Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'steven zhang'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Via Instagram, notre président s'est réjoui du 1-0 contre Barcelone en Ligue des champions. Célébrations sociales pour Steven Zhang . Grâce à Instagram , le président de l'Inter s'est réjoui du 1-0 contre Barcelone en Ligue des champions. "C'est l'une des millions de raisons pour lesquelles nous vous aimons, continuons." Traduction alex_j via FCInter1908.
  2. S'adressant à la chaîne Rai Radio, Massimo Moratti a partagé ses pensées sur la situation actuelle concernant la vente. Au cours des deux dernières années environ, le Suning a été constamment lié à une vente de l'Inter, bien qu'à travers toutes les rumeurs, ils aient conservé le contrôle du club, Steven Zhang ayant continué en tant que président. Moratti estime que rien ne presse, pour le moment, et de voir ce que le président actuel décidera et quels sont ses plans. D'après lui, il est inutile de tirer des conclusions hâtives sur l'avenir. "Les joueurs et l'entraîneur ne diront jamais qu'ils sont affectés par la situation au club ou peut-être qu'ils se le diront. Mais cela les affecte toujours, nous parlons toujours de gens normaux après tout." "L'Inter est toujours en mesure d'avancer, nous devons voir quelles sont les intentions de Steven Zhang. Je ne connais pas les comptes de l'Inter ni les comptes personnels de la famille Zhang. Nul doute que lorsqu'ils sont arrivés au club, ils allaient mieux." "Beaucoup de choses ont changé, je ne sais pas quelle pourrait être la solution. Nous devons comprendre s'il a l'intention de garder le club ou s'il sera contraint de vendre. Dans ce cas, la situation empirera encore." "Il faut gagner pour récupérer. La recette est de montrer une grande fierté et envie de jouer pour cette équipe qui est connue dans le monde entier. Les joueurs doivent ressentir le poids et aussi la force qui accompagne le fait de devoir défendre ce maillot et cette équipe." Traduction alex_j via Sempreinter.
  3. L'avenir d'Inzaghi dépendra évidemment des prochains matchs. L'entraîneur joue sa place lors du match contre Sassuolo mais il faudra compter sur la réaction de l'équipe sur le terrain, en plus du résultat. Les mots de la Gazzetta dello Sport. "De retour des États-Unis et espérant une renaissance rapide, il n'imaginait certainement pas tomber encore plus bas. En effet, pour être honnête, Steven Zhang n'avait jamais vécu un psychodrame de cette ampleur en live. Un début de saison aussi morose ne s'était jamais vraiment passé, même sous l'ère de Conte 2.0. Alors que la CN grogne contre Suning, il ponctionne sur le prêt Oaktree : il s'est recapitalisé avec plus de 100 M€ pour sécuriser les fondations du club, en attendant des temps meilleurs et quelque partenaire ou acheteur américain. Malheureusement, les résultats de sa créature se sont terriblement détériorées, ainsi que l'humeur de la petite troupe." "Depuis un an et trois mois, le président a cultivé une relation d'estime, presque d'amitié, avec son entraîneur. Mais, ces derniers temps, l'idylle semble s'être fanée. Pas de contrastes flagrants, mais quelques maux suite à la conférence d'avant match de Simone avec son message délibéré et étonnant avec lequel il a revendiqué des mérites, même dans les comptes de l'entreprise. Aux strates supérieures, cela a été considéré comme une invasion de terrain, aussi parce que le lendemain contre la Louve de Mou les trois points qui auraient fait taire toute polémique ne sont pas arrivés. Au contraire, les mots ont fait un effet boomerang en revenant dangereusement, pas ce qu'il fallait dans un moment aussi délicat." "Les crédits de Simone s'épuisent donc même au sein du club attentif à ne pas prendre de décisions hâtives. Mais il reste très vigilant sur le présent. Le Barça ressemble désormais à l'Everest : ce ne sera pas ce double match de la Champions qui donnera le dernier mot sur Inzaghi. Au contraire, le match à l'extérieur de Samedi face à Sassuolo est plus délicat. Entre autres, en accord avec les entraîneurs, c'est le "comment" qui intéresse le plus le président : outre les points, qu'il y ait des signes de vie sur le terrain." Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. En effet, lors de cet été, Giuseppe Marotta avait fait comprendre à Paulo Dybala que l’Inter était bien présente et qu’une tentative était toujours en cours pour le recruter Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Il n’y avait pas que l’Administrateur-Délégué qui le voulait : Le président Steven Zhang était également favorable à son arrivée, lui qui admire la Joya, à tel point qu’il en avait également discuté, à plusieurs reprises, avec son ami Andrea Agnelli. De toute évidence, le feu vert de Zhang à ce moment-là était conditionné au départ d’un attaquant de l’équipe et la vente identifiée se nommait Joaquin Correa….Mais c’est à ce moment-là qu’un Véto est arrivé de Simone Inzaghi." "L’entraîneur avait fortement défendu l’achat de Tucu l’année précédente, contre un investissement de 31 millions d’euros : Inzaghi, pour résumer, n’a jamais poussé pour l’arrivée de Dybala convaincu du choix de Correa, en étant confiant que l’ancien de Lazio allait rapidement montrer ses qualités. De fait, les négociations ont arrêté et l’Inter n’a pas trouvé d’autres solutions sortantes, ce qui aurait pourtant été possible pour Correa, en abandonnant, avec regret son emprise sur Dybala." Les regrets sont donc légitimes "Et Lorsque Paulo a pris la route de la Roma, il a reçu un dernier appel téléphonique en provenance de Giuseppe Marotta : Plus qu’une tentative extrême, impossible, il s’agissait d’une prise de conscience définitive de la destination. Un peu comme lorsque deux personnes qui se cherchent l’une l’autre depuis longtemps ne sont pas retrouvées : Au final, ils se sont salués, sans aucun ressentiment." S’en est suivi la cartouche de la Joya qui pourrait sceller le sort de l’entraineur italien ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Lors de l'interview d'avant match, Simone Inzaghi a tenu un propos qui est mal passé. "L'histoire montre que là où j'entraîne, les revenus augmentent, les pertes sont divisées par deux et les trophées arrivent", a déclaré Inzaghi lors de la conférence pré-Inter-Roma. Une sortie qui, selon la Gazzetta dello Sport, avait beaucoup dérangé les propriétaires. "Steven Zhang n'était certainement pas content de lire et de comprendre la raison d'une telle sortie car cela ressemblait à une attaque contre l'entreprise, à un moment où les rumeurs sur une passation de pouvoir du club se succèdent. Cela est également vu comme une ingérence dans le domaine financier qui n'est pas de la compétence d'un entraîneur. La froideur est dans les faits. Zhang l'a caché, bien sûr, allant également dîner le Vendredi, sans en faire mention avec l'entraîneur. Parce que ce n'était pas le moment, avant un match délicat." Et maintenant? Après une énième défaite ? Ce qui se produit? "Après Udinese, la position du club était la suivante : Inzaghi doit démontrer qu'il sait diriger le bateau dans une tempête et a le temps de le faire jusqu'à la Coupe du monde, après on verra. La situation n'a pas changé. L'Inter ne pense pas à des alternatives, pour l'instant. Mais elle ne se trompe pas en disant que le banc est sous observation. L'entraîneur a épuisé les bonus." Voici la conférence d'avant match. Vers 5 minutes, Inzaghi tient ces propos. Cependant, la traduction anglaise ne fait pas mention de l'aspect financier. Inzaghi perdant ses nerfs ? Attendons la suite. Traduction alex_j via FCInterNews.
  6. C’est la révélation de Tuttosport, "l’ennemi-juré" s’est présenté à Milan pour y rencontrer Steven Zhang: "Une visite de courtoisie ? Bien sûr. Quelque chose de plus ? Très probablement..... Le fait est qu'Andrea Agnelli, le Président de la Juventus, s'est présenté hier à la Casa Inter, pour discuter avec son homologue Steven Zhang, et cette rencontre a fait sensation auprès des initiés...." Une réunion de courtoise, vraiment ? "Entre les deux Numéros Un, il y a non seulement une grande estime professionnelle mais aussi une amitié sincère. Une sorte d'empathie aidée par la proximité générationnelle, mais il y a aussi bien plus que cela: Ils proposent une vision similaire dans la gestion des clubs, surtout dans la recherche de nouveaux actifs à travers lesquels, ils pourraient essayer d'atteindre des secteurs peu fréquentés, ce qui pourrait représenter des plateformes de revenus potentiels à exploiter et à mettre en œuvre." "Si l'on ne sait pas ce qu'ils se sont dit, il est évident que la conversation, précisément en raison du type de relation qui existe entre les deux, était à 360 degrés et sans zones interdites. Il est d'ailleurs envisageable que le numéro des Bianconeri ait également mis à jour Steven Zhang sur la situation liée aux possibles développements découlant du litige avec l'Uefa suite au lancement de la Super League qui a vue l'Inter se rétracter, comme toute une série d'autres membres, exception faite du Real Madrid, de Barcelone ainsi que de la Juventus elle-même." "La rencontre d'hier entre Agnelli et Zhang a également été l'occasion de discuter de la nécessité de mieux protéger un "Spectacle" essentiellement payé par les clubs, mais avec des clubs qui n'ont aucun pouvoir pour déterminer le périmètre des différentes compétitons: La saison actuelle, brisée en deux à cause de la Coupe du monde, en est la preuve la plus concrète". Sont-ils allés jusqu'à proposer un échange d'entraîneur ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Après la pause pour les équipes nationales qui l'ont privé de Marcelo Brozovic et sans avoir récupéré Romelu Lukaku, Simone Inzaghi revient pour sa conférence de presse au Suning Training Center, à la veille du match difficile contre la Roma demain à 18 heures. Voici ses déclarations. Un match difficile est attendu demain. Comment reprendre et quelle sera le match ? "Très exigeant, fait de duels. Une équipe forte, avec un super coach. Il faut bien se préparer, depuis hier j'ai revu tous les garçons. On a analysé la défaite à Udine et en même temps on a préparé le match de demain." Pensez-vous que la pause aurait pu bien se passer ? "Nous le saurons demain. La défaite à Udine est de notre faute, nous avons encaissé des buts à cause de notre inattention. Nous savons que nous devons faire plus à partir de demain." Est-ce qu'Asllani est prêt ? Et Lukaku ? "Pour Lukaku, il y a eu un contre temps qui nous enlève un joueur important. Le staff travaille. Un mois s'est écoulé mais cela prendra du temps. Asllani a été choisi par moi-même et le club. Il travaille bien, demain il va commencer le match. Au milieu de terrain, j'ai quelques difficultés parce que j'ai Mkhitaryan, Barella et Calhanoglu. En plus de Brozovic, Gagliardini n'a pas pu s'entraîner ces deux derniers jours et aujourd'hui nous verrons s'il va récupérer." Comment expliquez-vous la différence entre le début de l'année dernière et celui-ci ? "Nous devons faire plus et mieux. Je laisserais de côté la défaite contre le Bayern qui est à un autre niveau. Nous devions faire mieux contre le Milan et la Lazio. Demain, nous avons un autre match de haut niveau et nous essaierons de le ramener à nos côtés." Dans quelle mesure était-il important de ressentir la confiance de l'entreprise ? "On a quelques points de retard, on travaille et le temps n'a pas été très long à la pause car j'avais quatre joueurs en mouvement et deux gardiens. L'analyse d'hier était claire et l'entraînement d'hier m'a réconforté. Laissons parler le terrain." Il y a des situations qui se répètent aussi au niveau des individus. "Nous devons tous faire plus, moi en premier lieu. Vous faites une petite inattention à certains niveaux. En Ligue des champions, nous progressons, en championnat, nous avons des points de retard. Il y a eu des critiques, nous avons écouté celles constructives tout en laissant les autres de côté. Nous savons que nous devons faire plus." Vous sentez-vous en danger ? "Nous l'avons toujours été, à chaque match, vous devez prendre de nombreuses décisions. Nous essayons de travailler plus dur et mieux, mais je suis calme car je travaille quotidiennement avec le personnel et les joueurs." Comment va Gosens ? "J'ai des joueurs qui vont bien, Robin en fait partie et je suis content qu'il ait retrouvé l'équipe nationale. A gauche j'ai, Dimarco, Darmian. Je ferai un choix après l'entraînement d'aujourd'hui." FcIN - Y a-t-il une différence entre les moments difficiles vécus ici et à Rome, peut-être même dans les relations avec le président ? "J'avais une très bonne relation avec Lotito et je l'ai avec Zhang qui est toujours avec moi et mon équipe. Dans le football, les victoires et les trophées comptent. Heureusement, au cours de ces sept années, j'ai toujours réussi à rapporter des trophées. J'espère encore cela à l'Inter. Nous avons quelques points de retard mais que Naples et l'Atalanta soient devant est mérité. Certaines équipes ont perdu des points mais avec du travail elles vont se rattraper." Pourquoi ces défaites surviennent-elles plus souvent ? Tout le monde ne semble pas aller dans la même direction. "Un faux sentiment, nous allons tous dans la même direction et travaillons comme toujours. En ce moment, probablement, nous payons plus que l'année dernière quand l'Inter s'est amusée. Dans la seule erreur vous n'avez pas concédé de but alors que maintenant, nous sommes punis quand vous baissez ponctuellement la garde. On doit tous donner plus, à commencer par les cadres de cette année et demie qui doivent retrouver la bonne forme. Mais ce sont de grands professionnels qui travaillent beaucoup pour arriver au meilleur de leur forme." Quelles forces et faiblesses voyez-vous à la Roma ? "Une équipe forte, la seule qui a gagné contre le Milan et nous l'année dernière. Nous trouvons une équipe renforcée qui a un bon chemin en championnat et en Europe. Ils ont eu beaucoup de joueurs dans l'équipe nationale et maintenant nous allons voir qui va arriver la plus prête pour le rendez-vous." Traduction alex_j via FCInternews.
  8. En effet, c’est une information relayée par Calciomercato.com : L’agent de Milan Skriniar , Roberto Sistici, est arrivé à Milan dans la journée de ce jeudi 29 septembre 2022. "Après la rencontre face à la Roma, les parties se rencontreront pour faire le point de la situation : Un rendez-vous a été fixé pour le début de la semaine prochaine." "L’aspect économique de la proposition de la Direction Nerazzurra est claire : 6,5 millions d’euros par saison, soit le plafond salarial établi par Suning : L'augmentation de capital exercée par Steven Zhang ne sera d'aucune utilité, car elle ne permettra pas, à son agent, de faire monter les enchères et de s'approcher des 9 millions proposés par le Paris-Saint-Germain." "Giuseppe Marotta et Piero Ausilio joueront leur propre carte en promettant au joueur le Capitanat, en lui faisant comprendre à quel point il est considéré et qu’il est plus que jamais au centre du projet, il se pourrait également qu’il y ait une éventuelle clause libératoire qui garantirait au joueur la possibilité de partir si les projets futurs ne le satisferaient pas, le tout en protégeant l'Inter sur le Mercato, éliminant ainsi le risque de perdre le défenseur pour zéro francs." "Deux rencontres sont prévues dans un laps de temps de quinze jours et la négociation n’est pas appelée à durée dans le temps : L’heure du règlement de compte est arrivée." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. C’est l’information relayée par la Gazzetta Dello Sport : "Le Président Steven Zhang versera une part d'au moins 100 millions d'euros pour l’Inter par le biais d'un financement via les actionnaires. De même, si les négociations pour un nouveau contrat avec Skriniar n'aboutissent pas, Suning est disposer à dresser un mur devant l'hypothèse d'une vente en janvier, avec à ce moment-là la certitude (et non plus le risque) de perdre le joueur gratuitement." Rencontre rapide à prévoir "Il y a donc de la marge pour conserver Milan Skriniar, après le non estival de l’Inter au Paris Saint-Germain pour son défenseur central : Il faut s’imaginer que les détails de l'affaire seront bientôt réglés, avec une réunion entre la Direction Nerazzurra et l'agent du joueur, Roberto Sistici." Comment cela va-t-il se terminer ? "C'est un "jeu" difficile pour l'Inter, c'est normal de le dire. Car le point de départ avec le défenseur, dans l'idéal, ne peut être que la somme que l'Inter a refusé pour lui cet été : Soit 60 millions d’euros au total entre partie fixe et bonus, alors que le Paris-Saint-Germain lui avait promis neuf millions d’euros bonus compris. "Il est clair que l'Inter ne pourra jamais s'aligner sur la proposition du club français, et c’est également bien clair dans l’esprit du joueur en lui-même. Mais au moins, maintenant, Giuseppe Marotta et Piero Ausilio ne s'assiéront pas à la table des négociations sans armes, avec la puissance d'un pistolet à eau. Au lieu de cela, ils pourront réellement formuler (et pas seulement imaginer) une véritable offre, qui est celle qui a déjà circulé : 6 millions plus les bonus par saison, un chiffre à la hauteur des meilleurs joueurs de l'effectif (Lukaku exclu)." "Si Skriniar venait à dire non face à l'hypothèse d'un renouvellement, l'Inter se retrouverait à la croisée des chemins en janvier, en faisant face à un nouveau coup de pression prévisible du Paris-Saint-Germain : Comment agir : Faudra-t ’il le vendre en faisant peut-être face à une offre réduite de moitié, disons 30 millions ou résister ? Steven Zhang est déterminé à aller jusqu'au bout. Il est prêt à réitérer son non en cas d’insistance d'Al Khelaifi." "Skriniar partirait donc gratuitement l'été prochain car personne n'aime l'idée de démanteler une équipe en course, pas même le Suning. Il est clair qu'un raisonnement approfondi sera également effectué en fonction du classement de l'Inter et de la saison qui s'annonce après la Coupe du monde." "D'un point de vue technique, la meilleure nouvelle possible pour Inzaghi est qu’il ne perdra pas sa référence défensive au cours de cette saison : Du point de vue du Management, c'est aussi un moyen de garantir la stabilité du club et de l'équipe. Zhang est sur le terrain et Il s'agira d'une intervention dont on ne connait pas encore son résultat, mais l’Inter est dans le Game et rien que ça, c’est déjà une nouvelle en soi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C’est une information de Calcio&Finanza qui relaye la Gazzetta Dello Sport : "Digitalbits va définitivement disparaitre des maillots de l’Inter, la rupture avec cette société et inévitable à la suite de la situation relative au non-paiement des montants convenus. A partir de ce mois d’octobre, la marque sera retirée des maillots de jeu de l’Inter et le Club Nerazzurro partira à la recherche d’un nouveau partenaire." "Dans le même temps, un communiqué sur l’état des comptes pour la saison 2021/2022 a souligné que l’actionnaire majoritaire a déjà manifesté formellement son engagement pour soutenir le Club en lui garantissant un soutien patrimonial : Steven Zhang va donc injecter dans les caisses de l’Inter environ 100 millions d’euros en provenance de prêt de 275 millions d’euros obtenu en mai dernier par le fond californien Oaktree." "Ce versement aura lieu à travers un financement en provenance des actionnaires qui s’injectera dans le Capital, le tout sera versé d’ici au mois de décembre : L’import exacte sera officialisé par le Président au cours de la prochaine Assemblée des actionnaires fixée au 28 octobre 2022. Il est possible que les 100 millions d’euros soient fractionnés en plusieurs tranches mais l’opération débutera en 2022." "Suning reste enfin à la recherche d’un partenaire qui entrera en lieu et place de la LionRock et qui le soutiendra dans la gestion du Club : Les deux objectifs principaux du club restent les mêmes : Maintenir la compétitivité de l’équipe au plus haut niveau dans chaque compétition et renforcer la situation financière du club." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Beaucoup de gens se demandent pourquoi, malgré la situation particulièrement précaire, le Suning roule toujours avec l'Inter. Voici le contexte raconté à Telelombardia par Fabio Ravezzani. Il y a des mois, et aujourd'hui, cela reste la seule offre officielle mise sur la table de Zhang, les fonds BC Partners a proposé 800 M€ pour obtenir la majorité du club, rejetés par l'actuel propriétaire. "Lorsque j'ai demandé qui était directement impliqué dans la négociation entre le Suning et BC Partners pour l'Inter 'Pourquoi ils n'ont pas vendu s'ils sont si mauvais ?', la réponse que j'ai reçue a été 'Parce qu'à mon avis, face à la perspective d'avoir dépensé 700 M€ ces dernières années et d'en ramener très peu à la maison, il a dû se dire : OK, à ce stade autant rester en selle jusqu'à la fin.' Dans cette affaire, Zhang perdra 400-500 M€." Pour compléter l'analyse pertinente de Fabio Ravezzani le Corriere della Sera rapporte que le congrès du Parti Communiste Chinois (PCC) qui se tiendra mi-Octobre sera déterminant pour la vente, ou non, de l'Inter. "Aussi pour cette raison, les nouvelles venant du conseil d'administration peuvent apporter un souffle quelque peu positif, ainsi que la preuve que la propriété chinoise vise à maintenir la compétitivité de l'Inter au plus haut niveau après avoir ajouté plus d'un milliard d'euros en six ans. Cela a freiné brutalement à cause de la pandémie et surtout par le diktat du PCC envers les investissements dans le football étranger qui sera probablement confirmé lors du congrès du PCC débutant à la mi-Octobre. Dans ce cas, cela pourrait encore accélérer la recherche de un investisseur pour l'Inter." Pour compléter le tout, Il Giornale revient sur la décision de Steven Zhang d'injecter 100 M€ du prêt octroyés par Oaktree pour amortir les pertes budgétaires. "D'abord les comptes dans le rouge comme souvent ces dernières années, les Zhang vont couvrir la perte : il y a ceux qui applaudissent et ceux qui s'étonnent. Cependant n'oublions pas que c'est le code civil qui oblige la propriété à couvrir une perte supérieure à l'actif net du club (91 M€ ici). Donc, pas de surprise mais une simple nécessité. Une première tranche de l'argent emprunté il y a un an à Oaktree avait été injectée dans les caisses de la société." Traduction alex_j via FCInter1908.
  12. Une grande nouvelle sera présentée ce Mercredi lors du conseil d'administration de l'Inter : Zhang prépare une augmentation de capital de 100 M€ au moins. Une grande nouvelle sera présentée ce Mercredi lors du conseil d'administration de l'Inter. C'est ce qu'a annoncé La Gazzetta dello Sport qui anticipe dans lson édition en ligne : "Le Suning a déjà donné sa volonté d'injecter de nouvelles liquidités dans les caisses du club pour couvrir les pertes du dernier budget, au moins 120 M€, avec un chiffre dépassant les 100 M€. Un soutien qui n'est pas tenu pour acquis mais restant très nécessaire et providentiel pour la sérénité du club et de ses supporters." D'où vient l'argent ? La volonté est claire : maintenir l'Inter au sommet du football italien et européen, ainsi que renforcer l'impact de la marque dans le monde entier. "Un geste fort, qui souligne la volonté du groupe asiatique de continuer à investir dans l'Inter pour obtenir d'importants résultats sportifs et économiques. En 2021, le Suning avait accordé un prêt d'actionnaire de 75 M€, versant une partie des 275 M€ empruntés à Oaktree dans les caisses de l'Inter sous la forme d'un prêt via Great Horizon, la filiale du Suning. Grâce à cette décision, le Suning a pu garantir les liquidités nécessaires au club pour régler les coûts en attente pour la saison 2020-2021 et faire face aux coûts de la nouvelle saison." "L'augmentation qui sera annoncée aujourd'hui aura plus ou moins la même mission. Il est probable que la somme qui sera garantie fera toujours partie de ce fameux prêt Oaktree : la partie non allouée en 2021 est utilisable aujourd'hui, afin de donner plus de solidité aux finances de l'Inter. La nouvelle augmentation de capital devrait dépasser les 100 M€ confirmant un effort plus important que l'an dernier." La stratégie "Par conséquent, un message fort et clair arrivera du conseil d'administration à tous. Le soutien des propriétaires en ce moment particulièrement délicat est un double signal fort pour le monde Nerazzurro. La famille Zhang n'a pas l'intention de se désengager mais continue de travailler pour donner une continuité à la croissance du club dans tous les secteurs. Un geste qui servira sans doute aussi à faire taire les nombreuses rumeurs qui se courent depuis des mois qui voient Steven Zhang chercher de nouveaux membres ou même prêt à vendre le club." "Cependant, les deux hypothèses restent valables mais uniquement selon les conditions de la famille Zhang. Elle a beaucoup investi dans l'Inter au fil des années, dans la gestion sportive et au-delà. Et pour cela vous ne pourrez évaluer une vente qu'à des conditions avantageuses. Avec l'augmentation de capital qui sera annoncée aujourd'hui, le Suning renforce son engagement et sa position à la tête du club." Traduction alex_j via FCInter1908.
  13. La recherche par la famille Zhang d'un investisseur pour l'Inter arrive à son paroxysme. Il Sole 24 Ore l'écrit aujourd'hui expliquant comment le Suning passe au crible le marché pour trouver des membres ou acheteurs potentiels qui peuvent (les) aider à gérer notre club. Mais il y a une nouvelle de la dernière heure. Extrait. "La destination géographique de la recherche semble désormais définie : c'est celle des États- Unis ! C'est-à-dire la zone d'où sont arrivés le plus grand nombre d'acheteurs pour les équipes européennes ces derniers mois. La nouvelle arrive désormais sur l'axe Londres-Nanjing-New York selon les dernières rumeurs. En fait après le mandat confié à la banque d'investissement américaine Goldman Sachs, la famille Zhang aurait désormais confié une seconde mission à la banque d'investissement américaine Raine Group, spécialisée dans les médias, les télécoms, le sport et la technologie, celle la même qui a vendu le Chelsea de Roman Abramovich il y a quelque mois." "Cela pourrait être une prochaine étape, étant donné que Raine Group est très impliquée dans les événements liés au football et que le scénario pourrait changer : plus seulement des actionnaires minoritaires pour Zhang. Dans les prochaines semaines, un cabinet d'avocats sera probablement également nommé comme consultant. Selon les plans de la famille Zhang, jusqu'à il y a quelques mois, les recherches étaient braqués sur la recherche d'un partenaire minoritaire qui pourrait apporter de nouvelles ressources. Cependant, cette voie apparaît assez complexe et désormais le choix pourrait donc se porter sur la vente de la majorité du club." "L'évaluation que la famille Zhang fait de l'Inter reste très élevée, 1,2 B€. Mais pourquoi le Suning a-t-il décidé de sonder d'éventuels investisseurs ? Un facteur est certainement le fait que le club continue de brûler du cash, sans oublier l'endettement élevé et l'obligation de plus de 400 M€. La facture finale pour la famille Zhang pourrait être très salée, sous peine de transfert de propriété à Oaktree avec exécution du gage. Ces séries de facteurs pourraient arriver à échéance en 2023." Traduction alex_j via FCInterNews.
  14. Indiscrétion la Gazzetta dello Sport, l'Inter devrait être dans le rouge de 130 à 140 M€. Mercredi 28 septembre, lors du Conseil d'Administration de l'Inter, seront présentés les comptes arrêtés au 30 Juin dernier. Ils seront ensuite approuvés par l'assemblée générale fin Octobre. Le déficit sera plus élevé qu'on ne le pensait il y a quelques mois, avec des estimations fixées à -120 M€. En réalité, ce déficit se situera entre 130 et 140 M€. Ceci s'explique par certaines sorties, par exemple l'indemnité de départ pour Alexis Sanchez. La perte sera sera moindre que le record de -245 M€ de l'année dernière et moindre que les -254 M€ officialisés par la Juve il y a quelques jours. Ici, aucune mention n'est faite de la situation de l'entreprise et des rumeurs d'une éventuelle recherche d'un actionnaire minoritaire ou de la vente du club. Le cas échéant, il sera discuté lors de l'assemblée générale des actionnaires, en présence de Steven Zhang. Traduction alex_j via FCInterNews.
  15. L' impasse est totale entre l'Inter et Milan Skriniar concernant son renouvellement du contrat qui expire en Juin prochain. Les mots de la Gazzetta dello Sport. Contrairement à ce qui avait filtré ces dernières semaines, l'arrêt du championnat ne sera pas le bon moment pour commencer les échanges. Et il est à croire que la discussion ne sera pas ouverte de sitôt, certainement pas avant le double match en Ligue des champions contre Barcelone. Pas une bonne nouvelle pour le milieu Nerazzurri, surtout si on l'ajoute à la volonté jamais cachée du PSG pour acheter le défenseur central après leur échec au mercato d'été. "Personne à l'Inter aujourd'hui ne peut garantir que le Slovaque sera encore un joueur des Nerazzurri en Janvier. L'optimisme n'est pas de mise, les négociations montent et il faudra un engagement non négligeable pour prolonger l'accord au-delà de 2023. Le danger de perdre le joueur en Janvier, en somme, se profile car le PSG se représentera début 2023 avec une offre, divisée par deux par rapport à cet été : 30 M€. Cela mettra Steven Zhang devant un carrefour. En parlant de défenseur qui peut dire adieu pour zéro euro, Stefan de Vrij ne doit pas être oublié. Actuellement dépassé par Francesco Acerbi dans la hiérarchie d'Inzaghi, il est fort probable que certains clubs reviennent tâter le terrain en Janvier. Ces deux situations d'incertitude profonde n'aident pas l'équipe, mais le club sera très clair avec le vestiaire : pas d'alibi." Traduction alex_j via FCInterNews.
  16. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  17. Steven Zhang est né à Nankin, le 21 décembre 1991. C’est un manager et un dirigeant sportif chinois, il est le fils de Zhang Jindong, qui est le Président du Suning et qui est le Propriétaire de l’Inter. ETUDES: Il a fréquenté l’école moyenne au Nanjing Foreign Language School, avant de partir aux Etats-Unis où il a fréquenté le prestigieux collège de Mercersburg Academy. Il en a été diplômé et également reçu des offres pour s’inscrire au MIT et à la Duke University. Il aura jeté son dévolu sur l’étude de l’économie au Wharton School of the University of Pennsylvania. Où il sera diplômé en Science de l’Economie SES DEBUTS DANS LE MONDE DU TRAVAIL: Après avoir obtenu son diplôme universitaire, il a débuté dans le monde du travail, auprès de la banque d’investissement Morgan Stanley à Hong Kong. Il y a travaillé sur des opérations d’IPO à Hong-Kong et également en Amérique, où il aura en outre rajouté des flèches à son arc en se lançant dans le domaine de l’investissement. RETOUR A LA MAISON: En 2016, il retourne à Nankin pour occuper la position de Directeur pour l’International du Suning Commerce Group. Le 28 juin 2016, le Suning Holdings Group rachète 68,55% de l’Inter et Steven est nommé en qualité de membre du Conseil d’administration de l’Inter, de même que quatre autres dirigeants du Suning. CONTRÔLE TOTAL DE L'INTER A l’heure actuelle, le Suning a laissé à Steven le contrôle de l’Inter. Agé de 26 ans, il représente un peu le poste de "Ministre des Affaires Etrangères du Suning". Son rôle au club et recouvre l’ensemble de ses compétences. UNE DESTINÉE TOUTE TRACÉE Steven a aussi l’envie de s’investir. En effet, tôt ou tard, ce sera lui qui guidera l’Empire familial et son parcours scolaire impeccable est d’un niveau extrêmement élevé parle en sa faveur... Il a travaillé à l'Equity Capital Market de Morgan Stanley et a pris place à la JP Morgan dans le secteur des investissements financiers. Il s’est occupé de procéder à des investissements bancaires, réaliser des fusions, acquérir et refinancer sur le Marché américain et à Hong Kong. UN HOMME DISCRET: Malgré son très jeune âge, il a la capacité à se montré discret, et ce, même s'il dispose d’un bagage extrêmement important. Il est revenu au Suning, suite à la demande de son père, Jindong. Il s’est occupé d'investir dans l’expansion globale du groupe Suning et de la coopération internationale. Il a aussi la capacité de comprendre la mentalité très ouverte de l’occident. TOMBE AMOUREUX DE L'INTER Steven a étudié l’Inter de l’intérieur. Les intérêts de notre Colosse de Nankin l’ont porté à se stabiliser de façon permanente à Milan. Le Suning, en Italie, évalue le travail réalisé par Steven et lui a également confier une seconde mission, à savoir investir dans le domaine de l’immobilier. Steven Zhang, "L’occidental" a conquit tout le monde. Et ce n’est du au fait qu’il est le fils du patron Zhang Jindong et qu’il est dirigeant du Suning qui gravite à 40 milliards de dollars par an. Bien au contrainre.... SON IMPORTANCE DANS LE MONDE INTERISTE: Steven est en apparence un simple conseiller de l’Inter, mais il occupe de plus en plus de place dans les prises de décisions du club. Il est le bras opérationnel de notre nouveau propriétaire. Il apprend également à faire ses premiers pas, dans le cas où il serait élu Président du Club. Il est rentré de plein pied dans le monde interiste et il a également à l’heure actuelle le pouvoir de prendre toute décision. Avoir Steven Zhang comme Président serait également un message clair lancé par Jindong Zhang, vu qu’en octobre 2017, des petits actionnaires (Marco Tronchetti Provera, le Président Pirelli pour ne pas le citer) se sont permis de mettre en doute la viabilité du club, vu la distance entre le Siège du Suning et la ville de Milan. Avec Steven Président, le problème de présence du propriétaire sera résolu. Ce qu’il y a d’important, c’est que malgré son jeune âge, notre Propriétaire a donné une responsabilité énorme à son fils en lui "offrant" l’Inter. ADN NERAZZURRO Steven est devenu un vrai Tifoso : "Mon père m’a appelé pour demander à ce que l’on ait de la continuité et comment allait Icardi, savoir comment se comportait Gabriel. J’ai même un jour du dire à Handanovic qu’il avait fait un travail remarquable lors d'un match à sa demande." Jindong sait également que son fils souhaite vivre à Milan : "Je ne lui ai pas fait la demande, Il m’a demandé comment ça allait et j’ai répondu que l’équipe avait bien joué la veille." Steven est un garçon passionné, on a déjà pu le voir à de nombreuses reprises au Meazza et ses larmes lors de Lazio-Inter n'auront échappées à personne. MISSION INTER: Avec l'Inter qui lui a été confiée, il est à même de prouver sa valeur de dirigeant et il a la possibilité de s’exprimer au mieux. Steven a fait l’acquisition d’une maison à Brera. Dans son bureau, Steven travaille sans relâche, il est assez complice lors des conférences et lors des vidéo-conférences avec son père. UN HOMME QUI DONNE TOUT Steven respire le Sport. Même s’il aime la cuisine chinoise, Zhang Junior n’est pas contre la cuisine occidentale, comme une bonne côtelette ou un risotto à la milanaise. Au niveau linguistique, il parle parfaitement bien l’anglais et étudie l’Italien. C’est un homme qui s’exprime peu. Il s’est montré un peu mal à l’aise lorsqu’il a salué l’équipe pour les fêtes de fin d’année 2017, avant de s’entretenir, avec son père en vidéo-conférence qui arborait une écharpe de l’Inter, et avec Erick Thohir. NE JAMAIS DECEVOIR LES TIFOSI, TEL EST SON CREDO: Steven se met au service de l’équipe, mais pas que, son objectif principal est de ne jamais décevoir les tifosi. Et il se met face à ses responsabilités. Une responsabilité très lourde à gérer pour un garçon de 25 ans, mais il en a la capacité car le "Suning veut faire de l’Inter le meilleur club du Monde, il ne s’agira à présent que d’une question de temps"... Un discours fort, humble et déterminé. UN SECOND PÈRE ITALIEN Ceux qui sont proches de Steven, le décrive comme une éponge qui absorbe tout un tas d’informations qui peuvent sembler insignifiantes, mais qui ont tout de même un impact sur l’Inter. Il a également une mentalité très ouverte et il veut savoir comment on travaille à l’italienne et comment on entretient des relations aves des autres clubs... Il écoute tout, mais s’il n’est pas d’accord, il va droit au but en s’expliquant. Objectivement, il peut aussi compter sur un conseiller de choix qu’il considère comme son second père, un certain… Massimo Moratti Le feeling passe très bien entre les deux, cela s'est