Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'var'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Daniele Chiffi a été désigné pour arbitrer la rencontre Udinese - Inter, qui aura lieu le dimanche 1er mai à 18h00 (heure locale) dans le cadre de la 35ème journée de Serie A. Chiffi sera assisté par Alessio Tolfo et Niccolo Pagliardini, tandis que Niccolo Baroni fera office de quatrième arbitre. Luca Banti et Manuel Volpi assureront la fonction de VAR. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  2. Sur son canal YouTube Fabio Caressa, qui avait misé sur une victoire de la Vieille Dame, s’est livré sur la performance Nerazzurra au Stadium de Turin "La Juve, lors de la première mi-temps, a réalisé la meilleure partie de son année et elle a perdu contre l’Inter qui l’a remporté à la Juventine, c’est-à-dire en faisant le dos rond et en jouant en remise. La Juve m’a semblé faire des pas en avant, même techniquement, mais il lui a manqué ce petit quelque chose. Je veux dire les attaquants font défaut à la Juve et à l'Inter." "Edin Dzeko s’est donné, même s’il ne traverse pas sa meilleure période. Mais ce qui m’inquiète, c’est l’involution inattendu de Lautaro Martinez qui n’a pas eu d’impact…Ses périodes commencent à être longues dans la durée, ce sont des hauts et des bas préoccupants. Morata n’est pas un ailier, il n’a pas les caractéristiques d’un Mandzukic, ce n’est d’ailleurs pas un hasard qu’il soit à l’origine du penalty. Vlahovic est très fort, et c’est la première fois où il patine face à un tel type de pression." "Je ne m’exprime plus sur les décisions arbitrales, j’ai du mal à comprendre quand la Var doit intervenir. Si tu n’as pas d’image bien claires, comme cela semblait le cas hier, il faut en parler avec la Lega et parvenir à placer immédiatement bien plus de caméra alors !" Selon vous, l’Inter l’a remporté à la turinoise ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Une rencontre tranquille et sereine, une victoire avec la manière, une première cartouche qui mettait fin à une invincibilité totale au Stadium de Turin…. 10 ans après cette performance signée par le prometteur Andrea Stramaccioni, l’Inter se présente en tant que Championne d’Italie après avoir mis un terme à 9 ans de domination turinoise en Serie A, à croire que la Vieille Dame aime connaitre ses premières fois de ce nouveau siècle avec la Bien-Aimée. Là où Luciano Spalletti, Stefano Pioli, Walter Mazzari et Antonio Conte, pour ne citer qu’eux, sont tous revenus vaincus, Simone Inzaghi a prouvé qu’il était toujours en vie, que son Inter était toujours en vie et dans un match de cour d'école , avec un arbitre totalement dépassé par l’engagement des deux clubs, c’est bel et bien l’Inter qui, totalement dominée en long et en large, a bien serré les fesses, pour placer une seule et unique cartouche sur la Juve qui ne les avaient qu'entrouvertes. Le Seum turinois Un match en souffrance, tout en résistance, tel Rocky face à Drago, l’Inter n'a absolument rien montré, si ce n'est une seule occasion réellement semi-dangereuse via un corner repris par Milan Skriniar et bien arrêté par le portier turinois. De son côté et en réponse, le second club de Turin trouve la barre transversale via une action à l’image de la rencontre : un cafouillage. Preuve que le match allait être particulier, cette occasion était signée Giorgio Chiellini qui s’est finalement montré bien plus dangereux qu’un Dusan Vlahovic muselé par un Skriniar digne d'un Capitaine de son équipe. Place au meilleur moment de la soirée Sur une percée d’un Denzel Dumfries qui tenait à faire oublier sa faute au match aller, celui-ci se fait écraser le pied à l’intérieur de la surface de réparation turinoise. Si la première et logique réaction de l’arbitre Massimiliano Irrati est de ne rien voir, la VAR est bel et bien là pour "Irriter" tout le clan turinois. Place également au moment lunaire de la soirée Hakan Çalhanoğlu se présente face à Wojciech Szczesny et lui offre quasiment un ballon d’entrainement en guise de tir au but. Pourtant, ce ballon pourri est relâché, se retrouve à nouveau devant le joueur turc qui se fait charger par l’arrière garde turinoise. Le ballon étant balancé dans les filets via un auto-goal, Irrati parvient à trouver une faute Nerazzurra pour annuler celui-ci. Toutefois, il était écrit que l’Inter allait réaliser le Hold-Up parfait en s’imposant à la turinoise : un arbitrage (ou plutôt une Var de très belle qualité signée Paolo Silvio Mazzoleni) favorable et un penalty douteux et polémique. Après une nouvelle analyse vidéo, l'arbitre ordonne de retirer le penalty. Ne nous demandez pas la raison, celle qui est invoquée serait l’intrusion dans sa surface de réparation de De Ligt avant qu’Hakan ne tire. Le turc montre une nouvelle fois qu’il en a dans le slip en bottant à nouveau le tir au but et en le tirant cette fois-ci avec bien plus de force. Nous sommes là à la 50ème de jeu d’une première mi-temps qui se terminera à la 55ème ! Du jamais vu pour une première période dans un Derby d’Italie. La seconde période se résumera de la façon suivante : Simulations turinoise, bastons, polémique sur d'éventuels penaltys en faveur de la Juventus à plusieurs reprises, pour ne pas changer et seulement deux belles actions : La première signée par Dusan Vlahovic qui prend, une seule fois de la soirée le meilleur, sur l’international slovaque Zakaria qui trouve le poteau. L’Inter serre les fesses, plie mais ne rompt pas et remporte une Victoire en mode Corto Muso, une victoire fondamentale qui permet aux Nerazzurri de rester en vie dans la Course au Scudetto, car en cas de victoire sur Bologne, les Champions d’Italie resteraient au contact du cousin milanais. Avec seulement trois points éventuellement de retard, la pression n’est plus sur les épaules Nerazzurre, mais bel et bien sur le Milan qui ne peut pas se permettre le moindre faux pas. On a retrouvé Locatelli! De son côté, la Beneamata est revenue de l’enfer en Vie, en mettant un terme aux espoirs de titre turinois. L’emporter de cette manière après autant d’années de polémiques, n’efface pas l’ardoise, mais cela restera très certainement l’une des meilleurs performances de l’Inter d’Inzaghi après la victoire à Anfield Road! Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Juventus 0-1 Inter Buteur(s) : 50' Çalhanoğlu (Pen) Juventus: 1 Szczesny; 6 Danilo, 4 De Ligt, 3 Chiellini, 12 Alex Sandro (73' 2 De Sciglio); 27 Locatelli (34' 28 Zakaria), 25 Rabiot (85' 5 Arthur); 11 Cuadrado (85' 20 Bernardeschi), 10 Dybala, 9 Morata (73' 18 Kean); 7 Vlahovic Banc: 23 Pinsoglio, 36 Perin, 19 Bonucci, 24 Rugani T1: Massimiliano Allegri INTER: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 37 Skriniar, 95 Bastoni; 2 Dumfries (59' 36 Darmian), 23 Barella, 77 Brozovic (79' 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu (79' 5 Gagliardini), 14 Perisic; 9 Dzeko (91' 18 Gosens), 10 Lautaro Martinez (59' 19 Correa) Banc: 97 Radu, 6 De Vrij, 7 Sanchez, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 32 Dimarco, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Arbitre: Massimiliano Irrati VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Lautaro Martinez (I), Rabiot (J), Locatelli (J), Morata (J), Cuadrado (J), Skriniar (I), Perisic (I), Calhanoglu (I) Expulsé(s): / Affluence: 40.093 turinois pour 979 Champions ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Massimiliano Irrati est félicité pour sa prestation après le Derby d’Italie qui a mis un terme au rêve de Scudetto de la Juventus! Pour la Rosea, l’arbitre a été "à la hauteur" du Super-Challebge que représentait la rencontre de l’Allianz Stadium avec un très beau 6. Ce vote inclus également la performance de la Var Analyse des épisodes clés "C’était une rencontre pleine de situations, tendues, parfois sale, difficile mais dans laquelle Mazzoleni (Var) a donné un sérieux coup de main. Irrati, l’arbitre principal avait sorti deux cartons jaune lors des 14 premières minutes pour des fautes de Lautaro Martinez, et son coup de pied dans le visage de Locatelli et Adrien Rabiot en retard sur Nicolò Barella, les sanctionner étaient correct." "Ce sont précisément les deux joueurs avertis qui risquaient de se prendre le plus un second avertissement synonyme d’expulsion avec une faute d’Adrien Rabiot sur Lautaro, et du même Lautaro sur Giorgio Chiellini, mais Irrati a choisi de ne pas procéder les avertis à juste titre, même si pour le premier, il y avait eu un contact." "Cependant, les événements qui se sont déroulés entre les 44e et 49e minutes de la première mi-temps ont fait l’objet d’un revisionnage : La Var avait vu le pied de Morata frapper Dumfries dans la surface de réparation, une situation qu'Irrati n'avait lui pas vu et après avoir visionné les images, le penalty a été justement accordé. Si le tir de Çalhanoğlu était contré, après une série de "carambolages" et de contacts, le ballon terminait sa course dans les filets. Toutefois Irrati annulait celui-ci suite à une faute interiste. Et là encore, la Var lui est venue en aide en découvrant une entrée non-autorisée de Matthijs de Ligt dans la surface de réparation, une action qui a une incidence directe sur l’action qui a suivi l’arrêt de Szczesny. Le pénalty était à juste