Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'uefa'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, c’est la grande révélation de la journée signée la Gazzetta Dello Sport : "Si l’on ne considère pas la saison 2016-2017, vu que Steven Zhang n’était pas encore aux manettes, nous assistons à la pire phase aller de l’Inter du Suning : Bien pire que les 39 points récoltés lors de la seconde saison de Luciano Spalletti." "A présent, remporter les deux coupes italiennes ne suffira plus : Il a été demandé à Inzaghi tout autre chose : Ne pas se terminer en Zone Champion’s serait considéré comme une faillite : Qui plus est, la façon dont l’équipe devra y parvenir sera également analyser: Les joueurs devront y parvenir sans faire preuve d’une anxiété exacerbée et sans même plonger dans des température sibériennes comparé au Napoli : Ils devront jouer les 19 prochaines matchs avec l’état d’esprit d’une équipe qui se bat pour remporter le Scudetto même si à présent la seconde étoile n’est plus qu’un mirage." "La qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions est, par contre, bien plus réaliste vu qu’elle permettrait d’engranger à minima 5 millions d’euros entre les primes en provenance de l’UEFA et les recettes du Giuseppe Meazza car si Porto représente un danger, il n’est pas imbattable." "S’il faudra parvenir à comprendre comment l’équipe peut se montrer si agressive face au Napoli et le Milan comparé à des équipes d’un blason inférieur comme le sont Monza, Vérone, Parme et Empoli, il sera important de compter sur des individualités retrouvés que sont Robin Gosens, Denzel Dumfries et Romelu Lukaku: Romelu semble en avoir terminé une fois pour toute avec ses pépins physique, il doit à présent se mettre des minutes dans les jambes et lancer la machine à but et à Appiano, il y a un programme bien spécifique qui l’attend pour l’installer d’une façon durable au cœur de l’attaque car on ne peut pas compter éternellement sur Edin Dzeko." " Si à ses côtés on retrouvera Lautaro Martinez qui va de certitudes en certitudes, Joaquin Correa réalise continuer a aligner les flops : la destinée des deux argentins est diamétralement à l’opposée. Le troisième argentin, lui, reste un regret car il y a quelques mois il aurait fallu parvenir à trouver une voie de sortie au Tucu afin de ne pas de gâcher la chance Paulo Dybala." Une soufflante aux joueurs Simone Inzaghi s’est entretenu avec les joueurs en leur disant qu'ils devaient absolument réagir après la défaite face à Empoli en Serie A et se ressaisir à l’occasion de la rencontre face à Cremonese Le natif de Piacenza a "insisté sur le fait que louper la Ligue des champions serait un "désastre" car si l'Inter avait abordé le match contre Empoli avec le sentiment qu'il restait un faible espoir de rattraper Naples en tête du classement de la Serie A, ce sentiment laisse à présent la place à l’incertitude de parvenir à terminer dans le Top 4. Et vu la victoire d’une dominante Lazio sur l'AC Milan, combinée aux résultats de la Roma et de l'Atalanta ce week-end, cela signifie que finir dans les quatre premiers est encore moins certain pour les Nerazzurri." "Cet échec ne serait rien de moins qu'un "désastre", une "faillite" pour les Nerazzurri sur le plan financier car le club a planifié son budget en fonction de la manne financière provenant de l’UEFA pour la participation à la plus grande compétition de clubs d'Europe qui parviennent à s’y qualifier: S'en priver, ce serait un énorme coup dur." C’est également pour cette raison qu’Inzaghi a insisté auprès de ses joueurs sur le fait qu'ils ne pouvaient pas se permettre de considérer la défaite d'hier contre Empoli comme autre chose qu'un faux pas temporaire, et qu'ils devaient réagir pour se remettre sur les rails contre Cremonese ce week-end." Validez-vous le comportement de notre Direction : La C1 ou la Porte vu que le Napoli réalise une saison digne du Bayern de Munich en Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. AFP-LESOIR.BE - C'est l'information de la journée Super League: l’UEFA remporte une bataille judiciaire devant la Cour de justice européenne: En effet, La Cour de justice européenne a estimé que l’instance européenne a tout à fait le droit de sanctionner les clubs qui participent au projet de Super League. "L’avocat général de la Cour de justice européenne a estimé jeudi que l’UEFA était dans son droit lorsqu’elle a menacé de sanctionner les clubs à l’initiative du projet de Super League qui avait failli faire imploser le foot européen en 2021 : Les règles de la FIFA et de l’UEFA soumettant toute nouvelle compétition à une autorisation préalable sont compatibles avec le droit de la concurrence de l’Union", a estimé l’avocat général Athanasios Rantos. Si la décision de la CJUE n’est pas attendue avant début 2023, les conclusions de l’avocat général sont fréquemment suivies par les juges. Dans un tweet, l’UEFA dit saluer "chaleureusement des conclusions sans équivoque rendues aujourd’hui recommandant une décision de la CJUE en faveur de notre mission essentielle de diriger le football européen, de protéger son système pyramidal et de développer le football en Europe". La question posée à la CJUE est de savoir si l’UEFA, qui régule le foot européen tout en organisant la Ligue des Champions, l’Europa League et la Conference League, abuse de sa position dominante en voulant sanctionner les clubs mutins à l’initiative de ce tournoi privé et semi-fermé. Derrière cette question, apparemment technique, se joue non seulement l’avenir du football de clubs sur le Vieux Continent, mais plus largement la possibilité pour les instances sportives de protéger leurs compétitions, bien au-delà du ballon rond. Le specte de la Super League toujours bien là Pour l’avocat général Athanasios Rantos, l’UEFA était pleinement dans son droit: "Les règles de la concurrence de l’Union n’interdisent pas à la FIFA, à l’UEFA, à leurs fédérations membres ou à leurs ligues nationales de proférer des menaces de sanctions à l’encontre des clubs affiliés auxdites fédérations lorsque ces derniers participent à un projet de création d’une nouvelle compétition qui risquerait de porter atteinte aux objectifs légitimes poursuivis par ces fédérations dont ils sont membres" a-t-il encore estimé. Ce projet de Super League, une compétition privée lancée par douze grands clubs européens, avait été dévoilé en fanfare en avril 2021. Mais face à la fureur de nombreux supporters et à la menace de mesures politiques, l’affaire avait capoté en 48 heures. Neuf des douze clubs mutins, notamment les puissants clubs anglais, ont fait amende honorable, mais le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin continuent d’entretenir la flamme. Mais le spectre d’un tournoi privé a resurgi mi-octobre avec le lancement d’une structure baptisée A22 Sports Management, qui assure vouloir ouvrir "un dialogue" sur l’avenir du football européen de clubs en rencontrant chacun de ses acteurs. ®AFP-LESOIR.BE
