Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'vente'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

22 résultats trouvés

  1. Perquisitions en cours dans le cadre d'une enquête concernant la vente du Milan AC. Perquisitions en cours dans le cadre d'une enquête concernant la vente du Milan AC. Le dossier, confié au procureur de Milan Giovanni Polizzi, résulte d'une plainte de Blue Skye, ancien actionnaire minoritaire dans la direction du club des Rossoneri, qui évoque la vente du club d'Elliott au RedBird de Gerry Cardinale. Il n'y a aucun suspect dans l'enquête qui a comme chef d'accusation le détournement de fonds. En septembre dernier, Blue Skye, par l'intermédiaire des avocats Maurizio Traverso, Emanuele Breggia et Federico Cerboni lors de l'audience devant le tribunal civil de Milan, avait renoncé à l'appel de précaution d'urgence après avoir finalisé la vente du club Rossonero. Cependant, une procédure civile, également engagée par Blue Skye contre Elliott, concernant une partie de l'affaire est en cours. Blue Skye se plaindrait de n'avoir jamais entendu parler de la vente et aurait donc contesté un comportement frauduleux à leur encontre lors de la vente de la société par Elliott à RedBird. Le parquet de Milan a agi sur la base du rapport détaillé sur l'affaire et maintient la plus grande confidentialité sur l'évolution en cours. D'après ce qui ressort, les perquisitions qui n'affectent pas la Casa Milan sont réalisées par la Guardia di Finanza. Traduction alex_j via FCInter1908.
  2. Interrogé par Tuttomercaroweb, l'ancien directeur général de l'Inter de Moratti, Ernesto Paolillo, a évoqué la possibilité de la vente de l'Inter, le renouvellement de Skriniar et autres choses. L'Inter en vente, inévitable? "Je pense que oui. Si on raisonne en termes financiers, en termes de bilan et qu'on regarde l'endettement de l'entreprise et surtout le taux d'endettement, ça devient difficile de pérenniser les choses et de pouvoir continuer dans ces conditions avec un refinancement assez lourd qui me semble évident que Zhang n'est pas en mesure de faire pour le moment." Quel est votre sentiment sur le renouvellement de Skriniar ? "Mes peurs plus qu'autre chose (rires, ndlr). En tant que fan, j'ai vraiment peur qu'un pilier, une référence défensive comme Skriniar, même au niveau personnage en tant que leader, puisse être perdu et qu'il faille recommencer. Quand on trouve un nouveau joueur qu'il devient rapidement leader de la défense, il est important pour l'avenir de l'équipe de le conserver si on veut qu'elle soit compétitive. J'espère qu'ils trouveront un accord." Dumfries est-il le joueur à sacrifier, peut-être même en été ? "On n'y peut rien, au final un ailier se sacrifie toujours car en théorie c'est l'un des plus facilement remplaçables. Cependant, je me souviens qu'à cause de ces politiques on a perdu Hakimi, qu'on voit comment il joue à la coupe du monde, on a perdu Perisic. On risque de perdre Dumfries. Si une équipe veut rejouer des victoires significatives comme le Scudetto, la Ligue des champions, vendre les meilleurs joueurs n'est pas la meilleure stratégie, même si je comprends que cela est inévitable." Le retour de Hakimi est-il un football fantastique en ce moment? "Oui, je pense que c'est un football fantastique, mais c'est surtout un budget fantastique. Je pense que le budget de l'Inter ne peut pas se le permettre." Lukaku pourra-t-il apporter la contribution que tout le monde attend ? "Je pense que lui-même doit trouver la force de réagir pour prouver qu'il est le vrai champion qu'il est réellement et sortir de cette crise actuelle. Peut-être qu'il n'a pas été en mesure de donner le meilleur de lui-même dans le l'équipe nationale parce qu'il était revenu de blessure et ça le démoralise encore plus. Il a besoin de calme. Mais c'est certain que la situation au classement de l'inter, s'il veut se battre pour le scudetto, ne le tranquillise pas. Il faut qu'il rentre dans la bagarre immédiatement. C'est un grand champion que si l'équipe l'aide, il peut trouver une revanche facile." Traduction alex_j via FCInter1908.
  3. Sport Mediaset dévoile la dernière démarche de la famille Zhang vers la vente du club. "Après la mission confiée à Raine Group de rechercher des repreneurs, selon des sources très proches du club, il y aurait aussi un mandat au cabinet d'avocats international Latham and Watkins basé à Los Angeles pour s'occuper de la partie juridique de la vente de l'Inter. C'est une confirmation de ce qui va bientôt se passer pour les Nerazzurri, ce que Steven Zhang clarifiera probablement lors de l'assemblée générale de Vendredi." Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. Luciano Mondellini, éditorialiste à Calcio e Finanza, nous livre une analyse détaillée sur la vente de l’Inter. Le Financial Times est, avec le New York Wall Street Journal, le principal journal des marchés financiers mondiaux. Et il est évident que lorsque, dans la semaine, le journal londonien a publié un article sur la recherche d'un nouvel acheteur pour l'Inter, le dossier de la vente du club a pris dès ce moment une dimension mondiale. La presse italienne, et notamment Il Sole 24 Ore avant tout le monde, avait déjà donné la nouvelle ces dernières semaines. Mais comme il est hautement probable, sinon certain, que des repreneurs potentiels seront recherchés hors de la botte, la parution de la nouvelle dans un tel journal sonne comme l'officialisation que les choses s'échauffent. En effet, désormais tout investisseur de la Californie à l'Extrême-Orient sait que l’Inter est sur le marché. Cette chronique, en revanche, du 8 Octobre dernier avait expliqué comment une indiscrétion était arrivée à la rédaction. Elle parlait d'une offre d'un géant étranger pour 100% du capital. Cette proposition, a expliqué la source, ne prévoirait pas d'actionnaires minoritaires ce qui obligerait donc les Zhang à se retirer totalement du capital de l’Inter. Cette indiscrétion nous est venue d'une source d'exception qui, déjà dans le passé, a fait preuve d'une crédibilité et d'un sérieux absolus. Le seul détail que l'on peut ajouter est que la rumeur est venue de New York. En revanche, pour en revenir à l'article du Financial Times, la partie selon laquelle seule une minorité du club est en vente n'est pas très crédible. L'Inter n'a pas fait de bénéfices depuis des temps immémoriaux et peut-être jamais dans son histoire n'a-t-elle distribué de dividendes; elle ne l'a certainement pas fait au cours des 20 dernières années. Alors pourquoi un investisseur achèterait-il une participation minoritaire dans un club qui a encore d'énormes pertes ? En effet, c'est une chose si une entreprise réalise des profits et verse des dividendes de façon régulière. À ce stade, un investisseur peut également décider de percevoir le prorata du bénéfice distribué en fin d'année. Mais dans un club déficitaire comme l'Inter, pourquoi le faire ? Participer aux pertes sans même pouvoir influencer les décisions ? Dans ce contexte, une explication plausible pourrait être celle pour laquelle vous achetez une participation de temps en temps puis revendez la participation dans quelques années en espérant que l'actionnaire majoritaire ait valorisé le club. Dans le cas de l'Inter, un possible moteur de cette éventuelle amélioration serait en premier lieu le processus de consolidation budgétaire en cours. Mais il faut être précis : il est vrai que le déficit est passé cette année de 245 M€ à 140 M€, mais cela a été possible surtout grâce aux énormes plus- values sur les ventes de Hakimi et Lukaku. D'autres motivations pourraient le nouveau stade, ce qui en théorie devrait augmenter considérablement les revenus. Ou même projet de la Super League récemment relancé. En revanche, il semble plus simple et plus plausible que ceux qui veulent rejoindre l'Inter veuillent le faire pour la commander (donc acheter au moins la majorité, 51%). N’oublions pas que la famille Zhang n'a plus beaucoup de temps pour prendre des décisions car, en Mai 2024, arrive à expiration le prêt signé avec le fonds américain Oaktree. Si la propriété chinoise ne parvient pas à rembourser le prêt, le fonds américain reprendrait 100% des parts du club désormais détenu par Zhang via LionRock. Un vrai coup de poing financier étant donné que les Zhang ont investi environ 800 M€ depuis 2016 entre les versements et les revenus des sponsors. Et pour compliquer encore les choses, il y a un fait pas moins important : comme le révèle Calcio e Finanza, Suning.com, la principale société du groupe Suning, avait plus de 4 B€ d'impayés au 30 juin 2022. Une position qui, lorsqu'elle est enregistrée dans les états financiers de la même entreprise, soulève des doutes sur la continuité des activités. D'un autre côté, les Zhang ont aussi un avantage : l'Inter est l'un des très rares clubs avec le plus haut rang en Europe (ou avec la plus haute valeur marchande) à être sur le marché. Et cela pourrait évidemment aider à faire grimper le prix. Mais quelle pourrait être l'évaluation de l'Inter ? Les rumeurs circulant dans le milieu indiquent qu'une valorisation globale de 1,2 B€ pourrait être celle à laquelle l'opération pourrait passer, une somme proche du Milan AC. Est-ce réaliste ? Il pourrait être. Les deux clubs milanais ont beaucoup en commun aux yeux des investisseurs étrangers : le projet du nouveau stade, un processus de consolidation fiscale en cours (même si Milan est loin devant), remplissent presque toujours le stade avec plus de 70 000 spectateurs, disposent d'une zone de chalandise proche du stade qui est parmi les plus peuplées d'Europe et certainement la plus riche d'Italie. Enfin, ils ont un nombre équivalent de fans et aussi de revenus : l'Inter a clôturé les comptes au 30 Juin 2022 avec 439 M€ de revenus, dont 100 M€ liés aux plus- values; Milan a enregistré des revenus en 2021-2022 un chiffre de 297 M€. On peut le dire, Milan a sept C1 dans sa vitrine tandis que l'Inter en a trois. Et très probablement, en faisant un tour sur les différents réseaux sociaux, les followers des Rossoneri sont supérieurs à ceux des Nerazzurri. Mais, prenons un instant du côté de Zhang. Nous continuons également à émettre l'hypothèse que les deux clubs peuvent valoir le même montant parce que le nombre de scudetti remportés est le même et le nombre de titres mondiaux est similaire : Milan quatre, Inter trois (d'ailleurs les titres mondiaux sont très intéressants pour les investisseurs non européens et manquent peut-être de culture footballistique). De plus, cela est certainement vrai, pour un investisseur qui injecte des capitaux puis gagne de l'argent dans un avenir proche, il est particulièrement important de savoir comment le palmarès d'un club et son histoire peuvent affecter ses performances financières. Et quant aux deux clubs milanais, le palmarès leur permet d'être inclus dans l'élite du football européen. Dernier point, mais non des moindres, Zhang peut contracter cet effet de rareté parmi les clubs à vendre ayant un tel palmarès. Bref, admis que la valorisation puisse avoisiner les 1,2 B€, il y a un aspect qui ne sera certainement pas le même : c'est la collecte pour le groupe vendeur. Le fonds Elliott, en effet, après avoir investi environ 700 M€, a effacé les dettes du Milan et l'a vendu à Cardinale pour 1,2 milliard, encaissant ainsi une plus-value de 500 M€ environ. La famille Zhang, d'autre part, après avoir investi environ 800 M€ depuis 2016 possède un club avec des dettes totales de 900 M€ environ. Les dettes doivent nécessairement être incluses dans le cadre de l'évaluation. Pour l'expliquer de manière brutale, si une personne achète une maison d'une valeur de 300 000 € en payant 150 000 € en espèces et 150 000 € via une hypothèque, ce n'est pas que le jour d’après que la maison cesse de valoir 300 000 €. Elle continue à valoir ce montant qui reflète précisément le montant payé en espèces et ce qui sera payé par la dette. Ainsi, même si la valorisation de l'Inter devait être de 1,2 B€, il serait pratiquement impossible pour le groupe de Nankin de sortir de l'investissement sans enregistrer une perte. Mise en garde. Cela ne signifie pas qu'il n'est pas pratique pour le Zhang de vendre. Compte tenu des problèmes de la société mère, un peu d'argent ferait du bien à tous égards. De plus, compte tenu également des tensions géopolitiques en cours, il n'est peut-être même pas inopportun de quitter un quadrant économique, celui de l'Europe, dans lequel Suning est pratiquement inexistant en tant qu'entreprise. Une fois tout cela dit, si la transaction aboutit, il ne sera pas possible de ne pas reconnaître les énormes mérites de Zhang, qui resteront non seulement dans l'histoire de l'Inter, mais aussi dans le football italien : la famille Nanjing a d'abord ramené l'Inter à la Ligue des champions après les nuages de l'ère Thohir, la rendant ainsi à nouveau attractive pour les investisseurs internationaux. Et puis sur le plan sportif, c'était la première propriété étrangère à remporter quelque chose d'important (le championnat 2020-2021) en Italie. Montrer qu'il est possible d'obtenir des succès sportifs dans un football compliqué comme notre football à domicile, même pour des entrepreneurs venus de loin. À l'inverse, cependant, combien il est important pour l'Inter, l'héritage du football italien (et finalement de l'Italie en tant que pays) de redevenir la propriété entre des mains occidentales, dans un scénario géopolitique orienté pour revenir divisé sur des pôles opposés. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  5. Carlo Cottarelli s'exprime aujourd'hui dans une interview accordée au Corriere della Sera et relance l'idée de l'actionnariat populaire. "Si le club manque de ressources, alors il devient difficile de retenir les talents et de garder l'équipe compétitive. Je crois qu'il ne fait aucun doute que l'Inter a besoin d'un retour en termes de finances pour éviter le sacrifice futur d'autres top joueurs ou pour tenir des marchés à solde zéro. Les deux dernières campagnes de signatures ont allégé les comptes du club, certes, mais n'ont pas favorisé une croissance de l'équipe. Depuis des mois, on parle de Skriniar, avant sa vente, maintenant de son renouvellement. L'espoir est que la vente de l'entreprise garantisse une injection de capital pour assurer la solidité." "La valorisation de Suning est de 1,2 B€. Je ne peux que suggérer au futur acquéreur, quel qu'il soit, d'évaluer l'hypothèse de laisser des fans rejoindre l'actionnariat. Ce type d'opération a une série d'avantages. D'une part, il y aurait une injection de nouveaux capitaux sans frais tout en évitant de payer des millions et des millions d'intérêts. D'autre part, un lien étroit est créé entre les fans et le club afin d'augmenter les revenus de merchandising et de la billetterie. L'année dernière, nous en avions parlé mais la société a répondu qu'ils comptaient sur leur business plan et ne ressentaient pas le besoin d'impliquer d'autres actionnaires dans l'actionnariat. Nous sommes maintenant disponibles pour nous asseoir à la table de ceux qui dirigeront l'Inter à l'avenir. D'après moi, l'actionnariat populaire permettrait d'économiser au moins 30 M€ par an en intérêts." "Un autre besoin pressant est le stade. Un stade moderne, qu'il s'agisse d'un San Siro rénové ou d'un nouveau, agit comme un multiplicateur de revenus. Mais ensuite, il faut 5-6 ans pour le construire. C'est pourquoi l'injection de capital par les supporters serait cruciale. J'ai lu que Steven Zhang avait récemment fait une augmentation de capital de 100 M€. Cependant, cette injection ne provient pas de son patrimoine personnel mais du montant total de 275 M€ prêté par le fonds Oaktree, d'autant plus avec le taux d'intérêt de 12%. Si d'ici 2024 le montant n'est pas remboursé ou qu'un repreneur n'est pas trouvé, le club deviendra la propriété du fonds. C'est pourquoi la recherche d'acheteurs potentiels a maintenant commencé. Je ne vois pas l'intérêt d'un actionnaire minoritaire. En effet, qui a intérêt à injecter du capital dans une entreprise et ensuite à ne pas avoir le plein contrôle sur la prise de décision ?" Traduction alex_j via FCInterNews.
  6. En marge du Grand Gala Football AIC, Beppe Marotta s'est arrêté pour répondre aux journalistes présents. Championnat anormal. "Certes, c'est la première fois que ce genre de phénomène se produit avec la Coupe du monde. Il faut comprendre et bien interpréter les choses. Il faut voir quelles formations vont pouvoir émerger." Nous aurons besoin d'un super retour de l'Inter. "Définitivement oui. L'important est de boucler le deuxième Dimanche de Novembre tout en restant collé au groupe de tête. En deuxième partie on va faire ressortir le meilleur." Vous attendiez-vous à une Inter comme celle-ci en Europe ? "Vous savez que la Ligue des champions est un tournoi, un seul match compte beaucoup. Nous avons été surpris par la double performance contre Barcelone car nous ne pouvions pas imaginer marquer 4 points contre une équipe aussi forte." L'Inter n'a pas eu Lukaku jusqu'à présent. "Comme vous le savez, le football est un sport d'équipe et vous ne devez jamais compter sur un seul joueur." Le secret de l'Inter après un début difficile. "En réalité, c'est comme si on avait commencé avec un handicap invisible qu'on n'arrivait pas à comprendre. Ensuite, avec la maturité de l'équipe et le professionnalisme du coach, on a pu retrouver de la constance et de la motivation. L'équipe qui s'est amusée et gagné tant de points la saison passée est de retour." Le club s'est-il senti agacé par les rumeurs sur le manager pendant cette période de crise ? "On a l'habitude de recevoir des critiques, ça fait partie du jeu. Du président aux managers, on n'a jamais imaginé une seule seconde une autre alternative. Je n'ai jamais changé d'entraîneur en cours de saison en 27 ans en tant que manager. Il y avait pas du tout les conditions. Ce sont des preuves de la maturité de la classe exécutive." Inter à vendre, que pouvez-vous nous dire ? "Ce sont des choses qui me passent par dessus la tête. L'établissement a fait son devoir. Nous sommes une entreprise qui a honoré ses obligations contractuelles jusqu'au bout." Traduction alex_j via FCInterNews
  7. S'adressant à la chaîne Rai Radio, Massimo Moratti a partagé ses pensées sur la situation actuelle concernant la vente. Au cours des deux dernières années environ, le Suning a été constamment lié à une vente de l'Inter, bien qu'à travers toutes les rumeurs, ils aient conservé le contrôle du club, Steven Zhang ayant continué en tant que président. Moratti estime que rien ne presse, pour le moment, et de voir ce que le président actuel décidera et quels sont ses plans. D'après lui, il est inutile de tirer des conclusions hâtives sur l'avenir. "Les joueurs et l'entraîneur ne diront jamais qu'ils sont affectés par la situation au club ou peut-être qu'ils se le diront. Mais cela les affecte toujours, nous parlons toujours de gens normaux après tout." "L'Inter est toujours en mesure d'avancer, nous devons voir quelles sont les intentions de Steven Zhang. Je ne connais pas les comptes de l'Inter ni les comptes personnels de la famille Zhang. Nul doute que lorsqu'ils sont arrivés au club, ils allaient mieux." "Beaucoup de choses ont changé, je ne sais pas quelle pourrait être la solution. Nous devons comprendre s'il a l'intention de garder le club ou s'il sera contraint de vendre. Dans ce cas, la situation empirera encore." "Il faut gagner pour récupérer. La recette est de montrer une grande fierté et envie de jouer pour cette équipe qui est connue dans le monde entier. Les joueurs doivent ressentir le poids et aussi la force qui accompagne le fait de devoir défendre ce maillot et cette équipe." Traduction alex_j via Sempreinter.
  8. La recherche par la famille Zhang d'un investisseur pour l'Inter arrive à son paroxysme. Il Sole 24 Ore l'écrit aujourd'hui expliquant comment le Suning passe au crible le marché pour trouver des membres ou acheteurs potentiels qui peuvent (les) aider à gérer notre club. Mais il y a une nouvelle de la dernière heure. Extrait. "La destination géographique de la recherche semble désormais définie : c'est celle des États- Unis ! C'est-à-dire la zone d'où sont arrivés le plus grand nombre d'acheteurs pour les équipes européennes ces derniers mois. La nouvelle arrive désormais sur l'axe Londres-Nanjing-New York selon les dernières rumeurs. En fait après le mandat confié à la banque d'investissement américaine Goldman Sachs, la famille Zhang aurait désormais confié une seconde mission à la banque d'investissement américaine Raine Group, spécialisée dans les médias, les télécoms, le sport et la technologie, celle la même qui a vendu le Chelsea de Roman Abramovich il y a quelque mois." "Cela pourrait être une prochaine étape, étant donné que Raine Group est très impliquée dans les événements liés au football et que le scénario pourrait changer : plus seulement des actionnaires minoritaires pour Zhang. Dans les prochaines semaines, un cabinet d'avocats sera probablement également nommé comme consultant. Selon les plans de la famille Zhang, jusqu'à il y a quelques mois, les recherches étaient braqués sur la recherche d'un partenaire minoritaire qui pourrait apporter de nouvelles ressources. Cependant, cette voie apparaît assez complexe et désormais le choix pourrait donc se porter sur la vente de la majorité du club." "L'évaluation que la famille Zhang fait de l'Inter reste très élevée, 1,2 B€. Mais pourquoi le Suning a-t-il décidé de sonder d'éventuels investisseurs ? Un facteur est certainement le fait que le club continue de brûler du cash, sans oublier l'endettement élevé et l'obligation de plus de 400 M€. La facture finale pour la famille Zhang pourrait être très salée, sous peine de transfert de propriété à Oaktree avec exécution du gage. Ces séries de facteurs pourraient arriver à échéance en 2023." Traduction alex_j via FCInterNews.
  9. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  10. Toujours pas de nouvelles concernant l'avenir corporatif de l'Inter : malgré les rumeurs incessantes de vente et la protestation des supporters, la famille Zhang reste fermement aux commandes du club, et n'entend pas accepter d'offres trop éloignées de leurs demandes. Tuttosport tente de faire le point sur la situation, sans écarter l'hypothèse d'un changement de main non total. "D'un côté, l'idée de trouver un partenaire solide, à qui seule une part minoritaire de l'Inter devrait être vendue, pour injecter des liquidités dans le club et ainsi pouvoir rembourser le prêt d'Oaktree; avec Goldman Sachs qui continue à travailler sur le mandat de Zhang en recherchant des investisseurs potentiels. D'autre part, il y a aussi l'objectif de se retirer complètement, si une offre est jugée appropriée." "Mais qu'est-ce qui freine les choses d'avancer ? Un bilan particulièrement important qui décourage d'éventuels nouveaux repreneurs et des risques qui freinent inévitablement tout type d'opération. En effet, le club des Nerazzurri a un prix très cher : 1,2 B€. Une estimation qui s'inspire certainement de la vente récente du Milan (qui découle d'un accord entre Elliott et RedBird qui privilégie la continuité, avec le vendeur qui a prêté de l'argent à l'acheteur) et qui évidemment ne motive pas énormément les investissements, surtout si vous ne possédez pas votre propre stade." "Ensuite, voici les vicissitudes supplémentaires des propriétaires qui pourraient encore ralentir les négociations susmentionnées. Selon les sources de Milano Finanza, une série de banques chinoises, dirigées par la China Construction Bank, veulent attaquer une partie des avoirs de Steven pour récupérer les 250 M$ de prêts impayés et la caution stipulée par la China Construction Bank avec Great Matrix Ltd, une société contrôlée par Zhang (entre-temps ouvertement attaquée par la Curva Nord). Une requête a donc été présentée au tribunal de Milan pour annuler la directive du conseil d'administration de l'Inter qui établit que le numéro un des Nerazzurri n'accepte aucune compensation." Le torchon brûle entre Zhang et la CN. En effet, la colère des partisans organisés des Nerazzurri envers le président Steven Zhang ne s'est pas apaisée. La Curva Nord a affiché des banderoles avec les mots "Zhang Vattene" autour de la ville de Milan. Le post publié sur le profil Facebook 'The Scream of the North' montre les images des bannières dans les points principaux de la ville. Les slogans organisés expriment clairement et directement leur dissidence contre le Suning et le président Zhang. Traduction alex_j via FCInter1908.
  11. Tancredi Palmeri s'est livré à FCInter1908. Focus sur la vente de l'Inter. Il y a aussi beaucoup de discussions sur l'avenir du club, étant donné que Zhang aurait décidé de mettre le club en vente. Effectif, compte tenu des difficultés de ces dernières années ? "Je comprends que Goldman Sachs sait que l'Inter est à vendre à un prix très élevé. Sans urgence, mais comme une belle maison à vendre au prix fort et donc personne ne sait si elle aura un acquéreur. Zhang a reçu une offre de BC Partners en mars 2021 pour 800 millions d'euros, mais Steven voulait un milliard et rien de plus n'a été fait. De cette façon, cependant, il a bousillé l'avenir de l'Inter. Je peux comprendre qu'il ait voulu devenir le premier propriétaire étranger à gagner en Italie, mais cela aurait été plus compréhensible s'il avait pu garantir un avenir au club. Maintenant, cependant, l'avenir de l'Inter est hypothéqué et les obligations et les dettes le prouvent. Normalement, 1,2 milliard n'est pas un chiffre du marché. Le Milan a été vendu à ces chiffres mais le prêt interne d'Elliott a également été envisagé. Ce qui est sûr, c'est que la vente de Chelsea a un peu séduit tout le monde, peut-être en faisant monter les prix des autres clubs. L'inter a un avenir hypothéqué : il y a cette caution qui expire dans 2 ans, mais en attendant chaque été sera un supplice. Pensez à l'Inter avec un budget d'environ 40 millions, autant que ceux dépensés par Milan, et sans obligation de vendre : aujourd'hui il aurait Dybala et Bremer dans l'effectif." Pensez-vous que la vente aura lieu avant 2024, date à laquelle les conditions de remboursement du prêt Oaktree expireront ? "Tout est possible. Oaktree pourrait aussi décider de faire une bonne gestion pendant quelques années puis de revendre le club à un prix plus élevé, comme l'a fait Elliott. Mais le plus fou, c'est le stade : si la question du stade était débloquée, tout prendrait une tout autre valeur." Dans le scrutin, il y a des fonds américains et arabes, Sportitalia a parlé d'un regain d'intérêt de la part de PIF. Faut-il s'attendre à des nouvelles dans les mois à venir ? "Peu importe, à mon avis la piste la plus praticable est celle d'une piste de ski de fond. Si j'étais le responsable, j'irais frapper tout de suite à la porte de Investcorp : c'est le meilleur des fonds qui puisse arriver. C'est un fonds semi-souverain, il peut devenir le fleuron de l'État de Bahreïn, il n'a pas le souci de gagner de l'argent tout de suite et, donc, il peut suivre une trajectoire dans la foulée de ce qu'a fait le Suning dans ses premières années Nerazzurri." Traduction alex_j via FCInter1908.
  12. Marco Bellinazzo et l'équipe éditoriale de FcInterNews font le point sur la mise en vente de l'Inter. Le journaliste d' Il Sole 24 Ore Marco Bellinazzo, interviewé par TV Play, est revenu sur la question du changement possible de propriété de l'Inter. "Il y a une parabole en cours qui est celle des investissements chinois dans le football européen et est venue à sa conclusion. En 2015-2016 il y avait des investissements dans les clubs pour 3 milliards et l'Inter était le fleuron de cette campagne. Puis la politique du gouvernement chinois a changé, la galaxie Zhang a changé également avec de nouveaux membres. On associe souvent Suning à la famille Zhang, ce n'est plus aussi automatique, le gouvernement chinois s'est davantage concentré sur l'investissement domestique sur le foot. L'Inter est basée sur l'autofinancement, mais ce n'est pas une voie viable depuis longtemps, l'hypothèse de vente est sur la table depuis un certain temps. Il y a une évaluation importante, avec la vente de Milan en tant que jurisprudence. Considérant également combien les Zhang ont dépensé pour et dans l'Inter, ils sont exposés pour environ 600 millions et donc la valorisation ne peut pas descendre en dessous d'un milliard, sans parler de la valorisation donnée au Milan. Si le projet de stade devait progresser, l'évaluation changerait à nouveau. Le Suning est un groupe qui a connu des difficultés très particulières car son activité principale a été affectée par les changements apportés par le gouvernement chinois. Suning se remet lentement sur les rails. Ce qui se passe est dû à des choix stratégiques du gouvernement chinois et du groupe Suning dans lesquels je ne pense pas que le mécontentement de la famille ait beaucoup de poids. Pourtant, l'objectif du Suning de se faire connaître en Europe a été atteint et ils ont remporté trois titres. Donc, pour eux, tout n'est pas 100% négatif." Quant à FcInterNews, l'équipe éditoriale a livré l'analyse suivante. Alors que l'équipe boite sur le terrain, le mécontentement du milieu Inter à l'égard des propriétaires augmente en parallèle, déjà assez évident après ce deuxième été à se concentrer sur les comptes plutôt que sur la qualité de l'équipe. Bref, force est désormais de constater qu'en poursuivant ainsi la gestion du club, entre sacrifices, prêts et ventes redoutées de cadres, l'avenir n'est pas rose pour la famille Zhang à la tête de l'Inter. La rumeur qui a émergé ces dernières heures concernant à vendre l'Inter pour 1,2 milliard d'euros, assorti d'un mandat à Goldman Sachs pour trouver des repreneurs, n'est en réalité pas trop d'actualité pour le simple fait qu'il est en cours de recherche. Au départ, Zhang pensait à un partenaire qui rejoint avec une participation minoritaire, mais il est difficile de trouver quelqu'un qui met de l'argent dans le club sans avoir de pouvoir de décision, à moins d'avoir la garantie d'obtenir la majorité en quelques mois. Pour cette raison, la recherche était alors également rattachée à un acheteur, avec un prix déjà établi (à comprendre qu'il inclut la dette envers Oaktree). Mais ce n'est pas nouveau depuis ces jours-ci, mais plutôt une situation qui dure depuis des mois. Le vrai problème est de trouver quelqu'un qui décide d'investir une telle somme dans un contexte déficitaire comme le football italien, et ceux qui espèrent un fonds arabe font fausse route. A ce jour, le seul terreau fertile pour une négociation se trouve aux USA, où le football italien est perçu comme un bon produit, auquel il vaut la peine d'y croire concrètement. Mais pour le moment rien n'est à l'horizon, sauf la volonté de la famille Zhang de vendre l'Inter. Il est aisé de comprendre que l'actualité est filtrée pour clarifier les intentions de la propriété, accusée par les fans et certains commentateurs de tenir en otage la société Nerazzurra au nom des larmes et sang financiers. Une nouvelle visait donc à mettre un terme aux attaques gratuites et continues des supporters, désormais découragés et inquiets pour un avenir discret et pas à l'image d'un grand club comme l'Inter. Traduction alex_j via FCInterNews.
  13. S'exprimant sur la chaîne Twitch de calcioomercato.it, Marco Bellinazzo, journaliste de Il Sole 24 Ore, Fabrizio Biasin ont fait le point sur la possible vente de l'Inter par la famille Zhang. Marco Bellinazzo Vers une fin. "Il y a un chemin en cours, une parabole, celui des investissements chinois dans le football européen qui est arrivé à son terme. Plus de 3 milliards d'euros ont été investis dans toute l'Europe et l'Inter a été le fleuron de toute cette campagne. Les directives du gouvernement chinois et le contexte macro-économique ont changé. Zhang a également eu des problèmes au sein de sa propre galaxie, qui a dû se rééquilibrer : de nouveaux partenaires sont entrés. Associer Suning à la famille Zhang n'est plus aussi automatique. Après avoir investi plus de 600 M€, l'Inter n'est plus un actif stratégique. L'autofinancement s'est imposé, mais un club important comme les Nerazzurri ne peut rester longtemps sur ce modèle. La vente semble inévitable et 1,2B€ est un point de référence important; le prix de vente du Milan. Ils attendent désormais des offres importantes et des interlocuteurs capables de payer ce prix. Cependant, il faut tenir compte du fait que, contrairement à Milan, l'Inter a une dette considérable et c'est quelque chose dont il faut tenir compte. L'exposition financière, se situe entre 300 et 400 M€, peut-être un peu plus. Considérant que les Zhang ont dépensé plus de 600 M€, je crois qu'en dessous d'un milliard ils n'iront pas pour ne pas trop perdre." Le stade. "Si le débat public sur San Siro devait se terminer positivement d'ici deux mois, le club deviendrait encore plus attractif. À quel point le mécontentement des fans a-t-il affecté? Quand on juge le travail du Suning à l'Inter, on est très conditionné par ce qui s'est passé ces dernières années. Le Suning n'est pas devenu un groupe en faillite du jour au lendemain mais il a connu des difficultés particulières pour son type d'activité." Tout dépend de Pékin. "Maintenant, il se remet doucement sur les rails, c'est toujours un groupe qui a un chiffre d'affaires de plus de 50 milliards, donc il pourrait facilement gérer un club comme l'Inter si les directives du gouvernement chinois changeaient. Il s'agit de choix stratégiques, faits d'abord pour les directives de Pékin, ensuite pour l'entité Suning dans son ensemble et ensuite pour la famille. L'enthousiasme et le mécontentement de la place ont donc un poids relatif. Les propriétaires ont partiellement atteint leurs objectifs pour les Nerazzurri, compte tenu des titres qu'ils ont remportés." Américains ou Arabes ? "Des fonds américains ou arabes ? J'ai toujours été sceptique sur la présence d'investisseurs arabes, et notamment de PIF, pour une question juridique, puisqu'il y a déjà eu d'importants investissements à Newcastle. Si on parlait d'autres fonds arabes, la situation serait différente. Les Américains ont acheté une soixantaine de clubs en Europe ces dernières années et sont les plus attentifs à la dynamique du football." Fabrizio Biasin "Il y a ceux qui essaieront de me nier ou de minimiser. J'ai tendance à ne pas lancer d'alarmes au hasard, si je dis cela c'est parce que je l'ai vérifié de toutes parts. D'après ce que j'ai réussi à rassembler, la famille Zhang a décidé mettre l'Inter en vente et recherchent maintenant des acheteurs via Goldman Sachs. Cela ne signifie pas que l'Inter sera vendu demain, mais que la propriété est à la recherche d'un nouvel acheteur. Je ne sais pas combien de temps cela prendra, mais je sachez que la famille Zhang recherche des repreneurs. J'ai eu cette nouvelle, je l'ai vérifiée et surtestée et je dis ce que je sais et je sais que la famille Zhang, après des mois de réflexion, ne cherche plus de partenaire pour continuer, mais est disponible à la vente pour un montant important. La volonté des propriétaires de l'Inter est de parvenir à une vente pour 1,2 milliards." Demain, sera publié un article sur un repreneur éventuel de notre club: Vivek Ranadivé, président des Sacramento Kings. Traduction alex_j via FCInter1908.
  14. En marge du match Inter - Torino, Beppe Marotta s'est confié à DAZN. "La réaction doit être plus grande et plus forte que ces derniers matchs. Nous avons fait face aux problèmes, aujourd'hui la motivation doit être encore plus forte pour donner satisfaction à chacun." Rumeurs sur le mandat de vente de l'entreprise. Qu'est-ce qui est vrai ? "Cette nouvelle circule depuis 2 ans maintenant. La famille Zhang aime le club, respecte les fans, sait ce qu'ils doivent faire pour garantir le présent et l'avenir, ils l'ont toujours fait et continueront de le faire. Ce sont des questions au-delà de mes compétences. On attend les réponses les plus fortes de l'équipe et non de la direction. L'avenir est assuré de la meilleure façon, je ne rentre pas dans les affaires d'entreprise. La famille Zhang ne faillirait jamais à son engagement." Dans la semaine, après le Bayern, il y a eu une discussion entre la direction et l'équipe... "Les comparaisons sont quotidiennes, même à travers l'analyse vidéo afin d'éliminer les erreurs commises. D'autre part, rechercher les raisons psychologiques pour obtenir des résultats positifs. On a beaucoup travaillé sur le mental, Inzaghi a travaillé dessus avant tout, nous avons l'obligation d'aider et de soutenir le personnel, il y avait un besoin d'analyse et nous l'avons fait. Il est juste de respecter le travail d'Inzaghi." Traduction alex_j via FCInter1908.
  15. Comme annoncé plus tôt dans la journée, le Suning a mandaté Goldman Sachs pour rechercher des repreneurs potentiels. Sole 24 Ore et Sportmediaset font un point financier et stratégique. La possibilité d'une vente de la participation majoritaire dans l'Inter par la famille Zhang est devenue d'actualité. Carlo Festa, journaliste d'Il Sole 24 Ore, fait le point sur la situation après le tweet de Fabrizio Biasin concernant le mandat donné par le Suning à Goldman Sachs pour rechercher des repreneurs potentiels. Plus précisément, selon Festa, le mandat de GS n'est pas une nouveauté de ces dernières heures, mais c'est une cession datant de deux ans, lorsque BC Partners a approché Inter. Maintenant, la banque de confiance des Zhang replanche sur le dossier, aussi parce que dans 20 mois, les Zhang seront contraints de rembourser le prêt d'Oaktree de 275 M€ accordé à la holding luxembourgeoise. "Ensuite, il y a un deuxième aspect important, de nature technique : le prêt sur trois ans de 275 M€ accordé par le fonds américain Oaktree à la holding luxembourgeoise de la famille Zhang qui contrôle l'Inter arrivera à échéance en 2024. C'est-à-dire qu'il y a un an et 8 mois à faire. Il est tout à fait normal que, dans le domaine financier, on aille étudier une option de remboursement du même prêt au bout d'un an environ. C'est pourquoi Goldman Sachs commence à replancher le dossier. Comment la famille Zhang remboursera-t-elle le prêt ? Il est peu probable qu'il puisse obtenir l'argent de la Chine. Il lui est plus facile de choisir de vendre le club à un tiers afin de rembourser une partie des investissements réalisés dans le passé par la famille et Suning ainsi que les dettes." Cependant, selon Sportmediaset, il est possible que la famille Zhang vente à perte même avec 1,2 milliard. "La valorisation globale du club est similaire à celle de Milan, 1,2 B€, mais en tenant compte du fait que la dette financière, 400 M€, fait partie de la valorisation, mais ne va pas dans la poche du vendeur et que le Suning a donc investi bien au-delà de 660 M€ dans le club, il n'est pas exclu que le club soit vendu à perte." Traduction alex_j via FCInter1908.
  16. Selon le média italien FCInterNews, PIF n'a pas fait d'une nouvelle offre ou n'a initié aucune diligence pour reprendre les pourparlers avec Suning. L'affaire d'une éventuelle vente de l'Inter à PIF a refait surface en ces heures. Après l'indiscrétion lancée par Sportitalia immédiatement après le match contre le Bayern Munich, on parle encore de la possibilité que Suning passe la main si une offre de 1,2 milliard d'euros arrive. Mais selon ce que FcIN a constaté, il n'y a pour le moment aucune demande officielle et aucune diligence. En effet, des milieux financiers on apprend comment le fonds PIF, après avoir déjà investi à Newcastle, n'a plus intérêt à investir à nouveau dans le football. Déjà au moment d'entrer dans ce secteur, PIF a rejeté une hypothèse italienne car elle était moins avantageuse d'un point de vue économique : les revenus de la télévision sont inférieurs à ceux de l'Angleterre et les sources de revenus sont plus faibles. A cause de cela, Newcastle a été préféré, certainement pas un top club de Premier League, à un top club italien. D'un autre côté, s'il y avait vraiment eu une offre de 1,2 B€, la famille Zhang aurait sûrement déjà mené les négociations. En effet, ce chiffre même est légèrement supérieur à ce qu'elle demanderait pour vendre l'Inter, 1 B€. La seule certitude pour le moment est le prêt à rembourser à Oaktree d'ici 2024. Si cela ne se produit pas, l'Inter passera sous leur propriété, à la manière d'Elliott-Milan. Il y a eu quelques sondages aux États-Unis où le football italien a toujours son charme, mais jusqu'à présent sur le concret. Traduction alex_j via FCInterNews.
  17. Le fonds souverain saoudien, PIF, est de retour en pourparlers avec Suning pour tenter d'acheter l'Inter après son retour avec une offre d'une valeur de 1,2 milliard d'euros. Selon le diffuseur Sky Sport Italia, le fonds saoudien est revenu à la table des négociations pour tenter de convaincre nos propriétaires de céder le club avec une offre plus conséquente. Le PIF a été signalé pendant un certain temps comme étant intéressé par l'achat des Nerazzurri. Cependant,malgré ce qui avait été dit, rien n'en est sorti, tandis que dans tous les cas, le Suning a réaffirmé son engagement continu à maintenir le contrôle du club. Selon SportItalia, le PIF lance à nouveau une tentative d'achat au Suning avec une offre considérablement augmentée d'une valeur de 1,2 B€. Il reste à voir comment les propriétaires actuels réagiront à toute offre améliorée du PIF pour le club. Traduction alex_j via FCInter1908.
  18. S'exprimant lors d'une interview avec le journaliste italien Marco Barzaghi sur la chaîne YouTube de Sport Mediaset, Vincenzo Grittano a répondu à certaines questions sur les intérêts saoudiens pour le football italien. "PIF-Inter ? Il y a eu des approches. En Arabie Saoudite, on a parlé de l'Inter ainsi que du Milan et de Naples. Certes, les dossiers qui étaient entre les mains de Goldman Sachs ont circulé parmi les investisseurs potentiels. L'affaire a probablement été classée en raison de l'endettement des clubs et peut-être aussi en raison des exigences des vendeurs. À ma connaissance, aucun investissement n'est actuellement prévu en Italie." "Aramco ? (compagnie pétrolière publique d'Arabie saoudite, ndlr) J'y ai travaillé de 2011 à 2021 et pour autant que je sache, il n'y a aucun intérêt à acheter un club de football. Il n'achèterait que des actifs dans le secteur pétrolier, il ne fera jamais de tels investissements." Traduction alex_j via Sempreinter.
  19. S'adressant à Tuttosport dans une interview publiée aujourd'hui, Andrea Zanon, spécialiste du capital-investissement, a donné son avis sur la valeur potentielle des Nerazzurri et pourquoi ils ne sont pas actuellement en mesure d'atteindre le milliard d'euros que le Suning espère. L'Inter est constamment et toujours liée à une vente alors que dans tous les cas, les intérêts ou pourparlers n'aient pas abouti. Dans le même temps, le Suning a toujours fermement démenti. L'évaluation du Suning a été signalée comme l'un des principaux facteurs empêchant une vente malgré le manque d'intérêt. Zanon a donné son avis à ce sujet. "La difficulté financière dans laquelle se trouve l'Inter est bien connue. J'ai été le premier à parler de négociations avancées avec le PIF en Novembre. Je crois que rien n'a changé à cet égard, mais il y a d'autres parties intéressées. Je crois que l'Inter négocie avec différents fonds, même ici aux États-Unis. Je crois qu'ils utilisent également l'intérêt américain pour poursuivre le dialogue avec les Saoudiens." "Concernant l'évaluation de l'Inter, je dirais que le milliard d'euros dont on parlait en décembre dernier est un chiffre que les Saoudiens pourraient être prêts à accepter. Cependant, il y a des rumeurs selon lesquelles les négociations se sont arrêtées parce que la nation du Golfe ne veut pas dépasser les 800 millions d'euros. Le prix de l'Inter, aujourd'hui, après deux ans de Covid, serait inférieur à 1 milliard d'euros car leurs problèmes d'endettement sont extrêmement graves." "D'un autre côté, le potentiel de croissance de l'Inter est extraordinaire. Néanmoins, les problèmes financiers internes doivent être résolus, les pertes doivent être endiguées. Je dirais que l'Inter serait une excellente cible du point de vue de l'investissement, l'une des plus intéressantes d'Europe, mais il y a beaucoup de travail de gestion à faire pour que le club se remette sur les rails." Traduction alex_j via Sempreinter.
  20. Selon Il Sole 24 Ore, Oaktree aurait donné mandat pour rechercher des repreneurs potentiels en vue d'une éventuelle vente ; extrait. Le Suning a répété à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas vendre. Cependant, les conditions et circonstances ne peuvent exclure cette hypothèse à moyen-long terme. Au cours des derniers jours, une information importante s'est répandue: "Depuis quelques jours sur le marché, on parle d'une certaine rumeur de la banque américaine Goldman Sachs qui s'apprête à envoyer des potentiels investisseurs un teaser (un document avec des données confidentielles, ndlr) concernant l'Inter. Cet été, la famille Zhang a nié un désengagement. Cependant depuis Londres, il y eut des rumeurs concernant le créancier Oaktree qui n'aurait pas l'intention reproduire ce qui a été fait par Elliott avec le Milan. En effet, l'investisseur californien ne souhaiterait pas devenir propriétaire du club dans une éventuelle mise en vente. À ce stade, la seule carte dont dispose le Zhang pour rembourser les dettes est la vente future de l'équipe." En effet, selon une analyse de Calcio & Finanza, l'Inter a 400 M€ de dette nette dont les intérêts avoisinent les 40 M€ par an. Le plan serait donc de réduire ces pertes : le bilan de la saison dernière a clôturé sur une perte d'environ 140 M€, une amélioration par rapport au 245 M€ de l'année précédente. La différence est principalement liée aux opérations Lukaku-Hakimi, mais il est évident que des ventes de cette envergure ne sont pas possibles chaque année. La direction des Nerazzurri doit maintenir l'équipe compétitive, tout en tenant compte des fonds de l'entreprise. Pour éviter les ventes de cadres, il y a des talents de la pépinière, des plus-values nettes au bilan, comme l'opération qui amène Casadei à Chelsea. On pet également citer la vente de Pinamonti pour 20 M€ à Sassuolo. La cantera des Nerazzurri a fait gagner un joli trésor à l'Inter : plus de 160 M€ ces 5 dernières années. Une solution qui peut limiter les dégâts sans pour autant les réparer. Bien que le président Steven Zhang continue d'affirmer qu'il ne veut pas vendre, les conditions semblent très difficilement tenables à long terme. La valorisation globale du club pourrait être similaire à celle du Milan, 1,2 milliard. Mais en tenant compte du fait que la dette financière, 400 M€, fait partie de la valorisation sans aller dans la poche du vendeur et que le Suning a investi plus de 660 M€ dans le club, il ne peut être exclu que le club soit vendu à perte. À moins que les progrès sur le nouveau stade ne s'accélèrent soudainement et surtout que la nouvelle structure puisse garantir les hypothèses sur l'argent généré. Ceci explique pourquoi la famille s’accroche désespéramment au milliard, afin de limiter les pertes au maximum. Traduction alex_j via SportMediaset.
  21. Nick Candy et Hansjörg Wyss parmi les parties intéressées avant que le propriétaire Roman Abramovich ne soit sanctionné. Ils sont priés de contacter le gouvernement britannique. Les joueurs et fans sont, quant à eux, inquiets. Les milliardaires intéressés par l'achat du Chelsea Football Club ont été invités à approcher le gouvernement britannique avec des propositions de rachat, après la sanction de son actuel propriétaire oligarque, Roman Abramovich. Craignant la menace de sanctions, Abramovich, 55 ans, s'était précipité à vendre le club pour plus de 3 milliards de livres sterling, suscitant l'intérêt du magnat de l'immobilier britannique Nick Candy, du milliardaire suisse Hansjörg Wyss, du milliardaire américain du capital-investissement et actionnaire de Crystal Palace Josh Harris et le copropriétaire américain des LA Dodgers Todd Boehly. Jeudi, le gouvernement a gelé les actifs britanniques d'Abramovich, y compris le Chelsea FC et un portefeuille de propriétés de luxe comprenant un manoir de 150 millions de livres sterling du palais de Kensington, à l'ouest de Londres, et un penthouse de trois étages de 30 millions de livres sterling surplombant Stamford Bridge. Abramovich était l'un des sept Russes ayant des liens étroits avec Vladimir Poutine que le gouvernement a ajoutés à la liste des sanctions dans le but d'augmenter la pression sur le Kremlin. "Le sang du peuple ukrainien est sur ses mains", a déclaré Liz Truss, la ministre des Affaires étrangères. "Ils devraient baisser la tête, être mort de honte." Chris Philp, le ministre du numérique et de la technologie, a déclaré vendredi qu'Abramovich serait bloqué pour vendre le club mais que des acheteurs potentiels pourraient approcher le gouvernement avec des propositions d'achat tant que l'oligarque russe ne bénéficierait pas de l'accord. "Comme les conditions de licence sont rédigées aujourd'hui, la vente ne serait pas autorisée", a déclaré Philp à Sky News. "Cependant, si un acheteur émergeait, il serait loisible à cet acheteur ou à ce club de football d'approcher le gouvernement et de demander que les conditions soient modifiées de manière à permettre à cette vente d'avoir lieu. Pour être clair, aucune proposition ne serait acceptée si le produit de toute vente se terminait sur un compte bancaire sans restriction appartenant à Abramovich. Il ne peut bénéficier du produit d'aucune vente." Candy, qui avec son frère, Christian, a développé le développement de luxe One Hyde Park, a déclaré vendredi qu'il envisageait de soumettre une offre pour acheter le club au gouvernement. "Nous examinons les détails de l'annonce d'hier et nous sommes toujours intéressés à faire une offre", a déclaré son porte-parole. "De toute évidence, c'est