Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stadio olimpico'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, pour Simone Inzaghi l’heure de la révolte doit sonner, du moins au championnat car aligner trois défaites déjà maintenant au compteur fait tache, même si le Bayern de Munich est perçu comme bien trop fort Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La Propriété s’attend à un changement de cap rapide, car elle est convaincue d’avoir mis à la disposition de l’entraineur le noyau qu’il souhaitait, en le contentant à chaque reprise comme le révèle la confirmation de Milan Skriniar malgré l’instance du Paris-Saint-Germain et à l’acquisition d’Acerbi en dernière minute." " Comment dire : Face au Torino, la révolte est chaudement conseillé!." Dans la ligne de mire pour La Repubblica "Inzaghi est dans l’œil du cyclone, comme cela se passe toujours lors de ce type de situations, ces deux dernières sorties n’ont convaincu personne, aussi bien au niveau des formations initiales que des remplacements en cours de match, sans oublier ses explications en conférence d’après match… L’équipe semble être en retard de préparation physiquement, très en retard même, et la défense est des plus friable, car elle craque dès les premières gouttes des attaques adverses, une situation qui est devenue une constante." La Position de la Direction Italienne Giuseppe Marotta a tenu à assurer ses arrières, l'entraîneur devient un bon alibi, même bien plus qu’une excuse pour les échecs liée leur cause, à la question "Inzaghi a-t-il encore la confiance du club ?" Il a répondu : "Bien sûr qu'il la conserve, il fait un excellent travail, il sait très bien gérer l'équipe." Ce n’est pas lui qui est donc remis en discussion, mais certains comportements : "Nous sommes l'Inter, nous voulons plus de prudence et de motivation de la part de tout le monde. Ce maillot doit être honoré de la meilleure façon possible, nous avons cette obligation envers les 60.000 personnes qui se présentent au Stadio Giuseppe Meazza : Nous devons y croire jusqu'au bout, la saison ne fait que commencer, la deuxième étoile est possible'' Redevenir une équipe pour la Rosea "Nous devons redevenir une équipe" telle était la phrase symbolique qui a surgit de la discussion, entre les joueurs, Simone Inzaghi et son Staff et la Direction, qui s'est tenue aujourd'hui.: "Toutes les thématiques ont été abordées : Les fractures mentales lors de l’apparition des première difficulté, la différence de performance globale par rapport à l'année dernière alors que le noyau est inchangé, les attitudes peu constructives de certains joueurs sur le terrain, la condition athlétique." Si la Direction s’est exprimée, plusieurs joueurs ont également pris la parole, dont le Capitaine Handanovic et Barella , qui sont parmi les plus expérimentés et qui ont fait leur mea culpa, reconnaissant qu'ils étaient coupables dans cette situation difficile "Ce que nous faisons n'est pas suffisant, nous devons en faire plus, y compris en matière d’entrainement." La confrontation a été décrite comme constructive par toutes les parties. Parmi les joueurs, par exemple, certains ont mentionné la condition athlétique, comme s'ils n'avaient pas l'impression que leurs jambes tournaient correctement. Mais les données exposées par le staff technique ont souligné que l'Inter, lors des deux derniers matchs, a couru pourtant bien plus que l'AC Milan et le Bayern: "Si l’Inter courent plus, elle court mais mal…" Une magie rompue le 22 mai 2022 pour Tuttosport "Quelque chose s'est brisé le 22 mai, le jour des larmes sous la Curva Nord pour un Scudetto jeté aux oubliettes. C'est là que la magie qui entourait la première saison de Simone Inzaghi à l'Inter a été brisée: L'idée qu'Inzaghi est le principal responsable de la perte du Scudetto est erronée et peu généreuse, mais, ce qui s'est passé lors des premiers matchs de la saison, avec ses mauvais changements à l'Olimpico et ses remplacements tardifs dans le Derby et même avec le Bayern, a fait gonfler la tête de ses détracteurs, en allant même jusqu’à faire chavirer sa propre base de soutien, car ce mercredi et pour la première fois elle n'a rien pardonné à son 'Inter".' Dejan Stankovic favori à la succession "Simone Inzaghi ne risque pas son poste mais, pour les trois matches à venir qui le sépare de la trêve internationale, il devra redresser le niveau de performance de l'équipe, et ce même si le calendrier est parsemé d'embûches avec la réception du Torino au Giuseppe Meazza, et deux déplacement à l’extérieur à Plzen et à Udine." "Simone est à la croisée des chemin dans un tournant de la saison qui est déjà important pour les ambitions du club en Serie A où il lui sera vital d’engranger un 6/6 pour rester attaché au "Wagon Scudetto" et pour assurer une place, à minima en Europa League, tout en gardant l’espoir de voir le Bayern Munich et Barcelone caler pour entretenir la flamme de la qualification pour les 16èmes de finale de la Ligue des champions." "Jusqu'à présent, LInter n'a jamais pensé à d'autres entraineur, également à cause des raisons que lui propose le marché : Mauricio Pochettino, en raison des coûts qu'il implique, est inatteignable, tandis que Roberto De Zerbi, qui est un entraîneur que Piero Ausilio a toujours apprécié, ne semble pas être l'entraîneur idéal pour prendre une équipe en cours de saison, entre-autre à cause du fait que l'Inter joue depuis des années avec le 3-5-2, un système de jeu très éloigné des idées tactiques de l'ancien dirigeant du Shakhtar Donetsk." "En cas de succession, il est bien plus facile pour l'Inter d'opter pour un entraîneur moins "dogmatique" et présentant un profil agréable à la vue de tous, une identité qui répond parfaitement à celle de Dejan Stankovic, qui a quitté l'Étoile Rouge de Belgrade après y avoir remporté trois championnats consécutifs ainsi que deux coupes de Serbie. Un grand "ex" qui, on peut le parier, répondrait par un grand oui, à l'appel du club avec lequel il a gagné le Triplé." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. En effet, première tuile de la saison: Romelu Lukaku s'est blessé à l'entrainement et, s'il manquera définitivement la réception de la Cremonese en raison d'une douleur musculaire ressentie hier et qui ne sera quantifié que ce mardi après une IRM, Romelu ne croit pas un seul instant que ce coup d'arrêt sera des plus long. Révélation du Corriere Dello Sport "La réponse définitive à cette interrogation tombera après les examens médicaux, mais Big Rom croit en une récupération pour le Derby : Il est confiant et il a confié à ses coéquipiers qu'il veut être là à tout prix. Il estime que dans cette saison comprimée, prendre un bon départ est crucial, et il sait qu'après le faux pas à l'Olimpico, l'Inter ne peut plus faire de faux pas: S'il le peut et s'il ne prend pas trop de risques, il serrera les dents parce que le Diavolo l'inspire." "Romelu l'a rencontré cinq fois et a toujours marqué, pour un total de quatre victoire et une défaite." Croyez-vous également aux chances d'un Retour du Big Rom pour ce samedi ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. 07 mai 2023 Stadio Olimpico Horaire à définir
