Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'uefa champions league'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. S'adressant au diffuseur italien Canale 5, Graziano Cesari, ancien arbitre de Serie A, a défendu la décision de l'arbitre Slavko Vincic et du VAR pour ne pas accorder un pénalty. L'Inter aura retenu son souffle pendant que la VAR examinait une situation où Dumfries avait clairement toucher le ballon avec son bras. Au final, aucun penalty n'a été donné mais cela a fait l'objet de vives protestations de la part de tous les joueurs et du staff barcelonais. Pendant ce temps, Hakan Calhanoglu a reçu un carton jaune pour un tacle glissé sur Busquets mais le tacle était suffisamment en retard et dangereux et il n'aurait été pas injuste qu'il soit expulsé. "Je donnerais à l'arbitre une note de 5,5/10. Trop d'interventions ont été nécessaires par la VAR pour des choses qui ne sont généralement pas vues." "Le bras gauche d'Ansu Fati interrompt et modifie la trajectoire du ballon sur le but de Barcelone. La main mène au but est c'est normal que le 1-1 soit refusé." "A la 69e minute, Hakan Calhanoglu risque un carton rouge. Pour moi c'était un carton rouge car sa jambe est haute et risque de blesser Busquets." "Il n'a pas de certitude que Dumfries touche le ballon. Sans certitude, un penalty ne devrait pas être donné." De son côté, l'UEFA confirme l'arbitre Pol Van Boekel pour la VAR lors du match Roma - Betis. Alors que Barcelone prépare une plainte officielle auprès de l'UEFA pour la gestion de la VAR, depuis Nyon ils semblent avoir les idées claires sur la considération envers Pol van Boekel. Au point que, 48 heures après le match, Van Boekel reprendra immédiatement son travail devant les moniteurs, une nouvelle fois dans un match entre un Italien et un Espagnol : il sera en fait l'employé de la VAR qui assistera le Matej Jug lors du match de Ligue Europa entre Roma et Betis Seville. Traduction alex_j via Sempreinter et FCInterNews.
  2. Selon la Repubblica, le Barça ne portera pas plainte à l'UEFA. Barcelone ne portera pas plainte à l'UEFA sur la direction du match de Vincic contre l'Inter. "Hier soir, après la colère du moment sur la main non sifflée de Dumfries, le raisonnement au siège des Blaugrana était qu'un meilleur arbitrage au match retour est bien mieux qu'une guerre avec l'institution européenne du football déjà irritée par l'adhésion du club au projet de la Super League." Le super président Joan Laporta et sa direction pourraient se contenter de ne plus affronter la même équipe néerlandaise pour la Var. Enfin, Onze Mondial rapporte que le journaliste de l'Equipe Florent Torchut a pris un malin plaisir à relever le craquage de Xavi sur le sujet de l'arbitrage. Il y a un an, le coach espagnol assurait en effet qu'il refusait toujours de s'en prendre aux arbitres et à la VAR pour une "tache très difficile". Ce qui tranche avec son indignation et "l'injustice" pointée du doigt par le coach barcelonais un an plus tard, qui a même sommé l'arbitre de venir s'expliquer... Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Selon Calcio e Finanza, grâce à sa victoire contre le Barça, l'Inter se rapproche de la 10e place du classement UEFA. Une victoire fondamentale pour passer les groupes, retrouver la sérénité et pour... le classement UEFA. L'Inter a battu Barcelone grâce à un but de Calhanoglu et elle envisage l'avenir avec plus de sérénité, également en vue de la saison prochaine. En effet, outre les trois points pris, la victoire contre les blaugrana a également eu un bel impact sur le classement. Calcio e Finanza souligne que les Nerazzurri ont terminé la saison 2021-2022 à la 23e place du classement, mais dans la saison actuelle, ils ont déjà fait un bond en avant important, gagnant dix places. Cela s'explique aussi par le fait que le décompte pour le classement qui prend en compte cinq saisons, la la saison 2017-2018 est sortie. Nous rappelons que cette saison est la dernière qui a vu l'Inter absente d'une compétition de clubs de l'UEFA, apportant donc zéro point à la cause des Nerazzurri. Grâce à cette situation et aux 8 points déjà gagnés en 2022-2023, l'Inter s'est provisoirement positionnée à la 13e place (75 000), proche de la Roma (77 000). Cela signifierait pouvoir sérieusement aspirer à conquérir la deuxième tranche pour la composition de la phase de poules de la Ligue des Champions 2023-2024. La 13ème place ne certifie pas la deuxième tranche à 100%, mais offre de belles possibilités. Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. Simone Inzaghi a contré le Barça avec une approche Mourinesque. Au pire moment, voici la victoire salvatrice que recherchait Simone Inzaghi. La performance de son Inter face au Farçalone a été construite avec intelligence en abandonnant la possession du ballon, abaissant le centre de gravité et jouant plus compact. Le coach reçoit des éloges unanimes de la presse qui saluent sa capacité à fixer et à lire tactiquement le match. TMW écrit que "Le meilleur, c'est lui surtout vu le moment". Un succès qui vaut de l'or, dans une soirée pour lui "à la Mourinho". La ressemblance avec l'approche de Jose Mourinho lors des matches contre le Farça pouvait être vue, et à cette occasion, cela a fonctionné pour Inzaghi. L'Interista, Tuttosport et le Corriere dello Sport ont tous donné à l'entraîneur une note de 7/10, tandis que TuttuMercatoWeb est passé à 7,5/10 et la Gazzetta dello Sport à 8/10. Ceci étant dit, gagner contre le Farçalone grâce à un coup de Mou, c'est très bien. Mais si c'est pour perdre contre Sassuolo ce Samedi à cause d'un coup de mou, c'est bête. Traduction alex_j via l'Interista et Sempreinter.