  3. Encore pire que la Calciopoli? Voici les déclarations de l'avocat Mattia Grassani, expert en droit du sport, qui s'exprimait sur Radio Anch'io lo sport. "Cette situation est-elle plus grave que Calciopoli ? A cette époque, le système de la Juventus devait polluer le système d'arbitrage par le haut du panier. Aujourd'hui le fait que les mêmes protagonistes se livrent à ces parallèles, à ces comparaisons, et disent que la situation est plus grave que celle du Calciopoli, démontre que la prise de conscience de leur comportement encore plus grave qu'en 2006. C'est une chose d'approcher un arbitre, un officiel, un président, c'est très sérieux, mais c'en est une autre de doper les comptes de l'entreprise. De cette manière, la parité concurrentielle avec les autres clubs est violée. Cela altère la régularité du championnat, voire ce qui se joue sur le terrain. Je n'ai pas à injecter de capital dans l'entreprise via des stickers Panini ou des cartes Monopoly." Les brebis galeuses quittant la Serie A... enfin, quittant, vite dit... "La situation avec l'UEFA n'a pas fait l'objet d'une enquête approfondie. C'est également une situation unique pour l'UEFA car les autres procédures envisageaient des dépassements de capacité de dépense par rapport au fair-play financier, il a été question de dépassements et de capacité de dépense. Dans ces situations, il y avait un blocage du marché, mais c'est une situation différente. La procédure judiciaire sportive et la procédure pénale sont techniquement autonomes. En effet, dans de nombreux cas, nous avons assisté à des acquittements d'un côté et à des condamnations de l'autre. La justice sportive arrivera plus tôt et les enquêtes pénales n'auront certainement pas encore atteint la fin de la procédure pour tout éclairer. La justice sportive devra évidemment tenir compte de la justice pénale, notamment des bilans, du matériel saisi et des écoutes téléphoniques. Mais le critère d'évaluation est autonome. Le mouvement doit avoir la capacité et la force d'éliminer les brebis galeuses, qu'il s'appelle Juventus ou Borgorosso Football Club." Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. L'UEFA a ouvert une enquête contre la Juventus pour violation du FPF après les accusations portées par le parquet de Turin et la Consob. "La première chambre de l'ICFC (l'organe de contrôle financier des clubs de l'UEFA, ndlr) a ouvert une enquête contre la Juventus FC pour de potentielles violations des règles sur l'octroi de licences aux clubs et le fair-play financier dit la note. L'enquête de la première chambre portera sur les allégations d'infractions financières récemment rendues publiques à la suite des poursuites menées par la Consob et le parquet de Turin. Le 23 août 2022, la première section de l'ICFC a conclu un accord de règlement avec la Juventus FC. Cet accord transactionnel a été conclu sur la base des informations financières précédemment présentées par la Société relatives aux exercices clos en 2018, 2019, 2020, 2021 et 2022." Luciano Moggi: "Ha non, désolé, cette fois, je n'ai rien fait! Demandez à Andrea!" "Dans le cas où, après la conclusion de cette enquête, la situation financière du club serait significativement différente de celle évaluée par la première chambre de l'ICFC au moment de la conclusion de l'accord de règlement, ou si des faits nouveaux et importants apparaissent ou deviennent connus, la première chambre de l'ICFC se réserve le droit de résilier l'accord de règlement, d'engager toute action en justice jugée appropriée et d'imposer des mesures disciplinaires conformément au règlement intérieur de l'UEFA CFCB conclut l'UEFA. La première chambre de l'ICFC coopérera avec les autorités nationales et n'émettra pas d'autres commentaires sur l'affaire tant que l'enquête est en cours." Juste une question: qui est surpris que la Juve soit visée par une enquête? Traduction alex_j via FCInterNews.
  5. L'Assemblée des actionnaires du F.C. Internazionale SPA s'est réuni en présentiel pour la première fois depuis 2019, et celle-ci a approuvé les comptes consolidés de l'exercice 2021/2022. "Dans la continuité de la saison précédente, la saison s'est déroulée dans un contexte économique difficile en raison de l'incertitude générée par l'urgence sanitaire, avec un assouplissement progressif des mesures d'endiguement qui ont eu lieu lors de la seconde partie de la saison sportive, et des tensions internationales croissantes en 2022." "Le Club a présenté des résultats qui reprennent la progression positive débutée avant la crise pandémique, en établissant un nouveau record de chiffre d'affaires et une réduction importante des pertes, tout en confirmant l'équipe au plus haut niveau de compétitivité, et en obtenant d'ailleurs la quatrième qualification consécutive à la Ligue des Champions de l'UEFA, une compétition dans laquelle l'Inter s'est hissée en huitième de finale pour la première fois depuis 10 ans, et en ajoutant deux nouveaux trophées au Palmarès : la 8ème Coppa Italia et la 6ème Super Coupe d'Italie." "Les résultats financiers de la saison écoulée démontrent une croissance d'environ 75 millions d'euros des recettes consolidées, qui se sont élevées à 439,6 millions d'euros, comparé 364,7 millions d'euros du bilan précédent. En considérant des données comparables, c'est-à-dire sans prendre en compte dans le budget de la saison 2020/2021 et la fin de la saison 2019/2020 jouée alors que l'exercice suivant est déjà entamé, l'augmentation des recettes est de l'ordre de 140 millions d'euros." "Le budget se clôture par une perte de 140 millions d'euros, soit une réduction d'environ 105 millions d'euros par rapport aux 245,6 millions d'euros de 2021. L'actionnaire majoritaire a déjà exprimé son engagement formel à soutenir le groupe en garantissant son soutien en capital." Steven Zhang - Président du FC Internazionale Milano "Tant de choses ont changé au cours de cette période complexe, mais pas notre amour pour l'Inter et notre passion. Ces 3 années ont été difficiles, mais nous les avons affrontées ensemble avec détermination et ambition, en remportant 3 titres après 11 ans d'attente. Nous avons eu le courage d'affronter la pandémie avec dynamisme, nous avons maintenu notre capacité à gagner et à rester au sommet." "L'avenir du club n'a jamais été remis en question, et notre vision pour l'Inter est claire. Notre engagement s'inscrit dans la durée et vise à assurer un avenir digne de l'Histoire de nos couleurs. Nous devons continuer sur cette voie, animés par l'ambition sportive, grâce à la passion de nos Tifosi à travers le monde. C'est pour eux que le Club se bat pour la deuxième étoile, et pour l'emporter peu importe le terrain de jeu. Le club s'engage également sur tous les tableaux institutionnels pour assurer un projet de croissance durable pour le secteur." Giuseppe Marotta - Administrateur-Délégué Sport "Nous avons clôturé la saison dernière avec fierté, après avoir remporté deux nouveaux titres et atteint les huitièmes de finale de la Ligue des champions, un exploit historique qui manquait au club depuis 10 ans. Un exploit que nous avons réitéré cette année dans un groupe où tout le monde nous croyait condamnés. Félicitations à l'entraîneur Inzaghi et à tous les joueurs." "Notre Primavera a remporté son dixième Scudetto, nous sommes désormais les premiers en Italie à remporter la première étoile des jeunes. L'équipe féminine est également sur une voie ambitieuse. Dans le cadre de la préparation de la saison 2022/2023, nous avons conclu des opérations d'entrée et de sortie ciblées et importantes, le tout dans le cadre des paramètres que nous nous étions fixés, et nous avons construit une équipe qui ne veut pas se fixer de limites et qui veut se lancer dans une Chasse qui nous attend en Championnat avec la conscience et le désir de pouvoir continuer à gagner." Alessandro Antonello - Administrateur Délégué "Les résultats de l'exercice 2021/2022 marquent un retour à une tendance positive. En effet, nous avons enregistré un nouveau record du chiffre d'affaires, après celui de la saison 2018-2019, et réalisé une importante réduction des pertes. Nous avons repris le chemin vertueux de la croissance, même si le chemin à parcourir est encore long et difficile." "Notre objectif est, comme toujours, d'accompagner la plus grande compétitivité sportive à la durabilité financière. La consolidation des sources de revenus du Club passe nécessairement par la valorisation et l'expansion de la marque Nerazzurra, en offrant des expériences et des contenus aux Tifosi du monde entier et en s'exprimant dans la langue des plus jeunes générations, mais aussi et surtout par des investissements dans les infrastructures, dont le plus important est le projet du nouveau stade." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. En effet, l’Inter peut se qualifier dès ce soir pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, "à la surprise générale" tant le coefficient de difficulté est extrêmement élevé en cette phase groupe avec le Champion allemand, le Bayern de Munich et un Fc Barcelone qui s’est retrouvé sous Xavi Hernandez Révélation de Calcio&Finanza "En se qualifiant, en plus de l’aspect sportif, il y a lieu de se soucier positivement de l’aspect économique. En poursuivant dans le tournoi et outre les primes garanties par l’Uefa, il y a lieu de prendre en considération la recette du stade. Le tout pourrait donc s’élever entre 5-6 millions d’euros pour les huitième de finale." La phase de groupe "On sait que pour la participation à la phase de groupe, que les Nerazzurri ont déjà perçu 15,64 millions d'euros, une somme qui restera toujours la même jusqu’à la saison 2023/24, tandis que sur le plan du Classement Historique, l'Inter a déjà empoché près de 16 millions d'euros." "En ce qui concerne le Market Pool, la première partie qui a été attribuée en fonction du classement en Serie A 2021/22, a vu l’Inter percevoir 6 millions d'euros et il s’agit de la seconde somme la plus importante parmi les équipes italiennes participantes, après le Milan. En ce qui concerne sa deuxième partie, la somme minimale en cas d’accession en huitième de finale est estimée à 4 millions d'euros." L’accession en huitième "En plus des fonds déjà susmentionné, avec très certainement un Market Pool revu à la hausse, il faut prendre en considération les primes liées aux performances en phase de groupe et, en cas de succès face au Viktoria Plzen, l'Inter percevra 9,33 millions d'euros. Il est important de noter que les matchs nuls doivent encore être ajouté et 9,6 millions d’euros supplémentaires proviendront des huitièmes de finale." Enfin, l'amende infligée par l'UEFA pour violation du fair-play financier doit être soustraite du total. Il s'agit d’une somme de 4 millions d'euros que l'Association européenne de football a décidé de retenir sur les primes de compétition des clubs sanctionnés pour la saison en cours." "Pour l’heure et dans l’attente des résultats face au Viktoria Plzen et face au Bayern de Munich, l'Inter devrait au moins percevoir 56,5 millions d'euros en atteignant la phase à élimination directe." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Les droits TV pour la Serie pourraient atteindre 5 milliards d'euros pour 2030. Dans le même temps, Lorenzo Casini évoque un All-Star Game pour le football. 5 milliards d'Euros d'ici 2030 ? La Serie A a des projets très importants pour l'avenir. En effet, la ligue italienne doit tripler ses revenus de droits TV internationaux d'ici 2030, contre une croissance plus modérée du marché des droits TV nationaux. Après avoir lu un document interne, Reuters écrit que le désir de la Serie A est de réduire l'écart financier avec les ligues de football européennes rivales. Dans un scénario émis par le PDG Luigi De Siervo, la ligue italienne pourrait voir les revenus des diffusions internationales potentiellement augmenter jusqu'à environ 1,1 B€ sur le cycle 2024-2027, pour atteindre 1,9 B€ sur la période 2027-2030. Quant aux projections pour les droits nationaux, elles indiquent une augmentation des revenus pouvant atteindre 3,2 B€ sur la période 2024-2027, en légère hausse par rapport aux 2,9 B€ garantis par l'accord actuellement en vigueur. Les revenus des droits TV pour la Série A issus des droits nationaux pourraient alors légèrement à 3,4 B€ sur la période 2027-2030. Si tel est le cas, pour le cycle 2027-2030, la Serie A pourrait récolter jusqu'à 5,3 B€. Vers un All-Star Game ? Lorenzo Casini, président de la Lega Serie A, est le protagoniste du nouvel épisode de 'Politics in the Ball' sur GR Parliament. Au centre du débat se trouvent les réformes du système footballistique, à commencer par des innovations plus dédiées au football de spectacle comme l'introduction du All Star Game. "Un projet que nous examinons. Il peut être judicieux de mettre le jeu et le plaisir au centre. La première objection concerne les blessures, mais cela peut être l'occasion d'essayer de nouvelles règles telles que des changements en vol comme au basket-ball. La Lega Serie A travaille sur un ensemble de réformes, telles que la valorisation des jeunes. D'ici la fin du mois de Novembre, nous prévoyons d'avoir une série de points à apporter à la discussion. Les idées concernent l'organisation des championnats, la liste des 25 par rapport aux jeunes qui y participent, la valorisation des jeunes Italiens, jusqu'aux infrastructures. Il y avait aussi une proposition intéressante de concentrer les finales jeunes en un seul lieu et sur une semaine qui créent également un moment d'agrégation et de valorisation des catégories jeunes." Sur l'idée d'un match de Serie A à l'étranger, Casini a déclaré que "nous devons en discuter avec l'UEFA et la FIFA. Ce serait un nouveau modèle NBA, c'est une question qui intéresse les équipes et qui a été discutée. Mais c'est certainement n'arrivera pas dans ce championnat." On parle aussi de la candidature de l'Italie pour accueillir l'Euro 2032, définie comme "une énorme opportunité pour régler la question des stades. Et ce d'autant plus que les organisations internationales, lorsqu'elles demandent une candidature, ne demandent pas seulement des infrastructures, mais veulent qu'elles soient accompagné d'un projet d'inclusion, avec un impact socio-économique très articulé. Cependant, les Euros ne doivent pas être la seule opportunité car les stades doivent être mis à jour et ajustés régulièrement. En tant que Lega Serie A, nous attendons du gouvernement qu'il aide les ligues et les équipes à rationaliser et à simplifier toutes les procédures bureaucratiques." Traduction alex_j via FCInterNews.
  8. S'adressant avec le journaliste Marco Bellinazzo et le responsable du développement du système d'octroi de licence aux clubs de l'UEFA, Andrea Traverso, lors du "Wired Next Fest" à Milan, Alessandro Antonello est revenu sur les moments critiques vécus par le football italien et le club Les Nerazzurri. Antonello commence par évoquer les problèmes suite à la pandémie. "La pandémie a aggravé des facteurs déjà présents dans le système du football. L'Inter, comme les autres grands clubs, a plus souffert que d'autres, notamment à cause du manque de revenus du stade. Les supporters peuvent désormais venir librement au stade, et nous devons essayer de concilier viabilité financière et compétitivité sur le terrain. En période de difficulté ces deux éléments doivent coexister et la pérennité doit garantir la pérennité des clubs." Antonello insiste également sur l'importance du développement durable, réalisé également grâce à une collaboration avec l'UEFA. "Nous avons travaillé ensemble, bien sûr, c'était un chemin difficile, cela a duré plus d'un an. Aujourd'hui, nous ne pouvons pas penser à un système qui perd 3,5 M€ par journée. Nous travaillons sur l'infrastructure qui est stratégique pour nous, le nouveau stade San Siro. Mais une intervention au niveau de la Lega italienne s'impose. En tant que club, nous pouvons investir dans le développement durable, dans le secteur de la jeunesse et dans l'innovation technologique, tant d'un point de vue commercial que sportif." Le responsable de l'Inter explique ensuite comment le développement de la marque Inter ne concerne pas uniquement le domaine purement footballistique. "Notre projet de développement ne se tourne pas seulement vers le football, mais nous visons à devenir une entreprise de style de vie, également avec des collaborations comme celle avec Moncler et d'autres marques milanaises. En 2022, nous avons revisité notre site Web et notre application d'un point de vue graphique et de contenu. Notre modèle est la Formule 1. Nous avons également lancé une plateforme de commerce électronique en six langues pour que les fans puissent acheter des produits. Nous sommes dans une phase de développement innovant et nous réalisons des innovations technologiques et sportives." Traduction alex_j via FCInterNews.
  9. Selon la Repubblica, le Barça ne portera pas plainte à l'UEFA. Barcelone ne portera pas plainte à l'UEFA sur la direction du match de Vincic contre l'Inter. "Hier soir, après la colère du moment sur la main non sifflée de Dumfries, le raisonnement au siège des Blaugrana était qu'un meilleur arbitrage au match retour est bien mieux qu'une guerre avec l'institution européenne du football déjà irritée par l'adhésion du club au projet de la Super League." Le super président Joan Laporta et sa direction pourraient se contenter de ne plus affronter la même équipe néerlandaise pour la Var. Enfin, Onze Mondial rapporte que le journaliste de l'Equipe Florent Torchut a pris un malin plaisir à relever le craquage de Xavi sur le sujet de l'arbitrage. Il y a un an, le coach espagnol assurait en effet qu'il refusait toujours de s'en prendre aux arbitres et à la VAR pour une "tache très difficile". Ce qui tranche avec son indignation et "l'injustice" pointée du doigt par le coach barcelonais un an plus tard, qui a même sommé l'arbitre de venir s'expliquer... Traduction alex_j via FCInterNews.
  10. C’est une information relayée par Numero-Diez qui cite Calcio&Finanza : Renvoyer Simone Inzaghi en ce mois d’octobre serait, en effet, intéressant financièrement parlant, même si son départ pèserait sur les Finances du club. "C’est une véritable tempête à la Casa Inter : Les Nerazzurri, après avoir perdu le Scudetto face au Cousin du Milan, ont débuté la saison au ralenti : En effet, lors de cette dernière journée de Serie A est tombée la 4ème défaite de la saison, ayant en conséquence des indiscrétions sur un possible renvoi de Simone Inzaghi. Les Nerazzurri, actuellement 9ème en Championnat, ont perdu face à la Lazio, au Milan Ac, à l’Udinese, au Bayern de Munich et la Roma, et demain, ils feront face au Fc Barcelone." L’Analyse de Calcio&Finzanza "Simone Inzaghi, après un excellent parcours à la Lazio, est arrivé à Milan en remplacement d’Antonio Conte : L’actuel entraineur de Tottenham avait quitté l’Inter en remportant le Scudetto et en mettant un terme à l’hégémonie de la Juventus. Le remplacer n’était donc loin d’être une tâche facile, mais Simone Inzaghi avait rejoint le club en paraphant un contrat le liant jusqu’au 30 juin 2022 pour un salaire net de 4,5 millions d’euros, soit 8,3 millions d’euros brut par saison." "Après les victoires en Coupe d’Italie et en Super Coupe d’Italie de la saison écoulée, son contrat a été prolongé jusqu’au 30 juin 2024 et revalorisé à 5,5 millions d’euros, soit 10,1 millions d’euros brut par saison. Actuellement et après 3 mois déjà d’un championnat qui le dérouille, Inzaghi doit encore percevoir 9,6 millions d’euros nets." "Cette somme est répartie de la sorte : 4,1 millions d’euros pour le reste de cette saison et 5,5 millions d’euros pour la prochaine saison, soit une valeur brute de 18 millions d’euros. Ces 18 millions d’euros représente la somme globale que l’Inter se devrait de verser à l’entraineur, sauf en cas d’une prime de reconnaissance. Cette dernière acterait une rupture de contrat pour une somme déterminée entre le Club et l’entraineur." Octobre Rouge "Mais un éventuel renvoi de Simone Inzaghi devrait impérativement arriver avant l’approbation définitive des comptes de la part de l’Assemblée Générale des actionnaires. En effet, ces derniers jours, le Conseil d’Administration de l’Inter a approuvé les comptes financiers qui présentent un solde négatif de 140 millions d’euros pour la saison 2021-2022. Toutefois, l’aval définitif n’arrivera qu’à la fin du mois d’octobre, lorsque l’Assemblée des actionnaire actera le tout par un OK définitif." "Renvoyer immédiatement Simone Inzaghi est une hypothèse plus qu'envisageable : "L’Inter, tout comme la Roma, ont fini dans la ligne de mire de l’UEFA pour avoir violé le Fair-Play-Financier, et l’Inter sera obligée, lors du prochain triennal (saison 2023/2024 => saison 2025/2026) de ne pas enregistrer de perte supérieure à 60 millions d’euros. Un renvoi de Simone Inzaghi immédiatement permettrait à l’Inter d’insérer ce dernier dans les comptes d’une saison qui ne sera pas sous examen de l’UEFA et de son Fair-Play-Financier." Quand les Planètes s’alignent contre Toi, Simone… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. C’est la révélation de Tuttosport, "l’ennemi-juré" s’est présenté à Milan pour y rencontrer Steven Zhang: "Une visite de courtoisie ? Bien sûr. Quelque chose de plus ? Très probablement..... Le fait est qu'Andrea Agnelli, le Président de la Juventus, s'est présenté hier à la Casa Inter, pour discuter avec son homologue Steven Zhang, et cette rencontre a fait sensation auprès des initiés...." Une réunion de courtoise, vraiment ? "Entre les deux Numéros Un, il y a non seulement une grande estime professionnelle mais aussi une amitié sincère. Une sorte d'empathie aidée par la proximité générationnelle, mais il y a aussi bien plus que cela: Ils proposent une vision similaire dans la gestion des clubs, surtout dans la recherche de nouveaux actifs à travers lesquels, ils pourraient essayer d'atteindre des secteurs peu fréquentés, ce qui pourrait représenter des plateformes de revenus potentiels à exploiter et à mettre en œuvre." "Si l'on ne sait pas ce qu'ils se sont dit, il est évident que la conversation, précisément en raison du type de relation qui existe entre les deux, était à 360 degrés et sans zones interdites. Il est d'ailleurs envisageable que le numéro des Bianconeri ait également mis à jour Steven Zhang sur la situation liée aux possibles développements découlant du litige avec l'Uefa suite au lancement de la Super League qui a vue l'Inter se rétracter, comme toute une série d'autres membres, exception faite du Real Madrid, de Barcelone ainsi que de la Juventus elle-même." "La rencontre d'hier entre Agnelli et Zhang a également été l'occasion de discuter de la nécessité de mieux protéger un "Spectacle" essentiellement payé par les clubs, mais avec des clubs qui n'ont aucun pouvoir pour déterminer le périmètre des différentes compétitons: La saison actuelle, brisée en deux à cause de la Coupe du monde, en est la preuve la plus concrète". Sont-ils allés jusqu'à proposer un échange d'entraîneur ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Les écuries italiennes qui disputent la Ligue des Champions, soit l’Inter, le Milan, le Napoli et la Juve encaissent les premiers bénéfices de leur participation à la plus prestigieuse compétition européenne de clubs. Sur base des déclarations de Calcio&Finanza, il est possible de se concentrer exclusivement sur l’Inter : "L'UEFA a distribué les premières recettes aux participants et les clubs italiens ont reçu un total d'environ 141 millions d'euros. Sur cette somme, près de 31 millions ont été versé à l’Inter, sur base du Classement historique et des primes de participation." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. L'UEFA a remis son classement à jour, l'Inter est désormais 15e. Comme d'habitude, après la deuxième journée de la Ligue des champions, le classement des clubs de l'UEFA est mis à jour et publié. Il prend en compte les 5 dernières saisons. L'Inter gagne 8 positions et passe de la 23e à la 15e place avec 73 000 points. La Juventus, huitième avec 88 000, reste la première équipe italienne devant la Roma, douzième avec 78 000. Derrière nous, Naples 22e place avec 64 000, Atalanta 28e place avec 55 500, la Lazio 37e place avec 39 000, le Milan 47e place avec 33 000 et la Fiorentina, 106e place avec 12 700. Traduction alex_j via FCInterNews.
