Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stefan de vrij'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de l’avant-match "Roma-Inter" qui constituera la principale affiche de la prochaine journée de championnat : Une victoire à l’Olimpico permettrait aux Nerazzurri de prendre, provisoirement, la tête du Championnat en attendant de connaitre les résultats du Milan Ac et du Napoli Qu’attendez-vous de cette partie ? "Ce sera demain la rencontre plus importante de ce cycle, car la Roma est forte et a des valeurs importantes : Nous devrons faire une partie très attentive et c’est d’important "Da Vera Inter"." En quoi Lautaro peut s’améliorer ? "Il doit continuer de la sorte, il ne faut pas oublier qu’il est très jeune et qu’il peut énormément s’améliorer, je suis satisfait de ses performances comme de celles de tous les attaquants. Il propose de belles choses aussi en phase de non-possession du ballon, il me satisfait comme les autres, cela fait trois matchs qu’il inscrit des buts, j’espère qu’il va continuer comme cela." Quelle opinion avez-vous de Mourinho ? "Ce sera un plaisir de le rencontrer, je ne l’ai jamais affronté ni connu, cela me fera plaisir. Ce sera une rencontre particulière pour lui, nous devrons faire encore plus attention car nous connaissons ses capacités, elles font partie de son histoire." Allez-vous récupérer quelqu’un ? "Darmian et Ranocchia seront certainement absent, il y a très peu de possibilité pour De Vrij et Kolarov, si je ne les fais pas venir à Madrid, ils seront là pour Cagliari. Bastoni n’était plus fiévreux hier, mais il n’est pas encore sorti d’affaires, il va mieux aujourd’hui." "Il y eu quelques contusions après le match face à la Spezia, je vais évaluer tout le monde." Vous attendiez-vous a revenir aussi vite, avec l’idée d’arriver à Noel en tête ? "Le titre de Champion d’Hiver compte jusqu’à un certain point, même lorsque nous étions distancés j’étais serein car je voyais l’équipe évoluer d’une belle façon et l’équipe s’entraîne toujours de la meilleure des façons. Le classement s’est resserré, nous nous sommes rapprochés, mais les autres n’abdique pas. "Il est nécessaire de de raisonner match après match, il y a encorne tant de points en jeu et demain, nous disputerons la rencontre la plus importante de notre cycle." Est-ce qu’il y a trop de matchs ? Qui peut jouer au milieu de la défense ? "En défense centrale, j’ai eu la possibilité de choisir, j’ai aussi eu une solution à laquelle je n’avais jamais pensé vu que j’avais De Vrij et Ranocchia : Bastoni : Je n’ai jamais eu le moindre doute pour l’aligner au centre, Il a fait une très belle prestation à Venise, tout comme Skriniar face à la Spezia, je ferais mon choix et mes évaluations demain." "J’ai un peu de tout au niveau blessure, ce n’est pas facile et il faut aussi analyser les calendrier avec attention, car il débute avant la reprise du championnat avec bien plus de parties des sélections nationales. Nous les entraîneurs, nous en avons conscience et nous devons jours adapter et je le fais : Face à la Spezia, je me suis retrouvé qu’avec deux défenseurs de métier sur six." En quoi l'Inter est-elle meilleure, comparé aux autres, pour le Scudetto ? "Nous avons récupéré du terrain car nous avons maintenu une continuité de résultats, les prestations ont toujours été bien présente. Nous avons perdu des points pour des penaltys concédés ou raté en fin de matchs, ce sont des choses qui peuvent arriver : Nous devions nous montrer plus brave pour faire en sorte que cela puisse tourner en notre faveur." Comment faites-vous pour obtenir de tels résultats sans dénaturer le beau jeu ? "Nous avons appris à nous connaitre de mieux en mieux avec les garçons : Depuis la rencontre face au Genoa nous avons toujours développé un excellent jeu. Nous avions à un moment peu d’équilibre, mais nous avons ensuite analysé la situation et nous traversons une belle période : Nous nous créons énormément d’occasions, nous sommes la meilleure attaque et nous sommes solide défensivement : Cela te renforce et il ne faut pas regarder derrière soi : Seule la rencontre face à la Roma compte : Nous ferons face à un adversaire de qualité qui aura la rage." Quel effet cela vous fera-t ’il de revenir à Rome ? "Revenir à Rome a toujours un effet sur moi, je le vis comme un match comme un autre. Ce n'est plus un derby pour moi, je me suis installé à 100% dans ce nouveau défi qu’est l'Inter : nous allons affronter une équipe coriace avec un grand entraîneur. Nous devrons nous montrer agressifs, avec du caractère, ce sera un match où il faudra courir à l’Olimpico." Comment va Dzeko ? "Ce sera une rencontre particulière pour lui-même si nous n’en avons pas parlé, il s’entraîne intensément. Face à la Spezia, il était mis au repos et il a fait une belle montée. Ce sera une rencontre particulière pour lui, mais aussi pour nous tous, nous voulons réaliser un grand match." Comment va Barella ? "Il a réalisé un excellent entrainement hier, c’est un joueur fondamental pour nous, j’ai songé à lui donner un jour de repos car nous avons aussi d’autres jours importants : L’équipe a fait une belle prestation et pour lui, ce match de repos lui fera du bien. Quel milieu de terrain auriez-vous pu aligner en défense ? Ce sont des hypothèses forcées, si sur le terrain, il se serait passé quelque chose avec la Spezia, j’aurai changé de système et fait usage de la défense à 4 : J’ai tellement de bons milieux. N’ayant pas de joueur adapté sur le banc, j’aurais changé de dispositif, sinon j’ai aussi Cortinovis qui se débrouille très bien ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. L’Inter a gagné avec la manière face à la Spezia, mais Simone Inzaghi pourrait devoir grimacer suite au comportement d’Arturo Vidal qui nous a fait une Sensi en boitant quelques minutes après sa montée en jeu Analyse de la situation selon Tuttosport "A moins de disposer de nouvelles importantes, l’Inter ne devrait compter sur Stefan De Vrij pour le match de ce samedi soir à l’Olimpico face à la Roma. […] Le défenseur central s’est blessé le 13 novembre et si l’objectif était de le récupérer pour la Roma, les sensations actuelles de ces dernières heures ne laissent pas beaucoup d’espoir : Hier, De Vrij a suivi une séance d’entrainement à Appiano, mais personne à la Casa Inter ne veut prendre le risque de voir le joueur rechuter et terminer anticipativement l’année 2021. Les pensées se dirigent vers le mardi 7 décembre, journée où l’Inter sera à Madrid pour disputer la première place du Groupe en Ligue des Champions face au Real." Alessandro Bastoni, Matteo Darmian et Andrea Ranocchia "Face aux Giallorossi, à moins d’une surprise, Inzaghi va récupérer Alessandro Bastoni qui était absent hier soir suite à une gastro-entérite et à de la fièvre qui l’a frappé dans la nuit de ce mardi à mercredi. L’objectif du staff médical est de le remettre sur pied car Inzaghi devra se passer des services d’Andrea Ranocchia et de Matteo Darmian. De son côté, Aleksandar Kolarov pourrait faire son retour sur le banc." Si le short de l’Inter, ce samedi, est blanc, je vous invite à bien analyser celui de notre numéro 