Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'udinese'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. C’est officiel, l’Inter n’est pas conseillé aux cœurs sensibles, encore plus lorsque son entraîneur, Simone Inzaghi est aussi touché par cette folie. Preuve en est sa déclaration à DAZN après l’importantissime victoire Nerazzurra sur le terrain hostile de l’Udinese "C’était une grande démonstration de caractère et de personnalité face à une équipe en excellente forme et avec des joueurs de qualités : Elle a toutefois fait face à une Inter qui avait la gagne et qui a mérité sa victoire : Je veux remercier les Tifosi qui se sont fait entendre ici, comme si nous étions au Meazza." Dernièrement, l’Inter tremble lorsqu’elle encaisse un but… "Sur le 2-0, nous avons encaissé ce but de Piussetto qui nous a fait légèrement reculé, mais nous n’avons pris quasiment aucun risque. Nous sommes le 1er mai à la cinquantième rencontre, nous sommes allé jusqu’au bout en Coupe d’Italie et nous nous présentons avec 7 parties disputées en 22 jours, mais nous nous sentons bien et nous y croirons Fino alla fine". Est-ce important de jouer avant ou après le Milan, cela peut-il faire la différence ? "Non, car nous sommes habitués, cela fait tant années que les télévisions sont arrivées...Aujourd’hui nous jouions après, la fois prochaine c’est avant. Personnellement, j’étais concentré sur l’Udinese et les joueurs ont répondu présent tout en ayant conscience du résultat du Milan : Nous avons une rencontre importantissime face à Empoli avant de disputer la Finale de la Coupe d’Italie." Après la défaite à Bologne, il fallait une réaction qui es arrivée… "J’ai échangé avec l’équipe, nous devions réaliser un match important : Nous avons souffert avec l’Udinese que est une équipe physique et en forme, mais nous nous devions de faire une rencontre Da Inter, en sachant qu’il y encore 9 points en jeu et que tout est possible." Du point de vue tactique, quels sont les facteurs qui ont été déterminants ? "J’avais décidé de laisser le milieu haut et d’ouvrir les ailes en cherchant les attaquants le plus possible. Au-delà de l’aspect tactique, les garçons ont donné de l’intensité et de l’agressivité: Des ingrédients important dans ce type de match, ce n’était pas facile car il s’agissait de deux matchs à l’extérieur très rapprochés." Comment va Barella, qui est sorti blessé en fin de match ? "Cela semble être une assez forte contusion, j’espère que ce n’est rien de grave car c’est un joueur fondamental qui a réalisé un grand match, je croise les doigts." Quel type d’Inter verrons-nous pour ces derniers matchs ? "Je peux seulement vous dire que depuis la Super Coupe d’Italie, que nous sommes encore en course en Serie A et en Coupe d’ltalie. Après cette très grande satisfaction, nous voulons gagner encore d’autres choses. Je crois que cette année, les Tifosi se sont divertis surtout vu ce qu’il s’était passé en début de saison." L’Inter est-elle Pazza ? "Oui, elle est folle car elle a remporté la Super Coupe d’Italie, a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des Champions après 10 ans d’attente, elle se retrouve en Finale de la Coupe d’Italie après 11 ans, j’espère qu’elle restera toujours aussi folle!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En premier lieu, Beppe Marotta s’est livré sur la disparition de Mino Raiola "Je suis attristé par cette disparition soudaine d'une personne qui me mettait parfois mal à l'aise par sa façon dure de dire les choses, mais ce qu'il disait, il le disait pour le bon déroulement des échanges. D'un point de vue professionnel, je n’ai rien à reprocher car avoir eu un interlocuteur comme lui, c'était avoir un interlocuteur compétent qui savait veiller aux intérêts de ses clients tout en respectant les autres parties." Combien de fois nous sommes-nous disputés ? "Plusieurs fois, mais que des querelles de bon aloi, cela fait partie du jeu: Cela montre à quel point chacun croit aveuglément en son travail". Stefan De Vrij "Objectivement, c’est une disparition énorme et inattendue très douloureuse." Lautaro Martinez "Je suis content d’avoir marqué car nous sommes parvenu à gagner une partie compliquée, difficile et physique. Nous avons été à la hauteur et nous sommes content de cela." Les titres en jeu ? "Nous allons bien, nous savons que nous avons perdu des points importants et que nous devons continuer à chasser : Nous voulons le gagner et il y a aussi la Coupe d’Italie. Nous devons récupérer et nous préparer pour la prochaine rencontre." L’Udinese? "C’est une équipe physique, qui joue l’homme et le contre, nous étions préparé et nous avons souffert encore une fois dans les dernières minutes, mais nous sommes parvenu à gagner. Nous allons nous préparer pour le prochain match car il sera encore plus difficile vu que la saison se termine : Nous avons l’obligation de gagner." Que vous faut-il ? "Être plus un groupe, plus une équipe, dans ce genre de moment, nous devons être des frères sur le terrain, nous n’avons plus de temps et de points à perdre, nous savons ce que nous devons faire et ce qu’il faudra faire pour gagner : Basta." Matteo Darmian "Nous savions que depuis le faux-pas de Bologne que les trois points de ce soir étaient fondamentaux et qu’il fallait répondre à la victoire du Milan. C’est logique que l’Udinese a ré-ouvert la rencontre et que nous ayons souffert, mais nous sommes resté lucide. A présent, nous devons continuer à y croire et voir comment cela va se terminer, c’était un match que nous aurions dû mieux gérer, nous avons été bon pour nous relancer, cela démontre que le groupe est uni." "Il y a peu à dire car nous savions à quel point il était important de gagner encore plus suite à la victoire du Milan. Nous avons toujours cherché à rester concentrer et à aller de l’avant confiant. Nous devons y croire car nous sommes encore là, nous ferons tout pour atteindre notre objectif en sachant que les autres se doivent de faire un faux pas. Nous devons poursuivre notre parcours sans regarder le Milan." "Vendredi nous serons sur le terrain en allant à la guerre car d’ici à la fin de saison, il n’y aura plus de match facile. Après Empoli, nous nous concentrerons sur la Finale de la Coupe d’Italie, qui est aussi notre objectif: Nous regardons avec confiance cette fin de saison!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Milan - Simone Inzaghi a répondu aux questions des médias samedi après-midi avant le déplacement de l'Inter à l'Udinese dimanche. Voici ce qu'il avait à dire... Deux jours seulement se sont écoulés depuis votre déplacement à Bologna et demain vous jouez à Udine. Comment vous êtes-vous préparés pour ce match ? "Nous nous sommes préparés en deux jours et demi mais c'est le délai normal quand on est un grand club. Nous jouons pratiquement sans interruption depuis le début de la saison donc ce n'est rien d'extraordinaire." Comment va Samir Handanovic ? Pourra-t-il jouer demain ? "Handanovic a un problème assez sérieux qui l'a empêché de jouer contre Bologna. Ce matin, il s'est entraîné séparément de l'équipe et il y a un espoir qu'il puisse être là pour demain. Nous verrons comment il est quand nous ferons l'activation musculaire demain matin (samedi matin, NDLR). S'il ne vient pas, nous avons Radu et Cordaz si nous en avons besoin." L'autre jour, Giuseppe Marotta a déclaré : "Nous sommes en colère mais nous n'avons perdu qu'une seule bataille." Sentez-vous l'envie au sein de l'équipe de continuer à se battre jusqu'au bout ? "Évidemment, l'ambiance dans le camp n'était pas bonne après le match mais les joueurs ont montré le bon esprit depuis. Je sais qu'ils veulent continuer à y croire jusqu'au bout. Chaque match est difficile cette saison. Il nous en reste quatre plus la finale de la Coppa Italia à jouer et nous les aborderons un match après l'autre. Nous verrons où nous en sommes à la fin et j'espère que nous pourrons donner plus de joie à nos fans après la Supercoupe." Puisqu'il n'y a pas de matchs faciles, pensez-vous que l'AC Milan pourrait perdre des points et que l'Inter a ce qu'il faut pour gagner ses quatre derniers matchs et remporter le titre ? "En ce moment, je ne pense à rien d'autre qu'à l'Udinese, une équipe qui est en grande forme - ils ont pris plus de points que n'importe qui à part nous en avril. Ils ont de la qualité, des joueurs puissants, nous devrons faire beaucoup plus attention à notre jeu qu'à celui des autres." Savez-vous quand Alessandro Bastoni sera à nouveau disponible ? "Nous espérons qu'il sera de retour à temps pour la finale de la Coppa Italia. Il a eu ce problème avant le match de Bologna que nous pensions être juste une petite entorse. C'est un peu plus que cela mais les physios et les médecins travaillent pour qu'il soit prêt pour la finale contre la Juventus." Avec le recul, pensez-vous que cela aurait pu aider Radu de jouer plus de matchs cette saison ? "Radu s'est toujours bien entraîné. Il est très professionnel et est apprécié de tous. Je ne crois pas à l'alternance des gardiens de but car je pense que c'est un poste où il doit y avoir une hiérarchie claire et Handanovic s'en est toujours bien sorti. Radu a toujours semblé fiable à l'entraînement et lors du match de coupe qu'il a disputé, donc je ne pensais pas qu'il était nécessaire de lui donner plus de matchs." ©Internazionale.fr, via inter.it - Traduction Oxyred
