Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'suning holdings group'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. C’est une information en provenance de Calcio&Finanza qui relaye l’article d’Il Sole 24 Ore : Le colosse chinois qui opère dans le marché immobilier, Evergrande, se rapproche de la faillite, lui qui croule sous près de 100 milliards de dollars de dettes. Une situation qui menace de submerger l'ensemble du secteur en Chine ainsi que les investisseurs internationaux qui détiennent la moitié de la dette offshore de l'entreprise chinoise. Comme le souligne Il Sole 24 Ore, c'est un fameux problème pour Pékinet pour les investisseurs étrangers qui ont misé sur les obligations d'Evergrande, attirés par les rendements élevés. Vu la situation dramatique de l’entreprise, le titre a été suspendu vendredi à la Bourse de Shenzhen et ce lundi 6 septembre, la Bourse de Shanghai a décidé d'arrêter temporairement la négociation des obligations arrivant à échéance en juillet 2022 en raison de "fluctuations anormales". Lors de cette dernière année, les bénéfices d'Evergrande ont chuté de 29 %, soit 1,6 milliard de dollars en chiffres absolus. Evergrande est à court de liquidités et ne sait pas comment s'y prendre pour respecter ses engagements en matière de dettes d'entreprise, qui doivent être honorés dans les prochains mois. Dans une lettre, qui a été démentie, il avait été demandé au gouvernement chinois un plan de sauvetage, d'assainissement et de de gestion de la dette, et de procéder à des cessions immobilières à Guangzhou et au démantèlement du siège de la société à Hong Kong : Mais toutes ces démarches ont été vaines, à en juger par le vendredi noir où la holding n'était qu'à quelques pas de l'abîme. Le marché chinois des obligations à haut rendement, souffre énormément, et le secteur le plus touché est celui de l'immobilier, dominé par une douzaine de géants, dont Evergrande, dont les actions ont perdu 70 % cette année, tandis que les obligations sont "en souffrance". Cette situation trouve son origine depuis que la vision a changé et que les maisons sont redevenue un bien et non plus un outil de spéculation pour les familles : Le gouvernement n'a pas seulement mis en place des mesures contre l'effet de levier dans l'immobilier, mais il applique également une législation qui stipule, entre autres, que les prix des nouveaux logements mis sur le marché se doivent être transparents. Cette démarche n’a pas été appréciées par ceux qui, comme Evergrande, ont fait de l'immobilier la pierre angulaire de leur fortune. Il est peu probabled’ailleurs que l'État vienne à la rescousse. Evergrande est considérée comme "trop grosse pour faire faillite", mais elle reste une société privée et les marges de manœuvre de l'État sont beaucoup plus restreintes. Jindong Zhang , qui, par le biais de Suning Holdings Group, contrôle l'Inter Milan, le Club Champion de Serie A italienne, garde également un œil sur la situation du géant chinois. En 2017, Zhang, via Suning Appliance et non la société cotée en bourse Suning.com, avait avancé à Evergrande un capital de 20 milliards de yuans (environ 2,6 milliards d'euros) en souscrivant à des actions de classe A d'Evergrande Real Estate (également connu sous le nom de Hengda Real Estate) destinées à être cotées en bourse, avec la promesse de forts dividendes. Avec le soutien de Suning et d'autres groupes privés chinois, Evergrande avait levé un total de 130 milliards de yuans (environ 16,65 milliards d'euros), grâce aussi à la promesse que si la cotation des actions de classe A d'Evergrande Real Estate ne se concrétisait pas, que les investissements seraient remboursés d'ici mars 2021. Toutefois, à l'automne dernier, après un nouveau report du projet de cotation, un certain nombre d'investisseurs ont accepté de ne pas exercer les options de rachat de leurs actions libérées, évitant ainsi la crise de liquidités d'Evergrande. Parmi eux, on retrouve Jindong Zhang qui a accepté de réviser l'accord existant avec le patron d'Evergrande, Xu Jiayin. Zhang a donc renoncé à demander le remboursement des 20 milliards de yuans, maintenant ainsi l'investissement dans Evergrande Real Estate (qui sont à