Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • F.C. Internazionale Milano


    11095 articles dans cette catégorie

    1. Inter 4-0 Genoa : L'Inter d'inzaghi réussit son entrée en matière!

      C'était la rentrée des classes ce Samedi. Pour le premier match officiel de sa carrière à l'Inter, Inzaghi et ses joueurs étaient opposés au Genoa de Ballardini. Dans un match où deux des recrues estivales ont particulièrement particulièrement brillé à savoir, Hakan Calhanoglu et Edin Dzeko, tous deux auteurs d'un but et d'une passe decisive, les nerazzurri engrangent leurs 3 premiers points. Une rencontre qui voyait le retour des tifosi interistes au Meazza un an et demi après le début des mesures sanitaires. 


      En début de match l'Inter joue bien, comme lors des matches de présaison beaucoup de remises beaucoup de passes et surtout une équipe foncièrement portée sur l'offensive et ça ne tarde pas à se voir.

      Les interistes prennent d'assaut la surface du Genoa et brisent le verrou très tôt. A la 6ème minute, Calhanoglu dépose un corner sur la tête de Milan Skriniar qui ne se manque pas et marque le premier but de la saison.


      L'inter poursuit et cherche à faire le break, Brozovic s'essaie de loin mais est frustré par un arrêt de Sirigu. Mais c'est bien de loin que la solution va venir, Calhanoglu combine avec Dzeko qui le sert aux 25 mètres, le turc envoie une frappe tendue dans le petit filet du gardien génois. 2-0 à la 14ème.

       

      L'adversaire ne pose pas beaucoup de problèmes mais essaie quand même de se revenir dans le match, Kallon a par deux fois l'occasion de réduire le score mais il ne cadre pas. Côté interiste, Edin Dzeko touche l'arête du but sur un bel enchaînement dans la surface, Ivan Perisic voit un but lui être refusé pour hors-jeu.
      En secondes mi-temps, le Genoa essaye de se rebeller et procède à trois changements dès le retour des vestiaires mais sur le terrain la réaction reste timide, à part une frappe repoussée maladroitement par Handanovic, la majeure partie du jeu se déroule dans la moitié de terraina adverse. L'Inter continue son bout de chemin, Calhanoglu pense marquer un doublé mais est signalé hors-jeu. 

       
      Ce sont les changements qui viendront apporter l'énergie pour enfoncer le clou. Stefano Sensi peu en vue laisse sa place à Arturo Vidal, Ivan Perisic particulièrement actif sur son coté est remplacé par Dimarco. Le chilien va être le troisième buteur interiste, 5 minutes après son entrée en jeu, à la 74ème minute. Une frappe de Dzeko mal repoussée par Sirigu revient vers Barella qui sert Vidal d'une talonnade, le numéro 22 bat Sirigu à bout portant. 
      Edin Dzeko sera aussi récompensé pour son très bon premier match officiel, servi par Vidal d'un centre dans le dos du jeune Vanheusden prêté par l'Inter, il place un coup de tête puissant sous la barre et vient clore le match.
       
       
      4-0 pour les nerazzurri et une copie propre rendue par les protégés de Mister Inzaghi, ce, malgré les absences de Lautaro Martinez et Alexis Sanchez. 
       
      Inter 4-0 Genoa (Skriniar, Calhanoglu, Vidal, Dzeko)
      INTER (3-5-1-1): Handanovic; Skriniar, de Vrij, Bastoni; Darmian, Barella, Brozovic, Calhanoglu, Perisic; Sensi; Dzeko.
      Banc: Cordaz, Radu, Dumfries, Vecino, Kolarov, Ranocchia, Agoume, Vidal, Dimarco, D'Ambrosio, Satriano, Pinamonti.
      Entraîneur: Simone Inzaghi.
      GENOA (3-5-2): Sirigu; Vanheusden, Biraschi, Criscito; Sturaro, Badelj, Rovella, Hernani, Cambiaso; Pandev, Kallon.
      Banc: Marchetti,Sabelli, Masiello,  Favilli, Melegoni, Ekuban, Bianchi, Buksa, Serpe, Agudelo,Eyango,  Portanova.
      Entraîneur: Davide Ballardini.
       
      Internazionale.fr ~ © Samus

      16 commentaires
      1,6k vues
    2. L'Inter rend hommage à la Vieille Dame

      Et plus précisément à sa Doyenne, à sa supportrice la plus fidèle: Giancarla née en 1937.
       
       
      Comme le souligne Fabrizio Biasin, Giancarla est abonnée au Club depuis 35 ans!

       
      "Amoureuse de l'Inter, elle se rend au stade toujours deux heures à l'avance car "L'Inter est une chose sérieuse"."
      "La reconnaissance de l'Inter est une très belle initiative: "Vive l'Inter et Vive Giancarla."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      15 commentaires
      523 vues
    3. Attention Danger: L’Inter devra corriger le tir face à la Juve signée Allegri

      En effet, si l’Inter a su se relancer en Ligue des Champions face au Sheriff, la Beneamata devra également se remettre  sur les bons rails, en Serie A, en écartant la Vieille Dame de Massimiliano Allegri ce dimanche 24 octobre
       
      L’analyse de la Gazzetta Dello Sport

       
      "Que la machine interiste soit à traction arrière, tous l’ont compris, les adversaires inclus. A tel point que Simone Inzaghi, immédiatement après la rencontre face au Sheriff est allé directement au cœur du problème : Nous devons nous améliorer, et surtout comprendre quand attaquer car nous avons concéder des contres dangereux."."
      "Et il s’agit du Problème avec le P majuscule : Si la machine de guerre y va gaiement en attaque, que se passe-t ‘il lorsque vous affrontez un adversaire dont le credo est de partir en contre-attaque ? Si Bruno Souza et Traore sont sincèrement intéressants, dimanche, l’équipe qui se présente au Meazza pourrait écrire un mémoire scientifique sur la thématique de la contre-attaque : La Juventus, cette dernière version de la Juventus, évolue avec un centre de gravité particulièrement bas, faisant des contres-attaques sa religion."
      "Nous ferons face d'un côté à Simone Inzaghi qui déclare ouvertement que "Nous  devons comprendre que l'on peut gagner des matchs 1-0", face a l'a l’équipe qui en est la plus habituée, hier soir étant le dernier exemple en date: Il faudra procéder à quelques adaptations, quelques retouches dans le cœur du moteur, quelques corrections dans le choix des hommes et dans les mouvements."
       

       
      " Ce n’est pas un hasard si, il y a deux jours, l’entraîneur adjoint d’Inzaghi, Massimiliano Farris, s’est enflammé après le 2-1 sur les joueurs de l’Inter, en exigeant de retrouver de la sérénité et de faire preuve de réflexion en ne cherchant pas  continuellement à maintenir le tempo élevé. Et c’est le premier aspect qu’Inzaghi devra mettre en évidence ce jeudi, étant donné qu’il avait accordé une journée de repos, hier à Appiano Gentile."
      "L’Inter doit s’améliorer dans la gestion de son ballon: Mardi, quelque chose s’était mis en évidence, mais uniquement en fin de match, lorsque l’adversaire, mené 3-1, avait décidé d’abdiquer toute emprise. Et l’Inter, depuis son début de saison, et encore jusqu’à présent, a toujours été perçu comme une équipe obligée de se donner à du mille à l’heure, en se lançant continuellement à l’abordage de la surface de réparation adverse."
      "S’il est vrai que Simone Inzaghi demande une participation offensive importante à ses hommes, il est tout aussi vrai qu’Inzaghi demande également aux siens de savoir distinguer, au cours d'une rencontre, quand il est bon de prendre des risques et quand il vaut mieux ne pas en prendre. Car l’Inter dispose, elle aussi, de joueurs capable de faire très mal à l’adversaire en contre, et il ne serait pas mauvais de faire usage également de cet atout."
      "La Lazio d’Inzaghi, lors de ses meilleures expressions, était une équipe qui savait alterner la possession de balles avec de bons pieds au milieu de terrain, tout en disposant d’un centre de gravité plus bas lui permettant d'attaquer la profondeur,  avec le duo Immobile-Correa, un mix qui manque encore à l’Inter en ce moment."

      Validez-vous cette analyse ? Selon vous, quel sera le comportement à adopter pour allumer la Vieille Dame ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      380 vues
    4. Edin Dzeko est bien meilleur que Romelu Lukaku selon la presse transalpine

      La Gazzetta Dello Sport et Italia1 sont tombés sous le charme d’Edin Dzeko version Nerazzurra, à tel point que l’international bosniaque est en train de faire "oublier" un Romelu Lukaku en perdition à Chelsea!
       
      L’analyse de la Rosea

       
      "C’est Edin l’authentique arme en plus des Nerazzurri, il est bon dans quasi chaque occasions, peu importe les variations du modulo. Les statistiques le confirment, bien avant même l’affection déjà démontrée par la Tifoserie et le rôle central qu’Inzaghi lui a cousu sur le dos. Ce qui était d’ailleurs la principal préoccupation de ce début de saison suite au renom de Lukaku, s’est révélée être l’une meilleure certitude de la nouvelle Inter."
      "Là, droit devant, Edin commande en attaque, lui qui a gagné amplement ses galons lors de ses onze premières sorties avec les Nerazzurri. D’ailleurs, le bosniaque est déjà l’auteur de sept buts et de deux passes décisives entre la Serie A et Ligue des Champions. Son parcours démontre neuf présences en qualité de titulaire sur ses onze apparitions, ce qui rend la performance de Dzeko bien meilleure que les chiffres déjà éloquent de Romelu Lukaku lors de sa première saison chez les Nerazzurri."
      "Lors de ses onze premières sorties officielles avec l'Inter, le Belge est celui qui a le moins marqué (5 buts en tout), et il n'a pas délivré la moindre passe décisive (contre deux pour Dzeko). Le Bosniaque a également dépassé les attentes, se montrant directement décisif au moins deux reprises (contre l'Atalanta et Sassuolo) et en brisant également le long jeûne des Nerazzurri en Coupe d'Europe avec le premier but inscrit contre le Sheriff."
      "Dans le même laps de temps, Lukaku ne s’était avéré décisif qu’à une seule reprise, lors de la victoire à l’extérieur sur le terrain de Cagliari, dans la rencontre valide pour la deuxième journée , sur un penalty: Pour résumer, en guise de bonjour matinal, on peut considérer que le mariage entre Dzeko et l’Inter est amené à récolter tant d’autres fruits, peut être encore plus juteux que ceux de l’époque du belge."
       
      Italia1 souligne la performance malgré son âge avancé

       
      Lorsque Inzaghi l’a sorti au profit d’Alexis Sanchez, Edin Dzeko a reçu une standing ovation de la part de tout le Meazza, en fin de match, il soulignait également la prestation d’équipe, n’hésitant pas à souligner les erreurs faites octroyant des contres dangereux aux adversaires : "C’est un signe de sa mentalité : ne jamais se reposer sur ses lauriers et chercher à s’améliorer et, à 35 ans, l’Inter représente pour lui  le dernier défi fascinant de sa carrière, en reprenant un héritage important."
      "Il dispose d’un curriculum vitae et d’une personnalité assez importante pour ne pas se laisser atteindre par les critiques, il dispose aussi de tout le calme nécessaire pour tenter le coup, comme cela s’est vu lors de son but inscrit face au Sheriff : Une reprise de volée incroyable. Il porte également la Griffe de la première victoire de l’Inter en Ligue des Champions et il a sonné la révolte dans un match qu’il qualifié lui-même de “ça passe ou ça casse"."
      "Il est aussi l’auteur de buts et de passes décisives fantaisistes : Il a récolté un 8 pour son but et pour sa passe décisive à destination à Vidal. Sa côte a augmenté également lorsque, dans les moments les plus délicats de la rencontre, il a cavalé à toute vitesse pour prêter main forte au rempart défensif et interrompre, avec une passe en diagonale réalisée à la perfection, une contre-attaque adverse."
      "Le Giuseppe Meazza applaudi, Simone Inzaghi applaudi, l’Inter regarde droit devant elle et attend la Juventus au Giuseppe Meazza, un stade où Edin a déjà inscrit cinq de ses sept buts de la saison."
       
      Le tacle de Franco Vanni
       
       
      "Lukaku sous le maillot de l’Inter n’a jamais réalisé une telle partie en Ligue des Champions, encore moins lors de la double confrontation face au Borussia Mönchengladbach. Edin Dzeko est un joueur de classe mondiale, il a tout pour lui, malgré son âge."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      19 commentaires
      549 vues
    5. Inter/Newcastle/PIF: Les règles de la Multipropriété selon l’Uefa

      En effet, que va-t’il se produire, si comme les informations tendent à le confirmer:  L’Inter est acquise par le Public Investment Fund (PIF), le Fonds d’Investissements du Royaume d’Arabie Saoudite ? En effet, l’Inter deviendrait la “Grande soeur" de Newcastle.
       
      Calcio&Finanza s’est penché sur un sujet déjà anticipé depuis bien longtemps par l’Uefa:

       
      La règle est connue de tous et est très claire: L’UEFA n’accepte pas la multipropriété dans ses propres compétitions.
       
      Quid si les deux équipes disputent la même compétition ?
      En effet, cette condition doit être analysée et assurée étant donnée que si l’Inter passe entre les mains des saoudiens, Newcastle, tôt ou tard finira par gravir les échelons à coup de campagne de recrutement, en Premier League. Un jour, le club parviendra donc à se placer dans la hiérarchie lui offrant l’accès à une Ligue des Champions retrouvée depuis quatre années consécutives  par les Nerazzurri
       
      Article 5 - Regulations of the UEFA Champions League

       
      Aucun club participant à une compétition interclubs de l'UEFA ne peut directement ou indirectement:
       
      détenir ou négocier des titres ou des actions de tout autre club participant à une compétition interclubs de l'UEFA ; ou être membre de tout autre club participant à une compétition interclubs de l'UEFA ; ou être impliqué à quelque titre que ce soit dans la gestion, l'administration et/ou les performances sportives de tout autre club participant à une compétition de clubs de l'UEFA ; ou avoir un quelconque pouvoir dans la gestion, l'administration et/ou les performances sportives de tout autre club participant à une compétition interclubs de l'UEFA.  
      Nul ne peut être simultanément impliqué, directement ou indirectement, à quelque titre que ce soit, dans la gestion, l'administration et/ou les performances sportives de plus d'un club participant à une compétition interclubs de l'UEFA. Aucune personne physique ou morale ne peut avoir le contrôle ou l'influence sur plus d'un club participant à une compétition interclubs de l'UEFA, ce contrôle ou cette influence étant défini dans ce contexte comme suit :
       
      détenant la majorité des droits de vote des actionnaires ; avoir le droit de nommer ou de révoquer la majorité des membres du conseil d'administration, de gestion ou de surveillance du club ; être actionnaire et contrôler seul la majorité des droits de vote des actionnaires en vertu d'un accord conclu avec d'autres actionnaires du club ; ou être en mesure d'exercer par tout moyen une influence décisive sur le processus décisionnel du club  
      En vertu de de ces règles, si deux clubs ne remplissent pas "les critères permettant d'assurer l'intégrité de la compétition, seul l'un d'entre eux sera  admis à une compétition de clubs de l'UEFA", selon un ensemble de critères déterminés par l'Association européenne de football elle-même.
       
      Un précédent existe

       
      En effet, avec la participation des clubs de Leipzig et de Salzbourg à la plus prestigieuse des Coupes d’Europe de l'UEFA, deux clubs contrôlés alors par Red Bull.
      L’enquête approfondie de l'UEFA avait abouti à un verdict positif : les deux clubs ont reçu le feu vert pour participer à la Ligue des champions.
       
      Les raisons étaient les suivantes :
      Selon l'UEFA, l'influence de Red Bull sur Salzbourg avait été considérablement réduite : certaines personnes liées à Red Bull (qui étaient aussi simultanément impliquées dans Leipzig) avaient été écartées du conseil d'administration, tout comme le président du conseil d'administration, qui était lié à Red Bull, qui avait démissionné. En outre, l'accord de sponsorisation entre Salzbourg et Red Bull avait été modifié (avec sommes et des espaces revus à la baisse), de même, il avait été mis fin aux accords de collaboration entre les deux clubs et les différents prêts en cours à l’époque inclus
       
      Selon la Chambre d'investigation de l'Organe de contrôle financier des clubs de l'UEFA, la relation entre Red Bull et Salzburg, suite aux modifications, était devenue une relation de sponsorisation dite standard, établissant ainsi que l'article 5 (concernant l'intégrité des compétitions) n'avait pas été enfreint et admettant les deux clubs à la même compétition.
       
      Gageons que PIF, s’il s’offre l’Inter pour la plus grande joie des Tifosi, aura parfaitement pris connaissance de ce point de règlement et de ce précédent !
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      722 vues
    6. C&F: Nicola Volpi, élément central entre l'Inter et PIF

      Comment est perçu l’Inter par les fonds d’investissement ? A cette question, une réponse est formulée par Bebeez, qui est  un portail spécialisé dans les fusions et acquisitions de fonds d'investissement privés. En effet, celui a analysé la situation de l'Inter Milan vu les différentes rumeurs liant la Beneamata au Fond souverain saoudien PIF.
       
      Voici ce que nous révèle Calcio& Finanza

       
      L’analyse trouve son origine suite à la parution de deux articles paru dans le Libero qui font état sur un nouvel intérêt du Pubic Investment Fund (PIF), le fonds souverain de l'Arabie saoudite avec environ 430 milliards de dollars d'actifs sous gestion, selon l'Institut SWF. Celui-ci est  présidé par son Altesse Royale Mohammad bin Salman, le prince héritier de la couronne saoudienne et vice-premier ministre d'Arabie saoudite. Le fonds d’investissement saoudien vient également d'acquérir Newcastle en étant rejoint par des investisseurs : PCP Capital Partners et RB Sports & Media dans une transaction à hauteur de 300 millions de livre-sterling.
      Malgré cet accord, l’intérêt de PIF pour l'Inter reste présent, compte tenu également des difficultés de Suning à subvenir financièrement aux besoins du club Nerazzurro, explique BeBeez. De plus, Oaktree Capital Management, a reçu des actions de l’Inter en gage dans le cadre de l'accord de prêt de 275 millions d'euros avec Suning, il y a donc à un rôle à prendre en considération
       
      Sur le plan économique, l'Inter a annoncé officiellement que, pour l'exercice clos au 30 juin 2021, les recettes consolidées s'élevaient à 364,7 millions d'euros, tandis qu'une perte de 245,6 millions d'euros a été enregistrée. Celle-ci est essentiellement lié à la privation des recettes des matchs résultant de la fermeture des stades, des réductions contractuelles des sponsors en raison de l'incapacité du club à fournir des prestations, et la liquidation certaines relations de nature sportives.
      Dans le semestre précédant la date du 30 décembre 2020, la perte avait été contenue à 62,7 millions, contre une perte de 32,7 millions dans la même période de l'exercice 2019-2020. Au 30 juin 2020, le bilan avait été clôturé avec une perte de 100 millions grâce à la plus-value réalisée suite à la vente de Mauro Icardi.
       
      Pour savoir se doter des ressources nécessaire à son fonds de roulement, Suning a réussi en mai dernier à obtenir un prêt triennal de 275 millions d'euros auprès d'Oaktree à un taux de 9%. Celui-ci ayant été garanti via  les actions du club détenues par Suning. Le prêt a été accordé à Great Horizon sarl, la société luxembourgeoise par laquelle Suning contrôle l'Inter et qui versera de façon matérielle dans les caisses du club l'argent nécessaire à sa bonne gestion.
      Au 31 mars 2021, comme le confirme Inter Media and Communication spa, les Nerazzurri ont reçu une injection de liquidités de 50 millions d'euros sous la forme d'un financement octroyé par les actionnaires de la TeamCo (FC Internazionale)".
       