titre à retirer et ce fut 0-1 C'était un penalty répété et 0-1." "En seconde période, il y a un épisode qui aurait pourrait conduire à un penalty pour la Juve : A la 53’ à la limite de la surface de réparation Nerazzurra, Alessandro Bastoni prend énormément de risque en se heurtant à Zakaria: Le contact des jambes droites est-il à l'intérieur ou à l'extérieur de la surface de réparation ? Irrati a attendu le retour de Mazzoleni qui lui a laissé le soin de prendre ses responsabilités, soit un coup-franc à la limite de la surface de réparations, mais le doute subsiste." "En ce qui concerne les deux penalty demandés par la Juve en fin de match de De Ligt et de Vlahovic : il n'y a aucune raison de les accorder." Validez-vous l’analyse de la Rosea ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. La Lega Serie A vient de publier sur son site officiel la liste des nominations des arbitres pour la 31ème journée de Serie A. Et ce sera Massimiliano Irrati qui arbitrera le Derby d'Italie, pour l'affiche de la semaine. Il sera assisté à la Var par Paolo Silvio Mazzoleni! Voici le tableau complet Arbitre : Irrati Assistants : Ranghetti-Vivenzi Quatrième homme : Ghersini Var : Mazzoleni Avar : Passeri Penses-vous que l'arbitrage sera à la hauteur du Derby d'Italie à venir ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Après avoir disputé une rencontre historique à Liverpool, l’Inter se présentait, déforcée, au Torino d’Ivan Juric : L’absence de Marcelo Brozovic n’annonçait rien de bon Et ce fut le cas, Matias Vecino fantomatique lors du match; ne sera jamais parvenu à remplacer le métronome croate dans un match qui aura vu le Toro marquer à la 12’ via Bremer via un concours de circonstance favorable sur le premier corner de l’équipe évoluant à domicile. L’Inter se montre réactive et, par deux reprises, voit Berisha, véritable homme du match, sauver les siens sur les têtes à bout portant, sur des coups-franc bottés par Hakan Çalhanoğlu, de Lautaro Martinez et Andrea Ranocchia. Dans ce match, Edin Dzeko est de loin le second maillon faible, laissé pourtant au repos en Ligue des Champions, plusieurs pertes de balles trouvent leur origine dans ses pieds. Le Cygne de Sarajevo ne parviendra également pas à cadrer un ballon repris de la tête l’une des rares fois où le portier turinois semblait battu. En seconde période, Alexis Sanchez, Robin Gosens, Joaquin Correa, Arturo Vidal et Federico Dimarco montent au jeu, et ce sont les deux derniers nommés qui se montreront les plus dangereux : la reprise d’Arturo Vidal sera repoussé par le portier turinois, tandis que Federico ratera l’immanquable lors de son face à face. Alors que l’Inter semblait se dirigeait vers une nouvelle défaite cuisante, à la 93’, Alexis Sanchez parvient enfin à faire trembler les filets malgré une parade de Berisha. Si l’Inter a perdu des plumes, elle peut remercier également l’équipe arbitrale située dans la Var qui, miraculeusement, n’a pas octroyé de penalty à Andrea Belotti sur une faute évidente d’Andrea Ranocchia. Notre Beneamata se retrouve toujours avec un match de retard, mais elle est à 4 points du Milan et voit la Juventus revenir en force à 3 points. S’imposer à Bologne et dans l’ensemble des autres matchs s’avèrera à présent fondamental. Eliminée de toute compétitions européennes, l’Inter est à présent sur le même pied d’égalité que ses adversaires et ne disputera plus qu’un match par semaine. Le calendrier s’annonce spectaculaire avec la réception ce 19 mars à 18h00 de la Fiorentina, avant le Derby d’Italie turinois le 3 avril. Le Scudetto passera, quoiqu’il arrive, par une performance au Stadium de Turin. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Torino 1-1 Inter Buteur(s): 12' Bremer (T), 93' Sanchez (I) Torino: 1 Berisha; 26 Djidji (51' 5 Izzo), 3 Bremer, 99 Buongiorno (76' 15 Ansaldi); 17 Singo (76' 13 Rodriguez) 10 Lukic (82' 28 Ricci), 38 Mandragora, 27 Vojvoda; 4 Pobega, 14 Brekalo; 9 Belotti (82' 19 Sanabria) Banc: 31 Milan, 89 Gemello, 11 Pjaca, 70 Warming, 77 Linetty T1: Ivan Juric Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 95 Bastoni (46' 32 Dimarco); 36 Darmian, 23 Barella, 8 Vecino (67' 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu, (76' 19 Correa), 14 Perisic (46' 18 Gosens); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (67' 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 11 Kolarov, 33 D'Ambrosio, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Arbitre: Guida VAR: Massa Avert(i)s: Juric (T), Bastoni (I), Ranocchia (I), Izzo (T), Dimarco (I), Gosens (I), Barella (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. L’absence de Marcelo Brozovic s’est extrêmement fait ressentir, ce dimanche, au Stade Giuseppe Meazza. Comme jamais depuis trois saisons, l’Inter ne s’est faite autant dominer à domicile, comme jamais l’absence d’un joueur s’est fait autant ressentir. Une défense catastrophique, une absence de connexion au milieu de terrain et une attaque alignée qui n’a plus inscrit le moindre but en championnat depuis la mi-décembre : Simone Inzaghi, contraint de procéder à un turnover, s’est tiré une balle dans le pied car l’opportunité était très (trop ?) belle de passer devant le Milan tenu en échec à la Salernitana. Si l’Inter s’est incliné suite aux buts inscrit dans la première demi-heure par Raspadori dans un contre assassin à la 8’ et par Gianluca Scamacca, futur Nerazzurro qui ne l’a pas fêté à la 26’, Domenico Berardi a tapé du bois et Milan Skriniar s’est chargé d’éviter la correctionnelle vu l'absence "physique" de Samir Handanovic . De son côté, l’Inter se verra un but de Stefan De Vrij refusé par la VAR suite à un touché d’épaule de Federico Dimarco au début de l’action, à la 95'. Les statistiques pour les Nerazzurri sont éloquentes et une image vaut bien plus qu’un paragraphe L’équipe d’Alessio Dionisi a tout simplement mérité sa victoire et elle y est parvenu avec la manière. Ce mois de février 2022 est tout simplement cauchemardesque avec 3 défaites (Milan, Liverpool, Sassuolo) et un nul (Naples) pour ces 4 derniers matchs. A présent, l’Inter va devoir prouver qu’elle dispose du mental nécessaire pour remporter le Scudetto : Le calendrier lui est favorable et Sassuolo considéré comme l’équipe piège vient d’être joué. Simone Inzaghi va devoir prouver qu’il a l’étoffe d’un Grand à en devenir: Le prochain match de Serie A aura lieu ce vendredi à 21h face au Genoa où il sera grand temps de poser les couilles sur la table : La "seule" bonne nouvelle sera de retrouver sur le terrain, non seulement Marcelo Brozovic, mais également Alessandro Bastoni. Vu ce qu’il a montré : Scamacca mérite-t ’il de porter le maillot Nerazzurro ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 0-2 Sassuolo Buteur(s): 8' Raspadori, 26' Scamacca Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco; 36 Darmian (46' 2 Dumfries), 5 Gagliardini (46' 9 Dzeko), 23 Barella, 20 Calhanoglu, 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez, 7 Sanchez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 22 Vidal, 33 D'Ambrosio, 38 Sangalli, 42 Casadei, 47 Carboni, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Sassuolo: 47 Consigli; 17 Muldur, 5 Ayhan (46' 44 Tressoldi), 21 Chiriches, 77 Kyriakopulos; 16 Frattesi (70' 97 Matheus Henrique), 8 Maxime Lopez; 25 Berardi (89' 13 Peluso), 18 Raspadori, 23 Traoré; 91 Scamacca (70' 92 Defrel) Banc: 24 Satalino, 56 Pegolo, 4 Magnanelli, 6 Rogerio, 7 Oddei, 11 Ciervo, 15 Ceide T1: Alessio Dionisi Arbitre: Francesco Fourneau VAR: Paolo Valeri Avertis): Raspadori (S), Muldur (S), D'Ambrosio (I) Expulsé(s) : / Affluence: 38.324 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. 10 ans que l’Inter attendait de pouvoir disputer à nouveau les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, 10 ans et deux changements de propriété plus tard, l’Inter va se parer de sa tenue de gala pour recevoir les Reds de Liverpool. Pour l’occasion, le Giuseppe Meazza sera Sold-Out! Comprenez, le cap de 50% de limite autorisé a été atteint selon Calcio&Finanza qui relaye la Gazzetta Dello Sport: Les 37.918 Tifosi permettront à l’Inter de percevoir environ 3 millions d’euros. Alors que lors de ses trois précédentes tentatives, sous la houlette de Luciano Spalletti et Antonio Conte, les Nerazzurri n’étaient pas parvenu à passer la phase de groupe, Simone Inzaghi a réussi cette emprise dès sa première saison, s’offrant le luxe de composter son billet une journée à l’avance! Pour l’Inter, qui devra faire face à l’absence de Nicolò Barella, il faudra qu’elle se présente dans son format des "Nuits Magiques européennes" dont elle a le secret, en étant soutenu par un public plus que jamais présent: La bande à Jurgen Klopp fera face à une tifoserie déchainée qui a vu l’intégralité des billets être vendu durant la phase de prévente, sans oublier la clé de répartitions entre les abonnés, les Interclubs et les titulaires de la Tessera del tifoso. Klopp sera toutefois accompagné d’environ 2.500 supporters, soit le nombre de billets réservés à l’équipe britannique. Le saviez-vous ? L’arbitre de la rencontre sera Szymon Marciniak. Il sera accompagné de Paweł Sokolnicki et Tomasz Listkiewicz. Le quatrième arbitre sera Paweł Raczkowski. Ils seront assistés à la Var par Tomasz Kwiatkowski et Bartosz Frankowski . La dernière fois que Marciniak a arbitré l’Inter, nous étions en Demi-Finale de l’Europa League, un soir d’été du 17 août 2020 où l’Inter venait de gifler le Shakhtar Donetsk 5-0! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. 70% de possession de balle, 16 tirs contre 3: une domination totale, mais il aura fallu attendre, une nouvelle fois, les dernières secondes de la rencontre pour voir l’Inter remporter méritoirement les trois points face à une équipe de Venise qui avait tout simplement garer le bus. Source: La Tribuna.fr Il s’agit probablement de l’une des pires prestations de l’Inter d’Inzaghi cette saison, les joueurs étant physiquement fort atteint, toutefois ces trois points offrent au Nerazzurri 4 points d’avance et un match en retard encore à disputer, avant de disputer le Derby Della Madonnina face au Milan, sans oublier le Napoli qui suit derrière. Pourtant la rencontre débute très mal vu qu’après 15 minutes de jeu, Thomas Henry ouvre le score pour Venise contre le cours du jeu, une reprise de la tête à bout portant qui trompe un Samir Handanovic qui n’est pas exempt de tout reproche et un naïf Milan Skriniar. L’Inter n’abdique pas et continue à vouloir pratiquer son football, en rencontrant cette fois, les pires difficultés à la construction, Venise étant très bien organisé en phase défensive et agressif sur l’homme. L’Inter parvient à égaliser dans la polémique: En effet, à la 40’ Edin Dzeko dispute un ballon aérien avec Marco Modolo, qui reste allongé sur le sol en retombant, l’Inter comme expliqué après sa seule et unique défaite face à la Lazio à Rome, a décidé de ne plus jamais arrêter de jouer. La conséquence est simple, l’action se poursuit avec Matteo Darmian qui centre dans la surface de réparation, Ivan Perisic reprend à la volée et vois son tir contrée par un excellent arrêt de Lezzerini. Manque de bol pour le gardien vénitien, Nicolò Barella avait suivi l’action est égalise dans le but vide. Après un contrôle de la Var, le but est validé Le scénario de la seconde période est presque un copier-coller de la première, si ce n’est que Venise tente un peu plus de jouer offensivement. A la 72’ arrive l’entrée de Denzel Dumfries en lieu et place d’un Matteo Darmian moins bien. Ce remplacement sera décisif étant donné qu’à la 90’ de jeu, Dumfries déborde sur son aile et expédie un centre aérien qui épouse le front d’Edin Dzeko, le Cygne de Sarajevo ne se fait pas prier pour faire sauter le cadenas. L’Inter remporte la mise et pourra enfin se recharger les batteries après un premier tour de force réussi. Le Saviez-Vous ? Décrié en début de saison, Denzel Dumfries a su se libérer et a trouvé sa vitesse de croisière, celui qui était amené à remplacer Achraf Hakimi, il est l’auteur de la passe décisive qui a permis à l’Inter de l’emporter via Edin Dzeko. Mieux encore, lors des sept dernières rencontres de championnat, l’international hollandais a participé à quatre buts : Trois passes décisives et un but ! Reste à savoir s’il finira par sourire un jour en match ! Tableau récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Venezia Buteur(s): 19’ Henry (V), 40’ Barella (I), 90’ Dzeko (I) Inter : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (46’ 32 Dimarco); 36 Darmian (73’ 2 Dumfries), 23 Barella (73’ 22 Vidal), 77 Brozovic (82’ 8 Vecino), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic; 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (73’ 7 Sanchez) Banc : 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Venezia : 12 Lezzerini ; 32 Ceccaroni, 31 Caldara, 13 Modolo ; 19 Ullmann, 21 Cuisance (66’ 23 Kiyine), 5 Vacca (25’ 16 Fiordilino), 8 Tessmann (66’ 42 Peretz), 44 Ampadu ; 77 Okereke (82’ 11 Sigurdsson), 14 Henry (82’ 20 Nani) Banc : 1 Maenpaa, 91 Neri, 3 Molinaro, 20 Almeida, 40 Makadji, 56 Mozzo, 57 Issa, 58 Pecile T2 : Alberto Bertolini Arbitre : Matteo Marchetti VAR : Paolo Silvio iMazzoleni Averti(s) : Barella (I), Bastoni (I), Lezzerini (V), Bertolini (V), Modolo (V), Kiyine (V), Caldara (V), De Vrij (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Alors qu’au fin fond de la nuit, on semblait tous se diriger vers le douloureux épilogue d’une séance de tirs au buts, alors que l’Inter a dominé son sujet, face à un bunker turinois, le karma a parlé. Si lors du dernier déplacement de la Juve au Giuseppe Meazza Nerazzurro, la Var lui est venue miraculeusement en tête, les Dieux du football ont écrit un thriller pour célébrer le titre Nerazzurro remporté ce soir: A l’ultime seconde de la dernière minute de la dernière prolongation, le Giuseppe Meazza a explosé ! En effet, cette partie était loin de la partie spectaculaire attendue, si l’Inter se créait d’importantes occasions en début de match, la première polémique ne tarde pas à venir: À la 11’, l'Inter réclame un penalty pour une faute de Chiellini sur Barella. Lors du choc entre les Champions d'Europe, c'est le joueur sarde qui s'est emparé du ballon en premier, le capitaine de la Juventus le renversant sur son élan. Après un contrôle rapide de la Var, Doveri fait reprendre le match au milieu des protestations des Nerazzurri. Peu de temps après, Inzaghi a demandé à l'arbitre pourquoi il n'était pas allé revoir le contact sur le moniteur, le quatrième homme Fabbri s'efforçant de le calmer. A la 25’ place à l’ouverture du score qui est turinoise: La poussée de Morata sur Skriniar au début de l’action n’est pas sanctionnée : Le centre de l'Espagnol se situant sur l’aile gauche trouvait McKennie esseulé dans la surface, qui de la tête surprend la défense Nerazzurra, Stefan De Vrij en premier. L’Inter se relance dans le match via… un penalty : A la 34’ Dzeko traverse toute la surface de réparation turinoise et trouve De Sciglio, sur son chemin. Ce dernier, naïf, le touche du pied en négligeant dans le ballon. Doveri n'a aucun doute et désigne immédiatement le point de penalty. Celui-ci sera converti par Lautaro Martinez qui prendra à contre-pied Mattia Perrin. Nouvelle polémique à la 40’ dans la surface de la Juventus : Bastoni se plaint d'un croche-pied de Kulusevski, Doveri ne siffle pas mais ne semble pas si sûr de la décision prise. En effet, la jambe du Suédois est "assez large" et le doute sur l'intensité du contact subsistera. A la fin du temps réglementaire, la Juve fait de la Juve, en l’absence de Cuadrado, McKennie tombe au sol dans la surface de réparation milanaise, en touchant son visage après une main involontaire de Bastoni : Pour Doveri, ainsi que pour l'arbitre de la Var Mazzoleni, il n’y a absolument rien Au cours de la première prolongation, Skriniar et Chiellini "s'entrelacent" dans la surface turinoise, alors que la tête d’Alexis Sanchez, monté au jeu avec Joaquin Correa en remplacement d'Edin Dzeko et Lautaro Martinez, flirte avec la cage de Perrin. Si Doveri siffle, celui-ci indiquera un coup de pied de but. Place à l’épilogue de cette fin de match, une fin de match typiquement Pazza Inter. Alors que nous sommes à la 120’ et que Massimiliano Allegri voit son plan d’action se confirmer, celui d’aller au tirs au but, alors que Leonardo Bonucci se prépare à rentrer, Le Giuseppe Meazza rugit de plaisir: Profitant d’une incompréhension dans la surface turinoise sur un centre de Federico Dimarco, Darmian fait irruption dans la surface, anticipe Chiellini suite à une remise suicidaire de la poitrine d'Alex Sandro pour servir Alexis Sanchez! Et si le Capitaine de la Juventus s’est arrêté à temps pour ne pas provoquer de penalty, le numéro 7 chilien met tout le monde d’accord en faisant trembler les filets : Averti pour avoir retiré son maillot, Alexis se dirige vers le poteau de corner, sous la Curva Nord en étant rejoint par l’intégralité de l’équipe, Simone Inzaghi et son staff inclus. Doveri siffle immédiatement après ce but la fin du match, l’Inter remporte la Super Coupe d’Italie tandis que Bonucci a piqué une crise et a attaqué Le secrétaire de l'équipe-première équipe de l'Inter, Cristiano Mozzillo. Un comportement honteux qui, espérons-le, ne restera pas impuni! La nuit magique est Nerazzurra et Simone Inzaghi ramène déjà son premier titre à la tête de l’Inter à la maison, avec un taux de victoire insolent de 100% en Super Coupe d'Italie! Étiez-vous comme Tramontana ? Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Juventus Buteur(s) : 25’ McKennie (J), 35’ Lautaro Martinez (I, pen.), 120’ Sanchez (I) Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (89’ 36 Darmian), 23 Barella (89’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic (101’ 32 Dimarco) ; 9 Dzeko (75’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (75’ 7 Sanchez) Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Juventus : 36 Perin ; 2 De Sciglio, 24 Rugani, 3 Chiellini, 12 Alex Sandro ; 14 McKennie, 27 Locatelli (91’ 30 Bentancur), 25 Rabiot ; 20 Bernardeschi (79’ 5 Arthur) ; 44 Kulusevski (74’ 10 Dybala) ; 9 Morata (88’ 18 Kean) Banc : 1 Szczesny, 23 Pinsoglio, 6 Danilo, 17 Pellegrini, 19 Bonucci, 21 Kaio Jorge, 38 Ake, 45 De Winter T1 : Massimiliano Allegri Arbitre : Daniele Doveri VAR : Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Bernardeschi (J), Dybala (J), Correa (I), Rugani (J), Vidal (I), Sanchez (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.696 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Au cours d’une interview octroyé à DAZN, Giorgio Chiellini, le mythique défenseur de la Juventus a fait part de sa vision futuriste et polémique du Calcio: Attention, ça pique La Super League "Avec mon Président, nous en avons parlé il y a quelques années. Le futur du football va toujours plus vers une européanisation comparé aux championnat nationaux. Un joueur du niveau de la Juve veut jouer ce type de match, avec tout mon respect. Nous sommes arrivés à un point de non-retour. Institutions et club doivent se rencontrer pour réformer le calendrier." La Serie A ? "Il y a trop d’équipes en Serie A en ce moment, nous devrions passer à 18. Paradoxalement, nous pourrions aussi retourner à 16 équipes, mais je pense que 18 est le nombre juste pour retourner à une certaine compétitivité et pour donner plus d’espaces aux rencontres européennes." La Var ? "Je suis moi aussi un romantique et je voudrais l’abolition de la Var, la suppression du hors-jeu et je réintroduirais la passe au gardien. Le monde avance et il ne faut pas être fermé au changement : Il est essentiel de trouver des personnes qui savent discuter ensemble dans le but d’améliorer le football. En ce moment, nous manquons de dialogue et nous nous dirigeons vers une situation insoutenable pour tous : Pour les clubs, mais aussi pour les tifosi qui le ressentent." Valideriez-vous de telles adaptations ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. C’est une information en provenance de Calcio&Finanza qui a relayé le “Sun”: La technologie “Robo-linesman” a reçu l’approbation de l’IFAB, l’organisme indépendant qui gère la réglementation du football à l’international pour procéder, à brève échéance, aux expérimentations relatives à la détection des hors-jeu de façon électronique. Cette nouvelle technologie, si elle vient à passer les dernières étapes de validation, pourrait rentrer en vigueur en juin 2022. Son système fonctionne à travers un algorithme qui retrace 29 points sur les corps de chaque joueurs pour en enregistrer son positionnement, le tout avec une marge d’erreur de 4cm, ce qui s’avère bien plus précis que les clichés pris par les caméras de la VAR Lorsqu’un joueur sera considéré comme hors-jeu, le système enverra un signal aux arbitres, d’une façon telle qu’il pourra siffler en très peu de secondes. Afin d’éviter toute erreur d’arbitrage, la Var aura également le temps d’évaluer si un joueur hors-jeu interférera ou pas sur le jeu. Le système sera testé en février, à l’occasion d’un match amical de Chelsea aux Emirats Arabes Unis. L’objectif sera d’officialiser ce système pour la Coupe du Monde 2022, pour ensuite le langer déjà en Premier League lors la saison suivante : 2023-2024. Etes-vous pour ou contre cette avancée technologique ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Massimo Moratti, le Président Historique de l’Inter, s’est livré à "Radio Kiss Kiss Napoli" suite à la situation entourant les importantes polémiques arbitrales de ce week-end S’agit-il d’un nouveau Calciopoli ? "Non, celui de l’époque était un système bien articulé et pensé, nous ne sommes pas à ce niveau. Je dois toutefois dire que même en présence de la Var, il reste toujours une personne qui prend la décision: C’est ce qui m’amène à penser que même si la technologie aurait été présente sur le terrain lors du contact entre Iuliano et Ronaldo, que le penalty n’aurait pas été octroyé." Est-ce un duel Scudetto entre le Napoli et le Milan ? "Ben, j’ai le Napoli dans mon cœur. Je pense que personne ne le prendra mal si j’espère que ce soit les Azzurri qui l’emporte." "Aurelio De Laurentiis n’a pas besoin de mes conseils, il a construit une très belle équipe cette saison, séduisante à voir sur le terrain et complète dans chaque secteur." L’auriez-vous appelé pour recruter Osimhen ? "Et ben…Avouons-le , ce n’est pas le meilleur moment pour lui demander ce joueur." Il rit ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Intervenu lors de la retransmission de Punto Nuovo Sport Show, Claudio Gavillucci, ancien arbitre italien, s’est livré sur le penalty assigné par Maurizio Mariani suite à l’intervention de la Var! "Le penalty est la punition suprême, je n’aurai ni sifflé celui sur Anguissa, ni celui sur Alex Sandro. Tu ne siffles jamais ces penaltys en Europe, surtout en Angleterre. C’est aussi pour cela que nous arrivons à être le championnat qui attribue le plus de penalty.” "La chose la plus complexe est la nécessité de parvenir à une uniformité: A présent, le fait de jeu d’Inter-Juve a créé un précédent dangereux. Selon moi, l’AIA se doit d’intervenir en clarifiant quels sont les types de contacts qui seront toujours évalués pour un penalty, et s’il s’agit ici d’une erreur, il faut aussi de la communication." Gianluca Paparesta a été également amené à se livrer sur cette phase de jeu litigieuse dans le cadre de l’émission ‘Le Iene” "Selon moi, la Var s’est planté : Il y a une grande disparité dans l'application des règles : Cela crée plus de controverse et cela fait perdre de la crédibilité à toute la classe arbitrale. Alex Sandro a été touché par le pied de Dumfries, l'arbitre avait analysé la situation et pour lui, ce n'était pas un penalty : il était à deux mètres de l'action qu'il avait vu, il a vu le toucher et selon lui ce n'était pas un penalty. Ce n'était pas une évidente et importante erreur car l’arbitre l’avait analysé : il n'avait absolument aucune mauvaise perception relative à une évidente et claire erreur." Filippo Roma a tenté d’interroger l’arbitre Maurizio Mariani qui s’est immédiatement braqué: "Vous savez parfaitement que nous ne sommes parfaitement pas autorisé à nous exprimer, vous devez vous adresser à mon association. Je ne peux pas faire de déclaration, nous avons des règles internes: Si vous passez par mon association, je pourrais m’exprimer. Je ne peux pas vous répondre, il y a des personnes autorisé à le faire, si vous passez par les institutions." Selon vous, Mariani a-t ’il fauté ? Car il n’avait pas octroyé le pénalty, il n’a donc rien à se reprocher, contrairement à Guida qui était à la tête de la Var…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. En effet, Gianluca Rocchi est devenu le désignateur arbitral en Serie A. Celui-ci a été amené à se livrer sur cette dernière journée de Serie A, vive en polémiques, suite aux matchs opposant l’Inter à la Juve et la Roma au Napoli Interview lunaire à Radio Anch’io "Je suis vraiment satisfait du comportement optimal des arbitres lors de cette dernière journée : Nous assistons a belles parties, et le mérite en revient aussi à nos arbitres. La Var nous apporte de grands bénéfices, elle apporte plus de justice dans le football, les erreurs sur des hors-jeux ont été éradiqués." "Comme pour toutes les nouvelles choses, il y a beaucoup de satisfaction pour les deux premières années, mais c’est un mécanisme à huiler et qui aura droit à un grand développement. Dans le futur, la Var sera différente, mais je veux que ce soient les arbitres qui arbitrent sur le terrain : Avoir l’arbitre sur le terrain qui décide reste une garantie pour tous." Roma - Napoli ? "Hier j’étais à l’Olimpico et j’ai parlé aussi bien avec José Mourinho que Luciano Spalletti, je suis content qu’ils se soient excusés en fin de match, c’est un geste qui démontre une grande intelligence de leur part , je les félicite." L’expulsion de Spalletti ? "Il est toscan comme moi, il a blagué avec moi et je pense qu’il a probablement fait cette blague à en fin de rencontre. S’il l’avait fait avec moi, j’aurais réagi différemment car je savais qu’elle en était la signification et comment l’interpréter. Massa est probablement plus introverti, il a un caractère différent, il l’a mal pris et il a réagi de la sorte. Il s’est surement senti attaqué et il a réagi comme je demande qu’ils réagissent: Je demande à ceux qui disposent de nos sifflets de faire preuve d’une extrême éducation et de singularité, tout en se montrant intransigeant avec ceux qui se comporte mal. Les garçons, en ce sens, m’apportent de bonnes réponse." "Cette année, c’est inévitable qu’avec le retour du public dans les stades, que le travail des arbitres est bien plus difficile. Nous avons fait le choix d’investir sur la jeunesse: Hier Mariani et Massa, qui sont pourtant déjà internationaux, restent des garçons en pleine croissance, ils n’ont pas l’expérience d’un Orsato." Prendre Orsato comme exemple....Que dire…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Massimo Moratti s’est livré au Corriere Dello Sport sur la légendaire confrontation avec la Juventus, l'ennemi-juré de la Serie A. Quel est l’Inter-Juve que vous ne pourrez jamais oublier ? "Inter-Juve, pour nous les Interiste, c’est LA Partie, celle qui te procure de la souffrance, elle me faisait rester éveiller la nuit. Tu y penses en continue dans la semaine qui la précède : Que des émotions! il rit." Vous étiez un Président qui vivait le football comme un entraîneur ou un joueur, totalement investi... "Le football, au-delà de la passion, était une distraction des autres pensées: Avec le football, les rêves te viennent facilement, comme lorsque j’achète un joueur et que j’imagine qu’il inscrit le but de l’année dans