l’origine des pressions sur la dette de Suning et qui ont conduit à la crise du groupe ces derniers mois). Selon inf.news, l'investissement de Zhang a perdu 80% de sa valeur, étant donné que la valorisation d'Evergrande Real Estate serait désormais égale à 425 millions de yuans, et - par conséquent - la part détenue par Suning Appliance serait égale à 3,84 milliards de yuans (environ 500 millions d'euros). Cette valeur pourrait être réduite à néant également en cas de faillite officielle du groupe Evergrande. Si la faillite est confirmée, Suning perdra donc 500 millions d'euros, serait-il capable de s'en relever ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Andrea Di Biase, Senior Partner à Calcio&Finanza, s’est lancée dans une analyse approfondie de Suning, peu de temps avant l’entrée de Oaktree dans le Capital de l’Inter. Celui-ci s’est penché sur le visage actuel de Suning afin de savoir pourquoi le Colosse a dû recourir à un prêt de 250 millions d’euros pour financer l’Inter. Les chroniques de ces derniers mois ont mis en évidence une série de tensions sur le front des liquidités du Groupe Suning, pour qui cela semblait être inimaginable. Il y a eu en premier lieu les informations faisant état que la Famille Zhang cédait les 100% de Suning Holding à Alibaba, suivi de l’agitation liée aux obligations de Suning.com et de Suning Alliance, sans oublier une partie de la vente de Suning.com a un organisme géré par l’Etat chinois : Cela a mis en lumière la crise industrielle et financière que très peu de personnes comprennent en Italie. Cette crise a un impact qui se fait sentir jusqu’à l’Inter, étant donné que le groupe chinois en est devenu l’actionnaire majoritaire en juin 2016 en reprenant 68,55% des actions. S’il est vrai que le Covid a impacté tous les clubs européens qui se sont retrouvés en forte difficulté financière au niveau des recettes, il est tout aussi vrai que les clubs présentant un actionnaire majoritaire solide ont su gérer au mieux la crise, grâce à des fonds ou des garanties mises à disposition par leur propriétaire. Mais pourquoi le Groupe guidé par Zhang Jindong ne l’a pas fait ? Suning a en tout premier lieu cherché à trouver un repreneur pour l’Inter, en traitant avec la BC Partners, avant de refuser l’offre présentée, celle-ci n’étant pas considérée économiquement intéressante. Ensuite, le groupe a décidé de se faire prêter de l’argent à injecter dans le club pour honorer les échéances de la fin de saison 2021/2022. Pour financer la saison à venir aussi ? Pour répondre à cette question, on a souvent entendu parler des restrictions imposées par le gouvernement chinois liées à l’exportation des capitaux vers des secteurs qui ne sont plus considéré comme stratégique, tel que le monde sportif. Ce qui est certain, c’est que cette situation a de l’importance, mais elle ne peut pas faire passer au second plan, le vrai nœud du problème, à savoir les difficultés financières de Suning lui-même qui sont apparues avec violence, à la fin de l’année 2020. Des difficultés financières qui sont toujours d’actualité comme en témoigne la réaction froide du Marché à la nouvelle d’un retour bénéficiaire de Suning.com lors du premier trimestre 2021. Le titre de Suning.com au cours de ces deux dernières années Pour comprendre les raisons de ce qui a amenée Suning dans une telle situation, Calcio&Finanza a effectué une analyse financière approfondie sur la base des comptes annuels et des documents officiels de Suning, en s’axant principalement sur les aspects suivants : La Structure sociétale du Groupe Suning L’aperçu des activités des sociétés du Groupe Suning L’Analyse des dettes du Groupe Suning L’Analyse de la rentabilité du Groupe Suning L’Analyse de la cession de 23% de Suning.com Les projets d’avenir du Groupe Suning La structure sociétale du groupe Le groupe Suning au 31 décembre 2020 Pour mieux comprendre la portée de la crise, il est opportun de disposer d’un organigramme clair de la société du groupe Suning. Quelles sont les sociétés opérationnelles, la nature de leurs travaux et l’impact de la Famille Zhang sur la gouvernance. Il ne s’agit pas d’un exercice banale étant donné que la Galaxie Suning comprend des