  5. Marco Materazzi a des idées claires sur ce que l'Inter peut encore faire cette année. Il en a parlé dans une longue interview accordée aujourd'hui à la Gazzetta dello Sport. Moitié question et moitié souhait : comment projeter la victoire de Mardi sur Sassuolo ? "C'est très simple : ne pas regarder le classement, parce que le sommet de la Serie A est trop loin et parce qu'il y a plus d'équipes entre l'Inter et les leaders que l'an dernier. Ensuite : regarder l'équipe qui était Mardi, les joueurs, le public qui est de plus en plus décisif pour la façon dont il encourage le groupe." Penser à un retour est-il un pari? "Ce championnat est comme une Ligue des champions, jusqu'en Novembre un tournoi se joue comme s'il s'agissait de groupes, puis celui qui est le mieux loti en Janvier l'emportera. Je vais vous dire ceci : dans l'année qui a suivi le Triplete, à un moment on s'est retrouvé à -19 par rapport au premier. Puis après le Mondial des Clubs un coach intelligent est arrivé (Leonardo à la place de Benitez, ndlr) et si on n'avait pas perdu le derby retour on aurait gagné le Scudetto. Ici, l'entraîneur intelligent est déjà là : il n'a qu'à faire en sorte qu'à partir de Janvier cela ne dépende que de vous et pas des autres pour reconquérir." Le parcours est-il, d'un point de vue tactique, celui vu avec Barcelone ? "Cela doit être. L'Inter doit partir du fait de ne pas encaisser de but car avec le potentiel offensif qu'elle a, tôt ou tard, elle marque. Dans les quatre défaites en championnat, cependant, cela ne s'est pas produit. Et déjà à Lecce, le premier jour, il y avait une sonnette d'alarme ignorée. J'aimerais revoir le même type d'Inter. La raison est claire : si cette intensité, cette attention, cette méchanceté compétitive étaient parfaites pour arrêter Lewandowski, pourquoi ne pourraient-elles pas l'être Samedi ? Les attaquants n'aiment pas ce genre d'attitude. Mais laissez-moi vous dire quelque chose sur Dimarco." Allez-y. "Son ouverture au but a été LE geste du match. Si vous faites ces gestes là, cela signifie que vous avez une légèreté et une confiance au-dessus de la normale. Dimarco doit être l'âme du groupe : il joue à l'Inter depuis qu'il a six ans, il a des choses à l'intérieur que les autres ne peuvent pas avoir." Et puis un Skriniar revenu à son ancien niveau. Pensez-vous que le mercato a affecté son rendement ? "Non, je pense plutôt qu'il a payé la blessure qui lui a fait manquer le début de la préparation. Alors, bien sûr, il n'aura pas été hermétique à ce qui s'est passé autour de lui. Mais il a toujours répondu présent. J'espère qu'il restera. Ce qui comptera sera le professionnalisme jusqu'au dernier jour, le fait qu'il se souvienne que s'il est devenu Skriniar c'est grâce à l'Inter. Je ne doute pas que ce sera le cas. Disons qu'il ne sait pas ce qu'il perdrait en s'en allant..." Lautaro qui ne marque pas... quel signal est-ce ? "Arrêtez tout le monde : je dis lui et 10 autres, si je dois choisir la formation. Ce n'est que de lui et de Calhanoglu, par caractéristiques, que vous pouvez vous attendre au coup décisif, au jeu hors norme. Je ne sais pas combien auraient joué malgré la fatigue, sans penser à Sassuolo mais surtout à la Coupe du monde. El Toro l'a fait." Peut-être que le retour de Lukaku l'aidera aussi. "Romelu doit d'abord redevenir un athlète à 100 %. Probablement, étant donné le grand désir d'aider, il a fait un pas en avant excessif lors de sa récupération de blessure. Nous l'attendons, débordant comme nous le savons." Traduction alex_j via FcInter1908.
  6. Calcio & Finanza rapporte que l'Inter a dores et déjà gagné 45,9M€ grâce à ses victoires en C1. Grâce aux victoires contre le Viktoria Plzen et l'infâme pleureur Barcelone, l'Inter a déjà obtenu 5,6 M€ liés aux résultats obtenus en Ligue des champions; un montant non négligeable en attendant les trois derniers matches de poule. L'équipe des Nerazzurri a déjà récolté 45,9 M€ et ces chiffres seront certainement enrichis par une deuxième part de marché à calculer lorsque tous les Italiens auront terminé leur parcours en Ligue des champions. Il convient de rappeler que l'amende infligée par l'UEFA pour violation du fair-play financier sera alors soustraite du total. Traduction alex_j via FCInterNews.
  7. En fin de match, l'entraîneur barcelonais Xavi Hernandez se présente à la conférence de presse pour commenter le match de son équipe. Voici ses propos recueillis par le correspondant de FCInterNews. "Nous avons essayé avec une ligne à 3 arrières et Alonso était plus avancé, il devait trouver plus d'espaces et aller entre l'intérieur et le côté pour chercher le un contre un. Nous l'avons essayé plusieurs fois mais nous avons eu du mal dans le rythme et dans la circulation. Dans la dernière demi-heure on a mieux joué et on a trouvé plus d'espace. On a couru plus et on a trouvé des repères sur les flancs. On voulait beaucoup attaquer." "En première mi-temps on a manqué un peu de rythme et de circulation, on l'a trouvé dans un deuxième temps. Il faut faire de l'autocritique au-delà des décisions de l'arbitre." "Je suis outré par les décisions de l'arbitre, des épisodes confus, j'aurais aimé clarifier avec l'arbitre, pour comprendre s'il s'est trompé, comprendre pourquoi il a annulé le but, c'est une injustice mais c'est le football. Maintenant il nous faire trois finales, nous avons déjà perdu à Munich. Il faut être autoritaire et reprendre avec intensité et rythme, mais aujourd'hui l'indignation est grande." "À mon avis, l'arbitre devrait venir ici et s'expliquer, l'indignation est le seul mot qui me vient à l'esprit." "Nous devons maintenant réfléchir à ces défaites mais la semaine prochaine, nous aurons l'Inter à domicile et ce sera une finale. Aujourd'hui, nous avons fait une erreur mais nous devons nous racheter et mieux jouer les prochains." "Une Inter fermée ? On a essayé dans tous les sens, c'était un 3-5-2 très fermé, on a essayé d'attaquer de tous les côtés avec patience, ils ont bien fermé, ils ont trouvé le but de l'extérieur de la surface et ils ont bien géré le résultat. On a raté la dernière passe, on s'est créé des occasions, on est allé au fond, on a centré, peut-être qu'on aurait pu tirer plus de l'extérieur, c'est dommage qu'on n'ait pas réussi à marquer. On s'attendait à cette Inter, peut-être pas si défensive mais en seconde période on l'a mieux comprise et cernée et on a créé plus. Ils ont marqué de l'extérieur mais on aurait mérité au moins un match nul, c'est comme ça le football." Il est vrai que le FC Barcelone n'a JAMAIS bénéficié d'erreurs d'arbitrage, JAMAIS. Voici deux vidéos se focalisant sur les deux défaites qu'on peut considérer comme les plus humiliante du club catalan. Tarduction alex_j via FCInterNews.
  8. Via Instagram, notre président s'est réjoui du 1-0 contre Barcelone en Ligue des champions. Célébrations sociales pour Steven Zhang . Grâce à Instagram , le président de l'Inter s'est réjoui du 1-0 contre Barcelone en Ligue des champions. "C'est l'une des millions de raisons pour lesquelles nous vous aimons, continuons." Traduction alex_j via FCInter1908.