les deux-secondes et demi qui suivent, tu t’attends toujours à de nouvelles merveilles. A sa façon, l’Inter-Juve de du 16 avril 2010 est inoubliable, un 2-0 avec un but de Maicon devenu iconique." J’aurais cru que vous alliez répondre “celle avec ce penalty non donné par Ceccarini" "C’est la partie qui a ruiné nos relations." Le Calciopoli a fait le reste…. "Le Calciopoli a exaspéré le concept de sympathie. Aujourd’hui, je vis cette partie avec plus de sérénité, moins dans le passé et plus dans le présent, l’émotion est gérable. Je suis un Tifoso moins souffrant…… avant de rentrer dans le stade." Que ce serait-il passé si, à votre époque, il y aurait eu la Var ? "Cela n'aurait rien changé, car derrière la Var, tu aurais eu des personnes qui aurait pensé de la même façon." Soutenez-vous le projet InterSpac ? "J'apprécie l’intention, ils ont eu beaucoup de courage. Je ne pense pas que ce type d'actionnariat soit réalisable en Italie, et les chiffres que le club présente aujourd’hui sont dramatiques. En Allemagne, tu peux arriver à obtenir 15 ou 20 % de l'actionnariat, mais avec des sommes accessibles et des risques limités pour les souscripteurs..." "J’ai énormément de tendresse envers les tifosi les plus méconnu et qui sont disposé à verser 1.000 €." Passons à la Super League... "Elle a été très mal présentée, à tel point que le projet a été immédiatement annulé. L’objectif des clubs était celui de trouver une façon d’encaisser plus d’argent et je peux aussi le comprendre, mais tu ne peux pas développer un plan de ce genre sans écouter la population, les passionnés, et en tuant le système." Etes-vous inquiet par l’état financier de Suning ? "Les problèmes en amont finissent par affecter les entreprises en aval. Le gamin (Steven Zhang) est bon et gentil, j'entends des gens dire que les choses s'améliorent lentement, du moins en termes de gestion quotidienne, et je veux rester optimiste." Durand ces dernières années, beaucoup ont tenté de vous faire revenir…. "C’est souvent arrivé, encore récemment même. Une défaite de l’Inter et un appel arrive: Mais c’est un chemin qu’il n’est plus possible à emprunter pour moi." Acheter ce qu’il doit être acheté, vendez un peu moins…. "Oui, je n’aimais pas vendre, toutefois Ronaldo et Ibra furent deux très grandes opérations, des authentiques investissements : Deux opposés. Le Ronaldo de 1998 ne pouvait pas être décrit par des traits humains, il avait été embrassé par Dieu." Et Ibra ? A 25 ans, se sentait-il déjà être un dieu sur terre ? "Oui, c’est un gars assez spécial, mais très sympathique. Comme un chanteur d’opéra, il voulait être respecté, l’équipe devait lui reconnaître le leadership, il voulait être le boss, même aujourd’hui à quarante ans, il ne semble pas avoir changé." L’Inter a laquelle vous êtes la plus liée est celle du Triplé ? "Ce serait une injure d’en désigner une autre que celle qui a tout gagner, mais l’équipe composée de Ronaldo, Zamorano, Recoba et Djorkaeff, reste également dans mon cœur." Échangez-vous encore avec Mourinho ? "C’est évident: Mourinho est brave et je suis fier qu’il soit allé à la Roma, où il fait de bonnes choses. Lorsque je l’ai recruté, il me rappelait énormément Herrera, j’aimais le fait que, comme Il Mago, il était différent, provocateur, habile dans la communication, très intelligent, en plus d’être un exceptionnel gagneur." Et les qualités de Mancini ? "Son mérite pourrait être aussi son défaut : son émotivité: Nous sommes toujours resté liés." "Roberto était un garçon qui conservait en lui toute l’émotivité du joueur. Nous venions de perdre face à la Lazio, et je l’ai retrouvé ce jour-là, en pleur dans le vestiaire, il était dans un coin, il était désespérément à la recherche continuelle de bien faire." "Vous vous attachez à Roberto de par la façon dont il vit le football, la partie, les faits de jeu. Mais l’émotivité devient un défaut lorsqu’elle prend le dessus sur tout le reste et c’est précisément cet aspect de son caractère qui l’avait amené à dire qu’il quitterait le club à la fin de la saison." Massimo Moratti, préférez-vous l’Inter de l’année dernière: Solide et hermétique? Ou l’Inter actuelle qui marque énormément, mais qui se prend aussi trop de but ? "L’Inter solide de l’année dernière a servi pour remporter un championnat attendu depuis tant de temps, elle a apporté des satisfactions aussi de par son caractère. Sous l’aspect footballistiques, celle-ci est bien plus amusante car tu as des joueurs de classes mondiales et tu ne sais jamais comment ça va se terminer, donc tu cela te fait vivre encore plus d’émotions, il rit." A propos, que répondre à Bonucci qui a très récemment déclaré que le dernier Scudetto était plus du démérite de la Juve que du mérite de l’Inter... "Bonucci aurait dû ajouter pour les “considérables démérites de la Juve", cela aurait été mieux pour lui. Je ne comprends pas une telle sortie. Le championnat a été remporté par l’équipe la plus forte et l’Inter était, l’année dernière, nettement plus forte que la Juve. Sinon, tout le monde va commencer à parler des Scudetti perdu par démérite et là, on n’en finira plus." Qui pour vous enthousiasmer dans cette bataille ? "Tout le monde devra y parvenir, mais ma pensée va objectivement vers Barella, un garçon qui donne toute son âme, et encore plus contre la Juve." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. La VAR interviendra plus régulièrement en Serie A la saison prochaine qu'en 2020-2021. Comme cela a été rapporté par le Corriere dello Sport, la première réunion avec le nouveau chef des arbitres, Gianluca Rocchi, s'est terminée avec l'intention claire d'utiliser la VAR beaucoup plus régulièrement lors de l'évaluation des penalties. L'accent sera également beaucoup plus mis sur la phase de possession offensive, ce qui signifie que l'arbitre VAR examinera chaque élément d'un mouvement offensif qui a ensuite conduit à un péno ou à un but refusé. Par exemple, si Romelu Lukaku est victime d'une faute dans la surface mais qu'il devient clair que Nicolo Barella a commis une faute dans le cadre de la même phase, ils annuleront la faute sur Lukaku et reviendront à la faute de Barella. Les autorités seront également désormais plus sévères envers les arbitres qui commettent des erreurs claires et évidentes que la VAR reprendra ensuite.
  18. En effet, l’ancien arbitre italien, Gianluca Rocchi s’est présenté à Appiano Gentile. Pour rappel , le Président de l’AIA, Alfredo Trentalange, l'avait nommé en tant que chef de projet du VAR et instructeur d'arbitres de Serie A, B et de la Coupe d'Italie. Il s’agit d’un rendez-vous nécessaire pour obtenir la licence nationale : Rocchi a donné des explications sur le règlement, et donc naturellement sur l’usage de la Var. Le tout a été débattu durant une heure. L’ancien arbitre, accompagné de Giuseppe Marotta et d’autres dirigeants, a ensuite visité les nouvelles installations de la Pinetina Le Saviez-Vous ? Cette visite était connue de longue date: Mieux vaut tard que jamais comme dirait l'autre ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. La VAR et la technologie utilisée pour décider des appels de hors-jeu ont fait l'objet de nombreuses critiques ces dernières années, mais est-ce que tout cela pourrait être sur le point de changer? Les décisions de hors-jeu pourraient bientôt être "semi-automatisées" en utilisant l'intelligence artificielle pour cartographier les joueurs et prendre des décisions instantanées. Arsène Wenger a déclaré qu'il espérait être prêt pour la Coupe du monde au Qatar. Nous n'en sommes pas encore là et des essais approfondis de la technologie sont encore nécessaires, mais tout ce qui ramène le jeu à ce qu'il était est le bienvenu et la semi-automatisation est clairement une grande amélioration du hors-jeu VAR tel qu'il se présente aujourd'hui. Voilà de quoi il s'agit. Qu'est-ce qu'un hors-jeu semi-automatisé? La société suédoise ChyronHego dirige le développement en utilisant son système de suivi optique primé aux Emmy Awards. C'est une technologie basée sur l'intelligence artificielle qui utilise le suivi des membres et la détection automatisée du ballon pour créer instantanément des modèles tridimensionnels de la position d'un joueur. Les solutions pour améliorer la précision du point de coup de pied incluent le suivi des données à l'aide de la technologie de caméra, tandis que le squelette d'un joueur sera modélisé pour identifier quelle partie du corps d'un joueur est la plus en avant. Il produira: - Détection précise du point de coup de pied et de la balle; - Suivi à l'aide de la technologie des capteurs et des données vidéo; - Modélisation squelettique précise à la pointe de la chaussure d'un joueur. Comment cela fonctionnera-t-il? La VAR sera informée presque instantanément qu'un joueur est en position de hors-jeu. La VAR devrait être en mesure de déterminer très rapidement si ce joueur est en position de hors-jeu ou s'il n'est pas impliqué dans le jeu. Si le hors-jeu est confirmé, l'assistant sera averti dans les trois à cinq secondes, via un voyant rouge sur sa montre, de lever le drapeau. La seule exception est lorsque la VAR peut avoir besoin d'évaluer si un joueur a interféré dans le jeu. Cela peut retarder légèrement la confirmation d'une décision de hors-jeu. Pourquoi