Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'steven zhang'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. C’est une information en provenance de Mediaset et plus particulièrement de Marco Barzaghi. Selon le journaliste sportif, le pugliese s’attendait à ce que l’Inter traverse une période bien plus compliquée En effet, à la Casa Inter, un nouveau cycle a vu le jour cet été, avec Simone Inzaghi qui a signé un contrat de deux ans, avec une option pour une troisième saison, suite à son refus de prolonger à la Lazio. L’entraineur natif de Piacenza aura le devoir de ne pas faire regretter Antonio Conte qui avait permis à l’Inter de rapporter à Milan, le Scudetto après 11 ans d’absence. Et si le Club Nerazzurro et l’ancien sélectionneur national italien sont parvenus à une résolution du contrat à l’amiable, celle-ci comporte tout de même une prime de départ de 7 millions d’euros. Mais ce départ qui a été retentissant ferait face à un regret de la part du principal concerné..... Les regrets Le départ d’Antonio Conte à la tête de l’Inter a fait beaucoup parlé, étant que l’entraineur venait de remporter le Scudetto en ayant dominé le championnat écoulé, de même les tifosi se souhaitaient d’assister à la permanence de l’entraîneur sur le banc Nerazzurro. Selon Marco Barzaghi, Conte s’en serait voulu, car il pensait que la situation allait empirer au niveau économique. Mais Son départ a toutefois était une bonne chose pour le club Nerazzurro, le club se libérant d’un salaire net de 12 millions d’euros, soit 20 millions d’euros brut sur la saison, même s'il a fallu débourser 7 millions d’euros. Ce départ a néanmoins permis de faire un important pas en avant, dans la réduction des coûts qui ont été imposée par le Suning et le Président de l’Inter, Steven Zhang Antonio Conte a décidé de quitter l’Inter car il voulait une campagne de recrutement importante, afin de réaliser le saut de qualité en Europe. En lieu et place, il faisait face à un redimensionnement de la situation..... Pourtant en l’état, seul Achraf Hakimi a été cédé contre 71 millions d’euros, bonus compris, au Paris-Saint-Germain. De plus, l’Inter envisage l’arrivée d’un joueur de talent, Nahitan Nandez, qui peut s’avérer capable de recouvrir plusieurs rôle sur le terrain. Le club étant même actuellement à la recherche du Vice-Lukaku demandé depuis deux ans par le natif de Lecesse Définition d'un rapport détérioré entre un entraîneur et sa Direction Toutefois, Barzaghi aurait révélé une phrase fondamentale de Conte pour justifier son départ : Il n’est pas parti de l’Inter pour une question de mercato, mais car depuis la réunion de la Villa Belini, son rapport avec le club et la Direction s’était détérioré : Conte a dit : "Je ne voulais plus revivre une autre année similaire, je n’en pouvais plus." Pensez-vous réellement qu’un personnage tel qu’Antonio Conte puisse à regretter un choix de carrière ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Suite à la présentation officielle du nouveau maillot Home pour la saison 2021/2022, Steven Zhang s’est livré à la presse "Nous sommes fier d’avoir Lenovo comme Technology Partner sur le dos de notre si beau et nouveau maillot. C’est le premier avec le Scudetto sur le torse, après tant d’années d’attente. C’est un honneur et une grande satisfaction pour nous de pouvoir annoncer ce partenariat. La technologie et l’innovation ont toujours été nos propres valeurs centrales et elles sont fondamentales pour atteindre les nouvelles générations." "Ce partenariat représente une grande opportunité pour continuer à travailler dans cette direction. Lenovo et l’Inter ont une histoire riche de succès et disposent d'une vision ambitieuse pour le futur. Nous sommes fier de consolider ce rapport, un rapport en constante évolution." "Félicitions à nous tous et Forza Inter, Forza Lenovo." De son côté, Lenovo a également annoncé la bonne nouvelle via son site officiel: Lenovo.com ""La fusion entre la technologie et le football est essentielle pour porter l'Inter vers de nouveaux sommets, par la façon dont nous interagissons avec les tifosi, jusqu'au outils qui sont à notre disposition. Ce partenariat avec Lenovo est au centre de tout cela. Nous sommes fier d'approfondir notre partenariat avec Lenovo: Ensemble nous pourrons alimenter l'innovation, qui permettra à l'Inter d'être toujours plus technologiquement avancée, en étant toujours plus portée vers le futur." - Alessandro Antonello, Administrateur Délégué de l'Inter. "Notre partenariat technologique avec le Fc Internazionale Milano a proposé des améliorations tangibles réelles dans les prestations, dès le premier jour de notre union. Plus qu'une sponsorisation, il s'agit d'une rencontre de mentalité conquérante dédiée au succès continu, aussi bien sur qu'en dehors du terrain. Nous sommes concentré sur une vision audacieuse destinée à offrir à tous une technologie plus intelligente. Nous sommes impatients de continuer à renforcer notre partenariat en proposant des progrès réels, au sein de la transformation digitale de l'Inter, pour en faire un club du futur, pour sa prochaine génération de tifosi, et pour sa communauté toujours plus grande" Luca Rossi, Président de l'Intelligent Devices Group de Lenovo. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Nouveauté extrêmement importante en provenance de Chine : Jindong Zhang a officiellement démissionné de son poste de Président de Suning.com et de membre du Comité Stratégique du Conseil d’Administration. Jindong Zhang a nommé son fils Steven Zhang comme "Candidat Administrateur Délégué non-indépendant". L’annonce a été diffusée via les canaux chinois de Suning Tesco Actuellement, le Président provisoire de Suning est Ren Jun. Celui-ci est un visage familier de l’environnement interiste étant donné qu’il fait partie du Conseil d’Administration des Nerazzurri! D’ici à l’élection du nouveau président de Suning durant cette période de transition, ce sera lui le Président ad-intérim. Le Conseil d’Administration a officiellement nommé Jindong Zhang comme Président Honoraire, mais celui-ci n’aura pas de droit de vote, ni aucune fonction au sein du Conseil d’Administration. Jindong Zhang a reçu également les remerciements les plus sincères de la part de l’ensemble du Conseil d’Administration, pour ses contributions importantes au sein de l’entreprise. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport : Lors du Conseil d’Administration qui s’est tenu ce jeudi 08 juillet 2021, le Président de l’Inter a tenu à rassurer les actionnaires sur les contours de l’opération menant à Oaktree et sur l’engagement de Suning vis-à-vis de l’Inter "Il s’agit d’un engagement à long terme, qui va au-delà des rumeurs qui ont circulé ces derniers mois, et même ces dernières semaines. En un mot, l’Inter n’est pas un club à vendre, ce n’est pas un actif dont Suning veut se distancé." - C’est ce que Steven a tenu à préciser et dans un contexte tel que celui d’un Conseil d’Administration, cela ne peut pas, ne pas avoir d’importance Cela ne veut pas dire, comme l’a souligné le Président lui-même, qu’il faut se voiler la face : Nous faisons face à une période économique particulière difficile en ce qui concerne le monde du football. Il sera fondamental de pouvoir compter à nouveau sur les recettes en provenance du Stade. Et si cela vaut pour tout le monde, cela l’est encore plus pour l’Inter qui a perdu 60 millions d’euros lors de la saison écoulée, sans public au Giuseppe Meazza! Une réouverture des stades permettrait de ne plus revivre une saison aussi difficile! La LionRock Capital n’est plus l'actionnaire minoritaire! En effet, durant le Conseil d’Administration, les statuts ont été adapté : Pour "définir" l’actionnaire minoritaire, celui-ci devra disposer non plus de 10% des actions du club, mais de 35% de celles-ci. La LionRock Capital, qui dispose de 31% a de fait perdu ce statut! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. C’est une révélation du Libero qui a fait le point sur la situation entourant l’Inter, à l’aube du début de la saison à venir: "Le Championnat n’a pas encore débuté, mais l’Inter est déjà dans les cordes." Explications "Depuis quelques temps le danger le plus grave regarde directement la propriété, soit la Famille Zhang qui a acquis le club en 2016 et qui est toujours plus confrontéeà une crise financière, à tel point que cela met en péril et à risque le futur de l’Internazionale : Deux routes sont possible : L’Inter va soit devenir américaine, soit communiste." "Depuis l’opération et l’entrée du nouveau fond, l’actionnaire principal se nomme Alibaba qui en détient 20%, mais l’influence dominante sera celle du Gouvernement chinois. A tel point que même mettre hors-jeu Jindong Zhang pourrait ne pas suffire pour sauver le groupe et pour permettre un retour positif des comptes, eux qui sont gangrenés par 7 milliards de dettes." "Il y a donc lieu de supprimer les actifs les plus coûteux et les moins rentables et parmi eux, l’on retrouve justement l’Inter et c’est précisément ici que l’on trouve l’explication de la restructuration du groupe Suning, qui, selon un journal financier britannique, révèle la nouvelle stratégie mise en place par le Gouvernement de Pékin: Une stratégie qui vise à soutenir les banques d’Etat auprès des entreprises en crises de liquidités afin de les sauver et d’éviter des perte emplois, le tout, allant même point de les reprendre directement en main : L’Inter, dans un laps de temps très brefs, pourrait donc devenir communiste." "L’autre possibilité pour le futur du club est milanais est la voie américaine, celle qui porte au fond californien Oaktree qui a récemment prêté au club sportif 275 millions d’euros a lui restituer dans un laps de temps de trois ans. Zhang y a offert en garantie les actions de l’Inter : Si les pactes ne sont pas honorés, et si le chinois n’est pas capable de rembourser, le club passera entre les mains américaines." A choisir, préfèreriez-vous que l’Inter soit orientale ou occidentale ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. L’Inter championne d’Italie se prépare pour la saison à venir. Si l’objectif annoncé par Simone Inzaghi est de défendre le Scudetto, hors du terrain, l’objectif de Steven Zhang est de parvenir à trouver un Main Sponsor qui remplacera Pirelli après 26 ans de partenariat. Selon Sky Sport, Socios.com, une plateforme axée sur la technologie du Blockchain (cryptomonnaie) serait en position de favorite. Celle-ci est déjà partenaire de très nombreux clubs parmi lesquels on retrouve le Fc Barcelone, l’Atletico Madrid, le Paris Saint-Germain, la Juventus, le Milan, Manchester City, les Corinthians, et l’Atletico Mineiro, on retrouve également l’équipe nationale d’Argentine Qui est Socios.com ? Socios.com, a comme objectif d’impliquer toujours plus les supporters dans la prise de décisions de leur club, à travers la capacité de voter. Socios.com est d’ailleurs le Main Sponsor de Valence. Il a d’ailleurs émis le Fan Token $VCF qui sera repris sur le maillot du club ibérique. Il s'agit d'un outil qui permet aux supporters d’interagir avec le club. Outre l’Inter, Socios.com sera donc repris également les maillots du club espagnol pour la saison 2021/2022. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Andrea Di Biase, Senior Partner à Calcio&Finanza, s’est lancée dans une analyse approfondie de Suning, peu de temps avant l’entrée de Oaktree dans le Capital de l’Inter. Celui-ci s’est penché sur le visage actuel de Suning afin de savoir pourquoi le Colosse a dû recourir à un prêt de 250 millions d’euros pour financer l’Inter. Les chroniques de ces derniers mois ont mis en évidence une série de tensions sur le front des liquidités du Groupe Suning, pour qui cela semblait être inimaginable. Il y a eu en premier lieu les informations faisant état que la Famille Zhang cédait les 100% de Suning Holding à Alibaba, suivi de l’agitation liée aux obligations de Suning.com et de Suning Alliance, sans oublier une partie de la vente de Suning.com a un organisme géré par l’Etat chinois : Cela a mis en lumière la crise industrielle et financière que très peu de personnes comprennent en Italie. Cette crise a un impact qui se fait sentir jusqu’à l’Inter, étant donné que le groupe chinois en est devenu l’actionnaire majoritaire en juin 2016 en reprenant 68,55% des actions. S’il est vrai que le Covid a impacté tous les clubs européens qui se sont retrouvés en forte difficulté financière au niveau des recettes, il est tout aussi vrai que les clubs présentant un actionnaire majoritaire solide ont su gérer au mieux la crise, grâce à des fonds ou des garanties mises à disposition par leur propriétaire. Mais pourquoi le Groupe guidé par Zhang Jindong ne l’a pas fait ? Suning a en tout premier lieu cherché à trouver un repreneur pour l’Inter, en traitant avec la BC Partners, avant de refuser l’offre présentée, celle-ci n’étant pas considérée économiquement intéressante. Ensuite, le groupe a décidé de se faire prêter de l’argent à injecter dans le club pour honorer les échéances de la fin de saison 2021/2022. Pour financer la saison à venir aussi ? Pour répondre à cette question, on a souvent entendu parler des restrictions imposées par le gouvernement chinois liées à l’exportation des capitaux vers des secteurs qui ne sont plus considéré comme stratégique, tel que le monde sportif. Ce qui est certain, c’est que cette situation a de l’importance, mais elle ne peut pas faire passer au second plan, le vrai nœud du problème, à savoir les difficultés financières de Suning lui-même qui sont apparues avec violence, à la fin de l’année 2020. Des difficultés financières qui sont toujours d’actualité comme en témoigne la réaction froide du Marché à la nouvelle d’un retour bénéficiaire de Suning.com lors du premier trimestre 2021. Le titre de Suning.com au cours de ces deux dernières années Pour comprendre les raisons de ce qui a amenée Suning dans une telle situation, Calcio&Finanza a effectué une analyse financière approfondie sur la base des comptes annuels et des documents officiels de Suning, en s’axant principalement sur les aspects suivants : La Structure sociétale du Groupe Suning L’aperçu des activités des sociétés du Groupe Suning L’Analyse des dettes du Groupe Suning L’Analyse de la rentabilité du Groupe Suning L’Analyse de la cession de 23% de Suning.com Les projets d’avenir du Groupe Suning La structure sociétale du groupe Le groupe Suning au 31 décembre 2020 Pour mieux comprendre la portée de la crise, il est opportun de disposer d’un organigramme clair de la société du groupe Suning. Quelles sont les sociétés opérationnelles, la nature de leurs travaux et l’impact de la Famille Zhang sur la gouvernance. Il ne s’agit pas d’un exercice banale étant donné que la Galaxie Suning comprend des centaines de sociétés et que ces dernières années, la carte de l’Empire fondé par Jindong Zhang a fait l’objet de changements constants suite à des achats et des reventes de ses sociétés, sans oublier la transition "intra-groupe". Dans l’organigramme du groupe sont présentes de nombreuses sociétés avec des noms similaires, ce qui pourrait prêter à confusion. Par exemple, les médias italiens se sont uniquement basés sur les informations financières relatives à Suning.com. Cette société qui est côté à la bourse de Shenzhen représente qu’une partie, même si elle est importante, de l’Empire créé ces dernières années par Jindong Zhang. Pour avoir un cadre complet de l’état de santé financier du Groupe Suning, il a donc été utile d’élargir le champ des analyses aux autres sociétés qui sont directement ou indirectement liées à Suning.com Comme on peut l’observer sur le graphique ci-dessus, les sociétés principales de l’Empire sont au nombre de trois : Suning Holdings Group Suning Appliance Group Suning.com Les deux premières sont, à toutes fins utiles, des sociétés de holding, tandis que la troisième représente une société opérationnelle, la principale de tout le groupe Suning. Car Suning.com est principalement active dans le secteur de la distribution de produits de détails à grande échelle par le biais de magasins détenus par la société, franchisés et de plateformes en ligne appartenant à des tiers. Observons dans le détails par qui sont contrôlées les sociétés et comment elles interagissent ensemble. Suning Holdings Group Suning Holdings Group Co., Ltd. est une holding de participation dont le siège est à Nankin, elle est reconnue comme une société à responsabilité limité. Elle est opérationnelle depuis le 14 juin 2011 et son représentant légal est Jindong Zhang. Actuellement, les actionnaires du Suning Holdings Group sont : Zhang Jindong – 51% Zhang Kangyang (Steven Zhang) – 39% Nanjing Runxian Enterprise – 10% Nanjing Runxian Enterprise est une société en commandite détenue à 80% par Jindong Zhang. Cette dernière exerce un contrôle direct et indirect sur 61% de la Suning Holdings Group. A travers la Suning Holdings Group, la Famille Zhang contrôle une série d’activités diversifiées passant de la finance au sport, de la télé en streaming au cinéma pour ne citer qu’eux. Dans le portefeuille de la Suning Holdings Group, on retrouve aussi la participation de 68,55% de l’Inter qui était détenu par (feu) la Great Horizon Sarl, qui, à son tour, était contrôlée par la Subholding Suning Sport International Limited de Hong Kong. Au 31 décembre 2020, l'un des principaux actifs détenus par la Suning Holdings Group était 3,98 % de Suning.Com (une participation qui devrait tomber à 0,66 % une fois l'accord acté avec les entreprises publiques que sont Shenzhen International et Kunpeng Capital, comme annoncé le 28 février 2021) A la fin d’année 2020, les 3,98% de Suning.com représentaient une valeur commerciale de 2,85 milliards de yuans, soit 360,23 millions d’euros, et dans l’exercice qui s’est conclu très récemment, au cours de l'année qui vient de s'écouler, ils ont apporté des dividendes de 18,53 millions de yuans (2,33 millions d'euros) dans les caisses de Suning Holdings. Suning Appliance Group Suning Appliance Group Co., Ltd. est une société à responsabilité dont le siège est situé à Nankin. Elle a été incorporée en date du 24 novembre 1999. Le représentant légale de la société est Bu Yang, qui en est devenu le CEO en 2014. Actuellement, les actionnaires de la Suning Appliance Group sont : • Bu Yan – 50% • Zhang Jindong – 50% Celui qui contrôle Suning Appliance est, de fait, Jindong Zhang, comme cela a été clairement renseigné lors de l’émission des obligations de la société. "Sous réserve des statuts de Suning Appliance et des lois et règlements applicables, M. Zhang, en tant qu'actionnaire clé de Suning Appliance, a la capacité d'exercer une influence significative sur la gestion, les politiques et les activités de Suning Appliance en contrôlant la composition du conseil d'administration de Suning Appliance, en déterminant le calendrier et le montant des paiements de dividendes, en approuvant les transactions importantes de l'entreprise, y compris les fusions et les acquisitions, et en approuvant les bilans financiers annuels." "Selon ses statuts, Suning Appliance Group, bien qu'étant une société holding de participation, est principalement active dans la vente et le service après-vente d'appareils électroménagers (climatiseurs, réfrigérateurs, machines à laver.), de systèmes d'éclairage automobile, de composants électroniques et d'équipements électriques et plus généralement dans le commerce de détail à grande échelle, à la fois par le biais de points de vente physiques et de plateformes de commerce électronique. L'entreprise est également active dans le secteur de l'immobilier." Suning Appliance Group, n’agit toutefois pas directement sur ces deux secteurs. Elle le fait à travers Suning.com, dont elle détient 19,87% (qui est destiné à passer à 5,45% suite à l’entrée des sociétés d’Etat) et à travers Suning Real Estate dont elle participe à hauteur de 5%. La totalité des recettes de Suning.com et de Suning Real Estate représente donc 95% des recettes de Suning Appliance Group. Si on rentre plus dans le détail, Suning Real Estate pèse pour 5% des recettes consolidées de Suning Appliance alors que Suning.com a une incidence d’environ 90%. Mais comment est-ce possible que Suning Appliance, vu les actions qu’elle détient, ne semble pas avoir le contrôle des deux entités et ne pourrait donc pas les consolider dans ses propres comptes ? La réponse fourni pas Suning Appliance se retrouve toujours dans les détails de l'obligation: "Suning.com et Suning Real Estate sont consolidés dans le Groupe sur la base du fait que Suning.com et Suning Real Estate sont contrôlées par M. Zhang, l’actionnaire clé de Suning Appliance à hauteur de 50 %, et en raison du fait que Suning Appliance détient respectivement 19,87 % de Suning.com et 25 % du capital social émis par Suning Real Estate." Suning.com Suning.com Co., Ltd. Est une société par action dont le siège est à Nankin, dans la province de Jiangsu, en Chine. Elle a été incorporée en date du 15 mai 1996 avec le nom de Suning Domestic Appliance Co., Ltd. Le 7 juillet 2004, Suning a été côté à la bourse de Shenzhen sous la dénomination Suning Appliance Chain Store (Group) Co. A travers le placement sur le Marché, principalement par le biais d’investisseurs nationaux de 25 millions de titres nouvellement émis au prix de 16,33 yuan par action. En 2013, la société a été renommée Suning Commerce Group avant d’être renommé en 2018 par la dénomination actuelle : Suning.com Le Conseil d’Administration est présidé par Jindong Zhang. Au 31 décembre 2020, il était composé de la sorte Compte tenu du fait qu'il détient le contrôle de Suning Holdings et qu’il exerce une influence significative sur la Gouvernance de Suning Appliance, Jindong Zhang, au moins jusqu’à l’arrivée des deux sociétés d’Etat annoncée en date du 28 février 2021, détenait de façon direct et indirect 44,81% de Suning.com Au 30 juin 2020, après l’acquisition du groupe de Supermarché Carrefour en Chine, Suning disposait de 2 756 magasins : Com Plaza (Centre commerciaux) – 37 3C Speciality Store (Electroménagers) – 2 108 Enseignes Suning.Com – 197 Carrefour Supermarket – 240 Magasins RedBaby (Dédié à l’enfance et la maternité) – 146 Magasins à Hong Kong – 28 Franchisés de la marque Suning.Com 5 926. La dette obligataire du Groupe Suning Sur la base de l’organigramme de la structure du groupe, il est possible de raisonner sur la dette obligataire de Suning et de sa capacité à la gérer. Selon les documents consultés par Calcio&Finanza, au 31 décembre 2020, le montant des émissions obligataires en yuan des sociétés du groupe Suning était d'environ 29 milliards. A celles-ci, il y a lieu d’ajouter trois autres émissions en dollars pour un montant total global de 600 millions de dollars réalisés par les satellites basés aux Îles Cayman, à Granada Century, mais qui sont garantis par Suning Appliance. Au début de cette année, le montant des obligations était de 19,04 milliards de dollars auquel il faut ajouter les 600 millions de dollars repris ci-dessus, pour un amortissement total global environ de 3 milliards d’euros. Les ressources d’Etat pour faire face à la dette de Suning Le 28 février 2021, un accord d’investissement a été rendu publique, avec l’entrée de deux entreprises dans le capital de Suning.com. Cet accord, une fois acté va permettre à Suning de disposer des ressources nécessaires pour faire face à ses engagements vis-à-vis de ses dettes. L’accord, qui au moment de l’article, n’avait pas encore été exécuté, prévoit la vente par Jindong Zhang, la Suning Holding Groupe et la Suning Appliance Groupe, d'une participation de 22,98% de Suning.com à hauteur de 14,81 milliards de yuan, soit 1,92 milliards d’euros à Shenzhen International et à Kunpeng Capital. L’opération est expliquée dans le tableau ci-dessous : Avant la vente Après la vente L’encaissement de la vente des 22,98% de Suning.com Comment Zhang va utiliser les ressources obtenues via la cession de ses actions à Suning.com ? Sur ce point de figure le texte repris dans l’accord est limpide: Les fonds destinés au transfert des actions seront prioritairement utilisés pour renforcer la solidité du capital du cédant (soit la Suning Appliance, qui encaissera plus de 7 milliards de yuans) et optimiser financièrement la structure via l’augmentation du capital de Suning Appliance Group, via aussi d’autres méthodes". Même les fonds collectés par Zhang Jindong et Suning Holdings, d'un montant de 5,51 milliards de yuans (716 millions d'euros) finiront donc, par le biais d'une augmentation de capital, dans les caisses de Suning Appliance Group, qui pourra alors compter sur une dot de liquidités, suffisante pour rembourser / racheter ses obligations arrivant à échéance en 2021 et éventuellement mettre à disposition de Suning.Com d'autres ressources pour faire face à ses engagements en matière de dette. Le rachat de la dette et la vigilance sur Suning.com De décembre 2020 à ce jour, Suning Group, selon son blog officiel, a racheté des obligations arrivant à échéance pour un montant total de 18 milliards de yuans, dont l'émission "15 Suning 01" à hauteur de 10 milliards de yuans qui a expiré le 17 décembre 2020. Cependant, les quelques 14 milliards de yuans, fournis par l'État à travers Shenzhen International et de Kunpeng Capital, ne sont pas encore arrivés dans les caisses de Suning Appliance. Selon ce qui est rapporté au bilan 2020 de Shenzhen International, récemment approuvé et rendu public, la société d'État est toujours en train d'effectuer une vérification préalable des comptes de Suning.com en vue de la finalisation de l'investissement consenti. Une circonstance qui, en date du 13 mai 2021, a obligé Suning à publier une déclaration pour démentir catégoriquement les rumeurs circulant sur un prétendu arrêt de la procédure de vigilance raisonnable de la part des deux nouveaux investisseurs. Les bilans de Suning.com Les liquidités nécessaires pour faire face aux prochaines échéances obligataires devraient donc être en route, mais seront-elles suffisantes pour redonner vie au groupe fondé par Zhang