Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stade giuseppe meazza'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, hier était attendue la rencontre entre Steven Zhang, rentré de Californie, la Direction Italienne composée de Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin et le Staff de Simone Inzaghi, avec l’entraineur également présent : "Si le Mantra de tous était de ne pas dramatiser, autour de la table à Appiano", la situation dégénère de plus en plus... Révélation de la Gazzetta Dello Sport Steven Zhang était revenu directement à Appiano Gentile, en exigeant à la Direction de s’entretenir avec Inzaghi : "Tous les jours quasiment, Beppe Marotta, accompagné de Piero Ausilio et Dario Baccin rentrent dans le bureau de Simone Inzaghi pour inverser, ensemble, la tendance. Mais jamais, comme auparavant, l’entraineur a paru être en proie à de telles difficultés, et c’est aussi pour cette raison que ce qu’il s’est passé dans la journée d’hier était différent des réunions connues par le passé." "Ce n’était pas une rencontre de routine, mais le moment de se confronter, après le désastre d’Udinese, avec un retour présidentiel anticipé qui est tous sauf banal : En voulant tranquilliser Simone en premier, il a ouvert la voie au prochain sommet plus technique." L’échange Marotta – Inzaghi Pour eux: "L'Inter ne s'est pas évaporée dans un nuage de cendres: Elle existe, est réelle, valeureuse, et sa ligne de conduite est bien visible. Il y a encore du temps et de l'espace pour la suivre et viser la tête du Championnat. Mais le changement de cap se doit d’intervenir un plus tôt vu l’échéance fixée pour l’Inter d’Inzaghi version 2.0 : Si l’optimisme est de mise, le mois et demi à venir sera décisif pour l’avenir de l’entraineur, car durant la trêve relative à la Coupe du Monde, il y aura une prise de décision définitive qui se verra prononcée." Soutenir Simone "Penser à voir un Simone Inzaghi sous-tutelle ne veut pas dire qu’il y a un "Commissaire" qui a été mis en fonction : L’entraineur dispose d’une liberté totale demeure sur les choix, du 11 initial aux changements. Au contraire, cela signifie qu’il y aura encore plus de proximité, tant dans la vie quotidienne à Appiano, que dans les relations avec le monde extérieur et avec les Sénateurs du noyau." Zhang a également rencontré la Goldman Sachs. Steven est toujours à la recherche d’un partenaire afin de désengager le Suning et de parvenir à rembourser le prêt de 275 millions d’euros reçu par le fonds d’investissement Oaktree. La Rosea n’exclut pas un transfert également de propriété du Club : "Même sans un "mandat" l’Inter ne peut être qu’ouverte à une cession définitive en cas d’offre vraiment monstrueuse : Celle-ci pourrait arriver plus des Etats-Unis que du Moyen-Orient, étant donné que la somme devrait dépasser le milliard d’euros." La Curva craque En effet, à la vue des informations qui circulent et d’un désengagement toujours plus important de Suning, la Curva Nord a fini par craquer: "Un clivage, peut-être irrémédiable, qui exprime le malaise de la frange la plus chaude (mais probablement pas la seule) des Tifosi de l'Inter envers les propriétaires. La Curva Nord, par le biais de ses canaux officiels, a exprimé un désaccord clair envers Steven Zhang, l'invitant à quitter le club. Ce jeudi soir, les membres de la Curva Nord s’étaient donné rendez-vous pour faire le point. Et le moins que l’on puisse dire est que le fossé entre les Ultras et le Numéro Un du club est plus qu’évident : "Après la banderole relative à Milan Skriniar : "On ne touche pas à Skriniar, à des pactes clairs et de longue amitié " à " Le temps est révolu " sans oublier les " Les promesses doivent être tenues " et le " Prends tes responsabilités ou quitte la ville ". L’Inter fait face à une nouvelle vague de contestation avec ses Ultras qui ont déployé sur les réseaux sociaux "Zhang vattene", soit "Zhang, casse-toi"…une citation qui se retrouve, de façon « anonyme » aussi sur le parking du Giuseppe Meazza." Le retour de Clo-Clo ? Et s’il s’agit cette fois de changer l’ampoule, il conviendra à présent de s'assurer de ne pas avoir les pieds dans l’eau…. En effet comme le révèle à son tour Il Giornale, Giuseppe Marotta tente de protéger au maximum Simone Inzaghi, même si un remplaçant semble avoir déjà été choisi, une information que notre Padrino ne cesse de démentir: "Marotta, à vrai dire, passe beaucoup de son temps pour nier que Claudio Ranieri soit déjà le successeur tout désigné en cas de remplacement en cours de saison." "L’Administrateur-Délégué de l’Inter ne croit pas aux changements de banc en cours de saison, il a également tenu à rappeler que les statistiques actuelles sont "similaire" à celle d’il y a deux ans, soit l’année du 19ème Scudetto et qu’il reste beaucoup de temps pour revenir dans la Course. Dans sa carrière, Marotta n'a écarté qu’un seul entraineur, un très jeune Spalletti alors en pose à Venise, en février 2000…." Enfin à son niveau Tuttosport nous fait par de la réaction de Simone lors de son entrevue avec la Direction Italienne: "Les dirigeants du club ont trouvé devant eux, un entraîneur fortement déterminé à inverser la tendance mais un entraineur aussi lucide dans l’analyse des problèmes qui ont marqué cette première partie de saison, et qui a l’objectif de les résoudre. Parmi les sujets les plus bouillant, celui qui ressort le plus est la Préparation : "Si des têtes ne tomberont pas, il pourrait y avoir de nouvelles arrivées car quelques mesures correctives sous le signe de l’intensité, se doivent d’être mise en place." Avec un désengagement "du propriétaire", une Direction Italienne chargée de souffler le chaud et le froid et, sur ordre de son Président de soutenir un entraineur discrédité auprès du Noyau et trahi par son staff actuel, pensez-vous que l’Inter d’Inzaghi soit sur le point de s’écrouler ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C'est officiel: Radio 105 sera présente au Stade Giuseppe Meazza avec un DJ exclusif à l'occasion de tous les matchs à domicile de l'Inter! "A l'occasion de tous les matchs à domicile, Radio 105 sera présente au stade Giuseppe Meazza avec un DJ-Set exclusif. La musique et les animations de divertissement de la célèbre station de radio italienne réchaufferont l'atmosphère de l'avant-match et de la mi-temps, enrichissant ainsi la proposition de divertissement dans le stade du club Nerazzurro, pour les deux saisons à venir." "L'accord de partenariat célèbre l'excellence des deux marques dans leurs secteurs respectifs : La radio la plus populaire d'Italie rejoint le club ayant la plus forte affluence au stade en Serie A, lui qui est le détenteur du record pour la saison 2021/22." Radio 105 fera ses débuts au Giuseppe Meazza à l'occasion de la réception du Torino, ce samedi 10 septembre à 18h00, match dont elle sera, bien évidemment, le sponsor. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C'est une révélation de Calcio&Finanza: Bien que le début de la nouvelle saison soit encore dans un mois, le Derby entre l'Inter et le Milan a déjà commencé, du moins au niveau des abonnements. Celle-ci a a explosé des deux côtés de la Cité Milanaise: "Les Tifosi des deux équipes ont acheté jusqu'au dernier siège disponible, leur abonnement" "Chez les Nerazzurri, le retour du fils prodigue Romelu Lukaku a suffi à lancer la Campagne d'abonnement et hier, l'Inter a annoncé que la vente des abonnements pour la saison 2022/23 était terminée, avec environ 40 000 cartes vendues. Elle a également annoncée l'ouverture de la liste d'attente pour la saison 2023/24. Un signe qui montre que les Tifosi croient fermement en l'équipe et en Simone Inzaghi et qu'ils ont l'intention de récupérer le Scudetto "arraché" par leurs cousins en 2021/22." "Milan ne reste pas les bras croisés: Les Rossoneri, forts de leur titre de champions d'Italie, enregistrent des chiffres similaires à ceux de l'Inter et se dirigent rapidement vers les 40.000 abonnements, soit environ 13.000 de plus que les 27.000 enregistrés lors de la saison 2019/20, lorsque la campagne d'abonnements a été ouverte pour la dernière fois, avant que la pandémie liée au Covid-19 ne touche également le monde du football. " "Si les Rossoneri devaient également atteindre la barre des 40.000 abonnements, ce serait la première fois depuis treize saisons, qu'un tel palier serait atteint. Il faut remonter à la saison 2008/09 pour trouver une campagne similaire: avec 40.238 abonnements pour l'Inter et 44.158 pour le Milan. Si pour le Milan, ce chiffre est important, il est encore loin des 52.673 abonnés de la saison 2004/2005. Pour l'Inter, le pic le plus élevé remonte à la saison 2001/02 avec 49.212 cartes distribuées." "Ces statistiques se sont ensuite considérablement réduites les années suivantes, surtout à partir de 2010: Après le Triplé Nerazzurro et le dernier Scudetto Rossonero, respectivement de 2010 et 2011, aucun des deux clubs n'était parvenu à atteindre 40.000 abonnés sur les sept saisons suivantes. Le point le plus bas étant atteint lors de la saison 2014/15, qui n'est pas exactement l'une des meilleures saisons pour les deux équipes, et où l'on comptait 22.400 abonnés à l'Inter et seulement 19.504 pour le Milan, il sera même parvenu à faire pire en 2016/17 avec 16.450 abonnements." "La tendance s'est inversée avec le retour des Nerazzurri en Ligue des Champions, et la campagne d'acquistion du Milan lors de la saison 2017/18. Depuis lors, des bonnes statistiques ont été maintenues, soit plus de 30.000 tifosi abonnés, et ce même les années suivantes, jusqu'en 2019/20." "Aujourd'hui, deux ans après la dernière campagne d'abonnements, les clubs sont de retour dans le feu de l'action, pour une saison qui s'annoncera disputée jusqu'à la dernière seconde, et qui l'a été déjà jusqu'au dernier abonnement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. ®L'Avenir - Il est resté à l’arrière-plan tout au long des négociations et même lors de la présentation officielle de Romelu Lukaku. Mais s’il y a bien quelqu’un sans qui le retour de Lukaku à l’Inter ne se serait pas fait, c’est son conseiller personnel et avocat belge, Sébastien Ledure, une référence mondiale au niveau du droit du sport. C’est dans son bureau de la Place Flagey, loin des caméras et micros du Giuseppe Meazza, que Me Ledure nous a reçus pour commenter la transaction la plus spectaculaire de ce début de mercato. Commençons par le début. Depuis quand connaissez-vous Romelu? "Depuis cinq ans et via… sa maman. Elle commençait à se poser certaines questions et elle en a parlé à quelqu’un de sa banque. C’est ainsi qu’on est entrés en contact. On s’est vus deux ou trois fois à l’Hôtel Steigenberger, puis elle m’a proposé de rencontrer ses fils. Petit à petit, Romelu a pris confiance. Il avait déjà décidé de quitter l’agent Mino Raiola pour Federico Pastorello." Mais soyons clairs: ce deal s’est fait sans le moindre agent. "En effet. Cela devient une tendance parmi les joueurs d’élite. Mbappé et Griezmann font comme ça, Hazard et De Bruyne aussi. Neymar a même une boîte avec des dizaines d’employés qui travaillent pour lui. Quant à Romelu, il a préféré que son agent (Pastorello) ne soit pas impliqué dans cette affaire vu ses liens étroits avec l’ancienne direction de Chelsea. Romelu n’a pas encore pris de décision par rapport à son éventuel avenir avec son agent, mais il ne voulait pas qu’un risque de conflit d’intérêts puisse interférer dans une des opérations les plus difficiles du football actuel." C’était une transaction si compliquée que cela? "Au début, personne ne croyait qu’elle allait se faire. La semaine passée, votre collègue italien Fabrizio Romano (NdlR: un spécialiste au niveau des scoops pendant les mercatos) m’a appelé en me disant: ‘Ce que vous avez fait, it’s a masterpiece, c’est un chef-d’œuvre.’ La question était la suivante: Comment est-ce qu’un joueur qui a été vendu pour plus de 100 millions€ à un club peut retourner dans le même club qui dit qu’il n’y a pas d’argent pour le reprendre? Et, en plus de cela, il faut savoir que lors du transfert de l’année passée, les relations entre l’ancienne direction de Chelsea et la direction de l’Inter étaient très tendues. S’il n’y avait pas eu de changement d’actionnariat à Chelsea, je doute fortement que cette transaction aurait pu se faire." Pour le dire crûment: sans la guerre en Ukraine, Lukaku ne serait pas à l’Inter. "Peut-être, oui, mais n’en faites pas votre titre. Peut-être qu’on aurait quand même trouvé une solution, mais cela aurait été encore plus difficile." Est-ce que Roc Nation, la boîte américaine de Jay-Z qui gère les intérêts commerciaux de Lukaku, De Bruyne et Witsel, a joué un rôle? "Oui, dans le sens où ils connaissent le nouveau propriétaire de Chelsea et que cela a facilité une approche plus ‘américaine’du dossier." Les premières prises de contact datent-elles de la fameuse interview de Lukaku à Sky Italia du 31 décembre, où il déclare qu’il n’est pas heureux à Chelsea sous son coach Tuchel? "Non… Cette interview venait du cœur et était peut-être maladroite. C’est une initiative qu’il a prise lui-même et qu’il ne prendrait sans doute plus. Il en a subi les conséquences pendant le reste de la saison, vu que cela a alourdi son climat de travail au quotidien." "Mais il m’a vite fait comprendre que, vu ses 29 ans et le fait qu’il est au sommet de sa carrière, il ne pouvait pas se permettre de perdre une nouvelle année. C’est un secret de polichinelle qu’il n’était pas sur la même longueur d’onde que son entraîneur. Mais les négociations, elles, n’ont débuté qu’à la fin de la saison." Combien d’allers et retours avez-vous faits entre Londres et Milan? "Quelques-uns en mai et juin. Et le reste s’est fait par téléphone et visioconférence. C’était une négociation où il fallait avancer pas après pas et placer ses pions intelligemment. Il fallait y aller en sous-marin: en travaillant discrètement mais efficacement et en respectant les sensibilités de toutes les parties." On peut supposer que vous aviez une ligne directe avec Romelu. "Bien sûr. Et j’ai été le voir avant qu’il ne parte en vacances. Il était au courant de tout et il a assisté aux conférences les plus importantes. Dans ma philosophie de travail, je représente le joueur, mais il doit tout savoir. Il y a une transparence totale. C’est lui qui contrôle la situation." Il a fait des concessions financières pour aboutir à un accord. "Oui. Mais beaucoup moins que ce que dit la presse. J’ai lu qu’il a réduit son salaire d’un tiers ou de la moitié. C’est faux. Il sera le joueur le mieux payé de la Serie A. Les trois parties ont fait des concessions qui sont intelligentes. Notre job était d’obtenir les meilleures conditions possible