Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'steven zhang'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, Steven Zhang avait quasiment proposé un salaire digne du Paris-Saint-Germain! C’est donc LA révélation de Marco Barzaghi : "Steven Zhang, le Président de l’Inter, avait tout fait pour conserver Milan Skriniar à Milan" "C’est une scène en coulisse retentissante qui se fait savoir de l’Inter : Steven Zhang avait tout tenté pour conserver le joueur, allant bien plus que les 7 millions d’euros et en se rapprochant sérieusement de l’offre du Paris Saint-Germain. Mais même à ce moment-là, il n’y a pas eu la moindre ouverture de la part de l’entourage du joueur." Un coup de p*te salement bien préparé.... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. La presse italienne s’enflamme dans le cadre du dossier de Milan Skriniar depuis la déclaration, aussi bien de son agent Roberto Sistici que de lui-même via le site de la fédération de football slovaque: "Oui c’est vrai, j’ai signé au Paris-Saint-Germain, mais je ne peux pas vous en dire plus." Tout a explosé lors d’Inter-Empoli En effet, pour Tuttosport : "La tension a atteint son paroxysme lorsque lundi, durant la rencontre d’Inter-Empoli, un match perdu avec une expulsion du joueur en question, son agent avait publiquement déclaré à la télévision le départ du joueur en rejetant la responsabilité du non-renouvellement sur le dos du club, qui l’avait mis sur le marché des transferts durant l’été." Le Vestiaire à dos "Ces déclarations n’ont absolument pas été apprécié par le club, ce qui a porté la Direction a exiger au joueur d’ouvertement clarifier la situation avec le reste de l’équipe. Cela a eu lieu avant le déplacement de l’Inter a Cremonese : La Direction, en présence du joueur, ont annoncé au reste de l’équipe, Simone Inzaghi inclus, ce que tout le monde savait déjà: Que le défenseur avait signé avec le PSG." L’offre avait été revue à la hausse C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, l’Inter avait donné ce que "Milan" aurait soi-disant voulu : "C'est une trahison pour le Club car le joueur, lors des pourparlers relatif à son renouvellement entamés à la fin de la saison dernière, avait demandé à gagner six millions par saison. L'Inter a mis cette offre sur la table pour lui, mais l’aval du joueur n’est jamais arrivée. De plus, lors de l'une des dernières rencontres contractuelles, de manière presque provocante, le club Nerazzurro avait présenté à Skriniar un chiffre encore plus élevé de sept millions. Même là, la réponse n'est pas venue. La raison était limpide." L’Inter prend tout son temps Pour le Corriere Dello Sport, il n’est pas question de répondre immédiatement aux caprices des deux divas que sont le joueur et le club parisien: " "Skriniar a "épousé" le Psg, la Direction Nerazzurra, qui s'attendait à ce que l'ancien joueur de la Sampdoria prenne ses responsabilité devant ses coéquipiers, ont fait savoir à l'équipe qu’il ne reste plus qu'à savoir si le Slovaque changera de maillot en janvier ou directement en juin." "Conséquence directe, la cohabitation devient de plus en plus compliquée : La tension est très vive car dans l’idéal, l’ Inter est convaincue qu’il l serait mieux de parvenir à une séparation immédiatement, sans attendre l'été mais le club des Zhang, également inquiet des déclarations de l'agent du défenseur, va prendre le temps de tout évaluer : Car il semble difficile de voir le "Capitaine" rester en Italie et la journée décisive devrait être ce lundi selon l’Inter car elle n’attendra pas plus : Le match de demain se devra d’être disputé et un certain laps de temps technique est nécessaire pour le remplacer." Pour Calciomercato, il faudra tout de même aligner les billets : "Les Nerazzurri attendent aujourd'hui une accélération de la part du club français, qui a joué hier face à Reims en Championnat : Zhang exige 20 millions d’euros pour le laisser partir immédiatement." Et ce même si comme le souligne la Rosea "l’Inter et le joueur savent que les prochains mois risques d’être difficile à gérer aussi bien dans le vestiaire qu’au niveau environnementale. Selon celle-ci Paris aurait communiqué aux intermédiaire travailler afin de proposer une offre officielle pour offrir le joueur à Christophe Galtier. Une situation tendue En effet, si hier le Traitre s’est entrainé à Appiano avec ses équipiers, pour Inzaghi c’est compliqué : " Ce n’est pas simple de gérer et de préparer une rencontre aussi importante que celle face à l’Atalanta avec un cas public comme celui du slovaque. De plus, les déclarations du joueur slovaque au portail de la Fédération Slovaque confirmant sa signature à Paris ont rendu fou de rage l’Inter." Pour la Gazzetta Dello Sport , Le club Viale Della Liberazione, si la proposition arrive d'ici demain soir et se situe entre 20 et 25 millions, est prêt à dire oui. Parce que continuer jusqu'au 3 juin avec une situation aussi explosive à la maison (en plus, sans même améliorer les comptes) est impensable". Luis Campos joue au plus malin "La première offre parisienne est d'environ 10 millions d'euros, mais Campos est prêt à l'augmenter jusqu'à 15 millions plus des bonus pour un total de 18 à 20 millions d’euros: "Les intermédiaires à cet égard n'ont aucun doute et ont en fait préannoncé à la Direction Nerazzurra ce nouvel assaut. L'Inter veut encaisser le départ de Skriniar et éviter de le perdre gratuitement car elle doit lui trouver un remplaçant qui ne devrait pas être Djalò vu que Lille ne veut pas céder le Portugais à moins de faire face à une proposition de 30 millions plus des bonus. Ce qui est bien trop. C’est également la raison pour laquelle l’Inter évalue d'autres alternatives, de Becao d'Udinese à Lindelof de United en passant par... Des surprises de dernière minute, peut-être un prêt via un grand club anglais ou espagnol n’est pas à exclure." Pauvre Simone Si l’Inter est seconde d’un championnat complétement pété, notre Simone n’a également pas de chance vu la situation et celui-ci selon la Repubblica a demandé à conserver le slovaque : "Inzaghi a demandé au club de garder Skriniar jusqu'à en fin de saison car un départ du Slovaque serait un coup dur en défense, et il serait difficile, selon lui, avec le peu de temps disponible, de trouver un joueur "Da Inter" capable de remplacer l'ancien joueur de la Sampdoria" Les dessous de l'affaire Selon l’entourage du joueur relayé par Il Giornale: "L'avenir de Milan Skriniar prend de plus en plus les contours d'une telenovela. Le dernier épisode en date concernant le Slovaque est celui de la prétendue signature d'un contrat déjà signé avec le PSG. Des contrats qui, selon des fuites provenant de l'entourage du joueur n'ont pas encore été finalisées, bien que les négociations soient à un stade avancé. Il existe un accord de principe entre Paris et le défenseur pour un contrat jusqu'en 2027 d'une valeur de 9 millions nets plus 2 millions de bonus par saison. En outre, le numéro 37 recevra une prime de signature de 16 millions, tandis que l'agent Roberto Sistici recevra une commission de 4 millions: "Maintenant, la question est la suivante : Skriniar ira-t-il en France immédiatement (le Mercato ferme ses portes demain à 20 heures) ou à la fin de la saison ? La deuxième option reste la plus probable. En tout, le PSG est allé jusqu'à proposer 10 millions plus 3 millions de bonus pour le signer immédiatement : une proposition rejetée par Suning, qui demande 20 millions pour se priver dès maintenant de son pilier défensif." "Hier, entre-temps, les médias slovaques avaient publié une citation, plus tard démentie ensuite par Skriniar et l'Inter, dans laquelle le défenseur central affirmait avoir déjà signé avec Paris et attendre un accord entre les deux clubs. Techniquement, avant le 1er février, il ne peut signer qu'un précontrat (il n'a aucune validité officielle) et si ces mots étaient vrais, Skriniar pourrait également faire l’objet d’une suspension." Fabrizio Biasin est Lapidaire dans les Colonnes du Libero "Il y a une façon et une manière de dire au revoir, Milan Skriniar a choisi la pire. Commençons par un fait : le garçon s'est toujours comporté comme un professionnel sérieux sur le terrain. Même hors de elui-ci, mais pas dans la dernière période. Le choix d'aller jouer dans une équipe qui vous remplit de grain et qui est saturée de champions est extra-légitime, au point que personne ne l'aurait contesté, s'il avait été annoncé avec les bonnes manières. Mon Dieu, certains tifosi auraient quand même été furieux, mais pas autant qu'ils le sont maintenant et ils sont nombreux. Skriniar a un accord avec le Psg depuis longtemps, probablement depuis l'été dernier." "De manière très correcte, il s'est mis à la disposition de l'Inter (vous pouvez me vendre et encaisser ou me garder et ne pas prendre un euro). Et jusqu'à présent, il n'y a rien à dire, c'est une décision légitime. Ce qui n'est pas normal, c'est le silence froid de ces derniers jours, qui s'est transformé en un incident diplomatique bruyant lorsque l'annonce des "tanti saluti" (au revoir) a été faite par son avocat en direct à la télévision, entre autres, alors que le capitaine de l'Interr était expulsé du terrain pour un double avertissement." "Le reste est l'histoire de ces derniers jours, Skriniar ne trouvant pas le courage de communiquer sa décision à ses coéquipiers (les dirigeants l'ont forcé à le faire ait avant le match contre Cremonese), les médias slovaques annonçant la signature avec les Français, lui démentant officieusement toute déclaration et, encore une fois, pas un mot passé à parler directement à la marée de Tifosi qui l'ont toujours soutenu. "Voilà, c'est comme ça que tu passes du bien au mal en un instant. Ps. L'Inter attend une augmentation de la part du Cheikh : avec une offre proche de 20 millions d'euros, le joueur ira immédiatement à Paris et sera remplacé, sinon il sera à la disposition de Simone Inzaghi pour le match de Coppa Italia contre l'Atalanta prévu demain soir à San Siro. Et dans ce cas, les huées semblent être une fatalité." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Steven Zhang est né à Nankin, le 21 décembre 1991. C’est un manager et un dirigeant sportif chinois, il est le fils de Zhang Jindong, qui est le Président du Suning et qui est le Propriétaire de l’Inter. ETUDES: Il a fréquenté l’école moyenne au Nanjing Foreign Language School, avant de partir aux Etats-Unis où il a fréquenté le prestigieux collège de Mercersburg Academy. Il en a été diplômé et également reçu des offres pour s’inscrire au MIT et à la Duke University. Il aura jeté son dévolu sur l’étude de l’économie au Wharton School of the University of Pennsylvania. Où il sera diplômé en Science de l’Economie SES DEBUTS DANS LE MONDE DU TRAVAIL: Après avoir obtenu son diplôme universitaire, il a débuté dans le monde du travail, auprès de la banque d’investissement Morgan Stanley à Hong Kong. Il y a travaillé sur des opérations d’IPO à Hong-Kong et également en Amérique, où il aura en outre rajouté des flèches à son arc en se lançant dans le domaine de l’investissement. RETOUR A LA MAISON: En 2016, il retourne à Nankin pour occuper la position de Directeur pour l’International du Suning Commerce Group. Le 28 juin 2016, le Suning Holdings Group rachète 68,55% de l’Inter et Steven est nommé en qualité de membre du Conseil d’administration de l’Inter, de même que quatre autres dirigeants du Suning. CONTRÔLE TOTAL DE L'INTER A l’heure actuelle, le Suning a laissé à Steven le contrôle de l’Inter. Agé de 26 ans, il représente un peu le poste de "Ministre des Affaires Etrangères du Suning". Son rôle au club et recouvre l’ensemble de ses compétences. UNE DESTINÉE TOUTE TRACÉE Steven a aussi l’envie de s’investir. En effet, tôt ou tard, ce sera lui qui guidera l’Empire familial et son parcours scolaire impeccable est d’un niveau extrêmement élevé parle en sa faveur... Il a travaillé à l'Equity Capital Market de Morgan Stanley et a pris place à la JP Morgan dans le secteur des investissements financiers. Il s’est occupé de procéder à des investissements bancaires, réaliser des fusions, acquérir et refinancer sur le Marché américain et à Hong Kong. UN HOMME DISCRET: Malgré son très jeune âge, il a la capacité à se montré discret, et ce, même s'il dispose d’un bagage extrêmement important. Il est revenu au Suning, suite à la demande de son père, Jindong. Il s’est occupé d'investir dans l’expansion globale du groupe Suning et de la coopération internationale. Il a aussi la capacité de comprendre la mentalité très ouverte de l’occident. TOMBE AMOUREUX DE L'INTER Steven a étudié l’Inter de l’intérieur. Les intérêts de notre Colosse de Nankin l’ont porté à se stabiliser de façon permanente à Milan. Le Suning, en Italie, évalue le travail réalisé par Steven et lui a également confier une seconde mission, à savoir investir dans le domaine de l’immobilier. Steven Zhang, "L’occidental" a conquit tout le monde. Et ce n’est du au fait qu’il est le fils du patron Zhang Jindong et qu’il est dirigeant du Suning qui gravite à 40 milliards de dollars par an. Bien au contrainre.... SON IMPORTANCE DANS LE MONDE INTERISTE: Steven est en apparence un simple conseiller de l’Inter, mais il occupe de plus en plus de place dans les prises de décisions du club. Il est le bras opérationnel de notre nouveau propriétaire. Il apprend également à faire ses premiers pas, dans le cas où il serait élu Président du Club. Il est rentré de plein pied dans le monde interiste et il a également à l’heure actuelle le pouvoir de prendre toute décision. Avoir Steven Zhang comme Président serait également un message clair lancé par Jindong Zhang, vu qu’en octobre 2017, des petits actionnaires (Marco Tronchetti Provera, le Président Pirelli pour ne pas le citer) se sont permis de mettre en doute la viabilité du club, vu la distance entre le Siège du Suning et la ville de Milan. Avec Steven Président, le problème de présence du propriétaire sera résolu. Ce qu’il y a d’important, c’est que malgré son jeune âge, notre Propriétaire a donné une responsabilité énorme à son fils en lui "offrant" l’Inter. ADN NERAZZURRO Steven est devenu un vrai Tifoso : "Mon père m’a appelé pour demander à ce que l’on ait de la continuité et comment allait Icardi, savoir comment se comportait Gabriel. J’ai même un jour du dire à Handanovic qu’il avait fait un travail remarquable lors d'un match à sa demande." Jindong sait également que son fils souhaite vivre à Milan : "Je ne lui ai pas fait la demande, Il m’a demandé comment ça allait et j’ai répondu que l’équipe avait bien joué la veille." Steven est un garçon passionné, on a déjà pu le voir à de nombreuses reprises au Meazza et ses larmes lors de Lazio-Inter n'auront échappées à personne. MISSION INTER: Avec l'Inter qui lui a été confiée, il est à même de prouver sa valeur de dirigeant et il a la possibilité de s’exprimer au mieux. Steven a fait l’acquisition d’une maison à Brera. Dans son bureau, Steven travaille sans relâche, il est assez complice lors des conférences et lors des vidéo-conférences avec son père. UN HOMME QUI DONNE TOUT Steven respire le Sport. Même s’il aime la cuisine chinoise, Zhang Junior n’est pas contre la cuisine occidentale, comme une bonne côtelette ou un risotto à la milanaise. Au niveau linguistique, il parle parfaitement bien l’anglais et étudie l’Italien. C’est un homme qui s’exprime peu. Il s’est montré un peu mal à l’aise lorsqu’il a salué l’équipe pour les fêtes de fin d’année 2017, avant de s’entretenir, avec son père en vidéo-conférence qui arborait une écharpe de l’Inter, et avec Erick Thohir. NE JAMAIS DECEVOIR LES TIFOSI, TEL EST SON CREDO: Steven se met au service de l’équipe, mais pas que, son objectif principal est de ne jamais décevoir les tifosi. Et il se met face à ses responsabilités. Une responsabilité très lourde à gérer pour un garçon de 25 ans, mais il en a la capacité car le "Suning veut faire de l’Inter le meilleur club du Monde, il ne s’agira à présent que d’une question de temps"... Un discours fort, humble et déterminé. UN SECOND PÈRE ITALIEN Ceux qui sont proches de Steven, le décrive comme une éponge qui absorbe tout un tas d’informations qui peuvent sembler insignifiantes, mais qui ont tout de même un impact sur l’Inter. Il a également une mentalité très ouverte et il veut savoir comment on travaille à l’italienne et comment on entretient des relations aves des autres clubs... Il écoute tout, mais s’il n’est pas d’accord, il va droit au but en s’expliquant. Objectivement, il peut aussi compter sur un conseiller de choix qu’il considère comme son second père, un certain… Massimo Moratti Le feeling passe très bien entre les deux, cela s'est fait de suite, lors de leur première rencontre à Imbersago en avril, quand le Suning a débarqué pour la première fois en Italie. C’est Moratti en personne qui a souhaité que ce jeune garçon passe plus de temps ici. LE FILS PRODIGE Son amour pour l’Inter est si important qu’il n’hésite pas un seul instant à suivre les entraînements et à suivre l’équipe dans tous les matches à l’extérieur. La seule chose qu’il n’aime pas ce sont les réseaux sociaux et les réflexions que l’on peut y retrouver. Il a été éduqué par ses parents qui se sont occupé des dérives dans ce genre de situations, mais il a tout de même voulu tenter l’aventure. Son père et propriétaire de l’Inter, croit en lui et en son dur travail. Jindong ne lui a pas laissé le temps de souffler. Le Saviez-vous ? Avec une ironie bien chinoise, il a expliqué à son père, lors des fêtes de fins d'années 2017 : "J'étais tout excité d'être là, en présence des joueurs, mais je n’ai pas voulu qu’ils remarquent mon excitation, car nous avions encore deux matchs importants à disputer." C’est une façon comme une autre pour faire évacuer le stress... ©Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Si l'on ne connait pas encore la forme qu’aura la nouvelle Inter, tant les changements sont à prévoir, Steven Zhang compte emmener les siens visiter le pays de l’Oncle Sam avec un double objectif Révélation de la Gazzetta Dello Sport Vive la mi-temps! "C’est un choix dicté par la Propriété, et aussi pour des raisons extra-sportives : L’Inter va s’envoler en Amérique pour y disputer quelques matchs amicaux l’été prochain, avec l’idée de s’ouvrir à un marché qui sera toujours des plus importants dans le monde du football." Avouez-le les gars, vous cherchez un actionnaire minoritaire ou un repreneur ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. C’est une information communiquée par Fabrizio Biasin à Calciomercato.it et qui font suite aux déclarations de Steven Zhang après la Finale de la Super Coupe d’Italie! "L'Inter reste à vendre, mais aux conditions des Zhang. Si une offre supérieure à un milliard arrive, le club sera vendu. En attendant, il va de l'avant et fait face à toutes les difficultés. La situation n'a pas changé, elle est toujours la même. On attend l'arrivée de quelqu'un prêt à faire une offre, et Zhang fera un pas de côté, conscient que la situation actuelle n’est plus des plus facile à supporter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. En effet, c’est la grande révélation de la journée signée la Gazzetta Dello Sport : "Si l’on ne considère pas la saison 2016-2017, vu que Steven Zhang n’était pas encore aux manettes, nous assistons à la pire phase aller de l’Inter du Suning : Bien pire que les 39 points récoltés lors de la seconde saison de Luciano Spalletti." "A présent, remporter les deux coupes italiennes ne suffira plus : Il a été demandé à Inzaghi tout autre chose : Ne pas se terminer en Zone Champion’s serait considéré comme une faillite : Qui plus est, la façon dont l’équipe devra y parvenir sera également analyser: Les joueurs devront y parvenir sans faire preuve d’une anxiété exacerbée et sans même plonger dans des température sibériennes comparé au Napoli : Ils devront jouer les 19 prochaines matchs avec l’état d’esprit d’une équipe qui se bat pour remporter le Scudetto même si à présent la seconde étoile n’est plus qu’un mirage." "La qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions est, par contre, bien plus réaliste vu qu’elle permettrait d’engranger à minima 5 millions d’euros entre les primes en provenance de l’UEFA et les recettes du Giuseppe Meazza car si Porto représente un danger, il n’est pas imbattable." "S’il faudra parvenir à comprendre comment l’équipe peut se montrer si agressive face au Napoli et le Milan comparé à des équipes d’un blason inférieur comme le sont Monza, Vérone, Parme et Empoli, il sera important de compter sur des individualités retrouvés que sont Robin Gosens, Denzel Dumfries et Romelu Lukaku: Romelu semble en avoir terminé une fois pour toute avec ses pépins physique, il doit à présent se mettre des minutes dans les jambes et lancer la machine à but et à Appiano, il y a un programme bien spécifique qui l’attend pour l’installer d’une façon durable au cœur de l’attaque car on ne peut pas compter éternellement sur Edin Dzeko." " Si à ses côtés on retrouvera Lautaro Martinez qui va de certitudes en certitudes, Joaquin Correa réalise continuer a aligner les flops : la destinée des deux argentins est diamétralement à l’opposée. Le troisième argentin, lui, reste un regret car il y a quelques mois il aurait fallu parvenir à trouver une