centaines de sociétés et que ces dernières années, la carte de l’Empire fondé par Jindong Zhang a fait l’objet de changements constants suite à des achats et des reventes de ses sociétés, sans oublier la transition "intra-groupe". Dans l’organigramme du groupe sont présentes de nombreuses sociétés avec des noms similaires, ce qui pourrait prêter à confusion. Par exemple, les médias italiens se sont uniquement basés sur les informations financières relatives à Suning.com. Cette société qui est côté à la bourse de Shenzhen représente qu’une partie, même si elle est importante, de l’Empire créé ces dernières années par Jindong Zhang. Pour avoir un cadre complet de l’état de santé financier du Groupe Suning, il a donc été utile d’élargir le champ des analyses aux autres sociétés qui sont directement ou indirectement liées à Suning.com Comme on peut l’observer sur le graphique ci-dessus, les sociétés principales de l’Empire sont au nombre de trois : Suning Holdings Group Suning Appliance Group Suning.com Les deux premières sont, à toutes fins utiles, des sociétés de holding, tandis que la troisième représente une société opérationnelle, la principale de tout le groupe Suning. Car Suning.com est principalement active dans le secteur de la distribution de produits de détails à grande échelle par le biais de magasins détenus par la société, franchisés et de plateformes en ligne appartenant à des tiers. Observons dans le détails par qui sont contrôlées les sociétés et comment elles interagissent ensemble. Suning Holdings Group Suning Holdings Group Co., Ltd. est une holding de participation dont le siège est à Nankin, elle est reconnue comme une société à responsabilité limité. Elle est opérationnelle depuis le 14 juin 2011 et son représentant légal est Jindong Zhang. Actuellement, les actionnaires du Suning Holdings Group sont : Zhang Jindong – 51% Zhang Kangyang (Steven Zhang) – 39% Nanjing Runxian Enterprise – 10% Nanjing Runxian Enterprise est une société en commandite détenue à 80% par Jindong Zhang. Cette dernière exerce un contrôle direct et indirect sur 61% de la Suning Holdings Group. A travers la Suning Holdings Group, la Famille Zhang contrôle une série d’activités diversifiées passant de la finance au sport, de la télé en streaming au cinéma pour ne citer qu’eux. Dans le portefeuille de la Suning Holdings Group, on retrouve aussi la participation de 68,55% de l’Inter qui était détenu par (feu) la Great Horizon Sarl, qui, à son tour, était contrôlée par la Subholding Suning Sport International Limited de Hong Kong. Au 31 décembre 2020, l'un des principaux actifs détenus par la Suning Holdings Group était 3,98 % de Suning.Com (une participation qui devrait tomber à 0,66 % une fois l'accord acté avec les entreprises publiques que sont Shenzhen International et Kunpeng Capital, comme annoncé le 28 février 2021) A la fin d’année 2020, les 3,98% de Suning.com représentaient une valeur commerciale de 2,85 milliards de yuans, soit 360,23 millions d’euros, et dans l’exercice qui s’est conclu très récemment, au cours de l'année qui vient de s'écouler, ils ont apporté des dividendes de 18,53 millions de yuans (2,33 millions d'euros) dans les caisses de Suning Holdings. Suning Appliance Group Suning Appliance Group Co., Ltd. est une société à responsabilité dont le siège est situé à Nankin. Elle a été incorporée en date du 24 novembre 1999. Le représentant légale de la société est Bu Yang, qui en est devenu le CEO en 2014. Actuellement, les actionnaires de la Suning Appliance Group sont : • Bu Yan – 50% • Zhang Jindong – 50% Celui qui contrôle Suning Appliance est, de fait, Jindong Zhang, comme cela a été clairement renseigné lors de l’émission des obligations de la société. "Sous réserve des statuts de Suning Appliance et des lois et règlements applicables, M. Zhang, en tant qu'actionnaire clé de Suning Appliance, a la capacité d'exercer une influence significative sur la gestion, les politiques et les activités de Suning Appliance en contrôlant la composition du conseil d'administration de Suning Appliance, en déterminant le calendrier et le montant des paiements de dividendes, en approuvant les transactions importantes de l'entreprise, y compris les fusions et les acquisitions, et en approuvant les bilans financiers annuels." "Selon ses statuts, Suning Appliance Group, bien qu'étant une société holding de participation, est principalement active dans la vente et le service après-vente d'appareils électroménagers (climatiseurs, réfrigérateurs, machines à laver.), de systèmes d'éclairage automobile, de composants électroniques et d'équipements électriques et plus généralement dans le commerce de détail à grande échelle, à la fois par le biais de points de vente physiques et de plateformes de commerce électronique. L'entreprise est également active dans le secteur de l'immobilier." Suning Appliance Group, n’agit toutefois pas directement sur ces deux secteurs. Elle le fait à travers Suning.com, dont elle détient 19,87% (qui est destiné à passer à 5,45% suite à l’entrée des sociétés d’Etat) et à travers Suning Real Estate dont elle participe à hauteur de 5%. La totalité des recettes de Suning.com et de Suning Real Estate représente donc 95% des recettes de Suning Appliance Group. Si on rentre plus dans le détail, Suning Real Estate pèse pour 5% des recettes consolidées de Suning Appliance alors que Suning.com a une incidence d’environ 90%. Mais comment est-ce possible que Suning Appliance, vu les actions qu’elle détient, ne semble pas avoir le contrôle des deux entités et ne pourrait donc pas les consolider dans ses propres comptes ? La réponse fourni pas Suning Appliance se retrouve toujours dans les détails de l'obligation: "Suning.com et Suning Real Estate sont consolidés dans le Groupe sur la base du fait que Suning.com et Suning Real Estate sont contrôlées par M. Zhang, l’actionnaire clé de Suning Appliance à hauteur de 50 %, et en raison du fait que Suning Appliance détient respectivement 19,87 % de Suning.com et 25 % du capital social émis par Suning Real Estate." Suning.com Suning.com Co., Ltd. Est une société par action dont le siège est à Nankin, dans la province de Jiangsu, en Chine. Elle a été incorporée en date du 15 mai 1996 avec le nom de Suning Domestic Appliance Co., Ltd. Le 7 juillet 2004, Suning a été côté à la bourse de Shenzhen sous la dénomination Suning Appliance Chain Store (Group) Co. A travers le placement sur le Marché, principalement par le biais d’investisseurs nationaux de 25 millions de titres nouvellement émis au prix de 16,33 yuan par action. En 2013, la société a été renommée Suning Commerce Group avant d’être renommé en 2018 par la dénomination actuelle : Suning.com Le Conseil d’Administration est présidé par Jindong Zhang. Au 31 décembre 2020, il était composé de la sorte Compte tenu du fait qu'il détient le contrôle de Suning Holdings et qu’il exerce une influence significative sur la Gouvernance de Suning Appliance, Jindong Zhang, au moins jusqu’à l’arrivée des deux sociétés d’Etat annoncée en date du 28 février 2021, détenait de façon direct et indirect 44,81% de Suning.com Au 30 juin 2020, après l’acquisition du groupe de Supermarché Carrefour en Chine, Suning disposait de 2 756 magasins : Com Plaza (Centre commerciaux) – 37 3C Speciality Store (Electroménagers) – 2 108 Enseignes Suning.Com – 197 Carrefour Supermarket – 240 Magasins RedBaby (Dédié à l’enfance et la maternité) – 146 Magasins à Hong Kong – 28 Franchisés de la marque Suning.Com 5 926. La dette obligataire du Groupe Suning Sur la base de l’organigramme de la structure du groupe, il est possible de raisonner sur la dette obligataire de Suning et de sa capacité à la gérer. Selon les documents consultés par Calcio&Finanza, au 31 décembre 2020, le montant des émissions obligataires en yuan des sociétés du groupe Suning était d'environ 29 milliards. A celles-ci, il y a lieu d’ajouter trois autres émissions en dollars pour un montant total global de 600 millions de dollars réalisés par les satellites basés aux Îles Cayman, à Granada Century, mais qui sont garantis par Suning Appliance. Au début de cette année, le montant des obligations était de 19,04 milliards de dollars auquel il faut ajouter les 600 millions de dollars repris ci-dessus, pour un amortissement total global environ de 3 milliards d’euros. Les ressources d’Etat pour faire face à la dette de Suning