre face à l’Atalanta où j’ai très bien aimé la réaction." Vous connaissez très bien l’entraîneur du Shakhtar, à quel point cela-a-t ’il put influencer l’impact de la préparation de la rencontre ? "Après avoir vu les deux derniers matchs du Shakhtar, je peux vous dire que Roberto cherche à apporter ses idées et il est très bon. Il a apporté quelques modifications en se basant sur ses joueurs, qui sont d’une valeur absolue." Vous aviez déclaré que vous souhaitiez voir une équipe qui propose de l’intensité. Est-ce que ce que l’Inter a démontré jusqu’à présent, correspond à ce que vous vouliez voir ? "J’avais demandé à voir une équipe qui a la capacité de réagir tout en jouant bien au football, deux choses que j’ai vu lors des toutes premières rencontres. Il faut à présent trouver un meilleur équilibre dans le sens où nous attaquons avec énormément d’hommes en proposant du football, mais en cherchant à prendre moins de risques pour ne plus connaitre de contre-attaques dangereuses." Vérone, la Fiorentina et l’Atalanta vous ont pressé haut en vous mettant en difficulté : Croyez-vous qu’il s’agît-là des matchs les plus compliqués à disputer ? "Je suis d’accord, nous avons fait face à des difficultés lors de ces matchs: Nous étions également mené au score, mais comme je l’ai dit, je suis très heureux de la réaction de l’équipe : Elle est toujours resté lucide." Vous parlez d’équilibre : Est-ce un problème d’ordre général au niveau de la façon d’aborder la rencontre, ou est-ce une question liée aux individualités ? "Nous sommes une équipe offensive qui évolue sur toute la largueur du terrain. Lors de certaines journées, il est arrivé que nous commettions des erreurs face à des équipes qui ont des jambes et qui nous faisait mal en contres." Simone a Sky Sport "Nous sommes capable de nous améliorer c’est sûr, mais nous avons disputé nos six premiers matchs de championnat, tout comme celui face au Real, de la meilleure des façons : Nous avons une grande marge d’amélioration, nous avons pratiqué un excellent football et nous disposons de la meilleure attaque de Serie A. En ce moment, nous devrions moins concéder à l’adversaire, mais c’est notre façon de jouer." "Nous aurions dû obtenir plus que ce que l’on a récolté jusqu’à présent, mais ce n’est que le début et je suis très content de ce que propose mes garçons : Sur six matchs, nous en avons remporté quatre pour deux partages où nous aurions mérité plus : J’ai vu de la désillusions à la suite du match face à l’Atalanta, et ce même si nous avions été mené au score : En tant qu’entraîneur, cela me fait plaisir." Comment composez-vous avec la Pazza Inter : Conte disait qu’il ne voulait plus la voir à l’œuvre...... "J’aime beaucoup voir l’Inter jouer en ce moment. Samedi, nous aurions voulu l’emporter et nous l’aurions probablement mérité. Mais au net de tout, nous avons fait face à l’Atalanta qui est une équipe de valeur absolue et qui s’est présentée au Meazza en jouant à visage découvert : Finalement, eux comme nous, devons accepter le match nul." Stefan De Vrij en conférence de presse En tant que Leader de la défense, quelle est la différence principale dans vos phases défensives, comparé aux deux dernières saisons ? "Je pense que tant de concepts sont resté d’actualité, même le dispositif que nous connaissions déjà très bien, c’est d’ailleurs quelque chose qui est valable pour toute l’équipe, pas que pour nous. Nous sommes une équipe offensive qui presse haut et qui se crée énormément. Nous devons encore retrouver un peu plus d’équilibre : Nous sommes encore capable de nous améliorer." Comment avez-vous trouvé Inzaghi, que vous aviez connu, il y a trois ans ? "Je me sentais très bien avec l’entraîneur du temps de la Lazio et je suis content qu’il soit arrivé ici : Je me sens toujours très bien ici avec lui et son staff, nous cherchons à nous améliorer et à