Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Interviews


    1513 articles dans cette catégorie

    1. Gianpiero Gasperini, avant le choc contre l'Inter : "Nous aurons du mal à récupérer Robin Gosens et Duvan Zapata, nous devons éviter les rechutes"

      L'Atalanta devrait être privée de Robin Gosens et Duvan Zapata pour le match contre l'Inter dimanche soir, selon une information des médias italiens.
       
      Comme le rapporte L'Interista, l'entraîneur de l'Atalanta, Gian Piero Gasperini est resté pessimiste quant à ses chances d'avoir deux de ses meilleurs joueurs de retour de blessure pour affronter les champions d'Italie.
      "Nous aurons du mal à récupérer Gosens et Zapata. Le premier sera de retour la semaine prochaine, le second commence à récupérer, mais il faut maintenant éviter les rechutes."
      "Il y a une très faible chance que Duvan Zapata parvienne à se rétablir à temps, mais Robin Gosens semble destiné à regarder le match depuis le banc."
       
      L'Inter se rendra à Bergame pour affronter une équipe de l'Atalanta en pleine forme, dimanche soir à 20h45 (heure locale), dans le cadre de la 22ème journée de Série A. Ce sont les deux équipes qui marquent le plus de points dans le championnat, mais l'Inter peut compter sur une défense nettement supérieure.
      Simone Inzaghi a également la chance de pouvoir s'appuyer sur la quasi-totalité de son effectif, car l'équipe ne souffre pas de nombreux cas de COVID-19 ni de blessures de joueurs importants.
      ®Internazionale.fr ~ Oxyred Via SempreInter

      3 commentaires
      1,2k vues
    2. Simone Inzaghi et Steven Zhang s'expriment après ce premier trophée en 2022

      Après avoir remporté sa sixième Supercoppa Italia, Simone Inzaghi et Steven Zhang se sont exprimés.
       

       
      MILAN  – Simone Inzaghi a recommencé après avoir battu la Juventus pour la troisième fois en trois tentatives en Super Coupe. Le but d'Alexis Sanchez à la 120e minute a certainement rendu cette Supercoppa encore plus douce que ses deux précédentes à la Lazio. Inzaghi a laissé son cœur et sa voix sur le terrain pendant qu'il voyait que son équipe dominait à nouveau les débats. La victoire est finalement arrivée et méritée.
      "Nous étions contre une très bonne Juve. Ils ne nous ont pas rendu la tâche particulièrement difficile. J'ai vu les statistiques et je pense que nous méritions la victoire. Nous étions face à une équipe de premier plan. Ils étaient toujours dans le concours. Ils nous laissent passer le ballon mais ce n'est toujours pas facile de les battre. J'ai un bon bilan contre la Juve en Supercoppa et nous avons maintenant remporté notre premier trophée de la saison devant nos fans, donc je suis ravi. Nous devons continuer. Nous voulions ce trophée car l'Inter n'avait plus remporté la Supercoupe depuis 2010 et c'est trop long. Quant à ce que Steven Zhang nous a dit dans le vestiaire, il nous a félicités et il était content. Les joueurs ont répondu en disant qu'ils aimeraient une prime et je pense que le président leur fera plaisir."
      "Quant à Sanchez disant qu'il voulait jouer plus, c'est aussi vrai que tout le monde voulait jouer. Roberto Gagliardini était l'un des meilleurs sur le terrain contre la Lazio et il n'est pas entré en jeu aujourd'hui. Je dois prendre des décisions à chaque match. J'ai de merveilleux attaquants et je dois faire des choix à chaque match. Arturo Vidal et Federico Dimarco sont très bien entrés et ont fait la différence."
       

       
      Steven Zhang a tenu à parler après le match sur Inter TV.
      "C'est un moment vraiment spécial pour nous, nous sommes ravis. L'équipe a très bien joué, nous sommes aussi en tête du championnat, et ce trophée est le fruit du travail de l'entraîneur et des joueurs. Je suis vraiment heureux du résultat. Ce trophée remporté dans une période difficile pour le football nous stimule. Tout cela est dû à tout le travail acharné que nous avons fourni au cours de ces six dernières années. Je voudrais dédier cette victoire à tous les fans de l'Inter à travers le monde et tous ceux qui travaillent pour le club. Ce sont eux qui ont fait avancer ce projet."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      7 commentaires
      661 vues
    3. Samir Handanovic : "L'arrivée d'André Onana ne m'inquiète pas"

      Samir Handanovic, ne pense pas que la concurrence avec André Onana la saison prochaine pourrait le déconcentrer.
      S'exprimant en conférence de presse avant le choc de la Super Coupe d’Italie contre la Juventus, comme le rapporte FCInterNews, le capitaine de l'Inter a souligné le fait que la concurrence pour la place de titulaire est un élément sain dans une équipe de football.
      Onana a passé sa visite médicale avec les Nerazzurri, et sa signature sera annoncée dès qu'il sera possible de le faire.
      Le Camerounais est le gardien de but que les Nerazzurri ont choisi pour successeur de Handanovic à long terme.
      Cependant, l'avenir immédiat des deux gardiens n'est pas tout à fait clair, car le Slovène est encore titulaire cette saison, et il pourrait prolonger son contrat après l'été et rester en tant que second ou concurrent d'Onana.
      "Cela ne me fait pas peur.", a-t-il déclaré au sujet des rapports sur l'arrivée imminente d'Onana. "La concurrence à ce poste est la bienvenue, si elle peut pousser les gardiens à s'améliorer".
      "L'important est d'avoir confiance en soi", a-t-il poursuivi, "Je ne fais pas de plans à six mois à l'avance - je vis au jour le jour, cela me semble être la meilleure façon d'être."
      En ce qui concerne la Super Coupe, Handanovic a déclaré : "Le match contre la Juve est important pour les deux équipes, c'est un Derby d'Italie pour un trophée."
      "Nous sommes désireux de gagner comme eux aussi, ce match peut nous apporter beaucoup", a-t-il ajouté, "nous jouerons avec le même esprit et la même mentalité que ces deux derniers mois."
      "Je m'attends à rencontrer une équipe de la Juve difficile, car ce n'est pas un match comme les autres", a déclaré Handanovic. "Quand ils viennent ici, ils ont toujours été difficiles à jouer, quelle que soit leur forme. Nous nous attendons à un match difficile, peu importe qui sont les favoris."
      Au sujet du but concédé à la Lazio le week-end dernier, il a déclaré que "lorsque l'Inter fait un clean sheet, ce sont les défenseurs qui nous ont empêché de prendre de buts. Quand nous concédons un but, c'est Handanovic."
      "Il n'y a pas grand-chose à dire", a-t-il poursuivi, "dans ce cas Stefan a mal jugé le ballon, ensuite, il y a eu des petites erreurs  dans la défense."
      "Tout le monde est en partie fautif, moi, Bastoni, Barella et Brozovic. Nous essayons de prendre peu de risques et de continuer à être solides", a-t-il ajouté.
      A propos du fait de jouer sous les ordres de Simone Inzaghi, le capitaine a déclaré : "Tout le monde aime jouer sous ses ordres, mais sans victoire, il n'y a pas de quoi être heureux."
      "Nous avons beaucoup grandi en gagnant", a-t-il ajouté, "les deux années précédentes nous ont beaucoup aidés. Notre mentalité est différente, maintenant les joueurs veulent gagner des trophées et continuer à faire leurs preuves."
      "Nous jouons d'une manière différente", a-t-il dit à propos de la transition entre Inzaghi et Antonio Conte, "il y a moins de stratagèmes et de schémas de jeu rigides, mais on ne s'amuse que si on gagne."
      "Nous nous tenons en alerte car dans le football tout peut changer complètement en une semaine", a-t-il expliqué.
      Concernant la pression d'être les favoris du Scudetto, il a déclaré : "Cela nous motive, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir dans la saison."
      "Rien n'est figé, et il faut aussi penser au COVID", a-t-il poursuivi. "Nous devons continuer à faire ce que nous avons fait, être prudents, autodisciplinés".
      Handanovic a conclu en déclarant que "Nous sommes conscients de notre force, la perception que nos adversaires ont de nous maintenant est différente."
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      12 commentaires
      854 vues
    4. Antonio Conte: "Je n'ai rien à prouver après mon travail à l'Inter"

      L'actuel entraîneur de Tottenham Antonio Conte pense que son passage et son succès à l'Inter Milan lors des deux dernières saisons parle pour lui même.
       