Le 28 février 2021, un accord d’investissement a été rendu publique, avec l’entrée de deux entreprises dans le capital de Suning.com. Cet accord, une fois acté va permettre à Suning de disposer des ressources nécessaires pour faire face à ses engagements vis-à-vis de ses dettes. L’accord, qui au moment de l’article, n’avait pas encore été exécuté, prévoit la vente par Jindong Zhang, la Suning Holding Groupe et la Suning Appliance Groupe, d'une participation de 22,98% de Suning.com à hauteur de 14,81 milliards de yuan, soit 1,92 milliards d’euros à Shenzhen International et à Kunpeng Capital. L’opération est expliquée dans le tableau ci-dessous : Avant la vente Après la vente L’encaissement de la vente des 22,98% de Suning.com Comment Zhang va utiliser les ressources obtenues via la cession de ses actions à Suning.com ? Sur ce point de figure le texte repris dans l’accord est limpide: Les fonds destinés au transfert des actions seront prioritairement utilisés pour renforcer la solidité du capital du cédant (soit la Suning Appliance, qui encaissera plus de 7 milliards de yuans) et optimiser financièrement la structure via l’augmentation du capital de Suning Appliance Group, via aussi d’autres méthodes". Même les fonds collectés par Zhang Jindong et Suning Holdings, d'un montant de 5,51 milliards de yuans (716 millions d'euros) finiront donc, par le biais d'une augmentation de capital, dans les caisses de Suning Appliance Group, qui pourra alors compter sur une dot de liquidités, suffisante pour rembourser / racheter ses obligations arrivant à échéance en 2021 et éventuellement mettre à disposition de Suning.Com d'autres ressources pour faire face à ses engagements en matière de dette. Le rachat de la dette et la vigilance sur Suning.com De décembre 2020 à ce jour, Suning Group, selon son blog officiel, a racheté des obligations arrivant à échéance pour un montant total de 18 milliards de yuans, dont l'émission "15 Suning 01" à hauteur de 10 milliards de yuans qui a expiré le 17 décembre 2020. Cependant, les quelques 14 milliards de yuans, fournis par l'État à travers Shenzhen International et de Kunpeng Capital, ne sont pas encore arrivés dans les caisses de Suning Appliance. Selon ce qui est rapporté au bilan 2020 de Shenzhen International, récemment approuvé et rendu public, la société d'État est toujours en train d'effectuer une vérification préalable des comptes de Suning.com en vue de la finalisation de l'investissement consenti. Une circonstance qui, en date du 13 mai 2021, a obligé Suning à publier une déclaration pour démentir catégoriquement les rumeurs circulant sur un prétendu arrêt de la procédure de vigilance raisonnable de la part des deux nouveaux investisseurs. Les bilans de Suning.com Les liquidités nécessaires pour faire face aux prochaines échéances obligataires devraient donc être en route, mais seront-elles suffisantes pour redonner vie au groupe fondé par Zhang Jindong, qui a connu ces dernières années une croissance rapide grâce à l'endettement ? Les chiffres présentés dans les récents états financiers, avant même que les effets négatifs de la pandémie de Covid-19 ne se fassent sentir sur le commerce de détail de Suning, n'offrent pas une image rassurante. Ces dernières années, les performances opérationnelles du groupe n'ont pas été aussi brillantes que ce qu’il s’est dit. Alors que les effets négatifs de la pandémie se sont fait ressentir en 2020, via un impact sur les ventes dans les magasins et les centres commerciaux, dans le registre de la vente online, Suning a subi la concurrence des géants chinois du commerce électronique tels que Taobao et JD.com, sans oublier les nouvelles plateformes telles que Pinduoduo, Meituan et Vipshop. L'exercice 2020 s'est ainsi soldé par des revenus en baisse de 4%, soit 258,45 milliards de yuans (33,6 milliards d'euros) et une perte nette de 3,91 milliards de yuans (508,3 millions d'euros), contre un bénéfice net de 9,84 milliards de yuans (1,26 milliard d'euros) en 2019. Mais si l'on examine les comptes financiers précédents, il apparaît clairement que la rentabilité de Suning.Com, mesurée par le rapport entre l'Ebitda et les revenus (Ebitda margin), s’est toujours révélé