  4. Le défenseur de l'Inter Stefan de Vrij a déclaré que les Nerazzurri ont cru jusqu'au bout contre la Juventus mercredi soir, selon un rapport des médias italiens hier soir. S'exprimant lors d'une interview après le match aux micros de Sky Sport, via FCInternews, Stefan de Vrij a déclaré que malgré le fait qu'il savait que ce serait un test vraiment difficile pour l'équipe, l'Inter a continué à croire qu'ils allaient gagner jusqu'à la fin de la Coppa Italia. "Nous y avons cru jusqu'à la fin. Nous savions que ce serait difficile". Le défenseur néerlandais a également ajouté que l'équipe a passé beaucoup de temps à faire la fête sur le terrain après le coup de sifflet du temps plein. "Nous sommes très satisfaits. Nous avons passé beaucoup de temps sur le terrain à faire la fête." L'Inter a mené 1-0 très tôt dans la finale au Stadio Olimpico de Rome grâce à un but de Nicolo Barella. Des buts d'Alex Sandro et de Dusan Vlahovic au début de la seconde période ont permis à l'Inter de s'incliner 2-1. Un penalty d'Hakan Calhanoglu a permis à l'Inter de jouer la prolongation et Ivan Perisic a inscrit un doublé pour remporter le trophée. ®Internazionale.fr via SempreInter - Traduction Oxyred
  5. Demain soir aura lieu, au Stadio Olimpico de Rome, la Finale de la Coupe d’Italie avec un alléchant Juve-Inter. Et pour les Bookmakers, l’Inter est la grande favorite de ce troisième Derby d’Italie de la saison Bonucci: "Est-ce que je peux rentrer svp?" - Curva Nord 69 L'équipe d'Allegri tentera de maintenir la tradition (reste à savoir laquelle)?, mais les bookmakers se sont plutôt attardé sur les dynamiques actuelles et ils considèrent l'équipe d'Inzaghi comme favorite. Betclic propose une cote de 1,65 pour que l'Inter remporte le trophée, contre 2,2 pour la Juventus. Les Nerazzurri ont également l'avantage pour rafler la mise dès la 90ème minute, en évitant ainsi la prolongation décisive en Super Coupe : à 2.25, malgré un 3.28 pour les Bianconeri (et un 3.25 pour Sisal et Snai). A quel type de match vous attendez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Seuls les plus anciens d’entres nous (et encore) comprendront de quoi il s’agit, car si pour l’Inter, il existe le 5 mai 2002, pour le Milan, il existe le FATAL VERONA, soit la perte du Scudetto aussi bien en 1973 qu’en 1990…. Jamais deux sans trois selon le dicton ! Révélation Historique via Sky Sport Qu’est que la LA FATAL VERONA ? "Fatal, du dictionnaire : Voulu par le destin, inévitable, inéluctable. C'est arrivé au Milan, et c'est arrivé deux fois. Un Scudetto perdu lors de la dernière journée et l’autre un autre lors de l’avant-dernière journée de Serie A…" - Avant l’avant-avant-dernière journée ? "La première fois se déroule le 20 mai 1973 et il s’agit de la dernière journée du championnat 1972-73 : le Milan de Rocco et Rivera est premier au classement avec un point devant la Juventus et la Lazio. Rocco, cependant, n'était pas sur le banc. Il avait été suspendu après avoir été expulsé par l'arbitre Concetto Lo Bello lors du match Lazio-Milan le match précédent. Les Rossoneri venaient de remporter la Coupe des vainqueurs de Coupe contre Leeds et, quatre jours plus tard, ils étaient de retour sur le terrain à la recherche de l'étoile et du dixième Scudetto." "Le Bentegodi était Rossonero, diront les personnes présentes, mais en une demi-heure Milan était mené 3-0 et 3-1 à la mi-temps. Le Scudetto s'envola en fumée car si Milan marqua trois buts à Pizzaballa (dont l’étiquette Panini est introuvable), ils sont resté mené au score, la fin de la rencontre se soldant par un cinglant 5-3." Quid de la Juve et la Lazio ? "Tous deux sont à égalité à quelques minutes de la fin match, ouvrant le scénario d'un sensationnel match à trois, puis celui du coup de grâce. La Lazio s’inclinant face à Naples à la 89e minute (Oscar Damiani a marqué), tandis que Cuccureddu a cousu le 15e Scudetto sur le maillot de la Juve via une victoire 2-1 au Stadio Olimpico contre la Roma à la 87e minute." Retour en enfer "Dix-sept ans ont passé et, cette fois, nous sommes lors de l'avant-dernière journée de championnat : L'Ac Milan et Naples étaient à égalité de points et le Vérone de Bagnoli (qui a remporté le Scudetto en 1985) devait gagner pour espérer être sauvé de la relégation. Marco Simone marquait immédiatement, suite à une erreur d'un Angelo Peruzzi âgé à peine de 20 ans. Puis tout est arrivé, y compris la controverse et quatre expulsions milanaises." "L’arbitre était Rosario Lo Bello, le fils de Concetto. Milan réclamait deux penaltys et Sacchi était le premier à être expulsé. Entre-temps (nous sommes à la 63e minute), Sotomayor, homonyme du sauteur historique (et jamais battu) inscrivait de la tête le but égalisateur, faisant péter les plombs d’un Milan dont les plans partaient en fumées." S’en est suivait un double jaune pour Rijkaard.... Sans oublier Van Basten qui a également reçu un carton rouge lorsqu'il a retiré son maillot et l'a jeté au sol. Pellegrini, lui, achevait le Milan en inscrivant le but du 2-1 à la 89e minute, juste avant l'expulsion de Costacurta. Naples reprenait la tête pour remporter le Scudetto.Le Milan sauvait sa saison en remportant un mois plus tard en remportant sa deuxième Coupe des Clubs Champions Vérone, en revanche, fut tout de même relégué." Que dit l’Histoire ? "Que l'AC Milan est en tête à Vérone et en Serie A. 11 victoires milanaises contre 10 pour l’Hellas et 8 nuls. Les deux derniers matchs à l'extérieur se sont soldés par des victoires milanaises dont la dernière, la saison écoulée sur le score de 0-2 via des buts de Krunic et Dalot." Et les matchs de fin de saison ? "Il y a ceux de 1973 et de 1990, mais il y a eu également deux autres matchs. En 1978, le Milan de Liedholm a gagné 2-1 avec des buts de Bigon et Buriani. En 2002, le Milan d'Ancelotti s'est imposé en revenant au score, avec des buts d'Inzaghi et de Pirlo, qui ont été fondamentaux pour la qualification en Ligue des Champions." Quel est le rendement du Milan hors de chez lui ? C'est une constante de la gestion de Pioli. Les Rossoneri ont une meilleure moyenne de points (2,35 à l'extérieur contre 2,05 à domicile), ont marqué davantage à l’extérieur (35 contre 26) et n'ont perdu qu'une seule fois. C'était en novembre dernier : avec la victoire 4-3 de la Fiorentina à Florence." Pioli On Fire ? "Le bilan est également positif pour l'entraîneur, qui a remporté ses trois derniers matchs à l'extérieur contre l'Hellas avec trois équipes différentes : l'AC Milan (0-2 en 2021), la Fiorentina (0-5 en 2017) et la Lazio (1-2 en 2015). La seule défaite est une défaite 3-0 avec Modena en Serie B en 2004." L'avertissement signé Caprari dans les colonnes de la Rosea Vous connaissez l'histoire du FATAL VERONA ? "Oui, nous n'en avons pas parlé mais j'ai lu à ce sujet. Cela ne fait pas de différence : comme à Cagliari, nous voulons gagner tous les matchs, nous ne sommes pas intéressés par le maintien ou le Scudetto. Nous avons notre objectif et c'est bien de toujours jouer pour gagner." As-tu des amis de l'Inter qui t'ont demandé de gagner ? Il sourit...."Mon Instagram est encombré de Tifosi de l'Inter en ce moment..... Je le répète, nous allons essayer de gagner car nous avons un record de points et des objectifs à poursuivre." Selon vous, Vérone pourrait-il s’avérer, pour la troisième fois de l’Histoire, FATAL au Milan ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Le mercredi 11 mai 2022 se tiendra au Stadio Olimpico de Rome la Finale de la Coupe d’Italie qui proposera le troisième Derby d’Italie de la saison, et réaliser le doublé pourrait s’annoncer financièrement intéressant pour l'Inter! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Réaliser le doublé Scudetto-Coppa Italia pourrait permettre aux caisses de l’Inter de recevoir globalement 40 millions d’euros, recettes du stade exclues, mais en tenant compte des primes en provenance de la Lega, de la répartition des droits télés et de la participation, à ce moment-là certaine, à la prochaine Super Coupe d’Italie." "Mais ce n’est pas le calcul exact à suivre : L'Inter pense (ou pensait ?) clôturer son prochain état financier au 30 juin prochain avec déficit d'environ 100 millions d'euros, soit une somme bien meilleure que les 245,6 millions d’euros du 30 juin 2021. Pour y parvenir, le club avait misé sur l’objectif réaliste d’atteindre la demi-finale de la Coppa Italia et la troisième place en Serie A." "Les objectif initiaux sont déjà atteint en championnat, et tout ce qui arrivera à présent n’est que bonus et c’est d'autant mieux pour le budget. Le calcul est facile à faire, en tenant compte ici aussi des recettes : environ 15 millions d'euros. Le club pourrait donc clôturer le prochain budget autour d’un déficit de 85 millions d’euros, en parvenant à passer déjà un autre petit palier et en étant en meilleure posture financière, à l’aube de la saison 2022/2023." Et c’est précisément lorsque l’on prend conscience des plans initiaux que le mérite de Simone Inzaghi est d’autant plus important! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Interviewé par MatchDay Programme, Matias Vecino, le milieu de terrain de l’Inter, est revenu sur son aventure à l’Inter, une aventure qui est sur le point de se terminer… "Je suis à l’Inter depuis cinq ans et j’ai joué tant de parties importantes. Une de celles que je n’oublierai jamais c’est sans aucun doute la rencontre face à la la Lazio à l’Olimpico, elle nous avait permis de retrouver la Ligue des Champions : C’était une Remontada, qui s’est terminé avec mon but de la tête qui est à l’origine des célébrations qui ont suivi." "Porter le Maillot Nerazzurro est un signe de fierté et de grande responsabilité. Dans l’Histoire du club, il y a des champions qui sont des exemples pour moi, d’Alvaro Recoba à Juan Sebastian Veron. Ce dernier a toujours été mon idole, j’ai toujours aimé sa façon de jouer, ses qualités, sa personnalité." Quelles sont les caractéristiques qui définissent votre façon de jouer ? "Je dirais: Le sens du sacrifice, le travail, mes courses pour m’insérer entre les lignes. Le Scudetto de la saison dernière et la Super Coupe sont le couronnement d’un parcours de croissance qui a débuté en 2017 et qui s’est amélioré année après année, c’est la consécration d’un rêve." "Nous sommes un groupe déterminé, nous travaillons toujours pour être compétitif, c’est important de conserver de la lucidité, aussi bien lors de nos meilleurs moments, que dans les plus compliqués : Nous devons toujours continuer à proposer notre jeu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Simone Inzaghi s’est livré ce mardi 11 janvier, à la veille de la Finale de la Super Coupe d’Italie, qui verra l’Inter, Championne de Serie A, défier la Juventus, qui a remporté la Coupe d’Italie 2020/2021 Quel est l’importance d’avoir Steven Zhang à vos côtés pour ce match ? Vous a-t ’il demandé quelque chose en particulier ? "La proximité du Président me rend heureux, mais même si ces derniers mois il n’était présent, je l’ai toujours senti très proche de nous. Nous nous entendions, nous nous échangions des messages avant et après chaque match. Il a vu la rencontre face à la Lazio, et j’espère que demain soir, nous disputerons une grande rencontre pour lui et les Tifosi, nous devons la préparer au mieux." La Juventus est invaincue depuis 8 matchs que signifie jouer la Juve pour remporter un titre important ? "C’est une finale, il n’y a pas de favori dans ce type de rencontre. Ils sont en forme, dimanche ils sont inversé la tendance dans une partie extrêmement compliquée à l’Olimpico. Je connais la Juve, elle est habituée à jouer des finales, elle a des joueurs de grandes expériences, mais nous sommes dans une excellente période et j’espère offrir une belle satisfaction à nos tifosi : Les faits de jeu et la motivation seront importants." Comment battre la Juve ? "Les finales sont toujours particulières, elles peuvent se décider sur un fait de jeu. Nous devrons faire une partie composée de courses, d’agressivités et de détermination. Il y aura des périodes où nous serons en difficulté et des périodes où la Juve sera mise en difficulté, nous devrons être bon pour bien ressortir car nous voulons réaliser un très grand match." Quel est le poids d’être considéré, comme les autres vous le disent : "L’équipe à abattre." ? "Nous n’avons pas peur, le fait d’être en tête du classement doit être un stimulant. Le 20 août, avant que la saison débute, la nette favorite pour le titre était la Juve avec d’autres équipes comme l’Inter qui se devaient de contenir les Bianconeri. Regardez comment joue le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui réalise de très grandes choses : La première position doit être une motivation." Il manque trois titulaire à la Juve, les absences peuvent-elle être comblés de façon plus responsable par les remplaçants ? "La Juve est une équipe qui dispose d’un noyau important, Allegri sait comment les remplacer. Ils retrouvent Bonucci et Chiellini, ils auront une équipe certainement compétitive. Je souhaite bonne chance à Chiesa, c’est un patrimoine du football italien." Qu’est-ce qui a changé entre l’Inter et la Juve depuis le match nul du match aller ? "Nous pensions avoir remporté la rencontre du championnat, ensuite il y a eu l’épisode du penalty. L’Inter et la Juve ont grandi depuis cette rencontre. C’était