Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stefano sensi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, la relève de Samir Handanovic reste l’une des problématiques à résoudre pour l’Inter. Si Juan Musso était donné favori, la demande économique de l’Udinese force l’Inter à revoir sa copie et à virer sur une autre cible Révélation de Tuttosport "Musso envolé, pour des raisons de couts élevés, le nouveau nom est celui de Dragowski de la Fiorentina" Le chaos régnant à Florence suite au départ de Gattuso a congelé toute négociation, mais l’Inter n’a pas l’intention d’abandonner sa prise et elle souhaiterait s'offrir le gardien polonais avec l’insertion de contreparties technique pour en faire diminuer la valeur, 20 millions d’euros selon la Viola, en proposant un échange. Le joueur visé se nomme Stefano Sensi, mais le joueur, a plus forte raison depuis le malaise d’Eriksen, devrait être évalué par Inzaghi. Mais sa situation reste très instable étant donné qu’il dispose d’une valeur similaire à celle du portier. "Un échange sec entre les deux parties pourrait permettre à l’Inter d’atteindre son objectif, mais l’Inter dispose aussi d’autres joueurs qu’elle pourrait insérer tel que Ionut Radu, qui évidemment, serait barré à Milan. Il ne faut pas oublier également le défenseur belge Vanheusden qui est destiné à revenir en Nerazzurro et qui avait été approché par la Fiorentina l’été dernier." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. IM TOGETHER: Our Scudetto Season Review, le film de la saison 2020-2021, est sorti ce 15 Juin , en avant-première sur la chaîne YouTube officielle d'Inter et sur Inter TV. Une production Inter Media House présentée avec le Crédit Agricole: les caméras d'Inter Media House ont suivi l'équipe tout au long de la saison, pour un total de plus de 260 heures. Le tout accompagné des voix des protagonistes de cette année: 18 interviews exclusives enregistrées sur nos micros, dans lesquelles joueurs, staff et managers racontent les émotions vécues lors d'un voyage extraordinaire qui s'est terminé en triomphe. Tous les moments les plus significatifs de cet incroyable voyage sont inclus, de ceux que vous avez déjà vus à d'autres moments importants inédits, tels que le voyage retour en avion festif de Crotone, et bien plus encore. Bref, toute notre Inter est incluse: De septembre à Mai, un voyage incontournable. Terminé tous ensemble : IM Together. Ensemble, nous surmontons toutes les difficultés Ensemble, nous devenons meilleurs Ensemble, les rêves deviennent réalité Les citations suivantes sont de Lukaku, Darmian, Eriksen, Sensi, Pinamonti, de Vrij, Skriniar, Sensi, Young, Kolarov et Padelli , sortis en exclusivité dans le film de la saison : Vous pouvez les retrouver dans la vidéo en bas de l'article. Romelu Lukaku : ''Séville a été le moment le plus difficile'' ''Après Séville a été le moment le plus difficile. Je pense le plus difficile de ma carrière. Un matin, trois ou quatre jours plus tard, je me suis réveillé en me disant que cette année on gagnerait avec cette équipe et que je ferais tout pour gagner. Lors du premier entraînement, j'ai vu que beaucoup de joueurs avaient une faim incroyable, et dès le premier jour je me suis dit : Cette année, nous allons le faire.'' Matteo Darmian : ''Travail et sacrifice, nous n'avons jamais abandonné'' "Quand vous pouvez aider l'équipe et marquer des buts, c'est super, surtout quand ils sont cruciaux pour la victoire. J'ai toujours essayé d'être prêt, de me rendre disponible pour l'entraîneur, pour l'équipe et d'apporter ma contribution. Je suis heureux d'avoir marqué des buts importants, mais l'essentiel est que l'équipe ait atteint un objectif si dur et difficile avec autant de travail et de sacrifices. Jusqu'à ce que ce soit mathématiquement certain, nous n'avons jamais cédé d'un iota et nous avons toujours essayé de ramener le plus de points possible.'' Christian Eriksen : ''Le but contre le Milan en coupe était un moment spécial'' "J'ai marqué quelques buts sur coup franc dans ma carrière, mais j'en étais certainement très fier de celui là (le coup franc contre le Milan, ndlr), ainsi que pour le moment: marquer dans les dernières minutes durant Le match de Coupe pour se qualifier était spécial. Je pense que cela a changé la perception des autres, je pense que cela a montré que je suis un joueur sur lequel on peut compter.'' Stefano Sensi : ''Des fans extraordinaires, nous avons hâte de les revoir tous au stade'' ''Nous pouvons dire que cette année, nous avons été les meilleurs après neuf ans de domination de la Juventus et c'est le résultat de l'excellent travail que nous avons accompli. Les fans sont fondamentaux pour nous, nous pouvons tous dire qu'ils nous ont beaucoup manqué et que nous avons hâte qu'ils reviennent. Après tout ce temps sans eux, réentendre leurs chants et l'inspiration qu'ils nous ont toujours montrée sera fantastique.'' Stefan de Vrij : ''Une belle compréhension avec Milan Skriniar, c'est un plaisir de travailler ensemble'' ''Notre plan de jeu défensif commence avec les attaquants et notre plan offensif commence avec le gardien de but, nous le disons toujours parce que c'est ainsi que nous travaillons et parce que nous sommes unis. Skriniar a fait d'importants pas en avant en tant que joueur, il s'est beaucoup amélioré et cette année, il a été un roc ! Il arrête tout, il est très fort en tête-à-tête, il a beaucoup de force, on ne peut pas le dépasser. Pour nous, c'est un plaisir de travailler ensemble, de grandir ensemble, et maintenant que nous nous connaissons mieux, nous parlons beaucoup sur le terrain, et nous nous sommes beaucoup améliorés. Il a marqué des buts importants pour nous comme contre l'Atalanta, c'était un but très crucial et cela nous a menés à la victoire. Derrière ce Scudetto, il y a beaucoup de travail et de sacrifices, ce sont donc des émotions uniques.'' Andrea Pinamonti : ''La ligue des champions nous a donné de l'énergie pour continuer'' ''Le moment qui a changé notre saison a été la sortie de la Ligue des champions qui nous a beaucoup fait mal. On s'aime les uns les autres, on a fait un super boulot cette année, donc le groupe s'est réuni de plus en plus pour arriver à la victoire.'' Milan Skriniar : ''Les grands matchs que nous avons gagnés nous ont donné confiance'' ''Les gros matchs que nous avons gagnés contre la Juventus, le Milan et l'Atalanta nous ont donné confiance. Ce sont les moments où nous avons décidé de la saison. Nous avons toujours été unis, cela a été fondamental, je suis fier de cette équipe, nous sommes un grand groupe.'' Aleksandar Kolarov : ''La différence est faite par les hommes'' ''Pour gagner, il faut absolument de la qualité, mais la différence est faite par les hommes. La saison a été longue, mais je pense que la prise de conscience de notre force est venue avec la victoire contre la Juventus. Ils étaient l'équipe à battre et l'ont fait à juste titre dans le match où nous les avons écrasés. Je pense qu'après ce match, quelque chose a tilté en nous, puis ce n'était qu'une question de temps pour gagner le Scudetto.'' Ashley Young : ''Une fierté difficile à décrire'' ''Je ne sais pas s'il y a un match particulier du Scudetto, peut-être contre Sassuolo. Je suis incroyablement fier, je ne peux pas l'expliquer, c'est difficile à décrire, je suis fier de moi, de l'équipe, du staff et de tous ceux qui travaillent pour le Club. Dès le jour où je suis arrivé, ils ont été fantastiques avec moi, et nous avions pour objectif de gagner un jour, nous l'avons fait et c'est incroyable.'' Daniele Padelli : ''Une grande famille'' "Cela aurait été merveilleux de célébrer avec tous les fans au stade, mais ils nous ont quand même fait sentir leur chaleur. Avant chaque match, un joueur parle et dit quelque chose à toute l'équipe et j'ai dit que cette année nous avons montré que nous sommes vraiment une si grande famille, surtout dans une année aussi compliquée. C'est quelque chose dont nous pouvons tous être fiers.''
  3. Stefano Sensi Informations Générales Nom : Sensi Prénom : Stefano Poste : Milieu défensif Date de naissance : 05/08/1995 Lieu de naissance : Urbino Pays : Italie Taille : 168 cm Poids : 62 Kg Numéro de maillot : 12 Au club depuis : Ouverture du mercato estival 2019 Position sur le terrain Biographie Stefano Sensi, né le 5 août 1995 à Urbino en Italie, c'est un footballeur international italien qui évolue au poste de milieu de terrain à l'US Sassuolo. Carrière en Clubs: Formé au Rimini FC, il est par la suite recruté par l'AC Cesena, où il poursuit sa formation. Il est ensuite prêté de 2013 à 2015 à San Marino. De retour à Cesena en 2015, il fait ses débuts en Coupe d'Italie le 20 août, contre le Calcio Catane. Son équipe s'impose par 4 buts à 1 lors de cette rencontre où il est titulaire. Le 13 janvier 2016, il signe en faveur de l'US Sassuolo, mais se voit prêté les six premiers mois à l'AC Cesena, afin de terminer la saison. Sensi découvre la Serie A en étant titularisé en championnat lors de la première journée de la saison 2016-2017, lors d'une victoire face à l'US Palerme (0-1), le 21 août 2016 Le 16 octobre 2016, il inscrit son premier but en championnat, lors d'un match contre le FC Crotone. C'est lui qui égalise et son équipe finit par s'imposer par 2 buts à 1. Il est finalement recruté par l'Inter durant la période pré-mercato du mois de juin sous la forme d'un prêt onéreux de 5 millions d'euros accompagné d'un droit de rachat fixé à 25 millions d'euros à exercer en fin de saison 2019-2020 Equipe Nationale: Avec les moins de 17 ans, il joue une rencontre lors de l'année 2012, face à l'Allemagne. Avec les moins de 20 ans, il joue trois rencontres lors de l'année 2015, face à la Pologne, l'Allemagne et la Suisse. Stefano honore sa première sélection avec l'équipe Italie le 20 novembre 2018, lors d'une victoire 1 but à 0 face aux États-Unis en match amical. Le 26 mars 2019, pour sa deuxième sélection avec l'Italie, il marque son premier but avec l'équipe nationale en match de qualification pour la Ligue des Nations face au Liechtenstein. Titulaire, c'est lui qui ouvre le score de la tête sur un centre côté gauche de Leonardo Spinazzola, et son équipe s'impose au final sur le score de 6-0. Le saviez-vous ? Stefano est le premier recrutement officiel de l'ère Antonio Conte. International italie, ce dernier est encensé par la presse italienne qui voit en son recrutement, un profil à la Pirlo pour Conte. Gageons de lui souhaiter un avenir tout aussi radieux Palmarès: Néant Parcours: En Club: AC Cesensa (2013-2016) San Marino (2013-2015 - prêté) US Sassuolo (2016-2019) Ac Cesena (2016 - prêté) Internazionale FC : Ouverture du mercato estival 2019 En équipe nationale 2012: Italie U-17 2015: Italie U-20 2018: Italie ©Wikipedia