une période de grande incertitude pour tous les fans de Chelsea. À notre avis, personne n'est propriétaire d'un club de football, vous en êtes le gardien pour les fans et la communauté." Les dirigeants du club ont rencontré des représentants du gouvernement jeudi et devraient poursuivre les pourparlers dans les prochains jours. Une source à Westminster a déclaré que le gouvernement pensait qu'une vente du club devrait être possible d'organiser avec une relative facilité. Reste à savoir si le gouvernement a l'intention de réquisitionner Chelsea avant d'autoriser une vente. Il a été suggéré que le produit de la vente serait gelé ou placé dans un fonds de bienfaisance. Raine Group, la banque d'investissement new-yorkaise nommée par Abramovich pour vendre le club, a déclaré jeudi aux soumissionnaires que la vente avait été "suspendue" pendant que "les parties examinent les implications des développements et discutent des prochaines étapes avec les autorités britanniques compétentes". En plus de Candy, Wyss, Boehly et Harris, un certain nombre d'autres hommes d'affaires principalement basés aux États-Unis auraient formé des consortiums pour envisager de soumettre des offres. Les craintes grandissent que Chelsea puisse s'effondrer si une vente n'est pas conclue rapidement, car les sanctions empêchent le club de percevoir des revenus le jour du match et les sponsors commencent à résilier les contrats, voir ci après. Le club a obtenu une licence spéciale pour lui permettre de continuer à jouer des matchs pour le reste de la saison, mais seuls les détenteurs d'abonnements et les fans qui ont déjà acheté des billets pourront assister aux matchs. Chelsea ne sera autorisé qu'à effectuer des paiements "indispensables à la poursuite du fonctionnement du club". Three, la société de télécommunications britannique qui est le principal sponsor du maillot de l'équipe, a suspendu hier soir son partenariat de 40 millions de livres sterling par an avec le club. Hyundai, son sponsor de maillot, sur les manches, avec un accord d'une valeur de 10 millions de livres sterling, a déclaré qu'il "évaluait la situation avec le Chelsea FC". Nike, qui a signé un contrat de parrainage de 900 millions de livres sterling sur 15 ans avec le club en 2016, aurait "envisagé de s'éloigner", selon le Mail . Le sponsor du kit d'entraînement de Chelsea, Trivago, a déclaré qu'il continuerait à soutenir le club : "L'incertitude sur la situation actuelle de la propriété du Chelsea FC a été rude. À l'avenir, il est important pour nous de continuer à soutenir le club, les fans et la communauté ainsi que le travail essentiel que la Fondation Chelsea fait pour aider ceux qui en ont besoin. Nous attendons avec impatience une transition de propriété dès que possible et souhaitons soutenir le club dans ce processus." Les joueurs de Chelsea craignent pour leur avenir après les sanctions gouvernementales et la société de téléphonie mobile Three ait suspendu son parrainage du club. La décision du gouvernement de geler les avoirs d'Abramovich, et de lui interdire de vendre le club pour le moment, a plongé Chelsea dans un état d'incertitude, une source du vestiaire décrivant l'atmosphère comme un "chaos" et certains craignant que le club puisse s’effondrer. Le Guardian comprend également que certains des joueurs sont préoccupés par la direction du club et, par extension, par leur propre avenir, et ont désespérément besoin de clarté. Ils sont alarmés car l'une des stipulations résultant des sanctions est que Chelsea ne peut pas signer de joueurs ou renouveler les contrats existants. Chelsea est aveuglé par la décision du gouvernement de geler les avoirs d'Abramovich en raison des liens avec Vladimir Poutine et le gouvernement russe. Abramovich devra désormais obtenir l'approbation du gouvernement britannique avant de vendre le club de Stamford Bridge. On leur a dit qu'ils ne pouvaient concourir que sous une licence spéciale qui leur permettrait de faire leurs matches, mais obligerait le club à cesser bon nombre de ses activités commerciales, y compris les futures ventes de billets, et à voir son argent de diffusion gelé. Hit by Three suspend son parrainage, notamment le retrait de sa marque des maillots et autour du stade "jusqu'à nouvel ordre". Ont été interdits de signer des joueurs et de nouveaux contrats. Les discussions se poursuivent entre le Trésor, la Premier League et le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports. Une source a déclaré: "La principale chose aujourd'hui est de prendre des mesures contre les oligarques ayant des liens étroits avec le Kremlin. Nous travaillons actuellement sur certaines de ces implications plus larges." Dans une lettre privée aux députés conservateurs, vue par le Guardian, la secrétaire à la culture, Nadine Dorries, a clairement indiqué que le gouvernement voulait s'assurer que Chelsea survivrait et considérait le club comme un atout culturel. "Le gouvernement comprend que les sanctions d'aujourd'hui auront un impact direct sur le club, ses fans et la pyramide du football au sens large", a écrit Dorries. "Nous avons donc travaillé dur pour nous assurer que le jeu national, la Premier League, le club et ses supporters ne soient pas inutilement lésés par ces importantes sanctions." Il est entendu que la décision d'imposer des sanctions à Abramovich, qui a été annoncée jeudi matin, n'a pas dissuadé les soumissionnaires potentiels. Le Royaume-Uni a ciblé Abramovich dans le cadre de sa réponse aux actions de la Russie en Ukraine. Dans un document publié par le gouvernement hier dans la matinée, le propriétaire de Chelsea a été identifié comme "un oligarque pro-Kremlin" et aurait été "associé à une personne qui est ou a été impliquée dans la déstabilisation de l'Ukraine et l'atteinte et la menace de l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, à savoir Vladimir Poutine, avec qui Abramovich entretient des relations étroites depuis des décennies." Un porte-parole du Chelsea Supporters' Trust a déclaré: "Le CST note avec inquiétude la déclaration du gouvernement concernant le propriétaire. Les supporters doivent être impliqués dans toute conversation concernant les impacts sur le club et sa base de fans mondiale. Le CST implore le gouvernement de mener un processus rapide pour minimiser l'incertitude sur l'avenir de Chelsea, et pour que les supporters reçoivent une part d'or dans le cadre d'une vente du club." Traduction alex_j via The Guardian.
  22. Le président de l'Inter Steven Zhang nie fermement les rumeurs indiquant que le propriétaire Nerazzurro Suning cherche à vendre le club au fond d'investissement Saoudien PIF. Selon un article paru aujourd'hui dans la Gazzetta dello Sport, le Président de l'Inter qualifie les rumeurs de "Fake News". Des rumeurs de ventes de l'Inter ont fait leur apparition depuis quelques temps, et le PIF est souvent cité comme le plus intéressé par l'achat du club. Hier le journal Américains IB Times rapportais que la vente du club était quasiment faite, s'ajoutant aux rumeurs provenant d'autres journalistes incluant un article du journal Milanais Libero datant de Janvier. Cependant, comme toujours avec les rumeurs d'une vente imminente au PIF, Zhang dément fermement la véracité de ces rapports. L'actuel propriétaire du club continue de signaler qu'il est dans leur intention de continuer à diriger le club malgré les difficultés financière qu'il rencontre. ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Trent_FCI
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...