pour mon client, pas pour Chelsea ou l’Inter. C’est Romelu qui nous paie, pas les clubs." Et le prix de la location, 8 millions d'euros, est-il correct? "Vous devriez le demander aux clubs concernés, mais c’est un prix en adéquation avec les tarifs d’une location." Il n’y a pas eu d’autres clubs qui voulaient l’acheter au lieu de le louer? "Euh… En effet. Il s’agissait de grands clubs dont je ne citerai pas le nom. Mais ces pistes n’ont jamais vraiment été sérieuses parce que Romelu a très vite décidé qu’il voulait rentrer à l’Inter. Il a parlé plusieurs fois avec l’entraîneur de l’Inter, Simone Inzaghi, comme il l’avait fait avec Conte avant de signer à l’Inter en 2019, pour être sûr d’être sur la même longueur d’onde." L’Inter n’a pas négocié de clause d’achat. Un retour à Chelsea en juin 2023, est-ce envisageable? "Il y aura encore trois ans de contrat. Mais personne ne peut dire quoi que ce soit à ce sujet." Dernière chose: Romelu a souvent déclaré qu’il compte rejouer un jour pour Anderlecht. « Il m’en a déjà parlé aussi, mais il n’a pas fixé d’année. Il faudra voir si les conditions s’y prêtent à ce moment-là. C’est une idée qu’il a en tête depuis toujours. Et je ne connais aucun joueur qui soit aussi déterminé que Romelu. Quand il prend une décision, très peu de personnes sont capables de le faire changer d’avis. Et quel passionné du foot! Cela explique pourquoi il s’est senti malheureux à Chelsea cette saison: Romelu doit pouvoir exercer sa passion." ®L'Avenir.net
  5. 321 jours après son départ houleux de l’Inter, Romelu Lukaku est de retour à Appiano Gentile. Après avoir passé sa traditionnelle visite médicale, Big Rom s’est livré à Inter TV Bienvenue Romelu, quelle émotion ressens-tu à l’idée de retourner à l’Inter ? "C’est une émotion forte, je pense que ce que j’ai vécu avec cette équipe, il y a plus d’un an, était une belle histoire. Pour l’équipe, pour les tifosi, mais aussi pour moi personnellement. L’Inter m’a tant donné et j’espère, à présent, parvenir à faire mieux qu’avant. Il est maintenant arrivé le moment de tous travailler ensemble, en espérant faire mieux que précédemment." Tu as passé beaucoup de temps avec le Président, vous avez parlé et vous êtes accosté. Vous sembliez très fier, quel effet cela t’as fait de le revoir ? "Nous avons parlé d’énormément de choses, de comment cela semblait impossible pour moi de revenir ici, mais nous l’avons fait et je dois aussi le remercier pour cette raison, car il a continué à pousser à croire que cela pouvait être possible : Finalement nous y sommes parvenu et j’en suis très heureux." Tu retrouves aussi une Ville qui t’a accueilli et où tu t’étais intégré à la perfection. C’est comment d’être de retour à nouveau à Milan ? "C’est comme revenir à la maison, je pense que Milan est, pour moi et ma famille, un lieu où nous nous sentons vraiment bien grâce au peuple, aux tifosi, à mes équipiers. Du premier jour où je suis arrivé, ils m’ont tous tant aidé, je suis vraiment très heureux. Je n’avais même pas laissé "ma maison" en partant suis parti en Angleterre, cela montre à quel point je suis heureux de revenir, à présent je veux seulement revoir les gars sur le terrain." Qu’est-ce qui t’a convaincu de redevenir Nerazzurro ? "L’affection des Tifosi et aussi de mes équipiers, tout comme l’opportunité de travailler avec le Mister. Je suis resté en contact avec lui durant toute la saison écoulée. Je pense qu’il a fait de très belle choses avec l’équipe. Je peux apporter ma contribution et faire de belles choses pour ce club." Un sourire retrouvé! L’année dernière, tu as eu un aperçu de la façon de travailler avec Simone Inzaghi, a-quel point as-tu l’envie de travailler avec lui ? "J’en ai très envie, j’ai aussi vu l’équipe jouer à un très hautniveau la saison dernière, je suis déçu qu’elle ne soit pas parvenue à remporter le Scudetto, mais elle a remporté deux titres vraiment important. Tant de joueurs ont pris de l’expérience de façon importante, nous devons continuer de la sorte. A présent, nous sommes dans la position de défier tous les autres : Je tiens à bien me préparer pour la nouvelle saison et à continuer sur le parcours que nous avons déjà emprunté." As-tu déjà échangé avec tes anciens et nouveaux équipiers ? "Avec pratiquement tout le monde, la majorité. Je les remercie tous car je voulais revenir ici mais eux aussi ont poussé pour mon retour... Je dois les remercier car pour moi, ils sont comme ma famille, ce sont mes frères." 95 matchs et 64 buts avec l’Inter. Ta nouvelle aventure reprend sur base de ces statistiques..... "Je ne suis pas individualiste, je pense toujours à l’équipe, je veux que l’Inter gagne. Je ferai tout mon possible, aussi bien à l’entrainement que sur le terrain, pour faire gagner l’Inter." As-tu un message pour les Tifosi Nerazzurri qui sont déjà prêt à te revoir au Giuseppe Meazza ? "Je suis content d’être de retour ici, je donnerais tout, au quotidien, pour vous rendre de nouveaux heureux vous, et mes équipiers." Il n’y a plus qu’à Romelu ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. 16 avril 2023 Stade Giuseppe Meazza Horaire à définir
  7. Présent au Giuseppe Meazza, Paulo Dybala y a retrouvé Javier Zanetti à l’occasion de l’Integration Heroes Match et le moins que l’on puisse dire, c’est que le futur de la Joya se colore tout doucement de Bleu Royal La décla d’Il Capitano Dybala ? "Nous sommes amis, je le connais depuis qu’il a 16 ans, c’est un très grand joueur et une très grandissime personne. Nous n’avons pas encore parlé de son futur, il y a un temps pour tout. Piero Ausilio et Dario Baccin feront leur mieux pour renforcer encore notre équipe qui continuera à être compétitive : Ce sont deux grands professionnels, nous avons un bon groupe de travail, la saison a été positive car les promesses à l’aube de celles-ci étaient tout autres : Nous sommes sorti la tête de haute de la Ligue des Champions, nous avons donné tout ce que nous avions, et nous voulons continuer ce parcours de croissance qui passe par le travail de tous." La Joya au Meazza Un regard plus que malicieux! "Je suis content d’être ici, Eto’o est un Grand, je ne pouvais pas refuser." Zanetti? "J’ai parlé avec tout le monde, mais je voudrais que l’on parle plus de l’évènement que de ce qui m’entoure, cet événement est bien plus important." Totti me veut à la Roma ? "C’est un Grand aussi, une idole pour tout ceux qui aime le Calcio, ses paroles d’affections sont très belles et je les garde pour moi. Je suis serein, je pars demain pour retrouver mon équipe nationale, nous avons un beau match à disputer face à l’Italie et nous voulons continuer à gagner." L’Italie ou l’Etranger ? "Demain, je pars pour l’Espagne, pour retrouver mes équipiers et pour y passer de belles vacances en familles." Paris ? "Je ne sais pas, je ne sais pas encore quoi faire, je choisirai le meilleur pour moi." Les Tifosi s’y mettent Présent aussi au Meazza, certains Tifosi ont décidé de passer un petit message à la Joya: "Paulo, nous t'attendons, Amala " Enfin selon le Corriere Della Sera l’offre présentée et acceptée serait la suivante : "Un quadriennal de 6 millions d’euros plus bonus. L’officialisation aura lieu après la rupture des contrat d’Arturo Vidal et d’Alexis Sanchez, le premier ira à Flamengo, le second espère un club espagnol... Les deux chiliens recevront une prime de départ de 4 millions d’euros chacun !