Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'sky sport'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

22 résultats trouvés

  1. Gianluca Di Marzio en est sûr, l'aventure d' Antonio Conte à Tottenham se terminera cette saison. La Gazzeta parle d'un retour possible à la Juventus. Gianluca Di Marzio parle de certitudes, et ce en partie parce que le contrat de Conte est sur le point d'expirer. A cela s'ajoute le fait qu'il n'arrête pas de dire qu'il partira ainsi qu'il semble que le club ne lui ait pas proposé de renouvellement. Ses mots à Skysport. "Lui et Levy ne sont pas faits l'un pour l'autre. Le président n'aime pas tous les coups qui viennent de l'entraîneur et il veut un club où l'on peut gagner, ne pas pouvoir concourir à certains niveaux. De plus, il n'y a plus le sentiment qui est né, vu qu'il n'y a pas de couverture de Paratici. On va donc aller vers un divorce. Je ne sais pas encore où il va s'entraîner et peut-être y réfléchira-t-il avant de retourner s'entraîner à l'étranger vu ce qui a été dit." Selon la Gazzetta dello Sport, la Juventus envisage une approche pour Antonio Conte, alors qu'elle s'interroge sur l'avenir du titulaire Massimiliano Allegri. En effet, les Bianconeri seraient prêts à apporter de gros changements après avoir été frappés d'une déduction de 15 points à la suite d'une enquête sur la fraude de gains en capital. Cela pourrait affecter Allegri. L'avenir de l'ancien tacticien du Milan au stade Allianz étant incertain, il est suggéré que le club turinois pourrait revenir à Conte pour reconstruire le club, après l'avoir fait il y a dix ans lorsqu'il les dirigeait aux trois premiers des neuf titres de champion consécutifs. Moralité: tout n'est qu'éternel recommencement... et on rigole bien en attendant. Traduction alex_j via FCInter1908 et Sempreinter.
  2. Un an après la fameuse interview qui a marqué le début de son rapprochement avec l'Inter, avec des excuses aux supporters et l'aveu de vouloir revenir à Milan tôt ou tard, Romelu Lukaku revient s'exprimer aux micros de Sky Sport. Big Rom a abordé de nombreux sujets. Voici la longue interview. Comment allez-vous? "Je vais très bien, nous avons fait un excellent travail avec l'équipe et l'entraîneur. L'équipe doit continuer à travailler et bien se préparer pour le match contre le Napoli." L'année dernière, à cette époque, vous aviez dit que vous vouliez revenir à l'Inter. "Il y a de la satisfaction d'être de retour, beaucoup. Je suis content d'être de retour, mais je ne veux pas trop parler en dehors du terrain. Je travaille dur avec les entraîneurs et avec l'équipe. Maintenant je dois répondre sur le terrain." Comment avez-vous vécu la période où la négociation devenait chaude ? Quand avez-vous su que vous reveniez à Milan ? "Quand j'étais en équipe nationale, quelques jours avant, j'ai parlé au propriétaire de Chelsea. Nous avons eu une bonne conversation et je lui ai tout raconté, ma relation avec le manager qui était à Chelsea à l'époque. Je lui ai dit que je voulais retourner à l'Inter et il m'a ouvert la porte. Ensuite, j'ai commencé à parler à l'Inter et à partir de là, la négociation s'est déroulée rapidement, puis mon avocat s'est occupé des détails." Vous souvenez-vous du moment de votre arrivée à Milan ? "J'étais fatigué, j'étais parti en vacances et je suis arrivé ici tout de suite. J'étais nerveux, mais au final je dois tout faire pour aider l'équipe. L'Inter m'a donné l'opportunité dont j'avais besoin dans ma carrière, maintenant je veux faire quelque chose d'important avec cette équipe." Votre relation avec Jay-Z ? "C'est la première personne qui m'a appelé après avoir gagné le Scudetto. On a passé du bon temps ensemble à New York, il a aussi beaucoup poussé pour que je revienne ici. Il aime beaucoup le football, il suit l'Inter, c'est quelqu'un de bien." Les personnes les plus importantes dans les moments difficiles ? "Ma mère et mon fils et bien sûr les membres de ROC Nations." Comment avez-vous trouvé le vestiaire ? "Très bien ! Maintenant je dois arriver au sommet d'un point de vue mental car les adversaires m'attaquent maintenant immédiatement. Le groupe est compétitif, nous sommes des amis très proches et c'est unique dans le football. Nous avons grandi ensemble et c'est une bonne chose." Le but contre Lecce ? "Je me suis dit 'Et un… maintenant je dois faire le second'. Je me souviens aussi du but de Denzel et de la façon dont nous avons tous applaudi ensemble, le but de Dumfries nous a amenés à gagner le match, nous sommes tous allés applaudir avec lui et vous pouvez voir que l'équipe est unie." Quelle a été l'émotion la plus forte après votre retour ? "Le retour à San Siro mais aussi quand je suis revenu en Ligue des champions contre Plzen, j'ai vu comment tout le monde a applaudi mon but. C'était vraiment un beau moment, j'ai vu l'amour des fans qui sont vraiment spéciaux, les meilleurs au monde. Même si nous avons des problèmes, ils nous soutiennent toujours. Je pensais qu'ils étaient toujours en colère contre moi. J'ai parlé aux managers, je leur ai dit la vérité sur les raisons de mon départ. J'espère aussi rester dans le futur, pour moi l'Inter vaut tout." Lorsque vous avez marqué contre le Viktoria Plzen, vous vous êtes excusé. "Avant, je marquais toujours beaucoup de buts mais il manquait cette pièce pour être un grand joueur, l'Inter m'a permis d'en devenir un, même si évidemment je ne suis pas encore au top. Les fans de l'Inter resteront toujours dans mon cœur. Mais l'histoire n'est pas encore terminée, espérons que nous gagnerons d'autres trophées dans ce club." La blessure? "C'était une blessure grave, bien plus que prévu, c'était au tendon fléchisseur. Je récupère rapidement en général, mais j'ai toujours eu ce sentiment que les choses n'allaient pas bien. Ma maison est comme un hôpital, j'ai tout pour récupérer rapidement. Cette fois, je n'ai pas réussi, j'ai disputé un match de Coupe du monde avec deux entraînements en quatre mois. Ensuite, je me suis reposé et à partir de là, j'ai recommencé de zéro. En ces dix jours ils m'ont justement massacré, maintenant j'ai vraiment envie de retrouver le terrain. Attendons et voyons." Que répondez-vous à ceux qui disent que vous n'êtes plus au top comme vous l'étiez ? "A bientôt sur le terrain." Henry? "A mon avis, il sera le prochain entraîneur de l'équipe nationale, c'est quelqu'un qui sait coacher, il sait ce qu'on a à faire. Pour moi, c'est le nouvel entraîneur de la Belgique. Alors je ne sais pas qui ils vont embaucher, mais je pense qu'il ne faut pas repartir de zéro. Nous n'avons pas gagné, mais nous devons continuer d'essayer de le faire. Il veut gagner ! Je ne pense pas que l'équipe nationale veuille engager quelqu'un qui veuille repartir de zéro. Pour moi, ça n'en vaut pas la peine." L'année dernière vous avez eu des mots sympas pour Inzaghi, maintenant que vous l’avez rencontré qu'en pensez-vous ? "Il sait stimuler les joueurs, il a trouvé le moyen de réveiller le lion en moi. Ça me provoque toujours et me déclenche une réaction, il y a un super feeling sur le plan personnel. Nous avons une excellente relation. Comme je lui ai dit, mon frère l'a eu pendant de nombreuses années à la Lazio et il s'est toujours très bien entendu avec lui. L'année dernière, nous avons beaucoup parlé, puis je suis parti. Mais ça vaut pour toute l'équipe, il n'y a pas que la relation entre Romelu et l'entraîneur. Il y a celui entre Inzaghi et tous les joueurs. Nous voulons bien faire pour ce club et pour les supporters. Nous voulons bien faire les choses au cours des six prochains mois et nous y travaillons." Quel est l'objectif de l'Inter ? "Tant qu'une équipe n'a pas soulevé le trophée, tout est possible dans le football, nous jouons pour cela. Voyons à la fin de la saison, celui qui soulève le trophée est champion. Nous sommes toujours là pour l'instant, le championnat se termine en juin et nous ne le verrons qu'à ce moment-là." Napoli? "Ils ont un entraîneur vraiment fort, ils font un excellent travail, ils ont beaucoup de joueurs du plus haut niveau. Ils sont dans un bon moment, ils ont Osimhen qui marque beaucoup de buts, Kvara qui est très fort." Qui est le plus fort entre toi et Osimhen ? "Il est vraiment fort, maintenant c'est le meilleur. Nous devons être honnêtes, il va très bien et Napoli est premier au classement. Nous avons du respect mais pas de la peur." La rencontre dans les vestiaires a-t-elle été le tournant ? "Je pense que oui, tout le monde là-bas a montré qu'il voulait bien faire pour l'équipe et pour lui-même, nous sommes à l'Inter pour gagner et faire de bonnes choses sur le terrain. Il n'y a pas d'alibi, il faut faire des choses pour l'équipe, faire de son mieux chaque jour. Je pense que depuis Barcelone, nous avons montré que nous sommes plus une équipe. Maintenant, tout le monde fait des choses pour l'équipe et nous devons continuer comme ça. Quand on a gagné il y a deux ans tout le monde courait, le foot c'est comme ça, on l'a aussi vu à la Coupe du monde. Je pense que nous sommes entraînés maintenant et nous sommes prêts pour n'importe quelle situation." Lautaro ? "Je l'ai vu et je l'ai serré dans mes bras, je l'ai entendu même après la finale et je suis très heureux pour lui qu'il ait remporté la Coupe du monde. Tous les joueurs rêvent de le gagner, j'espère que ce succès lui donnera plus d'énergie pour faire de bonnes choses pour nous. Maintenant, il aura plus d'énergie, je pense qu'il fera de très bonnes choses dans la deuxième partie du championnat." Dzéko ? "Nous avons toujours eu une excellente relation même lorsque nous étions tous les deux en Premier League, nous avons toujours parlé. Il aurait dû arriver à l'Inter plus tôt. Il aime beaucoup jouer à côté et il me donne la possibilité d'attaquer dans l'espace, puis on peut tout faire tous les deux dans la surface. On peut aussi jouer les trois ensemble avec Lautaro comme milieu de terrain offensif, puis Correa est de retour aussi. Nous allons tous bien et nous devons faire de notre mieux." Avec Dimarco ? "Fede est le premier joueur qui m'a aidé dans le vestiaire, le premier vrai ami. Quand je suis arrivé, il m'a appris beaucoup de choses sur l'Inter, il parle un peu le français, je comprenais l'italien mais il m'a beaucoup aidé. Quand il est allé à Vérone, la relation est toujours restée, maintenant nous sommes amis Playstation, nous jouons toujours ensemble la nuit." La rivalité avec Ibrahimovic ? "Je ne suis pas du genre à chercher de grands joueurs pendant longtemps, il y a toujours du respect pour ce qu'ils ont fait dans leur carrière. Il a fait de grandes choses, les gens veulent voir deux grands joueurs s'affronter. J'espère qu’il reviendra le plus tôt possible, puis nous verrons ce qui se passera sur le terrain." Vôtre futur? "Tout le monde sait ce que je veux, maintenant je dois tout faire pour que l'Inter gagne, puis à la fin on verra." Aimeriez-vous terminer votre carrière à l'Inter ? "Oui, bien sûr, même si j'aimerais jouer la dernière saison à Anderlecht. Je vais bien à l'Inter, le club a cette ambition de continuer à gagner et à grandir. Mon fils a maintenant commencé à jouer pour l'Inter Academy, nous voulons donc rester ici pour la famille aussi. On en reparlera en fin de saison et on espère trouver une solution." Un message aux fans. "J'espère que les six prochains mois seront merveilleux, vous avez été merveilleux avec moi et j'espère que vous passez de bonnes vacances." Traduction alex_j via FCInternews.
