Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'walter zenga'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Les Nerazzurri toujours protagonistes des événements mondiaux : des deux titres de Meazza à aux finales où il y a toujours un joueur de l'Inter sur le terrain. Voici le rapport de FCInter1908 qui a tout répertorié et nous dit tout. Inter et Coupe du Monde : tout commence en 1934 Championnat interrompu avec la Coupe du monde qui a commencé hier. Un sentiment que nous associons habituellement à l'été, aux rêves de gloire colorée de bleu. Mais ce n'est pas l'été, il n'y a pas d'Italie et pourtant la Coupe du monde a commencé. Qatar 2022, la première édition en automne, la première à scinder la saison interclubs en deux. Ils sont six joueurs Nerazzurri prêts à concrétiser leur rêve nourri depuis de leur enfance, celui de soulever la coupe. Il s'agit de Lautaro Martinez avec l'Argentine, Denzel Dumfries et Stefan De Vrij avec la Hollande, Marcelo Brozovic avec la Croatie, André Onana avec le Cameroun, Romelu Lukaku avec la Belgique. Interisti et Coupe du monde est une histoire qui commence en 1934 qui est pleine d'anecdotes et d'épisodes clés. Il y a des champions du monde, il y a des buteurs en finale, il y a des records invaincus, des statistiques uniques. Celle du Qatar est la 22e édition de la Coupe du monde. La première, en 1930, comportait 13 équipes nationales mais pas l'Italie. Aucun Nerazzurri n'a participé à cette première édition historique. Depuis lors, les nerazzurri ont souvent laissé leur emprunte en commençant par les éditions de 1934 et 1938, remportées par l'Italie avec la contribution de plusieurs Interisti, Giuseppe Meazza en particulier. Ici, l'appel d'Allemandi, Castellazzi, Demaria et Meazza, en 1934 par Vittorio Pozzo est le premier appel des joueurs de l'Inter pour la Coupe du Monde. L'Italie soulève la Coupe Rimet en 1934 et la conserve en 1938. En 1938, Giovanni Ferrari, Pietro Ferraris, Ugo Locatelli et Renato Olmi sont appelés en plus de Meazza. Il y a donc 8 champions du monde Nerazzurri, avec Meazza qui en tant que capitaine soulève le trophée en France. Le meilleur buteur de l'histoire de l'Inter est le seul Nerazzurri à avoir remporté deux titres mondiaux. 104 Interisti à la Coupe du Monde Les huit Azzurri précités font partie des 104 joueurs qui, tout au long de l'histoire, ont été convoqués pour la Coupe du monde. Une très longue liste dans laquelle se distingue Beppe Bergomi, capable de disputer quatre éditions de la Coupe du monde entre 1982 et 1998. Lothar Matthäus compte bien cinq éditions, mais une seule lorsqu'il portait le maillot de l'Inter, celle de 1990. Pour celles de 1950 et 1954, seuls les joueurs italiens étaient appelés. En 1958, l'Inter n'avait qu'un seul représentant à la Coupe du monde, Lennart Skoglund avec la Suède, l’Italie n’y participant pas. Il y a 24 nations représentées dans l'histoire par les Interisti à la Coupe du Monde : Italie, Suède, Espagne, Angleterre, Autriche, Allemagne, Hollande, Brésil, Chili, France, Nigeria, Argentine, Uruguay, Turquie, Portugal, Croatie, Serbie, Slovénie, Ghana, Cameroun, Colombie, Japon, Algérie, Belgique. L'édition qui a vu le plus de Nerazzurri participer à la Coupe du monde est celle de 2002. 13 joueurs de l'Inter ont été appelés : Toldo, Materazzi, C. Zanetti, Di Biagio, Vieri (Italie) ; J. Zanetti (Argentine); Simic (Croatie); Okan, Emre (Turquie); Conceiçao (Portugal); Recoba, Sorondo (Uruguay); Ronaldo (Brésil). Les interisties champions du monde Il y a 19 joueurs interisti qui ont remporté la Coupe du monde. Au niveau des clubs, les nerazzurri occupent la troisième place en terme de champions du monde, derrière la Juventus et le Bayern Munich. Les 19 champions Nerazzurri sont : Meazza (1934-1938) ; Allemandi, Castellazzi, Demaria (1934); Ferrari, Ferraris, Locatelli, Olmi (1938); Bergomi, Marini, Bordon, Oriali, Altobelli (1982); Matthäus, Klinsmann, Brehme (1990); Djorkaeff (1998); Ronaldo (2002); Materazzi (2006). En 1982, l'Italie a remporté sa troisième Coupe du monde avec cinq joueurs Nerazzurri dans l'équipe, comme cela s'est produit en 1938. Lors de cette édition, Bordon était le seul joueur de l'Inter à ne pas entrer sur le terrain. Les Interisti buteurs en finale Sur 19 Interisti champions du monde, 7 ont marqué en finale de Coupe du monde. Quatre d'entre eux soulevant alors le trophée, trois avec la déception de la défaite. En 1970, premier but des Nerazzurri en finale : l'égalisation de Boninsegna contre le Brésil, avant la domination auri-verde. En 1982, sous les yeux du président de la République, Alessandro Altobelli fait hurler à Pertini la fameuse phrase "ils ne nous prendront plus" en inscrivant le 3-0 contre l'Allemagne, lors de la finale au Bernabeu qui se termine 3-1. Pour l'Italie de Bearzot, un triomphe sous le signe de Paolo Rossi, avec cinq champions Nerazzurri, dont un tout jeune Bergomi qui a touché le dernier ballon de ce bienheureux Mundial. En 1986, le but de Rummenigge en finale au Mexique, que l'Allemagne perd contre l'Argentine. Quatre ans plus tard, lors de Italia 90, la revanche allemande avec les trois Nerazzurri sur le terrain : Brehme, Matthäus et Klinsmann. Une finale nettement Nerazzurri avec Andy Brehme vainqueur du match marquant sur penalty (pied droit alors que c'est un gaucher) à la 81e minute au stade Olimpico de Rome. Un penalty que Matthäus n'a pas tiré, en raison d'un problème avec une de ses chaussures. En 2002, un autre nerazzurri sur le toit du monde : Ronaldo, après la déception de 1998, remporte la Coupe du monde en inscrivant un doublé en finale contre l'Allemagne, exhibant une coupe de cheveux étrange et légendaire. En 2006, Marco Materazzi était la vedette. Il a égalisé en finale contre la France, a subi un coup de tête de Zidane entraînant un carton rouge pour le Français, a marqué l'un des cinq penaltys de la série finale qui a donné aux Azzurri leur quatrième mondial Titre. La liste des attaquants Nerazzurri en finale de la Coupe du monde s'étend jusqu'en 2018 quand Ivan Perisic marque un beau but à Moscou contre la France en finale, la Croatie s'inclinant 4-2. Toujours un interiste en finale depuis 1982 Lothar Matthäus détient le record d'apparitions en Coupe du monde avec 25 matches. Walter Zenga est l'invaincu : 518 minutes en Italie 90, de la première minute du premier match à la 68' de la demi-finale, où il a été battu par la tête de Caniggia. Parmi les meilleurs buteurs on retrouve Ronaldo en 2002 (8 buts) et Wesley Sneijder (5 buts) en 2010. Mais le fait le plus incroyable est que depuis 1982, il y a toujours eu au moins un joueur Nerazzurri sur le terrain lors des finales de la Coupe du monde. Voici la liste : 1982 : Bergomi, Altobelli (but), Oriali 1986 : Rummenigge (but) 1990 : Brehme (but), Matthäus, Klinsmann 1994 : Berti 1998 : Ronaldo, Djorkaeff 2002 : Ronaldo (2 buts) 2006 : Materazzi (but) 2010 : Sneijder 2014 : Palacio 2018 : Brozovic, Perisic (buts) Traduction alex_j via FCInter1908
  2. Walter Zenga parlait dans les studios Sky Sport Italia après notre défaite. "L'Inter a bien commencé, le but de Brozovic était une action verticale fantastique : à partir de là, ils ont disparu et Milan aurait pu marquer trois buts de plus. Puis les changements : les trois attaquants du Milan ont cessé de défendre, Inzaghi a changé le jeu et Maignan a fait des arrêts extraordinaires." "Je trouve difficile qu'après quelques matchs il y ait un manque de concentration, je répète toujours la même chose : le problème dans le football est de maintenir la même intensité de concentration pour tous les matches, ce n'est pas facile." "Oublier la défaite ? Nous avons perdu 3-1 contre le Bayern mercredi et dimanche nous avons gagné face au Milan avec le but de Serena : c'est mieux d'avoir un gros match important tout de suite." Zenga fait référence à la saison 1988-1989 où l'Inter avait perdu 1-3 au Meazza contre le Bayern le 7/12/1988 et avait battu le Milan 0-1 le 11/12/1988. Traduction alex_j via Sempreinter.