fait de suite, lors de leur première rencontre à Imbersago en avril, quand le Suning a débarqué pour la première fois en Italie. C’est Moratti en personne qui a souhaité que ce jeune garçon passe plus de temps ici. LE FILS PRODIGE Son amour pour l’Inter est si important qu’il n’hésite pas un seul instant à suivre les entraînements et à suivre l’équipe dans tous les matches à l’extérieur. La seule chose qu’il n’aime pas ce sont les réseaux sociaux et les réflexions que l’on peut y retrouver. Il a été éduqué par ses parents qui se sont occupé des dérives dans ce genre de situations, mais il a tout de même voulu tenter l’aventure. Son père et propriétaire de l’Inter, croit en lui et en son dur travail. Jindong ne lui a pas laissé le temps de souffler. Le Saviez-vous ? Avec une ironie bien chinoise, il a expliqué à son père, lors des fêtes de fins d'années 2017 : "J'étais tout excité d'être là, en présence des joueurs, mais je n’ai pas voulu qu’ils remarquent mon excitation, car nous avions encore deux matchs importants à disputer." C’est une façon comme une autre pour faire évacuer le stress... ©Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Steven Zhang est pris dans une tourmente juridico-financière. Calcio e Finanza nous livre les derniers détails. Ces derniers jours, après une ordonnance d'un juge hongkongais, le procès de certains créanciers contre Steven Zhang appelé à rembourser plus de 250 M$ a de nouveau été évoqué. Les créanciers qui, comme l'ont rapporté leurs collègues de Milano Finanza, ont activé les actions exécutives de du jugement de Juillet, y compris la demande au tribunal de Milan, avec une demande déposée le 27 Juillet devant le tribunal civil et attribuée à la section spécialisée pour les entreprises, d'annuler le procès-verbal du conseil d'administration du club interiste avec lequel il est établi que Zhang ne perçoit aucune rémunération pour le poste de président. Notons que Zhang avait affirmé qu'il n'avait pas signé les documents et n'était pas au courant du refinancement mais n'ayant pas interjeté en appel, les actions exécutives de la condamnation de Juillet dernier ont été activées. Dans la résolution avec laquelle l'assemblée des actionnaires des Nerazzurri a approuvé le nouveau conseil d'administration, il est indiqué que "les administrateurs nouvellement nommés (y compris Zhang, ndlr) n'ont droit à aucune rémunération conformément à l'article 2389, premier alinéa, du Code civil italien pour les fonctions d'administrateurs de la Société, étant entendu que les nouveaux administrateurs ont déjà préalablement exprimé leur consentement à ne percevoir aucune rémunération au titre de leur mandat (à l'exception de ceux d'entre eux qui ont déjà une relation de travail avec la Société, qui perçoivent déjà une rémunération dans le cadre du contrat de travail respectif)." C'est le point sur lequel les créanciers veulent intervenir : en annulant la résolution, ils obligeraient l'Inter à indiquer un émolument pour Steven Zhang qui finirait pourtant directement dans les poches des créanciers, même si ces frais auraient encore un impact négatif sur les caisses des Nerazzurri. Interrogé ces dernières semaines par Wall Street Chine, l'avocat Kang Jian a tenté d'expliquer les raisons qui ont poussé les créanciers à arriver à Milan : "Nous avons appris que les biens personnels et précieux détenus directement par Zhang Kangyang (le vrai nom de notre président, ndlr) sont très rares et l'exécution ultérieure ne sera pas très simple et directe." La première audience a été fixée au 8 Mars 2023 et la China Construction Bank, l'une de ces quatre grandes banques publiques de Pékin, a clôturé l'opération avec Great Matrix Ltd détenue à 100 % par Steven Zhang lui-même. Le président Nerazzurri a nié l'opération et a réitéré pour sa défense que les signatures sur les documents de garantie de refinancement étaient falsifiées et qu'il n'était pas au courant du refinancement, une affirmation que le juge a rejetée. Traduction alex_j via Calcio e Finanza et FCInterNews.
  19. Toujours pas de nouvelles concernant l'avenir corporatif de l'Inter : malgré les rumeurs incessantes de vente et la protestation des supporters, la famille Zhang reste fermement aux commandes du club, et n'entend pas accepter d'offres trop éloignées de leurs demandes. Tuttosport tente de faire le point sur la situation, sans écarter l'hypothèse d'un changement de main non total. "D'un côté, l'idée de trouver un partenaire solide, à qui seule une part minoritaire de l'Inter devrait être vendue, pour injecter des liquidités dans le club et ainsi pouvoir rembourser le prêt d'Oaktree; avec Goldman Sachs qui continue à travailler sur le mandat de Zhang en recherchant des investisseurs potentiels. D'autre part, il y a aussi l'objectif de se retirer complètement, si une offre est jugée appropriée." "Mais qu'est-ce qui freine les choses d'avancer ? Un bilan particulièrement important qui décourage d'éventuels nouveaux repreneurs et des risques qui freinent inévitablement tout type d'opération. En effet, le club des Nerazzurri a un prix très cher : 1,2 B€. Une estimation qui s'inspire certainement de la vente récente du Milan (qui découle d'un accord entre Elliott et RedBird qui privilégie la continuité, avec le vendeur qui a prêté de l'argent à l'acheteur) et qui évidemment ne motive pas énormément les investissements, surtout si vous ne possédez pas votre propre stade." "Ensuite, voici les vicissitudes supplémentaires des propriétaires qui pourraient encore ralentir les négociations susmentionnées. Selon les sources de Milano Finanza, une série de banques chinoises, dirigées par la China Construction Bank, veulent attaquer une partie des avoirs de Steven pour récupérer les 250 M$ de prêts impayés et la caution stipulée par la China Construction Bank avec Great Matrix Ltd, une société contrôlée par Zhang (entre-temps ouvertement attaquée par la Curva Nord). Une requête a donc été présentée au tribunal de Milan pour annuler la directive du conseil d'administration de l'Inter qui établit que le numéro un des Nerazzurri n'accepte aucune compensation." Le torchon brûle entre Zhang et la CN. En effet, la colère des partisans organisés des Nerazzurri envers le président Steven Zhang ne s'est pas apaisée. La Curva Nord a affiché des banderoles avec les mots "Zhang Vattene" autour de la ville de Milan. Le post publié sur le profil Facebook 'The Scream of the North' montre les images des bannières dans les points principaux de la ville. Les slogans organisés expriment clairement et directement leur dissidence contre le Suning et le président Zhang. Traduction alex_j via FCInter1908.
  20. En effet, hier était attendue la rencontre entre Steven Zhang, rentré de Californie, la Direction Italienne composée de Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin et le Staff de Simone Inzaghi, avec l’entraineur également présent : "Si le Mantra de tous était de ne pas dramatiser, autour de la table à Appiano", la situation dégénère de plus en plus... Révélation de la Gazzetta Dello Sport Steven Zhang était revenu directement à Appiano Gentile, en exigeant à la Direction de s’entretenir avec Inzaghi : "Tous les jours quasiment, Beppe Marotta, accompagné de Piero Ausilio et Dario Baccin rentrent dans le bureau de Simone Inzaghi pour inverser, ensemble, la tendance. Mais jamais, comme auparavant, l’entraineur a paru être en proie à de telles difficultés, et c’est aussi pour cette raison que ce qu’il s’est passé dans la journée d’hier était différent des réunions connues par le passé." "Ce n’était pas une rencontre de routine, mais le moment de se confronter, après le désastre d’Udinese, avec un retour présidentiel anticipé qui est tous sauf banal : En voulant tranquilliser Simone en premier, il a ouvert la voie au prochain sommet plus technique." L’échange Marotta – Inzaghi Pour eux: "L'Inter ne s'est pas évaporée dans un nuage de cendres: Elle existe, est réelle, valeureuse, et sa ligne de conduite est bien visible. Il y a encore du temps et de l'espace pour la suivre et viser la tête du Championnat. Mais le changement de cap se doit d’intervenir un plus tôt vu l’échéance fixée pour l’Inter d’Inzaghi version 2.0 : Si l’optimisme est de mise, le mois et demi à venir sera décisif pour l’avenir de l’entraineur, car durant la trêve relative à la Coupe du Monde, il y aura une prise de décision définitive qui se verra prononcée." Soutenir Simone "Penser à voir un Simone Inzaghi sous-tutelle ne veut pas dire qu’il y a un "Commissaire" qui a été mis en fonction : L’entraineur dispose d’une liberté totale demeure sur les choix, du 11 initial aux changements. Au contraire, cela signifie qu’il y aura encore plus de proximité, tant dans la vie quotidienne à Appiano, que dans les relations avec le monde extérieur et avec les Sénateurs du noyau." Zhang a également rencontré la Goldman Sachs. Steven est toujours à la recherche d’un partenaire afin de désengager le Suning et de parvenir à rembourser le prêt de 275 millions d’euros reçu par le fonds d’investissement Oaktree. La Rosea n’exclut pas un transfert également de propriété du Club : "Même sans un "mandat" l’Inter ne peut être qu’ouverte à une cession définitive en cas d’offre vraiment monstrueuse : Celle-ci pourrait arriver plus des Etats-Unis que du Moyen-Orient, étant donné que la somme devrait dépasser le milliard d’euros." La Curva craque En effet, à la vue des informations qui circulent et d’un désengagement toujours plus important de Suning, la Curva Nord a fini par craquer: "Un clivage, peut-être irrémédiable, qui exprime le malaise de la frange la plus chaude (mais probablement pas la seule) des Tifosi de l'Inter envers les propriétaires. La Curva Nord, par le biais de ses canaux officiels, a exprimé un désaccord clair envers Steven Zhang, l'invitant à quitter le club. Ce jeudi soir, les membres de la Curva Nord s’étaient donné rendez-vous pour faire le point. Et le moins que l’on puisse dire est que le fossé entre les Ultras et le Numéro Un du club est plus qu’évident : "Après la banderole relative à Milan Skriniar : "On ne touche pas à Skriniar, à des pactes clairs et de longue amitié " à " Le temps est révolu " sans oublier les " Les promesses doivent être tenues " et le " Prends tes responsabilités ou quitte la ville ". L’Inter fait face à une nouvelle vague de contestation avec ses Ultras qui ont déployé sur les réseaux sociaux "Zhang vattene", soit "Zhang, casse-toi"…une citation qui se retrouve, de façon « anonyme » aussi sur le parking du Giuseppe Meazza." Le retour de Clo-Clo ? Et s’il s’agit cette fois de changer l’ampoule, il conviendra à présent de s'assurer de ne pas avoir les pieds dans l’eau…. En effet comme le révèle à son tour Il Giornale, Giuseppe Marotta tente de protéger au maximum Simone Inzaghi, même si un remplaçant semble avoir déjà été choisi, une information que notre Padrino ne cesse de démentir: "Marotta, à vrai dire, passe beaucoup de son temps pour nier que Claudio Ranieri soit déjà le successeur tout désigné en cas de remplacement en cours de saison." "L’Administrateur-Délégué de l’Inter ne croit pas aux changements de banc en cours de saison, il a également tenu à rappeler que les statistiques actuelles sont "similaire" à celle d’il y a deux ans, soit l’année du 19ème Scudetto et qu’il reste beaucoup de temps pour revenir dans la Course. Dans sa carrière, Marotta n'a écarté qu’un seul entraineur, un très jeune Spalletti alors en pose à Venise, en février 2000…." Enfin à son niveau Tuttosport nous fait par de la réaction de Simone lors de son entrevue avec la Direction Italienne: "Les dirigeants du club ont trouvé devant eux, un entraîneur fortement déterminé à inverser la tendance mais un entraineur aussi lucide dans l’analyse des problèmes qui ont marqué cette première partie de saison, et qui a l’objectif de les résoudre. Parmi les sujets les plus bouillant, celui qui ressort le plus est la Préparation : "Si des têtes ne tomberont pas, il pourrait y avoir de nouvelles arrivées car quelques mesures correctives sous le signe de l’intensité, se doivent d’être mise en place." Avec un désengagement "du propriétaire", une Direction Italienne chargée de souffler le chaud et le froid et, sur ordre de son Président de soutenir un entraineur discrédité auprès du Noyau et trahi par son staff actuel, pensez-vous que l’Inter d’Inzaghi soit sur le point de s’écrouler ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Cette question, nos confrères de Fcinter1908.it se l'est posée, et voici leur analyse: "Steven Zhang, après avoir été fortement soutenu durant très longtemps, se retrouve à présent dans la ligne de mire des Ultras, mais pourquoi ?" "Selon nos informations, le Numéro Un du Club est désormais considéré comme le principal responsable de vouloir profiter de la construction du nouveau stade pour parvenir à la vente du Club: Une façon d’agir qui s’est également reflétée dans les dernières séances des mercatos et durant lesquelles la Propriété n’a pas investi, mais a bel et bien forcé la Direction a mener des campagnes d’achat au moindre frais." "Mais la question du Club n’aurait pas été la seule thématique discutée par le Nord. C'en est fin des chants personnalisé pour les joueurs: En fait, il y aurait aussi eu beaucoup de discussions de terrain sur la période délicate que traverse l’équipe d’Inzaghi, surtout après la défaite à Udine. Et si l’entraîneur des Nerazzurri est certainement considéré comme l’un des responsables, en raison d'erreurs commises, il n’est pas indiqué comme le principal artisan de cette situation!" "Il est évident qu'un changement de cap est nécessaire, mais la Curva accorde toujours sa confiance au Leader des Nerazzurri. Ceux qui doivent se remettre en question le plus tôt possible sont, au contraire, les joueurs qui appelés à faire preuve de fierté après tant de débâcles.... La Curva a décidé de mettre en œuvre une première mesure à cet égard: A partir du prochain match, soit contre la Roma de José Mourinho, il y aura un arrêt total des chœurs personnalisés pour les différents joueurs." "En ce moment difficile, la Nord a pris ses responsabilités et ça fait du bruit." Partant pour scander le nom de José Mourinho à la place ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Un message sans équivoque est récemment paru dans L'Urlo della Nord, l'organe officiel sur les réseaux sociaux de la Curva Nord. Une photo, sans autre commentaire : "Zhang va-t'en." Ce message est arrivé dans la matinée, après le meeting qui s'est tenu hier soir au Baretto, siège des réunions hebdomadaires des ultras. A voir si dans les prochaines heures il y aura d'autres réactions en corollaire de l'image qui vient d'être postée. En attendant, les intentions de la Curva à un peu plus d'une semaine de Inter-Roma apparaissent très claires. D'après ce qui a fuité dans ces heures matinales, les ultras auraient décidé de changer de cap vis-à-vis des propriétaires. Ils sont lassés de voir des mercatos basés avant tout sur les besoins budgétaires et non sur les besoins sportifs de l'équipe. Cependant, la colère est dirigée contre Suning et non vers les dirigeants qui ont également été reconnus pour leur excellent travail lors de la réunion d'hier. Comme Zhang, les joueurs se sont également retrouvés dans le collimateur des ultras, salués en fin du dernier championnat par des acclamations et des applaudissements malgré la perte du Scudetto pour deux points, mais tenus pour responsables d'un début de saison dans lequel les espoirs n'ont pas été exaucés, les réponses n'étant pas arrivées. Pour cette raison, à partir du prochain match, il ne devrait plus y avoir de chants ad hoc pour les joueurs eux-mêmes. Quant à Simone Inzaghi, tout en reconnaissant certaines erreurs, il n'est pas considéré comme le cœur principal des problèmes actuels. A voir comment les choses vont évoluer. Traduction alex_j via FCInterNews.
  23. Steven Zhang continue de croire Simone Inzaghi est l'homme idéal pour sortir les Nerazzurri de leur crise de début de saison, pour l'instant... Selon un article imprimé dans le Corriere dello Sport, Inzaghi aurait le soutien total de notre président bien aimé qui ne considère pas le limogeage comme une option sérieuse... pour le moment. Cependant, la patience ne durera pas éternellement surtout si Inzaghi ne peut finalement pas remettre le navire à flots. Pour l'instant, Zhang estime qu'il serait beaucoup trop hâtif de limoger un entraîneur qui avait engrangé tant de confiance la saison dernière et qui a reçu une prolongation de contrat 5,5 M€ net par saison durant l'été. Le président sera bientôt en Italie où il prévoit d'assister aux matches de l'Inter contre la Roma et Barcelone après la trêve internationale. De plus, il s'entretiendra également avec Inzaghi qu'il continue de soutenir pleinement... pour l'instant. Notons que SportMediaset va dans le même sens que le Corriere dello Sport. Après la série de quatre victoires et trois défaites en Serie A et une victoire et une défaite en Ligue des champions, certains se demandent si Inzaghi a la carrure pour entraîner l'Inter. Les dirigeants du club ne partagent pas ce sentiment, pour l'instant, car ils estiment qu'ils devront attendre et voir comment les choses vont tourner après la trêve internationale. Si les choses se passent bien, ils auront toujours confiance en Inzaghi. Si les choses tournent mal, il faudra songer à trouver quelqu'un d'autre, surtout si la quatrième place est en jeu. A Simone Inzaghi de nous montrer qu'il peut entraîner un club particulier comme l'Inter en surmonter ces difficultés. Traduction alex_j via Sempreinter.
  24. Selon un article publié dans Tuttosport Beppe Marotta rencontrera les joueurs cadres avant la trêve internationale, Steven Zhang reviendra à Milan pour assister au match contre la Louve et les directeurs rencontre Inzaghi demain. Beppe Marotta tiendra une réunion en face à face avec certains joueurs clés avant la fin de la trêve internationale. Cela permettra de sonder leurs sentiments alors que l'équipe cherche à inverser cette mauvaise tendance du début de saison. Les Nerazzurri ont une grande tâche devant eux après la trêve internationale alors qu'ils cherchent à se sortir de cette crise naissante après leur défaite face à l'Udinese ce Dimanche. Peu de joueurs cadres de l'équipe ont fait de leur mieux de manière cohérente alors qu'il y a également eu un sentiment d'une baisse du mental et un manque de concentration et de motivation qui a conduit l'équipe à paraître déconnectée sur le terrain. En conséquence, Marotta veut savoir comment sont mentalement Nicolo Barella, Alessandro Bastoni, Marcelo Brozovic et Milan Skriniar avant de se remettre au travail sur le terrain d'entraînement puis dans leur séquence de matches après cette trêve internationale. Steven Zhang sera de retour en Italie pour assister au choc de l'équipe de Serie A contre la Roma. Zhang avait été avec l'équipe pendant une grande partie de la seconde moitié de la saison dernière, interagissant étroitement avec l'équipe, Simone Inzaghi et les directeurs alors qu'ils ratèrent le Scudetto mais remportaient la Supercoppa Italiana et la Coppa Italia. Le président a été absent mais il a l'intention d'être de retour en Italie après la trêve internationale où il rencontrera tout le monde au sein du club. Il sera également présent au Meazza alors que les Nerazzurri affronteront la Roma. Les dirigeants de l'Inter sont toujours derrière Simone Inzaghi mais ils le rencontreront demain à la reprise de l'entraînement dans le but d'établir quel est le plan pour sortir de cette mauvaise passe. En effet, la patience des directeurs de club n'est pas infinie et ils attendent des réponses claires concernant le plan pour remettre la saison sur de bons rails. L'Inter a maintenant eu quelques jours pour réfléchir à sa défaite 3-1 contre l'Udinese, le dernier revers majeur d'une saison qui est assez loin des attentes établies par le club au début de la campagne. Demain, Inzaghi revient pour diriger l'entraînement avec les joueurs qui n'ont pas été appelés dans leur équipe nationale, et les directeurs en profiteront pour le rencontrer en personne et se faire une opinion concernant ses idées à essayer et relancer la saison après la trêve internationale. Traduction alex_j via Sempreinter.
  25. Quelques minutes avant le coup d’envoi de la seconde journée de la Ligue des Champions opposant le Viktoria Plzen à l’Inter, Giuseppe Marotta s’est livré à Sport Mediaset "C’est une rencontre importante à plus d’un titre : Nous devons récolter des points et nous devons retrouver encore plus de fiabilité et de sécurité, nous en avons besoin. Les choix opérés sont logiques selon moi: Nous avons deux excellents gardiens, cela faisait tellement longtemps qu’il n’y avait plus une différence aussi minime et celui doit être une source de satisfaction. Tant de grands clubs gèrent deux portiers, l’alternance est positive et elle apportera de la sécurité à l’entraineur et à l’équipe." Les rumeurs sur la propriété ? "Comme gestionnaire de l’Aire Technique, je me concentre sur ce qui me concerne dans mon travail, ce qui se passe au-dessus de ma tête sont des situations qui sont connues depuis deux ans : La décision sera celle qui sera et devra être prise par la Famille Zhang qui a toujours respecté l’Histoire de l’Inter, et c'est pour cette raison, je suis serein." Turnover ? "L’entraineur a pris en considération la nature de l’adversaire et l’état de forme de ceux qui sont, pour moi, nos cotitulaires : Nous avons un groupe de 21 à 22 joueurs avec tellement de valeurs différentes : Et Tous doivent être digne d’endosser le maillot de l’Inter, ils doivent tous le démontrer sur le terrain." Lautaro sera-t'il absent pour l'Udinese ? "Nous ne devons pas oublier que nous avons des matchs importants comme celui-ci. Dans un groupe, il y a différentes valeurs, mais ceux qui vont sur le terrain, comme c'est le cas ce soir, doivent apporter des garanties pour ce type de match et d'adversaire bien précis." Onana se sent-il plus important que Handanovic puisqu'il joue en Ligue des champions ? "Il en va de même que dans les autres secteurs: Nous avons deux excellents gardiens de but, l'alternance est un signe positif. Les deux apportent de la sécurité, c'est bien qu'ils trouvent, tous les deux, du temps de jeu. Les grands clubs sont habitués à ces situations et nous le sommes. Je ne suis pas inquiet." Comment s'est passée la confrontation précédant le match contre le Torino ? "C'est le genre de dynamique qui se produit au cours d'une saison et dans n'importe quel club de n'importe quelle catégorie. Nous avons voulu, en tant que Club, montrer notre proximité à l'entraîneur et soutenir le Staff dans l'exercice de ses fonctions. Tout le mérite revient à l'entraîneur, cette fois-ci, je suis comme un comprimario." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...