Jindong, qui a connu ces dernières années une croissance rapide grâce à l'endettement ? Les chiffres présentés dans les récents états financiers, avant même que les effets négatifs de la pandémie de Covid-19 ne se fassent sentir sur le commerce de détail de Suning, n'offrent pas une image rassurante. Ces dernières années, les performances opérationnelles du groupe n'ont pas été aussi brillantes que ce qu’il s’est dit. Alors que les effets négatifs de la pandémie se sont fait ressentir en 2020, via un impact sur les ventes dans les magasins et les centres commerciaux, dans le registre de la vente online, Suning a subi la concurrence des géants chinois du commerce électronique tels que Taobao et JD.com, sans oublier les nouvelles plateformes telles que Pinduoduo, Meituan et Vipshop. L'exercice 2020 s'est ainsi soldé par des revenus en baisse de 4%, soit 258,45 milliards de yuans (33,6 milliards d'euros) et une perte nette de 3,91 milliards de yuans (508,3 millions d'euros), contre un bénéfice net de 9,84 milliards de yuans (1,26 milliard d'euros) en 2019. Mais si l'on examine les comptes financiers précédents, il apparaît clairement que la rentabilité de Suning.Com, mesurée par le rapport entre l'Ebitda et les revenus (Ebitda margin), s’est toujours révélé très faible, alors que le groupe, sans tenir compte des évènements extraordinaires, a clôturé avec un résultat d'exploitation (Ebit) négatif au cours de quatre des cinq exercices. Les bénéfices enregistrés entre 2015 et 2019, en revanche, sont le résultat de transactions extraordinaires, incluant dans certains cas des ventes d'actifs à des parties liées, notamment des sociétés que l’on peut directement rattacher à Jindong Zhang ou au groupe Suning Holdings et donc, qui est hors du périmètre de Suning.com et de Suning Appliance Group. Les états financiers de 2019 ont par exemple été clôturés avec un bénéfice de 9,84 milliards de yuans (1,26 milliard d'euros) grâce notamment à la vente du contrôle du Suning Financial Services Group. Cette opération, qui a eu lieu par le biais d'une augmentation de capital de Suning Financial Service, et qui était réservée aux nouveaux investisseurs et non par la vente d'actions, a néanmoins eu un impact positif au niveau comptable sur le compte de résultat de Suning.com pour 15,55 milliards de yuans (1,99 milliard d'euros), ainsi qu'un allègement du bilan des dettes détenues par la société spécialisée dans le crédit à la consommation. Suning.Com est en fait resté un actionnaire de Suning Financial Services avec une participation d'un peu plus de 40%. Mais qui gère Suning Financial Services ? D'après ce qui ressort des états financiers 2019 de Suning.com, il s'agit d'un certain nombre de sociétés contrôlées par Suning Holdings Group et donc indirectement liées à Zhang Jindong. Au cours de l'exercice 2019, Suning.com a réalisé des ventes à hauteur de 19,66 milliards de yuans (2,51 milliards d'euros), sans lesquelles le résultat net aurait été négatif pour environ 9 milliards de yuans (1,15 milliard d'euros). S'il n’est pas possible de quantifier le flux de trésorerie élevé et si les actionnaires n'ont pas mis la main au portefeuille pour apporter des ressources fraîches sous forme de capitaux propres, comment la croissance de Suning.com a-t-elle été financée ces dernières années ? Si l'on regarde l'évolution des actifs dans le bilan de Suning.Com, on s'aperçoit immédiatement que la valeur totale des actifs sur le long terme sont passées de 31,32 milliards de yuans en 2015 à 116,09 milliards de yuans en 2019. En 2019, Suning.Com a acquis 37 grands magasins du Wanda Group pour 2,7 milliards de yuans (345 millions d'euros) et a investi 4,8 milliards de yuans (617 millions d'euros) supplémentaires pour acheter 80 % de Carrefour Chine. Des acquisitions qui interviennent après des achats tout aussi importants réalisés les années précédentes par Suning.com et Suning Holdings Group et Suning Appliance. Le tout, sans prendre en considération les 20 milliards de yuans versés par Zhang, par l'intermédiaire d'autres sociétés du groupe, pour soutenir le géant chinois de l'immobilier en crise qu’était Evergrande. Soit l’opération qui est à la source de la crise de la dette de Suning. La réponse est "photographiée" dans le bilan de Suning.com : presque tous les investissements ont été financés en contractant de nouvelles dettes. Des dettes qui, sur le long terme, comme le montrent les récents événements qui ont ouvert la voie à la prochaine entrée des deux sociétés publiques dans le capital de Suning.com, semblent devenir insoutenables pour un groupe qui s'est développé par des acquisitions, même dans des secteurs extérieurs à son corps de métier. Que va-t-il advenir du groupe Suning maintenant ? L'entrée des deux entreprises publiques dans le capital de Suning.com, qui est en fait un sauvetage, a ouvert la voie à une remise en question du groupe sur son activité principale. Dans la déclaration annonçant l'opération, sans oublier le fait que Zhang Jindong ne sera plus l'actionnaire majoritaire de Suning.com, les lignes directrices de la stratégie future du groupe coté en bourse ont été dévoilées très brièvement: "L'entrée d'investisseurs stratégiques permettra à la société de se concentrer davantage sur l'activité du commerce de détail, de consolider le renforcement des capacités de base de la vente au détail dans sa globalité, et d'améliorer l'efficacité opérationnelle et la rentabilité des activités de la société." Quel sera, en revanche, le sort du reste du groupe, c'est-à-dire des multiples entreprises hors du secteur de la vente au détail réunies par Zhang Jindong et contrôlées par Suning Holdings ? "D'après ce que dit Zhang lui-même, il est possible qu'il y ait une profonde rationalisation du portefeuille de participations. La décision de se démobiliser du football en Chine, en mettant le Jiangsu Suning Football Club en liquidation, a été le premier effet du nouveau chemin emprunté." Et l'Inter ? "Sur la base des chiffres mis en évidence ci-dessus, il semble maintenant plus clair pourquoi le groupe Suning est obligé de recourir à un prêt pour trouver les ressources nécessaires au financement du club champion italien." - Ce qui a d’ailleurs expliqué l’arrivée d’Oaktree. "Il est toutefois plus complexe de comprendre la logique qui a conduit un groupe aux prises avec une réorganisation aussi importante chez lui à refuser l'offre de BC Partners pour l’Inter, même si l’évaluation économique n’était pas considérée comme particulièrement généreuse." "Il est possible que la perspective concrète ces derniers mois faisant référence à la Super League Européenne ait dérouté le Suning, car si ce projet avait vu le jour, l'Inter aurait eu l'opportunité de devenir financièrement autonome et son actionnaire, et en cas de revente, Suning aurait pu obtenir un prix bien plus élevé que l'offre du fonds d'investissement privé." Si vous avez eu le courage de lire l’intégralité de cet article, pensez-vous que l’avenir de l’Inter et de Suning s’améliorera dans les mois et années à venir ? En effet, ce jour, un programme de sauvetage de Suning.com a été officiellement annoncé!. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Giuseppe Marotta et Piero Ausilio se sont livrés à Rimini dans le cadre du lancement de la session estival du Calciomercato. Voici les déclarations de notre Padrino devant le parterre de journalistes présent à Rimini, suivi de celles octroyées à Sky Sport La vente la plus lucrative sera celle d’Hakimi : Où en sommes-nous actuellement ? "Nous sommes en train de finaliser une opération que notre Directeur Sportif a réalisé d’une façon retentissante, il s’agit d’une opération douloureuse que nous réalisons avec énormément de souffrance, mais elle s’avère nécessaire pour donner de l’oxygène au club et pour nous apporter les outils nécessaire pour apporter de la continuité et de la stabilité qu'exige un club de football. Cela ne veut pas dire que l’Inter n’ambitionne pas d’objectifs importants car, à côté de l’aspect financier, il y a la créativité et la compétence inhérente aux dirigeants pour composer une équipe compétitive pour l’Histoire et pour les résultats." Les tifosi se questionnent : Y-aura-t ’il d’autres ventes aussi excellente ou c’en est terminé avec Hakimi ? "Nous sommes, aujourd’hui, dans les conditions de dire que cette opération nous permettra de faire face à tout avec sérénité. La règle du Mercato est que si un joueur manifeste sa volonté de partir, qu’il sera difficile de le conserver, mais en ce moment, il n’y a pas personne qui présente ce type de symptôme chez nos joueurs. J’espère et je me souhaite que l’on puisse confirmer quasiment la totalité de ce groupe de gagnants." Comment se passe la situation relative à Lautaro, avez-vous parlé de prolongation ? "Nous avons débuté un échange dont la finalité sera une prolongation du contrat." Bellerin peut-être être l’idéal pour l’après-Hakimi ? Lazzari est-il le préféré d’Inzaghi ? "Ce sont des noms de joueurs intéressants. Mais en ce moment, nous devons nous comporter avec calme. Le plus important à retenir est que nous n’avons pas la capacité de réaliser des investissements très pesant, c’est évident que nous devrons agir en faisant preuve d’une grande créativité pour saisir les opportunités que le mercato nous offrira." Le fait de ne pas pouvoir investir vous impact à quel point ? "Cela vaut pour tous les clubs, ce n’est pas que pour nous. Il y a une contraction économique qui nous pousse à procéder à une gestion plus attentiste d’un point de vue administratif et financier." Quel est votre premier ressenti sur Inzaghi ? "Il est positif: Je retrouve en lui les caractéristiques conquérantes d’un entraîneur comme Conte. Je suis certain que cela apportera une continuité au projet avancé par Conte. Il est le profil le plus adapté pour être reconnu, à juste titre, comme son héritier." Avez-vous discuté au club d’InterSpac ? "Pas encore, mais il y a un dénominateur commun entre être cette initiative, Zhang et le Suning : Le bien et le futur de l’Inter. Je dois aussi souligner que la famille Zhang a injecté à profusion des ressources financiers : 700 millions d’euros. Toutes les initiatives sont évaluées, nous sommes dans une phase interlocutrice. Je ne peux pas m’exprimer étant donné que je n’ai pas d’autres éléments qui m’ont été porté à ma connaissance." Sur l’aile gauche, vous semblez bien, l’échange Drągowski-Sensi est une possibilité ? "Non, ce n’est pas une opportunité. Nous devrons saisir des opportunités sans faire de folies." Il Padrino à Sky Sport "L’ouverture du mercato reste un moment historique, il n’y aura pas de grands transferts très onéreux, la créativité y aura une grande place." Hakimi-Paris ? "C’est une opération sur laquelle Piero Ausilio a travaillé, nous en sommes dans sa phase finale, il y a des formalités à accomplir, ce qui est normal lorsque l’on traite avec l’étranger. Je pense que l’on peut arriver à sa conclusion dans un délai d’une journée." "C’est un transfert douloureux, mais comme Administrateur, j’ai l’obligation de garantir au club sa soutenabilité. Le mercato n’est pas encore entré dans le vif, et je tiens à souligner la difficulté à parvenir à transférer un joueur en obtenant uniquement du cash, il faut le savoir. C’est normal que le club souhaite confirmer tous ses joueurs, saut si ceux-ci manifestent leur intention de vouloir aller ailleurs, là il faut discuter." "Lorsque Hakimi sera officiellement au Paris-Saint-Germain, nous pourrons respirer. Je ne tiens tellement pas à devoir vendre d’autres joueurs, je veux maintenir l’organisme qui nous a donné tant de satisfaction." Lautaro ? "L’Inter a, devant elle ,des objectifs sportifs à atteindre au-delà de la soutenabilité financière. Avec les joueurs, Lautaro Martinez compris, nous avons débuté des petites approches pour prolonger les contrats. Lui et tant d’autres joueurs sont jeunes et l’Inter mise sur eux. Ce n’est pas une entreprise facile, mais nous devons veiller à défendre le patrimoine historique de ce club riche de succès. Ces couleurs présentent un palmarès riche de succès que nous devons continuer à maintenir à un niveau important. Il faut également souligner que nous sommes dans une période de contraction économique et financière." Y-a-t ’il des avantages et des inconvénients vis-à-vis des joueurs en fin de contrat ? "Tout dépend du point de vue. Si tous font preuve de rigidité dans la gestion de cette situation, cela sera un inconvénient contrairement à avant. Les salaires ont atteint des niveaux insoutenable et dans n’importe quelle autre société, celles qui ne font pas partie du monde du football, nous aurions été en face d’un scénario de faillite." Comment remplacer Hakimi ? "Nous travaillons en équipe, il y a l’entraîneur et les collaborateurs, nous devons faire preuve de sérénité car il n'y aura pas de demandes de clubs vendeurs, nous devons saisir les opportunités et être imaginatifs, je ne prévois pas de grands mouvements entrants du club. Mais le fait de confirmer un groupe gagnant comme le nôtre représente