  3. Imaginez faire partie de l'un des plus grands clubs de l'un des principaux championnats européens. Avant le début de la saison, vous vous asseyiez et discutiez en salle de conférence de ce qui constituerait une bonne saison et de ce que vous considéreriez comme une mauvaise. Finir dans la deuxième moitié du tableau, se rapprocher beaucoup plus de la relégation que vous ne l'imaginiez relèverait-il de la rubrique désastre ? Gagner l'une des compétitions européennes majeures ferait-il de la saison un succès ? Notre Inter a réussi à faire les deux en 1993-1994 dans un cas de schizophrénie calcio à une échelle épique. Voici le récit de cette saison incroyable où notre Inter aurait réussi l’exploit de gagner la coupe de l’UEFA tout en étant reléguée. Il y a des victoires qui sont la digne conclusion d'une saison extraordinaire, le résultat de belles performances avec de belles équipes qui restent dans l'histoire pour leur invincibilité, cet aura des équipes gagnantes. Il y a ensuite d'autres victoires. Des victoires qui apparaissent comme une tache blanche, comme une sorte de vengeance, dans une toile grise qui contient les quelques et rares hauts et les très nombreux bas d'une saison entière. Mais ces victoires sont destinées à résonner également dans l'éternité. Il s'agit de la Coupe UEFA remportée par l'Inter lors de la saison 1993-1994. Dans une année au cours de laquelle la célèbre équipe qui "n'a jamais été en Serie B" est restée en Serie A grâce à un seul petit point, ce petit point qui fait toute la différence entre les équipes légendaires et moyennes ou anonymes. L'Inter, après avoir plus ou moins moyennement terminé le cycle allemand avec une amère huitième place, s'est appuyée lors de la saison 1992-1993 sur Osvaldo Bagnoli, le célèbre entraîneur de Vérone, champion surprise en 1985, tout en investissant sur Sammer et Pancev. Le premier fut un flop, le deuxième fut victime d'incompréhensions et de contresens et ne sera pas tout à fait au diapason des Nerazzurri et de Ruben Sosa, le nouveau pivot de l’attaque interiste. Les résultats sont immédiats : malgré un départ avec le frein à main pas complètement desserré, l'Inter est arrivée deuxième tout en touchant dans certaines situations le Scudetto. Ruben Sosa est le pilote incontesté de notre voiture avec 20 buts en 28 matchs. L'Inter décide également d'investir dans Jonk et Bergkamp pour tenter de renforcer l'équipe et aspirer à des résultats plus prestigieux. Mais, malheureusement parce que c’est l’Inter, cela n'arrivera pas. Et cela en raison des innombrables matchs décevants du Néerlandais non volant appelé ainsi pour sa peur légendaire historique de voler. En Coupe UEFA, cependant, les résultats sont différents lors des premiers tours, Dennis Bergkamp apparaît possédé et marque d’un formidable ciseau retourné dont on ne se souvient pas assez, ciseau avec lequel il anéantit le Rapid Bucarest (3-1, 2-0). Au tour suivant, quoique difficilement, l’Apollon Limassol a été éliminé. Cette remontée subie, 0-2 à 2-2, au retour sur le sol chypriote apparaît immédiatement comme une sonnette d'alarme (score final 3-3, l’Inter ayant gagné 1-0 à l’aller), comme un manque de stabilité non seulement tactique, mais aussi dans le contexte environnemental et corporatif noir et bleu. Hé oui, on paye l'absence de Nicola Berti, pivot au centre, absent pour blessure. En huitièmes de finale les nerazzurri affrontent Norwich et c'est certainement l'Inter, tant à l'aller qu'au retour, impose son jeu en gâchant cependant plusieurs occasions. Le risque de subir un revers en Angleterre au retour était grand (1-0, 1-0). Au match aller, c'est un formidable tir de Ruben Sosa qui a causé le penalty pour Bergkamp dans un match globalement ennuyeux. Au retour pourtant, après un penalty refusé, c'est toujours le Néerlandais qui au cours d'une redoutable contre-attaque punit le gardien adverse d'une formidable frappe du pied droit au second poteau. Berkamp ouvre les portes des quarts grâce à ses deux buts. Il et semble sauver Bagnoli, plus que jamais sur la sellette. Le verbe sembler, en effet, est bien à propos car en février, Bagnoli est limogé pour être remplacé par Gianpiero Marini, ancien joueur de l’Inter du titre 1979-1980. Il est ainsi jeté dans la mêlée pour entraîner l'un des plus importants clubs de football d'Italie. Pour expliquer ce limogeage, rappelons qu’à Noël, l'Inter était cinquième de la Serie A en n'ayant perdu que trois matchs sur seize. Les performances n'étaient pas excellentes, mais on s'attendait à ce que la seconde moitié de la saison soit meilleure que la première, une conviction renforcée par le retour de Berti après une longue blessure. Cependant, ce qui suivit après Noël a été une séquence de résultats… disons bizarres. Parmi les cauchemars comme la défaite 1-0 à Reggiana, il fallait le faire, il y a eu de très bonnes performances comme les victoires consécutives contre Foggia et à Cremonese. Ce qui a achevé Bagnoli, ce sont dix jours terribles au cours desquels l'Inter est sortie de la Coppa Italia à la Sampdoria, un match nul miraculeux à domicile contre Cagliari avant la défaite contre la Lazio. Ernesto Pellegrini en avait assez vu et Bagnoli a été licencié. L'Inter occupait la sixième position de la Serie A et rien n’était donc perdu. Mais Piacenza était un endroit difficile à atteindre et une défaite 2-1 là-bas suivit. Bien que peu souhaitable, elle n'a pas représenté une catastrophe lors du premier match de Marini. Ce qui était inquiétant, c'était que des points étaient inexorablement perdus sur la route. Plus vous en perdez, moins il faut en perdre. Doucement mais sûrement, l'Inter glissait vers le fond du tableau. Mais en Europe et de manière totalement inexplicable, l'Inter de Marini s'avère aussi écrasante que celle de Bagnoli et le quart de finale en est la preuve. Cette fois ci, l'adversaire de l'Inter est le Borussia Dortmund, un gros morceau. Il s'agit, en fait, du Borussia Dortmund d'Ottmar Hitzfield, parmi lesquels dans les rangs se trouve le susmentionné Sammer, qui entre-temps était passé directement dans les rangs allemands. Ce BvB est la colonne vertébrale du futur vainqueur de la Juventus de Lippi en Champions League, trois ans plus tard. Le quart de finale se joue le 1er mars, le Borussia Dortmund démarre très fort, et Zenga se retrouve immédiatement à devoir faire des sauvetages incroyables sur Karl-Heinz Riedle. L'Inter a pris l'avantage à la 33e minute, grâce au but de Jonk d’une froideur chirurgicale. Jonk, peu après, à la 36e minute, remet ça. L'Inter est mortelle en contre-attaque et un but valable de Dell'Anno est annulé pour un hors-jeu inexistant. Le Borussia Dortmund réduit l'écart, Schulz profitant d'une erreur de Zenga lors de sa sortie. Pour conclure cette soirée européenne mémorable, Shalimov marqua à la 89e minute, d'une contre-attaque d'école conclue par une passe décisive de l'habituel Ruben Sosa. Belle victoire 3-1 en Allemagne. Le 15 mars, au match retour, c'est l'Inter qui joue avec le feu, encaissant des buts de Zorc et Ricken qui rouvrent la danse et remettent en selle le BvB. L'Inter cherche désespérément un but, un but qui calmerait les eaux torrentielles, un but qui les sauverait. Malheureusement, Bergkamp frappe sur le poteau qui vibre dans l'âme des supporters qui craignent alors le pire. La réponse de Dortmund ne s'est pas fait attendre, l'ancien de service frappant une barre transversale avec un gauche furieux qui semble se briser comme l'espoir du Borussia Dortmund. Espoir définitivement anéanti par le but de Manicone qui, en contre-attaque, exonère l'Inter de la pire agonie possible, donnant aux nerazzurri l'accès à la demi-finale de la Coupe UEFA. En championnat ? Hé bien, une descente en enfer, un avion tombant lentement mais sûrement. Une victoire 1-0 à domicile contre l'Udinese en difficulté prendrait une importance capitale à la fin de la saison alors que l'Inter perdait ses quatre prochains matches pour ne rester qu'à deux points au-dessus de la zone de relégation. Un derby milanais très disputé avait vu le nul jeté par la fenêtre à cause de Daniele Massaro marquant en fin de match. Heureusement, les joueur de Lecce étaient dociles pour une victoire 4-1, une victoire qui fera finalement la différence entre la survie et l'impensable. Retour en coupe UEFA. L'adversaire, en demi-finale de la coupe UEFA, est Cagliari, un Cagliari étonnant capable d'éliminer la Juventus de Trapattoni via une double victoire, qui bénéficie de l'immense et incontesté talent de Luis Oliveira qui avait amené les Sardes vers ce but inattendu, ainsi que d'avoir disponible un joueur inconnu à l'époque, un joueur qui sera plus un excellent entraîneur, Massimiliano Allegri. La demi-finale arrive à un moment compliqué pour l'Inter. En effet, elle vient subir cinq défaites consécutives et s'apprêtant également à subir la sixième. A Cagliari, le 30 mars, l'Inter s'est inclinée 3 à 2, tête de Fontolan et avec tir de Ruben Sosa, qui toucha le poteau avec un coup franc de 40 mètres. Mais rien ne peut faire face à la performance et la personnalité de Cagliari, qui avec Oliveira, Criniti, Pancaro s'offre une victoire historique qui semble enterrer une Inter malade… mais qui a tout de même inscrit deux buts à l'extérieur et qui même si elle saigne abondamment, n’est pas morte. A son retour, au Meazza, le 12 avril, l'Inter a réalisé une performance vraiment mémorable, prenant l'avantage avec le penalty de Bergkamp en première mi-temps, puis doublant la mise avec une action conclue par Berti. La cerise sur le gâteau de cette inoubliable soirée européenne est le but de Wim Jonk, l'habituel Wim Jonk. La victoire de l'Inter signifie une finale, une finale qui peut marquer le rachat d'une saison pas encore désastreuse mais proche de l'abîme. N’oublions pas que les nerazzurri sont toujours en lute avec pour éviter de tomber en Serie B. La finale est contre Salzbourg et le match aller se joue à Vienne le 26 avril. Salzbourg fait tout pour gagner cette Coupe, mais ce soir-là sera nerazzurro. Minute 35, coup franc sur l'aile droite pour l'Inter, Ruben Sosa voit l’appel de Berti, sa marque de fabrique, qui est servi, et marqua au deuxième poteau. C'est le deuxième but de Berti en finale européenne et ce but, comme dans le cas de la Coupe UEFA 1990-1991, s'avérera gagnant. En attendant, l'Inter, toujours menacée de relégation, doit s'imposer pour être sûre de rester comme toujours dans son histoire en Serie A. Ils jouent contre la Roma qui se bat pour une place en Europe. Et c'est la Roma qui a pris les devants, avec un but de Giannini. La situation est renversée par Fontolan, et l'âme de l'Inter, Nicolino Berti. La Roma a égalisé avec des buts de Cappioli à la 80e minute. Il faut attendre le dernier tour, lors du derby entre Parme et Pacienza pour sauver définitivement l'Inter du cauchemar de la Serie B. En effet, le 0-0 sauva notre équipe qui perdit contre la Dea 2-1 lors de la dernière journée. A son retour à Milan, le 11 mai 1994, l'Inter cherchait le but qui bouclerait définitivement les comptes et remporterait sa deuxième Coupe UEFA. Mais les occasions sont plusieurs fois gâchées. Ensuite, c'est Salzbourg qui s'est montré devant, touchant le poteau et stoppé par l'un des meilleurs Walter Zenga de tous les temps lors de son dernier match sous notre maillot. On arrive alors à l'acte final : minute 62, il y a encore une énième contre-attaque noire et bleue, avec Ruben Sosa servant Jonk, qui d'une feinte esquive son marqueur direct et, après s'être approché de la surface, marque d'un tir et donne la seconde Coupe UEFA dans l'histoire de l'Inter. Une Coupe UEFA qui, dans une saison marquée par le gris très foncé d'un gros échec, apparaît comme une tache blanche éclatante. Mais elle aura mis fin à une époque, celle de Pellegrini, au crépuscule avant l'arrivée de Massimo Moratti en 1995, qui à son tour écrira d'autres pages indélébiles de l'histoire de nerazzurra. Peut-être qu'en le lisant maintenant, c'est ainsi que nous comprenons le football maintenant alors que nous ne réalisions pas pleinement ce qu'était cette saison. C'est comme si une équipe comme Udinese et Sssuolo dans une saison classique ou normale luttant pour ne pas être reléguée, parvenait à battre et à éliminer en Ligue Europa des équipes comme: Tottenham, Arsenal, Atletico Madrid. Des équipes que l'on retrouve désormais en Ligue des Champions. Inutile de dire, la joie d'une telle conclusion, pour tous les supporters de l'Inter qui la portent encore dans leur cœur. C'était plein de rebondissements, de cauchemars en triomphes historiques en mois, semaines, jours. Ce n'est pas un hasard si nous sommes Interista depuis ou malgré cette année-là. C'était la saison la plus folle de toutes, c'était la saison de la "Pazza Inter". Texte alex_j.