voie de sortie au Tucu afin de ne pas de gâcher la chance Paulo Dybala." Une soufflante aux joueurs Simone Inzaghi s’est entretenu avec les joueurs en leur disant qu'ils devaient absolument réagir après la défaite face à Empoli en Serie A et se ressaisir à l’occasion de la rencontre face à Cremonese Le natif de Piacenza a "insisté sur le fait que louper la Ligue des champions serait un "désastre" car si l'Inter avait abordé le match contre Empoli avec le sentiment qu'il restait un faible espoir de rattraper Naples en tête du classement de la Serie A, ce sentiment laisse à présent la place à l’incertitude de parvenir à terminer dans le Top 4. Et vu la victoire d’une dominante Lazio sur l'AC Milan, combinée aux résultats de la Roma et de l'Atalanta ce week-end, cela signifie que finir dans les quatre premiers est encore moins certain pour les Nerazzurri." "Cet échec ne serait rien de moins qu'un "désastre", une "faillite" pour les Nerazzurri sur le plan financier car le club a planifié son budget en fonction de la manne financière provenant de l’UEFA pour la participation à la plus grande compétition de clubs d'Europe qui parviennent à s’y qualifier: S'en priver, ce serait un énorme coup dur." C’est également pour cette raison qu’Inzaghi a insisté auprès de ses joueurs sur le fait qu'ils ne pouvaient pas se permettre de considérer la défaite d'hier contre Empoli comme autre chose qu'un faux pas temporaire, et qu'ils devaient réagir pour se remettre sur les rails contre Cremonese ce week-end." Validez-vous le comportement de notre Direction : La C1 ou la Porte vu que le Napoli réalise une saison digne du Bayern de Munich en Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Après la remise du trophée, Steven Zhang a exprimé sa joie à la chaîne de télévision Mediaset. C'est le quatrième succès de l'Inter sous sa présidence, et il est désormais classé quatrième au tableau d'honneur du Club pour le nombre de trophées remportés en tant que président. "Gagner un derby qui vous donne également une victoire en finale de super coupe est quelque chose de tout à fait spécial et unique. C'est le quatrième trophée remporté en sept ans, et c'est une reconnaissance importante du travail que nous avons accompli, ce qui est extrêmement gratifiant pour tous. Ce fut un voyage inoubliable jusqu'à présent et je dois remercier tous ceux qui y ont contribué et en ont fait partie : le staff, les joueurs, l'entraîneur-chef, la direction et tous ceux qui travaillent pour l'Inter. En regardant vers le passé, nous avons toujours fait les bons choix. Tant que je serai Président, notre objectif sera toujours de gagner, en équipe et en Club. La Serie A? Il reste encore un long chemin à parcourir, de nombreux matchs à jouer et tout peut arriver. Nous travaillerons au mieux de nos capacités pour finir le plus haut possible.” Traduction alex_j via le site officiel.
  8. L'article paru dans la Gazzetta Dello Sport de ce 16 janvier 2023 pique : En effet, le pont liant Milan et la Chine de Suning en 2016 se voulait être la preuve d’une grande ouverture entre l’occident et l’orient, avec comme preuve de cet enthousiasme l’arrivée de très nombreux sponsorisations chinoises….Des partenariats commerciaux qui sept années plus tard, ont quasiment entièrement disparu Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Le fait est que la sponsorisation augmentait progressivement en débutant à 75 millions d’euros en 2016-17, pour passer 92 millions en 2017-18, et culminer à 97 millions en 2018-19, soit une aubaine pour le Chiffre d’affaire du Club Nerazzurro. S’en est suivi, par la suite, l’exode avec "seulement" 44 millions d’euros perçu en 2019-20, 38 en 2020-21, et seulement 16 millions d'euros la saison dernière." Les raisons ? "Les contrats les plus lucratifs avec les agences chinoises Imedia et Beijing Yixinshijie ont été résiliés prématurément, avec une dévaluation des créances à hauteur de 62 millions d’euros... dont une bonne partie des recettes n'a jamais été perçue." "Les impacts négatifs résultant de la propagation de la pandémie de Covid-19" "Les restrictions imposées par le gouvernement chinois sur les capitaux destinés aux pays étrangers" "Cette année, c’est au tour de Suning en personne de tirer vers le bas, lui qui avait sponsorisé le Centre d’entrainement et le kit d'entraînement, lui qui disposait d’un accord initial de 16,5 millions d'euros plus les bonus, mais un accord qui a ensuite été révisé à un montant fixe de 16 millions et qui a réduit de 5,4 millions d'euros en 2020-21 et de 4,5 millions d'euros en 2021-22... : Une tendance qui confirme également les grandes difficultés de liquidités auxquelles est confronté le Groupe de la famille Zhang." Et qu'est-ce qui reste ? Deux sponsors mineurs présent déjà l'année dernière, Ld Sports qui est une plateforme qui s'occupe de contenu sportif, de marketing et de divertissement, et Boe United Technology qui opère dans le domaine des jeux, pour une contrepartie totale d'environ 3 millions d’euros. En conclusion, après avoir presque atteint le palier des 100 millions d’euros lors des années faste des entreprises chinoises, nous sommes maintenant proches des zéro euros." Le Saviez-Vous ? "La présence de Steven Zhang en Arabie Saoudite n'est qu'un maillon de la chaîne dense des bonnes relations de l'Arabie Saoudite avec la Chine et de ses représentants les plus visibles au niveau international. Surtout après que ce soit tenu une réunion bilatérale Chine-Arabie Saoudite, en marge du premier sommet entre Pékin et les Pays du Golfe à Riyad, qui a vu la conclusion de 32 accords d'investissement d'une valeur totale de plus de 30 milliards d’euros. Un volume d'affaires, concentré principalement dans le domaine énergétique, qui vient alimenter un volume d'échanges déjà très élevé entre les deux nations." "Et si Steven Zhang désire plus que tout maintenir son Inter au plus haut niveau, sa tâche principale sera de savoir conjuguer les besoins financiers et sportifs et son déplacement, en personne, à Riyad aurait comme objectif de partir "peut-être" à la recherche d’un partenaire commercial, tout en conservant les manettes de l’Inter sur du long terme." Croyez-vous au renouveau de l’Empire Zhang ou l’Inter pourrait-elle très rapidement passer sous le pavillon de la péninsule arabique ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, si le Président de l’Inter est souvent ciblé comme principal coupable des maux de l’Inter, tout ne lui est pas imputable, et en particulier le choix estival de signer, à nouveau, Romelu Lukaku... Révélation de Calciomercato.com "Giuseppe Marotta et Simone Inzaghi ont du travailler au corps Steven Zhang qui était, initialement contraire à l’opération : Le désir du Président Nerazzurro était celui de porter, à Milan, Paulo Dybala. Une idée qui n’était pas partagée par Inzaghi qui retenait le fait qu’il avait besoin d’une autre flèche présentant des caractéristiques différentes comparées à celle proposée par "La Joya." "Un concept qui a finalement été cautionné par Zhang qui aura pris le temps d’écouter l’entraineur, le Directeur Sportif et l’Administrateur-Délégué qui étaient tous sur la même longueur d’onde : Faire revenir Lukaku pour décrocher la Seconde Etoile." On dit Merci qui ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Écrivant dans sa chronique pour SportItalia, Alfredo Pedulla critique Steven Zhang pour la blague des 5€ et lui rappelle deux ou trois choses. Extraits. L'inter c'est l'inter: expliquons bien pour ceux qui n'ont pas compris. Hé oui, parmi ces messieurs il y a sans doute Steven Zhang qui aurait pu s'épargner de la fameuse la blague des 5€ pour Piero Ausilio concernant le mercato d'hiver. La définir comme étant de mauvais goût est bien trop peu, tout simplement parce que cela n'aurait pas dû être fait. Mais c'était un autre climat goliardique, et ne soyons pas les professeurs ou d'autres moralistes droits dans nos bottes. Oh non, c'est bien le problème! Personne ne veut se déguiser en moraliste, mais plutôt rappeler au jeune Zhang que l'Inter est l'Inter. Personne n'imagine qu'il a oublié l'histoire des Nerazzurri. En effet, il la connaît probablement par cœur et pourrait la réciter comme le poème de bonnes intentions pour le dernier jour de l'année ou le premier jour de la nouvelle, c'est la même chose. Et pour cette raison même, il aurait dû éviter cette blague car on ne plaisante pas avec des choses sérieuses. Si le jeune Zhang était d'humeur à plaisanter, on pourrait organiser un "cabaret vintage" à condition de préciser d'abord que ce serait de la pure connerie. A la place de Zhang, il n'y aurait eu qu'une chose à faire, à part 5€... Depuis l'été dernier, il avait dit, sans mot dire, que Skriniar ne partirait pas et que 50 M€ auraient été peu pour un transfert au Paris Saint-Germain. Qu'attendaient justement les fans de lui qui doivent vivre chaque mercato en se mangeant les ongles ? Une belle offre en Septembre, quelques jours après la fermeture du mercato d'été. Une offre "illimitée", sortant du plafond des 6 M€ et atteignant celui des 10 M€ par saison. Quelle auraient été l'objection que les différents Brozovic et associés se seraient rebellés ? Dans ce cas c'était une situation particulière, personne n'aurait pu se plaindre! Maintenant, nous souhaitons que Zhang ait la fumée blanche dans quelques semaines, sinon il serait indéfendable. Et personne ne pouvait blâmer Marotta ou Ausilio, pour une raison qui est claire même pour les enfants de deux ans. La voici, les hommes du mercato, peut-être déguisés en directeurs généraux, n'ont pas à leur donner l'argent et à équilibrer le budget quand ce n'est pas assez car c'est la propriété qui doit porter la charge sur ses épaules, sans rechigner. Donc même 10 M€ par saison, s'ils étaient nécessaires pour Skriniar après le non au PSG cet été, c'est une somme que la propriété aurait dû allouer. Devant composer avec le serviteur, mille problèmes à chaque séance, l'Inter a perdu Bremer et dit au revoir à Dybala, des erreurs impardonnables déjà. Maintenant il faut éviter de faire un brelan ou un carré, surtout assez avec cette histoire que chaque mercato soit la ritournelle d'un gros bonnet à sacrifier. C'est assez clair quand il faut le faire pendant quatre ou cinq mercato, mais pas toujours. L'inter c'est l'inter : comment trouver la continuité si le jouet doit toujours être démonté et remonté ? Zhang évite de demander des miracles aux ventes et acquisitions, à Marotta plus Ausilio, tout le temps! Et donne les 5€ en pourboire au bar, en supposant que ça suffise! Moralité: comme le chantait Nolwenn Leroy, cassé... Traduction alex_j via Sempreinter et sportitalia.com.
