Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'xavi hernandez'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, intercepté par un journaliste de Mundo Deportivo en marge de la conférence de presse relative à la Finale de la Super Coupe d’Italie de l'Inter de Simone Inzaghi, Giuseppe Marotta a tenu à éclaircir la situation: "Il n’y a rien de rien." Mais ce n’est pas l’avis de Gianluca Di Marzio, journaliste sportif, réputé pour son flair et ses exclusivités "L’échange Kessié-Brozovic ? Cela a été dit en premier en Espagne et nous avons approfondi les recherches : La reconstruction est qu’il y a quelques que jours, les clubs en ont parlé et c’est allé bien plus loin dans la concrétisation comparé à l’échange Depay-Correa. L’Inter et Barcelone ont parlé de Kessié et de Brozovic et ils seraient disposés à le faire sur la table des négociations, ce sera toutefois aux clubs à justifier ces choix si l’échange va jusqu’au bout." Que manque-t ’il ? "Que Barcelone et plus particulièrement Xavi marque son aval pour libérer Kessié et de comprendre ce qu’aimerait Brozovic : Je ne crois pas qu’il ait envie de quitter Milan : Il se peut très bien que les choses n’aillent pas plus loin, mais il est exact de dire que les clubs en ont parlé : Kessié a toujours été un objectif d’Ausilio." Suivi de Fabrizio Biasin : "J'ai tenté de m’informer et je peux vous confirmer que personne, à l’Inter, n’en a entendu parler pour le moment : Mais je ne sais pas quelle serait la position du Club si une telle proposition arriverait car Kessié est un joueur que Piero Ausilio a toujours aimé." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Après sa qualification en huitièmes de finale de la Champions League en battant le Viktoria Plzen, FCInterNews, par le biais de Raffaele Caruso, a diffusé cet éditorial aujourd'hui. Nous sommes le 25 août 2022. L'Inter, dans le troisième chapeau, est tombée dans le groupe D avec le Bayern Munich et Barcelone. Le visage de Javier Zanetti, immortalisé par des caméras et devenu un mème viral en quelques instants, est celui typique de tout fan des Nerazzurri sur la surface de la terre. Encore une fois l'urne n'est pas en réellement faveur des Nerazzurri. Seulement 24 heures passent et l'Inter perd à l'Olimpico contre la Lazio. Une semaine passe et l'Inter perd Lukaku à cause d'une blessure et aussi le derby contre le Milan. Quelques jours de plus passent et l'Inter perd ses débuts en Ligue des champions contre le Bayern Munich. Nous sommes le 7 septembre, alors que Barcelone en Espagne défait le Viktoria Plzen 5-1 et marche sur la Liga. La saison ne démarre pas de la meilleure des manières et se compromet même au bout d'un mois. Il y a ceux, avant tout des vrais supporters pas les autres, qui n'ont pas accepté l'Inter avec son ADN, cet ADN merveilleusement imprévisible et fou. Après avoir facilement liquidé le match d'entraînement de Plzen en République tchèque, Barcelone arrive le 4 octobre au Meazza dans ce qui est en fait un même d'un match aller et retour à élimination directe de la Ligue des champions. Pendant ce temps, l'Inter a perdu contre l'Udinese et la Roma en championnat et, pour ne rien rater, aussi son esprit combatif, Marcelo Brozovic. Inzaghi ne fait pas confiance au tout jeune Asllani et décide donc de s'appuyer sur les qualités de Hakan Calhanoglu. Comme dans l'un des plus beaux films hollywoodiens de tous les temps, c'est le Turc qui décide du match d'une belle faute sans frais; il est parfois aussi juste de s'en souvenir, contrairement à d'autres. L'Inter remporte les trois points. Cependant, la meilleure nouvelle vient de la performance unanime de l'équipe, auteure d'une performance de sacrifice et de compacité à revoir. Jusqu'à présent, le 4 octobre représente le tournant de la saison de l'Inter qui revient gagner en championnat et sans oublier l'habitude de faire perdre quelques cheveux à ses fans. Elle arrive au Camp Nou consciente d'être à égalité avec le super Barcelone de Xavi, du moins ainsi peint par les initiés du monde entier, vous savez, ceux qu'on appelle experts. Peut-être, à vrai dire, le Barcelone de Xavi s'avère-t-il plus "bon", pour ainsi dire, en dehors du terrain. Bon à provoquer, à protester pendant une semaine, à demander l'intervention des hauts dirigeants de l'UEFA. Bref, l'exact opposé de l'histoire d'un club historique, parmi les plus grands de l'histoire du football. Car oui, Barcelone est un grand club. L'Inter d'Inzaghi, cependant, ne tombe pas dans le piège. Ils ont les idées claires et se rendent au Camp Nou pour sortir une performance à enregistrer dans le livre de l'histoire pour l'éternité. Ça se termine 3-3, beaucoup se réjouissent du point gagné qui vaut en réalité 10. Mais il y a ceux qui ont un goût amer dans la bouche à cause d'une victoire qui était entre les mains de l'Inter pendant plusieurs minutes. Il reste donc 180 minutes à jouer, dont 90 à domicile. Il y a aussi Zanetti assis dans les gradins et son visage est décidément différent de celui du 25 août. L'Inter ne s'est pas trompée et a démoli le Viktoria Plzen dans une soirée parfaite. Inzaghi n'est pas sur le banc, mais Lukaku est là pour la première fois depuis deux mois. Vous souvenez-vous de ce film hollywoodien qui était l'un des meilleurs de tous les temps ? L'Inter sort un autre chef-d'œuvre. Quatre buts au Meazza et un poker gagnant signé en 4 minutes après le retour de Big Rom. C'est une fête totale à Milan alors qu'à Barcelone la mission désespérée de Xavi à encourager Plzen depuis le Camp Nou n'a pas porté ses fruits. Dans l'après-match, tout le monde fait la fête, mais deux de plus que tous. Steven Zhang et Inzaghi. Monsieur Inzaghi l'a encore fait, pour la deuxième année consécutive l'Inter fait partie des 16 équipes les plus fortes d'Europe. Autrefois c'était normal pour une équipe comme la nôtre, maintenant nous devons nous battre pour l'être. Pour cela, les mérites et les compliments doivent être faits deux fois. Bon travail, tout le monde. Nous ne sommes que le 27 octobre, la saison est encore longue. Mais qu'est-ce que c'est bon d'être fans de l'Inter ! Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Xavi Hernandez et Joan Laporta expriment leurs regrets, ou pleurent, après l'élimination du Barça de la Champions League. Pour lavanguardia.com, Xavi Hernandez a analysé la défaite 3-0 contre le Bayern Munich et l'élimination de la Ligue des champions. "Le Bayern était plus fort à bien des égards. Nous n'étions pas à leur niveau. Ils étaient meilleurs, c'est clair. Nous n'avons pas bien jouer. L'élimination nous a frappé psychologiquement mais il est temps de récupérer et de continuer. La saison ne se termine pas en octobre, il est temps de déconnecter puis de se reconnecter pour les autres compétitions. C'était un mauvais coup, nous avions un groupe vraiment compliqué et tout nous est arrivé, la compétition était cruelle." Joan Laporta montre ses regrets lors de la conférence de presse après la défaite à domicile contre le Bayern Munich. "Malheureusement, le miracle ne s'est pas produit. Nous devons remercier les supporters car dans un match très difficile, ils ont encouragé les joueurs et l'équipe (des supporters ont quitté le stade à la mi-temps, ndlr). Nous avons les meilleurs supporters du monde des clubs. Un match émotionnellement difficile à jouer après avoir vu le match de l'Inter tous ensemble. Ce match a été une torture pour nous. Maintenant, nous devons regarder vers l'avenir, nous avons encore la Liga et d'autres compétitions. Nous savions que dans cette période de construction, il y aurait des hauts et des bas. Nous devons continuer à grandir chaque jour. Le Bayern est une équipe consolidée et puissante, l'une des meilleures d'Europe. De plus, rien n'était fini et ils ont su jouer détendu et risquer jusqu'à la fin." Traduction alex_j via FCInterNews.
  4. Invité aux micros d' Inter TV lors de l'avant-match Inter-Viktoria Plzen, Marco Materazzi présente le match décisif pour la qualification en huitièmes comme suit. "J'ai dit qu'il fallait faire le match contre Barcelone et on l'a fait! Maintenant on a pour terminer le travail. On a ravivé l'enthousiasme avec la victoire contre les blaugrana au Meazza. Certains joueurs comme Barella et Lautaro se sont remis en ordre de marche après ce match et l'équipe les a suivis." "À mon époque, les gens vous poussaient peut-être moins, à partir des quarts de finale je dirais. Mais maintenant, il y a toujours 65 000 à 70 000 spectateurs et c'est une bonne chose pour ceux qui prennent le terrain en marche dès le départ." "Aujourd'hui, dans le football, il n'y a pas d'équipes qui viennent prendre trois buts comme ça. Donc nous devrons jouer Inter à domicile. Si nous jouons Inter, il ne devrait pas y avoir de problèmes. Si j'étais à Xavi, je penserais à Barcelone et non à l'Inter! Il y a déjà trop pensé." Traduction alex_j via FCInterNews.
  5. En effet, si Gerard Piqué risque bien de se retrouver à porter un maillot faisant la publicité de son ex suite à des accord convenus entre Shakira et Spotify, son club a lui décidé de se flageller en décidant de regarder la rencontre du Giuseppe Meazza opposant l’Inter au Viktoria Plzen: Révélation de la Gazzetta Dello Sport " "Être tous ensemble pour soutenir Viktoria"- C’est ce que feront les joueurs du Fc Barcelone cet après-midi, eux qui seront réuni devant un téléviseur placé pour l’occasion dans le Vestiaire du Nou Camp." "En temps normal, Xavi convoque toujours les siens dans un hôtel proche du stade mais cette fois-ci, il a changé sa routine : Les joueurs arriveront directement au Stade depuis leur domicile bien avant le coup d'envoi et assisteront à la rencontre entre l'Inter-Viktoria, pour ensuite passer à la préparation de leur rencontre face au Bayern Munich." "Une rencontre qui pourrait bien n’avoir aucun sens au niveau sportif étant donné que si les Nerazzurri gagne, le Fc Barcelone sera propulsé en Europa League avant même d’avoir foulé la pelouse." Si tel est le cas, pensez-vous à un 8-2 bis ? PHOTO DE L'ARTICLE : FCIM PICTURES ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Si l'Inter veut vraiment se remettre dans la course pour la victoire du Scudetto, plus d'erreurs, les bonus sont épuisés. Voici l'éditorial de Simone Togna pour FCInterNews. Les bonus pour les Nerazzurri sont épuisés! Et maintenant, nous devons la faire cette série de victoires. Une série de victoires pour remettre du foin dans le mas et cimenter les anciennes/nouvelles certitudes venues après la double confrontation contre Barcelone. En parlant de la Champions, félicitations à Lautaro et ses coéquipiers. Si l'on analyse le dernier match du Camp Nou et celui de la semaine précédente au Meazza, les vice-champions d'Italie méritent de devancer les Blaugrana au classement. Xavi peut protester, pleurer, regretter, jouer du ukulélé (peut-être qu'après avoir été l'un des meilleurs footballeurs du monde, il découvrira peut-être qu'il a un talent caché supplémentaire) ou tout ce qu'il veut. La vérité est simplement que notre Bien-Aimée a été supérieure aux Catalans. Et malgré un énorme rouge non reconnu par l'arbitre et la VAR pour Dembelè (c'est peut-être une des plus grosses erreurs de l'histoire de la Ligue des Champions), les gars d'Inzaghi sont rentrés chez eux avec un résultat plus que positif. Cependant, comme tout vrai fan des Nerazzurri savait parfaitement que l'Inter pouvait triompher en Espagne, il craint maintenant, non pas par rationalité, mais précisément à cause de la folie inhérente de notre club, l'Inter peut bloquer contre le Viktoria Plzen. Pour cette raison, ou non-raison, le match contre les Tchèques doit être joué comme si c'était le match contre la mort afin d'éviter d'avoir à gagner à Munich, où d'ailleurs tout est vraiment possible. Mais avant tout, il y a la Fiorentina. Un de ces matches toujours difficiles, face à un adversaire plus fort que ce qui s'est affiché sur levert, où d'ailleurs tout est vraiment possible. Et ici, il faut voir la grande équipe. Celle qui a vraiment compris toutes ses erreurs. Et voilà qu'elle veut rentrer en bombant le torse au bureau pour réinscrire son nom parmi les prétendants au Scudetto. Si c'était Inzaghi, celui qui commettrait une erreur samedi soir, ne jouerait pas la Ligue des champions, dans ce match nous reverrons probablement Romelu Lukaku, au moins pour un segment. Avec lui en forme ce sera une toute autre histoire. Et c'est le point concernant le Belge. Il est inutile d'être convoqué pour faire un voyage, s'asseoir sur le banc et/ou un peu plus. Il est vrai que Florence est magnifique, l'une des plus belles villes du monde. Mais aujourd'hui, pour le meilleur de l'Inter, de Romelu et de ses fans, il vaut mieux que Big Rom s'entraîne à Appiano sans aller en Toscane avec ses coéquipiers. Si le chemin passe d'une formation supplémentaire avec son absence, qu'il en soit ainsi. Ensuite, nous sommes prêts à admirer, espérons-le bientôt, le 90 des Nerazzurri dans toute sa puissance. Traduction alex_j via FCInterNews.
  7. S'exprimant en conférence de presse, Xavi est revenu sur les matches disputés contre l'Inter et le Real Madrid. "Nous avons joué avec nos idées. Au Bernabéu et aussi contre l'Inter, nous avons joué comme nous le voulions. Nous voulons être des protagonistes, plus près de la zone, avec une défense avancée. Parfois vous réussissez et parfois vous ne réussissez pas. En insistant, vous pouvez continuer à réussir." "Nous essayons de bien nous entraîner pour obtenir des résultats. On a les idées claires et les joueurs se sentent à l'aise." "Je me suis beaucoup plaint le soir d'Inter-Barcelone et ça n'a pas aidé. En fin de compte, c'est le jugement de l'arbitre et nous devons penser qu'il est honnête. Je pense toujours qu'en fin de saison, les erreurs et les avantages se compensent, se rééquilibrent. Voyons si la situation se rééquilibre." Traduction alex_j via FCInter1908.