  14. C'est une information de l'AFP relayée par nos confrères du "Le360.ma": En introduisant le "hors-jeu semi-automatique" à partir de mardi en Ligue des champions, l'UEFA espère fluidifier les rencontres de sa compétition reine, "pour le bien du jeu". "Ce nouvel outil, qui a "parfaitement fonctionné" le 10 août lors de la Supercoupe de l'UEFA remportée par le Real Madrid contre l'Eintracht Francfort (2-0), vise à "améliorer le déroulement du match et la cohérence des décisions", résumait vendredi Roberto Rosetti, patron des arbitres au sein de l'instance européenne. "L'UEFA place dans la "technologie semi-automatisée du hors-jeu" (SAOT) les mêmes espoirs que la Fifa, qui l'a testée lors de la dernière Coupe arabe puis du Mondial des clubs et l'utilisera lors du Mondial-2022 au Qatar (20 novembre-18 décembre): "Pour le bien du jeu et de l'arbitrage, l'UEFA veut toujours utiliser la meilleure technologie possible", a assuré M. Rosetti, bien que cette tendance symbolisée par l'introduction de l'assistance-vidéo à l'arbitrage (VAR) - lors du Mondial-2018 puis à partir de février 2019 en C1 - ne fasse toujours pas l'unanimité. L'objectif de la SAOT est d'établir à tout moment la position des joueurs et du ballon en se passant de l’œil humain - et de son risque d'erreur -, grâce à des caméras placées sous le toit des stades et capables de "tracer jusqu'à 29 points corporels différents" par joueur. Placé au centre du ballon, un capteur enverra lui des données à la salle de visionnage pour déterminer le moment où il est joué, avec une précision humainement inatteignable, permettant d'alerter automatiquement les arbitres vidéo si l'attaquant est en position de hors-jeu." "La décision finale reviendra néanmoins à l'arbitre principal, d'autant que la règle même du hors-jeu interdit d'en automatiser totalement l'application. Une fois la position des joueurs prise en compte, il reste en effet à apprécier si un adversaire a pu remettre intentionnellement la balle en jeu, comme l'avait illustré le but controversé de Kylian Mbappé lors de la victoire de la France face à l'Espagne en finale de Ligue des nations (2-1) en octobre 2021." ®Le360
  15. Comme nous le savons, l'Inter a été sanctionnée par l'UEFA à cause du FPF. Elle doit payer une amende de 4M€ et ne pourra pas aligner de nouveaux joueurs si... L'Inter ne s'inquiète pas des sanctions que l'UEFA lui a imposées pour avoir enfreint les règles du fair-play financier, selon un article paru aujourd'hui dans Tuttosport. En effet, l'Inter reste calme face cette situation car elle a choisi la voie consistant à prendre quatre ans pour respecter les directives. Pour le moment, la seule différence est qu'il y a deux joueurs de moins sur la liste A de l'UEFA (23 au lieu de 25) et que l'activité du marché des transferts est liée au solde de la liste A. L'Inter ne peuvent enregistrer de nouveaux joueurs pour les compétitions européennes que s'ils ont d'abord vendu un ou plusieurs joueurs dont les coûts sont supérieurs ou égaux à ceux des joueurs entrants. Cela pourrait être considéré comme un problème. Cependant, en raison de ses propres difficultés financières, l'Inter a fonctionné de cette manière au cours des deux dernières saisons. Cependant, comme le souligne le Corriere dello Sport, si l'Inter ne fait pas ce qu'ils ont convenu, les Nerazzurri devront payer une nouvelle amende inconditionnelle de 26 M€ ainsi qu'une possible interdiction de transfert. Pour comprendre, nous nous sommes procurés et avons traduit les accords disponibles sur le site de l'UEFA. Voici les extraits qui nous intéressent. 1) Le régime de règlement couvrira : Les cinq périodes de déclaration se terminant en 2022, 2023, 2024, 2025 et 2026; Les cinq saisons 2022/23, 2023/24, 2024/25, 2025/26 et 2026/27. 2) L'écart acceptable est le déficit cumulé maximal possible des revenus du football pour le Club considéré comme en conformité avec la règle des revenus du football. L'écart acceptable est de 5 M€. Cependant, le déficit peut dépasser ce niveau jusqu'à 60 M€ si cet excédent est entièrement couvert par des cotisations ou des fonds propres, comme prévu dans la CL&FS. Les revenus cumulés du football peuvent être ajustés à la hausse pour tenir compte des investissements pertinents. 3) Le Club convient en outre que si le Club dépasse les objectifs spécifiés dans le Règlement d'Accord, l'une des restrictions sportives suivantes peut s'appliquer en fonction du montant de l'excédent : Restriction du nombre de joueurs : le Club ne peut inscrire plus de 23 joueurs sur sa liste A pour les compétitions interclubs de l'UEFA par rapport au maximum de 25 joueurs prévu dans le règlement des compétitions interclubs de l'UEFA. Une telle restriction ne doit pas diminuer le nombre de places exclusivement réservées aux « joueurs formés localement » définies dans le règlement des compétitions interclubs de l'UEFA. Cette mesure conditionnellement s'applique aux saisons 2023/24, 2024/25, 2025/26 et/ou 2026/27. Interdiction d'inscription de nouveaux joueurs : Le Club ne peut inscrire de nouveaux joueur de sa liste A aux compétitions interclubs de l'UEFA, à moins que le solde de la liste A ne soit positif. Le solde de la liste A est défini comme la différence entre les coûts des joueurs (« Économies de coûts ») et les coûts des joueurs entrants (« Nouveaux coûts ») à tout moment tout en respectant le délai applicable pour la remise par le Club de sa Liste A. Cette mesure s'applique sous condition aux saisons 2024/25, 2025/26 et/ou 2026/27. Exclusion de la prochaine compétition interclubs de l'UEFA pour laquelle elle se qualifierait autrement dans les trois prochaines saisons. Cette mesure s'applique conditionnellement à la campagne 2024/25, Saisons 2025/26 et/ou 2026/27. 4) L'accord transactionnel expire lorsque la première chambre de l'ICFC confirme que le club a rempli l'objectif principal de l'accord de règlement et a atteint respect de la règle des revenus du football au plus tard à la fin du régime de règlement. Toutes les restrictions sportives, le cas échéant, cesseront de s'appliquer. Tout impayé ainsi que les cotisations, qu'elles soient réalisées conditionnelles ou inconditionnelles, restent dus. Ainsi, l'Inter peut inclure un nouveau joueur si et seulement si il coute moins cher que le joueur vendu, ce que indique Tuttosport qui est dans le vrai. Nous comprenons donc que les informations relayées par nos chers journalistes français étaient, certes justes, mais biaisées. C'est pour cela, vérifiez par vous même. Note: les documents officiels sont disponibles ici. Traduction alex_j, oxyred et QG1989 via Sempreinter et le site officiel de l'UEFA.
  16. L'Inter a été condamnée à une amende de 4 M€ par l'UEFA pour violation des règles du fair-play financier. Mais elle pourrait être condamnée à une amende supplémentaire de 26 M€ s'elle enfreint à nouveau les règles. La nouvelle a été rendue publique par l' UEFA dans un communiqué officiel qui donne tous les clubs qui ont été reconnus coupables d'avoir enfreint les règles de la FFP et les montants auxquels ils ont été condamnés. Il a été constaté que le Milan AC, l'AS Monaco, l'AS Roma, le Beşiktaş JK, l'Inter, la Juventus, l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain ne respectaient pas les exigences. L'Inter a accepté de payer une amende de 4 M€ et a choisi d'utiliser un accord de règlement de quatre ans pour la période de transition plutôt que trois ans; l'AS Roma a choisi la même voie. Le paiement inconditionnel de l'AS Roma est légèrement supérieur, 5 M€. Pour la Juventus, c'est 3 M€ et pour le Milan, c'est 2,5 M€. Le club le plus lourdement condamné est le Paris Saint Germain, 10 M€. Traduction alex_j via Sempreinter.
  17. Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter, s’est livré à l’Hôtel Gallia di Milano, celui-là même qui accueille les dernières heures du Calciomercato, sur l'état de santé du championnat transalpin : "Le Calcio était et est toujours dans une très grande contraction financière. Il y a peu de temps, il était encore décrit comme le modèle de référence de ces 40-50 dernières années, c’était un modèle de mécénat pure, où il y avait de grands entrepreneurs locaux, comme les Familles Moratti et Berlusconi, qui ont pris les rênes de grands clubs." "Aujourd’hui, les très grands clubs sont entre les mains de propriétés étrangères et, heureusement qu’elles sont arrivées, car sinon, notre Calcio aurait été encore bien plus en difficultés." Que nous apportent-elles ? "Très certainement un nouveau modèle de Business, je dirais à l’américaine. Elles proposent une mentalité différente avec un aspect financier, économique et de soutenabilité qui occupe un rôle bien plus important: Il faut prendre conscience de cela et meno male que ces propriétés sont arrivées." "Le contexte temporel est différent de celui de ces dernières années, on se retrouve, par exemple avec le Mondial en plein milieu de saison à jouer. C’est donc aussi vrai que cela change les stratégies, et il est clair que l’aspect "Player Trading" ne doit pas en subir une conséquence logique." "Comme vous le savez, nous faisons partie d'un cadre organisationnel de l’UEFA et il y a beaucoup de championnat qui sont conditionnés par ce système de CalcioMercato. Une compréhension logique de la manière de réglementer cela devrait être trouvée par le biais de l'Eca et elle l'est toujours." "Nous sommes à la quatrième journée du championnat et nous avons encore quelques jours de mercato, cela signifie que dans tous les clubs il y a des tensions, car des situations doivent encore être définies avec des joueurs qui protestent, peut-être même depuis les tribunes. C'est très dommageable, et cela le sera aussi en novembre avec deux mois d'inactivité partielle". Le Saviez-vous ? Un échange a eu lieu entre Beppe Marotta et l’ancien Président de la FIGC Carlo Tavecchio, qui occupe actuellement le poste de Président du Comité Régional Lombard des Amateurs. Ce dernier s’est adressé au Padrino : "Rappelez-vous que nous sommes Interiste. Il y a une hypocrisie chez les gens qui vous pousse à ne pas dire cela. Mais tout va, tout de même, assez bien: Il suffit de se montrer correct : Mais faites très attention, car nous arrivons à un moment particulier..." Tavecchio Nerazzurro, qui l’aurait cru ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Quels sont les risques les équipes qui violent le fair-play financier ? La question est d'actualité maintenant que l'UEFA est prête à sanctionner dix clubs pour non-respect des règles de la FPF jusqu'à la saison 2020-2021. Il faut donc regarder le bilan comptable de cette saison. Rappelons que le règlement de l'UEFA prévoit que sur une période de trois ans, les clubs qui participent aux compétitions européennes peuvent avoir un déficit budgétaire cumulé ne dépassant pas 30 M€. Bien entendu, les règles ont été partiellement modifiées avec le Covid, la période de surveillance s'étendant sur quatre saisons, mais avec des déficits éventuels pour 2019-2020 et 2020-2021 qui sont additionnés et divisés par deux pour alléger le poids de la pandémie. Les clubs que l'UEFA serait prête à sanctionner comprendraient la Juventus, l'Inter et la Roma, bien qu'avec des situations très différentes. Les bianconeri auraient refusé tout type d'accord avec l’UEFA, au risque d'encourir des sanctions bien plus lourdes, tandis que les nous et les Giallorossi devraient trouver un accord pour des accords de règlement. Rappelons que l’Inter a déjà signé un accord avec l’UEFA. En partant de la liste des sanctions, l'article 29 du "Règlement de procédure régissant l'Instance du contrôle financier des clubs de l'UEFA" précise que les mesures disciplinaires pouvant être adoptées, selon la gravité des cas, sont les suivantes : Simple signalement ; Rappel à l’ordre ; Amende ; Déduction de points ; Retenue du revenu produit par une compétition de l'UEFA ; Interdiction d'enregistrer de nouveaux joueurs dans les compétitions de l'UEFA ; Limitation du nombre de joueurs qu'un club peut inscrire aux compétitions de l'UEFA, y compris une limitation financière sur le coût total agrégé des avantages pour les joueurs inscrits sur la liste A des compétitions interclubs de l'UEFA ; Disqualification des compétitions en cours et/ou exclusion des compétitions futures ; Révocation d'un titre. Comme mentionné, nous et la Roma pourraient conclure des accords de règlement. L'Organe de contrôle financier des clubs a décidé dans de nombreux cas que les objectifs de la FPF peuvent être mieux atteints avec une approche réhabilitatrice plutôt que punitive. Cela a conduit à plusieurs reprises à la conclusion d'accords entre les clubs et l'ICFC qui combinent des contributions financières avec de nombreuses conditions restrictives. Cela offre aux clubs un équilibre à court terme. La décision de conclure ou non un accord de règlement est en tout état de cause à la discrétion de l'ICFC. Enfin, le règlement précise "les accords transactionnels peuvent prévoir toutes sanctions disciplinaires en application de l'art. 29 et, le cas échéant, un calendrier spécifique dans le but de mettre le club sanctionné en conformité avec le Règlement de l'UEFA sur l'octroi de licence aux clubs et le fair-play financier." Il est intéressant de noter que d’après le blog Swiss Ramble, Arsenal pourrait respecter le FPF malgré des dépenses record. Il explique tout sur son thread, avec bilan comptable à l’appui, ici : Concernant l’Inter, le bilan de la saison 2020-2021 est disponible sur le blog Swiss Ramble : Remarquons que l’Inter avait subie une perte nette de 348M€ et remarquons que l’Inter a également subie une perte de revenus de 121 M€. Le blog pointe aussi le fait que la masse salariale de l’Inter était assez lourde mais que les gains sur les transferts étaient en progression, grâce à Lukaku et Hakimi en particulier. Nous vous laissons lire le thread, en anglais, qui est assez intéressant bien qu’assez technique. Ces différentes pertes de revenues peuvent expliquer que l’UEFA nous surveille. Bien entendu, il serait assez intéressant d'avoir le bilan comptable de 2021-2022. Traduction alex_j via Sempreinter.
  19. L'Inter, la Juventus et la Roma sont parmi les meilleurs clubs européens à faire face à des sanctions de l'UEFA pour violation du fair-play financier. Ceci dit, il faut être assez précis. Selon The Times, les Nerazzurri font partie d'un trio de clubs de Serie A qui font face à des sanctions pour avoir enfreint le FFP dans les comptes 2021-2022, comme avec le Paris Saint-Germain, Marseille, Barcelone et Arsenal. L'UEFA a examiné les comptes 2021-2022 des clubs européens et a signalé certains problèmes de dépenses qui seraient en violation de la réglementation FFP, bien qu'elle n'ait encore officiellement sanctionné aucun club. L'Inter est l'un des trois clubs italiens aux côtés des Bianconeri et des Giallorossi susceptibles de faire face à des sanctions, tandis qu'Arsenal est la seule équipe de Premier League, avec plusieurs autres grandes équipes européennes susceptibles de faire face à des sanctions. Le PSG et Marseille seraient prêts à discuter d'un accord sur les amendes avec l'UEFA, tandis que l'Inter et la Roma pourraient convenir d'amendes ainsi que de restrictions sur les dépenses avec la plus haute instance dirigeante du football européen. Pendant ce temps, comme Barcelone et la Juventus sont toujours en conflit avec l'UEFA au sujet de leur engagement dans le projet de Super League, il est peu probable qu'ils s'entendent sur les conditions des sanctions, car certains des autres clubs concernés le feront. Actu Foot a relayé cette information sur son compte Twitter: Cependant, plus tard dans la journée, l'Inter a déjà conclu un accord avec l'UEFA depuis un certain temps concernant les sanctions du fair-play financier, et les nouvelles publiées par le Times concernant le FFP ne sont pas nouvelles. FCInter1908 rapporte que les Nerazzurri ne sont pas plus inquiets que ça concernant le FFP et qu'il n'y a pas eu de nouveaux développements. En fait, l'article du Times ne fait que juste réaffirmer les faits existants sur notre situation. Donc, ce qui est dit est vrai mais cet accord existe depuis des mois, et donc le rapport du Times n'est pas vraiment une nouvelle concernant les développements qui inquiètent les fans. Traduction alex_j via the Time.
  20. La guerre entre l'UEFA et la Super League Européenne n'est pas encore terminée: Loin de là même car celle-ci se poursuit devant la Cour de justice de l'Union européenne et qui, en cas de victoire de la Triade, verrait les contours du football du futur se redessiné en un "avant" et un "après". Révélation de Calcio&Finanza "Si la Cour reconnaît les raisons des clubs "rebelles", le feu vert serait donné à la nouvelle compétition continentale sans que l'UEFA ne puisse sanctionner les clubs qui y sont affiliés. Dans le cas contraire, l'UEFA gagnerait encore plus de pouvoir dans la gestion de toutes les compétitions et dans la prévention de la naissance de nouveaux tournois." "Des sanctions contre les promoteurs de la Super League restent également peu probables: Pour être clair et selon Tuttosport, même une victoire de l'UEFA ne pourrait pas conduire à l'exclusion de la Juventus, du FC Barcelone et du Real Madrid de ses compétitions qui lui sont propre. En contrepartie, la fédération européenne de football se retrouverait avec un pouvoir absolu dans la sphère commerciale et les clubs devraient se soumettre à ses décisions." Mais le monopole de l'UEFA est-il réellement un monopole ? "Il existe inévitablement des relations entre son pouvoir organisationnel, législatif et disciplinaire. En outre, l'instance dirigeante du football européen organise ses tournois, commercialise ses droits sportifs et redistribue les recettes selon ses propres critères. D'autre part, la spécificité du sport qu'est le football pourrait rendre indispensable la référence à un organisme unique, la fragmentation pouvant être préjudiciable au mouvement footballistique lui-même." "Ainsi, la Super League tentera pour sa part de démontrer le monopole réel de l'UEFA et de souligner le fait que cela empêche la libre concurrence au sein de l'Union-Européenne. L'UEFA, en revanche, fera valoir que si quelqu'un veut créer des tournois alternatifs, il sera libre de le faire." "Aujourd'hui, nous commençons par l'audition des parties: En octobre ou novembre prochain, il pourrait y avoir l'avis de l'avocat général. D'ici la fin de l'année ou le début de l'année 2023, la décision finale pourrait alors être rendue, et elle aura force de Loi pour tous les États membres de l'Union-Européenne." Selon vous, qui aura gain de cause ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. C’est une révélation de La Repubblica, si l’Inter peut se permettre de réaliser un vrai mercato, elle ne le doit pas uniquement au génie de Giuseppe Marotta. Elle doit aussi son salut à Alessandro Antonello qui excelle sur le volet commercial et plus particulièrement sur la thématique des sponsorisations. "23,4 millions d’euros de dettes en provenance des créances chinoises ont été dépréciées, soit une somme que tous, à la Viale Della Liberazione, savent qu’ils ne pourront pas percevoir.Toutefois, dans le même laps de temps, les revenus en provenance de la sponsorisation sont parvenus à exploser via des partenaires travaillant dans le domaine des crypto-monnaies : l'année dernière, Socios a remplacé la marque historique Pirelli comme Main Sponsor en versant 16 millions d’euros plus bonus dans les caisses des Nerazzurri en une seule saison." "Socios.com ne va pas arrêter sa collaboration avec les Milanais, même si à partir du 1er juillet prochain DigitalBits sera imprimé sur les tuniques Nerazzurre, ce qui fera de l’Inter, l'équipe qui reçoit le plus d'argent de son principal partenaire commercial après la Juve, liée à Jeep. DigitalBits, qui en tant que sponsor de manche a d’ailleurs déjà versé 5 millions d’euros aux Nerazzurri pour la saison 2021/22. Mais cette fois-ci, la marque s'est engagée, pour le prochain triennal, à verser 85 millions plus des bonus, à répartir entre les trois saisons, avec une constante croissance." "Enfin, en ce qui concerne le sponsor technique, les négociations se poursuivent avec Nike pour renouveler les termes d'un contrat qui expire en 2024, avec l'objectif de passer de 12 millions d'euros plus primes par saison à 30 millions d’euros. La thématique la plus urgente, pour Antonello, est de trouver celui qui remplacera Lenovo sur le kit d'entraînement, puisque celui-ci sera, à nouveau repris à l'arrière des maillots." Et pour conclure "Outre les cessions de Hakimi et Lukaku et la réouverture des stades, le club a réduit son déficit budgétaire de 246 à 120 millions en un an. Tout n'est pas sombre, puisque Suning a demandé aux dirigeants de clôturer ce mercato avec un excédent positif de 60 millions et une réduction de 15 % de la masse salariale. A cela, il faut ajouter le Settlement Agreement qui est en cours de rédaction avec l'UEFA, et qui exigera plus de rigueur dans les comptes de l'Inter, comme dans une trentaine d'autres clubs européens.: Quoiqu’il en soit, les signes d'une reprise après la pandémie liée au Covid-19 sont là." Alessandro Antonello, une personnalité sous-estimée médiatiquement parlant mais ô combien précieuse pour l’Inter! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Le Paris Saint-Germain serait observé de près par l'UEFA au sujet de sa gestion financière. Plusieurs éléments des comptes parisiens interrogeraient l'instance, qui demande des explications imminentes à Nasser al-Khelaifi. Javier Tebas aurait-il créé un ouragan sur la Capitale ? Le Président de la Liga crie sur tous les toits depuis des années que le Paris Saint-Germain ne respecte pas le fair-play financier. Or, il semblerait que l'UEFA l'ait entendu. L'Equipe annonce que le PSG est désormais suivi de près par l'Instance de contrôle financier des clubs. Elle aurait demandé de nombreux documents et réponses au PSG ces derniers jours. Une amende en prévision pour le PSG ? Une fois que Paris aura précisé sa démarche, une procédure pourrait être ouverte ou non. L'écurie de la Capitale doit ainsi prouver sa bonne foi et que sa gestion ne dépasse pas les limites fixées par le FPF. L'ICFC attendrait encore ces garanties et presserait le champion de France de les rendre rapidement. Si les chiffres s'avéraient mauvais, l'UEFA pourrait sanctionner le club comme en 2018. Ce serait certainement sous la forme d'une amende de plusieurs dizaines de millions d'euros ou d'un contrôle des dépenses. Réponse dans quelques semaines pour la direction parisienne. Par Olivier Halloua - 90min.com Confirmation de l'AFP "La Ligue espagnole de football a confirmé mercredi qu'elle avait déposé des plaintes auprès de l'UEFA contre le Paris Saint-Germain et Manchester City qui "enfreignent continuellement le règlement actuel du fair-play financier. La Ligue espagnole de football a bien déposé une plainte auprès de l'UEFA visant les conditions du transfert d'Erling Haaland à Manchester City une autre visant la prolongation de Kylian Mbappé au PSG, deux clubs qui, selon elle, "enfreignent continuellement le règlement actuel du fair-play financier"." "La plainte contre City avait été déposée en avril, tandis que celle contre le PSG l'a été "cette semaine", a confirmé, mercredi 15 juin, la Liga qui a ajouté qu'elle allait continuer à intensifier les actions en justice contre les deux clubs soutenus par l'État. Pour se faire, elle s'est adjoint les services d'avocats en France et en Suisse "dans le but d'entreprendre des actions administratives et judiciaires devant les instances françaises compétentes et l'Union européenne dès que possible", peut-on lire dans son communiqué. En Suisse, la Liga "étudie différentes options de représentation" pour enquêter sur les "possibles conflits d'intérêts" de Nasser Al-Khelaifi, qui est à la fois président du PSG, responsable de BeIN Sports, propriété du Qatar, dirigeant de l'Association européenne des clubs et membre du comité exécutif de l'UEFA. "La Liga considère que ces pratiques altèrent l'écosystème et la durabilité du football" "Le patron de la Liga Javier Tebas est l'un des critiques les plus virulents des clubs soutenus par des États, à savoir le Qatar pour le Paris SG et les Emirats arabes unis pour Manchester City, qui détournent selon lui le fair-play financier établi par l'UEFA et déséquilibrent la concurrence sportive et économique. Manchester City a remporté la course pour acheter Erling Haaland au Borussia Dortmund après avoir payé la clause libératoire de l'attaquant à hauteur de 60 millions d'euros, mais le montant total de l'opération, y compris le salaire et les honoraires des agents, pourrait dépasser les 275 millions d'euros selon la presse." "Le Paris Saint-Germain versera de son côté à Kylian Mbappé un salaire annuel compris entre 40 et 50 millions d'euros, après que le Français a choisi de rejeter le Real Madrid et de signer un nouveau contrat de trois ans avec le club parisien. Le PSG a subi une perte de 224,3 millions d'euros au terme de la saison 2020/2021, en hausse de 80% par rapport à l'année précédente, a indiqué le rapport annuel de l'autorité financière du football français (DNCG) au début du mois." "La Liga considère que ces pratiques altèrent l'écosystème et la durabilité du football, nuisent à tous les clubs et ligues européens, et ne servent qu'à gonfler artificiellement le marché, avec de l'argent qui n'est pas généré dans le football lui-même", peut-on lire dans le communiqué de la ligue espagnole. Le FC Barcelone a fait état d'une dette d'un montant d'1,3 milliard d'euros en février dernier alors que celle du Real Madrid, qui inaugurera son stade Santiago-Bernabeu rénové en 2023, avoisine les 900 millions d'euros, selon plusieurs médias espagnols." ®AFP
  23. C'est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: "Comme l'Inter l'a officialisé hier après la réunion du Conseil d'Administration, les résultats trimestriels du 31 mars 2022 ont été approuvés. Les revenus consolidés du club Nerazzurro ont connu une augmentation de 20% grâce aux ventes de Romelu Lukaku et Achraf Hakimi réalisées la saison dernière, sans oublier la réouverture des stades, qui a permis au club de gagner environ 40 millions d'euros." Toutefois, le coup d'arrêt trouve son origine dans les sponsorisations: "Certains "crédits" de parrainage signés avec des entreprises chinoises opérant dans le secteur du tourisme et des événements sont devenus irrécouvrables pour une somme avoisinant les 23 millions d'euros qui seront à marquer au bilan. D'ici au mois de juin, on pourra également constater une nette amélioration du déficit Nerazzurro qui passera de -246 millions d'euros à 120 millions d'euros, le club avait d'ailleurs envisagé de revenir à une perte de 100 millions d'euros." Enfin d'ici le 30 juin, le club dirigé par Suning conclura un nouveau Settlement Agreement avec l'UEFA, comme devront le faire d'autres clubs. Cela pourrait entraîner des restrictions financières et sportives. La réunion virtuelle avec le bureau de Nyon est d'ailleurs à l'ordre du jour dans les prochains jours. Trouvez-vous que l'Inter est resté dans sa ligne de conduite vu la somme annoncée de 120 millions d'euros ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Ce n’est pas une blague, et comme ce fut le cas de 2015 à 2019, l’Inter prévoit la signature d’un nouveau Settlement Agreement avec l’UEFA d’ici au 30 juin de cette année, pour rentrer dans les nouveaux paramètres du Fair-Play-Financier d’ici à la saison 2025-26. Telle est l’information capitale retranscrite dans les documents officiels publiés par le club en relation avec les résultats économiques et financiers d’Inter Media and Communication S.p.A. relatifs à la période du 1er juillet 2021 au 31 mars 2022: "Comme indiqué dans notre rapport sur le deuxième trimestre, l’UEFA a ouvert une procédure contre le club en février 2022, conformément à l’article 12 (1) des règles de procédure régissant l’organe de contrôle financier des clubs de l’UEFA ("CFCB") - Édition 2021, en raison du déficit d’équilibre du FPF que nous avons enregistré au cours de la période de surveillance couvrant les périodes de référence 2018, 2019, 2020 et 2021. Un déficit est également prévu pour la période de référence se terminant en juin 2022 et déjà communiqué à l’UEFA" "Selon nos preuves, la même situation vaut pour un certain nombre d’autres clubs en Italie et en Europe selon les règles actuelles. De plus et alors que les interactions avec l’UEFA sont toujours en cours, nous prévoyons de signer un accord transactionnel d’ici au 30 fin juin 2022 qui inclura certains rapports financiers que nous devrons satisfaire dans les 30 résultats financiers d’Inter Media and Communication S.p.A. dans les périodes de référence qui se termineront en juin 2023, 2024 et 2025." "Ces rapports devraient être établis selon un cadre visant à amener progressivement le club à se conformer pleinement à la nouvelle "règle des bénéfices du football" de l’UEFA d’ici la saison 2025/26. Nous prévoyons également que l’accord de règlement inclura un éventuel mécanisme de sanctions financières et sportives principalement liées à la violation des relations financières convenues (avec de telles sanctions proportionnées à l’ampleur de la violation potentielle)". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Dans un communiqué officiel où l'UEFA a sanctionné les clubs et les équipes nationales russes pour la saison de football à venir. L'instance dirigeante du football européen a décidé que les clubs russes ne pourront également pas participer aux prochaines compétitions de l'UEFA, de la Ligue des champions à la Conference League, en passant par la Ligue des nations. En ce qui concerne la compétition de clubs la plus prestigieuse d'Europe, la Ligue des Champions, cette situation impacte directement les équipes italiennes et plus particulièrement l'Inter et le Milan. L'intérêt porte sur les primes de l'UEFA et en particulier sur la tranche de revenus qui est divisée entre les clubs sur la base du classement historique/décennal. L'équipe évincée de la Ligue des champions sera le Zenit Saint-Pétersbourg, qui a été sacré Champion de Russie lors de la dernière journée de championnat et qui aurait dû participer au prochain tournoi. Son exclusion libère une place sera octroyée au Champion d'Écosse. Toutefois, le Zenit occupe une position plus élevée que l'Inter et le Milan AC dans le classement historique (24e place, contre 26e et 27e pour les écuries milanaises) ce qui explique qu'il aurait reçu plus d'argent en cas de qualification. Son exclusion tire les Nerazzurri et les Rossoneri vers le haut, avec un impact sur le total des primes de l'UEFA. Selon les estimations de Calcio&Finanza, actuellement, si toutes les équipes en tête du classement qui peuvent encore se qualifier pour la Ligue des champions atteignaient leur objectif, l'Inter récolterait plus de 13,6 millions d'euros et Milan plus de 12,5 millions d'euros. Cela représente plus d'un million chacun par rapport au montant que les deux clubs auraient gagné avec la présence du Zenit dans la compétition. Il n'en va pas de même pour la Juventus et le Napoli, qui sont également qualifiés pour la prochaine Ligue des champions mais qui devancent déjà le Zenit au classement historique/décennal (les Bianconeri sont 4ème, les Partonopei 19ème). L'exclusion des Russes n'affecte pas leur position dans le classement et, par conséquent, leurs récompenses de l'UEFA. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...