  11. S’attaquer à une personnalité telle que Piero Ausilio vous expose à un retour de manivelle. Sa dernière victime est tout simplement Steven Zhang lors des festivités du Noël Nerazzurro. Le Président de l’Inter qui, une fois minuit arrivé, a tenu à s’adresser à la foule étant donné qu’il célébrait, à ce moment-là aussi son anniversaire "Je suis heureux de fêter mes 18 ans. Je vous recommande une chose : Lorsque vous partirez, laissez 5 euros à l’entrée et je les utiliserais pour les donner à Piero Ausilio pour le Mercato Hivernal." Réponse immédiate du principal intéressé: "Ça fait sept ans que tu es ici et tu ne parles pas encore l’italien : C’est quoi ce bordel, Parle en italien !" Piero 1-0 Steven ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. L’Inter a célébré, comme de coutume, les fêtes de fin d’années, et l’ensemble de notre Management s’est livré à Sky Sport avec un Steven Zhang particulièrement en forme dans une reprise de "Noi Siamo L’Inter". Steven Zhang "Nous nous retrouvons pour le première fois pour faire la fête après le Covid-19, nous avons vécus trois années difficiles qui ont mis en péril le moral de tous et qui ont touché toutes des vies à travers le monde. Durant cette période compliquée, nous avons remporté trois trophées." "Lorsque je suis arrivé je pensais que cela allait être compliqué ou impossible de les remporter. En revanche, nous sommes parvenus à Gagner et nous sommes qualifiés pour la seconde année de suite en huitième de finale de la Ligue des Champions. Le mérite en revient au travail de tous." "Je suis extrêmement heureux pour Lautaro qui a remporté le Mondial, il a mérité ce titre avec l’Argentine, je suis fier de lui : Chaque victoire doit être une source d’inspiration pour nous tous. Nous l’avons vu grandir à l’Inter pas après pas." Lukaku ? "C’est un grand joueur, j’espère qu’il pourra se ressaisir, il travaille et s’améliore au quotidien." Alessandro Antonello, Administrateur-Délégué Corporate "Dans très peu de temps le championnat va reprendre et j’espère que l’équipe pourra repartir avec l’enthousiasme de vouloir atteindre ses objectifs : Le Management travaille en coulisse pour garantir au Club sa stabilité et pour permettre à l’Inter de se fixer et d’atteindre des objectifs toujours plus importants." Les stades qatari ? "J’y ai vécu deux quart de finale, ce sont des enceintes avant-gardiste. Le Qatar a donné l’exemple de comment il est possible de construire des stades en proposant une expérience différentes de toute celles qui étaient déjà proposées. J’espère que nous pourrons en faire de même ici, à Milan, en respectant les indications de la Commune, nous voulons construire notre nous stade dans le quartier de San Siro, à Milan." "Notre Benchmark est de disposer d’un stade moderne similaire à ceux de la Premier League, celui de Tottenham, par exemple est l’un des plus iconiques. Jeudi, le Conseil Municipal fera part de son retour suite au débat public : Si la décision est telle qu'il sera impossible de construire le stade dans le quartier de San Siro, l’Inter et le Milan mettront en place le plan B qui deviendra le plan A : Nous avons déjà localisé d’autres secteurs et nous sommes éventuellement prêt à évaluer ces alternatives." Giuseppe Marotta, Administrateur-Délégué Sport "Nous voulons reprendre la compétition avec une grande motivation agonistique et avec l’envie de s’offrir de grandes satisfactions. Notre club, vu l’Histoire qu’il représente, se doit d’être ambitieux. L’ambition est un motif d’orgueil, pas de fierté. Le 4 janvier, nous devrons nous montrer compétitif en cherchant à obtenir un grand résultat face au Napoli, qui a démontré être jusqu’à présent, l’équipe la plus forte." Le sacre argentin ? "Je suis très heureux pour Lautaro et Correa, la Victoire d’une Coupe du Monde représente l’objectif le plus important dans la carrière d’un joueur. Je suis confiant sur le fait que Lautaro va se montrer surmotivé et qu’il prouvera à tous, au Meazza, toute l'étendue de ses qualités." Lukaku ? "Il aime l’Inter, nous nous en rendons comptes en passant des jours entier ici avec lui. Il a connu des pépins musculaires, mais je pense qu’il s’est parfaitement rétabli: Il doit retrouver une bonne condition physique, et il est très motivé, nous nous attendons à des choses importantes de sa part." "Le Palmarès de l’Inter est riche et j’espère qu’en 2023, nous pourrons y ajouter des titres que nous n’avons pas remporté en 2022." Simone Inzaghi, entraîneur de l'Inter "C’est une soirée spéciale, je tiens à tous vous remercier car cela fait 18 mois que je suis à l’Inter et que j’ai été très bien accueilli, en premier par le Président, et ensuite et comme toujours par la Direction qui est toujursavec nous : Marotta, Antonello, Ausilio, Baccin, Zanetti. Tous m’ont fait sentir comme à la maison depuis le début, je remercie aussi les joueurs." "L’équipe a présenté à mon staff une très grande disponibilité, nous avons réalisé une saison gratifiante avec deux titres de glanés et un Scudetto disputé jusqu’à la toute dernière journée. A présent, tout recommence et nous devons faire de notre mieux, pour nous-même et pour nos Tifosi qui ne nous ont jamais abandonné, même dans les moments les plus difficiles, ils ont toujours été à nos côtés." "Rien n’est perdu et nous chercherons à repartir du bon pied." Alessandro Bastoni et sa bande qui se tape l'incruste "Je profite de l’occasion pour souhaiter à tous un Joyeux Noël et pour vous dire que nous ferons tous pour nous relancer et faire un beau championnat." Celui-ci était en compagnie de Milan Skriniar et Hakan Çalhanoğlu avec le slovaque qui tenait à souligné : "Objectivement, nous sommes d’accord, nous allons tout donner pour gagner." Suivi d’un "D'accord" de l'international turc. Le Saviez-Vous ? Pour La Gazzetta Dello Sport: "Steven Zhang a bien l'intention de garder l'Inter pour longtemps. L’idée de Zhang est la suivante : Prolonger les termes de l'accord avec Oaktree, qui d'ici 2024, intérêts compris, doit récupérer une somme de 295 millions d'euros de la part du Suning, avec les actions du club comme gage." "Et il est évident qu’il n’attendra pas cette date pour savoir de quoi sera fait l’avenir de l’Inter, un double chemin pour l’Inter s’offrira à lui: Steven Zhang travaille afin de s'assurer un avenir à moyen et long terme à la tête du club. Le président envisage donc d'aller au-delà de 2024 dans sa relation avec le même fonds d’investissement." "L'autre solution consiste à refinancer la Dette auprès d'un autre fonds ou de parvenir trouver un partenaire pour soutenir le club. L'objectif est clair : Avancer avec Oaktree et repousser significativement l'échéance afin de garantir la stabilité du club, en se rapprochant de l'objectif fixé d’être une Entreprise durable et autosuffisante." Le message est clair, tout comme la gueule de bois à venir de notre Président ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Alors que l'Argentine a battu la France aux tirs aux buts, Lautaro Martinez a réçu des félicitation de Steven Zhang, l'Inter et la CN. A travers leurs réseaux sociaux, la Curva Nord des Nerazzurri a tenu à féliciter Lautaro Martinez qui a obtenu aujourd'hui le titre de Champion du Monde avec son Argentine en battant la France aux tirs au but. Voici le message: "La Curva Nord salue Lautaro Martinez, nouveau champion du monde avec son Argentine." "Courir sur le toit du monde." Avec la médaille d'or et une démonstration d'amour. C'est le court tweet avec lequel l'Inter félicite l'Argentine et Lautaro Martinez pour avoir remporté le titre mondial. Inter FR n'est pas en reste! A travers ses réseaux sociaux, le président de l'Inter Steven Zhang a tenu à féliciter l'Argentine et Lautaro Martinez, aujourd'hui victorieux en finale de la Coupe du monde face à la France : "Top of the world", (sur le toit du monde), écrit le magnat chinois en joignant une photo d'el Toro chevauchant un chameau. Voici les mots de l'intéressé à la Nacion: "Merci à tous, merci au peuple argentin, à ma famille, à ces 26 joueurs, à ceux qui ont été écartés du groupe, à ceux qui ont été appelés avant la Coupe du monde, à tout le staff technique… Merci, en plus de tous ceux que j'ai évoqués également à ma famille dans les tribunes. À ma mère qui m'a regardé depuis l'Argentine avec son cœur explosant de joie. A ma grand-mère qui ne traverse pas une période facile, j'espère que ce qui s'est passé ce soir pourra lui donner la force, à mon frère, à ma famille qui a parcouru le monde pour être à mes côtés. Et à ma fille Nina qui a changé ma vie." Moralité: notre Lauti, c'est un peu le Stéphane Givarc'h de l'Albicéleste. Traduction alex_j (super content) via FCInterNews, FCInter1908.
