Aller au contenu
  • Damien
    Damien

    Stramaccioni: "Nous travaillons pour essayer d’arriver troisième."

     

    APPIANO GENTILE - Andrea Stramccioni s’est présenté cette après-midi en conférence de presse à la veille du match entre l’Inter et Siena.

     

    Internazionale.fr vous propose de découvrir ses déclarations.

     

    "C’est une saison importante pour Siena, Sannino et ses joueurs font un excellent travail. C’est une équipe organisée, difficile à jouer, et qui est sur une série de bons résultats. Elle a le pouvoir de contester ses adversaires, même une équipe comme l’Inter. Il faudra de la concentration et de l’attention."

     

    Qui jouera face à Siena ? Vous avez l’intention d’effectuer un turn-over ?

     

    "Je n’utiliserais pas ce terme dans cette situation, il ne convient pas ici. Il n’y a qu’à évaluer l’état de forme de ceux qui ont joué et évaluer les entrainements de ces derniers jours. Mais ce qui est certain c’est que nous avons besoin d’aligner la meilleure Inter."

     

    La meilleure Inter pourrait-elle être avec Ricardo Alvarez ?

     

    "Il s’agit d’une semaine où, touchons du bois, il va très bien. Nous avons fait un excellent travail avec Combi et les physiothérapeutes et il s’est entrainé avec le groupe. Je pense qu’il est prêt, c’est une option comme une autre."

     

    Stramaccioni parle aussi de ce qu’il pense de la réponse de l’équipe ces derniers jours :

     

    "Positive, parce que je pense vraiment que la réponse était positive. J’essaye de donner le meilleur, d’apporter ma contribution, et maintenant, je me sens uni avec ces joueurs. A Trieste, nous avons partiellement bien fait, et maintenant, nous espérons être complètement satisfaits demain soir après la rencontre, même si Siena est un adversaire coriace et que ce ne sera pas facile."

     

    Que vous êtes-vous dit avec Prandelli ?

     

    "Il m’a dit de rester le même et de mettre mes idées sur le terrain, ça m’a fait plaisir de sa part vu qu’il est le sélectionneur de l’Italie et qu’il ne me connait pas, c’était un beau conseil et une motivation, ça m’a stimulé."

     

    La volonté est-elle encore de rejoindre la troisième place ?

     

    "Nous travaillons pour essayer d’arriver troisième, et pour y arriver, nous devons gagner. Nous la voulons et nous essaierons jusqu’à la fin, mais c’est pour cela que nous parlons d’un match à la fois. Et si ça devient mathématiquement impossible, nous en parlerons."

     

    Un des points qui doit être amélioré est le nombre de buts encaissés:

     

    "En commençant par moi et jusqu’au dernier joueur, nous devons évidemment tous être meilleurs, et cela inclut de réduire le nombre de buts que nous encaissons. Nous avons concédé six buts en deux matchs et cinq d’entre eux venaient de coups de pieds arrêtés, nous devons améliorer cela, il ne peut pas y avoir d’excuses."

     

    Stramaccioni parle de l’attention qui lui est portée depuis qu’il est devenu l’entraîneur de l’Inter:

     

    "Je suis toujours un garçon simple qui veut influencer ce qui se passe sur le terrain. Ce que je sais et ce qui compte pour moi, ce sont les signaux que me renvoie l’équipe et la force avec laquelle ils répondent. Je garde mes distances avec le reste. Je suis l’entraîneur de l’Inter et je le ressens, il est normal que je doive attirer l’attention de l’équipe. En ce qui concerne la façon dont moi et mon travail sommes jugés, je ne pense pas que je devrais être considéré comme un phénomène si nous étions arrivés à marquer le but de la victoire contre Cagliari en fin de match, ni être considéré comme inutile à cause d’un match nul. La vérité est quelque part entre les deux. Je n’ai pas changé ma façon d’être, j’en perdrais mes qualités. Je dois suivre mes propres idées, c’est ce qui m’a amené ici. J’ai mes théories et c’est ce que j’essaie de mettre sur le terrain."

     

    Pourrait-on voir Pazzini titulaire ?

     

    "Pazzini est un attaquant d’une valeur indiscutable, nous en avons parlé avec Prandelli. Il est important. Samedi, il était prêt, mais l’entraîneur doit faire ses choix. En ce qui concerne le match de demain, nous verrons après l’entraînement. Le voir dès le début avec Milito ? Pazzini est attaquant de pointe, tout comme Milito, et actuellement, nous jouons avec une seule pointe et deux attaquants sur les côtés. Ce sera donc difficile de jouer avec deux pointes. Mais je le répète: Pazzini est un joueur extraordinaire, un patrimoine du football italien, il s’entraîne en grand professionnel."

     

    Puis il passe de Pazzini à Zarate, apparemment revitalisé ces deux derniers matchs:

     

    "Je ne sais pas ce qui peut avoir été fait ou dit avant moi, mais quand je suis arrivé, j’ai trouvé un joueur qui s’entraînait bien, avec engagement et enthousiasme. Je suis content qu’il s’exprime bien."

    Forlan, à l’inverse, est encore en difficulté:

     

    "Il ne parvient pas encore à mettre en pratique l’excellent travail qu’il fait à l’entraînement. Nous avons aussi beaucoup parlé, certainement que le côté droit de l’attaque est le positionnement où ses caractéristiques sont le moins bien exploitées, mais malgré cela, il s’est mis à la disposition de l’équipe. N’oublions pas qu’il est l’auteur de la passe décisive sur le 2-2. Je ne suis pas d’accord pour juger mauvaises les deux prestations que Forlan a faites avec moi. Nous parlons d’un joueur de dimension internationale qui a écrit des pages importantes de l’histoire, même avec son équipe nationale. Diego est le premier à savoir qu’il n’arrive pas à avoir de la continuité dans ses prestations, mais je ne pense pas qu’il ait besoin d’un tuteur. Il s’entraîne bien et son utilisation ou pas sera seulement en raison d’un choix technique. Il est le premier à avoir envie de prouver qu’il n’est pas le Diego Forlan qu’on a vu jusqu’à présent."

     

    On demande ensuite à l’entraîneur nerazzurro si le rôle d’ailier ne peut être couvert que par Zarate, Forlan et maintenant Alvarez:

     

    "Ce sont les trois qui ont la plus grande dangerosité offensive. Il y beaucoup de variantes possibles: si on a de la meilleure qualité avec un troisième milieu de terrain, un des deux ailiers peut aussi avoir l’attitude d’un quatrième milieu de terrain. Nous voulons cependant trois joueurs offensifs de qualité."

     

    Stramaccioni commente la prestation de Guarin contre Cagliari:

     

    "Je pense qu’il a bien joué. En tenant compte de sa condition, je pense qu’il a fait un bon match. C’était sa deuxième sortie et il cherche sa meilleure condition. Jouera t-il demain ? Nous verrons, le milieu de terrain est l’endroit où nous avons le plus de solutions."

     

    Un mot sur l’état de Sneijder:

     

    "Il travaille dur, nous avons encore parlé hier. Cette semaine, il effectue des doubles séances de travail, il a une grande envie de revenir et de pouvoir contribuer à un moment-clé. Je l’attends: s’il n’est pas à Udine, nous espérons le récupérer pour la Fiorentina."

     

    Il revient sur ses deux premiers matchs sur le banc de l’Inter:

    "Je crois que ces deux matchs ont été positifs, même si à la fin de celui contre Cagliari, nous avons ressenti un mélange d’amertume et de colère, car nous sommes l’Inter et nous voulions gagner. Mais le matin suivant, la volonté de bien faire était de retour et nous avons travaillé pour recommencer à gagner. C’est une Inter vivante, qui propose, qui a démontrer ne pas vouloir perdre et qui réagit avec grinta et caractère. Pour l’instant, ce n’est pas un bilan parfait, mais il est positif. Il est clair cependant que nous devons faire un résultat demain soir."

     

    Immanquablement, une question sur Mario Balotelli lui est posée, mais également une à propos de Mattia Destro, qui sera son adversaire demain soir:

     

    "Mario est un patrimoine très important du football italien, comme je l’ai dit il y a quelques jours, mais il fait partie de Manchester City. L’Inter a sept matchs à jouer, dont un demain, je veux seulement parler de mes garçons, les questions sur le mercato devraient être posées au Président et aux dirigeants."

     

    Sur Destro:

     

    "En ce moment, il n’est pas bon, mais excellent, il me semble avoir beaucoup progressé et il a gagné en maturité, il est globalement plus fort. Il est normal qu’il représente un patrimoine, il est un élément important de la Squadra U21, il aurait sa place comme jeune attaquant dans n’importe quelle équipe italienne. Pour l’instant, nous lui transmettons nos compliments et nous espérons réussir à limiter son moment de forme demain. Je ne sais pas s’il se souvient de moi, car moi je me souviens très bien de lui: il était à Ascoli et était capocannoniere des Giovanissimi Nazionali avec un an en moins. Si je me souviens bien, nous avions essayé de le prendre quand j’étais à la Roma. Je lui dirais de continuer comme ça, il peut devenir un grand élément du football italien, qu’il aille à l’Inter, au Milan ou à la Juve, mais dans tous les cas, je lui souhaite toutes les fortunes du monde, mais bien sûr, à partir de jeudi."

     

    Comme de coutume à la fin de la conférence, l’entraineur répond au micro d’Inter Channel aux différentes questions de supporters, et notamment sur la capacité de voir Andrea Poli et Joel Obi sur la pelouse demain :

     

    "Ils peuvent débuter relayeurs dans un milieu à trois ou alors comme deux milieux axiaux. Ils font partie du patrimoine du club et ils sont considérés comme tel par moi et par la société."

     

    On parle aussi d’Alfred Duncan, que certains voient déjà sur le terrain avec l’équipe première.

     

    "Alfred est un joueur intéressant, je le connais bien. Il s’entraine avec nous chaque fois que son programme avec la Primavera le lui permet. Il commence à peine à adapter ses qualités au football des grands."

     

    Après une victoire et un nul et à la veille du match, les trois points sont encore visé contre Siena.

     

    "Parce que nous sommes l’Inter, c’est comme un samedi classique pour moi et les joueurs. C’est normal d’être un peu en colère après la déception de ce week-end et nous avons su immédiatement que la seule chose à faire était de se remettre au travail dès le lendemain. C’est ce que nous avons fait, et maintenant, nous voulons nous assurer de réussir à gagner demain."

     

     

    Rédigé par gladis32, stan78 & p-h08 (inter.it)


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Unfortunately, your content contains terms that we do not allow. Please edit your content to remove the highlighted words below.
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • 📣 Actualité de l'Inter

  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • 📈 Statistiques des membres

    13 921
    Total des membres
    SANOGO
    Membre le plus récent
    SANOGO
    Inscription
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...