  4. Walter Zenga, légendaire ancien portier de l'Inter, pense que globalement les Nerazzurri se sont renforcés cet été bien que cette fenêtre de mercato ne les laisse pas sans certains doutes persistants. Dans l'édition du jour de la Gazzetta dello Sport, Zenga donne son évaluation du mercato Interiste et identifie la défense et le flanc gauche comme zone d'incertitudes. En dehors du retour de Lukaku en prêt de Chelsea, l'Inter a passé l'été à refondre l'équipe à coups de recrues ciblées en réponse aux problèmes apparus la saison passée. Les arrivées au milieu, sur les flancs et dans les buts ont offert un relooking à l'équipe, et Zenga pense que globalement ces changements résulteront en une meilleure équipe que l'année dernière. S'il devait se mettre dans les chaussures de Simone Inzaghi, Zenga serait : "Heureux parce-que Lukaku est de retour. Un attaquant qui change l'équilibre de l'équipe et va aussi changer la manière dont l'Inter joue." "Aussi parce-que nous nous renforçons avec deux joueurs provenant de deux perspectives opposées." ajoute-t-il. "Asllani c'est l'avenir, Mkhitaryan s'approche de la fin de sa carrière mais est capable de donner aux autres milieux un repos bien mérité." Sur la non venue de Dybala, Zenga nous dit : "Je pensais que l'Inter vendrait Lautaro, signerait Dybala, puis achèterait Bremer et peut-être un autre milieu avec l'argent. Mais avec Lukaku et Lautaro, il aurait été difficile d'ajouter Dybala sans changer le système tactique. Il n'aurait vraiment été capable que d'évoluer en tant que second attaquant aux cotés d'un des deux autres." Malgré son évaluation majoritairement positive, Zenga a quelques doutes... Nommément : "Un : Gosens est toujours une inconnue alors que Perisic a joué 50 matchs l'année dernière. Deux : Dimarco est un latéral, pas un défenseur central." "Il y a aussi Darmian et D'ambrosio qui peuvent être adaptables, mais Simone Inzaghi ne dispose que de trois vrais défenseurs centraux." Concernant un possible départ de Milan Skriniar : "Les gens ont fantasmé de le voir jouer aux côtés de Bremer et Bastoni, mais ce n'est tout simplement pas réaliste." Au sujet du nouveau gardien Andre Onana : "Il est agile et il a de très bons réflexes, mais il n'a pas beaucoup joué ces deux dernières saisons, et seulement dans des matchs que son équipe a dominés où il n'a pas eu a faire face à une grande pression." "La comparaison avec Maignan n'a pas lieu d'être. Le gardien du Milan est arrivé en tant que Champion de France. Onana aura sa place dans l'équipe, mais il sera nécessaire de trouver la bonne façon de l'intégrer." "Pour moi l'Inter a toujours un gardien numéro 1, et c'est Handanovic. Inzaghi doit être clair et décider lequel des deux est le sien. Point barre. Il ne peut pas les alterner. Pensez au Napoli la saison dernière, tout le monde était perdant." Quand Spiderman prend la défense de Batman... Un crossover de légendes. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Trent_FCI
  5. Notre club a eu la chance d’avoir des époques très réussies dans notre histoire qui ont apporté de l'argenterie et certains des meilleurs talents mondiaux. Il y a aussi eu des périodes de souffrance, de douleur, de disettes entre ces périodes qui n'ont fait qu'accroître les succès ; ce qui est rare est cher. Salle Richard, chroniqueur du site gentlemanultra.com qui appartient au réseau sportif de The Guardian, a donné son XI de légende. Dans son All Time Inter XI personnel, il essaie de réfléchir à l'histoire du club car c'est quelque chose qui le passionne, car il croit que l'histoire de l'Inter définit son présent. Les meilleurs moments sous des entraîneurs tels que Armando Castellazzi, Tony Cargnelli, Helenio Herrera , Giovanni Trapattoni et Jose Mourinho ont donné au club un riche héritage et des joueurs fantastiques. Il suit l'Inter depuis 1988 et au cours des 18 dernières années, il a écrit à notre sujet, filmé des documentaires, travaillé avec eux dans la presse et il présente maintenant son Inter Podcast en anglais (rassurez vous, vous pouvez mettre des sous titres en français). Il a également eu la chance d'interviewer des joueurs de trois grandes époques : années 1960, 1980 et 2000. Certains des plus célèbres sont peut-être Mario Corso et Giuseppe Bergomi. Donc, cette équipe est personnelle et prend en compte l'histoire. Il y a peut-être une version plus moderne, il en est suis sûr, moi-même également, mais l’Inter ne serait pas là sans ces joueurs qui sont de véritables légendes de l'Inter. Gardien : Walter Zenga (1978-1994) "The Spider" était l'un des plus grands gardiens de but de sa génération. Zenga est né à Milan et était un fervent fan de l'Inter. Il a joué pour les Nerazzurri pendant 23 ans et pendant cette période, il a remporté la Serie A, la Coupe UEFA à deux reprises et la Super Coupe d'Italie. Son style dramatique, showman, est la raison pour laquelle on se souvent de lui si affectueusement. Son agilité et ses bonds incroyable signifiaient qu'il arrêterait le tirs de certains des meilleurs attaquants du monde, divertissant la foule dans le processus. Arrière gauche : Giacinto Facchetti (1960-1978) Personne n'a fait plus pour définir ce que signifie être un joueur de l'Inter que Giacinto Facchetti. L'arrière gauche a joué sous Helenio Herrera dans la "Grande Inter", remportant quatre titres de Serie A, deux Coupes d'Europe, une Coppa Italia et deux Coupes Inter Continentales. Il a porté le noir et bleu 634 fois, marqué 75 buts, c'était un homme à un seul club. En 2006, l'Inter a pris la décision de retirer le célèbre numéro trois. Défenseur central : Giuseppe Bergomi (1979-1999) Si jamais vous interviewez 'Lo Zio', vous comprendrez immédiatement pourquoi il est un meneur d'hommes. Gentleman calme et charismatique, Bergomi, comme Facchetti, est un autre clubman qui a joué plus de 500 matchs de championnat pour les Nerazzurri. L'homme qu'ils appelaient «Oncle» en raison de son incroyable moustache à un jeune âge, a remporté trois Coupes UEFA ainsi qu'un titre de Serie A, une Coppa Italia et une Supercoppa Italiana. Défenseur central : Armando Picchi : (1960-1967) Capitaine de l'équipe Grande Inter sous Helenio Herrera. Vous pourriez vous arrêter là et il est déjà une légende. Picchi était un défenseur polyvalent mais est devenu l'un des grands libéros, la position de balayeur a certainement été définie par lui dans les années 1960. Il est considéré comme l'un des plus grands défenseurs que l'Italie ait jamais produit et a remporté trois titres de Serie A, deux Coupes d'Europe et deux Coupes intercontinentales. Il est décédé tragiquement d'une tumeur à 36 ans. Arrière droit : Javier Zanetti (1995-2014) 'El Capitano'. Javier Zanetti est M. Inter. Il a ramené le professionnalisme de l'ère de la Grande Inter et incarné ce que signifiait être un serviteur du club. Personne n'avait l'endurance de "El Tractor" et on se souviendra toujours de lui comme étant le capitaine ou la grande équipe du Triplete de 2010. Zanetti détient le record du plus grand nombre d'apparitions pour un joueur étranger en Serie A avec 615, il détient le record du plus grand nombre d'apparitions pour l'Inter avec 858 et il a remporté 16 distinctions majeures avec les Nerazzurri. Il était également polyvalent en jouant à l'arrière gauche, à l'arrière droit et au milieu de terrain. L’Inter a retiré de son maillot le numéro quatre par respect. Ailier gauche : Mario Corso (1957-1973) Lorsque votre surnom est "Gods Left Foot", il est facile de comprendre pourquoi Corso est classé comme l'un des plus grands joueurs à avoir jamais joué à son poste. Membre de la Grande Inter, sa technique des coups francs et centres a été la clé de cette grande équipe. Il a fait ses débuts à l'Inter à l'âge de 16 ans et a effectué 413 apparitions en remportant le même nombre de titres que Facchetti. Parfois critiqué pour ne pas courir assez, assez logique à cette époque, Corso était plutôt un joueur intelligent qui préférait placer la balle. Milieu central : Lothar Matthaus (1988-1992) Lothar Matthaus a remporté le titre de joueur mondial de l'année de la FIFA à l'Inter et, dans le même temps, Diego Maradona a déclaré qu'il était l'adversaire le plus dur contre lequel il ait jamais joué, c’est dire. Ses 40 buts en 115 matches de Serie sont survenus à un moment où l'Inter renaissait sous Giovanni Trapattoni. Il a remporté la Serie A en 1989, la Coupe UEFA en 1991 et la Supercoppa Italiana en 1989. Dommage que Lothar ne se soit pas arrêté plus longtemps à Milan. Milieu central : Sandro Mazzola (1960-1977) Être le fils de Valentino Mazzola du Grande Turino, tragiquement perdu dans la catastrophe de Superga, n'allait jamais être facile. Cependant, Mazzola est devenu un grand à son époque. En 17 ans à l'Inter (un autre homme d'un club), il a amassé 117 buts en Serie A en 417 matchs. Le milieu de terrain offensif a remporté autant d etitres que Corso et Facchetti avec la Grande Inter. Il a également eu une rivalité tristement célèbre avec Gianni Rivera de Milan. Ailier droit : Luis Suarez (1961-1970) Connu comme l'un des plus grands joueurs espagnols de tous les temps, il était également le plus cher du monde lorsqu'il a suivi Helenio Herrera à l'Inter depuis Barcelone. Au cours des neuf années qui ont suivi, Suarez jouera 328 fois pour les Nerazzurri marquant 55 buts. Un ailier élégant surnommé «l'architecte», il pouvait également jouer en tant que meneur de jeu et était un autre joueur très adaptable. Il a amassé sept distinctions majeures à l’Inter. Attaquant : Ronaldo (1997-2002) "Il Fenomeno" a battu le record du monde de transfert pour la deuxième fois lorsqu'il a rejoint l'Inter depuis Barcelone. Son temps a été gâché par une blessure mais en 98 matchs, il a marqué 62 buts et laissé trembler les défenses de la Serie A. L'un des plus grands attaquants de tous les temps, il est peut-être étrange qu'il n'ait remporté que la Coupe UEFA avec l'Inter qu'en 1998, bien qu'il ait disputé l'un des matchs de sa vie en finale. Il fait parti des grands joueurs n’ayant pas remporté la C1. Attaquant : Giuseppe Meazza (1927-1940 & 1946-1947) Lorsque l'Inter donne votre nom à son stade, vous savez que vous avez eu un impact et pas le moindre. Meazza a joué pour l'Inter de 1927 à 1940 (et de nouveau en 1946/47) et à cette époque, il est devenu par beaucoup comme le plus grand sportif italien de tous les temps. Ses 242 buts en championnat en 365 matchs étaient un décompte et il a remporté trois Scudetti et une Coppa Italia dans le processus. Ses bouffonneries hors du terrain lui ont souvent apporté autant de publicité que ses capacités sur le terrain, mais cela ne l'a pas empêché de devenir l'un des meilleurs de tous les temps. IL y a quelques mois, j’avais publié un top 10 de l’Inter. Ce XI semble plus logique puisque tous les postes sont pris en compte. Traduction alex_j.