  8. Julio Salinas et Alfonso Perez Munoz s'expriment sur l'avenir du Barça, en particulier de celui de Xavi, qui s'annonce sombre, très loin de postuler à une quelconque place en Coupe du Monde. Julio Salinas , ancien attaquant barcelonais, ne mâche pas ses mots lorsqu'il définit la situation des Catalans en Ligue des champions après le match nul face à l'Inter qui laisse les hommes de Xavi avec un pied en Ligue Europa. Voici ses mots en marge du Desafio Nacex. Déception ou catastrophe ? "Une déception ou une catastrophe, vous choisissez le mot. Parce que je crois que tous les supporters du Barça avaient de grands espoirs pour cette équipe telle qu'elle se présentait cette saison. C'est très dur parce que nous sommes pratiquement en Ligue Europa. Pour une équipe comme celle-ci, qui s'est construite avec ces joueurs, qui est bien supérieure à l'Inter, être dans cette situation est compliqué." Optimiste pour la qualification ? "L'Inter doit jouer contre le Viktoria Plzen et tout peut arriver dans le football, c'est vrai, mais c'est compliqué. Le Barça peut gagner ses matchs, bien sûr, mais c'est un coup trop dur. Plus encore que la question financière, et tout le monde sait quelle est la situation économique, des occasions sont gâchées depuis deux ans avec une équipe construite de cette manière." Qui est le principal responsable ? "Xavi! Ils ont créé une équipe qui lui convenait et avec toutes les signatures qu'il voulait. Il a une superbe équipe et est responsable de la tactique et stratégie de cette formation, de son système de jeu." Quant à l'ancien barcelonais et du Real Madrid Alfonso Perez Munoz, il se dit sceptique quant aux chances des Catalans de passer cette phase de groupes. "Les Nerazzurri ne feront pas de bêtises, même si Barcelone peut gagner les deux matches. Si ce n'est pas mathématiquement fait, tout le monde sait que c'est pratiquement impossible." Traduction alex_j via FCInterNews.
  9. Daniele Adani explique son concept de bien jouer à Bobo TV sur Twitch. "C'est créer les conditions pour mériter un résultat favorable. C'est le sens du beau jeu. Ce n'est pas avoir un concours de dribbles, de tirs sur la barre transversale ou de faire comme des phoques avec le ballon sur la tête. Bien jouer, ce n'est pas faire mille passes. C'est créer les conditions sur le terrain pour mériter un résultat. Plus vous avez de chances de mériter la victoire, plus vous avez de chances de gagner le match." "Sans prendre conscience de leurs difficultés, les Nerazzurri n'auraient pas pu songer à mener le match à Barcelone. Nous avons vu de nombreux ingrédients comme qualité, sacrifice, engagement, spectacle. Elle a donné une leçon à Barcelone. Je n'ai pas aimé la façon dont Xavi a préparé le match, la façon dont l'univers blaugrana a accueilli ses adversaires. L'histoire de Barcelone le dit clairement, ils ne préparent pas un match comme s'il s'agissait d'une bataille. Le football a parfois raison." Traduction alex_j via FCInternews.
  10. Impossible de se lasser des sempiternelles lamentations et autres pleurnicheries du FC Barcelone après la défaite et le nul contre notre bien aimée. Joan Laporta remet une pièce dans le jukebox et nous aussi par la même occasion. Dans une longue interview accordée à Mundo Deportivo, le président barcelonais revient sur le penalty non accordé au Barça à cause la supposée main de Dumfries. "Quand je pense au match, je pense à remercier les fans qui savaient à quel point c'était difficile. Nous avons beaucoup de blessés. Je suis triste et en colère de ne pas avoir gagné, même si l'équipe a marqué trois buts. L'objectif premier était la Liga. La phase de groupes de la Champions est devenue très compliquée mais je préfère parler quand c'est fini. Nous devons gagner les deux matchs. Ce n'est pas une question d'espoir. L'Inter joue avant nous et quand nous jouerons contre le Bayern, on saura si on a une chance ou pas." "Maintenant, nous devons nous concentrer sur la Liga. Je ne m'attendais pas à être dans cet état à ce stade de la saison. De la part du staff technique et du coach, on a tout fait pour être compétitifs, on avait un groupe complet. Cependant, contre le Bayern on a réussi à faire un bon match. L'arbitre de la VAR n'a pas accordé de penalty à Dembélé à Milan, c'était scandaleux. Nous n'aimions pas la gestion du match de l'arbitre, bien sûr, mais si nous avions marqué, cela aurait été plus facile. J'ai eu la réaction que j'aurais dû avoir en parlant à l'UEFA mais vous ne pouvez pas revenir en arrière. La prochaine fois, il faudra marquer plus de buts. Concernant Xavi, fe lui ai dit d'aller de l'avant, de ne pas penser à la Ligue des champions et de se concentrer sur la Liga." "Bien sûr que de sortir de la Champions a un impact, mais ce ne sera pas 30 ou 35 M€. Il faut continuer à chercher de nouveaux sponsors et continuer à concourir en Europe car cela rapporte aussi des revenus. L'impact net sera moindre que prévu. Le public du Camp Nou a réagi comme lors des grandes soirées de Ligue des Champions. C'était un match très ouvert et nous n'avions pas prévu cette deuxième mi-temps. L'Inter a bien joué en contre-attaque. Le but de la tête de Lewandowski est d'une esthétique extraordinaire. Quand on a vu l'équipe arriver, on ne pouvait pas perdre. Je dirais aux fans de continuer à y croire. Nous avons une excellente équipe, cela doit nous donner de la joie, ils doivent soutenir Xavi, le retour que nous avons fait mercredi fut grâce aux fans. Nous sommes toujours en vie." Traduction alex_j via FCInter1908.
  11. La défaite suivie du match nul contre l'Inter sont le prélude d'une tuerie économique pour la Barça alors que le pauvre Xavi ne comprend pas ce qui lui arrive. Récit du Corriere dello Sport et de Tuttosport. Xavi aurait opté pour une punition contre l'équipe d'après le Corriere. On pouvait lire qu'"En ces heures troublées, la décision punitive a également été prise d'annuler le congé du Vendredi, initialement accordé aux joueurs. Le protégé de Guardiola a passé une nuit blanche. Incrédule pour les erreurs défensives, qualifiées d'impardonnables et graves ou de gaffes pour Piqué et de ses compagnons de garde." Après le match, l'ancien milieu de terrain a clarifié la situation. "La Ligue des champions est désormais une chimère, mieux vaut se concentrer sur la Liga, à commencer par le Clasico dimanche prochain. Le but de Lewandowski, à la fin, qui sur le plan théorique entretient encore un mince espoir, est en fait vécu comme un prolongement ironique de l'agonie." Cependant, nous pouvons nous demander si Xavi a bien mesuré l'ampleur du désastre économique annoncé. Selon Tuttosport, les Catalans avaient inclus dans les prévisions budgétaires une accession en quart de finale de la Champions comme objectif minimum. En cas d'élimination, ces 20 M€ ne pourront être récupérés qu'en remportant la Ligue Europa. La victoire finale de la Liga a également été inscrite au budget alors que Barcelone est premier avec le Real Madrid. Mais ce titre reste encore hypothétique avec un long chemin à parcourir." "Si l'on ajoute à ce panorama les dégâts institutionnels et, donc, à l'image de l'entreprise, on comprend pourquoi les cadres blaugrana, après l'enthousiasme affiché des derniers mois, froncent les sourcils. La marque Barça fonctionne et continuera de fonctionner mais quand une équipe gagne, les sponsors sont prêts à mettre quelques dizaines de millions d'euros de plus dans la balance. Ainsi, une élimination dans la Champions serait une tuerie sportive, économique et institutionnelle. La situation en Ligue des champions est pour Barcelone une demi-catastrophe. Bien sûr, si Messi revient tout serait différent, conclut Tuttosport Traduction alex_j via FCInternews et FCInter1908.