le hors-jeu VAR doit-il changer? Premièrement, la sélection du point exact où le ballon est touché par le joueur qui passe ne peut pas être déterminée avec précision en raison de la fréquence d'images des caméras de télévision utilisées dans toutes le championnats majeurs. Et il y a d'autres problèmes. La VAR sélectionne manuellement le point de hors-jeu sur le défenseur et l'attaquant, ce qui est incohérent et la même VAR pourrait prendre une décision légèrement différente s'il calcule une deuxième fois. Le traçage des joueurs avec une imagerie 3D sur un écran 2D ne peut pas être exact, alors que les fans n'acceptent pas souvent le résultat en raison de la parallaxe sur l'image 2D. Seule la Premier League a partagé le processus de tracé des lignes par le biais des diffuseurs, ce qui n'a fait que susciter plus de controverse. Le temps nécessaire pour juger le hors-jeu, dans certains cas supérieur à quatre minutes pour des situations complexes, ajoute encore plus de frustration. Dans l'ensemble, les supporters ne font pas vraiment confiance au processus. Alors, pourquoi les choses semi-automatisées sont-elles meilleures? Eh bien, ça va: - Supprimer les levées de drapeaux retardées par un assistant; - Fournir une décision quasi instantanée; - Supprimer presque tous les retards VAR hors-jeu. Peut-être plus important encore, cela signifierait la fin du drapeau de hors-jeu en retard. Vous ne verrez plus le jeu continuer pendant une période, seulement pour que le drapeau soit finalement levé après que le ballon soit entré dans le but ou que l'attaque soit terminée. Les décisions de hors-jeu seront instantanées, dans la plupart des cas le drapeau sera levé avant qu'un but ne soit marqué. Pour tous les autres, la décision serait si rapide qu'elle ressemblerait à ce qu'elle était avant que la VAR n'entre dans le jeu. "Le hors-jeu semi-automatisé entraînera-t-il une suppression du drapeau retardé pour le hors-jeu? La réponse à cela serait presque certainement oui", a déclaré David Elleray, directeur technique de l'IFAB. "Cela devrait lever l'incertitude que les fans détestent actuellement. Est-il d'accord? Puis-je célébrer? Est-ce un but?" Ces facteurs créent un changement puissant par lequel un but refusé par une décision VAR sera extrêmement rare. Les buts seront toujours refusés pour le hors-jeu via la VAR, mais la décision aurait lieu en arrière-plan et les fans ne devraient même pas remarquer qu'elle est là. Alors, les fans peuvent-ils à nouveau célébrer les buts? En Premier League cette saison, il y a eu 100 désaveux de la VAR, dont un tiers impliquait un hors-jeu. Sur les 30 buts refusés, 23 ont été pour hors-jeu. Avec ceux supprimés, la VAR n'aurait interdit que sept buts en 300 matches. Mais cela ne fait qu'effleurer la surface. Tous les 797 buts et 120 décisions de pénalties en Premier League ont dû être vérifiés pour hors-jeu. Et cela peut entraîner un long délai pendant qu'une décision est prise, même si elle ne fait que confirmer un but. Avec la nouvelle technologie, tout se termine. "En moyenne, le temps que nous devons attendre est d'environ 70 secondes, parfois 1 min 20 secondes, parfois un peu plus lorsque la situation est très difficile à apprécier", a déclaré Wenger à Living Football TV de la FIFA . "C'est tellement important parce que nous voyons de nombreuses célébrations sont annulées par la suite pour des situations marginales et c'est pourquoi je pense que c'est une étape très importante." La première pensée dans l'esprit d'un fan n'aurait plus besoin d'être la peur d'un objectif refusé ou soumis à un long contrôle. "Un hors-jeu semi-automatisé serait un véritable pas en avant", a déclaré Mark Bullingham, PDG de l'Association anglaise de football. "Tout le monde reconnaît que l'expérience des supporters est négativement affectée par le fait de devoir attendre la confirmation qu'un but a été marqué. Si vous avez un scénario où vous avez un hors-jeu semi-automatisé où l'assistant sait toujours si les joueurs sont hors-jeu, ils peuvent faire une décision instantanée qui n'a pas besoin d'être référée, ce serait un pas en avant. Nous cherchons toujours à améliorer l'expérience des fans." Il doit y avoir des points négatifs? Une meilleure technologie sera naturellement plus précise et les fans détestent déjà les décisions de hors-jeu marginaux. Il faut donc trouver un équilibre entre la technologie et la prise de décision. "Il détectera tous les hors-jeu, même plus petits que celui que nous repérons aujourd'hui avec la technologie actuelle", a déclaré Pierluigi Collina, président de la commission des arbitres de la FIFA. "Donc, ce serait plus précis, et ironiquement, nous aurions plus de hors-jeu marginaux qui pourraient être détectés. C'est une question liée à l'esprit du football." La FIFA explore également une meilleure visualisation des décisions marginales, et il se peut que le hors-jeu ne soit appliqué que si le résultat peut être clairement montré à l'aide de graphiques. Génial, quand le hors-jeu semi-automatisé sera-t-il prêt? La technologie est l'un des principaux objectifs du groupe de travail sur l'excellence de l'innovation de la FIFA, qui vise à être mise en œuvre lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Des tests hors ligne réussis ont eu lieu lors des événements de la Coupe du monde des clubs en 2019 et 2021, mais le processus de développement a été entravé par la pandémie du coronavirus. "Nous avons eu deux matches à titre d'essai lors de la Coupe du monde des clubs récemment", a déclaré Collina. "Ils ont eu beaucoup de succès, mais nous n'en sommes encore qu'à un stade précoce. Mais le résultat est clair: cela réduit beaucoup le temps nécessaire à une décision." L'objectif est toujours de l'avoir en place lors de la Coupe du monde, qui commence en novembre 2022, mais le temps pourrait être contre la FIFA. Les ligues nationales veulent également utiliser la technologie améliorée. Les espoirs de l'avoir mis en œuvre pour le début de 2022-2023 s'estompent. Les dernières étapes de la Ligue des champions cette saison-là, et dans son intégralité à partir de 2023-2024, semblant plus réalistes. Pourquoi Wenger parle-t-il de hors-jeu automatisé? Arsène Wenger veut que la décision de hors-jeu passe directement de la technologie au juge de touche et supprime la VAR, "Le semi-automatisé va d'abord au VAR qui le signale au juge de touche. Nous, et surtout moi, je pousse très fort pour avoir le hors-jeu automatisé, ce qui signifie que le signal va tout de suite au juge de touche", a déclaré Wenger. Cependant, supprimer le rôle de la VAR soulève des problèmes. Comment le juge de lignes sait-il quel joueur a été identifié comme étant hors-jeu par la technologie? Le fait de dire qu'un joueur est en position de hors-jeu ne signifie pas que le joueur est actif pour le hors-jeu. La FIFA et l'IFAB ont fait du hors-jeu semi-automatisé leur méthode préférée.
  20. Daniele Orsato était l’invité de 90', ce dernier s’est livré sur l’introduction de la Var, mais également sur la polémique qui a suivi un certain Derby d’Italie…. Lorsque je me trompe ? "Je n’en suis certainement pas fier et je pars immédiatement voir où je me suis planté, la raison : la télé te fait voir immédiatement là où tu t’es planté. Je cherche à travailler sur ce type d’erreurs et à ne plus les répéter. Je ne suis absolument pas fier. Je suis le premier à être critique de notre façon d’arbitrer." L’Inter-Juve avec la non-expulsion de Pjanic? "C’est très certainement une erreur, cela ne sert à rien d’aller la revoir après trois ans. Je l’ai revue immédiatement et c’était une erreur. La proximité de l’action ne m’a pas permis de voir ce que la télévision a montré: Je l’ai vécu d’une façon totalement différente et pour moi, il y avait un contraste au vol et physique que j’ai certainement mal évalué. La Var ne pouvait pas intervenir. Vous devez penser que toutes les erreurs ne peuvent pas être rectifiées par la Var." "Je crois qu’elle se verra utilisée pour clarifier les choses entre les médias et les arbitres, c’est ce que l’AIA souhaite, car si elle était utilisée pour susciter des polémiques, nous n’irions nulle part. Il faut saisir cette opportunité pour offrir de la clarté : bénie soit la Var." "Je monte sur le terrain, sans y penser, si je me plante, elle peut me sauver. La Var n’est pas un outil nuisible pour les arbitres. En ce qui concernent les échanges avec les joueurs, cela peut devenir problématique : Il faut toujours faire preuve de respect et d’éducation. Le rapport arbitre-joueur s’est nettement amélioré ces dernières années." Le fait que Cristiano Ronaldo a touché ma montre ? "Il m’a demandé si le ballon était entré et je lui ai répondu que non, car la montre ne me l’avait pas signalé, il voulait savoir comment elle fonctionnait. "C’est évident que le Président de l’AIA devra trouver des méthodes pour recruter de jeunes arbitres, nous avons besoin, nous les arbitres de Serie A et B, d’être des exemples. Je dirais aux jeunes hommes qu’ils sont en capacité de rentrer dans le monde du football, peut-être pas comme joueur, mais comme arbitre." "Le public nous manque aussi à nous, il manque aux joueurs, mais aussi aux arbitres. J’espère que les tifosi pourront revenir rapidement dans les stades." Etes-vous