Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stade giuseppe meazza'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Simone Inzaghi est le protagoniste du nouveau numéro de MatchDay Programme en prélude de la rencontre opposant l’Inter à Empoli Simone le joueur "Mes parents ont été importantissime, ils m’ont fait grandir avec des valeurs que j’ai toujours porté en avant et qui ont été fondamentale dans ma vie privée et dans ma carrière, c’est le cas dans toute ma Famille: Comme entraineur, je retiens Materazzi qui m’a donné la possibilité de faire mes débuts en Serie A à Piacenza. Celui qui a été le plus important pour ma croissance c’est Eriksson car il m’a fait confiance et lors de ma première année à la Lazio nous avons remporté la Super Coupe d’Europe, le Scudetto et la Coupe d’Italie: Il m’avait permis de jouer de très nombreux match en qualité de titulaire." Humilité "Dans ma carrière, l’humilité a toujours été fondamentale: Elle m’a permis de toujours apprendre quelque chose, aussi bien en tant que joueur que comme entraineur. Ensuite viennent le caractère et l’envie de s’améliorer quotidiennement, à chaque saison, c’est ce qui te permet de grandir et de viser, toujours plus, de nouveau objectifs." Les villes de son cœur "Piacenza, Rome et Milan sont les trois villes les plus importantes pour moi : Piacenza est là où sont mes origines où je suis né où j’ai grandi, j’y ai fait mes classes de jeunes et j’y ai fait mes débuts en Serie A. A Rome, j’y ai gagné mes premiers titres comme joueur et entraineur, cette ville fait partie de mon histoire personnelle et professionnelle. A Milan, je suis arrivé dans un Grand Club qu’est l’Inter et, avec mon Staff, l’équipe, le Club et les Tifosi nous sommes parvenus à remporter deux Coupes lors de ma première année et nous débutons 2023 en soulevant la Super Coupe d’Italie." L’Aventure Nerazzurra "Nous avons joué tant de belles rencontres, des rencontres émotionnelles et celle qui m’a jusqu’à présent le plus marqué a été mon premier match au Giuseppe Meazza face au Genoa: C’était la première rencontre du championnat et je m’y présentais après avoir passé 5 ans à la Lazio, tout était nouveau pour moi : L’accueil que m’ont réservé les Tifosi pour mon premier match a été importantissime pour moi, ils m’ont donné cette grande force, cette volonté pour faire face à toute la saison." Simone Inzaghi, le choix gagnant Made In Marotta vu les trophées déjà remportés ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : "Le match opposant l’Inter à Empoli, ce soir, au Stade Giuseppe Meazza pourrait être le dernier match de Milan Skriniar à l’Inter: Le clin d’œil de l’entraîneur français, Christophe Galtier, a été clair : Il ne reste plus qu’à savoir si le transfert aura lieu en janvier ou au 30 juin." "Dans un tel contexte, la Direction de l'Inter se doit de se ressaisir et de faire preuve de réalisme après avoir épuisé toutes les possibilités de négociation : Il faut arrêter l’hémorragie et limiter les dégâts. C’est pour cette raison évidente que le prix de 20 millions d’euros a été fixé et qu'il n’y aura aucune possibilité de négocier ce prix pour le voir partir immédiatement dans la ville lumière." "La nouveauté est que l’Emir du Qatar songerait sérieusement à agir au plus tôt vu le blitz milanais et à s’offrir ce caprice déjà au mois de janvier : Le club français a joué au chat et à la souris concernant le cas Milan Skriniar car il avait toujours su qu’il avait entre ses mains le slovaque et qu’il lui serait possible de se l’offrir facilement gratuitement grâce à un salaire de 9 millions d’euros, une somme qui est inaccessible pour les caisses Nerazzurre.” "Ce qui pourrait faire changer ce scénario de base, c’est la volonté de Galtier d’ajouter un pilier dans la défense à 3, surtout en vue de la double confrontation à venir en huitième de finale de la Ligue des Champions face au Bayern de Munich : Le Slovaque, lui, à choisi Paris pour regarder droit dans les yeux les autres Grands du Continent." Pourquoi 20 millions d'euros ? L'Inter a décidé de se baser sur la situation qui a mené au recrutement de Christian Eriksen: L'international danois était également dans sa dernière année de contrat et Tottenham l'avait libéré contre cette somme. Il s'agit donc d'un point de référence pour un joueur de haut niveau ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Quoi de neuf Docteur ? L’Inter, à l’occasion de la réception de l’Empoli au Stade Giuseppe Meazza, a décidé de revêtir un maillot personnalisé pour célébrer le nouvel an chinois "Le club Nerazzurri célèbrera le début de la nouvelle année lunaire avec une campagne qui jouera sur le symbolisme cinématographique et littéraire du lapin, qui voit l'animal comme un instrument capable de transporter les gens d'une dimension à l'autre: Alessandro Bastoni, qui est né l'année du lapin est le protagoniste d'une vidéo. Celle-ci voit le défenseur des Nerazzurri faire un voyage magique pour découvrir les traditions liées au Nouvel An chinois." Pour le match et conformément à la tradition, un maillot spécial de célébration a également été confectionné, avec les noms des joueurs écrits en caractères chinois dans un lettrage de jaune. Il y aura également la présence d'un motif personnalisé et un patch dédié sur la manche. Une phrase de de vœux figurera aussi sur le patch qui contiendra un caractère chinois : 兔, qui signifie "lapin"." "Si ce maillot sera porté par les joueurs à l'occasion du match Inter - Empoli, qui se disputera ce lundi 23 janvier à 20h45, celui-ci sera également mis en vente, en édition limitée, avec les flocages au nom d’Alessandro Bastoni, d’Hakan Çalhanoğlu, d’Edin Dzeko et de Nicolò Barella." Si vous souhaitez en acquérir un exemplaire, rendez-vous sur le site officiel de l’Inter ou dans les boutiques de la Galleria Passarella à Milan et au San Siro Store. ®Antony Gilles – Internaionale.fr
  4. C’est la question que s’est posée le Corriere Dello Sport, non sans rappeler qu’il s’agira de la dernière finale en Arabie Saoudite, comme stipulé dans l’accord passé entre la Lega Calcio et le pays arabe. 7,5 millions d’euros "Dont 10% sont directement allouer à la Lega pour couvrir l’ensemble des frais liés à l’organisation. Mais le Milan et l’Inter ne se répartiront toutefois pas la partie restante: En effet, en Mars 2022 a été approuvé une délibération qui prévoit d’additionner la valeur des éditions couvrant le triennal 2021-2024 pour les diviser en part égales entre toutes les équipes participantes. Cette décision est le fruit de la volonté d’éliminer la différence entre une Finale disputée à l’étranger, plus rentable, et une autre disputée en Italie, qui est moins riche, comme ce fut le cas d’ailleurs l’année dernière à cause de la pandémie liée au Covid-19 et qui s’était disputé dans un Giuseppe Meazza rempli à 50%." "En résumé, l’Inter et l’Ac Milan devront patienter encore une saison pour savoir ce qu’ils percevront réellement. En ce moment, ils ne pourront obtenir qu’une avance liée aux droits à l’étranger, soit 2 millions d’euros réparti comme suit : 1,2 millions d’euros pour le Champion, 800.000€ pour le finaliste : Il devrait y avoir tout de même, et par la suite, une différence allant de 500.000€ à un million d’euros entre celui qui brandira le trophée et celui qui restera là à regarder." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Prends exemple, Milan Skriniar ! Alessandro Bastoni s’est livré dans le Matchday Programme du Club Nerazzurro en vue de la Finale de la Super Coupe d’Italie Super Coupe 2022 "J’ai soulevé la Super Coupe d’Italie l’année dernière après la rencontre face à la Juve, : C’était inoubliable! C’était une dure bagarre de la première a la dernière minute et le but de Sanchez était une explosion de joie." "Pouvoir fêter le titre devant nos Tifosi était quelque chose d’unique." Le Milan "Le Derby reste toujours le Derby ! Ce n’est jamais une rencontre facile, nous le savons et nous ferons tout pour revenir avec la Coupe à la Maison. Nous connaissons bien le Milan, c’est une équipe de qualité, mais nous devons jouer comme nous en sommes capable : Da Inter ! Soulever à nouveau la Coupe pourrait nous donner un boost d’énergie aussi au niveau émotionnel." Engagement et Persévérance "Ma Famille, mes équipiers, mes entraineurs…Tous ont été fondamentaux dans le parcours qui m’a mené jusqu’ici. Tous ont cru en moi, de l’Atalanta à Parme pour arriver ensuite ici à l’Inter, tous m’ont permis de m’exprimer de la meilleure des façons pour grandir pas après pas: Faire preuve de constance est fondamentale, il ne faut jamais abandonner." "J’ai vécu une enfance différente de celle de mes équipiers, J’habitais à Cremona et j’aillais joué à Bergame, je partais à 07h00 du matin de la maison, j’allais à l’école et je rentrais à 21h00 : La persévérance et l’engagement ont été deux facteurs déterminants pour devenir le joueur que je suis aujourd’hui." L’Inter "J’ai vécu 12 ans à Bergame, dans le secteur jeune de l’Atalanta et, aujourd’hui, j’ai un lien fort qui me lie avec cette cité : J’ai expérimenté à Parme ce que c’est d’évoluer en Serie A, j’y ai vécu une saison qui m’a été très utile et qui m’a permis de rejoindre l’Inter et de pouvoir y tenter ma chance: Milan est la ville où je suis et où je me vois pour de nombreuses années, J'ai toujours rêvé de jouer au Giuseppe Meazza avec le maillot de l’Inter! C'est ce qu'elle représente pour moi." Soutien familial "Mon papa jouait au football, devenir un joueur a toujours été mon objectif et ma famille a toujours été à mes côtés, j’ai énormément appris d’eux, l’un des enseignements qui est pour moi le plus important est de savoir donner la juste importances aux choses , de jouer, de me divertir en me donnant toujours au maximum." Idoles "J’ai toujours admiré Sergio Ramos pour ses qualités techniques et humaines. Chez les anciens interistes, j’aimerai défier Diego Milito." Où se trouve mon cœur ? "A la maison! On voyage tellement, mais quand je suis à la maison avec mes proches, je me sens en paix avec le Monde." B2B "J’ai vécu des moments très intenses sur le terrain avec le maillot Nerazzurro, un des plus beaux fut ma passe décisive pour Barella contre la Juve, je me souviens de la remise d’Handanovic, je suis un peu monté avec le ballon et j’ai fait cette passe de 40 ou 50 mètres à Barella qui s’est retrouvé devant le but pour conclure, c'était un moment important pour l'action elle-même, qui s'est bien terminée, mais aussi parce qu'il nous a permis de gagner un match important." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. L’Inter a célébré, comme de coutume, les fêtes de fin d’années, et l’ensemble de notre Management s’est livré à Sky Sport avec un Steven Zhang particulièrement en forme dans une reprise de "Noi Siamo L’Inter". Steven Zhang "Nous nous retrouvons pour le première fois pour faire la fête après le Covid-19, nous avons vécus trois années difficiles qui ont mis en péril le moral de tous et qui ont touché toutes des vies à travers le monde. Durant cette période compliquée, nous avons remporté trois trophées." "Lorsque je suis arrivé je pensais que cela allait être compliqué ou impossible de les remporter. En revanche, nous sommes parvenus à Gagner et nous sommes qualifiés pour la seconde année de suite en huitième de finale de la Ligue des Champions. Le mérite en revient au travail de tous." "Je suis extrêmement heureux pour Lautaro qui a remporté le Mondial, il a mérité ce titre avec l’Argentine, je suis fier de lui : Chaque victoire doit être une source d’inspiration pour nous tous. Nous l’avons vu grandir à l’Inter pas après pas." Lukaku ? "C’est un grand joueur, j’espère qu’il pourra se ressaisir, il travaille et s’améliore au quotidien." Alessandro Antonello, Administrateur-Délégué Corporate "Dans très peu de temps le championnat va reprendre et j’espère que l’équipe pourra repartir avec l’enthousiasme de vouloir atteindre ses objectifs : Le Management travaille en coulisse pour garantir au Club sa stabilité et pour permettre à l’Inter de se fixer et d’atteindre des objectifs toujours plus importants." Les stades qatari ? "J’y ai vécu deux quart de finale, ce sont des enceintes avant-gardiste. Le Qatar a donné l’exemple de comment il est possible de construire des stades en proposant une expérience différentes de toute celles qui étaient déjà proposées. J’espère que nous pourrons en faire de même ici, à Milan, en respectant les indications de la Commune, nous voulons construire notre nous stade dans le quartier de San Siro, à Milan." "Notre Benchmark est de disposer d’un stade moderne similaire à ceux de la Premier League, celui de Tottenham, par exemple est l’un des plus iconiques. Jeudi, le Conseil Municipal fera part de son retour suite au débat public : Si la décision est telle qu'il sera impossible de construire le stade dans le quartier de San Siro, l’Inter et le Milan mettront en place le plan B qui deviendra le plan A : Nous avons déjà localisé d’autres secteurs et nous sommes éventuellement prêt à évaluer ces alternatives." Giuseppe Marotta, Administrateur-Délégué Sport "Nous voulons reprendre la compétition avec une grande motivation agonistique et avec l’envie de s’offrir de grandes satisfactions. Notre club, vu l’Histoire qu’il représente, se doit d’être ambitieux. L’ambition est un motif d’orgueil, pas de fierté. Le 4 janvier, nous devrons nous montrer compétitif en cherchant à obtenir un grand résultat face au Napoli, qui a démontré être jusqu’à présent, l’équipe la plus forte." Le sacre argentin ? "Je suis très heureux pour Lautaro et Correa, la Victoire d’une Coupe du Monde représente l’objectif le plus important dans la carrière d’un joueur. Je suis confiant sur le fait que Lautaro va se montrer surmotivé et qu’il prouvera à tous, au Meazza, toute l'étendue de ses qualités." Lukaku ? "Il aime l’Inter, nous nous en rendons comptes en passant des jours entier ici avec lui. Il a connu des pépins musculaires, mais je pense qu’il s’est parfaitement rétabli: Il doit retrouver une bonne condition physique, et il est très motivé, nous nous attendons à des choses importantes de sa part." "Le Palmarès de l’Inter est riche et j’espère qu’en 2023, nous pourrons y ajouter des titres que nous n’avons pas remporté en 2022." Simone Inzaghi, entraîneur de l'Inter "C’est une soirée spéciale, je tiens à tous vous remercier car cela fait 18 mois que je suis à l’Inter et que j’ai été très bien accueilli, en premier par le Président, et ensuite et comme toujours par la Direction qui est toujursavec nous : Marotta, Antonello, Ausilio, Baccin, Zanetti. Tous m’ont fait sentir comme à la maison depuis le début, je remercie aussi les joueurs." "L’équipe a présenté à mon staff une très grande disponibilité, nous avons réalisé une saison gratifiante avec deux titres de glanés et un Scudetto disputé jusqu’à la toute dernière journée. A présent, tout recommence et nous devons faire de notre mieux, pour nous-même et pour nos Tifosi qui ne nous ont jamais abandonné, même dans les moments les plus difficiles, ils ont toujours été à nos côtés." "Rien n’est perdu et nous chercherons à repartir du bon pied." Alessandro Bastoni et sa bande qui se tape l'incruste "Je profite de l’occasion pour souhaiter à tous un Joyeux Noël et pour vous dire que nous ferons tous pour nous relancer et faire un beau championnat." Celui-ci était en compagnie de Milan Skriniar et Hakan Çalhanoğlu avec le slovaque qui tenait à souligné : "Objectivement, nous sommes d’accord, nous allons tout donner pour gagner." Suivi d’un "D'accord" de l'international turc. Le Saviez-Vous ? Pour La Gazzetta Dello Sport: "Steven Zhang a bien l'intention de garder l'Inter pour longtemps. L’idée de Zhang est la suivante : Prolonger les termes de l'accord avec Oaktree, qui d'ici 2024, intérêts compris, doit récupérer une somme de 295 millions d'euros de la part du Suning, avec les actions du club comme gage." "Et il est évident qu’il n’attendra pas cette date pour savoir de quoi sera fait l’avenir de l’Inter, un double chemin pour l’Inter s’offrira à lui: Steven Zhang travaille afin de s'assurer un avenir à moyen et long terme à la tête du club. Le président envisage donc d'aller au-delà de 2024 dans sa relation avec le même fonds d’investissement." "L'autre solution consiste à refinancer la Dette auprès d'un autre fonds ou de parvenir trouver un partenaire pour soutenir le club. L'objectif est clair : Avancer avec Oaktree et repousser significativement l'échéance afin de garantir la stabilité du club, en se rapprochant de l'objectif fixé d’être une Entreprise durable et autosuffisante." Le message est clair, tout comme la gueule de bois à venir de notre Président ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. A travers un communiqué sur son site officiel, l’Inter annonce qu’EBay devient l’Official E-commerce Partner du Club Nerazzurro. Le logo de la célèbre marque apparaitra sur la manche gauche du maillot Nerazzurro: "Des valeurs partagées, l'envie d'écrire l'histoire ensemble : L’Inter et EBay, après un partenariat concluant ces derniers mois, ont décidé de poursuivre leur union, inspiré par le désir d'innover, d'être un point de référence au niveau mondial." "EBay, depuis l’accord signé en début de saison, représente le leader mondial du Market Place, et il devient à présent a Official E-commerce Partner, avec son logo présent sur le Maillot Nerazzurro. De l’innovation, mais aussi de la haute technologie car l'évolution du partenariat avec eBay représente un nouveau pas en avant dans le positionnement de la marque Inter au niveau mondial et dans sa pertinence de s’associer avec d’autres secteurs autres que le football." "Pour la première fois, le logo eBay fera ses débuts sur un maillot du championnat italien : il apparaîtra sur les maillots de l’équipe première masculine, féminine et de la Primavera pour l’ensemble de tous les matchs: Sa première apparition aura lieu, lors d’Inter-Napoli qui se tiendra le mercredi 4 janvier 2023 à 20h45 au Stade Giuseppe Meazza de Milan. Alice Acciarri, Général Manager d’EBay Italia "L'innovation et la recherche permanente de l'excellence sont les valeurs communes sur lesquelles repose notre partenariat avec l'Inter. Il se consolide aujourd'hui via la visibilité pour eBay d'un"actif" aussi précieux que le maillot. Nous sommes fiers d'être le point de référence des passions de notre communauté" Alessandro Antonello, Administrateur-Délégué de l'Inter "Nous sommes très heureux d'annoncer cette nouvelle et importante évolution relative à l'accord qui lie l’Inter à EBay, le tout après seulement quelques mois de partenariat. La présence du logo eBay sur la manche du maillot témoigne de l'attrait croissant de notre marque, un attrait qui a conduit une grande marque mondiale comme eBay à choisir l’Inter pour faire ses débuts sur le maillot d'un club". Le Saviez-vous ? A partir d’aujourd’hui, la boutique dédiée à l'Inter est également ouverte sur eBay.it, Il est donc possible, pour les Tifosi de l’Inter, de s’acheter des produits originaux de leur équipe favorite sur ce site de référence mondial ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, que représente le loyer de l’enceinte de la Scala du Calcio pour les deux derniers Champions d’Italie en titre ? Révélation de Calcio&Finanza Les montants pour la saison 2021/22 sont restés stables par rapport à la saison 2020/21, dans une année où M-I Stadio SRL, la société fondée par l'Inter et l'AC Milan pour gérer le stade, a également redémarré sur le plan économique après les difficultés liées à la pandémie liée au Covid-19 et qui avait entraîné la fermeture totale des installations en Italie lors de la saison 2020/21. Dans le détail, M-I Stadio a clôturé ses comptes au 30 juin 2022 avec un bénéfice de 1 million d'euros contre un déficit de 3,9 millions d'euros au 30 juin 2021, avec des revenus totalisant 19,8 millions d'euros (contre 11,2 millions d'euros en 2020/21) et des coûts de 18,7 millions d'euros (contre 15,2 millions d'euros en 2020/21). Les recettes nettes des montants versés par les clubs s'élèvent à un peu moins de 9 millions d'euros. Les recettes provenant du musée et de leur visite, de la boutique et de la location du stade pour leurs événements s'élèvent à 8,9 millions d’euros (contre environ 702.000 euros en 2020/21 en raison de la fermeture du stade au public pour le Covid) pendant la saison 2021/22: Les recettes provenant des musées et des visites guidées, des magasins et des locations du stades pour des événements étaient donc sensiblement égales au montant payé par l'Inter et le Milan pour la location du Giuseppe Meazza. Globalement, au net des coûts refacturés aux clubs, M-I Stadio a enregistré des revenus provenant des deux clubs à hauteur de 8,5 millions d'euros en 2021/22, contre 8,6 millions d'euros en 2020/21. Les deux clubs ont ainsi payé 57,5 millions d'euros pour la location du stade, avec une moyenne d'environ 8 millions d'euros pour l'Inter et le Milan à chaque saison pour les saisons couvrant la période débutant en 2015/2016 et se clôturant en 2021/22. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. André Onana s’est livré au cours d’une très longue interview dans le cadre de Sport Week le complément hebdomadaire de la Gazzetta Dello Sport : "J’étais à l’Ajax et, il y a déjà une paire d’années, Piero Ausilio venait de contacter pour la première fois mon agent, il lui avait expliqué comment était clairement la situation, sans tourner au tour du pot, quelque chose que j’aime." "Dès cette première minute, je me sentais déjà Nerazzurro avant que la négociation commence, j’ai commencé à me ressentir comme le gardien de l’Inter, jour après jour. Quand un tel club de cet envergure pense à toi, comment peux-tu dire non ? Tu es flatté et heureux. A présent, je suis ici, dans une ville si magnifique avec une Tifoserie incroyable qui commence à m'aimer." Mais avant d’arriver à l’Inter, que signifiez, pour vous, le Fc Internazionale ? "Ce serait trop facile de dire Samuel Eto’o vu le lien que nous avons, mais ce n’est pas nécessaire d’attendre d’endosser le maillot pour connaitre l’Inter, vu les nombreux champions qui sont passé ici, avec de grands gardiens interistes en passant de Toldo qui était le cauchemar de Franck De Boer à Julio Cesar qui est l’un de mes préférés, quand je repense qu’il a été quasiment le premier à avoir connaissance de mon transfert." Pourquoi quasi ? "Tout était prêt, réglé, mais je ne pouvais en parler à personne. Je déjeunais à Barcelone et un ancien joueur de l'Inter, Houssine Kharja, s'est approché de ma table et m'a couvert d’éloges, il a ensuite appelé un ancien équipier par téléphone et j’entends qu’il lui dit : "Julio, je suis avec Onana, tu sais à quel point il est très fort, qui sait, peut-être qu'un jour il sera comme toi à l'Inter !". Il me passe le téléphone et Julio s’est immédiatement montré très gentil, il me dit de continuer ainsi, je le remercie mais je me mords la langue : je ne pouvais pas lui dire que Kharja, sans le savoir, m'avait pris en flagrant délit...." "À partir de ce moment-là, j'ai souvent parlé avec Julio Cesar, en plaisantant sur cette situation : Il m’avait aussi surmotivé avant la rencontre du Nou Camp, en me disant aussi de rester très calme et de profiter de la soirée. Des mots spéciaux, qui sont restés gravé en moi." Etes-vous surpris par le fait d’avoir été, en si peu de temps, titulaire ? "Non, car je sais qui je suis, je sais ce que je vaux et je continue mon parcours de croissance, entrainement après entrainement, je sais qu’en faisant du bon travail, que mon moment allait arriver rapidement. Avant d’arriver, j’avais conscience que j’allais devoir disputer cette place avec un gardien extraordinaire, qui a écrit l’histoire du club, mais qui est aussi et vraiment très différent de moi." Pourriez-vous nous en dire plus sur cette diversité ? "Si quelqu'un me demande "Samir est-il votre modèle ?", je ne peux que lui répondre... "non". C'est précisément en raison de cette diversité entre nous. Mais j'ajouterais aussi que c'est un très grandissime champion car sinon, il ne serait pas resté ici, à ce niveau, pendant 11 ans : Face à Handanovic, je ne peux que lui tirer mon chapeau. Il appartient à une école italienne différente de la mienne : il est très bon et sûr entre les poteaux, alors que je me sens comme un gardien moderne et "proactif". Je suis celui qui prend des risques, qui sort, accepte le un contre un et qui joue beaucoup avec ses pieds. Ce sont simplement des façons différentes d’occuper le poste de gardien, c’un enseignement différent du traditionnel, auquel on s'habitue." "Au début, nous nous regardions bizarrement à l'entraînement et l'un disait à l'autre : "Ne fais pas ça, tu le fais mal". Et l'autre lui répondait : "Non, c’est toi qui tu le fais mal" (il rit, ndlr). Personnellement, je fais face à des nouveaux types d’entraînements que je ne comprenais même pas au début, mais qui peuvent me permettre surtout d’évoluer." Quels sont vos rapports, maintenant que vous êtes parvenu à lui prendre sa place ? "Nous parlons beaucoup plus qu’auparavant, Samir se comporte comme un vrai Capitaine, c’est un Leader reconnu et on le perçoit dans tellement de petite chose, il ne suffit pas de penser qu’à moi, mais à tous les aspects au quotidien de l’équipe. J’apprécie le fait qu’il me donne des conseils, qu’il me félicite pour une belle parade et qu’il me corrige si je me trompe. Et même, il faut se rappeler d’une chose : L’Inter, en tant qu’Institution, est quelque chose de plus important que moi, que lui, ou que quelqu’un d’autre : Nous avons tous le devoir d’honorer et de défendre ce maillot, nous sommes seulement de passage alors que le Club et le Peuple Interiste restera, ces derniers points sont ceux qui comptent vraiment." Est-ce mieux de débuter d’une façon banale ou de débuter face à une super équipe comme le Bayern, comme cela s’est produit pour vous ? "Tu ne peux pas te prononcer avant, car si le Bayern t’en colle 5, c’est le pire des débuts. En 2017, je me suis incliné avec l’Ajax en finale de l’Europa League face à Manchester United, ce n’était pas parce que nous étions inférieur à eux, mais parce que nous en avions eu peur. Le lendemain du match ma mère m’a appelé et m’a dit : "Je ne veux plus que tu aies peur sur un terrain de football, même si tu dois jouer face au Barça et au Real réunis : Si tu perds, ce ne doit plus être parce que tu as tremblé ou baissé le regard, mais parce que ton adversaire aura été supérieur." C'est devenu une règle de vie. En général, je m'entraîne et je vis pour défier de grandes équipes comme le Bayern et au final , ça s'est plutôt bien passé, même si je ne me réjouirai jamais d'une défaite." Ressentez-vous le fait que vous avez changé l’Inter, de par votre présence entre les cages ? "Je peux vous dire que l’équipe s’est habituée à mon style: A présent, si sur un centre je ne sors pas, Skriniar me lance un regard noirs et Dumfries me hurler Onaaaaa !Je leur réponds que je ne peux pas toujours sortir, pas toujours, mais le fait qu’eux sont sur mes talons comme ça me rend fier, cela veut dire qu’ils se fient à moi, qu’ils m’ont compris, qu’ils veulent que je prenne des risques. De plus, j’aime les rencontres où il y a des combats en défense, rien de plus ne peut m’exalter plus qu’une rencontre comme celle que nous avons tous joué au Nou Camp." "Je regardais de loin l’équipe et c’était un spectacle, elle était compacte, rapprochée, unique, elle bougeait comme un seul homme, patiente, même si mes anciens équipiers en catalogne nous ont accusé d’être sur la défensive. Quand on voit Skriniar s'en prendre à un joueur avec une telle hargne, je me prends dans la gueule sa motivation et je me dis : "Quel guerrier !. J'irais toujours au combats avec lui, tout le temps !" Mais tous nos défenseurs, sont si grands, si costauds, ils me font me sentir protégé. Même si je sais que nous encaissons trop de buts jusqu'à présent...". Pour certains, il se dit que vous exagérez à sortir avec une telle imprudence... "Je me bats pour l'équipe, pas pour ce qui se dit à l'extérieur. Si je peux attraper une balle haute, alors je peux relancer l’équipe vers l’avant rapidement. Plus je sors, plus on peut se relancer : Le gardien est le premier créateur de jeu maintenant." Une grande partie du mérite, à Barcelone sur le 2-3 de Robin Gosens, vous en revient… "Non, c'est toute l’Inter, c’est une équipe de très très haute qualité : Nous devons juste être conscients de notre potentiel et nous pourrions nous montrer des plus dangereux en Ligue des Champions, croyez-moi. Ce jour-là, j’ai relancé rapidement car j'ai vu Lautaro faire un mouvement avec sa main, comme un signal, et le reste de son action de jeu a été phénoménale avec une conclusion parfaite de Robin:Cette équipe de l’Inter est composée d’énormément de joueurs technique." Est-ce que Lukaku vous manque ? "Enormément, mais lorsqu’il reviendra, il donnera, comme toujours, son maximum. Et d’un autre côté, le peuple interiste l’adore, mais il l’adore vraiment : Lorsqu’il a commencé à s’échauffer face au Viktoria Plzen au Giuseppe Meazza, j’ai entendu un “ohhhh” incroyable accompagné d’un tremblement de terre sous mes pieds : Je n’avais jamais connu une telle manifestation d’amour, je n’avais jamais vu une Tifoserie aussi passionnée, mais savez-vous qui est vraiment le plus grand champion de l’Inter ?" Nous vous le laissons dire... "Alex Cordaz : C’est la personne la plus positive que j’ai pu rencontrer, c’est un être humain merveilleux, si tu arrives à Appiano triste suite à ta contre-performance, tu le regardes en face-à-face et il parvient à te changer ton humeur : S’il n’est pas là, ça ne le fait pas, il fait la toute la différence du monde, et ce n’est pas valable que pour moi, mais aussi pour tous mes équipiers. Ce n’est pas un fou mais c’est aussi grâce à Cordaz que Barella va plus vite : Je lui répète quotidiennement : Alex, c’est un Honneur pour moi de m’entrainer à tes côtés." Mais s’il y a autant de qualité dans l’équipe, pourquoi êtes-vous aussi en retard en championnat ? "Nous devons rester serein et dans le même temps admettre que nous avons mal démarré : Les choses peuvent changer vite aussi bien dans la vie que dans le Calcio, et nous savons que cette fois-ci nous disputerons deux championnats. Personne ne peut savoir, à la reprise, si le Napoli sera encore comme celui qu’il était jusqu’à présent. Mais, en attendant, nous sommes parvenus à redresser définitivement la tête hors de l’eau et à montrer que nous sommes tous vraiment fort, nous serons présent comme ça en février et ensuite, qui sait…" Qui vous a, hors du terrain, le plus aidé à vous intégrer ? "Je dirais un peu tout le monde: En plus de Rom, je partage une belle amitié avec Calha et Dumfries, qui est un autre joueur sur le terrain qui me plait car il n’abdique jamais, il se donne, il tente de toujours y aller en allant jusqu’au bout. Nous ne faisons pas énormément partie de la vie mondaine, mais je suis fier du groupe que nous sommes parvenu à nous créer: Il y a vraiment un très beau climat dans cette Inter." Comprenez-vous que les Tifosi aient déjà de l’affection pour vous ? "En plus de mes parades sur le terrain, j’apporte de l’énergie, de la folie, mais toujours positivement." Pour finir : Un message pour votre nouvelle Tifoserie ? "Je pourrais me toiler, mais je travaillerai quotidiennement pour être à la hauteur de l‘Inter pour que vous, les Tifosi, soyez fier de moi!." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C'est une information d'Italpress: La cérémonie de remise du XXVIe Premio Louis Braille", soit la plus haute reconnaissance nationale pour les personnalités et les organisations qui ont apporté une contribution décisive aux questions de déficience visuelle, promue par l'Union italienne des aveugles et des malvoyants (UICI), a eu lieu au théâtre de la Scala de Milan. Et cette année, l'UICI a décerné ce prestigieux prix aux clubs de l'Inter et du Milan pour le projet "San Siro per tutti", qui permet aux personnes malvoyantes de ressentir et vivre, en direct, l'émotion des matchs du CALCIO au Stade Giuseppe Meazza. Alessandro Antonello "C'est un grand honneur pour notre club de recevoir ce prix, prix qui témoigne de l'engagement de l'Inter envers tous ses supporters sans exclusion. "San Siro per tutti" soit "San Siro pour tous", que nous menons depuis 2019, est un petit pas de plus pour faire de notre Maison un lieu accueillant pour chacun de nos Tifosi, un objectif que nous poursuivons avec beaucoup d'ambition." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Interviewé sur le Canal YouTube de Rinat, André Onana s’est livré sur ses premiers mois en qualité de Nerazzurro et sur la phase de transition qui l’a mené du banc au poste de titulaire indiscutable entre les poteaux du Giuseppe Meazza: "Je suis très fier de faire partie de cette Azienda, Rinat est une marque qui accompagne de grands gardiens et je suis fier d’en faire partie." A 26 ans, vous avez déjà une grande expérience internationale… "La vérité est qu’à 26 ans en Italie, tu es considéré comme un gosse: Mais je suis heureux de pouvoir faire cette expérience et d’avoir pu débuter assez rapidement. A 19 ans, j’étais titulaire à l’Ajax où j’y ai vécu des années merveilleuses, ou j’ai fait partie de l’Histoire. Je suis fier de ce que nous y sommes parvenu à faire, et à présent, je regarde devant moi : La vie d’un gardien de but est très longue et il y a tant de chemin à parcourir." Quel est votre rapport avec Samir Handanovic? "Je suis content d’être à l’Inter, Samir est un grand portier qui, à 38 ans, réalise toujours de très belles choses, et c’est la voie à suivre pour savoir jouer durant de très nombreuses années." Et vos premiers mois à Milan…. "Toute ma famille voudrait y être et honnêtement, lorsque je n’y suis pas c’est tout de même un peu plus compliqué : Je me sens bien à Milan, c’est une Ville du Top, je ne crois pas devoir être celui qui se doit de le dire car vous le savez tous : Je me sens bien très bien ici, bien installé, j’ai connu à Barcelone et je suis maintenant à Milan." "Ce sont deux villes assez similaire : Je me sens chez moi ici." Comment jugez-vous le premier semestre d’André à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Giuseppe Marotta s’est livré à Radio Anch'Io Sport afin d’analyser cette première partie de saison, ô combien particulière étant donné le nombre de matchs extrêmement rapprochés et une Coupe du Monde hivernale ! Qu’est-ce qui a changé à l’Inter ? "Depuis hier, rien d’important si ce n’est la conscience que nous pourrions être protagoniste "fino in fondo" dans ce championnat, un championnat que tout le monde défini comme anormal. Aujourd’hui nous en avons terminé avec sa première partie, il reprendra le 4 janvier, c’est quelque chose d’inédit. Nous sommes tous curieux de comprendre les répercussions, surtout dans le domaine de la performance sportive : Entre ceux qui vont à la Coupe du monde et ceux qui vont rester à la maison, il sera difficile et inédit pour les préparateurs sportifs d'assurer un suivi. Nous devrons comprendre, joueur par joueur, les lacunes d'un point de vue athlétique à combler." Qu’est-ce qui a changé au cours de ce mois ? "Nous avons fait face à un handicap silencieux et mystérieux dont nous ne connaissons pas les origines, ensuite l’équipe et l’entraineur ont fait des corrections, il y a aussi cette sensation que nous réalisons une autre compétition à domicile qu’à l’extérieur : Nous avons connu quatre défaites à l’extérieur et on peut mettre en évidence 18 buts encaissés hors de notre base sur un total de 22 buts, c’est énorme: C’est le secteur qui doit nous porter le plus de réflexions avec l’entraineur qui doit trouver des remèdes : C’est son devoir de vacances." Dzeko va-t-il prolonger ou risquons-nous qu’il fasse une Perisic bis ? "Je ne crois pas qu’il fera une Perisic-Bis : Dzeko a démontré vouloir rester avec nous et c’est un joueur qui mérite sans l’ombre d’un doute une prolongation car c’est un très grand professionnel, très attaché au maillot. Comme tant d’ "anciens" en circulation, il a la vision du but, je le considère comme une excellente ressource et tous les clubs doivent l’avoir à l’œil, nous y compris. Au moment opportun nous établirons les contacts, c’est notre désir, mais cela doit l’être aussi, via une volonté explicite du joueur." Comment est la situation sociétale ? "Il faut accorder énormément de respect à la Famille Zhang qui s’est dernières années a injecté tant d’énergie, il me semble 800 millions d’euros : Ils ont tant donné au système du Calcio et à l’Inter, ensuite il est vrai qu’une certaine éthique combiné à tant de contractions financières lié à la pandémie ne leur permet plus de procéder à des investissements de millionnaires. C’est normal, cette contraction force à redimensionner les couts mais il faut savoir être toujours bon pour rester compétitif dans un monde compliqué." Quelles sont les attentes pour l’année 2023 de Romelu Lukaku ? Et pour le Mercato ? "En ce qui regarde Lukaku, il a été sans le moindre doute victime d’une blessure imprévue et imprévisible, conditionnée par la volonté de revenir rapidement et en forme, le tout motivé aussi par la Coupe du Monde. Cela fait partie des risques à prévoir, lorsque tu dispose d’un noyau composé de 25 joueurs, les blessures sont à l’ordre du jour: Je suis d'avis qu'il ne devrait pas y avoir autant de stress compétitif comme il y en a cette saison, car cela entraîne un nombre élevé de blessures." "Nous ne sommes qu'à la moitié de la saison, et nous verrons ce qui se passera plus tard. L'espoir est qu'il puisse revenir dès le 4 janvier, c'est ce que j'imagine et ce que je pense". Inzaghi a-t’ il demandé quelque chose pour le Mercato ? "Il faut saisir les opportunités, on parle d'un grand club, il faut garder les yeux grands ouverts. Mais notre groupe est assez compétitif pour nos objectifs." Est-ce que la rencontre importantissime face au Napoli pourrait être celle de la relance ? "Nous disputerons notre 15ème match à domicile, c'est un nombre impair. Dans le top 7, nous sommes les seuls à avoir joué 7 fois à domicile, et les autres 8. Cela n'a l'air de rien, mais nous avons un parcours gagnant à domicile, cela pourrait équivaloir à un avantage supplémentaire par rapport au classement d'aujourd'hui, qui nous voit être en retard de 4 points comparé à l’année dernière: L’an dernier, le Napoli était également en tête et cette saison, ils ont 5 points de plus et cette performance est la plus extraordinaire à souligner." "Il reste 23 matchs donc 69 points : La rencontre du 4 janvier ne sera pas décisive car il ne faut pas sous-estimer le danger que peuvent représenter les équipes "provinciales" : Il sera problématique, pour tous, de comprendre quel sera son état de forme au retour à la compétition." Qu’en est-il du Giuseppe Meazza ? "L'image générale est que nous sommes en bas de l’échelle : Il y a des stades dont l'âge moyen est de 60 ans et seulement quatre sont de propriété. Au-delà des problèmes de sécurité et de précarité, le stade en tant qu'actif pour augmenter les revenus en Italie est considéré comme un aspect très négatif: Vous devez faire face aux difficultés bureaucratiques, nous devrions avoir un processus plus fluide au lieu de devoir faire face à ces bureaucrates compliquées. La situation, prise en charge par Antonello, est dans l'impasse et j'espère qu'elle pourra être résolue". Et la délinquance dans la Curva ? "Je ne veux pas parler de répression, car c'est un outil extrême. Mais de prévention, et il s'agit de créer un phénomène de plus grande culture. Le stade se révèle parfois être une arène où les gens s'affrontent, s’opposent. Au lieu de cela, il se doit être un contexte d'agrégation et cela fait partie de notre société civilisée. Parfois, les valeurs sont mises de côté, même notre jeunesse a perdu une partie de sa valeur, c'est à nous, en tant que personne un peu plus expérimentés et de sages, de leur inculquer, grâce aux outils disponibles pour valoriser le sport en tant que phénomène social et de croissance, le retour à ses valeurs." La sortie de Cristiano Ronaldo contre Manchester United ? " Au sein d'un club, il est normal qu'il y ait des positions et des visions différentes, mais cela ne signifie pas que j'étais contre cette opération parce que CR7 est une icône, un champion. Ce n'était pas la raison de mon divorce avec la Juventus". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Ce lundi 7 novembre 2022 s'est tenu le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Si de nombreux Colosses étaient à craindre, mis à part le Bayern de Munich déjà joué dans la phase de groupe, l'Inter a hérité de Porto! Bon à savoir: Les équipes ayant terminée à la première place recevront au match retour, l'Inter jouera donc la première manche au Stade Giuseppe Meazza. Si le calendrier n'est pas encore tombé, les matchs aller sont prévu pour les mardi 14 et mercredi 15 février ou pour les mardi 21 et mercredi 22 février 2023 à 21h00. Les matchs retour auront lieu soit les mardi 7 et mercredi 8 mars ou pour les mardi 14 mars et mercredi 15 mars 2023 à 21h00! Quel est votre avis sur ce tirage au sort ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, mais également à Sky Sport, Amazon Prime et Inter TV suite à la qualification "inattendue" de l’Inter en huitième de finale de la Ligue des Champions avec une journée encore à disputer dans le Groupe de la Mort Simone à Inter TV "C’était une rencontre jouée sérieusement, bien organisée, nous savions ce qu’il y avait en jeu ici. Je dois féliciter les garçons, ils ont réalisé une phase de groupe incroyable. Cela nous apportera de l’auto-estime pour les prochains match et c’est juste de profiter de ce succès devant nos Tifosi. Dès demain, nous penserons à la prochaine rencontre. C’était un match où nous avions tout à perdre, dont l’issue était à l’avance connue. En Ligue des Champions, tu dois aborder toutes tes rencontres de la meilleure des façons." "J’applaudis nos garçons qui ont réalisé une grande rencontre : L’équipe a interprété les différentes périodes de celle-ci de la meilleure des façons : Lorsqu’il fallait attaquer nous le faisions bien, de même lorsqu’il fallait défendre. Lukaku? "C’est un Homme important qui nous a énormément manqué, je suis content aussi bien pour lui que pour Gaglia qui était aussi forfait. J’attends à présent Brozo, il ne reste plus trop à attendre. Lorsque tu as tout le monde à ta disposition, tu te dois ensuite de faire les bons choix." Simone en conférence de presse "Lukaku sera extrêmement important, nous l’avions perdu durant deux mois, c’est un joueur important connu de tous, il revient en forme et il a une envie folle, pendant que dans le même temps, les autres donnent tout : Je suis content pour Correa qui a délivré une délicieuse passe décisive, Lautaro a réalisé un match extraordinaire et Dzeko a été génial dans la gestion du ballon et pour nous permettre de remonter. J’ai toujours dû jouer avec deux attaquants, à présent je devrai être bon pour les choisir." "Marotta avait dit ce soir que nous pourrions réaliser un petit rêve après un tel tirage au sort : Nous avons été excellent et, pour la seconde année de suite, nous sommes en huitième de finale avec une journée encore à jouer. Je suis content pour les garçons, pour le Club et pour les