95 ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C’est une information en provenance de Tuttosport : L’été dernier fut tout sauf une promenade de santé pour l’Inter qui avait l’obligation d’engranger des fonds. Selon Tuttosport, si Romelu Lukaku n’était pas parti, un autre joueur aurait été sacrifié : Stefan De Vrij! " L’été dernier, l’agent italo-hollandais Mino Raiola avait sondé le mercato anglais et si Chelsea ne s’était pas manifesté pour Lukaku, De Vrij aurait, plus que probablement, été sacrifié sur l’autel des comptes." Selon vous, quel "sacrifice" aurait été le plus préjudiciable ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Ces dernières semaines, Tottenham s’est attaché les services d’Antonio Conte et, à juste titre, tous les yeux ont été braqués sur deux piliers de l’Inter du Leccese : Marcelo Brozovic, qui est en fin de contrat en 2022 et Stefan De Vrij Voici les déclarations de Gianluca Di Marzio à Football Daily "Je ne pense pas que les joueurs quitteront Milan en janvier car ils veulent remporter le Scudetto avec l’Inter : Brozovic négocie actuellement la prolongation de son contrat. De Vrij est très important pour Simone Inzaghi. En plus, Antonio Conte et Fabio Paratici recherchent des Tops Players qui sont surtout jeunes, ils doivent avoir cette caractéristique." "Ce ne sera peut-être pas le cas en janvier, mais Kessié peut être un profil pour Tottenham, c’est la philosophie de Tottenham : Brozovic et De Vrij sont considéré comme trop vieux pour le projet de Tottenham." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. "Qui sème le vent récolte la tempête" : Ce dicton, Alessandro Bastoni risque de le méditer ces prochains jours, lui qui est forfait pour le match de ce soir face à la Spezia Le défenseur Nerazzurro devait originellement remplacer Stefan De Vrij, blessé, au cœur de la défense. Niveau forfait, l'Inter fait le plein en défense lorsque l'on sait que Simone Inzaghi doit également faire sans Andrea Ranocchia et Matteo Darmian L’Inter devrait donc, selon les indiscrétions, proposer un trio défensif inédit composé de Danilo D'Ambrosio, Milan Skriniar et Federico Dimarco. C’est ce qui s’appelle en avoir plein le c*l ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C’est une information en provenance de Sport Mediaset : L’Inter serait sur le point de recruter, par le biais d’un prêt avec un droit de rachat, Malang Sarr, joueur français qui occupe le poste de défenseur central à Chelsea. Celui-ci n’a pas été convoqué par Thomas Tuchel lors de la rencontre entre Chelsea et Manchester United (1-1). Il serait présent depuis hier soir à Milan, où il aurait passé la soirée à traiter de son passage à l’Inter, au mois de janvier. La formule choisie est celle d’un prêt avec un droit de rachat pour une somme avoisinant les 15 millions d’euros. De retour de son expérience à Porto, Sarr n’est jamais parvenu à convaincre Tuchel qui ne l’a utilisé qu’à une seule reprise, cette saison, en Premier League et à deux reprises en EFL Cup: "Changer de maillot pourrait être bénéfique pour le joueur et pour l’Inter de Simone Inzaghi qui est à la recherche d’une alternative valide au trio défensif Skriniar-De Vrij-Bastoni." Le Saviez-vous ? La personne qui a conseillé l’Inter à Sarr serait Romelu Lukaku. Pour l’anecdote les deux disposent du même agent: Federico Pastorello. Sarr, un joueur "Da Inter", selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Il s’agit d’une analyse de la Gazzetta Dello Sport, selon celle-ci le Champion d’Europe italien a connu une croissance exponentielle depuis son retour à l’Inter. Pour rappel, le Club souhaitait le prêter il y a deux ans, mais Antonio Conte en personne était monté au créneau pour bloquer cette transaction. "A l’Inter, après la défaite face à la Lazio, il y a eu une accélération, avec la confirmation de la présence d’un joueur âgé de 22 ans qui peut être défini comme un Leader absolu : A l’Olimpico, Alessandro Bastoni a connu sa journée la plus noire comme toute l’équipe, qui depuis ce 16 octobre, n’a quasiment plus rien raté." "Face à Venise, Bastoni a de nouveau surmonté un nouvel examen : De son aile gauche, il a dû s’adapter au poste de défenseur central qui devait guider la défense en lieu et place de Stefan De Vrij : Il s’agit-là d’une maturité vraiment suspecte pour un joueur de 22 ans et Bastoni, lors de ces trois dernières saisons, est parvenu à répondre à tous dans l’urgence, sans jamais en ressentir le contre-coup." "Basto est comme une éponge et il est, depuis le faux pas de l’Olimpico, l’unique défenseur central à avoir toujours joué depuis le début : Décisif, il a su serrer les dents à plusieurs reprises, après que l’Inter ait subie 11 buts lors des 8 premières journées : A présent le club n’en a encaissé que 4 lors des 6 matchs suivants." Comment jugez-vous les performances d’Ale depuis son retour à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. S'adressant à la Gazzetta dello Sport, Ivan Cordoba a donné son avis sur les chances de l'Inter dans la course au titre et a également souligné l'importance pour le défenseur Stefan de Vrij d'être en forme et de revenir dans l'équipe. Les Nerazzurri sont désormais à quatre points des premiers après treize matches disputés, après un premier week-end succédant à la trêve internationale qui n'aurait pas pu mieux se passer mais qui laisse encore du chemin à parcourir. Cordoba pense que le travail effectué par Simone Inzaghi a été positif et peut amener l'équipe là où elle doit être pour défendre le Scudetto. Cependant, il pense également qu'elle a besoin de la présence de de Vrij en particulier en défense. Les idées tactiques d'Inzaghi. "Je ne l'ai jamais étudié dans les mêmes détails qu'un exécutif l'aurait fait. Mais je pense qu'il répond aux attentes qui lui ont été fixées. Pour lui, c'était un bon défi, pas facile, mais l'un de ces défis que vous aimez relever." "Il a rejoint l'équipe du Scudetto, avec des objectifs différents, des joueurs différents, quittant la zone de confort de la Lazio. Il a été courageux de le faire. Certains peuvent dire que c'est un choix facile à faire pour prendre l'argent, mais ce n'est pas aussi simple que cela." Sur la défense actuelle des Nerazzurri. "Milan Skriniar est très bon. Mais un joueur dont nous ne pouvons pas nous passer est Stefan de Vrij. Il est le cœur de notre défense. La défense dans laquelle j'étais sous Jose Mourinho était différente. Nous avons toujours joué à quatre derrière. C'est difficile de faire des comparaisons." Concernant les chances pour le Scudetto. "Je veux être confiant, je dirai 80 pour cent, même s'ils sont en retard maintenant. Ils étaient également en retard l'an dernier. La victoire sur le Napoli leur a donné un grand coup de pouce. Et l'équipe est bonne, et il faut dire que gagner le Scudetto la saison dernière a fait prendre conscience aux joueurs de ce que signifie gagner." "Ce sera un bon combat avec Milan et Naples. Peut-être que je suis enclin à penser positivement parce que je suis un fan. Mais l'Inter a une équipe de bien meilleure qualité et plus profonde pour aller jusqu'au bout." Traduction alex_j via sempreinter.
  9. Les dirigeants nerazzurri ont demandé au joueur et à son agent de patienter le temps que la situation financière soit un peu plus claire. La rencontre a bien eu lieu et les parties concernées ont fait le point sur la situation. Durant sa tournée de ses clients en Italie, Mino Raiola a pu discuter avec l'Inter du contrat de Stefan De Vrij, un contrat dont le renouvellement est en discussion depuis quelques temps. Les chiffres seraient de 4.5 millions d'euros jusqu'en2025. Il n'y a pour l'instant eu aucune indication, positive ou négative et cela est du à la volonté au fait que la dirigeance, malgré la volonté confirmée de continuer avec le défenseur central hollandais, aurait demandé à l'agent de patienter avant de repartir en négociations. En effet, à ce jour la priorité reste le renouvellement du contrat de Marcelo Brozovic qui expire un an avant celui de De Vrij mais aussi de Skriniar qui est aussi sur la liste d'attente. La situation financière du club est telle que l'Inter ne peut se permettre d'augmenter tous les salaires en un seul coup et c'est la raison pour laquelle la réflexion bat son plein dans l'optique de pouvoir réduire les coûts Ainsi, une fois les contrats prioritaires prolongés, l'objectif sera de garder l'effectif compétitif et d'essayer de réduire la masse salariale en remplaçant des joueurs coûteux contre des joueurs au salaire plus modeste ( comme Ashley Young remplacé par Federico Dimarco par exemple) ou en faisant des renouvellement au rabais (comme cela sera proposé à Samir Handanovic et Ivan Perisic). En d'autres termes, même si la volonté est de continuer le chemin ensemble, l'Inter demande à Stefan De Vrij et Mino Raiola d'attendre que le cadre financier soit un peu plus clair. Une solution qui ne devrait pas trouver grande opposition de la part du défenseur de 29 ans natif de Ouderkerk aan den Ijssel, heureux de rester à Milan et qui entretient d'excellents rapports avec Simone Inzaghi depuis leur temps à la Lazio. Internazionale.fr ~ © Samus
  10. Archivé la victoire en Serie A face à l’invincible Napoli, l’Inter s’apprête à recevoir au Giuseppe Meazza le Shakhtar Donetsk dans un match à haute signification : Une victoire lui permettrait de se qualifier, pour autant que le Sheriff ne s’impose, à nouveau pas, face au Real Madrid ! On a énormément parlé de la rencontre face au Napoli comme d’un match charnière. Qu’ajouterait la qualification au tour suivant de la Ligue des Champions ? "Je pense que nous avons réalisé un très grand match dimanche, nous avons battu la Napoli qui avait la meilleure défense d’Europe. Les garçons ont fait preuve d’une très grande démonstration de maturité et de caractère. Nous savons que tout est entre nos mains demain. Après les victoires face au Sheriff, nous en sommes-là, nous savons que nous ferons face à une équipe qui a un très grand entraîneur et qui nous a mis en difficulté au match aller. Nous devrons être bons." Pourriez-vous faire une mise au point des blessés ? "Nous devons récupérer, dimanche nous avons dépensé tant d’énergies et nous avons connu des problèmes en cours de match, car Barella et Correa m’ont demandé le changement. Calhanoğlu était le seul averti sur le terrain, sur le 3-1. J’ai préféré faire rentrer deux milieux, j’ai préféré le retirer. Je savais que Dzeko n’était pas au mieux et Satriano n’était pas disponible, mais je devais analyser la situation. De Vrij et Sanchez ne seront pas disponible pour demain, mais mon espoir est que nos joueurs blessés se rétabliront." Le fait de pouvoir vous qualifier pour les huitièmes de finale, après dix ans, se fait-il ressentir comme une pression ou comme une stimulation ? "Nous savons à quel point la rencontre de demain est importantissime, c’est l’un de nos objectifs. Je l’avais dit le jour de mon intronisation que bien au-delà des joueurs partis que notre objectif était de retrouver les huitièmes de finales. Nous sommes bien, mais il reste encore tant à faire." "Nous savons que la rencontre de demain sera décisive car le dernier match à Madrid ne sera pas des plus faciles, mais nous savons aussi que nous défierons un adversaire de grande qualité qui est capable de te mettre en difficulté. C’est pour cela que nous chercherons à préparer la rencontre de la meilleure des façons possibles." Pour votre Inter, est-ce plus difficile de faire face à une équipe qui joue à visage découvert ou qui se renferme dans sa moitié du terrain ? "J’ai la chance d’avoir des joueurs très évolués qui joue depuis tellement d’années à de hauts niveau. Cela ne fait aucune différence, nous l’avons vu lors des derniers matchs. Nous avons fait face à des équipes qui sont venu nous prendre en jouant haut et d’autres en jouant bas. Je connais très bien le Shakhtar qui propose un jeu en contre et cet entraîneur a réussi à transmettre ses concepts rapidement, c’est une équipe très technique avec d’excellentes individualités." Est-ce que le fait que le Shakhtar doivent s’imposer peut-il vous favoriser ? "Je ne pense pas que cela changera énormément la partie, selon moi, ce sera une excellente rencontre, avec deux équipes qui jouent bien au football. Elle est extrêmement importante pour nous car elle peut tant nous donner. Au match aller, les deux équipes auraient pu l’emporter même si nous étions l’équipe qui avaient obtenus le plus d’occasions, mais le Shakthar a plus fait tourner le ballon. Nous sommes conscients que nous ferons face à une équipe qui voudra dicter la rencontre et nous chercherons à ne pas le lui permettre." Aimez-vous lire dans la presse que c’est déjà l’Inter d’Inzaghi ? "Je pense que nous sommes dans un processus de croissance est que nous sommes sur la bonne voie, mais le travail est encore long. Je pense que chaque entraîneur a ses propres idées, j’ai eu la chance de trouver un environnement optimal qui m’a très bien accueilli, avec la manière, dès le premier jour. Je cherche à apporter mes concepts et nous avons réalisé, sur ses quatre premier mois un excellent parcours." "La rencontre de ce dimanche peut nous apporter de l’auto-estime car selon moi, nous n’étions pas en défaut lors des gros matchs, seul le meilleur résultat, les trois points manquaient." Quelle est l’équipe italienne qui se rapproche le plus du Shakhtar? "Je pense au Napoli et même au Sassuolo de De Zerbi. Ce sont des équipes similaires au Shakhtar, des équipes qui cherchent la possession pour t’attirer et pour se retrouver dans des situations idéales." Que vous faudra-t ’il de plus, comparé au match aller ? "Au match aller, nous nous sommes créés tellement d’occasions, nous devrons nous montrés plus décisifs, plus chanceux, je me souviens de la barre de Barella, des tentatives de Dzeko, de Lautaro. J’aurais dû m’inquiéter si nous n’étions pas parvenus à nous les créer." "C’est clair que nous ferons face à un adversaire qui peut nous poser des problèmes : Le Shakhtar a eu la possession à l'aller, mais même si ses quelques occasions étaient bonnes, elles n’étaient pas aussi retentissantes que les nôtres." Sensi pourrait-il retrouver un peu de temps de jeu lors des prochains matchs ? "J’ai des garçons qui travaillent très bien, il me manque De Vrij et Sanchez qui sont des joueurs importants et j’espère les récupérer le plus vite possible. Les autres m’envoient de très bons signaux." "Il est aussi normal de faire des choix et en ce moment je pense plus à ceux qui ont le plus joué qu’à ceux qui ont joué le moins. Sensi travaille très bien et, comme tous les autres, il aura sa place. Il y a tellement de rencontres d’ici à Noël, lui et tous les autres pourront apporter une bonne contribution." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. S'exprimant lors de sa conférence de presse après le match, Simone Inzaghi a souligné que son équipe n'était pas seulement pragmatique, elle était aussi belle à certains moments du match. Sur la perf de l'Inter. "Plus qu'une Inter pragmatique, je pense que c'est une belle Inter. C'est une équipe qui a très très bien fait jusqu'à présent, nous avons fait des nuls de trop qui ne sont probablement pas mérités." "Avec 28 points dans un autre championnat, vous êtes premier ou deuxième à ce stade, donc il faut féliciter le Napoli et le Milan AC mais ce soir je les donnerai à mes gars car avec des difficultés, des absences, des maux, ils voulaient tous être là et dans à mon avis, nous méritions cette victoire." Sur la saison jusqu'à présent. "Je pense que vingt-huit points, après treize matchs, sept après quatre en Ligue des champions, je pense qu'au début j'aurais probablement signé." "Ensuite, j'ai vu les garçons s'entraîner de cette manière et avec cet engagement et je pense qu'il nous manque quelques points en championnat et en Ligue des champions." Concernant Andrea Ranocchia. "Je suis content pour Andrea car il a encore joué un excellent match, il l'avait déjà joué avec l'Udinese contre un autre adversaire difficile mais j'ai eu l'étreinte avec tout le monde, avec Kolarov, D'Ambrosio, Sensi." "En ce moment, nous avons de grands joueurs qui jouent mieux et méritent quelque chose de plus, malheureusement l'entraîneur doit faire des choix." Toujours ces blessures... "Mon souhait est de les avoir tous disponibles, nous connaissons Sanchez et De Vrij, maintenant Dzeko. C'était une action qui à mon avis devait être surveillée, il avait une coupure à la tête." "Correa est sorti avec une certaine douleur, Barella avec quelques problèmes, Bastoni avec une épaule pas exactement en place. Mais nous savons que ce sont des matchs intenses et demain nous évaluerons au cas par cas." traduction alex_j via sempreinter.
  12. Simone Inzaghi s'est entretenu avec les médias ce Samedi pour évoquer le choc contre le Napoli, coup d'envoi à 18h00 CET au Meazza Dimanche. A quel genre de match vous attendez-vous demain ? "Nous savons que c'est un autre match extrêmement important, comme le dernier contre le Milan. C'est important pour le classement de la Serie A, avec la meilleure attaque contre la meilleure défense. Le courage et la motivation seront très importants." Ce match pourrait-il représenter un carrefour dans la saison ? "Cela signifie beaucoup, c'est sûr. Nous avons très bien fait jusqu'à présent, à la fois en Serie A et en Ligue des champions. Nous avons deux points de moins que l'an dernier et avons joué plus de matchs à l'extérieur. Le Milan et le Napoli vont plus fort que tout ce que nous avons vu au cours des 40 dernières années en Italie. Nous savons que nous méritions plus contre l'Atalanta, la Juventus et le Milan, mais nous avons fini par faire nul. Nous devons faire un peu mieux dans ces matchs en tête-à-tête, à partir de demain soir." Comment comptez-vous utiliser vos attaquants en pensant au prochain match de Ligue des Champions ? "J'aurais pu mieux répondre à cela avant de jouer contre Milan ou le shérif car nous avions alors une équipe complète disponible. Maintenant, nous avons perdu Stefan De Vrij, Alexis Sanchez et nous avons eu quelques problèmes avec Alessandro Bastoni et Edin Dzeko. Nous avons encore l'entraînement d'aujourd'hui et de demain mais en tout cas je me concentre sur Naples. Nous avons un autre match important à venir mercredi, mais je sortirai notre meilleure équipe demain." Êtes-vous surpris par les performances de Luciano Spalletti à Naples ? "Spalletti a bien fait partout où il est allé. C'est un très bon entraîneur qui améliore les équipes avec lesquelles il travaille. Naples est une excellente équipe. Le club a fait un excellent travail pour garder ses meilleurs joueurs. Spalletti se porte très bien, poursuivant l'excellent travail que Gennaro Gattuso a fait au cours de la dernière année et demie." De quoi avez-vous besoin pour améliorer encore votre mentalité ? "Nous devons essayer de transformer les moments qui changent la donne en notre faveur. Nos chiffres et nos statistiques sont très bons et nous méritions plus des matchs en tête-à-tête que nous avons joués. Nous devons faire mieux mais je suis très fier de ma décision de rejoindre l'Inter. Nous sommes compétitifs dans tous les domaines. J'ai la chance d'avoir un club qui me soutient à tout moment et des fans incroyables. Nous jouons à domicile demain et nous savons qu'ils seront derrière nous dès la première minute." S'il y a un penalty, qui le tirera ? "Nous devrons voir qui joue. Nous avons Lautaro Martinez, Hakan Calhanoglu et Ivan Perisic, ce sont nos premières options. Lautaro a inscrit un penalty très important à Sassuolo. Contre Milan, Calhanoglu a bien fait avec le premier puis le gardien a fait un bon arrêt pour garder Lautaro. Nous serons prêts pour cela." Pouvez-vous expliquer pourquoi Lautaro a eu du mal à trouver les filets récemment ? "Les attaquants traversent parfois des sorts stériles. Cela m'est arrivé, à mon frère, à Ciro Immobile à la Lazio, bien que heureusement pas souvent. Lautaro travaille bien et travaille dur pour l'équipe. Il est pleinement impliqué. Un attaquant devrait s'inquiéter s'il n'a pas d'occasions, mais il en a eu lors des derniers matchs, dans le derby aussi. Il a juste besoin de continuer à travailler comme il l'a fait et à croire en lui et les objectifs reviendront pour lui." Traduction alex_j via le site officiel.
  13. C’est la question soulevée par la Gazzetta Dello Sport qui propose trois personnalités aux caractères bien différents pour assurer ce poste fondamental dans le Onze de base de Simone Inzaghi : Andrea Ranocchia "L’Ombrien de 33 ans a toujours répondu présent lors des trois occasions où Stefan a pu se reposer : face à Bologne, au Sheriff et face à l’Udinese. C’est évidemment un joueur qui est loin d’être rapide et qui devra faire face à la fraîcheur d’un Osimhen. Toutefois ce problème concerne l’ensemble du rempart Nerazzurro composé de joueurs coriaces mais loin d’être agiles." "De Vrij pallie son manque de rapidité par une lecture du jeu préventive. Ranocchia devra s’adapter et venir en aide à ses équipiers. Peu habitué à jouer dès la première minute de jeu, il devrait difficilement pouvoir garantir une bonne prestation face au Shakhtar, trois jours après le Napoli. Il ne serait pas étonnant que l’ancien Capitaine, qui fait parti des plus anciens dans le noyau, ne soit titularisé que lors d’un seul de ces deux matchs-clé." Federico Dimarco "L’ancien joueur de Vérone alterne souvent son poste sur toute l’aile gauche avec Ivan Perisic, un poste auquel il a appris à jouer sous la direction de Juric. Il a également joué plus bas à de nombreuses reprises en remplaçant Alessandro Bastoni. Il pourrait s’avérer être la meilleure garantie pour aller au duel face à l’ancien de la maison, Matteo Politano. Il pourrait pousser le jeu vers l’avant via son pied gauche qui pourrait parvenir à trouver de nombreuses têtes du noyau." "Le doute est lié à Bastoni, car même si Federico revient d’une légère blessure musculaire, il peut tenir physiquement, et que si l’ancien de l’Atalanta dispose d’une maturité assez intrigante pour ses 22 ans, il lui est déjà arrivé d’évoluer dans l’axe de la défense en présentant un manque de familiarité à ce poste. Toutefois, son jeu de pied et sa vision du jeu jouent en sa faveur, il peut se montrer important à la relance lorsque Marcelo Brozovic fait l’objet d’un marquage devenu quasiment habituel sur l’Homme." Danilo D’Ambrosio "Il s’agit de la possibilité la moins probable, mais certainement pas à cause d’un manque de fiabilité de Danilo D’Ambrosio. Entre Bastoni et Skriniar, le slovaque est celui qui est le plus fort au marquage et il est donc très compliqué de le placer dans l’axe. Dans un tel cas, D’Ambrosio devrait s’occuper d’Insigne." "Comme Dimarco, l’ancien du Torino est un couteau suisse qui est capable aussi de se montrer incisif en attaque. Avant d’être titularisé face à l’Empoli, il n’était monté au jeu que durant simplement quelques minutes de jeu. Au Castellani, il avait dû jouer au poste de Skriniar et il s’était montré convaincant avec un but inscrit, une habitude qui ne lui fait jamais défaut, et en réalisant une performance plutôt convaincante en défense." Entre les trois personnalités, qui a la faveur des pronostics selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. C’est une information en provenance de Sky Sport : Alexis Sanchez sera absent pour au moins 15 jours en raison d'un problème physique à un muscle fléchisseur. Pour rappel, Il Nino s'est blessé lors du match de son équipe nationale contre l'Équateur. Comme Stefan De Vrij, il aura besoin d'au moins deux semaines, avant de pouvoir faire son retour dans le noyau. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, si actuellement la prolongation du contrat de Marcelo Brozovic tient en haleine le monde Nerazzurro, la Direction Nerazzurra pourrait adopter un comportement différent entre Milan Skriniar et Stefan De Vrij "Leur destinée pourrait être différente, et ce également pour une question d’âge. Le renouvellement du contrat du hollandais avait déjà débuté il y deux ans, sans par la suite arriver jusqu’à son terme. Au contraire, une vente ne pourrait pas être exclue étant donné qu’elle représenterait une plus-value totale : La piste à ne pas négliger est le Tottenham d’Antonio Conte." "Le défenseur slovaque est âgé de 26 ans et le désir de l’Inter est de prolonger son contrat en le revalorisant : Milan est un titulaire indiscutable de l’équipe et avec Nicolò Barella, il est celui qui présente le plus de temps de jeu et son contrat pourrait être à la hauteur de son temps de jeu : 4,5 millions d’euros avec une fin de contrat en juin 2026." "Les discussions relatives à la prolongation de son contrat débuteront au début de l’année 2022." S’il faut à nouveau "sacrifier" un joueur, pensez-vous que le départ de Stefan De Vrij serait "logique" ou s’agirait-il d’une erreur de jugement gravissime de la part de la Direction Nerazzurra ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Il y avait 12 joueurs interistes en action pour leurs équipes nationales respectives lors de la dernière trêve internationale. Douze joueurs de l'Inter étaient en action pour leurs équipes nationales respectives lors de la dernière trêve internationale au cours de laquelle la qualification pour la Coupe du monde était à l'ordre du jour. Les représentants Nerazzurri ont accumulé un total de 1 566 minutes sur le terrain, avec des émotions mitigées. L'affrontement entre l'Argentine et le Brésil et la rencontre entre le Chili et l'Équateur ont clôturé les matches internationaux, de nombreuses équipes apprenant leur destin en Coupe du monde partout dans le monde. Ce fut une période décevante pour l'équipe italienne de Roberto Mancini, qui devra jouer les barrages en mars pour atteindre la Coupe du monde. La magie de l'EURO 2020 avait pratiquement disparu, avec Nicolo Barella le seul représentant de l'Inter en action pour les Azzurri, avec Alessandro Bastoni absent. Il y a eu de nombreuses célébrations pour les duos de Marcelo Brozovic et Ivan Perisic, Stefan de Vrij et Denzel Dumfries, et Lautaro Martinez et Joaquin Correa, qui seront tous à la Coupe du monde, ayant gagné leurs places la semaine dernière. La Croatie l'a fait grâce à une victoire sur la Russie, tandis que les Pays-Bas l’ont remporté 2-0 sur la Norvège, ce qui a permis à la Turquie de Hakan Calhanoglu de décrocher une place en barrages, où ils pourraient bien se heurter aux Azzurri. Enfin, l'impasse sans but de l'Argentine avec le Brésil a suffi à garantir des billets pour le Qatar pour Lautaro et Correa avec quatre éliminatoires encore à jouer. Les rêves de Coupe du monde de la Slovaquie de Milan Skriniar se sont éteints, tandis que le Chili et l'Uruguay cravachent pour revenir sur la plus grande scène mondiale. La Roja a battu le Paraguay avec un corner d'Alexis Sanchez, marquant le seul but du match, mais cela a été suivi d'une défaite contre l'Équateur. Matias Vecino a été impliqué dans des défaites consécutives avec l'Uruguay, mais la course pour la quatrième place (qualification automatique) et la cinquième place (play-offs) est toujours en cours. Voici le détail des minutes jouées par nos joueurs : ITALIE | 133 minutes pour Barella Italie 1-1 Suisse | 69 minutes pour Barella Irlande du Nord 0-0 Italie | 64 minutes pour Barella CROATIE | 135 minutes pour Brozovic, 144 pour Perisic Malte 1-7 Croatie | 54 minutes et un but pour Perisic, 45 minutes pour Brozovic Croatie 1-0 Russie | 90 minutes pour Perisic et Brozovic SLOVAQUIE | 180 minutes pour Skriniar Slovaquie 2-2 Slovénie | 90 minutes pour Skriniar Malte 0-6 Slovaquie | | 90 minutes pour Skriniar TURQUIE | 172 minutes pour Calhanoglu Turquie 6-0 Gibraltar | 82 minutes pour Calhanoglu Monténégro 1-2 Turquie | 90 minutes pour Calhanoglu PAYS-BAS | 180 minutes pour Dumfries, 90 pour De Vrij Monténégro 2-2 Pays-Bas | 90 minutes pour Dumfries, De Vrij a été remplacé à la 90e minute Pays-Bas 2-0 Norvège | 90 minutes pour Dumfries ARGENTINE | 90 minutes pour Correa, 100 pour Lautaro Uruguay 0-1 Argentine | 55 minutes pour Lautaro, 45 pour Correa Argentine 0-0 Brésil | 45 minutes pour Lautaro et Correa CHILI | 126 minutes pour Sanchez, 97 pour Vidal Paraguay 0-1 Chili | 90 minutes pour Sanchez, 84 pour Vidal Chili 0-2 Equateur | Vidal expulsé après 13 minutes, Sanchez a été remplacé à la 36e minute URUGUAY | 119 minutes pour Vecino Uruguay 0-1 Argentine | 64 minutes pour Vecino Bolivie 3-0 Uruguay | 45 minutes pour Vecino Tradution alex_j via le site officiel.
  17. Cette trêve internationale a fait mal à l’Inter, très mal même avec de nombreux titulaires qui ont été victimes de coups, voire même de blessures : Edin Dzeko et Alessandro Bastoni travaillent, par exemple, de façon individuelle, en attendant de retrouver le groupe. Des évaluations ont lieu régulièrement afin de ne prendre aucun risque. Alexis Sanchez est ressorti blessé de son dernier match. Le club attend de voir physiquement le joueur pour procéder à certains tests afin d’évaluer la gravité du problème. Lautaro Martinez a reçu de très nombreux coups lors de la rencontre face au Brésil. Selon le Staff médical Albiceleste, il n’y aurait rien de grave. Si celui-ci a été remplacé par Joaquin Correa, Lautaro en personne a diffusé une Story sur Instagram, le montrant souriant dans le vestiaire suite à la qualification de l’Argentine pour la Coupe du Monde. Stefan De Vrij a été victime d’une blessure aux adducteurs lors de la fin du match opposant les Pays-Bas au Monténégro : L’international hollandais pourrait rater trois rencontres avec les Nerazzurri : Le Napoli, le Shakhtar et Venezia ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Enfance, Turquie, Inter, objectifs et vie de famille étaient au programme de Hakan Calhanoglu lors d'un épisode du podcast The Home of Football de 433 consacré à notre milieu de terrain. Comment était votre enfance ? "J'étais un garçon avec de grands rêves. Mon père m'a toujours tellement poussé. Chaque fois que j'avais du temps libre, je jouais au football avec des enfants plus grands que moi. Mon plus grand rêve était de rendre ma famille fière. Ce sont eux qui m'ont permis de devenir Hakan Calhanoglu." "Mon père a toujours été à mes côtés, m'a toujours accompagné partout et a participé à chaque étape de ma carrière. C'est pourquoi je serai toujours reconnaissant envers mes parents. Mon père était aussi mon entraîneur et il était très strict avec moi. Je suis content que mes parents soient fiers de moi." Turquie et famille. "Je suis né en Allemagne et mon père est né en Turquie, j'ai donc dû choisir pour quelle équipe nationale jouer. Je me suis senti très honoré lorsque j'ai choisi la Turquie. Je suis fier de ma décision. Je joue maintenant pour l'Inter et la Turquie, ce qui est la preuve que si vous y croyez, vous pouvez atteindre n'importe quel objectif que vous vous fixez." "J'aime beaucoup retourner en Turquie. J'y retourne dès que j'ai le temps car le pays m'inspire. La campagne est fantastique et j'aime y passer du temps avec ma famille." Rejoindre l'Inter. "J'ai décidé de rejoindre l'Inter parce que je voulais un nouveau défi dans ma carrière et j'ai pris cette décision avec ma famille. Je suis content d'être ici. C'est un grand club qui a remporté le Scudetto l'année dernière et qui joue en Ligue des champions." "Avant de venir ici, je savais que l'Inter était une équipe de haut niveau. Le jour où je suis arrivé était fantastique, mais il n'y avait presque personne ici parce que beaucoup de joueurs étaient en trêve internationale. Cependant, ils ont ensuite commencé à revenir et c'était génial de faire connaissance avec toute l'équipe." Le vestiaire. "J'ai une excellente relation avec tout le monde, en particulier Denzel Dumfries et Stefan de Vrij, étant donné qu'ils parlent néerlandais, ce qui est similaire à l'allemand, donc nous nous comprenons bien." "Je connaissais déjà Simone Inzaghi depuis qu'il était à la tête de la Lazio. Il y avait un lien fort avec lui dès le départ, qui n'a cessé de grandir depuis, grâce au travail acharné que nous effectuons au quotidien." La progression. "Mes débuts contre le Genoa étaient spéciaux. J'étais content de marquer et fournir une passe décisive. Je voulais montrer ce que je pouvais faire dès le premier jour et je l'ai réussi dans ce match." "Quant aux rêves, les miens sont semblables à ceux des autres, mais je ne veux pas trop en dire. Bien sûr, nous voulons nous battre pour gagner la Serie A. Nous avons battu Sheriff en Ligue des champions et maintenant nous voulons obtenir un bon résultat contre le Real Madrid et le Shakhtar. Ensuite, nous avons aussi la Coppa Italia." Traduction alex_j via le site officiel.
  19. Stefan De Vrij Informations Générales : Nom : De Vrij Prénom : Stefan Poste : Défenseur Date de naissance : 05/02/1992 Lieu de naissance : Ouderkerk aan den IJssel (Pays-Bas) Pays : Pays-Bas Taille : 189cm Poids : 78 kilos Numéro de maillot : ? Au club depuis : Ouverture du mercato 2018 Position sur le terrain : Biographie : Stefan de Vrij, né le 5 février 1992 à Ouderkerk aan den IJssel aux Pays-Bas, c'est un footballeur international néerlandais, qui joue au poste de défenseur central. Il évolue actuellement à la Lazio de Rome en Serie A. Il est marié et a vécu de 2009 à 2014 près de Rotterdam, ville où il jouait avant d'être transféré à Rome, club qui le remarqua pour ses bonnes performances à la Coupe du monde. Carrière: Stephan de Vrij a joué, en amateur en moins de 17 ans, au club de Feyenoord Rotterdam avant de passer en première équipe. Il a néanmoins obtenu l'équivalent néerlandais du Baccalauréat, estimant que s'il ne perçait pas dans le football, il devait avoir au moins le diplôme de fin de scolarité. Il marque son premier but en tant qu'international lors du match contre l'Espagne dans la phase de poules de la Coupe du monde 2014. Ayant choisi de quitter libre la Lazio de Rome à la fin de son contrat en juin 2018, il est annoncé à l'Inter Milan à paramètre zéro. Carrière en Club: Parcours junior 1997-2002: VV Spirit 2002-2009: Feyenoord Rotterdam Parcours professionnel: 2009-2014: Feyenoord Rotterdam 2014- 30 juin 2018: Lazio Rome 01 juillet 2018: Internazionale Palmarès Coupe d'Italie : Finaliste : 2014-15, 2016-17 avec la Lazio Carrière Internationale: 2008-2009: Pays-Bas -17 ans 2010-2011: Pays-Bas -19 ans 2011: Pays-Bas -20 ans 2011-2013: Pays-Bas espoirs Depuis 2012: Pays-Bas A voir sur le site : ® Wikipedia.fr
  20. Nos confrères de Fcinter1908.it se sont penchés sur la prestation de l’Inter, à la suite du match nul 1-1 sur le terrain de l’Ac Milan: "Si finalement la situation reste inchangée, avec un retard de 7 points sur les Partonopei et les Rossoneri, la conviction est que l’Inter aura son mot à dire jusqu’à la toute fin du championnat." “Le Milan a tenté d’enrayer la construction de l’Inter en maintenant ne pression haute, mais l’Inter, en faisant preuve de patience et en faisant usage d’un jeu long, parvenait à sortir du pressing pour arriver avec une certaine constance du côté de Tatarusanu. Çalhanoğlu s’est gagné un penalty, un tir au but qu’il voulait tirer et qui a permis aux Nerazzurri de prendre l’avantage sur son ancienne équipe. Il a démontré qu’il disposait d’une très grande personnalité en s’offrant Tatarusanu sous les yeux de la Curva Sud." "De Vrij, de son côté est venu au second du Milan, tandis que Lautaro n’est pas parvenu à enfoncer le clou pour prendre l’avantage sur un nouveau penalty. Et c’est précisément ici que se retrouve le péché de l’Inter, le gros péché de l’Inter qui se répète à de trop nombreuses occasions : L’Inter crée mais ne parvient pas à concrétiser au risque de se voir gifler en fin de match." "Cela s’est vu face à l’Atalanta, la Lazio et la Juve : Des prestations de très haut niveau, mais sans revenir la récolte complète pour les Nerazzurri. Les occasions manquées pèsent, elles pèsent de trop, surtout lorsque tu disputes un grand match : Ce n’était pas la meilleure soirée de Nicolò Barella, ni même pour Lautaro Martinez. Le milieu de terrain est probablement à son premier raté depuis qu’il porte le maillot de l’Inter tandis que le Toro continue sa période de disette : Il se bat mais il n’est que très peu incisif dans les onze dernier mètres : le penalty raté est un coup dur sur sa prestation." "En fin de match, Inzaghi a tenté de dynamiter les choses en insérant Sanchez, Correa, Vidal, Dimarco et Dumfries en vain. L’Inter a perdu le contrôle du terrain et si elle a concédé quelques occasions au Milan en fin de match, les regrets sont pour les Nerazzurri. Si Inzaghi est parvenu à retrouver un équilibre en phase défensive, il devra à présent procéder à un nouveau correctif". "L’Inter se doit de redevenir cynique, de tuer ses matchs et de blinder le résultat : Les belles prestations ne suffisent plus!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. La dernière fois qu'un derby milanais s'était terminé sur un score nul, c'était en avril 2018. Mis à part le penalty transformé par Hakan Calhanoglu et le but contre son camp de Stefan de Vrij, il y encore beaucoup de points à discuter. Ciprian Tatarusanu a sauvé un penalty de Lautaro Martinez et Alexis Saelemaekers a touché le poteau dans les derniers instants d'une rencontre à suspense. Le match a démarré sur les chapeaux de roue : les deux équipes trouvant le chemin des filets dans les 20 premières minutes de jeu. La dernière fois que cela s'est produit, c'était en 1999, lorsque le derby s'était soldé par un score de 2-2, avec but contre son camp de Bruno N'Gotty et Leonardo qui avaient trouvé le chemin des filets 15 minutes plus tard. Les Nerazzurri sont sortis du derby avec un sentiment de regret, après avoir dominé le jeu pendant presque tout le match. l'Inter affiche désormais une série d'invincibilité de 24 matches à Giuseppe Meazza : la plus longue série de ce type depuis novembre 2010, lorsqu'ils avaient réussi à enchaîner 42 matches sans s'incliner. Statistiquement parlant, le mois de novembre est un mois maudit pour l'Inter dans les derbys : ils n'ont pas réussi à battre Milan au cours de ce mois lors des 11 derniers matchs, faisant huit nuls et perdant trois fois. La dernière victoire de l'Inter sur les Rossoneri en novembre remonte au 18 novembre 1990 sur le score de 1-0, grâce à un but de Nicola Berti. Marquer un penalty et en marquer un autre dans le même match. Ce fait de jeu n'était pas arrivé à l'Inter depuis le 12 décembre 2004. À l'époque, Adriano fut à la fois le héros et le "loser". le Brésilien ayant tiré les deux coups de penalties lors du match de l'Inter contre Sienne. Calhanoglu fait le show pour son premier Derby avec les Nerazzuri Après avoir disputé sept derbies avec les Rossoneri sans marquer, Calhanoglu a fait ses débuts à l'Inter lors de ce choc et n'a pas tardé à laisser sa marque. Le Turc a tranquillement transformé son penalty en début de rencontre et l'a célébré devant ses anciens supporters. C'est la troisième fois que le joueur de 27 ans marque un penalty en Serie A, après avoir marqué contre la Roma en juin 2020 et contre la Lazio en décembre de la même année. À l'ère des trois points pour une victoire, Calhanoglu est le quatrième joueur à avoir marqué dans un derby milanais contre son ancien club, suivant les traces de Hernan Crespo (2006), Ronaldo (2007) et Zlatan Ibrahimovic (2010). La Statistique du jour : Handanovic se rapproche de Rivera Lors du derby de dimanche, Samir Handanovic a disputé son 527ème match en Serie A, ce qui signifie qu'il est désormais 11ème ex-aequo avec Gianni Rivera pour le nombre de matches disputés dans la compétition. Le Slovène est tout près d'entrer dans le top 10 : Enrico Albertosi en est à 532, tandis que Silvio Piola en est à 537. Handanovic a disputé le 18ème derby milanais en Serie A, soit autant que le défenseur colombien Ivan Cordoba. Dans l'ère des trois points pour une victoire, seul Javier Zanetti (36) a fait plus d'apparitions dans cette rencontre. Ce match nul a également permis à d'autres joueurs de l'Inter de battre des records personnels. Alessandro Bastoni a joué son 100ème matches en Serie A (7 pour l'Atalanta, 24 pour Parme et 69 pour l'Inter), tandis que Stefan de Vrij a atteint des 200 matches joués en première division italienne (95 pour la Lazio, 105 pour l'Inter). Ce faisant, le défenseur Interiste est devenu le deuxième Néerlandais à faire au moins 200 apparitions en Serie A depuis l'instauration des trois points pour une victoire, après Clarence Seedorf qui a réalisé le même exploit (396 matchs). Malheureusement, de Vrij a concédé un but contre son camp (son deuxième en Serie A) permettant au Milan AC d'égaliser. Le dernier joueur à avoir marqué contre son camp dans un derby milanais est Samir Handanovic, en décembre 2017. ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it
  22. L'Inter pouvait réaliser le coup parfait contre son rival à San Siro, dans le cadre de la 12ème journée de Série A. Les Nerazzuri, n'ayant pas su prendre le meilleur sur leur voisin milanais, devront, hélas, se contenter du point du match nul. Retour sur un match fort en intensité, en émotions, et qui nourrira des regrets pour les deux équipes. Le match débuté, les plans de jeu des deux équipes sont très vite identifiés. L'Inter joue en bloc bas/médian. Le Milan, quant à lui, montre de l'ambition dès la première minute en monopolisant le ballon, et en mettant une grande pression sur la surface Interiste. À peine le rouage Rossoneri huilé qu'un grain de sable vient déjà le perturber. Kessié récupère et est directement pris d'assaut par Džeko et Çalhanoglu. Le milieu Ivoirien commet l'irréparable et se fait avoir par le pressing du Turc. Il concède un penalty. Et comme un symbole, c'est bien l'ancien du Milan AC qui se charge de celui-ci. Hakan reste froid et vient ouvrir le score, malgré les huées de la Curva Sud. Ce pénalty conforte le Milan dans son plan de jeu. Il assiège les 16 derniers mètres de l'Inter. Leao allume les premières mèches à la 14' et 16', sans succès. Ensuite, Barella offre un coup franc à Sandro Tonali. Ce dernier, qui futun temps promis à la Beneamata, et comme un coup de poignard, offre l'égalisation au Milan, par le biais d'une superbe passe décisive à Stefan De Vrij. Le Néerlandais trompe son propre gardien. 1-1. Milan et San Siro exultent. Mais de son côté, Hakan Çalhanoglu semble boosté par l'accueil de ses anciens supporters. Le Turc réalise un gros début de match, généreux dans la dépense d'énergie, et créatif à la passe, malgré la bronca qui lui est réservée. À la 23', Lautaro Martinez défie Simon Kjaer côté droit. Le Danois remporte le duel. Le match s'intensifie. Vient ensuite la 25'. Fodé Ballo-Touré se fait feinter par Matteo Darmian, lancé en profondeur. Il vient alors concéder le deuxième pénalty de la rencontre. Cette fois-ci, c'est Lautaro qui prend ses responsabilités. Mais c'est bien le Roumain Ciprian Tatarusanu qui s'impose face à l'Argentin, laissant le tableau d'affichage inchangé. La physionomie du match reste la même. Les milanais ont la possession, mais une possession presque stérile. Les Nerazzuri quadrillent à la perfection le terrain et ne laissent que peu d'espaces à exploiter. Le seul à faire des différences se nomme Rafael Leao. Malgré une prise à deux systématique, le Portugais s'en sort souvent. Une frappe lourde de sa part à la 37' provoque un léger frisson. L'absence de Théo Hernandez se ressent côté Rossoneri, Ballo-Touré n'apportant pas le tiers du quart de ce qu'apporte l'ancien du Real Madrid. Lors des 5 dernières minutes de la première période, l'Inter augmente d'un cran le pressing. Bastoni dédouble avec Perisić. Il parvient à s'échapper côté gauche et à adresser un exellent centre en retrait pour Nicolò Barella. La frappe du natif de Cagliari est stoppée sur la ligne par Ballo-Touré. Dans la minute qui suit, c'est Lautaro Martinez qui tente sa chance, à la suite d'une combinaison avec Džeko et Darmian. Sa frappe rase le poteau droit de Tatarusanu. Daniele Doveri siffle la fin de ces 45 premières minutes à San Siro. L'Inter et le Milan partage l'enjeu : 1 but partout. Les deux équipes reviennent sur la pelouse au centre du volcan San Siro. Pierre Kalulu est entré à la place de Ballo-Touré. L'Inter maintient sa bonne forme des cinqs minutes précédentes. C'est au tour des Nerazzuri de mettre la pression sur la surface des Milanais. Les occasions s'enchaînent, dont une reprise d'un Çalhanoglu qui passe tout près du poteau droit de Tatarusanu, personne n'étant parvenu à couper cette balle. Les minutes s'égrainent, le score ne bouge pas. Les premiers changements arrivent à la 59', et les sorties de Leao et Diaz, pour Saelemaekers et Rebić. Le Croate fait mal à Darmian dès son entrée en jeu (littéralement). Nouveau coup de gaz de son compatriote Ivan Perisić à la 66', encore une fois sans succès. Sur l'action suivante, Barella effectue un très bon retour défensif, mais se blesse à la cuisse. Aucun risque n'est pris. Il cède sa place à Arturo Vidal. 68' : Zlatan tente d'enrouler un de ses premiers ballons exploitables. Il ne fait pas assez tourner son ballon, ce qui n'inquiète pas Samir Handanović. Tonali sort pour Bennacer à la 69'. Un des tournants de ce bouillant derby est la double frappe de Vidal, stoppées par Kalulu. Ces deux frappes seront les derniers dangers sur les buts Rossoneri. Darmian et Džeko sortent, visiblement à bout, au profit de Denzel Dumfries et Joaquín Correa. Malgré toute la bonne volonté de Simone Inzaghi, ses changements semblent déséquilibrer l'équipe. À l'approche du derniers quart d'heure, le Milan ressort peu à peu la tête de l'eau. Zlatan teste Samir Handanović sur coup franc. Le Slovéne sort la puissante frappe du Suédois. Le ballon fuse à gauche et à droite de la surface Interiste. Le danger semble pouvoir venir de n'importe où. La tension atteint son paroxysme lors de la 89'. Alexis Saelemaekers s'échappe au milieu de terrain. Il prend sa chance à ras de terre et manque de surprendre Samir Handanović de quelques centimètres, sa frappe venant s'écraser sur le poteau. Kessié suit, reprend en une touche et manque le cadre, à nouveau de quelques centimètres. Daniele Doveri siffle la fin de la rencontre au bout de 3 longues et irrespirables minutes de temps additionnel. L'Inter et le Milan partagent les points au terme d'un derby bouillant. Les Nerazzuri affronteront le Napoli, leader de Série A à égalité de points avec le Milan, le dimanche 21 novembre à 18:00, pour tenter de se rapprocher de la première place. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Milan 1-1 Inter Buteur(s): 11' Çalhanoglu (I), 17' De Vrij csc (M) Milan (4-2-3-1) : 1 Tatarusanu; 2 Calabria, 24 Kjaer, 23 Tomori, 5 Ballo-Touré (45' 20 Kalulu); 8 Tonali (71' 4 Bennacer), 79 Kessié; 10 Diaz (58' Saelemaekers), 33 Krunić (84' 41 Bakayoko), 17 Leao (59' Rebić); 11 Ibrahimović Banc : 64 Pellegri, 83 Mirante, 9 Giroud, 27 Maldini, 14 Conti, 25 Florenzi, 46 Gabbia Entraîneur : Stefano Pioli Inter (3-5-2) : 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (84' 32 Dimarco); 36 Darmian (76' 2 Dumfries), 23 Barella (68' 22 Vidal), 77 Brozović, 20 Çalhanoglu, 14 Perisić; 9 Džeko (76' 19 Correa), 10 Martinez (84' 7 Sánchez) Banc : 11 Kolarov, 5 Gagliardini, 33 D'Ambrosio, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 97 Radu, 12 Sensi Entraîneur : Simone Inzaghi Arbitre : Daniele Doveri Averti(s): 26' Ballo-Touré (M) Expulsé(s): / ®Aurios-Inter - Internazionale.fr
  23. En effet, c’est une analyse de la Gazzetta Dello Sport, elle qui s’est penchée sur l’activité offensive du onze de Simone Inzaghi: "Montez sur le manège, tout le monde aura sa place dans le Luna Park "Inter". Ici se trouve une équipe qui cherche à vous divertir et dont la joie du but est partagé à travers toute une communauté." "La meilleure attaque du championnat a déjà vu douze joueurs différents inscrire un but, soit un de plus que ceux du Milan, dans ce classement très particulier. Lors de ces onze dernières journées, 28 buts ont été inscrits, ce qui est un bilan qui mérite le respect." Une stat impressionnante au niveau européen "Les buts passent à 34 et le nombre des buteurs augmente aussi: 15 joueurs! Grâce aux buts de Stefan De Vrij, Marcelo Brozovic et Alexis Sanchez suite à la double confrontation face au Sheriff, une confrontation qui lui a rendu sa place au soleil vers le chemin menant à la qualification pour les huitièmes, après un départ des plus compliqués. Seul le Chelsea Champion d’Europe a marqué avec plus de joueurs que Simone Inzaghi dans son propre championnat: 15 joueurs, parmi lesquels on retrouve Romelu Lukaku, l’ancien roi de Milan qui est à présent devenu un doux souvenir, grâce aux incroyables réalisations d’Edin Dzeko, une statistique vraiment pas mal pour les Nerazzurri." Une philosophie offensive "La nouvelle philosophie permet à l’Inter d’être devant le PSG (11 buteurs différents en France), Manchester City (11 buteurs différents en Angleterre), le Real Madrid (10 buteurs différents en Espagne) et le Bayern Munich (9 buteurs différents). Le mérite en revient à Inzaghi, qui a repris une équipe Championne en titre qui a décidé de ne pas se reposer sur ses lauriers." "Il lui a immédiatement changer sa mentalité et inculqué sa philosophie: Le ballon circule dans la moitié de terrain adverse et les ailiers jouent très haut et tout en largeur, quasi sur la même ligne que les deux attaquants. Les défenseurs centraux se propose des insertions et les milieux de terrains recherchent toujours la profondeur." A choisir, préférez-vous la froideur de l’Inter de Conte, ou le spectacle de l’Inter d’Inzaghi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. C’est une information du Mirror, Si Antonio Conte est devenu l’entraîneur des Spurs de Tottenham et si celui-ci s’est vanté d’avoir mis un terme au règne de la Juventus aux commandes de l’ennemi-juré interiste, trois joueurs de notre Beneamata seraient dans son viseur : Stefan de Vrij, Alessandro Bastoni et Marcelo Brozovic. Selon le quotidien anglais, la priorité absolue serait le recrutement du milieu de terrain croate: En fin de contrat en juin 2022, Marcelo n’a toujours pas prolongé pour l’instant et la faute n’est pas imputable à l’Inter qui s'active sur la question, mais au comportement du père et agent de Marcelo Brozovic, Ivan Brozovic, qui semble vouloir repousser l’échéance de la négociation. L’Inter continue à pousser Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, "A la Pinetina, c'est l'heure des prolongations, après celle Lautaro, le renouvellement de Barella devrait avoir lieu aujourd’hui ou demain : Nicolò signera jusqu'en juin 2026, avec un contrat qui débutera à 4,5 millions (pour la première année) et plus les années suivantes. Brozovic pourrait se voir proposer quelque chose de similaire, un nouveau contrat à gros budget, mais pour l'instant il ne s'est pas encore assis à la table. Ces derniers temps, le Croate change d'agent aussi vite qu'il court sur le terrain. Maintenant que tout est définitivement entre les mains de son père et de son avocat, l'Inter espère accélérer, mais personne ne sait pour le moment si la proposition des Nerazzurri sera suffisante." Il faudrait un miracle selon Matteo Barzaghi "Pour, les choses sont un peu plus compliquées, voire définitivement plus compliquées. Parce que son contrat expire: Il faudrait un miracle du Club. Il ne lui a pas été facile de prolonger Lautaro, mais la Direction y est finalement parvenu. Elle va essayer jusqu'au bout avec Brozovic aussi, mais c'est parcours bien plus compliqué". Si Tottenham se positionne sérieusement sur “Epic Brozo” avec un salaire "à la Premier League", pensez-vous que l’aventure du croate se termine à Milan ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. C’est une révélation du Corriere Della Sera : En additionnant la valeur des noyaux des deux écuries milanaises, la valeur dépasse très légèrement le milliard d’euros selon les chiffres proposé par Transfermarkt : 525 millions d’euros pour l’Inter contre 476 millions d’euros pour le Milan. L’âge moyen du Milan est de 25,3 ans contre 28,4 pour l’Inter Entre les deux équipes, la croissance la plus importante est celle des Rossoneri: Au début de la dernière édition du championnat, le noyau valait 335 millions d’euros, il s’agit donc d’une augmentation de 42% "Les départ gratuits des piliers Gianluigi Donnarumma et Hakan Çalhanoğlu ont été compensé par la croissance des plus jeunes dont la maturation est évidente, à partir de Leao et Tonali : Aujourd’hui, pour se les offrir, un club doit débourser pour chacun entre 35 et 40 millions d’euros. Un autre exemple est Calabria qui a presque triplé sa valeur en une année, passant de 10 millions à 25 millions d’euros." "Le projet d’Elliott, basée sur une gestion soutenable et sur la valorisation des jeunes porte ses fruits et les comptes s’améliorent sensiblement: Une dette diminuée (-96 millions d’euros) et une augmentation des recettes (+36%). Seule la situation contractuelle relative à Kessie pose question, s’il pourrait partir gratuitement au mois de juin, les 8 millions d’euros demandés sont trop important." "Au niveau des Nerazzurri, l’Inter va annoncer aujourd’hui la prolongation du contrat de Nicolò Barella jusqu’en juin 2026, il s’agit d’une reconnaissance pour le meilleur milieu de terrain italien, désigné comme le futur Capitaine de l’Inter : Il percevra le double de son salaire actuel, en passant de 2 millions d’euros à 4,5 millions pour les années à venir, le tout avant de percevoir lors de ses deux dernières années de contrat 6 millions d’euros, il s’agit d’une assurance sur le futur." La thématique des renouveaux a son importance à la Casa Inter qui a clôturé sa dernière saison avec une dette de 246 millions d’euros. L’Etoile Polaire de l’Administrateur Délégué, Giuseppe Marotta est la soutenabilité et diminuer la masse salariale est une priorité: "C’est également la raison pour laquelle la prolongation du contrat de Marcelo Brozovic, qui sera libre en juin 2022 pose problème : Le joueur demande 8 millions d’euros, l’Inter ne peut aller outre les 6 millions d’euros : Les routes pourraient donc se séparer étant donné que l’entourage du joueur repousse la négociation, for de l’intérêt d’autres grandes équipes." "En fin de contrat, on retrouve aussi Ivan Perisic, Matias Vecino et Arturo Vidal, qui semblent tous destinés à partir ailleurs. Il ne devrait pas y avoir de problème, par contre, pour les prolongations de Stefan De Vrij, Milan Skriniar et Federico Dimarco." "L’Inter a choisi son cheval de bataille: diminuer sa masse salariale et saisir les opportunités du mercato, comme le prouve le choix gagnant d’Edin Dzeko: Aujourd’hui, le Derby vaut un milliard d’euros, qui sait ce qu’il en sera demain…." ®Antony Gilles – Internazionale.fr