très faible, alors que le groupe, sans tenir compte des évènements extraordinaires, a clôturé avec un résultat d'exploitation (Ebit) négatif au cours de quatre des cinq exercices. Les bénéfices enregistrés entre 2015 et 2019, en revanche, sont le résultat de transactions extraordinaires, incluant dans certains cas des ventes d'actifs à des parties liées, notamment des sociétés que l’on peut directement rattacher à Jindong Zhang ou au groupe Suning Holdings et donc, qui est hors du périmètre de Suning.com et de Suning Appliance Group. Les états financiers de 2019 ont par exemple été clôturés avec un bénéfice de 9,84 milliards de yuans (1,26 milliard d'euros) grâce notamment à la vente du contrôle du Suning Financial Services Group. Cette opération, qui a eu lieu par le biais d'une augmentation de capital de Suning Financial Service, et qui était réservée aux nouveaux investisseurs et non par la vente d'actions, a néanmoins eu un impact positif au niveau comptable sur le compte de résultat de Suning.com pour 15,55 milliards de yuans (1,99 milliard d'euros), ainsi qu'un allègement du bilan des dettes détenues par la société spécialisée dans le crédit à la consommation. Suning.Com est en fait resté un actionnaire de Suning Financial Services avec une participation d'un peu plus de 40%. Mais qui gère Suning Financial Services ? D'après ce qui ressort des états financiers 2019 de Suning.com, il s'agit d'un certain nombre de sociétés contrôlées par Suning Holdings Group et donc indirectement liées à Zhang Jindong. Au cours de l'exercice 2019, Suning.com a réalisé des ventes à hauteur de 19,66 milliards de yuans (2,51 milliards d'euros), sans lesquelles le résultat net aurait été négatif pour environ 9 milliards de yuans (1,15 milliard d'euros). S'il n’est pas possible de quantifier le flux de trésorerie élevé et si les actionnaires n'ont pas mis la main au portefeuille pour apporter des ressources fraîches sous forme de capitaux propres, comment la croissance de Suning.com a-t-elle été financée ces dernières années ? Si l'on regarde l'évolution des actifs dans le bilan de Suning.Com, on s'aperçoit immédiatement que la valeur totale des actifs sur le long terme sont passées de 31,32 milliards de yuans en 2015 à 116,09 milliards de yuans en 2019. En 2019, Suning.Com a acquis 37 grands magasins du Wanda Group pour 2,7 milliards de yuans (345 millions d'euros) et a investi 4,8 milliards de yuans (617 millions d'euros) supplémentaires pour acheter 80 % de Carrefour Chine. Des acquisitions qui interviennent après des achats tout aussi importants réalisés les années précédentes par Suning.com et Suning Holdings Group et Suning Appliance. Le tout, sans prendre en considération les 20 milliards de yuans versés par Zhang, par l'intermédiaire d'autres sociétés du groupe, pour soutenir le géant chinois de l'immobilier en crise qu’était Evergrande. Soit l’opération qui est à la source de la crise de la dette de Suning. La réponse est "photographiée" dans le bilan de Suning.com : presque tous les investissements ont été financés en contractant de nouvelles dettes. Des dettes qui, sur le long terme, comme le montrent les récents événements qui ont ouvert la voie à la prochaine entrée des deux sociétés publiques dans le capital de Suning.com, semblent devenir insoutenables pour un groupe qui s'est développé par des acquisitions, même dans des secteurs extérieurs à son corps de métier. Que va-t-il advenir du groupe Suning maintenant ? L'entrée des deux entreprises publiques dans le capital de Suning.com, qui est en fait un sauvetage, a ouvert la voie à une remise en question du groupe sur son activité principale. Dans la déclaration annonçant l'opération, sans oublier le fait que Zhang Jindong ne sera plus l'actionnaire majoritaire de Suning.com, les lignes directrices de la stratégie future du groupe coté en bourse ont été dévoilées très brièvement: "L'entrée d'investisseurs stratégiques permettra à la société de se concentrer davantage sur l'activité du commerce de détail, de consolider le renforcement des capacités de base de la vente au détail dans sa globalité, et d'améliorer l'efficacité opérationnelle et la rentabilité des activités de la