Tifosi : Voir un Meazza comme ça, c’est si beau. En Ligue des Champions, les garçons ont fait quelque chose de totalement inattendu! : Nous avons tous remonté les manches pour toucher le Bayern et Barcelone et Cette qualification doit nous apporter énormément d’auto-estime, nous avons atteint le premier objectif de notre saison, nous l’avons atteint avec des prestations toujours plus performantes." "En championnat, nous avons du retard, mais j’estime que nous travaillons pour le réduire, je suis confiant et j’ai de l’espoir avec le retour des joueurs blessés qui vont me venir en aide : Nous devrons fournir de derniers efforts jusqu’à la trêve, nous avons réalisé une emprise qui te donne de l’estime en toi, c’est juste d’en profiter en ce moment, ensuite nous serons à nouveau de retour ici pour le championnat, nous devrons nous réorganiser pour faire face à une rencontre importante face à la Sampdoria." "Dimarco et Bastoni ont été excellent et parler de Perisic ne me va pas : Ils ont été excellent, Gosens est en reprise continue. En ce moment, Dimarco et Bastoni, qui ont été écarté face à la Salernitata pour choix technique et à Florence car ils avaient quelques pépins, ont réalisé un excellent match. J’ai vu une équipe qui avait tout à perdre dont on attendait d’elle une victoire attendue, et nous avons été très bon sur le terrain, les gars ont été très sérieux pour remporter une rencontre fondamentale." Steven Zhang? "J’ai d’excellents rapport avec le Président et nous allons de l’avant depuis le jour de ma signature, il y a une très grande estime réciproque, et elle s’est renforcée entre nous car nous traversons une période importante. Je sais ce que représente la Champions pour l’Inter, je voulais lui offrir une suite à ce que nous avons vécu l’année dernière : Nous avons donné de très belle satisfaction au club et au Tifosi qui ont été ce soir, notre véritable moteur." Simone à Sky Sport "Je suis très fier de mes joueurs, pour le club et pour ces merveilleux tifosi. Lors du tirage au sort, nous n’étions pas heureux, mais nous avions de l’espoir. Nous avions la possibilité de couronner ce petit rêve et nous y sommes parvenu. C’est juste de profiter de la soirée ce soir car cela fait deux saisons de suite que nous nous qualifions pour les huitième de finale de la Ligue des Champions, c’est quelque chose qui n’était plus arrivé depuis longtemps à l’Inter." "Je suis heureux pour mes garçons qui ont réalisé un match sérieux, ordonné, dans lequel nous avions tout à perdre mais notre équipe a fait preuve de maturité. Ce type de match est difficile à jouer, dans le passé nous en souffrions, et déjà lors du match aller nous avions fait preuve de maturité. Nous ne pouvions également pas laisser s’échapper cette possibilité après les deux rencontres face au Barça." Le Championnat ? "En ce moment, profitons de ce résultat, dans 48 heures, nous serons de nouveau sur le terrain. Nous savons que nous avons du retard mais nous allons chercher à nous relancer via le retour des joueurs importants et à coup de victoire." Lukaku? "Je suis très heureux pour lui et pour Correa avec sa passe décisive, je suis content pour Lautaro qui dimanche avait été extraordinaire et qui ce soir aurait mérité de marquer. Dzeko, au-delà des deux buts qu’il a inscrits a été l’auteur d’un match extraordinaire. Ce sont des signaux excellent et nous avons atteint notre premier objectif, nous allons de l’avant avec confiance." Simone à Amazone Prime "Nous avions l’espoir de nous qualifier dans un groupe extrêmement difficile : Barcelone et le Bayern sont extrêmement fort, mais nous avions de l’espoir. Nous voulions réaliser une très grande phase de groupe et nous sommes allés au-delà de nos attentes, je dois vraiment encenser les joueurs." "Je suis satisfait du jeu exprimé, nous avons atteint le premier objectif de la saison en parvenant à réaliser quelque chose de spécial. Le début face au Bayern était très dur, mais nous avons grandi de match en match, surtout lors de la double confrontation face à Barcelone: C’est une récompense pour le Club et pour nos merveilleux Tifosi." Çalhanoğlu Play-Maker "Il réunit la qualité et la quantité, l’année passée, il était discret à ce poste. Asllani s’exprime très bien, mais nous étions dans une période vraiment délicate et j’ai retesté Hakan qui s’améliore continuellement." Les retours importants "Lorsque Brozovic et Lukaku seront de retour à plein régime, nous serons dans de bonne conditions, car nous jouons tous les trois jours et j’aurais plus de choix et de possibilité pour alterner. C’est une période de match très rapproché, et ce ne sera pas facile de les mener tous à bon terme." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. En effet, si Gerard Piqué risque bien de se retrouver à porter un maillot faisant la publicité de son ex suite à des accord convenus entre Shakira et Spotify, son club a lui décidé de se flageller en décidant de regarder la rencontre du Giuseppe Meazza opposant l’Inter au Viktoria Plzen: Révélation de la Gazzetta Dello Sport " "Être tous ensemble pour soutenir Viktoria"- C’est ce que feront les joueurs du Fc Barcelone cet après-midi, eux qui seront réuni devant un téléviseur placé pour l’occasion dans le Vestiaire du Nou Camp." "En temps normal, Xavi convoque toujours les siens dans un hôtel proche du stade mais cette fois-ci, il a changé sa routine : Les joueurs arriveront directement au Stade depuis leur domicile bien avant le coup d'envoi et assisteront à la rencontre entre l'Inter-Viktoria, pour ensuite passer à la préparation de leur rencontre face au Bayern Munich." "Une rencontre qui pourrait bien n’avoir aucun sens au niveau sportif étant donné que si les Nerazzurri gagne, le Fc Barcelone sera propulsé en Europa League avant même d’avoir foulé la pelouse." Si tel est le cas, pensez-vous à un 8-2 bis ? PHOTO DE L'ARTICLE : FCIM PICTURES ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Hauteur de prestations remarquables et d’une phase de jeu à montrer dans les écoles de Football sur le troisième but Nerazzurro, André Onana et Lautaro Martinez ont été encensé par leurs agents: Pour André à Serie A News "André est extrêmement heureux du résultat atteint mercredi, c’est vraiment une fierté car le groupe est retourné vers les hauteurs : L’équipe ne traversait pas une grande période, mais elle propose, à nouveau, un niveau de compétitivité très important et ce malgré les absences de Lukaku, Brozovic et Correa. L'Inter n’a pas perdu sa volonté qui lui est propre : Elle a gagné au Meazza et elle a obtenu un résultat très important à Barcelone." "Toute l’équipe avait la conviction qu’il était possible de l’emporter au Nou Camp, regardez le nombre d’occasions net qu’ils ont eu ; Tous savent que la qualification pour le tour suivant en Ligue des Champions est entre leur main à présent : André est très heureux, il est fier de ce qu’il se passe en ce moment." "Il travaille et il veut continuer à bosser pour jouer et pour venir en aide à l’équipe." Et pour Lautaro "C’était une partie incroyable, je suis très fier car je sais que Lautaro est si heureux d’avoir aidé son équipe, de faire partie de l’Inter. Et son but a rendu si fier autant de Tifosi de l’Inter en Italie, pour moi c’une confirmation supplémentaire du bonheur que Lautaro connait : Il fait partie d’une très grandissime équipe en Italie, mais aussi en Europe, C’est une période très positive pour nous." "Donc : VIVA l’Inter !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C’est un Simone Inzaghi heureux, mais conscient d’être passé à côté d’un exploit Historique, qui s’est livré à la presse, suite à l'excellente performance Nerazzurra en Catalogne! En conférence de presse Un exploit ? "Il y a de l’amertume vu ce que nous avons proposé : Avec la victoire, nous aurions clos le discours de la qualification avec deux journées encore à disputer, cela aurait été importantissime vu le calendrier : Nous avons fait deux rencontres pleine de course, d’intensité et de détermination face à Barcelone." Cette victoire peut-elle sonner la révolte ? "Nous avons réalisé un grand match, nous voulions l’emporter et entrer dans l’Histoire car, en Ligue des Champions, l’Inter ne s’est jamais imposée ici: Cela aurait été un exploit qu’en cas de victoire, à présent, il nous rester la dernière marche, mais avant tout, nous aurons deux matchs de championnat à disputer de la meilleure des façons. La saison peut être relancée mais il nous manque la dernière étape à franchir." "Nous nous devons d’offrir, avec cette qualification, de la satisfaction à nos tifosi, comme nous l’avons fait l’année dernière, après onze années de disette. Ce serait la seconde année de suite, j’espère que nous franchirons ce petit pas devant nos tifosi." Barcelone avait beaucoup de problèmes... "C’est une très grande équipe avec un grand entraineur. Leur problème, c’est qu’ils ont trouvé une Inter à la hauteur de son Histoire et qui a réalisé techniquement une grande prestation positive. Nous avons fait circuler le ballon de la meilleure des façons, nous sommes parvenus à nous créer tellement d’occasions, la latte de Dzeko aurait pu nous débloquer bien plus tôt." Votre mérite en revient au fait d’avoir joué à visage découvert…. "Nous jouons toujours à visage découvert, j’avais pensé à n’aligner qu’un seul des deux attaquants et j’aurais pu faire montrer quelqu’un, mais j’aurai envoyé un mauvais signal à l’équipe : Dzeko et Lautaro ont été très bon pour jouer avec leurs équipiers et réaliser un excellent match, ils sont parvenus à limiter leurs adversaires en évoluant en groupe et en compacité." Est-ce une représailles ? "Je n’ai aucune raison d’avoir des représailles avec quelqu’un : Ici, en en Espagne, ils apprécieront car ils savent que Barcelone n’avait réalisé qu’un seul partage en championnat et ne s’était incliné en Ligue des Champions que face au Bayern : A présent, ils se souviendront pour très longtemps de l’Inter. Il nous reste une étape à franchir." Les rencontre disputées l’année dernière face au Grands d’Europe ont-elles aidé l’Inter ? "L’année dernière, nous avions rencontré le Real Madrid et Liverpool qui ont été de grands adversaires, face à Barcelone, nous avions deux rencontres très rapprochée et nous avons réalisé deux bons matchs qui nous ont permis de nous placer dans une très bonne position." A Amazon Prime "Je dois féliciter les garçons, ils ont réalisé un très grand match face à un adversaire d’une valeur absolue : Nous avons tant créés, souffert, et en gagnant ce match nous aurions mis un terme à la phase de groupe. A présent, nous avons deux matchs de championnats et Plzen devant nos Tifosi, j’espère leur offrir cette satisfaction." "Je savais que nous allions devoir faire preuve de courage et l’équipe n’a jamais renoncé à jouer, en première période nous nous sommes parlés après le but, je leur ai dit de rester serein et de jouer car je savais que nous étions capables de nous créer des occasions importantes. Lautaro et Dzeko ont tant donné, ils ont réalisé une excellente rencontre et nous avons une grande chance de nous qualifier dans le groupe le plus difficile de la Ligue des Champions devant nos Tifosi." Le Meazza ? "Je m’attends à ce qu’il soit plein, je n’ai aucun doute: Cela fait 15 mois que je suis ici et notre Stade nous a toujours accompagné et ce sera toujours le cas contre Plzen, mais avant tout, nous devons penser à la Salernitana et à la Fiorentina". Simone à Inter TV "Je suis très satisfait, j’ai félicité les garçons, ils ont réalisé un grand match face à un adversaire très très fort, il nous reste une dernière étape à franchir face au Viktoria, devant nos Tifosi et dans notre Stade." "C’est normal que l’on ressente une grande satisfaction vu ce que nous sommes parvenus à faire face à Barcelone, en tant qu’entraineur cela te donne beaucoup de fierté. Vu ce que nous avions créé, nous aurions pu aussi en finir avec la phase de groupe, je savais quel type de match nous allions devoir proposer, nous nous sommes montrés agressif, déterminé, courageux, tu dois faire preuve d’un grand courage lorsque tu viens ici." Simone à Sky Sport "C’est un partage de point important, mais vu le déroulement de la rencontre, il y a un peu d’amertume, nous avons réalisé un grand match, je suis satisfait, mais pas complètement, il nous reste une d dernière étape à franchir qui peut avoir lieu face à Plzen, mais nous devons disputer deux matchs de championnat important auparavant." Avez-vous été marqué positivement par l’équipe ? "Absolument pas, cette équipe sait faire des choses importantes et je n’ai pas besoin de vous rappeler ce que nous savons tous : Nous avons joué contre une très grande équipe de qualité, nous méritions d’être devant, c’était une belle soirée, mais elle n’était pas optimale, avec un 3-4 nous aurions pu en terminer avec cette phase de groupe avec deux journées encore a disputer, là on aurait pu parler d’exploit, nous sommes bien placés, mais il reste une ultime marche." Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? "De la satisfaction, mais l’année dernière nous étions également parvenu à atteindre les huitièmes après tant d’années…Nous sommes habitué à présent et que ce soit face au Bayer ou face au Barça, nous nous devions de réaliser un exploit." Lukaku sera-t ’il disponible dimanche ? "Il y a de l’espoir aussi bien pour lui que pour Correa, moins pour Brozovic qui travaille tout de même très bien. Je me souhaite qu’ils reviennent car ce sont trois joueurs importants." Jouer l’offensive au Nou Camp, personne ne l’a vu venir en Catalogne ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. En effet, 12 ans après avoir été terrassé par l’Inter, le Fc Barcelone joue de nouveau gros face aux Nerazzurri. Car en 2010 et sous la houlette de José Mourinho, l’Inter prenait le meilleur sur un très jeune, mais déjà multititré, Josep Guardiola! Une histoire différente pour la Gazzetta Dello Sport "C’était une demi-finale de Ligue des Champions, ici la phase de groupe et il y a trop de différences au niveau des entraineurs : En 2010, Guardiola alors âgé de 39ans avait déjà en poche une Ligue des Champions, une Coupe du Monde des Club, une Super Coupe d’Europe, 2 Liga et un peu de monnaie. Mou, âgé de 47 ans avait une Ligue des Champions, une Coupe de l’Uefa, 6 titres nationaux et de la monnaie, c’était un Duel de géant. A présent, le duel proposé par Xavi et Inzaghi fait office de poids plume : L’espagnol âgé de 42 ans peut se targuer d’avoir un titre de champion du Qatar et l’italien cinq Coupe d’Italie, dont il a d’ailleurs dernièrement parlé." Se remémorer le passé "Il y a une affinité qui lie la rencontre de ce soir, et celle d’il y a 12 ans car deux résultats sur trois sont bons pour l’Inter et l’ambiance qui sera proposée aujourd’hui sera tout aussi volcanique, après les polémiques de la rencontre du Giuseppe Meazza." "L’Inter d'Inzaghi devra imiter celle de Mourinho car, à son échelle, il devra dans son propre style essayer le tout pour le tout, fort d’une excellente manche aller: Il présentera une équipe de l’Inter surmotivée et bien plus organisée dans les moments critiques. Il devra, ce soir, à nouveau donner du courage et apporter de la sérénité à ses joueurs dans un sulfureux Nou Camp, et plus que tout, il devra imiter le Mou dans une gestion lucide et glaciale de la rencontre." Un plan de jeu clair comme de l’eau de roche "Il faudra priver Barcelone d’oxygène en étouffant Pedri et Gavi comme ce fut le cas à Milan, mais sans renoncer à l’idée de marquer un but, car survivre au Nou Camp est bien différent de survivre au Giuseppe Meazza. Est-ce que nous verrons Dzeko derrière le ballon dès le début du match, avec un Roberto Gagliardini aligné, ou retrouveras-t ’on Miki derrière Lautaro ? Ce choix donnera déjà une information sur le déroulement de la rencontre." Xavi en plein doute : "Défendre à 3 ou à 4 ? Que faire d’Ansu Fatu ? En 2010, Piqué avait marqué, et il a besoin que quelqu’un fasse de même que lui avec Lewandoski pour retrouver le sourire et non pour être sorti comme Guardiola dans une faillite de la tant attendue Remuntada…. Il pourrait faire mieux que lui sur ce point." "Sa glorieuse carrière lui apporte énormément de crédit, mais il sait que les deux prochaines étapes qui se présentent à lui , soit l’Inter et le Real Madrid influenceront quoiqu’il arrive l’humeur des catalan car quoiqu’il arrive, pour Inzaghi et Xavi, il s’agit du match à ne pas perdre et un seul sortira du Nou Camp un peu plus "Special" Selon vous, le fait que Barcelone doive jouer le Real en Liga peut-il l’impacter psychologiquement face à l'Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. A la suite du succès obtenu au Giuseppe Meazza, l’Inter se déplace au Nou Camp pour y défier un Fc Barcelone qui est loin d’être au top. Pour l’occasion, Lautaro Martinez s’est livré à Inter.it, à Sky Sport, à Amazon Prime et à Sport Mediaset Son interview à Inter.it Javier Zanetti a déclaré que vous pouviez devenir une référence à l’Inter pour de nombreuses années "Ce qu’a dit Zanetti est un motif de fierté car c’est une Bandiera du Club, je travaille pour donner le meilleur à l’Inter, pour aider mes équipiers et grandir quotidiennement, je cherche à faire tout cela et je le remercie pour ses déclarations. Aujourd’hui, je suis un joueur de l’Inter, c’est quelque chose que j’ai toujours voulu, je donne tout pour l’Inter." Faudra-t’ il disputer une rencontre différente de celle jouée à Milan ? "Nous proposerons ce que nous avons préparé, demain, nous devrons jouer avec la personnalité d’une grande équipe et sur le terrain, faire ce que nous avons préparé avec l’entraineur." Dybala et Di Maria se sont blessées, êtes-vous inquiet pour l’Argentine ? "Ce sont des joueurs très important pour l’Argentine, j’espère que ce n’est rien de grave et qu’ils seront tous les deux disponibles pour la Coupe du Monde." Comment vous sentez-vous ? "Je suis serein, avec le travail que j'abat je donne un coup de main à mes équipiers, dans une période en manque de résultat, je me dois de proposer quelque chose en plus pour l’équipe et c’est ce que je cherche à faire. Ce que je vis arrive à tous les attaquants, je dois rester serein car le but arrive lorsque tu t’y attends le moins." A quel ambiance dans le stade vous attendez-vous ? Un Tifo aussi fort peut-il aussi vous impressionner ? "Nous devrons réaliser notre propre match, à l’aller, l’arbitre a tout analysé et pris ses propres choix. Demain, nous ferons de notre mieux et l’arbitre fera aussi sa part de travail, comme tout le monde." Pour demain, il y aura des absences importantes : Marcelo Brozovic, Romelu Lukaku, Joaquin Correa… "Ce sont des absences importantes mais nous avons les joueurs prêts à les remplacer et à tout donner comme cela s’est vu au Meazza." Barcelone a quelques problèmes en défense… "Non, , il n’y en a pas, Araujo est un grand défenseur. Quant à nous, nous avons préparé la rencontre, demain nous mettrons tout en œuvre pour rentrer avec un résultat positif." Signeriez-vous pour un match nul ? "Non, pour la Victoire." Son interview à Sky Sport "C’est évident que gagner compte demain, il faudra réaliser un match de grande personnalité comme au Giuseppe Meazza, avec tant de cœur, de course et de détermination." Le but ? "Je suis serein, car je me donne toujours à 100% sur le terrain, parfois je marque d’autrefois non, il y a des périodes où je marque les yeux fermés et d’autres où je peux chercher à marquer dans n’importe quelle position et je n’y arrive pas. Je cherche toujours à tout mettre en balance, si je ne peux pas marquer, je viens en aide à mes équipiers qui pourront eux le faire." Son interview à Amazon Prime "Barcelone est une équipe redoutable avant tant de qualité. Ils ont fait tellement de possibilités offensives, ils peuvent changer de rôles, nous devrons être prêt à faire face à tous leurs changements et nous devrons faire ce à quoi nous nous sommes entrainés ces derniers jours." Marquer à Barcelone ? "C’était si beau, c’était mon premier but en Ligue des Champions, c’est un très beau souvenir, j’espère donner un coup de main à l’Inter." Mon absence de but ? "Parfois, on pense que l’attaquant ne vit que par les buts, mais moi je cherche à donner un coup de main à l’équipe, si je ne marque pas moi, un autre fera le job et le mien tombera lorsqu’on ne l’attendra plus. Son interview à Sport Mediaset "Nous avons obtenu une très belle victoire au match aller contre une équipe très forte qu’est Barcelone. Aujourd’hui, nous avons terminé de nous préparer à ce match et je m’attends, demain, à une rencontre extrêmement dure, et nous nous y sommes préparé : Ce sera une très belle soirée et nous devrons faire en sorte de la rendre plus belle. Nous devrons faire preuve de tant de personnalité et avec l’envie de rentrer à Milan avec un résultat." A quel point suis-je attaché à l’Inter ? "Tellement, les faits le disent : Je cherche toujours à faire de mon mieux pour ce maillot, pour les Tifosi, pour le Club. Ce qui s’est passé à Sassuolo (le brassard de Capitaine) m'a rendu si Fier, j’espère continuer comme ça." Et en parlant de beauté… Milano Today avait fait par d’un incident de la route dans lequel, hier soir, aurait été mêlé Lautaro et sa moitié: "Lautaro conduisait sa Lamborghini Huracàn avec sa petite amie Agustina Gandolfo, dans le centre-ville, quand, vers huit heures, à un feu de circulation de la Via Vincenzo Monti, il a été heurté par un Milanais." Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a du répondant la Damoiselle..: "Nous avons été tamponné par le même journaliste qui a écrit des informations non pertinentes. Tout va bien!" Grrrrr ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Federico Dimarco traverse une très belle période, lui, qui après s’être mis en évidence et avoir marqué en équipe nationale, après avoir marqué face à la Roma, a été finalement l’un des grands artisans de la victoire face au Fc Barcelone Analyse de la Gazzetta Dello Sport "Federico Dimarco est l’un de ceux qui y est parvenu : Un milanais qui a grandi avec l’Inter dans le cœur et le Nerazzurro dans ses veines, lui qui, âgé de trois ans allait déjà dans les bras de son Père dans la Curva, lui qui a neuf ans faisait déjà chanter le ballon avec son pied gauche, un pied gauche qui avec le temps est devenu toujours plus puissant et précis. Peu de personnes doutaient de lui lorsqu’il faisait partie du vivier Nerazzurro : Il deviendra un grand joueur, il arrivera en Serie A et il fera parler de lui." "Simone Inzaghi est d’ailleurs le premier entraineur de l'Inter a lui avoir donné la confiance nécessaire pour s’imposer : S’en est fini de faire des apparitions, Dimarco sous Inzaghi, est devenu une valeur ajoutée et avec le travail, l’abnégation et sa faim, il a atteint un nouveau palier : C’est lui le patron de l’aile gauche laissée orpheline par Ivan Perisic. Et tout ceci est le fruit d’un long parcours qui l’a vu et contraint d’abandonner son confort à la Maison pour grandir en s’éloignant, en passant par Parme et Vérone où la pression était différente." "A présent, Gosens n’est plus sur ses talons car Federico a ce petit plus : Et ce n’est pas uniquement l’Interisme car la Foi footballistique compte jusqu’à un certain point, mais c’est la qualité. Une qualité qui est le fruit d’un travail, de tant de sacrifices qui ont finalement mis en avant le Fils de la Curva Nord." Encensé par Giuseppe Bergomi qui s’est livré à la Rosea Bergomi, qu’est-ce que cela veut dire lorsque l’on grandi à l’Inter et que l’on parvient à s’imposer chez les Grands ? "Ce sont des sensations extraordinaires : Tu regardes derrière toi et tu te félicites du parcours réalisé, des sacrifices qui t’ont porté jusque-là. Pour réussir, tu te dois de franchir énormément de difficultés car rien ne t’est offert." Vous rappelez-vous de vos propres émotions ? "Pour moi, c’était un rêve, mais c’était une autre époque : Je suis arrivé en équipe première et il y avait d’autres garçons qui étaient sortis du vivier comme Bordon, Oriali, Beppe Baresi, Canuti. : Le sens d’appartenance était inné. Et lorsque je suis devenu ensuite le Capitaine, j’ai en tout premier lieu essayé de faire comprendre à tous les nouveaux venus ce que voulait dire "Endosser le maillot de l’Inter"." Quel part du parcours de Dimarco, peut-on retrouver dans son ascension ? "Il y en a énormément, tellement : Le sens d’appartenant et l’Adn de l’Inter sont innés en lui, ce ne sont pas des choses qui s’apprennent, ni qui s’entrainent: Grandir dans le Secteur Jeunesse d’un club comme l’Inter, pour un milanais mais aussi pour un Lombard a beaucoup de significations : Tu apprends depuis ta plus tendre enfance ce qu’est le poids de ce maillot, l’Histoire du club, la responsabilité qui incombe lorsque tu es un joueur Nerazzurro." "Ce qui m’impressionne le plus chez Dimarco c’est sa grande personnalité : Le Giuseppe Meazza est un stade exigeant, dans les moments difficiles, il te met sous pression et lui n’en a que faire, il ne s’effondre pas mais il se magnifie." Voyez-vous dans son regard, ce petit quelque chose en plus, comparé aux autres ? "Federico incarne tout ce qui fait l’état d’esprit Nerazzurro, et comme je l’ai dit, il ne se laisse jamais briser par la pression : Il joue toujours le jeu, il se donne, il frappe. Et même, j’aime son caractère : C’est quelqu’un de généreux, il donne tout sur le terrain et je le vois aussi lorsqu’il vient du banc et qu’il secoue l’équipe et tout l’environnement : S’il se plante, il ne s’effondre pas mentalement mais il continue sa progression." "En ce moment, Dimarco est le joueur avec la meilleure personnalité dans l’équipe : Il y met son cœur et ses jambes font tout le reste." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. C’est une information communiquée par Calcio&Finanza : "Le FC Internazionale Milano et Kopron, une entreprise italienne leader dans le secteur de la logistique commerciale, ont annoncé avoir paraphé un accord pour les deux saisons à venir." "Cet accord consolide un binôme productif et de qualité, avec de nouveaux projets sous le signe de l'innovation et de l'excellence. Après des années aux côtés de la Famille Nerazzurra et un lien qui s'est poursuivi par une collaboration qui a soutenu l'amélioration des installations sportives du club, Kopron revient en tant qu’Official Supplier de l’Inter." "Grâce à ce nouvel accord, la marque sera présente à la fois au Giuseppe Meazza, mais également au centre d'entraînement du club de Suning. Il bénéficiera également d’une visibilité en ligne, sur le site officiel du club. Kopron sera aussi impliqué dans de très nombreuses activités de marketing et de communication aux côtés d'Inter." "C'est un honneur d'être, à nouveau, le sponsor du FC Internazionale Milano, c’est une très grande opportunité pour donner de la visibilité et du prestige à notre Groupe. L’Inter est une réalité footballistique importante avec laquelle nous revenons pour collaborer également d'un point de vue commercial, en la soutenant logistiquement et en la soutenant également dans le cadre de la création d'infrastructures sportives d'excellence", - Mario et Paolo Vergani, propriétaires de Kopron. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. En effet, hier était attendue la rencontre entre Steven Zhang, rentré de Californie, la Direction Italienne composée de Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin et le Staff de Simone Inzaghi, avec l’entraineur également présent : "Si le Mantra de tous était de ne pas dramatiser, autour de la table à Appiano", la situation dégénère de plus en plus... Révélation de la Gazzetta Dello Sport Steven Zhang était revenu directement à Appiano Gentile, en exigeant à la Direction de s’entretenir avec Inzaghi : "Tous les jours quasiment, Beppe Marotta, accompagné de Piero Ausilio et Dario Baccin rentrent dans le bureau de Simone Inzaghi pour inverser, ensemble, la tendance. Mais jamais, comme auparavant, l’entraineur a paru être en proie à de telles difficultés, et c’est aussi pour cette raison que ce qu’il s’est passé dans la journée d’hier était différent des réunions connues par le passé." "Ce n’était pas une rencontre de routine, mais le moment de se confronter, après le désastre d’Udinese, avec un retour présidentiel anticipé qui est tous sauf banal : En voulant tranquilliser Simone en premier, il a ouvert la voie au prochain sommet plus technique." L’échange Marotta – Inzaghi Pour eux: "L'Inter ne s'est pas évaporée dans un nuage de cendres: Elle existe, est réelle, valeureuse, et sa ligne de conduite est bien visible. Il y a encore du temps et de l'espace pour la suivre et viser la tête du Championnat. Mais le changement de cap se doit d’intervenir un plus tôt vu l’échéance fixée pour l’Inter d’Inzaghi version 2.0 : Si l’optimisme est de mise, le mois et demi à venir sera décisif pour l’avenir de l’entraineur, car durant la trêve relative à la Coupe du Monde, il y aura une prise de décision définitive qui se verra prononcée." Soutenir Simone "Penser à voir un Simone Inzaghi sous-tutelle ne veut pas dire qu’il y a un "Commissaire" qui a été mis en fonction : L’entraineur dispose d’une liberté totale demeure sur les choix, du 11 initial aux changements. Au contraire, cela signifie qu’il y aura encore plus de proximité, tant dans la vie quotidienne à Appiano, que dans les relations avec le monde extérieur et avec les Sénateurs du noyau." Zhang a également rencontré la Goldman Sachs. Steven est toujours à la recherche d’un partenaire afin de désengager le Suning et de parvenir à rembourser le prêt de 275 millions d’euros reçu par le fonds d’investissement Oaktree. La Rosea n’exclut pas un transfert également de propriété du Club : "Même sans un "mandat" l’Inter ne peut être qu’ouverte à une cession définitive en cas d’offre vraiment monstrueuse : Celle-ci pourrait arriver plus des Etats-Unis que du Moyen-Orient, étant donné que la somme devrait dépasser le milliard d’euros." La Curva craque En effet, à la vue des informations qui circulent et d’un désengagement toujours plus important de Suning, la Curva Nord a fini par craquer: "Un clivage, peut-être irrémédiable, qui exprime le malaise de la frange la plus chaude (mais probablement pas la seule) des Tifosi de l'Inter envers les propriétaires. La Curva Nord, par le biais de ses canaux officiels, a exprimé un désaccord clair envers Steven Zhang, l'invitant à quitter le club. Ce jeudi soir, les membres de la Curva Nord s’étaient donné rendez-vous pour faire le point. Et le moins que l’on puisse dire est que le fossé entre les Ultras et le Numéro Un du club est plus qu’évident : "Après la banderole relative à Milan Skriniar : "On ne touche pas à Skriniar, à des pactes clairs et de longue amitié " à " Le temps est révolu " sans oublier les " Les promesses doivent être tenues " et le " Prends tes responsabilités ou quitte la ville ". L’Inter fait face à une nouvelle vague de contestation avec ses Ultras qui ont déployé sur les réseaux sociaux "Zhang vattene", soit "Zhang, casse-toi"…une citation qui se retrouve, de façon « anonyme » aussi sur le parking du Giuseppe Meazza." Le retour de Clo-Clo ? Et s’il s’agit cette fois de changer l’ampoule, il conviendra à présent de s'assurer de ne pas avoir les pieds dans l’eau…. En effet comme le révèle à son tour Il Giornale, Giuseppe Marotta tente de protéger au maximum Simone Inzaghi, même si un remplaçant semble avoir déjà été choisi, une information que notre Padrino ne cesse de démentir: "Marotta, à vrai dire, passe beaucoup de son temps pour nier que Claudio Ranieri soit déjà le successeur tout désigné en cas de remplacement en cours de saison." "L’Administrateur-Délégué de l’Inter ne croit pas aux changements de banc en cours de saison, il a également tenu à rappeler que les statistiques actuelles sont "similaire" à celle d’il y a deux ans, soit l’année du 19ème Scudetto et qu’il reste beaucoup de temps pour revenir dans la Course. Dans sa carrière, Marotta n'a écarté qu’un seul entraineur, un très jeune Spalletti alors en pose à Venise, en février 2000…." Enfin à son niveau Tuttosport nous fait par de la réaction de Simone lors de son entrevue avec la Direction Italienne: "Les dirigeants du club ont trouvé devant eux, un entraîneur fortement déterminé à inverser la tendance mais un entraineur aussi lucide dans l’analyse des problèmes qui ont marqué cette première partie de saison, et qui a l’objectif de les résoudre. Parmi les sujets les plus bouillant, celui qui ressort le plus est la Préparation : "Si des têtes ne tomberont pas, il pourrait y avoir de nouvelles arrivées car quelques mesures correctives sous le signe de l’intensité, se doivent d’être mise en place." Avec un désengagement "du propriétaire", une Direction Italienne chargée de souffler le chaud et le froid et, sur ordre de son Président de soutenir un entraineur discrédité auprès du Noyau et trahi par son staff actuel, pensez-vous que l’Inter d’Inzaghi soit sur le point de s’écrouler ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. C'est officiel: Radio 105 sera présente au Stade Giuseppe Meazza avec un DJ exclusif à l'occasion de tous les matchs à domicile de l'Inter! "A l'occasion de tous les matchs à domicile, Radio 105 sera présente au stade Giuseppe Meazza avec un DJ-Set exclusif. La musique et les animations de divertissement de la célèbre station de radio italienne réchaufferont l'atmosphère de l'avant-match et de la mi-temps, enrichissant ainsi la proposition de divertissement dans le stade du club Nerazzurro, pour les deux saisons à venir." "L'accord de partenariat célèbre l'excellence des deux marques dans leurs secteurs respectifs : La radio la plus populaire d'Italie rejoint le club ayant la plus forte affluence au stade en Serie A, lui qui est le détenteur du record pour la saison 2021/22." Radio 105 fera ses débuts au Giuseppe Meazza à l'occasion de la réception du Torino, ce samedi 10 septembre à 18h00, match dont elle sera, bien évidemment, le sponsor. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. C'est une révélation de Calcio&Finanza: Bien que le début de la nouvelle saison soit encore dans un mois, le Derby entre l'Inter et le Milan a déjà commencé, du moins au niveau des abonnements. Celle-ci a a explosé des deux côtés de la Cité Milanaise: "Les Tifosi des deux équipes ont acheté jusqu'au dernier siège disponible, leur abonnement" "Chez les Nerazzurri, le retour du fils prodigue Romelu Lukaku a suffi à lancer la Campagne d'abonnement et hier, l'Inter a annoncé que la vente des abonnements pour la saison 2022/23 était terminée, avec environ 40 000 cartes vendues. Elle a également annoncée l'ouverture de la liste d'attente pour la saison 2023/24. Un signe qui montre que les Tifosi croient fermement en l'équipe et en Simone Inzaghi et qu'ils ont l'intention de récupérer le Scudetto "arraché" par leurs cousins en 2021/22." "Milan ne reste pas les bras croisés: Les Rossoneri, forts de leur titre de champions d'Italie, enregistrent des chiffres similaires à ceux de l'Inter et se dirigent rapidement vers les 40.000 abonnements, soit environ 13.000 de plus que les 27.000 enregistrés lors de la saison 2019/20, lorsque la campagne d'abonnements a été ouverte pour la dernière fois, avant que la pandémie liée au Covid-19 ne touche également le monde du football. " "Si les Rossoneri devaient également atteindre la barre des 40.000 abonnements, ce serait la première fois depuis treize saisons, qu'un tel palier serait atteint. Il faut remonter à la saison 2008/09 pour trouver une campagne similaire: avec 40.238 abonnements pour l'Inter et 44.158 pour le Milan. Si pour le Milan, ce chiffre est important, il est encore loin des 52.673 abonnés de la saison 2004/2005. Pour l'Inter, le pic le plus élevé remonte à la saison 2001/02 avec 49.212 cartes distribuées." "Ces statistiques se sont ensuite considérablement réduites les années suivantes, surtout à partir de 2010: Après le Triplé Nerazzurro et le dernier Scudetto Rossonero, respectivement de 2010 et 2011, aucun des deux clubs n'était parvenu à atteindre 40.000 abonnés sur les sept saisons suivantes. Le point le plus bas étant atteint lors de la saison 2014/15, qui n'est pas exactement l'une des meilleures saisons pour les deux équipes, et où l'on comptait 22.400 abonnés à l'Inter et seulement 19.504 pour le Milan, il sera même parvenu à faire pire en 2016/17 avec 16.450 abonnements." "La tendance s'est inversée avec le retour des Nerazzurri en Ligue des Champions, et la campagne d'acquistion du Milan lors de la saison 2017/18. Depuis lors, des bonnes statistiques ont été maintenues, soit plus de 30.000 tifosi abonnés, et ce même les années suivantes, jusqu'en 2019/20." "Aujourd'hui, deux ans après la dernière campagne d'abonnements, les clubs sont de retour dans le feu de l'action, pour une saison qui s'annoncera disputée jusqu'à la dernière seconde, et qui l'a été déjà jusqu'au dernier abonnement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. ®L'Avenir - Il est resté à l’arrière-plan tout au long des négociations et même lors de la présentation officielle de Romelu Lukaku. Mais s’il y a bien quelqu’un sans qui le retour de Lukaku à l’Inter ne se serait pas fait, c’est son conseiller personnel et avocat belge, Sébastien Ledure, une référence mondiale au niveau du droit du sport. C’est dans son bureau de la Place Flagey, loin des caméras et micros du Giuseppe Meazza, que Me Ledure nous a reçus pour commenter la transaction la plus spectaculaire de ce début de mercato. Commençons par le début. Depuis quand connaissez-vous Romelu? "Depuis cinq ans et via… sa maman. Elle commençait à se poser certaines questions et elle en a parlé à quelqu’un de sa banque. C’est ainsi qu’on est entrés en contact. On s’est vus deux ou trois fois à l’Hôtel Steigenberger, puis elle m’a proposé de rencontrer ses fils. Petit à petit, Romelu a pris confiance. Il avait déjà décidé de quitter l’agent Mino Raiola pour Federico Pastorello." Mais soyons clairs: ce deal s’est fait sans le moindre agent. "En effet. Cela devient une tendance parmi les joueurs d’élite. Mbappé et Griezmann font comme ça, Hazard et De Bruyne aussi. Neymar a même une boîte avec des dizaines d’employés qui travaillent pour lui. Quant à Romelu, il a préféré que son agent (Pastorello) ne soit pas impliqué dans cette affaire vu ses liens étroits avec l’ancienne direction de Chelsea. Romelu n’a pas encore pris de décision par rapport à son éventuel avenir avec son agent, mais il ne voulait pas qu’un risque de conflit d’intérêts puisse interférer dans une des opérations les plus difficiles du football actuel." C’était une transaction si compliquée que cela? "Au début, personne ne croyait qu’elle allait se faire. La semaine passée, votre collègue italien Fabrizio Romano (NdlR: un spécialiste au niveau des scoops pendant les mercatos) m’a appelé en me disant: ‘Ce que vous avez fait, it’s a masterpiece, c’est un chef-d’œuvre.’ La question était la suivante: Comment est-ce qu’un joueur qui a été vendu pour plus de 100 millions€ à un club peut retourner dans le même club qui dit qu’il n’y a pas d’argent pour le reprendre? Et, en plus de cela, il faut savoir que lors du transfert de l’année passée, les relations entre l’ancienne direction de Chelsea et la direction de l’Inter étaient très tendues. S’il n’y avait pas eu de changement d’actionnariat à Chelsea, je doute fortement que cette transaction aurait pu se faire." Pour le dire crûment: sans la guerre en Ukraine, Lukaku ne serait pas à l’Inter. "Peut-être, oui, mais n’en faites pas votre titre. Peut-être qu’on aurait quand même trouvé une solution, mais cela aurait été encore plus difficile." Est-ce que Roc Nation, la boîte américaine de Jay-Z qui gère les intérêts commerciaux de Lukaku, De Bruyne et Witsel, a joué un rôle? "Oui, dans le sens où ils connaissent le nouveau propriétaire de Chelsea et que cela a facilité une approche plus ‘américaine’du dossier." Les premières prises de contact datent-elles de la fameuse interview de Lukaku à Sky Italia du 31 décembre, où il déclare qu’il n’est pas heureux à Chelsea sous son coach Tuchel? "Non… Cette interview venait du cœur et était peut-être maladroite. C’est une initiative qu’il a prise lui-même et qu’il ne prendrait sans doute plus. Il en a subi les conséquences pendant le reste de la saison, vu que cela a alourdi son climat de travail au quotidien." "Mais il m’a vite fait comprendre que, vu ses 29 ans et le fait qu’il est au sommet de sa carrière, il ne pouvait pas se permettre de perdre une nouvelle année. C’est un secret de polichinelle qu’il n’était pas sur la même longueur d’onde que son entraîneur. Mais les négociations, elles, n’ont débuté qu’à la fin de la saison." Combien d’allers et retours avez-vous faits entre Londres et Milan? "Quelques-uns en mai et juin. Et le reste s’est fait par téléphone et visioconférence. C’était une négociation où il fallait avancer pas après pas et placer ses pions intelligemment. Il fallait y aller en sous-marin: en travaillant discrètement mais efficacement et en respectant les sensibilités de toutes les parties." On peut supposer que vous aviez une ligne directe avec Romelu. "Bien sûr. Et j’ai été le voir avant qu’il ne parte en vacances. Il était au courant de tout et il a assisté aux conférences les plus importantes. Dans ma philosophie de travail, je représente le joueur, mais il doit tout savoir. Il y a une transparence totale. C’est lui qui contrôle la situation." Il a fait des concessions financières pour aboutir à un accord. "Oui. Mais beaucoup moins que ce que dit la presse. J’ai lu qu’il a réduit son salaire d’un tiers ou de la moitié. C’est faux. Il sera le joueur le mieux payé de la Serie A. Les trois parties ont fait des concessions qui sont intelligentes. Notre job était d’obtenir les meilleures conditions possible pour mon client, pas pour Chelsea ou l’Inter. C’est Romelu qui nous paie, pas les clubs." Et le prix de la location, 8 millions d'euros, est-il correct? "Vous devriez le demander aux clubs concernés, mais c’est un prix en adéquation avec les tarifs d’une location." Il n’y a pas eu d’autres clubs qui voulaient l’acheter au lieu de le louer? "Euh… En effet. Il s’agissait de grands clubs dont je ne citerai pas le nom. Mais ces pistes n’ont jamais vraiment été sérieuses parce que Romelu a très vite décidé qu’il voulait rentrer à l’Inter. Il a parlé plusieurs fois avec l’entraîneur de l’Inter, Simone Inzaghi, comme il l’avait fait avec Conte avant de signer à l’Inter en 2019, pour être sûr d’être sur la même longueur d’onde." L’Inter n’a pas négocié de clause d’achat. Un retour à Chelsea en juin 2023, est-ce envisageable? "Il y aura encore trois ans de contrat. Mais personne ne peut dire quoi que ce soit à ce sujet." Dernière chose: Romelu a souvent déclaré qu’il compte rejouer un jour pour Anderlecht. « Il m’en a déjà parlé aussi, mais il n’a pas fixé d’année. Il faudra voir si les conditions s’y prêtent à ce moment-là. C’est une idée qu’il a en tête depuis toujours. Et je ne connais aucun joueur qui soit aussi déterminé que Romelu. Quand il prend une décision, très peu de personnes sont capables de le faire changer d’avis. Et quel passionné du foot! Cela explique pourquoi il s’est senti malheureux à Chelsea cette saison: Romelu doit pouvoir exercer sa passion." ®L'Avenir.net
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...