un point de départ important". L’approche populaire ? "Cela concerne la propriété, je ne peux pas m’exprimer aussi bien par respect, que par manque de connaissance des éléments. C’est normal que nous devrons, nous aussi créer un nouveau modèle, nous faisons face à un changement d’époque, il n’y aura plus d’opération pharaonique. On travaille sur les compétences, l’inventivité, l’opportunité, et sur le secteur des jeunes qui représentent un grand patrimoine." Eriksen ? "Nous ne l’avons pas entendu directement, pour des raisons de vie privées. Le médecin, oui, ce qui compte c’est de retrouver Eriksen l’Homme, avant le joueur. La première intervention réalisée par les médecins, dans le stade, a été miraculeuse et efficace, nous parlons ici de quelque chose de merveilleux. Ce n’est pas le moment de parler de l’après, il doit retrouver de la sérénité et sa santé." "La fierté d’une direction est aussi de voir ses propres joueurs évoluer en équipe nationale, à l’Euro. Vendredi, ce sera Belgique-Italie avec nos joueurs, le tifo est acquis, à présent dire que le meilleur gagne ne compte plus, mais que l’Italie gagne. Mais je reste fier de nos joueurs." Inzaghi ? "Nous travaillons en équipe, tout le monde doit chercher à prendre des décisions dans le bien de la collectivité. Je me souhaite qu’Inzaghi soit l’héritier de Conte, en tout et pour tout, dans les résultats et sous l’aspect professionnels. Avec lui, il y a des échanges quotidien, il échange avec Ausilio trois ou quatre fois par jours, avec moi, très peu. Je pense qu’il a passé ses vacances au téléphone, il a déjà démontré un grand sens d’appartenance." Conte ? "Cela fait quelque temps que nous n’avons pas échangé, je sais qu’il est parti en vacances et c’est bien ainsi. Il restera un souvenir splendide de deux années extraordinaires passées avec des résultats atteints." Le Scudetto ? "Nous devons nécessairement tenir élevé la bannière de l’Inter pour l’Histoire du Club. Même si l’on n’a pas de finances, on retrouve les motivations et les compétences, car sans elles, il n’est pas possible d’atteindre les objectifs." Piero Ausilio se livre à Sky Sport depuis Rimini Que pensez-vous de la photo d’Insigne, avec le maillot de l’Inter, enfant ? "Je m’en souviens. Chaque fois que nous finissons par jouer le Napoli, elle me poursuit, je ne sais plus à quel âge il l’a fait. Mais il se moque toujours de moi lorsque nous nous croisons." Y-a-t ‘il la possibilité d’en trouver un lendemain ? "Non, il n’y a rien à voir absolument avec cela, c’est une chose divertissante, c’est une photo qui fait du bien dans la tête." On savait que l’Inter allait devoir sacrifier au moins un joueur titulaire et que ce serait Hakimi. A quel point cela vous déçoit-il vu que vous l’aviez suivi durant tellement d’années et que vous l’aviez recruté pour 40 millions d’euros ? "Notre temps n’est jamais celui qui compose le mercato: Selon vous, nous avions été très rapide, en brûlant quasiment toute la concurrence, mais nous avions respecté les délais. Nous parlons avec Paris et il y a une opportunité, nous sommes encore à distance de la finalisation. Nous prenons notre temps pour, lorsque tout sera prêt, qu’il puisse s’agir de quelque chose de définitif." Les Tifosi se demande s’il s’agira de la dernière vente d’un Big. Lautaro, Skriniar, Bastoni, Barella… "Je sais que vous avez aussi questionné Marotta, l’idée était de sacrifier un joueur avec lequel le mercato pouvait se conclure, et Hakimi en était le plus proche, nous ne pensons pas aux autres. Nous devrons faire tant de petites choses pour arriver à l’objectif fixé par la propriété, nous pensons pouvoir le centrer d’ici à la fin août." Comment est née l’opération Calhanoglu ? "Nous avons dû en parler suite à la situation particulière entourant Christian. Nous avons le devoir, en tant que club, de répondre présent. Nous attendons Eriksen, nous savons qu’il fera face à un long parcours et nous lui sommes proche, nous lui donnerons tout le temps nécessaire et nous souhaitons qu’il puisse revenir à faire ce qu’il a toujours fait. Nous sommes l’Inter et nous devions aussi penser au bien du club et à l’opportunité Calhanoglu”. Etes-vous intéressé par Raspadori? "Ce n’est pas la bonne soirée pour en parler. Bonan est devenu plus vicieux que Di Marzio (il sourit). Je peux seulement vous dire que c’est un joueur que toute l’Italie apprécie pour ses qualités et son sérieux, je le connais et l’apprécie depuis le secteur jeunesse. Selon moi, il profitera encore de Sassuolo quelques temps." "Carnevali est un coriace qui ne vend pas facilement et nous ne sommes pas en mesure de nous présenter sérieusement pour Raspadori. Nous considérons qu’il n'est pas sur le marché et que notre parc d’attaquant est au complet." Bellerin et Zappacosta ont été cité pour être deux bons remplaçants d’Hakimi, Onana pourrait ‘il représenter une opportunité pour un futur sans frais ? "Hakimi est encore un joueur de l’Inter je ne parle pas de remplaçant tant qu’il n’y a rien de définitif. Je contrôle et je connais le Mercato., nous répondrons présent s’il est possible de réaliser quelque chose. Je lis et j’entends tellement de nom,s aussi celui d'Onana qui est récemment sorti, mais notre parc de gardien est suffisamment qualitatif, il peut couvrir aussi bien le présent que le futur. Il ne faut pas oublier que Stankovic est très fort et que Brazao fera rapidement parler de lui, car il est vraiment très doué." Geoffrey appréciera Un échange sympathique a eu lieu entre Adriano Galliani et Piero Ausilio. L’actuel Administrateur-Délégué de Monza est revenu sur le duel à distance qui a mené au recrutement de Geoffrey Kondogbia : "L’Inter a été très bonne, même si je dois prendre aussi en considération la mauvaise relation avec Nelio Lucas son agent. J’avais besoin aussi à ce moment-là de sa contre-signature car nous étions en phase de vente du club" - Galliani Piero allume le français : "Il avait recruté Pessina pour 30.000€ et nous Kondogbia pour 30 millions d’euros. A postériori, nous aurions mieux fait de recruter Pessina, rien n’a bien tourné. L’investissement n’avait pas porté ces fruit vu les prestations qui en ont suivi." Pas même un auto-but de 50 mètres ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Carlo Cottarelli s’est livré à Radio Rai pour faire le point sur le projet d’actionnariat populaire Nerazzurro. Voici les propos qui ont été relayé par TuttoMercatoWeb : "L’idée est née il y a deux ans et demi, lorsque j’ai créé la société. Depuis lors de nombreuses choses ont changé : Du point de vue sportif tout s’est bien passé pour l’Inter, du point de vue financier non." Qu’est-ce qu’il y a de plus beau que d’aider son propre club ? "Nous voulons aider la propriété, nous sommes encore dans la phase de la collecte, nous analysons les différentes disponibilités." La participation pour y entrer est de 500€ ? "Il y a plusieurs possibilités, nous devons encore décider. Nous sommes toujours dans la première phase." Valentino Rossi s’est déclaré intéressé, avez-vous échangé avec lui ? "Nous sommes en contact avec son agent, et j’espère qu’il acceptera." D’autres clubs pourraient suivre votre exemple ? "C’est quelque chose que doivent décider les Tifosi : L’actionnariat populaire pourrait être fonctionnel pour l’Inter, pour le Torino, pour la Roma. C’est ce qui est ressorti de quelques sondages." Y-aura-t ’il des dividendes à redistribuer dans le futur ? "C’est possible, mais je ne crois pas que les tifosi le font pour les dividendes. L’important est de ne pas se perdre, on ne parle pas d’un financement à fond perdu : La propriété devra décider de tout par la suite." Zhang a-t ’il été informé ? "Nous avons informé le club qui évalue la situation avec intérêt. Il faudra d’autres semaines pour comprendre où nous en sommes." "Pour les premiers résultats, il faut attendre le 20-21 juillet." Avez-vous connaissances des tous premiers résultats ? "Les deux premiers jours ont bein démarrés avec une compilation de 55.000 questionnaires. Nous verrons où cela va nous mener." Quel est le problème du Calcio ? "Il a besoin de meilleurs recettes et l’actionnariat populaire peut être une solution. Les clubs allemands l’ont adopté depuis longtemps. L’année dernière, ce sont ceux qui ont connu le moins de pertes. Ce serait une nouveauté en Italie, mis à part quelques exceptions que l’on retrouve dans des catégories inférieures." Comment jugez-vous l’Italie à l’Euro ? "J’y vais modérément sur l’enthousiasme, nous verrons comment cela se passera contre la Belgique : Barella a été l’un des meilleurs joueurs l’année dernière, et il va devoir toujours le confirmer." Certains joueurs gagnent-ils trop ? "Selon moi, oui. Mais ce sont des évaluations trop importantes : La Super League n’aurait pas été la solution." Avez-vous parlé d’InterSpac avec Rummenigge ? "Nous avons organisé un événement à Milan auquel nous aimerions convier l’ancien attaquant : Ce ne sera pas facile, mais nous allons le tenter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Longue interview accordée à Calciomercato.it par Carlo Cottarelli. L'économiste a expliqué en détail InterSpac. Sur l'enquête. ''Le 25 Juin à 18h00, 35 000 personnes avaient déjà répondu à l'enquête et cela va au-delà de mes attentes les plus optimistes. Je n'ai pas de données définitives mais selon nos estimations la grande majorité sont en faveur de ce projet.'' Sur le projet. ''Maintenant, nous sommes dans une phase préliminaire. S'il était possible de collecter des ressources il y aurait également un plan pour les utiliser. Le capital dû à celui des supporters ne doit pas être sous-estimé, ce serait économiser des dizaines de millions année après année qui pourront servir à renforcer l'équipe. De plus, la participation crée un lien plus étroit de sorte que les revenus de l'entreprise augmentent avec le temps. Nous pensons qu'il s'agit d'un projet économiquement durable. Les revenus augmentent à tous points de vue et l'expérience des entreprises allemandes montre que cela peut fonctionner.'' L'Inter et Zhang. ''Tout d'abord, l'entreprise en a été informée à l'avance. Le questionnaire reste disponible jusqu'à la mi-juillet. Il faudra quelques jours pour bien traiter les données et vers le 20 juillet nous pourrons nous faire une idée de la situation puis approcher la société avec une meilleure idée de ce que représentera notre apport. Nous avons également une liste d'environ 200 entrepreneurs qui pourraient prendre un peu plus de temps. Ensuite, il pourrait y avoir de plus gros investisseurs comme au Bayern. Un changement de propriétaire crée toujours une discontinuité. Le soutien du fan ne fait pas changer d'avis le propriétaire car c'est un capital stable avec celui du propriétaire qui a tendance à partager de manière constructive les estimations de l'entreprise. C'est une façon différente de se faire entendre.'' Enfin un titre. ''Le club doit être remercié car nous renouons avec la victoire après onze très longues années. Nous n'avons pas autant attendu comme la fois précédente (16 ans, ndlr) mais c'est quand même une grande attente. Le fait est que nous connaissons la situation mais nous n'avons pas eu accès à des données particulières.'' Le nombre de participants. ''Je suis très prudent à propos de ces choses. Si je fixe un nombre, alors peut-être qu'il s'avère qu'ils seront moins. Les attentes ont déjà été dépassées le premier jour à 18h. Il est évident que plus vous avez d'informations, plus vous pouvez construire un projet solide. J'invite donc tout le monde à remplir le questionnaire.'' Non pour certains VIP. ''Il y a eu des VIP qui n'ont pas accepté. Un exemple, de nombreux anciens joueurs ont des liens avec le club mais beaucoup de ceux qui n'ont pas pu adhérer ont réaffirmé la force du projet.'' Frais minimum. ''Si cela continue et que cela arrive au club puis aux fans, il y aura un droit d'entrée minimum. Dans le questionnaire nous avons indiqué une fourchette entre 500 et 1000 €." Pour faire suite à cette interview, Sport Mediaset a indiqué que InterSpac cherche à acquérir entre 30% et 40 % des actions de l'Inter. Cela rendrait les fans qui achètent des actions copropriétaires du club. Ceci leur permettrait d'avoir leur mot à dire sur des questions importantes telles qu'un nouveau stade, de lourds transferts... Une enquête menée auprès des fans Vendredi a reçu une réponse très positive, qui n'a servi qu'à aider le mouvement à prendre de l'ampleur. Ils veulent lever environ 300 M€ pour pour prendre part (ce chiffre est cohérent avec les précédentes interviews de Carlo Cottarelli, ndlr). Le Suning est conscient de la situation et a donné son feu vert. Ils n'ont pas l'intention de faire obstacle à InterSpac. D'autres clubs italiens pourraient bientôt emboîter le pas. Enfin, comme rapporté par La Gazzetta dello Sport, le projet ne va pas automatiquement faire de l'Inter un club comme le Bayern Munich et d'autres équipes de Bundesliga, mais il les rendra certainement plus similaires. Autrement dit, InterSpac n'entraînera pas forcément un modèle 50+1 en vigueur en Bundesliga.
  11. S'adressant au média italien Il Sole 24 Ore, Carlo Cottarelli a fourni des détails sur la participation minimale des supporters et a parlé de l'intention d'impliquer le Suning dans le projet. Le projet InterSpac est encore dans une phase où l'objectif est de recueillir des soutiens et de tester l'intérêt public. L'entretien démontre que les fondateurs vont estimer le nombre de supporters intéressés et combien sont suffisamment engagés pour soutenir financièrement le projet. Avec cette étape, on voit que les concepteurs du projet s'engagent sérieusement à concrétiser le projet en prenant les mesures nécessaires. Voici les mots de Cottarelli: "Nous attendons une contribution minimale entre 500 € et 1000 €, puis nous compterons et verrons combien souhaitent participer à l'initiative." "Nous voulons travailler avec le Suning, nous les avons approchés il y a deux ans mais nous avons obtenu aucune réponse. Nous verrons maintenant. Nous sommes cependant reconnaissants au président Zhang d'avoir ramené l'Inter au sommet du football."
  12. InterSpac, le projet d’actionnariat populaire guidée par Carlo Cottarelli est passé à l’offensive : "Nous voulons porter en avant un projet d’actionnariat populaire, pour renforcer l’Inter avec des capitaux en provenance des tifosi, complétés par des ressources d’investisseurs institutionnels dans un cadre économique soutenable. Cela s’est déjà passé à travers d’autres sociétés glorieuse, comme le Bayern Munich." "Nous voulons travailler ensemble avec l’actuelle propriété, qui a déjà été informé de notre initiative. Notre unique objectif est de soutenir l’équipe que nous aimons. Nous sommes reconnaissant envers le Président Zhang pour avoir replacé l’Inter au sommet du Calcio." Etapes annoncées "La première étape sera symbolique. D’ici à la fin du mois de juin, nous intègrerons au sein de la Société InterSpac S.r.l que je préside, un groupe restreint de Tifosi interistes connu qui vont acquérir des petites parts d’actions : Il s’agira de Sportifs, de musicien, d’animateurs télés, d’écrivains, de journalistes. Ils nous aideront à faire connaitre le projet." "Nous souhaitons mesurer quelle est la marque d’intérêt pour notre initiative. Nous avons déjà mandaté l’IIQUII, et son Sport Intelligence Unit, pour mener une étude approfondie sur ce sujet. Le vendredi 25 juin, nous mettrons en ligne sur les réseaux sociaux, sur Internet et à travers différents partenaires médiatiques, un questionnaire sur l’actionnariat populaire qui permettra aux tifosi de l’Inter de faire part de leur propre opinion, de manière informelle." "Si comme nous l’imaginons, il y aura suffisamment d’intérêt de la part des différentes parties concernées, propriété inclue, et après avoir défini les contours les détails techniques de l’opération, nous nous adresserons aux différents organismes compétents toutes les autorisations nécessaires pour commencer à récolter les fonds en provenance des tifosi et des autres. Cela nous demandera des mois, si bien que le calendrier devra prendre en compte les détails techniques de l’opération." "Dans tous les cas, nous pensons que notre modèle d’actionnariat populaire est valide également pour les autres clubs du Calcio. Nous allons organiser une rencontre publique à Milan, à la fin du mois de septembre pour discuter d’une vision structurelle, en invitant, en plus des actionnaires de l’InterSpac, des personnalités du monde du Calcio, mais aussi de l’international. Nous sommes au stade de notre lancement ! Forza Inter et j’espère que les autres groupes de tifoserie en Italie, voudront nous imiter." Que les affaires commencent! En effet, à travers un tweet sur son site officiel, Iquii Sport a confirmé qu’Inter Spac l’a mandate pour sonder l’avis des tifosi en regard à la thématique de l’actionnariat populaire. Ce sera Iquii qui diffusera le sondage: "Prêt à prendre en charge la mission qui nous a été confiée par InterSpac dans le cadre d’une étude approfondie sur l’actionnariat populaire dans le football. Le sondage sera publié le vendredi 25 juin sur la page http://sportthinking.it ." Le Saviez-vous ? Une personnalité légendaire aussi bien au Bayern de Munich et à l’Inter sera présente lors de la présentation de l’InterSpac au mois de septembre : Karl-Heinz Rummenigge sera de la partie, lui qui a dirigé le Bayern Munich durant 20 ans à travers un actionnariat populaire accompagné d’actionnaires institutionnel, soit le projet proposé pour l’Inter, par InterSpac! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C'était un dossier dont Steven Zhang souhaitait boucler avant son retour en Chine. Après diverses rumeurs ces derniers jours, la Gazzetta dello Sport confirme les renouvellements de Giuseppe Marotta, Piero Ausilio, Dario Baccin et de Roberto Samaden. Les échéances passent de 2022 à 2024 pour eux. Un bon moyen pour eux de travailler sur le long terme pour le bien de l'équipe. Il ne manque que les signatures mais tout est déjà sur papier. Un acte de totale confiance de la part de Steven Zhang envers l'équipe dirigeante, elle qui a déjà fait ses preuves par le passé mais qui se retrouve face à un nouveau défi cet été : sortir bénéficiaire du mercato à hauteur de 70M€ en réduisant dans le même temps la masse salariale de 15%. ®gladis32 - internazionale.fr
  14. En effet, depuis son retour dans la Capitale Lombarde, Steven Zhang n’a jamais cessé un seul instant de travailler pour l’Inter. Et après être parvenu à un financement de l’ordre de 275 millions d’euros en provenance du Fonds d’investissement californien Oaktree, le Numéro Un Nerazzurro a décidé de passer à la caisse Révélation de la Gazzetta Dello Sport En fin mai, les tranches relatives aux mensualités couvrant les mois de novembre, décembre, février et mars ont été honorées. Le versement des tranches couvrant avril et mai sera versé en d’ici au 30 juin La mensualité relative au mois de juin, prime Scudetto incluse, sera réparti en deux tranches, comme prévu dans les accords, il s’agit des mois de septembre et de décembre. Vivement le retour des Tifosi aux Stades ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. C’est une information de nos confrères de Fcinter1908.it qui s’est penché sur la situation de de la pépite française : Lucien Agoumé En effet, l’Inter de Simone Inzaghi sera différente de celle proposée par Antonio Conte. En effet, l’objectif déclaré de Steven Zhang n’est pas le Scudetto, ce qui pourrait offrir du temps de jeu à certains jeunes joueurs prometteurs méritants. Selon Fcinter1908, l’Inter a confirmé à l’agent de Lucien, Djibril Niang, quel est le plan mis en place pour son poulain: "Sauf en cas d’offre indécente, le joueur débutera la mise au vert sous les ordres de Simone Inzaghi qui analysera s’il pourra faire du jeune Nerazzurro, le Vice-Brozovic. Ce sera à l’entraineur à définir s’il lui sera possible de l’intégrer dans un système de rotation." Si tel est le cas, Agoumé restera à Milan car l’Inter est certaine de disposer d’un jeune joueur différent de ceux dont elle dispose dans son vivier. Pour l’Inter "Lucien est le jeune le plus talentueux, un joueur spécial à faire grandir à la maison… le tout avec l’aval d’Inzaghi." Si l’objectif annoncé n’est qu’une façade pour la presse, pensez-vous que Lucien Agoumé a les épaules assez solide pour intégrer le milieu de terrain Nerazzurro ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Steven Zhang le Président de l’Inter, Championne d’Italie s’est livrée sur la conquête du Scudetto, mais également sur d’autres thématiques telles que le gouffre abyssal financier dû à la fermeture des stades…. Son interview à la presse chinoise La victoire du Scudetto "J’en suis très fier, c’était un moment spécial pour tout le peuple interiste, pour les Tifosi, pour Milan. Lors de ces neufs dernières années, nous faisions face à un adversaire redoutable qui avait toujours gagné. La dernière fois que nous avions remporté le championnat remonte à onze années. Cela démontre que notre travail, lors de ces cinq dernières années est allé dans la bonne direction. Objectivement, voir toute la ville et les tifosi heureux était quelque chose de satisfaisant." Les tifosi étaient, hélas, absents du stade durant toute la saison. Qu’est-ce que cela signifie pour un grand club comme l’Inter ? "Malheureusement, la pandémie a changé l’environnement du football international et cela a impacté de nombreuses industries, et plus particulièrement celles engagées dans les services offline. L’industrie du football, et du sport, a été durement touchée. Les tifosi ne savent plus voir physiquement les rencontres, de nombreux vendeurs et restaurant sont restés fermés. Cela a effectivement marqué notre secteur." "Si l’on se fie uniquement sur la saison 2019-2020, l’industrie du football européen semble avoir perdu entre 2 et 3 milliards d’euros. Sur l’ensemble des deux saisons, les pertes ont doublée pour rejoindre les 5 à 6 milliards d’euros, cela a impacté de nombreux clubs et de nombreuses personnes du monde du football." "Nous ne récupèrerons pas ces chiffes rapidement....tant de situations ne reviendront pas à la normale comme ce fut le cas lors de l’ère pré-covid: A présent, tous les clubs doivent penser à réduire les dépenses et à maintenir une soutenabilité lors des années à venir. Il faudra se reprendre, suite à l’impact de cette épidémie, dans le temps." "Il faudra penser à savoir comment attirer l’attention des tifosi, de penser à savoir comment faire usage des plateformes digitales, des réseaux sociaux pour satisfaire ceux qui ne savent pas venir au stade, soit les Tifosi qui regardent les rencontres depuis leurs maisons." "Nous devons nous concentrer sur cela à présent, mais nous étions déjà au travail, avant la pandémie, pour établir un système d’infrastructure stable au club. Nous avons mis au point de nouveaux produits depuis l’épidémie et nous avons apporté quelques adaptations à notre système." La thématique sur la Super League sera-t ’elle de retour sur la table, à l’avenir ? "Je pense que cette série d’événements nous a inspiré : Nous devons collaborer avec la FIFA et l’UEFA pour améliorer la qualité du jeu, pour savoir quels changements doivent être apportés au mercato, pour écouter les souhaits des tifosi et pour savoir comment il est possible de leur offrir une meilleure expérience." "L’épidémie nous a poussé dans cette vision nécessaire de changement, d’innovation. Peu importe quelle sera la méthode utilisée, il est impératif de savoir qu’il est nécessaire de comprendre le marché, de comprendre quelle sera la situation post-pandémique, de changer le système du football et de l’améliorer." Président, vous avez déclaré vouloir reconquérir l’attention des supporters et établi des programmes afin d’attirer de nouveaux tifosi. N’êtes-vous pas inquiet par le fait de rester éloigné de l’Inter de ne la vivre que par le biais des plateformes digitales ? "C’est une nouvelle façon de concourir avec les autres clubs : Nous devons être bon pour offrir des contenus toujours plus intéressants afin d’attirer les consommateurs. Objectivement, j’estime qu’il y a une nouvelle génération de jeunes de mon âge qui prêtent plus attention aux médias digitaux, nous savons qu’il y a une sorte de compétition, mais que cela reste aussi une opportunité pour nous d’avoir plus de tifosi" "Les plateformes de médias digitaux vous offrent de meilleures opportunités pour vous rapprocher de ces tifosi, de ces consommateurs, qui par le passé, n'étaient pas possible à atteindre. Pour se battre sur ces plateformes, nous devons nous assurer que notre secteur est capable de fournir des contenus toujours plus intéressants, surtout en dehors de terrain de jeu." "Je pense donc qu’il est bénéfique que nous visions les jeunes qui sont les plus attirés par ce type de plateforme, que nous analysions aussi quelle est la tranche d’âge de ces personnes, et que nous songions à leurs proposer différents contenus." Quel est l’importance de viser les marchés étrangers pour le futur du club ? Comme par exemple, le marché chinois ? "Pour un club comme l’Inter, les tifosi italiens seront toujours la base, la partie la plus importante, mais la globalisation de l’industrie sportive et de l’ère de l’information, de la production de contenus, est devenu globale comme l’est justement le nom de notre propre club, plus "Internazionale"." "Le club représente des idées et des concepts culturels et internationaux différents. On constate que la moitié du public provient de l’étranger et la Chine est certainement un marché important. Les tifosi qui s’intéressent au club depuis l’étranger ne s’intéressent pas qu’au Calcio, mais ils veulent en savoir plus sur la culture italienne, et sur chaque nouveautés ou information de la ville de Milan: C’est la source de la croissance du marché et cela ne vaut pas que pour nous, mais pour tous les clubs européens." "Le public chinois représente une tranche importante : Nous devons comprendre quels sont les besoins des tifosi qui suivent l’Inter depuis la Chine : Quels sont les contenus intéressants, car ils ne savent évidemment pas suivre le club depuis l’Italie, mais uniquement à travers internet et les cellulaires." Son interview à Sky Sport Le Covid-19 "L’industrie du Sport et, plus en particulier, celle du football doit face à une concurrente inégale sur le marché. Si nous pensons aux statistiques, à la visibilité, au temps passé par les personnes dans le monde du football, tout diminue." "L’expérience a changé, surtout sans les tifosi au stade, à cause du Covid. Nous devons toujours évoluer, rivaliser sur les réseaux sociaux avec les autres sports, pour parvenir à occuper le temps des personnes. Il y a tant de choses à faire en particulier avec les nouvelles générations comme les jeux vidéo, Tik Tok." "En qualité de groupe de divertissement, nous devrons toujours nous questionner sur les produits à introduire sur le marché, aux adaptations à effectuer, à améliorer, là où innover. Les quatre-vingt-dix minutes de jeu ne suffisent plus, les futurs investissements veulent s’engager dans une vision qui va bien plus loin qu’une simple rencontre, en visant d’autres canaux , comme le sociétal, voire les jeux vidéo dont il est possible de faire usage pour les pays où il ne t’est pas simple de voyager comme les Etats-Unis ou la Chine." "Nous devrons être innovant et courageux en nous remettant toujours en question afin de savoir si notre produit est suffisamment consistant pour nos tifosi." La Super League "La meilleure façon d’agir est de trouver une solution en travaillant avec la FIFA et l’UEFA pour arriver à un résultat d’un format de compétition qui sera un jour adapté aux grands clubs, et au plus petits, soit en intégrants toutes les parties prenantes du monde du football." Milan "Milan représente la mode, la créativité, c'est la capitale mondiale pour la formation d’artistes et de designer. L’Inter représente la ville, ou du moins sa moitié. Je travaille ici depuis presque cinq années, en la traversant par toutes ses artères, elle est pratiquement devenu ma maison. Voir les tifosi de cette ville fiers m’a offert des émotions et une connexion très profonde." "L’Inter, pour nous, n’est pas qu’un business, mais c’est aussi de la passion, de la connexion, un échange culturel entre les pays. Le jour où je partirai les personnes seront fier de l’histoire que j’aurais ériger pour le club en observant la salle des trophées et en y retrouvant une nouvelle collection de coupes, les personnes seront fier de notre parcours." Soulever la Coupe "C’est une sensation incroyable, une grande satisfaction d’avoir levé ver le ciel un titre avec des compétiteurs aussi forts, il n’y avait qu’une équipe qui l’avait remporté durant 9 ans de suite, et nous ne l’avions plus remporté depuis 11 ans." "Je ne pensais pas que ce jour n’allais jamais arriver, Tu ne peux pas imaginer ce que tu peux ressentir lorsque tu vois la ville et les tifosi aussi fier, en particulier dans une période aussi difficile dans l’Histoire, pour tous. Dans de nombreux pays, la normalité n’est pas encore revenue." "Apporter de l’espoir, de la lumière est quelque chose de spécial. Je ne sais pas si l’histoire se répétera, mais c’est surement une période qui restera marquant dans la mémoire de millions de personnes." Les sacrifies "Personnellement, le Scudetto est une satisfaction car nous nous sommes beaucoup engagés dans le club, financièrement mais aussi au niveau de l’énergie mentale et physique, afin d’arriver, avec l’équipe, à ce titre." "Un club comme l’Inter doit toujours être compétitif, conquérant ou sur la route pour l’emporter. Ce titre est la démonstration que nous lui avons rendu honneur et que nous avons fait quelque chose d’important pour cette équipe." "Nous avons apporté de la satisfaction à la ville et cela nous prouve que le travail paye malgré les difficultés." Un souvenir inoubliable "La photo de nous tous à Appiano, après la victoire : Tous, avec le staff, l’entraineur. Je vais l’encadrer et la mettre dans ma chambre, elle sera pour toujours dans mon cœur et dans mon esprit." Big Rom "Tous les joueurs sont importants, même ceux qui sont hors du terrain. C’est évident que Lukaku est spécial, et pas uniquement comme joueur, mais aussi comme personne : Il a un grand cœur, il est amical avec tout le monde, affectueux, il est éduqué et fait toujours preuve de respect pour tous. C’est rare de rencontrer quelqu’un avec un cœur aussi grand. Je me souviens, il y a deux ans, lorsque Conte l’a demandé avec insistance, et il a eu raison de nous forcer à réaliser cet investissement économique : C’est le joueur idéal." Le Stade "C’est très important de construire un nouveau stade, une nouvelle structure innovante pour le club, afin d’offrir une expérience de haut niveau aux supporters. Sans lui, nous serons toujours derrières les autres clubs qui ont déjà fourni des meilleures structures à leurs supporters." Le Saviez-vous ? Selon Calciomercato.com, l’Inter va connaitre une "Thohir Bis" En effet, très prochainement, Steven va quitter Milan et aucune date de retour n’est programmée. Si la logique veut qu’il va se lancer à la poursuite du futur Main Sponsor, il semble déjà acté le fait qu’Oaktree deviendra le futur propriétaire de l’Inter En effet, si Suning dispose de trois ans pour rembourser Oaktree selon des consignes très strictes, comme les coupes budgétaires de cette fin de saison, il semble que l’idée réelle du groupe américain sera de "prendre le contrôle du club, une fois les comptes remis en ordre…. Un peu comme l’avait fait Erick Thohir à son époque avant de vendre le club à Suning: Avant le Covid, la machine lancée par Suning tournait à plein régime jusqu'à ce que tout s’arrête, même au niveau du Main Sponsor dont la question a été gelée." Malgré tout, ce 10 juin, la haute direction de l’Inter s’est fait plaisir en s’offrant une petite virée à la Villa d'Este où l’on a pu retrouver l’intégralité du Senior Management du Club pour célébrer la conquête du Scudetto de cette saison. Au centre du cliché, on retrouve Steven Zhang accompagnée de la Coupe ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Antonio Conte s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur son départ de l’Inter Conte, vous revenez à Milan en n’étant plus entraineur de l’Inter…. "C’est une sensation particulière, je ne peux pas le nier: Il y a encore très peu de jours, nous fêtions le Scudetto, mais le voile de la tristesse et de la mélancolie a été immédiatement remplacé par la satisfaction énorme de rencontrer tellement de tifosi qui, dans la rue, me démontre des marques d’affections, d’estime et de gratitude." "Leur mécontentement et ce "Grazie Mister" qui me reviennent continuellement valent pour moi un Scudetto. C’est une prise de conscience des gens, qui ont constaté à quel point je me suis dévoué et engagé durant ces années. De l’énorme travail qui a été réalisé pour replacer le Club, l’équipe et les Tifosi là où ils méritent d’être. J’ai vraiment tout donné et les gens le savent." Pourtant, Massimo Moratti, qui est un symbole Interiste, dans "Il Fatto Quotidiano" a vu en votre départ un manque d’attachement "Je ne peux pas nier que cela m’a surpris et rendu amer de lire les déclarations de Moratti, qui est un homme élégant, intelligent et passionné, et qui, avec sa famille représente l’Histoire de l’Inter, connait encore toutes les dynamiques et ses revers." "Mais nous nous sommes entendu au téléphone et le Président s’est excusé pour ces phrases qui ne représentent pas le fond réel de sa pensée. Ceux qui me connaissent, et pas seulement lui, savent quel est mon attachement pour la représentation de ces couleurs, qu’ici ma dévotion, était totale: Corps et âme." "Peu importe où je suis passé, j’y ai toujours construit des groupes qui ont gagné en posant des fondations importantes pour le futur. Il y en a qui laissent des équipes totalement pressée avec des champions qui ont tout donné et qui ne savent pas donner plus." "J’ai toujours laissé, dans ma carrière, des équipes composées de jeunes joueurs valorisés et améliorés, des groupes qui se sont unis à cette mentalité conquérante qui ne s’achète pas sur le Mercato, Elle est le fruit d’un travail défini, quotidien qui prend en considération les moindres détails, le tout sans jamais abandonner." "Chacun est à sa place pour le bien commun et c’est l’addition de ces particularités qui, finalement font la différence . Je plaisante mais pas trop, lorsque je vous dis que les victoires passent également par le fait que le gazon doit être bien coupé aussi sur les terrains d’entrainement." Est-ce que les déclarations du Président Zhang vous ont influencé sur les nécessité immédiate du clubs ? A la Gazzetta, il nous a déclaré : "Conte est un gagnant, mais nous avions des idées différentes. Ce qui n’étais pas fondamental pour lui, l’était pour le Club et vice-versa." "Je peux seulement vous dire que mon projet n’a jamais changé. Cela n’aurait pas de sens de parler maintenant de cela, je ne tiens pas à entrer dans une quelconque polémique, ou a être questionné sur le mercato ou sur d’autres choses : Je respecte le Président Zhang et je le remercie pour m’avoir choisi, je veux le meilleur pour l’Inter, pour l’équipe et pour les Tifosi." "Je souhaite sincèrement bonne chance à Simone Inzaghi qui est un entraineur doué, capable, ambitieux, je souhaite au Monde Nerazzurro les meilleurs succès." A l'étranger celui qui gagne est encensé, en Italie on a toujours tendance à rechercher le côté obscur. "C'est une vieille et une mauvaise habitude. Nous réclamons en premier de l'excellente, mais après un certain laps de temps, nous avons tendance à vouloir la détruire. Je pourrais vous citer de nombreux exemples, même hors du milieu sportif, mais je ne tiens pas à élargir de trop le champs d'action: Tout le monde parle, juge et vous pointe du doigt. C''est peut être dû au fait que la médiocrité rapproche tout le monde. Moi, au contraire, je la refuse et je la combat." Le Saviez-vous ? Antonio Conte espérait secrètement rejoindre le Real Madrid ou les Spurs de Tottenham. Pour le club ibérique histoire, pas moins de dix joueurs sont montés au créneau pour marquer une opposition franche à l’arrivée du natif de Lecce. Concernant le club britannique, Antonio Conte se serait montré bien trop « gourmand », Paulo Fonseca, ancien entraineur de la Roma, est à présent donné favori pour occuper l’ancien poste de José Mourinho ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Selon Gazzetta.it, le changement de sponsor principal devrait rapporter 20 M€ par an. Gazzetta.it a déclaré que les Nerazzurri espéraient conclure un accord d'une valeur de 25 M€ par an en remplaçant Pirelli, le fabricant de pneus italien devant se retirer le 30 juin. Il existe plusieurs groupes intéressés pour devenir le sponsor principal, dont un issu du milieu technologique, mais personne n'a proposé le chiffre que l'Inter voulait. Le club pourrait être contraint de se contenter d'un accord de 20 M€ environ plus des bonus, ce qui constituerait toujours une augmentation raisonnable par rapport à ce que Pirelli payait. Steven Zhang a dû retarder sa recherche de sponsors en raison du COVID-19 et de sa récente quête pour obtenir de nouveaux investissements pour le club, qui sont finalement venus d'Oaktree Capital.
  19. Dans une interview exclusive avec FCInter1908, Carlo Festa décrit en détail la situation financière de la famille Zhang et explore son lien avec la situation financière actuelle de l'Inter. L'analyse de Festa est très perspicace et il explique les raisons pour lesquelles des circonstances sous et hors du contrôle du Suning ont rendu la propriété de l'entreprise intenable à l'heure actuelle. Festa brosse un tableau quelque peu sombre de la situation de l'Inter, dans laquelle aucune solution ne sera totalement à l'abri des problèmes posés par l'incapacité du Suning à financer le club et la dette contractée par la suite. Cependant, Festa pense que les fans de l'Inter auront une meilleure idée de la structure de propriété du club dans un an. Festa a donné un aperçu de la signification des récentes déclarations de Zhang. ''Les problèmes financiers d'Inter sont dus à la santé du Suning. Les Nerazzurri ont une structure de propriété définie depuis des années, ce qui a conféré une stabilité à l'ensemble. Désormais, cette certitude n'existe plus. On ne sait pas qui sera le propriétaire de l'Inter dans un an. Par conséquent, un plan de croissance et de développement défini et certain ne peut pas être donné dans cette situation. Zhang a gardé le club à un moment où il pouvait le vendre, entre Janvier et Février, mais ce faisant, il s'est lourdement endetté. Il n'a pas augmenté la dette d'Inter, qui avoisine déjà les 400 M€, mais a encore endetté l'actionnaire luxembourgeois qui appartient à la famille Zhang. Il l'a fait en mettant en gage des actions de l'Inter. Dans un certain sens, donc, l'avenir de l'Inter est engagé pour Oaktree, qui à tout moment lorsque les conditions préétablies du prêt ne sont pas respectées, deviendrait rapidement le nouveau propriétaire d'Inter de plein droit.'' Allant plus loin, Festa a élaboré sur les fondements économiques sous-jacents aux problèmes financiers actuels bien connus de l'Inter. "La situation économique de l'Inter n'est pas la meilleure, même si dans le football nous vivons dans une situation de 'mal comune, mezzo guardio', en d'autres termes, les problèmes de l'Inter ne sont que relatifs à la situation d'autres clubs qui ont des problèmes similaires. L'Inter, par rapport à d'autres clubs, présente deux faiblesses à son bilan : d'une part, la situation de la dette qui voit 375 M€ d'obligations arrivant à échéance en 2022, à rembourser ou à refinancer; la deuxième faiblesse réside dans le fait que l'Inter brûle actuellement de l'argent et ne génère aucun revenu. Pour pallier ce problème, il existe deux solutions: d'une part, que des augmentations de capital soient effectuées en permanence, même si l'on voit que le Suning ne peut pas gagner d'argent en Chine; le second est de réduire les coûts en augmentant les revenus, ce que tentent de faire les dirigeants. Mais ce n'est pas une tâche facile étant donné que l'Inter a une masse salariale élevée qui est compliquée de réduire, étant donné qu'elle risque de fragiliser l'équipe. La situation est complexe, même si elle touche de nombreux clubs. L'Inter est dans une situation nettement moins bonne car elle doit faire face à la dette et à la situation des obligations arrivant à échéance en 2022.'' Festa est également entré dans les détails concernant l'importance des nouvelles directives du gouvernement chinois pour déterminer les problèmes rencontrés par le Suning. "C'est à moitié vrai que ces directives ont empêché le Suning de diriger avec succès l'Inter. L'intérêt de Pékin pour le football a toujours été un grand fantasme. La Chine ne s'est jamais vraiment intéressée au football, sauf pendant une brève période où le gouvernement chinois a tenté d'investir en Occident. Au départ, la Chine voulait investir dans d'autres secteurs, mais le football était un excellent véhicule publicitaire. Lorsqu'ils ont réalisé que cet investissement n'était pas nécessaire, l'intérêt pour le football est revenu à zéro. L'exemple est la Super League chinoise qui se voulait l'expression du mouvement interne: elle s'est considérablement affaiblie, à tel point que les sponsors ne peuvent même plus associer leur nom à celui des équipes. Le Suning a laissé tomber le Jiangsu Suning et cela veut tout dire. Dans les prochaines années, à moins qu'il n'y ait un changement de cap majeur que je pense peu probable, la Chine sera complètement hors du football. En conséquence, les entreprises chinoises seront incitées à se développer à l'étranger mais dans d'autres secteurs. Cela étant dit, le Suning a eu des problèmes majeurs, à la fois à cause du COVID, et à cause d'une tendance négative dans l'immobilier. Tout s'est passé lorsque le Suning a dû rembourser des obligations de plusieurs centaines de millions d'euros. Par conséquent, à Najing, ils ont décidé de vendre des actions de leur entreprise à l'État. Parce que Pékin ne s'intéresse pas au football, l'argent collecté ne servira pas à financer des activités liées au football, notamment à l'étranger. Au contraire, ils serviront à stabiliser le Suning et la Chine afin d'éviter de licencier des employés. Il n'y a aucun moyen pour le Suning de retirer des capitaux de Chine pour le football. Elle ne pouvait le faire qu'à travers des filiales externes: par exemple, le Suning a des participations au Japon. À moins que nous ne voyions des surprises, l'Inter n'aura pas d'argent provenant du Suning pour la prochaine année et demie et devra partir seule. La seule lueur d'espoir est que les droits de télévision pourraient rapporter plus de revenus.'' Festa a expliqué les principales différences entre Oaktree Capital et Elliott Management. ''La principale différence est qu'Elliott est un fonds qui gère également des entreprises, tandis qu'Oaktree a une perspective plus purement financière. Dans le cas où ils deviennent propriétaires, il est difficile pour Oaktree de gérer l'Inter pendant quelques années. En revanche, je pense que la spéculation selon laquelle le fond peut immédiatement lancer un processus de vente du club à un autre investisseur, éventuellement américain, est plus crédible.'' Au sujet de ce que l'avenir réserve au Suning et aux Zhang à l'Inter, Festa a été assez clair quant à ce qu'il prédit ce que le résultat sera. ''Si je devais faire une prévision pour les prochains mois, en regardant les chiffres, je ne pense pas qu'il y ait trop d'incertitudes. Les chiffres de l'Inter parlent clairement: avec ces chiffres et avec un actionnaire qui ne peut pas sortir de l'argent de Chine, il est pratiquement certain que l'Inter aura bientôt un autre actionnaire majoritaire. L'important est qu'aucun dommage supplémentaire ne soit causé au bilan du club et que les actifs des joueurs du club soient respectés. Cela dit, personne pour le moment n'achète l'Inter pour un milliard d'euros. Cependant, à 600-700 M€, cela peut être fait une fois la pandémie terminée. Il est important que Zhang ne mette pas le club encore plus en péril financier dans les mois à venir. La situation de l'Inter est également compliquée car le nouvel acquéreur devra mettre en œuvre une sorte de révolution: si l'on regarde le bilan, une grande partie de l'argent provient de sponsors chinois, avec des noms inconnus. Lorsque le Suning sera parti, ces sponsors disparaîtront. Par conséquent, le nouveau propriétaire devra inverser complètement le model business du club et trouver de nouveaux sponsors. Zhang aura un travail préparatoire à faire avant la vente, sur le front du budget et des sponsors. Je pense qu'à ce stade, l'Inter sera vendue d'ici deux ans.'' Malgré de nombreuses discussions sur l'actionnariat des supporters et le projet InterSpac, Festa a exprimé un grand scepticisme quant à la faisabilité d'un tel projet. ''Au Bayern Munich, c'est vrai qu'il y a un actionnariat populaire, mais il y a aussi des sponsors qui sont de grands groupes. C'est un modèle mixte. Ces modèles sont potentiellement applicables aux équipes italiennes, mais pas à l'Inter étant donné son état actuel. Pensons à l'aspect économique: combien d'argent cet actionnaire doit-il lever? Quel devrait être le quota pour chaque actionnaire? Soit, prenez, par exemple, un million de personnes payant chacune un forfait, soit cela devient un fantasme de penser à un tel projet. Assez problématique à mettre en œuvre surtout à court terme, c'est ce dont on parle, car ce n'est pas un projet sur cinq ans. Je dis cela sur un plan purement fantasmatique, spéculatif: le groupe Luxottica, avec le supporter de l'Inter Leonardo del Vecchio, pourrait entrer dans le club avec une part de 5 à 10 %. Ce n'est pas un projet impossible, mais c'est quand on considère les conditions dans lesquelles se trouve actuellement l'Inter. Zhang en particulier, ayant investi 800 M€ dans le club, ne négociera certainement pas avec InterSpac. Cela ne l'intéresserait pas. Il n'y a pas de temps." Festa a également dissipé l'idée que l'Inter a à un moment donné été confrontée à la possibilité d'une faillite, délimitant le sens dans lequel les problèmes rencontrés par le club diffèrent de la faillite en tant que telle. ''La faillite, non. Mais il est toujours problématique d'avoir des dettes et de ne pas les payer. Il se peut que certains créanciers passent par les tribunaux. Le gros problème, c'est le remboursement de l'obligation en 2022. Là, nous pourrons comprendre comment l'Inter compte évoluer. Entre fin 2021 et début 2022, il y aura une étape importante. Si une caution n'est pas remboursée, la société fait défaut. Parmi les principaux souscripteurs de l'obligation se trouve Oaktree avec 100 M€, mais il y a aussi d'autres groupes financiers qui pourraient demander la vente de l'Inter dans ce cas.'' Un point important clarifié par Festa dans l'interview est que malgré le délai de trois ans du prêt signé entre Suning et Oaktree, la situation avec la propriété d'Inter devrait être totalement clarifiée beaucoup plus tôt que cela, probablement dans un an. ''Oui, je pense que dans un an, la situation sera parfaitement claire. Soit le Suning sera de retour sur selle, soit il y aura un autre propriétaire.''
  20. Sur Twitter, Riccardo Cucchi pense que Steven Zhang a fait de bonnes déclarations tandis que La Gazzetta dello Sport a révélé que l'Inter avait la plus forte croissance des médias sociaux de toutes les équipes en Europe au cours des cinq dernières années. Écrivant sur son profil Twitter, Riccardo Cucchi est devenu un exemple rare de personnes et journalistes affirmant que Steven Zhang avait bien performé à la fin de la saison malgré le fait de voir Antonio Conte partir du club peu de temps après avoir gagné la Serie A. Riccardo Cucchi pense que l'Inter peut toujours être compétitive malgré son engagement de vendre des joueurs. "Je pense que Steven Zhang l'a dit tel qu'il est. Ceux qui sont surpris n'avaient peut-être rien remarqué avant. Réduire les coûts ne signifie pas automatiquement que vous ne gagnez plus. Le destin économique d'un club devrait être aussi important pour un fan que les succès." Dans une étude publiée par La Gazzetta dello Sport, il fut révélé que l'Inter avait la plus forte croissance sur médias sociaux parmi toutes les équipes en Europe au cours des cinq dernières années. La présence des Nerazzurri sur les réseaux sociaux a augmenté de 232 % depuis 2016. D'autres chiffres du rapport montrent que le Suning a investi 550 M€ dans le club dans son ensemble. Ce chiffre ne concerne pas seulement les mercatos, mais aussi le fonctionnement général du club dans son ensemble. Lorsque le Suning a pris le relais, 160 personnes travaillaient au club pendant qu'il y en a maintenant 600. La croissance de la valeur de l'entreprise dans son ensemble représente également une réalisation incroyable. La valeur d'Inter a augmenté de 120 %, ce qui représente la deuxième croissance la plus élevée d'Europe au cours des cinq dernières années. Moralité: qui a dit que le Suning n'avait rien fait?
  21. En une de la Gazzetta de ce dimanche, Steven Zhang a accordé un long entretien pour clarifier la situation du club et donner sa ligne directrice pour l'année qui arrive. Voici ses propos : Monsieur le Président, le 6 juin 2016 le groupe Suning devenait propriétaire de l'Inter. Cinq ans plus tard vous avez le Scudetto dans la salle des trophées : "C'est une grande fierté d'avoir atteint cet objectif, onze ans après le dernier et en interrompant la série de neuf titres consécutifs de la Juventus. Le travail acharné a porté ses fruits et nous savons que l'Inter a des compétences, des qualités et des capacités pour gagner et continuer à planifier un avenir solide et satisfaisant." Comment résumez-vous le parcours de ce premier cycle ? "Ce que j'aime le plus souligner c'est comment la structure de l'entreprise s'est renforcée au fil des ans. L'Inter est aujourd'hui l'une des sociétés les plus fortes et organisées d'Europe." Bien qu'étrangère cette structure repose sur une gestion de confiance entièrement italienne : "Je devais entrer dans le monde de l'Inter avec ses racines milanaises. Personne ne pouvait mieux me l'expliquer que les managers italiens. Je vais donner un exemple : je devais comprendre qu'historiquement les victoires ici se construisent à partir de la défense. Je me souviens quand Piero (Ausilio, ndlr) m'a expliqué l'importance d'avoir de solides bases et sa satisfaction de le voir le jour où il a réussi à réunir Bastoni et Skriniar, et d'ajouter de Vrij..." Y avait-il des options pour la reprise complète du club ? Des offres entre 750M et 800M€. "Ce n'est pas vrai il n'y a pas eu d'offres pour acheter le club. Nous cherchions autre chose. Dans cette phase post-pandémique il n'est pas simple de trouver des groupes prêts à investir dans le football. Notre objectif est de trouver un équilibre financier en réduisant les coûts, sinon nous ne trouverons jamais de nouveaux investisseurs." Le prêt d'Oaktree est-il suffisant pour apaiser la situation ? "Pour notre part nous pensons toujours à moyen terme. Nous sommes toujours ouverts à des partenaires commerciaux ou financiers qui peuvent augmenter les revenus, et être en synergie avec notre projet pour le bien de l'Inter." La pandémie a exacerbé la crise économique ce qui a conduit certains clubs à créer la Super League. La chronique de sa naissance et mort est bien connue. Quelle est votre opinion dessus ? "Nous devons innover et regarder vers l'avenir. Nous devons essayer. Évidemment cela doit être fait en accord avec la FIFA et l'UEFA. La Super League n'était qu'un exemple de ces tentatives." Mais ce projet est-il terminé pour vous ? "Il n'y a pas de projets qui ne soient pas convenus avec la FIFA et l'UEFA." Où en est le projet de nouveau stade ? "Une nouvelle installation est indispensable non seulement pour augmenter les revenus et la solidité économique mais aussi pour la possibilité qu'elle offrirait aux tifosi de l'Inter de vivre un évènement sportif à 360°." Les adieux de Conte ont choqué les tifosi. Était-ce vraiment impossible de continuer ensemble ? "Dès le premier moment où nous avions repris l'Inter, nous pensions que Conte serait le meilleur coach pour notre projet. Il y a deux ans nous avons finalement réussi à l'amener ici. J'étais et je reste convaincu que Conte est un entraineur victorieux, c'est la raison pour laquelle cela nous a amené à tant investir en lui et dans l'équipe au cours de ces deux dernières années. L'été dernier la pandémie a considérablement touché nos revenus mais nous avons continué avec lui en nous concentrant sur la saison, convaincus que nous pouvions gagner. Maintenant la facture est telle que nous devons revoir la situation à la recherche d'économies, pour trouver un équilibre budgétaire. Nous devons réduire les coûts et maitriser les risques. Cela influence nos stratégies de mercato. Nos différents points de vue ont conduit à la séparation. Ce qui n'était pas crucial pour lui l'était pour le club, et vice versa. Conte est un entraineur de haut niveau mais en tant que président je dois penser à la solidité du club." Quelles impressions vous a fait Simone Inzaghi lors des ces premières rencontres ? "Il a montré ces dernières années qu'il est un technicien de valeur et d'expérience. Il a les qualités pour garder notre club compétitif, ce que nous voulons mais en coopérant avec nous pour faire en sorte que l'Inter reste solide et sans risques. Il connait notre projet, il l'a épousé et nous sommes très heureux de l'avoir ici, en espérant pouvoir gagner ensemble." Romelu Lukaku sera-t-il le symbole de l'Inter 2021/22 ? "Il n'est ni juste, ni élégant d'élire un seul joueur comme image d'un club. Le football est un sport où onze joueurs sont choisis parmi une liste beaucoup plus grande. Tous collaborent, se battent et sont importants pour atteindre les objectifs. Les titres se gagnent ensemble et non grâce à une seule. Je peux certainement dire que Romelu a une forte personnalité, c'est un joueur que les autres respectent. Ce n'est pas seulement un grand footballeur, mais un homme avec un grand cœur." Quels sont les objectifs pour la saison prochaine ? "Nous avons abordé les objectifs économiques. Il faut une grosse plus-value à la fin de ce mercato mais nous voulons garder l'équipe compétitive pour lui permettre de bien faire en Champions League et bien sûr à nouveau l'atteindre l'an prochain, pour rester dans les grands clubs européens." A nouveau y accéder en regagnant le Scudetto ? "Ce n'est pas simple. Six ou sept clubs rêvent de gagner le titre chaque saison, la réalité est différente ensuite. Profitons de ce que nous avons gagné pour le moment." ®gladis32 - internazionale.fr
  22. Antonio Conte demande des équipes de champions sans s'occuper de la crise que traverse football: les clubs n'y arrivent pas et choisissent d'autres coachs. Voici l'analyse du Corriere della Sera. Le football est moins riche, comme le reste du monde: douze clubs tentent d'éviter le marasme financier en plongeant à pieds joints dans la Super League, les salaires des joueurs sont payés par à-coups, présidents et directeurs sportifs annoncent le mercato le moins riche de l'histoire. Une catastrophe qui n'épargne personne... ou presque.... Antonio Conte. Il continue son chemin, comme si tout était comme avant, il y a quinze mois. Il a d'abord renoncé à l'Inter, presque indigné car Steven Zhang qui a dû faire face aux interdictions du gouvernement chinois ainsi qu'au Covid 19 lui a expliqué qu'il ne pouvait pas acheter les joueurs souhaités. Au contraire, il devait en vendre certains. Puis il a fait exploser l'accord avec le Real Madrid. Rejeté par Allegri qui a préféré la Juve, le président Perez s'est focalisé sur Conte qui avait déjà été proche du Real. Las, il se mange un veto du vestiaire et face aux demandes d'Antonio, même un président expérimenté comme Florentino qui en a vu de toutes sortes dans le football a levé les yeux au ciel... et a choisi Carlo Ancelotti. Le dernier non de Conte est pour Tottenham. Ils ont choisi Paratici comme directeur sportif et aurait voulu notre ancien entraîneur avec lui (confirmant que si Antonio n'est jamais revenu à la Juve, cela était du à Agnelli). Il y a réfléchi quelques jours, mais maintenant il semble déterminé à expédier un nouveau refus. La raison? Cela peut se résumer ainsi: j'ai quitté l'Inter parce qu'ils ne se renforcent pas, comment puis-je aller dans un club qui n'est pas compétitif en Premier League et qui sortira affaibli du marché? Pourtant, le président Levy a essayé par tous les moyens de le persuader: une belle offre et une tentative désespérée de garder Kane. Le fait que l'opération Conte-Tottenham saute a créé de l'anxiété même à la Lazio car Sarri ne signe toujours pas le contrat proposé car Paratici le veut à Londres. Mais cela peut encore changer. Alors, comment Conte passera-t-il la saison prochaine? S'il ne prend pas un banc qu'il juge digne de lui, il restera à la maison. Moralité : on hasarde de tout perdre en voulant trop gagner.
  23. Aujourd’hui, Simone Inzaghi va être officialisé en sa qualité de nouvel entraineur de l’Inter. Toutefois, la conférence de presse inaugurale n’aura pas lieu dans les prochains jours. Celle-ci étant reportée aux premiers jours de la nouvelle saison. La journée selon la Gazzetta Dello Sport Simone Inzaghi va débarquer aujourd’hui à la Pinetina où il est attendu par la Direction de l’Inter, mais aussi par Steven Zhang qui sera présent pour l’occasion. En effet, "il ne s’agira simplement d’une simple visite des installations." Steven Zhang va parler en premier ligne avec Inzaghi pour lui exposer le projet du club, à savoir rester au sommet avec une équipe compétitive. Il devrait être confirmé que le seul sacrifié restera Achraf Hakimi : "L’équipe Championne d’Italie ne se verra pas démantelée" Concernant Achraf Hakimi "Chelsea est prêt à foncer avec conviction sur Achraf Hakimi. Le premier renfort pourrait arriver des Blues également : Emerson Palmieri a pris le meilleur sur ses rivaux et est l’objectif numéro 1 pour succéder à Ivan Perisic à gauche. Emerson, suivi aussi par le Napoli, est apprécié par Simone." Si le nouvel entraineur a déjà pu échanger avec Giuseppe Marotta et Piero Ausilio mais à présent, les échanges seront quotidien pour établir le plan de travail Le saviez-vous ? Inzaghi a déjà collaboré avec Giuseppe Marotta, mais lorsqu’il était joueur : Notre Administrateur-Délégué l’avait fait venir à la Sampdoria, même si cette expérience ne restera pas dans les annales, l’italien n’ayant joué qu’à cinq reprises sans inscrire le moindre but Les déclarations de Big Rom en Belgique ont fait mouche : Si Simone Inzaghi et l’Inter sont ravi d’entendre de la bouche du Diable Rouge son envie de rester à Milan, celles-ci ont réduit à néant les espoirs de Chelsea. Selon le Telegraph "Les paroles de Lukaku ont été un sérieux coup dur pour Chelsea qui espérait le réacquérir. S’il est vrai que l’agent de Lukaku était à Oporto pour assister à la Finale de la Ligue des Champions, pour y voir Chelsea, le joueur a confirmé en personne son intention de rester à l’Inter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Chelsea veut signer Romelu Lukaku cet été alors que Thomas Tuchel continue de constituer une équipe pour remporter la Premier League. Les problèmes financiers de l'Inter ont fait naître la possibilité que Lukaku soit vendu pour lever des fonds, mais l'attaquant belge est la figure la plus importante du club. Comment s'en sortiraient-ils sans lui ? Davide Bighiani de Eurosport Italie qui est plus proche de la situation à l'Inter, a pu donner un aperçu des chances de Chelsea de signer Lukaku. S'il accepte l'idée que tout peut arriver sur le marché des transferts, il insiste: "Nous sommes convaincus que Giuseppe Marotta et Steven Zhang ont en tête que l'Inter ne peut pas se permettre de perdre Lukaku, qui est le leader technique et spirituel des Nerazzurri." Bien sûr, la nouvelle de l'intérêt de Chelsea pour Lukaku intervient quelques jours seulement après la sortie d'Antonio Conte, mais Bighiani ne pense pas que le départ du manager influencera nécessairement la décision de l'attaquant. "Le Belge a déjà eu l'occasion de s'entretenir avec le nouvel entraîneur Simone Inzaghi qui l'a rassuré sur la compétitivité de l'effectif et la façon dont l'équipe jouera. Tous des signes clairs sur la façon dont Big Rom est un pilier de l'Inter dans le présent et dans l'avenir." Conte a réussi à tirer le meilleur du Belge et c'est donc un coup dur pour Lukaku que Conte ait quitté le San Siro. Chelsea n'a pas vu le meilleur de Lukaku lors de son premier passage au club, mais le Belge s'est beaucoup amélioré depuis. Serait-il attelé à Stamford Bridge de la même manière qu'il l'a été en Serie A ces deux dernières saisons ? Bighiani pense qu'une offre d'environ 100 ou 120 M€ suffirait à forcer l'Inter à envisager de vendre l'attaquant même si les champions italiens ont plutôt l'intention de vendre Achraf Hakimi pour lever des fonds. "Roman Abramovich nous a habitués à tout, mais pour le moment, nous sommes convaincus que l'objectif de l'Inter est de sacrifier un seul grand joueur, probablement Hakimi", a conclu Bighiani.
  25. S'exprimant lors d'une conférence de presse à la chaîne danoise TV2 Sport, notre milieu de terrain parle du départ d'Antonio Conte. "Ce fut une grosse surprise. C'est un moment très spécial quand tu viens de remporter un championnat avec ton équipe et c'est absurde parce que je lis les nouvelles comme tout le monde... et soudain, il est parti." ''Nous avons toujours été de bons amis. Il voyait évidemment le football d'une manière et moi d'une autre mais personnellement, il n'y avait jamais rien à discuter.'' ''Nous savions qu'il aurait cette conversation avec Steven Zhang comme il l'avait fait à la fin de la saison dernière, mais c'était un vrai choc. Nous avons eu l'impression que Conte ne voulait pas partir maintenant, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé." ''C'était inattendu, précisément parce que nous venons de gagner. Donc c'était une grande surprise... une grosse surprise.'' "Malheureusement, je ne sais pas ce qui va se passer et je n'y pense pas pour le moment. L'accent est mis sur l'Euro. Cela dépend de l'entraîneur qui arrivera et de ce qui se passera dans le club. Je ne sais vraiment pas, bien que je préfère évidemment jouer plus en avant plutôt que de rester devant la défense."