      Dans le même temps, la plupart des différents financements antérieurs accordé par les actionnaires de Suning à l’Inter ont été convertis en capitaux.
      Le rapport sur neuf mois d'Inter Media indique qu'au cours des neuf mois clos au 31 mars 2021, un total de 85,2 millions d'euros a été converti en réserve de capital, ce qui laisse un montant résiduel de 31,9 millions d'euros à amortir (plus les intérêts cumulés de 15,9 millions d'euros). Une nouvelle conversion de 23 millions d'euros a d’ailleurs été effectuée en avril 2021″.
       
      Les problèmes de Suning sont donc de deux

       
      D'une part, le refinancement de l'obligation pour un total de 375 millions d'ici 2022 (le club planche sur une nouvelle obligation de 400 millions)
      D'autre part, l'expiration en 2024 du financement garanti par Oaktree. Et dans l'affaire, il n'est pas exclu qu'en perspective Oaktree vienne également prendre la part majoritaire de Suning, dans le cas où il ne serait serait pas en mesure de rembourser le prêt à échéance, comme cela s'est déjà produit en 2018 pour Milan avec le relais entre Yonghong Li et Elliott.
      De plus, étant donné les besoins en liquidités, les 275 millions d'Oaktree pourraient être épuisés bien avant la fin des trois ans, et un problème de liquidités pourrait donc survenir bien avant. D'où la nécessité de trouver un investisseur financier pour injecter de nouveaux fonds, mais cette fois sous forme de capital et non de dette.
      L'une des hypothèses était qu'Oaktree entrerait dans l'actionnariat du club avec la part actuellement détenue par le fonds LionRock Capital (31,05%), mais cela ne s'est finalement pas produit.
       

       
      Le Fonds d'investissement public est meilleur atout de son Altesse Royale Mohammad bin Salman pour mettre en œuvre sa Vision 2030 saoudienne, un plan stratégique de transformation du pays lancé en 2016 dans le but de renouveler son image internationale et son modèle économique, de le rendre moins dépendant du pétrole et de diversifier ses investissements, fort des immenses liquidités accumulées avec l'or noir ces dernières années, dont une grande partie a été canalisée vers PIF.
      L'Italie, d'ailleurs, est déjà dans le viseur de PIF : en août dernier, en effet, le fonds saoudien est entré avec une participation minoritaire dans Horacio Pagani Spa, la holding qui détient la totalité du capital de Pagani Automobili Spa, le constructeur emblématique des supercars emblématiques. La participation serait d'environ 30 %. PIF a ainsi rejoint les actionnaires minoritaires actuels d'Horacio Pagani, Nicola Volpi (Partenaire Fondateur de Permira) et Emilio Petrone (PDG de Sisal), soit directement, soit par l'intermédiaire de Movidea Srl.
      Et c'est précisément Volpi qui est vu comme le point de contact entre le PIF et l'Inter, considérant que le manager entre 2014 et 2018 a étét Membre du conseil d'administration de l'Inter, quand l'actionnaire  majoritaire était Erick Thohir.
      Le tout sans oublier le projet d'un actionnariat populaire dans Interspac Srl, pourssé par l'économiste Carlo Cottarelli. L'économiste espère que beaucoup de capitaux pourront provenir de ce front, même si la structuration de l'opération pourrait ne pas être chose aisée, sachant que les Spacs (Special Purpose Acquisition Companies) sont cotées et qu'il n'en est pas encore question pour Interspac. Le projet fait plutôt penser à une campagne d'Equity Crowdfunding qui, toutefois, vu les chiffres évoqués, nécessiterait nécessairement la publication d'un prospectus informatif de la Consob.
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr


      7 commentaires
      753 vues
    7. L’Inter cible 100.000 spectateurs contre le Sheriff et la Juventus

      L'Inter espère accueillir plus de 100 000 spectateurs entre ses deux prochains matches au Giuseppe Meazza : le match décisif en Ligue des champions contre le Sheriff Tiraspol ce mardi, puis le Derby d’Italia contre la Juventus ce week-end.
      Selon le Corriere dello Sport, les Nerazzurri estiment atteindre ce nombre sur la base de la réglementation en vigueur pour la capacité du stade.
      L'Inter a été reconnaissant de jouer devant ses tifosi après plus d'une saison à jouer dans des stades vides, même si pour l'instant il s'est avéré impossible de jouer avec une foule à pleine capacité.
      Le club revient donc au Giuseppe Meazza, après son déplacement à Rome, et vise la barre des 45 000 spectateurs pour regarder leur confrontation décisive en phase de groupes de la Ligue des champions, contre le Sheriff.
      L’Inter recevra la Juventus ce week-end, et le club s'attend à atteindre les 100 000 spectateurs au total pour les deux matches en moins d’une semaine.
       
      ®Oxyred - Internazionale.fr

      4 commentaires
      713 vues
    8. Pif sur le point de s’offrir l’Inter ?

      En effet, selon Ledong Sports et Weibo, le fond d’investissement du Royaume d’Arabie Saoudite, PIF, après avoir acquis Newcastle, serait dans la dernière ligne droite pour acquérir l’Internazionale
       

      Merci à @Cuchu77pour l'article!
       
      S’il reste quelques divergences au niveau de la propriété du nouveau stade, ceux-ci devraient se résoudre très rapidement. Selon la presse asiatique, l’opération est estimée au milliard d’euros, ce qui est en corrélation avec les dernières informations connues à travers l’Europe
       

       
      Si le fond d’investissement finalise l’acquisition, le Club Nerazzurro pourrait ouvrir une nouvelle "Grande Ère Internazionale" n’en déplaise à un Piero Ausilio tout sourire et son "PIF ? Je ne sais de qu’il s’agit."
       
      Selon vous, est-ce que le temps de Suning à la tête de l’Inter est révolu ? Lui qui a pourtant permis à l’Inter de remporter le Scudetto après une décénnie de disette ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      18 commentaires
      1,2k vues
    9. Simone Inzaghi revient sur le 2-1: "Lautaro était dos à l’action, il ne pouvait pas savoir que Dimarco était à terre"

      Lors de sa conférence d’après-match, Simone Inzaghi est revenu sur le second but romain, un but a jamais entaché d’une polémique: “Nous avions réalisé notre meilleure rencontre comparé à nos derniers matchs, mais une équipe comme la nôtre, avec un but d’avance aurait dû mieux gérer la dernière passe et doubler la mise.”
       
       
      2:57 - Maurizio Sarri demande effectivement de sortir le ballon en levant la main
       
      "Nous avons pris un but suite à un corner que nous n’aurions pas dû concéder, A partir de ce moment-là, la rencontre a changé et la Lazio est rentrée dans le match. Nous avons pris un second but assez étrange et nous avons perdu la tête : Cela n’aurait pas dû arriver, je suis déçu car c’est un coup d’arrêt que nous ne voulions pas pour notre classement, mais je retiens la prestation et nous allons regarder droit devant nous."
      "Lautaro était dos à l’action, il ne pouvait pas savoir que Dimarco était à terre, ils auraient pu mettre le ballon dehors, mais je n’ai pas envie de m’exprimer sur cela: Une équipe comme la nôtre qui joue un match, avec une telle démonstration, se doit de rentrer à la maison avec un résultat: Lorsque tu fais face à un adversaire comme la Lazio, tu ne peux pas lui laisser la possibilité de revenir dans le match."
      "Durant une heure nous avions une gestion optimale du ballon, mais nous avons laissé la possibilité, à notre adversaire, de revenir dans le match et nous en avons payé la conséquence. L’arbitre ne pouvait pas stopper le match car ce n’était pas un cou à la tête, ils ont décidé de jouer et la malchance a voulu que ce soit à ce moment-là que nous prenions le but."
      "L’équipe réalisait une belle prestation et nous n’aurions jamais dû nous faire égaliser, même lors du 2-1 nous aurions pu inverser le résultat, c’était une journée intense avec une fin de match amer car j’ai vu une équipe qui contrôlait le terrain de la meilleure des façon et qui aurait dû tuer le match, nous aurions dû être meilleur lors de la dernière passe pour inscrire le 2-0."
      "Ces deux prochains jours seront destinés à l’analyse car une équipe comme la nôtre ne peut pas rentrer à la maison avec un 3-1 et une prestation de ce type. 
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      5 commentaires
      589 vues
    10. Pas de clause libératoire dans le nouveau contrat de Barella, selon les médias Italiens.

      Comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, l'intérêt pour Nicolò Barella de la part des géants européens que sont Liverpool et le Paris Saint-Germain n'effraie pas l'Inter, qui ne ressent pas le besoin de déterminer la valeur de l'Italien.

      Cela suggère aussi que Barella n'a montré aucun signes à l'Inter d'une quelconque envie de départ du club pour le moment, comme l'intérêt de ces clubs n'est pas nouveau.
      Le nouveau contrat verra le salaire de Nicolò Barella rester le même jusqu'en 2023, puis il va augmenter sur les 3 années suivantes, jusqu'en 2026, où il touchera alors 7M€/saison. Cette formule est là pour étaler un maximum les coûts, au vu de la situation financière des Nerazzuri.
      ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter

      4 commentaires
      762 vues
    11. Sélection Nationale: L'Inter est l’équipe la plus pénalisée de Serie A

      C’est une information en provenance de nos confrères de Fcinter1908.it: Lors de cette nouvelle fenêtre de matchs internationaux, l’équipe de Simone Inzaghi est celle qui se retrouve le plus pénalisée de Serie A, à commencer par son déplacement ô combien périlleux au Stadio Olimpico de Rome sans la présence de tous ses sud-américains!
       

       
      Temps de jeu des joueurs en club qui ont évolué le plus en équipe nationale
       
      INTER 2528'  
      JUVE 1760' NAPOLI 1679' ATALANTA 1496' TORINO 1346' ROMA 1294' MILAN 11911 FIORENTINA 1059'  

       
      Le temps de jeu dans le détail pour les Nerazzurri
       
      Sanchez (Chili): 270’ Vecino (Uruguay): 245' Vidal (Chili): 180’  
      Lautaro Martinez (Argentine): 150’ Correa (Argentine): 106' Barella (Italie): 143’  
      Bastoni (Italie): 180’ Dimarco (Italie): 0’ Skriniar (Slovaquie): 180’  
      De Vrij (Pays-Bas): 180’ Dumfries (Pays-Bas): 180’ Brozovic (Croatie): 174’  
      Perisic (Croatie):180’ Calhanoglu (Turquie): 180’ Dzeko (Bosnie): 180'  
      Pensez-vous que l'Inter risque d'être pénalisée lors de la semaine à venir ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      781 vues
    12. Suning sur le départ en 2022, Oaktree "déjà" aux commandes

      Malgré les différents démentis de la part de sa Direction, l’Inter reste toujours perturbée par un futur sociétal en forme de pointillés. Selon Tuttosport un scénario inattendu est sur le point de voir le jour.
       
      Oaktree au centre du projet

       
      En effet, la vente pourrait être gérée directement au terme de cette saison, non pas avec Suning qui ne serait qu’un simple spectateur, mais avec Oaktree, qui dispose de bien plus d’importance suite au prêt de 275 millions d’euros qu’il a octroyé à la propriété du club:
       
      "La situation est toujours plus intenable et il n’est pas exclu qu’il y aura des évolutions sociétal au terme de cette saison. Depuis les premiers contacts établi avec le fonds saoudien Pif, qui a finalement acquis le Newcastle, une nouvelle négociation pourrait avoir lieu."
      "Celle-ci ne serait pas nécessairement conduite par Suning en première ligne, il pourrait y avoir un rôle bien plus important octroyé à Oaktree Capital, le fond d’investissement californien qui a maintenu sur pied l’Inter. Une position qui lui confère une force de décision considérable, notamment dans le cadre de la vente du Club Nerazzurro."
       
      Selon vous, est-ce mieux que la vente soit gérée par Suning ou par Oaktree Capital ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      752 vues
    13. Ben Jacobs: "PIF peut investir dans plus d’un club"

      Ben Jacobs, journaliste à BeIN Sport s’est livré sur Twitter sur la situation entourant le Fonds d’investissement PIF et le Colosse chinois Suning: "Nombreux sont ceux qui me demande des informations sur Pif et l’Inter : Ce n’est pas une nouveauté qu’il y a eu des échanges entre Suning et Pif, au début, l’intention du Pif était de faire son entrée en tant qu’actionnaire minoritaire et les parties se sont entretenues à plusieurs reprises par la suite."
       

       
      "PIF avait été découragé par l’évaluation d’un milliard d’euros en provenance de Suning et le prix n’a pas changé, mais la Serie A reste très attirante pour PIF : L’Arabie Saoudite a déjà accueilli la Super Coupe d’Italie, même les droits à long terme sont en jeu. Il m’a été dit qu’une vente n’était pas encore certaine, car les négociations n’ont pas particulièrement avancé ou ciblé : Il reste toujours des obstacles : Le prix, la réticence des Zhang pour vendre et les dettes de l’Inter."
      "Toutefois les deux parties discutent à nouveau: Suning avait réellement besoin des fonds en provenance de la Super League et sans cet argent, il pourrait se montrer plus enclin à la vendre, dans la phase actuelle, l’accord n’est pas encore trouvé mais les réunions suggèrent que PIF a l’intention de posséder et d’investir dans un autre club."
      "Autre fait important : Les parties se sont parlés à la mi-septembre, lorsque PIF avait remarqué qu’il n’obtenait pas d’information claire, il a décidé d’acquérir dans l’improvisation Newcastle : Beaucoup de choses ont évoluées le mois dernier
       

       
      Confirmation d’Il Giorno
      "Malgré les différents démentis du club, les rumeurs se font de plus en plus insistantes : Le fonds saoudien Pif ne semble pas vouloir s'arrêter à Newcastle. L’Arabie a en effet et de nouveau jeté leur dévolu sur Inter, reprenant ces pourparlers enterrés au printemps dernier: Le vent du changement souffle fort du Golfe Arabique, puisque depuis des semaines dans les bureaux milanais on parle de Pif, le fonds souverain saoudien, qui semble vouloir investir dans le monde du football pour nettoyer son image dans le monde, grâce à une série d'investissements entre l'Europe et l'Amérique. Et donc son Altesse Royale Mohammed bin Salman, après avoir acheté Newcastle pour 350 millions d'euros, miserait directement sur le club Nerazzurro."
       
      La situation
      "Certains disent qu’ils se sont déjà entretenus, émettant l'hypothèse qu'un accord avait déjà été défini en septembre avec la famille Zhang pour la vente du club pour la somme d'un milliard d'euros (le montant que le groupe Suning demande depuis le début de l'année à ceux qui s'approchent du club dans Via Della Liberazione). De plus, le géant chinois aurait rouvert une négociation "gelée" depuis l'hiver dernier,  lorsque Zhang semblait plus que fasciné par le projet de Super League (qui aurait garanti plus de revenus à la Beneamata), qui a ensuite échoué. Dès cet instant, la nécessité de trouver les liquidités pour remettre les comptes en ordre au plus vite auraient obligé le propriétaire chinois à faire marche arrière."
      "Jusqu'à présent, la Direction de l’Inter a toujours nié tout intérêt concret de la part du Fonds d'investissement public, cela aussi s’explique par le fait que la propriété a toujours agi de manière indépendante, en y déplaçant même la même direction. Une chose est sûre : qu'il y ait ou non quelque chose de concret dans les négociations avec l’Arabie, d'ici l'été prochain, quelque chose devra bouger dans la structure de propriété du club champion d'Italie, compte tenu du lourd "passif " présent dans son budget : Un passif que Suning n'est plus en mesure de couvrir."
      "Entre janvier et février, il semblait que l'accord avec BC Partners pour la vente de la majorité des parts du club Nerazzurri pour 750 millions d'euros était proche. L'offre a ensuite été rejetée par les propriétaires chinois, comme l'ont confirmé des sources autorisées proches du club"
       

       
      Pour le Libero, le milieu financier a raison
      "Les milieux financiers confirment l'existence de négociations, soulignant que les premiers contacts avec les émissaires arabes remontent à environ un an. Période durant laquelle Pif travaillait déjà sur l’acquisition de Newcastle.  A présent, nous sommes dans une phase de détail avec notamment la thématique du stade: .L'acquisition des 80% de Newcastle pour 353 millions ne représente pas un problème dans les négociations pour l'Inter."
      "Le plus grand obstacle au succès de l'accord serait la question du stade. C'est donc autour du quartier de San Siro que se joue la partie décisive : Pouvoir compter sur un stade de propriété augmenterait de façon substantielle la valeur du club, rendant plausible l'importante évaluation d'un milliard faite par Suning qui, bien sûr, essaie de maintenir le prix le plus haut possible pour ne pas vendre à perte, vu les sommes qu’il avait injecté dans l’Inter ces dernières années."
      "C'est pourquoi la question du Giuseppe Meazza est de nouveau d'actualité. Cette thématique ne concerne pas seulement l'Inter, mais aussi le Milan. La Marie affirme d’ailleurs qu'une réunion avec l'AC Milan et l'Inter aura lieu dans les prochaines semaines, bien que le maire Giuseppe Sala ait déclaré qu'il n'y avait pas encore de date à l'ordre du jour. Mais imaginer un accord noir sur blanc d'ici la fin de l'année, juste avant la Supercoupe d'Italie du 22 décembre Inter-Juve à Djeddah (Arabie saoudite...) est un scénario alléchant".
       

       
      Un refinancement certain au mois de janvier selon Il Sole 24 Ore
      "Suning  travaille avec son gouvernement pour régler sa dette : "Un réseau de participations d'entreprise sur lequel maintenant, selon les rumeurs, les banques chinoises travaillent étroitement avec le gouvernement de Pékin, afin de restructurer la dette du groupe, qui en Italie possède l'Inter. L'une des plus grandes banques d'État chinoises, Citic, participe à l'opération."
      "Le groupe de la famille Zhang est exposé à hauteur de 2,6 milliards de dollars à cause d'Evergrande, le groupe immobilier qui risque la faillite. Mais la question sur la table avec les banques serait celle d'une réorganisation globale du groupe:  Le club des Nerazzurri est désormais devenu l'actif le plus important de la quatrième branche de la famille Zhang, à savoir Suning Sports."
      "C'est précisément cette imbrication d'intérêts et d'activités qui serait au centre d'une réorganisation, afin de restructurer l'exposition globale à la dette. Le gouvernement de Pékin pourrait demander à la famille Zhang de prendre des mesures décisives pour résoudre les problèmes. Les projecteurs sont braqués sur l'Inter en Italie."
      "Steven Zhang n'est pas physiquement rentré en Italie, mais il a jusqu'à présent été présent lors de la réunion du Conseil d'Administration pour approuver les comptes du club Nerazzurri, clôturé avec 245 millions d'euros de pertes,  et il devrait encore être présent par vidéoconférence lors de la réunion des actionnaires le 28 octobre."
      "Officiellement, le président Zhang a renouvelé la proximité de la propriété avec le club, mais ces dernières semaines, les rumeurs de contacts pour une vente s'épaississent. Le principal candidat était le Fonds Saoudien Pif, qui a entre-temps acheté Newcastle en Premier League. Et en toile de fond, il y a aussi la question de la dette de l'Inter. En effet, en janvier, le refinancement des obligations du club commencera concrètement pour un montant autour de 400 millions d'euros."
       
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      11 commentaires
      1k vues
    14. Nicolò Barella et Sandro Tonali: Symboles du renouveau milanais

      “Protagonistes sur le terrain et toujours plus symboles de l’Inter et du Milan: Nicolò Barella et Sandro Tonali se positionnent pour devenir les visages des deux équipes milanaises.” – telle est la déclaration de la Gazzetta Dello Sport qui salive déjà à l’idée d’une nouvelle rivalité historique.
       

       
      "Il nous revient en tête des Derbys antiques, avec l’arbitre  Concetto Lo Bello sortant du tunnel du Meazza , moustachu, vêtu de noire avec son, col blanc, entre Sandro Mazzola et Gianni Rivera, escorté par deux policiers en par-dessus. Deux capitaines légendaires, deux héros d’épopées milanaises. Dans ce temps-là, c’était l’époque des extincteurs "Meteor"."
       

       
      "Barella et Tonali présentent des caractéristiques techniques et des caractères différents, c’est évident, mais ils pourraient devenir les Mazzola et Rivera des Derbys qui verront ces jeunes talents devenir des leaders, des capitaines sur le terrain, des radicalisés dans leur foi. : Enfants, aussi bien Nicolò que Sandro, supportaient déjà les équipes dont, aujourd’hui, ils défendent les couleurs."
       
      Pensez-vous que l’on assiste au retour des Capitaines à l’ancienne ? Selon vous, est-ce que Nicolò et Sandro ont ce qu’il faut pour devenir les nouveaux visages des deux géants de Milan ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      4 commentaires
      910 vues
    15. Libero: "PIF prêt à s’offir l’Inter pour 1 milliard d’euros ?!"

      Cette information est à prendre avec le plus de distance possible et avec des pincettes, à la vue surtout de l’acquisition par le Fonds d’investissement du Royaume d’Arabie Saoudite, PIF, du club anglais de Newcastle. Toutefois, selon le quotidien italien: Suning est prêt à céder l’Inter à la suite d’une très longue et dure négociation qui a été ralentie à cause du projet Super League
       

       
      “Pas uniquement le Newcastle: Pif veut aussi percer en Serie A et il veut plus particulièrement mettre les mains sur l’Inter. Dans le monde des finances, il se dit qu’un accord a déjà été trouvé : Suning serait disposé à céder la société Nerazzurra au fond souverain pour une somme avoisinant le milliard d’euros. Il se susurre qu’une rencontre s’est tenue, en septembre à Milan, entre les hautes sphères de l’Inter et des émissaires saoudiens arrivés en Italie, pour définir les derniers détails de la négociation. Ceux-ci auraient également assisté à la défaite de l’’équipe de Simone Inzaghi face au Real Madrid, 0-1, le 15 septembre dernier."
       
      Une négociation en phase très avancée

       
      "Les saoudiens et le Suning traiteraient depuis de nombreux mois et le coup d’accélérateur aurait eu lieu lors de ces dernières semaines. La propriété chinoise est à la recherche d’investisseur prêt à s’offrir l’Inter suite à la crise du Covid. La vente du club a été ralenti auparavant, car il y avait la projection de rentrer dans la Super League: Le tournoi pensé par le Real Madrid, la Juventus et le Fc Barcelone aurait garanti une augmentation des revenus, mais le projet est actuellement un naufrage, rien n’a été concrétisé et la propriété chinoise songe à nouveau à la vente"
       
      Le Calcio, mais pas que

       
      "Cette nouvelle, si elle vient à se confirmer, représenterait une affaire pour les tifosi de l’Inter en sachant que PIF avait présenté un chiffre d’affaire proche des 500 milliards de dollars en 2020. Le fond est présidé par son Altesse Royale, le Prince héritier saoudien Mohammad bin Salman Al Saud. Il suffit simplement de penser que le fond Qatari propriétaire du Paris-Saint-Germain, le Qatar Investment Authority, présente un chiffre d’affaire inférieur de plus de 100 milliards."
      "De plus, l’entrée dans le monde du football de la part des Saoudiens, qui ont déjà acquis les 80% de Newcastle pour 353 millions d’euros, pourrait ouvrir une nouvelle page de la rivalité entre les deux fonds d’investissements: L’acquisition de l’Inter s’inscrirait dans un projet plus vaste pour ce pays riche d’Arabie. La volonté de Pif est celle de nettoyer son image à travers le monde grâce à une série d’investissement aussi bien en Europe que sur le continent américain."
       
      "Le projet prévoit la création d’un réseau dans le monde du football via l’acquisition de plusieurs clubs : Newcastle en Angleterre, l’Inter en Italie, l’Olympique de Marseille en France et un autre club au Brésil. Le tout suivrait l’acquisition récente d’actions minoritaire de la Casa modénaise d’Hypercar Pagani (on parle de 30%). En Italie, Pif se montre également intéressé par l’investissement sur des gratte-ciels milanais et il serait également intéressé par la thématique du stade : Une évaluation d’un million d’euros inclurait également la construction d’une nouvelle enceinte."
       
      L'avis de Franco Vanni
      "Vu que je reçois plus de message que le jour-même de mon anniversaire, je m'exprime ici:  Je n'ai aucune confirmation d'une offre de PIF pour l'Inter, juste des démentis. Cela va de: Il n'y a rien à "ce ne sont que des rumeurs diffusées pour favoriser l'accord avec Newcastle. Objectivement, cela ne veut pas dire qu'elles ne sont pas fondées."
       
      Le saviez-vous?

       
      La Premier League s’oppose au rachat de Newcastle : Selon la Repubblica, les 19 clubs du plus important championnat anglais sont sur le pied de guerre suite à l’autorisation de la Fédération Anglaise de céder Newcastle au Fonds PIF qui est directement lié à son Altesse Royale le Prince héritier  Mohammed bin Salman. 
      "En première ligne, on retrouve Liverpool, Arsenal et Manchester United, dont les propriétaires sont américains. Tous ont demandé une réunion avec la League pour revenir sur cette décision qui pourrait, selon eux,  nuire à l’Image de la Premier League. De son côté, le président de Tottenham, aux origines juives, Adrian Levy, serait furieux et tenterait tout pour faire bloquer les sponsorisations de Newcastle."
       
      Seriez-vous pour ou contre le fait de voir l’Inter appartenir à une nouvelle Galaxie footballistique ? Exprimez-vous !
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      41 commentaires
      1,8k vues
    16. Vexé, Antonio Cassano allume Giuseppe Marotta sur BoboTV: "C’est un incompétent du football"

      Antonio Cassano a répliqué suite aux propos tenus par Giuseppe Marotta, ce vendredi 8 octobre 2021 au Festival du Sport
       

      "Cassano, par exemple, de joueur talentueux, il n'est jamais devenu un Champion."
      "Il n'a jamais réussi à accompagner les qualités techniques aux qualités humaines"
      Giuseppe Marotta
       
      "Je connais très bien Marotta et il doit me dire merci s’il a pu signer à la Juventus. C'était désastreux à la Sampdoria, alors que l’on disait qu’il était bon dans les journaux. C’est un incompétent du football, il ne connait pas les joueurs, il me demandait même qui étaient ceux qui venait le saluer."
      "Je n’ai rien à apprendre de Marotta au niveau humain. La différence entre Antonio Cassano est Marotta est unique : J’étais un phénomène, je ne me suis jamais vendu, je n’ai jamais appelé les journalistes pour que l’on parle en bien de moi. Il n’a rien a voir avec le football, c’est un grand politicien du football."
      "Je vais vous raconter une anecdote car cela me touche humainement. Je tiens à être précis contre ceux qui parlent en mal de moi. Peut-être qu’il est encore aux prises avec la bonne âme de Garonne : Marotta voulait me vendre à la Fiorentina à l’insu du Président. Le Président m’avait appelé et je lui avais dit que je resterai à la condition qu’il dégage Marotta et il l’a renvoyé, il est peut-être empoissonné par cela."
      "Marotta doit me dire merci vu ce qu’il en a résulté à la Sampdoria, j’étais un phénomène, lui n’a jamais été un dirigeant capable : Tout le monde du Calcio en a conscience, il se vend bien avec les journalistes. Au niveau humai, Cassano n’a rien à apprendre de personne et encore moins de lui."
       
      L’avis de Biasin
      "Quand je vous dis que la trêve internationale fait mal"
       
       
      De combien de titres peut se vanter le "génie" barese vis-à-vis de ceux remportés par Il Padrino ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr
       

      12 commentaires
      899 vues
    17. L'interview intégrale de Giuseppe Marotta au Festival du Sport : "L’Inter sera mon dernier club!"

      Giuseppe Marotta s’est livré à cœur ouvert sur le parcours de sa carrière et sur son avenir, avec et sans, l’Inter au Festival du Sport
       

       
      La victoire du Scudetto
      "Le 2 mai, nous l’avions mathématiquement remporté. Lorsque j’ai entrepris cette aventure, l’objectif était de ramener la Coupe à la maison. C’était une libération après tant de difficultés."
       
      Le moment clé du championnat remporté
      "Contre la Juve, nous avions compris que nous serions protagoniste : Nous étions le chasseur, puis le lièvre, et nous avions pris conscience que nous pourrions aller très loin."
       
      Le Championnat et la Ligue des Champions
      "La différence entre la Serie A et la Ligue des champions est que le second doit être un tournoi où tu es dans les meilleures conditions : Les victoires en Ligue des Champions ne sont pas toujours celles des équipes les plus forte, tandis qu’en Championnat, c’est l’équipe la plus forte qui le gagne. Le Giro n’est pas Milan-Sanremo. Le jour de notre élimination, il y avait tant d’amertume, mais nous l’avons concentré sur l’objectif Scudetto."
       
      Les difficultés financières et le départ d’Antonio Conte
      "La décision finale est le fruit des échanges des jours précédents. On n’entrevoyait plus un parcours commun, mais cela fait partie du sport et de la vie : Si une personne décide d’interrompre tout rapport, il est important de respecter sa décision et de regarder devant soi avec optimisme. Dirigeants, joueurs, entraîneurs passent, mais le club reste. Nous avions besoin d’aller de l’avant en ayant, ici, la conscience d’être un grand club et nos professionnels ont remporté le Scudetto avec un très grand mérite."
       
      Le choix de Simone Inzaghi
      "La décision de Conte n’était pas si prévisible, celle nous a un peu surpris et nous avions dû agir rapidement en définissant le meilleur profil . J’ai décidé de miser sur un entraîneur jeune qui avait déjà derrière lui un parcours important: Il était en pleine négociation avec la Lazio et l’opportunité s’est présentée : En lui soumettant notre projet et son sérieux, il nous a immédiatement suivi, et nous sommes reparti de là. Nous venions de recruter un entraîneur capable de se calquer sur le dispositif tactique de Conte, afin de ne pas devoir le modifier, même s’il y allait y avoir d'autres changements."
       
      Le malaise d’Eriksen
      "C’était un moment dramatique pour une personne que je connaissais et qui risquait de mourir, là aussi les informations nous sont parvenues rapidement. Le Professeur Volpi s’était mis immédiatement en contact avec les médecins qui étaient allé sur le terrain, pour avoir un premier diagnostic suite à ce qu’il s’était passé. Encore aujourd’hui, nous sommes dans une phase d’hypothèse, mais la chose la plus belle est que le joueur avait donné des signes de réveils. La nouvelle la plus belle est qu’il continue à vivre, au-delà du vide laissé à l’intérieur du vestiaire, qui est d’une importance relative. En ce moment, c’est difficile d’émettre des hypothèses, nous attendons l’évolution de la situation. Nous évoluerons la situation au moment opportun."
       
      Lukaku
      "L’expérience me fait dire qu’il faut toujours se préparer aux imprévus. Lukaku a manifesté son intention d’être transféré à Chelsea. Devant une situation de ce type, tu ne peux qu’accéder à sa demande. Il y a eu, à ce moment-là un début de négociation avec le club qui le désirait aussi, c’est comme cela que nous avons agi. Nous avons établi notre prix et pensé aux alternatives. Ce sont des dynamiques qui peuvent arriver dans le football. Je ne me suis pas senti trahis ou contrarié, j’ai évalué l’opportunité comme celle de pouvoir injecter une somme importante pour les caisses du club. Nous avons fait valoir notre requête économique et nous avons réalisé une belle opération."
       
      L’option Vlahovic et le choix de Dzeko
      "Dzeko était un choix prioritaire, nous avions déjà tenté notre chance l’année dernière : Il disposait d’une promesse de la Roma pour être libre gratuitement en cas de demande. Notre demande est arrivée et le sérieux de nos entretiens a facilité la définition de la négociation."
      "Je considère Vlahovic comme un grand talent, il y a une différence entre talent et champions. Nous nous sommes retrouvé dans une situation de négociation engagée. Nous n’étions dans les conditions, même si j’avais imaginé miser sur deux attaquants : Le premier était Dzeko, le second Vlahovic. Un était prêt pour l’immédiat, l’autre pour le futur. Cela aurait été le mieux, et je suis content de ce qu’offre Dzeko."
       
      Les difficultés financières
      "La pandémie a accéléré le processus: L’Inter, le Milan et la Juventus ont perdu, globalement, un milliard d’euros: Cela signifie que le modèle actuel ne te donne plus de garantie sur la continuité."
      "Il faut trouver des remèdes, car je dois dire qu’il n’est pas juste de toujours dépendre des augmentation des capitaux en provenance des actionnaires. Le football romantique du mécénat est révolu, nous besoin d’arriver à un modèle différent. La Famille Zhang a injecté 700 millions d’euros environs et c’est normal de revoir, tôt ou tard les conditions économique."
      "Le travail du Management est celui de concilier les objectifs sportifs et l’équilibre financier. Par le biais de ces deux opérations nous sommes désormais chanceusement serein, nous pouvons donc poursuivre les objectifs préfixés déjà l’année dernière étant donné que l’ossature est restée et que ceux qui sont arrivés nous donnes satisfactions. Il faut savoir contenir les coûts et faire comprendre aux joueurs que nous traversons une période de grande difficultés : Revoir les salaires est fondamental pour parvenir à un équilibre."
       
      Y-aura-t ’il des ventes importantes à l’avenir ?
      "Je peux les exclure, je tiens à rassurer nos Tifosi : l’Inter existera dans le futur aussi, la compétitivité est garantie. Ce n’est pas celui qui dépense le plus qui l’emporte toujours, il existe un patrimoine de ressources humains connu de tous qui n’est pas mis en lumière, une équipe invisible qui se trouve derrière ceux qui sont sur le terrain le dimanche : Si cette équipe est forte, tu peux allez très loin, et cela va bien au-delà de ton nom et des joueurs."
       

       
      Est-ce possible de voir un nouveau partenaire arriver au Club ?
      "Ce sont des évaluations qui doivent être analysées par l’actionnaire. Par expérience, je dis toujours qu’un club doit rester dans les mains d’une famille, d’une entreprise. Le fait de devoir vendre une partie des actions des fins d’un actionnariat minoritaire existe, mais je ne pense pas que cela soit la meilleure façon pour résoudre les problèmes car l’impact d’un partenaire minoritaire ne te garantit pas le changement de modèle radical, ce ne serait qu’un bien-être momentané."
      "Il est nécessaire d’identifier un modèle de soutenabilité et de sécurité de référence, vous l’obtenez si vous disposez d’un projet. Nous sommes parvenus à reprendre notre projet et à le remettre sur les rails. Nous avions des choix difficiles devant nous car nous avions décidé d’engager Conte tout en continuant à rémunérer Spalletti qui avait encore deux ans de contrat, mais nous l’avons fait car la consigne de notre priorité était de gagner."
      "Tu construis une équipe conquérante si tu as une vision précise et si l’équipe a conscience de faire face à un objectif, qu’elle dispose d’une vision du futur. Nous avons construit nos victoires en nous basant sur la force de nos hommes et le mérite en revient principalement à Conte qui a transmis des valeurs qui représente un patrimoine. J’ai en tête Marchionne qui déclarait qu’un Manager avait deux grands droits: Le droit de choisir des valeurs et choisir des hommes. Si tu en disposes, l’aspect économique est relégué au second plan car tu traverses un moment de difficulté que tu sauras le surmonter en te basant sur les valeurs que tu portes avec toi. Et nous en avons connu des difficultés."
       
      Les contrats des joueurs
      "Les joueurs ne l’ont peut-être pas bien compris, car ils vivent dans un monde doré. Ils gagnent tellement qu’ils ne sont pas habitués à faire face aux problématique familiales qui sont vécu quotidiennement : Ce sont des garçons très jeunes qui doivent être éduqués. Les réponses ont été d’un côté positive, et d’un autre coté négative, à nous de les former, de leur donner cette culture."
      "Il y a eu une prise de conscience de la part des joueurs, mais le drame a davantage été vécu dans le contexte de préserver sa propre santé. Néanmoins, nous avons respecté les contrats des joueurs: nous les avons tous payés, nous n’avons pas obtenu un euro de ristourne, mais nous l’avons fait eu égard aux performances réalisées lors de la saison 2019/2020 et de cette dernière années. Nous avons décidé, après une discussion courtoise avec les joueurs de ne pas les pousser trop fort à faire quelque choses qu’ils ne se sentaient pas capable de faire."
       
      Un message d’Adriano Galliani est arrivé
      "Nous avons été victime ensemble du Covid, il était dans un état bien pire que le mien. Lorsque des choses de ce genre arrivent, tu apprécies encore plus les valeurs de la vie et tu apprécies le fait d’être là, c’est valable aussi pour lui qui a quelques années de plus. L’autre jour au Meazza, il m’avait raconté qu’il s’énervait toujours lorsqu’arrivait un résultat négatif. Dernièrement Monza avait perdu 3-0 à Lecce et il avait vécu une soirée en toute insouciances, c’est le revers de la médaille de ce que nous avons connu. Je peux aussi m’énerver mais j’affronte la vie avec une vision différente. Dans le football, il faut toujours donner le maximum, mais la culture de la défaite est utile. Au mieux tu la maîtrises, au mieux tu vis."
       
      Un message de Simone Inzaghi arrive aussi
      "C’était l’un de mes joueurs à la Sampdoria, je le remercie aussi lorsqu’il me dit que je suis très visionnaires. Je suis principalement amoureux de mon travail, je l’avais fait aussi par hobby et ensuite, c’est devenu mon travail depuis 45 ans. Je me suis toujours plus appliqué à rester humble et respectueux, tout en ayant l’ambition de toujours vouloir gagner."
       

       
      Un dernier message arrive en provenance de son frère Salvatore.
      "Cela me fait me rappeler de mon adolescence où j’’étais déjà malade du Calcio et où j’écoutais à la radio "Tutto il calcio minuto per minuto". J’aimais imiter les chroniqueurs."
       
      La prolongation de Barella
      "C’est l’un des cas qui de talent est devenu Champion. J’ai eu à faire à Cassano que je viens de rencontrer à l’Hôtel, je lui ai toujours dit qu’il n’était jamais devenu un Champion. Le talent est inné et fait partie de son ADN. Encore aujourd’hui je n’ai pas revu de joueurs potentiellement plus fort que lui, mais celles-ci n’ont jamais été accompagné de qualités humaines, d’un comportement sérieux, discipliné, d’une vision de la vie et de la professions. Il a la conscience d’être resté un joueur qui n’a pas atteint le top niveau."
      "Barella a confirmé déjà à Cagliari et à présent à l’Inter que je suis devant un champion et il est juste de le gratifier économiquement pour ce qu’il réalise. Ce n’est pas une prolongation mais une reconnaissance adaptée à un style de joueurs important qui font partie de l’Inter. Nous en reparlerons dans les prochaines semaines. Nous ne devons certainement pas le laisser s’enfuir et ce sera si beau qu’il devienne notre prochain Capitaine. C’est une qualification qui ne s’offre pas, tu dois démontrer avoir des qualités de leader."
      "Piero Volpi, le médecin de notre Club a toujours été le Capitaine dans les équipes de football car c’est un Leader : Barella peut commencer à le devenir."
       
       
      Cassano et Gheddafi à la Sampdoria
      "Il n’y a pas de mots, c’était une expérience sympathique, très belle aussi, mais je devais toujours rester très attentif à ce qu’il se passait."
       
      Les objectifs de la saison
      "Les attentes de tous sont de nous voir comme celui à battre, un rôle que nous sommes heureux d’endosser : Nous sommes l’Inter et nous devons placer la barre très haut, mais vu que nous sommes dans un sport d’équipe, nous avons besoin aussi d’évaluer nos propres capacités tout comme celle des adversaires avec qui nous luttons."
      "Il peut arriver que certaines années tu investisses 100 millions, mais que les autres investissent 150 millions ou qu’ils parviennent à réaliser des opérations plus importantes et s’en retrouvent plus fort. Nous sommes dans une saison qui ne comprends pas qui est le plus fort: Le Sheriff a six point et il l’a emporté à Madrid. Dans le Championnat il y a les fameuses sept sœurs avec le Napoli comme équipe gagnante. Je crois qu’il est bien prématuré de procédé à une évaluation sur ce qui s’avèrera définit en mai. Je tiens toujours à la culture de la victoire."
      "Je prends toujours en considération ceux qui ont la culture de la victoire la plus forte, donc la Juventus et le Milan. Naples a clairement un grand mérite, mais gagner est toujours quelque chose de difficile et qui va au-delà de qu’une équipe propose et met en pratique : Il y a des valeurs qui s’acquièrent avec le temps, il n’y a pas que le seul choix de l’équipe."
      "Tu dois prendre en considération tous les aspects complémentaires, si tu réussi à améliorer la qualité des terrains, des médecins, tes physiothérapeute, de l’alimentation, tu l’emporteras certainement plus facilement."
       
      Osimhen
      "C’était une opération très onéreuse, et ce n’est pas un inconnu, les circonstances nous ont amené à suivre une route plutôt qu’une autre."
       
      Son arrivée à l’Inter, les cas Nainggolan et Icardi
      "Je ne tiens pas à critiquer celui qui a géré cela avant moi. Icardi était sincèrement un grand talent, il était devenu un joueur optimal en étant investi d’une responsabilité dont il n’était pas encore en capacité de recouvrir, je me réfère au brassard de capitaine. Lorsque je l’ai connu, il se comportait bien avec moi, mais il y a eu des évaluations qui différaient. Je dis toujours que la vision que vous devez avoir se doit d’être précise. L’entraineur et le club procèdent à des évaluations et il a été évalué qu’il devait y avoir une équipe avec des valeurs à respecter."
      "Conte les a d’ailleurs interpréter de la meilleur des façons.: Il nous a laissé quelque chose d’important, il a posé les fondations et c’est tout aussi vrai que nous avons recruté un entraîneur qui a de grandes qualités, certains aspects sont essentiels."
       
      L’arrivée à l'Inter en provenance de la Juventus
      "Je suis resté émerveillé par la rapidité dont tout cela s’est produit. Dès le lendemain de mon départ, Steven Zhang m’a écrit un message en m’invitant à une réunion avec lui. Je voulais forcément me reposer, mais j’ai saisi directement cette opportunité. Je laissais la Juve et je trouver l’Inter, nous étions à armes égales. Je me suis lancé dans ce métier avec des caractéristiques que j’ai en moi depuis plus que quarante ans et qui se sont toujours enrichie dans chaque club."
      "L’expérience est une autre caractéristique importante dans le vie de tous, surtout dans le milieu professionnel. A 24 ans, à Varese, j’ai perdu un championnat d’une façon retentissante, alors que si je reviens en arrière, ce tournois, nous l’aurions remporté avec 15 points d’avances." La conscience d’avoir tant gagné te permet d’affronter les difficultés avec une grande détermination. C’est ainsi que je me suis relancé en illustrant mon projet à l’Inter, un projet que le club a épousé, c’était un projet difficile car il consistait à laisser Spalletti à la maison et  prendre Conte allait demander du courage."
       
      La méfiance initiale à l’égard de l’environnement
      "Le Derby d’Italie apporte avec lui une grande rivalité. Je n’ai jamais connu de grande difficulté car je suis toujours parvenu à m’accorder avec les personnes, j’ai rencontré un club préparé, composé de bonnes personnes qui avait besoin de nouvelles motivations."
       
      Ses débuts
      "J’ai terminé le Liceo Classico et j’ai commencé à Varese. Certains faits de la vie m’ont ouvert la voie à suivre, je suis devenu directement Directeur Sportif car le précédent avait été victime d’une blessure et le Président m’avait demandé si je me sentais capable d’occuper un tel poste."
       
      Le poster de Rivera lorsqu’il était jeune
      "Je m’identifie à lui, j’ai été footballeur durant une courte période, j’ai arrêté car je me rendais compte que j’avais quelques limites, je me considérais perdu. Mais j’ai joué jusqu’au niveau des Primavera et j’occupais le même poste que Rivera. Il y avait une émulation, je voulais l’imiter comme footballeur. Mon rêve, depuis ma plus tendre enfance était de devenir un dirigeant, ma première expérience fut un oratoire. C’était la première étape de ma profession de dirigeants, je commençais aussi à organiser des toujours à comprendre le sens de la compétition, de la victoire, C’est à partir de là que j’ai commencé mes activités et que j’ai rangé mon poster de Rivera."
       
      Son surnom: le “Jeune Kissinger"
      "Il m’a été attribué par Colantuoni, qui me disait de l’appeler Avocat car pour devenir Président, il fallait une signature et pour devenir avocat, il avait dû passer trois diplômes. Je considère la diplomatie comme une vertu qui ne cache pas derrière un aspect décisionnel très fort. Décider n’est pas simple. Tu peux également devenir un leader sans devoir imposer ton timbre de voix, mais en faisant ressortir ta force intérieure : Pirlo était un leader silencieux. Il avait une si grande valeur dans le vestiaire et cela venait de sa communication non-verbale."
       

       
      Pensez-vous pouvoir confirmer à nouveau la victoire du Scudetto ?
      "Absolument, notre objectif est la seconde étoile."
       
      Le prêt de Recoba au Venezia
      "Gagner à Venise était si beau, j’habitais dans la région de Carampagne, j’allais au siège et cela avait une valeur inestimable. En plus tu gagnes un championnat et tu te sauves en recrutant Recoba, et je vais vous dévoiler le comment : A l’époque j’étais plus conditionné qu’aujourd’hui. Avec Zamparini, j’avais songé à Orlandini, j’avais appelé Oriali qui était le Directeur Sportif et nous nous organisions pour le contrat."
      "Il m’avait appelé et il m’avait dit que Tanzi avait été échangé avec Giusti. A ce moment-là, Regalia qui était un grand Manager m’avais appelé et j’en avais profité pour lui parler. Il m’a dit qu’il avait observé Recoba la veille, j’avais rappelé Zamparini pour lui dire que je ne voulais plus viser Orlandini mais que je songeais à un objectif encore plus important : Recoba. J’ai négocié et conclu avec Mazzola, je ne l’avais vu qu’en coups de vent, mais il nous a littéralement porté au maintien."
       
      A quel point étiez-vous proche de l’Inter de Pellegrini ?
      "Je l’ai rencontré une fois, l’alternative était moi ou Dal Cin. Je me souviens toujours d’une particularité avec Pellegrini : Je me suis toujours dit que si j’étais arrivé déjà à l’Inter à ce moment-là, que je me serais brûlé les ailes, tu dois embarquer dans le train au moment opportun. Âgé de 25 ans, je me serais perdu à l’Inter, je n’avais pas la connaissance que j’ai actuellement. J’ai fait un parcours graduel: De la province aux grandes provinces, de la Juventus, à l’Inter, C’est un parcours chanceux."
       
      Un regret sur le mercato ?
      "Il y en a tellement, le dernier est que j’avais eu l’opportunité de prendre Haaland pour deux millions d’euros. Parfois, tu as besoin d’avoir la volonté de miser sur un budget supplémentaire : Si c’est un champion, tu as besoin de le recruter. C’est ici qu’intervient la créativité financière pour réaliser des opérations, nous aurions pu l’avoir pour rien, et il est actuellement l’un des joueurs parmi les plus important au monde. A présent, il ne peut plus venir en Italie."
      "En 2000, il y avait dans le top 10 des meilleurs chiffres d’affaires cinq équipes italiennes, aujourd’hui, il ne reste que la Juventus. Nous avons un grand retard sur la Premier League. Aujourd’hui, nous sommes devenu un championnat de transition: Regardez Lukaku, nous sommes dans une réalité qui te porte à gouîer aux Champions qui, une fois leur position renforcée, cherchent à obtenir de meilleurs salaires ailleurs."
      "Nous sommes obligé de faire preuve d’ingéniosité, nous avons travaillé avec Ausilio sur cette vertu, cela va aussi de pair avec la Nazionale qui nous a offert de grande satisfactions. L’Italie met toujours en vitrine de grands entraîneurs et des grands joueurs. Nous avons besoin d’avoir la force les faire mûrir en équipe première, et ici doit entrer également la culture de la défaire.
      "Les joueurs qui se font siffler se font brûler les ailes et c’est quelque chose qui doit être combattu. L’Espagne a montré l’exemple avec ses jeunes sur le train. Aujourd’hui le Tifoso est plus ouvert et plus compréhensif vis-à-vis des difficultés du clubs. Dans notre cas, lorsque Conte et les joueurs sont parti, il y a eu un dialogue avec la Curva et nous leur avons fait comprendre que c’était pour le bien de l’Azienda. Ils l’ont compris et nous sommes toujours restés proche, ils nous sont toujours soutenu et c’est un très bel exemple de ce que doit être le rapport entre les Tifosi et le Club."
       

       
      Ronaldo à la Juve
      "J’avais fait part de mon évaluation, tout le monde aurait voulu s’offrir Ronaldo, je l’ai connu six mois avant mon départ. J’apprends toujours des champions, même comme dirigeants. Il a une culture du travail maximale, il est très soigneux sur sa propre condition physique et caractérielle. Toutefois, il devait être contextualisé et selon moi, cela passait aussi par des évaluations économico-financière : Mais j’entretiens encore aujourd’hui un grand rapport cordial avec la Juventus."
       
      Choisissez vos meilleurs acquisitions lors de votre carrière, poste par postes
      "J’avais recruté Rampulla de Pattese et je le conserve pour des raisons affectives. J’en ai trouvé un comme Buffon par exemple. J’ai vendu Taibi à United et c’était un flop, au final il n’était pas prêt. En défense, Bonucci fait preuve d’un très grand leadership, et il venait aussi du vivier interiste. Je le prends lui et Barzagli, à droite Hakimi et à gauche Alex Sandro."
      "Je dois vous dire qu’Evra était aussi très important dans l’économie du vestiaire : Il arrivait en provenance de United et il apportait avec lui des caractéristiques de champion dans le groupe. A la Juve, j’ai connu des champions, à l’Inter, je rencontrais des joueurs qui n’avaient plus gagné depuis tellement d’années et c’est pour cela qu’il était utile d’avoir un grand entraîneur."
      "A la Juve, j’ai connu des joueurs qui ont remporté la Coupe du Monde, des championnats: Khedira me disait qu’ils agissaient pareil au Real, j’en avais pris note et je l’ai retenu. Cela vaut aussi pour Evra ou Daniel Alves, tu apprends quelques choses des champions. Evra avait un certain âge mais en dehors du terrain, il avait tant à donner. C’est là que tu retrouves de la richesse et Conte a commencé à le faire , il l’avait transmis aux joueurs."
      "Nos joueurs à l’Inter n’avaient pas de palmarès et les difficultés étaient donc importantes. Aujourd’hui, ils ont une meilleure connaissance de ce qu’il faut avoir pour gagner. Au milieu du terrain, Barella représente une jeunesse devenue réalité. Je le choisi lui comme Pirlo et Pogba qui était arrivé gratuitement pour être revendu 110 millions d’euros. J’ai à mes côtés une équipe de travail qui me porte à faire des choix, mes décisions sont le fruit de ce travail : Pogba était quelqu’un de rare : pris gratuitement et rendu contre 110 millions d’euros. J’ajouterai Cuadrado comme ailier au milieu."
      "En attaque, j’en ai deux. Le plus difficile fut l’opération Dybala, je l’ai recruté grâce à mon rapport avec Zamparini qui était devenu le propriétaire de Palerme: Il m’avait contacté un jour pour me dire de me dépêcher car il était tout proche de signer avec Thohir. C’est grâce à notre amitié que j’ai su concrétiser cette opération. Je retire Ronaldo car c’est trop facile. L’autre personnalité avec qui je m’était lié d’affection était Recoba, mais j’aurais pu dire Pazzini ou Vieri. Même Lukaku mais cela aurait été trop facile : Peut-être que je dirais Higuain vu comment cela été devenu difficile."
       
      Une parenthèse sur Hakimi: Serait-il resté si Lukaku serait parti avant ?
      "Comme je l’ai dit, lorsque les joueurs sont intéressés par un salaire plus alléchant, il est très difficile de les garder."
       
      Pogba pourrait-il revenir en Italie ?
      "Je pense que ce serait difficile, même s’il y a aussi l’outil du Décret Croissance, qui s’il est boycotté, il nous a tout de même permis de réduire le coût du travail. Mais face à la valeur qu’il représente, je ne pense pas que quelqu’un puisse se permettre de l’engager."
       
      Dybala a l'Inter?
      "C’était possible lorsque l’on avait parlé d’une possible négociation entre lui et Icardi, mais je pense qu’il va signer avec la Juve pour prolonger."
       

       
      Lautaro Martinez est-il la pierre angulaire du futur ?
      "Il prouve qu’il est un joueur sur qui l’ont peut baser le présent et le futur, il est brave, professionnel, je souhaite que son futur soir à l’Inter, nous ferons tout. Très prochainement nous annoncerons sa prolongation car il est important: Je tiens à poser les bases pour un futur composé d’un juste équilibre entre des joueurs d’expérience et les plus jeunes."
       
      Quelle est votre évaluation sur la situation du club ?
      "L’Inter continuera à voyager haut avec une sécurité financière. Le modèle ne peut plus être celui qui existait auparavant, le tout doit retrouver une normalité. Mais nous ne pouvons pas nous imaginer que la famille Zhang, qui veut aller de l'avant et je peux le dire avec certitude, doivent toujours nous assainir. Nous voulons nous battre pour des objectifs de plus en plus ambitieux, mais nous voulons construire à partir de l'arrière, du secteur Giovanile, pour disposer d’une équipe qui pourra atteindre des objectifs importants."
       
      Votre meilleur entraîneur en carrière ?
      "Je prends Conte car il a gagné à Turin et à Milan et c’est statistiquement important. J’ai connu tant de très bons entraîneurs en carrière, et j’ai dû congédier des entraîneurs qui étaient humainement très bons mais qui n’étais pas des gagnants. Je pense qu’un entraîneur est bien plus souvent gagnant lorsqu’il est dans une situation des plus inconfortable. Ce rôle qui l’occupe doit être vécu comme une stimulation."
      "Je ne peux pas nier que Conte est un dur à cuire, mais il nous a prouvé qu’il était un gagneur. Il est très extrêmement exigeant avec une culture de la victoire comme peu en ont. Je dois vous dire qu’Inzaghi, vu comment j’apprends à le connaitre suit ce profil : Nous ne pouvions pas faire meilleur choix."
       
      Jusqu’à quand resterez-vous à l’Inter ?
      "Je me sens très bien ici, moi-même, tout comme l’équipe dirigeants avons parlé avec Steven Zhang. Lorsqu’il reviendra en Italie, je pense au mois de décembre, nous parlerons du futurs, les feux sont tous au vert, je dois vous dire également que j’ai plus une vision d’ensemble de la vie. Aujourd’hui c’est ce défi, puis il y en aura d’autre."
      "L’Inter sera mon dernier club, il n’y en aura plus de place pour un autre par la suite. Je me sens épanoui dans mon parcours et c’est bien que je puisse songer à des défis différentes, je me sens redevable envers le monde du ballon rond qui m’a enrichi en tant qu’homme, et cela va au-delà des récompenses."
      "A présent, ma capacité à faire face aux difficultés de la vie trouve son origine que je suis sûr de les surmonter grâce à ce que le sport m’a donné. Je veux y rester mais plus avec le stress d’aujourd’hui, et je pense également qu’il est juste de ralentir mes activités en songeant à ma santé."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,4k vues
    18. Nicolò Barella primé Lenovo Player du mois de septembre

      L’Inter l’a dévoilé sur son site officiel, Nicolò Barella est le Lenovo Player of the Month du mois de septembre: "C’est un mois de septembre exceptionnel pour le footballeur Nerazzurro qui, en six matchs, collectionne 1 but et trois passes décisives."
       
       
       
      "Le septembre de Barella a débuté par la passe décisive pour Lautaro Martinez lors de Sampdoria-Inter 2-2. Face à Bologne, il a été l’auteur d’un but à la volée, le premier de sa saison. Il a ensuite délivré deux passes décisives: Pour Darmian lors de Fiorentina-Inter et pour Lautaro lors d’Inter-Atalanta. Il a conclu ce mois avec une barre transversale retentissante à Kiev, face au Shakhtar Donestk en Ligue des Champions."
      "Barella a disputé 7 matchs en qualité de titulaire pour 596 minutes jouées. C’est un départ spectaculaire et de très haute volée. Son apport n’est pas seulement offensif, mais également défensif: 92% de tacles réussi et 55% de duels remportés. Sur ses 7 premiers matchs, il totalise aussi 84,3% de passes réussis."
      "Auteur de 5 passes décisives au total, il est le Premier joueur en Serie A, et est le second en Europe : Seuls Paul Pogba et Karim Benzema font mieux que lui : 7. Il est également l’auteur de 16 passes-clés et d’un but inscrit face à Bologne, un but inscrit après 7 tentatives tout matchs confondus."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      461 vues
    19. Lautaro Martinez “blessé”

      C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport: Directement de la base argentine est arrivée l’information d’un coup d’arrêt pour Lautaro Martinez, victime d’un claque musculaire. Preuve en est, le Toro n’est pas monté sur le terrain face au Paraguay dans un match qui s’est soldé sur un 0-0. Le sélectionneur national argentin, Lionel Scaloni a d’ailleurs préféré éviter de l’aligner pour ne pas empirer sa situation
       
      Révélation de la Rosea

       
      “Une contracture musculaire durant le dernier entrainement international et le choix de s’arrêter par précaution. Si la situation n’a rien de préoccupant, l’attaquant de l’Inter ne rentrera pas en Italie, il restera avec ses équipiers en Amérique du Sud."
      "S’il parvient à reprendre les entraînements les prochains jours, l’idée du sélectionneur Scaloni est de l’aligner au Monumental face à l’Uruguay. Le dernier match de ce cycle est prévu dans la nuit de jeudi à vendredi, Argentine-Pérou, qui se tiendra à un peu moins de 36 heures du déplacement des Nerazzurri à Rome pour y défier la Lazio."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      12 commentaires
      949 vues
    20. Agustina Gandolfo, une Wag qui a du coffre

      En effet, la fiancée de l’avant-centre argentin, Lautaro Martinez s’est livré auprès de ses followers sur Instagram:
       

       
      Es-tu blessée par les critiques disant que tu n’esque la femme d'un footballeur ? Y prêtes-tu attention ?
      "Du tout, j'embrasserais même tous les gens qui me critiquent peu importe qu’ils sont."
       
      Que penses-tu de ces célébrités qui couvrent le visage de leurs enfants ?
      "C’est très respectable. Je suis une maman fière qui montre la photo de sa fille même à l'épicière."
       
      Qu’a pris Nina de vous ?
      "Elle a le visage de Lautaro et elle a mes lobes d'oreilles."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      21 commentaires
      856 vues
    21. Le banc de l’Inter perçoit plus que le cœur de l’équipe !

      C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: Suite à la sortie de piste d’Alexis Sanchez, la Rosea a mis en lumière une situation des plus surprenantes : La colonne vertébrale de l'Inter perçoit moins que le banc des remplaçants.
       
      Le Chili dans le viseur
       
      La polémique d’Alexis Sanchez sur les réseaux sociaux a fini par lasser la Direction Interiste qui songe en premier lieu à une résiliation de son contrat au mois de janvier.
      Pour Arturo Vidal, , le joueur a envoyé quelque signes de reprise, toujours en partant du banc. Certains avaient même suscité des applaudissements : comme les interventions agressives lors de la remontée en Émilie-Romagne. Toutefois, ses anciens démons ont refait surface : Dernièrement une vidéo du Chilien éméché, faisant d'étranges sauts périlleux dans sa Ferrari, a fait le tour du web et mis le club devant le traditionnel problème de gestion de son milieu de terrain.
      Lors du mois de janvier Giuseppe Marotta et Piero Ausilio vont donc se pencher sérieusement sur la situation d’Alexis Sanchez et quantifier sa prime de départ en cas de résiliation du contrat, sauf si du mercato des offres intéressantes sont présentées. Concernant Arturo Vidal, le milieu de terrain n’est pas tenté par un départ à la mi-saison, et  parvenir à extraire le meilleur de lui sera le défi du Staff jusqu'en mai. Puis il s’agira d’un au revoir sans regrets.
      Le salaire des deux chiliens sont les plus importants après celui de Christian Eriksen. Actuellement, le salaire de l’international danois est en partie couvert par l’assurance de la FIFA suite à ce qu’il a connu à l’Euro.
       
      L'Inter profite du Décret Croissance pour les deux Chiliens

       
      Les 7 millions d’euros net d’Alexis Sanchez représente coûte 10,5 millions d’euros bruts.
      Les 6,5 millions d’euros net d'Arturo Vidal valent un peu plus de 9 millions d’euros.
      Pour la Rosea, "éliminer les deux salaires seraient une bonne chose pour le club, surtout qu’il ne s’agit pas de deux titulaires."
      De plus, le fait est que "la colonne vertébrale d'Inzaghi, composée de Bastoni-Brozovic-Barella-Lautaro, présente (pour l'instant) des revenus nets inférieurs à ceux des deux sud-américains. Cette situation est particulière, même s’il faut attendre les renouvellements des contrats."
       
      Voici un comparatif entre les joueurs du banc et les titulaires

       
      Banc:
       
      Alexis Sanchez (7M€), Arturo Vidal (6,5M€), Matias Vecino (2,5M€), Stefano Sensi (2M€),  Roberto Gagliardini (1,5M€)  
      Cœur de l’équipe
       
      Alessandro Bastoni (4 M€), Stefan de Vrij (3,8 M€), Marcelo Brozovic (3,5M€),  Milan Skriniar (3M€),  Nicolò Barella (2,5 M€),  Lautaro Martinez (2,5 M€)  
      Sur une masse salariale de 140 millions d’euros, les hommes du banc perçoivent 19,5 millions d’euros contre 19,3 millions d’euros pour les titulaires les plus importants de l’équipe
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      5 commentaires
      1,2k vues
    22. Alejandro Camano: La prolongation de Lautaro est en très bonne voie

      Interviewé par Radio Kiss Kiss Napoli, Alejandro Camano, l’agent de Lautaro Martinez, s’est livré sur la situation relative à son client: "Je tiens à vous dire immédiatement une chose: Il est très heureux en Italie , il aime énormément le football italien et depuis pas mal de temps nous discutons avec le club milanais pour le prolonger."
       

       
      "Je suis vraiment confiant car la route empruntée est sur la bonne. La Serie A est un championnat important, différent de celui qui était proposé il y a quelques saisons. Lautaro est très fier de jouer avec de grands joueurs comme le sont Dzeko et Correa. C’est un trio terrible pour les défenses adverses."
       

       
      Le Napoli?
      "Pour être sincère, je n’ai jamais eu de contact avec le club Azzurro. J’espère, un jour, y apporter un de mes clients, j’ai un lien très particulier avec cette ville."
       
      Spalletti ?
      "C’est un entraîneur qui me plait énormément, Borja s’était entraîné avec lui à l’Inter, et ce fut une expérience vraiment très importante pour lui en Nerazzurro."
       
      Le Saviez-Vous ?

       
      Selon le Corriere Dello Sport, le contrat de l’argentin serait de 6,2 millions d’euros par saison. La clause libératoire de 111 millions d’euros serait retirée et le contrat serait valide jusqu’au 30 juin 2026.
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      7 commentaires
      436 vues
    23. Le travail paye : Federico Dimarco convoqué par Roberto Mancini

      Suite au forfait l’absente de Matteo Pessina, Roberto Mancini a décidé de convoquer, à sa place, Federico Dimarco. En effet, la FIGC a transmis à l’Uefa la demande de remplacer le joueur de l’Atalanta par celui de l’Inter dans la liste des 23 joueurs convoqués pour disputer la phase finale de l’Uefa Nations League 2021.
       
       
      Federico, auteur d’un très bon début de saison sous l’Inter de Simone Inzaghi retrouvera, en Nazionale, Nicolò Barella et Alessandro Bastoni!
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      5 commentaires
      1k vues
    24. Arturo Vidal : Le réveil du Guerrier ?

      En effet, après une saison fantomatique sous les ordres d’Antonio Conte, Arturo Vidal semble retrouver une seconde jeunesse au sein de l’entre-jeu de Simone Inzaghi
       
      Révélation de Tuttosport
       
       
      "Le chilien est entrain de prouver qu’il peut revendiquer une place de titulaire aux côtés des intouchables titulaires Marcelo Brozovic et Nicolò Barella : Son attitude est extrêmement bien appréciés, par l’équipe, Simone Inzaghi…… et les Tifosi. Le Leadership d’Arturo Vidal devient vraiment important, lui qui souhaite se racheter d’une première saison Nerazzurra anecdotique."
      "Emblématique a été le geste du joueur chilien avant la transformation du penalty de Lautaro Martinez : L’ancien milieu bianconero s’était adressé aux supporters Nerazzurri, présents dans le secteur opposé du Mapei Stadium, en les incitants avec de larges gestes du bras à faire des acclamations: Il s’agissait d’une façon de motiver Lautaro qui avait la responsabilité de ne pas faillir dans aux onze mètres, après l’échec de Federico Dimarco face à l’Atalanta."
       
      Au point de revendiquer sérieusement un poste de titulaire selon vous ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      1,2k vues
    25. Mauvaise nouvelle pour la Lazio : Lautaro sera présent !

      Comme le révèle Calcio&Finanza qui relaye la Gazzetta Dello Sport, une solution a été trouvée pour les sud-américains évoluant en Serie A! En effet, la nouvelle fenêtre internationale a mis en avant une problématique sérieuse : Nombre de joueurs sud-américains convoqués pourraient se montrer indisponible pour le premier match de championnat post-sélection
       

       
      Dans le cas de l’Inter, la problématique étant plus importante étant donné qu’elle se retrouverait privée de sa ligne offensive composée de Joaquin Correa et Lautaro Martinez qui seront engagé avec l’Argentine. Après cette trêve internationale, le Champion d’Italie se rendra directement à Rome pour y défier la Lazio dans ce qu’il sera l’affiche de la journée, le 16 octobre
       
      Coalition latine

       
      Comme le révèle la Rosea, la Lega Serie A et la Liga se sont mise au travail pour s’offrir les services d’un charter qui permettra aux argentins de revenir en Europe dans la soirée du 15 octobre.
      Lautaro Martinez et Joaquin Correa atterriront directement à Rome, pour être aligné, le lendemain à 18h00, avec le reste de l’équipe sur le terrain de l’Olimpico.
      L’Argentine est engagée dans une série de trois rencontres importantes pour les qualifications pour la Coupe du Monde au Qatar 2022 et il s’agit donc d’un soupir de soulagement pour l’Inter, mais également pour l’Atalanta, Bologne, la Fiorentina et l’Udinese, qui auront à disposition Musso, Dominguez, Martinez Quarta et Molina.
       
      Reste juste à espérer qu’il n’y aura pas de blessures et que les joueurs seront préservés lors de la troisième rencontres !
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      1,2k vues
    26. Giuseppe Marotta: "Je ressens le soutien des Zhang"

      Giuseppe Marotta s’est livre sur la situation alarmante économique et sociétale de l’Inter à "Il Giorno". L’Administrateur-Délégué a tenu a rassuré sur la stabilité financière du club, en soutenant également la propriété et en justifiant les choix du Mercato
       

       
      Une dette historique
      "C’est une situation d’ordre général au niveau européen, due à la contraction lié à la pandémie. Je peux vous garantir que l’Inter est financièrement en sécurité : Elle verse ponctuellement les salaires."
       
      Oaktree
      "Je ne rentre pas dans l’opération liée à Oaktree, Mais je tiens à dire que la Famille Zhang a injecté pour 700 millions d’euros d’investissements dans les caisses du club et même s’ils sont loin, je ressens leur soutiens : Ils sont très proche de l’équipe dans cette saison compliquée."
       
      Le Mercato
      "Nous avons perdu des joueurs importants, mais le Club prime sur tout. La continuité et la stabilité passent au-dessus de tout. C’est ce que le Management a dû combiner : Disposer d’une stabilité financière avec un noyau qui se doit de respecter la grande histoire du club."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      590 vues
    27. Un état financier préparé pour faciliter la vente ?

      En effet, Alessandro Giudice, collaborateur à Calcio&Finanza s’est livré dans les colonnes du Corriere Dello Sport sur une hypothèse très particulière, celle qui verrait le club être préparé à une éventuelle vente
       

       
      Comme annoncé la semaine dernière, l’Inter a terminé son exercice comptable avec un compte historiquement dans le rouge de 245 millions d’euros, soit bien supérieur aux estimations, tout en engrangeant des recettes à hauteur de 364,7 millions d’euros, une somme très proche des 372,4 millions d’euros de la saison 2019/2020.
       
      "Le bilan a inévitablement souffert du manque à gagner des recettes du stade, qui ont été en partie compensées par l’augmentation des recettes des droits télés et des primes de l’Uefa, en raison du report de certains matchs qui ont été au-delà du 30 juin, ils sont donc repris sur la saison 2020/2021."
      "En ce qui concerne le chapitre des plus-values, celles liées à Romelu Lukaku et Achraf Hakimi seront reprises dans le bilan 2021/2022, elles compenseront les pertes extraordinaires dont les moins-values réalisées sur Joao Mario, Radja Nainggolan, sans oublier la prime de départ d’Antonio Conte."
       
      Selon Alessandro Giudice, l'augmentation des coûts de 135 millions d'euros pourrait également s'expliquer par la dépréciation des crédits relatifs à plusieurs sponsorisations chinoises qui étaient reprises sur le bilan, depuis plusieurs années, sans être perçues
      "L'inopposabilité de ces positions, aurait pu entraîner de nouvelles pertes en capital d'environ cinquante millions d'euros. Cette démarche s'explique par le fait que, généralement, des corrections dans l'évaluation des actifs et des dispositions prudentielles précèdent une vente: L’acheteur souhaite en effet être confronté à une situation "propre". En ce sens, la présence au Conseil d'Administration de deux nouveaux administrateurs étiqueté Oaktree a pu accélérer cette solution."
       
      Pensez-vous effectivement que Suning prépare le terrain ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      4 commentaires
      637 vues
    28. Nouvelle fonction pour Luca Danovaro!

      C’est une information en provenance de Tuttosport : Luca Danovaro va reprendre officiellement les fonctions laissées vacantes suite au départ de Jaime Colas Rubio. 
       

       
      "Luca Danovaro, l’actuel Directeur du Marketing de l’Inter, va obtenir très rapidement et officiellement la compétence de Directeur Commercial du Club Nerazzurro. Suite au départ de Jaime Colas Rubio, qui avait occupé ce poste jusqu'à la fin du mois de juillet, les fonctions de l'Espagnol avaient déjà été reprise, en aoû,t dans le travail du manager italien, qui vient, en fit de compte, d’hériter des compétences de son ancien collègue."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      457 vues
    29. Officiel: Le Conseil d’Administration approuve la perte financière la plus historique de la Serie A : - 245,6M€ !

      Voici le communiqué officiel du club

       
      "Dans un contexte extraordinaire caractérisé par les effets du Covid-19, le Conseil d’Administration a approuvé le bilan consolidé de l’exercice clos au 30 juin 2021 présentant des recettes à hauteur de 364,7 millions d’euros et de pertes s’élevant à 245,6 millions d’euros."
      "Le point culminant de la saison sportive 2020-2021 a été la conquête du 19ème Scudetto de l’Histoire Nerazzurra. La saison en cours projette des signes de reprise : Outre la réouverture partielles des stades, la positive campagne du mercato estival et la souscription d’importants contrats de sponsorisations globaux, sont des marques d’une croissance continue, de l’appeal de la marque Inter: L’ensemble de ses actions réduiront significativement les pertes du Groupe."
      "Le Conseil d’Administration du FC Internazionale a approuvé le bilan consolidé financier 2020/2021. Celui-ci sera soumis à l’approbation de l’Assemblée Générale des Actionnaires qui sera convoqué d’ici à la fin du mois d’octobre:  L’exercice 2020/2021 a été significativement impacté, pendant toute sa durée, par les conséquences socio-économique de notre pays au niveau global, par la pandémie Covid-19 et par les mesures nécessaires mises en place pour assurer la santé publique et les activités de productions."
      "Dans un tel contexte, les recettes consolidés ont atteint 364,7 millions d’euros. L’exercice a enregistré une perte à hauteur de 245,6 millions d’euros, dont les principales origines ont été la privations des recettes des matchs suite à la fermetures des stades (la fermeture des stades a pris effet au début du mois de mars 2020) et les réductions contractuelles des sponsors en raison de l'incapacité de fournir des prestations par la Société et la liquidation des relations sportives."
      "La saison sportive s’est conclue avec la conquête du 19ème Scudetto, attendu par le Club et tous ses tifosi depuis 11 ans, un Scudetto qui récompense le projet avancé par le propriété depuis son entrée à l’Inter en 2016."
       
      "Lors de la saison 2020-2021, l’Inter a réalisé une étape importante : La présentation des nouvelles armoiries du club, de sa nouvelle identité visuelle, soit une revisite de deux éléments fort et essentiel qui font partie de l’Héritage Nerazzurro : Internationale et Milano, pour offrir un langage innovant, moderne, digital, connecté aux nouvelles générations et ouvert aux contaminations culturelle et au style de vie."
      "Le Club s’est très rapidement engagé dans une politique de rééquilibrage avec deux objectifs primaire défini :  Atteindre une stabilité financière et maintenir la compétitivité du club. Les opérations du mercato estival ont généré un impact économique positif vers ce parcours de soutenabilité. L’arrivée de joueurs d’expérience internationalr et le retour de talent en provenance du vivier ont permis de maintenir élevées les performances sportives."
      "La stratégie du Club est concentrée sur le monitoring des coûts, dans le but de s’adapter rapidement à toute évolution selon le contexte, le tout en continuant à investir dans les ressources adéquates destiné à l’évolution et à la croissance du club. Un résultat important a déjà été atteint avec l’augmentation significative des sponsorisations : L’entrée de Socios.com, de DigitalBits et le repositionnement de Lenovo attestent de la croissance continue de l’appeal du Club au niveau mondial."
      "Dans l’attente de retrouver au plus vite la pleine capacité des stades, la réouverture de ces deniers permettra au club d’avoir à nouveau accès à une source de revenu essentielle. L’ensemble de ces actions consentiront à réduire significativement les pertes du Groupe pour la saison 2021-2022."
       
      Décryptage

       
      Franco Vanni de la Repubblica s’est livré sur la perte financière la plus élevée de l’Histoire de la Serie A : 245,6 millions d’euros.
       
      "Ce cas restera un cas isolé à la Casa Nerazzurra : Le Club prévoit déjà une très forte reprise en 2021/2022, avec cette zone rouge réduite de 60-70%. Dans l’exercice 2021/2022, vont faire leur entrée les plus-values relatives aux 75 millions d’euros en provenance des ventes d’Achraf Hakimi et Romelu Lukaku."
      "20 millions d’euros supplémentaire seront retranscrits en qualité de bonus d’encaissement en provenance des sponsors de l’été dernier. L’Inter prévoit de clore la saison à venir avec une diminution de 60 à 70% de ses pertes comparé à la saison 2020/2021."
       
      Les pertes dans le détail
      Des 245, 6 millions de pertes, 110 millions peuvent être directement impactées à l’impact du Covid-19 :
      70 millions d'euros sont liés à l’absence des revenus du stade, et ce y compris la vente du merchandising à San Siro, 40 millions d’euros en provenance des sponsors qui n’ont pas été versé au nom d’une visibilité moindre de leur nom dans un championnat disputé à huis-clos  
      "A cela, il y a lieu d’ajouter les 29 millions d’euros de coûts relatif au secteur sportif : 15 millions ont été utilisé pour liquider gratuitement Joao Mario et Radja Nainggolan avec une moins-value comparé au prix d’acquisition. 14 millions sont imputables à la prime de départ réclamée par Antonio Conte et au coûts de son personnel."
      "Il faut prendre en considération qu’aucune plus-value n’avait été inscrite sur le bilan 2020/2021. En effet, la 2019/2020, le club avait pu inscrire une plus-value de 61 millions d’euros, dont 50 millions proviennent à eux seuls de la vente de Mauro Icardi."
       
      L’avis de Marco Bellinazzo 


      Celui-ci s’est livré à Calciomercato.it : Faudra-t ’il procéder à d’autres ventes pour assainir les comptes ?
      "C’est un risque, cette perte est un instantané de la situation relative à la saison écoulée. L’Inter va être avantagée par les nouveaux contrats de sponsorisations et par la réouverture intégrale des stades. Cela devrait lui permettre de consentir à arriver l’année prochaine, à une perte plus contenue, ce qui lui laissera une certaine marge de manœuvre face à des opérations moins traumatisante sur le marché."
      "L’Inter va devoir aussi renouveler des contrats d’obligations plus important qui devraient lui garantir plus de sérénité d’un point de vue financier, qui va au-delà de ce qu’il se passe en Chine."
      "Je pense que la réduction de la masse salariale, qui sera retranscrite sur le prochain bilan, placera l’Inter dans une meilleure zone de confort. Si ces sorties existent, elles ne seront que le résultat de stratégies et non d'obligations. Des joueurs de premier ordre seront ajoutés à la liste. Il n'y aura pas de situation d'urgence dans ce cas, comme cela s'est produit avec Hakimi."
       
      La zone d’ombre: Les fonds reçus par Oaktree toujours dans les mains de la Famille Zhang
       

       
      En effet, la Gazzetta Dello Sport confirme également la prévision, pour le bilan 2021/2022, d'une réduction des pertes à hauteur de 100 millions d’euros.
      "Finalement, ces chiffres sombres doivent être lus en même temps que ceux de l'exercice écoulé, le premier à avoir été fortement touché par le virus. Et les pertes de l'Inter sur la période de deux ans sont entremêlées avec celles du Milan et de la Juve, le trio sur lequel repose 75% du système.  En effet, en deux saisons, les grands clubs ont brûlé près d'un milliard."
      "Chez les Nerazzurri, cette situation a orienté les choix du dernier été tumultueux, même si les bénéfices comptables des départs Lukaku-Hakimi ne se verront que dans 12 mois. Le départ d'Achraf à Paris est devenu officiel le 6 juillet. S'il était arrivé une semaine plus tôt, les Nerazzurri auraient déjà inclus au moins une des deux plus-values dans cet exercice, qui doit être quantifiés à environ 60 millions et qui seront donc budgétisées en 2021-22."
      "Les Nerazzurri ont donné la priorité au besoin immédiat de liquidités pour sécuriser les comptes du club et faire face aux échéances. En termes de trésorerie, pour gérer cette saison, les fonds en provenance du Mercato devraient s’avérer suffisant. A celui-ci, il faudra ajouter la deuxième obligation de 75 millions émise en juillet 2020 et les 80 millions arrivés en mai comme "financements de la part des actionnaires de Suning". Il ne s'agit d’ailleurs que d'une partie du prêt Oaktree de 275 millions, le reste étant toujours entre les mains de Zhang.  Le Club s’est déjà remis sur les rails et a repris le paiement des salaires, ayant déjà payé les mois de juillet et août."
      "Après les 246 millions perdus lors d'une année d'assainissement du budget, les prévisions parlent cette année d'une perte  de 100 millions, entre plus-values et réductions de charges. La gestion, en somme, s'améliore nettement, mais pour joindre les deux bouts, l'Inter est destiné à devoir recourir en permanence à la vente de joueurs, ce qui complique la compétitivité de l'équipe. Il ne semble pas y avoir d'autres perspectives, puisque Suning n'est pas en mesure d'injecter des capitaux."
       
      Savez-vous comment la valeur nette du FC Internazionale, qui était passée en territoire négatif et avait théoriquement besoin d'une recapitalisation, a été rétablie ?
      "Par la réévaluation des actifs des Nerazzurri (de la marque au noyau), une option accordée aux entreprises italiennes par le décret d'août pour renforcer leur capitalisation. C'est bien beau selon le code civil, mais tôt ou tard, il faudra trouver l'argent" - conclu la Gazzetta Dello Sport
       
      La réaction d’Alessandro Antonello

       
      "La fermeture du Giuseppe Meazza, l'année de la conquête du Tricolore, a coûté environ 60 millions de revenus à l'Inter. 50 autres millions ont été perdus en raison de la renégociation forcée des contrats de sponsorisation, surtout avec des agences en Asie et en Chine, et en raison du blocage du Corporate Hospitality. Mais par-dessus tout, la perte a été conditionnée par des éléments extraordinaires qui ne se répéteront plus."
      "Ce que je tiens à souligner, c'est le fait qu'au terme la fin de ces deux dernières années, que l'Inter a payé tous les salaires dans leur intégralité, en plus des 9 millions d’euros de bonus lié au Scudetto. Le club a également payé les salaires des mois de juillet et août. Aucun employé n'a été placé en caisse d’intégration."
      "D’ici à entre la fin novembre et la mi-décembre, nous prévoyons de renégocier nos Bonds pour un montant de 400 millions d’euros. Nos conseillers sont déjà au travail : L’abondance des liquidités qui circulent sur les marchés nous font espérer que nous ne rencontrerons plus aucune difficultés pour réaliser de très bonnes occasions à de très bons taux."
       
      Une perte historique qui laisse présager une vente future du club selon vous ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      5 commentaires
      988 vues
    30. L’Inter veut primer Milan Skriniar

      C’est une information en provenance de Calciomercato.com : "Milan Skriniar est un Top Player et en tant que tel, l’Inter entend lui prolonger son contrat : On se dirige vers un contrat courant jusqu’en juin 2025 et une revalorisation salariale de 4 millions d’euros net par saison"
       
       
      "Le futur de Skriniar sera tinté de Nerazzurro, et ce malgré les récentes tentations en provenance de la Premier League : Tottenham avait envoyé l’ensemble de son équipe dirigeante pour traiter avec l’Inter à Milan , qui aurait accepté de céder son joyau pour une somme purement indécente, soit bien plus que 50 millions d’euros. Même Jurgen Klopp avait proposé son nom à la Direction de Liverpool pour former un duo extraordinaire avec Virgil Van Dijk."
      "Mais Milan n’a jamais pris en considération les offres déposées sur la table, car il veut encore gagner avec le maillot de l’Inter, voici pourquoi la prolongation de son contrat est l’option la plus sérieuse."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      12 commentaires
      994 vues
    31. L’Inter est-elle devenue dépendante au Toro ?

      En effet, c’est une analyse de la Gazzetta Dello Sport : "L’Inter est Lautaro-Dépendante"
       

       
      "Le Toro n’est pas le joueur d’Inzaghi qui présente le plus de buts à son actif, mais il est sans l’ombre d’un doute l’attaquant qui oriente le mieux la destinée Nerazzurra. Il s’agit peut-être d’une étape physiologique, mais l’Inter est passé d’une Lukaku-Dépendance à une dépendance de son instinctif numéro 10."
      "On ne le constate pas uniquement dans les statistiques, car l’Inter a aussi remporté des matchs sans des buts de Lautaro, mais il est plus facile pour elle de l’emporter en Italie plutôt qu’en Europe, ou le niveau de compétition augmente. Si en Ligue des Champions, l’argentin ne parvient pas à éclore, même en termes de prestations, l’Inter restera encore à sec en terme de succès."
       
      Validez-vous l’analyse de la Rosea ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      16 commentaires
      699 vues
    32. Situation financière critique : L’Inter obligée de se qualifier pour les 8ème

      L’Inter se retrouve, à présent, dans l’obligation de se remettre en selle et de parvenir à vaincre la malédiction qui l’empêche de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. La raison n’est pas sportive mais financière!
       
      Révélation de la Gazzetta Dello Sport

       
      "De Luciano Spalletti à Simone Inzaghi, en passant par les deux années de Conte : Aucun de ces entraîneurs n’est parvenir à s’extirper de ce problème et de passer la phase de groupe de la compétition. Le véritable problème, cependant, est qu’une importante somme d’argent se retrouve perdu en cours de route, une somme qui s’avère toujours précieuses, encore plus en ces temps de sécheresse."
      "Les recettes en provenance de la Ligue des Champions constituent la principale source de subsistance étant donné que Suning, accablé par de graves problèmes financier dans sa patrie, a définitivement fermé les robinets : Pour réduire les risques de nouvelles ventes douloureuses après Hakimi et Lukaku, il est donc nécessaire de faire sauter la tirelire européenne."
      "L'équipe est, à présent, à la croisée des chemins : d'un côté l'échec de la qualification entraînerait un préjudice économique sanglant, et de l'autre une qualification pour les huitièmes de finale lui rapporterait une vingtaine de millions d’euros, soit un baume apaisant sur des comptes qui sont en souffrance. Aujourd'hui, le Conseil d'Administration va confirmer les énormes pertes financière pour 2020-2021, qui va bien au-delà de 200 millions. Une somme qui est d’ailleurs très proche des 209 millions perdus et annoncés par la Juve."
      "Dans le même temps, le Conseil d’Administration présentera sa situation financière qui, pour l’avenir, visera à s’améliorer vu le retour des recettes en provenance du Stade. Celles-ci auront un effet bénéfique en les additionnant aux ventes de Romelu Lukaku et Achraf Hakimi et au prêt de 275 millions d'euros du fonds d’investissement Oaktree.'
       

       
      Que représente la Ligue des Champions ?
      "Dans la pire des hypothèses, l’Inter percevra tout de même 45 millions d’euros de cette campagne européenne. Il s’agit de la somme regroupant les frais de participation, du Ranking historique et  deux fenêtres du Market Pool: L’une est liée au classement de l’équipe en championnat lors de la saison écoulée, l’autre est liée aux résultats dans la compétition."
      "Mais atteindre les huitièmes de finale, pour la première fois après une décennie interminable, ferait grimper cette somme à 65 millions d’euros. Il ne s'agit pas de calculs exacts au millième, vu les nombreuses variantes à prendre en compte, mais il faut déjà considérer acquis les 9,6 millions garantis pour la qualification au tour suivant, plus une nouvelle tranche en provenance du Market Pool, sans oublier les recettes de la billetterie, qui est l’élément le plus inconstant de cette nouvelle ère."
      "Lors des quatre prochaines confrontations, l’Inter aura l’occasion d’élargir son horizon : Si le bal continue, des millions d’euros seront mis en jeu : A titre d’exemple : L’Inter, si elle parvenait à s’installer sur le toit de l’Europe encaisserait la somme vertigineuse et lointaine de 115 millions d’euros."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,2k vues
    33. Lautaro et Nicolò: "La beauté et le futur de l’Inter!"

      En effet, la Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur le duo formé par l’italien et l’argentin qui, défieront ce soir, le Shakhtar Donetsk dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions:
       
      "L’Inter retrouve le Shakhtar Donetsk sur son chemin. Ce n’est pas une rencontre inédite pour les Nerazzurri qui ont déjà affrontés les Ukrainiens à plusieurs reprises lors de ces deux dernières saison. L’année dernière, l’Inter a été éliminée de la Ligue des Champions suite au partage 0-0 au Giuseppe Meazza, lors de la dernière journée de la phase de groupe. Il y a deux ans, l’équipe de Conte était parvenu à s’imposer avec un net 5-0 en demi-finale de l’Europa League."
       

       
      Doux souvenir pour Nicolò
      "L’Ukraine, pour Barella aura le parfum de la Nazionale, étant donné qu’il y a fait ses débuts sous le maillot Azzurro, tandis que pour Lautaro, il s’agit d’une malédiction, le Toro ayant quitté le stade en pleur suite à l’élimination l’année dernière de la Ligue des Champions et du rêve envolé d’atteindre les huitièmes de finales."
       
      La source d’inspiration de Simone Inzaghi
      "Simone Inzaghi devra se fier à ses deux interprètes : Barella et Lautaro sont déjà le "Spot de la Beauté" de cette saison Nerazzurra : Face à la Sampdoria à Gênes, face à l’Atalanta samedi dernier. En général, le lien fonctionne à merveille : Ils ont déjà été à la base de 5 occasions de buts créés, à 27 reprises les deux se sont déjà échangé le ballon, dont 19 passes de Nicolò vers le Toro : La douce sensation est qu’ils peuvent faire mal à n’importe quel moment."
      "Face au Shakhtar, ils y sont déjà parvenu, il y a deux ans en demi-finale de la Ligue Europa : Le 5-0 fut un match ouvert avec, entre-autre, un centre de la droite de Barella et une reprise de la tête de l’attaquant argentin."
       

       
      Un futur convoité
       
      En effet, il s’agit également des deux joueurs parmi les plus estimé sur le Mercato : "Barella est le second meilleur milieu de terrain parmi les cinq plus grand championnat en termes de passe décisives : Seul Paul Pogba fait mieux que lui avec 7 passes décisives contre 5. Si l’on élargit ce classement à ceux qui n’occupent pas le poste de milieu de terrain, on retrouve entre la Pieuvre et l’Azzurro que Karim Benzema qui avait déjà, au Giuseppe Meazza, adressé un message à tous les adversaires du groupe."
      "Lautaro traverse la meilleure période de sa carrière : Ses limites ne sont même plus visibles. Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui l’Inter s'appuie sur eux. Car en plus du Scudetto, ils ont respectivement, embrassé la Coupe d’Europe des Nations et la Copa America."
       
       

      Selon vous, est-ce que le duo latin sera à la source des succès de l’Inter cette saison et nous offira-t'il le plus beau des cadeaux ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      724 vues
    34. Beppe Bergomi: "L'Inter a besoin d'avoir plus de joueurs dans la surface de réparation."

      Le légendaire défenseur de l'Inter Beppe Bergomi pense que les Nerazzuri doivent avoir une façon de jouer plus incisive dans le dernier tiers du terrain pour atteindre leur plein potentiel.

      S'adressant au diffuseur Italien Sky Sport Italia, Bergomi a suggéré que les Interistes sont capables de pratiquer un jeu plus attrayant sous Simone Inzaghi mais qu'ils n'arrivent pas systématiquement à transformer cela en de vraies occasions, dans la surface adverse.
      Marquer n'est pas un problème pour l'inter cette saison, avec 20 buts marqués en 6 matchs, un record en Série A, mais on a l'impression qu'ils peuvent aussi vendanger devant le but et ne pas parvenir à faire la passe finale sur certaines actions, qui pourraient déboucher sur une bonne occasion de marquer.
      Bergomi les compare au Napoli, la seule équipe restante de Série A avec 100% de victoire en ce début de saison, et au qualités offensives apportées par l'attaquant de pointe des Partenopei Victor Osimhen, tout simplement en feu depuis le début de saison, avec 6 buts toutes compétitions confondues.
      "L'Inter joue avec une très grande intensité, elle est très belle à regarder, et a un incroyable joueur comme Barella," Il poursuit. "Ils sont également plus attractifs que l'an dernier, mais la solidité qui les caractérisaient la saison dernière avec Conte peut être difficile à retrouver cette saison."
      Pour la comparaison, il dit: "Le Napoli est une équipe qui moins exposée car elle a un joueur comme Osimhen devant,  qui lui permet de jouer un certain football. L'Inter joue un beau football, mais ils doivent élever leur centre de gravité pour avoir plus de joueurs dans la dans la surface adverse."
      "L'année dernière, ils pouvaient défendre un peu moins. L'Inter dépense maintenant beaucoup d'énergie pour construire, mais peut-être qu'ils auront moins de clarté dans leurs objectifs," a conclu Bergomi.
      Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter

      1 commentaire
      565 vues
    35. Handanovic, la saison de trop ?

      En effet, face à l’Atalanta, tous les projecteurs ont mis en évidence la nouvelle contre-performance du Capitaine de l’Inter, Samir Handanovic. Est-ce La saison de trop ?
       
      3 raisons d'être resté pour la Gazzetta Dello Sport

       
       
      La première est qu’Handa est le Capitaine de l’Inter et il méritait d’avoir la satisfaction d’endosser son maillot avec le Scudetto de l’Inter cousu sur le torse et d’en revendiquer le poste de titulaire  
      La seconde : Samir est en fin de contrat au 30 juin prochain, ce qui laisse le temps à l’Inter de disposer d’une autre saison pour chercher ailleurs  
      La troisième: La raison économique: Pour trouver un gardien, l’Inter aurait été dans l’obligation d’investir au moins 20 millions d’euros. La priorité de Simone Inzaghi, de Giuseppe Marotta et de Piero Ausilio était tout autre: Trouver un remplaçant à Achraf Hakimi et un troisième attaquant. C’est surtout pour cette raison qu’il a été décidé d’aller de l’avant avec Handanovic et d’attendre Onana, aussi bien pour maintenir l’équipe compétitive que pour faire respirer les comptes: C’était le seul choix possible.  
      Soutenu par la Curva Nord

       
      La Curva Nord a décidé de soutenir Samir Handanovic qui est dans l’œil du cyclone depuis sa performance décevante face à l’Atalanta : A l’extérieur du stade Giuseppe Meazza et, à proximité du célèbre Baretto, les tifosi ont exposé une banderole en soutien au portier Slovène : "Tête haute, torse bombé, Samir la Nord est avec toi."
       
      Impact sur le vestiaire

       
       
      En effet, si miraculeusement le but de Piccoli a été annulé, la situation est plus que délicate pour le numéro 1 interiste. Selon Sport Mediaset, Toute l’équipe est sereine et apporte, avec Simone Inzaghi, son soutien au portier:  "Inzaghi se fie à Samir et il sait que sous le point de vue psychologique, il a besoin d’être soutenu : Traduisez : Il doit jouer, il doit continuer à jouer et à monter sur le terrain pour répondre entre les cages à tous les doutes et à toutes les critiques et ce jusqu’à ce qu’Handanovic lui-même, si cela vient à se produire, ne demande à faire un pas de côté."
      "Le Vestiaire et le club le soutiennent, conscient de la délicatesse du poste occupé. Toutefois, cela ne signifie pas que la question de sa succession n’est pas présente sur la table des Responsables du Mercato Nerazzurro : Le nom de l’élu est celui d’André Onana, le portier camerounais de l’Ajax qui sera en fin de contrat en juin 2022 : Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’une tentative ait lieu en janvier, si la situation vient à ne pas s’améliorer."
      Selon vous, Samir aurait-il déjà dû raccrocher les crampons ou méritait-il tout de même de revêtir le maillot flocké du Scudetto qu’il a tellement attendu ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      18 commentaires
      1,2k vues
    36. Suning en Justice !  la presse saoudienne confirme l’intérêt de PIF pour l’Inter

      En effet, selon, Il Sole 24 Ore, une décision prise par la Cours de Justice de Hong Kong pourrait avoir de très lourdes répercussions envers  la Famille Zhang et envers Suning :  Steven Zhang, le Président de l’Inter et son père Jindong Zhang se sont vu imposer l’obligation d’honorer une dette financière de 250 millions d’euros contracté avec la société Great Matrix.
       
      "Neo" fait très mal

       
       
      "Le jugement de la Cour de justice de Hong Kong doit être honoré et les banques créancières chinoises, sur les conseils d'avocats, examinent également les biens personnels que le président de l'Inter pourrait avoir en Italie. Lorsque Steven a pris la présidence de l'Inter en octobre 2018, à seulement 27 ans, Suning enregistrait 347 millions de recettes."
      "Trois ans plus tard, Suning vient d’être sauvé in extrémis par la Municipalité de Shenzen et Alibaba qui qui en détient 24%. Toutefois, cette recette n’a pas été utilisée pour procéder aux remboursements des dettes liées à Great Matrix qui a poursuivi les Zhang en Justice. Il n'y a pas eu de blocage relatif au recouvrement de la dette, en conséquence, les banques chinoises se sont lancées dans des recherches: Et si les actions de l’Inter sont précieusement conservé dans un coffre-fort luxembourgeois, selon les déclarations des avocats, la voie du recouvrement va toucher directement les actifs de Steven Zhang, peu importe où il se trouve."
       
      PIF est dans la place
       
      Pour être plus précis, un tifoso Nerazzurro a questionné le journaliste d’Al Yaum  Zuheir Shammasi, sur Twitter, sur l'intérêt réel du puissant fonds d'investissement. La réponse est sans appel :
       
      "Forcément oui, suivi d’un émoticon souriant."
       
      Selon vous, PIF va-t'il saisir l'opportunité de s'offrir l'Inter vu la situation critique entourant Suning et la Famille Zhang ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      10 commentaires
      1,4k vues
    37. Massimilano Allegri: L'erreur de casting évitée ?

      Massimiliano Allegri était cité comme grand favori pour remplacer Antonio Conte. Finalement, Giuseppe Marotta aura opté, à juste titre, pour Simone Inzaghi. Le coup de poker gagnant du Padrino ?
       
       
      Analyse du Libero

       
      "Les difficultés de la Juventus, en début de championnat, n'ont certainement pas disparu après la victoire difficile sur la  Spezia. Beaucoup se demandent désormais si Massimiliano Allegri était vraiment le meilleur choix pour le nouveau cycle de la Juventus."
      "Peut-être qu'il est plus difficile pour Max de construire que de gagner: Il est parmi les meilleurs entraîneurs du monde, mais était-il le meilleur possible pour cette Juventus ? L'Inter s'est posé cette question après le départ d'Antonio Conte et ils ont opté pour Simone Inzaghi qui semblait être un second choix: A présent, il s'avère être l'Homme idéal"
       
      L'avis de Mario Soncerti à TMW Radio

       
      Allegri est-il un homme seul aux commandes ?
      "Il est seul, mais pas aux commandes. Ses difficultés dans sa relation avec les joueurs, qu'il implique étrangement beaucoup dans les défaites, sont le signe d'une communication très faible entre l'équipe et l'entraîneur. Il s'est passé des choses à la Juve dont, si elles étaient arrivées à d'autres équipes, on en parlerait encore. La Juve s'est "abbandonée" pour se reconstruire. Elle a changé d'Adminstrateur-Délégué, de Directeur Général et d'entraîneur. C'est un message que les propriétaires voulaient passer."
       
      Pensez-vous que le mercato du mois de janvier va aider Allegri ?
      "L'augmentation de capital de 400 millions sert à couvrir les dettes. Lors du mercato de janvier, vous faites généralement des prêts. Mais il est significatif que nous pensions déjà à janvier alors que nous sommes en septembre. Les neuf années de domination en Italie, avec deux finales de Ligue des champions, les ont également épuisés."
      "Ils ont réalisé des erreurs dans le recrutement des joueurs. Locatelli, par exemple, est un joueur du niveau de la Fiorentina, pas de la Juventus".
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,2k vues
    38. Nicolò Barella peut-il remplacer Marcelo Brozović quand ce dernier est absent ?

      Simone Inzaghi pense que Nicolò Barella peut jouer au milieu pour l'Inter quand Marcelo Brozović a besoin de repos, rapportent les médias Italiens.

      L'entraîneur de l'Inter Simone Inzaghi a décidé que quand Marcelo Brozović aurait besoin de repos cette saison, Nicolò Barella devrait être le joueur pour le remplacer, selon un rapport de la presse Italienne aujourd'hui.

      Comme reporté par Tuttosport, Marcelo Brozović est dans la salle des machines de l'Inter depuis de nombreuses années. C'est pourquoi il est vital de le maintenir en excellente condition physique, comme il dicte souvent le rythme et l'énergie du jeu de l'Inter.

      L'Inter a énormément de match à jouer cette saison donc il y aura des moments où Marcelo Brozović aura besoin de s'asseoir sur le banc, et Simone Inzaghi aura besoin de quelqu'un pour apporter la même énergie au centre du terrain.

      L'entraîneur a semble-t-il décidé que Nicolò Barella, qui est généralement utilisé pour jouer à droite du milieu à trois, pouvait apporter l'énergie et le talent nécessaires au milieu.

      Il serait alors remplacé par un des trois noms suivants : Matias Vecino, Arturo Vidal et Roberto Gagliardini.
      Pensez-vous que Nicolò Barella serait apte à remplacer Marcelo Brozović en regista ?
      ®Internazionale.fr - Aurios-Inter Via SempreInter

      6 commentaires
      735 vues
    39. La remise en question Ivan Perisic

      Ces dernières semaines, le départ d'Ivan Perisic, au 30 juin 2022 semblait acté, mais les cartes ont été redistribuées!
       
      Révélation d’Il Giorno

       
      "Ils devront se rencontrer dans un face à face qui n’est pas prévu pour l’instant. Comparé à son compatriote Brozovic, l’ailier dispose d’un salaire plus important: 5 millions d’euros et est plus âgé de trois ans. Pour autant, Perisic présente une forme physique enviable pour quelqu'un qui, à 32 ans, joue sur toute l'aile du 3-5-2."
      "Il n’est pas à exclure que son histoire avec l’Inter continue, le joueur a décidé de prendre le temps de tout analyser, sans se presser : Il faudra donc voir les propositions qui seront présentées sur le table, et il fera son choix."
      "Il faut aussi prendre en considération le feeling avec l’entraîneur : Si Inzaghi reste, il est plus que facile de penser que sa préférence ira pour l’Inter, car le joueur est souvent aligné et il joue bien."
      "Après toute une série de turbulence qui l’avaient éloigné durant un an de Milan, Perisic était déjà revenu sûr de son potentiel,sous l’ère de Conte."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      7 commentaires
      907 vues
    40. Enzo Bucchioni: "L’Inter sera vendue avant la fin de l’année, Pif est en pôle"

      Lors de son éditorial pour le compte de TMW, le journaliste Enzo Bucchioni, s’est livré sur les dernières informations entourant le futur sociétal de l’Inter. Selon lui, une accélération va avoir lieu dans les semaines à venir: "Depuis quelques jours les milieux financiers, et pas seulement les milieux italiens, font part de rumeurs insistantes de la vente de l’Inter d’ici à la fin de l’année."
       

       
      "En pôle position, on retrouve le Fonds souverain du Royaume de l’Arabie Saoudite "PIF" qui dispose d’un portefeuille d’investissement de 400 milliards d’euros et qui, déjà la saison dernière, avait présenté une candidature avancée et l’Inter présente déjà une dette de 275 millions d’euros à la suite d’un contrat le lien au fond américain Oaktree. Il est évident que personne n’abdiquera aussi facilement devant le groupe Arabe. Tant est plus qu’investir dans le Calcio est vu, par les fonds d’investissement américain, comme une grande opportunité."
      "Les ventes estivales ont permis au club d’obtenir des plus-values importantes qui lui ont permis de reprendre de l’oxygène en lui garantissant de la liquidité dans ses caisses. Mais d'autres engagements financiers à l'horizon menacent d'étrangler à nouveau les comptes, et la vente pourrait donc devenir inévitable. C'est l'une des raisons pour lesquelles les acheteurs potentiels, qui avaient essuyé un refus au printemps derniers, insistent à nouveau."
       

       
      "Selon les indiscrétions, le Fond Pif aurait déjà pu finaliser l’opération, si les Zhang avaient procédé à la vente totale de leurs actions, mais les Chinois tenaient encore à détenir une certaine partie du club. Et il est tout aussi clair que les Américains aussi sont en mouvement: Oaktree en personne, mais aussi des fonds connexes semblent avoir fait connaître leurs stratégies."
      "Les médiateurs financiers du plus haut niveau sont mis à l'œuvre, mais la situation est compliquée et même si Zhang ne démissionne pas, lorsque les échéances arriveront,  il faudra rembourser la première part de cent millions obtenu du prêt : Il pourrait s’agit de la prise d’étranglement finale."
      "La seule chose qui pourrait empêcher la vente reste l'intérêt du gouvernement chinois pour conserver la propriété d'un club de football aussi important que l'Inter. Mais pour l'instant, il n'y a aucun signe de cela."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,6k vues
    41. Les stades italiens pourraient bientôt être ouverts à 75 % de leur capacité

      Selon les médias italiens, le gouvernement italien cherche à assouplir les restrictions COVID sur les rassemblements publics. Bonne nouvelle pour les clubs : les stades pourraient bientôt accueillir 75% de leur capacité.
       
      La Gazzetta dello Sport rapporte que le gouvernement basera sa décision sur les données épidémiologiques sur les taux d'infection après la réouverture des écoles.
      Le retour des supporters dans les stades fut une bonne nouvelle pour l'Inter ainsi qu’à tous les clubs italiens, les joueurs pouvant désormais se produire devant le public, après avoir joué dans des stades vides pendant plus d'une saison.
      Cependant, si le retour des supporters dans les stades à 50 % de leur capacité a été une aubaine financièrement pour les clubs par rapport à la situation précédente, il n'est toujours pas suffisant, surtout compte tenu de l'aggravation des problèmes économiques et le manque de revenus provoqués par la pandémie.
      Cette nouvelle réglementation sur la capacité des stades pourrait entrer en vigueur pour les matches de la Ligue des Nations début octobre. Une décision pourrait être prise d’ici le 27 septembre, date de la mise en vente des billets.
       
      ®Internazionale.fr - Oxyred Via SempreInter

      4 commentaires
      669 vues
    42. Evergrande : Sauvé ou abandonné par la Chine ?

      En effet, le Corriere Delle Sera s’est penché sur la crise dévastatrice du Colosse de l’Immobilier Chinois Evergrande, dont la faillite annoncée pourrait avoir des répercussions au niveau mondial.
       
      305 milliards de dollars de dettes

       
      Si son fondateur, le milliardaire Xu Jiayin, continue à rassurer : "Notre priorité est d’aider les investisseurs à racheter leurs produits, l’Azienda cherche à reprendre son travail et la production", le chaos risque de toucher également le Régime souverain chinois: "Evergrande, qui n'a plus de liquidités et doit payer des millions d'intérêts sur les obligations émises pour refinancer sa dette, doit céder au moins 1,3 million d'appartements déjà payés par autant de Chinois. Soit une bombe à retardement pour la stabilité financière et sociale de la Chine."
      "Suning qui est engagé pour 2,6 milliards de dollars observe la situation avec intérêt, lui qui présente un risque élevé de perdre les fonds qu’il a octroyé au colosse de la construction.
       
      Destination Finale : Xi Jinping

       
      "Est-ce que XI Jinping va ordonner le sauvetage d'Evergrande, reniant ainsi sa promesse de mettre fin à la "croissance désordonnée du capital" (et de la dette) ? Ou prendra-t-il le risque de susciter des troubles sociaux parmi les millions de Chinois qui ont prêté de l'argent au milliardaire de la construction et/ou qui ont acheté des appartements inachevés ? Et comment agira-t’il vis-à-vis d’un milliardaire qui a construit la moitié de la Chine sur la dette ?"
       
      Une dette épongée pourrait-elle sauver Suning et donc son maintien à la tête de l’Inter ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      4 commentaires
      664 vues
    43. Carlo Cottarelli, Fondateur d’Interspac : "Si l’Inter n’était pas ouverte et intéressée, elle l’aurait déjà communiquée publiquement"

      Carlo Cottarelli s’est livré au sein d’une longue interview à Tuttosport sur le projet de l’actionnariat populaire qui sera présenté officiellement demain à Milan: "Ce sera le premier séminaire inhérent au thème. Je ne voudrais pas créer des attentes trop importantes. Je ne serai pas la seule personne à intervenir lors de cet évènement, soyons objectifs."
       

       
      "Je communiquerais quelques indications sur notre parcours, Nous avons presque terminé, je l'espère, la sélection de notre consultant, afin de pouvoir préparer le Business Plan et l'ensemble du programme détaillé qui se verra ensuite présenté à l'Inter. Le délai est un peu plus long que prévu, ce qui signifie que nous devrions glisser jusqu'en novembre."
       
      En juin dernier, vous aviez lancé sur votre site un questionnaire relatif à l’actionnariat populaire. Quels en sont les résultats, comment cela s’est-il passé ?
      "Cela s'est très bien passé: Les informations détaillées seront dévoilées demain. Ce que je peux vous dire, à titre personnel, c’est que j’ai été confronté à une moitié d’interistes qui n’avais pas connaissance du questionnaire. On peut donc doubler l’impact des résultats qui en ressortiront. Nous n’avons rien réalisé dans la pratique, il n’y a donc eu aucune espèce de promotion. Il y a encore tellement d’interistes qui ne nous ont pas encore rejoint."
       
      Pour quelles raison, par le biais de l’actionnariat populaire, les comptes financier d’une équipe de football s’améliorerait ?
      "C’est simple, cela consiste à remplacer une dette avec le Capital fourni des tifosi qui ne veulent pas être rémunéré. En pratique, l’Inter recevrait des fonds en provenance de ses propres partisans. Et c’est à travers ces liquidités que serait remboursé les dettes."
       
      Expliqué en ces termes, l’opération semble très simple : Mais il semble qu’elle ne soit pas aussi facile à concrétiser. Il ne faut pas oublier de prendre en considération d’autres aspects de natures variées….
      "C’est pour cette raison qu’il faudra injecter des fonds supérieurs à la valeur du Capitale de l’équipe, car ces fonds supérieurs seront destinés à rembourser soit intégralement  les dettes, soit une partie de celles-ci."
       
      Avec l’actionnariat populaire, l’Inter aurait-elle été contrainte à vendre Achraf Hakimi et Romelu Lukaku?
      "Il aurait fallu faire une analyse au cas par cas. Ce qui est sûr c’est qu’il vous est possible de faire énormément de choses lorsque vous êtes capable d’économiser 30 millions d’euros d’intérêts sur un an."
       
      Suning ne vous a pas encore reçu......
      "Dans les faits, il y a eu un contact avec le Club, mais je ne peux pas vous en dire plus à ce sujet."
       
      Allez-vous détailler tout de même ce projet à l’Inter d’ici novembre ?
      "Nous allons très certainement présenter une offre détaillée au Club Nerazzurro."
       

       
      Tant de personnalités ont rejoint InterSpac : De Bertolino à Bonolis, de Max Pezzali a Ligabue. Des dizaines et des dizaines de Tifosi VIP vous soutiennent…Était-ce difficile de les convaincre ?
      "Pas du tout. J'ai tenté de les contacter et de leur demander s'ils étaient intéressés. La réponse a été immédiatement positive. Ils aiment manifestement notre idée."
       
      Ce discours est aussi valide pour ceux qui ont été des Bandieras sur le terrain avec l’Inter: Ce sont des joueurs historiques de classe mondiales Marco Materazzi et Walter Zenga : Est-ce que ces deux personnalités représentent quelque chose de plus pour les investisseurs Nerazzurri.
      "Tout à fait, ils sont eux aussi une représentation très importante de ceux qui croient en notre projet. C’est très bien ainsi."
       
      Qu’est-ce qui a changé, en respect à ces dernières années ? Vu que tout semblait être provisoirement rangé dans un tiroir….
      "Il y avait eu une première approche avec le Club qui nous avait répondu négativement. Cette fois-ci, ce n’est plus le cas. Si l’Inter n’était pas ouverte et intéressée, elle l’aurait déjà communiquée publiquement."
       
      Vos espoirs sont donc plus que positifs......
      "Je tiens à rester prudent, je ne veux pas susciter un enthousiasme prématuré. Cela reste tout de même un projet difficile à réaliser, C’est ma ligne de conduire."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      789 vues
    44. Golfe Persique ou Etats-Unis ? C’est un fait le futur de l’Inter ne sera plus asiatique

      En effet, comme le confirme Il Sole 24 Ore, les sérieuses difficultés financières de Suning, le propriétaire de l’Inter, pourraient découler à un énième changement de propriétaire : "Les mois prochains vont s’avérer décisifs dans le cadre d’un possible changement de propriétaire, tant les rumeurs se font de plus en plus insistantes. Ces derniers mois, le Club a été observé par le Fonds Souverain du Royaume de l’Arabie Saoudite PIF, sans que la question n’ait été approfondie avec Suning."
       

       
      Toutefois, selon Il Sole 24Ore, Suning pourrait revoir sa position : "Vu les difficultés financières, Suning devrait rapidement se décider à écouter des offres pour la vente du Club et le nouvel acquéreur pourrait arriver soit du Golfe Persique, soit des Etats-Unis. Ce n’est pas une surprise de savoir que le Fonds Souverain PIF cherche depuis des mois à acquérir un important club de football européen. PIF a d’ailleurs observé l’Inter, mais pour l’instant, il n’a encore rien fait."
      "Si pour l’heure rien n’est fait, il est probable que dans les prochains mois, la Famille Zhang qui se retrouve sous une double pression avec d’un côté les dettes contractée en Chine dans l’Affaire Evergrande, et d’un autre côté Oaktree, le fond d’investissement américain qui a prêté 275 millions d’euros, puisse décider d’avancer les discussions pour procéder à la vente des Nerazzurri."
      "Il est plus que probable que les potentiels acquéreurs de l’Inter se situent dans l’une de ces  deux zones géographie : Soit le Golfe Persique, ou probablement, les Etats-Unis."
       

      L’avis d’Alessandro Antonello
       
      Questionné à ce sujet sur SportItalia, voici les déclarations du représentant interiste à l’ECA:  "La vente d’actions ?"
      "En ce moment, Marotta et moi-même travaillons pour atteindre les objectifs préfixées sur et hors du terrain. Nous verrons ce qu’il pourra se passer, mais au jour d’aujourd’hui, il n’y a aucun signal de ce type."
      "Nous nous concentrons sur les résultats sportifs et j’espère que nous pourrons, en fin de saison, apporter de la satisfactions à nos tifosi."
       
      Un mode "Langue de bois" révélateur selon vous ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      11 commentaires
      841 vues
    45. Inter Stats: L’Inter célèbre sa 1500ème victoire en Serie A

      Inter Stats fait son grand retour après la victoire de l’Inter sur le terrain de la Fiorentina. Voici la mise à jour des informations communiquée par l’Inter sur son site officiel:  "La victoire Nerazzurra sur le terrain de la Fiorentina certifie l’excellent début de saison de l’équipe d’Inzaghi qui a récolté 13 points en 5 matchs de championnat. Ce succès a été conquis via une preuve de maturité à la reprise. Les buts ont été inscrits par Darmian, Dzeko et Perisic."
       

       
      1500
      Il s’agit du nombre de victoires, dans son Histoire, engrangée par l’Inter en Serie A, victoires sur tapis vert inclus. Les Nerazzurri ont atteint ce palier en 91 années 11 mois et 15 jours, depuis le 06 octobre 1929 face à Livourne
       

       
      24
      En prenant en considération les cinq rencontres de ce début de championnat, additionnées au 19 derniers matchs de la saison dernière, soit le 0-0 du 23 janvier 2021 face à l’Udinese,
      L'Inter est également parvenu à égaler son record historique d’inscrire au moins un but à chaque match dans la compétition. Le précédent record de 24 rencontres consécutives remonte à la saison 1949/1950 avec une Inter entraînée par Giulio Cappelli.
       

       
      18 buts en 5 matchs : 11 buteurs différents
      L’Inter est une vraie coopérative en matière de buts en présentant une statistique record : Avec les trois buts inscrits à Florence, le club égale son meilleur départ dans la compétition en Serie A. Il faut également remonter à la saison 1960/1961 pour retrouver trace d’une telle pluie de buts : 18 également.
       
      L’Inter a commencé cette saison en infligeant:
      4 buts au Genoa 3 buts à l’Hellas Vérone 2 buts à la Sampdoria 6 buts à Bologne 3 buts à la Fiorentina  
      Le club dispose, à présent, de 11 buteurs différents avec les arrivées d’Ivan Perisic et Matteo Darmian sur le tableau de chasse. Edin Dzeko domine ce classement, avec déjà, 4 flèches à son compteur:
       
      Dzeko 4 Lautaro 3  
      Correa 2 Skriniar 2
      Barella 1 Vidal 1 Vecino 1 Perisic 1 Darmian 1 Çalhanoğlu 1 Dimarco 1 Il faut remonter à la saison 2017/2018 pour retrouver la trace d’un meilleur début de tournoi pour Edin Dzeko (6 buts en 5 matchs).
       
      Le Saviez-vous ?

       
      La Fiorentina est l’une des victimes préférée d’Hakan Çalhanoğlu qui est impliqué dans 8 buts en Serie A (4 buts et 4 assits)
      Ivan Perisic aime également se taper Florence, lui qui lui a déjà mis 5 cartouches en Serie A. Son meilleur score est face au Chievo Verone (7 buts inscrits)
      Grâce à sa passe décisive à Matteo Darmian, Nicolò Barella est devenu le premier joueur de l’Inter à prendre part à au moins un buts lors des cinq premières journées de Serie A. Il faut remonter à la saison 2007/2008 avec un certain Zlatan Ibrahimovic  pour trouver mieux: Avec 7 passes décisives.
      Pour cette saison et en comparaison sur le Big-5 européen, seul Paul Pogba fait mieux que le champions d’Europe Italien : 7 passes décisives pour le français contre 4 pour l’Italien
       
      Awesome !
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      602 vues
    46. L'Inter fut une tempête alors qu'Inzaghi cherche à effacer les souvenirs de Conte

      L'Inter voulait une évolution, pas une révolution, après avoir remporté un premier Scudetto en 11 ans. La déroute de Bologne a montré comment.
       
      Ceci est une traduction intégrale de ''Inter serve up a storm as Inzaghi looks to blow memories of Conte away'' de Nicky Bandini paru sur le site du Guardian.
       
      Comme un oiseau cherchant un abri dans les heures qui précèdent une tempête, Sinisa Mihajlovic savait que les ennuis allaient arriver et pourtant, il était impuissant à les arrêter.
      "Parlons d'autre chose",
      a-t-il dit, maudissant librement, après avoir été interrogé Vendredi sur le succès de Bologne à conserver des clean sheets.
      "Maintenant, nous ne faisons qu'inviter la malchance… si nous concédons un but demain, je vais me fâcher contre vous les gars ! Qu'est-ce que c'est ça? Quand nous ne concédons pas de buts après 20 matchs d'affilée, alors nous pouvons parler de ce genre de choses. Pas après deux matchs.''
      Un jour plus tard, Bologne a été balayé par l'ouragan nommé Inter: encaissant non pas un but, mais six. Denzel Dumfries est arrivé comme un coup de vent, ou pas loin vu que c'est ce que l'on peut attendre d'une personne capable d'atteindre une vitesse de pointe enregistrée de 34,38 km/h (21,36 mph), apportant le premier but de Lautaro Martínez à la sixième minute. Ce n'était que le début.
      Milan Skriniar a doublé l'avance grâce à une tête sur corner et Nicolò Barella a porté le score à 3-0 avant la pause, convertissant un autre centre de Dumfries. L'arrière droit néerlandais offrait une nouvelle occasion à Martínez au début de la seconde période, mais cette fois le tir touchait la barre et le gardien de Bologne au retour Peu importe. Matías Vecino a rapidement ajouté le quatrième, avant qu'Edin Dzeko ne frappe deux fois pour compléter le compteur de l'Inter. Bologne a inscrit son but tardif via Arthur Theate, mais il n'y avait guère de consolation dans ce score final de 6-1.
      Mihajlovic a déclaré que son équipe n'avait pas eu de chance et que les choses auraient pu se passer différemment si Bologne avait tenté sa chance en première mi-temps. Samir Handanovic a fait un superbe arrêt sur une tentative de Roberto Soriano, mais il était difficile de croire que cela aurait eu de l'importance compte tenu de la supériorité nette de l'Inter. Bologne a poussé trop haut, trop tôt. Quiconque a observé la carrière managériale de Simone Inzaghi doit savoir à quel point il est efficace pour préparer ses équipes à frapper rapidement, en attirant les adversaires et en attaquant les espaces laissés libres.
      C'est en partie pourquoi l'Inter l'a cherché pour succéder à Antonio Conte. Il existe des lignes claires et partagées dans leur approche, préférant à la fois une défense à trois et un football construit sur des partenzes rapides, des départs rapides de l'arrière, la terminologie était importante pour Conte, qui n'a jamais pu supporter qu'on lui dise que son équipe jouait sur la contre-attaque.
      L'Inter voulait une évolution, pas une révolution, après avoir remporté son premier titre en 11 ans . Il y avait d'autres raisons de choisir Inzaghi qui était prêt à accepter un tiers du salaire de Conte. Mais la continuité était une considération importante. Beaucoup doutaient que cela puisse être réalisé. En plus de Conte, l'Inter avait fait ses adieux à Romelu Lukaku ainsi qu'à Achraf Hakimi. La Juventus ayant ramené Massimiliano Allegri, peu étaient prêts à nommer l'Inter comme favori pour conserver sa couronne.
      Quatre matchs dans la saison, les perceptions changent déjà. Cela est en partie dû à la forme lamentable de la Juventus, son match nul contre Milan dimanche prolongeant un départ sans victoire. L'Inter, cependant, a été convaincante, ramassant 10 points pour se hisser en tête du classement. Le nombre de buts de l'Inter est plus aguicheur: 15 en quatre matchs. Depuis que Helenio Herrera était manager des Nerazzurri, en 1960, aucune équipe de Serie A n'avait marqué plus à un stade aussi précoce.
      Si Inzaghi a cherché à s'appuyer sur le bon travail de Conte alors ce qui a été fascinant a été d'observer des variations dans cette jeune campagne. Il est trop tôt pour des jugements définitifs, mais tactiquement, il y a eu de petits changements, l'Inter occupant des positions plus élevées sur le terrain. Dzeko interprète le rôle du n ° 9 différemment de Lukaku, jouant davantage dos au but et permettant à l'équipe de construire à travers lui au lieu de servir de destination finale aux attaques.
      Le changement le plus important, cependant, pourrait s'avérer dans l'utilisation du contingent. Bien qu'il ait souvent demandé que son équipe soit élargie, Conte avait tendance à s'appuyer sur un petit groupe de joueurs, avec neuf titulaires pour 29 matches ou plus la saison dernière en Serie A. Parfois, il semblait tentant de souligner l'inexpérience et le manque de préparation des joueurs qu'il avait demandé. Après avoir reçu des critiques après une défaite en phase de groupes de la Ligue des champions contre Dortmund en 2019, il a exigé de savoir :
      ''À qui sommes-nous censés demander plus ? Nicolò Barella qui est arrivé de Cagliari ? Stefano Sensi, venu de Sassuolo ?''
      Inzaghi a adopté une ligne différente, faisant confiance à des joueurs tels que Dumfries plus tôt qu'il ne l'avait prévu. C'était sa première titularisation pour l'Inter et il a plus que justifié son inclusion, terrorisant l'arrière gauche écossais de Bologne, Aaron Hickey. Dumfries nous a rejoint cet été pour remplacer Hakimi. Il faudra plus d'un match pour faire oublier le Marocain, mais la Gazzetta dello Sport a pris grand plaisir à constater que la vitesse de pointe de Dumfries était presque égale à celle de son prédécesseur.
      Sur le flanc opposé, Federico Dimarco a également commencé et a fait une impression tout aussi forte, construisant les buts de Skriniar et Vecino. Diplômé de l'académie de l'Inter, qui a rejoint le club à l'âge de six ans, Dimarco a été négligé et prêté par les managers successifs, mais il s'agissait de sa deuxième titularisation, à deux postes différents, sous Inzaghi. Son premier match a eu lieu en tant que défenseur central gauche lors du nul 2-2 avec la Sampdoria, lorsqu'il a marqué un superbe coup franc. Bien que Dimarco ait semblé plus à l'aise à l'arrière Samedi, sa polyvalence est appréciée par le nouveau manager, tout comme son coup franc.
      Inzaghi a été explicite sur son intention de continuer à faire tourner l'équipe pour lutter contre la fatigue. À partir de Mardi, l'Inter entame une course éreintante de huit jours qui les emmène chez une une impressionnante Fiorentina, de retour à la maison pour affronter l'Atalanta, puis à Kharkiv pour affronter le Shakhtar Donetsk. Samedi, ils se remettaient d'une défaite en milieu de semaine contre le Real Madrid.
      Inzaghi a fait le choix délibéré de laisser au repos Hakan Calhanoglu, Ivan Perisic et Dzeko contre Bologne, mais ce dernier a été contraint à l'action tôt après que Joaquín Correa ait reçu un coup en première mi-temps.
      La défaite de Madrid a alimenté par les joueurs de l'Inter, Skriniar s'exprimant lors d'une interview à la mi-temps contre Bologne sur un désir commun de soulager cette colère d'un match que lui et ses coéquipiers pensaient qu'ils auraient dû gagner. Inzaghi avait été critiqué pour ses remplacements, accusé d'avoir coupé l'élan de son équipe alors qu'elle dominait.
      D'une manière ou d'une autre, l'Inter a créé une tempête contre Bologne. Seul le temps nous dira si Inzaghi peut exploiter et convertir leurs énergies aussi régulièrement, voire mieux, que son prédécesseur en une force toujours dévastatrice.
       
      Traduction alex_j.

      1 commentaire
      903 vues
    47. LA déclaration d'amour de Diego Milito

      Diego Milito, le Prince de Milan,  s'est livré dans une déclaration d'amour Nerazzurra  dans les colonnes de la Gazzetta Dello Sport
       

      "J'ai moi-même été proche du Real Madrid et du Paris-Saint-Germain, mais l'Inter était un choix de vie."
      "J'étais heureux à San Siro qui restera pour toujours ma Maison"
       
      On dit "Giuseppe Meazza", Principe Mio! : )
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      9 commentaires
      958 vues
    48. L’Inter sera sacrée championne d’Italie selon le CIES !

      CIES - L’édition 348 de la Lettre hebdomadaire de l’Observatoire du football CIES présente les prévisions pour la saison 2021/22 à l’échelle des cinq grandes ligues européennes. Le modèle statistique utilisé à ce propos inclut l’expérience des joueurs, les investissements en sommes de transfert pour composer les effectifs, ainsi que les performances des équipes lors des 365 derniers jours.
       
      Par rapport à 2020/21, le seul changement du point de vue des champions aurait cours en Espagne, avec Real Madrid devançant Atlético et Barcelone.
       

       
      En Angleterre, le top 4 serait le même que l’an passé

       
      Tandis que l’Inter devancerait Naples en Italie, où la Juventus ne finirait qu’à la sixième place.

       
       
      En Allemagne, Wolfsburg se classerait deuxième derrière le Bayern

       
      En Ligue 1, l’Olympique de Marseille (2ème) et l’Olympique Lyonnais (3ème) sont censés être les dauphins de l’injoignable Paris St-Germain

       
      Validez-vous ces classements ?
      ®football-observatory.com

      6 commentaires
      887 vues
    49. Agefi.com - Evergrande fait plonger les Bourses Mondiales

      Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer cet excellent article réalisé par nos confrères d'Agefi.com relatif à la situation entourant Evergrande et, indirectement le Suning: "La Bourse de Tokyo a ouvert en forte baisse mardi dans la foulée de la chute à Wall Street la veille, ébranlée par les inquiétudes autour de la crise du géant de l'immobilier chinois Evergrande."
       

       
      L'éventuelle faillite du promoteur immobilier Evergrande pourrait conduire à un "Lehman chinois", selon certains analystes. Vers 01H00 GMT, l'indice vedette Nikkei lâchait 1,94% à 29.908,33 points, tandis que l'indice Topix chutait de 1,93% à 2.059,64 points.
      La Bourse de New York comme les autres marchés mondiaux ont flanché lundi sous le coup des craintes liées à la situation du promoteur immobilier Evergrande, croûlant sous les dettes, et dont l'éventuelle faillite pourrait conduire à un "Lehman chinois", selon certains analystes. Hong Kong, seule Bourse asiatique majeure ouverte lundi, a ainsi lâché 3,30% à la clôture, suivie par l'Europe puis Wall Street. Et au lendemain d'un week-end de trois jours, Tokyo accusait également le coup mardi.
      "La proportion des exportations japonaises à destination de la Chine est supérieure à celles des Etats-Unis ou de l'Europe, ce qui rend (le marché japonais, NDLR) plus sensible aux inquiétudes de ralentissement de l'économie chinoise", a estimé Hideyuki Ishiguro de Nomura Asset Management, cité par Bloomberg.
       
      Du côté des valeurs Le constructeur automobile Honda (-3,13% à 3.340 yens) a annoncé samedi que ses lignes de production japonaises opéraient à environ 40% du volume initialement prévu pour la période août-septembre en raison de la pénurie de semi-conducteurs et de retards dans la livraison d'autres pièces liés à la pandémie. Honda prévoit des conséquences sur sa production d'octobre également.
      Son compatriote Toyota (-1,55% à 9.864 yens) avait par ailleurs déclaré vendredi prévoir des interruptions temporaires de sa production en octobre au Japon. Au début du mois, le groupe avait révisé sa production totale à la baisse pour l'exercice 2021/22 commencé en avril, à 9 millions de véhicules.
       
      Du côté des devises et du pétrole  
      Le yen baissait par rapport au dollar, à raison d'un dollar pour 109,59 yens vers 01H00 GMT contre 109,44 yens lundi à 21H00 GMT.
      Le cours du yen perdait également du terrain par rapport à la monnaie européenne: un euro s'échangeait pour 128,49 yens contre 128,33 yens la veille à 21H00 GMT.
      Un euro valait par ailleurs 1,1725 dollar, contre 1,1726 dollar lundi à la fin des échanges sur le marché mondial des devises.
       
      Le marché du pétrole reprenait des couleurs après des inquiétudes sur la demande, notamment chinoise: vers 00H50 GMT le prix du baril américain de WTI gagnait 0,65% à 70,75 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,5% à 74,29 dollars.(AWP)
       
      Lundi rouge pour la Bourse suisse
      Les investisseurs ont affiché lundi une aversion au risque marquée, entre les craintes liées à une éventuelle faillite du mastodonte chinois de l'immobilier Evergrande et la prochaine réunion monétaire de la Fed.
       

       
      Inquiétude mondiale
       
      Lundi, l'Europe et Wall Street affichaient un net recul.
       
      A la Bourse de New York, l'indice vedette Dow Jones a perdu 1,78%, l'indice élargi S&P 500 1,70% et l'indice Nasdaq, à forte composante technologique, 2,19%. Sur le Vieux Continent, toutes les places ont fini dans le rouge: Paris a cédé 1,74%, Milan 2,57%, Francfort 2,31% et Londres 0,86%. A Zurich, le SMI a terminé en recul de 1,42%. Signe de l'aversion des investisseurs pour les actifs risqués, les emprunts d'État étaient particulièrement recherchés: en conséquence, le taux américain à dix ans reculait à 1,31%.
       
      L'économie chinoise avait déjà montré ces dernières semaines de nombreux signes d'affaiblissement, tant dans la consommation que dans la production. Or, "tout ralentissement de l'économie chinoise aurait des répercussions importantes sur la demande de produits de base, étant donné que la Chine est le plus grand consommateur au monde de nombreux minéraux et métaux", continue Russ Mould, directeur de l'investissement d'AJ Bell. 
      Les entreprises liées aux minéraux étaient ainsi en forte baisse, comme ArcelorMittal qui a chuté de plus de 8% à Paris.
       
      Aux préoccupations sur le sort du promoteur chinois ultra-endetté, s'ajoutaient celles sur le bras de fer au Congrès autour du plafond de la dette des États-Unis et la réunion monétaire de la Banque centrale (Fed) qui commence mardi.
      La secrétaire au Trésor Janet Yellen a publié un vigoureux éditorial dans le Wall Street Journal plaidant pour un relèvement du plafond de la dette, bloqué au Congrès, au risque de provoquer "une crise financière historique".
      La Réserve fédérale américaine tient sa réunion monétaire mardi et mercredi. Elle doit donner plus d'indications sur le début de la mise en oeuvre et l'étendue de la réduction de son soutien massif aux marchés par des rachats d'actifs, mais "l'incertitude autour des décisions" a aussi poussé les investisseurs à se couvrir, explique Andréa Tuéni, analyste de Saxo Banque.(AWP)
       

       
       
      Les pratiques désespérées d'Evergrande pour échapper à la faillite
       
      Aux grandes heures de la bulle immobilière, Evergrande s'était lancé dans des projets pharaoniques. A Suzhou, une ville proche de Shanghai réputée pour ses canaux et ses jardins impériaux, le groupe devait installer un grand complexe résidentiel avec écoles, parc d'attraction et un quartier commerçant de style européen. La "Cité touristique et culturelle Evergrande", inachevée, est désormais envahie par des acquéreurs en colère qui doutent de pouvoir un jour récupérer leurs billes.
       
      Taux d'intérêt miraculeux et placements à risque: créanciers spoliés et employés décrivent les pratiques désespérées d'Evergrande, géant chinois de l'immobilier, pour échapper à la faillite. Le mastodonte est devenu en deux décennies l'un des visages de la frénésie immobilière en Chine, quand des millions de ménages ont pu accéder à la propriété.
      Le groupe croule aujourd'hui sous une dette de 260 milliards d'euros, l'équivalent du PIB de la Roumanie. Fournisseurs non payés et propriétaires floués ont protesté la semaine dernière devant le siège du groupe à Shenzhen (sud). Des scènes inhabituelles dans un pays où les manifestations sont rarement tolérées. Le groupe tentaculaire conserverait plus de 1,4 million de logements en construction qu'il n'a plus les moyens d'achever et de remettre à ses propriétaires.
      Acculé, il propose désormais à ses créanciers de les rembourser... en nature, sous la forme de terrains ou de places de stationnement. Autant d'offres rejetées par les intéressés. "Ce que je veux, c'est de l'argent!" déclare à l'AFP un investisseur du nom de Feng. "Je ne vais même pas regarder cette offre".
      Face à la menace du dépôt de bilan, Evergrande a aussi poussé ces derniers mois ses salariés à vendre -- mais aussi à acheter pour eux-mêmes -- des placements très attractifs mais risqués, selon plusieurs employés rencontrés par l'AFP. L'une d'entre elles, du nom de Huang, raconte avoir réuni pas moins de 1,5 million de yuans (216'000 francs) avec l'aide de sa famille afin d'acheter ces produits. Les taux d'intérêt offraient un gain de 7% à 9%, selon des salariés et des brochures consultées par l'AFP.
       
      Le Fondateur d'Evergrande s'adresse à son personnel Afp/Lalibre.be

       
       
      Le promoteur immobilier, qui croule sous une dette de plus de 300 milliards de dollars, s'efforce d'apaiser la colère des propriétaires spoliés et des investisseurs. Dans une lettre adressée au personnel, à l'occasion de la fête de la mi-automne, Xu Jiayin, qui a fondé le groupe en 1996, écrit "avoir la ferme conviction qu'Evergrande sera bientôt en mesure de sortir de sa période la plus sombre", a rapporté un quotidien économique de référence, le Securities Times.
      "Il a assuré que les chantiers reprendront complètement pour atteindre le principal objectif : garantir la livraison des bâtiments et qu'il "apportera une réponse aux acheteurs, aux investisseurs, aux partenaires et institutions financières". Il a également remercié le personnel pour son immense travail, alors que ces deux derniers jours sont fériés en Chine."
      Cette déclaration intervient au moment où la Bourse de Hong Kong tente de se stabiliser au lendemain d'une chute de plus de 3 %, provoquée par les inquiétudes autour de la possible faillite d'Evergrande. Les Bourses de Chine continentale étaient encore fermées mardi pour cause de jour férié. De son côté, après un week-end de trois jours, Tokyo accusait également le coup mardi, évoluant en forte baisse en début de séance dans le sillages des autres places financières mondiales lundi, dont Wall Street: "Le groupe immobilier avait reconnu la semaine dernière faire face à une "pression énorme" et prévenu qu'il pourrait ne pas être en mesure de faire face à ses engagements financiers."

      5 commentaires
      664 vues
    50. Inter Stats, la nouveauté proposée par l’Inter sur son site officiel !

      En effet, l’Inter propose sur son site officiel "Inter Stats", soit un condensé d’informations comme on les aime. Voici les analyses publiées après la victoire 6-1 sur Bologne : "Six buts inscrits, cinq buteurs, une longue liste de protagonistes et surtout trois points d’engrangés qui permettent à l’Inter d’atteindre les 10 points au classement après 4 journées de championnat. Face à Bologne, l’Inter s’est relancée en proposant une prestation typique aux grandes équipes, avec faim et qualité"
       

       
      Dans le signe de la continuité "Pour la première fois en Serie A, Lautaro a marqué lors de 4 rencontres consécutives. De son denier but, face à l’Udinese lors de la dernière journée de la saison écoulée, aux trois buts inscrits cette saison face à l’Hellas Vérone, la Sampdoria et Bologne."
      "Cette continuité se ressent aussi dans le nombre de buts inscrits par l’équipe : L’Inter a marqué lors de ses 23 dernières rencontres de Serie A. Pour trouver mieux, il faut remonter à 1950 avec le palier de 24 rencontres atteint."
      "L’Inter a inscrit toujours aussi inscrit au moins trois buts lors de ses cinq derniers matchs à domicile en Serie A. Le record remonte à 2011 avec une série de six matchs."
       
      Le Doublé de Dzeko  
      "En rentrant à la demi-heure de jeu à la place de l’infortuné Joaquim Correa, Edin Dzeko a marqué la rencontre de son empreinte en inscrivant son premier doublé sous le maillot interiste. Il s’agit de son 17ème doublé en Serie A. Le précédent remonte au mois d’octobre 2020 face à Benevento."
       

       
      15 buts en 4 matchs avec 9 buteurs différents  
      "Avec 6 buts inscrit contre Bologne, l’Inter a déjà atteint en 4 journées de championnat le palier des 15 buts inscrits. On retrouve 9 buteurs différents
      Dzeko (3) Lautaro Martinez (3), Skriniar (2), Correa (2), Vidal (1), Çalhanoğlu(1), Dimarco (1), Vecino (1), Barella (1)."  

       
      En avoir dans la tête  
      "Nicolò Barella s’est montré, lors des quatre dernières rencontres de Serie A, décisif en étant impliqué à chaque fois dans un but: Il s’agit de sa meilleure série."
      "Face à Bologne, Milan Skriniar a inscrit son second but de la tête. Depuis son arrivée en Serie A. Six des sept derniers buts du défenseur slovaque ont d’ailleurs été tous inscrit de la tête."
       
      Appréciez-vous ce style de statistiques ? Souhaitez-vous les voir apparaître de façon régulière sur le site ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      659 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également