  4. La Curva Nord a pensé au malheureux Stefano Sensi, qui, après avoir vécu une saison cauchemardesque avec l’Inter, a dû tirer un trait sur l’Euro 2020 "Même lorsque tout semble perdu, c’est la Volonté qui édifie ton destin. La vie a besoin d’hommes courageux qui ne perdent pas l’envie de rêver et de se battre. Malgré de nombreux obstacles, ta classe l’emportera. Stefano Sensi : La Nord est avec toi!" Stefano Sensi a partagé cette déclaration sur Instagram en y répondant par un simple "Gratitude et reconnaissance, pour toujours Forza Inter" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. En effet, Stefano Sensi a définitivement dit adieu à l’Euro suite à la blessure à l’adducteur dont il avait été victime lors de son dernier match avec l’Inter Révélation du Corriere Delle Sera Sur la nature de ces problèmes, il y a déjà eu des débats et il y en aura encore. La théorie qui est partagée par les médecins confirme qu’il ne s’agit pas d’un problème relatif à la charge des entrainements, aussi bien ceux de Conte que ceux de Mancini avec l’Italie. Le problème de Sensi est qu’il ne s’agit jamais de la même blessure et qu’il est toujours frappé à différent points de sa musculature : Le garçon d’Urbino est tout simplement un joueur délicat Le précédent Rossi "Un Sensi au meilleur de lui-même est d’une grande aide pour n’importe quelle grande équipe, mais avec cette inconnue, chaque programmation le concernant est conditionné. Qui serait disposé à investir sur le joueur le plus souvent blessé d’Italie ?" souligne le Corriere Della Sera Son jeune âge, il fêtera ses 26 ans le 5 août, est sans doute son allié, mais tous le comparent à Giuseppe Rossi, l’ancien attaquant de Parme et de la Fiorentina qui a été victime de trois très graves blessures au genoux, ce qui l’avait pénalisé et empêché de connaitre une carrière extraordinaire Validez-vous cette comparaison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. L'Inter, en recrutant Simone Inzaghi a donc opté pour un entraineur compatible au dispositif mis en place par le démissionnaire Antonio Conte. Disposant d’un contrat de deux ans à hauteur de 4 millions d’euros, Simone réalise le grand saut vers une équipe du top après avoir réalisé d’excellentes performances avec la Lazio de Rome. Qui sait d’ailleurs, si la saison dernière, sans l’apparition du Covid, si celle-ci n’aurait pas été consacré Championne d’Italie ? Comme indiqué ci-dessus, Inzaghi est un adepte du 3-5-2, un dispositif tactique qui garantira une certaine continuité dans le club Champion d’Italie, sans devoir le révolutionner! Premier constat En effet, selon la Gazzetta Dello Sport, le milieu de terrain ne devrait pas être énormément bouleversé: "Devant la défense, à la Leiva, devrait être confirmé Marcelo Brozovic avec Nicolò Barella intouchable au milieu de terrain. Il faudra aussi s’attarder sur la position d’Eriksen, même si Sensi semble plus adapté aux idées de jeu de Simone. Toutefois, l’italien est en manque de physique." "Nous parlons ici d’un entraineur qui fait très attention aux schéma tactiques, il n’hésite pas à faire évoluer les siens hors de leurs postes de prédilection, comme ce fut le cas pour Parolo ou Marusic. Il fait également usage du 4-3-3." Un même dispositif, mais un style de jeu différent "De Conte à Inzaghi, on retrouve un même fond de jeu, mais avec une application différente : On va passer d’un jeu très codé à une plus grande liberté d’action sur le terrain : Si dans la pratique les joueurs sous Conte exécutait leurs partitions par cœurs, avec Simone, on va retrouver une plus grande possibilité d’interprétation de la situation." Eriksen, la pièce maitresse ? En effet, le danois est arrivé à l’Inter muni d’un bagage footballistique différent de celui du Calcio, et il a énormément souffert de la rigidité d’Antonio Conte. Lorsque qu’il a enfin assimilé les ordres reçus, il a pris son envol. "A présent, avec Inzaghi aux commandes, Eriksen peut penser à un futur ambitieux à la Luis Alberto :Soit devenir le milieu de terrain de qualité qui apportera sa touche, pour mener à bien les actions devant les buts ,et pour tirer vers la cage." Si le Mercato le permet, la Lula conservera également sa force de destruction massive, car ce serait criminel de se séparer du duo formé par Conte. "Plus que Lautaro, Simone misera sur Lukaku, car si Immobile a réussi à obtenir le Soulier d’Or grâce à lui, qui sait jusqu’où il pourra faire s’élever Romelu. Il faudra aussi voir si le belge continuera à évoluer avec autant de temps de jeu sur le terrain, mais il va très certainement continuer à accentuer sa tendance à courir sur un terrain de jeu ouvert." Inzaghi va également retrouver Stefan De Vrij, un joueur qu’il a entrainé à la Lazio et qui s’était avéré fondamental dans son 3-5-2. L’entraineur assumera également l’importante fondamental de ses ailiers dans son dispositif au niveau du milieu de terrain "Brozovic est un Regista plus dynamique que Leiva, alors que Barella présente une structure physique et un profil différent de celui de Milinkovic : Pour Inzaghi, si le moteur change de cylindrée, il ne perd pas en efficacité. Hakimi a déjà reçu de nombreuses offre de la part des grands d’Europe, mais ils ne sont que peu comme lui, en Serie A, à faire des ravages sur l’aile droite: Achraf faisant plus de dégâts que Lazzari. En somme, l’importance des cinq au milieu du terrain reste similaire, même en passant d’un 3-5-2 à un autre." Le Saviez-Vous ? L’Atletico Madrid fait le forcing pour attirer Lautaro Martinez en Espagne. Reste à savoir si l’offre qui sera proposé à Alejnadro Camano et à Lautaro Martinez sera assez séduisante et si celle-ci sera assez convaincante pour l’Inter. Pour résumer: Inzaghi aura donc face à lui des joueurs déjà bien rôdé à son système de jeu favori. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. gladis32

    Une offre pour Sensi ?

    Même s'il semble y avoir une accélération dans le processus entre Oaktree et le Suning, une chose reste certaine, il faudra vendre pour équilibrer le budget. Bien entendu l'idée principale est de ne pas toucher à la colonne vertébrale de l'équipe, une position à laquelle Stefano Sensi n'est pas intégrée. Pour rappel il n'a commencé que trois rencontres cette saison, toutes ses autres apparitions viennent du banc. Celui qui aura 26 ans le 6 août prochain a peut être son destin lié à son ancien entraineur, Roberto De Zerbi, qui sera l'an prochain au Shakhtar Donetsk. Le club ukrainien fait face à ses demandes et l'une d'elles est donc d’attraper Sensi, un joueur qu'il apprécie pour l'avoir coaché en 2018/2019. A l'écoute de toute offre, le club souhaiterait le vendre avant le 30 juin, fin de l'exercice comptable. L'Inter compte même sur un alignement des planètes : avec un Veratti pas à 100% pour l'Euro, Sensi aura peut être l'occasion de briller si Mancini le place titulaire. Une aubaine pour mieux le vendre donc. ®gladis32 - internazionale.fr
  8. A travers YouTube, l’Inter a partagé les moments les plus intenses de ce mercredi 05 mai 2021. Soit celui de la reprise de l’entrainement sous le Signe du Scudetto. Si cette vidéo est sous-titrée en anglais, nous vous proposer les déclarations des principaux protagonistes à Inter TV Samir Handanovic "Nous devons encore le fêter, nous n’en sommes qu’à la dégustation. J’ai regardé Sassuolo-Atalanta et je n’y croyais pas, c’était une joie immense après tant d’années. Je le dédie à mon épouse et à mes enfants qui m’ont toujours soutenu durant ces années." Stefano Sensi Qui pour l’anecdote a été le premier a envoyer des messages dans le Chat interiste: "Quelle joie immense, j’ai du mal à le décrire, c’est une telle joie." La dédicace à un équipier ? "Par force à Brozovic, c’est le numéro un, celui que tout le monde aimerait avoir." Lautaro Martinez "C’était une grande émotion, je l’ai célébré à la maison en famille et en Visio avec mes parents en Argentine, eux aussi sont très heureux." Une dédicace pour un équipier ? "Elle l’est pour tous, car nous avons tous travaillé et nous nous sommes tous amélioré tous ensemble, durant cette saison, au cours des entrainements. Je suis fier d’avoir remporté un Scudetto difficile, c’était long." "Le premier à avoir écrit dans le Chat "Olé" après Sassuolo-Atalanta était Sensi. Vous aviez parié que vous alliez vous faire un tatouage en cas de Scudetto..... "Je le ferai cette semaine ou la semaine prochaine." Alessandro Bastoni Mon moment Scudetto ? "La victoire face à la Juve. Nous les avons dépossédé à ce moment-là, ils étaient champions durant 9 ans. Ensuite, le Derby gagné 3-0. C’était un match merveilleux." Stefan De Vrij Il n’avait pas regardé le match, mais a été ‘avisé par Stefano Sensi dans le Chat Grouppé : "Il y a eu tant d messages, Ce premier Scudetto est une si belle émotion. Les Tifosi ont souffert ces dernières années et ils méritaient un triomphe." Mon moment Scudetto ? "Je dirais la victoire face à l’Atalanta :Elle était extrêmement difficile, mais ramenée à la maison." Romelu Lukaku, lui n’arrive toujours pas à trouver ses mots. De son côté Steven Zhang s’est livré, visiblement ému ou émoussé, c’est au choix : "Vous avez écrit une page de l’Histoire de l’Inter, je vous remercie. Vous êtes spéciaux, vous avez fait quelque chose d’historique, de si beau pour le Club, Nous allons bien en profiter ce mois-ci. Je n’y crois pas encore, j’ai l’impression d’être dans un rêve." Si l’Inter ne vient pas à l’emporter ce samedi, il ne faudra pas lui en tenir rigueur : Cette semaine étant placée sous le signe de la célébration! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Le Scudetto nous revient après 11 ans d'attente et avec quatre matchs à jouer. Fatigue, détermination, faim, dévouement, victoires, célébrations ont tous accompagné un exploit qui restera gravé dans l'histoire. Voici l'équipe qui a remporté le dix-neuvième Scudetto de l'histoire de l'Inter. Samir Handanovic Le capitaine, à l'Inter depuis l'été 2012, a porté notre maillot à 386 reprises, devenant le gardien de but avec le deuxième plus grand nombre d'apparitions dans l'histoire des Nerazzurri. En championnat, il a récolté 14 clean sheets en 34 matchs et cette saison, il a passé le cap des 500 matchs en Serie A, devenant ainsi le gardien de but étranger le plus capé de l'histoire de la Serie A. Sa contribution entre les postes dans les matchs clés a été essentielle, comme dans le succès au Derby de Milan où il a réalisé trois arrêts incroyables en un peu moins d'une minute. Achraf Hakimi Il a remporté le Scudetto lors de sa première saison avec nous. Imparable avec son accélération sur l'aile droite, rapide sur le terrain et franchissant des étapes importantes, l'ailier marocain a accumulé sept buts et six passes décisives en championnat, s'imposant comme l'une des meilleures recrues de Serie A. Aussi rapide à se faire connaitre, il a marqué ses débuts en championnat avec deux passes et un but lors des deux premiers matchs officiels contre Benevento et la Fiorentina. Son premier doublé est venu contre Bologne, et ses deux dernières passes ont été pour Darmian lors de deux victoires cruciales contre Cagliari et l'Hellas. Ses incursions offensives dangereuses ont été cruciales dans le run-in de l'Inter, comme le montre son dernier but contre Crotone. Roberto Gagliardini À l'Inter depuis Janvier 2017, à sa cinquième saison chez les Nerazzurri, il a disputé 31 matches, 26 en championnat, marquant deux buts: le premier lors de la victoire contre Benevento quand il a également effectué une passe; le deuxième dans l'un des matchs fondamentaux de la course du Scudetto de l'Inter, en première partie contre Sassuolo. Un but qui a couronné l'une des meilleures performances saisonnières du milieu de terrain né en 1994 qui, lorsqu'il a marqué, s'est transformé en une amulette pour l'équipe: l'Inter, en fait, a remporté les onze matchs de Serie A dans lesquels Roberto Gagliardini a marqué. Stefan de Vrij À l'Inter depuis l'été 2018, il a reçu le prix individuel du meilleur défenseur de Serie A en 2019-2020 et a été inclus dans l'équipe de l'année de la dernière saison. Sa croissance a été constante et cette saison, il a scellé sa place de point focal dans la défense: un silencieux et précieux leader, comme le confirment ses 123 apparitions sous le maillot Nerazzurri. Les statistiques le récompensent surtout pour ses interceptions et dans son jeu d'approche (1 but et 31 apparitions en Serie A 2020/21). Alexis Sanchez À l'Inter depuis août 2019, il a apporté sa technique, son expérience, son imprévisibilité et tout son courage à la cause Nerazzurra. "Âme et corps": c'est ainsi qu'il s'est lancé dans l'extraordinaire course de l'équipe vers le 19e Scudetto, se taillant avec détermination et humilité. Il a fait 37 apparitions cette saison, et 27 en championnat, où il en a fourni six passes décisives et a marqué cinq buts, trois de suite entre le but contre le Genoa et son doublé contre Parme, victoires fondamentales dans les deux matchs disputés après avoir dépassé le MILAN au classement. Matias Vecino Né en 1991, il a rejoint l'Inter à l'été 2017 et au cours de ses quatre saisons avec les Nerazzurri, il a marqué des buts décisifs pour l'équipe et pour tous les fans. L'Uruguayen est revenu sur le terrain en 2021 après une opération au genou l'été dernier, franchissant une étape prestigieuse avec les Nerazzurri: la victoire contre Cagliari était en fait sa 100e apparition pour l'Inter toutes compétitions confondues. Romelu Lukaku Gigantesque, injouable, puissant. À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, il a aidé à chasser et à gagner le Scudetto, en grande partie grâce à ses buts et ses passes décisives. 