Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'vladimir poutine'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

4 résultats trouvés

  1. ®Onze Mondial - Le club de Chelsea risque la faillite après le gel des avoirs de Roman Abramovich, le propriétaire russe des Blues. Hier, la nouvelle a eu l'effet d'une bombe outre-Manche. Proche de Vladimir Poutine, l'oligarque russe Roman Abramovich, propriétaire de Chelsea, voyait ses avoirs sur le sol britannique gelés par le pouvoir anglais. Une décision qui remettait complètement en question la vente du club, lui qui avait annoncé officiellement son intention de passer la main dans le contexte de la guerre en Ukraine. "Le club ne sera plus autorisé à vendre de billets, seuls les détenteurs d'abonnements peuvent assister aux matchs dans un avenir prévisible. Aucune vente de marchandises n'est autorisée : pas de transferts de joueurs ni de nouveaux contrats", a-t-on notamment appris dans la presse anglaise. Abramovich a 81 jours Surtout, la fameuse "licence spéciale" accordée au club pour jouer jusqu'au 31 mai prochain pourrait ne pas être renouvelée comme l'explique ce matin le Sun, à moins qu'Abramovich n'accepte de s'en aller sans récupérer le moindre sous de la vente. Avec les différentes sanctions, Chelsea devrait perdre au mieux 77 millions d'euros si le club gagne la C1 et termine sur le podium de Premier League. Toute cette situation doit se régler dans les 81 jours, soit avant le 1er juin prochain. Sans accord, les champions d'Europe risquent la faillite et la rétrogradation. Dans le même temps, aucune prolongation ni transfert ne peut être ficelée. De quoi s'interroger réellement sur l'avenir du club, plus que jamais en suspend depuis l'invasion russe en Ukraine le 24 février dernier. Pour résumer Roman Abramovich a 81 jours pour vendre les Blues, sinon Chelsea pourrait faire faillite après le gel de ses avoirs par le gouvernement britannique. Le gouvernement l'oblige à vendre le club sans faire de bénéfice dessus. Romelu, Roi déchu de retour gratuitement à Milan pour un salaire raisonnable, vous signeriez ? ®Onze Mondial
  2. Nick Candy et Hansjörg Wyss parmi les parties intéressées avant que le propriétaire Roman Abramovich ne soit sanctionné. Ils sont priés de contacter le gouvernement britannique. Les joueurs et fans sont, quant à eux, inquiets. Les milliardaires intéressés par l'achat du Chelsea Football Club ont été invités à approcher le gouvernement britannique avec des propositions de rachat, après la sanction de son actuel propriétaire oligarque, Roman Abramovich. Craignant la menace de sanctions, Abramovich, 55 ans, s'était précipité à vendre le club pour plus de 3 milliards de livres sterling, suscitant l'intérêt du magnat de l'immobilier britannique Nick Candy, du milliardaire suisse Hansjörg Wyss, du milliardaire américain du capital-investissement et actionnaire de Crystal Palace Josh Harris et le copropriétaire américain des LA Dodgers Todd Boehly. Jeudi, le gouvernement a gelé les actifs britanniques d'Abramovich, y compris le Chelsea FC et un portefeuille de propriétés de luxe comprenant un manoir de 150 millions de livres sterling du palais de Kensington, à l'ouest de Londres, et un penthouse de trois étages de 30 millions de livres sterling surplombant Stamford Bridge. Abramovich était l'un des sept Russes ayant des liens étroits avec Vladimir Poutine que le gouvernement a ajoutés à la liste des sanctions dans le but d'augmenter la pression sur le Kremlin. "Le sang du peuple ukrainien est sur ses mains", a déclaré Liz Truss, la ministre des Affaires étrangères. "Ils devraient baisser la tête, être mort de honte." Chris Philp, le ministre du numérique et de la technologie, a déclaré vendredi qu'Abramovich serait bloqué pour vendre le club mais que des acheteurs potentiels pourraient approcher le gouvernement avec des propositions d'achat tant que l'oligarque russe ne bénéficierait pas de l'accord. "Comme les conditions de licence sont rédigées aujourd'hui, la vente ne serait pas autorisée", a déclaré Philp à Sky News. "Cependant, si un acheteur émergeait, il serait loisible à cet acheteur ou à ce club de football d'approcher le gouvernement et de demander que les conditions soient modifiées de manière à permettre à cette vente d'avoir lieu. Pour être clair, aucune proposition ne serait acceptée si le produit de toute vente se terminait sur un compte bancaire sans restriction appartenant à Abramovich. Il ne peut bénéficier du produit d'aucune vente." Candy, qui avec son frère, Christian, a développé le développement de luxe One Hyde Park, a déclaré vendredi qu'il envisageait de soumettre une offre pour acheter le club au gouvernement. "Nous examinons les détails de l'annonce d'hier et nous sommes toujours intéressés à faire une offre", a déclaré son porte-parole. "De toute évidence, c'est une période de grande incertitude pour tous les fans de Chelsea. À notre avis, personne n'est propriétaire d'un club de football, vous en êtes le gardien pour les fans et la communauté." Les dirigeants du club ont rencontré des représentants du gouvernement jeudi et devraient poursuivre les pourparlers dans les prochains jours. Une source à Westminster a déclaré que le gouvernement pensait qu'une vente du club devrait être possible d'organiser avec une relative facilité. Reste à savoir si le gouvernement a l'intention de réquisitionner Chelsea avant d'autoriser une vente. Il a été suggéré que le produit de la vente serait gelé ou placé dans un fonds de bienfaisance. Raine Group, la banque d'investissement new-yorkaise nommée par Abramovich pour vendre le club, a déclaré jeudi aux soumissionnaires que la vente avait été "suspendue" pendant que "les parties examinent les implications des développements et discutent des prochaines étapes avec les autorités britanniques compétentes". En plus de Candy, Wyss, Boehly et Harris, un certain nombre d'autres hommes d'affaires principalement basés aux États-Unis auraient formé des consortiums pour envisager de soumettre des offres. Les craintes grandissent que Chelsea puisse s'effondrer si une vente n'est pas conclue rapidement, car les sanctions empêchent le club de percevoir des revenus le jour du match et les sponsors commencent à résilier les contrats, voir ci après. Le club a obtenu une licence spéciale pour lui permettre de continuer à jouer des matchs pour le reste de la saison, mais seuls les détenteurs d'abonnements et les fans qui ont déjà acheté des billets pourront assister aux matchs. Chelsea ne sera autorisé qu'à effectuer des paiements "indispensables à la poursuite du fonctionnement du club". Three, la société de télécommunications britannique qui est le principal sponsor du maillot de l'équipe, a suspendu hier soir son partenariat de 40 millions de livres sterling par an avec le club. Hyundai, son sponsor de maillot, sur les manches, avec un accord d'une valeur de 10 millions de livres sterling, a déclaré qu'il "évaluait la situation avec le Chelsea FC". Nike, qui a signé un contrat de parrainage de 900 millions de livres sterling sur 15 ans avec le club en 2016, aurait "envisagé de s'éloigner", selon le Mail . Le sponsor du kit d'entraînement de Chelsea, Trivago, a déclaré qu'il continuerait à soutenir le club : "L'incertitude sur la situation actuelle de la propriété du Chelsea FC a été rude. À l'avenir, il est important pour nous de continuer à soutenir le club, les fans et la communauté ainsi que le travail essentiel que la Fondation Chelsea fait pour aider ceux qui en ont besoin. Nous attendons avec impatience une transition de propriété dès que possible et souhaitons soutenir le club dans ce processus." Les joueurs de Chelsea craignent pour leur avenir après les sanctions gouvernementales et la société de téléphonie mobile Three ait suspendu son parrainage du club. La décision du gouvernement de geler les avoirs d'Abramovich, et de lui interdire de vendre le club pour le moment, a plongé Chelsea dans un état d'incertitude, une source du vestiaire décrivant l'atmosphère comme un "chaos" et certains craignant que le club puisse s’effondrer. Le Guardian comprend également que certains des joueurs sont préoccupés par la direction du club et, par extension, par leur propre avenir, et ont désespérément besoin de clarté. Ils sont alarmés car l'une des stipulations résultant des sanctions est que Chelsea ne peut pas signer de joueurs ou renouveler les contrats existants. Chelsea est aveuglé par la décision du gouvernement de geler les avoirs d'Abramovich en raison des liens avec Vladimir Poutine et le gouvernement russe. Abramovich devra désormais obtenir l'approbation du gouvernement britannique avant de vendre le club de Stamford Bridge. On leur a dit qu'ils ne pouvaient concourir que sous une licence spéciale qui leur permettrait de faire leurs matches, mais obligerait le club à cesser bon nombre de ses activités commerciales, y compris les futures ventes de billets, et à voir son argent de diffusion gelé. Hit by Three suspend son parrainage, notamment le retrait de sa marque des maillots et autour du stade "jusqu'à nouvel ordre". Ont été interdits de signer des joueurs et de nouveaux contrats. Les discussions se poursuivent entre le Trésor, la Premier League et le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports. Une source a déclaré: "La principale chose aujourd'hui est de prendre des mesures contre les oligarques ayant des liens étroits avec le Kremlin. Nous travaillons actuellement sur certaines de ces implications plus larges." Dans une lettre privée aux députés conservateurs, vue par le Guardian, la secrétaire à la culture, Nadine Dorries, a clairement indiqué que le gouvernement voulait s'assurer que Chelsea survivrait et considérait le club comme un atout culturel. "Le gouvernement comprend que les sanctions d'aujourd'hui auront un impact direct sur le club, ses fans et la pyramide du football au sens large", a écrit Dorries. "Nous avons donc travaillé dur pour nous assurer que le jeu national, la Premier League, le club et ses supporters ne soient pas inutilement lésés par ces importantes sanctions." Il est entendu que la décision d'imposer des sanctions à Abramovich, qui a été annoncée jeudi matin, n'a pas dissuadé les soumissionnaires potentiels. Le Royaume-Uni a ciblé Abramovich dans le cadre de sa réponse aux actions de la Russie en Ukraine. Dans un document publié par le gouvernement hier dans la matinée, le propriétaire de Chelsea a été identifié comme "un oligarque pro-Kremlin" et aurait été "associé à une personne qui est ou a été impliquée dans la déstabilisation de l'Ukraine et l'atteinte et la menace de l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, à savoir Vladimir Poutine, avec qui Abramovich entretient des relations étroites depuis des décennies." Un porte-parole du Chelsea Supporters' Trust a déclaré: "Le CST note avec inquiétude la déclaration du gouvernement concernant le propriétaire. Les supporters doivent être impliqués dans toute conversation concernant les impacts sur le club et sa base de fans mondiale. Le CST implore le gouvernement de mener un processus rapide pour minimiser l'incertitude sur l'avenir de Chelsea, et pour que les supporters reçoivent une part d'or dans le cadre d'une vente du club." Traduction alex_j via The Guardian.
  3. Nous avons été habilement trompés par Vladimir Poutine. Maintenant, il fait pleuvoir la mort sur l'Ukraine, et le sport a servi son objectif en lui permettant de provoquer ce terrible moment. Mission accomplie. Rassemblez le buffet. Rangez les bibelots. Déchiquetez le manuel des menaçantes plates et creuses approuvées par l'État. Le sport a rempli sa mission ici. Et quoi qu'il choisisse de faire à partir de maintenant, tout ce qui semble vraiment certain, c'est que Vladimir Poutine n'écoutera pas. Il s’en fout ! Merci, Fifa, UEFA , le CIO et nos nombreux partenaires commerciaux, pour votre aide inestimable avec les messages. C'est une enveloppe. Il est difficile de savoir quoi faire de la nouvelle selon laquelle l'UEFA envisage de déplacer la finale de la Ligue des champions de Saint-Pétersbourg , la ville natale de Poutine, en guise de censure pour l'invasion russe de l'Ukraine. C'est bien sûr une étape nécessaire, notamment pour des raisons de sécurité, et au-delà pour l'optique troublée de l'UEFA. Mais la délocalisation d'une finale, alors que les balles volent à Kiev, est aussi une étude dans l'inutilité. À partir de là, l'acte de gestion de la réputation de l'UEFA ne peut avoir de valeur que si nous tous, des instances dirigeantes veules aux idiots utiles des médias (présents), en passant par les consommateurs du monde entier, sommes prêts à apprendre une leçon très dure et très moderne. La seule voix dissidente lors de la réunion du comité spécial de la Fifa vendredi a probablement été Alexander Dyukov, président de la FA russe et président du conseil d'administration de Gazprom, même s'il est peu probable qu'il s'en soucie trop à ce stade avancé. Schalke peut retirer le logo Gazprom de ses maillots. L'UEFA peut reconsidérer son accord de parrainage avec le fournisseur de gaz russe. Mais la journée a déjà avancé. Le sportswashing a eu lieu. Le commerce, la politique et les divertissements sportifs télévisés ont atteint leur but. La Russie de Poutine a gagné en influence, en puissance douce et en légitimité. Le public à domicile a été apaisé. Sotchi et Moscou ont été utilisés pour distribuer des faveurs aux fidèles lieutenants de Poutine. Nous sommes à un stade où retirer la finale de la Ligue des champions, c'est comme compter sur un ordre péremptoire et grave pour dissuader la bande d'hommes masqués à mi-chemin dans les escaliers, coshes à la main. Poutine fait déjà pleuvoir la mort sur le peuple ukrainien. Il ne se soucie pas, à ce stade, exactement où la finale va être jouée. Si le sport peut tirer quelque chose de cette horreur, c'est que nous savons maintenant sans aucun doute que tout cela est réel. Que ceux qui parlent – si ennuyeux : le jeu est lancé ! – sur les dictatures et les droits de l'homme parlent d'un lieu de conséquences réelles. Cet état de complicité commence, bien sûr, au siège suisse totalement éhonté du football. Gianni Infantino a déjà fait sa propre déclaration publique oléagineuse, déplorant la violence en général sans mentionner le mot Russie ou le nom de Vladimir Poutine. "Nous nous sommes réveillés et nous avons été choqués par ce que nous avons vu", a déclaré Infantino, conservant une expression de neutralité sans texture et sans saveur. Un robinet d’eau tiède. L'histoire jugera Infantino à la lumière de toutes ses actions, de sa flagornerie, de sa complicité avec des despotes tachés de sang. Rembobinez trois ans et demi et Infantino était au Kremlin déclarant que le monde était désormais "amoureux" de la Russie, et serrant Poutine contre sa poitrine comme un frère (également présents à cette réunion, dans une tournure étrange, étaient Rio Ferdinand et Peter Schmeichel). Un an plus tard, le président de la Fifa était de retour pour la remise d'une médaille d'État russe. "Vous avez accueilli le monde comme des amis", a déclaré Infantino au même président Poutine qui déploie actuellement la plus grande force terrestre européenne depuis la Seconde Guerre mondiale dans une invasion sanglante et illégale. "Le monde a créé des liens d'amitié avec la Russie qui dureront pour toujours." Infantino s'est peut-être montré un parfait imbécile grotesque et moralement invertébré et décérébré. Mais cette leçon s'étend à presque chacun d'entre nous à un certain niveau : une leçon sur quelque chose de très dur et de très froid, dans un processus qui était initialement obscur dans son aboutissement. Amnesty International a été parmi ceux qui ont introduit l'expression "sportswashing" il y a quatre ans. Un article sur cette page en 2018 sur Abu Dhabi, Manchester City et l'affaire Matthew Hedges utilisait le mot entre guillemets, et prenait le temps d'expliquer d'où il venait. Cela a parfois ressemblé à un programme de propagande diffus et insidieux. Mais il n'y a aucun moyen maintenant de se cacher de la vérité sur où cela peut mener, un processus dans lequel beaucoup d'entre nous sont cooptés dans une certaine mesure. Après la Coupe du monde en Russie, j'ai écrit un livre sur les voyages à travers le pays, toujours au centre de l'émission et des interactions avec les Russes ordinaires, et j'espère qu'il pourrait y avoir quelque chose à ce sujet, une sorte de glasnost à combustion lente. Mais devinez quoi ? Vladimir Poutine est vraiment un dictateur impérialiste meurtrier et la Coupe du monde faisait partie de sa machinerie pour le pouvoir. Le livre ressemble à une sorte de kompromat. Et la Russie a été terriblement efficace à bien des niveaux. Il y a quatre ans, des appels ont été lancés à la Chambre des communes pour un boycott de la Coupe du monde après l’empoisonnement de Salisbury. Mais même alors, il était difficile de voir quel effet tangible cela pourrait avoir alors que l'argent et l'influence russes continuaient de se faufiler dans l'économie, le système juridique et la politique britanniques. Dans son livre Putin's People, Catherine Belton écrit que les centres financiers et politiques de Londres se sont retournés face au cash back russe au milieu des années 2000 lorsque la capitale est devenue connue sous le nom de "Moscou-on-Thames", les années des yachts et des avions, des pairs sur la liste de l'entreprise, la navette "bus scolaire" d'Heathrow ramène à la maison l'ensemble des élève toutes les semaines. "Au milieu des années 2000, Londres avait acquis la réputation de laverie automatique du monde, lavant des centaines de milliards de livres d'argent sale", écrit Belton. "La voie avait été ouverte au KGB pour créer un vaste réseau d'argent noir, bien plus vaste et plus sophistiqué que les réseaux qu'il avait installés pour les opérations secrètes et le trafic d'influence dans la bataille pour l'empire de l'époque soviétique." Un magnat russe aurait déclaré : "À Londres, l'argent gouverne tout. N'importe qui et n'importe quoi peut être acheté. Les Russes sont venus à Londres pour corrompre l'élite politique britannique. Est-ce vrai? Si oui, comment vrai? Le fait que ceux qui sont au pouvoir à Moscou le croient est probablement suffisant pour commencer." Et oui, le sport n'est qu'une petite bière dans ce domaine, avec l'habitude d'exagérer énormément son rôle dans les événements mondiaux. Mais telle est sa valeur de propagande que nous avons tendance à obtenir une place au premier rang, et à l'accepter assez naïvement. J'étais là à la Maison de la Fifa à Zurich en 2010 lorsque Poutine a émergé, un peu surprenant, du fond de la salle de conférence de presse pour répondre aux questions après la candidature réussie de la Russie à la Coupe du monde : un petit homme déambulant, seul sur cette grande scène, haussant les épaules et l'air ennuyé, mais rayonnant d'un pouvoir personnel étrangement convaincant. C'était presque comique, et certainement énervant. Mais il ne peut y avoir aucune fausse innocence d'ici, aucun espoir contre l'espoir, les doigts croisés, pour quelque chose de réel derrière les platitudes. L'Ukraine a demandé l'expulsion des clubs russes des compétitions de l'UEFA et cela devrait se produire immédiatement, non seulement en guise de punition, mais parce que le spectacle est répugnant et insoutenable à l'ombre de la guerre. Et à partir de maintenant, nous sommes prévenus. On sait, sans l'ombre d'un doute, où peut mener cette mise en scène. Nous savons que Vlad ne retournera pas les appels de Gianni, ses messages vocaux anxieux. Ce jeu a suivi son cours. Nous avons déjà été trompés. Traduction alex_j, via The Guardian, "Uefa and Fifa are too late: Russia’s sportswashing has served its purpose" par Barney Ronay.
  4. L'UEFA est prête à abandonner Saint-Pétersbourg comme lieu de la finale de la Ligue des champions de cette année. Cependant, elle n'a pas encore pris de décision, alors que la crise militaire en Ukraine s'aggrave. La finale de la compétition la plus prestigieuse d'Europe doit se jouer dans la deuxième plus grande ville de Russie le 28 mai. Mais l'UEFA subit une pression pour changer de lieu après que Vladimir Poutine a annoncé sa décision d'envoyer des troupes dans l'est du Donbass, en Ukraine. Des responsables, dont Alexander Ceferin, étaient en discussion sur le lieu du match Mardi. La finale de la Ligue des champions a été déplacée, à cause du Covid, au cours des deux dernières saisons. "L'UEFA surveille constamment et de près la situation et toute décision serait prise en temps voulu si nécessaire. L'UEFA n'a pas d'autres commentaires à faire pour le moment." Toute décision est susceptible de suivre une direction politique à l'intérieur de l'Europe. Ceferin a noué des liens étroits au sein de l'UE lors de la récente affaire de la Super League européenne et d'un mouvement commun vers un «modèle sportif européen» de gouvernance. Mardi, l'UE et les États membres ont commencé à détailler les réponses aux annonces de la Russie, l'acte le plus important étant une décision du gouvernement allemand de retarder la certification du projet de gazoduc Nordstream 2. Le gouvernement britannique s'est prononcé, exprimant son opposition à la tenue de la finale à Saint-Pétersbourg. Boris Johnson a déclaré qu'il ne devrait y avoir "aucune chance d'organiser des tournois de football dans une Russie qui envahit des pays souverains." Un porte-parole du gouvernement a renforcé ce point de vue en déclarant: "Nous avons de sérieuses inquiétudes concernant l'accueil d'événements sportifs internationaux en Russie, comme la finale de la Ligue des champions, et nous en discuterons avec les instances dirigeantes compétentes. Nous ne permettrons pas au président Poutine d'exploiter les événements sportifs et culturels sur la scène mondiale pour légitimer sa nouvelle invasion illégale de l'Ukraine.'' Bien que les clubs russes ne soient pas un acteur important sur le terrain, avec seulement le Zenit Saint-Pétersbourg et le Spartak Moscou restant en compétition européenne cette saison, le poids financier du pays est important. La compagnie gazière russe Gazprom est au cœur du football européen et a des accords commerciaux de longue date avec l'UEFA. L'été dernier, il a annoncé une extension de son accord de parrainage avec l'UEFA pour inclure le Championnat d'Europe ainsi que les Ligues des champions et l'Europa League. Il détient les droits de dénomination du stade dans lequel la finale doit se jouer, la Gazprom Arena, et Nordstream 2 est détenu à 100% par Gazprom. Pendant ce temps, l'association polonaise de football a déclaré qu'elle avait été en contact avec la Fifa pour "clarifier de toute urgence les problèmes" autour du match de qualification pour la Coupe du monde qu'ils doivent jouer à Moscou le mois prochain. La Pologne a été tirée au sort contre la Russie en demi-finale des barrages de la Coupe du monde, un match unique qui a donné à la Russie l'avantage à domicile en tant que tête de série. Dans un communiqué, la Fédération polonaise de football a exprimé des doutes sur la sécurité du match à Moscou, en raison de "menaces potentielles liées à la situation actuelle" et de sa responsabilité "d'offrir aux footballeurs polonais des conditions optimales de préparation et de performances lors des matches internationaux". La Pologne a déclaré que ses inquiétudes s'étendaient à la sécurité de celui qui affronterait la Russie lors de la finale des barrages, en cas de victoire de la Russie, à savoir la Suède ou la République tchèque. En bref : c'est la mouise ! Très belle traduction alex_j via The Guardian
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...