  14. Interrogé par Tuttomercaroweb, l'ancien directeur général de l'Inter de Moratti, Ernesto Paolillo, a évoqué la possibilité de la vente de l'Inter, le renouvellement de Skriniar et autres choses. L'Inter en vente, inévitable? "Je pense que oui. Si on raisonne en termes financiers, en termes de bilan et qu'on regarde l'endettement de l'entreprise et surtout le taux d'endettement, ça devient difficile de pérenniser les choses et de pouvoir continuer dans ces conditions avec un refinancement assez lourd qui me semble évident que Zhang n'est pas en mesure de faire pour le moment." Quel est votre sentiment sur le renouvellement de Skriniar ? "Mes peurs plus qu'autre chose (rires, ndlr). En tant que fan, j'ai vraiment peur qu'un pilier, une référence défensive comme Skriniar, même au niveau personnage en tant que leader, puisse être perdu et qu'il faille recommencer. Quand on trouve un nouveau joueur qu'il devient rapidement leader de la défense, il est important pour l'avenir de l'équipe de le conserver si on veut qu'elle soit compétitive. J'espère qu'ils trouveront un accord." Dumfries est-il le joueur à sacrifier, peut-être même en été ? "On n'y peut rien, au final un ailier se sacrifie toujours car en théorie c'est l'un des plus facilement remplaçables. Cependant, je me souviens qu'à cause de ces politiques on a perdu Hakimi, qu'on voit comment il joue à la coupe du monde, on a perdu Perisic. On risque de perdre Dumfries. Si une équipe veut rejouer des victoires significatives comme le Scudetto, la Ligue des champions, vendre les meilleurs joueurs n'est pas la meilleure stratégie, même si je comprends que cela est inévitable." Le retour de Hakimi est-il un football fantastique en ce moment? "Oui, je pense que c'est un football fantastique, mais c'est surtout un budget fantastique. Je pense que le budget de l'Inter ne peut pas se le permettre." Lukaku pourra-t-il apporter la contribution que tout le monde attend ? "Je pense que lui-même doit trouver la force de réagir pour prouver qu'il est le vrai champion qu'il est réellement et sortir de cette crise actuelle. Peut-être qu'il n'a pas été en mesure de donner le meilleur de lui-même dans le l'équipe nationale parce qu'il était revenu de blessure et ça le démoralise encore plus. Il a besoin de calme. Mais c'est certain que la situation au classement de l'inter, s'il veut se battre pour le scudetto, ne le tranquillise pas. Il faut qu'il rentre dans la bagarre immédiatement. C'est un grand champion que si l'équipe l'aide, il peut trouver une revanche facile." Traduction alex_j via FCInter1908.
  15. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport : Exclu surprise de la sélection allemande pour la Coupe du Monde, l’ailier gauche est prêt à quitter l’Inter: "Le futur de Robin Gosens est loin de l’Inter, son but de mercredi dernier à Bologne n’aura pas suffi à lui faire changer d’idées." "Qui plus est, l’exclusion de la liste des convoqués de l’Allemagne pour la Coupe du Monde lui a encore ouvert plus les yeux: Il ne veut pas rester six mois de plus sur le banc ou, dans le meilleur des cas, ne jouer que quelques minutes après la mi-temps. Il en a déjà informé l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et le Directeur Sportif Piero Ausilio." "Pour l’heure, il n’est pas changé d’avis malgré l’estime qui lui a été manifesté par le Président Steven Zhang" Qui pour le remplacer ? Selon Il Giornale, pour remplacer Robin Gosens qui plait sérieusement au Bayern Leverkusen, les joueurs suivant ont été monitorés pour occuper l’aile gauche: Borna Sosa (VFB Stuttgart), Jesús Vázquez (Valence), Alfonso Pedraza (Villarreal), Carlos Augusto (Monza) et Pasquale Mazzocchi (Salernitana) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Giuseppe Marotta s’est livré à Radio Anch'Io Sport afin d’analyser cette première partie de saison, ô combien particulière étant donné le nombre de matchs extrêmement rapprochés et une Coupe du Monde hivernale ! Qu’est-ce qui a changé à l’Inter ? "Depuis hier, rien d’important si ce n’est la conscience que nous pourrions être protagoniste "fino in fondo" dans ce championnat, un championnat que tout le monde défini comme anormal. Aujourd’hui nous en avons terminé avec sa première partie, il reprendra le 4 janvier, c’est quelque chose d’inédit. Nous sommes tous curieux de comprendre les répercussions, surtout dans le domaine de la performance sportive : Entre ceux qui vont à la Coupe du monde et ceux qui vont rester à la maison, il sera difficile et inédit pour les préparateurs sportifs d'assurer un suivi. Nous devrons comprendre, joueur par joueur, les lacunes d'un point de vue athlétique à combler." Qu’est-ce qui a changé au cours de ce mois ? "Nous avons fait face à un handicap silencieux et mystérieux dont nous ne connaissons pas les origines, ensuite l’équipe et l’entraineur ont fait des corrections, il y a aussi cette sensation que nous réalisons une autre compétition à domicile qu’à l’extérieur : Nous avons connu quatre défaites à l’extérieur et on peut mettre en évidence 18 buts encaissés hors de notre base sur un total de 22 buts, c’est énorme: C’est le secteur qui doit nous porter le plus de réflexions avec l’entraineur qui doit trouver des remèdes : C’est son devoir de vacances." Dzeko va-t-il prolonger ou risquons-nous qu’il fasse une Perisic bis ? "Je ne crois pas qu’il fera une Perisic-Bis : Dzeko a démontré vouloir rester avec nous et c’est un joueur qui mérite sans l’ombre d’un doute une prolongation car c’est un très grand professionnel, très attaché au maillot. Comme tant d’ "anciens" en circulation, il a la vision du but, je le considère comme une excellente ressource et tous les clubs doivent l’avoir à l’œil, nous y compris. Au moment opportun nous établirons les contacts, c’est notre désir, mais cela doit l’être aussi, via une volonté explicite du joueur." Comment est la situation sociétale ? "Il faut accorder énormément de respect à la Famille Zhang qui s’est dernières années a injecté tant d’énergie, il me semble 800 millions d’euros : Ils ont tant donné au système du Calcio et à l’Inter, ensuite il est vrai qu’une certaine éthique combiné à tant de contractions financières lié à la pandémie ne leur permet plus de procéder à des investissements de millionnaires. C’est normal, cette contraction force à redimensionner les couts mais il faut savoir être toujours bon pour rester compétitif dans un monde compliqué." Quelles sont les attentes pour l’année 2023 de Romelu Lukaku ? Et pour le Mercato ? "En ce qui regarde Lukaku, il a été sans le moindre doute victime d’une blessure imprévue et imprévisible, conditionnée par la volonté de revenir rapidement et en forme, le tout motivé aussi par la Coupe du Monde. Cela fait partie des risques à prévoir, lorsque tu dispose d’un noyau composé de 25 joueurs, les blessures sont à l’ordre du jour: Je suis d'avis qu'il ne devrait pas y avoir autant de stress compétitif comme il y en a cette saison, car cela entraîne un nombre élevé de blessures." "Nous ne sommes qu'à la moitié de la saison, et nous verrons ce qui se passera plus tard. L'espoir est qu'il puisse revenir dès le 4 janvier, c'est ce que j'imagine et ce que je pense". Inzaghi a-t’ il demandé quelque chose pour le Mercato ? "Il faut saisir les opportunités, on parle d'un grand club, il faut garder les yeux grands ouverts. Mais notre groupe est assez compétitif pour nos objectifs." Est-ce que la rencontre importantissime face au Napoli pourrait être celle de la relance ? "Nous disputerons notre 15ème match à domicile, c'est un nombre impair. Dans le top 7, nous sommes les seuls à avoir joué 7 fois à domicile, et les autres 8. Cela n'a l'air de rien, mais nous avons un parcours gagnant à domicile, cela pourrait équivaloir à un avantage supplémentaire par rapport au classement d'aujourd'hui, qui nous voit être en retard de 4 points comparé à l’année dernière: L’an dernier, le Napoli était également en tête et cette saison, ils ont 5 points de plus et cette performance est la plus extraordinaire à souligner." "Il reste 23 matchs donc 69 points : La rencontre du 4 janvier ne sera pas décisive car il ne faut pas sous-estimer le danger que peuvent représenter les équipes "provinciales" : Il sera problématique, pour tous, de comprendre quel sera son état de forme au retour à la compétition." Qu’en est-il du Giuseppe Meazza ? "L'image générale est que nous sommes en bas de l’échelle : Il y a des stades dont l'âge moyen est de 60 ans et seulement quatre sont de propriété. Au-delà des problèmes de sécurité et de précarité, le stade en tant qu'actif pour augmenter les revenus en Italie est considéré comme un aspect très négatif: Vous devez faire face aux difficultés bureaucratiques, nous devrions avoir un processus plus fluide au lieu de devoir faire face à ces bureaucrates compliquées. La situation, prise en charge par Antonello, est dans l'impasse et j'espère qu'elle pourra être résolue". Et la délinquance dans la Curva ? "Je ne veux pas parler de répression, car c'est un outil extrême. Mais de prévention, et il s'agit de créer un phénomène de plus grande culture. Le stade se révèle parfois être une arène où les gens s'affrontent, s’opposent. Au lieu de cela, il se doit être un contexte d'agrégation et cela fait partie de notre société civilisée. Parfois, les valeurs sont mises de côté, même notre jeunesse a perdu une partie de sa valeur, c'est à nous, en tant que personne un peu plus expérimentés et de sages, de leur inculquer, grâce aux outils disponibles pour valoriser le sport en tant que phénomène social et de croissance, le retour à ses valeurs." La sortie de Cristiano Ronaldo contre Manchester United ? " Au sein d'un club, il est normal qu'il y ait des positions et des visions différentes, mais cela ne signifie pas que j'étais contre cette opération parce que CR7 est une icône, un champion. Ce n'était pas la raison de mon divorce avec la Juventus". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Remo Ruffini, fan de l'Inter dans l'âme et partenaire du club depuis 2021, s'est confié à La Gazzetta dello Sport sur sa relation avec l'Inter. Docteur Ruffini, que représente cet anniversaire pour vous et quel est l'enjeu des 70 prochaines années ? "Moncler est née en 1952 du lien avec la montagne, et ces 20 dernières années, elle est venue avec bonheur en ville. Maintenant que nous célébrons dans un monde modifié, aujourd'hui dans le luxe, le consommateur veut plus une expérience qu'un produit. L'enjeu du futur sera de transformer ce que l'on vit en magasin ou au stade en digital. Ou, qui sait, dans le métaverse." Le mot luxe renvoie peut-être à un univers exclusif : comment se conjugue-t-il avec le football, inclusif et populaire par définition ? "Qu'est-ce que Moncler a à voir avec le football ? Peut-être rien ! Mais l’évolution des différentes cultures génère des émotions. Alors pour exister, le luxe doit être de plus en plus inclusif. Entre autres choses, j'ai toujours vu l'Inter comme une marque sophistiquée, différente des autres équipes, mais cela reste un club qui unit, inclut, amène 80 000 personnes au Meazza." Que signifie "Inter" pour vous ? "Une énorme passion jusqu'à 25 ans, puis j'ai eu moins de temps... Je suis lié à la mémoire d'Altobelli et de Rummenigge: beaucoup de footballeurs de ces années vivaient dans ma région, près du lac de Côme. Je les ai surpris dans un restaurant qui était un vrai repaire de supporters de l'Inter." Comment est née cette doudoune ? "Pour être pertinent dans le monde numérique, il faut avoir des expériences physiques importantes, comme celle-ci: ce sera agréable de voir les joueurs arriver avec ce vêtement. Je l'ai dessiné moi-même et c'était un retour aux passions de la jeunesse. J'ai repensé à la voix de Ciotti et Ameri à la radio et à moi-même, 18 ans, avec la porte ouverte pour écouter l'Inter..." L'événement tombe le jour où l'Inter affronte Bologne, cauchemar de l'an dernier... "Et je retourne au stade après le derby du doublé de Giroud... On espère que cet événement nous fera oublier les mauvais souvenirs du Scudetto perdu et aidera à surmonter même la défaite avec la Juve." Parlez-nous un peu de votre relation avec le président Steven Zhang. "Nous nous sommes rencontrés lors d'un de nos événements, il portait une Moncler il y a deux ans. Il adorait déjà la marque à l'époque ! Au fil du temps, une relation est née plus de collaboration et d'amitié que de sponsoring. On est au bord du terrain, on sent l'odeur de l'herbe sans y entrer. Steven est aussi à un carrefour de cultures, certainement pas facile. Il est curieux, passionné de mode et d'Italie, mais il vient d'un autre monde. Il est entré dans une industrie difficile et était doué pour gagner. Donner de la valeur." Vous attendez-vous à une présidence à long ou à court terme ? "Je dirai simplement qu'il a fait un excellent travail. S'il reste longtemps, on ne peut qu'être heureux : à part quelques défaites cette année, les résultats sont au rendez-vous." Un entraîneur sur le terrain dessine une équipe comme un costume : quel genre de créateur est Inzaghi ? "C'est un homme élégant, il aime beaucoup le beau jeu. Après tout, chaque entreprise a toujours deux moyens : soit vendre de quelque manière que ce soit, soit essayer de le faire en divertissant le consommateur. Bien sûr, nous devons tous apporter les résultats aux investisseurs, mais j'aime ceux qui recherchent la beauté. Et j'aime une équipe avec des joueurs profondément Inter, comme Dimarco, Bastoni et Barella : ils représentent le mieux la marque Inter, l'identité profonde. Ce sens de la famille qui fait la différence dans une entreprise." Traduction alex_j via FCInter1908.