  12. En effet, l’une des principales caractéristiques d’André Onana, ce sont ses longs ballons précis en profondeur et face au Fc Barcelone, cet atout majeur a porté à des conséquences dramatiques pour les catalanes et pourtant…elles étaient prévenues A la mi-temps, Xavi avait mis en garde les siens "Lorsqu’Onana a le ballon, vous devez repartir tous défendre comme des animaux, car ça arrivera, car quand Onana l’a, il balance des longs ballons, il l’a déjà fait une fois et vous étiez resté bloqué sur une aile putain…. Vous devez retourner défendre, tous derrière….!" Et avec Samir on aurait eu droit: "Vous devez tirer au second poteau, il fera usage de son arrêt laser, je l'ai déjà vu à l'œuvre" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. L'analyse de Fcinter1908.it après le grand test des Nerazzurri à Barcelone. Ils ne s'y attendaient tout simplement pas. Déjà dans le milieu Nerazzurri, même s'il y avait de la confiance grâce à cette bonne passe de l'équipe d'Inzaghi, un voile de réalisme était de mise autour du match très compliqué d'hier. Mais à Barcelone, ils étaient tous convaincus qu'ils ne feraient de l'Inter qu'une seule bouchée. Avec une prise de conscience qui a abouti à la présomption, la première énorme erreur d'une soirée qui s'est très mal terminée pour le Barça. Presque comme un psychodrame, si ce n'était l'erreur d'Asllani en fin de match qui a un peu terni le retour malgré la grande satisfaction du 3-3. Qui aurait pensé ? Certainement pas les supporters locaux. Extraordinaire pour l'affection témoignée à son équipe avant et pendant le match, figée trois fois par quelque chose qu'elle n'aurait jamais imaginé. Le silence assourdissant du Camp Nou a été une triple injection de confiance dans le groupe bleu et noir. Même avec un peu de regret, l'Inter revient à Milan avec la conscience d'avoir disputé l'un des meilleurs matches de ces dernières années et d'avoir fait un pas en avant extrêmement important pour les huitièmes. De mentalité, plutôt que technique. Objectivement, il n'a pas été facile de se présenter sous les regards à la maison des leaders de la Liga, ainsi que l'un des candidats pour aller jusqu'au bout de la Champions. Mais maintenant, en Catalogne, ils ont peut-être des idées plus claires. Peut-être auraient-ils, dû moins, s'inquiéter de l'aspect chromatique et coloré dans les tribunes et plus d'une éventuelle démonstration de force de l'Inter. Ils parlaient beaucoup, trop et mal. En général, mais plus encore en ce qui concerne la phase défensive des Nerazzurri qui, paradoxalement, ont perdu des points importants en Serie A en raison de lacunes apparues à l'arrière. Car dans ces coins européens, Italie semble rimer avec "catenaccio", mot dont on a énormément abusé en marge de la double confrontation. Personne, Xavi en premier lieu probablement, n'aurait imaginé un tel "affront". Au lieu de cela, elle est arrivée et a été récompensée, l'Inter a trouvé la meilleure attitude. Et le meilleur reste à venir. Traduction alex_j via FCInter1908. Pour avoir une idée du catenaccio, vous pouvez lire cet article
  14. Xavi Hernandez est le deuxième à se présenter dans la salle de conférence du Camp Nou pour offrir son point de vue sur ce 3-3 face à l'Inter. Voici ses déclarations recueillies par le correspondant de FcInternews.it. Comment expliquez-vous ce match ? "La première mi-temps a été excellente, le match était très bien préparé dans ce sens. En deuxième mi-temps on a fait des erreurs, comme le 1-1 qui nous a fait chuter mentalement, pareil pour le deuxième but qui ne doit pas arriver. Les erreurs se paient, on a fait ressortir notre caractère mais on n'y est pas arrivé. Si tu ne bats pas l'Inter à domicile, tu ne mérites pas de passer. Il y a peu de chances de qualification, mais cela ne dépend plus de nous. Il y a une lueur d'espoir, mais les erreurs en Ligue des champions se payent." Comment remonter l'équipe après un coup dur comme aujourd'hui ? "C'est un coup très dur, cruel. Pensons au Clasico, on reprend des forces dès demain pour essayer de battre le Real. Il y a d'autres matches, maintenant on pense au championnat où on veut continuer à être leaders. On a été notre meilleur en Ligue des champions, mais il y a d'autres compétitions. C'est une réalité similaire à l'an dernier, il faut continuer car la saison est longue." Barcelone est très loin des grands noms européens. Quel message envoie-t-il aux fans ? "En tant que culé, je suis déçu, triste et en colère. L'année dernière, il y avait le sentiment que nous n'aurions pas réussi, cette année, ce sont nos erreurs. Nous avons laissé les matchs devenir incontrôlables, notamment à Munich et à Milan à cause de certaines erreurs. On doit faire l'autocritique. On s'est amélioré mais si on va en Ligue Europa, ce sera à cause de nos propres erreurs. Et c'est plus douloureux." Pourquoi n'avez-vous encaissé qu'un seul but en Liga et 7 en Europe ? "À la 50e minute, il y a eu une erreur sur la ligne défensive, il y avait parité. Nous avons eu du mal à marquer et cela nous a renversés mentalement. Le football est un jeu d'erreurs." Xavi pensant à son avenir (image de @Mkmk) Un avis sur l'Inter. "Elle est très forte physiquement, défensivement, elle travaille bien dans les deux phases. Les attaquants fonctionnent bien, ce sont des duels difficiles." Pedri gronde Dembele, puis 3-2 de l'Inter. Pourquoi insistez-vous avec lui et sortez-vous Raphinha ? "Il doit mieux choisir la dernière passe, cela vient avec la maturité. Même si c'est décisif, aujourd'hui, il a marqué et a rendu fou son marqueur. J'ai confiance en lui." Quel impact ce match nul peut-il avoir après la défaite à Milan lors du Clasico ? "Nous espérons que cela n'affectera pas psychologiquement. Les garçons ont essayé, mais les erreurs se paient cash. Nous nous préparerons pour le prochain match en sachant que l'effort a été considérable." Sur Sky Sport, Xavi a déclaré que "de telles erreurs défensives graves, des équipes comme l'Inter et le Bayern Munich ne vous pardonnent pas. Nous ne sommes pas encore hors compétition, mais maintenant tout devient plus difficile. L'équipe, cependant, a tout donné et cela s'est vu." Xavi a aussi parlé à Prime Video. "Je pense que cette Ligue des champions est vraiment cruelle pour nous. Nous avons concédé beaucoup en seconde période et c'est un fait, alors qu'en première mi-temps, on avait été parfait. Puis en deuxième mi-temps on a fait trop d'erreurs. Leur premier but est une erreur évidente de notre défense, on en a déjà parlé. Et pareil pour le deuxième de Lautaro. Maintenant regardons devant, dimanche pour le Clasico. Il faut bien récupérer et tourner la page en pensant à la Liga. La Champions, pour nous, fait vraiment mal." Moralité: hé oui, quand tu l'ouvres trop, mon Xavi, tu reçois un gros coup de bâton. Dans ce cas, la Champions comme un chagrin d'amour, p***** que ça fait mal! Traduction alex_j via FCInterNews. Image de @Mkmk via un algorithme d'AI.
  15. En effet, 12 ans après avoir été terrassé par l’Inter, le Fc Barcelone joue de nouveau gros face aux Nerazzurri. Car en 2010 et sous la houlette de José Mourinho, l’Inter prenait le meilleur sur un très jeune, mais déjà multititré, Josep Guardiola! Une histoire différente pour la Gazzetta Dello Sport "C’était une demi-finale de Ligue des Champions, ici la phase de groupe et il y a trop de différences au niveau des entraineurs : En 2010, Guardiola alors âgé de 39ans avait déjà en poche une Ligue des Champions, une Coupe du Monde des Club, une Super Coupe d’Europe, 2 Liga et un peu de monnaie. Mou, âgé de 47 ans avait une Ligue des Champions, une Coupe de l’Uefa, 6 titres nationaux et de la monnaie, c’était un Duel de géant. A présent, le duel proposé par Xavi et Inzaghi fait office de poids plume : L’espagnol âgé de 42 ans peut se targuer d’avoir un titre de champion du Qatar et l’italien cinq Coupe d’Italie, dont il a d’ailleurs dernièrement parlé." Se remémorer le passé "Il y a une affinité qui lie la rencontre de ce soir, et celle d’il y a 12 ans car deux résultats sur trois sont bons pour l’Inter et l’ambiance qui sera proposée aujourd’hui sera tout aussi volcanique, après les polémiques de la rencontre du Giuseppe Meazza." "L’Inter d'Inzaghi devra imiter celle de Mourinho car, à son échelle, il devra dans son propre style essayer le tout pour le tout, fort d’une excellente manche aller: Il présentera une équipe de l’Inter surmotivée et bien plus organisée dans les moments critiques. Il devra, ce soir, à nouveau donner du courage et apporter de la sérénité à ses joueurs dans un sulfureux Nou Camp, et plus que tout, il devra imiter le Mou dans une gestion lucide et glaciale de la rencontre." Un plan de jeu clair comme de l’eau de roche "Il faudra priver Barcelone d’oxygène en étouffant Pedri et Gavi comme ce fut le cas à Milan, mais sans renoncer à l’idée de marquer un but, car survivre au Nou Camp est bien différent de survivre au Giuseppe Meazza. Est-ce que nous verrons Dzeko derrière le ballon dès le début du match, avec un Roberto Gagliardini aligné, ou retrouveras-t ’on Miki derrière Lautaro ? Ce choix donnera déjà une information sur le déroulement de la rencontre." Xavi en plein doute : "Défendre à 3 ou à 4 ? Que faire d’Ansu Fatu ? En 2010, Piqué avait marqué, et il a besoin que quelqu’un fasse de même que lui avec Lewandoski pour retrouver le sourire et non pour être sorti comme Guardiola dans une faillite de la tant attendue Remuntada…. Il pourrait faire mieux que lui sur ce point." "Sa glorieuse carrière lui apporte énormément de crédit, mais il sait que les deux prochaines étapes qui se présentent à lui , soit l’Inter et le Real Madrid influenceront quoiqu’il arrive l’humeur des catalan car quoiqu’il arrive, pour Inzaghi et Xavi, il s’agit du match à ne pas perdre et un seul sortira du Nou Camp un peu plus "Special" Selon vous, le fait que Barcelone doive jouer le Real en Liga peut-il l’impacter psychologiquement face à l'Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Ramón María Calderé, ancien milieu de terrain de Barcelone entre 1984-1988 et de l'équipe nationale espagnole, en vue du match entre les blaugrana et l'Inter est en exclusivité pour FCInterNews. "Ici, il y a la grande inquiétude d'être éliminé de la Ligue des champions. L'Inter, comme au match aller, peut utiliser son arme la plus dangereuse, la contre-attaque. L'équipe de Xavi est irrégulière lors d'un même match où ils alternent choses positives et négatives. Et c'est la pensée principale, ce qui ne doit pas arriver." Il me semble qu'à Barcelone, ils ont aussi peur de l'arbitrage, compte tenu de ce qui s'est passé au Meazza. "L'arbitre a certainement affecté le Barça au match aller, c'est clair et cela a été démontré. Mais maintenant, ce qui s'est passé appartient au passé. Et il doit prendre la deuxième place. L'Inter défendra bien, avec beaucoup de joueurs, essayant de frapper les blaugrana quand ils le peuvent. Pour moi, l'attaque de Barcelone ne peut pas être que Lewandowski. Nous avons besoin de l'apport d'autres joueurs, qui doivent être plus responsables, comme les ailiers et les milieux de terrain. On espère voir l'équipe admirée en Liga, pas celle de la Ligue des champions." Pensez-vous que l'Inter ne pensera qu'au match nul ? "Non, Inzaghi ne mettra pas le bus devant la porte, c'est un très bon professionnel, il sait ce qu'il veut et je n'attends pas que tout le monde défende bien. Mais qu'ils essaient de recommencer à frapper en contre, oui." Pourquoi le Barça réussit-il si bien en Liga et si mal en Ligue des champions ? "C'est simple, la Ligue des champions ne pardonne pas. Vous avez besoin du bon état d'esprit. Chez les Blaugrana, il y a du talent, mais dans les compétitions européennes si tu n'es pas fort mentalement, tu perds. Et l'Inter au match aller était meilleure que ses rivaux d'un point de vue mental." Qui aimes-tu à l'Inter ? "Lautaro et Calhanoglu. Mais surtout, j'apprécie que les Nerazzurri savent ce qu'ils veulent. Bien sûr, je crois que Barcelone, avec tout le respect pour l'Inter, s'il joue comme il le sait, est supérieur à ses rivaux. Mais il doit le prouver sur le terrain. Il faut aussi dire une chose, le Barça ne peut pas se permettre de faire des erreurs, le match contre l'Inter est vital pour l'aspect économique du club." D'où la nécessité de passer. "Absolument oui! On connaît tous les problèmes économiques de Barcelone qui ne peut pas se permettre une élimination de la Ligue des champions. Pensez que dimanche sera le Clasico contre le Real Madrid, le top du top ici en Espagne. Mais à ce jour le super match contre les blancos n'inquiète pas. L'Inter inquiète. L'équipe de Xavi doit forcément gagner contre les Nerazzurri…" Traduction alex_j via FcInterNews.
  17. Il y a un calme apparent ce soir au Camp Nou, demain prêt à se transformer en un authentique chahut pour accueillir le deuxième match entre Barcelone et l'Inter, huit jours après le match houleux remporté par les Nerazzurri au milieu des polémiques d'arbitrage grâce à un but de Hakan Calhanoglu. La très longue veille du match qui décidera vraisemblablement de qui se qualifiera pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en tant que deuxième force du groupe C derrière le Bayern Munich, s'achève sur les propos de Simone Inzaghi. FcInternews.it, présent avec son correspondant, rapporte les déclarations de l'entraîneur des Nerazzurri. Votre prédécesseur, Trapattoni, disait qu'il faut se donner à 120 %. Quelle est l'occasion pour vous demain soir ? "J'ai dit au match aller que nous avions profité de l'occasion, demain nous savons que c'est très important. Nous savions qu'il fallait faire quelque chose d'extraordinaire après le tirage au sort, nous jouons le groupe de toutes nos forces. Ce sera dur, nous sommes l'Inter et nous cherchons à jouer notre jeu. Il va falloir être bons pour souffrir tous ensemble et mettre Barcelone en difficulté." Avez-vous peur de l'arbitrage ? "D'habitude je ne parle jamais des décisions des arbitres, j'ai seulement vu que les arbitres de Mardi dernier sont sur le terrain, l'UEFA a jugé leur prestation bonne. Il va falloir mettre de la force, de l'agressivité, de la détermination. On a fait le match aller de la meilleure façon." On semble revivre 2010, demain soir les supporters de l'Inter ne pourront pas se rendre avec les couleurs Nerazzurri dans les zones du stade non dédiées aux invités. "Je le vis sereinement, chez nous les supporters sont toujours les bienvenus. A la fin du match, au Meazza, j'ai salué chaleureusement Laporta, j'ai trouvé un maximum d'éducation du Barça." Xavi et Pedri ont parlé d'une Inter défensive. "Absolument pas, on connaît mon histoire ici à l'Inter et vous la connaissez. On a eu des mois de bon football reconnu en Italie et en Europe, puis il y a des moments particuliers comme le match aller qui est venu après deux KO. L'équipe m'a satisfait, dans la deuxième mi-temps, nous avons souffert avec un bloc bas pour enlever de l'espace à Barcelone." Va-t-elle jouer avec un jeu défensif ? "Même les joueurs ne connaissent pas la formation, j'ai des doutes. Je peux changer, j'ai encore le temps de décider. J'ai deux attaquants réguliers, comme Dzeko et Lautaro, qui viennent après 3-4 matchs consécutifs, éventuellement je peux élever Calhanoglu et Mkhitaryan dans le rôle de deuxième attaquant si je décide d'en garder un sur le banc. Si je pars avec eux deux, j'ai Carboni et Curatolo sur le banc, les blessures arrivent à tout le monde. J'aurais aimé que les deux équipes soient complètes. Une grande partie du match passera par la phase de non-possession. Mais on a aussi des joueurs de qualité qui savent tenir le ballon, il va falloir essayer de mieux dribbler qu'au match aller car on n'est pas au Meazza." Barcelone n'a-t-il pas bien réussi à Milan, à cause de l'Inter ou d'autre chose ? "Je dis qu'une grande partie du crédit est allée à l'Inter, j'ai vu le match à Majorque, contre le Celta... Barcelone a toujours joué du bon football même dans les défaites européennes. Nous savons qu'au Meazza nous avons donné peu, objectivement Onana n'a pas eu à faire des arrêts énormes. Demain sera différent, le stade sera chaud, nous devrons être une équipe grâce au soutien de nos fans." Peut-on parier sur le pragmatisme face à la possession de balle stérile du Barça ? "Chaque match a sa propre histoire, Barcelone ne méritait pas de perdre à Munich. Au match aller, nous avons fait un grand match en tant qu'équipe agressive, compacte et déterminée. J'aurais aimé jouer au Meazza, nous nous sommes préparés pour un match à la hauteur de l'Inter." Comment gardez-vous l'équipe calme? "Dans l'équipe, j'ai des joueurs qui ont l'habitude, ils ont une certaine expérience, nous sommes une équipe mature. Nous savons qu'il y aura des moments de souffrance et d'autres où il faudra être lucide avec le ballon." Xavi a parlé d'une finale. Cela peut-il être contre-productif pour Barcelone ? "Nous devrons jouer un jeu prudent, dans le détail. Barcelone fera beaucoup de centres, nous devrons être bons pour marquer à l'intérieur de la surface. Nous nous attendions au risque d'être dans ce groupe, nous pouvons faire de notre mieux après avoir récupéré six points. Dix points pourraient suffire, on affronte le match comme s'il était décisif." Traduction alex_j via FCInterNews.
  18. Tuttosport explique pourquoi le FC Barcelone a peur. L'Inter sera suivie par 1500 supporters. Un véritable enfer, c'est ce qu'attend l'Inter à Barcelone. Depuis des jours, footballeurs, entraîneurs et managers catalans "réchauffent" le climat en vue du match de demain qui décisif pour les blaugrana. En effet, en cas de non victoire, le Barça pourra pratiquement dire pour la qualification en 8e. Ainsi, le Camp Nou s'annonce en feu et bruyant, une arme à double tranchant comme l'écrit justement Tuttosport. "Ils ont peur! Et cela peut être un avantage pour l'Inter. De nombreux indices le prouvent : les chants anti-Nerazzurri des supporters barcelonais (Dimanche, lors du match contre le Celta Vigo qu'ils ont proférés en fin de première mi-temps et avant la fin du match), l'ambiance de chasse aux sorcières créée artificiellement contre les arbitres et l'UEFA par Joan Laporta et l'aveu de Xavi qu'après la pause pour les équipes nationales, son équipe a perdu le fil du match." "La pénible victoire de Dimanche a été validée grâce aux arrêts de Ter Stegen. Cela n'a pas épargné au Barça de vives critiques pour la performance offerte. Il est possible que l'équipe ait déjà l'Inter dans sa tête, devenue l'ennemie public numéro 1 après sa victoire au Meazza. Ne pas dépasser la phase de pool de la Ligue des champions serait un échec pour un club qui a vendu des actifs importants, comme des droits TV et une partie des Studios du Barça pour financer une campagne de transferts de 150 M€ et aussi respecter les conditions du FPF." Enfin, le soutien ne manquera pas des supporters des Nerazzurri, prêts à se faire entendre dans la fosse du Camp Nou comme en 2010. L'équipe sera suivie par 1 500 fans. C'est toujours ça! Traduction alex_j via FCInter1908 et FCInterNews.
  19. L’ancienne légende du FC Barcelone, Andres Iniesta, s’est livré à 48h de la "Finale" tant attendu entre un FC Barcelone rageux et une Inter qui peut se permettre de luxe de rentrer à la maison avec un partage de points, à la Gazzetta Dello Sport… Le tout avec l’Ombre de la Maison Blanche… Match aller "C’est un résultat très très négatif pour Barcelone vu les conséquences qu’il impose pour le match retour : les rencontres face à l’Inter sont toujours passionnantes et difficiles : tout, ou quasi tout, peut y arriver." Xavi s’est plaint de l’arbitrage "Il y a des moments où tu dois exprimer ta déception, les phases de jeu dont on parle sont claires et vu l’importance de la rencontre, si tu es victime de décisions qui te sont négatives, tu accuses le coup." Ce règlement, qui modifie la règle des fautes de main est-il plus complexe pour les joueurs ? "Dans le football, il y a des situations qui sont très claires, aussi parce que la technologie ne permet pas de faire la place aux obsessions : je pense au but/non-but et aux hors-jeu et dans d’autres phases où malgré la Var, il reste toujours la place à l’interprétation. Et l’interprétation génèrera toujours toute sortes de doutes : l’un va voir les choses à sa façon, l’autre aura une autre vision." Passons à Inter-Barça "C’est vital pour Barcelone de gagner pour rester en vie dans le tournoi, c’est une rencontre cruciale : l'Inter est une grande équipe et ce sera compliqué pour Barcelone. Je m’attends à voir Barcelone prendre l’initiative et l’Inter rester en attente et prête à saisir ses propres options, en sachant que, théoriquement, même un match nul peut lui convenir. La Ligue des Champions est une compétition qui se joue sur les détails, si tu te plantes, tu payes le prix, mais Barcelone a une grande opportunité pour parvenir à faire un beau pas en avant et j’espère qu’il y parviendra." La défaite à Milan semble avoir été très dure, surtout psychologiquement… "de l’extérieur, il me semble qu’il y a une certaine instabilité émotive : les victoires te donnent beaucoup de moral, mais il te suffit d’une seule défaite pour plonger dans le doute, pour faire chuter d’une façon évidente l’humeur de façon générale. Je pense que Barcelone propose une excellente ligne de jeu et a un noyau très complet, le travail réalisé en ce début de saison est excellent, la confiance et les espérances doivent rester élevées, tu ne peux pas te permettre d’être conditionné aussi facilement." De Xavi-Busquets-Iniesta à Gavi-Busquets-Pedri "La carrière de Sergio est l’une des meilleures de l’histoire du football. Gavi et Pedri ont, à leur côté, une personne avec qui ils peuvent énormément apprendre, une personne qui peut les aider à grandir sur et hors du terrain : ce sont deux garçons très très jeunes qui disposent d'un excellent présent et qui auront un avenir spectaculaire." Le fait d’être comparés à vous et à Xavi peut-il peser dans la balance ? "Je ne crois pas : Gavi et Pedri joue assez naturellement, facilement, je ne pense pas qu’ils ressentent la pression. C’est plutôt le monde extérieur qui doit les laisser tranquille. Il est clair ensuite qu’ils devront convaincre comme nous l’avons connu Xavi et moi : j’étais 4 ans plus jeune que Xavi et j’étais déjà comparé à lui, et lui était comparé avec Guardiola. C’est normal, c’est une sorte de chaine mais Gavi et Pedri ont le football en eux, ils ne sont pas là à se plaindre sur le terrain, ils ne fuient pas leurs responsabilités : on voit qu’ils s’amusent et c’est quelque chose qui est innée chez eux : soit tu l’as, soit tu ne l’as pas." Revenons un peu à 2010 et à cette demi-finale de la Ligue des Champions... "Ce sont des souvenirs vraiment négatifs, aussi bien pour l’élimination que pour le fait que j’étais blessé et que je ne savais pas si j’irais au Mondial. Cette rencontre fut une double désillusion, je me souviens de l’ambiance du match retour qui était incroyable, le but annulé à Bojan, la tension… Comme je l’ai dit avant : tout peut arriver face à l’Inter, les rencontres sont composées de tellement de choses car c’est une équipe qui a toujours eu de grands champions." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L'entraîneur de Barcelone Xavi Hernandez s'est exprimé lors de la conférence d'avant match contre le Celta Vigo. "Nous pensons que c'était une injustice et nous continuons à le penser. Mais maintenant nous nous concentrons sur le Celta. L'aspect positif est qu'en Champions nous avons encore le destin entre nos mains. Mais maintenant, il y a le Celta, nous voulons montrer notre meilleur visage et rester en tête de la Liga." "Une plainte du club à l'UEFA ? Je fais partie du club. Nous en avons parlé, mais nous avons décidé de ne pas le faire. Immense sentiment d'injustice, mais on ne gagne rien à rabâcher et ressasser." "L'Inter a terminé bas et fermé le jeu. Le problème est que nous n'avons pas trouvé d'alternatives, même si on était mieux en seconde période. Ils se sont très bien couverts. Nous travaillons pour essayer de comprendre comment mieux attaquer et percer, c'est logique." De toute façon, une plainte à l'UEFA aurait été assez comique et voici une réponse possible d'Aleksander Ceferin: "Cher Laporta, nous avons bien reçu votre plainte et comprenons vos préoccupations. Ceci dit, si l'arbitrage de l'UEFA ne vous convient pas, vous êtes toujours libre de définir celui qui vous sied bien avec vos collègues de la Super League dans cette Super League. Bien à vous, Aleksander Ceferin." Traduction alex_j via FCInterNews.
  21. A la surprise générale, l’Inter a réalisé une sortie européenne digne de ses plus belles pages d’Histoire : Un match de souffrance, en serrant les dents jusqu’au bout, pour enfin laisser exploser sa joie au coup de sifflet final, une délivrance jubilatoire pour le Public présent et pour tous les Tifosi derrière leurs petits écrans! En effet, totalement dominés par le Fc Barcelone, les Nerazzurri n’ont eu de cesse que de courir derrière le ballon des Hommes de Xavi. Toutefois, quelques éclairs ont permis à l’Inter de vivre en première période, à l’image du but refusé pour un hors-jeu millimétrique de Joaquin Correa tout comme un pénalty refusé pour les Nerazzurri, à nouveau suite à un hors-jeu! Auteur d’une prestation quatre étoiles, André Onana a prouvé qu’il méritait de défendre la cage Nerazzurra, lui qui a réalisé un très beau clean-sheet après avoir déjà limité la casse face au Bayern de Munich! 12 ans après le 3-1 Mourinhesque, Xavi repart bredouille du Giuseppe Meazza suite à une reprise à l’extérieure de la surface d’Hakan Çalhanoğlu idéalement servi par un Federico Dimarco véritablement en feu dans les arrêts de jeu de la première période (47’). La seconde mi-temps se résumera par une attaque défense avec, pour les catalans, un arbitrage Pro-Inter : Dès la reprise la VAR entre en action pour annuler le but de Pedri suite à la seule sortie hasardeuse d’André Onana : Sur les images, il apparait clairement qu’Ansu Fati commet une faute de la main L’Inter évite également la correctionnelle à la 90’ : La Var procède à l’analyse des images pour octroyer un éventuel pénalty au Fc Barcelone : Si la Var ne confirme rien, preuve en est Vincic n’as pas été appelé pour visionner les images, Xavi en tête de liste a été le premier à crier au scandale suite au pénalty non-accordé. Après 8 minutes d’arrêts de jeu et une virée en enfer, Les Nerazzurri s’offrent, après 3 journées de compétition la deuxième place et le Scalp du Fc Barcelone. La manche retour aura lieu le mercredi 12 octobre et l’Inter pourrait entrevoir les huitièmes de finale en cas de victoire ou de partage au Nou Camp, dans un match qui s’annonce d’ores et déjà aussi intense que celui disputé un certain 28 avril 2010! Tableau Récapitulatif Analyse à chaud d'un supporter Catalan! Inter 1-0 Fc Barcelone Buteur(s): 45+2' Çalhanoğlu Inter: 24 Onana; 37 Skriniar, 6 De Vrij (76' 15 Acerbi), 95 Bastoni; 36 Darmian (76' 2 Dumfries), 23 Barella, 20 Çalhanoğlu (85' 14 Asllani), 22 Mkhitaryan, 32 Dimarco (76' 18 Gosens); 10 Lautaro Martinez, 11 Correa (56' 9 Dzeko) Banc: 1 Handanovic, 40 Botis, 5 Gagliardini, 12 Bellanova, 33 D'Ambrosio, 45 Carboni, 46 Zanotti T1: Simone Inzaghi Fc Barcelone: 1 Ter Stegen; 20 Sergi Roberto, 15 Christensen (58' 3 Piqué), 24 Eric Garcia, 17 Marcos Alonso (64' 28 Balde); 30 Gavi (84' 19 Kessie) 5 Busquets, 8 Pedri; 7 Dembélé, 9 Lewandowski, 22 Raphinha (64' 10 Fati) Banc: 26 Inaki Pena, 36 Tenas, 11 Ferran Torres, 18 Jordi Alba, 29 Casado, 32 Torre T1: Xavi Arbitre: Vincic (SLO) VAR: Van Boekel (NL) Averti(s): Barella (I), Busquets (B), Çalhanoğlu (I), Xavi (B), Gavi (B), Lautaro Martinez (I), Inzaghi (I), Bastoni (I), Onana (I) Expulsé(s) : / Affluence: 71.368 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. On ne s'en lasse pas, les rageux catalans fulminent contre l'arbitrage. Xavi a fait un geste suggérant que l'Inter avait acheté le match. Biasin lui a rappelé une chose importante. Le penalty non sifflé suite à la supposée main de Dumfries à la 92 a fait exploser Xavi après le match : "Pour moi, c'est un fait très clair ! Des arbitrages comme aujourd'hui enlèvent l'envie de voir du football !". Rappelons qu'il a été averti pendant le match et il a été protagoniste d'un geste visant à imiter un pot-de-vin. Ce geste est sans équivoque suggérant que l'Inter a payé les arbitres. Mais cela est très, très difficile. Xavi a oublié une chose très importante et Fabrizio Biaisin le lui a rappelée. "Maintenant, après avoir dit que dans moins d'une semaine les Nerazzurri seront accueillis par une ambiance infernale au Camp Nou, après avoir dit que Xavi peut légitimement s'énerver, force est de lui faire remarquer un fait. Il est convaincu que l'Inter a a payé l'arbitre, mais nous en sommes certains depuis un certain temps, cher Xavi, comprenons nous bien, il n'y a pas un sou ici !" Le Barça, équipe reconstruite par Joan Laporta en hypothéquant les actifs du club avec l'obligation économique avant sportive de gagner immédiatement, se retrouve fragile. La semaine prochaine, avec l'Inter au Camp Nou puis le déplacement au Bernabeu, il comprendra de quoi il est fait. La prochaine fois Xavi, tais toi quand tu parles! Traduction alex_j via FCInterNews, FCInter1908 et Sempreinter.
  23. Selon la Repubblica, le Barça ne portera pas plainte à l'UEFA. Barcelone ne portera pas plainte à l'UEFA sur la direction du match de Vincic contre l'Inter. "Hier soir, après la colère du moment sur la main non sifflée de Dumfries, le raisonnement au siège des Blaugrana était qu'un meilleur arbitrage au match retour est bien mieux qu'une guerre avec l'institution européenne du football déjà irritée par l'adhésion du club au projet de la Super League." Le super président Joan Laporta et sa direction pourraient se contenter de ne plus affronter la même équipe néerlandaise pour la Var. Enfin, Onze Mondial rapporte que le journaliste de l'Equipe Florent Torchut a pris un malin plaisir à relever le craquage de Xavi sur le sujet de l'arbitrage. Il y a un an, le coach espagnol assurait en effet qu'il refusait toujours de s'en prendre aux arbitres et à la VAR pour une "tache très difficile". Ce qui tranche avec son indignation et "l'injustice" pointée du doigt par le coach barcelonais un an plus tard, qui a même sommé l'arbitre de venir s'expliquer... Traduction alex_j via FCInterNews.
  24. En fin de match, l'entraîneur barcelonais Xavi Hernandez se présente à la conférence de presse pour commenter le match de son équipe. Voici ses propos recueillis par le correspondant de FCInterNews. "Nous avons essayé avec une ligne à 3 arrières et Alonso était plus avancé, il devait trouver plus d'espaces et aller entre l'intérieur et le côté pour chercher le un contre un. Nous l'avons essayé plusieurs fois mais nous avons eu du mal dans le rythme et dans la circulation. Dans la dernière demi-heure on a mieux joué et on a trouvé plus d'espace. On a couru plus et on a trouvé des repères sur les flancs. On voulait beaucoup attaquer." "En première mi-temps on a manqué un peu de rythme et de circulation, on l'a trouvé dans un deuxième temps. Il faut faire de l'autocritique au-delà des décisions de l'arbitre." "Je suis outré par les décisions de l'arbitre, des épisodes confus, j'aurais aimé clarifier avec l'arbitre, pour comprendre s'il s'est trompé, comprendre pourquoi il a annulé le but, c'est une injustice mais c'est le football. Maintenant il nous faire trois finales, nous avons déjà perdu à Munich. Il faut être autoritaire et reprendre avec intensité et rythme, mais aujourd'hui l'indignation est grande." "À mon avis, l'arbitre devrait venir ici et s'expliquer, l'indignation est le seul mot qui me vient à l'esprit." "Nous devons maintenant réfléchir à ces défaites mais la semaine prochaine, nous aurons l'Inter à domicile et ce sera une finale. Aujourd'hui, nous avons fait une erreur mais nous devons nous racheter et mieux jouer les prochains." "Une Inter fermée ? On a essayé dans tous les sens, c'était un 3-5-2 très fermé, on a essayé d'attaquer de tous les côtés avec patience, ils ont bien fermé, ils ont trouvé le but de l'extérieur de la surface et ils ont bien géré le résultat. On a raté la dernière passe, on s'est créé des occasions, on est allé au fond, on a centré, peut-être qu'on aurait pu tirer plus de l'extérieur, c'est dommage qu'on n'ait pas réussi à marquer. On s'attendait à cette Inter, peut-être pas si défensive mais en seconde période on l'a mieux comprise et cernée et on a créé plus. Ils ont marqué de l'extérieur mais on aurait mérité au moins un match nul, c'est comme ça le football." Il est vrai que le FC Barcelone n'a JAMAIS bénéficié d'erreurs d'arbitrage, JAMAIS. Voici deux vidéos se focalisant sur les deux défaites qu'on peut considérer comme les plus humiliante du club catalan. Tarduction alex_j via FCInterNews.
  25. Quatre-vingt-dix-neuf minutes de courage, de cœur et de souffrance. Tout cela culminant par une victoire sensationnelle et très importante qui amène l'Inter à la deuxième place du groupe de la Ligue des champions le plus relevé. Cela chasse surtout les nombreux nuages noirs qui s'étaient accumulés sur la tête de tout le monde. C'est le commentaire que Simone Inzaghi lâche aux micros de Sky Sport et FCInter1908 à la fin du match. Interview accordée à Sky Sport A quoi pensez-vous ? Cela ressemblait à un match impossible et au lieu de cela... "J'ai dit hier que c'était une grande chance contre l'une des équipes les plus fortes. Nous avons joué le match qui devait être joué, déterminé et agressif. Une soirée que nous attendions depuis longtemps. Pendant longtemps on ne l'a pas fait mais on est content pour les fans. Une soirée importante." Qu'avez-vous dit aux joueurs pour les voir tels qu'ils étaient ? "J'étais désolé pour le résultat contre la Roma, pour la performance médiocre. Ce soir, on n'a fait aucune inattention, des soirées comme celles-ci sont bonnes mais Samedi il va falloir récupérer de l'énergie car on affronte une équipe en forme. J'espère ne pas perdre d'autres joueurs, je pense que non car la fatigue ne semble pas grave. Maintenant, il faut récupérer des points en championnat." Victoire du tournant ? "Je pense que c'est le début, voir le Barça en direct, c'est encore plus fort. C'était une belle victoire, une victoire étudiée." Cette victoire est-elle une revanche ? "Je ne cherche pas à me venger. Ces moments durs arrivent mais je les affronte la tête haute en sachant qu'au cours de ces 15 mois, j'ai fait d'excellentes choses avec mon personnel. Ce soir, j'ai vu une équipe compacte et ce n'est qu'ainsi vous obtenez de telles victoires." À quel point êtes-vous heureux ? "Je suis content pour tous les composants, ces gars-là m'ont donné il y a trois mois deux trophées et maintenant ils sont les premiers à être conscients qu'il y a du terrain à récupérer." Interview accordée à FCInter1908 Avis général ? "Excellent match face à un adversaire très fort, technique et de qualité. Nous étions très compacts, après le 1-0 nous avons raté quelques raffinements qui auraient pu nous apporter le deuxième but. C'est une soirée importante qui va devoir nous redonner beaucoup d'estime. Il va falloir enchaîner Samedi, puis il y aura le retour. On a une période très intense à gérer au mieux." Ce soir, tout le monde sur le terrain s'est entraidé. "Les garçons étaient très bons. Ils se sont beaucoup entraidés, ce fut une soirée merveilleuse, assaisonnée d'un incroyable esprit de sacrifice." Xavi s'est dit "indigné" par l'arbitre. "Xavi, je l'ai vu avant et après le match, c'est un grand entraîneur et une grande personne. Il fait référence à des décisions que je n'ai pas vues. Nous avons eu un penalty clair annulé pour hors-jeu justifié à 0-0. Leur but est plutôt juste à annuler." À quel point est-ce important d'avoir gagné de cette manière ? "Cela donne de l'estime de soi face à un adversaire comme ça. On en avait besoin mais on sait qu'on n'a bien fait. Ces derniers jours, j'étais assez calme, car Samedi j'avais vu de bonnes choses gâchées par des erreurs qui à d'autres moments n'auraient pas coûté une défaite aussi douloureuse. En 48 heures, organiser un match important de manière aussi simple était un bon signe." Calhanoglu peut-il devenir une alternative à Brozovic ? "Il me l'avait prouvé l'année dernière. J'avais quatre milieux de terrain et ils devaient être trois. Asllani avec la Roma a fait un excellent match, mais j'ai dû faire un choix. Mkhytarian méritait de jouer et il a fait un excellent match en termes de sacrifice. Tout le monde a très bien fait." Traduction alex_j via FCInterNews et FCInter1908.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...