  9. L'Inter a enregistré une belle victoire contre Barcelone en Ligue des champions dans un Stadio Giuseppe Meazza en ébullition. Voici les notes selon Sempreinter. Les Nerazzurri ont abordé le match comme prévu en défendant en blocs bas mais comme une équipe compacte et solidaire de la première à la dernière minute. Hakan Calhanoglu a marqué le seul but du match juste avant la pause, tirant dans le coin inférieur droit suite à un beau mouvement commencé par l'homme du match, Federico Dimarco. André Onana – 6,5 : Sorties décentes de l'international camerounais. Zone bien commandée sauf lors d'une erreur qui a conduit à un but qui a été correctement annulé par la VAR. Milan Skriniar - 7,5 : Enfin, le capitaine officieux de l'Inter avait le brassard que tous les fans réclamaient. Exceptionnel défensivement parlant. Chef. Stefan de Vrij – 7,5 : Quelle performance du Néerlandais. A joué comme à son apogée lors de la saison 2018-2019. A complètement étouffé Robert Lewandowski. Est sorti avec un coup qui, espérons-le, n'est pas grave. Alessandro Bastoni – 6,5 : Commence à ressembler et à agir comme le joueur qui était un pilier de l'équipe gagnante du Scudetto de Conte, et dans les deux phases. Faisant encore un peu trop d'erreurs mais définitivement sur la bonne voie. Pourvu que ça dure. Matteo Darmian – 7 : Le joueur d'équipe le plus fidèle de l'équipe. A donné tout ce qu'il avait et plus encore pour le maillot, l'équipe et la cause. Il a mouillé ses chaussettes jusqu'à ce qu'il n'y ait plus une once d'énergie dans son corps à cause des crampes. Nicolo Barella - 7 : Meilleure performance de la saison du milieu de terrain international italien. A couru, s'est battu comme lorsqu'il était à son meilleur. N'avait pas la touche finale en attaque, égarant des passes simples après avoir bien fait le plus difficile. Hakan Calhanoglu - 7 : Belle prestation de l'international turc en remplacement de Brozovic. A fait quelques erreurs qui auraient pu s'avérer coûteuses mais s'est racheté en marquant le vainqueur et en se battant pour la cause. Henrikh Mkhitaryan – 6,5 : Calme et cool avec le ballon ainsi qu'un passeur sûr. A profité du manque d'intensité et a eu du mal quand elle a augmenté mais s'est appuyé sur son expérience pour ne pas se mettre dans de mauvaises situations. Federico Dimarco – 8: A fait le genre de performance qu'il a dû rêver de faire un jour quand, enfant, il encourageait son Inter bien-aimée depuis les tribunes nord de San Siro. MOTM. Joaquin Correa – 6 : A fourni une forme défensive simplement en étant sur le terrain mais n'a rien offert en attaque car il ne semble pas comprendre que le football est un sport de contact. Il est donc autorisé à tacler et à être taclé. Lautaro Martinez - 6,5 : De toute évidence, il n'est pas en pleine forme, car la blessure qu'il a ressentie après la défaite contre la Roma ne lui a pas permis de se déplacer sur le terrain avec la même facilité qu'il le fait habituellement. A travaillé très dur mais loin d'être aussi efficace en attaque que d'habitude. Edin Dzeko – 6: Introduit à la 57e minute pour Joaquin Correa pour tenir le ballon et alléger la pression avec plus ou moins de succès. Travaille toujours dur, donne toujours l'exemple mais ses jambes n'en peuvent plus. Denzel Dumfries – 6: Entré pour un Dimarco épuisé à la 76e minute. A fourni un bon centre que Dzeko a presque obtenu à la fin mais dont on se souviendra surtout pour la controverse où il a provoqué un penalty. Francesco Acerbi – 6: A remplacé Stefan de Vrij à la 77e minute qui est sorti après avoir ressenti un coup et a fait ce qu'il devait faire sans trop de bruit. Fourni ce renfort supplémentaire dans les airs lorsque Barcelone a bombardé la surface de réparation de l'Inter avec des centres. Robin Gosens – 6 : Remplacé Matteo Darmian à la 77e minute qui est sorti avec ce qui ressemblait à des crampes. Solide défensivement et sa présence physique a aidé l'Inter à se battre et à gagner le ballon. Kristjan Asllani – N/A : Est rentré à la 85e minute pour Hakan Calhanoglu et n'a pas joué assez longtemps pour être noté. Simone Inzaghi - 8 : "J'ai pris toutes les bonnes décisions, du plan de match, de la tactique, de l'équilibre aux remplacements". Les joueurs étaient clairement toujours derrière lui alors qu'ils exécutaient ses ordres à la lettre. Slavko Vincic – 7 : Bonne performance en gardant un niveau constant tout du long. A peut-être été trompé par la VAR à la joie de l'Inter, mais à l'inverse, la VAR n'a pas donné un penalty à l'Inter pour ce qui ressemblait à un hors-jeu très serré. Inter – 7,5 : Le genre de performance sur laquelle vous pouvez construire une saison réussie. Cohésive, organisée, structurée, très concentrée et très forte mentalement. Pas encore sortie du bois mais un début fantastique. Traduction alex_j via Sempreinter.
  10. Quatre-vingt-dix-neuf minutes de courage, de cœur et de souffrance. Tout cela culminant par une victoire sensationnelle et très importante qui amène l'Inter à la deuxième place du groupe de la Ligue des champions le plus relevé. Cela chasse surtout les nombreux nuages noirs qui s'étaient accumulés sur la tête de tout le monde. C'est le commentaire que Simone Inzaghi lâche aux micros de Sky Sport et FCInter1908 à la fin du match. Interview accordée à Sky Sport A quoi pensez-vous ? Cela ressemblait à un match impossible et au lieu de cela... "J'ai dit hier que c'était une grande chance contre l'une des équipes les plus fortes. Nous avons joué le match qui devait être joué, déterminé et agressif. Une soirée que nous attendions depuis longtemps. Pendant longtemps on ne l'a pas fait mais on est content pour les fans. Une soirée importante." Qu'avez-vous dit aux joueurs pour les voir tels qu'ils étaient ? "J'étais désolé pour le résultat contre la Roma, pour la performance médiocre. Ce soir, on n'a fait aucune inattention, des soirées comme celles-ci sont bonnes mais Samedi il va falloir récupérer de l'énergie car on affronte une équipe en forme. J'espère ne pas perdre d'autres joueurs, je pense que non car la fatigue ne semble pas grave. Maintenant, il faut récupérer des points en championnat." Victoire du tournant ? "Je pense que c'est le début, voir le Barça en direct, c'est encore plus fort. C'était une belle victoire, une victoire étudiée." Cette victoire est-elle une revanche ? "Je ne cherche pas à me venger. Ces moments durs arrivent mais je les affronte la tête haute en sachant qu'au cours de ces 15 mois, j'ai fait d'excellentes choses avec mon personnel. Ce soir, j'ai vu une équipe compacte et ce n'est qu'ainsi vous obtenez de telles victoires." À quel point êtes-vous heureux ? "Je suis content pour tous les composants, ces gars-là m'ont donné il y a trois mois deux trophées et maintenant ils sont les premiers à être conscients qu'il y a du terrain à récupérer." Interview accordée à FCInter1908 Avis général ? "Excellent match face à un adversaire très fort, technique et de qualité. Nous étions très compacts, après le 1-0 nous avons raté quelques raffinements qui auraient pu nous apporter le deuxième but. C'est une soirée importante qui va devoir nous redonner beaucoup d'estime. Il va falloir enchaîner Samedi, puis il y aura le retour. On a une période très intense à gérer au mieux." Ce soir, tout le monde sur le terrain s'est entraidé. "Les garçons étaient très bons. Ils se sont beaucoup entraidés, ce fut une soirée merveilleuse, assaisonnée d'un incroyable esprit de sacrifice." Xavi s'est dit "indigné" par l'arbitre. "Xavi, je l'ai vu avant et après le match, c'est un grand entraîneur et une grande personne. Il fait référence à des décisions que je n'ai pas vues. Nous avons eu un penalty clair annulé pour hors-jeu justifié à 0-0. Leur but est plutôt juste à annuler." À quel point est-ce important d'avoir gagné de cette manière ? "Cela donne de l'estime de soi face à un adversaire comme ça. On en avait besoin mais on sait qu'on n'a bien fait. Ces derniers jours, j'étais assez calme, car Samedi j'avais vu de bonnes choses gâchées par des erreurs qui à d'autres moments n'auraient pas coûté une défaite aussi douloureuse. En 48 heures, organiser un match important de manière aussi simple était un bon signe." Calhanoglu peut-il devenir une alternative à Brozovic ? "Il me l'avait prouvé l'année dernière. J'avais quatre milieux de terrain et ils devaient être trois. Asllani avec la Roma a fait un excellent match, mais j'ai dû faire un choix. Mkhytarian méritait de jouer et il a fait un excellent match en termes de sacrifice. Tout le monde a très bien fait." Traduction alex_j via FCInterNews et FCInter1908.
  11. Après le match de Ligue des champions contre Barcelone, Hakan Calhanoglu s'est confié à Sky Sport. Avis général ? "C'était un signal important, les supporters ont toujours été là. Ils ont donné une belle aide, on méritait de gagner. Il faut continuer comme ça, c'est mon but le plus important. Très bon match de l'équipe." Que s'est-il passé aujourd'hui ? "Nous avons parlé plusieurs fois dans cette période, aujourd'hui nous avons démontré, nous avons joué le match que nous voulions jouer. Mentalement, nous étions prêts, nous savions que les supporters étaient là avec nous. Aujourd'hui, nous avons montré que nous avons a bien fonctionné, même en phase défensive, nous avons bien mérité cette victoire." Victoire pour Inzaghi ? "Nous sommes toujours avec notre entraîneur, il a aussi besoin d'un coup de main. Je pense qu'il était content aujourd'hui, il a vu qu'il y avait une équipe qui se battait pour lui." Pourquoi l'esprit n'est-il pas le premier ? "Difficile à expliquer, je sais. On a fait beaucoup de choses qui n'allaient pas, l'attitude n'était pas la même que l'an dernier, on s'est dit de changer ça d'abord et l'un s'est battu pour l'autre aujourd'hui, c'est très important. Je pense que cela nous a menés à la victoire." Moralité : qui a dit que le vestiaire avait lâche Inzaghi ? Traduction alex_j via FCInterNews.
  12. S'exprimant en conférence de presse à la veille de l'Eintracht Francfort-Tottenham, Antonio Conte a lancé une de ses piques habituelles à ceux qui contestent sa façon de jouer. "J'essaie de mettre la meilleure équipe, de choisir la meilleure équipe (il répond à propos de Djed Spence, ndlr). S'ils me font confiance, ça va. S'ils ne me font pas confiance, je suis le manager et je dois prendre la meilleure décision pour Tottenham. En Angleterre, les équipes encaissent souvent 6,7 buts. Dans ma carrière, ce n'est jamais arrivé. Je n'aime pas jouer ouvert, donner beaucoup d'espace, encaisser 6,7, 8 buts. Je pense que je peux enseigner le football... à beaucoup de gens." Impayable le Tonio ! Pour cette sensation de déjà vu ? Traduction alex_j via FCInterNews.
  13. Présent au Meazza pour Inter-Barcelone, Marco Materazzi a confié quelques sensations aux micros d'Inter TV. Il a aussi laissé un message sur compte Instrgram. "C'est moi qui dois remercier tous les fans pour la façon dont ils m'ont toujours traité et comment ils m'ont conduit à la gloire. Je leur serai éternellement redevable. Quel match ? Le football est beau parce qu'il vous fait jouer tous les trois jours, nous avons cette chance. Nous savons qu'en championnat, nous rencontrons des difficultés, mais la Champions reste la Champions. Quand j'ai vu le groupe, j'ai dit qu'il fallait faire la course contre le Barça et aujourd'hui il faut jouer pour ça. Ce soir, c'est une finale avant l'heure. Les supporters ont toujours fait la différence. Maintenant, j'envie les joueurs car il peuvent avoir du public pour les grandes occasions. A mon époque, certains parcs étaient souvent fermés. Assurément, en ce moment, nous avons besoin de résultats qui peuvent donner de l'enthousiasme. Pour passer le tour, il faut 9-10 points, donc ce soir on joue beaucoup." Son message sur son compte Instagram : "Unis" Traduction alex_j via FCInterNews.
  14. L'avenir d'Inzaghi dépendra évidemment des prochains matchs. L'entraîneur joue sa place lors du match contre Sassuolo mais il faudra compter sur la réaction de l'équipe sur le terrain, en plus du résultat. Les mots de la Gazzetta dello Sport. "De retour des États-Unis et espérant une renaissance rapide, il n'imaginait certainement pas tomber encore plus bas. En effet, pour être honnête, Steven Zhang n'avait jamais vécu un psychodrame de cette ampleur en live. Un début de saison aussi morose ne s'était jamais vraiment passé, même sous l'ère de Conte 2.0. Alors que la CN grogne contre Suning, il ponctionne sur le prêt Oaktree : il s'est recapitalisé avec plus de 100 M€ pour sécuriser les fondations du club, en attendant des temps meilleurs et quelque partenaire ou acheteur américain. Malheureusement, les résultats de sa créature se sont terriblement détériorées, ainsi que l'humeur de la petite troupe." "Depuis un an et trois mois, le président a cultivé une relation d'estime, presque d'amitié, avec son entraîneur. Mais, ces derniers temps, l'idylle semble s'être fanée. Pas de contrastes flagrants, mais quelques maux suite à la conférence d'avant match de Simone avec son message délibéré et étonnant avec lequel il a revendiqué des mérites, même dans les comptes de l'entreprise. Aux strates supérieures, cela a été considéré comme une invasion de terrain, aussi parce que le lendemain contre la Louve de Mou les trois points qui auraient fait taire toute polémique ne sont pas arrivés. Au contraire, les mots ont fait un effet boomerang en revenant dangereusement, pas ce qu'il fallait dans un moment aussi délicat." "Les crédits de Simone s'épuisent donc même au sein du club attentif à ne pas prendre de décisions hâtives. Mais il reste très vigilant sur le présent. Le Barça ressemble désormais à l'Everest : ce ne sera pas ce double match de la Champions qui donnera le dernier mot sur Inzaghi. Au contraire, le match à l'extérieur de Samedi face à Sassuolo est plus délicat. Entre autres, en accord avec les entraîneurs, c'est le "comment" qui intéresse le plus le président : outre les points, qu'il y ait des signes de vie sur le terrain." Traduction alex_j via FCInter1908.
  15. Florentino Perez continue sa bataille pour la Super League pro. Devant les membres de l'Assemblée des membres du Real Madrid, le mécène des Blancos a réitéré la nécessité de réaliser cette révolution pour le monde du football : "Ce n'est qu'en protégeant le football en tant que sport mondial que nous pourrons protéger tous les membres de la famille du football, des clubs les plus titrés aux plus modestes. Le football est clairement en train de perdre la bataille mondiale du divertissement contre d'autres sports et d'autres plateformes, et tout cela alors qu'il est le seul sport mondial. Un avantage dont nous ne savons pas comment profiter. Le diagnostic est une évidence : nous avons besoin d'une gestion professionnelle, moderne et transparente, qui tienne compte des enjeux globaux du monde d'aujourd'hui et qu'il ne s'appuie pas sur d'anciennes structures conçues au siècle dernier." Perez insiste en citant l'exemple du tennis : "Rafael Nadal et Roger Federer ont joué 40 fois, Nadal et Novak Djokovic 59, est-ce ennuyeux ? Non ! Cela a donné du pouvoir au tennis et à tous les joueurs parce que le tennis en ressort plus fort. Contre Liverpool, en 67 ans, nous n'avons joué que neuf fois et contre Chelsea quatre. A quoi bon priver les supporters du monde entier de ces matches ? Ce n'est qu'en promouvant le football en tant que sport mondial que nous pouvons protéger tous les clubs. Il est donc essentiel d'offrir des matches de la plus haute qualité et d'intérêt." Il continue avec : "Nous n'avons jamais été contre un format spécifique mais l'UEFA ne veut pas discuter des formats et des abus des règles du fair-play financier de certains clubs que nous connaissons tous." Il lance une attaque virulente contre le président de l'UEFA et du PSG, Al-Khelaifi. Sur son nouveau format de Ligue des champions, Perez affirme que "cela va accélérer le déclin du football. La perte d'abonnés aux chaînes payantes a diminué de 40 % et la solution est... d'augmenter les prix. Le nouveau modèle ne servira qu'à aliéner davantage les supporters et à accélérer le déclin du football." "La justice européenne remet déjà en cause le monopole de l'UEFA sur le football. La Super League ne serait pas une compétition fermée car elle aurait 25% de ses sièges ouverts." Le président de l'ECA a récemment (Al-Khelaifi, ndlr) déclaré que le Real Madrid avait peur de l'ECA. "Il reste à rappeler au président de l'ECA qui est le Real Madrid. La compétition est dans notre ADN et le club a la responsabilité de protéger le football dans son ensemble et qu'il s'agit de ne pas accepter les menaces, d'où qu'elles viennent. La Super League est toujours dans une procédure judiciaire et devrait être résolue dans une décision qui marquera le football européen. Quand elle sera prononcée, nous travaillerons tous ensemble pour inverser la situation dans laquelle est le football. Elle doit être le fruit d'un débat sans pression mais les clubs doivent être libres. L'engagement du Real pour le football ne fait aucun doute." Traduction alex_j via FCInterNews et FCInter1908.
  16. A la veille du match Inter - Barça, en conférence de presse Matteo Darmian a pris la parole. Que faudra-t-il mettre en place ? "Il faudra un match important, de la détermination et de l'attention. Une équipe très forte, mais nous le sommes aussi et nous devons le prouver." Qu'attendez-vous demain soir ? "Match difficile, mais nous sommes l'Inter et nous essayons de faire de notre mieux pour gagner. C'est un moment difficile mais nous devons prendre nos responsabilités et nous devons donner plus." Y a-t-il un moyen de retrouver l'enthousiasme? "Il y a peu de choses à dire. Nous sommes conscients que nous devons être les premiers à prendre nos responsabilités. Il arrive de faire des erreurs, mais il faut savoir réagir." Avez-vous de la présomption après l'ouverture du score étant donné que les défaites surviennent après l'ouverture de l'Inter ? "Le nôtre n'est pas un groupe présomptueux, au contraire on a toute l'envie de sortir de ce moment difficile. Il faut être bon pour faire tourner les épisodes en notre faveur." Pourquoi ces oublis ? "Il faut être bon pour rester lucide et être bon pour faire les choses qu'on sait faire et ne pas se laisser emporter par les émotions. On a besoin de plus de clarté et de concentration dans les 90'." Forte opportunité de l'adversaire ? "Nous savons que c'est une grande équipe, nous devrons être bons. Demain soir peut être une opportunité importante pour nous." L'absence de Lukaku vous a créé des soucis. "Pour nous et pour l'équipe, c'est important, mais nous avons des joueurs très forts en attaque et son absence ne doit pas être une excuse. Il doit bien récupérer, nous l'attendons, quand il reviendra il apportera sa contribution. Maintenant qu'il n'est pas là il faut être bon pour combler son manque, mais il n'y a pas de problème." Traduction alex_j via FCInter1908.
  17. Javier Zanetti a parlé de Lionel Messi, révélant des choses, lors d'une chronique sur les champions publiée sur Calcio.com. Sur Léo. "J'ai eu le privilège de jouer avec Léo avec l'équipe nationale quand il a commencé sa carrière. Là, on pouvait voir que c'était un joueur qui se démarquait de tous les autres, il a fait des choses que je n'ai jamais vues faire. Génial, vitesse, super dribble, fort physiquement. On parle de l'un des meilleurs de tous les temps." Sur la comparaison avec Maradona. "Une question à laquelle il est difficile de répondre car les deux ont marqué l'histoire du football. L'un continue de le faire." Que retenez-vous de l'action de Messi lors de la demi-finale Barcelone-Inter 2010. "Je me souviens encore de l'arrêt de Julio Cesar du pied gauche. C'était l'arrêt du match, même pour la victoire en coupe. S'il avait marqué, cela aurait été très compliqué pour nous. Leo est un pur talent, il est l'essence même de football. Samuel et moi avons été avertis et si nous avions reçu un carton jaune, nous aurions raté la finale. Messi jouait dans notre pays et nous avons donc pensé 'au moins une fois, il marquera'. Heureusement, cela ne s'est pas produit, nous l'a arrêté lui et tout Barcelone." Son transfert au PSG. "Personne ne s'y attendait et ce fut un moment émouvant et triste pour les fans de Barcelone. Le nouveau défi est cependant important." Messi a réussi à réaliser son rêve de gagner la Copa America. "Je suis ravi que Messi ait remporté la Copa America, il attendait ce moment depuis très longtemps. En tant que capitaine et leader de l'équipe, il a soulevé le trophée lors d'une finale historique avec le Brésil au Maracanã, il n'aurait pas pu choisi un meilleur moment." Un message aussi pour ceux qui le critiquent. "Je n'ai jamais compris ceux qui le critiquent. Vous n'avez pas à le juger s'il gagne ou s'il perd : il est l'essence du football et sera toujours comme ça. Sa personnalité ? C'est un gars très calme, qui aime être avec la famille et les amis. Il est amusant. C'est un leader qui a grandi avec le temps et qui fait maintenant ressortir sa personnalité." Traduction lex_j via FCInter1908.
  18. L' impasse est totale entre l'Inter et Milan Skriniar concernant son renouvellement du contrat qui expire en Juin prochain. Les mots de la Gazzetta dello Sport. Contrairement à ce qui avait filtré ces dernières semaines, l'arrêt du championnat ne sera pas le bon moment pour commencer les échanges. Et il est à croire que la discussion ne sera pas ouverte de sitôt, certainement pas avant le double match en Ligue des champions contre Barcelone. Pas une bonne nouvelle pour le milieu Nerazzurri, surtout si on l'ajoute à la volonté jamais cachée du PSG pour acheter le défenseur central après leur échec au mercato d'été. "Personne à l'Inter aujourd'hui ne peut garantir que le Slovaque sera encore un joueur des Nerazzurri en Janvier. L'optimisme n'est pas de mise, les négociations montent et il faudra un engagement non négligeable pour prolonger l'accord au-delà de 2023. Le danger de perdre le joueur en Janvier, en somme, se profile car le PSG se représentera début 2023 avec une offre, divisée par deux par rapport à cet été : 30 M€. Cela mettra Steven Zhang devant un carrefour. En parlant de défenseur qui peut dire adieu pour zéro euro, Stefan de Vrij ne doit pas être oublié. Actuellement dépassé par Francesco Acerbi dans la hiérarchie d'Inzaghi, il est fort probable que certains clubs reviennent tâter le terrain en Janvier. Ces deux situations d'incertitude profonde n'aident pas l'équipe, mais le club sera très clair avec le vestiaire : pas d'alibi." Traduction alex_j via FCInterNews.
  19. L'Inter et la Juventus risqueraient tous deux de graves problèmes financiers si elles ne parvenaient pas à se qualifier pour la phase de groupes de la Ligue des champions la saison prochaine. C'est ce qu'affirme un article publié dans la Gazzetta dello Sport qui note que les deux clubs pourraient perdre environ 80 M€ s'ils ne changent pas de braquet et n'assurent pas une place dans le top quatre d'ici la fin de la campagne. Les Nerazzurri et les Bianconeri ont déjà vu leurs espoirs d'atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des champions cette saison en péril, la première gagnant et perdant l'un de ses deux premiers matches tandis que la second perdant les deux. À défaut d'atteindre les huitièmes de finale, les deux équipes perdraient 20 M€ de revenus de l'UEFA, ainsi que toute manne supplémentaire provenant des revenus de diffusion et des recettes de billetterie pour les matches. Ce ne serait rien comparé aux effets de manquer la qualification pour la Champions si l'une ou l'autre ne finissait pas dans le top quatre de la Serie A, car la Gazzetta estime que le montant total perdu serait d'environ 80 M€. Traduction alex_j via sempreinter.
  20. Simone Inzaghi est venu en conférence de presse à l'issue du match remporté par les Nerazzurri face au Viktoria Plzen. Voici ses déclarations à TMW. Votre impression. "Nous sommes heureux, car nous savions que l'adversaire ne serait pas à sous-estimer. Nous connaissons le parcours des clubs italiens à Plzen (aucun n'a gagné, ndlr). Les garçons étaient bons, ils sont restés concentrés et je les ai complimentés dans le vestiaire." Le groupe au complet ? "Nous savions que c'était un calendrier compliqué, avec tant de matchs, c'est le troisième en six jours, l'équipe grandit même au niveau individuel. J'ai besoin de tout le monde, tous ceux qui sont disponibles, nous sommes vingt joueurs de champ plus trois gardiens. Maintenant, il nous manque Lukaku, nous serons tous avec lui." Quelle Inter trouves-tu dans ces matchs ? "Compacte, ordonnée, une équipe qui sait ce qu'elle veut. Nous avons eu des moments difficiles mais nous avons été bons pour encaisser peu et rester sur la bonne voie." Avec un Dzeko comme ça, Lukaku peut récupérer sereinement. "Edin a été bon, comme tous ses coéquipiers, j'ai besoin de tout le monde en défense, au milieu de terrain et en attaque. Après la pause internationale, Lukaku reviendra et de temps en temps je choisirai le couple d'attaquants qui entrera sur le terrain." Maintenant qu'Acerbi est là, combien va-t-il gagner dans les rotations défensives ? "Il était très bon, c'était ses débuts, ce n'était pas facile, c'est un joueur que je connais et qui va pouvoir nous aider. L'important c'est que tous les garçons sachent qu'il y a de la compétition entre eux. Je l'ai fait comprendre dans ces huit matchs que j'ai besoin de tout le monde, qu'il y aura des rotations et que tout le monde sera impliqué. En jouant tellement, je dois utiliser tous les joueurs. À Udine, ce sera le quatrième match en dix jours, dans peu de temps je devrai voir quelle sera la meilleure formation pour ce match." Comment voyez-vous le parcours de l'Inter en Ligue des champions maintenant ? Qu'attendez-vous ce soir entre le Bayern et Barcelone ? "Entre le Bayern et le Barça, ce sera un grand match, entre les deux meilleures équipes du monde en ce moment. On sait qu'on va les affronter. Aujourd'hui l'objectif était de ramener les trois points. On a facilité un match qui n'était pas simple, aucun club italien n'avait gagné ici à Plzen. C'est une victoire bien méritée, voulue par les garçons, je suis content." Que pensez-vous de l'expulsion de Bucha ? "Il est clair que l'expulsion nous a donné un avantage mais je pense que jusqu'à ce moment-là, l'Inter contrôlait le match, le seul inconvénient jusqu'à ce moment-là était d'être seulement à 1-0, sans avoir marqué le deuxième but." Vient maintenant le match à l'extérieur à Udine ... "Dimanche, nous aurons un adversaire précieux, dans un excellent moment et avec d'excellents joueurs. Nous essaierons de nous préparer du mieux que nous pourrons." Traduction alex_j via FCInter1908.
  21. Henrik Mkhitaryan, Marcelo Brozovic, Denzel Dumfries et Francesco Acerbi se sont confiés aux médias italiens après cette victoire contre le Viktoria Plzen. Henrik Mkhitaryan s'est confié à InterTV. "C'était important de gagner et de reprendre confiance. Il faut continuer comme ça et gagner les prochains matchs. On savait que ce n'était pas facile mais on s'est très bien préparé pour ce match. Félicitations à mes compagnons. Nous essayons toujours de garder le ballon, de créer des occasions. En deuxième mi-temps, nous avons davantage gardé le ballon. Nous avons tout fait pour que les choses fonctionnent bien pour nous. Après l'expulsion de leur joueur, c'était plus facile et nous avons créé des occasions. Udinese ? On doit avoir la tête lors du prochain match, on sait que ce sera très difficile. Une équipe très bien préparée physiquement et dans les duels individuels. On va tout faire pour gagner et arriver à l'arrêt avec une victoire." Marcelo Brozovic s'est confié à Sky Sport. "On avait bien préparé le match, ils jouent de longs ballons, on a bien joué et on a gagné, c'est ce qui est important. Si nous voulons passer, nous devons marquer 6 points contre le Viktoria et puis il y a Barcelone et tout peut arriver. Gagner contre le Torino nous a aidés, il faut continuer comme ça et aller de l'avant." Denzel Dumfries s'est confié à Inter TV. "Je pense que nous avons bien fait, nous avons été très patients. Nous avons fait un bon match et nous espérons continuer comme ça. Une dédicace pour le but ? Je le dédie à l'équipe, je suis content d'avoir marqué. Je pense qu'aujourd'hui c'était important d'avoir gagné comme on l'a fait contre le Torino. Maintenant il faut penser au prochain match qui sera très difficile. L'Udinese va très bien cette année, mais nous avons les qualités pour faire une bonne performance sur le terrain. Ce sera encore un match dur et difficile. Il faut continuer à travailler et à faire de mieux en mieux." Francesco Acerbi s'est confié à Sky Sport. "Est-ce que je ressemblais à un vétéran de l'Inter ? Je ne suis pas timide, mes compagnons m'ont très bien accueilli, je ne suis pas là pour faire de la figuration. Je suis moi-même, il y a beaucoup de jeunes, j'entre comme si j'étais là depuis un certain temps. Après 3 mois sans jouer, j'étais inquiet, mais ça s'est aussi plutôt bien passé." "Gagner comme ça, contre le Torino, c'est important. On est venu ici, ils jouent bien à domicile et ils n'avaient rien à perdre, ce n'était pas facile. On a besoin d'avoir plus de continuité dans le jeu, on a des drops, on a concédé beaucoup de centres. Nous devons nous améliorer là-dessus." "Maintenant, il y a l'Udinese et puis la pause internationale qui est aussi importante pour mettre de la force, travailler un peu pour tirer le meilleur parti avant la Coupe du monde." Traduction alex_j via FCInter1908.
  22. L'attaquant argentin, élément essentiel du secteur offensif des Nerazzurri, se révèle avoir un statut encore plus important. Voici les analyse de Libero et Tuttosport. Leader technique sur le terrain mais avec un rôle de plus en plus important aussi dans le vestiaire, l'Inter découvre une nouvelle version de Lautaro Martinez. Les déclarations de l'attaquant argentin ne sont pas passées inaperçues. Lui qui a publiquement pris la défense de Simone Inzaghi en appelant les joueurs à leurs responsabilités. Des propos de leader qui témoignent de son nouveau statut sur et en dehors du terrain. Libero écrit que dans les moments difficiles avoir un ancrage qui donne sécurité et solidité est fondamental. L'Inter a une exception, Lautaro Martinez. Leader technique sur le terrain, il l'est un depuis un certain temps à tel point que parmi les quatre attaquants, le seul immuable, c'est lui. Mais après les paroles après la victoire contre le Torino Samedi, il est évident qu'il devient aussi un leader hors terrain. Les paroles du Toro sonnaient comme un hymne à se resserrer autour de celui qui, un peu par commodité et facilité, est devenu le bouc émissaire de tous les malheurs de l'Inter : Simone Inzaghi. Que les Nerazzurri soient confrontés à un moment d'instabilité à la fois technique et corporative, avec le "cas lié" à une éventuelle vente par Zhang, n'est certainement pas un secret. Mais une position aussi claire de la part de l'un des piliers de l'équipe est pas du tout évident. Tuttosport n'est pas avare d'éloges sur notre attaquant argentin, protagoniste d'un grand match contre le Torino. Ils écrivent que bien que l'Argentin n'ait marqué que trois fois en sept matches cette saison, pour un total de 560 minutes championnat et Champions inclus, l'ancien attaquant du Racing mérite de grands éloges. De Inzaghi, pour qui il est irremplaçable surtout compte tenu de l'absence actuelle de Lukaku, des coéquipiers et des fans qui apprécient son abnégation et ses sacrifices à chaque fois qu'il entre sur le terrain. Lautaro a été l'un des meilleurs sur le terrain contre le Torino mais aussi contre le Milan, il a essayé jusqu'au bout. Il Toro a progressé grâce à la conscience d'être un joueur de premier plan. Il a maintenant atteint cette maturité qui est exigée d'un vrai champion pour faire la différence. Pourtant, il y a un "mais" à annuler, ou du moins à corriger, pour le joueur de 25 ans originaire de Bahia Blanca : être toujours décisif en Europe. En Champions, les chiffres, du moins en termes d'exécution, doivent s'améliorer. Lautaro au cours de la saison 2020-2021 n'a marqué que deux buts sur 48 tirs effectués, soit un pourcentage de 4,2%, pour centage qui est le plus bas de tous les joueurs qui ont cherché le chemin du filet plus de trente fois au cours de cette période. Ce défaut persistent est à corriger pour qu'il devienne un vrai Grand. Les paroles fortes de Martinez après le match contre le Torino. S'exprimant au micro de Rai Sport, Lautaro Martinez a commenté la victoire de l'Inter face au Torino. L'attaquant argentin se range du côté de Simone Inzaghi : "Les critiques de l'entraîneur irritent parce qu'au final c'est nous qui faisons les choix sur le terrain. Il choisit qui entre et sort, mais les joueurs vont sur le terrain." Traduction alex_j via FCInter1908.
  23. S'adressant aux micros de La Gazzetta dello Sport, Marco Materazzi a évoqué le défi qui attend l'Inter contre Plzen. Materazzi, l'Inter en République Tchèque pour le rachat. Sentiments? "La Ligue des champions, c'est la Ligue des champions. Il faut entrer sur le terrain et ne pas penser à ce que Viktoria Plzen a fait contre Barcelone (perdu 5-1, ndlr). Au contraire, il faut jouer comme Barcelone. 6 points contre Viktoria et puis gagner un match contre l'un des grands!" Avez-vous des suggestions pour l'Inter ? "De l'extérieur, il est facile de parler, de l'intérieur, c'est tout autre chose. Pour passer le tour, vous devez penser que vous êtes ceux de Liverpool et que l'équipe peut le faire contre n'importe qui. L'Inter a grandi ces dernières saisons, ce n'est pas celle d'il y a 3-4 ans. Elle l'a montré à plusieurs reprises et peut probablement rivaliser avec Barcelone. Quand on essaie d'atteindre un objectif, il faut comprendre où se trouve le 'terrain fertile' pour la qualification pour les huitièmes de finale. Le terrain barcelonais est fertile, celui du Bayern, en revanche, l'est beaucoup moins. Il est parmi les meilleurs en termes de prouesses, d'habitude et de construction." Y aura-t-il un leader ? "Dans les matches de ce type, ce n'est pas une question d'individus, mais d'équipe. C'est l'équipe qui bouge. Désormais, Inzaghi a des joueurs qui ont accumulé de l'expérience en Europe même s'ils n'ont jamais remporté la Ligue des champions. Mais j'insiste. Je me souviens du match face à Liverpool la saison dernière. Même le match aller, où l'Inter a perdu. Cette année donc, l'entraîneur a du matériel pour travailler et il y a aussi des joueurs sur le banc et qui peuvent apporter de la qualité, comme Mkhitaryan." Traduction alex_j via FCInter1908.
  24. Avant le match contre le Viktoria Plzen, Simone Inzaghi et Milan Skriniar se sont exprimmés. La conférence de Simone Inzaghi Le gardien. "Quant au gardien, j'ai décidé mais pour le moment je ne veux pas le dire, les joueurs ne le savent pas encore car nous n'avons eu qu'une séance d'entraînement. Demain matin nous aurons la réunion technique et il est juste qu'ils sachent." Viktoria Plzen ? "C'est une équipe forte physiquement, qu'on a vue et étudiée dans les deux matchs contre Qarabag et Barcelone. Il a construit cette entrée dans les groupes de la Ligue des champions. Il a des joueurs importants devant, Chory, Mosquera, Sykora : ce sont des joueurs importants, et ils ont un physique très rapide et des relances, ils l'ont prouvé même dans un match difficile comme Barcelone." Un match important ? "C'est un match important, on sait qu'on a fini dans le groupe le plus difficile de toute la Ligue des champions mais on a envie de le jouer. Le début n'était pas le meilleur. On a essayé mais le Bayern était meilleur que nous. Maintenant, on sait que ce match va nous mener dans des marécages, mais on veut y faire face de la meilleure des manières." Match déjà décisif ? "Puisqu'il en reste encore quatre, probablement pas, mais on sait l'importance que ça a. On sait que dix points sont nécessaires pour passer un groupe, neuf fois sur dix. L'année dernière nous étions bons pour les faire, cette année nous savons que le groupe est plus dur mais demain nous voulons marquer les premiers points car nous voulons bouger au classement." Vous vous attendez à un match comme contre le Slavia Prague ? "Mais j'entraînais la Lazio dans ce match, je me souviens que c'était deux matches différents, mais chaque match est une histoire en soi." La conférence de Milan Skriniar Prolongation ? "Je n'ai jamais parlé et je préfère rester comme ça. On est venu ici pour jouer ce match et je ne veux pas parler de mon avenir et de mon contrat, je ne pense pas que ce soit le moment. Quand il y aura des nouvelles, vous le saurez de moi et de personne d'autre, je n'ai jamais parlé et je préfère que cela reste ainsi." Match spécial ? "Ce sera un match spécial, la Slovaquie est plus proche depuis Plzen, parents et amis viendront. Beaucoup de gars que je connais jouent à Plzen, ce sera spécial. Nous avons certainement vu comment l'équipe a progressé sous cet entraîneur, physiquement ils sont très forts et préparés. Ils travaillent vite sur la contre-attaque et il faudra faire attention à ceux-là." Content du tirage au sort ? "Pour moi personnellement, j'étais heureux, la Slovaquie est plus proche ici. Nous savons que ce sera difficile. Ce n'était pas facile après le derby et le Bayern, mais on a réussi à échanger dans le vestiaire. Cela nous a certainement aidés à gagner le dernier match." Traduction alex_j via FCInter1908.
  25. Le Viktoria Plzen est invaincu depuis 28 matches à la Doosan Arena. Heureusement, ce record n'est pas aussi formidable qu'il n'y paraît. Selon un article imprimé dans la Gazzetta dello Sport, le record invincibilité de l'équipe tchèque à domicile remonte à plus d'une saison. Ceci dit, ils n'ont pas affronté une équipe aussi forte que les Nerazzurri au cours de cette période. Le Viktoria a subi une défaite 5-1 contre Barcelone lors de son match d'ouverture en Champions montrant que jouer au Camp Nou eut sans aucun doute été une chose très difficile pour eux. En revanche, les Tchèques recommencent à jouer devant leurs fans alors qu'ils accueillent l'Inter pour le deuxième match, et ils ressentiront une certaine confiance grâce à leur impressionnant record d'invincibilité à domicile remontant à mai 2021. De plus, le Viktoria a battu 2-3 sur son rival national le Sigma Olomouc ce week-end. La séquence de 28 matchs à domicile a été une grande partie de la raison pour laquelle Viktoria a remporté son titre national la saison dernière. Cependant, pour la Gazzetta, les Nerazzurri doivent se rendre à Plzen avec confiance car ils peuvent y mettre fin sans trop de problèmes. Il est intéressant de noter que le club a remporté la ligue tchèque pour la première fois en 2011, et a participé à la phase de groupes de l'UEFA Champions League 2011-2012, (avec Milan, Barcelone et Bate Borisov), au cours de laquelle il a remporté son premier match de Ligue des champions, glanant cinq points et se qualifiant pour le 16e de finale en UEFA Europa League 2011-2012. Ils ont été éliminés par le Schalke 04 en 8e de finale. Le club a remporté son deuxième titre de champion de République tchèque lors de la saison 2012-2013. En 2013-2014, le club a participé à la phase de groupes de l'UEFA Champions League et a terminé troisième, encore une fois. Ils ont ensuite atteint les huitièmes de finale de l'UEFA Europa League avant d'être éliminés par Lyon. Le Viktoria Plzen a remporté 6 championnats tchèques et 1 coupe tchèque. Traduction alex_j via Sempreinter et Wikipédia.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...