une rencontre avec deux équipes contractées qui avait du retard au classement. Les deux équipes ont joué en deçà de leur capacité." Est-ce plus facile d’avoir à faire à un groupe nouveau avec un Capitaine reconnu par tous comme Handanovic ? "Depuis le premier jour, ce groupe m’avait preuve d’une grande disponibilité. J’ai eu la chance de jouer aussi bien avec Samir qu’avec Kolarov et ils me sont venus en aide. Avoir joué avec eux m’a aidé, mais plus qu’eux, il y a aussi toutes les composantes du noyau qui collaborent au mieux. Cela vaut aussi pour le Club et les Tifosi qui m’ont très bien accueilli." Quel sera l’impact de l’issue du match de demain ? "Au-delà du championnat, la motivation sera plus importante, il faudra se donner à 120%, l’atmosphère sera plus importante, c’est une finale qui se disputera devant nos Tifosi : Il n’y aura pas de match retour, celui qui gagne soulèvera le trophée." Comment vont les attaquants ? Comment vont Dzeko et Correa ? "Aujourd’hui, nous avons un entrainement, hier j’ai vu ceux qui n’ont pas joué face à la Lazio et ils sont tous en bonne condition : Dzeko et Correa y compris. J’ai, à ce jour, 4 attaquants tous à disposition et deux jouent. Je choisirai quel sera le duo le plus fonctionnel." Vous êtes l’antidote pour battre la Juve ? "J’ai disputé deux finales avec la Lazio face à la Juve, l’une avec Allegri, l’autre avec Sarri et je l’ai remporté à chaque fois en étant pas favori. J’ai perdu une Finale de Coupe d’Italie face à la Juve. Je chercherai à donner de la joie aux Tifosi, demain, nous nous donneront à 120% sur le terrain." Le Saviez-Vous ? Simone Inzaghi propose une statistique impressionnante avec 100% de succès en Finale de Super Coupe d’Italie ! Après celle remportée en 2017 et en 2019, il tentera de réaliser le Triplé avec l’Inter en 2022 ! Jamais deux sans trois comme on dit ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, hier soir, la sortie sur blessure de Federico Chiesa lors de la rencontre opposant la Roma à la Juve, faisait craindre le pire pour les turinois et la sentence est tombé : Ce matin, les examens réalisés au J-Medical ont mis en évidence une lésion importante aux ligaments croisés antérieur : L’opération est nécessaire. A travers un message son compte Twitter Officiel, l’Inter a tenu à lui faire part de sa solidarité "Bonne chance à toi Federico. Nous t’attendrons rapidement sur le terrain pour d’autres nouvelles confrontations" De son côté, le Président de la Juventus n’assistera pas au match. Déjà absent au Stadio Olimpico, Andrea Agnelli est positif au Covid. Régulièrement vacciné, il en était asymptomatique selon l’Ansa. Ces deux absences s’ajoutent à celle de Matthis De Light et de Juan Cuadrado. C’est donc une Juventus déforcée et loin d’être dans son meilleur état de forme qui se présentera ce mercredi au Stade Giuseppe Meazza! Mais peu importe l’état de forme turinois, face à la Vieille Dame un credo reste à respecter : Strike First, Strike Hard, No Mercy! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. En effet, la date du 5 janvier 2022 restera très certainement marquée dans le cœur de José Mourinho: Arrivé à son hôtel avec sa Roma, les Tifosi interiste ont décidé de lui rendre hommage. La seconde 00:39 est tout simplement Awesome! José Mourinho avait déjà croisé les tifosi à l’Olimpico pour Roma-Inter même s’ils n’étaient que très peu nombreux. mais ce mercredi, le Spécial One était arrivé à l’Hôtel Mélia, un hôtel situé à proximité du Stade Giuseppe Meazza et où la Curva Nord l’attendait impatiemment pour lui remettre une plaque commémorative qui célébrait les plus belles années vécues par les tifosi sous ses ordres "Pour José Mourinho, ta carrière t’amènera n’importe où, mais tu seras toujours l’un des nôtres" Le Special One a sorti la sulfateuse contre les Tifosi du Milan qui l’ont chambré ! En effet, le passé de José Mourinho, qui a entraîné l’Inter en lui offrant l’historique Triplé, est remonté à la surface. Sa Roma étant en pleine déroute, les Tifosi l’ont chambré avec lourdeur et Dans son style toujours aussi méthodique, le portugais a répondu avec finesse à cette déclaration ; "Il y a trois ans, le propriétaire du Milan me voulait au Club. Après trois jours, j'ai décidé de leur dire non et je suis heureux d'avoir pris cette décision. Je suis un professionnel, à présent, je suis passionné par la Roma et je veux tout donner pour elle. Pour revenir à ce qu’il s’est passé aujourd’hui, je suis doublement content de ce que je leur avais répondu : Ils sont venus vers moi, mais je leur ai dit de rentrer chez eux!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, mais également à Sky Sport et à Sport Mediaset dans le cadre de la dernière et ultime journée de la phase de groupe de la Ligue des Champions qui verra l’Inter défier le Real Madrid au Santiago Bernabeu. Son interview en conférence de presse A quel match vous attendez-vous demain, en sachant que pour le Real, un match nul suffit ? Que pensez-vous de l’absence de Benzema ? "Je pense que la rencontre de demain sera une rencontre importante pour nous. Nous nous sommes qualifiés, mais elle sera importante car nous voulons réaliser un grand match. A l’aller, nous avions fait une très belle prestation, mais cela n’avait pas suffi. Pour demain, il faudra faire un petit quelque chose en plus." "Benzema est extrêmement important pour eux, mais nous les entraîneurs, nous devons savoir faire face à ce type de problème. Ils ont Jovic qui a réalisé un but et une passe décisive lors e la dernière rencontre." Qu’est-ce qui a changé à l’Inter, pour lui permettre de réaliser ce parcours gagnant ? "Je pense que nous nous connaissons mieux, l’équipe joue avec ce dispositif depuis plus de deux ans. Au début de la saison, nous exprimions un bon football, l’exemple le plus flagrant est le match aller face au Real. Nous nous présentons ici avec une très belle série qui nous donne de l’auto-estime." En quelle caractéristique d’Ancelotti vous retrouvez-vous ? "Sa carrière parle pour lui, avant le premier match nous avions discuté football, c’est toujours un plaisir. Je suis content que tout se passe bien en Liga pour lui, il a tellement d’avance sur le second. Nous parlons d’un très grand entraîneur qui a énormément gagné en carrière." Comment vont Lautaro Martinez et Stefan De Vrij ? "Il n’y aura pas Darmian, Ranocchia et Satriano (non-repris dans la liste ndlr). A cela, il faut y ajouter Correa qui a connu un pépin à l’Olimpico, cela m’attriste car il était en pleine ascension. C’est un joueur que je connais bien et qui était dans une bonne période. Lautaro n’a plus connu de problème lors de la séance d’entrainement, pour De Vrij et Kolarov, je dois encore chercher à comprendre leur état de forme, ils ont réalisé un entrainement." Il y a une attente, demain, pour savoir si le Calcio est revenu au