favorable au fait de rendre public les échanges entre les arbitres ? "Nous n’avons rien à cacher, si les autorités compétentes le décident, ce ne sera pas un problème pour nous." Pensez-vous que vous allez arbitrer à nouveau l’Inter, vu que deux ans et demi se sont écoulés depuis votre dernier match ? "Je vais là où m’assigne le désignateur des arbitres. Oui, je n’ai plus arbitré l’Inter depuis avril 2018." Croyez-vous-en la sincérité de Daniele Orsato ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Antonio Conte, Stefan De Vrij et Samir Handanovic se sont livrés après la débâcle de l’Inter, sur son terrain face au Real Madrid, dans le cadre de la 4ème journée de la Ligue des Champions. Antonio Conte Son interview à Inter TV "Nous n’avons pas été très chanceux face au Real. Au match aller, nous leur avions offert une série de cadeaux et aujourd’hui, c’est immédiatement un penalty. Malgré cela, ce qui nous a sportivement tué, c’est l’expulsion de Vidal : C’est déjà difficile de jouer le Real, mais cela devient extrêmement dur lorsque tu es réduit à 10 pour 60 minutes." "Il y avait deux équipes qui présentaient deux niveaux différent : Le Real est un multi-titré de cette compétition et il y a toujours été protagoniste : Nous nous sommes en formation, nous savons qu’il y a un très long chemin à parcourir avec une grande humilité, c’est notre troisième année. Nous devons travailler et chercher à réduire l’écart de niveau pour y être protagoniste." Une réaction ? "La façon d’aborder le match était la bonne, je remercie les garçons. Tu peux gagner ou tu peux perdre, mais l’important est de le faire comme des Hommes. Las garçons ont tout donné et ont cherché à s’opposer. Lorsque tu rencontres une équipe forte et qu’elle est aussi aidée, cela devient difficile pour tout le monde." Son interview à Sky Sport Diego Armando Maradona "Nous pleurons tous des larmes pour la disparition d’une personne qui a fait l’Histoire du football et qui l’aura marqué, pour toujours, de façon indélébile. J'ai le souvenir d’un joueur que j’ai eu le plaisir d’affronter et de marquer. J’ai vraiment du mal à croire qu’il n’est plus là, il était très jeune, je suis vraiment touché et très triste de son décès." Inter-Real "C’est déjà, à la base, difficile de faire face à des équipes importantes comme le Real. Ensuite, lorsque tu es mené et que tu te retrouves à dix, cela devient une montagne difficile à escalader : Je pense que l’on a vu la différence de niveau entre nous et eux." "On ne doit pas se laisser abattre, mais on doit comprendre qu’il y a un parcours à respecter et qu’il ne faut pas se laisser ensorceler par les sirènes que l’on entend à l’extérieur. L’unique route à emprunter est celle du travail et de la croissance, de la part de tous et à tout point de vue : Nous devons en avoir l’envie et faire preuve d’humilité." "Il ne faut pas croire que l’Inter n’est pas performante en attaque : Nous marquons énormément de buts, mais nous en encaissons quelques-uns de trop. Si la partie a toute de suite été compromise et il nous a été difficile de nous remettre en selle, c’est aussi dû à l’expulsion pour un excès de protestation." "Je prends acte de ce contexte : Nous avions mieux joué au match aller, nous étions plus agressif. C’est difficile de démarrer à 0-1 et de subir une expulsion qui a coupé les jambes de l’équipe. L’équipe a bien répondu au niveau de son attachement au match et de sa détermination: Il y avait une grande volonté. "Il ne faut pas oublier que l’on faisait face au Real Madrid qui n’était pas le dernier de la Classe." Son interview en conférence de presse "Je ne tiens, sincèrement pas, à parler de l’arbitrage. Même si tant de fois un arbitre se doit d’être intelligent pour ne pas bouleverser de la sorte une partie, sauf si Vidal a dit quelque chose de grave: Laisser une équipe à 10 après 30 minutes de jeu revient à la tuer. Mais je ne sais pas ce que lui a dit Vidal." "Aujourd’hui, il ne s’agissait pas de fureur, mais de comprendre le poids de certains matchs : Pour nous, c’était une partie pesante à tout point de vue : Lorsque tu joues autant face au Real tu ne peux pas te planter, la fureur n’a pas manqué. Nous l’avons même un peu trop ressentie, seul le temps nous permettra de nous améliorer sur ce type de match et de mieux les gérer." Stefan De Vrij Son Interview à Inter TV "La première fois qu’ils nous se sont retrouvés devant notre but, il y eu directement le penalty et nous avons été mené au score d’un but. Nous nous sommes mis en difficulté, et nous avons dû faire face à d’autres difficultés." "Tout devient plus difficile lorsque tu es réduit à dix. Nous sommes ressortis du vestiaire, pour la seconde période, avec de bien meilleures intentions, mais cela n’a pas suffit." Était-ce la bonne réaction ? "Je ne veux pas y penser en ce moment: il y a tellement de déception pour le résultat de ce soir, pour la façon dont nous nous sommes mis dans le Groupe. Il reste deux matchs, nous chercherons à les emporter et à espérer." Y croyez-vous ? "Nous devons chercher à remporter les match, mais cela ne dépend plus que de nous, nous devrons chercher à les gagner." Samir Handanovic Son interview à Inter TV "La rencontre a immédiatement mal démarrée avec le penalty et ensuite l’expulsion. Nous avons tout donné en risquant quelque chose, mais nous étions sans un homme et cela est devenu bien plus difficile. Nous avons commis des erreurs et nous avons été punis pour ces erreurs : Aujourd’hui, le Real l’a emporté à la suite de nos propres erreurs. Une réaction ? "Nous avons toujours tenté de jouer, mais on ressent l’absence d’un homme. Les équipes qui savent gérer la possession du ballon te font dépenser énormément d’énergie, mais nous l’avons tenté. Il y a toujours de l’espoir, mais la situation n’est pas des plus meilleures." Son interview à Sky Sport "C’est une situation compliquée, mais l’espérance est l’ultime à mourir. Nous savions que nous étions dans un groupe difficile, et nous pouvons y rester, il faut à présent passer des actes au fait et c’est le terrain qui décide." L’expérience et l’habitude pour le Real ? "Lorsque nous nous sommes retrouvé en infériorité, le Real a su faire voyager le ballon et le gérer. Ces équipes sont moins habitué à défendre comparé à la circulation de balle. Ils ont des joueurs de qualités et cela devient toujours plus difficile." Le Saviez-Vous ? Selon Graziano Cesari, ancien arbitre italien, l’Inter a été lésée par l’arbitrage : "Il manque un penalty pour l’Inter à la 52’. L’arbitre et la Var ne se sont pas justifié : L’UEFA a demandé de clairement sanctionner ceux qui chercher à bloquer ou à faire tomber un adversaire qui souhaite jouer un ballon ou qui souhaite le reprendre de la tête." "Gagliardini, qui était au cœur de la surface de réparation a été immobilisé par Vázquez qui s’est aidé de son bras gauche. Le joueur du Real Madrid était désintéressé du ballon et le penalty aurait dû être sifflé. Pour des équipes qui sont menée 0-1, ce type de fait de jeu peut s’avérer déterminant pour le résultat en fin de match." Selon le Corriere Dello Sport, Arturo Vidal va être sanctionné disciplinairement: "Le club va lui infliger une amende salée: Le chilien n'a pas été à la hauteur de la situation. C'est un joueur décisif, mais il ne l'a pas encore été à l'Inter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Giuseppe Marotta était amer et furieux à la suite de la très gravissime erreur d’arbitrage qui aura vu l’Inter être privée d’un retentissant pénalty face à Parme. En conséquence: L’Administrateur Délégué de l’Inter ne compte pas rester sans rien faire Aucun Alibi "L’entraîneur parlera du match. Je vous fais une promesse : Ma démarche n’est pas une intervention dans le but de créer un alibi, car ce n’est pas une façon de faire qui m’appartient et parce que je pense que pour gagner vous devez tirer au but. Cette promesse étant faite et c’est mon devoir comme dirigeant de l’Inter, je dois exprimer le ressenti au regard aux arbitrages reçus." Erreurs "Je trouve qu’il y a un vide réglementaire, car la Var ne peut intervenir uniquement qu’en cas clair d’erreur arbitrale. Mais cela ne peut pas justifier le fait qu’il faut assister àdes décisions aussi mauvaises. Et aujourd’hui, il y en avait une évidente : Ou l’arbitre doit être plus attentif, ou la Var doit être utilisée. Autrement, cela créer des situations fort dommageable qui pèsent sur le résultat finale." "Notre prestation n’était certainement pas la plus belle, mais après six matchs de suite, cela peut arriver. Nous sommes tous en faveur d’une technologie qui limite les erreurs. Mais une erreur de ce style est le parfait d’exemple qui prouve que la technologie doit aider." Plainte "Parler de penalty net est d’une simplicité. Je suis ici pour déposer plainte sur ce vide réglementaire. C’est juste que les critiques, comme celles qui nous tombent dessus, arrivent également à la classe arbitrale, qui doit se montrer plus attentive. La pénalisation est la même pour tous les clubs, mais lorsque l’erreur se répète…. Il y avait aussi un penalty qui n’a pas été accordé lors de Benevento-Inter. Ce n’est pas un alibi et je comptais également intervenir sur cet épisode de toute façon." Echanges "Les échanges entre la classe arbitrale et