grandir encore tous ensemble." Stefan à Sport Mediaset Avez-vous la certitude de vous qualifier ? "Oui, malgré la défaite face au Real, nous sommes convaincu que nous passerons la phase de groupe, nous sommes sûr de nous et de nos qualités, nous les avons démontré." La qualification passe par ici...... "Oui, c’est très certainement une partie extrêmement importante pour la phase de groupe, et pour nous, vu que nous avons perdu le premier match, c’est important de récolter des points." Handanovic fait face à de très nombreuses critiques...... "Nous savons qui écrit, qui parle, nous ne devons pas penser à ce genre de choses, mais à rester centré sur nous-même : Il y a tant de confiance et d’envie de bien faire entre nous : Ce qui se passe à l’extérieur du groupe, reste à l’extérieur." La rencontre de l’année dernière, face au Shakhtar avait vraiment été malheureuse "Oui et nous voulons vraiment faire de bonnes choses: Même s'il y a la désillusion de l’année dernière, nous voulons remporter le match de demain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. En effet, la Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur le duo formé par l’italien et l’argentin qui, défieront ce soir, le Shakhtar Donetsk dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions: "L’Inter retrouve le Shakhtar Donetsk sur son chemin. Ce n’est pas une rencontre inédite pour les Nerazzurri qui ont déjà affrontés les Ukrainiens à plusieurs reprises lors de ces deux dernières saison. L’année dernière, l’Inter a été éliminée de la Ligue des Champions suite au partage 0-0 au Giuseppe Meazza, lors de la dernière journée de la phase de groupe. Il y a deux ans, l’équipe de Conte était parvenu à s’imposer avec un net 5-0 en demi-finale de l’Europa League." Doux souvenir pour Nicolò "L’Ukraine, pour Barella aura le parfum de la Nazionale, étant donné qu’il y a fait ses débuts sous le maillot Azzurro, tandis que pour Lautaro, il s’agit d’une malédiction, le Toro ayant quitté le stade en pleur suite à l’élimination l’année dernière de la Ligue des Champions et du rêve envolé d’atteindre les huitièmes de finales." La source d’inspiration de Simone Inzaghi "Simone Inzaghi devra se fier à ses deux interprètes : Barella et Lautaro sont déjà le "Spot de la Beauté" de cette saison Nerazzurra : Face à la Sampdoria à Gênes, face à l’Atalanta samedi dernier. En général, le lien fonctionne à merveille : Ils ont déjà été à la base de 5 occasions de buts créés, à 27 reprises les deux se sont déjà échangé le ballon, dont 19 passes de Nicolò vers le Toro : La douce sensation est qu’ils peuvent faire mal à n’importe quel moment." "Face au Shakhtar, ils y sont déjà parvenu, il y a deux ans en demi-finale de la Ligue Europa : Le 5-0 fut un match ouvert avec, entre-autre, un centre de la droite de Barella et une reprise de la tête de l’attaquant argentin." Un futur convoité En effet, il s’agit également des deux joueurs parmi les plus estimé sur le Mercato : "Barella est le second meilleur milieu de terrain parmi les cinq plus grand championnat en termes de passe décisives : Seul Paul Pogba fait mieux que lui avec 7 passes décisives contre 5. Si l’on élargit ce classement à ceux qui n’occupent pas le poste de milieu de terrain, on retrouve entre la Pieuvre et l’Azzurro que Karim Benzema qui avait déjà, au Giuseppe Meazza, adressé un message à tous les adversaires du groupe." "Lautaro traverse la meilleure période de sa carrière : Ses limites ne sont même plus visibles. Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui l’Inter s'appuie sur eux. Car en plus du Scudetto, ils ont respectivement, embrassé la Coupe d’Europe des Nations et la Copa America." Selon vous, est-ce que le duo latin sera à la source des succès de l’Inter cette saison et nous offira-t'il le plus beau des cadeaux ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...