  6. Turin - Le penalty de Hakan Calhanoglu a permis à l'Inter de remporter une fantastique victoire à l'arrachée ce dimanche. Cette victoire 0-1 redonne de l'élan aux Nerazzurri à l'approche des derniers matchs de championnat de la saison. Les hommes de Simone Inzaghi comptent 63 points à huit journées de la fin. C'est la onzième fois que l'Inter sort victorieux d'un déplacement à la Juventus depuis la saison 1929/30 (à laquelle on pourrait ajouter une autre victoire après le 0-2 infligé aux Nerazzurri en 1983). La dernière fois que l'Inter s'est imposée sur le terrain de la Juve, c'était en novembre 2012, lorsque Diego Milito avait inscrit deux buts et que Rodrigo Palacio en avait ajouté un autre pour porter le score à 1-3. Pour la première fois depuis 2008/09, l'Inter est invaincu dans ses deux rencontres de championnat avec les Bianconeri, puisqu'ils ont enregistré un match nul 1-1 à domicile et sont sortis vainqueurs de l'Allianz Stadium. En outre, ils ont également remporté la finale de la Supercoupe d'Italie en janvier. Calhanoglu et le penalty re-tiré Hakan Calhanoglu a été le grand artisan du match de dimanche, puisque son troisième penalty de la saison en championnat (les autres ont été obtenus contre Milan et Naples) a permis à l'Inter de marquer le but décisif. Il s'agit de son septième but de la saison en championnat, inscrit à la quatrième minute et demie du temps additionnel de la première mi-temps. C'est le dernier but de l'Inter en première mi-temps d'un match depuis qu'Opta a commencé à recueillir ces données en 2004/05. Le milieu de terrain turc a transformé chacun de ses cinq penalties en Serie A (contre la Roma, Lazio, Milan, Napoli et la Juventus). Le numéro 20 de l'Inter est le troisième joueur turc à marquer en Serie A contre la Juventus, après Sukru Gulesin dans les années 1950 et Can Bartu en 1963. Perisic atteint les 200 matchs en Serie A Ivan Perisic a réalisé une performance monumentale classique ce dimanche, caractérisée par son incroyable couverture défensive à un moment donné pour empêcher la Juventus de se procurer une occasion facile de but. Le match à Turin a marqué sa 200ème apparition en Serie A sous le maillot de l'Inter, le troisième Croate à atteindre ces chiffres, après Marcelo Brozovic et Milan Badelj. Handanovic en septième position en nombre d’apparitions avec le maillot del’Inter La prestation du gardien slovène contre la Juventus a marqué sa 359ème apparition en Serie A pour l'Inter, le plaçant au-dessus de Tarcisio Burgnich dans la liste des joueurs ayant disputé le plus de matches de championnat pour les Nerazzurri. Le classement des apparitions de l'Inter en Serie A est le suivant : Javier Zanetti 615, Giuseppe Bergomi 519, Giacinto Facchetti 475, Sandro Mazzola 417, Mario Corso 413, Giuseppe Baresi 392, Samir Handanovic 359, Tarcisio Burgnich 358, Walter Zenga 328, Ivan Cordoba 323. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  7. Le podcast Inter officiel en anglais est de retour avec Richard Hall et Thomas Lawrence et une conversation exclusive avec Massimo Paganin. Ce week-end, c'est le Derby Della Madonnina. C'est un match qui secoue le cœur même de Milan, un match qui évoque la passion, la fierté, la rivalité intense et contient toujours sa dose de drame. C'est plus qu'un match de football, c'est une émotion brute et la chorégraphie et l'apparat ne sont que le début. C'est pourquoi, cette semaine, Richard Hall et Thomas Lawrence regardent le match à venir avec impatience. Ils ont le privilège de parler avec Massimo Paganin de ses réflexions pour le match à venir et nous l'entendons se remémorer ce que c'est que de marquer dans le Derby. Ils reviennent sur certains de leurs plus beaux souvenirs de Derby et répondent aux questions de brillants invités. C'est le podcast Derby Della Madonnina, êtes-vous prêt ? https://www.inter.it/en/FPC/inter-podcast Richard revient sur le Derby de mars 1990 où l'Inter battait le Milan 3-1. C'était un match qui restait un souvenir d'enfance précoce. C'était également une démonstration qui a renforcé la conviction qu'il s'agissait de l'un des plus grands matchs de football. C'était une saison où l'Inter finirait troisième et même si ce n'était pas la saison qu'ils auraient désirée, c'était une campagne qui a donné aux Nerazzurri de bons souvenirs. Le premier Derby Della Madonnina ne s'était pas déroulé comme prévu et il y avait un élément de revanche qui accompagnait le match retour. L'Inter tenait à se débarrasser de la défaite 3-0 en novembre lors du match à domicile et voulait donner une leçon aux Rossoneri devant leurs propres fans. Aldo Serena était certainement prêt pour ce match car en trois minutes, il avait déjà marqué le premier but. Un long ballon en avant dans la surface milanaise semblait d'abord précipité et peu réfléchi. Andrea Pazzagli ne semblait certainement pas inquiet et est sorti pour récupérer le ballon, bien qu'un peu lentement. Serena a vu son opportunité ici et a décidé de défier le gardien, son saut a porté ses fruits et il a réussi à battre Pazzagli. Ce n'allait pas être la journée de Pazzagli car il a fait tomber Serena à la 24e minute et cela a donné un penalty. Qui d'autre que Lothar Matthaus interviendrait et mettrait le penalty devant une Curva Nord extatique. Alessandro Costacurta a donné de l'espoir à Milan dans un match où il n'aurait pas dû y en avoir, lorsqu'il a frappé de l'extérieur de la surface à six minutes de la fin. Walter Zenga a estimé qu'il y avait eu une faute au début de l'action, mais ses objections dramatiques sont tombées dans l'oreille d'un sourd. Enfin, à la 90e minute, Serena aurait une fois de plus son mot à dire dans le match puisqu'il serait lancé par Nicola Berti. Le milieu de terrain a passé le ballon permettant à Serena de battre le piège du hors-jeu, la défense milanaise remontant trop lentement, et de marquer pour un troisième but définitif. Thomas Lawrence vous fera ensuite revivre son plus grand souvenir de derby en revenant sur un match où il était présent à Milan. C'est le fameux 4-2 en Février 2020. Tous les fans des Nerazzurri se souviendront certainement du sentiment qu'ils ont eu lorsqu'à la mi-temps, l'équipe a quitté le terrain de jeu 2-0 après qu'Ante Rebic et Zlatan Ibrahimovic aient mis les Rossoneri avec deux buts devant et beaucoup pensaient que le match était terminé. Ce qui s'est passé ensuite était un miracle de l'Inter des temps modernes. Les Nerazzurri ont pris le terrain en deuxième période avec un sens galvanisé du but. Marcelo Brozovic a exploité cette croyance quand il a frappé au but avec une délicieuse volée de l'extérieur de la surface à la 51e minute, il n'y avait plus de blocage pour l'Inter maintenant. Deux minutes plus tard, c'était au tour de Matias Vecino alors qu'Alexis le préparait pour égaliser devant une Curva Nord extatique. Maintenant, l'élan changeait de camp et Stefan De Vrij allait bientôt entrer dans l'action. À la 70e minute, il réussit une tête pour un but que Jurgen Klinsmann aurait été fier. 2 buts au tapis, un 3-2 qui sort (two goals down, 3-2 out, ndlr) ! La dernière indignité pour Milan est survenue lorsque Romelu Lukaku a montré sa force à la 93e minute et a tenu bon pour marquer le dernier but du match. Inter 4-2 Milan était le score final et c'était un retour qui ne sera pas oublié. Traduction alex_j via le site officiel.
  8. L’Inter du ‘futur’ se dessine et avec l’arrivée d’André Onana, l’équipe renforce un secteur prioritaire : En effet, Samir Handanovic n’est pas éternel et le poids de l’âge se fait tout doucement ressentir Analyse de l'article paru dans la Gazzetta Dello Sport Après Samuel Eto’o, un nouveau joueur camerounais va revêtir le maillot de l’Inter, il s’agit d’André Onana, lui qui s’est soumis, hier, à la traditionnelle visite médicale à Milan, lui qui défendra la saison prochaine, la cage Nerazzurra. Il s’agit d’une opération à paramètre zéro et le joueur paraphera un contrat valide jusqu’au 30 juin 2027. L’Inter a donc enrôlé le gardien du futur : 25 ans, international camerounais, et un physique explosif. Lui et les Tifosi Nerazzurri ont un mythe en commun : Samuel Eto'o. Il prendra également la relève d’un poste occupé par Giuliano Sarti, Ivano Bordon, Walter Zenga, Gianluca Pagliuca, Francesco Toldo, Julio Cesar et, enfin, le bon Handa. Onana André Onana est un numéro un d’origine africaine qui a fait ses classes à Barcelone, et s’il ne quittera l’Ajax gratuitement qu’au mois de juin, il a déjà fait connaissance, hier, avec sa nouvelle ville. En tout premier lieu, l’équipe hollandaise a été avisée officiellement par l’Inter, hier, à travers un courriel qui n’a surpris personne, il s’agissait d’une communication nécessaire d’un fait connu de tous, d’une obligation d’informer le club propriétaire d'une négociation d’un joueur en fin de contrat comme le stipule le règlement de la FIFA, afin de procéder à un recrutement au mois de juillet. Dans le même laps de temps, Onana atterrissait à Linate via un vol privé en compagnie de son agent Albert Botines, l'homme qui a été contact continu, lors de cette dernière année, avec Piero Ausilio. Il a été pris en charge par une voiture officielle du club pour la visite habituelle des installations sanitaires de Milan. La première partie des examens ont eu lieu à l’Istituto Humanitas di Rozzano, avant de rejoindre le Coni pour obtenir le certificat d’aptitude sportif (l’idoneità) et pour rencontrer par la suite la Direction Interiste et échanger également avec Simone Inzaghi. La prochaine étape aura lieu le 1er février, ce jour-là, et conformément aux règles établies par la FIFA, le contrat sera signé et déposé, il ne s’agit plus que d’une simple formalité vu les tests réalisé hier. Onana percevra 3 millions d’euros jusqu’au 30 juin 2027, mais plus que l’aspect financier, ll y a eu une confiance constante qui l’a convaincu : L’Inter a été l’équipe qui s’est montrée la plus insistante pour le recruter, en s’activant il y a déjà un an, s’n est suivi l’intérêt de plusieurs clubs de Premier League en commençant par Arsenal. "L’option d’un retour à Barcelone club qui l’a quitté en 2015 pour partir à Amsterdam, n’a jamais été pris en considération malgré quelques déclarations ringardes lâchées tactiquement ces derniers mois." Handanovic Pour sa première année, l’Onana Nerazzurro pourrait être accompagné de l’éternel Handanovic dont le contrat arrive à échéance le 30 juin 2022. Le Capitaine se verra proposer une prolongation d’une année qu’il va soigneusement évaluer et ce même si son agent Fali Ramadani commence déjà à le proposer aux quatre vents : Le Slovène ne semble pas se voir ailleurs et semble métaboliser son nouveau rôle de "tuteur"pour son futur et jeune concurrent. "Toutefois, son nombre de titularisation dans la saison diminuera drastiquement et cela pourrait être bizarre pour lui, qui était un cannibale habitué à laisser des miettes au reste de la compagnie." Mais l’Inter, avec un gardien âgé de 37 ans était quasiment dans l’obligation de se lancer dans une phase de transition : La contribution de Samir pourrait donc s’avérer décisive pour la destinée des Nerazzurri : Avec deux portiers qui peuvent revendiquet le poste de titulaire, il pourrait "adoucir" l’atterrissage du Camerounais à Milan. "Le tout sera respecté suivant un schéma établi par l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta qui a expérimenté cette situation en 2017-2018, lorsqu’il était encore à la Juventus, avec l’arrivée de Wojciech Szczesny qui était à la cour de Buffon, une situation utile qui aura ouvert la voie au joueur polonais après une année à avoir coexisté avec Gigi." Pensez-vous que les performances de Samir pourraient être impactées à la suite de la confirmation de l’arrivée d’André à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. MILAN - Gianluca Pagliuca a été intronisé au Inter Hall of Fame. Le gardien de but, né à Bologne le 18 décembre 1966, est le premier ancien joueur à être intronisé au Temple de la renommée 2021. Il devient le quatrième gardien à recevoir cette prestigieuse distinction, suivant les traces de Walter Zenga, Francesco Toldo et Julio Cesar. Il s'agit de la première annonce d'intronisations au HoF. D'ici mars, il y aura un joueur par mois intronisé : un défenseur, un milieu de terrain et un attaquant. Aux côtés de Zenga, Toldo et Julio Cesar, Gianluca Pagliuca, qui a représenté l'Inter entre 1994 et 1999, a été capitaine des Nerazzurri et a remporté la Coupe UEFA en 1998 contre la Lazio. Pagliuca a fait 234 apparitions pour l'Inter, après avoir été chargé de remplacer les gants légendaires de Zenga. Il a disputé dix derbys milanais sans en perdre, tout en offrant des compétences incroyables en tant que gardien, excellent pour arrêter des tirs aux buts, des réactions impressionnantes et une volonté de fer. Il était également connu pour ses kits légendaires qui ont joué un rôle dans son statut légendaire au fil des ans. Un gardien hors du commun qui n'a été dépassé par Samir Handanovic concernant le record des tirs au but arrêtés en Serie A. Pagliuca a sauvé 24 des 91 qu'il a du affronter en 592 matchs de Serie A. De plus, il est le cinquième ayant fait le plus d'apparitions de l'histoire de la Serie A, avec la Sampdoria, l'Inter, Bologne et Ascoli. "Je suis vraiment fier d'être intronisé au HoF. Historiquement, l'Inter a toujours eu de très bons gardiens, de Giuliano Sarti à Ivano Bordon, et de Zenga à mes successeurs. Être choisi par les fans des Nerazzurri est un honneur pour moi et témoigne de la qualité de ces cinq années que j'ai passées à l'Inter. Je tiens à les remercier, ils ont une place particulière dans mon cœur." "Si je regarde en arrière, j'ai beaucoup de bons souvenirs. Cependant, je choisirais le triomphe de la Coupe UEFA 1998 avant tous; ce fut un voyage incroyable, tant de matches difficiles et de retours incroyables. C'était un vrai triomphe. Je capitaine de l'équipe ce jour-là parce que Giuseppe Bergomi s'est blessé. Nous avons soulevé le trophée ensemble, un très beau souvenir." "Malgré que ce soit une si belle aventure, je regrette de ne pas avoir remporté le championnat. C'est dommage car cela aurait été un doublé vraiment incroyable. Mais je vais prendre les points positifs, comme le fait que j'ai gagné six derbys et fait quatre nuls, restant invaincu." "En étant intronisé au HoF, je rejoins deux de mes incroyables coéquipiers Bergomi et Ronaldo. Zio a fait un excellent travail en m'accueillant dans le club lorsque je l'ai rejoint en 1994. C'était un ami proche de Zenga. Il était génial, à la fois en tant que joueur et en tant que personne. Et que dire de Ronnie ? Le meilleur joueur avec qui j'ai jamais joué, ses performances lors de la saison 1997-1998 étaient incroyables et sans précédent." Bravo Gianluca!!! Traduction alex_j via le site officiel.
  10. Interviewé par Radio Nerazzurra, Francesco Toldo s’est livré sur ses premiers pas avec l’Inter, lui qui a signé au club à l’été 2001 : "C’était une Inter en croissance, programmée pour la Victoire." "Il y avait Hector Cuper et de grands champions comme Ronaldo, Christian Vieri, Sergio Conceicao, Marco Materazzi, Javier Zanetti. C’était une Inter compostée de grands joueurs, combatifs qui ont été très conscient du parcours important réalisé même si l’épilogue en fut très amer, nous avons par la suite appris comment tournait le vent et le système." Quel est le gardien qui est votre source d’inspiration ? "Walter Zenga. Pour nous les gardiens, c’est le symbole de l’Inter, c'est l’âme Nerazzurra. Il a écrit l’Histoire comme Dino Zoff auparavant. Walter a été un symbole pour moi car il se distinguait pour son courage, je me considère en-dessous de Walter car il a été le Gardien de l’Inter par excellence. Je me mets derrière lui car mon histoire était aussi différente, je me considère comme un tifosi interiste, un interiste de cœur et je n’ai jamais fait un pas de côté, ni pour le maillot, ni pour le groupe." Être le gardien le plus cher vous a-t ’il mis la pression ? "En réalité, je suis arrivé à l’Inter car Barcelone voulait me recruter en payant en 4 tranches et que l’Inter payait tout immédiatement, la Fiorentina avait besoin d’argent. Lorsque je l’ai su, j’ai tout de suite dit oui au club car je ne suis pas intéressé par l’enrichissement personnel." "En tant qu’adversaire sportif avant, je me demandais comment c’était possible que l’Inter ne parvenait pas à gagner malgré ses champions dans le noyau. La réponse nous a été apporté par la suite et nous avons également vu comment le cas a été solution." Quel est le moment qui reste gravé dans votre cœur ? "Ce sont toutes les parties liées aux grandes victoires, en passant par les différents Scudetti et les Coupes d’Italie. Ce qui est resté dans cœur, ce sont mes rapports avec mes anciens équipiers, la propriété, c’était un Honneur d’avoir connu Massimo Moratti". Vos premières années étaient source de déceptions...... "Vous devez faire la distinction à un moment : En tant que joueur, vous aimeriez tout gagner, ensuite plus les années passent, plus la réflexion et la sagesse prennent le pas et tu te dis : Merde, j’ai quand même gagné énormément avec l’Inter. Je n’ai jamais vu l’Inter débuter une saison tranquille et arriver à la finir sereinement, une situation de ce genre n’a jamais existé." "Nous avions les moyens, ensuite des choses se sont passées et le grand public l’a appris par la suite, il suffisait de voir sa réaction. Ensuite, en reprenant d’une page blanche, la mer s’est calmée et l’Inter a navigué dans des eaux sereines, en gagnant." Toldo est-il l’un des meilleurs gardiens de l’Histoire de l’Inter ? "Les gardiens de l’Inter ont toujours été fort, mais je crois que Walter Zenga nous a été supérieur à nous tous. Il a réalisé des années impossibles à répéter, pour son état de forme, pour la maturité qu’il avait atteinte, il est très très loin devant. J’aime me rappeler que je jouais avec tellement de continuité et j’ai cherché à faire de mon mieux pour ce maillot." "A l’Inter, je n’ai pas connu que des années faciles, j’en ai vu de tous les couleurs, même s’il y avait aussi nos propres responsabilités. Malgré les différentes critiques, j’ai toujours fait face avec une honnêteté sportive et intellectuelles et en me donnant au maximum de mes capacités." "Je suis fier d’avoir fait partie de l’Inter, si je pouvais revenir en arrière, je suivrai la même trajectoire." Mon futur ? "Le football vécu de l’intérieur me suffit, j’y ai vécu de belles expériences. Maintenant, je me dédie à ma famille mais je ne donne rien pour acquis, je vis l’instant présent. Si j’ai la possibilité d’entraîner les tout petits, ce serait une fierté, mais en ce moment, je n’y pense pas." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Carlo Cottarelli s’est livré au sein d’une longue interview à Tuttosport sur le projet de l’actionnariat populaire qui sera présenté officiellement demain à Milan: "Ce sera le premier séminaire inhérent au thème. Je ne voudrais pas créer des attentes trop importantes. Je ne serai pas la seule personne à intervenir lors de cet évènement, soyons objectifs." "Je communiquerais quelques indications sur notre parcours, Nous avons presque terminé, je l'espère, la sélection de notre consultant, afin de pouvoir préparer le Business Plan et l'ensemble du programme détaillé qui se verra ensuite présenté à l'Inter. Le délai est un peu plus long que prévu, ce qui signifie que nous devrions glisser jusqu'en novembre." En juin dernier, vous aviez lancé sur votre site un questionnaire relatif à l’actionnariat populaire. Quels en sont les résultats, comment cela s’est-il passé ? "Cela s'est très bien passé: Les informations détaillées seront dévoilées demain. Ce que je peux vous dire, à titre personnel, c’est que j’ai été confronté à une moitié d’interistes qui n’avais pas connaissance du questionnaire. On peut donc doubler l’impact des résultats qui en ressortiront. Nous n’avons rien réalisé dans la pratique, il n’y a donc eu aucune espèce de promotion. Il y a encore tellement d’interistes qui ne nous ont pas encore rejoint." Pour quelles raison, par le biais de l’actionnariat populaire, les comptes financier d’une équipe de football s’améliorerait ? "C’est simple, cela consiste à remplacer une dette avec le Capital fourni des tifosi qui ne veulent pas être rémunéré. En pratique, l’Inter recevrait des fonds en provenance de ses propres partisans. Et c’est à travers ces liquidités que serait remboursé les dettes." Expliqué en ces termes, l’opération semble très simple : Mais il semble qu’elle ne soit pas aussi facile à concrétiser. Il ne faut pas oublier de prendre en considération d’autres aspects de natures variées…. "C’est pour cette raison qu’il faudra injecter des fonds supérieurs à la valeur du Capitale de l’équipe, car ces fonds supérieurs seront destinés à rembourser soit intégralement les dettes, soit une partie de celles-ci." Avec l’actionnariat populaire, l’Inter aurait-elle été contrainte à vendre Achraf Hakimi et Romelu Lukaku? "Il aurait fallu faire une analyse au cas par cas. Ce qui est sûr c’est qu’il vous est possible de faire énormément de choses lorsque vous êtes capable d’économiser 30 millions d’euros d’intérêts sur un an." Suning ne vous a pas encore reçu...... "Dans les faits, il y a eu un contact avec le Club, mais je ne peux pas vous en dire plus à ce sujet." Allez-vous détailler tout de même ce projet à l’Inter d’ici novembre ? "Nous allons très certainement présenter une offre détaillée au Club Nerazzurro." Tant de personnalités ont rejoint InterSpac : De Bertolino à Bonolis, de Max Pezzali a Ligabue. Des dizaines et des dizaines de Tifosi VIP vous soutiennent…Était-ce difficile de les convaincre ? "Pas du tout. J'ai tenté de les contacter et de leur demander s'ils étaient intéressés. La réponse a été immédiatement positive. Ils aiment manifestement notre idée." Ce discours est aussi valide pour ceux qui ont été des Bandieras sur le terrain avec l’Inter: Ce sont des joueurs historiques de classe mondiales Marco Materazzi et Walter Zenga : Est-ce que ces deux personnalités représentent quelque chose de plus pour les investisseurs Nerazzurri. "Tout à fait, ils sont eux aussi une représentation très importante de ceux qui croient en notre projet. C’est très bien ainsi." Qu’est-ce qui a changé, en respect à ces dernières années ? Vu que tout semblait être provisoirement rangé dans un tiroir…. "Il y avait eu une première approche avec le Club qui nous avait répondu négativement. Cette fois-ci, ce n’est plus le cas. Si l’Inter n’était pas ouverte et intéressée, elle l’aurait déjà communiquée publiquement." Vos espoirs sont donc plus que positifs...... "Je tiens à rester prudent, je ne veux pas susciter un enthousiasme prématuré. Cela reste tout de même un projet difficile à réaliser, C’est ma ligne de conduire." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. La longue histoire de l'Inter Milan a été remplie de grands succès et de joueurs légendaires. Aujourd'hui, elle fait partie des clubs les plus titrés d'Italie et est devenue le premier club italien à remporter un triplé lorsqu'elle a battu le Bayern Munich en 2010. Cependant, il a fallu attendre 11 ans pour resoulever un trophée et elle a connu des difficultés ces dernières années. Nous, les fidèles de l'Inter, sommes impatients de retrouver nos anciens sommets car nous avons vu des équipes historiques revêtir nos célèbres maillots noirs et bleus au fil des ans et décennies. Qu'il s'agisse de la "Grande Inter" d'Helenio Herrera ou celle du "Triplete" de Jose Mourinho, l'Inter s'est régulièrement retrouvée au sommet du football italien. Voici un onze (possible) de légende. Walter Zenga Peut-être l’un des palmarès les plus légers de ce onze, avec un Scudetto (1989), deux Coupes de l’UEFA (1991, 1994) et une Super Coupe Italienne (1989), mais un talent hors norme, une casquette devenue célèbre et un charisme sans égal dans les buts de l’Inter. Zenga est l’indiscutable titulaire de cette équipe et ce ne sont pas ses 473 matches sous le maillot Nerazzurro qui rendront ce choix illégitime. Derrière, c’est une succession de grands gardiens qui ont défilé, avec des succès souvent plus importants, des souvenirs impérissables, mais aucun n’a réellement su faire oublier le grand Walter. Javier Zanetti Zanetti a rejoint l'Inter en 1995 et était le premier achat de Massimo Moratti (!) L'arrière a passé 19 ans avec le club, récoltant 858 apparitions avec l'Inter dans toutes les compétitions, le laissant quatrième sur la liste pour les apparitions en Serie A. Capitaine de l'équipe pendant treize ans, Zanetti a mené l'Inter à cinq titres de champion et un trophée de la Ligue des champions. Surnommé El Tractor pour son incroyable rythme de travail, la légende de l'Inter était capable de jouer de chaque côté de la défense et a même figuré au milieu de terrain. Giuseppe Bergomi L'un des hommes notables d'un club de l'Inter, Bergomi est passé par les rangs des jeunes et a fait ses débuts pour eux en 1980. Au cours de ses 20 ans de carrière avec le club, Bergomi a disputé 754 matchs, dont 517 en Serie A, et détient actuellement le record du plus grand nombre d'apparitions en Coupe UEFA, 96 matchs. Bergomi a d'abord commencé arrière droit et a ensuite été déplacé au cœur de la défense et a été une figure clé du triomphe au Scudetto en 1989. Le défenseur a remporté trois autres Coupes UEFA tout au long de son séjour avec l'Inter. Ivan Córdoba Peu de temps après son arrivée en provenance de San Lorenzo, le défenseur colombien a noué un formidable duo avec Marco Materazzi. Malgré sa petite taille, Córdoba était un élément crucial de la ligne arrière de l'Inter au début des années 2000 et a mené le club à cinq Scudetti et une Ligue des champions. Connu pour son athlétisme et son rythme, Córdoba a souvent été placé au poste d'arrière. Le défenseur a fait 324 apparitions avec le club au cours de son mandat de 12 ans, remportant quinze titres et a même été vice-capitaine derrière Zanetti. Giacinto Facchetti Facchetti faisait partie intégrante de la "Grande Inter" d'Helenio Herrera, faisant 634 apparitions et marquant 59 buts. L'homme de l'Inter reste le défenseur le plus prolifique de l'histoire de la Serie A. Facchetti a commencé sa carrière en tant qu'attaquant avec son club de la ville natale Trevigliese, mais Herrera l'a rapidement converti en arrière latéral offensif. En 1966, Facchetti a marqué 10 buts en une saison, le plus grand nombre pour un défenseur jusqu'à ce que Materazzi batte ce record. Le défenseur a passé toute sa carrière avec l'Inter, remportant quatre titres de champion, deux coupes d'Europe et une coupe intercontinentale. Facchetti a été le capitaine de l'Italie lors de l'Euro 1968. Esteban Cambiasso Le milieu de terrain argentin a rejoint l'Inter après l'expiration de son contrat avec le Real Madrid en 2004. Cambiasso est rapidement devenu un pilier du milieu de terrain de l'Inter aux côtés de son compatriote Juan Sebastián Verón et a joué un rôle majeur dans le Triplete. Déployé devant la ligne de quatre défenseurs, le milieu de terrain a agi comme un destroyer, mais avait un sens aigu du but, comme en témoignent ses 51 frappes tout au long de sa carrière à l'Inter. Cambiasso a passé dix saisons avec le club, faisant 315 apparitions et remporté 15 titres dont cinq Scudetti, avant de rejoindre Leicester en 2014. Luis Suarez Le maestro espagnol a suivi Helenio Herrera à l'Inter en 1961 et est devenu le joueur le plus cher du monde à l'époque. El Arquitecto reste le seul joueur espagnol à avoir remporté le Ballon d'Or et a été la force créatrice de la Grande Inter de Herrera. Suarez était également capable de trouver le fond du filet et a marqué 55 buts lors de ses 328 apparitions avec le club. Suárez a passé neuf saisons avec les Nerazzurri, remportant trois Scudetti, deux Coupes d'Europe et une Coupe intercontinentale. Mario Corso Un autre membre de la Grande Inter de Herrera, Corso a fourni l'étincelle offensive dans le dernier tiers du terrain, marquant 75 buts en 413 apparitions avec le club. Le natif de Vérone a marqué lors de ses débuts à 16 ans, devenant ainsi le plus jeune joueur de l'histoire de l'Inter à le faire. Corso a été surnommé Il Piede Sinistro di Dio, le pied gauche de Dieu, pour ses centres précis et ses coups francs et s'est rapidement fait un nom sous le maillot noir et bleu. L'ailier a passé 16 ans avec le club, remportant huit titres, dont quatre Scudetti et deux Coupes d'Europe. Corso a brièvement été capitaine de l'équipe avant de terminer sa carrière avec le Genoa. Sandro Mazzola Mazzola est un autre joueur qui a passé toute sa carrière de 17 ans avec les Nerazzurri. L'attaquant a joué un rôle déterminant dans le système de contre-attaque de Herrera et a utilisé son incroyable changement de rythme pour dévaster l'adversaire lors des contres. En 1965, Mazzola a terminé comme capocannoniere de la ligue, marquant 17 buts. À peine six ans plus tard, l'homme de l'Inter a terminé deuxième au Ballon d'Or derrière Johan Cruyff. Mazzola a disputé 417 matches avec le club et marqué 116 buts, aidant les Nerazzurri à remporter quatre Scudetti, deux Coupes d'Europe et une Coupe intercontinentale. Ronaldo (le vrai) L'Inter a battu le record du monde de transfert lorsqu'elle a déclenché la clause libératoire du Brésilien en 1997. Le mandat de cinq ans a finalement déraillé à cause des blessures, mais l'impact d'El Fenomeno sur le club ne peut être sous-estimé. L'attaquant a passé cinq saisons avec l'Inter, marquant 49 buts en 68 apparitions et a mené l'équipe à un triomphe en Coupe UEFA en 1998. Au-delà de son impressionnant record de buts, l'attaquant a remporté deux Ballon d'Or et a été capitaine de l'Inter jusqu'à ce qu'il rejoigne le Real Madrid. Giuseppe Meazza Meazza a été l'un des canonniers les plus prolifiques de l'histoire italienne, marquant 242 buts en 13 saisons avec le club. En fait, il a inscrit 100 buts en championnat à l'âge de 23 ans. Meazza a reçu le surnom de il Ballila, le petit garçon, par son coéquipier Leopoldo Conti après avoir commencé à s'entraîner avec l'équipe senior à seulement 17 ans. L'attaquant est actuellement le meilleur buteur de l'Inter et a mené les Nerazzurri à trois titres de Serie A. Meazza reste l'un des trois joueurs italiens à avoir remporté deux Coupes du monde, en 1934 et en 1938. Un an après son décès, le San Siro a été nommé en son honneur et est depuis devenu le Stadio Giuseppe Meazza. Note: les stats des joueurs sont toujours sujettes à caution (je n'ai jamais compris comment elles sont calculées).
  13. Au fil des ans, l'Inter Milan a accueilli certains des meilleurs gardiens de but du monde. Voici ceux qui sont sans doute les plus grands de tous les temps. Samir Handanovic Le gardien actuel de l'Inter Milan restera sûrement dans l'histoire comme l'un des meilleurs du club. Batman, comme le capitaine Samir Handanović est connu grâce à ses arrêts acrobatiques, est considéré comme l'un des meilleurs gardiens de sa génération. Il est l'un des quatre seuls gardiens non italiens à avoir été nommé gardien de l'année en Serie A, que Handanovic a remporté trois fois. Ivano Bordon Au cours de sa carrière de gardien de but, l'italien Ivano Bordon était considéré comme l'un des plus grands gardiens de but d'Italie, et il est toujours considéré comme l'un des meilleurs de l'Inter. Bordon a eu une carrière réussie en jouant pour plusieurs clubs italiens. Entre 1970 et 1983, il a joué pour l'Inter Milan. Bordon a commencé comme remplaçant de Lido Vieri mais il est devenu plus tard le gardien principal du club. Il a aidé l'Inter à remporter les titres de Serie A en 1971 et 1980, et deux Coppa Italia. De plus, Bordon était le gardien de but de l'Inter lorsque l'équipe a atteint la finale de la Coupe d'Europe en 1972 contre l'Ajax. Il était également membre de l'équipe nationale italienne qui a remporté la Coupe du monde de football en 1982. Le succès de Bordon s'est poursuivi même après sa retraite. Il a eu des succès notables en tant qu'entraîneur de gardien de but avec la Juventus et l'équipe nationale italienne. Julio César Le Brésilien Julio César était l'un des meilleurs gardiens de but du monde à son apogée, et il est toujours considéré comme l'un des plus grands gardiens de but du Brésil. Il était bien équilibré, autoritaire et courageux, avec beaucoup de force et des réflexes rapides. César a passé sept ans à l'Inter après avoir signé en 2005 pour un contrat de trois ans d'une valeur de 2,45 M€. Au cours de ces sept années, César a aidé l'Inter à remporter cinq Scudetti, l'UEFA Champions League 2009-2010 et la Coupe du Monde des Clubs FIFA 2010. En 2009 et 2010, il a reçu le titre de gardien de but de l'année en Serie A. César a également été nommé gardien de but de l'année par l'UEFA après la saison 2009-2010, et il a remporté le prix du Gant d'or lors de la Coupe des Confédérations de 2013. César a également joué pour l'équipe nationale brésilienne. Lorenzo Buffon Alors que le gardien de but italien Lorenzo Buffon est surtout connu pour son passage au Milan, il a ensuite joué pour son rival éternel. Il a commencé à jouer pour l'Inter en 1960. Sous la direction d'Helenio Herrera lors de la saison 1962-1963, Buffon a aidé à remporter le titre de Serie A. L'un des autres grands moments de Buffon au cours de ses trois saisons avec l'Inter Milan a été d'aider l'équipe à atteindre les demi-finales de la Coupe des villes de foires 1960-1961 (ancienne coupe UEFA, ndlr). Au niveau international, Lorenzo Buffon a été sélectionné pour l'équipe nationale d'Italie à quinze reprises entre 1958 et 1962. Buffon est largement considéré comme l'un des plus grands gardiens de sa génération et l'un des plus grands de l'histoire de l'Italie. Giuliano Sarti Le gardien italien Giuliano Sarti a joué pour plusieurs clubs tout au long de sa carrière, mais il est surtout connu pour ses succès avec la Fiorentina et la Grande Inter qui a conquis l'Europe et le Monde dans les années 1960. Il a rejoint l'Inter en 1963. Dirigé par le manager Helenio Herrera, Sarti a formé un partenariat légendaire avec les arrières latéraux Giacinto Facchetti et Tarcisio Burgnich, et le libero Armando Picchi. Avant de partir en 1968, Sarti a aidé l'Inter à remporter deux victoires en Serie A, deux Coupes d'Europe et deux Coupes internationales. Les experts et les fans du monde entier considèrent Giuliano Sarti comme l'un des gardiens de but italiens les plus grands et les plus titrés de tous les temps. Walter Zenga Largement considéré comme le plus grand gardien de but à avoir gardé les buts des Nerazzurri ainsi que l'un des meilleurs gardiens de but italiens de tous les temps. Né à Milan, il a gravi les échelons des jeunes à l'Inter avant de passer quelques saisons en prêt dans les divisions inférieures du football italien. C'est jusqu'en 1982, après quoi il a cimenté sa place entre les poteaux de l'Inter, devenant une icône du club en remportant deux Coupes UEFA, une Supercoppa Italiana et en faisant partie intégrante de l'équipe du Scudetto des record, 1988-1989.
  14. L’ancien ministre de la Défense, Ignazio La Russa est de confession interiste. Celui-ci s’est livré à Claudio Brachino dans le cadre de la rubrique "Primo Piano" de l’Agence Italpress "Nous avons eu Herrara, Trapattoni.....je suis amer, mais les entraîneurs passent et l’Inter reste. Comme Mourinho est en place et qu’Allegri va à la Juve, et vu que l’année prochaine nous ne remporterons pas le Scudetto, courageux pour courageux, je prendrais Zenga. Je me fierai à une personnalité qui ne partirait pas car il est interiste jusqu’à l’os." "Le vrai problème n’est pas la crise économique, mais le gouvernement chinois, qui a décidé de couper l’eau." L’Inter devra-t’elle céder l’un de ces champions ? "Je crois que oui et je pense qu’ils vont vendre Hakimi, même si un comme lui, contrairement à un attaquant ou à un défenseur, il n’y en a pas deux." Valideriez-vous son idée de laisser les rennes du club à Spiderman ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Lors de ce Juventus - Inter, Samir Handanovic égale le record de Walter Zenga alors que Romelu Lukaku a marqué 15 penalties sur 15. Batman égale le record de Spiderman Samir Handanovic a sauvé son deuxième penalty de la saison, même si ce dernier a terminé au fond des filets lorsque Ronaldo a réussi le rebond. C'était une répétition exacte de ce qui s'est passé contre Ibrahimovic: un plongeon réussi à droite mais un but finalement concédé. Malgré cela, le capitaine de l'Inter a réussi à sauver son 26e penalty en Serie A et a ainsi batu son propre record qu'il a établi en sauvant le péno contre le Milan, un arrêt qui l'a vu surpasser Gianluca Pagliuca (24) en termes de penalty sauvé en Serie A. Au cours des dix dernières saisons, seuls Andrea Consigli et Benoît Costil (16) ont bloqué plus de penalties que Handanovic (14) dans le Top 5 des championnats européens. De plus, grâce à son apparition contre la Juventus, le Slovène a égalé le record de Walter Zenga en tant que gardien de but avec le plus d'apparitions en Serie A pour l'Inter. Depuis qu'il est devenu joueur des Nerazzurri, Handanovic a disputé 328 matchs dans l'élite italienne et 388 matchs toutes compétitions confondues (les chiffres pour Zenga sont respectivement de 328 et 473). Lukaku impeccable du point de penalty Romelu Lukaku a inscrit un penalty contre la Juventus. Comme toujours, il était impeccable depuis le point blanc, tirant dans la direction opposée de Szczęsny. Depuis qu'il a rejoint l'Inter, il a marqué les douze pénos qu'il a eus en Serie A et a trompé le gardien à chaque fois. Dans toutes les compétitions, Lukaku a tiré 15 pénos avec l'Inter et a marqué chacun d'entre eux, les gardiens plongeant dans la mauvaise direction 14 fois. Le dernier joueur à avoir converti tous ses douze penalties en Serie A était Paulo Dybala en 2017. Lukaku compte désormais 23 buts à son actif en championnat. Le Belge n'est devenu que le quatrième joueur de l'histoire de l'Inter à marquer au moins 23 buts en deux saisons consécutives en Serie A, après Mauro Icardi, Stefano Nyers et Giuseppe Meazza. En marquant contre les Bianconeri, Lukaku a égalé son total de buts de la saison dernière dans l'élite italienne (23). Compte tenu de son passage en Serie A et en Premier League, ce n'est qu'en 2016/17 (25), alors qu'il était joueur d'Everton, qu'il a fait mieux que cela en une seule campagne.
  16. Ayant remporté le Scudetto, Antonio Conte doit se consacrer à l'Europe en menant l'Inter à la victoire dans une Coupe internationale. C'est l'avis de Walter Zenga sur FcInterNews. "Pour moi, l'Inter a balayé le championnat. La célébration des supporters est liée aux nombreuses amertumes et déceptions qu'ils ont éprouvées ces dernières années, la dernière a été la Ligue Europa, finale perdue la saison dernière." "Cette équipe n'aurait pas gagné sans la force de Conte qui a été comparé à Mourinho, Herrera et Trapattoni. Il lui manque un trophée européen! Il devrait continuer à l'Inter pour le gagner: ce n'est qu'à ce moment qu'il pourra être placé aux côtés de ces grands techniciens."
  17. Andrei Radu a salué notre légende Walter Zenga et a admis qu'il aimerait avoir le jeu de pieds de Ronaldo, le vrai. Le Roumain a été invité à choisir son Inter XI de tous les temps dans un long métrage pour Inter TV. "Pour le gardien, c'est un choix difficile, je devrais choisir entre Zenga et Julio Cesar. Je dirai que Zenga pour son record d'apparitions de tous les temps, il était consistent et constant." "Maicon est à l'arrière droit, Cristian Chivu et Marco Materazzi sont au centre et j'aurai Javier Zanetti à gauche. Je les choisis parce qu'ensemble, ils ont été la meilleure défense de l'Inter." "Esteban Cambiasso et Dejan Stankovic sont parfaits pour jouer devant la défense, non seulement parce qu'ils ont remporté le Triplete mais aussi parce qu'ils ont su comment faire les deux côtés du terrain avec brio." "Figo peut jouer à droite, Wesley Sneijder est le 10 et Samuel Eto'o ira à gauche; ils auraient été un trio exceptionnel ensemble." "Je choisirai le Brésilien (R9, ndlr) parce qu'il a remporté le Ballon d'Or." "Je choisirais définitivement voler le talent de Ronaldo, sa nonchalance était vraiment unique. Je pourrais jouer avec ses pieds talentueux, de cette façon je peux dribbler autour d'un attaquant quand ils s'approchent de moi."
  18. L'histoire de Zenga est celle qui mêle talent, passion et rendez-vous avec le destin à une date très précise, 1971, lorsque Walter est entré dans le monde des Nerazzurri pour devenir l'un des plus grands gardiens de but de l'histoire. Dans les équipes de jeunes de l'Inter de 1971 à 1978, il a ensuite passé douze ans en équipe première, de 1982 à 1994, réalisant son rêve en défendant notre but et s'affirmant comme un gardien extraordinaire. Surnommé Spiderman, il a reçu le prix du meilleur gardien de but pendant trois années consécutives, de 1989 à 1991. Il avait le destin et le talent... et puis il y avait la passion, pour le football comme pour l' Inter. Zenga a mené l'équipe avec ses arrêts et son charisme tout en portant le maillot Nerazzurri à 473 reprises, remportant le "Scudetto du record" en 1989, la Super Coupe d'Italie et la Coupe UEFA à deux reprises, lors de la saison 1990-1991 et le 11 mai 1994 au terme d'une finale inoubliable contre Salzbourg. C'est une vie chez nous: le garçon qui est allé au Meazza pour encourager l'Inter est devenu le premier gardien de but à rejoindre le Nerazzurri Hall of Fame : "Un rêve d'enfant devenu réalité. Je suis allé au stade, je voulais juste voir l'Inter, ce prix est une émotion unique!". Aujourd'hui, à l'occasion de son 61e anniversaire, il reçoit les meilleurs vœux du Club et de tous les fans.
  19. Luis Figo et Walter Zenga ont réagi suite à cette European Super League. Luis s'est rendu sur Tweeter; "Cette soi-disant Super League est tout sauf super. Cette décision cupide et insensible serait un désastre pour notre base, pour le football féminin et pour la communauté du football au sens large..." "Cela ne servirait que les propriétaires intéressés, qui ont cessé de se soucier de leurs fans depuis longtemps, et ce serait un mépris total pour le mérite sportif." "Tragique." Sur Perform Stats News, Walter a déclaré: "C'est un vrai gâchis." "Ce projet pourrait détruire tous les petits clubs, je ne pense pas que ce soit une bonne nouvelle pour le football: ils essaient de créer un groupe exclusif." "C'est une décision qu'ils ont prise pour des raisons commerciales, afin de gagner plus d'argent et d'augmenter leurs revenus, mais si vous me demandez si cela me plaît, je dirai non." "Mais je ne sais pas pourquoi les clubs ont accepté de s'inscrire de toute façon." "Il leur sera difficile d'avancer après les propos de Ceferin , il y a trop de problèmes à résoudre et les clubs ne peuvent pas faire cavalier seul." "L'UEFA a déclaré qu'il y aurait également des sanctions pour les joueurs (interdiction de participer aux Championnats d'Europe), donc je ne pense pas que la Super League se produira." Moralité: Luis Figo qui parle de cupidité
  20. Samir Handanovic (381 matchs) devrait égaliser ce midi le nombre d'apparitions sous le maillot nerazzurro d'Ivano Bordon (382), autre très grand portier ayant défendu notre cage. Mis à part une catastrophe, le slovène deviendra logiquement le second gardien le plus présent de l'histoire du club, derrière Walter Zenga, qui possède 473 rencontres avec l'Inter. Et pourquoi pas battre ce record ? Car la question de son renouvellement est d'actualité, lui qui a un contrat finissant en juin 2022. D'ailleurs, son agent Fali Ramadani a depuis un moment entamé les pourparlers avec la direction. Et comme la situation stratégique de notre poste de gardien a légèrement évolué, passant d'une grosse arrivée style Musso pour remplacer Samir a, au final, un simple retour de Radu au poste de numéro deux sans trop de visibilité pour le roumain, cela peut devenir un très bel objectif. Qui plus est la priorité pour le prochain mercato semble davantage sur d'autres parties du terrain que sur ce poste, la prolongation de contrat est donc une alternative très probable pour Batmanovic. Les 473 capes de Walter Zenga ne sont plus si éloignées que cela... Pour ceux le souhaitent, voici le portrait d'Ivano Bordon : ®gladis32 - internazionale.fr
  21. L'Uomo Ragno s'est exprimé sur notre capitaine dans une interview accordée la Gazzetta dello Sport. "Ses performances correspondent à ce que vous attendez d'un gardien de but jouant pour une équipe prestigieuse avec une histoire de grands gardiens de but, comme l'Inter. Les jeunes s'identifient davantage à Julio Cesar parce qu'il a eu la chance de remporter le Triplete. Mais il y a une différence entre Julio Cesar, Gianluca Pagliuca, Samir Handanovic et moi et ce n'est pas seulement une question de talent, de technique ou de style. La différence est que je suis né à l'Inter. J'ai toujours été Interista, alors que les autres sont tous arrivés d'ailleurs. J'embrasse le maillot de l'Inter parce que c'est mon maillot, parce que je suis né ici, alors que les autres ils se sont déclarés Interisti: c'est un peu différent. Pour moi, c'était toujours un avantage d'être fan et j'ai toujours vécu avec la critique et la pression. Je sais que lorsque les choses allaient mal, les fans attendaient toujours un peu plus de moi." Note: pour être complet, il faudrait également citer les trois autres grands: Giulano Sarti, Ivano Bordon, Francesco Toldo.
  22. Dans une interview accordée à la Gazzetta dello, Uomo Ragno a déclaré que Conte peut être fier de son travail. "Conte était considéré comme le pire entraîneur de tous lorsque l'Inter a été éliminée d'Europe il y a trois mois. Et pourtant, trois mois se sont écoulés depuis. Pour les entraîneurs, gagner, c'est aussi créer un groupe, créer une mentalité. Je verrais quelqu'un comme Antonio comme un gagnant, mais pas parce qu'il a soulevé un trophée, mais parce qu'il fait passer un club au niveau supérieur." "Icardi a toujours maintenu sa moyenne de buts, critiques ou non. Et puis il y avait aussi ceux qui ont critiqué Lukaku au départ, quand il a rejoint l'Inter. Nous sommes toujours concentrés sur les buts: si vous marquez, vous êtes excellent, si vous ne marquez pas, vous devez être vendu."
  23. En effet, le futur gardien de l’Inter ne semble pas être la plus grande priorité de la Casa Inter, du moins pour l’instant : En effet Samir Handanovic qui a été, à plus d’une reprise en discussion, est parvenu à mettre tout le monde d’accord, à commencer par Antonio Conte qui connait également l’importance du slovène Révélation de Tuttosport "Handanovic a connu une saison de haut et de bas, avec des prestations en demi-teinte depuis le début de la saison. Ces derniers temps pourtant, il s’est retrouvé à son réel niveau en restant toujours un joueur toujours important pour Conte, aussi bien pour son importance dans le vestiaire, que pour son habilite à jouer au pied. Il était fondamental pour l’entraineur puisse se fier au joueur de ces dernières années." "Handanovic reste pour Conte un point de référence, comme le démontre le fait qu’il était également aligné en Coupe d’Italie." Soulever un titre "Le "dernier défenseur" aimerait finalement soulever un trophée avec l’Inter, tout en ayant à l’esprit la possibilité de sceller son avenir: Le Tricolore en qualité de capitaine peut, ou pas, lui permettre d'ambitionner une année de contrat supplémentaire." "Son contrat actuel se termine en 2022. Handanovic aimera ajouter de douze mois son aventure, car avec deux années de plus comme titulaire, il pourrait rejoindre Walter Zenga, l’Historique portier de l’Inter qui compte le plus grand nombre de présence, 473 contre 379 pour Handanovic. Bordon complète le podium avec 382 titularisations." "Tout dépendra des garanties qu’il sera capable d’apporter dans les prochains mois à l’Inter et du futur du Club : La stratégie au poste de gardien en sera adaptée : que Suning reste avec des nouvelles ressources financières, ou qu’un nouveau propriétaire arrive." "Faudrait-il aller de l’avant avec Samir Handanovic et un vice comme Ionut Radu qui n’est pas encombrant, ou partir à la recherche d’un autre titulaire tel que Musso, Cragno, Meret, Gollini ou Audero? L’avenir nous le dira!" conclu le quotidien turinois. Et vous, que feriez-vous à la place de Suning ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Samir Handanovic, qui a été testé positif au COVID-19 mercredi dernier, a renversé sa saison ces dernières semaines après un début peu convaincant. Notre joueur de 36 ans a fait 319 apparitions en Serie A et est à neuf matchs du total de Zenga dans la les apparitions de tous les temps de l'Inter. Dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport, Walter Zenga a déclaré: "Les records sont faits pour être battus et si c'est Samir qui le fait, je serai heureux. Si vous jouez autant de matchs pour l'Inter, cela signifie que vous avez maintenu un niveau exceptionnel et êtes consistent dans vos performances. J'espère que Handanovic battra mon record de clean sheet en Europe, qui est de 35 matchs." Plus tôt, Walter Zenga a loué les performances de Big Rom dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport.
  25. Dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport, notre légendaire Walter Zenga expliqué pourquoi Romelu Lukaku joue très bien à l'Inter. "Lukaku et Lautaro Martinez se complètent très bien. Lukaku ne m'a pas surpris: il était cherché et suivi par tout le club et a joué à un niveau supérieur parce qu'ils ont toujours eu une confiance inébranlable en lui. J'avais déjà entendu de bonnes choses sur Lautaro de Luciano Spalletti il y a longtemps, à l'époque où il ne jouait pas à cause de Mauro Icardi. Quand j'en aurai l'occasion, je demanderai à Conte ce qu'il aurait fait si l'Inter avait signé Edin Dzeko de la Roma." "La course au Scudetto dépend entièrement de l'Inter, c'est évident. Bien faire en Europe serait la prochaine étape, mais en attendant, ils doivent remporter ce titre de champion. Je ne dirai pas qu'ils y sont obligés, mais après leur élimination de l'UEFA Champions League, c'est devenu l'objectif principal. La série de huit victoires consécutives de l'Inter a créé un bel écart sur leur poursuivants. Il y a un long chemin à parcourir, mais lorsqu'une équipe est en tête du championnat, elle sait comment changer ses perspectives: elle devient plus forte mentalement, plus consciente de ses capacités. La victoire de l'Inter au Torino est née de leur confiance en eux, c'est une équipe qui sait maintenant ce qu'elle veut et l'obtient." Concernant Big Rom, hln.be déclare que la disposition de l'ATS qui prévoit la poursuite de l'isolement parmi les conditions de départ des joueurs étrangers ne sera pas respectée (faire le trajet de leur domicile au centre d'entraînement que pour s'entraîner). La ligne de l'équipe nationale est rapportée par hln.be: "Lukaku est arrivé à Tubize. Et maintenant qu'il est en Belgique, les mesures du gouvernement belge s'appliquent. Cela signifie que l'attaquant peut effectivement jouer dans les matches de qualification de la Coupe du monde contre le Pays de Galles, la Biélorussie et peut se rendre en République tchèque. Reste à savoir si l'Inter acceptera simplement la situation." "L'Inter a discuté de certaines règles du gouvernement italien, y compris celle pour laquelle les joueurs internationaux ne sont autorisés qu'à s'entraîner et non à jouer. Les joueurs, selon ces règles, ne sont pas autorisés à voyager. Mais comme "Big Rom" est maintenant en Belgique, les mesures belges s'appliquent et les règles italiennes ne sont plus légalement valables. Cela signifie qu'il peut jouer les éliminatoires de la Coupe du monde à domicile contre le Pays de Galles (24/3) et la Biélorussie (30 / 3) et aussi faire le voyage en République tchèque (27/03)." Espérons qu'ils revienne en bonne santé.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...