  3. Enorme séisme dans le Calcio et plus précisément à Turin avec le départ officialisé de l’intégralité du Conseil d’Administration de la Juventus, Andre Agnelli inclus ! Cette photo retrace à la perfection ce qu'il se passe à Turin en ce moment! Selon Marco Bellinazzo, journaliste au Il Sole 24 Ore, les démissions seraient liées à l’Affaire Prisma, SERAIT, car il est encore bien trop tôt pour en avoir confirmation: "Cette démission a été un coup de tonnerre alors que l'enquête en cours était connue de tous. Le communiqué publié par le club bianconero parle à la fois du cas des plus-values et du cas des salaires. Lors de la pandémie, il était question de quatre mensualités économisées sur les salaires des joueurs, mais la réalité est qu'il y aurait eu des paiements à des moments différents et selon des modalités différentes de celles que l'accusation considère comme correctes. En plus de travailler sur les bilans, la Juventus a décidé que le Conseil d'Administration devait "démissionner". L’avis de Federico Ferri, directeur de Sky Sport, s'est exprimé sur le séisme qui frappe de plein fouet la Juve sur Sky Sport 24 "Ce qui s'est passé et ce qui se passe ces dernières heures à Turin est totalement lié à l'enquête Prisma, aux plus-values, et à l'hypothèse d'une fausse comptabilité, ainsi qu’aux conclusions de la Consob. Il est clair que nous ne nous dirigeons pas seulement vers une mise en accusation, mais il y a aussi une prise de position du Club qui, pour se défendre au mieux, a décidé d’exiger la démission de l'ensemble du conseil d'administration. Il s'agit clairement d'une décision de la propriété, cela ne fait aucun doute". "Il y aurait la détention de pièces à conviction, des écoutes téléphoniques, des mises en accusations sont en cours en ce moment : Le niveau de gravité de la situation est comparable à celui de 2006." Révélation du Monde et de l’AFP "Déjà plongée dans de sérieux problèmes sportifs, financiers et judiciaires, la Juventus de Turin sombre un peu plus dans la crise. Le club italien a annoncé, lundi 28 novembre, la démission de la totalité des membres de son conseil d’administration, y compris son président, Andrea Agnelli. Cette décision fait suite aux enquêtes menées par la justice italienne depuis plus d’un an, qui mettent directement en cause les dirigeants de la Juve." "La brigade financière de la police italienne avait perquisitionné en novembre 2021 les bureaux du club, dans le cadre d’une enquête sur les mouvements de joueurs au cours des trois dernières saisons, et sur la manière dont les résultats financiers annuels ont été présentés entre 2019 et 2021." Plus-values "fictives" "Le Parquet de Turin s’intéresse également aux « faux échanges » de joueurs qu’aurait pratiqués la Juve : des ventes croisées avec d’autres clubs, sans échange d’argent mais permettant d’inscrire des plus-values dans les bilans. Les magistrats ont chiffré ces plus-values « fictives » à quelque 155 millions d’euros entre 2018 et 2021. Le club, coté en Bourse, aurait, en outre, caché à ses investisseurs l’existence d’accords privés avec des joueurs, dont l’attaquant vedette portugais Cristiano Ronaldo. Cette pratique lui aurait permis de régler certains salaires en différé." Dans le rouge depuis cinq ans "A ces déboires judiciaires s’ajoutent des problèmes financiers inédits pour un club de cette envergure. Dans le rouge ces cinq dernières années, le club a enregistré la saison passée 255 millions d’euros de pertes. Un déficit record dans le football italien." La « Vieille Dame » a aussi été éliminée dès les phases de poules de la Ligue des champions cette année. Cette sortie prématurée de la compétition engendre un manque à gagner de quelque 20 millions d’euros, selon le site Calcio e Finanza. Le directeur général, Maurizio Arrivabene, a été chargé de rester en place et d’expédier les affaires courantes le temps qu’un nouveau conseil soit constitué, a précisé le club. La prochaine assemblée générale est prévue le 18 janvier 2023. Le Monde avec AFP Et pour rappel, en 2006, ce fut le Scandale du Calciopoli…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, mais également à Sky Sport, Amazon Prime et Inter TV suite à la qualification "inattendue" de l’Inter en huitième de finale de la Ligue des Champions avec une journée encore à disputer dans le Groupe de la Mort Simone à Inter TV "C’était une rencontre jouée sérieusement, bien organisée, nous savions ce qu’il y avait en jeu ici. Je dois féliciter les garçons, ils ont réalisé une phase de groupe incroyable. Cela nous apportera de l’auto-estime pour les prochains match et c’est juste de profiter de ce succès devant nos Tifosi. Dès demain, nous penserons à la prochaine rencontre. C’était un match où nous avions tout à perdre, dont l’issue était à l’avance connue. En Ligue des Champions, tu dois aborder toutes tes rencontres de la meilleure des façons." "J’applaudis nos garçons qui ont réalisé une grande rencontre : L’équipe a interprété les différentes périodes de celle-ci de la meilleure des façons : Lorsqu’il fallait attaquer nous le faisions bien, de même lorsqu’il fallait défendre. Lukaku? "C’est un Homme important qui nous a énormément manqué, je suis content aussi bien pour lui que pour Gaglia qui était aussi forfait. J’attends à présent Brozo, il ne reste plus trop à attendre. Lorsque tu as tout le monde à ta disposition, tu te dois ensuite de faire les bons choix." Simone en conférence de presse "Lukaku sera extrêmement important, nous l’avions perdu durant deux mois, c’est un joueur important connu de tous, il revient en forme et il a une envie folle, pendant que dans le même temps, les autres donnent tout : Je suis content pour Correa qui a délivré une délicieuse passe décisive, Lautaro a réalisé un match extraordinaire et Dzeko a été génial dans la gestion du ballon et pour nous permettre de remonter. J’ai toujours dû jouer avec deux attaquants, à présent je devrai être bon pour les choisir." "Marotta avait dit ce soir que nous pourrions réaliser un petit rêve après un tel tirage au sort : Nous avons été excellent et, pour la seconde année de suite, nous sommes en huitième de finale avec une journée encore à jouer. Je suis content pour les garçons, pour le Club et pour les Tifosi : Voir un Meazza comme ça, c’est si beau. En Ligue des Champions, les garçons ont fait quelque chose de totalement inattendu! : Nous avons tous remonté les manches pour toucher le Bayern et Barcelone et Cette qualification doit nous apporter énormément d’auto-estime, nous avons atteint le premier objectif de notre saison, nous l’avons atteint avec des prestations toujours plus performantes." "En championnat, nous avons du retard, mais j’estime que nous travaillons pour le réduire, je suis confiant et j’ai de l’espoir avec le retour des joueurs blessés qui vont me venir en aide : Nous devrons fournir de derniers efforts jusqu’à la trêve, nous avons réalisé une emprise qui te donne de