  4. Le capitaine de l'Inter, Samir Handanovic, et le défenseur Alessandro Bastoni risquent de ne pas être remis de leurs blessures à temps pour le match de dimanche contre l'Udinese. C'est ce qu'indique le Corriere dello Sport, qui rapporte que le club espère faire tout son possible pour que les deux hommes reviennent, mais qu'ils pourraient manquer le match contre les Bianconeri. Handanovic a manqué le match de Serie A d'hier soir contre Bologne en raison d'un problème au bas du dos, et son absence s'est avérée coûteuse puisque son remplaçant, Andrei Radu, a fait une énorme erreur en fin de match, ce qui a entraîné une défaite Bologne. De son côté, Bastoni a manqué son match en raison d'une fatigue musculaire et Simone Inzaghi a décidé d'aligner Federico Dimarco à sa place dans le onze de départ. L'état de santé des deux hommes sera évalué à l'entraînement, mais les signes ne sont pas prometteurs pour un retour contre l'Udinese. Arturo Vidal devrait être de retour de son problème à la cheville, tandis que Robin Gosens et Felipe Caicedo devraient également être disponibles pour le match. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  5. Daniele Chiffi a été désigné pour arbitrer la rencontre Udinese - Inter, qui aura lieu le dimanche 1er mai à 18h00 (heure locale) dans le cadre de la 35ème journée de Serie A. Chiffi sera assisté par Alessio Tolfo et Niccolo Pagliardini, tandis que Niccolo Baroni fera office de quatrième arbitre. Luca Banti et Manuel Volpi assureront la fonction de VAR. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  6. L'Inter aurait ciblé l'attaquant Beto de l'Udinese comme sa principale alternative en attaque cet été s'il ne parvient pas à signer Gianluca Scamacca de Sassuolo. Selon Calciomercato.com, les Nerazzurri auraient fait de Beto, 24 ans, leur principal plan B pour remplacer Scamacca, estimant qu'il a le profil le plus adapté. L'Inter devrait renforcer son attaque durant le mercato estival, et l'un des principaux profils recherchés est un avant-centre capable d'offrir des qualités similaires à celles qu'Edin Dzeko apporte à l'équipe. Le Bosniaque reste une figure clé de l'équipe mais, à 36 ans et avec son contrat actuel qui se termine à la fin de la saison prochaine, ils savent qu'ils ne peuvent pas compter sur lui éternellement. Pour cette raison, Scamacca est une cible prioritaire car il pourrait être le successeur à long terme de Dzeko, mais Beto est également suivi de près, et il est admiré par l'entraîneur de l'Inter, Simone Inzaghi. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  7. L'audience du Collegio di Garanzia qui examinera l'appel de l'Inter, qui exige la victoire sur tapis vert sur le score de 0-3 en raison du non-match du 06 janvier 2022 sur le terrain du Renato-Dall'Ara de Bologne a été fixée au 13 avril 2022. Ce jour-là, a été également fixé, à partir de 15h, le recours de l'Udinese sur l’homologation du match du 9 janvier qui l’a vu s’incliner sur le score de 2-6 contre l’Atalanta, tout comme celui des deux médecins de la Lazio : Ivo Pulcini et Fabio Rodia, suspendu pour une période de 5 mois dans l'affaire des tests au Covid-19! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. C’est une information de la Repubblica : Si Bologne-Inter n’est pas encore programmé, la date du mercredi 23 février est avancé pour le quotidien italien: "Aujourd’hui, la Lega Serie A va définir les matchs avancés et en prime-time des prochaines journées de Championnat. Mais il est probable que, malgré la décision de la Justice Sportive de faire rejouter Bologne-Inter programmé le 6 janvier, ne sera pas référencé." "Les Rossoblù ne s’était pas présentés sur leur terrain suite à l’interdiction infligée à l’ensemble du Groupe équipe, par l’Agence Locale Sanitaire étant donné les huit cas de positivité parmi les joueurs au Covid-19. Le premier jour disponible pour l’Inter est le mercredi 23 février, soit un match de milieu de semaine se situant entre les deux confrontations opposant l’Inter à Liverpool en Ligue des Champions." "L’intention de la Serie A est d’attendre pour fixer ce jour de match, étant donné que l’Inter a annoncé avoir fait un recours contre cette décision de justice. En ce sens, le Jugement qui sera pris en deuxième instance pourrait révoquer cette nouvelle date. Et si on suppose que la Cour d’appel du sport vient à confirmer la rencontre et non infliger une défaite sur tapis-vert à Bologne, comme ce fut pourtant le cas en première instance lors de la rencontre opposant l’Udinese à la Salernitana, l’Inter aura tout de même la possibilité de se pourvoir à nouveau en appel auprès du Collège de Garantie du Coni." "Si on prend en considération toutefois le temps nécessaire à la Justice pour établir les enquêtes préliminaires, le tout combiné aux décisions des deux tribunaux, il est très peu probable que le match au Dall'Ara soit joué avant le mois d'avril." L’Inter, a-t ’elle raison, selon vous, de se pourvoir en appel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. On peut appeler cela un faux-départ, mais la reprise de la nouvelle année solaire en Italie coïncide toujours avec la reprise de la Serie A. Et lorsque celle-ci débute, l'Inter, peu importe son entraîneur, est toujours confrontée à de sérieuses difficultés. Si cela s’est déjà passé personnellement pour Simone Inzaghi, l’Histoire récente de l’Inter nous confirme que l’Hiver est rude lors de la première saison de chacun de ses entraîneurs : Qu’il s’agisse du Champion d’Europe Roberto Mancini, de Luciano Spalletti, voire même d’Antonio Conte lors de la première saison de son mandat! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter d’aujourd’hui n’a remporté que 2 points lors de ses 4 dernières rencontres tout en compromettant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions suite à sa défaite 2-0 à domicile face à Liverpool. Il y a un an pourtant, lors de cette même période, l’Inter réalisé une série de quatre victoires sur quatre en s’offrant la Fiorentina, la Lazio, le Milan et le Genoa. C’est d’ailleurs-là qu’a débuté l’envolée Scudetto de Conte." "Mais lors de sa première saison sur le banc interiste, Antonio Conte avait été confronté à une série noire de trois match nul face à l’Atalanta, Lecce, et Cagliari pour parvenir à des défaites face à la Lazio et Juventus, entre les deux, l’Inter ne l’avait emporté que face à l’Udinese et le Milan : soit deux victoires en sept matchs. Par la suite, ce fut le Lockdown." "Cette situation fut aussi connue avant 2020 : Avec Luciano Spalletti, lors de la saison 2017/2018, il y avait eu six match nuls, deux défaites et seulement deux victoires entre le 9 décembre et le 3 février." "Avec Roberto Mancini, en 2015-2016, ce fut également un sérieux coup d’arrêt après Noel : 1ere au classement avec une victoire face à Empoli le 6 janvier, l’équipe a enchaîné 4 rencontres sans victoires, pour deux victoires en neuf matchs avec, comme conséquence, une chute à la 5ème place." "L’année dernière, cette malédiction semblait être devenue du passé, mais maintenant, l’angoisse de l’instant est à effacer au plus tôt : Au plus vite l’Inter se remettra sur pied, au mieux ce sera, car il y a le fantôme de la crise qui est à effacer." Même lors de l’Inter du Triplé, l’Inter avait perdu énormément de plumes lors de la période hivernale: Selon vous, s’agit-il d’un blocage psychologique, ou alors d’une mauvaise gestion des entraîneurs ? Car si les effectifs changent, la crise hivernale semble vouloir perdurer dans le temps… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, La FIFA s’apprête à imposer des mesures phares dans le cadre des prêts, avec une nouveauté prévue à partir du 1er juillet 2022 qui visera les opérations acquisition et de vente temporaires que les clubs peuvent effectuer. Pour faire simple, du 1er juillet 2022 au 30 juin 2023, un club pourra avoir un maximum de huit joueurs acquis en prêt et un maximum de huit joueurs cédé en prêt à tout moment au cours d'une saison Ce nombre se verra réduit à 7 prêts en 2023/2024 et 6 prêts en 2024/25. De plus, entre deux même clubs, il ne pourra y avoir qu’un maximum de trois transactions entrantes et trois transactions sortantes et si un peu partout dans le monde, il s’agira d’une simple adaptation, la situation est tout autre pour la Serie A qui est la Reine en la matière Révélation de Calcio&Finanza Comme le révèle le rapport “The European Club Footballing Landscape”, qui analyse le nombre de prêts en entrées et en sortie pour les clubs européens, la Serie A domine le classement en termes de nombre moyen de prêts entrants, proposant une moyenne de 6,1 pour la saison 2020/21, et en termes de cessions, avec une moyenne de 29 prêts par club (entre l'équipe première et les jeunes joueurs) la saison dernière. Seuls les clubs anglais "tentent" de suivre le rythme imposée par la Serie A avec une moyenne de 18,1 prêts. Les autres compétitions européennes sont très loin derrières : En Espagne, le prêt moyen est de 8,8 par club, en Allemagne de 7,9 par club et en France de 7,7. Dans le cas de la Serie A, les clubs préfèrent principalement les prêts nationaux (81% des joueurs sont transférés d’un club italien vers d'autres clubs italiens) et beaucoup moins les prêts internationaux (19%). Qui prête le plus ? Si l'on prend en considération les clubs qui utilisent le plus cette formule de transfert, l'Atalanta occupe la première place : le club bergamasque a réalisé 60 opérations différentes impliquant 54 joueurs (certains ont été prêtés à deux clubs différents la même année). La deuxième place européenne est occupée par le Dinamo Zagreb, tandis qu'un autre club italien est sur le podium : Sassuolo. Dans ce Top 10 pour saison 2020/21, on retrouve pas moins de six clubs italiens dans le Top 10. Mieux encore, si l’on se base sur le Top 20, on retrouve trois autres clubs italiens: La Lazio et la Sampdoria, toutes deux avec 28 prêts sortants, et enfin l'Udinese qui a réalisé 27 transactions différentes. Etes-vous également surpris par le nombre très faible proposé par l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Si une certaine presse sportive se fend d’un message moqueur de la part du Napoli envers l’Inter et l’Atalanta, celle-ci aurait dû approfondir le sujet, le comportement du Club du Vésuve ayant une toute autre signification En effet, à 22h40, le club napolitain a publié un tweet devenu viral, suscitant l’incompréhension également de ses propres tifosi, mais pour quelle raison ? "Le Calcio Napoli se félicite de voir l’Atalanta et l’Inter disputer une très belle rencontre, composée d’un football honnête et spectaculaire". L’authenticité de ce message trouve son origine également dans le retweet du Président Aurelio De Laurentiis Un message énigmatique à double sens D’un point de vue publicitaire, la mise en lumière à l’internationale a fonctionné, surtout après la publication du même message dans la langue de Shakespeare, 45 minutes plus tard. Deux interprétations sont possibles : La première est la lecture inattendue du message proposée par le club napolitain : Des compliments sincères et vrai pour deux équipes qui ont disputé une rencontre intense et divertissante, qui ne s’est terminé que sur le score de 0-0 uniquement par hasard, dans un contexte d’un match de championnat disputé à un très haut niveau, où le club Azzurro se retrouve dans les premières position : Il peut s’agir d’une sorte de poignée de main virtuelle, sur base d’un comportement de pleine sportivité La seconde interprétation est plus vicieuse, celle proposée par de très nombreux tifosi napolitain qui voient, dans ces paroles, le retour de la Juventus, vainqueur de l’Udinese dans un match polémique lorsque le score était de 1-0 pour les turinois : Le penalty non-accordé par l’arbitre au club du Frioul suite à un arrachage de cheveux de Bernardeschi sur Soppy. Un Buzz inattendu La nature énigmatique du tweet a fait le succès des utilisateurs italiens de la célèbre application qui ont suivi la fin du match du match à Bergame : En moins d’une heure, plus de 13.000 interactions (retweet et Likes) ont été comptabilisés, faisant de celui-ci l’un des messages tendances de la plateforme en version italienne. Selon vous, est-ce que le Napoli a visé la Juventus ? Comment expliquer le message aux clubs lombards ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Simone Inzaghi appréciera : Lancé dans la course au titre comme le fut sa Lazio, celui-ci pourrait être confronté aux fantômes de 2019 avec, un risque de la suspension pur et simple du championnat ou un huis-clos imposé: Tout dépendra de l’impact de la déferlante Omicron, la nouvelle variante du Covid-19 dans la botte Révélation de Calcio&Finanza En Allemagne, si la compétition continue, les stades sont de nouveau vides ! L’augmentation des cas de positivités au Coronavirus et la présence toujours plus important d’Omicron a fait se relever le niveau de vigilance du Monde du Calcio : Une situation qui peut mettre à risque la régularité du championnat actuel comme le démontre déjà le report du match entre l’Udinese et la Salernitana suite au véto imposé par l’Asl de Salerne à cause du nombre important de positivité au sein du club La situation des vaccinés La Gazzetta Dello Sport a mis en lumière quelles ont été les adaptations des protocoles depuis la saison dernière, et de quelle façon Omicron pourrait mettre en péril la norme "Salva campionato" qui avait été étudiée pour la saison 2020/2021, à commencer par la fréquence des test pour les joueurs vaccinés et guéris du Covid, qui ne serait plus bi-hebdomadaire: Le pourcentage de joueurs vaccinés est par chance très élevés. Ce mardi 21 décembre, le Président de la FIGC Gabriele Gravina s'est exprimé à ce sujet: "A mon niveau, les nons-vaccinés ne sont que très peu" Et s’il n’y a pas de publication officielle, officieusement, il se dit que 92% des joueurs professionnels ont déjà effectué une double vaccination. Pour ceux qui ne le sont pas, ceux-ci doivent se soumettre au Test Pcr antigénique de moins de 24h ou au test moléculaire de moins de 72 heures. “Salva Campionato” Que faire en cas de positivité d’un membre du groupe-équipe ? Ici, entre en jeu la fameuse norme "Salva Campionato" ce que l’on peut traduire par "Sauver le Championnat". Cette norme a permis à la Serie A de reprendre après le lockdown de juiin 2020. Toutefois, ce protocole a déjà souligné que les modalités de cette quarantaine étaient établies par les autorités sanitaires locales. Donc deux voies sont possibles : L'isolement des non-positifs, soit chez eux, soit dans le centre sportif concerné, en ne sortant que pour jouer des matchs et s'entraîner (ce qui s'est produit jusqu'à présent dans tous les cas qui ont émergé cette saison) L'interdiction de voyager. Omicron étant de plus en plus en présent, ce type de décision risque de se multiplier, et c'est là que se pose le plus gros point d'interrogation. Dans le passé, il a été question de coordonner les décisions pour éviter que chaque autorité sanitaire locale ne fasse cavalier seul. Mais cela reste un processus compliqué, car chaque autorité sanitaire locale prend sa décision en en fonction de la situation épidémiologique de sa région. Les Asl et le Joker Qu'en est-il des règles des Agences Sanitaire et du "Joker" donné à chaque équipe pour pouvoir demander un report de son match pour des raisons liées au Covid ? Ce point-là a été supprimé à la fin de la saison dernière, dans l'espoir que la campagne de vaccination permette une reprise suffisamment protégée. Nous sommes maintenant revenus à la situation antérieure, c'est-à-dire au 0-3 en cas de non-présentation d'une équipe, sauf en cas de force majeure. Il reste à comprendre si les interventions des Agences Sanitaires Locales sont considérées comme cas de force majeur, mais il faut également souligner que les décisions du Collège de Garantie du CONI (le Comité national olympique italien) sur les deux matchs reportés sur la base des mesures des autorités sanitaires ont fait jurisprudence. Le juge sportif pourrait également décider d’un forfait 3-0 pour l'Udinese, mais la voie de la justice sportive devrait ensuite s'alignéersur ce qui a été décidé pour les matchs précédents (Juventus-Napoli et Lazio-Turin). ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C’est la question soulevée par la Gazzetta Dello Sport qui propose trois personnalités aux caractères bien différents pour assurer ce poste fondamental dans le Onze de base de Simone Inzaghi : Andrea Ranocchia "L’Ombrien de 33 ans a toujours répondu présent lors des trois occasions où Stefan a pu se reposer : face à Bologne, au Sheriff et face à l’Udinese. C’est évidemment un joueur qui est loin d’être rapide et qui devra faire face à la fraîcheur d’un Osimhen. Toutefois ce problème concerne l’ensemble du rempart Nerazzurro composé de joueurs coriaces mais loin d’être agiles." "De Vrij pallie son manque de rapidité par une lecture du jeu préventive. Ranocchia devra s’adapter et venir en aide à ses équipiers. Peu habitué à jouer dès la première minute de jeu, il devrait difficilement pouvoir garantir une bonne prestation face au Shakhtar, trois jours après le Napoli. Il ne serait pas étonnant que l’ancien Capitaine, qui fait parti des plus anciens dans le noyau, ne soit titularisé que lors d’un seul de ces deux matchs-clé." Federico Dimarco "L’ancien joueur de Vérone alterne souvent son poste sur toute l’aile gauche avec Ivan Perisic, un poste auquel il a appris à jouer sous la direction de Juric. Il a également joué plus bas à de nombreuses reprises en remplaçant Alessandro Bastoni. Il pourrait s’avérer être la meilleure garantie pour aller au duel face à l’ancien de la maison, Matteo Politano. Il pourrait pousser le jeu vers l’avant via son pied gauche qui pourrait parvenir à trouver de nombreuses têtes du noyau." "Le doute est lié à Bastoni, car même si Federico revient d’une légère blessure musculaire, il peut tenir physiquement, et que si l’ancien de l’Atalanta dispose d’une maturité assez intrigante pour ses 22 ans, il lui est déjà arrivé d’évoluer dans l’axe de la défense en présentant un manque de familiarité à ce poste. Toutefois, son jeu de pied et sa vision du jeu jouent en sa faveur, il peut se montrer important à la relance lorsque Marcelo Brozovic fait l’objet d’un marquage devenu quasiment habituel sur l’Homme." Danilo D’Ambrosio "Il s’agit de la possibilité la moins probable, mais certainement pas à cause d’un manque de fiabilité de Danilo D’Ambrosio. Entre Bastoni et Skriniar, le slovaque est celui qui est le plus fort au marquage et il est donc très compliqué de le placer dans l’axe. Dans un tel cas, D’Ambrosio devrait s’occuper d’Insigne." "Comme Dimarco, l’ancien du Torino est un couteau suisse qui est capable aussi de se montrer incisif en attaque. Avant d’être titularisé face à l’Empoli, il n’était monté au jeu que durant simplement quelques minutes de jeu. Au Castellani, il avait dû jouer au poste de Skriniar et il s’était montré convaincant avec un but inscrit, une habitude qui ne lui fait jamais défaut, et en réalisant une performance plutôt convaincante en défense." Entre les trois personnalités, qui a la faveur des pronostics selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. En effet, comme le souligne Tuttosport, le tournant de la saison pourrait avoir eu lieu lors de la défaite, ô combien polémique, de l’Inter au Stadio Olimpico face à la Lazio. “Comme face à l’Udinese dimanche dernier, l’entraîneur a pris, à pleine main la possibilité, de réaliser un turn-over en comptant sur tout son noyau. Comparé à la rencontre face à Empoli, il y avait eu 7 changements dans le onze de base face au club du Frioul." "Hier, Inzaghi a procédé de nouveau à 5 adaptations en laissant revenir Stefan De Vrij contre Andrea Ranocchia, en alignant Arturo Vidal à la place d'Hakan Çalhanoğlu, et en alignant Lautaro Martinez à la place de Joaquin Correa dans l'axe. Sur les ailes, on faisait face à un turnover totale avec les présences de Matteo Darmian et Federico Dimarco en lieu et place d'Ivan Perisic et Denzel Dumfries." "Et Malgré tout ses changements, l’équipe a proposé sa partition “de mémoire” comme en témoigne sa domination dans les chiffres lors de la première période : 11 tires à 1 pour 69% de possession de balle » Avec une assise défensive qui semble être retrouvée, pensez-vous que la défaite romaine est finalement un mal pour un bien ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Andrea Ranocchia et Joaquin Correa se sont exprimés aux micros d'InterTV et Sky Sport Italia après la victoire 2-0 contre l'Udinese ce Dimanche midi. Internazionale.fr vous rapporte leurs propos. Joaquin "Tucu" Correa à InteTV Marquer devant les tifosi à San Siro: "Un rêve devenu réalité." Les buts, la victoire: "Je me suis retrouvé en un contre un face au défenseur et j'ai pu réussir l'action pour marquer le but. Je suis très heureux. Puis j'ai reçu la balle de Dumfries et j'ai su la mettre au fond. Je suis heureux car nous pouvons avoir un peu plus de tranquillité d’esprit." Sur sa condition physique: "Je reviens à ma forme complète. J'ai eu un problème avec ma hanche, puis avec les fléchisseurs. J'étais un peu dérangé par ça mais maintenant je ne veux plus m'arrêter." Un doublé à San Siro: "C'est quelque chose que je voulais tellement. Je voulais célébrer avec les fans qui m'ont magnifiquement accueillis. Je rêvais de jouer dans ce stade et d'y inscrire des buts. Je suis satisfait et maintenant nous pensons déjà au prochain match." Les matchs à venir contre le Sheriff et le Derby contre le Milan: "C'est une semaine trop importante pour nous. Nous devons rester unis et essayer de gagner les deux avant la trêve pour rapporter les 3 points en Championnat et en Champions League." Andrea Ranocchia à Sky Sport Italia "C'était important de gagner, nous avons une continuité dans nos résultats et ça nous donne l'opportunité d'aller en Moldavie avec la tête haute. Nous sommes heureux, c'était une excellente performance. Nous avons beaucoup créé, permis peu, mais l'important c'était de prendre les trois points." "C'est toujours important d'être prêt, tout le monde s'est préparé et cela donne des certitudes au coach. Le groupe est sain, fort et croit fermement que nous pouvons accomplir tout nos objectifs. Les autres sont forts, nous devons suivre." Sur Naples et le Milan: "Ils suivent une route identique, Naples m'impressionne de par leur solidité défensive. Nous devons rester avec eux, suivre la cadence et continuer a gagner." Les différences entre Conte et Inzaghi: "Je n'aime pas les comparer, l'Inter est une famille et tout le monde en fait partie. Inzaghi a un excellent rapport personnel avec tout le monde." ©Internazionale.fr, via InterTV et Sky Sport Italia - Traduction Trent_FCI
  16. Après la victoire des Nerazzurri 2-0 contre l'Udinese ce Dimanche 31 Octobre, Simone Inzaghi s'est exprimé aux micros de différents médias. Internazionale.fr vous rapporte ses propos. Simone Inzaghi à InterTV "Nous connaissions l'importance de ce match. Nous jouions contre un adversaire difficile à affronter donc nous devions être bons, patients et lucides à l'approche du match. Nous avons peu connus le danger, une fois qu'on a ouvert le score c'était plus simple." "Nous savions que prendre l'avantage rendrait les choses plus faciles. Nous devions être lucides dans nos choix, nous avons su conserver de l'ordre et de l'équilibre. Les garçons ont été très bon dans cet aspect." "Nous avons 2 matchs très importants avant la trêve. Le premier en Champions League sur un terrain difficile on nous devrons jouer un grand match. Pour nous la scène Européenne est très importante. Nous savons que nous allons rencontré un adversaire qui nous a déjà poser des problèmes." Simone Inzaghi en conférence de presse, par FCInterNews Sur la défense: "Nous avons analysé que pour tout ce que nous créons offensivement nous concédons également trop de buts, trop d'opportunités que l'ont doit éliminer. Les gars ont été bons sur ces deux derniers matchs. C'est un travail que nous devons continuer a mieux faire." Sur les remplaçants: "Nous avons besoin de tout nos joueurs, tout ceux qui rentrent m'ont toujours donné des signes positifs." "Je pense que Dumfries s'est un peu trouvé une place aujourd'hui. Je pense que le terrain peut lui donner l'opportunité de se développer encore plus, aujourd'hui je suis satisfait de la performance de Denzel." Sur le premier but: "Dans des matchs aussi équilibrés, des coups individuels sont toujours requis. Hakan et Ivan ont été bons tout les deux, j'ai de la chance d'avoir des joueurs de qualité." Au sujet d'Alexis Sanchez: "Il a de grandes qualités. Je pense qu'il a très bien fait lors des deux derniers matchs. Il faut qu'il travaille comme il le fait déjà tout les jours. Pour nous il est une grande ressource." ©Internazionale.fr via FCInterNews et InterTV, Traduction Trent_FCI
  17. Avec une série de sept matchs sans victoires, c'est une Udinese en grande difficulté qui se présentait ce midi au Meazza. Côté Inter après la victoire à Empoli, Simone Inzaghi replace ses hommes de confiance. Perisic reprend son côté gauche tandis que Dumfries l'opposé, Calhanoglu revient en soutien de Dzeko et Correa, eux aussi de retour. A noter que Ranocchia remplace Stefan de Vrij en défense centrale. Le premier quart d'heure est à l'exemple de ce qui va suivre toute la rencontre, une attaque défense et un Silvestri en bonne forme... Petit à petit nous prenons la mesure de l'adversaire et c'est Barella qui déclenche la première tentative, mais sa reprise passe de peu au dessus. Quelques minutes plus tard, ce dernier ne voit pas Dumfries totalement seul dans la surface, après un superbe contre. S'en suit un florilège d'occasions mal négociées de notre part. Ranocchia ne trouve pas le cadre, Dumfries est trop court par deux fois et Silvestri fait le boulot aussi de son côté. En face, les frioulans tentent de résister et d'imposer un défi physique, en vain. C'est sur ce 0-0 que l'arbitre renvoie tout le monde aux vestiaires. Une mi-temps frustrante malgré tout avec un sentiment du dernier geste, de la dernière passe trop approximative pour espérer plus. Et c'est le même scénario pour cette seconde période qui se présente. Udine est toujours recroquevillée sur sa partie de terrain et nous sommes incapables de trouver la faille. A la 60' Perisic laisse passer une passe de appuyée de Bastoni dans la profondeur, Correa récupère et fait reculer Nuytinck jusque dans sa surface. Correa rentre à l'intérieur et place une frappe imparable pour tromper Silvestri (1-0). Fantomatique durant les 45 premières minutes, il n'a fallu qu'une seule tentative à l'argentin pour rectifier le tir. C'est finalement sur une action où il y avait beaucoup d'espace que le but est venu. Après ce but la situation se débloque logiquement. Les adversaires du jour sont étouffés et ne voient pas le jour. Dzeko est tout proche aggraver le score mais Silvestri sort la parade du jour. Qu'à cela ne tienne, dans le prolongement de cette action, Dumfries trouve Correa en retrait dans la surface. L'enchainement contrôle-frappe est à montrer dans toutes les écoles (2-0 68'). Par la suite Inzaghi fait tourner son effectif. Sensi, Sanchez et Vidal rentrent notamment. Ce dernier se met en lumière assez rapidement mais son tir frôle le poteau. Les hommes de Luca Gotti tentent de réagir mais Handanovic veillent au grain pour tenir son clean sheet, alors même qu'Udogie était hors-jeu. Tout nous a souri sur ce match à sens unique, sans éclat mais aussi sans frayeurs. Tout le monde a participé et personne ne s'est blessé, une après-midi sereine en somme. De quoi bien aborder le déplacement de mercredi en Moldavie chez le Sheriff Tiraspol, leader du groupe de Champions League. Récapitulatif Inter 2-0 Udinese Buteur: Correa (60' & 68') Inter: Handanovic ; Skriniar, Ranocchia, Bastoni ; Dumfries, Barella (80' Sensi), Brozovic, Calhanoglu (70' Vidal), Perisic (85' Dimarco); Dzeko (80' Lautaro), Correa (70' Sanchez) Banc: Radu, Gagliardini, de Vrij, Sanchez, Vecino, Lautaro, Kolarov, Sensi, Vidal, Dimarco, D'Ambrosio, Darmian Coach: Simone Inzaghi Udinese: Silvestri ; Becão, Nuytinck, Samir ; Stryger Larsen (69' Udogie), Pereyra, Jajalo (59' Walace), Makengo (69' Arslan), Molina ; Success (59' Deulofeu), Beto (89' Soppy) Banc: Padelli, Carnelos, Perez, Zeegelaar, Arslan, Deulofeu, Walace, Udogie, Samardzic, Forestieri, De Maio, Soppy Coach: Luca Gotti Arbitre: Sacchi - VAR: Di Paolo Avertis: Beto & Pereyra ®gladis32 - internazionale.fr
  18. Les deux internationaux italiens se sont livrés à la presse suite à la Victoire des Nerazzurri sur le terrain de l’Empoli Federico à Inter TV "J’aurais aussi pu inscrire le second but, j’ai mis trop de temps et le ballon est sort!." Les chœurs des tifosi ? "Pour moi, l’Inter a toujours été ma maison depuis les juniors jusqu’à l’équipe première. C’était une rencontre disputée, nous avons obtenu un résultat important, c’est très bon aussi d’avoir tué le match." Lautaro? "Je le remercie pour sa passe décisive." Moi déterminant ? "Je travaille énormément c’est certain, je sais ce que j’ai connu ces dernières années, ce que je gagne ici est le fruit de mes sacrifices, j’en suis heureux." Federico à Sky Sport "C’est sûr que le partage face à la Juve nous avait un peu coupé les jambes, c’était important de venir ici et de bien aborder la rencontre. Ce sont trois points importants." Le Scudetto ? "Nous sommes un grand groupe et nous travaillons tous avec conviction pour rester concerné. Ce sera difficile, mais nous n’abandonnerons jamais." "Je ne m’attendais pas à jouer autant, mais je sais d’où je reviens. C’est en travaillant que j’obtiens ce qui m’est accordé maintenant, contrairement mes précédentes années." Federico à DAZN "Aujourd’hui c’était une victoire très importante pour le classement, car ils carburent à un rythme important devant nous et nous devons maintenir la cadence." Le but ? "Je suis content, Lautaro m’a transmis un beau ballon. Ce qui m’est donné a été récolté en travaillant. C’était une partie disputée, Empoli est une très bonne équipe, ils ont réalisé de très bons résultats ici, comme face à la Juve." "C’est bien de rentrer à la maison avec les trois points." Pensez-vous au Derby ? "Non, il y a l’Udinese en premier et ensuite le Sheriff." Danilo à Inter TV Ma célébration ? "En ce qui me concerne, c’est un geste juste, normal: Notre concept est l’union, le groupe, la force du Nous, c’est ce que nous cherchons à mettre en valeur, c’est ce qui a fait la différence ces dernières années. Je cherche à apporter ma contribution en défense, je cherche aussi à conclure du mieux possible en phase offensive, Sanchez m’avait délivré un très bon ballon." "Je pense que ma carrière parle avec des faits, même si les années passent: Travailler dur est une constante de ma carrière et je cherche toujours à le prouver dans les faits : Un beau but grâce à un bel assist." "Les derniers buts que nous avons pris sont sur des phases arrêtées et sur penalty. C’est important de ne pas prendre de buts sur des phases actives, mais nous devons aussi travailler pour ne plus en prendre sur les phases arrêtées. J’ai un point commun avec Andreolli, c’était aussi un exemple de professionnalisme sur et hors du terrain." Danilo à Dazn Dumfries? "Je ne le trouvais pas et lui n’avait pas compris que je cherchais après lui, il y avait une petite incompréhension. C’est juste d’être là pour lui d’avoir ce concept du Nous et non du Je. C’est la force du groupe qui nous a porté à réaliser d’excellent résultat ces dernières saisons et nous devons continuer à suivre cette voie. "La chose la plus importante est de porter ce concept en avant, ce concept que Conte nous a transmis et qu’Inzaghi prône à merveille. Nous, qui étions avec Conte depuis deux ans, devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour continuer de ce manière: La passe décisive de Sanchez était exceptionnelle." Inzaghi? "Au début de l'année dernière, Conte nous a demandé de faire les mêmes choses, et nous avons dû ajusté notre approche car nous souffrions trop en contre-attaques. Puis il y a eu ce tournant et nous avons joué et défendu d'une manière différente." La faute ? "C’est faute lorsque l’arbitre siffle: Selon moi, son interprétation sur le terrain est la bonne. Tu ne peux pas siffler, sinon tu dois faire un autre sport. Il y a eu deux pas après mon léger contact, pour moi c’était une décision correcte." La citation de la soirée "D'Ambrosio est excellent joueur. Il a perdu actuellement son poste, mais il s’est toujours montré bien plus fonctionnel que d'autres noms plus renommés." - Guiseppe Bergomi Validez-vous cette dernière analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Les Nerazzurri n’ont pas failli, malgré l’absence de Simone Inzaghi sur le terrain, suite à son exclusion lors du Derby d’Italie, les Champions en titre ont défait l’Empoli d’Andreazzoli au Castellani. Vu la nature de l’adversaire, un turn-over important avait été mis en place. Et si dès l’entame du match, l’Inter faisait face à une équipe organisée et dynamique, les trois points sont à destination de Milan. L’équipe proposera une réaction de caractère et les joueurs les moins utilisés offriront bien plus qu’une simple solution de remplacement, tel Danilo D’Ambrosio auteur d’un but à la 34’ après avoir précédemment sauvé Samir Handanovic. Sa célébration en direction de Denzel Dumfries est également révélatrice de l’ambiance environnante au vestiaire La reprise verra également Empoli se retrouver à dix suite à un attentat de Ricci sur Nicolò Barella, l’Inter prendra dès lors le contrôle du terrain, le break aura d’ailleurs à la 67' suite à un but de Federico Dimarco. Lautaro Martinez étant auteur de passe décisive. Le score aurait pu être bien plus lourd également, mais les buts d'Alexis Sanchez (54' hors-jeu) et de Roberto Gagliardini (74' but marqué de l'épaule sur corner) ont été justement invalidé. Les Champions d’Italie restent donc “au contact” du duo de tête, contrairement à la Vieille Dame qui a été puni par l’ancien marseillais Maxime Lopez à la 95': Cheh! . Le bilan présenté après 10 journées est tout de même de belle facture pour Simone Inzaghi, vu l’été mouvementé Place à présent à la prochaine confrontation entre l’Inter et l’Udinese qui se tiendra ce dimanche 31 octobre à 12h30! Veuillez également noter qu’il y a le changement d’heure ce week-end, cela vous évitera toute mauvaise surprise ! Quel est votre avis sur l’Inter d’Inzaghi après cette première partie du championnat ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Empoli 0-2 Inter Buteur(s): 34’ D’Ambrosio, 67’ Dimarco Empoli: 13 Vicario; 30 Stojanovic (82’ 20 Fiamozzi), 33 Luperto, 34 Ismajli, 65 Parisi; 27 Zurkowski (67’ 23 Asllani), 28 Ricci, 25 Bandinelli (67’ 8 Henderson); 10 Bajrami (57’ 32 Haas); 9 Cutrone (68’ 7 Mancuso), 99 Pinamonti Banc: 1 Ujkani, 3 Marchizza, 5 Stulac, 19 La Mantia, 26 Tonelli, 35 Baldanzi, 42 Viti T1: Aurelio Andreazzoli Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij (80’ 11 Kolarov), 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 8 Vecino), 5 Gagliardini (84’ 12 Sensi), 32 Dimarco; 10 Lautaro Martinez (84’ 9 Dzeko), 7 Sanchez (72’ 19 Correa) Banc: 97 Radu, 2 Dumfries, 13 Ranocchia, 14 Perisic, 20 Calhanoglu, 22 Vidal, 37 Skriniar T2: Massimiliano Farris Arbitre: Chiffi Var: Valeri Averti(s): De Vrij (I), Luperto (E), Brozovic (I), Gagliardini (I) Expulsé(s): 52’ Ricci (E) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Inter Stats fait son grand retour après la victoire de l’Inter sur le terrain de la Fiorentina. Voici la mise à jour des informations communiquée par l’Inter sur son site officiel: "La victoire Nerazzurra sur le terrain de la Fiorentina certifie l’excellent début de saison de l’équipe d’Inzaghi qui a récolté 13 points en 5 matchs de championnat. Ce succès a été conquis via une preuve de maturité à la reprise. Les buts ont été inscrits par Darmian, Dzeko et Perisic." 1500 Il s’agit du nombre de victoires, dans son Histoire, engrangée par l’Inter en Serie A, victoires sur tapis vert inclus. Les Nerazzurri ont atteint ce palier en 91 années 11 mois et 15 jours, depuis le 06 octobre 1929 face à Livourne 24 En prenant en considération les cinq rencontres de ce début de championnat, additionnées au 19 derniers matchs de la saison dernière, soit le 0-0 du 23 janvier 2021 face à l’Udinese, L'Inter est également parvenu à égaler son record historique d’inscrire au moins un but à chaque match dans la compétition. Le précédent record de 24 rencontres consécutives remonte à la saison 1949/1950 avec une Inter entraînée par Giulio Cappelli. 18 buts en 5 matchs : 11 buteurs différents L’Inter est une vraie coopérative en matière de buts en présentant une statistique record : Avec les trois buts inscrits à Florence, le club égale son meilleur départ dans la compétition en Serie A. Il faut également remonter à la saison 1960/1961 pour retrouver trace d’une telle pluie de buts : 18 également. L’Inter a commencé cette saison en infligeant: 4 buts au Genoa 3 buts à l’Hellas Vérone 2 buts à la Sampdoria 6 buts à Bologne 3 buts à la Fiorentina Le club dispose, à présent, de 11 buteurs différents avec les arrivées d’Ivan Perisic et Matteo Darmian sur le tableau de chasse. Edin Dzeko domine ce classement, avec déjà, 4 flèches à son compteur: Dzeko 4 Lautaro 3 Correa 2 Skriniar 2 Barella 1 Vidal 1 Vecino 1 Perisic 1 Darmian 1 Çalhanoğlu 1 Dimarco 1 Il faut remonter à la saison 2017/2018 pour retrouver la trace d’un meilleur début de tournoi pour Edin Dzeko (6 buts en 5 matchs). Le Saviez-vous ? La Fiorentina est l’une des victimes préférée d’Hakan Çalhanoğlu qui est impliqué dans 8 buts en Serie A (4 buts et 4 assits) Ivan Perisic aime également se taper Florence, lui qui lui a déjà mis 5 cartouches en Serie A. Son meilleur score est face au Chievo Verone (7 buts inscrits) Grâce à sa passe décisive à Matteo Darmian, Nicolò Barella est devenu le premier joueur de l’Inter à prendre part à au moins un buts lors des cinq premières journées de Serie A. Il faut remonter à la saison 2007/2008 avec un certain Zlatan Ibrahimovic pour trouver mieux: Avec 7 passes décisives. Pour cette saison et en comparaison sur le Big-5 européen, seul Paul Pogba fait mieux que le champions d’Europe Italien : 7 passes décisives pour le français contre 4 pour l’Italien Awesome ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En effet, l’Inter propose sur son site officiel "Inter Stats", soit un condensé d’informations comme on les aime. Voici les analyses publiées après la victoire 6-1 sur Bologne : "Six buts inscrits, cinq buteurs, une longue liste de protagonistes et surtout trois points d’engrangés qui permettent à l’Inter d’atteindre les 10 points au classement après 4 journées de championnat. Face à Bologne, l’Inter s’est relancée en proposant une prestation typique aux grandes équipes, avec faim et qualité" Dans le signe de la continuité "Pour la première fois en Serie A, Lautaro a marqué lors de 4 rencontres consécutives. De son denier but, face à l’Udinese lors de la dernière journée de la saison écoulée, aux trois buts inscrits cette saison face à l’Hellas Vérone, la Sampdoria et Bologne." "Cette continuité se ressent aussi dans le nombre de buts inscrits par l’équipe : L’Inter a marqué lors de ses 23 dernières rencontres de Serie A. Pour trouver mieux, il faut remonter à 1950 avec le palier de 24 rencontres atteint." "L’Inter a inscrit toujours aussi inscrit au moins trois buts lors de ses cinq derniers matchs à domicile en Serie A. Le record remonte à 2011 avec une série de six matchs." Le Doublé de Dzeko "En rentrant à la demi-heure de jeu à la place de l’infortuné Joaquim Correa, Edin Dzeko a marqué la rencontre de son empreinte en inscrivant son premier doublé sous le maillot interiste. Il s’agit de son 17ème doublé en Serie A. Le précédent remonte au mois d’octobre 2020 face à Benevento." 15 buts en 4 matchs avec 9 buteurs différents "Avec 6 buts inscrit contre Bologne, l’Inter a déjà atteint en 4 journées de championnat le palier des 15 buts inscrits. On retrouve 9 buteurs différents Dzeko (3) Lautaro Martinez (3), Skriniar (2), Correa (2), Vidal (1), Çalhanoğlu(1), Dimarco (1), Vecino (1), Barella (1)." En avoir dans la tête "Nicolò Barella s’est montré, lors des quatre dernières rencontres de Serie A, décisif en étant impliqué à chaque fois dans un but: Il s’agit de sa meilleure série." "Face à Bologne, Milan Skriniar a inscrit son second but de la tête. Depuis son arrivée en Serie A. Six des sept derniers buts du défenseur slovaque ont d’ailleurs été tous inscrit de la tête." Appréciez-vous ce style de statistiques ? Souhaitez-vous les voir apparaître de façon régulière sur le site ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. L’Inter et Samir Handanovic vivent une très belle histoire d’amour depuis l’été 2012: Entre victoire, défaite, record personnel et désillusions, le Capitaine de l’Inter en est à présent à sa dixième saison. Le gardien slovène s’est livré à cœur ouvert dans une longue interview à Tuttosport Passé, Présent et Futur "Parfois, je me considère comme le Bukowski des gardiens de buts: Je ne bois pas, je ne fume pas, mais comme lui, je suis une personne directe, si je dois dire quelque chose à quelqu’un, je vais droit au but." Samir, depuis lors de votre premier jour Pinzolo vous aviez déclaré qu’arriver à l’Inter était comme débuter l’Université : Le lauréat doit-il se présenter avec le brassard de capitaine ou avec le Scudetto ? "Ben, le brassard de Capitaine et le Scudetto sont des Masters, le lauréat y est parvenu en traversant les moments de transition difficiles que le club a connu ces dernières années : C’était un parcours de croissance et il était difficile de savoir combien de temps il allait prendre afin de finalement trouver l’épanouissement" Vous aviez opté pour l’Inter pour gagner. Avez-vous une justification pour expliquer pourquoi vous avez mis autant de temps pour y parvenir ? "J’y suis parvenu après neuf ans et l’Inter et moi, nous nous sommes choisi, cela a mis du temps car dans le sport, il n’y a pas de mathématique, et évidemment, il y avait quelqu’un de bien meilleur que nous. Nous sommes aussi retourné en Ligue des Champions en y mettant le temps, car pour un club tel que l’Inter, il doit s’agir de l’objectif minimum. Pour gagner, il faut toutefois tant de choses : Des bonnes personnes et une ligne de conduite claire et respectée par tous." Viennes, le 13 février 2019, vous montez sur le terrain le Brassard de Capitaine pour la toute première fois, et la Curva hurlait votre nom, qu’avez-vous pensé à ce moment-là ? "Je me sentais léger, malgré la responsabilité que représente le fait de porter le brassard. C’est un brassard qui a du poids pour celui qui le porte, car on ne peut écrire que quelques pages d’histoire, mais l’Inter reste ensuite." Samir a aussi été interrogé sur l’écroulement de Milan, une situation similaire à ce qu’il a connu lorsque l’Udinese a perdu Sanchez, Inler et Zapata, pourtant l’Udinese était parvenu à faire mieux que l’année précédente Une situation qui semble comparable à celle que traverse l’Inter d’aujourd’hui..... "Ces dernières années, nous nous sommes construit avec un certain type de mentalité qui ne doit pas être mis de côté suite au départ de seulement deux joueurs de qualité. L’Inter a remporté le Triplé après le départ d’Ibrahimovic, la Lazio a, aussi en son temps, a remporté le Scudetto après le départ de Vieri. Ce sont de très grand champions, soyons d’accord, mais cela confirme bien que c’est le groupe qui vous fait aller de l’avant et que vous ne dépendez pas que d’un seul ou de deux joueurs." Aller sur le terrain avec le Scudetto sur le torse augmente-t ’il la responsabilité ou est-ce qu’il vous apporte plus de sérénité ? "Je répète le concept : affronter une équipe qui a gagné peut augmenter la motivation de l’adversaire. Nous, nous devons uniquement penser à monter sur le terrain en pensant à répéter ce que l’on a préparé." Comparé au passé, les adversaires vous observent-ils différemment ? "C’est sûr, mais c'’est déjà le cas depuis deux-trois saisons. Celui qui nous fait face comprend qu’il affronte une équipe forte. Je comprenais cela au temps où j’étais à l’Udinese et que nous faisions face à l’Inter. Aujourd’hui, il se passe exactement la même chose avec ceux que nous rencontrons." Etes-vous surprise par le faux départ de la Juve ? "Non, car nous parlons simplement de deux matchs très différents pour eux. Au mois d’août, nous pratiquons un football différent comparé à celui du reste de la saison. Pour nous, c’était important de renouer avec la victoire pour retrouver les certitudes dont nous disposions. Le Calcio débute vraiment maintenant." Avec tout ce qui s’est passé, avez-vous encore besoin de réponses de la part du terrain ? "Non, car lorsque je regarde autour de moi dans le vestiaire, je vois tellement de joueurs de qualité et sérieux. C’est une équipe qui peut et qui doit continuer à gagner. Je ne sais pas si nous sommes plus ou moins fort comparé à la saison écoulée, mais nous sommes certainement bien plus complet, nous avons aussi bien plus d’expérience." Vous avez mis un terme à une obsession, celle de renouer avec la victoire, place à présent à une autre : Passer la phase de groupe en Ligue des Champions : Que vous ont enseigné les désillusions de ces dernières années ? "Nous chercherons à démontrer sur le terrain toutes ces choses que nous ont enseigné ces désillusions, cela ne sert à rien de parler." Peut-être que l’expérience peut un peu plus vous aider ? "Mais nous étions arrivés lors de la dernière journée, avec notre destin entre les mains: Ce qui compte au final, c’est un certain point: Il nous a toujours manqué ce petit rien qui fait que nous ne parvenions pas à centrer l’objectif." Quel est l’héritage que vous a laissé Antonio Conte ? "Nous, joueurs, devons seulement le remercier, même si nous n’avons seulement vécu que deux saisons avec lui. Ce qui m’a marqué le plus, c’est la mentalité qu’il nous a apporté et je crois que c’est le pas le plus important que nous avons réalisé. Conte est une personne qui s’extasie le plus lorsqu’il parle de son équipe, et qui sait aussi toucher ses joueurs, il ne manque jamais l’instant lorsqu’il faut te dire les choses." Quelle chose ajoute Inzaghi ? "Nous sommes reparti avec le 3-5-2, tant de bonnes choses sont restées et il a mis ses idées en place en expliquant comment il était possible d’améliorer les choses pour grandir encore plus." Vous ,et d’autres à la Lazio, l’ont connu aussi en tant que coéquipier sur le terrain..... "Il était sympathique, c’était un grand homme du vestiaire. Cela m’a fait une certaine impression de le retrouver en tant qu’entraîneur." Est-il toujours aussi studieux que lorsqu’il était sur le terrain ? "Oui, sa méthode de travail n’a jamais changé. Elle a seulement un peu évolué." Comment vivez-vous vos fautes ? "Il faut un certain temps pour digérer les défaites et les erreurs, mais tout doit être fait de la bonne manière : Si tu commets une erreur, cela veut dire que tu es humain. Je suis un grand garçon maintenant : j'ai 37 ans et personne ne doit m'expliquer quand j'ai commis une erreur, car j’en ai bien conscience. Ensuite, sous la peau, il y a du sang et c’est normal : C’est mieux si tu l’emportes après une erreur.....Tu ne dois plus t’en soucier en suite." Avez-vous déjà pensé à ce que vous ferez après avoir raccroché ? "Je veux rester dans le football et tenter de devenir entraîneurs." Avez-vous des modèles ? "Je me dois de prendre des choses d’un peu tout le monde pour me faire une idée, c’est important." Samir, vous êtes en fin de contrat et on entend et on lit qu’Onana et d’autres peuvent devenir vos potentiels héritiers, est-ce compliqué, est-ce que cela vous motive, ou est-ce que cela fait partie du jeu ? "Cela fait partie du jeu, ce sont des choses qui arrivent et il faut faire preuve d’ouverture sur tout cela, et même, c’est normal. Je me sens encore bien, je me diverti, je vis pour le football qui est ma passion. Je le pense encore aujourd’hui, nous verrons pour l’avenir, le plus important est que l’Inter atteigne ses objectifs." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. En effet, la relève de Samir Handanovic reste l’une des problématiques à résoudre pour l’Inter. Si Juan Musso était donné favori, la demande économique de l’Udinese force l’Inter à revoir sa copie et à virer sur une autre cible Révélation de Tuttosport "Musso envolé, pour des raisons de couts élevés, le nouveau nom est celui de Dragowski de la Fiorentina" Le chaos régnant à Florence suite au départ de Gattuso a congelé toute négociation, mais l’Inter n’a pas l’intention d’abandonner sa prise et elle souhaiterait s'offrir le gardien polonais avec l’insertion de contreparties technique pour en faire diminuer la valeur, 20 millions d’euros selon la Viola, en proposant un échange. Le joueur visé se nomme Stefano Sensi, mais le joueur, a plus forte raison depuis le malaise d’Eriksen, devrait être évalué par Inzaghi. Mais sa situation reste très instable étant donné qu’il dispose d’une valeur similaire à celle du portier. "Un échange sec entre les deux parties pourrait permettre à l’Inter d’atteindre son objectif, mais l’Inter dispose aussi d’autres joueurs qu’elle pourrait insérer tel que Ionut Radu, qui évidemment, serait barré à Milan. Il ne faut pas oublier également le défenseur belge Vanheusden qui est destiné à revenir en Nerazzurro et qui avait été approché par la Fiorentina l’été dernier." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Outre l’aspect sportif, la Serie A 2020/2021 a mis en avant un verdict également géographique : Pour la première fois depuis 2005, et pour la seconde fois dans l’absolu, 4 équipes du Nord de l’Italie se sont qualifiées ensemble pour la prochaine Ligue des Champions Lors de la saison 2021/2022, l’Italie va être représentée, dans la plus prestigieuse des Coupes d’Europe par l’Inter, le Milan Ac, l’Atalanta et la Juventus. Soit : Deux milanais, un bergamasque, et un turinois. Il faut remonter en 2005 pour retrouver trace d’’une situation similaire avec l’Udinese de Luciano Spalletti qui s’était invité à la table des trois clubs italiens les plus titrés, celle-ci étant parvenu à arracher la quatrième place à la Sampdoria. Les Friulani, quatrième en Championnat, avaient été reversé en préliminaires et ils étaient parvenu à prendre le meilleur sur le Sporting Lisbonne pour accéder à la phase de groupe de l’édition 2005/2006. En 2008/2009, les trois grands d’Italie s’étaient qualifiés également pour la saison suivante tous ensemble, mais cette-fois-là, ils furent accompagné par une équipe du Centre de l’Italie : La Fiorentina qui s’était qualifié en prenant le meilleur, sur base des confrontations directes, sur le Genoa. La Viola s’était aussi offerte le Sporting de Lisbonne pour se qualifier à la phase de groupe lors de la saison 2009/2010 Après la saison 2009/2010, la tendance commence à changer : si Turin reste une base fixe, grâce à la Juventus, qui a participé à chaque édition depuis la saison 2012, Milan s’était effondré dès 2014 : L’Ac Milan n’ayant plus participé à la compétition depuis 2014, alors que l’Inter retrouvait la Coupe aux Grandes Oreilles à partir de 2018 aux dépens de la Lazio L’absence des milanais fut compensé par les deux grandes équipes du Centre-Sud, soit la Roma (remplacée à une seule reprise par la Lazio) et le Napoli, qui se classait régulièrement en étant second, voir troisième. Le tout avant la prodigieuse ascension de l’Atalanta, et la renaissance de Milan! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Une journée de fête pour l'Inter, sacré Championne pour une 19e fois. Une foule en train de faire la fête. Célébrer, c'est encore mieux ensemble; à mesure que nous la partageons, la joie ne fait que croître. Nous l'avons tous mérité, mais surtout les fans: nous sommes champions d'Italie. Inter vs Udinese n'était pas seulement un match, mais une démonstration partagée de notre Monde-Inter : véritable, spontané, sincère. Nous avons manqué de cette proximité, de ce bruit, de ces chants, de ces bannières et de ces applaudissements. Nous avons manqué de ces fans rendant hommage à ce miraculeux Scudetto. Et donc, il y avait une foule inévitable à l'extérieur du Meazza, alors que l'entraîneur de l'équipe arrivait pour célébrer le triomphe à l'entrée du stade. Des milliers de supporters attendaient, faisant un retour opportun, pour immortaliser ce moment historique qu'est le 19e Scudetto de l'Inter avec l'équipe. Inter vs Udinese lui-même est devenu un long compte à rebours avant la levée de la coupe. Le match devait être joué sur les soundtracks des fans capables de chanter aussi fort que jamais, qui résonnait des sièges du Meazza jusqu'à la ville, donnant aux joueurs locaux une énergie supplémentaire. Même si le Scudetto fut notre il y a 3 semaines, il a été honoré dans une bonne mesure en ce jour de fête. Et ce sentiment de fête s'est traduit sur le terrain. Comme toujours, l'Inter a joué jusqu'au bout chez elle. Champions à la mort, battant l'Udinese 5-1 ici le dernier jour de la saison. Young, Eriksen, Martinez, Perisic et Lukaku ont inscrit les derniers buts de la saison, l'Inter terminant avec 91 points. De plus, les hommes de Conte ont inscrit une saison à plus de 100 buts (101 marqués au total, 89 en Serie A) et ont désormais battu tous leurs adversaires en Serie A au moins une fois cette saison. Avant le match, un message spécial a été envoyé par le Club: une note à tous les agents de santé qui se mettent en danger en première ligne dans la lutte contre le COVID-19. ''Médecins et infirmières: vous êtes les champions d'Italie. Merci pour tout ce que vous avez fait.'' Puis, comme toujours, tout était à propos de l'Inter. Dans un match qui n'a pas été joué avec les rythmes les plus élevés, la Curva a poussé l'équipe depuis les tribunes comme lors d'un gala, avec le tambour du Meazza. Le galop de l'Inter vers la ligne d'arrivée a été parsemé de football brillant et de touches élégantes ainsi que d'échanges enflammés voire illégaux. Surtout, les applaudissements étaient là pour être entendus et vus, accompagnant la 28e victoire des Nerazzurri de la saison. Le petit piqué de Young sur le gardien sortant dans ses pieds a bien commencé le match, son premier but de la saison et le 17e buteur différent de l'Inter en 2020/2021. Son but a vraiment dégonflé la résistance de l'Udinese dès le début, les visiteurs n'ayant pas pu arrêter les rafales des hôtes, emmenés par Gagliardini et Vecino au milieu du terrain: rapide, vif, pénétrant. Inter a obtenu un coup franc au bord de la surface à peine quelques minutes après que Sensi ait été remplacé à cause d'une blessure à l'adducteur par Eriksen. C'était une position parfaite pour le Danois qui a marqué le deuxième des Nerazzurri, via une déviation du mur. L'Inter ne s'est pas contenté de mener 2-0 à la pause, et la performance imparable de Lautaro, avec des compétences, des dribbles et des efforts au but, symbolisait cela. Son but, pour 3-0, est venu d'un penalty après que Hakimi ait été découpé dans la surface alors qu'il arrivait sur la droite. Un but pour l'Argentin, qui a célébré avec Hakimi avant qu'ils ne soient tous les deux remplacés. Le match s'est poursuivi dans cette veine en seconde période et, alors que le soleil s'abattait sur le stade, Perisic a encore éclairé l'après-midi avec un brillant brossé de son pied droit. Enfin, Romelu, à ne pas oublier, s'est impliqué: le lob de Sanchez a frappé le poteau et, plutôt fortuitement, a rebondi sur Lukaku puis dedans. Le penalty de Pereyra a battu Padelli lors de sa première apparition du saison, mais n'a pas eu d'impact pour effacer les 5 buts de l'Inter. Le moment est venu pour rien d'autre que des célébrations, pour marquer le statut de l'Inter en tant que Championne d'Italie - avec leurs supporters! Données du Match INTER (3-5-2) : 1 Handanovic (27 Padelli 46 '); 33 D'Ambrosio, 13 Ranocchia, 95 Bastoni; 2 Hakimi (14 Perisic 57 '), 8 Vecino, 5 Gagliardini, 12 Sensi (24 Eriksen 39'), 15 Young; 99 Pinamonti (7 Sanchez 66 '), 10 Lautaro (9 Lukaku 57'). Remplaçants non utilisés : 97 Radu, 6 de Vrij, 22 Vidal, 23 Barella, 37 Skriniar. Entraîneur : Antonio Conte. UDINESE (3-5-2) : 1 Musso (31 Gasparini 88 '); 50 Becao, 14 Bonifazi, 3 Samir; 16 Molina, 19 Larsen, 90 Zeegelar (45 Forestieri 59 '), 11 Walace (64 Palumbo 88'), 10 De Paul (6 Makengo 69 '), 16 Molina; 37 Pereyra, 7 Okaka (32 Llorente 59 '). Remplaçants non utilisés :, 96 Scuffet, 5 Ouwejan, 24 Battistella, 65 Rigo, 68 Basha. Entraîneur : Luca Gotti. Buteurs : 7 'Young (I), 44' Eriksen (I), 55 'Lautaro (I) pen, 64' Perisic (I), 72 'Lukaku (I), 79' Pereyra (U) pen Cartons : Lautaro (I) Extra time : 2 '- 0' Arbitre : Volpi. Assistants : L. Rossi, Perrotti. 4e arbitre : Amabile. VAR : Banti. Assistant VAR : Vivenzi.