plus haut niveau...... "Et c’est normal qu’il y ait cette attente, C'est comme ce qui s’est d’ailleurs produit au match aller: Nous avions joué comme une grande équipe, ici nous n’aurons pas tellement de Tifosi, mais ils seront tout de même présents au Bernabeu. Nous allons jouer avec personnalité et confiance, en sachant que nous avons déjà réalisé quelque chose d’important vu que cela faisait dix ans que nous ne passions plus ce tour. Nous voulons réaliser un grand match demain." Nous constatons que les joueurs qui montent etqui remplacent les titulaires font d’excellentes prestations…. "Je pense que c’est un motif de fierté pour un entraîneur: Tout le monde a joué, ceux qui jouent le plus comme ceux qui jouent le moins. C’est ce qu’un entraîneur puisse espérer de mieux, j’ai de grands professionnels à ma disposition, des garçons très sérieux." Est-ce juste de définir la rencontre de demain comme un examen de fin d’études ? "Ce sera une rencontre importante demain, je sais que l’Inter ne l’a emporté qu’à une seule reprise, dans toute son histoire, au Real. Nous tenons à nous préparer de la meilleure des façons possibles au match." Avez-vous peur de Vinicius ? Est-il le meilleur joueur du monde ? "Je le connais, c’est un joueur de très grande qualité qui cette année fait preuve de continuité au niveau des buts et des passes décisives. Il y aura une attention particulière, comme pour tant d’autres." Son interview à Sport Mediaset "Nous savons comment est le football, il y a des périodes où tout va bien, ensuite tu perds deux matchs et ceux qui t’encensent deviennent tes premiers détracteurs. Mais c’est le football, notre monde : Nous devons continuer à travailler de la sorte, en pensant match après match." Qu’avez-vous à dire sur la satisfaction d’arriver au Bernabeu sans pression et pour disputer la première place ? "C’était une grande espérance, l’objectif était d’arriver à Madrid avec la qualification déjà en poche. Nous savions que cela allait être difficile, mais les garçons ont été extraordinaires car ils ont réalisé quatre grandes parties en s’améliorant les unes après les autres après un début amer et la défaite face au Real. Nous nous le sommes mérité, nous allons jouer cette partie comme une grande équipe." Au match aller, il s’agissait de votre meilleure rencontre vu la domination et les occasions créés, mais sans récolter le moindre point. Que devez-vous faire demain ? "Nous devrons faire plus comparer au match aller car nous avons grandi, tout comme le Real. Nous sommes deux grandes équipes et nous voulons continuer de la sorte." On parle déjà de votre prolongation de contrat, cela vous fait-il plaisir ? "Cela me fait plaisir, ce sont des informations que l’on peut lire, mais en ce moment mes priorités sont tout autres : Ma priorité actuelle est le Real Madrid." Son interview à Sky Sport Quel est l’importance d’arriver à la première place ? "C’est important à la fin de la phase de groupe, toutefois, nous devrons réaliser notre match de la meilleure des façons : Gagner ici, à Madrid est extrêmement difficile : eux comme nous ont déjà, par le passé, su se qualifier à l’avance et nous assisterons à une grande partie demain." Vous attendez-vous à une rencontre similaire à celle du match aller ? Comment va Lautaro ? "Le Real n’aura pas Benzema, l’Inter n’aura pas Darmian, Correa, Ranocchia, Satriano… Les deux équipes font face à des problématiques. Lautaro me semblait bien hier, je l’évaluerai demain tout comme j’évaluerai aussi les conditions de De Vrij et Kolarov." Selon vous, qui votre frère, Pippo, soutiendra demain : Vous ou son ancien entraîneur et ami Ancelotti ? "Je pense qu’il me soutiendra, même si je n’y ai pas pensé, je n’ai aucun doute. Je connais aussi l’estime qu’il a pour Ancelotti, ils ont tant partagé et gagné ensemble. Ils se parlent toujours et cela me fera plaisir de revoir demain Carlo et d’échanger avec lui." On parle d’une prolongation de contrat, cela vous fait-il plaisir ? "C’est normal que cela me faisse plaisir de le lire et de l’entendre. Mais plus que cela, ma seule concentration réside à la rencontre de demain, après le si beau parcours que nous avons réalisé en Ligue des Champions, nous voulons conclure ce dernier par un grand match demain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. D’un match à l’Olimpico à un autre, d’une seule défaite en Serie A dans des conditions connues de tous, à l’atomisation de l’ancien rival Historique : C’est un fait, l’Inter est à l’image de son entraîneur : Courageuse, belle, qui se diverti et qui diverti, cette façon de jouer a même été baptisé sur les réseaux sociaux de "Inzaghi Ball" nous confirme la Gazzetta Dello Sport Simone Style "Pour beaucoup, de très nombreux même, le fils du "Simone Style" plait énormément à Appiano Gentile : Des sourires et de la bonne humeur rayonnent du Vestiaire même si l’on y entend des hurlements, mais qui ont toujours lieu au moment opportun, car il en faut aussi. Mais il y a surtout les bonnes intuitions sur le terrain, l’arrière garde n’hésite pas à remonter le ballon pour s’insérer tel des ailers pour servir les trois nouveaux arrivants : "La liste de l’Inzagate" s’épaissi même." "L’Inter planifie les détails de la prolongation du contrat de Simone qui a touché le Gros Lot. S’il n’a pas perdu l’ancienne solidité Contienne, il a apporté ce petit truc à l’équipe. Ce qui est surprenant, c’est le peu de temps qu’il lui a fallu pour mener à bien son plan : Inzaghi a réalisé son emprise grâce au bon sens qui l’a toujours guidé depuis ses débuts, depuis son arrivée dans un club qui a changé de mentalité et qui est conquérant." "Lorsqu’il a touché de ses propre mains le travail d’un Antonio Conte toujours omniprésent, il est parvenu à rentrer dans la tête et le cœur des joueurs sans procéder à une révolution présomptueuse : Il valait mieux vaut suivre l'ancienne voie et, avec le temps, apporter ses petites touches personnelles. Pour résumer, à Appiano Gentile, Simone a fait honneur au passé et a greffé sa méthode très personnelle, très différente de celles de ceux qui l'ont toujours précédé." "L'équipe n'a plus un Père strict, mais un Grand frère tolérant mais toujours exigeant. Il sait quand il faut serrer la vis et quand il faut savoir relâcher." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Le légendaire milieu de terrain de l'Inter Lele Oriali croit que le coach de la Roma Jose Mourinho reste un adversaire formidable, alors que l'Inter se prépare à affronter les Giallorossi. S'adressant à la Gazzetta dello Sport, Oriali parle de son temps aux côtés du tacticien Portugais à l'Inter tout en vantant la progression des Nerazzurri. L'Inter et Mourinho se rencontreront en tant qu'adversaires pour la première fois depuis le départ du coach à l'été 2010, pour la réception de son ancien club au Stadio Olimpico. Le match sera une réunion pleine d'émotions pour les deux parties, mais dans le même temps toutes deux seront pleinement impliqués dans la quette du résultat dont elles ont besoin. Oriali pense que les Nerazzurri se présenteront comme un test très difficile pour les hommes de Mourinho, mais attention à ne pas sous-estimé les capacités du coach vainqueur du Triplete. Oriali dit du Portugais qu'il "est préparé à tout, il connait le monde et il connait le football." "Ce sera un match spécial et c'est bon de le retrouvé, même si maintenant il entraîne une autre grande équipe. Je pense qu'il a juste besoin de temps pour faire la différence." "La Roma est jeune, ils ont besoin de 2-3 ans de travail pour rejoindre les 4 au sommet du classement qui se battent pour le Scudetto. Finir juste derrière eux voudrait dire que Mou aura fait de son mieux." "Il m'a l'air d'être toujours le même, le même renard rusé. Et je pense qu'il s'est bien intégré à son nouvel environnement, comme si il était dans la capitale depuis des années." "Cela démontre son talent et son intelligence. Que les Romanisti est un jour le même amour pour lui que celui que nous avons dépendra de son temps là-bas." Si le coach Portugais sera émotionnellement affecté pas ses retrouvailles avec l'Inter, il répond: "Non, il est expérimenté, c'est quelque chose qui a grandit avec le temps - il sait comment gérer les moments et les émotions." "Tout les supporters de l'Inter le remercieront pour toujours, moi y compris, et il aura toujours une place spéciale dans nos pensées." "Mais cette fois ci, il affronte une équipe forte. Une Inter qui se débrouille très bien. En effet nous devons féliciter les dirigeants qui, après tout ce qu'il s'est passé cet été, ont su réunir les pièces au bon endroit et trouver les bons joueurs." Il conclu en disant "Inzaghi fait du très bon travail avec un projet démarrer 3 saisons en arrière. Non sans rappeler quand Jose a pris la relève et poursuivi le travail de Mancini." Pour le même résultat ? C'est tout ce que nous lui souhaitons. En attendant, on t'aime Jose ! À tout jamais. ©Internazionale.fr, via Sempreinter - Traduction Trent_FCI
  15. Il s’agit d’une analyse de la Gazzetta Dello Sport, selon celle-ci le Champion d’Europe italien a connu une croissance exponentielle depuis son retour à l’Inter. Pour rappel, le Club souhaitait le prêter il y a deux ans, mais Antonio Conte en personne était monté au créneau pour bloquer cette transaction. "A l’Inter, après la défaite face à la Lazio, il y a eu une accélération, avec la confirmation de la présence d’un joueur âgé de 22 ans qui peut être défini comme un Leader absolu : A l’Olimpico, Alessandro Bastoni a connu sa journée la plus noire comme toute l’équipe, qui depuis ce 16 octobre, n’a quasiment plus rien raté." "Face à Venise, Bastoni a de nouveau surmonté un nouvel examen : De son aile gauche, il a dû s’adapter au poste de défenseur central qui devait guider la défense en lieu et place de Stefan De Vrij : Il s’agit-là d’une maturité vraiment suspecte pour un joueur de 22 ans et Bastoni, lors de ces trois dernières saisons, est parvenu à répondre à tous dans l’urgence, sans jamais en ressentir le contre-coup." "Basto est comme une éponge et il est, depuis le faux pas de l’Olimpico, l’unique défenseur central à avoir toujours joué depuis le début : Décisif, il a su serrer les dents à plusieurs reprises, après que l’Inter ait subie 11 buts lors des 8 premières journées : A présent le club n’en a encaissé que 4 lors des 6 matchs suivants." Comment jugez-vous les performances d’Ale depuis son retour à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, comme le souligne Tuttosport, le tournant de la saison pourrait avoir eu lieu lors de la défaite, ô combien polémique, de l’Inter au Stadio Olimpico face à la Lazio. “Comme face à l’Udinese dimanche dernier, l’entraîneur a pris, à pleine main la possibilité, de réaliser un turn-over en comptant sur tout son noyau. Comparé à la rencontre face à Empoli, il y avait eu 7 changements dans le onze de base face au club du Frioul." "Hier, Inzaghi a procédé de nouveau à 5 adaptations en laissant revenir Stefan De Vrij contre Andrea Ranocchia, en alignant Arturo Vidal à la place d'Hakan Çalhanoğlu, et en alignant Lautaro Martinez à la place de Joaquin Correa dans l'axe. Sur les ailes, on faisait face à un turnover totale avec les présences de Matteo Darmian et Federico Dimarco en lieu et place d'Ivan Perisic et Denzel Dumfries." "Et Malgré tout ses changements, l’équipe a proposé sa partition “de mémoire” comme en témoigne sa domination dans les chiffres lors de la première période : 11 tires à 1 pour 69% de possession de balle » Avec une assise défensive qui semble être retrouvée, pensez-vous que la défaite romaine est finalement un mal pour un bien ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, Gianluca Rocchi est devenu le désignateur arbitral en Serie A. Celui-ci a été amené à se livrer sur cette dernière journée de Serie A, vive en polémiques, suite aux matchs opposant l’Inter à la Juve et la Roma au Napoli Interview lunaire à Radio Anch’io "Je suis vraiment satisfait du comportement optimal des arbitres lors de cette dernière journée : Nous assistons a belles parties, et le mérite en revient aussi à nos arbitres. La Var nous apporte de grands bénéfices, elle apporte plus de justice dans le football, les erreurs sur des hors-jeux ont été éradiqués." "Comme pour toutes les nouvelles choses, il y a beaucoup de satisfaction pour les deux premières années, mais c’est un mécanisme à huiler et qui aura droit à un grand développement. Dans le futur, la Var sera différente, mais je veux que ce soient les arbitres qui arbitrent sur le terrain : Avoir l’arbitre sur le terrain qui décide reste une garantie pour tous." Roma - Napoli ? "Hier j’étais à l’Olimpico et j’ai parlé aussi bien avec José Mourinho que Luciano Spalletti, je suis content qu’ils se soient excusés en fin de match, c’est un geste qui démontre une grande intelligence de leur part , je les félicite." L’expulsion de Spalletti ? "Il est toscan comme moi, il a blagué avec moi et je pense qu’il a probablement fait cette blague à en fin de rencontre. S’il l’avait fait avec moi, j’aurais réagi différemment car je savais qu’elle en était la signification et comment l’interpréter. Massa est probablement plus introverti, il a un caractère différent, il l’a mal pris et il a réagi de la sorte. Il s’est surement senti attaqué et il a réagi comme je demande qu’ils réagissent: Je demande à ceux qui disposent de nos sifflets de faire preuve d’une extrême éducation et de singularité, tout en se montrant intransigeant avec ceux qui se comporte mal. Les garçons, en ce sens, m’apportent de bonnes réponse." "Cette année, c’est inévitable qu’avec le retour du public dans les stades, que le travail des arbitres est bien plus difficile. Nous avons fait le choix d’investir sur la jeunesse: Hier Mariani et Massa, qui sont pourtant déjà internationaux, restent des garçons en pleine croissance, ils n’ont pas l’expérience d’un Orsato." Prendre Orsato comme exemple....Que dire…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. En effet, la Gazzetta Dello Sport a analysé le début de saison des Champions d’Italie, en s’attardant sur les points à travailler et le constat est clair : "Si l’Inter est pleine de bonne volonté, elle ne parvient pas (plus) à gérer ses matchs." “Aucun alibi, aucune excuse: Simone Inzaghi et l’Inter n’ont pas ressassé durant des heures la défaite concédée à l’Olimpico suite au 2-1 romain, alors que Federico Dimarco était à terre. Aujourd’hui, à une entrevue est prévue entre l’entraîneur et l’équipe, il répètera les concepts déjà exprimés lors de l’après-match: En rappelant aux joueurs qu’il faut faire preuve d’un maximum attention sur les détails, car cela fait déjà plusieurs matchs que des rencontres ne sont pas remportées suites à des erreurs individuelles, d’inattention ou d’une perte de concentration." Une semaine sous très haute tension "Alors que débute déjà une semaine-clé dans la saison des Nerazzurri, il est temps pour eux d’immédiatement tourner la page romaine: Ce mardi aura lieu la première confrontation avec le Sheriff véritable surprise du Groupe D avec six points en jeu. Dimanche, l’Inter accueillera la Juventus et l’Inter ne parvient pas à maintenir un niveau de rendement élevé sur 90 minutes, la faute à la condition physique, aux phases défensives et à la concentration." "C'est un fait: L’Inter ne sait pas gérer ses forces et en conséquence se retrouve privée d’énergie pour les fins de match.' Le Temps “Le temps, la durée est le problème : Combien de temps cette Inter est encore en construction ? Combien de temps l’Inter est présente mentalement et nerveusement lors des matchs ? Mis à part les rencontres face aux plus faibles, Genoa et Bologne, les Nerazzurri n’ont jamais été capable de rester à flot sur l’ensemble des 90 minutes de jeu. Parfois l’équipe a su immerger après un début de match poussif, comme lors des remontées face à l’Hellas Verona, la Fiorentina et Sassuolo." “A d’autres reprises, elle s’est fait avoir alors qu’elle semblait avoir le match sous contrôle: 7 points ont déjà été perdu alors qu’elle était dans une situation avantageuse, cela était déjà visible, en partie, lors de la rencontre face au Real, et l’écroulement de ce dernier samedi appartient à cette catégorie." "L’art antique consistant à savoir maîtriser ses rencontres est ce qu’il y a de plus important pour remporter le Scudetto, la saison écoulée en est la confirmation: L’équipe Contienne était solide comme un roc et savait comment quand faire mal à l’adversaire, elle savait quand il fallait reculer en ne risquant rien ou presque, et il est inutile de vivre dans la nostalgie de ces lieux où ne vivent plus Romelu Lukaku et Achraf Hakimi." "L’Inter est à présent plus offensive, plus belle, mais elle est condamnée à toujours y aller à du 1000 à l’heure et cela reste complexe d’y parvenir jusqu’au terme des 90 minutes de jeu." La défense "11 buts encaissés, soit une moyenne de 1,4 but par match, cette statistique est alarmante : La défense est source d’inquiétude car toutes les 13,3 tentatives adverses, l’Inter concède un but et si l’Inter ne sait pas tuer les matchs pour citer Inzaghi, ses adversaires ont, eux, toujours la capacité de revenir dans la rencontre. La Sampdoria l’a remonté à deux reprises, l’Atalanta également et la Lazio a fini par l’emporter.” "D’une façon générale, les Nerazzurri concèdent énormément et il serait trop simpliste de lier ces performances avec le trio défensif : En réalité, l’Inter a changé sa façon d’aborder ses matchs avec un centre de gravité bien plus haut car il lui manque des joueurs capable relancer les actions rapidement comme c’était le cas avec Hakimi et Lukaku, tous sont contraints à présent à suivre l’action, à appeler le ballon et cela va même bien plus loin que des phases de jeu classiques : Les défenseurs sont souvent amenés à quitter leur poste pour s’avancer de quelques mètres, un choix qui comporte des risques et auquel il faut trouver un remède : Le Sheriff et la Juventus évoluent à des niveaux complètement différents, mais ils peuvent exceller dans leurs relances." Erreurs individuelles "Parmi les lacunes de ce début de saison, un trop grand nombre d’erreurs sont commises, tout secteur confondu: Au Stadio Olimpico, c’était le tour de Bastoni, un des joueurs parmi les plus fiables du groupe, qui avait sauté maladroitement avec le bras trop éloigné du corps, sur l’action menant au pénalty. Pour tout vous dire, ses équipiers avaient fait pire à Reggio: Skriniar étant traumatisé par le dribbles de Boga et De Vrij étant imprécis dans ses appuis les plus banals et cette tendance va bien au-delà des problèmes défensifs." "Cela passe aussi par les faits de jeu les plus délicats: Rater un penalty peut arriver à tous, mais l’erreur de Dimarco face à l’Atalanta a coûté deux points sur un concurrent direct. Sur le front offensif, on se dévore aussi des buts: Dzeko, à Kiev a raté plusieurs occasions qui aurait permis de se replacer en Ligue des Champions." Pour résumer, durant toute cette saison, l’Inter a semée une quantité exagérée de légèreté gratuite ce qui a impact retentissant au classement, ce qui pourrait être le signe d’une équipe moins concentrée que par le passé, ou il pourrait simplement s’agir d’une phase intermédiaire nécessaire avant de synchroniser le tout : Quoiqu’il en soit, l’hémorragie doit s’arrêter au plus vite, pour être exact : Immédiatement." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Simone Inzaghi s’est livré, en conférence de presse, à la veille de ce qu’il sera son retour, en qualité d’adversaire, au Stadio Olimpico de Rome face à “sa Lazio” Comment vous préparez-vous au prochain Tour de force ? "Nous savons que plusieurs parties rapprochées nous attendent, nous voulons nous faire trouver prêt pour chacune. Nous étions tout de même peu nombreux à Appiano, mais nous avons su travailler de la meilleure des façons. Certains joueurs sont revenus avec des coups, à présent j’attends le retour sud-américains." A quel point a changé la Lazio sous Sarri ? "La Lazio a réalisé de très bon matchs, du Derby en passant par l’Europa League, c’est une équipe bien construite avec des qualités optimales. Sarri est très bon lorsqu’il s’agit d’organiser ses équipes: Les garçons ont réalisé d’excellents matchs, ils ont perdu leur dernier match et seront vexés. Je sais que nous allons faire face à une équipe qui voudra faire une belle prestation." Quand reviendront les Sud-américains ? Comment va Sensi ? "En ce qui concerne les sud-américains, cela s’était déjà produit face à la Samp. C’est une situation délicate: Sanchez et Vidal ne verront pas Rome, je ne saurais pas les utiliser car ils reviendront à 3h00 du matin. Ils seront plus utile pour mardi, comme Sensi. Ces derniers jours, il s’est entraîné discrètement avec le groupe, mais il ne sait pas encore taper librement de son pied droit, à cause de son entorse. Il a de très bonnes sensations, j’espère qu’il pourra être de retour rapidement." La Liga a repoussé de nombreux matchs pour préserver le parcours européen de ses équipes…. "Je parlerai avec Lautaro, Correa et Vecino, pour voir comment ils iront. La Liga a très bien fait, mais c’était une thématique qui aurait dû avoir lieu en début de saison : nous devrons serrer les dents, nous avons des alternatives pour ces postes et je devrai évaluer, avec attention, dans quelles conditions ils seront en arrivant." Serez-vous en difficulté face au pressing de la Lazio ? "Nous devrons nous montrer propre dans notre façon de jouer et être bon en phase défensive et offensive." C’est un retour particulier à l’Olimpico… "C’est un retour à la maison pour moi, j’y suis resté 22 ans: Je ne vous cache pas que je ressentirai des émotions lorsque je reverrai des garçons qui m’ont toujours tout donné durant ces années, je reverrais aussi des personnes qui ont toujours été spéciales, en coulisses. Elles ont été très importante pour moi, nous avons fêté et souffert ensemble au fil des années, nous avions atteint de grands objectifs." "Demain, je sais qu’il y aura des applaudissements et des sifflets, mais cela fait partie du métier et je l’accepterai, mais ils savent tous que j’ai tout donné pour ces couleurs." Qu’attendez-vous de Lotito ? "Je lis et j’écoute toujours tout, mais au-delà de ce qu’il pense et de ce que pense Tare, ils ont été des personnes très importantes durant ma carrière. J’ai commencé à entraîner grâce à eux et je ne cesserais jamais de les remercier: Nous nous sommes bien trouvé et il faut savoir aussi que nous avons obtenus de grands résultats." La Lazio, le Sheriff et la Juventus. C’est un Test d’endurance pour l’Inter..... "Ce sera, sans aucun doute, une semaine très engagée: Nous voulons aborder les matchs les uns après les autres. Nous devrons faire de notre mieux tout en sachant que ce seront des rencontres très difficiles." Comment évolue Dumfries ? "Il avance, je pensais qu’avec les problèmes linguistiques qu’il lui aurait fallu plus de temps, mais c’est un garçon qui écoute et qui a déjà joué plus de la moitié du temps à disposition. C’est un titulaire fixe des Pays-Bas et plus le temps passera, plus il s’améliorera, j’en suis convaincu." Si vous ne savez pas jouer la carte Lautaro, quelles seront les solutions ? "Elles sont nombreuses, Dzeko jouera, il y a aussi l’opportunité Satriano, mais il y a aussi Perisic et Çalhanoğlu. Je devrai évaluer les conditions de récupération de Lautaro et de Correa." Que manque-t ’il à Çalhanoğlu? "Je suis satisfait de lui car il fait partie intégrante du projet, c’est un garçon qui ne se cache jamais : Lundi, il a été victime d’une sérieuse entorse et il a tout fait pour être à disposition demain, je ne sais pas encore si ce sera le cas. Ses compagnons, tout comme moi, sommes très heureux: Il marque et réalise des passes décisives." Est-ce que l’Inter vous séduit de plus en plus ? "Je me suis senti immédiatement intégré ici, les Tifosi de l’Inter m’ont accueilli d’une manière dont je n’avais jamais songé, et ce dès le premier jour. Ils ont toujours été fantastique avec moi et avec l’équipe, ils sont toujours aussi si nombreux lorsque l’on se déplace à l’extérieur, ils nous font toujours ressentir une chaleur incroyable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. C’est une information en provenance de nos confrères de Fcinter1908.it: Lors de cette nouvelle fenêtre de matchs internationaux, l’équipe de Simone Inzaghi est celle qui se retrouve le plus pénalisée de Serie A, à commencer par son déplacement ô combien périlleux au Stadio Olimpico de Rome sans la présence de tous ses sud-américains! Temps de jeu des joueurs en club qui ont évolué le plus en équipe nationale INTER 2528' JUVE 1760' NAPOLI 1679' ATALANTA 1496' TORINO 1346' ROMA 1294' MILAN 11911 FIORENTINA 1059' Le temps de jeu dans le détail pour les Nerazzurri Sanchez (Chili): 270’ Vecino (Uruguay): 245' Vidal (Chili): 180’ Lautaro Martinez (Argentine): 150’ Correa (Argentine): 106' Barella (Italie): 143’ Bastoni (Italie): 180’ Dimarco (Italie): 0’ Skriniar (Slovaquie): 180’ De Vrij (Pays-Bas): 180’ Dumfries (Pays-Bas): 180’ Brozovic (Croatie): 174’ Perisic (Croatie):180’ Calhanoglu (Turquie): 180’ Dzeko (Bosnie): 180' Pensez-vous que l'Inter risque d'être pénalisée lors de la semaine à venir ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En effet, l’Inter pourrait être sérieusement pénalisée par le système qui a été mis en place par la Fifa : Pour rattraper le report des matchs de la zone Conebol, un nouveau calendrier relatif aux matchs de qualification pour le Mondial 2022 a été dévoilé. Celui-ci met en évidence une que l’Argentine et le Chili, après avoir affronté l’Uruguay et le Paraguay, feront face au Pérou et au Venezuela, le 14 octobre à 20h30 (heure de Buenos Aires) et 21h00 (heure de Santiago du Chili), soit le 15 octobre à 00h30 heure italienne. Ce calendrier aurait pu s’avérer acceptable, à un détail près… En effet, le 16 octobre à 18h00 est planifié le déplacement de l’Inter, à l’Olimpico, pour y défier la Lazio. Soit une rencontre qui s’annonce, déjà à la base, loin d’être une promenade de santé. Ajoutez l’absence des sud-américains, battre l’équipe de Maurizio Sarri s’avèrera bien plus périlleux: "Cette situation représente une problématique très sérieuse pour le club qui devra faire preuve d’une importante diplomatie afin de s’en extirper." On dit merci qui ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Nicolas Tagliafico, le défenseur de l’Ajax, se prépare à affronter ce jeudi soir la Roma, au Stadio Olimpico dans le cadre du match retour de l’Europa League. Si l’objectif principal est d’inverser la tendance suite à la défaite 1-2 subie à domicile et de se qualifier ainsi pour la demi-finale, le joueur né en 1992 s’est livré à TuttoMercatoWeb sur le club leader du Calcio qui l'aurait approché: "C’est incroyable d’être accosté par une telle équipe, avec toute son histoire, ce blason. Je peux vous dire que mon idole de toujours est Javier Zanetti : Il a joué toute sa carrière avec le maillot Nerazzurro. Cette marque d’intérêt ne peut que me faire plaisir, mais je reste une personne réaliste et aujourd’hui je préfère me concentrer exclusivement sur le présent." "Je dois profiter de l’instant présent et de mon aventure avec l’Ajax.....Ensuite, nous verrons ce que le futur me réservera." Pensez-vous que Nicolas est Da Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...