l’estime en toi, c’est juste d’en profiter en ce moment, ensuite nous serons à nouveau de retour ici pour le championnat, nous devrons nous réorganiser pour faire face à une rencontre importante face à la Sampdoria." "Dimarco et Bastoni ont été excellent et parler de Perisic ne me va pas : Ils ont été excellent, Gosens est en reprise continue. En ce moment, Dimarco et Bastoni, qui ont été écarté face à la Salernitata pour choix technique et à Florence car ils avaient quelques pépins, ont réalisé un excellent match. J’ai vu une équipe qui avait tout à perdre dont on attendait d’elle une victoire attendue, et nous avons été très bon sur le terrain, les gars ont été très sérieux pour remporter une rencontre fondamentale." Steven Zhang? "J’ai d’excellents rapport avec le Président et nous allons de l’avant depuis le jour de ma signature, il y a une très grande estime réciproque, et elle s’est renforcée entre nous car nous traversons une période importante. Je sais ce que représente la Champions pour l’Inter, je voulais lui offrir une suite à ce que nous avons vécu l’année dernière : Nous avons donné de très belle satisfaction au club et au Tifosi qui ont été ce soir, notre véritable moteur." Simone à Sky Sport "Je suis très fier de mes joueurs, pour le club et pour ces merveilleux tifosi. Lors du tirage au sort, nous n’étions pas heureux, mais nous avions de l’espoir. Nous avions la possibilité de couronner ce petit rêve et nous y sommes parvenu. C’est juste de profiter de la soirée ce soir car cela fait deux saisons de suite que nous nous qualifions pour les huitième de finale de la Ligue des Champions, c’est quelque chose qui n’était plus arrivé depuis longtemps à l’Inter." "Je suis heureux pour mes garçons qui ont réalisé un match sérieux, ordonné, dans lequel nous avions tout à perdre mais notre équipe a fait preuve de maturité. Ce type de match est difficile à jouer, dans le passé nous en souffrions, et déjà lors du match aller nous avions fait preuve de maturité. Nous ne pouvions également pas laisser s’échapper cette possibilité après les deux rencontres face au Barça." Le Championnat ? "En ce moment, profitons de ce résultat, dans 48 heures, nous serons de nouveau sur le terrain. Nous savons que nous avons du retard mais nous allons chercher à nous relancer via le retour des joueurs importants et à coup de victoire." Lukaku? "Je suis très heureux pour lui et pour Correa avec sa passe décisive, je suis content pour Lautaro qui dimanche avait été extraordinaire et qui ce soir aurait mérité de marquer. Dzeko, au-delà des deux buts qu’il a inscrits a été l’auteur d’un match extraordinaire. Ce sont des signaux excellent et nous avons atteint notre premier objectif, nous allons de l’avant avec confiance." Simone à Amazone Prime "Nous avions l’espoir de nous qualifier dans un groupe extrêmement difficile : Barcelone et le Bayern sont extrêmement fort, mais nous avions de l’espoir. Nous voulions réaliser une très grande phase de groupe et nous sommes allés au-delà de nos attentes, je dois vraiment encenser les joueurs." "Je suis satisfait du jeu exprimé, nous avons atteint le premier objectif de la saison en parvenant à réaliser quelque chose de spécial. Le début face au Bayern était très dur, mais nous avons grandi de match en match, surtout lors de la double confrontation face à Barcelone: C’est une récompense pour le Club et pour nos merveilleux Tifosi." Çalhanoğlu Play-Maker "Il réunit la qualité et la quantité, l’année passée, il était discret à ce poste. Asllani s’exprime très bien, mais nous étions dans une période vraiment délicate et j’ai retesté Hakan qui s’améliore continuellement." Les retours importants "Lorsque Brozovic et Lukaku seront de retour à plein régime, nous serons dans de bonne conditions, car nous jouons tous les trois jours et j’aurais plus de choix et de possibilité pour alterner. C’est une période de match très rapproché, et ce ne sera pas facile de les mener tous à bon terme." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Interviewé sur SkySport, DAZN et Inter TV après la victoire face à Salernitana, Lautaro Martinez analyse ainsi le match d'aujourd'hui au Meazza. Sur Sky Sport "Une victoire ça veut dire beaucoup. Ça veut dire qu'on a grandi, mûri. Après le moment difficile, on va bien maintenant et il faut continuer comme ça. On est sur la bonne voie après avoir perdu des points importants. On a tourné la page et cela se voit. Est-ce que je marque toujours ? Il en est ainsi. Aujourd'hui j'ai donné un coup de pied, j'ai essayé, peut-être que le gardien s'est trompé, je ne sais pas, mais c'est comme ça le football. Pour nous les attaquants c'est comme ça. Une discussion dans le vestiaire est-elle importante ? Nous avons beaucoup parlé, mais restez là. Je dis juste que ça se voit sur le terrain." Sur DAZN "Semaine parfaite, nous sommes sur la bonne voie, nous avons joué un grand match au Camp Nou et aujourd'hui nous devions confirmer. L'attitude devait être la même et je pense que nous l'avons prouvé. Peut-être que les premiers jours on a perdu des points importants, les choses ne se sont pas passées comme on le voulait, on a encaissé beaucoup de buts. On a parlé, on s'est tous réunis et maintenant les choses reviennent. Inzaghi m'a beaucoup aidé, il me donne toujours confiance, comme mes coéquipiers. J'essaie toujours de marquer et quand je ne peux pas j'essaie d'aider tout le monde, j'essaie d'être le premier défenseur, je fais le reste du travail. Parfois c'est bien de se parler, on l'a fait et nous avons compris les erreurs et nous avons commencé à travailler. Maintenant vous pouvez voir sur le terrain. Soixante buts comme Milito ? Ça me donne du bonheur, de la fierté. Je travaille la tête baissée tous les jours pour élever le niveau et je suis très content, je dédie le but à ma femme et ma mère en Argentine. Aujourd'hui c'est la fête des mères là-bas." Sur Inter TV "C'était une semaine importante pour nous, nous avions beaucoup de matchs difficiles devant nous. Après une bonne performance contre Barcelone à Milan, nous avons dû répéter au Camp Nou et je pense que nous l'avons fait, nous avons mérité le bon résultat de Mercredi et d'aujourd'hui." En deuxième mi-temps, vous avez poussé en phase défensive. "C'est certainement très important, il fallait mettre quelque chose en plus parce que ce qu'on faisait n'était pas suffisant, les choses n'allaient pas comme on le voulait. On a beaucoup parlé ces dernières semaines et aujourd'hui on l'a vu sur le terrain. Chacun essaie d'aider les compagnons et de fermer les espaces. C'est important dans une équipe. Parfois ça se perd, mais on rattrape." Vous avez atteint le nombre du bets de Milito avec le maillot Nerazzurri. "Je vais certainement l'entendre, nous irons dîner dans les prochains jours puisque il est ici à Milan. Il me donne toujours beaucoup de conseils, c'est une personne formidable et il suit toujours l'Inter." Traduction alex_j via FCInterNews.