société." Quel sera, en revanche, le sort du reste du groupe, c'est-à-dire des multiples entreprises hors du secteur de la vente au détail réunies par Zhang Jindong et contrôlées par Suning Holdings ? "D'après ce que dit Zhang lui-même, il est possible qu'il y ait une profonde rationalisation du portefeuille de participations. La décision de se démobiliser du football en Chine, en mettant le Jiangsu Suning Football Club en liquidation, a été le premier effet du nouveau chemin emprunté." Et l'Inter ? "Sur la base des chiffres mis en évidence ci-dessus, il semble maintenant plus clair pourquoi le groupe Suning est obligé de recourir à un prêt pour trouver les ressources nécessaires au financement du club champion italien." - Ce qui a d’ailleurs expliqué l’arrivée d’Oaktree. "Il est toutefois plus complexe de comprendre la logique qui a conduit un groupe aux prises avec une réorganisation aussi importante chez lui à refuser l'offre de BC Partners pour l’Inter, même si l’évaluation économique n’était pas considérée comme particulièrement généreuse." "Il est possible que la perspective concrète ces derniers mois faisant référence à la Super League Européenne ait dérouté le Suning, car si ce projet avait vu le jour, l'Inter aurait eu l'opportunité de devenir financièrement autonome et son actionnaire, et en cas de revente, Suning aurait pu obtenir un prix bien plus élevé que l'offre du fonds d'investissement privé." Si vous avez eu le courage de lire l’intégralité de cet article, pensez-vous que l’avenir de l’Inter et de Suning s’améliorera dans les mois et années à venir ? En effet, ce jour, un programme de sauvetage de Suning.com a été officiellement annoncé!. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. "Alibaba au secours de Suning ?" Tel est le scénario projeté par l’agence de presse Reuters. Selon celle-ci, Alibaba, Colosse de l’E-Commerce, marquerait son intérêt pour entrer dans le secteur du commerce de contact, et il pourrait racheter de la sorte les actions de Suning.com, l’entité contrôlée par la Suning Holdings Group, et qui dispose de son propre commerce de vente au détail "Alibaba possède déjà 20% des actions de Suning.com et une acquisition pourrait aider les deux sociétés, puisque les actions d’Alibaba ont connu une chute des 2/3 depuis 2015, soit au moment de l’acquisition de la part du Colosse Jack Ma." "Suning est confronté de grosses difficultés depuis le début de la pandémie, lui qui paye cher les importants investissements dans lequel il s’est lancé des dernières années : De l’acquisition de Carrefour China, au sauvetage, en 2017, du colosse Immobilier Evergrande. Jindong Zhang n’a jamais sû récupérer les plus de 3 milliards d’euros d’investissements." Le Fondateur de Suning et propriétaire de l’Inter, avait d’ailleurs guidé le consortium qui avait permis à Evergrande la faillite, via également une poussée du gouvernement chinois. A présent, Suning est confronté, pour 2021, à une dette de 7 milliards de dollars. Son salut, selon Reuteurs, pourrait passer par la vente de la société du commerce de détail à Alibaba. En 2015, Alibaba avait déboursé 4,6 milliards de dollars pour acquérir les 20% de Suning.com. Il pourrait à présent faire une entrée fracassante sur le commerce de détail en exploitant plus de 2.600 magasins et centre de distribution du groupe propriétaire de l’Inter ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Nous vous en avons parlé ce week-end : La Grand Tower est devenu le nouvel actionnaire majoritaire de l’Inter, elle qui dispose des 68,55% d'actions du club. Qui est-elle exactement ? Grand Tower est détenue par une nouvelle entité de droit Luxembourgeois, la Grand Sunshine Sarl qui a été créée à la suite du prêt d’Oaktree. Celle-ci est, à son tour entièrement contrôlée par l’antenne satellite de Suning, la Great Horizon Sarl. La Great Horizon appartient au Suning Holdings Group. Avant l’opération de refinancement d’ Oaktree, Great Horizon était d’ailleurs, en première ligne, l’actionnaire majoritaire de l’Inter. "Le fait qu’il y a eu un réaménagement de la chaine de contrôle de l’Inter, au Luxembourg, rappelle ce qui s’est produit en amont lorsque Eliott avait prêté plus de 300 millions d’euros à l’entrepreneur chinois Li Yonghong, lorsque ce dernier a acheté le club Rossonero." l’agence confirme Reuters Pour résumer : Suning, vu cette nouvelle situation, a mis en gage les actions du club en garanties des fonds perçus par Oaktree. Si Suning ne parvient pas à rembourser, dans les trois ans, son prêt : Les actions, soit la propriété du club, changera de main pour appartenir définitivement à Oaktree! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Depuis l’annonce de la suspension du titre de Suning à la Bourse de Shenzhen, le titre valant 7 yuan, alors qu’au moment de l’acquisition de l’Inter il en valait 12, et en attente de communication officielle, qui devrait arriver lors de la réouverture du marché, des rumeurs font état d’un intérêt de Jack Ma, comme personnalité prête à reprendre le contrôle de l’Azienda de Jindong Zhang. En effet, Taobao dispose déjà de 20% du capital. Révélation du Corriere Della Sera "Est-ce que Alibaba de Jack Ma va prendre le contrôle du Groupe, en actionnaire majoritaire, qui détient le club Nerazzurro ? L’Etat entrera-t ’il dans le capital ? Ce sont les hypothèses qui circulent : iI est évident que le groupe a besoin de liquidités en urgence, et il est fort probable que cela passera par l’augmentation du capital ou une fusion, mais cela signifie également un changement substantiel de sa composition." "Les rumeurs font état de l’intervention d’une Azienda proche du Parti qui viendrait au secours de l’entrepreneur intégré dans l’apparat politique communiste qu’est Zhang Jindong. L’hypothèse Alibaba circule car elle n’est pas confrontée à des problèmes de liquidités, mais elle est surtout déjà son partenaire, à hauteur de 20% du capital, via Taobao." "Cette situation, au sein de la Galaxie Suning, concerne bien évidemment l’Inter. En effet, en décembre dernier et afin de disposer des fonds, la Famille Zhang avait donné en garantie justement à Alibaba, les activités de la holding familiale parmi lesquelles l’on retrouve la participation majoritaire de l’Inter." Suning.com ne détient pas l’Inter En effet, comme le révèle de son côté le Corriere Dello Sport, "le Fc Internazionale est en réalité contrôlé à 68,05% par la société luxembourgeoise Great Horizon, qui est à son tour contrôlée à 100% par la Suning Culture International qui siège à Hong-Kong, celle-ci appartient à son tour au Suning Culture Investment Management qui siège en Chine. Cette dernière appartient à Suning Holdings Group dont la Famille Zhang posséderait les 100%. L’Inter n’appartient pas à Suning.com : la différence est importante car si elle appartenait à ce dernier, l’Inter aurait déjà un nouveau propriétaire." Quid pour l’Inter ? "Le fait que Zhang vienne à perdre le contrôle de sa société, ou d'une branche de celle-ci car jugée comme activité essentielle, ne ferait que provoquer une accélération." "De plus, le Diktat du Gouvernement est clair : sortir des investissements dans le football. Dans une logique d’économie du marché cela pourrait ouvrir la voie à la BC Partners qui est le seul prétendant à avoir présenté une offre, jugée peut-être insatisfaisante par un actionnaire dont l’Empire est prêt à s’effondrer." "Tout porte à croire que Zhang voudra mettre un terme à cette partie et respecter les consignes politiques internes et quitter le navire sans plus trop penser aux coûts inévitables. Dans un système aussi particulier que celui de la Chine, des scénarios aujourd’hui inenvisageables ne peuvent pas être exclus : si un acquéreur, qui dispose de bonnes entrées politiques en Chine, était par exemple resté sur la touche jusqu’ici, étant donné que les demandes étaient trop élevées, il pourrait très bien revenir en jeu en activant certains canaux par le biais de ceux qui décident dans le gouvernement." "Tout dépendra de la façon dont ce business sera géré, rapidement ou pas. Dans ce dernier cas, la ligne de crédit adoptée par Steven Zhang, soit 100 à 150 millions d’euros avec Bain Capital Crédit, pourrait de nouveau être d’actualité." Si cela s’avère juridiquement possible, seriez-vous prêt à voir Jack Ma et Alibaba devenir les nouveaux propriétaires de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr