Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'super coupe d’italie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Indépendamment de comment se terminera la saison, Steven Zhang a décidé de continuer l’aventure avec Simone Inzaghi! Révélations de la Gazzetta Dello Sport "Le Président est extrêmement convaincu par le choix opéré il y a un an et, avec la Direction, il veut doubler la mise en proposant à l’entraîneur un nouveau contrat d’au moins une année (plus bonus) que le contrat actuellement existant, en adaptant également son salaire. Le contrat actuel voit Inzaghi percevoir un salaire de 4 millions d’euros net par saison. Celui qui lui sera plus que probablement soumis la semaine prochaine tournera aux alentours de 5,5 millions d’euros avec une échéance au 30 juin 2024, voir même une année de plus: Il s’agit d’une revalorisation méritée, une reconnaissance du travail réalisé et une récompenses aux nombreux objectifs atteints." Zhang sous le charme "En effet, Inzaghi avait été appelé à ne pas faire regretter Conte après la conquête du Scudetto, il y a un an et celui-ci n’a pas fait de faux-pas, il avait ses certitudes et il a lentement mais surement ajouté ses propres idées, en sachant que de la sorte, son Inter serait capable de pouvoir viser des résultats encore plus extraordinaire. Qu’il s’agisse de Zhang, comme des joueurs, tout le monde a été immédiatement marqué et fasciné par la façon de travailler d’Inzaghi, un amoureux du dialogue constructif et un homme de défi." "Il est également vrai qu’après les départs d’Achraf Hakimi et de Romelu Lukaku que le club ne lui avait pas demandé de remporter à nouveau le Scudetto, mais Simone s’est mis au travail, en étant convaincu d’y parvenir, alors que tous pensaient à une Inter redimensionnée." Fin de saison "A la fin de cette saison, Zhang et Inzaghi vont se rencontrer pour définir les objectifs et les stratégie de la future campagne de recrutement et Zhang cherchera à contenter l’entraineur, mais en respectant toujours les critères imposés par la Propriété. Avec Inzaghi, le rapport s’est cimenté au cours de ces dernier mois. En effet, Zhang était reparti en Chine peu de temps après son recrutement." "Rentré à Milan pour l’Épiphanie à la veille de la Super Coupe d’Italie, l’appétit s’est fait ressentir en mangeant et les victoires ont motivé le Président à rester en Italie et à rester proche de l’équipe, jusqu’à la fin de la saison: Il a également célébré la Victoire la Coupe d’Italie et il espère réalisé le Grand Slam, tout comme Inzaghi. "Jeunes, talentueux et affamé tels sont les caractéristiques que l’on peut décrire depuis plus d’un an sur les curriculums vitae aussi bien de Steven que de Simone"." Meilleur qu’Antonio Conte pour sa première saison à la tête de l’Inter C’est également une révélation de Sky Sport, si Antonio Conte a pu compter sur un buteur d’exception, Simone Inzaghi a lui dû se passer de cet élément déterminant Toutefois cette absence qui aurait pût paraître préjudiciable à plus d’un titre met en valeur la performance de Simone Inzaghi qui ne se bat pas avec les mêmes armes que celles de son prédécesseur Comme le révèle le tableau ci-dessus, Simone a déjà fait mieux qu’Antonio avec un match encore à jouer: Lors de la saison 2019/2020, Conte a récolté 79 points pour 79 buts inscrits et 36 encaissés. Simone qui fait face à une Serie A plus difficile a déjà récolté 81 points pour 81 buts inscrits et 32 encaissés. De même, l’ancien laziale a également remporté un match de plus que son prédécesseur turinois et totalise le même nombre de défaites. Il y a également lieu de noter la performance de Lautaro Martinez qui parvient malgré tout à performer presque aussi bien que Romelu Lukaku (23 buts pour le belge contre 21 pour l’argentin) Pensez-vous que la saison prochaine puisse couronner aussi bien Lautaro Martinez que Simone Inzaghi via une campagne de recrutement nettement mois perturbée que celle de l’année écoulée ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Simone Inzaghi s’est livré suite à la conquête de la Coupe d’Italie aux différents organes de presse présent : "Nous avions conscience que nos deux dernières parties sont importantissimes, nous verrons ce qu’il se passera, j’y penserai intensément dès demain, mais je pense qu’il est juste de profiter d’une telle soirée, d’une chevauchée qui nous a offert une Coupe d’Italie importantissime. Elle s’ajouter à la Super Coupe d’Italie, deux titres qui faisaient défaut à l’Inter depuis tant d’années. Nous avons fait une excellente rencontre, nous nous sommes compliqué la vie, mais l’équipe avait le torse bombé et nous avons gagné avec mérite face à une Juventus composée d’excellents joueur et d’un très grand entraîneur." Çalhanoğlu a changé la physionomie de la rencontre "Il est importantissime, mais ce serait réducteur de donner des noms ce soir, j’ai gagné les deux titres avec un groupe de joueur qui a dû bomber le torse pour réaliser quelque chose d’incroyable, il nous reste dix jours de compétitions, et nous n’avons jamais abdiqué depuis le 8 juillet, je veux revivre de telles soirées. Il est probable que la double confrontation face à Liverpool nous a coûté quelques points, mais je préfère les avoir perdu plutôt que d’avoir déjà été éliminé de la Ligue des Champions au mois de décembre." Cette volonté d’union et une excellente base de départ… "Tu ne peux pas gagner deux titres en une saison si tu n’est pas un groupe, si tu n’as pas de base, si tu n’as pas ceux qui peuvent monter sur le terrain pour inverser la tendance, là tu ne gagnes pas . Tous ceux qui ont joué ont été très bon. Hélas certains n’ont pas pu monter comme Ranocchia, Gagliardini, Gosens, Caicedo, Vecino et Kolarov. Ce n’est pas encore fini, il nous reste dix jours de compétition." Qu’avez-vous dit aux garçons après la 90’ ? "Je leur ai dit que nous devions y croire, qu’il fallait tout donner en prolongation, la Juve était passé à cinq derrière et avec les crampes de Chiellini, elle est repassée à nouveau à quatre, nous nous sommes adapté rapidement. Mes joueurs sont matures et ils savent comment se positionner sur le terrain." "Nous tenions tellement à cette coupe, nous tenions à cette finale et en fin de compte, nous nous devions de la gagner. C’est toujours si beau avec ce Club, deux finales en une année et deux coupes de remportées qui nous manquaient depuis tant de temps, c’est une joie immense. Il est juste de profiter de cette soirée. Des demain, je penserai aux deux derniers matchs de la saison, mais je suis ici à faire la fête avec les Tifosi, ma femme et mes enfants, je vais maintenant faire la fête avec mon équipe et mon club." Vanné par Zenga "Oui, je viens de faire une bonne séance de cardio, j’en reviens satisfait... il sourit, j’ai fait toute l’aile du terrain, je suis allé de gauche à droite, tu as raison Walter !" Que vous apporte cette victoire, au niveau personnel et au niveau de votre conscience, sans oublier les objectifs définis ? "Nous sommes allé bien plus loin que les objectifs fixés, ils étaient tout autre à la base, mais j’ai de très grands joueurs et nous avons remporté deux titres qui nous manquaient depuis 10-12 ans. Je suis très heureux pour le Club, les joueurs, les Tifosi. A mon niveau, j’ai déjà remporté de nombreux titres en six ans, c’est toujours riche d’émotions." Qu’avez-vous pensé durant la rencontre ? "J’étais assez serein, la Juve est forte, tu te prends deux buts, mais tu te devais de continuer à bomber le torse et nous l’avons fait. Nous avons fait quelques courses de plus, mais la victoire est méritée face à un adversaire d’une très grande qualité, bien entraînée." C’est votre second titre de la saison en tant qu’Interiste... "J’en suis très satisfait, j’ai déjà gagné des coupes, mais c’est toujours beau d’en remporter, c’est la seconde de la saison et je me souviens d’où nous sommes parti et de ce qui m’avait été demandé. Nous avons réalisé d’excellents matchs et du très beau football, les objectifs ont été revu à la hausse, nous sommes allés bien plus loin. A présent, il nous reste les deux derniers matchs de championnat, je suis confiant, nous verrons comment ils se dérouleront." "Nous avons réalisé une superbe rencontre face à un adversaire de qualité, nous avons été très bon lors de la première demi-heure, ensuite nous n’avons plus tenu la distance et nous avons mal débuté en seconde période, mais notre équipe n’abandonne jamais de ce 8 juillet jusqu’à ce soir. Je fais face à un flot d’émotion continue qui ne s’arrête pas. C’est normal de profiter de cette soirée avec les Tifosi. Cela faisait onze ans que l’on avait plus remporté la Super Coupe et dix ans la Coupe d’Italie. Je suis heureux pour les garçons pour le club et pour nos merveilleux tifosi qui nous ont toujours accompagné de notre premier match jusqu’à cette finale de Coupe ce soir." "Je dédicace ce titre à mon staff qui m’aide quotidiennement, nous avons réalisé un très bon huitième de Finale en battant Liverpool qui, en 2022, n’a connu qu’une seule défaite et c’était face à nous, l’Inter. Probablement que cette double confrontation nous a coûté quelques points, mais je ne regrette rien. Nous aurions pu éviter les deux buts encaissés ce soir, mais nous en sommes à notre 50ème rencontre de la saison, je ne peux pas en demander plus à mes hommes, ceux qui sont monté sur le terrain nous ont donné un sérieux coup de main. Je suis très heureux, c’est normal de fêter nous ensemble et avec le public, ce nouveau titre." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C’est une révélation de Tuttosport qui s’est penchée sur la différence entre le fait de décrocher les Coupes, ou de se retrouver avec la médaille d’argent "Gagner le Scudetto ou arriver second, Gagner la Coupe d’Italie ou perdre en finale, la différence se trouve aussi dans les primes à percevoir via la Lega" Celui qui remportera le Championnat encaissera 17,6 millions d’euros, son dauphin 14.8 millions d’euros. L’accès à la Finale de la Coupe d’Italie a déjà offert à l’Inter et à la Juve un peu mois de 3 millions d’euros, mais celui qui brandira la Coupe en recevra 4,5 de plus contre 2 pour le finaliste. De plus, la victoire de l’une de ces deux compétitions permettra au lauréat de participer à la Super Coupe d’Italie qui se tiendra le vendredi 12 août 2022 et qui lancera la nouvelle saison avec une perception à minima de 1,2 millions d’euros (1,8 pour le vainqueur). Pour résumer, il y a 7 millions d’euros d’écart entre tout rafler ou imiter Raymond Poulidor! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. S’il a manqué son tir au but, sa reprise de la tête a permis à Lautaro Martinez d’égaler son record personnel! Voici la répartition 17 buts en Serie A 1 but en Ligue des Champions 2 buts en Coupe d’Italie 1 but en Super Coupe d’Italie Record personnel de la saison 2019/2020 égalé, mais un record personnel qui se doit d’être éclaté en cette fin de saison ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. C’est officiel, l’Inter n’est pas conseillé aux cœurs sensibles, encore plus lorsque son entraîneur, Simone Inzaghi est aussi touché par cette folie. Preuve en est sa déclaration à DAZN après l’importantissime victoire Nerazzurra sur le terrain hostile de l’Udinese "C’était une grande démonstration de caractère et de personnalité face à une équipe en excellente forme et avec des joueurs de qualités : Elle a toutefois fait face à une Inter qui avait la gagne et qui a mérité sa victoire : Je veux remercier les Tifosi qui se sont fait entendre ici, comme si nous étions au Meazza." Dernièrement, l’Inter tremble lorsqu’elle encaisse un but… "Sur le 2-0, nous avons encaissé ce but de Piussetto qui nous a fait légèrement reculé, mais nous n’avons pris quasiment aucun risque. Nous sommes le 1er mai à la cinquantième rencontre, nous sommes allé jusqu’au bout en Coupe d’Italie et nous nous présentons avec 7 parties disputées en 22 jours, mais nous nous sentons bien et nous y croirons Fino alla fine". Est-ce important de jouer avant ou après le Milan, cela peut-il faire la différence ? "Non, car nous sommes habitués, cela fait tant années que les télévisions sont arrivées...Aujourd’hui nous jouions après, la fois prochaine c’est avant. Personnellement, j’étais concentré sur l’Udinese et les joueurs ont répondu présent tout en ayant conscience du résultat du Milan : Nous avons une rencontre importantissime face à Empoli avant de disputer la Finale de la Coupe d’Italie." Après la défaite à Bologne, il fallait une réaction qui es arrivée… "J’ai échangé avec l’équipe, nous devions réaliser un match important : Nous avons souffert avec l’Udinese que est une équipe physique et en forme, mais nous nous devions de faire une rencontre Da Inter, en sachant qu’il y encore 9 points en jeu et que tout est possible." Du point de vue tactique, quels sont les facteurs qui ont été déterminants ? "J’avais décidé de laisser le milieu haut et d’ouvrir les ailes en cherchant les attaquants le plus possible. Au-delà de l’aspect tactique, les garçons ont donné de l’intensité et de l’agressivité: Des ingrédients important dans ce type de match, ce n’était pas facile car il s’agissait de deux matchs à l’extérieur très rapprochés." Comment va Barella, qui est sorti blessé en fin de match ? "Cela semble être une assez forte contusion, j’espère que ce n’est rien de grave car c’est un joueur fondamental qui a réalisé un grand match, je croise les doigts." Quel type d’Inter verrons-nous pour ces derniers matchs ? "Je peux seulement vous dire que depuis la Super Coupe d’Italie, que nous sommes encore en course en Serie A et en Coupe d’ltalie. Après cette très grande satisfaction, nous voulons gagner encore d’autres choses. Je crois que cette année, les Tifosi se sont divertis surtout vu ce qu’il s’était passé en début de saison." L’Inter est-elle Pazza ? "Oui, elle est folle car elle a remporté la Super Coupe d’Italie, a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des Champions après 10 ans d’attente, elle se retrouve en Finale de la Coupe d’Italie après 11 ans, j’espère qu’elle restera toujours aussi folle!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Le mercredi 11 mai 2022 se tiendra au Stadio Olimpico de Rome la Finale de la Coupe d’Italie qui proposera le troisième Derby d’Italie de la saison, et réaliser le doublé pourrait s’annoncer financièrement intéressant pour l'Inter! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Réaliser le doublé Scudetto-Coppa Italia pourrait permettre aux caisses de l’Inter de recevoir globalement 40 millions d’euros, recettes du stade exclues, mais en tenant compte des primes en provenance de la Lega, de la répartition des droits télés et de la participation, à ce moment-là certaine, à la prochaine Super Coupe d’Italie." "Mais ce n’est pas le calcul exact à suivre : L'Inter pense (ou pensait ?) clôturer son prochain état financier au 30 juin prochain avec déficit d'environ 100 millions d'euros, soit une somme bien meilleure que les 245,6 millions d’euros du 30 juin 2021. Pour y parvenir, le club avait misé sur l’objectif réaliste d’atteindre la demi-finale de la Coppa Italia et la troisième place en Serie A." "Les objectif initiaux sont déjà atteint en championnat, et tout ce qui arrivera à présent n’est que bonus et c’est d'autant mieux pour le budget. Le calcul est facile à faire, en tenant compte ici aussi des recettes : environ 15 millions d'euros. Le club pourrait donc clôturer le prochain budget autour d’un déficit de 85 millions d’euros, en parvenant à passer déjà un autre petit palier et en étant en meilleure posture financière, à l’aube de la saison 2022/2023." Et c’est précisément lorsque l’on prend conscience des plans initiaux que le mérite de Simone Inzaghi est d’autant plus important! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Simone Inzaghi a remporté son premier Derby Della Madonnina. Si celui-ci est bien évidemment heureux par l’excellente performance de ses hommes, il n’oublie pas ce qu’il a vécu ses dernières semaines Son interview à Mediaset "Les garçons ont, pour moi, été fantastiques : Nous voulions remporter ce Derby et disputer cette finale, il y a eu d’autres Derby mais celui-ci était importantissime, nous l’avons mérité sur le terrain." L’Inter de ce soir sera-t ’elle celle de cette fin de saison ? "Nous y travaillons depuis le 8 juillet et c’est ce que j’espère : Nous devons continuer à aller de l’avant : Nous avons remporté la Super Coupe d’Italie, à présent,nous disputerons une autre Finale et aussi le Final du Championnat qui devra être géré de la meilleure des façons." L’équipe semble être plus en jambes... "Nous avons tous été bons pour rester lucide durant ce mois et demi où nous étions confronté à un calendrier très dense avec la Finale de la Super Coupe, Liverpool en Ligue des Champions, nous avons dépensé tant d’énergie et nous avons aussi perdu quelques points en cours de route : Nous avons tout encaissé, tout le monde s’est donné au travail et à présent nous obtenons cette accès à la Finale, une finale à laquelle nous tenions à tout prix. Le parcours est encore long, Milan est en tête du championnat, mais nous nous battrons fino alla fine”. Vous avez aligné Correa... "J’ai 5 attaquants qui se sentent bien, quotidiennement un entraîneur doit prendre énormément de décisions : Les 5 changements en Super Coupe d’Italie m’ont permis de gagner un titre. Ensuite, durant un mois et demi un débat a eu lieu sur mes changements : J’accepte les critiques constructives, pas celles montées de toute pièces. Je suis allé de l’avant et je suis en Finale après avoir gagné un Derby. Il nous manque un match pour remporter la Coupe et nous devons poursuivre de la sorte en Championnat : Avant nous étions favori, puis écarté, il y a tellement de mouvements mais ce sont des équipes très fortes qui se battrons jusqu’au bout." Qu’est-ce qui a changé comparé au match aller ? "Nous avons travaillé sur la construction du jeu après la Spezia, surtout avec beaucoup de vidéso. Nous avions bien joué lors des deux Derby en Serie A, mais au match aller, nous étions dans une période où nous venions de disputer énormément de rencontres, où nous étions moins lucides, où nous ne parvenions plus à nous exprimer comme avant. Nous avons travaillé sur les phases de possession et de non-possession du ballon." Que ressentez-vous avec cette première victoire du Derby de Milan ? "Cela me fait plaisir pour tous nos tifosi qui sont merveilleux, il y avait un tel monde et je suis fier de leur avoir donné cette si belle satisfaction : Nous sommes là et nous voulons nous battre : Nous sommes en course dans toutes les compétitions : Ils nous ont aidé ce soir et ils nous aideront samedi : Toutes les rencontres sont difficile dans notre championnat." En conférence de presse Place au frissons! "Nous ne pouvions aller en Finale qu’en l’emportant, pour arriver à soulever la Coupe, il nous reste une rencontre, mais nous avons envoyé un message important, face à une équipe de valeur qui, aussi ce soir nous a posé quelques problèmes. Je pense qu’il faut distinguer les compétitions, il y a le Championnat et la Coupe d’Italie : Il est normal qu’un tel résultat peut t’apporter énormément de confiance et d’estime de soi, ce qui me conforte le plus ce soir, c’est d’avoir vu mon équipe, avec ses remplaçants, bien entrer dans le match : Nous savons que pour cette fin de saison, en plus du match à retard, que nous devrons nous montrer bon pour récupérer physiquement et mentalement." On ne peut pas, ne pas parler de Lautaro Martinez... "Il a été excellent ce soir et il n’a jamais été un problème : Il a toujours eu des possibilités, il y a des périodes où tu arrives toujours à marquer et d’autres moins, mais je pense qu’avec ses buts, il est d'ailleurs dans sa moyenne : Il ne devait pas abdiquer et continuer à travailler comme il l’a toujours fait." La victoire appelle les Victoires... "Sans aucun doute et c’est notre désir : Nous savons ce que nous avons donné durant cette compétition et nous tenions à la Finale, à présent nous y sommes, mais nous y repenserons dans une vingtaine de journées." Pioli se plaint du but annulé... "Je ne l’ai pas encore visionné, je n’ai vu qu’une image arrêtée, je vois Handanovic bouger son cou parce que sa vision était bloquée par un joueur du Milan AC. Je dois encore tout revoir, je n'ai même pas vu nos buts." Vous avez gagné votre premier Derby : Que ressentez-vous ? "Ce sont de très belles émotions : j’ai attendu que nous puissions avoir un stade comble car c’est la première fois que nous pouvions le disputer avec 100% de notre tifoserie : Ils nous ont transcendé du début à la fin : Je pense que nous avons offert de très belles satisfactions à nos tifosi, comme nous étions parvenu à le faire déjà en Super Coupe : Il nous reste six matchs de championnat et la Coupe d’Italie." Quel cote donnez-vous à votre équipe ? "Très élevée, nous savons d’où nous venons, d’où a commencé notre parcours avec la problématique des joueurs partis : Il y a toujours eu de la confiance et j’ai trouvé une très grande disponibilité chez les garçons : Nous devons continuer à nous battre en Serie A, car le Milan est devant est que nous devons continuer à les chasser." A Inter TV "Nous avons disputé un match important en faisant preuve d’intelligence et de qualité. C’est juste de profiter de cette victoire avec nos magnifiques tifosi qui nous ont soutenu. Mais pour soulever la Coupe, il reste encore un match. Nous avions bien joué lors des deux premiers Derby en Championnat mais nous n’avions pas été primé au tableau d’affichage. Ce soir nous avons disputé un match d’une très grande importance et nous tenions à cette finale." Quel bilan faites-vous de votre saison ? "Il faut attendre avant de l’établir, nous avons très bien travaillé tous ensemble, Staff et Club, c’est un long travail qui a débuté le 8 juillet et il me semble prématuré de déjà faire un discours." Comment caractériser cette Inter ? "Qualité et Humilité : Lorsqu'il le fallait, nous avons mis de la qualité et quand il le fallait, nous avons été humbles. Les cinq remplaçants sont entrés en jeu de la meilleure façon possible: Vidal, à 3-0 par exemple, a très certainement mis des coups de lattes pour que Milan ne revienne pas." Lautaro ? "Les attaquants traversent des périodes, lui et les autre réalisent tous un très gros boulot : Je leur demande aussi de participer en phase de non-possession. Aujourd’hui, il était en pleine fraîcheur et lucide . Nous tenions à cette finale, nous la disputerons dans une vingtaine de jouer avec la conviction de la jouer de la meilleure des façons possibles." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Ce mardi soir aura lieu l’affiche de la Coupe d’Italie, celle qui verra l’Inter Championne d’Italie défier l’Ac Milan, actuel "leader" virtuel de la Serie A. Pour l’occasion, Simone Inzaghi s’est livré en conférence d’avant-match Comment l’équipe se présente-t ’elle pour ce rendez-vous et à quel type de partie vous attendez-vous ? "L’équipe arrive requinquée et motivée, nous connaissons l’importance de cette rencontre et de ce qu’elle représente pour le Club et les Tifosi : Nous nous présentons avec trois victoires consécutives et nous nous préparons au mieux pour ce match." La rencontre aura-t ’elle également son importance pour le Rush Final ? Avez-vous retrouvé Lautaro ? "En ce qui concerne les choix, un entraîneur a toujours des doutes et tant de choix à faire quotidiennement, il reste pour la rencontre de ce mardi deux séances d’entraînements et je chercherai à faire au mieux pour une rencontre qui est importantissime. Ensuite, ce sera le tour du championnat, nous sommes encore en course pour tous nos objectifs : J’estime que nous réalisons un excellent parcours, vu que déjà en janvier dernier, nous avons remporté la Super Coupe d’Italie." Que vous laisse comme sentiment les confrontations face au Milan, vous considérez-vous comme favori ? "Nous avons disputé 3 Derby jusqu’à présent : 2 en championnat et celui de la Coupe d’Italie, nous savons ce que nous devrons faire pour aller en finale : Nous voulons gagner. Nous savons que nous pouvons obtenir bien plus ici que lors des Derby passé, nous devrons être bon pour gérer les faits de jeu qui s’avèreront déterminant. La rencontre est importantissime car elle vaut une Finale." Qu’attendez-vous comme vision d’équipe pour ce mardi ? 