  6. Victoire en douceur avec quelques occasions gâchées pour l'Inter qui a battu Salernitana 2-0. Simone Inzaghi commente ce qu'il a vu cet après-midi au Meazza aux micros de DAZN, Sky Sport et FCInternews. Aux micros de DAZN Le bon travail de l'Inter a été de faciliter un match qui ne l'était peut-être pas ? "Absolument oui, on sortait de matches importants où on s'était dépensé aussi bien mentalement que physiquement. Mais j'ai demandé la bonne attitude et les garçons ont tenu le match pendant 93 minutes, sans souffrir vis-à-vis adversaire bien organisé." La Ligue des champions vous a-t-elle donné des points et la prise de conscience qui vous a amené à remporter deux victoires en championnat ? "Oui, c'est évident que des performances importantes comme celles contre le Barça donnent beaucoup d'estime de soi. Mais pour un entraîneur, des matchs comme celui-ci sont les plus difficiles à affronter car après deux jours et demi après un match à l'extérieur." Le choix définitif pour Onana ? "Aujourd'hui Handanovic n'était pas disponible, après Barcelone il a eu un problème avec un doigt, une luxation, mais il voulait être là. Ce sera une alternance comme pour les joueurs. Ce sera un doute que je veux apporter. Handanovic a fait un excellent parcours, Onana a montré qu'il devait être à l'Inter. Je veux toujours avoir la chance de choisir dans les buts aussi." À quel point Calhanoglu vous surprend-il ? "Peut-être que cela vous surprend, pas tant que ça pour moi. Si je l'ai mis à ce poste à Barcelone, cela signifie que je l'avais bien placé. Ensuite, il y a aussi Asllani qui progresse bien. Maintenant j'ai quatre joueurs à ce poste et j'attends Brozovic et Gagliardini. Nous avons besoin de 7-8 joueurs." Sera-t-il possible de voir Lukaku à Florence ? "On verra jour après jour. Il y avait un peu d'espoir pour ce match, mais le contrôle a dit non. Il travaille jour après jour, on espère qu'il pourra revenir bientôt pour nous donner un coup de main dans les rotations." Aux micros de Sky Sport L'Inter toujours maîtresse du match : signes de reprise ? "Absolument oui. Nous avons toujours été en contrôle, l'équipe s'est bien développée. Je redoutais ce match en tant qu'entraîneur compte tenu du match à Barcelone. Je les avais vus concentrés. Maintenant, nous devons travailler encore plus pour nous améliorer." Calhanoglu nouvelle carte aussi tactique : une solution de plus ? "Asllani travaille très bien, mais en même temps j'ai Mkhitaryan qui progresse malgré son départ retardé pour cause de blessure. Et Calhanoglu me donne de très bonnes réponses. Mais Asllani va aussi très bien et sera un atout pour le club." On t'a critiqué et tu es sorti vainqueur... "Nous les entraîneurs sommes toujours critiqués, ça m'est arrivé aussi à la Lazio malgré les objectifs et trophées engrangés. Ici on regardait 84 points et les deux trophées comme une défaite. Dans le calcio, les entraîneurs sont jugés tous les dimanches et l'Inter n'a pas pu faire 4 KO en 8 matchs. Maintenant, je regarde le terrain et je vois les gars s'entraider, c'est l'aspect le plus positif. J'ai toujours visé le travail, je sais ce que j'ai fait et ce que je fais." Quand et comment avez-vous décidé de cette petite révolution technico-tactique ? "Je ne parlerais pas de révolution. J'ai fait jouer Calhanoglu aussi l'année dernière. Dans les buts, en voyant les niveaux d'Onana, tous les dimanches j'ai un choix à faire, même si Handanovic s'est luxé un doigt et n'était pas disponible aujourd'hui. Au milieu de terrain, nous n'en avons plus que quatre de disponibles. Correa est de retour en attaque et nous donne un coup de main depuis 20 minutes. J'espère récupérer tout le monde pour faire des choix compte tenu du calendrier chargé." Aux micros de FCInterNews Est-il si évident que Brozovic prendra le relais de Calhanoglu lorsqu'il se remettra de sa blessure ? "Il n'y a pas de sortants malgré tout, en tant qu'entraîneur, j'aimerais avoir Brozovic, Gagliardini, Lukaku... Tout le monde. Quand vous jouez beaucoup, vous devez avoir tous les joueurs disponibles. Nous avons récupéré Correa, maintenant nous espérons récupérer les autres." Bastoni et Lautaro ont dit qu'il y avait eu un changement d'attitude après ce départ négatif. L'avez-vous vu aussi ? "Il y a des comparaisons quotidiennes avec les joueurs, les dirigeants et la présidence. Ce qui me reste, c'est ce que je vois à l'entraînement et sur le terrain. Aujourd'hui, nous étions en contrôle, les gars s'entraidant. Nous avons joué un match sérieux et concentré. Je suis satisfait mais à partir de demain on pensera à la Fiorentina." Parmi les critiques, lesquelles vous ont le plus dérangé ? "Non, je peux distinguer les critiques, celles constructives et celles recommandées par les autres. Rien ne me dérangeait, j'ai toujours été concentré sur mon équipe. Je sais ce qu'ils ont gagné ces mois-ci avec moi. Nous sommes en retard dans le classement, mais il y a beaucoup de matchs devant nous." Avez-vous remarqué un changement d'attitude de la part du groupe ? "L'attitude est fondamentale, je pense que vous l'avez remarqué aussi. L'équipe a le bon état d'esprit, vous n'allez plus encaisser de but comme avant. C'était agréable de voir l'équipe en contrôle contre un groupe organisé qui n'est pas un adversaire facile. On aurait pu marquer quelques buts de plus mais ça va. N'oublions pas qu'on était sortis de trois matches en dix jours, deux avec Barcelone et un avec Sassuolo." Traduction alex_j via FCInterNews.
  7. Giorgio Chiellini, en lien vidéo avec Sky Sport lors de l’after match de la Champions, a fait les déclarations suivantes. Nuits des clubs italiens ? "La soirée a été belle, Naples continue de donner du spectacle pendant que l'Inter a fait quelque chose d'extraordinaire. Mardi pourtant, il y eut deux mauvais matches. Le premier est celui de la Juventus, il fut très mauvais. Le deuxième celui du Milan avec des faits très négatifs. Les deux équipes ont passé une très mauvaise nuit." Piqué pas génial ce soir. "Il n'a pas remarqué le mouvement de Barella. C'est quelque chose qu'ils font depuis l'époque de Conte avec Bastoni qui le trouve bien grâce à son coup de patte. Nicolo avait déjà fait une première mi-temps extraordinaire et quand il garde le rythme, sans s'arrêter pour un moment, il fait partie des meilleurs milieux de terrain d'Europe." Est-il difficile d’être sur le banc, comme Handanovic ? "Beaucoup. Mais si vous comprenez que vous pouvez être utile, peut-être d'une manière différente, peut-être en tant que point de référence quotidien pour vos coéquipiers, alors ça passe. L'âge doit être combattu mais aussi accepté, on peut être important même en jouant moins. Il ne faut que l'accepter et le comprendre, si Handanovic a vraiment dit certaines choses à l'équipe c'est une démonstration d'une grande maturité, une valeur ajoutée." Quel est le meilleur geste de Lautaro ? "L'attaque au but et le mouvement à l'intérieur de la surface sont incroyables. Mais aussi la capacité aérienne, la technique... C'est un joueur complet et quand il est en forme, il devient décisif. En Europe, avec quelques espaces en plus, il est souvent décisif. Bravo à l'Inter et à Zanetti, ils ont découvert un joueur extraordinaire alors qu’il n’était encore presqu’un enfant." Maintenant que Lukaku est de retour, que se passe-t-il avec l'Inter ? "Est-ce que Lautaro joue mieux avec Lukaku ou avec Dzeko ? Je ne sais pas, je suis curieux de comprendre s'il profitera de tout ça, d'avoir Lukaku à ses côtés..." Que diriez-vous à Conte ? "J'ai passé un très bon moment avec Conte, il m'a appris non seulement à détruire, mais aussi à proposer. Je l'ai vu jugé mais je sais qu'il a vécu des jours difficiles à cause de la disparition de Gian Piero Ventrone." Traduction alex_j via FCInterNews.
  8. Diego Milito et Esteban Cambiasso ont réagi à cette belle performance de l'Inter aux micros de Prime Video et Sky Sport. Diego Milito. "L'Inter a fait une belle performance, le résultat est amer car ils avaient la qualification et la victoire en main. L'Inter a fait une belle performance sur un terrain difficile, après le deuxième but ils ont pu le tuer en accélérant. Mais à la fin, l'Inter fait une belle performance. Lautaro ? Ça te fait comprendre qu'avec le but, ça te donne la confiance qui te manque. C'est un but extraordinaire. Cela lui manquait, après avoir joué un grand match, il n'a rien fait de mauvais. Il est très fort, il a marqué et cela lui a donné confiance pour conclure le match de manière extraordinaire. Asllani ? Il a un péché par individualisme, il est jeune, c'est normal, manque d'expérience." Esteban Cambiasso. "L'Inter a quitté le Camp Nou satisfaite du résultat et de la performance, avec une grande personnalité car jamais écrasée par Barcelone, donnant toujours l'impression de pouvoir gagner. Une belle épreuve de maturité. Handanovic ? Je le connais, il n'est jamais entré le vestiaire en tant que jeune rookie (ou rox) mais toujours comme expert. Il a de la personnalité, il parle toujours de la bonne manière. Pour autant que je le connaisse, c'est un bon gars. Lautaro? Milito était important pour le faire venir ici. Il marque plus avec Lukaku mais il joue mieux avec Dzeko, je pense." Traduction alex_j via FCInter1908.
  9. Le PDG de Pirelli et trois légendes interistes se sont exprimés après ce magnifique 3-3 de l'Inter au Camp Nou. S'exprimant sur Sky Sport, le PDG de Pirelli, Marco Tronchetti Provera, a parlé du match de l'Inter à Barcelone. "Une grande soirée de football pour l'Inter et ses supporters, la passion que l'équipe a mise nous rappelle celle du Triplete. Evidemment, le Camp Nou, c'est un terrain de foot qui fait peur, les gens ont une passion infinie. L'Inter a bien joué, ils méritaient la victoire, terminant par un match nul alors qu'il y avait plus de place pour la victoire que pour la défaite. C'est un résultat fantastique. Merci à Inzaghi et aux garçons pour avoir préparé le match et joué un excellent football." S'exprimant sur Sky Sport, Ivan Cordoba a parlé du match nul de l'Inter contre Barcelone. "Aller à Barcelone vous transporte directement à ce moment-là, en 2010. C'étaient deux scénarios différents, cependant, deux équipes différentes. Quand vous faites face à deux équipes aussi fortes, il y a toujours le désir de ramener un bon résultat à la maison, l'Inter a fait son devoir. Il reste, cependant, le regret de ne pas avoir gagné après le match magnifique d'hier. Bon, c'était globalement, et en regardant les deux matchs, une belle performance. En Italie, les équipes sont tactiques, tous les entraîneurs ont une culture de la tactique de haut niveau, ils étudient les mouvements et chaque détail, ils font tout leur possible pour ne pas laisser développer le jeu, ça devient difficile. En Ligue des champions tu trouves des espaces mais il faut faire attention, tu peux marquer 3 buts et en encaisser 3." "L'Inter a une équipe forte, ils peuvent aspirer à des choses importantes, ils savent souffrir dans les bons moments et ils savent faire mal à des équipes comme Barcelone sans être en défense et chercher le résultat, sans mettre le bus. C'est important et fait progresser les joueurs qui, peut-être, n'ont toujours pas la conscience d'être forts et cela augmente l'estime d'eux-mêmes. C'est une question de temps, on l'a fait en 2010 et l'Inter actuelle doit continuer comme ça." Interviewé par Mediaset Infinity après le 3-3 de l'Inter contre Barcelone, Spillo Altobelli a parlé du match au Camp Nou. "L'Inter a fait un grand match, ils sont allés à Barcelone pour gagner et jouer ce match, ils auraient pu le gagner mais cela s'est passé autrement. Ce sont des matches qui vous réconcilient avec le football. Deux équipes qui ont joué ouvert. Il faut être honnête pour le dire, l'Inter a gâché la victoire et la qualification directement, même si la qualification est faite à 90%. A Lautaro un 7.5, il a participé à tout le match, il est parti de loin et a toujours tenu le ballon, il a marqué un superbe but. Ceci dit, il peut faire beaucoup plus. Je m'attends à une amélioration car en championnat il peut marquer 20 buts par saison. J'espère qu'il trouvera la tranquillité et la sérénité pour faire ce qu'il faut dans la surface. Il a les qualités pour être un grand joueur et c'est le meilleur dans le domaine." Intercepté sur les plages de Barcelone par les micros de Sportitalia, Julio Cesar est revenu sur le 3-3 d'hier au Camp Nou. "Un goût amer pour ce but pris à la fin, alors que tout semblait réglé, mais Barcelone reste Barcelone. Hier, le tournant comme à Kiev en 2009-2010 ? Différents scénarii car perdre à Kiev et on serait allé en Ligue Europa. On sait comment ça s'est terminé. Onana ? Un grand gardien, jeune, avec une marge de progression mais Handanovic doit continuer à se battre pour une place et, surtout, continuer avec cette attitude. Plus difficile sur le terrain ou en tribune ? Toujours en tribune!" Traduction alex_j via FCInter1908 et FCInterNews.
  10. Xavi Hernandez est le deuxième à se présenter dans la salle de conférence du Camp Nou pour offrir son point de vue sur ce 3-3 face à l'Inter. Voici ses déclarations recueillies par le correspondant de FcInternews.it. Comment expliquez-vous ce match ? "La première mi-temps a été excellente, le match était très bien préparé dans ce sens. En deuxième mi-temps on a fait des erreurs, comme le 1-1 qui nous a fait chuter mentalement, pareil pour le deuxième but qui ne doit pas arriver. Les erreurs se paient, on a fait ressortir notre caractère mais on n'y est pas arrivé. Si tu ne bats pas l'Inter à domicile, tu ne mérites pas de passer. Il y a peu de chances de qualification, mais cela ne dépend plus de nous. Il y a une lueur d'espoir, mais les erreurs en Ligue des champions se payent." Comment remonter l'équipe après un coup dur comme aujourd'hui ? "C'est un coup très dur, cruel. Pensons au Clasico, on reprend des forces dès demain pour essayer de battre le Real. Il y a d'autres matches, maintenant on pense au championnat où on veut continuer à être leaders. On a été notre meilleur en Ligue des champions, mais il y a d'autres compétitions. C'est une réalité similaire à l'an dernier, il faut continuer car la saison est longue." Barcelone est très loin des grands noms européens. Quel message envoie-t-il aux fans ? "En tant que culé, je suis déçu, triste et en colère. L'année dernière, il y avait le sentiment que nous n'aurions pas réussi, cette année, ce sont nos erreurs. Nous avons laissé les matchs devenir incontrôlables, notamment à Munich et à Milan à cause de certaines erreurs. On doit faire l'autocritique. On s'est amélioré mais si on va en Ligue Europa, ce sera à cause de nos propres erreurs. Et c'est plus douloureux." Pourquoi n'avez-vous encaissé qu'un seul but en Liga et 7 en Europe ? "À la 50e minute, il y a eu une erreur sur la ligne défensive, il y avait parité. Nous avons eu du mal à marquer et cela nous a renversés mentalement. Le football est un jeu d'erreurs." Xavi pensant à son avenir (image de @Mkmk) Un avis sur l'Inter. "Elle est très forte physiquement, défensivement, elle travaille bien dans les deux phases. Les attaquants fonctionnent bien, ce sont des duels difficiles." Pedri gronde Dembele, puis 3-2 de l'Inter. Pourquoi insistez-vous avec lui et sortez-vous Raphinha ? "Il doit mieux choisir la dernière passe, cela vient avec la maturité. Même si c'est décisif, aujourd'hui, il a marqué et a rendu fou son marqueur. J'ai confiance en lui." Quel impact ce match nul peut-il avoir après la défaite à Milan lors du Clasico ? "Nous espérons que cela n'affectera pas psychologiquement. Les garçons ont essayé, mais les erreurs se paient cash. Nous nous préparerons pour le prochain match en sachant que l'effort a été considérable." Sur Sky Sport, Xavi a déclaré que "de telles erreurs défensives graves, des équipes comme l'Inter et le Bayern Munich ne vous pardonnent pas. Nous ne sommes pas encore hors compétition, mais maintenant tout devient plus difficile. L'équipe, cependant, a tout donné et cela s'est vu." Xavi a aussi parlé à Prime Video. "Je pense que cette Ligue des champions est vraiment cruelle pour nous. Nous avons concédé beaucoup en seconde période et c'est un fait, alors qu'en première mi-temps, on avait été parfait. Puis en deuxième mi-temps on a fait trop d'erreurs. Leur premier but est une erreur évidente de notre défense, on en a déjà parlé. Et pareil pour le deuxième de Lautaro. Maintenant regardons devant, dimanche pour le Clasico. Il faut bien récupérer et tourner la page en pensant à la Liga. La Champions, pour nous, fait vraiment mal." Moralité: hé oui, quand tu l'ouvres trop, mon Xavi, tu reçois un gros coup de bâton. Dans ce cas, la Champions comme un chagrin d'amour, p***** que ça fait mal! Traduction alex_j via FCInterNews. Image de @Mkmk via un algorithme d'AI.
  11. Aux micros de InterTV, Prime Vidéo et Sky Sport, Lautaro Martinez s'est livré sur ce match assez incroyable. "Je félicite mes coéquipiers, le staff car nous avons fait un excellent match. Surtout en seconde période nous les avons mis en difficulté. Profitant des espaces. Nous sommes satisfaits du résultat même si nous aurions mérité plus. La barre? Il m'a semblé, pendant 5 minutes, que le ballon était entré, mais non en fait. Heureux d'avoir donné un coup de main à mes coéquipiers. Ces matchs sont sûrement très difficiles à jouer, là c'était important d'avoir de la personnalité, nous devons continuer sur cette voie. Nous avons parlé du cœur il y a deux semaines, de travailler les uns pour les autres. C'est important pour obtenir des résultats. Continuons comme ça." "J'ai eu du mal au début, ils ont appuyé fort et le ballon n'est pas ressorti. En deuxième mi-temps, nous avions plus d'espace et nous l'avons utilisé. Onana et le but de Gosens ? Des choses sur lesquelles nous travaillons, il a un coup de pied important, il m'a vu. Piqué était distrait et Robin est parti de l'autre côté, tout le mérite lui revient." "Tellement d'émotions, on a affronté une équipe très forte sur son terrain et je ne sais pas combien de personnes, nos fans étaient là-haut, ils ont été importants, on les remercie. On a beaucoup parlé il y a des semaines, c'était un moment difficile et on a mis ce qu'un joueur doit mettre. La real Inter ? On espère, on cherche plus d'experts, Mkhitaryan et Gosens ont fait un super match physiquement, quand on souffre il faut le faire ensemble, à commencer par les attaquants. On a fait un excellent match. Le but arrive quand on s'y attend le moins. J'essaie toujours de donner un coup de main, j'ai aidé Gosens, j'étais content car il le méritait, il est important et engagé, je le félicite." Traduction alex_j via FCInter1908.
  12. Nicolo Barella auteur du premier but s'est confié à Prime Vidéo et Sky Sport après ce 3-3 contre Barcelone. "On aurait aimé remporter la victoire, il faut avoir cette attitude. On espère être sorti de cette mauvaise passe avec cet enthousiasme et se battre pour ce maillot. Ça ne doit pas être une parenthèse mais la confirmation d'un travail qui est en cours pendant des années, c'était un match magnifique mais, je le répète, il ne faut pas que ce soit une parenthèse. Il y a des moments où les choses ne tournent pas rond. Mais avec l'aide des coéquipiers et du club, tu sors de ces moments, ce serait mentir de dire le contraire. L'important c'est le maillot, le groupe." "Nous voulions vraiment une victoire, un match nul fut le résultat final mais nous sommes très heureux, c'est l'état d'esprit qu'il faut mettre en place. On retrouve ce qui nous manquait depuis un moment. Le foot, comme la vie, c'est fait de périodes. Malheureusement, avant rien allé et on n'aimait pas ça et on s'est un peu emporté là-dedans. C'était difficile, on espère que c'est le bon moment. Presque en 8e ? On ne sait jamais, c'est un groupe difficile. On va tout donner et après on verra ce qui se passe." Traduction alex_j via FCInter1908.
  13. Le défenseur de l'Inter Stefan de Vrij a déclaré que les Nerazzurri ont cru jusqu'au bout contre la Juventus mercredi soir, selon un rapport des médias italiens hier soir. S'exprimant lors d'une interview après le match aux micros de Sky Sport, via FCInternews, Stefan de Vrij a déclaré que malgré le fait qu'il savait que ce serait un test vraiment difficile pour l'équipe, l'Inter a continué à croire qu'ils allaient gagner jusqu'à la fin de la Coppa Italia. "Nous y avons cru jusqu'à la fin. Nous savions que ce serait difficile". Le défenseur néerlandais a également ajouté que l'équipe a passé beaucoup de temps à faire la fête sur le terrain après le coup de sifflet du temps plein. "Nous sommes très satisfaits. Nous avons passé beaucoup de temps sur le terrain à faire la fête." L'Inter a mené 1-0 très tôt dans la finale au Stadio Olimpico de Rome grâce à un but de Nicolo Barella. Des buts d'Alex Sandro et de Dusan Vlahovic au début de la seconde période ont permis à l'Inter de s'incliner 2-1. Un penalty d'Hakan Calhanoglu a permis à l'Inter de jouer la prolongation et Ivan Perisic a inscrit un doublé pour remporter le trophée. ®Internazionale.fr via SempreInter - Traduction Oxyred
  14. L'ancien défenseur de l'Inter, Beppe Bergomi, a déclaré que l'Inter est désormais l'équipe à laquelle les autres équipes italiennes se mesureront, selon les médias italiens. S'exprimant sur Sky Sport, via FCInternews, Beppe Bergomi a expliqué que même s'il est difficile pour l'Inter de construire un cycle de domination comme celui de la Juventus pendant de nombreuses années, ils sont certainement maintenant le point de référence en Italie. "Un nouveau cycle est difficile à maintenir car si l'on pense au cycle réalisé par la Juventus, dans le football moderne, c'est impensable". "Mais l'Inter en ce moment, après ce qu'ils ont fait l'année dernière et ce qu'ils font cette année, y compris la finale de la Coppa, c'est une équipe forte qui sait ce qu'elle est et qui agit comme un point de référence dans notre championnat." Lorsqu'on lui a demandé quel entraîneur devait s'attribuer le plus de mérite pour cette équipe exceptionnelle de l'Inter, Beppe Bergomi a suggéré qu'en fait, il devrait être divisé entre Luciano Spalletti, Antonio Conte, et Simone Inzaghi, car ils ont tous joué un rôle dans le club et l'équipe actuelle. "Les mérites doivent être divisés. L'Inter a commencé avec Spalletti, avec qui ils ont obtenu deux quatrièmes places à la dernière minute en allant en Ligue des champions. Nous devons partir de derrière". "Puis Conte avec de nombreux recrutements et avec une façon de jouer qu'Antonio Conte arrive à donner à ses équipes en peu de temps. Cette année, l'Inter joue un football différent, plus beau, plus amusant, qui emmène beaucoup de joueurs au-delà de leur ligne". "Je pense que dans cette équipe, où on parle beaucoup de Brozovic, il faut prendre en compte un joueur qui donne beaucoup d'imprévisibilité qui est Bastoni. Vous le trouvez en train de jouer comme défenseur, ailier, au milieu de terrain, vous le trouvez dans la surface de réparation, il vous apporte des solutions et des buts." "Il vous fait comprendre à quel point il est bon. Cependant, le mérite revient à l'entraîneur et au club qui ont bien travaillé. " Beppe Bergomi n'a pas tari d'éloges sur le défenseur de l'Inter Alessandro Bastoni, qui a impressionné récemment dans la défense des Nerazzurri. Beaucoup considèrent Alessandro Bastoni comme l'avenir de la défense de l'équipe nationale italienne, mais ce n'est peut-être pas si simple. "L'équipe nationale joue d'une manière différente. Il sera donc difficile de voir Bastoni abandonner sa position et se jeter dans le vide. Il est le défenseur moderne que tout le monde recherche aujourd'hui." "Il joue avec le risque, mais à partir de ce risque, l'Inter se retrouve en haut du terrain et dans des situations favorables. Le rôle de titulaire en Italie arrivera sans doute très vite pour ce garçon, sans rien enlever à Bonucci et Chiellini." ®Internazionale.fr ~ Oxyred Via SempreInter
  15. C’est à travers un communiqué sur son site officiel que l’Inter confirme la prolongation du contrat de sa pépite argentine Lautaro Martinez.: "Le FC Internazionale Milano communique avoir trouvé un accord pour prolonger le contrat du joueur Lautaro Martinez: L’attaquant né en 1997 sera Nerazzurro jusqu’au 30 juin 2026." La réaction du Toro "Salut les gars, je suis très content de rester ici pour longtemps. Je vous embrasse très fort, Forza Inter, on se revoit au Stade" Selon Sky Sport, la clause libératoire de 111 millions d’euros présente dans le précédent contrat, courant jusqu’en 2023, n'existe plus ! Un signe de plus de l’attachement du Toro aux couleurs Nerazzurra! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Simone Inzaghi, Edin Dzeko, Arturo Vidal, Stefan De Vrij et Marcelo Brozovic se sont livré en conférence d’après matchs, soit auprès d’Inter TV, soit auprès de Sky Sport Simone Inzaghi à Inter TV "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comportés comme une équipe en créant tellement, nous avons touché deux fois les poteaux, une fois la transversale en plus de nos trois buts. Nous avons pratiqué un très bon football et nous devons seulement comprendre quand il ne pas se tromper car nous avons pris quelques contres trop dangereux." "Il y a encore énormément de travail, mais c’est un plaisir de voir jouer cette équipe. Ce discours vaut également lors des défaites que nous avons subies face au Real Madrid et à la Lazio. C’est aussi un plaisir de pouvoir retrouver autant de tifosi dans le stade, c’est une arme supplémentaire pour nous, nous avons actuellement disputé tant de match à l’extérieur. Je suis en train de récupérer tous les joueurs et c’est fondamental car j’aurai besoin de tout le monde, vu que l’on joue tous les trois jours." "Nous devons nous améliorer et concéder moins d’occasions, car les contre étaient dangereux, nous devons être plus précis techniquement car nous avons concédé quatre à cinq contre. Nous savons que nous devons nous améliorer sous cet aspect, j’y travaille." "Nous avons marqué très peu de buts vu les occasions que nous nous sommes créés." Vidal? "Arturo s’entraine avec l’enthousiasme d’un jeunot, il veut toujours se montrer disponible, c’est une valeur ajoutée: Lui et Sanchez, malgré le fait qu’ils sont rentrés dans la nuit de samedi, se sont mis à disposition pour être présent à Rome. Mais j’ai préféré les laisser se reposer car je savais qu’ils pourraient s’avérer important pour ce soir, ce qui a été le cas." Simone Inzaghi qui a décidé de ne pas trop se fouler à Sky Sport "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comporté comme une équipe. Nous nous sommes créé énormément mais selon mois, il y a encore tant à améliorer. Techniquement, nous devons comprendre quand il ne faut pas se tromper car nous avons pris quelques contre trop dangereux." "Comme entraîneur, je peux vous dire que c’est un plaisir de voir jouer cette équipe, mais nous jouons malheureusement trop peu à domicile avec ce public merveilleux qui nous transcende. Nous avons conscience que notre public est une arme supplémentaire, nous savons que nous devons nous améliorer, mais je me diverti comme entraîneur lorsque je vois évoluer l’équipe." "Tous sont sur le retour même si j’ai encore quelques joueurs mis à l’écart comme Correa qui n’est pas encore à 100%. Gagliardini est un autre joueur important qui est bien rentré dans le match, j’attends tout le monde, en jouant tous les trois jours, j’aurai besoin de l’aide de toute l’équipe." "Quand nous faisons face à des équipes comme celle du Sheriff, nous devons être plus concentré techniquement, ma sensation est que nous avons concédé 4 à 5 contres trop dangereux et je sais que l’on doit s’améliorer, nous n’avons pas inscrit assez de but vu les occasions créé. Nous avons, sincèrement développé un bon football, mais nous aurions dû inscrire plus de buts." Le but du Sheriff ? "Je dois le revoir, toutefois Samir est notre Capitaine et il peut aussi se planter, comme les autres se plantent aussi." Vidal ? "Arturo s’entraîne avec enthousiasme, il veut toujours se montrer disponible: Je lui ai dit, tout comme à Sanchez de rester dimanche à la maison, que je préférais les avoir pour ici. Arturo mérite d’avoir du temps de jeu avec son travail, c’est une valeur ajournée pour cette équipe, il a l’enthousiasme d’un jeunot." Edin Dzeko à Sky Sport "Nous étions furieux car nous aurions mérité bien mieux à Rome, mais lorsque tu perds une partie, l’important est de relever immédiatement la tête et de tout donner, comme nous l’avons fait aujourd’hui. Ce soir, nous avons fait une bonne prestation de la première à la dernière minute et c’était fondamental vu que nous n’avions qu’un seul point dans le groupe. Nous sommes toujours en course et ce soir c’était un match “ça passe ou ça casse”." "Le Sheriff a six points et personne ne s’y attendait, ce soir, ils ont prouvé qu’ils étaient très dangereux en contre. Nous avons, de notre côté, bien joué et nous méritons la victoire." Mon but? "Cela peut arriver parfois de rater un but facile et d’inscrire les plus difficiles, l’important est d’avoir trouvé le but et d’avoir récolté les trois points. L’Inter est encore forte, mais nous devons prendre moins de buts, c’est dommage que l’on s’en soit pris un ce soir, avec une telle prestation. Nous nous améliorons et nous ferons mieux à chaque match." Arturo Vidal à Inter TV "Cette victoire était utile, ces trois points nous donnent confiance pour la suite de la Ligue des Champions, mais aussi pour la rencontre face à la Juventus. Nous devons continuer à travailler de la sorte, pour toujours faire mieux." "Je dédie ce but à ma Fille, Elisabetta: Je lui avais promis avant le match d’en inscrire un, elle me regarde du Chili et cela me rend fier d’y être parvenus. Cela me fait aussi plaisir pour les Tifosi qui attendent énormément de moi: Je cherche toujours à donner le maximum, je travaille durement. Ce soir, nous avons réalisé un bon match, c’était important de relever la tête." Stefan De Vrij à Inter TV "C’était comme une finale pour nous et cela s’est vu dans notre façon d’aborder la rencontre, il y avait une grande envie de l’emporter et nous y sommes parvenu. Nous avons eu tant de coups de pieds arrêtés et nous avons de très bons tireurs: Nous sommes parvenu à inscrire deux buts sur ces phases arrêtées. C’était beau de marquer et j’ai remercié Denzel pour la passe décisive, nous étions dans un moment important du match. A présent, nous profitons de cette victoire et nous penserons ensuite à la rencontre face à la Juve." Marcelo Brozovic à Sky Sport "C’était une victoire utile pour aller de l’avant. A présent, une autre partie importante nous attend, mais je suis content de ce que nous avons proposé aujourd’hui. Toutefois, en première période nous avons concédé trop de contre et c’est un aspect du jeu qui ne me plait pas énormément. Nous ne devons pas nous prendre de buts à chaque match, nous nous devons de nous améliorer." Ma prolongation? "Nous verrons dans les prochains jours ce que le Club me proposera" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, après son départ retentissant de l’Inter, Antonio Conte a fait ses débuts comme chroniqueur pour Sky Sport Italia, à l’occasion de la première journée de Ligue des Champions Mais que perçoit le Multitré de Serie A ? Selon Calcio&Finanza, Conte percevra entre 200.000 et 250.000€ par saison, avec la possibilité de quitter la chaîne satellitaire en cas d’appel de la part d’un Club. La collaboration entre Conte et Sky est relative aux évènements internationaux tel que la Ligue des Champions et certains matchs de haut niveau du championnat anglais, aussi bien pour des matchs de Premier League que de Coupe d’Angleterre. "Deux titres qu’il a remporté lors de sa carrière d’entraineur sur le banc de Chelsea." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. L’Inter championne d’Italie se prépare pour la saison à venir. Si l’objectif annoncé par Simone Inzaghi est de défendre le Scudetto, hors du terrain, l’objectif de Steven Zhang est de parvenir à trouver un Main Sponsor qui remplacera Pirelli après 26 ans de partenariat. Selon Sky Sport, Socios.com, une plateforme axée sur la technologie du Blockchain (cryptomonnaie) serait en position de favorite. Celle-ci est déjà partenaire de très nombreux clubs parmi lesquels on retrouve le Fc Barcelone, l’Atletico Madrid, le Paris Saint-Germain, la Juventus, le Milan, Manchester City, les Corinthians, et l’Atletico Mineiro, on retrouve également l’équipe nationale d’Argentine Qui est Socios.com ? Socios.com, a comme objectif d’impliquer toujours plus les supporters dans la prise de décisions de leur club, à travers la capacité de voter. Socios.com est d’ailleurs le Main Sponsor de Valence. Il a d’ailleurs émis le Fan Token $VCF qui sera repris sur le maillot du club ibérique. Il s'agit d'un outil qui permet aux supporters d’interagir avec le club. Outre l’Inter, Socios.com sera donc repris également les maillots du club espagnol pour la saison 2021/2022. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. A travers une interview octroyée à Sky Sport, Gabriele Gravina est revenu sur le malaise dont a été victime Christian Eriksen, milieu international danois qui a été consacré Champion d’Italie avec l’Inter en mai dernier! L'intervention fondamentale et salvatrice de Simon Kjaer qui a sauvé la vie de Christian Eriksen dans l'attente de l'arrivée des secouristes "Son cœur s'est arrêté pour quelques instants mais le nôtre aussi. Nous devons, nous aussi, apporter une réponse. J’ai apprécié tout ce que Kjaer a réalisé, et j’ai aussi dit que l’intervention des médecins a été déterminante pour sauver la vie d’Eriksen. Je crois qu’il est juste de mettre à disposition, nos installations structures scientifiques et nos médecins afin que tous les athlètes présents sur le terrain, en passant des entraineurs jusqu’aux joueurs, puissent avoir une connaissance élémentaire sur la façon dont il faut se comporter dans une situation aussi dramatique, avec l’espoir que celle-ci puisse se produire le plus rarement possible." "J’ai l’obligation, en toute indépendance de ce que les recherches liées à la science et à la technologique puissent apporter pour définir les raisons de ces malaises, d’inciter à parfaire les connaissances et à suivre des formations de secourisme pour tout ceux qui seront sur le terrain." La Curva Nord de l'Inter rend Hommage à Simon Kjaer, le "Cousin"-Sauveur d'Eriksen "Je souhaite que cela débute le plus tôt possible : Notre Commission Medico-Federale est déjà au travail, et nous procéderons à l’établissement d’un protocole qui sera mis à la disposition de l’ensemble des clubs professionnel et amateurs relatif aux disponibilités de formations que nous allons rendre obligatoire dans le cadre de l’obtention des licences nationales." "Cela commencera avec les joueurs internationaux de l'équipe d'Italie pendant l'Euro." Joueurs et entraineurs devront tous à présent suivre en Italie des cours de secourismes : Une bonne initiative selon-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. En ce weekend de célébration des dix ans du Triplete, The Special One a livré deux interviews, une à la Gazzetta dello Sport et une à Sky Sport Italia. Voici ses propos : "J'étais à mon meilleur niveau dans ma carrière quand je me sentais comme chez moi, où je pouvais ressentir les émotions de mon groupe, où j'étais à 200% avec mon cœur", a-t-il commencé une interview pour la Gazzetta. "C’est pourquoi, le 22 mai à Madrid, je me suis contenté de vivre le bonheur des autres, de Moratti aux personnes travaillant dans l’ombre. J'avais déjà gagné une Ligue des champions avec Porto. Je pensais à moi d'abord, puis aux autres : à l'Inter, ça n'a jamais été comme ça. Dans une famille, lorsque vous devenez père, vous comprenez que quelqu'un est plus important que vous et vous passez au deuxième plan. Dix ans plus tard, nous sommes tous de nouveau réunis. L'autre jour, j'ai parlé à Alessio. À mon temps, il était le chauffeur. Où et quand arrive-t-il qu'un entraîneur qui part, parle toujours au chauffeur dix ans après ? Jamais. C'est l'Inter pour moi, c'est mon peuple." Le tacticien portugais a ensuite rappelé à quelques reprises où il est peut-être allé un peu trop loin au cours de son mandat : "Il y a aussi d'autres relations : je coache, tu joues. L'empathie dépend de la capacité de m'accepter tel que je suis. C’est comme un puzzle. À l'Inter, il y avait des gens qui attendaient que quelqu'un comme moi termine ce puzzle. Je ne suis jamais un fake, je suis original : c'est moi, et c'est tout. J'étais aussi dur, mais c'était moi. Surtout après la défaite à Bergame. J'ai été très violent avec les joueurs, juste après leur avoir dit qu'ils avaient gagné le Scudetto des mauvaises performances. J'ai compris que je les avais blessés, car ce n'est qu'après que j'ai compris comment choses s'étaient produites avant, et je me suis excusé." Mourinho a révélé que s'il était revenu à Milan avec le reste de l'équipe pour les célébrations, il aurait peut-être fini par rester à la tête de l'Inter plutôt que de prendre en charge le Real Madrid, avec qui il a insisté sur le fait qu'il n'avait jamais eu de contrat avant la finale. "Si j'étais revenu à Milan, avec l'équipe autour et les fans qui auraient scandé « José reste ici avec nous », je ne serais peut-être jamais parti. Je n'avais pas encore signé avec le Real Madrid avant la finale. Quelqu'un a dit que le Real était venu à notre hôtel avant la finale, mais ce n'est pas vrai. Je voulais aller au Real, ils me voulaient l'année précédente. Je suis allé voir Moratti pour le lui dire et il m'a empêché de partir. J'avais déjà rejeté le Real quand j'étais à Chelsea et vous ne pouvez pas dire non à Madrid trois fois. J'avais décidé de partir après la demi-finale retour contre Barcelone, car je savais que je gagnerais la Ligue des champions. J'avais préparé Moratti : sans mots, la chaleur de notre étreinte sur le terrain lui a fait comprendre ce que je voulais. Il a dit « Après cela, tu as le droit de partir ». C'était correct de faire ce que je voulais, pas d'être heureux. En fait, j'étais plus heureux à Milan qu'à Madrid." Mourinho a ensuite rappelé à quel point les rivaux de l'Inter étaient énervés par le fait qu'on ait accompli l'exploit qu'aucun autre club italien n'a jamais réalisé et de Marco Materazzi qui s'est montré plusieurs fois cette saison. "Nos ennemis bruyants, qui pleuraient alors, étaient beaux. Le tremblement suscité par la peur était plus fort que le bruit et si vous y réfléchissez, c'est la même chose. Quand il y a du bruit, c'est parce qu'il y a de la peur. Je suis sorti de la voiture pour embrasser Materazzi parce qu'il était le symbole de la tristesse en chacun de nous et de ce que doit être un joueur d'équipe. Quand l'équipe avait besoin de lui - Chelsea, Roma, Sienne - il était là. Je suis catholique et je crois en ces choses. C'est peut-être Dieu qui l'a mis là contre ce mur, comme le dernier joueur où je l'ai vu. En l'étreignant, j'ai embrassé tous mes joueurs. Et cela me fait me demander pourquoi quelqu'un comme lui - en tant que coach, gérant, magasinier, chauffeur, je ne sais pas - n'est pas à l'Inter ?" Pourquoi avez-vous cessé de dire que vous reviendriez à l'Inter un jour ? "Je sais pourquoi tu me poses cette question, je ne suis pas stupide." Pour Sky Sport Italia : "Il y a des moments inoubliables, le Triplete est l'un d'entre eux. La relation que j'ai avec les joueurs, Moratti et tous ceux qui ont travaillé est la chose la plus importante. Cela restera pour toujours et c'est une chose très spéciale. Ce qui me fait me sentir spécial, c'est de me sentir comme un leader de cette équipe qui en avait beaucoup. Nous sommes toujours une famille dix ans plus tard. Nous nous sommes séparés mais nous serons amis pour toujours. C'est ce qui me manque dans ma carrière. Ce sentiment de famille pour la vie me rend fier. Je me sentais comme l'un d'eux, seulement avec plus d'expérience et de responsabilité; ce n'était pas un groupe mais une famille." Sur il Capitano : "Ses cheveux étaient toujours en place, même sans coiffeur ! Il était le capitaine des capitaines pour moi. Nous avions un groupe de gars fondamentaux en termes d'ambition, des joueurs avec un cœur nerazzurro et porteurs de valeurs et de rêve. Cette saison a été un « maintenant ou jamais » pour beaucoup d’entre eux." Kiev le turning point : "Je ne parle pas tellement des histoires de vestiaires, mais c'est aussi bien que les gens puissent partager ces histoires. Dans ce jeu là, à l'intervalle, j'ai vu des gens tristes, et je déteste les gens tristes quand il y a tant de raisons de jouer. J'ai pleuré après les victoires, mais seulement une fois après une défaite parce que je n'aime pas le faire. De retour de Kiev, j'étais vraiment en colère parce que l'équipe pouvait faire plus. J'ai réussi à faire les changements tactiques dont l'équipe avait besoin, il fallait prendre des risques pour gagner. J'ai réussi à entrer dans le cœur des joueurs et nous avons été fantastiques en seconde période. C'était le moment clé précisément parce que nous étions proches de l'élimination." Le Barça : "Lorsque Thiago a été expulsé, les gens pensaient que le match était terminé. Pep et son banc ont célébré son expulsion mais je suis allé vers lui et lui ai dit « ne t'inquiète pas, ce n'est pas fini ». Je le savais parce que mes joueurs étaient mentalement prêts pour le combat. Les aspects humains ont gagné dans cette épopée. Quand je parle de mon Inter, je mentionne toujours ce sentiment, nous avons fait quelque chose de spécial. L'histoire reste l'histoire, le 22 mai est le jour où nous avons atteint le ciel." Pas de trophée depuis son départ ! "C'est difficile à dire, ce n'est pas facile de gagner la Ligue des champions. En ce moment je suis dans une équipe qui n'a pas de culture de la gagne. Avant de gagner en Europe, le club doit l'emporter en Angleterre, et ce n'est pas facile. C'est à la fois le club et mon ambition. L'Inter n'a remporté qu'une Coppa Italia qu'au cours des dix dernières années et pour l'Inter c'est très peu et c'est inacceptable et difficile pour les fans. Cependant, ils travaillent maintenant et cela ne m'étonnerait pas de voir l'Inter reprendre le chemin de la victoire en Italie et en Europe." ®alex_j - internazionale.fr
  21. Le légendaire défenseur de l'Inter Giuseppe Bergomi a discuté sur la chaîne Sky Sport Italia sur divers sujets. Il a commencé par évoquer le jeu et le manager dont il se souvient le plus tout au long de sa carrière, passée entièrement à l'Inter. "Je me souviens d'un match en particulier : la victoire contre Aston Villa en Coupe UEFA (C3 1990-1991, ndlr). Nous avons gagné 3-0 au match retour après avoir perdu 2-0 au match aller. Quant au manager dont je me souviens le plus, ils m'ont tous donné quelque chose mais si je dois en nommer qu'un, je dirais Giovanni Trapattoni." On lui a alors demandé combien de temps il lui avait fallu pour remarquer que Javier Zanetti, qui allait lui succéder comme capitaine à sa retraite, deviendrait un top-joueur. "J'ai été le premier à lui souhaiter la bienvenue, ainsi qu'à Sebastian Rambert. Je me souviens encore de notre première séance d'entraînement. Vous ne pouviez pas lui chiper le ballon. J'ai alors compris que quelqu'un dans l'équipe serait sur le banc à sa place. Il pouvait jouer en défense et au milieu de terrain et était un leader." Ensuite, on lui a demandé ce qui distingue l'Inter du reste des autres clubs. "Être un joueur de l'Inter signifie beaucoup. Chaque équipe a son propre ADN et ses propres valeurs. Celles de l'Inter sont complètement différentes. Porter le brassard impliquait d'être un exemple, transmettre des valeurs et un sentiment d'appartenance. Les fans savent ce que le joueur donne et ils veulent qu’il mouille le maillot. Les valeurs de l'Inter sont différentes et un peu particulières, l'ADN de l'Inter est unique." Bergomi a aussi discuté de l’une des recrues du mercato hivernal, Christian Eriksen, un joueur qui jusqu’ici a du mal à répondre aux attentes. "J'avais identifié certains de ses problèmes et Capello l'a dit aussi. Bien qu'il soit bon sur le ballon, il n'aime pas le contact physique. Lorsque vous jouez là où il joue, vous devez savoir comment intercepter le ballon. Il sait donner la balle et c'est un bon tireur, ce sont ses meilleures qualités." En conclusion, on lui a demandé si Il Fenomeno Ronaldo était le meilleur coéquipier avec lequel il ait jamais joué. "Non, je mettrais Lothar Matthaus devant lui. Il était un vainqueur absolu. Je n'ai jamais vu personne faire ce qu'a fait Ronie mais Lothar était le plus grand, les plus complet." ®alex_j - internazionale.fr
  22. Sky et la Rai sont en attente d'une réponse de la part du Gouvernement Italien. En effet, l'initiative est belle, celle d'offrir le Derby d'Italie en non-crypté à tous les tifosi. Mais le Ministre des Sports, Spadafora a botté en touche pour l'instant: "Pour faire simple, il n'y a pas de disposition, la loi ne l'a jamais interdite." De toute évidence, il ne semble pas contre l'initiative: "Ce sont des décisions qui doivent être prises par la Lega. Je ne peux pas rentrer dans des choix autonomes appartenant au monde du Calcio. Ce que nous avons mis en place est relatif à la protection de la santé de tous." De son côté Marzio Perreli, Vice-Président de Sky Sport s’est montré ouvert à une ouverture historique: "Compte tenu du caractère exceptionnel du moment présent, si les conditions de l'accord avec la Lega Calcio venaient à être trouvées, Sky pourrait envisager d'ouvrir une" fenêtre non-cryptée en diffusant sur TV8 (notre chaîne gratuite) au moins le match du dimanche soir, Juventus-Inter, pour permettre à tout le monde de le voir. " Il s’agirait d’une première historique, un retour aux origines, à l’époque où il était possible de voir en clair un résumé d’un match, même s’il était en différé. Cette fois-ci, avec Juve-Inter, l’ampleur de l'évènement serait encore plus inédit La Problématique Melandri "La Lega Calcio, seule, n’as pas le pouvoir de se soustraire à la Melandri, qui ne prévoit pas la retransmission en clair des matches de Serie A, ni de "préférer" un opérateur aux autres. Une intervention législative serait inévitablement nécessaire" a révélé hier Codacons "Le gouvernement doit établir un décret ad hoc.. Le décret n’est pas encore établi et le laps de temps est limité. L’Antitrust pourrait se prononcer également à ce sujet, mais le laps de temps est si court que l’on semble que personne ne veuille assumer seule cette responsabilité." De son côté, la Rai s’est également montrée disponible à cet évènement qui serait historique Pour ou contre cette première historique ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...