  18. L'Assemblée des actionnaires du F.C. Internazionale SPA s'est réuni en présentiel pour la première fois depuis 2019, et celle-ci a approuvé les comptes consolidés de l'exercice 2021/2022. "Dans la continuité de la saison précédente, la saison s'est déroulée dans un contexte économique difficile en raison de l'incertitude générée par l'urgence sanitaire, avec un assouplissement progressif des mesures d'endiguement qui ont eu lieu lors de la seconde partie de la saison sportive, et des tensions internationales croissantes en 2022." "Le Club a présenté des résultats qui reprennent la progression positive débutée avant la crise pandémique, en établissant un nouveau record de chiffre d'affaires et une réduction importante des pertes, tout en confirmant l'équipe au plus haut niveau de compétitivité, et en obtenant d'ailleurs la quatrième qualification consécutive à la Ligue des Champions de l'UEFA, une compétition dans laquelle l'Inter s'est hissée en huitième de finale pour la première fois depuis 10 ans, et en ajoutant deux nouveaux trophées au Palmarès : la 8ème Coppa Italia et la 6ème Super Coupe d'Italie." "Les résultats financiers de la saison écoulée démontrent une croissance d'environ 75 millions d'euros des recettes consolidées, qui se sont élevées à 439,6 millions d'euros, comparé 364,7 millions d'euros du bilan précédent. En considérant des données comparables, c'est-à-dire sans prendre en compte dans le budget de la saison 2020/2021 et la fin de la saison 2019/2020 jouée alors que l'exercice suivant est déjà entamé, l'augmentation des recettes est de l'ordre de 140 millions d'euros." "Le budget se clôture par une perte de 140 millions d'euros, soit une réduction d'environ 105 millions d'euros par rapport aux 245,6 millions d'euros de 2021. L'actionnaire majoritaire a déjà exprimé son engagement formel à soutenir le groupe en garantissant son soutien en capital." Steven Zhang - Président du FC Internazionale Milano "Tant de choses ont changé au cours de cette période complexe, mais pas notre amour pour l'Inter et notre passion. Ces 3 années ont été difficiles, mais nous les avons affrontées ensemble avec détermination et ambition, en remportant 3 titres après 11 ans d'attente. Nous avons eu le courage d'affronter la pandémie avec dynamisme, nous avons maintenu notre capacité à gagner et à rester au sommet." "L'avenir du club n'a jamais été remis en question, et notre vision pour l'Inter est claire. Notre engagement s'inscrit dans la durée et vise à assurer un avenir digne de l'Histoire de nos couleurs. Nous devons continuer sur cette voie, animés par l'ambition sportive, grâce à la passion de nos Tifosi à travers le monde. C'est pour eux que le Club se bat pour la deuxième étoile, et pour l'emporter peu importe le terrain de jeu. Le club s'engage également sur tous les tableaux institutionnels pour assurer un projet de croissance durable pour le secteur." Giuseppe Marotta - Administrateur-Délégué Sport "Nous avons clôturé la saison dernière avec fierté, après avoir remporté deux nouveaux titres et atteint les huitièmes de finale de la Ligue des champions, un exploit historique qui manquait au club depuis 10 ans. Un exploit que nous avons réitéré cette année dans un groupe où tout le monde nous croyait condamnés. Félicitations à l'entraîneur Inzaghi et à tous les joueurs." "Notre Primavera a remporté son dixième Scudetto, nous sommes désormais les premiers en Italie à remporter la première étoile des jeunes. L'équipe féminine est également sur une voie ambitieuse. Dans le cadre de la préparation de la saison 2022/2023, nous avons conclu des opérations d'entrée et de sortie ciblées et importantes, le tout dans le cadre des paramètres que nous nous étions fixés, et nous avons construit une équipe qui ne veut pas se fixer de limites et qui veut se lancer dans une Chasse qui nous attend en Championnat avec la conscience et le désir de pouvoir continuer à gagner." Alessandro Antonello - Administrateur Délégué "Les résultats de l'exercice 2021/2022 marquent un retour à une tendance positive. En effet, nous avons enregistré un nouveau record du chiffre d'affaires, après celui de la saison 2018-2019, et réalisé une importante réduction des pertes. Nous avons repris le chemin vertueux de la croissance, même si le chemin à parcourir est encore long et difficile." "Notre objectif est, comme toujours, d'accompagner la plus grande compétitivité sportive à la durabilité financière. La consolidation des sources de revenus du Club passe nécessairement par la valorisation et l'expansion de la marque Nerazzurra, en offrant des expériences et des contenus aux Tifosi du monde entier et en s'exprimant dans la langue des plus jeunes générations, mais aussi et surtout par des investissements dans les infrastructures, dont le plus important est le projet du nouveau stade." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Après sa qualification en huitièmes de finale de la Champions League en battant le Viktoria Plzen, FCInterNews, par le biais de Raffaele Caruso, a diffusé cet éditorial aujourd'hui. Nous sommes le 25 août 2022. L'Inter, dans le troisième chapeau, est tombée dans le groupe D avec le Bayern Munich et Barcelone. Le visage de Javier Zanetti, immortalisé par des caméras et devenu un mème viral en quelques instants, est celui typique de tout fan des Nerazzurri sur la surface de la terre. Encore une fois l'urne n'est pas en réellement faveur des Nerazzurri. Seulement 24 heures passent et l'Inter perd à l'Olimpico contre la Lazio. Une semaine passe et l'Inter perd Lukaku à cause d'une blessure et aussi le derby contre le Milan. Quelques jours de plus passent et l'Inter perd ses débuts en Ligue des champions contre le Bayern Munich. Nous sommes le 7 septembre, alors que Barcelone en Espagne défait le Viktoria Plzen 5-1 et marche sur la Liga. La saison ne démarre pas de la meilleure des manières et se compromet même au bout d'un mois. Il y a ceux, avant tout des vrais supporters pas les autres, qui n'ont pas accepté l'Inter avec son ADN, cet ADN merveilleusement imprévisible et fou. Après avoir facilement liquidé le match d'entraînement de Plzen en République tchèque, Barcelone arrive le 4 octobre au Meazza dans ce qui est en fait un même d'un match aller et retour à élimination directe de la Ligue des champions. Pendant ce temps, l'Inter a perdu contre l'Udinese et la Roma en championnat et, pour ne rien rater, aussi son esprit combatif, Marcelo Brozovic. Inzaghi ne fait pas confiance au tout jeune Asllani et décide donc de s'appuyer sur les qualités de Hakan Calhanoglu. Comme dans l'un des plus beaux films hollywoodiens de tous les temps, c'est le Turc qui décide du match d'une belle faute sans frais; il est parfois aussi juste de s'en souvenir, contrairement à d'autres. L'Inter remporte les trois points. Cependant, la meilleure nouvelle vient de la performance unanime de l'équipe, auteure d'une performance de sacrifice et de compacité à revoir. Jusqu'à présent, le 4 octobre représente le tournant de la saison de l'Inter qui revient gagner en championnat et sans oublier l'habitude de faire perdre quelques cheveux à ses fans. Elle arrive au Camp Nou consciente d'être à égalité avec le super Barcelone de Xavi, du moins ainsi peint par les initiés du monde entier, vous savez, ceux qu'on appelle experts. Peut-être, à vrai dire, le Barcelone de Xavi s'avère-t-il plus "bon", pour ainsi dire, en dehors du terrain. Bon à provoquer, à protester pendant une semaine, à demander l'intervention des hauts dirigeants de l'UEFA. Bref, l'exact opposé de l'histoire d'un club historique, parmi les plus grands de l'histoire du football. Car oui, Barcelone est un grand club. L'Inter d'Inzaghi, cependant, ne tombe pas dans le piège. Ils ont les idées claires et se rendent au Camp Nou pour sortir une performance à enregistrer dans le livre de l'histoire pour l'éternité. Ça se termine 3-3, beaucoup se réjouissent du point gagné qui vaut en réalité 10. Mais il y a ceux qui ont un goût amer dans la bouche à cause d'une victoire qui était entre les mains de l'Inter pendant plusieurs minutes. Il reste donc 180 minutes à jouer, dont 90 à domicile. Il y a aussi Zanetti assis dans les gradins et son visage est décidément différent de celui du 25 août. L'Inter ne s'est pas trompée et a démoli le Viktoria Plzen dans une soirée parfaite. Inzaghi n'est pas sur le banc, mais Lukaku est là pour la première fois depuis deux mois. Vous souvenez-vous de ce film hollywoodien qui était l'un des meilleurs de tous les temps ? L'Inter sort un autre chef-d'œuvre. Quatre buts au Meazza et un poker gagnant signé en 4 minutes après le retour de Big Rom. C'est une fête totale à Milan alors qu'à Barcelone la mission désespérée de Xavi à encourager Plzen depuis le Camp Nou n'a pas porté ses fruits. Dans l'après-match, tout le monde fait la fête, mais deux de plus que tous. Steven Zhang et Inzaghi. Monsieur Inzaghi l'a encore fait, pour la deuxième année consécutive l'Inter fait partie des 16 équipes les plus fortes d'Europe. Autrefois c'était normal pour une équipe comme la nôtre, maintenant nous devons nous battre pour l'être. Pour cela, les mérites et les compliments doivent être faits deux fois. Bon travail, tout le monde. Nous ne sommes que le 27 octobre, la saison est encore longue. Mais qu'est-ce que c'est bon d'être fans de l'Inter ! Traduction alex_j via FCInterNews.
  20. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, mais également à Sky Sport, Amazon Prime et Inter TV suite à la qualification "inattendue" de l’Inter en huitième de finale de la Ligue des Champions avec une journée encore à disputer dans le Groupe de la Mort Simone à Inter TV "C’était une rencontre jouée sérieusement, bien organisée, nous savions ce qu’il y avait en jeu ici. Je dois féliciter les garçons, ils ont réalisé une phase de groupe incroyable. Cela nous apportera de l’auto-estime pour les prochains match et c’est juste de profiter de ce succès devant nos Tifosi. Dès demain, nous penserons à la prochaine rencontre. C’était un match où nous avions tout à perdre, dont l’issue était à l’avance connue. En Ligue des Champions, tu dois aborder toutes tes rencontres de la meilleure des façons." "J’applaudis nos garçons qui ont réalisé une grande rencontre : L’équipe a interprété les différentes périodes de celle-ci de la meilleure des façons : Lorsqu’il fallait attaquer nous le faisions bien, de même lorsqu’il fallait défendre. Lukaku? "C’est un Homme important qui nous a énormément manqué, je suis content aussi bien pour lui que pour Gaglia qui était aussi forfait. J’attends à présent Brozo, il ne reste plus trop à attendre. Lorsque tu as tout le monde à ta disposition, tu te dois ensuite de faire les bons choix." Simone en conférence de presse "Lukaku sera extrêmement important, nous l’avions perdu durant deux mois, c’est un joueur important connu de tous, il revient en forme et il a une envie folle, pendant que dans le même temps, les autres donnent tout : Je suis content pour Correa qui a délivré une délicieuse passe décisive, Lautaro a réalisé un match extraordinaire et Dzeko a été génial dans la gestion du ballon et pour nous permettre de remonter. J’ai toujours dû jouer avec deux attaquants, à présent je devrai être bon pour les choisir." "Marotta avait dit ce soir que nous pourrions réaliser un petit rêve après un tel tirage au sort : Nous avons été excellent et, pour la seconde année de suite, nous sommes en huitième de finale avec une journée encore à jouer. Je suis content pour les garçons, pour le Club et pour les Tifosi : Voir un Meazza comme ça, c’est si beau. En Ligue des Champions, les garçons ont fait quelque chose de totalement inattendu! : Nous avons tous remonté les manches pour toucher le Bayern et Barcelone et Cette qualification doit nous apporter énormément d’auto-estime, nous avons atteint le premier objectif de notre saison, nous l’avons atteint avec des prestations toujours plus performantes." "En championnat, nous avons du retard, mais j’estime que nous travaillons pour le réduire, je suis confiant et j’ai de l’espoir avec le retour des joueurs blessés qui vont me venir en aide : Nous devrons fournir de derniers efforts jusqu’à la trêve, nous avons réalisé une emprise qui te donne de l’estime en toi, c’est juste d’en profiter en ce moment, ensuite nous serons à nouveau de retour ici pour le championnat, nous devrons nous réorganiser pour faire face à une rencontre importante face à la Sampdoria." "Dimarco et Bastoni ont été excellent et parler de Perisic ne me va pas : Ils ont été excellent, Gosens est en reprise continue. En ce moment, Dimarco et Bastoni, qui ont été écarté face à la Salernitata pour choix technique et à Florence car ils avaient quelques pépins, ont réalisé un excellent match. J’ai vu une équipe qui avait tout à perdre dont on attendait d’elle une victoire attendue, et nous avons été très bon sur le terrain, les gars ont été très sérieux pour remporter une rencontre fondamentale." Steven Zhang? "J’ai d’excellents rapport avec le Président et nous allons de l’avant depuis le jour de ma signature, il y a une très grande estime réciproque, et elle s’est renforcée entre nous car nous traversons une période importante. Je sais ce que représente la Champions pour l’Inter, je voulais lui offrir une suite à ce que nous avons vécu l’année dernière : Nous avons donné de très belle satisfaction au club et au Tifosi qui ont été ce soir, notre véritable moteur." Simone à Sky Sport "Je suis très fier de mes joueurs, pour le club et pour ces merveilleux tifosi. Lors du tirage au sort, nous n’étions pas heureux, mais nous avions de l’espoir. Nous avions la possibilité de couronner ce petit rêve et nous y sommes parvenu. C’est juste de profiter de la soirée ce soir car cela fait deux saisons de suite que nous nous qualifions pour les huitième de finale de la Ligue des Champions, c’est quelque chose qui n’était plus arrivé depuis longtemps à l’Inter." "Je suis heureux pour mes garçons qui ont réalisé un match sérieux, ordonné, dans lequel nous avions tout à perdre mais notre équipe a fait preuve de maturité. Ce type de match est difficile à jouer, dans le passé nous en souffrions, et déjà lors du match aller nous avions fait preuve de maturité. Nous ne pouvions également pas laisser s’échapper cette possibilité après les deux rencontres face au Barça." Le Championnat ? "En ce moment, profitons de ce résultat, dans 48 heures, nous serons de nouveau sur le terrain. Nous savons que nous avons du retard mais nous allons chercher à nous relancer via le retour des joueurs importants et à coup de victoire." Lukaku? "Je suis très heureux pour lui et pour Correa avec sa passe décisive, je suis content pour Lautaro qui dimanche avait été extraordinaire et qui ce soir aurait mérité de marquer. Dzeko, au-delà des deux buts qu’il a inscrits a été l’auteur d’un match extraordinaire. Ce sont des signaux excellent et nous avons atteint notre premier objectif, nous allons de l’avant avec confiance." Simone à Amazone Prime "Nous avions l’espoir de nous qualifier dans un groupe extrêmement difficile : Barcelone et le Bayern sont extrêmement fort, mais nous avions de l’espoir. Nous voulions réaliser une très grande phase de groupe et nous sommes allés au-delà de nos attentes, je dois vraiment encenser les joueurs." "Je suis satisfait du jeu exprimé, nous avons atteint le premier objectif de la saison en parvenant à réaliser quelque chose de spécial. Le début face au Bayern était très dur, mais nous avons grandi de match en match, surtout lors de la double confrontation face à Barcelone: C’est une récompense pour le Club et pour nos merveilleux Tifosi." Çalhanoğlu Play-Maker "Il réunit la qualité et la quantité, l’année passée, il était discret à ce poste. Asllani s’exprime très bien, mais nous étions dans une période vraiment délicate et j’ai retesté Hakan qui s’améliore continuellement." Les retours importants "Lorsque Brozovic et Lukaku seront de retour à plein régime, nous serons dans de bonne conditions, car nous jouons tous les trois jours et j’aurais plus de choix et de possibilité pour alterner. C’est une période de match très rapproché, et ce ne sera pas facile de les mener tous à bon terme." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. C'est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, l'enthousiasme de Steven Zhang a marqué ses propres joueurs! "Le Président est allé féliciter les joueurs et le coach en fin de soirée dans les vestiaires. Mais Steven est allé encore plus loin. Il a pris son cadeau pour ses quatre années de présidence et l'a déballé, la bénie Ligue des Champions. Et comme pour tout mariage, vous vous devez d'offrir un cadeau de mariage pour honorer vos invités" Et quel était ce cadeau ? "Une prime de deux millions d'euros, soit deux fois plus que l'année dernière, qui sera partagée entre tous dans l'équipe pour avoir atteint les huitièmes de finale" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Steven Zhang s’est livré à Sky Sport suite à la qualification de l’Inter en huitième de finale de la Ligue des Champions : "L’entraîneur est Top, très résilient face aux difficultés, des difficultés qu’il s’est montré capable de surmonter. Nous avons tous vu la qualité de notre équipe et de l’entraineur." La prolongation de Skriniar ? "Chaque année, tous doivent savoir que je cherche à améliorer le noyau et cet été, nous avons fait de notre mieux pour permettre à l’équipe d’être encore plus compétitive. Skriniar est un joueur incroyable et il sait lui-même à quel point je souhaite qu’il reste, je suis confiant sur le fait que nous parviendrons à le conserver." L’Inter est-elle en vente ? "Ces dernières années, le Club a toujours été au centre de ces spéculations. Nous devons nous concentrer seulement sur nous-même, je n’échange avec aucun investisseur et le club ne sera pas en vente tant que j’en serai le Président." "Aujourd’hui, c’est la preuve du travail que nous avons réalisé: Les Tifosi, comme moi, désirent le meilleur pour le club. J’aimerai que nous fassions tous encore mieux pour nous améliorer, et ce soir, avec cette qualification et avec ce que nous avons vécu lors des 18 derniers mois écoulés, des mois durant lesquels nous avons remporté trois trophées, quelque chose qui n’était d’ailleurs plus arrivé depuis des années, nous avons la preuve que nous avons pris les bonnes décisions." "Je travaille quotidiennement avec fermeté afin de faire de mon mieux, nous ne sommes jamais satisfaits et nous voulons toujours nous améliorer. Aujourd'hui, nous avons montré que nous sommes une équipe gagnante sur et en dehors du terrain. Je dédie cette victoire aux Tifosi : Tous les gens qui nous soutiennent, nous critiquant peut-être parfois, veulent toujours, comme moi, le bien de notre club. Je dédie aussi cette victoire à toutes les personnes qui travaillent autour de moi et à ma famille qui me soutient." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Sport Mediaset dévoile la dernière démarche de la famille Zhang vers la vente du club. "Après la mission confiée à Raine Group de rechercher des repreneurs, selon des sources très proches du club, il y aurait aussi un mandat au cabinet d'avocats international Latham and Watkins basé à Los Angeles pour s'occuper de la partie juridique de la vente de l'Inter. C'est une confirmation de ce qui va bientôt se passer pour les Nerazzurri, ce que Steven Zhang clarifiera probablement lors de l'assemblée générale de Vendredi." Traduction alex_j via FCInter1908.
  24. La Gazzetta dello Sport revient sur le triste après-match entre la Fiorentina vs Inter où les membres VIP florentins ont cru qu'ils étaient à la Coupe du Monde et ne se sont pas illustré par leur intelligence ni leur comportement. La Gazzetta revient sur les insultes proférées à l’encontre des officiels de l'Inter. "Les évènements de Fiorentina-Inter ne se sont pas arrêtés au coup de sifflet final. En effet, juste après, un nouveau match commençait et bien moins spectaculaire et beau que celui vu sur le terrain. Un match caractérisé par des insultes que Joe Barone et d'autres 'VIP' auraient adressées aux cadres Nerazzurri. En effet, 'Mafiosi' a été le mot entendu à plusieurs reprises et distinctement par Zhang, Marotta et Ausilio alors qu'ils quittaient la tribune VIP. Cependant, d'après le communiqué officiel de la Viola, ils demandent des excuses à l'Inter et à la Digos d’identifier les agresseurs du supporter interiste frappé d'un coup de poing tout en criant 'jette-le par terre'". La Gazzetta a ensuite commenté la position officielle de l'Inter. "Le président Zhang a été abasourdi par les insultes et les menaces qu'il a reçues lorsque, escorté par les hommes de sécurité du club, il a quitté les tribunes. Des dizaines lui ont crié dessus pour des délits de toutes sortes. Il a vécu en Italie pendant 6 ans et a étudié aux États-Unis, mais pour lui et comme d’autres, ce sont des scènes inconcevables. Dans le passé à Florence, cette triste scène était déjà arrivée à Adriano Galliani, lui aussi frappé d'une pièce de monnaie à la tête, à Andrea Agnelli, Pavel Nedved, Gian Piero Gasperini, Carlo Ancelotti et Luciano Spalletti." La Gazzetta explique qu’il ne s’est rien passé dans les vestiaires.. "Les infractions près du balcon de Franchi n'ont pas eu de suite dans le vestiaire car la porte de la salle des Nerazzurri est restée fermée. Barone a erré dans la zone et la tension était palpable (le parquet fédéral a-t-il noté quelque chose?). Mais il n'y a pas eu de nouvelle confrontation avec Marotta qui, en raison des connaissances au sein de la Lega, était sa cible principale. Pendant ce temps, la Fiorentina demande des excuses qui ne viendront pas car l'Inter se concentre uniquement sur le match de mercredi en Champions League. Quant à la vidéo de l'attaque contre le fan des Nerazzurri, la Digos a acquis les images et procède aujourd'hui à l'identification des personnes impliquées." Pour des détails, Stefano Agresti, journaliste, a commenté à La Gazzetta dello Sport ce qui s'est passé au Franchi samedi soir. "Le stade de la Fiorentina devient un cas. En effet, la tribune de ce stade, c'est là que depuis des années maintenant des incidents graves voire pire se sont produits. Des insultes continues aux entraîneurs adverses et aux managers des autres équipes, assis parmi la foule, menaces pour les supporters rivaux. Juste pour donner une dimension de ce qui se passe : ces pseudo-fans ont non seulement fait perdre patience aux chaleureux Spalletti et Gasperini, mais aussi au flegmatique Ancelotti. Presque un record." "Quand il s'agit d'applaudir pour condamner l’autre, tout le monde s'en sort dans les curvae car c'est plus facile. En réalité, à Florence, les pires épisodes se produisent presque toujours dans la tribune garnie par ceux qui peuvent s'offrir les billets les plus chers chers. Et la situation s'est aggravée depuis que le club est aux mains de Commisso qui ne fait rien pour apaiser les esprits autour de lui. Au contraire. Même si cela ternit l'image d'une ville sérieuse et belle, berceau et modèle de civilisation." "L'ennui, c'est que Commisso ne semble pas se rendre compte de l’absurdité de certaines positions. Un exemple. A Bergame, le 2 octobre, les fans ont offensé Commisso pour ses origines calabraises. Un épisode à condamner, bien sûr. Mais pour lequel le DG Barone a même invoqué l'intervention du gouvernement. Oui ! Le gouvernement ! Et pourquoi la même idée brillante n'a-t-elle pas été proposée lorsque, le 28 août, la Fiorentina a été condamnée à une amende pour des chants anti-sud contre les Napolitains ? En bref, insulte bien tant que tu ne le fais pas contre Commisso." Pour terminer, Maurizio Auriemma, questeur de Florence, est revenu sur l'attentat subi par un supporter de l'Inter dans la tribune. Selon ce qui a été appris, l’agresseur identifié est un homme âgé de 56 ans. "Un match de football ne peut être le prétexte pour calmer ses propres tensions et pulsions au sein même du stade. Samedi soir, le personnel est intervenu promptement. L'auteur de ce geste a été identifié et sera dénoncé et visé par des mesures appropriées. Les mesures répressives ou administratives n'aident pas toujours à résoudre le problème. C'est une question de conscience, de participation. Concernant l’absence de gestes barrière, le problème est résolu. Nous voulons aller vers une participation au stade sans gestes barrière. Cependant, je sais que le nouveau projet de restructuration de Franchi est remis en question avec les instances compétentes, de la municipalité au club, jusqu'à l'autorité de sécurité publique et la Serie A." Autrement dit, cet hurluberlu pourra recommencer. Un mot convient : pathétique ! Traduction alex_j via FCInter1908 et FCInterNews.
  25. Simone Inzaghi parle à SkySport et Inter TV après le 4-3 subi mais mérité à la Fiorentina. Impression générale ? "On a été atteints deux fois (il ne compte pas le penalty, ndlr), mais l'équipe y a toujours cru. Une victoire très importante pour la conviction, au-delà des trois points. Match sous contrôle en première partie, puis on a perdu un peu de distance après le 1-2. Mais on y cru et le grand signal vint aussi de ceux qui entrèrent." Auriez-vous pu calmer un peu le jeu ? "Bien sûr, on avait le contrôle, à 2-0 et on a très bien joué. Puis une fois qu'on a encaissé ce but on s'est énervé et ce n'est pas bien. Il fallait continuer à faire ce qu'on faisait. Réagir et y croire jusqu'au fin." Avez-vous mérité la victoire? "L'Inter a joué un grand match, pendant 35 minutes et sur un terrain très difficile. Ensuite, nous avons encaissé le but sur penalty et nous sommes devenus nerveux, avons arrêté de jouer et avons trop pensé à protester. Mais j'ai de grands joueurs qui ont envoyé un bon signal. Au-delà des trois points c'est une victoire très importante." Maintenant Lukaku et Brozovic sont de retour : ce sont de bons problèmes points, non ? "Bien sûr, nous ne pouvons pas attendre. Je ne les ai jamais eus dans ce tour de force. Les deux et Gagliardini sont de retour. Nous avons de jeunes garçons, mais jouer ici ou à Barcelone n'est pas facile. Nous sommes 17 en déplacement, nous attendons ces retours qui nous aideront beaucoup." Lautaro est l'un des meilleurs attaquants de Serie A, mais Correa n'arrive pas à marquer... "Je ne me suis jamais inquiété pour Lautaro quand il ne marquait pas. Pour l'équipe et à l'entraînement, il fait toujours tout ce qu'il doit. Correa est un joueur de la plus haute qualité, pénalisé par les blessures. Mais ce soir il a très bien fait, au service de l'équipe, alors c'est normal qu'il ait besoin de continuité. Il a toujours joué à la Lazio, ici à l'Inter il est différent, mais il ne peut que progresser." Y a-t-il du travail derrière la croissance de Barella dans la zone de but? "De toute évidence, Nicolò a progressé, il nous donne un coup de main formidable et sa croissance, ainsi que celle de ses coéquipiers, est très importante pour nous. L'année dernière, il a fait de nombreuses passes décisives, il était haut dans le classement comme il l'est maintenant pour les buts. Il faut qu'il continue comme ça, tout le monde doit continuer à jouer comme ça et Barella de même." Trois images du match : Handanovic parlant à Onana après le but, toi qui restes assis à 4-3 et Zhang dans les tribunes. "Sur la propriété, comme les managers, ils sont toujours très présents. Le président était avec nous aussi dans le train : une présence très importante comme celle de Marotta, Ausilio, Ferri... tout le monde veut le bien de l'Inter. Je n'ai pas applaudi parce que quelque chose peut toujours arriver. Pour Handanovic : c'est notre capitaine, en ce moment il a un problème avec son doigt qui nous l'espérons sera bientôt résolu." Quelle est la chose la plus importante qui est ressortie du sommet contre Barcelone ? "Il y a des comparaisons tous les jours. En jouant tous les trois jours, nous sommes plus dans la salle vidéo que sur le terrain. Ici, il y a une âme importante, avec des joueurs qui ont gagné et qui veulent continuer à le faire. Maintenant, nous jouons un huitième de Champions et en championnat, on a envie d'être là, en attendant le retour de joueurs très importants qui sont absents depuis longtemps." Le Viktoria ? "Je vois bien l'équipe, je prends de suite les trois points. Mercredi on a un match fondamental pour nous, on sait qu'il nous faut une victoire pour atteindre ces fameux dix points. Ce soir on a très bien fait 35 minutes, puis on est là, on s'est énervé et après le penalty on a perdu notre avance. Avoir gagné un match aussi important est un très bon signe." Traduction alex_j via FCInterNews.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...