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Inter 4-2 Empoli, Vérone 1-3 Milan, classement inchangé et une course au Scudetto qui continue de battre son plein. Si l’Inter s’est faite peur, très peur ce vendredi face au Meazza "trahie" par Andrea Pinamonti, elle a su inverser la tendance. Après l’ouverture du score de notre jeunot à la 5', suivi d’un but sur hors-jeu de l’équipe visiteuse, la demi-heure de jeu sanctionnait lourdement l’Inter avec un second but singé Asllani. Si Milan Skriniar se montre toujours combatif, Stefan De Vrij devient de plus en plus un sérieux problème..... Menée au score, l’Inter décide de ne pas abandonner et est récompensée via l’auto-but de Romagnoli à la 40’. Lautaro se révèle en cette fin de saison en inscrivant un doublé, le premier but tombe avant la mi-temps et le seconde peu après l’heure de jeu devant un Meazza en fusion. Si Joaquin Correa se révèle être le Bidone d’Oro Nerazzurro de cette saison et si Edin Dzeko loupe l’immanquable, le Cygne de Sarajevo délivrera la passe décisive à Alexis Sanchez qui inscrira un nouveau but dans les toutes dernières seconde. En après-match, Andrea Pinamonti est d’ailleurs allé salué Milan Skriniar, l’air "embêté "d’avoir failli couter le Scudetto à l’Inter…. L’Empoli a vendu très chèrement sa peau et la prochaine étape Nerazzurra passera par la Finale de la Coupe d’Italie face à une Juventus qui s’est fait surprendre sur le terrain du Genoa. Le week-end prochain, Milan jouera avant l’Inter, à domicile face à l’Atalanta où une contre-performance est espérée. Quoiqu’il en soit pour continuer à rêver, les Nerazzurri devront impérativement s’imposer dans la ville natale d’un certain Nicolò Barella Place à présent à une fin de saison palpitante où la première équipe qui craquera nerveusement perdra quoiqu’il arrive le titre Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 4-2 Empoli Buteur(s): 5' Pinamonti (E), 28' Asllani (E), 40' Romagnoli (I, aut.), 45', 64' Lautaro Martinez (I) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (70' 33 D'Ambrosio); 2 Dumfries (76' 33 Darmian), 23 Barella, 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (70' 22 Vidal), 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez (70' 9 Dzeko), 19 Correa (82' 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 18 Gosens, 88 Caicedo Entraîneur: Simone Inzaghi Empoli: 13 Vicario; 20 Fiamozzi (78' 15 Benassi), 6 Romagnoli, 33 Luperto, 65 Parisi; 23 Asllani, 5 Stulac (69' 34 Ismajli) 25 Bandinelli; 10 Bajrami (61' 11 Di Francesco, 69' 9 Cutrone), 27 Zurkowski (61' 8 Henderson); 99 Pinamonti Banc: 1 Ujkani, 22 Furlan, 16 Fazzini, 19 La Mantia, 21 Cacace, 35 Baldanzi, 42 Viti T1: Aurelio Andreazzoli Arbitre: Manganiello VAR: Banti Averti(s): Lautaro Martinez Expulsé(s): / Affluence: 69.959 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. C'est une révélation du Corriere Dello Sport: "L'Inter s'apprête à dépasser le million de spectateurs au Giuseppe Meazza depuis le début cette saison: "Le palier sera franchi lors du match de ce soir contre Empoli. Et il s'agit-là d'une source de revenues très importante pour les caisses du club et d'un soutien fondamental pour l'équipe de Simone Inzaghi." Un message bien passé! "Pour pousser l'Inter à se dépasser, au Surpasso, s'il n'y aura pas 75.000 spectateurs, 70.000 Tifosi seront présents, car le secteur visiteurs reste et restera toujours attribué aux quelques tifosi de l'Empoli qui seront environ de 200. Toutefois, les sièges invendus au troisième anneau bleu n'empêcheront pas le Club de Viale della Liberazione d'atteindre un palier important : Un million de spectateurs depuis le début de la saison combiné entre la Serie A, la Ligue des Champions et la Coppa Italia." "En effet, avant le match d'aujourd'hui, le nombre de billets vendus était d'environ de 987.000 et grâce au match contre Empoli, le million sera franchi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. La Repubblica s’est livré sur le face à face vif en émotion entre l’Inter et le Milan qui verra quoiqu’il arrive un club milanais soulever le précieux sésame pour la seconde année de suite : "Entre les deux équipes, il se profile une lutte jusqu’à la dernière minute de la dernière journée." Et la fête Scudetto dans tout ça ? C’est un bordel organisationnel qui pèse sur la célébration du championnat le plus disputé depuis des années : "La Lega Serie A avait pensé avancer à samedi les matchs de la dernière journée du championnat, soit Inter- Sampdoria et Milan-Sassuolo. La raison ? Pouvoir programmer une fête pour le dimanche au Giuseppe Meazza avec la remise de la Coupe car normalement, la Coupe est toujours délivrée après la conquête du titre, qui a toujours eu lieu au moins une journée à l’avance au cours de cette dernière décennie." "Mais Il y a quelques jours le département de la sécurité publique du Ministère de l'Intérieur a envoyé à la Lega une Communication lui demandant "d'évaluer la possibilité de programmer les matchs Inter-Sampdoria et Sassuolo-Milan pour le dimanche 22 mai". En effet, la Questura (soit le siège de la police) a signalé que le samedi 21 mai, un concert gratuit de Radio Italia aura lieu sur la Piazza Duomo. En pratique, ce qui pourrait se passer, c’est qu’une fois le titre conquis, les Tifosi de l'équipe gagnante se seraient retrouvés avec la Piazza Duomo fermée, ceux-ci risqueraient donc de faire la fête dans les rues secondaires en créant des problème d'ordre public." "Évidemment, la discussion sur le Scudetto pourrait être conclue dès le week-end prochain. Dans le cas où l'Inter ne gagnerait pas son match à l'extérieur à Cagliari, qui est engagé dans la lutte pour le maintien combiné à un résultat tout autre qu’une défaite pour les Rossoneri qui remporteraient le dix-neuvième Scudetto de leur histoire avec une journée d’avance." Exit Strategy La Serie A a envisagé également un plan B. En attendant de savoir si elle doit placer les deux matchs pour le Scudetto au dimanche à 15h00 Pourquoi ? Pour planifier la célébration du Scudetto au Giuseppe Meazza à la fin des matchs. Pour être plus clair, la facilité est la victoire de l’Inter : L'équipe reste sur le terrain et fête le trophée. Si, au contraire, Milan l'emporte, l'idée est de vider rapidement le stade, de modifier la disposition des lieux et d'ouvrir ensuite le stade aux supporters milanais et aux joueurs rossoneri en provenance de Reggio Emilia. Le plus important sera surtout qu’il n’y ait aucun imbécile ayant des idées qui seront toutes sauf festive… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. C’est une révélation du Corriere Dello Sport: Au Stade Giuseppe Meazza, pour ses matchs à domicile, Simone Inzaghi a tenu une cadence Da Scudetto en remportant 39 points en 17 matchs : Personne n’a d’ailleurs fait mieux que les Nerazzurri. "Le Milan a lui récolté 37 points en 18 matchs, la Fiorentina et la Roma 35 points en ayant respectivement joués 17 et 18 matchs, il y a ensuite la Juve avec 34 points en 18 matchs et le Napoli avec 33 points en 18 matchs. A domicile, l’Attaque des Champions d’Italie est létal avec 41 buts inscrits, personne n’est capable de tenir un tel rythme et la rencontre d’aujourd’hui est l’avant-dernière à domicile avant la réception de la Sampdoria." "Handanovic&Cie auront donc une très bonne base de départ pour ce soir, en sachant le niveau de sécurité que peut lui garantir le Giuseppe Meazza. En même temps, il sera impératif de ne pas se faire surprendre car rien n’est donné pour acquis : En février sont arrivées les défaites face à Milan et Sassuolo et sans oublier le partage face à la Fiorentina en mars." "Le moindre faux pas à 270 minutes de la fin du championnat pourrait s’avérer fatal dans la Course au Scudetto, alors que tous veulent à Appiano Gentile continuer à espérer au titre jusqu’à la toute dernière journée de la compétition: Et le seul moyen d’y parvenir est de faire jouer le Milan sous pression face à l’Hellas." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Simone Inzaghi s’est livré à Inter TV à quelques heures du coup d’envoi de la 36ème journée de Serie A Empoli est déjà sauvé, à uel sera le type de match faut-il s'attendre ? "Ce sera une rencontre dangereuse car l’Empoli est une équipe de qualité qui a déjà atteint son objectif. Nous devrons être très attentif car nous ferons face à une équipe organisée qui viendra ici pour jouer son match." Face à l’Udinese, une victoire importante est née avec la démonstration d’une mentalité de grande équipe, est-ce un bon signal pour cette fin de saison ? "Nous avons gagné une rencontre qui était loin d’être simple, je suis très content de la prestation à Udine car l’équipe a démontré une grande personnalité et de la détermination. Nous tenions à cette victoire et nous l’avons obtenue avec la concentration qui caractérise les grandes équipes." Est-ce le moment-clé de la maison avec deux titres en jeu ? A quel point l’aspect mental sera fondamental ? "Pour ces quatre derniers matchs, les aspects technico-tactiques seront un peu moins visible, je pense que ce sera la motivation qui fera la différence. J’ai la chance d’avoir une équipe qui a toujours trouvé de quoi se motiver, nous nous donnerons face à Empoli à 120%, nous serons devant notre public face à une équipe de qualité qui sait bien jouer au football." Est-ce différent de joueur avant le Milan ? "Mon job, comme celui de mon Staff, est de faire avec ce que nous avons entre les mains, en nous basant sur notre équipe, sans devoir penser à ce que font les autres : Nous devrons faire notre parcours pour nous-même et nous donner à 120%." Nous nous dirigeons vers un Meazza Sold-Out, cela peut-il vous donner un coup de pouce ? "Nous avons eu toute la saison un public merveilleux, demain, il sera à nouveau comble et je suis sûr que les Tifosi nous donnerons ce petit quelque chose en plus pour réaliser un match avec notre cœur, comme nous l’avons tous déjà connu cette année au Giuseppe Meazza, on a aussi pu le ressentir dimanche à Udine, c’était comme-ci nous évoluions à domicile même si nous étions à l’extérieur." Le Saviez-Vous ? Le permier but de Marcelo Brozovic en Serie A a eu lieu le 31 mai 2015, lors de la victoire 4-3 des Nerazzurri sur.... l'Empoli! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Lors de son dernier match, Empoli s’est vu atrophié de deux joueurs face au Torino suite à des exclusions. Et aujourd'hui, le juge sportif Gerardo Mastrandrea a officialisé le tout! Seront donc officiellement suspendu pour le déplacement au Stade Giuseppe Meazza ce vendredi Petar Stojanovic "pour double avertissement et un comportement non réglementaire sur le terrain" Valerio Verre "auteur d’une faute grave sur le terrain" C’est toujours ça de pris ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. C’est officiel, l’Inter n’est pas conseillé aux cœurs sensibles, encore plus lorsque son entraîneur, Simone Inzaghi est aussi touché par cette folie. Preuve en est sa déclaration à DAZN après l’importantissime victoire Nerazzurra sur le terrain hostile de l’Udinese "C’était une grande démonstration de caractère et de personnalité face à une équipe en excellente forme et avec des joueurs de qualités : Elle a toutefois fait face à une Inter qui avait la gagne et qui a mérité sa victoire : Je veux remercier les Tifosi qui se sont fait entendre ici, comme si nous étions au Meazza." Dernièrement, l’Inter tremble lorsqu’elle encaisse un but… "Sur le 2-0, nous avons encaissé ce but de Piussetto qui nous a fait légèrement reculé, mais nous n’avons pris quasiment aucun risque. Nous sommes le 1er mai à la cinquantième rencontre, nous sommes allé jusqu’au bout en Coupe d’Italie et nous nous présentons avec 7 parties disputées en 22 jours, mais nous nous sentons bien et nous y croirons Fino alla fine". Est-ce important de jouer avant ou après le Milan, cela peut-il faire la différence ? "Non, car nous sommes habitués, cela fait tant années que les télévisions sont arrivées...Aujourd’hui nous jouions après, la fois prochaine c’est avant. Personnellement, j’étais concentré sur l’Udinese et les joueurs ont répondu présent tout en ayant conscience du résultat du Milan : Nous avons une rencontre importantissime face à Empoli avant de disputer la Finale de la Coupe d’Italie." Après la défaite à Bologne, il fallait une réaction qui es arrivée… "J’ai échangé avec l’équipe, nous devions réaliser un match important : Nous avons souffert avec l’Udinese que est une équipe physique et en forme, mais nous nous devions de faire une rencontre Da Inter, en sachant qu’il y encore 9 points en jeu et que tout est possible." Du point de vue tactique, quels sont les facteurs qui ont été déterminants ? "J’avais décidé de laisser le milieu haut et d’ouvrir les ailes en cherchant les attaquants le plus possible. Au-delà de l’aspect tactique, les garçons ont donné de l’intensité et de l’agressivité: Des ingrédients important dans ce type de match, ce n’était pas facile car il s’agissait de deux matchs à l’extérieur très rapprochés." Comment va Barella, qui est sorti blessé en fin de match ? "Cela semble être une assez forte contusion, j’espère que ce n’est rien de grave car c’est un joueur fondamental qui a réalisé un grand match, je croise les doigts." Quel type d’Inter verrons-nous pour ces derniers matchs ? "Je peux seulement vous dire que depuis la Super Coupe d’Italie, que nous sommes encore en course en Serie A et en Coupe d’ltalie. Après cette très grande satisfaction, nous voulons gagner encore d’autres choses. Je crois que cette année, les Tifosi se sont divertis surtout vu ce qu’il s’était passé en début de saison." L’Inter est-elle Pazza ? "Oui, elle est folle car elle a remporté la Super Coupe d’Italie, a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des Champions après 10 ans d’attente, elle se retrouve en Finale de la Coupe d’Italie après 11 ans, j’espère qu’elle restera toujours aussi folle!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Si Antonio Conte avait publiquement critiqué l’absence de la Propriété la saison dernière, cette saison, Steven Zhang brille par sa présence à Milan! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Selon le budget du début de l'année, un éventuel Tripletino allégerait d'une quinzaine de millions le compte négatif de l’Inter, qui était prudemment et initialement estimé à 100 millions d'euros. Mais plus que tout, en cas de victoire, il y a surtout la réévaluation des étiquettes de prix à prendre en considération : En tant que Champions d'Italie, certains joueurs vaudront bien plus au moment opportun." "Dans cet état d’esprit, Zhang lui-même, a répété plus d’une fois aux différents responsables quel sera le crédo pour la saison à venir, celui-ci est aussi bien nécessaire que stratégique d'ailleurs: Une réduction de la masse salariale de l’équipe de 10-15% avec un mercato qui devra se conclure à nouveau par une balance positive. En conséquence, au moins un Big pourrait être mis en vitrine avec l'accord de Suning et indépendamment de qui sera sacrifié sur l'autel des comptes, l'un des leviers pour en retirer le maximum, sera précisément le nombre de succès collectés au cours du dernier mois." "Zhang Junior ne rentrera en Chine qu'une fois la saison terminée et, en attendant, le Président se concentre exclusivement sur le déplacement à Bologne : un faux pas mercredi signifierait réduire à néant tout ce qui a repris ces dernières semaines. Toutefois, la proximité du Président avec l'équipe est garantie, surtout, par des visites continues à Appiano, où il est devenu fréquent qu’il échange avec Inzaghi. Steven apprécie le style et la simplicité de Simone : le président et le coach ont tissé des liens, surtout pendant la longue période d'obscurité qui a marqué l’équipe cette saison: Durant cette période compliquée, les deux entrevoyaient déjà l’ascension imminente et se voyaient le plus possible." Le Saviez-Vous ? Steven a pris l'habitude de vibrer comme les 70 000 autres Tifosi qui l'entourent : Même contre la Roma, il a tenu a saluer les Nerazzurri un par un à leur entrée dans le tunnel. Pour une fois, il était aussi le DJ. Il voulait jouer "Noi siamo l'Inter" au Giuseppe Meazza, d'Eddy Veerus et Merk & Kremont créer lors du Scudetto 19. Une chanson qu’il aime énormément et dont il a même fait usage dans une Story Instagram pour le confirmer ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Après avoir affiché complet lors de la réception du Milan en Coupe d’Italie, le Giuseppe Meazza affichera à nouveau complet pour la réception de la Roma d’un certain José Mourinho! Comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, plus de 70.000 billets ont déjà trouvé preneur : "Il reste un millier de ticket dans le secteur visiteurs, 3.300 billets y ont déjà été vendu, il reste un peu de place dans le troisième anneau et quelques places en tribune rouge". Un nouvel exemple du soutien indéfectible des Tifosi envers la Bien-Aimée! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Dans un Giuseppe Meazza “Sold Out”, l’Inter a pris le Meilleur sur son rival historique milanais 3-0 grâce au doublé de Lautaro Martinez et le premier but de sa carrière, en Nerazzurro, de Robin Gosens. En Finale, l’Inter fera face au vainqueur de la rencontre opposant la Juventus à la Fiorentina qui se déroulera au Stadium de Turin. L’équipe d’Allegri l’ayant emporté 0-1 au Franchi Mais que vaut l’accès à la Finale de la prestigieuse compétition italienne ? Pour l’Inter, lors de cette édition 2021/2022, Calcio&Finanza estime le gain légèrement inférieur à 3 millions d’euros. Si l’équipe de Simone Inzaghi vient à soulever la Coupe, celle-ci lui permettra d’enregistrer un peu plus de 7 millions d’euros de gains En effet, 4,5 millions d'euros dus au vainqueur de la coupe nationale devront être ajoutés aux recettes déjà perçues. En cas de défaite en finale, les Nerazzurri percevraient environ 2 millions d'euros, pour un total de 5 millions en considérant le parcours complet de la compétition. Il s’agit d’une somme légèrement supérieure comparé aux gains octroyés lors de la saison 2020/2021, celle-ci ne s’explique principalement par le renouvellement du contrat signé avec Mediaset pour les droits de diffusions du tournoi et de la Super Coupe. L'accord triennal, valable donc jusqu'en 2024, a été conclu sur la base d'un peu plus de 48 millions d'euros par saison. Soit une augmentation de 27% de plus que lors du cycle précédent, et même le double du triennal couvrant la période 2015-2018. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Simone Inzaghi, s’est livré à la veille de la réception de l’Hellas Verona au Stade Giuseppe Meazza, une rencontre fondamentale pour mettre la pression sur le Milan Ac Voici ses déclarations à Inter TV Vous retrouvez le terrain après votre succès face à la Juventus, est-ce que cette victoire vous booste pour cette fin de saison ? "C’était une victoire importantissime à tout points de vue, car nous l’avons obtenu face à une équipe très forte dans une confrontation directe, c’est un succès qui nous permet de rester au contact des premiers et de jouer cette fin de saison de la meilleure des façons." Face à la Juve, l’Inter a prouvé qu’elle était capable de gagner aussi des matchs d’une façon dégueulasse. Est-ce un signe supplémentaire de croissance pour cette équipe ? "Cette équipe est capable de gagner n’importe quel type de rencontre: A Turin, nous avons été bon. Lorsque nous devions souffrir, nous l’avons fait tous ensemble et cela nous a donné l’opportunité de gagner, c’était une rencontre fondamentale pour notre parcours." L'Hellas Verona est une des surprises du championnat, c’est une équipe très diverse de celle affrontée au mois d’août. A quel type de match faut-il s’attendre ? "Ce sera un match très important pour nous, il sera très difficile car nous ferons face à une équipe qui propose une très grande intensité, qui a des joueurs de qualité. Nous devrons proposer une grande partie, Da Vera Inter." En voiture Simone! Lautaro Martinez est suspendu, mais les options ne manquent pas. A quel point vous est-il important d’avoir plusieurs alternative à disposition ? "Demain, Lautaro nous manquera, mais j’ai la chance d’avoir Edin Dzeko, Joaquin Correa, Felipe Caicedo et Alexis Sanchez qui sont tous bien et à disposition, ils s’entraînent tous de la meilleure des façon possibles. Mais au-delà des attaquants, il faudra que toute l’équipe réalise une rencontre importante." Il y aura des milliers de Tifosi, quelle est leur importance pour cette fin de saison ? "Ils sont si nombreux et je ne finirais jamais de les remercier: Ils sont fondamentaux pour nous, ils l’ont été toute l’année et je suis certain qu’ils seront encore présenter à nous côtés pour nous soutenir à chaque instant." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Alessandro Antonello s’est livré à la Repubblica au cours d’une très longue interview sur la thématique du nouveau stade de Milan. Ce qui est sûr, c’est que les démarches bureaucratiques de la Mairie milanaise irritent au plus haut point l’Administrateur-Délégué Corporate Nerazzurro Faut-il s’attendre à de nouvelles années d’austérité à l’Inter ? "En ce moment, c’est important de garantir une soutenabilité économique et financière au club, et si cela signifie passer par une réduction des coûts, alors nous irons de l’avant en ce sens. Nous devons travailler main dans la main avec Giuseppe Marotta et le Scudetto de la saison dernière et notre parcours cette année démontre que les deux entités peuvent coexister ensemble." En attendant, la soutenabilité commence par vos comptes : l'année 2021 s'est clôturée avec un rouge record de 245 millions. Comment cela va-t-il se terminer cette année ? "L’année dernière fut un résultat impacté par des facteurs extraordinaires : Il n’y avait pas que la pandémie, mais aussi l’interruption de nos rapports avec Antonio Conte, Radja Nainggolan ou Joao Mario. Cette année, la perte sera réduite de moitié, je dirais aux environ de 100 millions d’euros." Place à présent à San Siro, ou peut-être à Sesto San Giovanni. Le maire de Milan lance un débat public sur le nouveau stade que vous et le Milan AC voulez construire. Qu'est-ce qui vous inquiète...? "Une fois de plus, il s’agit de la longueur des délais par rapport à un projet présenté il y a trois ans. Le débat public est une bonne chose, mais en tant qu'investisseurs, nous devons être sûrs du calendrier. Nous devons également avoir un plan de rechange au cas où les choses ne se dérouleraient pas comme prévu. Pour nous, la construction d'un stade à San Siro est certainement le premier choix, mais si le débat public prend trop de temps, ou si le projet déjà modifié est déformé, alors nous opterons pour un plan B. Disposer d’un nouveau stade est important, peu importe où il se trouve." Cette opinion est-elle partagée ? Le Milan appartient au Fond Elliott, et vous avez une propriété chinoise. Dès que aurez le feu vert pour le stade, il coûtera une somme importante... "La présence du Président Steven Zhang, dans le bureau voisin du mien, représente physiquement l'engagement à long terme de la propriété envers le club." Le plan B pour le stade serait-il Sesto San Giovanni. Mais l'arrière-pays au nord de la ville peut-il vraiment remplacer un lieu historique tel que San Siro ? "Ce sont les succès des deux équipes qui ont écrit l"Histoire de San Siro : Si les clubs gagnent, ils peuvent aussi donner une renommée à un autre endroit. De plus, les supporters s'attachent rapidement à un stade qui peut vous donner à la fois des émotions, mais aussi de nombreux services." Alessandro Antonello enfonce le clou à Rai Sport "Nous avons des objectifs communs, donc nous ne voyons pas pourquoi nous ne pourrions pas nous engager à construire un stade pour nous-mêmes en ce moment. Il est clair qu'il y a aussi une raison économique. Le San Siro est devenu un lieu emblématique car les deux clubs y ont construit leur histoire et celle de la ville" Paolo Scaroni est plus incisif : "Nous ferons ce qui sera nécessaire pour voir si, enfin, nous parviendrons à doter Milan d’un stade moderne. Cela ne veut pas dire que si les choses devaient se prolonger davantage, que nous n'envisagerions pas d'autres scénarios. Je pense que le tout pourrait être conclu pour la saison 2027-28. Si nous disposons d’un stade de qualité, comme le si beau que nous projetons pour la ville de Milan, nous pourrons augmenter les recettes et investir davantage sur les jeunes." Selon vous, La Mairie tente-t ’elle de gagner du temps pour conserver le Giuseppe Meazza actuel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Simone Inzaghi s’est livré à Inter Tv dans le cadre de la préface du match opposant l’Inter à la Fiorentina, rencontre qui se tiendra au Stade Giuseppe Meazza, ce samedi 19 mars 2022 à 18h00! "C’est sans aucun doute la période où il y a la sensation que nous avons récolté moins que ce nous aurions mérité d’avoir, mais la volonté est la bonne. Ces derniers jours les garçons ont énormément et bien travaillé, il y a énormément d’envie de retrouver le terrain et nous devrons nous y présenter en faisant preuve d’une très grande intelligence et de lucidité." Depuis le début de l’année, l’Inter a disputé 15 matchs, le fait d’avoir plus de temps pour préparer chaque match à présent sera-t-il important en vue de cette fin de saison ? "Avoir plus de jours pour préparer une rencontre est bénéfique c’est évident, cela te permet de travailler sur les situations qui se sont mal passées, de détailler le tout, mais c’est tout aussi vrai que Nous sommes l’Inter : Nous sommes allé de l’avant en Ligue des Champions, nous sommes toujours en course pour la Coupe d’Italie. Le désir est donc de jouer souvent, car cela signifie que nous sommes toujours compétitif tout au long de l’année." Les prestations d’équipe n’ont jamais fait défaut, est-ce un signe de la Force du groupe ? "Je serais plus préoccupé en tant qu’entraîneur, si je voyais l’équipe ne pas se créer du jeu et des occasions. C’est normal également de tout faire pour aborder les matchs de la bonne façon, nous devons faire en sorte que les faits de jeu soient en notre faveur pour essayer d’avoir un meilleur contrôle du match." A quel type de rencontre vous attendez-vous ? "Nous allons faire face à une équipe en forme qui réalise une bonne saison, qui a un entraîneur qui a d’excellentes idées et qui donne une identité précise à ses équipes. Nous avons travaillé ces derniers jours afin d’être prêt à faire face à un adversaire d’une valeur absolue." Il vous reste 11 match d’ici à la fin de la saison, 6 se disputeront à domicile, en face de votre public, est-ce un facteur qui pourrait s’avérer déterminant ? "Les Tifosi, durant toute la saison, ont toujours été à nos côtés, toujours très nombreux à domicile et à l’extérieur. Notre objectif est de les rendre fier et orgueilleux lorsqu’ils voient l’équipe sur le terrain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Attention danger: Après Gianluca Scamacca et Gleison Bremer, un autre joueur courtisé par l'Inter fera l’objet d’une attention toute particulière ce samedi au Giuseppe Meazza: Nikola Milenkovic! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Nikola Milenkovic n’est jamais sorti des écrans radars de l’Inter et le défenseur central de la Fiorentnina pourrait devenir le grand coup pour la défense Nerazzurra en vue de la saison prochaine: Il y a déjà un an, le joueur serbe avait, en quelque sorte, montré sa fidélité au club en prolongeant son contrat du 30 juin 2022 au 30 juin 2023: Soit une signature synonyme de reconnaissance. Il est difficile à présent de voir ce petit jeu se répéter à nouveau et le club toscan va également tenter de le céder cet été avant qu’il ne se retrouve en fin de contrat." "Sur sa trace, on retrouve l’Inter, qui est à la recherche d’un défenseur afin de palier le départ de Stefan De Vrij: Là, attentive, car il est considéré comme faisable de procéder à un investissement de 15 millions d’euros combiné à un salaire de 2,5 à 3 millions d’euros pour un joueur âgé de 24 ans ayant une grande marge de progression. De plus, il existe aussi une autre raison qui pourrait amener Nikola vers Milan : Il n’y a pas d’équipe plus Slave que celle des Nerazzurri en Serie A." Les alternatives ? "Christensen était plaisant car en fin de contrat, mais il est tombé d’accord avec Barcelone. Il reste sur la table Luiz Felipe, et une infime chance pour Senesi de Feyenoord. Mais surtout, tous les regards sont portés sur Gleison Bremer." Va-t’il également nous mettre une cartouche ? Rien n’en est moins sur ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Gianluca Scamacca, qui est amené à prendre le contrôle de l’attaque Nerazzurra la saison prochaine, sauf surprise, s’est livré au Corriere Dello Sport Vous faites l’objet de beaucoup de convoitises, à commencer par l’Inter et la Juventus… "Je n’y pense pas, je ne me suis pas donné de limites, lorsqu’il faudra prendre une décision ce sera celle du cœur. Je suis parti à l’étranger une fois et je pourrais très bien aussi opter pour ce choix à nouveau, je n’ai pas peur." Mais toutes les meilleurs équipes italiennes font la file pour vous... "L’intérêt des grands clubs me font plaisir, c’est une stimulation, mais je ne suis pas trop le Calciomercato, certaines situations ne se concrétisent pas rapidement." La rencontre face à l’Inter au Giuseppe Meazza était-elle votre meilleur match ? "Je ne sais pas si c’est le meilleur dans l’absolu, mais c’est l’un des meilleurs. Gagner au Meazza est toujours une performance. Je suis fier de cette victoire, dans un stade où ont évolué tant de grand champions, face à une équipe est qui parmi les meilleures." Quel est votre rapport avec Frattesi ? "Nous sommes comme deux frères, nous avons toujours tout fait ensemble: Ce sont deux destinées qui se sont entrecroisées depuis que nous sommes enfants. Pour moi, l’avoir dans l'quipe est un point de référence, c’est une valeur ajoutée." Vous êtes d’ailleurs passé ensemble de la Lazio à la Roma... "Il a fait ce bond avant moi, je suis arrivé là-bas deux ans après. A Sassuolo par contre, je suis arrivé le premier et lui m’a rejoint six mois après." Vous vivez ensemble à Sassuolo, est-ce que l’on retrouve cette entente également sur le terrain ? "Oui, nous jouons ensemble depuis que nous sommes enfants, c’est visible du terrain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. En effet, Stefan De Vrij ne sera pas disponible, ce samedi, à l’occasion de la réception de la Fiorentina au Stade Giuseppe Meazza Confirmation du Corriere Dello Sport “Si en novembre dernier, le hollandais s’était blessé durant la trêve internationale, cette fois-ci, il a anticipé cette dernière : Hier, le défenseur, qui avait déjà manqué Inter-Fiorentina la saison dernière suite à une suspension, a travaillé dans le gymnase. Il va déserter l’équipe nationale en vue d'être de retour pour la rencontre face à la Juventus programmée le 3 avril." "La rencontre face au Torino de dimanche dernier, a d’ailleurs été la première de la saison où l’Inter, en son absence, n’est pas parvenu à l’emporter : Lors des 6 précédents, tout s’était toujours bien déroulé pour l’équipe d’Inzaghi." Selon vous, le fait de ne pas partir en stage international pourra-t’ il permettre à notre Stefan de se retrouver et de se recentrer ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Ces dernières heures, Arturo Vidal est parvenu à se mettre dans le collimateur du club, un comportement provocateur gratuit, qui tombe au plus mauvais moment Retour sur ses déclarations Arturo s’était livré à TNT sur un retour à Flamengo :" Cela me plairait énormément, j’y tiens beaucoup, un maillot m’avait été offert par le Président et cela m’a touché en plein cœur, je rêve d’y jouer, je ne vais pas le nier, lorsque cela sera possible, j’irais. J’espère que cela pourra se faire au plus vite, si l’entraîneur et la Direction me veulent, il y aura un rapprochement et je ferai tout mon possible pour que cela se concrétise." "Mon aventure européenne peut se refermer, je ne sais pas si c’est le moment, mais si cela vient à arriver, mon objectif est clair : Tout gagner avec Flamengo, me battre pour la Libertadores qui est un rêve comme la Ligue des Champions eu Europe. Si je vais là-bas, c’est pour continuer à me battre et à rester un joueur important." Mais le manque de respect de n’arrête pas là Sanchez ? "Je le vois en condition, heureux, il a évidemment connu ses propres périodes, il lui est arrivé la même chose qu’à moi : Un joueur avec un tel talent se doit de joueur, c’est difficile de le voir sur le bac avec tout ce qu’il a déjà réalisé et avec ce qu’il fait lorsqu’il monte sur en cours de jeu. Mais ce sont des décisions où je ne m’implique pas." La crête blonde ? "Je l’ai fait car j’avais envie de changer, pour voir si l’entraineur allait mieux me voir avec ces cheveux vu que je ne joue pas énormément de matchs : J’ai envie de changer un peu les choses, l’important c’est que tout te monde a pu voir ma prestation face à Liverpool." Le Scudetto ? "Ce sera difficile car toute les équipes se battent pour conquérir point après point, ce sera important à présent de ne plus perdre de point . Le Milan est une équipe qui a perdu des chances de s’échapper comme nous, nous avions perdu des points auparavant . Nous ne pouvons plus faire d’erreur, celui qui en fera le moins remportera le Scudetto." Révélation de Sky Sport Déclarer ouvertement vouloir tout gagner avec Flamengo et justifier sa nouvelle coloration passe très mal du côté du Milan Nerazzurro : "Le Club Nerazzurro aurait décidé de sanctionner financièrement Vidal, le milieu de terrain en fin de contrat au 30 juin prochain dispose d’une clause de prolongation , mais il pourrait quitter l’Inter en échange d’une prime de départ : Une hypothèse plus que jamais concrète." "Vidal n’a pas participé à la séance d’entrainement de ce mardi, dans le cadre de la préparation du match face à la Fiorentina, programmé à 18h au Giuseppe Meazza à cause d’une légère grippe." Réaction de Fabrizio Biasin Sur le canal Twitch de Calciomercato.it, Fabrizio Biasin s’est livré sur la sortie d’Arturo Vidal : "Il s’est lamenté sur les réseaux sociaux hier, mais je ne crois pas qu’il ait le droit de le faire : Il a eu ses propres occasions, c’est lui qui se doit de faire plus : L’entraîneur fait l’entraîneur, les joueurs doivent savoir se faire trouver prêt lorsque cela s’avère utile. Ce problème est pour eux, il ne faut pas me prendre la tête avec les choix d’Inzaghi, il faut se prendre la tête avec ces joueurs qui ne savent pas répondre présent." "Correa a bien commencé, ensuite il a été blessé : Lui, lors des minutes où il est sur le terrain, il tente au moins de me prouver quelque chose. Vidal dernièrement aussi, Gagliardini s’est un peu fait voir, il mériterait aussi un peu plus de temps de jeu." Une grippe, vous y croyez ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Le parcours de l’Inter en Ligue des Champions 2021/2022 s’est terminé sur une bonne note, suite à la victoire de prestige sur le terrain d’un invincible Liverpool. Si le Beneamata l’a emporté 0-1, elle paye toutefois au prix fort sa défaite au Stade Giuseppe Meazza, 0-2. Révélation de Calcio & Finanza Le parcours de l’Inter acté, il est à présent possible de savoir, à un détail près, ce que celui-ci va rapporter dans les caisses de l’Inter L'Inter a déjà, en poche, 15,64 millions d’euros pour sa prime de participations. A cela, il faut ajouter les 15,9 millions de son classement décennal/historique. A ces deux certitudes, il faut ajouter les primes découlant de la phase de groupe: soit 9,97 millions d'euros, compte tenu également des parts redistribuées pour les tirages au sort et la prime d’accession aux huitième de finale soit 9,6 millions d'euros. Reste la thématique liée au Market Pool Une somme qui ne sera connue avec certitude une fois que toute toutes les équipes italiennes soient sorties de la compétition (la Juventus doit encore disputer son match retour). Une partie est, en effet, distribuée en fonction du nombre de matchs joués dans la compétition et, avec l'élimination en huitième de finale, le quota minimum perçu par les Nerazzurri sera, quoiqu’il arrive minimum à 12,8 millions d'euros. De cette façon, dans le cas où la part en provenance du Market Pool serait la plus basse possible (hypothèse calculée en tenant compte de la Juventus finaliste du tournoi, ce qui n’arrivera jamais), l'Inter percevra tout de même pour son parcours en Ligue des Champions, à minima 63,91 millions d'euros. Une somme importante bienvenue, surtout lorsque l’on connait le contexte économique post-pandémique des finances Nerazzurra ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...