les clubs doivent être plus nombreux. Je suis ici pour réfléchir en toute sérénité comme homme du sport. S’il y avait plus d’échanges, cela créerait moins de tension et l’arbitrage en serait plus facile." Période difficile "Nous traversons une période très difficile. Il n’y a pas eu de repos et il y a tant d’approximation psycho-physique. Le championnat est d’une longueur et réaliser déjà ce match est, en soi, positif. Mais il doit y avoir une sérénité maximal. Être parvenu à faire ce match nul à une grande signification même si je n’aurai pas signé pour un tel résultat avant le début de la rencontre." Réponse de Nicola Rizzoli "En premier lieu, j'apprécie le ton utilisé par Marotta, car il est important de s'exprimer de façon constructive et de ne pas polémiquer, il faut être ouvert au dialogue de façon, toujours constructive." "Sur Perisic, il y avait un penalty à octroyer, car l'attaquant est en avance sur le défenseur qui se trouve derrière-lui. Si celui-ci fait usage de ses bras pour le rattraper, il doit être sanctionné d'un penalty. La VAR doit analyser les choses de façon objectives, et la dynamique présentée voit un bras qui empêche l'attaquant de sauter: Il y avait les conditions pour intervenir auprès du VAR. C'est une erreur individuelle." Pensez-vous également qu’il est temps de pousser une soufflante sur la classe arbitrale ? Cautionnez-vous cette sortie, pas très habituelle, de Giuseppe Marotta ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Giuseppe Marotta a répondu, dans les colonnes de la Gazzetta Dello Sport, à Nicola Rizzoli: "Je revendique le mérite de cette sortie publique, suite à cette erreur macroscopique, et pour mettre en avant ce vide réglementaire vis-à-vis de l’utilisation de la technologie. Cela étant dit, cela me fait plaisir que Rizzoli a apprécié mon ton et qu’il ait confirmé, vu samedi, qu’il s’agissait d’une erreur, aussi bien de la Var, que de l’arbitre." Le rôle de Rocchi "Nous avons reçu une communication sur son nouveau rôle, seulement dans les premiers jours du mois d’octobre, on parle d’un poste de formation pour, je dirais, régler des problématiques réglementaire. Je retiens qu’il serait plutôt utile de disposer d’un éclaircissement plus officiel, peut être pris par la Lega Serie A, sur les définitions de ce poste et aussi et par-dessus tout, sur sa qualité d’interlocuteur politique." Modèle à adopter "Celui de la Premier League : En Angleterre, il y a un groupe, le PGMOL, le Professional Game Match Officials, qui est indépendant aussi bien de la Premier League que de la Fédération et où les clubs peuvent demander des éclaircissements sur les décisions arbitrales." "Il y a une différence entre le didactique, qui est important, et qui attrait aux joueurs et aux staffs techniques, et la Politique qui appartient aux dirigeants et qui, selon moi, n’est pas destinée à voir des Dirigeants faire des récriminations télévisuelles ou employer des tons excessif, mais qui nécessite un dialogue d’une transparence maximale." "Je veux être clair, j’estime personnellement Rocchi et sa valeur professionnelle, nous ne souhaitons pas donner de bulletins aux arbitres, mais nous souhaiterions un interlocuteur." Scénario idéal "Les options peuvent être si nombreuses, d’un échange à cadences fixes entre Rocchi et la Lega Serie A en passant à la création d’un rôle similaire à celui de Rocchi, mais au sein de la Lega : Soit une figure autoritaire qui analyse les demandes qui ont été présentées par les différents clubs, une figure choisie par le Président de la League et l’Administrateur-Délégué et qui serait proposée à l’assemblée." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. L’aventure continue pour l’Inter de Conte en Europa League. La Beneamata a liquidé le club madrilène de Getafe, non sans difficultés, sur le score de 2-0. Le début de la rencontre s’avère compliqué pour les Nerazzurri, qui souffrent de l’agressivité imposée par les joueurs de Getafe durant les 20 premières minutes de jeu. Handanovic devant même sauver une balle de but sur Maksimovic, s’en suit une tentative de Mata qui ne parvient pas à trouver le cadre. L’Inter monte en puissance et la dépense énergétique des ibériques se fait ressentir : Lautaro Martinez sera le premier à sonner la révolte pour l'Inter en se procurant deux occasions de but importantes. Alessandro Bastoni, littéralement en feu ce mercredi soir, offrira une un caviar de passe décisive via un ballon en profondeur adressé à Romelu Lukaku qui, entré dans la surface, fera parler sa puissance pour battre Soria à la 33’. A la reprise, l’Inter se dévore le 2-0 sur des actions proposées par Nicolò Barella et Danilo D’Ambrosio qui se prenait pour Youri Djorkaeff. Handanovic devra, à nouveau s’imposer sur Mata. Et le numéro 9 de l'Inter réalisera une "Gagliardini", seul devant le but. Suite à une passe en retrait de Barella dans le petit rectangle, il ne parviendra pas à trouver le cadre. Tournant de la rencontre Nous sommes à la 76’ minute de jeu, la Var intervient suite à une prétendue faute de main de Diego Godin qui, à vitesse réelle semble plutôt avoir été victime d’une charge dans la surface de réparation Nerazzurra. Après visionnage des images, l’uruguayen avait tenté de rouler tout le monde étant donné qu’il était l’auteur d’une flagrante faute de main : Molina, à peine rentré en jeu pour les Azulones, ne trouvera pas le cadre pour le plus grand plaisir d’Antonio Conte. Le Natif de Lecce réalisera le changement décisif en ayant la bonne idée d’insérer Christian Eriksen à la 82’ en remplacement d’un épuisé Marcelo Brozovic. Ce choix sera payant étant donné que moins d’une minute plus tard et lancé par ce diable de Bastoni, Eriksen combine avec Danilo D’Ambrosio et la défense de Getafe pour doubler la mise. Le danois inscrit donc son deuxième but en trois matchs d’Europa League contre trois en trois matchs pour Big Rom qui atteint déjà cette saison le palier des 30 buts. L’Inter disposera cette fois-ci de 24 heures de repos sur son futur adversaire, qui sera soit les Glasgow Rangers soit le Bayern Leverkusen, dans le cadre des quarts de finale de la compétition qui se disputeront ce lundi 10 août 2020 à 21h00. Tableau Récapitulatif Débrief du match Inter 2-0 Getafe Buteur(s): 33’ Lukaku, 83’ Eriksen Inter: 1 Handanovic; 2 Godin, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 33 D'Ambrosio (84’ 34 Biraghi), 23 Barella, 77 Brozovic (82’ 24 Eriksen), 5 Gagliardini, 15 Young; 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (70’ 7 Sanchez) Banc: 27 Padelli, 11 Moses, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 20 Valero, 30 Esposito, 32 Agoume, 37 Skriniar, 87 Candreva T1: Antonio Conte Getafe: 13 Soria; 17 Olivera (87’ 8 Portillo), 16 Exteita, 2 Djené, 22 Suarez; 12 Nyom (69’ 23 Jason), 24 Timor, 18 Arambarri (87’ 26 Hugo Duro), 20 Maksimovic (56’ 9 Angel), 15 Cucurella; 7 Mata (68’ 19 Molina) Banc: 1 Chichizola, 30 Jean Paul, 4 Cabaco, 6 Chema, 11 Diedhou, 21 Fajr T1: José Bordalás Arbitre: Taylor (Ang) Var: Attwell Averti(s): Suarez (G) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Le système mis en place, serait utilisé comme celui des Challenges au tennis. AFP/BELGA - La Fédération italienne de football (FIGC) a annoncé jeudi avoir proposé à la FIFA d’expérimenter un système de VAR (assistance vidéo à l’arbitrage) à la demande des équipes, à l’image des challenges au tennis. "La FIGC s’est faite l’interprète des demandes venues ces dernières semaines de nombreux clubs de Serie A et a fait part de façon informelle à la FIFA de sa disponibilité à expérimenter l’utilisation du challenge (la demande de la part des équipes) dans un délai et selon des procédures que l’IFAB (l’organe garant des lois du jeu, ndlr) définira éventuellement", écrit la Fédération italienne dans un communiqué. Le championnat italien avait été précurseur dans l’utilisation de l’assistance vidéo, avec une saison de tests menés en Serie A, la première division transalpine, avant l’adoption officielle du dispositif par la FIFA et l’IFAB. "La Fédération est convaincue qu’en poursuivant le parcours déjà commencé, il sera possible d’amener le football dans une dimension qui le rendra toujours plus proche de millions de passionnés, sans nuire à l’autorité de l’arbitre et en lui fournissant au contraire des éléments concrets pour l’aider", poursuit la FIGC. Dans le même communiqué, la Fédération ajoute qu’il a été demandé aux arbitres de Serie A et à leurs responsables d’"intensifier le recours" à la vérification des actions sur l’écran de contrôle (on field review) "dans les cas controversés qui rentrent dans le cadre du protocole international". La VAR est entrée en vigueur en Serie A lors de la saison 2017-18. Elle est globalement bien acceptée par les acteurs du jeu, même si les polémiques liées à l’arbitrage restent nombreuses. ®AFP, BELGA L'avis de Gasperini L'appel à la Var ? "Je n'en suis pas partisan. Nous assistons déjà comme cela à de longues interruptions." Les arbitres ? "Ils doivent faire leurs jobs, tout cela découle d'épisodes retentissants. Il faut mettre tout le monde d'accord. Moi, je suis à 70 mètres. Ils ont la technologie pour le faire." Validez-vous une telle initiative ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr