Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'zinedine zidane'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

18 résultats trouvés

  1. Marco Materazzi a plaisanté en disant que l'entraîneur entrant Simone Inzaghi nous doit toujours le Scudetto de 2002 dans une longue interview avec 7 Corriere sur Instagram, rapportée par FCInterNews.it , où il évoque les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer, la Coupe du Monde 2006 et le Triplete. Simone Inzaghi nous doit un Scudetto. "Tout le monde est sceptique à l'égard de Simone, mais en attendant, il nous doit le Scudetto du 5 Mai 2002. L'Inter a l'opportunité de rester au top, Simone a si bien fait que son travail est resté caché, mais il est l'un des meilleurs jeunes entraîneurs italiens, maintenant il doit faire le saut." Sur les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer. "L'Inter a eu la malchance de ne pas gagner ce qu'elle méritait, comme pour le Scudetto de 1998. Ils avaient Ronaldo, le plus fort de l'histoire, et nous aurions dû gagner encore plus avec lui. Je mourais d'envie d'avoir son maillot quand je lui ai fait face, de le retrouver. Lui faire face comme un autre joueur était une émotion incroyable. J'ai joué avec tous les meilleurs, mais Ronnie était le meilleur. Je regrette de ne pas avoir pu le convaincre de rester après 2002, mais il était fatigué. Quand il a quitté la Pinetina, il a dit qu'il resterait s'ils se débarrassaient de l'entraîneur Hector Cuper. Il serait également revenu chez nous l'année où il est allé à Milan, en 2007. J'aurais aimé jouer avec Lothar Matthaus et Karl Heinz Rummenigge, je me serais très bien entendu avec eux parce qu'ils ont du caractère. Nicola Berti aussi parce que c'est un fou comme moi, un vrai mec qui dit ce qu'il pense sans filtre. Nous sommes comme ça." Jose Mourinho et Antonio Conte. "Les mariages ont toujours besoin de deux personnes, logique. Mais je sais pertinemment qu'il serait revenu il y a deux ans. Ensuite, ils ont choisi Antonio Conte, qui en tant qu'ancien joueur de la Juventus a beaucoup fait pour l'Inter et doit être remercié pour cela. Quand il a dit: 'J'ai compris ce que voulait dire Inter', c'était le plus significatif. Il a créé un groupe solide. Je disais déjà en Décembre que l'Inter dépasserait le Milan et beaucoup se moquaient de moi, alors que j'avais raison parce que l'Inter a l'équipe la plus forte." Sur samuel Eto'o et Romelu Lukaku. "Eto'o est mon petit frère, je dois le remercier pour la vie car il nous a apporté le Triplete. Il savait le faire, il nous a permis de nous battre sur tous les fronts en termes de mentalité et cela a fait la différence. Lukaku est comme Vieri maintenant. Mais pas quand il est arrivé. Je ne pensais pas qu'il pouvait être le nouveau Vieri. Au lieu de cela, il s'est avéré être un leader et un buteur, il a fait de grands progrès grâce à Conte." A propos de Zlatan Ibrahimovic. "Quand il était à l'Inter, la relation était bonne, mais il a changé de cap. Sur le terrain, les choses se passent. Il pourrait éviter d'aller sur les réseaux sociaux pour évoquer le passé car cela n'a aucun sens. Il aurait pu l'éviter, je le respecte en tant que joueur et je le remercie pour ce qu'il m'a fait gagner quand il était avec nous et quand il est parti. Je le félicite car il fait la différence à 40 ans, chapeau à lui." A propos de Roberto Mancini. "Nous nous sommes disputés à plusieurs reprises, heureusement, nous étions toujours séparés et nous ne nous sommes jamais venus aux mains. Il a fallu très peu pour entrer dans ses grâces en remportant la Coupe du monde en 2006." Sur deux joueurs de l'AS Rome. "J'aurais aimé voir Francesco Totti à l'Inter, malheureusement cela n'est pas arrivé. C'était impossible. La même chose avec Daniele De Rossi. J'ai résisté à un transfert au Milan et je remercie ceux qui m'ont permis de rester, en l'occurrence Giacinto Facchetti. J'aurais laissé plus de fierté que de trahir le club, mais je ne pouvais pas dire non à Giacino et finalement rien ne s'est passé." La Coupe du monde 2006. "J'ai eu la chance de disputer la Coupe du monde grâce à la blessure d'Alessandro Nesta. Je préfère me souvenir de mes deux buts plutôt que du coup de tête de Zidane, qui nous a permis de gagner. Au final, c'était important de marquer des buts et surtout de marquer les penalties malgré la pression. Je félicite Zidane en tant que joueur et en tant qu'entraîneur, il s'est avéré être un numéro un." La victoire en Ligue des champions en 2010 comme un couronnement. "Javier Zanetti était tellement fiable que vous pouviez compter sur lui à chaque match. Il était toujours là dans les moments difficile, en tant que capitaine. Vous avez hâte d'embrasser la Ligue des champions, mais avant le match, vous ne devez pas toucher le trophée. Vous devriez l'enseigner dans les écoles de football." "Le Triplete était le couronnement d'un rêve de carrière car après la Coupe du monde, il ne me manquait que la Ligue des champions. Quand j'ai vu les différents titres dans les salons de Paolo Maldini et Lionel Messi, j'ai regardé ma femme et lui ai dit que je la voulais."
  2. Les départs pour Conte et Zidane, ainsi que les discussions sur le retour de Pochettino aux Spurs, incarnent le chaos du football moderne. Ce texte est la traduction de "Managerial carousel mirrors the desperate crisis enveloping Europe’s elite clubs" de Jonathan Wilson paru sur le site du guardian le 31 Mai 2021. À première vue, Antonio Conte quittant un club alors qu'il est en litige avec les propriétaires peu de temps après les avoir conduits à un titre de champion peut ne pas sembler particulièrement significatif. C'est ce qu'il fait. Son départ de l'Inter fait suite à des départs apparemment similaires de la Juventus et de Chelsea, et il a également quitté le poste de manager de l'Italie plus tôt. Mais c'est bien plus que Conte. Ce qui se passe à l'Inter est emblématique du chaos du football moderne et des luttes d'une industrie qui était devenue une scène pour les machinations de soft power de divers États et oligarques et avait besoin d'un rééquilibrage financier majeur avant même que la pandémie ne dommage les revenus. Et alors que la crise se profile, les investisseurs en difficulté commencent à flotter. Conte et l'Inter ne sont qu'une partie immergée de l'iceberg: cet été verra un grand remaniement de managers avec au moins deux autres clubs qui se sont engagés dans la Super League européenne ayant des postes à pourvoir. Il y aura des conséquences, et elles pourraient être profondes. Une période de flux est toujours une période d'opportunité. Mais le remaniement n'est que la conséquence la plus visible de grondements financiers bien plus profonds, dont les propositions de rupture n'étaient que l'éruption la plus évidente. En Mars, les dettes de l'Inter ont atteint 630 M€. Leur actionnaire majoritaire est le Suning, qui détient 68% des actions, lui-même est détenu à 23% par des investisseurs liés au gouvernement chinois. Mais alors que l'implication d'Abou Dhabi et du Qatar dans la propriété de clubs de football a jusqu'à présent été une garantie de sécurité, offrant des investissements qui ne dépendent pas des résultats sur le terrain, ce qui en fait une telle menace pour l'élite traditionnelle, le gouvernement chinois est plus soucieux d'équilibrer les comptes. Il a cherché à réduire les prêts exorbitants expliquant pourquoi les transferts lucratifs vers les clubs de la Super League chinoise ont pratiquement pris fin. Le Suning possédait le Jiangsu FC qui a remporté le titre chinois la saison dernière pour la première fois en 63 ans d'histoire avant d'être liquidé parce qu'il était considéré comme un trop grand fardeau financier pour le Suning. Cela n'arrivera pas à l'Inter, mais ils ont contracté un prêt d'urgence de 275 M€ auprès de la société d'actifs américaine Oaktree Capital Management au début du mois. Ils n'ont pas à chercher très loin pour voir les conséquences possibles de cela: Elliott Advisors Limited a pris la direction de Milan en 2018 après que leur propriétaire Li Yonghong n'ait pas remboursé ses prêts. Pour Conte, alors qu'il cherchait à investir davantage pour consolider un premier Scudetto en 11 ans et lancer une prestation sérieuse en Ligue des champions, cela signifiait qu'il lui était demandé de lever 80 M€ via des ventes des joueurs. Compte tenu de sa personnalité et de ses antécédents, la surprise aurait été qu'il envoie pas tout valser. Il sera remplacé par Simone Inzaghi, qui a quitté la Lazio ce Jeudi . Conte est une présence majeure sur ce manège managérial. Il peut être difficile, mais il a un record de succès soutenu, allant de Bari avec le titre de Serie B en 2009 à trois titres de champion avec la Juventus et un avec Chelsea et l'Inter. Le seul vrai doute, au-delà de son sang chaud, est son bilan en Europe. Le Real Madrid et Tottenham sont des destinations viables, notamment parce que sa capacité à s'imposer et son style de pressing agressif est exactement ce dont les deux ont besoin. Au cours des deux dernières saisons, le Real a semblé de plus en plus fatigué, jouant un football lent et ancien qui avait désespérément besoin de rajeunissement. Zinedine Zidane a essentiellement reconnu qu'il ne pouvait pas faire face à cette reconstruction lorsqu'il a démissionné après le succès de la Ligue des champions en 2018; trois ans plus tard, la situation a à peine changé à part que Cristiano Ronaldo est parti, tout le monde est plus âgé et la solution supposée d'acheter de jeunes talents espagnols a échoué de manière si catastrophique que, pour la première fois de l'histoire, il n'y aura pas de joueur du Real Madrid dans la Roja pour un tournoi majeur. Les dettes dépassent 900 M€ et le président du club, Florentino Pérez, est en guerre avec l'UEFA, après avoir été exposé comme un bouffon à travers l'Europe par sa victimisation en discutant de la Super League. Mais aussi ridicule que puisse être le bêlement de Pérez, cela révèle le fait fondamental que les finances du Real Madrid sont catastrophiques et qu'il a désespérément besoin de céder une douzaine de joueurs dans un marché déprimé juste pour pouvoir commencer leur reconstruction. Il y a une raison pour laquelle ils n'ont pas fait de signature majeure depuis Eden Hazard et Luka Jovic en 2019 et ce n'est pas qu'ils ont appris leur leçon après avoir éclaboussé 150 M£ sur deux attaquants qui ont totalisé 27 onze de départ en championnat et marqué six buts. Le salaire et le prestige offriraient une certaine compensation, mais il est difficile de penser à un pire moment pour occuper ce poste de manager au Real au cours des 70 dernières années. Et puis il y a Tottenham, leur nouveau stade spectaculaire qui risque de devenir un monument étincelant de l'orgueil de l'ère pré-pandémique, son coût menant à la réduction des investissements qui ont conduit à l'effondrement de l'équipe qui a conduit au licenciement de Mauricio Pochettino. Cela a conduit à la nomination de José Mourinho qui les a conduit à une septième place et à Harry Kane voulant partir. Comme l'enfer, la route vers la Conférence Europa est pavée des meilleures intentions. Le retour de Pochettino aurait du sens d'un point de vue à la fois sentimental et pratique, en particulier compte tenu d'une première saison relativement décevante au Paris Saint-Germain, bien que de nombreux problèmes aient été hérités. Cela ouvre potentiellement un autre poste vacant et il pourrait y en avoir un autre à Barcelone qui est hautement endettée mais qui a beaucoup de jeunes talents. Massimiliano Allegri revient à la Juventus pour remplacer Andrea Pirlo, mais cela laisse toujours Maurizio Sarri, l'homme qui l'a initialement remplacé, sans travail. Admirons ce jeu de chaises musicales. Mais comme les briques sont frénétiquement remaniées autour de la table, il se peut que ce qui compte vraiment est ce qui se passe en dessous et les ramifications des perturbations économiques de l'année écoulée qui sont elles-mêmes le résultat de problèmes beaucoup plus profonds dans la structure financière de football moderne.
  3. C’est la bombe de la Gazzetta Dello Sport, et plus précisément de son Vice-Directeur, Andrea Di Caro. Fait très rare, la Rosea n’est pas habituée aux titres fracassants. Celle-ci reste toutefois très proche de l’environnement Nerazzurro. En 2010, Elle avait également annoncé, quelques jours à l’avance, le départ acté d’un certain Josè Mourinho…. Révélations fracassante de la Rosea "Comme nous vous l’avions raconté : Il n’y aura pas la rencontre tant attendue entre Steven Zhang et Antonio Conte : L’entraineur Nerazzurro connait à présent les plans du club et il n’acceptera pas ce qui lui a été proposé." Le club veut clôturer le mercato avec un actif de quasiment 100 millions d’euros tout en réduisant la masse salariale de 20%. L’entraineur se montre distant envers le plan de Zhang, comprenant que ses ambitions allaient se voir redimensionnées, comparé au projet présenté au début de son mandat Le club veut rester à un haut niveau de compétitivité pour se battre pour le Scudetto et faire belle figure en Europe, mais suite au prêt accordé et obtenu, il se doit également de faire tourner les comptes : Pour se faire, une plus-value d’une centaine de millions d’euros pour assainir les comptes laisse penser à l'inévitable cession d’un Top Player. Il faudra restreindre le masse salarial de 15 à 20% comparé au plafond actuel. Le tout a été proposé à Antonio Conte lors d’une entrevue qui s’est tenue, samedi, à la Pinetina entre lui et la Direction du Club L’entraineur s’est dit amer car sa vision était celle de se relancer : De porter en avant son projet et de faire grandir l’Inter également en Europe. Avec des positions aussi éloignées, lorsqu’il verra Zhang, se sera uniquement pour le saluer "Le départ officiel devrait arriver dans un arc de 48heures avec regret et déception, mais sans rancœurs, ni dispute. Antonio Conte en avait conscience et il s’était d’ailleurs exprimé en public en disant qu’après avoir travaillé durement durant deux années sur le noyau Nerazzurro et l’avoir fait renouer avec la Victoire du Scudetto, que le Club risquait de devoir tout reprendre à zéro." Son travail n’a jamais été remis en question et L’entraineur recevra une prime de reconnaissance : Il percevra un peu plus de la moitié des 12 millions qu’il aurait perçu jusqu’au terme de son contrat, plus ce qu’il n’a pas encore perçu pour cette saison. Cette somme qui doit se peaufiner se traitera lors de la confirmation du départ Et la Direction ? Si la Direction Nerazzurra était également préoccupée par la situation du Club, la Gazzetta confirme que le prêt en provenance d’Oaktree a convaincu Giuseppe Marotta, Alessandro Antonello et Piero Ausilio de rester à la barre : Tous avaient également un contrat qui arrivait à expiration en juin 2022. Et la suite ? Selon Gianluca Di Marzio, l’Inter espère résoudre cette situation dans les 2 à 3 jours à venir : Le club serait confiant sur la permanence de l’Entraineur. Car c’est à lui que revient la décision. Pour l’Inter, il reste l’Entraineur de l’Inter, si un départ doit être acté, il s’agira d’une pleine responsabilité du natif de Lecce Toutefois, selon Di Marzio, l’Inter pourrait se diriger vers Allegri, même si des contacts n’ont pas encore eu lieu au jour d’aujourd’hui Comme un gout de déjà vu C’est une révélation de Tuttomercatoweb : Selon Tancredi Palmeri, la situation a évolué entre Antonio Conte et le Real Madrid : Il y aurait quelque chose de concret. Si le Real Madrid n’a pas encore décidé de ce que sera fait sa destinée, Zinedine Zidane songe à partir. De son côté Florentino Perez n’est pas encore sûr de la direction à suivre pour le Real Madrid, mais en cas de départ de Zidane, sa volonté est clairement établie d’aller sur Antonio Conte : L’entraineur actuel de l’Inter a été informé de cette situation et attend curieusement : S’il n’est pas dit qu’il s’agit de l’unique pensée de Florentino Perez, le nom est bel et bien sur la table Pour rappel, il y a deux ans et demi, en octobre 2018, lorsque Lopetegui avait été remplacé par Solari, un accord avait déjà été trouvé entre l’italien et le club ibérique. SI le tout avait été planifié par le président de la Super League, il avait dû se rétracter suite à la prise de position des Sénateurs d’alors, à commencer par Sergio Ramos. A présent, personne ne sait si l’espagnol refoulera le terrain du Real et les autres sénateurs ont une côte décroissante : Il ne s’agit plus du Real qui venait de remporter 3 ligues des champions consécutivement. Conte au Real n’est pas l’option la plus probable, mais il s’agit de la plus concrète ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. L’effet domino a bel et bien lieu: Alors que ces derniers jours, Massimilano Allegri semblait être en pôle pour rejoindre la Juventus qui n’a toujours pas remercié Andrea Pirlo, celui qui est pressenti par Giuseppe Marotta comme le meilleur profil à la succession d’Antonio Conte à l’Inter serait, selon As, l’Elu pour succéder à Zinedine Zidane démissionnaire L’entraineur français communiqué au club ibérique qu’il ne sera plus l’entraineur du club de la Capitale espagnole : "Le Real a intensifié la négociation avec l’ancien entraineur bianconero. L’italien attendait justement le club des Blancos : L’option menant à Antonio Conte est très éloignée." Qui miserait un petit sous sur l’arrivée d’un Zizou ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Sur El Chiringuito, Achraf Hakimi a partagé sa joie de remporter ce Scudetto et a discuté d'un retour potentiel au Real Madrid à l'avenir. "Nous avions déjà une avance importante sur le second avant le match de samedi, mais il vaut mieux gagner le scudetto le plus tôt si vous le pouvez." "Nous n'avons rien fait de spécial aujourd'hui (dimanche), nous étions libres et je suis resté avec ma famille." "J'ai regardé le match de l'Atalanta car c'est un titre important pour moi. Étant donné que c'est ma première saison en Italie, je ne peux pas me plaindre de la façon dont ça s'est passé." "Au Real, j'ai eu ma chance, mais les gens ont dit que je ne voulais pas rester et me battre pour ma place. Ils ne savent pas de quoi ils parlent et cela m'irrite." "Tout le monde sait que le Real Madrid était ma maison et j'aurais aimé me battre pour ma place. Je ne sais pas ce qui s'est passé au club quand ils ont décidé de me vendre à l'Inter, mais à la fin j'ai dû partir." "Je ne blâme pas Zidane ou le club, mais je sais que le Real Madrid a un droit de premier refus me concernant pour l'avenir." "Conte plaisantait. Ça ne s'est pas bien passé quand j'ai essayé de tirer des pénos à l'entraînement, mais si je dois tirer un péno à un moment donné, je pense que je serai capable."
  6. Dans une interview publiée dans le Corriere della Sera, Cannavaro a insisté sur le fait de dire que l'Inter est défensive est injuste et a déploré le manque d'attractivité de la Serie A. L'Inter trop défensive? "En fin de compte, ce sont les résultats qui comptent et l'entraîneur doit en répondre. Il y a différentes philosophies, ceux qui essaient de gagner avec un football plus offensif et certains qui préfèrent une approche plus prudente. Mais vraiment, de quoi parle-t-on? Regardez combien le nombre de buts l'Inter a marqué, 69. C'est comme critiquer Cristiano Ronaldo, comme certains l'ont fait récemment, même si le Portugais compte déjà 25 buts en 27 matchs. La vérité est que personne ne peut plus attaquer à fond, les matchs doivent être interprétés par les adversaires et les options disponibles." La Serie A manque d'attraction. Est-il possible de remédier à ce déclin? "Malheureusement, nous n'avons plus le pouvoir de recruter les meilleurs (jeunes) joueurs, ils préfèrent aller en Premier League, en Liga ou au PSG. J'ai eu l'occasion de m'entraîner avec Diego Maradona, de marquer des champions comme Ronaldo ou Zinedine Zidane. Dans les années 80 et 90, nous avons attiré le meilleur du football mondial. Or ce n'est plus le cas et cela doit nous faire réfléchir. Mais il ne faut pas trop déprimer. Ce qui me donne de l'espoir, c'est que nous avons encore d'énormes progrès à faire, car nous ne pouvons pas faire pire que cela. Il y a des clubs qui ont la possibilité de construire leur propre stade et de gérer les revenus et les ressources au-delà des droits de télévision. Comme le font les plus grands clubs européens depuis un certain temps." AD10S Diégo. "Diego nous a quittés trop tôt et a laissé un immense vide. Mais il nous a aussi laissé beaucoup de belles choses, des images fantastiques que je porte à l'intérieur de mon cœur, en tant que fan de Naples et en tant qu'ami."
  7. Cette série d'articles nous rappelle les joueurs dont nous avons (peut-être) oubliés, qu'un jour, ils ont porté notre maillot noir et bleu. A travers eux on refait l'histoire, on discute et on dissèque leur temps à l'Inter ainsi que le reste de leur carrière. Retrouvez l'ensemble des articles de cette série ici : Les visages oubliés de l'Inter. "Pour moi, Djorkaeff est un joueur très sous-estimé. Le nombre de fois où il a sauvé la France avec des buts importants!" Robert Pires L'histoire du football est jonchée de grands joueurs. Certains, qu'ils aient atteint un niveau individuel ou au sein d'une équipe emblématique, sont salués dans les années voire décennies suivantes pour leur(s) talent(s). Leurs contributions au football sont louées à l'infini, jusqu'à ce qu'ils atteignent ce niveau de proéminence réservé à quelques-uns, une élite, et recherché par le plus grand nombre: le statut "légendaire". Ce genre de renommée qui vaut à ces joueurs le droit d'être considérés parmi les meilleurs à avoir jamais joué. La plupart des fans de foot, bien que par goût personnels en raison des équipes qu'ils suivent et supportent, parviendront à un consensus général sur le type exact de joueur qui appartient à cette catégorie très restreinte. Bien que souvent influencés par le championnat qu'ils regardent, la période au cours de laquelle ils ont grandi ou d'autres variables, les mêmes noms ont tendance à circuler dans les conversations. Zinedine Zidane, Diego Maradona, Roberto Baggio et les personnalités marquantes du côté milanais dirigé par Arrigo Sacchi à la fin des années 1980, comme Ruud Gullit et Marco Van Basten, ne sont que quelques noms qui ont eu un impact incommensurable sur le football italien. Ces noms sont également généralement considérés comme certains joueurs les plus talentueux à n'avoir jamais honoré un terrain de football. D'autres joueurs, cependant, tout en réussissant non moins en termes de trophées et de médailles gagnés, peuvent parfois tomber dans des étranges limbes. Quelque part entre le statut légendaire, la nostalgie et le fait d'être complètement négligé. Comme Zinedine Zidane, il y a un autre milieu offensif français qui a pris d'assaut la Serie A à son apogée pendant les années 90. Contrairement à Zizou, cependant, il est, pour la majorité des fans, tombé dans ces étranges limbes. La simple mention de son nom a la capacité d'évoquer un gémissement sentimental et pourtant auto-châtiant de la bouche de ceux qui se souviennent de lui. "Djorkaeff! Pour moi, Djorkaeff est un joueur très sous-estimé. Le nombre de fois où il a sauvé la France avec des buts importants!" Ce sont les paroles de l'ex-star d'Arsenal, Robert Pires, prononcées dans une interview à French Football Weekly en 2014. Pires discutait de la hiérarchie des joueurs et du staff à Clairefontaine alors qu'il jouait pour la sélection nationale. Il a poursuivi en expliquant pourquoi Djorkaeff n'avait peut-être pas mérité tous les applaudissements qui lui étaient dus: "Personnellement, j'ai beaucoup appris en m'entraînant avec lui. Le truc avec Youri Djorkaeff, c'est qu'il est un peu dans l'ombre de Zidane. Mais honnêtement, c'était un grand joueur." Être dans l'ombre de la grandeur est une chose à laquelle un jeune Djorkaeff aura sans doute été habitué. Son père, Jean, était un joueur professionnel connu, notamment pour le Paris Saint-Germain, Lyon et Marseille. Ayant remporté la Coupe de France à deux reprises au cours de sa carrière de joueur, Jean n'était que trop conscient des pressions qui pesaient sur Youri lorsqu'il a pris la décision d'entrer dans le monde du football professionnel: "Les gens aiment toujours faire des comparaisons", a-t- il déclaré en discutant de l'ascension fulgurante de son fils lors d'un entretien avec la FIFA en 2005, "De plus, les gens pensent que si votre père était un ancien international, tout est beaucoup plus facile pour vous, ce qui est complètement faux. Le fils finit toujours par être jugé en fonction de la carrière de son père. J'ai dit à Youri qu'il ne devrait jamais être satisfait d'une performance moyenne. Et il a très vite imposé sa personnalité en montrant à chacun que ses talents sont les siens." Et montrez à tout le monde, il l'a certainement fait! Arrivé en Italie pour signer à l'Inter en 1996, Djorkaeff était déjà bien établi, ayant exercé son métier dans sa France natale pendant plus d'une décennie. Des passages avec Grenoble, Strasbourg, Monaco et le PSG l'ont vu quitter la capitale pour la région de Lombardie, déjà dans l'habitude de gagner de l'argenterie. Après avoir remporté la Coupe de France avec Monaco en 1991, la saison du chant du cygne de Djorkaeff l'a vu quitter le PSG vainqueur à la fois du Trophée des Champions et de la Coupe des vainqueurs de coupe, faisant partie d'une équipe qui regroupait les talents de Bernard Lama, Paul Le Guen et Patrice Loko. Malgré ces réalisations notables, Djorkaeff ne se faisait aucune illusion sur l'ampleur de la tâche qui l'attendait lors de son premier voyage à l'étranger: "Je me suis toujours senti citoyen du monde, mais je m'assure d'avoir des racines solides dans la ville dans laquelle je me trouve. Quand j'arrive quelque part, j'apprends son histoire, prendre les bonnes choses, respecter les traditions et écouter avant d'ouvrir la bouche." Djorkaeff connaissait également bien les traditions footballistiques de la ville, décrivant le célèbre stade San Siro, qui abrite les deux clubs milanais, comme "la cathédrale du football". Le Français a beaucoup fait pour jeter les bases d'une relation longue et fructueuse avec les fans des Nerazzurri, marquant 17 buts en 49 apparitions toutes compétitions confondues. Cet exploit particulier a été d'autant plus remarquable que son bilan en championnat a fait de lui le meilleur buteur de l'Inter en Serie A à sa première saison. Son but le plus mémorable cette année-là, et pour lequel on se souvient le mieux de son séjour en Italie, est peut-être celui contre la Roma en janvier 1997. Sautant sur un dégagement raté de la défense de la Louve, qui avait balancé le ballon haut dans les airs, Djorkaeff a catapulté le ballon dans le coin supérieur gauche au moyen d' un coup de pied acrobatique . Faire 2-0 juste avant la mi-temps, cela s'est avéré un moment charnière dans le match, l'Inter ayant finalement gagné 3-1. L'attaque a contribué à faire du Français une place dans nos cœurs, ce qu'il a lui-même reconnu lors de la même interview accordée à Inter Channel en février 2016. "C'est quelque chose pour les fans de l'Inter partout parce que c'est un but qui se joue toujours dans le monde entier et que vous pouvez voir au Meazza, le maillot de l'Inter, la Curva Nord et mes coéquipiers. Il y avait une photo de ce but sur l'abonnement de la saison suivante. Je n'ai pas besoin de mon passeport quand je viens en Italie, je montre cet abonnement." Ce souvenir particulier de son but le plus célèbre distingue Djorkaeff des autres joueurs. Cela aide également à identifier un train de pensées qui vient naturellement à l'homme. Il a un respect clair du patrimoine, de la tradition et de la culture des autres en général. Il a estimé que c'était une partie importante de l'enracinement dans la vie noire et bleue. Alors que la plupart des autres joueurs parleraient d'un tel but d'un point de vue très personnel, soulignant leur propre fierté individuelle, Djorkaeff voit l'importance du but non seulement pour ce qu'il montre sur sa propre capacité technique considérable, mais aussi comment il a fourni une photo instantanée de l'équipe et des fans dans leur ensemble. Cet altruisme et ce désir de faire ce qu'il y a de mieux pour l'équipe se sont poursuivis lorsque Djorkaeff s'est vu demander son avis sur la question de savoir si le club devait signer Ronaldo à l'été 1997. Il s'est entretenu personnellement avec l'homme qu'il appellerait plus tard "son président", Massimo Moratti. "Il est venu à Appiano Gentile et m'a dit qu'il y avait une possibilité d'acheter Ronaldo mais il voulait mon avis. Je lui ai dit: Achetez le immédiatement. Il nous amènera à un nouveau niveau et nous avons besoin de ce type de joueur.'' Le serpent, comme Djorkaeff allait devenir affectueusement connu, n'avait pas tort. Après avoir perdu la finale de la Coupe UEFA en 1997 face au Schalke 04, l'ajout de Ronaldo garantirait à l'Inter la victoire dans le même match un an plus tard, Ronaldo marquant le troisième de trois buts lors d'une victoire convaincante 3-0 contre la Lazio. C'était un résultat approprié pour Djorkaeff, le Nerazurro n°6 aidant le club à décrocher son premier trophée européen en quatre ans, le tout dans sa ville natale de Paris. Ajoutez à cela la conquête de la Coupe du monde avec la France dans la même ville deux mois plus tard, et l'été 1998 a représenté l'apogée de la carrière de Djorkaeff. Malheureusement, le temps du Français à l'Inter prendrait fin juste un an plus tard lorsqu'il est parti pour Kaiserslauten à l'été 1999, après une décevante huitième place avec l'Inter en Serie A. Des passages plus que moyens à Bolton et aux Blackburn Rovers, suivis par une saison en MLS avec les Red Bulls de New York, a mis fin à ce qui était parfois une carrière étincelante pour le footballeur de deuxième génération. À la réflexion, que Youri Djorkaeff ne reçoive pas les mêmes distinctions que ceux avec qui il a partagé la scène est un peu déconcertant. Là encore, sa volonté de partager si gracieusement cette étape avec des noms plus grands et parfois plus explosifs a peut-être contribué au fait que son nom est souvent oublié dans les discussions relatives aux équipes chargées de trophées dont il faisait si régulièrement partie. Cependant, là où les talents de Youri Djorkaeff peuvent être sous-appréciés et sous-estimés ailleurs dans le monde, ils ne le sont certainement pas dans la Curva Nord. Et il semble que pour l'homme lui-même, le sentiment soit très réciproque. "Je me souviendrai toujours du lien que j'ai eu avec les fans de l'Inter", a-t- il déclaré tout en soutenant le projet Inter Forever lors d'un voyage en Chine en 2015, "Faire partie de l'histoire Nerazzurra est un véritable honneur, j'ai pu y parvenir de grandes choses avec le club." Cet article est une traduction de "Youri Djorkaeff – The forgotten Inter love affair" par Laura Bradburn paru sur gentlemanultra.com le 27 Septembre 2016.
  8. A affiches exceptionnelles, articles exceptionnels : Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de Zinedine Zidane en vue de "l’autre match" décisif du groupe B. Un match qui s’avère fondamental car, en cas de victoire interiste, un vainqueur devra émerger entre le Real et le Borussia Mönchengladbach au risque de voir l’Inter, être une nouvelle fois éliminée de la compétition dans le cadre de la dernière journée de phase de groupe. Orgueil "C’est une partie importante. Nous savons ce que nous voulons, nous voulons ajouter trois points et terminer en tête du groupe, nous avons seulement cela en tête. Tous les matchs sont importants, j’en avais déjà parlé la semaine dernière et c’est à présent une opportunité pour prouver qui nous sommes comme équipe. Nous pensons uniquement à passer le tour. Je n’apprécie rien d’autre que le fait de réaliser un grand match, même en étant sérieusement mis en difficulté, mais en restant positif et en pensant uniquement à la victoire : Je veux tout donner pour gagner et pour remporter les trois points." L’Europa League? "Je n’y pense pas, je pense à passer le tour, tout comme les joueurs, basta. De là, vous pouvez penser ce que vous voulez, c’est votre travail, j’estime que nous devons penser à réaliser un grand match." Remercié "Le club fera ce qu’il devra faire, je pense seulement à la rencontre et ensuite le club agira comme il doit le faire, Je n’ai pas à y penser." Le Borussia "Nous allons affronter des bons joueurs, nous voulons toujours l’emporter, il y a tant de facteurs. Parfois nous jouons bien mais nous nous inclinons. L’important est de joueur comme une équipe, de rester souder, de défendre ensemble et avec fermeté, de concéder peu." "Nous savons qu’en possession du ballon, nous savons faire de belles choses et c’est de cela que l’on parle : Tous les joueurs, moi, le club, nous sommes tous habitués à jouer sous pression. Nous savons ce qu’il y a en jeu. Nous devrons gérer les émotions et bien nous préparer. Nous savons que le Borussia est une excellente équipe, très disciplinée, ils sont très bon en contre, c’est une équipe physiquement puissante, mais aussi technique, ce sera un match difficile, mais nous allons nous préparer en faisant face à l'adversité et à ce que nous ferons." Inter-Shakhtar "Nous savons qu’il y a un autre match, mais nous nous concentrons sur le nôtre. Nous allons faire face à une bonne équipe, ce sera un match difficile : Nous devons uniquement penser à nous même." Élimination "Tout le monde parle de cette situation, mais je me concentre sur la rencontre. Nous sommes habitué à réaliser ce type de grands matchs. Quoiqu’il en soit ce sera difficile. C’est une rencontre de Ligue des Champions et nous devrons être satisfait de notre prestation lorsque la rencontre sera terminée. Quoiqu’il arrive, il se passera ce qu’il devra se passer et je suis convaincu que nous réaliserons une très grande rencontre." L’avis d’El Pais Il n’y aura pas d’arrangement. Pour le quotidien espagnol, il n’y a qu’un résultat qui pourra satisfaire les Blancos : La victoire sur les allemands assurera la qualification au tour suivant "La possibilité de ne pas parvenir à atteindre les huitièmes de finale inquiète l’intégralité du club, suite à la défaite de la semaine dernière à Kiev. Rien n’a plus d’importance que l’instant présent, pas même la victoire sur Séville. Il y a, en jeu, le prestige institutionnel, la crédibilité d’un projet sportif et forcément le futur de Zidane et des conséquences économiques qui s’avère fondamentales en pleine pandémie." "Se Qualifier au tour suivant impliquerait l’octroi de 9,5 millions d’euros de la part de l’UEFA, une somme à laquelle doit s’ajouter les 2,7 millions d’euros synonyme de victoire. Pour compenser une telle perte, l’équipe devrait atteindre la finale de l’Europa League, mais il n’y aurait aucun moyen de rattraper le prestige du Club." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Notre légendaire vice-président, Javier Zanetti, a admis qu'il était convaincu qu'il pouvait se tailler une place lorsqu'il nous a rejoint en 1995. "C'est vrai que Rambert était présenté comme un joueur plus fort que moi, il était le meilleur buteur du championnat. J'étais le quatrième étranger que l'Inter pouvait aligner car ils avaient signé Ince, Rambert et Roberto Carlos", a-t-il expliqué dans une interview accordée à l'émission Inter Futbol Club. "J'étais convaincu que je pouvais abattre mes cartes. Je savais que l'Inter, avec son histoire, était un grand saut. C'était une belle opportunité et je devais tout faire pour bien faire." Il a ensuite expliqué comment Massimo Moratti l'a découvert. "Il y avait des cassettes à l'époque, ne disons pas combien d'années se sont écoulées depuis!" "J'ai très bien joué dans ce match, mais l'Inter regardait Ortega. Lorsque Mazzola a appelé le président, ce dernier a répondu: «Je veux le numéro 4». C'est comme ça que tout a commencé." Le lien fort entre l'Inter et l'Argentine. "Il est vrai que dans le passé, il y a eu de grands entraîneurs et joueurs qui ont laissé leur empreinte ici, puis nous sommes venus. Je pense que ce sentiment est dû à la passion et à la façon dont nous vivons le football, qui va de pair avec l'ADN de l'Inter." "Pour nous, l'Inter est une famille, nous avons apporté nos coutumes au club, à la Pinetina. Lorsque vous portez ce maillote, vous ressentez quelque chose de spécial et nous, les Argentins, le percevons." Ensuite, Zanetti a rappelé un match au début de sa carrière entre Banfield et Boca Juniors au cours duquel le commentateur a suggéré que son prochain club serait River Plate. "C'est le match où le monde a commencé à me connaître, nous avons gagné à la Bombonera et j'ai fait un très bon match." "Le lendemain, toutes les informations et tous les journaux ont commencé à parler de moi et de l'intérêt du River, mais personne ne connaissait l'Inter." Il a ensuite parlé du fort contingent sud-américain qui était à l'Inter pendant son passage. "Chacun de nous a sa propre personnalité. Je suis proche de beaucoup d'entre eux. En plus des Argentins, je suis proche de Cordoba et de Zamorano." "Parmi nous, il y a eu immédiatement de l'empathie, notre amitié va durer. Ils sont pratiquement frères, il y a eu l'alchimie du premier jour." Son adversaire le plus difficile à marquer. "L'un d'eux est Giggs, nous allions et venions sur l'aile en se défiant à grande vitesse. J'ai eu la chance d'affronter de grands champions, j'ai marqué Zidane qui est quelqu'un à qui vous avez à peine enlevé le ballon." "Kaka du Milan était l'un des adversaires qui vous oblige à toujours rester tout le temps concentré." Pourquoi le numéro quatre? "Pour moi, c'était un numéro important, c'était gratuit, je l'ai pris et je l'ai emporté avec moi aujourd'hui". Ses chansons préférées que les fans lui ont dédiées. "Le chant 'Un capitaine, il n'y a qu'un seul capitaine' ou 'Parmi les Nerazzurri, il y a un joueur qui…' Les fans de l'Inter sont fantastiques, c'est un lien qui durera pour toujours." "Ils m'ont fait sentir le bienvenu dès le premier jour où j'étais un étranger et je n'oublierai jamais cela."
  10. La presse s’était un peu trop enflammée à la suite des absences de Sergio Ramos et de Karim Benzema, mais le Real Madrid n’est pas un club banal. Sans forcer et sans passer par l’accélérateur, l’équipe entraînée par Zinedine Zidane s’est tranquillement imposée au Stadio Giuseppe Meazza face à une Inter dans un état toujours végétatif depuis le début de cette saison. L’ouverture du score a eu lieu dès la 7’ sur un penalty converti par Eden Hazard à la suite d’une faute de Nicolò Barella dans la surface de réparation. L’Inter, impuissante à 11 contre 11, se tirera une balle dans le pied avec l’expulsion pour double protestation d’Arturo Vidal à la demi-heure de jeu. A 10 contre 11, et vu le comportement moribond de l’équipe Nerazzurra, la seule question en suspens était l’ampleur du score. Le Real aura décidé de se la jouer "tranquille" et de doubler la mise à la 59’ par Rodrygo qui touchait là son premier ballon Pour la première fois de son Histoire, l’Inter n’est pas parvenu à engranger une victoire après ses quatre premières journées de Ligue des Champions. Source: L'Equipe.fr La mission s’annonce impossible étant donné que le Borussia Mönchengladbach dispose de 6 points d’avance au classement et qu'il ne reste plus que 6 points à prendre: Un match nul entre le Real Madrid et le club allemand qualifierait les deux équipes. Pouvoir éliminer l’Inter, avant un éventuel réveil de sa part, est une occasion en or à ne pas rater. Vu le contexte, seriez-vous partant pour réaliser une nouvelle épopée en Europa League ou seriez-vous partant pour tirer un trait sur la Coupe d’Europe cette saison avec comme objectif d’ambitionner et de concentrer toutes les forces en présence sur le titre Serie A? Tableau Récapitulatif Inter 0-2 Real Madrid Buteur(s) : 7' Hazard (R), 59' Rodrygo Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (46' 33 D'Ambrosio) ; 2 Hakimi (63' 7 Sanchez), 23 Barella, 5 Gagliardini (78' 12 Sensi), 15 Young ; 22 Vidal ; 9 Lukaku (86' 24 Eriksen), 10 Lautaro Martinez (46' 14 Perisic) Banc : 35 Stankovic, 97 Radu, 13 Ranocchia, 36 Darmian, 44 Nainggolan T1 : Antonio Conte Real Madrid : 1 Courtois ; 2 Carvajal, 5 Varane, 6 Nacho, 23 Mendy ; 10 Modric, 8 Kroos, 21 Ødegaard (58' 14 Casemiro) ; 17 Vazquez, 24 Mariano Diaz (58' 25 Rodrygo), 7 Hazard (78' 20 Vinicius Jr.) Banc : 13 Lunin, 26 Altube, 11 Asensio, 12 Marcelo, 22 Isco, 32 Chust, 34 Hugo Duro T1 : Zinedine Zidane Arbitre : Taylor (Ang) Var : Attwell Averti(s) : Gagliardini (I), Sensi (I) Expulsé(s) : 33’ Vidal pour double-avertissement – protestation ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Antonio Conte s’est livré à Inter TV à quelques heures de la rencontre décisive opposant l’Inter au Real Madrid dans le cadre de la quatrième journée de la Ligue des champions Concentration "Nous devrons faire preuve d’une grande concentration, d’humilité et de détermination. Nous devrons faire les choses en faisant le maximum, avec la volonté de surmonter l’adversaire. Nous n’avons pas d’autre choix, c’est dommage d’avoir perdu le match aller au Real, mais même là-bas, nous avons concédé trois buts sur des moments d’inattentions de notre part." "C’est à ce niveau-là qu’il faut nous améliorer si nous voulons ambitionner le fait d’être compétitif jusqu’au bout pour remporter quelque chose d’important ." Couteaux entre les dents "Comparé au match de Madrid, nous devrons être meilleurs dans les phases de jeu où nous avons pris un but, moi-même et les joueurs, nous devrons faire preuve de plus de concentration, de plus de faim. Nous nous créons les occasions, mais nous devons aussi être bon pour défendre avec le couteau entre les dents, pour mettre les mains dans la boue et pour poser des problème. Le football est aussi comme cela." Soif de victoire "Je n’ai pas tellement de temps, mais même après les derniers matchs, il m’est possible de prendre des repères sur base de la vidéo, pour établir des consignes bien précises. Ensuite, ce sont les joueurs qui montent sur le terrain qui doivent prouver qu’ils ont plus envie de gagner que les autres." Samir Handanovic Inter-Torino "C’était une grande preuve de caractère et d’équipe : Nous avons changé la physionomie de la rencontre en 15 minutes. Le verre est à moitié plein : Il y a eu des périodes positives et négatives, mais finalement, nous l’avons emporté et c’est ce qui compte, c’est ce que nous voulions faire." Au match aller, il y avait cette perception qu’il était possible de l’emporter. Que faudra-t ’il faire de plus ? "Nous devrons répéter ce même match, mais en étant plus concentré et décisif sur les détails, car ceux sont eux qui définissent l’issue des parties. Nous les joueurs, nous devrons faire la différence." Il y a encore 9 points à disposition… "Tout est encore très ouvert, une partie extrêmement importante dans le cadre de la qualification au tour suivant nous attend demain.. Nous savons que nous avons besoin d’engranger 7 points et nous devons commencer à les engranger dès ce match." Est-ce que les absences de Ramos et de Benzema changent le Real ? "Ce sont deux joueurs important pour eux, mais toutes les équipes sont confrontées à des périodes de difficultés entre les blessés, les absents et le Covid. Même nous, nous ne sommes jamais parvenus à être au complet, mais cela ne doit pas être un motif pour manquer de concentration sur ce que nous devons faire." Le Z a parlé Et plus précisément à Sky Sport : "San Siro est un stade spécial, car il y a eu tant de matchs particuliers ici. Il est si beau. C’est une finale, c’est toujours compliquer de gagner en Ligue des Champions. Il y a trois points en jeu, mais c’est une finale car nous avons commencé avec quelques difficultés. C’est donc un match important." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Comme lors de ces deux précédentes journées, l’Inter sème énormément sur le terrain, mais cette fois-ci elle ne recueille rien. Face à un Real Madrid loin d’être irrésistible, l’Inter de Conte, privée de Romelu Lukaku a offert une bonne prestation en Ligue des Champions....Toutefois, l’absence du Gentil Géant s’étant fait extrêmement ressentir Menée au score 1-0 suite à une légèreté d’Hakimi qui s’imaginait encore au Real, l’international marocain délivrait une splendide passe décisive à Karim Benzema qui ouvrait le score à la 25’. Quelques instant après, Sergio Ramos rappelait qu’il était un excellent joueur de la tête sur corner et doublait la mise à la 33’. L’Inter, sonnée, allait se remettre en selle immédiatement à la suite d’un Zlatanesque Barella qui offrait d’une aile de pigeon, un caviar de passe décisive à Lautaro Martinez qui prenait le meilleur sur Raphaël Varane, à la 35’ Remontées en seconde période avec les mêmes intentions, les deux équipes se donnent coups pour coup. Et l’Inter se relance dans le match à la 68’, suite à une combinaison entre Vidal qui lance en profondeur Lautaro Martinez, l’argentin remet instantanément de la tête à Ivan Perisic qui voit son tir décroisé finir au fond des filets. Vu la physionomie du match, l’évolution du score pouvait se jouer sur un détail, un détail signé du double Z qui, en faisant entrer Vinicius Junior et Rodrygo, réalise un coaching gagnant. Le premier dépose littéralement un bien vaillant Danilo D’Ambrosio en plein sprint, avant de centrer dans la surface pour le second, qui à hauteur du point de penalty puni un Samir Handanovic toujours aussi immobile Suite à la retentissante victoire du Borussia Mönchengladbach sur le terrain du Shakhtar Donestk (0-6), l’Inter occupe à présent la dernière place du groupe. L’Inter jouera donc son avenir le 25 novembre, au Giuseppe Meazza, face au Real de Madrid ou tout autre résultat qu’une victoire condamnerait le club de Steven Zhang a une cuisante élimination directe, voire à un retour en Europa League…. Tableau Récapitulatif Real Madrid 3-2 Inter Buteur(s): 25' Benzema (R), 33' Sergio Ramos (R), 35' Lautaro Martinez (I), 68' Perisic (I), 80' Rodrygo (R) Real Madrid: 1 Courtois; 17 Vazquez, 5 Varane, 4 Sergio Ramos, 23 Mendy; 15 Valverde, 14 Casemiro, 8 Kroos (78' 10 Modric); 11 Asensio (64' 25 Rodrygo), 9 Benzema, 7 Hazard (64' 20 Vinicius) Banc: 13 Lunin, 26 Altube, 12 Marcelo, 18 Jovic, 22 Isco, 24 Mariano Diaz, 40 Santos T1: Zinedine Zidane Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Hakimi, 77 Brozovic, 22 Vidal (87' 44 Nainggolan), 15 Young; 23 Barella (78' 5 Gagliardini); 10 Lautaro Martinez, 14 Perisic (78' 7 Sanchez) Banc: 27 Padelli, 35 Stankovic, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 24 Eriksen, 36 Darmian, 37 Skriniar, 99 Pinamonti T1: Antonio Conte Arbitre: Turpin (FRA) Var: Letexier Averti(s): Vidal (I), Mendy (I), Brozovic (I), Barella (I), Casemiro (R), Courtois (R) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Zinedine Zidane s’est livré en conférence d’avant-match dans le cadre du match de la troisième journée de la Ligue des Champions qui mettra aux prises le Real Madrid et l’Inter Comme une finale "Ce sera une rencontre très disputée, l’Inter est une équipe très physique. Pour nous, ce sera comme une finale, nous devrons la jouer ainsi car les trois points seront importants. Chaque fois que nous montons sur le terrain, nous disputons une finale: Chaque match est une finale. Il y a trois points en jeu et nous voulons les obtenir." Modric ? "Rien ne change avec lui, mais les parties sont nombreuses. Chaque fois que Luka joue, il fait de belles choses. La chose la plus difficile pour un entraîneur est de choisir, mais il est pour nous, très important." Hazard, Asensio et Benzema en attaque ? "Ils peuvent très certainement marquer une époque à Madrid. Ce sont trois joueurs très important et ils feront des choses importantes, ils remporteront tant de titres. Ils veulent jouer et gagner et c’est une très bonne chose pour un entraîneur." Allez-vous aligner Hazard sur le terrain ? "J’aspire à l’emporter, je ferai donc usage de ses qualités, comme de celles de ses équipiers." Est-ce que le Real a perdu ses repères en Europe ? "Tout le monde est libre d’avoir son opinion. L’année passée nous n’avons pas remporté la Ligue des Champions, mais cette année, nous y avons de nouveau l’esprit et nous sommes candidats pour l’emporter, malgré ce qu’il se dit hors du club." Pensez-vous à la signification d’une défaite demain ? "Non, je n’y pense en rien, je pense uniquement à la victoire, le reste est inévitable." Faut-il considérer ce groupe comme compliqué ? "Tous les groupes de la Ligue des Champions sont compétitifs. Demain, nous jouerons tout de même à domicile et nous tenterons de gagner. Le football européen devient difficile, il n’y a plus de petits clubs à affronter et c’est pour cela que nous devons être fier, à chaque fois que nous gagnons." Mes rapports avec Conte ? "Nous ne nous contactons pas régulièrement. C’est normal qu’il est devenu entraîneur, je ne suis pas surpris qu’il le soit devenu. Nous avons de bons rapports, même s’il est vrai que nous n’échangeons pas régulièrement. Lorsque je me suis préparé à devenir entraîneur, je suis allé à la Juve. J’ai d’excellents rapports avec lui." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Conférence de presse d'avant match, Real - Inter, pour Antonio Conte. Il parle du match contre le Real Madrid depuis la salle de presse du stade Alfredo Di Stefano . Comment va Alexis Sanchez? Peut-il jouer dès la première minute ou vaut-il mieux faire attention? "Sanchez est de retour aujourd'hui pour s'entraîner avec l'équipe". Comment résolvez-vous le problème de l'efficacité pour marquer? "Question difficile, il faut continuer à travailler à l'entraînement, il faut continuer à créer des situations, produire beaucoup de tirs et faire mieux dans la surface de but. J'ai parlé de malice, mais ce n'est pas seulement valable que pour les attaquants. C'est valable pour tout le monde. L'année dernière nous avons marqué beaucoup de buts, 113, et nous avons commencé cette saison aussi en marquant beaucoup. La proportion entre ce que nous créons et ce que nous collectons est très déséquilibrée. Nous marquons beaucoup de buts mais ils pourraient être encore plus nombreux. Nous nous entraînons en faisant participer tous les joueurs à la phase offensive ". En termes de passage, celui-ci contre le Real Madrid est presque déjà décisif ... "Dans chaque match, vous devez essayer de marquer des points. Vous ne parvenez pas toujours à marquer trois points, à cause de votre adversaire. Vous aussi avez des matchs comme ceux contre le Shakhtar et le Borussia dans lesquels vous méritiez plus et vous avez fait match nul. Le Real Madrid est une équipe. forte, construite pour gagner cet événement. Il a des joueurs qui ont remporté cette coupe à plusieurs reprises, nous savons que nous affrontons une équipe qui vient d'une défaite bizarre contre le Shakhtar et d'un nul contre le Borussia. Nous devrons souffrir: si nous sommes doués pour souffrir nous pourrons emporter quelques satisfactions. Nous venons ici proposer notre jeu, nous ne nous mettrons pas dans un coin comme un boxeur qui se défend en cherchant un seul coup pour le KO Nous affrontons sans craindre personne, en proposant nos qualités". Souhaitez-vous entraîner le Real Madrid à l'avenir? "En ce moment, je suis vraiment très concentré sur l'Inter, j'ai commencé un projet ici et je suis heureux. Nous créons quelque chose d'important. Dans le passé, c'est vrai, il y avait l'opportunité de devenir le manager. du Real Madrid, mais peut-être que le moment n’était pas venu. Je veux continuer le projet ici à l’Inter." Dans quelle mesure auriez-vous vraiment été entraîneur du Real Madrid? "Dans le passé, il y a sûrement eu quelques moments où j'ai été très proche d'entraîner le Real Madrid. La saison avait déjà commencé, il aurait été difficile de prendre le relais, il y avait déjà eu une envie du club et de manière très sincère. Il a préféré reporter ". Quelle relation avait-il avec Zidane (ex-coéquipier de la Juventus)? "Le mien est un souvenir exceptionnel. D'un point de vue footballistique, tout le monde connaît ses talents. Mais Zizou est un gars exceptionnel, j'ai un très bon souvenir de lui. Le talentueux footballeur essaie parfois d'éviter la fatigue. Au contraire, il il était toujours au premier rang, démontrant que si vous ajoutez du travail au talent, vous pouvez arriver là où il est arrivé. J'ai compris qu'il voulait être entraîneur quand j'ai dîné avec lui à Turin, quand j'étais entraîneur de la Juventus: il m'a posé différentes questions, j'ai compris où il voulait aller".
  15. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, à quelques jours de la confrontation entre l’Inter et le Real de Madrid en Ligue des Champions, une note de comptoir doit être payée, et celle-ci pourrait bien être actée par le biais d’une victoire Nerazzurra En effet, en mauvaise posture dans le Groupe B, l’Inter et le Real joueront leur avenir en Ligue des Champions, lors d'une double confrontation qui pourrait s'avérer décisives: Le premier acte aura lieu ce 3 novembre en Espagne, avant le second et, peut-être décisif, acte le 25 novembre au Meazza. Si un lien fort uni Antonio Conte et Zinedine Zidane, personne ne compte se faire de cadeau "L’Inter jouera sa peau face à l’adversaire le plus prestigieux de la planète, un habitué à jouer en Coupe d’Europe comme dans son jardin à domicile. Ce ne sera pas le Real le plus impressionnant depuis toujours et Conte dispose des armes pour faire très mal à une équipe en fin de cycle, mais certains soir, l’histoire pèse de tout son poids : La défaite face au Shakhtar et le match nul arraché face au Borussia Mönchengladbach font penser que le temps est révolu." V for Vendetta Un lien uni Antonio Conte et le club madrilène : "Il y a un an et demi, Antonio avait été séduit par la grandeur de Florentino. Il serait venu apporter à Madrid ce qui lui manque actuellement : De l’ordre. Lorsque le destin de Lopetegui était scellé, la route était tracée pour Conte vers Madrid….Mais les puissant sénateurs du vestiaire ont voté contre Antonio. A présent, Conte a l’occasion de se lancer dans une Vendetta très personnelle, avec l’espérance d’avoir plus de chance que durant ces dernières semaines." En effet malgré des résultats en demi-teinte, l’Inter de Conte continue à grandir: "L’Inter, de confession Contenienne, prend lentement forme: Elle devient vorace et agressive. Le Courage s’entraîne également et il se doit d’être infusé dans les cœurs à petite dose. C’est également pour cette raison que l’entraîneur est ravi du parcours entrepris par l’équipe." Zidane vs Conte: amis-ennemis "Les rapports entre les deux sont excellents, même s’ils sont éloignés. La Ligue des Champions les mets en confrontation mais il existe déjà un précédent : En demi-finale de la Ligue des champions 2002-2003, Zizou avait marqué lors du match retour à Turin, mais c’était Antonio qui s’était envolé pour la finale." L’Inter n’a rien à perdre, la pression sera Madrilène: Dix-sept ans après, nous y sommes : Zidane s’est sauvé grâce au 2-2 face au Borussia Mönchengladbach : Zizou à sept vie: "En jouant comme cela, nous passerons le tour" a déclaré l’entraîneur en Allemagne, une phrase synonyme de sacrilège à la Casa Blanca." "Il est tout simplement inconcevable, pour le club madrilène de vivre une telle tragédie, une telle première expérience après 28 années d’existence dans le nouveau format de cette compétition." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Mauvaise nouvelle pour Zinedine Zidane qui ouvrira le bal du Groupe B en défiant, avec le Real Madrid, le Shakhtar Donetsk : En effet, l’entraîneur madrilène devra se passer des services du norvégien Martin Odegaard victime d’une une lésion musculaire avec la Norvège Odegaard sera indisponible, à minima pour un mois. S’il est indisponible pour la manche aller face à l’Inter, son retour pour le match retour au Giuseppe Meazza, le 25 novembre, est également incertain Selon Marca, est estimé pour le 29 novembre 2020 face ç Alaves. Martin Odegaard rejoint donc à l’infirmerie Eden Hazard, Alvaro Odriozola et Dani Carvajal. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Les temps sont durs pour les croates. Arrivé à l’été 2015 pour 35 millions d’euros au Real Madrid, Mateo Kovacic n’est toujours pas parvenu à trouver réellement sa place. La faute est surtout dû au fait qu’il devait faire face à une concurrence galactique dans ce secteur du terrain. Selon As, son avenir est loin de la Capitale espagnole. Pour le journal espagnol, ce dernier constate que le fait que Zidane ait opté pour recruter au milieu de terrain découle du fait que le Club ne veut plus entendre parler de Kovacic. Du côté de Mateo, ses rapports avec son ex milanaise ont repris, car le joueur lui-même ne souhaite pas rester en Espagne. Pour l’heure, l’Inter observe la situation de l’extérieur... Seriez-vous d’accord pour un tel recrutement ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Beppe Marotta compte-t ’il continuer à faire ses courses à la Juventus ? Cette question a le mérite d’être posée et Il Messaggero s’est penché sur le sujet suites aux dernières révélations de la presse transalpine. Tous les coups sont permis… Depuis l’arrivée de Beppe Marotta à l’Inter, le duel historique entre les ennemis jurés a pris une autre dimension, surtout au niveau du Mercato. Les deux écuries semblent viser et miser sur des nouvelles opportunités. Comme la transaction relative à Icardi et Dybala… On pensait Marotta intéressé par les joueurs, mais le Beppe est un homme gourmand. Du banc… Le vrai "Top" de la Juve que souhaite transférer Marotta se nomme Massimiliano Allegri qu’il retient comme la toute première alternative sur le banc, en cas de défection d’Antonio Conte qui exige un contrat de 3 à 8 millions d’euros par saison. Pour le séduire afin de quitter Turin en fin de saison, l’Administrateur-Délégué Nerazzurro devra se montrer très convaincant étant donné que l’entraineur aspire à prendre en main les plus prestigieux clubs européens, des clubs proches tel que le Real Madrid, le Psg ou une grande écurie anglaise. Attention toutefois au jeu des chaises musicales qui pourrait sévir en Europe. Car même si Josè Mourinho a été suggéré à Steven Zhang par Massimo Moratti, il reste également un autre entraîneur libre sur le marché, le préféré d’Andrea Agnelli, un certain Zinedine Zidane… …au terrain Il Giorno nous informe de l’intérêt des Nerazzurri pour le Polonais Bavarois. Outre ce dernier, quatre joueurs sont en ligne de mire Edin Dzeko est le joueur qui est le plus cité pour rejoindre l’Inter. Six ans plus vieux que Mauro Icardi, il pourrait être le "pont" permettant à Lautaro Martinez d’exploser en Italie. Son salaire similaire à celui que perçoit le Capitaine déchu pourrait jouer dans la balance Edison Cavani est un nom qui a été cité du côté de Milan, mais vu que l’uruguayen a un coût, seule une qualification en Ligue des Champions pourrait permettre aux Nerazzurri de songer à le recruter. A noter que l’ancien napolitain perçoit 9 millions d’euros annuel. Robert Lewandowski était déjà cité sur le départ. Cette année-ci, il n’a d’ailleurs inscrit que 13 buts en Bundesliga. Agé de 30 ans, le polonais est mature et son recrutement pourrait donner vie à un Derby de Milan 100% polonais, avec un duel à distance avec Piatek. Paolo Dybala, mais pour ce faire, la Juventus devrait décider de s’en passer et de le laisser à son rival historique. Dans un tel cas de figure, la Vieille Dame devrait partir à la recherche d’un joueur de très haut niveau, même avec des qualités différentes…. Le destin de Mauro Icardi pourrait être lié à celui de Paolo Dybala… ®Antony Gilles - Internazionale.fr