'En ayant conscience de l’importance du but à l’extérieur, l’important sera de rester concentré au maximum dans tous les instants du match car nous ferons face à un adversaire de valeur, nous devrons faire preuve d’une concentration maximale durant l’ensemble des 95 minutes et, le cas échéant, pour les prolongations de la rencontre." Quel est le niveau de difficulté de ce match ? "Il faudra faire preuve d’une concentration encore plus importante qu’à l’habitude, nous n’avons pas marqué à l’aller et notre attention devra être maximale car la rencontre peut basculer à n’importe quel moment." Vous avez vécu de nombreux derby romain, Il ne vous a pas fallu longtemps pour en gagner un là-bas. Est-ce le bon moment pour faire la fête aussi ici à Milan ? "Et c’est ce que je nous souhaite à tous : Demain, nous jouerons dans notre stade, avec un public incroyable qui nous a toujours transcendé. Lors du dernier match face à Vérone, le soutien du stade nous a énormément aidé et nous avons conscience demain, que nous disputerons une rencontre importantissime avec une place en jeu qui vaut cher." Le fait de ne pas avoir encore gagné le Derby cette saison peut-il être une motivation ? "Sans aucun doute, c’était trois derby différent : Nous avions bien joué lors des deux premiers, lors du dernier, les équipes se valaient tout en sachant que le but à l’extérieur pèserait de tout son poids, c’était une rencontre plus fermée. L’équipe en a conscience et la rencontre de demain sera une très grandissime opportunité pour l’emporter de la meilleure des façons." Suite à sa victoire face à la Juve, l’Inter a retrouvé le bon rythme, pensez-vous que ce Derby puisse avoir un impact positif ou négatif, aussi dans la Course au Scudetto ? "Je pense qu’il aura une grande importance, il vaut une finale, mais nous devons être bons pour distinguer les deux compétitions : Demain, la priorité sera la rencontre de la Coupe d’Italie, ensuite nous nous concentrerons sur la Roma : Nous aurons trois jours et demi pour nous préparer au mieux à une rencontre très importante pour notre championnat. Vendredi déjà, en après-match de la Spezia, nos pensées étaient dirigées vers la rencontre de demain soir." Lorsque Brozovic était absent, vous avez effectué plusieurs tests à son poste. Qui est parvenu s’en tirer le mieux ? Avez-vous déjà échangé avec la Direction sur ce point pour l’avenir ? "Nous connaissons l’importance de Brozovic dans notre équipe, et cette année, il a fait défaut durant une période qui a coïncidé avec notre période la moins brillante, il y a eu des matchs où Barella, Vecino, Çalhanoğlu, Vidal l’ont en l’occurrence remplacé. Nous savons que c'est un rôle où nous avons tous des Mezzali qui ne sont des spécialistes pour ce poste spécifique: Ce ne sont pas des meneurs d'hommes, mais ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes, pour les matchs que nous avions à disputer." "J’en ai parlé avec le club et nous allons probablement faire quelque chose à ce sujet, mais pour l'instant je ne m’y attarde pas car il nous reste encore 40 jours de compétitions et je souhaite les disputer de la meilleure façon possible." L’obligation de l’emporter peut-elle s’avérer comme un allié pour vous ? "Nous savons que nous n'avons pas d'alternative car avec un 0-0 vous allez en prolongation mais avec un autre match nul vous n'allez pas en finale, donc l'équipe sait qu'elle doit jouer pour gagner tout en ayant en tête que le match sera long et que nous devrons l'aborder de la meilleure façon possible. Je l’ai déjà connu, il y a un an avec la Lazio et je sais que sur le plan mental et physique, qu’il s’agira d’ un match où l'on dépensera beaucoup d'énergie". Selon les experts, certains pensent que parmi les attaquants, Dzeko et Lautaro représentent le duo le moins complémentaire ? est-ce une question d’incompréhension ? "J'ai cinq attaquants qui sont en bonne forme en ce moment et qui méritent tous de jouer. Ensuite il faut faire des choix, mais je pense qu'ils peuvent tous très bien jouer les uns avec les autres. Et c'est à moi de décider avec qui va commencer et qui sera remplacé, ça fait partie du métier." Dans certains matchs, comme contre Spezia et la Fiorentina, vous avez changé les deux attaquants en même temps : Étiez-vous satisfait de la réponse que vous avez obtenue lors du dernier match ? Est-ce que c'est lié à cette situation ? "Le choix des attaquants dépend des matchs que nous devons affronter. Dzeko et Correa ont fait du bon travail, en début de match. Ensuite, les deux qui ont pris la relève ont fait aussi une belle prestations et ils ont tous les deux marqué. Tu as des matchs où tu peux faire d’autres choix aussi, tout dépend du déroulement de la rencontre, c’est celui-ci qui te fait prendre certains choix." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Fabrizio Biasin s’est livré sur le canal Twitch de calciomercato.it. Le célèbre journaliste Italien s’est livré à la fois sur l’importance du Derby d’Italie, mais également sur le futur de Simone Inzaghi "Pour l’Inter, le Derby d’Italie est décisif, il l’est moins pour la Juve. Le Scudetto pour les bianconeri serait un miracle. Mais perdre à Turin ferait très mal, surtout mentalement aux Nerazzurri car le risque serait que l’équipe se perde. L’Inter a encore l’espoir de remporter le Scudetto, la Juve bien moins. Si cela devait mal tourner dimanche, les Nerazzurri devraient aussi bien regarder devant que derrière, c’est une rencontre fondamentale pour plusieurs raisons.' 'Elle l’est aussi pour Simone Inzaghi qui a commis des erreurs lors des remplacements sur plusieurs matchs, lors des choix tactiques pour palier à l’absence de Marcelo Brozovic, mais je ne le massacre pas: Les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, la Super Coupe d’Italie, la Demi-Finale de la Coupe d’Italie et un possible Scudetto : Il faudra voir comment se terminera la saison et le raisonnement de Giuseppe Marotta sur tout cela." Est-ce qu’Inzaghi pourrait être confirmé ? "Tout dépend de comment cela va se terminer : Si tu joues le Scudetto en te battant jusqu’au bout mais que finalement le Milan ou le Napoli font mieux, alors Inzaghi gagnera sa confirmation. Si en revanche, d’autres matchs nuls arrivent, qu’il y a de l’amertume, que ce sont des mauvais matchs, il sera dans ce cas-là clairement remis en discussion : Mais il en est bien conscient lui aussi, il n’y a pas de mystère. Lorsque les périodes difficiles arrivent, si tu es assez bon pour les surmonter, tu gagnes ton maintien, dans le cas contraire tu es incendié. Mais nous ne sommes pas dans la phase décisionnelle." Validez-vous l’analyse de Fabrizio Biasin ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C’est une information en provenance de Sky Sport : Si à la Casa Inter, tous se concentrent sur le Derby d’Italie, la Direction Interiste songe déjà à renforcer l’attaque l’année prochaine "Lautaro est un joueur sur lequel l’Inter a investi énormément, avec une prolongation de contrat à hauteur de six millions d’euros plus bonus: Il y a une méforme évidente de la part du joueur, il y a d’ailleurs un Lautaro à deux visage cette saison, avec une troisième vision à venir lorsqu’il commencera à redevenir le Toro du début de saison. En 2020, il n’a inscrit que 5 buts dont un triplé à la Salernitana, il y a le but en Super Coupe d’Italie et à Anfield Road, mais malgré tout, il reste un joueur central du projet de l’Inter." "S’il arrive que des clubs s’approchent de lui avec une offre très importante, le Club pourrait à ce moment-là s’asseoir autour d’une table pour discuter: La perspective d’enrôler un jeune physiquement fort comme Gianluca Scamacca en attaque est bonne, et on verra ce qui peut se passer en cas d’un départ, qui pourrait aussi être celui d’Alexis Sanchez en termes de salaire, voire éventuellement de Lautaro en cas de super offre." "En attendant, Simone Inzaghi espère retrouver le Lautaro de la première partie de saison ce dimanche." Le Saviez-vous ? Selon Calciomercato.com, "Giuseppe Marotta serait disposer à se passer des services de Lautaro Martinez face à une offre, à minima, de 70 millions d’euros : Lautaro n’est pas sur la liste des transferts et l'Inter veut se mettre à l'abri et attend des réponses d'ici à quelques mois, pour bloquer son remplacement : Le candidat numéro un reste Paulo Dybala, mais il n'est pas le seul nom sur la liste de la direction Nerazzurra." "Marotta attend un retour de l’Atletico Madrid qui, déjà en 2018, avait perdu le duel à distance lorsqu’il avait fallu le recruter, mais également celui d’Arsenal qui s’il y a déjà contacté l’agent du Toro, n’a jamais contacté officiellement l’Inter." 70 millions d'euros, exagéré, insuffisant ou juste selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. La presse italienne s’st intéressée à la renaissance débutante de Lautaro Martinez, qui en ce mois de mars semble retrouver de sa superbe…Est-ce dû à l’arrivée du Printemps ? Selon Il Giornale, "Anfield a définitivement rendu à l’Inter, le Martinez utile pour l’envolée Scudetto : Des trois buts inscrits à la Salernitana en passant par le Chef d’œuvre de Liverpool, le Toro d’Inzaghi a en quatre jours, mis un terme à deux mois d’abstinence, d’angoisse devenant le but. Mais ce qui compte, c’est avant tout la confiance de l’entraineur et, sous ce point de vue, Inzaghi ne s’est jamais caché, alors que d’autres ne se seraient pas caché. Les buts sont comme de la vitamine pour le Scudetto, en sachant que déjà ce dimanche, un faux pas sera interdit." Pour la Gazzetta Dello Sport, Lautaro met tout le monde d’accord "Un but en Ligue des Champions qui lui faisait défaut novembre 2020, soit 490 jours…avec une flèche enflammée à l’extérieur de la surface qui a surpris Alisson et a effrayé Liverpool : Dans ce but, cette frappe de l’extérieur qui est allé en pleine lucarne, on retrouve toute l’envie de Lautaro Martinez, son cri au monde du football confirmant qu’il est bien de retour dans un stade réduit au silence. L’Inter a retrouvé son étoile la plus attendue, comme si ce tir était un message à ses détracteurs, un but destiné à mettre un terme aux rumeurs du mercato, un joyau qui semblait vouloir dire : Je suis toujours le Top Player de l’Inter." "La cure apporté par Inzaghi a fonctionné, Simone l’a toujours valorisé et Lautaro a commencé fort la saison, démontrant être prêt à reprendre le rôle de premier ordre laissait vacant par Big Rom. Si en championnat les prestations étaient convaincantes, en Europe, les soirées continuaient à lui laisser de l’amertume, sans oublier que le feeling avec Edin Dzeko était en courant alternatif, c’est pour cela que l’un ou l’autre marquait...au moins jusqu’à la fin de l’année 2021." "Cette nouvelle année, le Toro s’était éclipsé malgré la prolongation de son contrat qui certifiait son nouveau statut d’Etoile de l’équipe. Après le sursaut en Super Coupe d’Italie, Lautaro avait disparu des écrans radars des buteurs, alors que Simone a continué à faire du cocooning, et à chercher à faire en sorte qu’il retrouve sa sérénité." Une nouvelle approche tactique "Inzaghi lui a offert la possibilité d’être plus proche du but, en le convaincant d’éviter ce travail supplémentaire de mettre de la pression loin du but, afin d’épargner son énergie et de retrouver la lucidité, là où cela compte le plus. Le soutien de sa famille a été fondamentale, qu’il s’agisse d’Agustina et de sa fille Nina ou du Sélectionneur National Argentin Lionel Scaloni, qui l’a convoqué à plusieurs reprise et confirmé dans un rôle de leader en vue de la Coupe du Monde programmée au Qatar en fin d’année." A présent, Lautaro est à la poursuite de deux objectifs Surclasser son record de but sur une saison : 21 Apporter sa griffe sur le Scudetto de la Stella un objectif qui lui ouvrirait directement une place parmi les plus grand dans l’Histoire de l’Inter Le Saviez-Vous ? Malgré sa période de disette et depuis toujours Diego Simeone reste sous le charme du Toro: "Il a toujours été le premier choix pour l’Atletico, Diego Simeone est fou amoureux de lui et ne se cache plus depuis longtemps…Qui sait si d’autres entraîneurs raisonnent comme lui." conclu la Rosea ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport : "Steven Zhang démontre une nouvelle fois sa proximité avec l’Inter et avec son entraîneur." En effet, le Président de l’Inter a embarqué avec ses troupes, en direction de la Premier League Le feeling entre Simone Inzaghi et le Président est particulier "La syntonie est totale, renforcé par le comportement d’Inzaghi qui a séduit Zhang dès leurs premiers échanges, au mois de mai 2021. Tout est une question de style, de déclarations jamais exagérée, et allons-y, de résultat. C’est évident que le bilan est absolument partiel, mais l’entraîneur a déjà atteint deux objectifs prédéfinis : La Super Coupe d’Italie et la qualification en huitième de finale de la Ligue des Champions. " "C’est donc loin des projecteurs et au terme de la saison, qu’arrivera la proposition d’une prolongation du contrat de l’entraîneur : L’Inter et Zhang n’ont pas la moindre intention de bâtir la nouvelle équipe avec un entraîneur en fin de contrat. A Appiano, tout le monde est d’accord. Son contrat arrivera à expiration en juin 2023 et celui-ci devrait être prolongé jusqu’au 30 juin 2024 avec une option jusqu’au 30 juin 2025. Le salaire actuellement perçu de 4,5 millions d’euros serait réévalué à 5 millions d’euros plus des bonus à définir." Le Saviez-vous ? Si Steven Zhang est prêt à embarquer avec son équipe pour Liverpool, il y a lieu de retenir que les déplacements du Président, en compétitions européennes, sont très rare. Son dernier déplacement était un soir d’été 2020, lors de la Finale de l’Europa League opposant l’Inter au Fc Séville: "C’est une nouvelle preuve de la volonté de Zhang de vouloir être proche de son équipe et de son entraîneur." Sachant que Luciano Spalletti venait de prolonger pour deux saisons avant l’arrivée d’Antonio Conte, est-ce judicieux de prolonger d’un an Simone avec "une option" pour une seconde année ou vaut-il mieux ne courir aucun risque et proposer immédiatement un contrat pour deux saisons supplémentaires ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Sky Sport s’est penché sur la situation entourant Lautaro Martinez et sur son absence de tout but en championnat depuis le 17 décembre 2021, un rendement qui pèse lourd également pour l’Inter "Si Marotta l’a une nouvelle fois encouragé avant d’affronter le Milan, il n’est toujours pas parvenu à se débloquer, et si l’on prend en considération les trois compétitions où l’Inter est engagée, exception faite de la Super Coupe d’Italie où il a marqué, le joueur manque au rendez-vous depuis le 17 décembre. Depuis lors, nous en sommes à 8 matchs de Serie A, 3 de Coupe d’Italie et la rencontre face à Liverpool. En 35 présences, il a inscrit 12 buts et offert 8 passes décisives, même s’il n’a pas inscrit le moindre but en phase de groupe de la Ligue des Champions." Statistiques catastrophiques Le joueur Nerazzurro croule sous les statistiques et le seul secteur où il s’est amélioré, comparé à l'année dernière, est la moyenne de ballon repris à l’adversaire: En 2021, Lautaro avait une moyenne de 2,2 ballons récupérés, contre 2,5 pour 2022. Conséquence directe, en 2021 il perdait pour 8,1 ballons en moyenne, contre 6,6 ballons perdus à présent. Plus problématique, sa moyenne de tentative de tir par match était, l’année dernière, de 3,5 tirs contre 1,7 tirs en ce début d’année. Conséquence direct, la moyenne de tir cadré est passé de 1,35 à 0,6. La stat qui fait mal : L’année dernière, il inscrivait 1 but toutes les 137 minutes de jeu contre 1 but toutes les 732 minutes actuellement. Ses hommes de référence ont changé également En 2021, 16 passes ou assits clés lui ont été servi par Nicolò Barella. En 2022, 5 passes ou assists clés lui ont été délivré par Edin Dzeko. En 2021, il jouait le plus souvent avec Hakan Çalhanoğlu (35 passes) à présent, il mise en 2022 sur Dumfries et ses 22 passes. Brozovic, auparavant jouait aussi avec lui (48 passes en 2021) Contre seulement 19 passes de Nicolò Barella en 2022. Quoiqu’il en soit, pour l’Inter, peu importe les prestations, celui qui voudra se l’offrir devra débourser, à minima 90 millions d’euros...Une somme exagérée selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter, s’est livré à Sky Sport au lendemain de la défaite de l’Inter face à Sassuolo. Etes-vous préoccupé en ce moment ? "Ce sont des moments de la vie et du sport où il faut avoir conscience de souffrir, nous sommes en train de souffrir, mais nous devons avoir immédiatement la volonté de se reprendre en travaillant plus durement. Il faut surtout maintenir la confiance qui était accrédité pour le parcours réalisé jusqu’à aujourd’hui : C’est un classement très respectable, avec une Super Coupe de gagnée et un parcours réalisé en proposant un spectaculaire jeu d’équipe." Etes-vous surpris par la crise actuelle ? "Non, nous ne voulons pas maintenir la culture de l’alibi, nous savions forcément qu’il s’agissait des mois les plus difficiles de la saison vu la concomitance des rencontress Nous avons disputé neuf rencontres face à des équipes de très haut niveau, cela ne peut pas être un alibi, mais nous devons avoir la conscience de faire le reste du championnat en tant que protagoniste, c’est notre rôle. Nous devons travailler, croire en nous-même et aller de l’avant avec sérénité, nous savons que cette saison sera disputé jusqu’au dernier kilomètre." Quelle valeur donnez-vous à Inzaghi ? "C’est la garantie d’avoir un professionnel préparé qui répond aux exigences du club, la défaite d’hier est une défaite mérité, riche d’enseignements, qui doit nous nous permettre de comprendre pourquoi cela n’a pas été avec nos propres consciences. Cette crédibilité vient de l'entraîneur : l'équipe est l'entité qui a des objectifs clairs dans sa tête. Nous sommes champions en titre, nous nous devons défendre le Scudetto et nous nous devons viser la deuxième étoile." Lautaro ? "Comme l’a souligné Simone, je le répète aussi, il y a des hauts et des bats chez les attaquants, surtout chez un garçon tel que lui. Il veut démontrer son engagement chaque semaine, il lui manque le plus important : Le but. Il doit s’en servir pour faire grandir sa confiance en lui. Il s’agit d’un discours momentané, c’est à l’équipe et au club de le soutenir pour qu’il puisse retrouver le chemin du but et qu’il puisse redevenir le jeune champion que nous connaissons tous." Brozovic ? "J’ai conscience que le club et le joueur veulent continuer ensemble, cela signifie que dans très peu de jours, il paraphera avec certitude la prolongation de son contrat." Perisic et Handanovic ? "Nous avons la chance d’avoir à faire à des professionnels en fin de contrat qui sont à admirer vu ce qu’ils proposent quotidiennement, cela vaut aussi pour Ranocchia et les autres. Lorsque l’on parle de Perisic et d’Handanovic, on parle de deux professionnels avec lesquels nous souhaitons dialoguer rapidement, car ils méritent de notre part une reconnaissance, nous devons nous asseoir avec calme à table, il n’y a pas d’urgence. Jusqu’à aujourd’hui, ils ont prouvé qu’ils mérité de porter ce maillot et de pouvoir continuer car ce sont deux personnalité de grandes valeurs." Frattesi et Scamacca ? "Sassuolo est l'expression du modèle du football insouciant : On y retrouve de jeunes joueurs qui pourront jouer un rôle important à l'avenir. C'est une équipe insouciante, et cela lui permet d’évoluer à son meilleur niveau : Ces jeunes se sont développés et ont attiré l’attention des recruteurs des clubs importants. Je suis heureux pour le club et pour son Administrateur-Délégué Carnevali." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Après un peu plus d’un quart de siècle, l’Inter et Pirelli ont décidé de mettre un terme à l’aventure les liant au Main Sponsor lors de la saison 2020/2021. Depuis lors, Socios.com a pris le relais pour cette saison, par le biais du logo $Inter Fan Token, soit un accord qui a permis à l’Inter d’encaisser 16 millions d’euros. Cette somme n’est que provisoire vu qu’elle est liée aux résultats sportifs, il suffit déjà d’imaginer une revalorisation avec la conquête de la Super Coupe d’Italie. Mais si Pirelli a quitté le maillot Nerazzurro, celui-ci n’a pas définitivement quitté le club milanais. Comme le révèle Calcio&Finanza, Pirelli est devenu le Global Tire Partner, un rang qui permet à l’Inter de percevoir quelques fonds jusqu’au 30 juin 2024. "Pirelli a été le sponsor maillot de l'Inter de 1995 jusqu'à la fin de la saison 2020/2021. Nous avons reçu 19,1 millions d'euros, 11,5 millions d'euros et 25,0 millions d'euros (hors TVA) sur base de l’accord conclu pour les exercices comptables clos les 30 juin 2019, 2020 et 2021", peut-on lire dans la documentation du Club "Sur base de l’accord de sponsorisation actuel avec Pirelli, accord qui a vu Pirelli devenir notre Global Tire Partner, et qui durera jusqu'en juin 2024, Pirelli dispose du droit de faire de la publicité pour ses propres produits au Stade Giuseppe Meazza et sur le matériel promotionnel de l'Inter, sans oublier certains droits d'hospitalité. En contrepartie, nous recevrons une redevance annuelle de 2,9 millions d'euros pour chaque saison de parrainage." L’Inter et Pirelli, une affaire qui "roule" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Le Corriere Dello Sport est revenu sur ce début d’année 2022. Un début d’année qui annonçait l’enfer sur terre pour les Nerazzurri: "La Lazio, la Juventus en Super Coupe et l’Atalanta, le mois de janvier pré-annonçait un mois de feu pour l’Inter. Avec quel résultat ? Deux victoires, un match nul et un titre en poche." "A tout cela, s’ajoute une journée de championnat qui s’annonçait défavorable, celle de ce week-end. Pourtant les Nerazzurri sont parvenus à gagner un point sur le Milan, battu par surprise à domicile face à la Spezia: Dans une journée qui, sur papier, donnait à sourire aux rivaux, avec le Napoli qui a fait son devoir, l’Inter a fini par gagner un point de plus sur les Rossonneri. Ils sont actuellement à +2 et, en cas de victoire sur Bologne, l’avantage serait de +5." "Mieux encore, la prochaine journée verra le Milan affronter la Juve avec les Nerazzurri qui défieront, au Giuseppe Meazza, Venise : Le risque est que l’écart continue à s’agrandir et à ce point, il ne rester au Diavolo que le Derby du 6 février, soit immédiatement après la trêve, pour relancer les débats ou pour sortir définitivement de la course au titre." Inter, Milan, Napoli, qui a le meilleur calendrier (Hors Coupe d’Europe) En effet, mis à part la rencontre en Coupe d’Italie qui se tiendra demain face à Empoli, l’Inter défiera : Venise, le 22 janvier Le Milan, le 6 février Le Napoli, le 13 février Sassuolo le 20 février Le Genoa le 27 février La Salernitana le 06 mars Le Milan lui fera face à La Juventus, le 23 janvier L’Inter, le 06 février La Sampdoria, le 13 février La Selernitana, le 20 février L’Udinese, le 27 février Le Napoli, le 06 mars Le Napoli fera face à La Salernitana, le 23 janvier Venise, le 06 février L’Inter, le 13 février Cagliari, le 20 février La Lazio, le 20 février Le Milan, le 06 mars Selon vous, qui a le plus à perdre, en sachant que l’Inter avec un match de moins, dispose déjà d’une avance de 2 points (+5 si victoire à Bologne) sur le Milan et de + 4 (plus 7 si victoire à Bologne) sur le Napoli ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, Simone Inzaghi a un feeling tout particulier avec la Coupe d’Italie : Trois fois titré en tant que joueur, il s’agit aussi de son premier titre remporté en tant qu’entraîneur, à la tête de la Lazio, en 2019. D'ailleurs, l’entraineur Nerazzurro considère cette coupe comme un objectif important. L'avis de la Gazzetta Dello Sport De plus, l’Inter mise également sur le Scudetto et la Seconde Etoile, mais cela ne lui déplairait pas de réaliser ce que certains surnomment le Tripletino : Soit la Super Coupe d’Italie (déjà en poche) suivi du Scudetto et de la Coupe d’Italie. "Car si ce soir, l’équipe Nerazzurra fera l’objet d’un important turn-over, celle ci restera compétitive et aguerrie comme toujours." Marcelo Brozovic sera absent suite à sa suspension, Nicolò Barella devrait être mis au repos tout comme Milan Skriniar, car ce sont les joueurs qui ont évolué le plus cette saison. En attaque, on devrait retrouver le duo argentin Lautaro Martinez et Joaquin Correa. Le premier n’a joué que quelques minutes face à l’Atalanta pour éviter toute surcharge musculaire, le second aura la chance de se mettre en valeur vis-à-vis d’un Alexis Sanchez en feu. Signeriez-vous pour ce Tripletino ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Steven Zhang a rejoint ses hommes dans les vestiaires, lors de la victoire de l’Inter sur la Juventus en Finale de la Super Coupe d’Italie et s’il a dévoilé des clichés sur Instagram et des vidéos de l’équipe sous la Curva Nord, l’instant était plus solennel en coulisse Un traducteur d'exception: Samir Handanovic! "Cette nuit restera dans nos cœurs pour toute notre vie. Je vous remercie pour tout ce que vous avait fait pour l’Inter, vous nous avez rendu heureux, moi et les Tifosi. Le mérite vous revient à vous tous et aussi à Inzaghi." S’en est suivi une accolade avec l’entraineur et les joueurs, du un contre un avec énormément d’affection. Un traitement similaire a d’ailleurs été réservé pour les autres dirigeants : Les Administrateurs-Délégués Giuseppe Marotta et Alessandro Antonello, le Vice-Président Javier Zanetti, sans oublier Piero Ausilio et Dario Baccin son adjoint. Personne ne sait par contre si la Direction est revenue dans un état intact à la sortie du vestiaire ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Le but inscrit à la dernière seconde en finale de la Super Coupe d’Italie d'Alexis Sanchez, a offert à l’Inter la sixième Super Coupe de son histoire, elle a également permis aux Nerazzurri de percevoir une reconnaissance économique Révélation de Calcio&Finanza "Zhang était très heureux, il a réuni l’équipe pour la féliciter, les garçons ont comme toujours répondu aux attentes, ils étaient heureux et ils ont également dit au Président qu’ils souhaiteraient une prime, je pense que le Président leur offrira." Telle était la déclaration de Simone Inzaghi, l’entraîneur de l’Inter, aux micros de Mediaset lors de la victoire sur la Juve...... La prime promise par le Président est donc arrivée : 500.000 euros de bonus pour avoir gagné la compétition Mais que vaut financièrement parlant, la victoire de la Super Coupe pour le Club Nerazzurro ? Le montant total pour les deux finalistes est d'environ 3 millions d'euros : l'Inter, qui a soulevé le trophée au Giuseppe Meazza doit recevoir 1,8 million d'euros contre 1,2 millions d’euros pour la Juventus. Toutefois, après la réduction des recettes en provenance de la billetterie, à la suite des décisions du Gouvernement italien de limiter la capacité dans les stades de 75% dans les mois écoulés à 50%, et l’adaptation qui aura lieu de 15 janvier au 5 février où la capacité maximale deviendra de 5.000 tifosi aux stades avec le secteur des visiteurs fermés pour les équipes en déplacement, le gain total de l’Inter avec une affluence de 29.696 tifosi aux stades sera donc être plus important. Un peu plus de deux millions d’euros pour avoir mis une cartouche à La Vieille Dame, cela valait-il le coup selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. La victoire en Super Coupe d’Italie est actée et le match face à l’Atalanta et déjà dans toute les têtes. Pourtant, à la Casa Inter, les esprits se sont dirigés sur Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin. Révélation de Di Marzio sur Sky Sport Le Président Steven Zhang, qui est à Milan, est parvenu à un accord total avec les dirigeants. Il s’agit d’un triennal courant jusqu’en juin 2025 pour Marotta, Ausilio et Baccin. Il s’agit d’une reconnaissance suite au travail réalisé durant l’été. La semaine prochaine, les signatures et les annonces officielles auront lieu. Par la suite, ce sera le tour de Simone Inzaghi, afin de parler de la prolongation de son contrat. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Le Corriere Della Sera s’est livré de la vie au quotidienne de l’Inter, dont Simone Inzaghi, l’entraîneur, a offert comme cadeau de ce début d’année, la Super Coupe d’Italie à Suning: "C’est un long chemin emprunté de la bonne façon, celui emprunté par Inzaghi a fonctionné avec l’Inter et il continue à marcher : L’entraîneur est parvenu à trouver le moyen de rentrer dans la tête des joueurs et d’être en symbiose avec eux." 3 aspect à souligner "Premier point, au retour de Reggio Emilia, après la victoire sur Sassuolo, l’Autogrill a vu arriver le car de l’Inter. Nicolò Barella et Marcelo Brozovic y ont dépensé 200euros et ce y compris en achat de snack et de chocolat pour toute l’équipe." "Second point, La victoire à Salerne, direction l’aéroport vers Milan : Le lendemain les joueurs avaient un entrainement l’après-midi. Ceux-ci ont demandé à Inzaghi de le déplacer en matinée afin de pouvoir disposer d’un jour et demi de repos : requête accordée." "Troisième point, la veille de Real Madrid-Inter, hors caméra au Santiago Bernabeu, Inzaghi demande à Perisic : "Tu es fatigué Ivan ?". "Non, pas lorsque l’ont vit des choses comme ça." Ces trois situations résument à elles-seules le modèle Inzaghi synthétiser en un mot : Liberté. Son Inter gagne et le Corriere Della Sera dévoile le secret de l’entraineur : "Son approche du Groupe. Même Faris, son adjoint a déjà expliqué comment Simone est parvenu à se faire respecter par ses hommes : En adaptant le modulo de telle façon que les joueurs croient plus en leur moyens, en leur faisant confiance." "On lui avait raconté le "lourd héritage " de Conte, e établissant une relation propre avec l'équipe, " une relation directe et accessible". Il partage, il confronte, il prend en charge les demandes", comme lorsqu'il dit en direct que les garçons ont demandé une prime à Steven Zhang, une prime de 500.000€ qui a d’ailleurs été accordé et qui est à répartir entre tous." "Le rapport joueurs-entraineur a changé et l’on comprend, à présent, pourquoi les joueurs Nerazzurre disent se sentir plus libre. Pour Conte, ils auraient tous fait, l’Inter était une armée. La méthode de l’ancien entraîneur a été intériorisé et a fait grandir l’équipe. Inzaghi, lui, a décidé d’être un gestionnaire et un valorisateur du groupe : Il a maintenu la base tactique tout en offrant la possibilité aux joueurs de faire ressortir ce qu’Is ont en eux." "Conte avait télécommandé la Victoire, Inzaghi, comme l'a raconté l'adjoint Farris, a ajouté une interprétation plus offensive, avec les deux défenseurs centraux extérieurs (Bastoni et Skriniar) autorisé à partir dans des raids dans la moitié de terrain de l’adversaire." La vie quotidienne à la Pinetina a également changé : "Les entrainement ne dure qu’une heure contre le double précédemment, l’analyse tactique a lieu lors des partitellas et non plus lors d’exercices bien spécifiques, les analyses vidéos ont lieu la veille du match. Tous les joueurs se sentent concernés, même jusqu’au dernier à jouer, Inzaghi ne dévoile jamais sa formation, la programmation est établie à la semaine et non plus au jour le jour, c’est une nouveauté très apprécié par le vestiaire qui sait s’organiser son temps libre." "Inzaghi est comme le frère aîné, considéré comme un footballeur d’expérience par le groupe qui lui renvoi l’ascenseur via les résultats, le jeu et l’engagement. Alexis Sanchez est emblématique : de rejeté à retrouver, il s’agit d’une autre histoire de revanche. Et il y a également le rapport avec la Direction Nerazzurra, tous sont en parfaite symbiose, tous partagent l’objectif avoué de la Seconde étoile, sur ce long chemin qui mène au Scudetto." La citation du jour signée Ivan Zazzaroni "Dans le football, il faut aussi avoir du cul : Marotta a eu aussi de la chance avec Inzaghi" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Alors qu’au fin fond de la nuit, on semblait tous se diriger vers le douloureux épilogue d’une séance de tirs au buts, alors que l’Inter a dominé son sujet, face à un bunker turinois, le karma a parlé. Si lors du dernier déplacement de la Juve au Giuseppe Meazza Nerazzurro, la Var lui est venue miraculeusement en tête, les Dieux du football ont écrit un thriller pour célébrer le titre Nerazzurro remporté ce soir: A l’ultime seconde de la dernière minute de la dernière prolongation, le Giuseppe Meazza a explosé ! En effet, cette partie était loin de la partie spectaculaire attendue, si l’Inter se créait d’importantes occasions en début de match, la première polémique ne tarde pas à venir: À la 11’, l'Inter réclame un penalty pour une faute de Chiellini sur Barella. Lors du choc entre les Champions d'Europe, c'est le joueur sarde qui s'est emparé du ballon en premier, le capitaine de la Juventus le renversant sur son élan. Après un contrôle rapide de la Var, Doveri fait reprendre le match au milieu des protestations des Nerazzurri. Peu de temps après, Inzaghi a demandé à l'arbitre pourquoi il n'était pas allé revoir le contact sur le moniteur, le quatrième homme Fabbri s'efforçant de le calmer. A la 25’ place à l’ouverture du score qui est turinoise: La poussée de Morata sur Skriniar au début de l’action n’est pas sanctionnée : Le centre de l'Espagnol se situant sur l’aile gauche trouvait McKennie esseulé dans la surface, qui de la tête surprend la défense Nerazzurra, Stefan De Vrij en premier. L’Inter se relance dans le match via… un penalty : A la 34’ Dzeko traverse toute la surface de réparation turinoise et trouve De Sciglio, sur son chemin. Ce dernier, naïf, le touche du pied en négligeant dans le ballon. Doveri n'a aucun doute et désigne immédiatement le point de penalty. Celui-ci sera converti par Lautaro Martinez qui prendra à contre-pied Mattia Perrin. Nouvelle polémique à la 40’ dans la surface de la Juventus : Bastoni se plaint d'un croche-pied de Kulusevski, Doveri ne siffle pas mais ne semble pas si sûr de la décision prise. En effet, la jambe du Suédois est "assez large" et le doute sur l'intensité du contact subsistera. A la fin du temps réglementaire, la Juve fait de la Juve, en l’absence de Cuadrado, McKennie tombe au sol dans la surface de réparation milanaise, en touchant son visage après une main involontaire de Bastoni : Pour Doveri, ainsi que pour l'arbitre de la Var Mazzoleni, il n’y a absolument rien Au cours de la première prolongation, Skriniar et Chiellini "s'entrelacent" dans la surface turinoise, alors que la tête d’Alexis Sanchez, monté au jeu avec Joaquin Correa en remplacement d'Edin Dzeko et Lautaro Martinez, flirte avec la cage de Perrin. Si Doveri siffle, celui-ci indiquera un coup de pied de but. Place à l’épilogue de cette fin de match, une fin de match typiquement Pazza Inter. Alors que nous sommes à la 120’ et que Massimiliano Allegri voit son plan d’action se confirmer, celui d’aller au tirs au but, alors que Leonardo Bonucci se prépare à rentrer, Le Giuseppe Meazza rugit de plaisir: Profitant d’une incompréhension dans la surface turinoise sur un centre de Federico Dimarco, Darmian fait irruption dans la surface, anticipe Chiellini suite à une remise suicidaire de la poitrine d'Alex Sandro pour servir Alexis Sanchez! Et si le Capitaine de la Juventus s’est arrêté à temps pour ne pas provoquer de penalty, le numéro 7 chilien met tout le monde d’accord en faisant trembler les filets : Averti pour avoir retiré son maillot, Alexis se dirige vers le poteau de corner, sous la Curva Nord en étant rejoint par l’intégralité de l’équipe, Simone Inzaghi et son staff inclus. Doveri siffle immédiatement après ce but la fin du match, l’Inter remporte la Super Coupe d’Italie tandis que Bonucci a piqué une crise et a attaqué Le secrétaire de l'équipe-première équipe de l'Inter, Cristiano Mozzillo. Un comportement honteux qui, espérons-le, ne restera pas impuni! La nuit magique est Nerazzurra et Simone Inzaghi ramène déjà son premier titre à la tête de l’Inter à la maison, avec un taux de victoire insolent de 100% en Super Coupe d'Italie! Étiez-vous comme Tramontana ? Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Juventus Buteur(s) : 25’ McKennie (J), 35’ Lautaro Martinez (I, pen.), 120’ Sanchez (I) Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (89’ 36 Darmian), 23 Barella (89’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic (101’ 32 Dimarco) ; 9 Dzeko (75’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (75’ 7 Sanchez) Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Juventus : 36 Perin ; 2 De Sciglio, 24 Rugani, 3 Chiellini, 12 Alex Sandro ; 14 McKennie, 27 Locatelli (91’ 30 Bentancur), 25 Rabiot ; 20 Bernardeschi (79’ 5 Arthur) ; 44 Kulusevski (74’ 10 Dybala) ; 9 Morata (88’ 18 Kean) Banc : 1 Szczesny, 23 Pinsoglio, 6 Danilo, 17 Pellegrini, 19 Bonucci, 21 Kaio Jorge, 38 Ake, 45 De Winter T1 : Massimiliano Allegri Arbitre : Daniele Doveri VAR : Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Bernardeschi (J), Dybala (J), Correa (I), Rugani (J), Vidal (I), Sanchez (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.696 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Avant de dispter la finale de la Super Coupe d’Italie, Milan Skriniar s’est livré à DAZN dans le cadre de l’émission "1vs1". Voici les déclarations de la Bête Nerazzurra A présent, ton surnom est Skrigno...... "Certains m’appellent encore Milan, mais ils sont très peu." Tu es très fort cette année... "Oui, nous sommes une bonne équipe." Es-tu le plus fort d’Italie dans les 1 contre 1 ? "Je ne sais pas si je suis le plus fort, mais lorsque je joue face à des adversaires, je les regarde en vidéos pour connaitre les mouvements qu’ils réalisent, c’est pour cette raison qu’l m’est plus facile de lire leur jeu, même s’ils sont talentueux : Je ne les étudie pas, mais je regarde énormément de vidéo de mes adversaires, surement qu’ils font eux aussi la même chose." Est-ce que la défense composée avec Alessandro Bastoni et Stefan De Vrij est la plus forte dans laquelle tu as pu jouer ? "Je dirai oui, nous avons remporté aussi le Scudetto : Depuis mon arrivée ici, c’est la plus forte." Qui est le défenseur le plus fort ? "En ce moment, le Napoli est la défense qui encaisse le moins de but, ils sont fort: Mais je pense que nous réussirons à les rattraper : Nous sommes les plus fort et nous voulons le rester." Comment te sens-tu avec Simone Inzaghi ? "Très bien, mais je ne suis pas le seul à le penser, ce sont tous les gars : Il est l’Uno di noi. Il y a encore quelques années, il jouait sur les terrains, c’est vraiment une bonne personne, c’est comme un compagnon d’équipe : Nous nous sentons vraiment bien avec lui." Quel est l’attaquant le plus fort que tu aies dû marquer ? "Comme numéro 9, je dirais que Romelu Lukaku était difficile à marquer, mais par chance c’était uniquement lors de nos entraînements. Edin Dzeko me donnait aussi du fil à retordre quand il était notre adverse, il est massif et protège bien le ballon, il était aussi difficile à marquer. Comme ailiers, ils sont nombreux, mais cette année, je dirais que Vinicius, qui est très rapide, est vraiment très difficile à marquer." Bastoni ? "Je l’appelle Gerry, comme une girafe : Il est très grand et a un long cou, d’où ce surnom : Nous avons d’excellent rapports, c’est mon frère, depuis son arrivée, nous nous sommes très bien trouvé et entendu, nous sommes toujours à deux dans les chambres et nous regardons les matchs, nous sommes toujours ensemble." Pinamonti ? "C’est un autre frère, il était déjà là à mon arrivée et nous sommes rapidement devenu amis. Il habitait près de chez moi et j’allais le cherchais pour aller à l’entrainement car il n’avait pas encore le permis : C’est un très brave garçon et je lui veux le meilleur, nous nous appelons quotidiennement: Il est devenu plus massif que moi." Eriksen ? "J’ai très mal vécu ce qui lui est arrivé, j’avais si peur et je ne comprenais rien car le chroniqueur parlait en russe. Après, lorsque j’ai vu la photo où il s’était réveillé, j’étais heureux. Nous étions tous affectés : Christian ne peut plus jouer en Italie, mais à présent, le plus important est sa santé : Je sais qu’il va bien actuellement et je suis heureux pour lui." Penses-tu au brassard de Capitaine ? "Oui, j’aimerai le devenir c’est sûr, être le Capitaine de l’Inter est quelque chose de si beau. Mais je n’y pense pas, selon moi le Capitaine n’est pas uniquement celui qui porte le brassard, mais nous tous qui sommes sur le terrain, nous devons nous comporter comme des capitaines et venir en aide à l’équipe." La seconde étoile ? "C’est l’objectif sur lequel nous travaillons tous, nous sommes un groupe fort, nous le démontrons quotidiennement, nous avons des joueurs très fort et un staff fantastique. Nous nous sentons bien, nous devons continuer ainsi jusqu’à la dernière journée et nous verrons où nous en serons. L’objectif est la seconde étoile, c’est un rêve pour nous." Quelle est ta meilleure partie en carrière ? "Mon premier match en Ligue des Champions." Quelles sont les chansons que tu écoutes avant les matchs ? "Les nouvelles de l’Inter, je les écoute toujours dans le car, j’ai un casque pour moi et un pour Bastoni : Je les écoute toujours dans le car, mais il n’y a pas qu’elles, j’écoute toujours des chansons italiennes." Qui est ton idole ? "Ronaldo il Fenomeno, enfant, je jouais en attaque, c’était le plaisir le plus fort qu’il soit." Qui est l’équipier qui te fait le plus rire ? "Ils sont nombreux : Dimarco, Cordaz, Bastoni, Barella, Brozovic, Ranocchia, sont si drôles, chacun à leur manière." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Inter.it a diffusé les photos de la célébration des Nerazzurri, suite à la victoire de l'Inter en Finale de la Super Coupe d'Italie face à la Juventus ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. "Finalement, Samir Handanovic récolte les fruits de sa longue carrière à l’Inter." Tel est le focus consacré, par la Gazzetta Dello Sport, au Capitaine de l’Inter. "Un voyage semé d’embûches, mais qui est à présent plus beau que jamais. Depuis le Scudetto, place à présent à la Super Coupe hissé vers le ciel avec son solide aplomb, mais aussi avec un hurlement de joie caractéristique au personnage, depuis toujours. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le brassard lui a été confié après le cas Icardi." "Hier, Handa a d’ailleurs prouvé une nouvelle fois ce que veut dire être Leader : Durant la fête, il a voulu s’entourer autour de ses collègues Cordaz et Radu et des préparateurs des gardiens Bonaiuti et Zappalà: Présent tous ensemble sous la Curva Nord, avec la Coupe entre les mains. Pour lui : On gagne tous ensemble et on perd tous ensemble même si cette Inter semble connaitre uniquement le chemin vers la gloire." "Samir y a pris gout, il veut à présent remporter un second Scudetto et pourquoi pas la Coupe d’Italie, mais après une telle nuit, mieux vaut ne pas penser au fantôme d’Onana : Il aura le temps pour y penser, à présent, seul la fête compte !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...