27 buts cette saison, 21 en championnat accompagnés de dix passes décisives, dans une saison au cours de laquelle l'attaquant belge a battu des records et franchi le cap des 300 buts en tant que professionnel: 61 sont venus lors de ses 92 apparitions pour les Nerazzurri (44 en Serie A, 4 en Coppa Italia, 6 en Ligue des champions, 7 en Ligue Europa). Récompensé en tant que joueur de Serie A du mois en Février, Lukaku a porté l'équipe à travers l'un des points clés de la saison lorsque, en l'espace de deux semaines, il a marqué un doublé lors de la victoire 3-1 contre la Lazio, suivi de un but et une passe décisive contre le Milan (3-0) avec une célébration inoubliable, et un autre but et une passe contre Genoa. Lautaro Martinez Aux côtés de Lukaku, il a formé le duo le plus prolifique de la Serie A (36 buts à eux deux en championnat). "Il Toro" Lautaro Martinez, à l'Inter depuis juillet 2018, a fourni cinq passes et marqué 15 buts en Serie A cette saison, dépassant son record de la saison dernière (il a terminé la saison dernière avec 14 buts en 35 apparitions). Toujours présent, l'attaquant argentin est le seul joueur à avoir disputé tous les matchs de championnat (34) et les matchs de saison (44 apparitions au total). Sa saison a commencé avec trois buts et une passe décisive dans les trois premiers matchs, étant deux fois le protagoniste avec plusieurs buts: un triplé contre Crotone au Meazza et un doublé dans le Derby de Milan. Aleksandar Kolarov Une première saison chez les Nerazzurri pour le défenseur serbe arrivé à l'Inter le 8 septembre 2020. L'expérience et la qualité sont des caractéristiques fondamentales de son répertoire footballistique. Il a fait onze apparitions cette saison, et sept en championnat, où il a fourni l'une des plus belles passes décisives de la saison: un coup franc parfaitement placé pour le but de Perisic lors du match contre Parme. Stefano Sensi À l'Inter depuis l'été 2019, après une saison baptisée de buts à ses débuts en championnat contre Lecce et dans laquelle il a mis en valeur toutes ses qualités, le milieu de terrain né en 1995 a fait 17 apparitions cette année, dont 14 en championnat où il est entré sur le terrain en tant que titulaire dans les victoires contre Benevento, Cagliari et Crotone. Andrea Ranocchia A l'Inter depuis la saison 2010-2011, il est le seul joueur de l'équipe à remporter son deuxième trophée avec les Nerazzurri après la victoire de la Coppa Italia en mai 2011 en finale contre Palerme. Sa passion pour le football et pour l'Inter, son travail, son engagement et son dévouement se sont étendus sur ces dix années, faisant de lui une ressource précieuse et un exemple pour ses coéquipiers et les supporters. Ivan Perisic Ivan Perisic a grandi de mieux en mieux tout au long de la saison où, match après match, il s'est taillé un rôle fondamental dans la conquête du Scudetto. Après sa saison prêtée au Bayern Munich, le Croate s'est rendu disponible pour l'équipe et en tant qu'ailier offensif à part entière, il a montré toutes ses qualités, précieuses en récupérations de balles, comme sur le front offensif: 29 apparitions en championnat où il a brillé lors de matches clés tels que les matches de deuxième partie contre la Lazio et le Milan (dans lesquels il a fourni deux de ses quatre passes décisives en Serie A en 2020-2021). Trois buts inscrits en championnat, le plus récent contre la Spezia, lorsqu'il a franchi le cap des 200 apparitions à l'Inter toutes compétitions confondues. Ashley Young Il rejoint les Nerazzurri en janvier 2020, il a immédiatement montré ses qualités, marquant quatre buts et obtenant quatre passes décisives en deuxième partie de la saison dernière. Générosité et vision du jeu sont les traits qui ont également caractérisé son jeu cette saison, dans laquelle l'ailier anglais a été déployé à 31 reprises, avec 23 apparitions en championnat et trois passes décisives. Arturo Vidal La première saison de Vidal sous la tunique Nerazzurra. Après son arrivée à l'Inter en septembre 2020, il a joué 23 matchs de championnat et 30 matchs toutes compétitions confondues, fournissant une passe et marquant deux fois dans le process. Ces deux buts sont survenus en Janvier: après s'être emparé de la Fiorentina en huitièmes de finale de la Coppa Italia, il a trouvé le chemin des filets dans l'une des plus grandes rencontres de la saison. En effet, sa tête contre la Juventus a été l'un des moments clés de la campagne. Nicolò Barella Il est le joueur de champ qui a joué le plus de minutes cette saison. Lors de sa deuxième campagne à l'Inter, il s'est avéré être un pilier clé du milieu de terrain grâce à sa capacité technique, sa vision, sa qualité et son intensité. Joueur dynamique et agressif, il joue avec sa tête et ses pieds et a marqué de grands et importants buts. Sa volée contre Cagliari a déclenché un retour fantastique, tout en scellant la victoire des Nerazzurri contre la Juventus. Ensuite, il y a eu sa brillante frappe du pied droit à Florence. Trois buts et six passes pour le joueur de 24 ans en championnat cette saison. Christian Eriksen Quatrième Danois de l'histoire de l'Inter, il est au Club depuis janvier 2020. Le moment clé pour lui cette saison est venu en quarts de finale de la Coppa Italia lorsque son coup franc parfait a envoyé l'Inter en demi-finale. Il a trouvé sa place dans la configuration tactique de l'Inter au cours de la seconde moitié de la saison, sa contribution aidant les hommes d'Antonio Conte à devancer leurs rivaux. Au Stadio Diego Armando Maradona, il a marqué son deuxième but en Serie A avec une fantastique frappe du pied gauche de l'extérieur de la surface. Il a ensuite trouvé le filet pour la septième fois sous le maillot de l'Inter lorsqu'il a ouvert le score contre Crotone. Daniele Padelli Il est à l'Inter depuis le 3 juillet 2017. Après avoir fait ses débuts le 12 Décembre de la même année, il a fait huit apparitions au total. Six d'entre eux sont survenus la saison dernière lorsqu'il a remplacé Handanovic et a également gardé le but de l'Inter lors de la victoire de l'équipe lors du Derby de Milan. Il fête désormais le 19e Scudetto du Club qu'il a toujours soutenu: l'Inter! Danilo D'Ambrosio Il est l'un des joueurs qui porte le plus longtemps le maillot Nerazzurri: il est au Club depuis Janvier 2014. Il a souvent joué un rôle crucial, surtout dans les moments les plus critiques. Sa course, ses sacrifices continus, ses blocages, ses passes décisives et ses buts ont été précieux et arrivent souvent à des moments cruciaux. Il a marqué trois buts en championnat cette saison, son dernier contre Cagliari en décembre. Il en a mis dans les phases finales, tout comme il l'a fait contre la Fiorentina pour donner la victoire à l'Inter. Il a trouvé le filet 20 fois en 230 apparitions à l'Inter. Matteo Darmian Lors de sa première saison, il a apporté une contribution vitale au triomphe du Scudetto. En effet, ses buts contre Cagliari et l'Hellas ont scellé deux victoires capitales. Cohérent, assidu et tenace: il a marqué quatre buts cette saison, dont trois en championnat, un record personnel pour lui. Milan Skriniar À sa quatrième saison sous nos couleurs, le défenseur slovaque a débuté 29 des 30 matches de championnat qu'il a disputés cette saison après avoir raté le début de la campagne à cause du Covid. Pilier clé de la défense Nerazzurra, la meilleure de la ligue après avoir encaissé seulement 29 buts en 34 matches, il a joué un rôle crucial grâce à sa force, sa capacité à lire le jeu et sa supériorité dans des situations individuelles. Un match clé pour lui a été le match à domicile contre Atalanta, un match qu'il a marqué (il a marqué un total de trois buts cette saison) et où l'Inter a gardé une clean sheet contre la meilleure attaque. Marcelo Brozovic Le Croate a fait le deuxième plus grand nombre d'apparitions ans l'équipe actuelle (239) et a constamment été plein de course et d'idées. En moyenne, il a parcouru 12 km par match, plus que tout autre joueur. Pilier clé du milieu de terrain de l'Inter, Brozovic a également fourni six passes décisives en championnat et a trouvé le filet contre Parme. Alessandro Bastoni À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, le joueur de 22 ans a été l'un des joueurs les plus marquants et a brillé dans la défense de l'Inter grâce à sa physicalité, sa technique, sa vision et sa précision. L'un de ses moments les plus mémorables de la saison est survenu contre la Juventus: il a joué un incroyable ballon devant (plus de 60 mètres!) pour Barella, qui a fait le 2-0. C'est une saison qui l'a vu lancer un coéquipier pour marquer à trois reprises et faire ses débuts avec la Squadra. Andrea Pinamonti Après avoir traversé les rangs des jeunes Nerazzurri, Andrea Pinamonti est revenu au Club avant la campagne en cours. Sa première apparition à l'Inter a eu lieu en Décembre 2016, l'Italien disputant cinq matches lors de sa première saison. Le premier match de sa deuxième saison a eu lieu contre le Genoa le 24 octobre 2020. C'était la première de sept apparitions cette saison (cinq en championnat, une en Ligue des champions et une en Coppa Italia). Filip Stankovic L'Inter était son destin. Lors de sa première saison en équipe première, il est devenu champion d'Italie avec le club dans lequel il a toujours été et où il a grandi et s'est développé. Andrei Radu Sa carrière Nerazzurra a commencé dans les rangs des jeunes de l'Inter à l'âge de 16 ans. Gardien au caractère bien trempé, il a fait ses débuts au club le 14 mai 2016 contre Sassuolo. Après des périodes de prêt à Avellino, Gênes et Parme, il est retourné chez nous en août 2020.
  10. Sur Sky Sport Italia, Paolo Condo, Matteo Marani et Alessandro Costacurta ont fait les éloges de Eriksen, Conte et Sensi, respectivement. Apparaissant sur Sky Sport Italia, Paolo Condo a fait valoir que l'incapacité de l'Inter à offrir une somme intéressante pour Paredes signifiait qu'ils étaient obligés de se tenir aux côtés d'Eriksen, et il a assumé son propos. "Le tournant a été le coup franc de la Coppa Italia pour battre le Milan. C'était aussi le fait que l'Inter ne pouvait pas se placer sur le mercato de Janvier. Nous avions vu toutes les possibilités avec Paredes, mais le fait que le PSG voulait du cash a bloqué l'accord. Ce fut l'un des moments clés. Ce n'est pas un hasard si à partir du début de la seconde moitié de saison, l'Inter a fait la rupture décisive qui la mènera à remporter le titre." "Eriksen n'a montré que 50% de son potentiel, je suis un 'Eriksiano'. Il s'améliore et il pourrait être la grande acquisition de la saison prochaine. Conte compte sûrement sur lui, Eriksen est convaincu qu'il peut faire un travail différent et important. Personne dans l'équipe interiste n'a sa capacité à jouer ce rôle." Apparaissant en tant qu'invité sur Sky Sport Italia, Matteo Marani a suggéré que les compétences pour motiver de Conte avaient uni toute l'équipe et veillé à ce que les joueurs moins favorisés contribuent au Scudetto. "Il a cette capacité à motiver tout le monde, à emmener tout le monde avec lui et à faire suivre les protagonistes. Un entraîneur est considéré par cela. Même avec l'amélioration des joueurs individuels, combien de fois les réserves et critiques ont-elles été mentionnées? C'était la situation idéale de Conte. Manque de présence de seniors au club, donc une raison plus grande de s'unir et de fermer." "La critique après la sortie de la Ligue des champions, à mon avis, a donné à l'Inter une passe décisive, elle leur a donné du carburant. Une fois, l'un de ses joueurs m'a dit que lorsqu'il perd, il ne vous permet plus de vivre, il n'y a plus de paix du tout. Donc, pour ne pas ressentir cet état d'esprit là-bas, vous faites tout pour gagner." Apparaissant en tant qu'analyste sur Sky Sport Italia pour couvrir le match contre Crotone, Alessandro Costacurta a fait l'éloge de Sensi et a estimé qu'il avait des compétences uniques, même en comparaison avec Eriksen. "L'Inter a été prudente en première mi-temps contre Crotone. Mais la force physique et la technique sont ressorties. Vous pouvez voir pourquoi à la façon dont Sensi joue. Il a des passes qu'aucun autre milieu de terrain n'a, y compris Eriksen. Sensi a une bonne portée de passe et a créé deux occasions. C'est un footballeur complet en dehors de quelques problèmes physiques dont il a souffert. J'aime beaucoup Sensi. Je pense aussi que Marcelo Brozovic a une mentalité incroyable et que la saison qu'il mène est sous-estimée."
  11. Dans une interview accordée à la chaîne Sky Sport Italia avant le match de l'Inter contre Crotone au Stadio Ezio Scida, Marotta a affirmé qu'il cherchait à entamer une période de succès avec l'Inter. "Je suis arrivé ici, à l'Inter, après avoir parlé avec Steven Zhang et je veux commencer une période de domination de l'Inter. L'année dernière, nous avons atteint la finale de la Ligue Europa, ce serait bien de continuer cela et même avec les difficultés, telles que la réduction des revenus liés au COVID-19." "Même à la Juve, Antonio Conte nous a donné, à nous et aux propriétaires, tout son soutien. Aujourd'hui, nous nous trouvons dans la même situation. Conte a pu améliorer l'équipe disponible. Nous sommes proches de la victoire, il y a la bonne pression et la bonne motivation pour nous faire franchir la ligne. Le sentiment est positif, mais nous n'avons encore rien réalisé. Il est juste d'affronter ce test aussi, qui semble facile mais Crotone aura de la motivation. Nous devons jouer un jeu déterminé pour obtenir un résultat positif." "Tout d'abord, Steven a profité de cette apparente tranquillité post-COVID-19 pour vivre la fin de saison avec nous et parler de l'avenir au bon moment. Aujourd'hui, nous nous concentrons sur la fin de la saison, mais il a trouvé un groupe compact grâce au travail de l'entraîneur qui a mis l'accent sur la cohésion du groupe." "Nous avons des professionnels sérieux, nous n'avons eu aucun problème. Conte a un style de leadership très fort et tout le monde a suivi l'entraîneur. Toute pomme pourrie aurait été isolée par le groupe avant même que l'entraîneur ne le fasse. Cette équipe a montré un sentiment d'appartenance et d'attachement au maillot. Peu d'entre eux ont remporté des titres et cela ajoute de la pression, mais aussi une motivation pour atteindre une étape importante qu'ils ne s'attendaient pas à atteindre si tôt." "Il y a des joueurs qui se développent plus lentement. Nicolo Barella a rejoint immédiatement, Sensi a également eu des problèmes physiques qui ont affecté sa cohérence. Mais l'Inter parie sur lui, il est jeune et avec Barella et Alessandro Bastoni, il représente l'avenir de l'équipe."
  12. Dan Cancian a publié le texte suivant "Trapattoni and Conte – Student like teacher" sur gentlemanultra.com le 27 Avril 2021. Il compare le destin de Conte avec celui de Trapattoni. À moins d'un renversement de situation, l'attente de 11 ans de l'Inter pour un Scudetto prendra fin à un moment donné au mois de Mai. Rien ne peut jamais être tenu pour acquis en ce qui concerne l'Inter mais il faudrait un effondrement monumental des Nerazzurri pour laisser passer le Scudetto. L'importance d'un 19e titre de champion pour l'Inter irait bien au-delà de la fin d'une course stérile qui n'a livré qu'une Coppa Italia au cours de la dernière décennie. Non seulement cela mettrait fin à l'emprise de neuf ans de la Juventus sur la Serie A, mais il serait livré par Antonio Conte, l'homme qui a lancé la domination des Bianconeri au cours des 10 dernières années. L'Inter, et dans une certaine mesure la Juventus, ont déjà été ici. En 1989, les Nerazzurri ont tout balayé sur leur passage et battu des records à un rythme de fous en route vers leur premier Scudetto en neuf ans. L'Inter a remporté 58 sur les 68 points disponibles, un record en Serie A pour des victoires à deux points, et a terminé le travail avec cinq matchs à jouer, alors que Giovanni Trapattoni a livré le titre tant désiré par Ernesto Pellegrini depuis qu'il été nommé courant l'été 1986. Comme Conte le ferait trois décennies plus tard, Trapattoni est arrivé au Meazza avec un palmarès scintillant mais un lourd bagage aux yeux de certains fans de l'Inter. Un pilier de l'équipe du Milan AC qui a remporté deux titres de Serie A et deux Coupes d'Europe dans les années 1960, au cours d'une décennie chargée de trophées alors que Trapattoni, entraîneur de la Juventus, a conduit la Vieille Dame à six Scudetti, une Coupe UEFA, une Coupe des vainqueurs de coupe, et le tout premier triomphe du club en Coupe d'Europe, bien que éclipsé par la tragédie du Heysel. Conte n'avait pas de connexion avec le Milan, mais ses liens avec la Juventus étaient sans doute encore plus profonds que ceux de Trapattoni. En 13 saisons avec les Bianconeri en tant que joueur, Conte a remporté cinq titres de champion, dont la fameuse saison 1997-1998 lorsque la Juventus a évincé l'Inter de titre à cause d'une décision d'arbitrage très litigieuse, une Coupe UEFA et cinq autres trophées nationaux. Il faisait également partie de l'équipe qui a atteint la finale de la Ligue des champions trois fois de suite, s'imposant en 1996 contre l'Ajax aux tirs au but mais perdant face au Borussia Dortmund et au Real Madrid les deux années suivantes. Lorsqu'il est revenu à la Juventus en tant qu'entraîneur en 2011, Conte a repris une équipe qui avait terminé septième au cours des deux saisons précédentes et a immédiatement rétabli la Juventus en tant que force dominante en Italie, remportant trois Scudetti consécutifs. Cela aurait pu être une histoire très différente sans Trapattoni, qui avait signé Conte de Lecce lors de son deuxième passage à la Juventus en 1991 et convaincu le jeune milieu de terrain de rester quand il se sentait dépassé par le défi de faire ses preuves dans un environnement étranger . "Si Trapattoni n'avait pas été là, je ne sais pas si je serais resté à la Juventus", se souvient Conte plus tard. Avec Marcello Lippi, qui a succédé à Trapattoni à la Juventus, peu de managers ont eu autant d'impact sur Conte qu'un joueur. Incidemment, le trio a managé l'Italie, la Juventus et l'Inter. Le passage de Lippi à Milan, cependant, a été un échec absolu et il a été limogé au début de sa deuxième saison. Bien que Conte et Trapattoni diffèrent en termes de personnalité, il n'est pas tout à fait surprenant de voir que les équipes du premier cité sont construites sur certains des mêmes principes qui constituaient le noyau des groupes les plus réussis du deuxième. Un style de football souvent jugé trop pragmatique par les observateurs, Fabio Capello et l'ancien attaquant italien Antonio Cassano ont tous deux critiqué l'approche réactive de l'Inter cette saison, ce dernier allant jusqu'à suggérer que s'il était un joueur sous Conte, il demanderait au président de le renvoyer, et cela repose sur une défense solide comme le roc. La Juventus a terminé avec la meilleure défense chaque saison lors des trois titres sous Conte, tandis que les équipes de Trapattoni se sont vantées de la défense la plus parcimonieuse de la ligue dans cinq de ses sept campagnes gagnantes au Scudetto. Cette solidité défensive a été cruciale dans l'Inter cette saison, les Nerazzurri n'ayant concédé que six buts au cours des 16 derniers matchs après avoir accordé 23 buts au cours des 17 premiers matchs de la saison. Le titre de l'Inter sous Trapattoni en 1988-89 a été construit sur une base similaire, les Nerazzurri ayant concédé 19 buts en 34 matchs, à une moyenne de 0,5 but par match, le record défensif actuel de l'Inter extrapolé sur 38 matchs leur donnerait une estimation de concéder 0,8 but par match, une amélioration étonnante pour une équipe qui a concédé 35 en 30 matchs l'année précédente. À l'autre bout du terrain, les versions de Trapattoni et de Conte pour l'Inter sont tout aussi impressionnantes. Sous le premier, les Nerazzurri ont terminé avec le meilleur bilan offensif de la Serie A, pilant 67 buts en 34 matchs à une moyenne de 1,97 buts par match, alors qu'Aldo Serena a été couronné meilleur buteur de la ligue avec 22 buts et Ramon Diaz en a ajouté 12 autres. L'Inter a déjà éclipsé ce total cette saison, marquant 72 buts en 33 matchs, faisant de son attaque la troisième plus prolifique de la Serie A derrière l'Atalanta et Naples. Avec 21 buts, Romelu Lukaku concurrence Cristiano Ronaldo dans la course au Capocanniere award, tandis que Lautaro Martinez a contribué à 15 buts. Hormis Robert Lewandowski et Thomas Muller, Lukaku et Martinez sont le duo offensif le plus prolifique des cinq meilleures ligues européennes. Peut-être plus que tout autre joueur, Lukaku a incarné la renaissance de l'Inter sous Conte. Le Belge est arrivé au Meazza pour un transfert record de 66,6 M£ de Manchester United à l'été 2019 et n'a pas perdu de temps pour s'imposer comme le talisman offensif de l'Inter, récompensant la foi de Conte et prouvant que les sceptiques avaient tort après deux saisons à Old Trafford caractérisées par plus de bas que de hauts. Lukaku a justifié son salaire élevé, comme l'ont fait plusieurs autres signatures de Conte, de Nicolo Barella à Stefano Sensi, Achraf Hakimi et, bien qu'après un départ lent, Christian Eriksen. La frénésie de dépenses de Conte a été une source de débats sans fin depuis son arrivée à l'Inter. Selon les données de Transfermarkt , le club a dépensé 261,3 M£ pour les joueurs au cours des deux dernières saisons, récupérant 133,9 M£. Les partisans de Conte pointent vers le classement et affirment que les dépenses étaient justifiées par la nécessité de refondre complètement une équipe qui avait perdu son chemin. Les détracteurs, quant à eux, pensent que l'Inter a joué trop vite et trop lâche avec son bilan, le Jiangsu FC, le club de Super League chinoise appartenant à Suning Holdings, la société qui contrôle l'Inter, s'est effondré le mois dernier. Quel que soit l'impact à long terme de la frénésie de ces dépenses, pour le moment, l'investissement devrait porter ses fruits pour l'Inter, tout comme il l'a fait il y a plus de trois décennies lorsque, désespéré de combler l'écart avec le Milan et le Napoli, Pellegrini a desserré les cordons de la bourse. En termes de dépenses, les deux premiers étés de Trapattoni étaient un monde loin de celui de Conte, à tel point qu'en écrivant sur La Repubblica en 1986, le légendaire journaliste italien Gianni Mura a décrit Trapattoni comme "de loin le meilleur des signatures de l'Inter". Alors que les arrivées de Matthaus, Brehme, Diaz et Berti ont fait de l'Inter un mastodonte imparable en Italie, il y avait peu de joie à trouver au-delà des frontières du pays. Éliminée en quarts de finale lors de la première année à la tête de Trapattoni, en 1989, l'Inter a été éliminée de la Coupe UEFA au troisième tour pour la deuxième saison consécutive, perdant à cause de la règle des buts l'extérieur contre le Bayern Munich après avoir gaspillé une avance de 2-0 après la première manche à Munich (0-2, 3-1). Trapattoni allait finalement remettre un trophée européen, remportant la Coupe UEFA en 1991, avant de revenir à la Juventus la saison suivante. Les deux premières saisons de Conte ont également été décevantes du point de vue du football européen, l'Inter cédant un but d'avance pour perdre la finale de la Ligue Europa la saison dernière contre Séville et terminant dernière de son groupe de la Ligue des champions cette saison. Un retour en C1 est quasiment garanti, mais avant de se tourner vers l'Europe, l'Inter et Conte devront terminer le travail en Italie. "Je suis pour les défis et l'Inter est le plus difficile de ma carrière", a déclaré Conte au journal italien Il Corriere della Sera plus tôt cette année. Il est à quelques matchs de la conquérir.
  13. En effet, le Scudetto est toujours plus proche de l’Inter. Par le biais d’un concours de circonstance favorable, il pourrait déjà être célébré ce dimanche. Dans le cas contraire, la fête ne serait repoussée que d’une semaine, pour être célébrée au Giuseppe Meazza face à la Sampdoria. Révélation d’Andrea Della Sala "Il s’agit d’un titre extrêmement important et mérité pour l’Inter, un Scudetto qui faisait défaut depuis 11 ans, mais surtout un premier titre pour de nombreux joueurs du noyau. Conte l’a répété à plusieurs reprises : L’Inter est une équipe qui présente des valeurs techniques importantes, mais qui ne possède que très peu d’expérience liée à la Victoire." "Nombreux sont ceux à ne pas avoir soulevé le moindre titre en carrière dans le noyau interiste. Ils seront donc facilement 10 à pouvoir célébrer un premier titre conquis: Cela démarre par les gardiens de buts Stankovic, Radu et Padelli sans oublier le Capitaine Handanovic qui n’est pas le seul titulaire au palmarès vide. Parmi les titulaires de Conte, on retrouve aussi Bastoni et Lautaro. Les joueurs qui complètent cette liste se nomment D'Ambrosio, Gagliardini, Sensi et Pinamonti." "Une longue liste qui est, espérons-le, amenée à disparaitre très rapidement" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Le manager a copté pour "garer le bus'', mais un premier Scudetto depuis 11 ans est en vue après la 11e victoire consécutive de l'Inter contre Cagliari. L'Inter s'apprêtait à prolonger sa course gagnante avec un 11e match consécutif et un ancien joueur réclamait le licenciement du manager. "Ils ne jouent pas bien!" a protesté Antonio Cassano lors de son apparition hebdomadaire sur la chaîne Twitch de Christian Vieri, sa colère s'intensifiant alors qu'il répétait la phrase trois fois. "Antonio Conte joue un 5-3-2, tout le monde derrière le ballon, tout le monde aligné devant son propre but. Il gare le bus et vous ne pouvez pas vous en sortir. Si j'avais un manager comme celui-ci, j'irais voir le président et lui dirais: «Débarrassez-vous de lui»." Cette opinion n'a pas surpris les réguliers téléspectateurs de la chaîne de Bobo. Le dégoût de Cassano pour le football de Conte a été un thème constant de la réussite chaotique de BoboTV depuis son lancement en septembre. C'était connu bien avant cela. C'est un homme qui a expliqué sa décision de ne pas rejoindre la Juventus au début de la dernière décennie en disant qu'il ne pourrait jamais se considérer comme l'un des "petits soldats" du manager. Il est difficile d'imaginer que Conte perde le sommeil à cause de telles remarques. Ces jours-ci, franchement, il est difficile de l'imaginer perdre quoi que ce soit. L'Inter n'a pas perdu un point en Serie A depuis que la phase retour. Leur titre n'est pas encore mathématiquement assuré mais, après avoir battu Cagliari 1-0, ils détiennent une avance de 11 points sur Milan, deuxième, avec huit matchs à jouer. Si l'Inter a fait une erreur, au cours des trois derniers mois, c'est peut-être de rendre tout cela trop facile. Ils sont sur le point de mettre fin à la série de neuf Scudetti consécutifs de la Juventus et de devenir eux-mêmes champions pour la première fois depuis 2010. Mais l'absence de danger a diminué le spectacle de ce sprint final vers la ligne d'arrivée. Lorsqu'il n'y a pas de compétition à proprement parler, certains observateurs chercheront plutôt à chercher les poux sur la tête d'une équipe gagnante. Cassano n'a pas été le seul à critiquer après que l'Inter ait battu Sassuolo tout en détenant moins de 30% de possession. Seulement deux fois en huit matches elle avait terminé au-dessus de 50%. Ils ont dépassé ce chiffre dimanche, bien que de justesse, contre des adversaires qui siègent à la 18e place. L'Inter était toujours en contrôle, le seul tir cadré de Cagliari venant d'une tentative à longue portée du Radja Nainggolan, mais n'a pas brisé l'impasse avant le 77e minute lorsque Matteo Darmian a concrétisé le centre d'Achraf Hakimi au deuxième poteau. Conte a sprinté sur le terrain pour célébrer, partageant une étreinte avec toute l'équipe et plantant un baiser sur le front du Marocain. Dans un Meazza vide, c'est sa réaction, plus encore que celle de ses joueurs, qui a servi à nous rappeler de ce qui était en jeu. Même ainsi, à plein temps, le manager semblait mécontent: pas de son équipe mais du récit qui les entourait. Interrogé sur Sky Sport pourquoi il n'était pas plus heureux, Conte a déclaré que ses joueurs n'obtenaient pas le respect qu'ils méritaient pour leurs réalisations. Il a rappelé à son public que l'Inter lui avait demandé de revenir à la victoire dans les trois ans, et qu'ils étaient sur la bonne voie pour le faire dans deux. Il est dans la nature de Conte de s'attarder sur les affronts perçus. La première partie de cette saison a été caractérisée par une querelle entre lui et Fabio Capello, dont la définition de l'Inter comme une équipe de contre-attaque a suscité une furieuse réaction. En regardant ces chiffres de possession récents, on pourrait conclure que l'ancien manager de l'Angleterre avait eu raison, mais nous entrons ici dans un monde de sémantique contestée et contestable. Conte n'acceptera jamais que son équipe joue en contropiede (contre attaque) mais il parle fièrement de l'efficacité de leur ripartenze, ou, mieux encore, simplement de leur partenze, leur capacité à "relancer" ou simplement "se lancer" rapidement dans des attaques dévastatrices après avoir remporté la possession. Cassano n'est pas le seul à détester une telle approche réactive. Sa suggestion de protester auprès du président, cependant, est plus un aveu de qui il était en tant que footballeur qu'une plainte réaliste. Les propriétaires de l'Inter, et la plupart des supporters, sont ravis de l'homme qui les a remis au sommet. La tendance de Conte à s'apitoyer sur lui-même peut ennuyer, mais son coaching a été brillant, cette course au titre s'appuyant sur des ajustements constants tout au long de la campagne. L'Inter a commencé cette saison à se battre pour la possession beaucoup plus haut sur le terrain, mais a modifié son approche après avoir constaté qu'elle laissait trop de buts pour que même les prolifiques Romelu Lukaku et Lautaro Martínez puissent suivre. Les Nerrazzurri ont concédé 23 buts lors de leurs 17 premiers matchs, mais seulement quatre fois au cours des 13 matchs depuis. Ils sont devenus une lotte de mer de football, un prédateur en embuscade qui tire sa proie, évaluant la perspective d'une récompense et attendant le bon moment pour les dévorer. Près de 70% des buts de l'Inter ont été marqués en seconde période, une statistique qui reflète à la fois la capacité de Conte à identifier et à exploiter les faiblesses des adversaires pendant un match, et la nature d'un plan de match qui invite les adversaires à s'épuiser à poursuivre un but qui le plus souvent n'est jamais atteint. Il l'a fait en intégrant des joueurs qui avaient été précédemment écartés. Les problèmes financiers qui ont empêché les propriétaires du club, Suning, d'investir dans le mercato de janvier, pourraient avoir une bénédiction déguisée, obligeant Conte à se concentrer sur les "récupérations" footballistiques Ivan Perisic et Christian Eriksen déployés respectivement dans de nouveaux rôles d'ailier arrière et milieu de terrain hybride regista / box-to-box. Il y a une flexibilité dans les alignements de l'Inter qui n'était pas présente au début de la saison. Manquant l'influent Nicolò Barella dimanche, Conte a aligné son équipe contre Cagliari avec un trio de milieux offensifs composé de Eriksen, Marcelo Brozovic et Stefano Sensi, mais a compensé ce choix avec la sélection de deux de ses ailiers les plus défensifs: Darmian et Ashley Young. Bien sûr, c'est l'un des remplaçants, Hakimi, dont l'accélération et la percussion par la droite ont déverrouillé la défense de Cagliari. Mais cela aussi sera une source de satisfaction. L'Inter a parfois été accusée de trop compter sur Lukaku et Martínez, qui n'est pas une si mauvaise paire sur laquelle s'appuyer, avec 36 buts et 14 passes décisives pour eux, mais d'autres ont également été décisifs au cours de cette séquence de victoires. Ce qui ressort de cet Inter, c'est le sentiment que, quel que soit le scoreur, le but finira par arriver. Conte a commencé son mandat à l'Inter en insistant sur le fait qu'ils ne seraient plus pazza, fous, un trait que l'hymne du club a endossé. Au lieu de cela, il a fait des références répétées à la Juventus comme modèle de réussite, une équipe avec un accent particulier sur la victoire et rien d'autre. Semaine après semaine, tout au long de la seconde moitié de cette saison, son équipe s'est rapprochée de cet idéal. Quand Cassano regarde jouer Inter, il ne voit qu'un bus garé. Dans le contexte de la Serie A, l'Inter en est venu à ressembler à un poids lourd irrésistible. Texte traduit de "From pazza to partenze: Conte defies Cassano criticism as Inter march on" publié sur le site du Guardian le 12 Avril 2021.
  15. Pour la Gazzetta dello Sport, notre ancien milieu Benoit Cauet a évoqué l'avenir de certains de nos milieux en difficulté cette saison, à commencer par Arturo Vidal : "Il aurait pu donner plus. Durant sa carrière il a toujours montré qu'il était un grand footballeur, il n'a jamais abandonné et il a toujours tiré la charrette. Mais les années passent et il gagne beaucoup. L'Inter pourrait s'en passer tout en économisant son salaire." Avez-vous un nom pour le remplacer ? "J'ai même un couple : Milenkovic-Savic et Pogba. Paul serait le top. Il a eu quelques difficultés à Manchester mais il se retrouve maintenant. C'est dommage que les prix des deux soit très élevé." Vecino : "C'est un excellent joueur qui pour diverses raison jusqu'ici n'a trouvé que peu de place. Il pourrait partir à condition qu'il soit remplacé quelqu'un de plus fort." Sensi : "Les blessures, la malchance... Il a les qualités et il peut être un footballeur de haut niveau. Il est impossible de le juger cette saison et je parierais à nouveau sur lui. L'an dernier il a montré une grande partie de son potentiel et l'avenir peut être de son côté." ®gladis32 - internazionale.fr
  16. C’est un fait, l’Inter d’Antonio Conte fait parler. Très souvent critiquée par le passé, cette saison, la squadra Nerazzurra est auteur de 11 victoires de suite, une série de victoire qui lui permettent d’ambitionner un Scudetto tant attendu depuis 10 ans. Pour Fabrizio Biasin, le mérite en revient à la façon dont a été structurée son noyau. Comme nous tous, Fabrizio pardonne, mais n’oublie pas Son Edito au Libéro "Durant des années, on a cassé les couilles de l’Internazionale FC en disant que ce n’était pas une équipe composée d’italiens et qu'elle misait seulement sur les étrangers. Depuis une paire de saisons, la tendance s’est inversé : Marotta ayant choisi en parfait état de cause de donner une identité Azzurra au groupe Nerazzurro." "Dans ls détail, on retrouve Barella, Bastoni, Sensi, mais aussi des vieux soldats tels que Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini. Sans oublier Matteo Darmian qui est arrivé dans l’indifférence générale, sans présence de tifosi et même avec quelques contestations. Il a été capable de réaliser son devoir comme un grand, preuve en est son but décisif face à Cagliari." "Penser que l’identité italienne est la raison pour laquelle l’Inter passe d’une équipe qui coulait à celle qui surfe est franchement présomptueux. Mais écrire que ce n’était pas une façon d’agir intelligente est également erroné." Les trois clés du succès " La première est que l’Inter est composée d’un noyau de joueurs d’expérience : Pour ne citer qu’eux : Lukaku est un attaquant qui marque un but par match, Brozovic a disputé une Finale de Coupe du Monde, tout comme Perisic. Eriksen a été durant six saisons, l’un des meilleurs voire le meilleur milieu de terrain de la Premier League. De Vrij et Skriniar figurent parmi les défenseurs les plus convoités du continent, sans oublier Barella et Bastoni qui sont encore jeunes, point." "La seconde clé est Conte qui perçoit un salaire comme personne parmi ses collègues de Serie A : 12 millions d’euros et il y a une raison : Il est le plus brave, le plus expérimenté, le plus doué pour gérer les 38 journées." "La troisième clé, ce sont Marotta et Ausilio qui n’ont pas seulement acheté des joueurs, ils ont su construire une équipe. Et si vous y pensez, ce sont deux concepts bien différents." Etes-vous d’accord avec l’analyse du Tifoso Nerazzurro ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Regarde ça, cette étreinte. Regarde Antonio Conte embrassant Achraf Hakimi. Regarde la joie sur le visage de Matteo Darmian alors qui glissait sur la surface lisse du terrain du Meazza. C'était une véritable démonstration de la force qui lie ce groupe. Ils sont comme les cinq doigts de la main, même quand il y a les murs les plus obstinés à abattre. Nous savons tous que le football est étrange. Contre Sassuolo, l'Inter a marqué deux fois sur deux tirs cadrés. Contre Cagliari, Vicario a déjoué les Nerazzurri à de nombreuses reprises lors de ses débuts en Serie A. L'Inter a fait 15 tirs, dont 7 étaient cadrés, mais c'était une petite tape après ce qui ressemblait pratiquement à une mêlée de rugby qui a scellé les trois points pour les Nerazzurri. Lukaku à Hakimi à Darmian, but. L'Inter s'est endormie un peu vers la fin mais elle a tenu bon pour sa onzième victoire consécutive. 74 points maintenant, onze d'avance. L'Inter était sans Nicolò Barella suspendu pour la première fois cette saison et a apporté quelques changements après la victoire sur Sassuolo. Bastoni et Brozovic sont revenus dans le onze de départ, Darmian a commencé sur la droite, Sensi a été déployé au centre tandis que Sanchez est associé à Lukaku devant. C'était une journée pour les gardiens de but: Handanovic a égalé Ivano Bordon sur la liste des apparitions de tous les temps à l'Inter, tandis que Vicario a marqué ses débuts à Cagliari par une superbe performance. Les Nerazzurri avaient un contrôle presque total du ballon. Alors que le trio de milieu de terrain de Brozovic, Sensi et Eriksen faisait tourner les choses, Sanchez créait l'espace pour aller de l'avant. Les vagues de mouvements vers l'avant interistes se sont souvent écrasées contre un mur créé par les hommes de Semplici, qui étaient bas avec deux lignes basses et cherchaient à fermer tout espace qui pourrait apparaître. Accélérer le rythme et impliquer tout le monde était la clé pour débloquer une défense aussi dense. La longue portée est également devenu une arme utile; Eriksen pensait avoir marqué avec une superbe frappe du pied droit, mais Vicario a réussi un arrêt stupéfiant pour refuser le Danois. Créer de l'espace, nous disions: Sanchez a trouvé le filet, mais était hors-jeu. Sensi et Sanchez y allaient sous le même angle, sur le bord de la surface, tirant avec entêtement et grande détermination. Cagliari s'est organisé et a essayé de s'appuyer sur Pavoletti pour alléger le fardeau, en s'appuyant sur des tirs de loin de Nainggolan pour essayer de piquer l'Inter, comme la saison dernière au Meazza. À la 40e minute, énième chance pour l'Inter: Sanchez s'est échappé et a passé à Darmian, mais son tir du gauche de l'intérieur de la surface a été bloqué par un excellent arrêt de Vicario. Cette équipe de Cagliari a été difficile: lorsque vous êtes dans la zone de relégation, ces points sont comme de la poussière d'or, et les tentatives désespérées de but de l'équipe sarde ont rendu la tâche encore plus difficile pour l'Inter. Les hôtes étaient nerveux sur leurs sièges avec les arrêts effectués par Vicario, dans ce qui est devenu un duel prolongé, un face-à-face entre les Nerazzurri et le gardien de Cagliari. Ses arrêts se sont multipliés et se sont multipliés et se sont multipliés. L'Inter n'a trouvé aucune ouverture et s'est essayé aux tirs de loin: Sensi, Eriksen et Lukaku ont tous tenté leur chance et ont tous été bloqués par les gants du gardien. Le but, la libération et la joie sont arrivés à la 77e minute. L'obstination des Nerazzurri n'a pas non plus été gâchée: c'était une phase de jeu classique, née du travail d'équipe. Lukaku a lâché son marqueur et a passé à Hakimi qui était frais et énergique, sur sa droite. Il est allé plus loin, et Darmian a pénétré au centre, a joué à sa gauche juste au moment où le Marocain lui passer la balle. Son pied gauche envoya le ballon en l'air et il s'enfonça dans le fond du filet, faisant fondre la boule qui était au fond de la gorge de l'Inter pendant bien trop longtemps. De la joie et des câlins, puis une autre lutte. Parce que Cagliari a amélioré son jeu, pour la première fois. Ils se sont déchaînés vers l'avant, mettant le ballon en l'air pour leurs menaces aériennes. Un autre jeu a commencé, composé d'en-têtes et de ruptures et de rebonds. Les jambes fraîches de Gagliardini, Vecino et D'Ambrosio ont stimulé l'équipe et Lukaku a assuré le jeu final. Cela fait 11 victoires consécutives et 11 points d'avance. INTER 1-0 CAGLIARI INTER (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (33 D'Ambrosio 84 '), 24 Eriksen (5 Gagliardini 81'), 77 Brozovic, 12 Sensi (8 Vecino 81 '), 15 Young (2 Hakimi 70'); 9 Lukaku, 7 Sanchez (10 Lautaro 70 '). Remplaçants : 27 Padelli, 97 Radu, 13 Ranocchia, 14 Perisic, 99 Pinamonti. Entraîneur : Antonio Conte. CAGLIARI (3-5-2) : 31 Vicario; 24 Rugani (9 Simeone 84 '), 2 Godin, 44 Carboni; 25 Zappa (27 Cerri 91 '), 8 Marin, 4 Nainggolan, 32 Duncan (19 Asamoah 72'), 18 Nandez; 30 Pavoletti (20 Pereiro 91 '), 10 Joao Pedro. Remplaçants : 1 Aresti, 34 Ciocci, 3 Tripaldelli, 15 Klavan, 16 Calabresi, 22 Lykogiannis, 40 Walukiewicz. Entraîneur : Leonardo Semplici. Buteurs : 77 'Darmian (I) Avertissements : Brozovic (I), Nainggolan (C) Temps supplémentaire : 0' - 3 '. Arbitre : Pairetto. Juges de lignes : Valeriani, Imperiale. Quatrième arbitre : Massimi.
  18. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur l’Inter à en devenir pour la saison prochaine. Si l’équipe a seulement et exclusivement en tête la conquête du Scudetto, l’année prochaine devra être celle de la confirmation. Analyse de la Rosea secteur par secteur Gardien La prolongation de contrat d’Handanovic pour aller outre 2022 n’est pas encore arrivé. Terminer cette saison d’une belle manière serait utile pour commencer à en parler. Le discours est différents pour Radu et Padelli : Le premier partira en prêt, le second, en fin de contrat devra faire le point avec le club La défense En défense, la plus grande partie de la situation est déjà bien éclaircie, dans un sens ou dans l’autre : De Vrij, Bastoni et D’Ambrosio sont en passe d'être prolongés. Pour Kolarov, une confirmation semble compliquée. Darmian a été racheté en début d’année et il n’y a aucun doute pour Skriniar. L’interrogation concerne Ranocchia qui est en fin de contrat : Prolongera-t ’il pour une saison de plus ou partira-t ’il pour trouver du temps de jeu ailleurs ? La décision lui reviendra quasi exclusivement, le club le soutiendra dans tous les cas Le milieu de terrain Au milieu de terrain, nombreux sont ceux qui jouent leur avenir : Les certitudes sont Barella, Brozovic et Hakimi. En sortie, on retrouve Young qui restera difficilement Nerazzurro au 30 juin et Vecino qui sera mis sur le mercato Gagliardini, Sensi, Vidal et Perisic forment le groupe à évaluer, surtout le chilien qui devra prouver en cette fin de championnat. Dans le cas contraire, l’Inter pourrait penser à le remercier et à lui serrer la main tout en épargnant 6,5 millions d’euros net courant jusqu’en 2022, mais avec une option pour arriver jusqu’en 2023 L’attaque En attaque, il n’y a que très peu de doute : Lukaku et Lautaro sont intransférable. Il est difficile de penser à un départ de Sanchez en considérant son rendement, qui est tout de même positif, et la durée de son contrat valide jusqu’au 30 juin 2023 Il est très probable que Pinamonti sera cédé par prêt en totalisant seulement 59 minutes de jeu entre la Serie A (5matchs) la Coupe d’Italie (1 match) et en Ligue des Champions (1 match). Ce qui est certain, c’est que le Club va tenter de satisfaire Conte en lui offrant un quatrième attaquant de très haut niveau : Dernièrement on a parlé de Muriel de l’Atalanta. Le colombien serait la solution idéal pour compléter un secteur qui, avec lui, deviendrait complet et encore plus compétitif Le banc Antonio Conte l’a déclaré clairement après l’importante 9ème victoire consécutive face à Bologne : "Il s’est créé un lien spécial entre moi, le Staff et les joueurs". Une vie s’est écoulée depuis sa sortie de route, de l’été dernier, à Bergame. A présent, le lien parait plus solide que jamais, le mérite en revenant au travail extraordinaire de tous, et d’un Scudetto sur le point d’arrivée. Et c’est avec un Scudetto en poche que le Club et Conte envisagent de s’asseoir autour de la table pour programmer la saison 2021-2022 avec une éventuelle prolongation de contrat et une nouvelle mission à accomplir : Rendre l’Inter compétitive aussi en Europe. Avec une première acquisition en tête, celle de renforcer le secteur offensif avec un 4ème attaquant : "Il n’y a pas encore eu de discussion sur une prolongation de contrat. En l’état, il n’y a pas encore de rencontre avec la Direction.... Il semble facile de voir celle-ci avoir lieu en fin de saison, pour éviter de débuter 2021-2022 en fin de contrat : Ce discours reste prématuré étant donné qu’il y a encore un Scudetto à conquérir et à partir duquel le futur sera défini" "L'Inter pense à présent à la Conte: Pas le temps d'obtenir un titre qu'Antonio en planifie déjà un autre, c'est la condamnation d'un conquérant et les Nerazzurri s'y acclimatent avec bonheur: 'Tout le monde sait qu'à présent, il faudra nous rendre des comptes" avait souligné le natif de Lecce. "Cette façon de s'exprimer, au net du Scudetto tant à confirmer que l'Inter ne disparaitra pas dans un nuage de fumée: Elle est désignée pour rester au premier rang en championnat et pour disputer une Ligue des Champions à un niveau bien supérieur." Suning La Rosea nous confirme l'arrivée de bonnes nouvelles en provenance de la propriété: "Cet exploit n'est pas un simple moment glorieux illusoire, c'est un premier échelon de gravi: Suning reste au commande et n'a pas l'intention de programmer une mise hors-service: L'équipe est entrée dans une autre dimension, et après la conquête du titre, elle songe à vouloir l'emporter à nouveau." "Le Travail de l'Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et du Directeur Sportif Piero Ausilio a été utile pour founir à l'entraineur ce dont il avait besoin: Des joueurs ayant faim de victoires, des jeunes talents à conserver et continuer à grandir par le biais des victoires." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. APPIANO GENTILE – Antonio Conte s’est livré en conférence d’avant-match de Bologne-Inter suite à la reprise de la compétition après la longue trêve internationale. "Trois matchs à disputer en neuf jours nous attendent, il sera important de reprendre de la bonne façon. La rencontre de demain sera un match où nous défierons une équipe très bien entrainée, qui est agressive, nous devrons faire attention." Message "Le meilleur message est celui de reprendre là où nous étions arrivé. Ce n’est jamais facile de se relancer après une trêve, mais nous savons bien que nous n’avons pas le temps et que nous devons reprendre de la bonne façon." Erreur à éviter "Parler : Nous ne devons pas parler, les faits doivent parler : On se tait et on pédale." Covid-19 "C’est difficile de faire des considérations car, même en ayant du recul, on peut toujours dire que l’on aurait pu faire mieux. Mais nous savons que le Covid est là depuis une année et qu’il nous massacre : le monde du Calcio a décidé de vivre avec cette situation, comme tout le monde dans la vie de tous les jours. Mon espoir que nous parviendrons à résoudre ce problème en vaccinant tout le monde." Turnover "J’ai des ressources avec lesquelles je recherche à apporter le bon équilibre. Parfois elles me donnent raison, d’autres fois moins. J’entraine tous les joueurs comme s’ils devaient tous monter sur le terrain : Tous sont prêts à répondre présents." Parcours "Il est important, dans chaque championnat, de chercher à apporter de la continuité et de la stabilité au parcours de croissance. Nous avons été bon pour y parvenir et je nous souhaite de ne pas nous arrêter. Nous affronterons une équipe qui est capable de nous bloquer de n’importe quelle manière, mais nous sommes arrivés ici en travaillant et nous continuerons à travailler pour éliminer nos défauts." Pression "Comme je l’ai toujours dit, il doit toujours y avoir de la pression pour une équipe comme l’Inter, avec son histoire. Nous devons être habitué à vivre de cette situation. Cela peut arriver que, pour certains, il s’agisse d’une première, mais nous devons penser qu’à nous-même sans nous soucier des autres. Nous avons toujours raisonné de cette façon et nous devrons continuer à le faire." Négativité "Samir est le premier à avoir été négatif, et que j’ai pu récupérer avant tout les autres. Même Vecino a pût bien travailler. De Vrij s’est entrainé hier, mais il est inévitable que cela laisse quelques traces. Je dois chercher à les garder tous en excellente condition. Je me souhaite de ré-avoir rapidement D’Ambrosio, j’ai besoin de tout le monde." Sensi "Je suis content pour Stefano, car le fait de se débloquer mentalement est très important. Comme je l’ai dit auparavant, nous aurons besoin de tout le monde d’ici à la fin de la saison. Le fait qu’il se soit débloqué est quelque chose de positif pour nous." Et pour conclure, les vœux du Mister: "Joyeuses fêtes de Pâques à vous tous et à votre famille" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L'ancien joueur Evaristo Beccalossi, milieu qui a sévi entre 79 et 84 (216 rencontres pour 37 buts) et toujours idole des tifosi, s'est exprimé en live sur les réseaux sur l'Inter. Il y aborde Antonio Conte, mais aussi différents joueurs précédemment critiqués. "Nous sommes dans un contexte anormal. Rien ne l'est et vous devez faire attention à tout. L'équipe est prête pour gagner, je ne m'inquiète pas pour ça. Je m'inquiète plutôt pour ma santé. Vous parlez football mais les gens ne se soucient pas de ce qui se passe. Je n'aime pas ça. Il ne faut pas faire comme si de rien n'était, c'est réducteur. Il y a des choses qui ne sont pas agréables. Nous avons un groupe qui fait plus de tests que d'entrainements. Sur le plan sportif je sais comment fonctionnent Conte et Oriali, je m'inquiète plus de ce qui m'entoure." "Le logo ? Je serai lié à l'Inter pour la vie. Dans le même exemple, qui n'est pas lié à San Siro ? Mais la vie continue. Vous partez à l'étranger et vous trouvez des stades avec tout le confort. Ils répondent à des besoins particuliers. Ce qui compte c'est d'aimer l'Inter. Il y a tout un système, du marketing autour et au final le logo, on l'aime moins, on l'aime plus, mais on surtout aime l'Inter." Il aborde ensuite trois joueurs aux destinées différentes, Eriksen, Sensi et Handanovic : "Je connais tout le staff et je n'avais aucun doute sur la progression de l'équipe. Je l'avais dit : « on en parlera en mars ». On parlait aussi de Skriniar qui ne pouvait pas jouer dans une défense à trois. Eriksen a d'excellentes qualités. Ce n'est pas un meneur de jeu et pas non plus un joueur qui doit être devant la défense. Il y avait aussi un besoin de sa part. C'est un excellent milieu de terrain qui se débrouille très bien. J'étais aussi en colère car un joueur comme lui doit mettre moins de temps à s'installer. Tout le monde a parlé de rumeurs de départs, de Conte, d'Eriksen ou de Skriniar. Maintenant ils sont tous dans le même wagon. C'est trop simple de parler. Conte, à votre avis, s'il voit Eriksen prêt il ne le ferait pas jouer ? Beaucoup parlent avec les hashtags etc. Nous devons être un peu plus nuancés. Je sais comment ils travaillent, et ils le font très bien." "Sensi tente de récupérer. Tous essaient de le récupérer. Il était le patron de l'équipe et il a dû reprendre confiance. Il avait le complexe de toujours se blesser. Vous pouvez voir qu'il s'améliore sur le plan psychologique. C'est un très bon joueur mais c'est un problème mental. Quand vous êtes autant blessé, cela prend du temps. Son but en sélection est bon pour lui et devrait nous donner un Sensi de premier ordre. Il devrait prendre plus confiance cela devrait lui enlever certains doutes qu'il a." Est-il urgent de trouver un remplaçant à Handanovic ? "Le problème est de savoir qui le pense. Même pour lui les années passent. Il y a un mois beaucoup pensaient qu'il était fini. Le club fait quelques approches mais le remettre en question après toutes ces années, non. Oui il peut faire des erreurs. Ce sont des choses qui me mettent en colère mais heureusement c'est quelqu'un d'équilibré et d'intelligent. Le club sait qu'il doit être prêt à avoir un portier plus jeune, mais ça ne veut pas dire que Handanovic ne peut plus être le gardien." Le pacte de la Pinetina "Le club? Avec l'arrivée de Conte dans un moment difficile, personne n'a levé la main pour demander des comptes. Ils se sont tous emmurés la Pinetina, tous. Ils ont agis en grands professionnels avec un objectif à suivre. Personne n'a rejeté la faute. IIs cherchent à remporter le titre. Ils sont tous à fond pour cela. Il y avait la possibilité de ramener quelques joueurs intéressants mais avec le contexte, ils ont du laisser filer l'opportunité. Pas seulement Tonali, il y en avait d'autres qui étaient visés. Dans la difficulté, Conte aussi a du démontrer qu'il la voulait cette victoire avec l'Inter, il a du travailler plus que certains au départ parce qu'il y avait beaucoup de méfiance à son encontre. J'étais sûr qu'il s'en sortirait, avec Oriali que je considère comme mon frère? Il fallait un peu d'expérience à l'Inter, il ne suffit pas d'appuyer sur un bouton, il faut travailler et suivre tout un parcours." Le mercato "Qui est le nouveau Beccalossi? Au niveau jeunes, les qualités que j'avais ont disparu. Le trequartista ou fantasista n'existe plus. Tout le monde joue avec des attaquants de pointes fixes. Ceux qui ont un peu plus de ballon, de fantaisie, ne jouent plus juste derrière l'attaquant. C'est un rôle qui tend à disparaître. Il faudra travailler à ouvrir les portes à tous dans les secteurs jeunes. Avec l'arrivée de Mancini à la tête de la Nazionale, la règle est de chercher à construire depuis la défense. Un mercato pour améliorer l'effectif de l'Inter? Je m'attends à encore deux joueurs pour compléter l'équipe, il faut être compétitifs en championnat mais aussi en CL. A voir, Conte a les idées claires. Selon moi, bientôt tout reviendra à la normale avec la famille Zhang. Si l'Inter gagne le championnat, Conte ne se reposera pas sur ses lauriers, il ira à l'assaut de la CL. La Juventus a gagné 9 titres d'affilées sans réussir en Ligue des Champions. Nous, nous sommes de retour, sur le plan offensif avec le renouveau de Eriksen et peut-être des recrues sur les ailes. En défense, nous sommes au complet, peut-être un autre central gauche. Il nous manque vraiment juste 2 ou 3 ajustements pour être compétitifs. En terme de mentalité nous avons fait d'énormes progrès. Gagner augmente la confiance en soi, c'est pourquoi il est capital de remporter le scudetto." "Un vice-Lukaku? Remplacer Lukaku, c'est comme remplacer Lukaku pour la Juve. Il faut prendre une autre pointe mais si le joueur est bon pourquoi resterait-il sur notre banc? Dzeko et Lukaku pouvaient jouer ensemble, mais si Dzeko ne joue plus avec régularité, il ne pourra pas performer de la même manière que quand il a beaucoup de temps de jeu. Il faut recruter une pointe qui connaisse et sache interpréter ce rôle de vice-Lukaku. Regardez comment l'Atalanta gère la situation avec Muriel? Sur le banc il faut un joueur toujours prêt à entrer et changer le match. Un joueur qui accepte son rang de réserve/ Sanchez me plaît mais c'est plus un passeur qu'un finisseur maintenant. Il est plus complet maintenant, mais il faut un attaquant en plus. Muriel pourrait faire l'affaire. A l'époque si Vieri était limité à un rôle de réserve il n'arrivait pas à gérer le fait de ne pas jouer avec continuité. Martins? Un joueur incroyable. C'était le super sub par excellence. Tonali? Ca se voyait dès le départ qu'il était fort. Être prêt à performer par contre c'est autre chose. Un joueur peut être fort mais ne pas être prêt pour exprimer son meilleur niveau, pour moi. Si on donne plus de confiance aux jeunes, ils ont la latitude de se développer et s'améliorer". Des similitudes entre Conte et Bersellini? " Ça fait un moment que je connais Conte, il me plaît bien en tant qu'entraîneur. Je n'aime pas ceux qui sont trop laxistes, je veux un entraîneur qui y mette 100% de ses capacités jusqu'à la fin." Les jeunes "Les jeunes joueurs? Mancini n'a peur de rien ni personne, il lançait les jeunes. Si l'Italie commence à gagner, il faut qu'elle pense à insérer 4 ou 5 jeunes pour donner de la gratification et donner aux plus jeunes joueurs l'espoir d'être protagonistes dans l'équipe A. Il n'est pas prêt, il faut l'envoyer en prêt, c'est ce que les gens répètent tout le temps. Tous des savants, l'Inter ne peut pas avoir un quatrième attaquant trop jeune". Il faut se battre les cou*lles de ce qu'ils racontent. J'ai beaucoup de foi en ces jeunes et je suis content que Mancini soit à la tête de la Nazionale pour cela. En avant toutes! Moi entraîneur? Je n'arrive pas à être à fond et attentif pendant toute une semaine, c'était comme cela déjà quand j'étais joueur. Le dimanche j'ai le cerveau grillé. Mon travail actuel me convient. Je ne veux même pas y penser. Lorsqu'un joueur est laissé de côté il faut communiquer avec lui, agir comme un assistant. L'entraîneur est à fond, c'est agréable. Pirola? Un gamin très timide. C'est un bon joueur qui est sur la bonne voie. Esposito? Son frère et lui me plaisent énormément. Seba a juste besoin de l'équipe qui lui fasse confiance, les buts il les marquera toujours. Salvatore aurait du être avec son frère à l'Inter. La division ne m'intéresse pas, je veux juste qu'il fasse parler ses qualités, je lui ai dit que je l'admirais. Je crois beaucoup en eux deux. Il faut éviter de mettre la pression à Seba. Salvatore, lui, est déjà un très bon milieu de terrain." ®Samus & gladis32 - internazionale.fr
  21. Après la victoire de l'Italie sur la Lituanie (0-2), la dernière série de matches internationaux a pris fin en ce qui concerne l'Inter. Neuf de nos joueurs ont participé à des matches à travers l'Europe et l'Afrique. Ils ont joué un total de 1 551 minutes et marqué six buts. Italie, 3/3 et but de Sensi. L'excellent palmarès de Roberto Mancini avec la squadra Azzurra s'est poursuivi, avec 25 matches sans défaite. En effet, l'Italie a débuté sa campagne de qualification pour la Coupe du monde avec trois victoires, 2-0 contre l'Irlande du Nord, la Bulgarie et la Lituanie. L'entraîneur-chef a aligné Nicolo Barella pendant 143 minutes, Bastoni pour 89 (le défenseur Nerazzurro a fait sa quatrième apparition) et Sensi pour 113 minutes. Ce dernier qui a débuté contre la Bulgarie, fut un joueur clé en Lituanie, entrant à la mi-temps et ouvrant le score à Vilnius. Belgique, et deux de plus pour Lukaku. 180 minutes et deux buts pour Romelu Lukaku , qui continue de laisser sa marque à chaque fois qu'il est appelé dans son équipe nationale. Il a désormais marqué 35 buts lors de ses 30 derniers matchs avec la Belgique. Romelu était reposé contre la Biélorussie mais a joué 90 minutes contre le Pays de Galles et la République tchèque, marquant également les deux matches. Slovaquie, Skriniar joue les 3 matchs et marque 2 fois. Milan Skriniar a joué 270 minutes pour la Slovaquie, ce qui signifie qu'il était le joueur nerazzurro qui a été le plus utilisé lors des matches internationaux. Après des matchs nuls contre Chypre et Malte, les Slovaques sont sortis victorieux contre la Russie. Le défenseur de l'Inter a trouvé les filets contre Malte et la Russie. Croatie, Brozovic et Perisic impliqués. Deux victoires (contre Chypre et Malte) et une défaite pour la Croatie (contre la Slovénie), Brozovic jouant 180 minutes au total. Quant à Perisic, il a participé aux trois matches et a été utilisé pendant 203 minutes: 90 contre la Slovénie, 77 contre Chypre et 36 contre Malte. Il a apporté une contribution décisive contre Malte, venant sortir son équipe de l'impasse . Danemark, trois victoires pour Eriksen. Le Danemark a très bien débuté sa campagne de qualification pour la Coupe du monde, devant Israël, la Moldavie et l'Autriche. Christian Eriksen est resté sur le terrain pendant 90 minutes contre Israël et l'Autriche et a joué 13 minutes alors que les Danois massacraient la Moldavie (8-0). Le milieu de terrain de l'Inter a ainsi récolté 193 minutes. Maros: 180 minutes pour Hakimi. Le Maroc s'est qualifié pour la prochaine Coupe d'Afrique des Nations, avec Hakimi jouant 90 minutes contre la Mauritanie (un match nul) et le Burundi (une victoire). Conclusion et analyse. Les hommes de Conte retourneront au combat à 20h45 ce samedi, lorsqu'ils affronteront Bologne pour le compte de la 29e journée. Si nous sommes tous ravis de voir l'Italie revenir peu à peu au premier plan après le Ragnarok de la non-qualification à la coupe du monde 2018, et si nous sommes tous contents de voir nos internationaux contribuer pour leurs équipes nationales respectives, ce calendrier international infernal pose vraiment question. En effet, nos Nerazzurri ont joué un total de 1551 minutes dans un contexte assez particulier et délicat, ce qui est loin d'être négligeable. Cette concentration de matchs peut être très nuisible et dangereux. Par exemple, nous aurions pu perdre Lukaku sur blessure et Skriniar qui a joué 270 minutes, sera-t-il aussi frais contre Bologne? De plus, l'augmentation du nombre de participants à la coupe du monde et à l'Euro soulève la légitimité de tels matchs éliminatoires qui, avouons le, ne riment plus à grand chose. Si risquer de "perdre" un joueur dans un match de haute volée, contre l'Espagne ou l'Allemagne par exemple, peut être acceptable, le perdre contre le Kazakhstan ou Gibraltar ne l'est pas. D'ailleurs, si les clubs les plus puissants sont de plus en plus réticents à libérer leurs internationaux pour de telles rencontres, c'est qu'il y a sans doute des raisons légitimes, la première étant que ce sont les clubs qui payent les joueurs. A partir de ce moment là, il est logique que l'employeur ait son mot à dire sur la mise à disposition de ses salariés, surtout pour des matchs en carton, les matchs en bois étant ceux des phases finales. Rappelons qu'il devrait avoir 48 équipes à la coupe du monde 2026! Comme signalé par France Football, il serait grand temps que la FIFA et ses fédérations se penchent sur ce problème, le Covid-19 ayant rajouté une couche. Les clubs les plus puissants ayant réussi à faire pression sur l'UEFA pour le FPF, ils ne devraient pas avoir de mal à faire plier la FIFA. Après tout, sans les grands clubs, il n'y a pas les plus grandes nations de football!
  22. Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, la Serie A rentre dans son mois le plus chaud, celui de l’envolée pour le Scudetto. Une envolée qui sera similaire à un tour de force pour les Nerazzurri qui devront disputer 6 matchs en 23 jours. Général Conte Conte a trois cartes à jouer pour préparer au mieux l’envolée pour le Scudetto : La motivation Conte a parlé clairement aux joueurs. Il leur a dit que c’est le moment de récolter les fruits de deux années de travail, que rien n’est encore acquis : Pour un groupe qui n’a que très peu gagné au niveau individuel, l’envie d’atteindre l’objectif doit être plus grand que l’inexpérience. La forme physique Les équipes de Conte terminent toujours les saisons avec une condition physique toujours à la hausse. L’exemple le plus récent est justement l’Inter de la saison dernière qui avait brillé jusqu’au bout en Europa League. Le Turn-Over Covid à part, l’entraineur a à sa disposition une équipe au grand complet : On retrouvera rapidement, soit face à Sassuolo, soit face à Cagliari, Arturo Vidal. L’équipe nationale a restitué à l’Inter un Sensi jamais vu auparavant cette saison. La rotation sera fondamentale car l’Inter va joueur trois matchs en une semaine et il sera obligatoire de faire usage de toutes les ressources du noyau. Comparé au début de saison, tous ont pu prouver qu’ils étaient capable de se montrer utile Attention au Napoli! C’est le signal d’alarme lancé par Marco Materazzi, Champion du Monde 2006 et héros du Triplé 2010: “La rencontre la plus dangereuse sera, pour moi, celle du 18 avril face à l’équipe de Gattuso, qui, si elle est au complet, propose le meilleur football d’Italie. Naples avait également mis l’Inter en difficulté au match aller au Meazza, et ils ont un objectif important à faire valoir : se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions." L’atout gagnant ? "La Lula car elle est le duo d’attaquants le plus complet du panorama et, lorsque cela s’avère nécessaire, elle est capable de faire le travail toute seule: Il faut comprendre que ce seront des rencontres difficiles à débloquer, mais Lukaku et Lautaro ont toujours démontrés qu’ils étaient capable de résoudre les problèmes des Nerazzurri." Qu’est-ce qui sera utile pour remporter le Scudetto ? "Il faudra battre Sassuolo mercredi prochain, car les matchs en retard sont toujours énigmatiques et De Zerbi dispose d’une équipe qui a une idée de jeu bien précise." Le Scudetto doit-il impérativement passer par la conquête du Vésuve selon vous ? Quel sera l’impact d’Antonio Conte dans les prochains matchs à venir ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. AFP - Quatre membres de l'encadrement de l'équipe d'Italie, qui est allée s'imposer en Lituanie mercredi soir (2-0) dans le cadre des qualifications du Mondial 2022, ont été testés positifs au coronavirus, a annoncé la Fédération italienne de football (FIGC). L'un d'entre eux était déjà rentré en Italie après le match disputé dimanche en Bulgarie (2-0) et les trois autres, présents en Lituanie, ont été placés à l'isolement, selon ce communiqué diffusé après la fin du match remporté par les Azzurri. Mercredi après-midi, celui qui était déjà revenu en Italie par précaution, en raison d'un mal de gorge, "a été testé positif", indique la FIGC. En conséquence, tous les autres membres de l'encadrement ayant eu des contacts rapprochés avec lui ont été immédiatement placés à l'isolement à Vilnius et soumis à de nouveaux tests. Les résultats, parvenus peu après la fin du match, sont positifs pour trois d'entre eux, selon le communiqué de la Fédération. Les sujets positifs ont été écartés "Naturellement, tous les sujets positifs ont été écartés de la délégation", ajoute le texte, sans communiquer les identités des personnes concernées. La Fédération italienne précise que le dernier test collectif mené dans le cadre du protocole de l'UEFA, lundi à Sofia après le match contre la Bulgarie, avait donné des résultats négatifs pour l'ensemble du groupe. Reste juste à croiser les doigts pour Nicolò Barella, Alessandro Bastoni et Stefano Sensi.....
  24. Matteo Marani pense que rien n'est joué pour le Scudetto, Angelo Di Livio explique pourquoi l'Inter devance clairement la Juve et Christian Norgaard déclare qu'Eriksen cimente l'équipe. Matteo Marani pense que le titre n'est pas joué car avec 11 matchs à jouer, il est clair que beaucoup de choses pourraient encore se passer. "Je ne prends rien pour acquis dans ce championnat, même si finalement les meilleures équipes viennent au premier plan. Conte a montré, en ce sens après quelques problèmes en début de saison, être une valeur ajoutée pour l'Inter. L'Inter a eu moins de blessés que ses rivaux cette saison et, depuis qu'ils sont sortis de l'Europe, ils ont accéléré de manière décisive. C'est un gros avantage, surtout quand on pense à la façon dont Conte est un spécialiste dans la préparation des équipes lorsqu'il n'y a qu'un match par semaine. Rien n'est garanti cependant, rappelez-vous juste l'année dernière quand c'est Bologne qui a battu l'Inter et leur a coûté le Scudetto. L'AC Milan est toujours là et l'Inter doit rester vigilante." "Je ne pense pas que Sensi soit un créateur de jeux, mais c'est un excellent mezzala. Il n'avait joué que 30 minutes lors des 12 derniers matchs et il n'avait pas joué du tout lors des sept derniers. C'est dommage de le voir jouer si peu, compte tenu de son talent." Interrogé par TuttoJuve.com sur les raisons pour lesquelles l'Inter devancent clairement les Bianconeri, Di Livio a déclaré: "L'Inter s'est avérée être une équipe vraiment forte. Ils sont cohérents, solides dans tous les domaines et armés d'un avant-centre à Romelu Lukaku qui a été dévastateur. La différence entre eux et la Juventus n'est apparue que cette année, car les Bianconeri ont connu neuf années consécutives au cours desquelles ils ont toujours été les meilleurs." Moralité: toujours encenser votre ennemi quand il vous bat. Cela fait passer votre défaite comme normale et donc moins amère. Christian Norgaard a déclaré sur Kanal 5 qu'Eriksen cimente l'équipe. "Il y a une grande faim et nous sommes un groupe très uni, quelque chose de difficile à décrire. Le mérite revient aux joueurs les plus expérimentés, comme Simon Kjaer, Kasper Schmeichel, Thomas Delaney et Christian Eriksen. Ils permettent aux jeunes joueurs de s'intégrer plus facilement dans l'équipe."
  25. C’est une révélation de Sky Sport : L’Ats de Milan a libéré les internationaux de l’Inter et les joueurs étrangers ont déjà répondu à l’appel de leurs sélectionneurs et rejoint le camp de base. De son côté, Roberto Mancini doit encore patienter pour retrouver ses trois Nerazzurri : "Les trois joueurs ont été soumis ce matin, comme le reste de l’équipe, à des nouveaux tests. S’ils s’avèrent négatifs, ils pourront rejoindre la Nazionale, demain, à Parme. Les Azzurri se sont entrainés ce matin à la Pinetina avec leurs équipiers, et ils reprendront l’entrainement cet après-midi." Pour rappel, Gabriele Oriali partira avec les trois joueurs , lui qui a également des impératifs avec la Sélection Nationale Italienne ®Antony Gilles – Internazionale.fr