      Lors de la conférence de presse en marge de la demie-finale de Carabao Cup face à Chelsea, et comme rapporté par FCInterNews, le tacticien Italien a souligné l'importance de son travail accompli avec les Nerazzurri.
      Conte a rejoint l'Inter lors de l'été 2019 en ayant déjà une solide réputation, notamment après ses passages à la Juventus, à Chelsea ainsi qu'avec la Squadra Azzurra.
       
      Le coach a guidé l'Inter à la seconde place en Série A et jusqu'en final d'Europa League lors de sa toute première saison en poste, avant de glaner le Scudetto lors de sa seconde.
      Conte retourne à Stamford Bridge pour la première fois depuis qu'il a quitté le banc de Chelsea, et il croît que son travail à l'Inter prouve qu'il reste dans le haut du panier des entraîneurs, ainsi que son projet actuel à Tottenham.
      "Je pense que dans la position dans laquelle je suis, je n'ai rien a prouver à qui que ce soit," a-t-il déclaré. "Je suis un coach d'expérience, et j'ai déjà réalisé d'important travaux avec l'Inter et maintenant avec Tottenham."
       
      ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter

      4 commentaires
      625 vues
    5. Piero Volpi, médecin-chef de l'Inter : "L'Inter a peu de blessures grâce à la formation et au personnel médical".

      Le médecin en chef de l'Inter, Piero Volpi, estime que l'entraînement athlétique et le personnel médical du club sont responsables de la bonne forme des Nerazzurri en matière de blessures depuis le début de la saison.
      S'adressant à la chaîne de télévision italienne Sky Sport Italia, Volpi a expliqué que les Nerazzurri font tout ce qu'ils peuvent pour aider les joueurs à faire face au rythme effréné du calendrier sur le plan physique.
      Dans les différents championnats, le rythme élevé auquel les joueurs doivent faire face, tant en club qu'en sélection, fait que les blessures et la fatigue peuvent devenir un sérieux problème si le temps de jeu et la condition physique des joueurs ne sont pas gérés correctement.
      Les blessures ont déjà joué un rôle dans la saison de Serie A, l'Inter étant l'un des clubs les moins touchés au cours de la première moitié de la campagne.
      Volpi estime que cela est dû au travail que lui et le reste du personnel du club ont fait pour être proactifs dans la prévention de ces problèmes.
      "Il faut donner du crédit à tous le staff et au personnel pour le travail qu'ils font avec les joueurs, ainsi qu'aux directeurs pour signer des joueurs qui ont certaines caractéristiques", a-t-il expliqué.
      "Les gens dans le milieu du football tirent la sonnette d'alarme depuis un certain temps : nous jouons trop souvent", a-t-il déclaré. "C'est l'un des points importants, les joueurs jouent plus avec leurs équipes nationales et leurs clubs."
      "Le football est en train de changer de manière vraiment significative", a-t-il poursuivi, "nous avions l'habitude de jouer tous les sept jours et maintenant c'est plutôt tous les trois jours. Cela ne concerne plus seulement les grandes équipes."
      Volpi a déclaré : "À mon avis, il est plus important que jamais d'investir dans la formation athlétique, cela peut valoir quelques points au tableau."
      "Ce doit être notre façon de voir les choses, et cela peut aussi s'appliquer à la prévention du COVID", a-t-il ajouté. "Nous, les médecins, devons aussi changer et nous adapter en même temps que le football".
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      2 commentaires
      807 vues
    6. Danilo D'Ambrosio: "Les succès actuels sont doublement gratifiants vu d'où nous venons"

      Le défenseur de l'Inter Danilo D'Ambrosio a une perspective unique sur les succès actuels et la forme positive des Nerazzurri, ayant été au club durant des périodes bien plus difficiles.
       

       
      S'adressant à la Gazzetta dello Sport, le joueur de 33 ans explique que pour lui les succès des Nerazzurri ont une saveur spéciale à cause du chemin parcouru.
      Danilone est arrivé à l'Inter en provenance du Torino en Janvier 2014, à une période où l'Inter est déjà depuis quelques temps tenue à l'écart des phases de poules de la Champions League, et encore plus du Scudetto.
      Cela prendra du temps pour se relever, l'Italien faisant partie des rares joueurs consistants durant une période difficile que les Nerazzurri traverse sans trophées et glissant même vers le milieu du classement.
      Les dernières saisons verrons des améliorations progressives, les arrivée d'éléments clés comme le Suning en tant que propriétaires, Beppe Marotta en tant que CEO, ainsi que l'ancien Coach Luciano Spalletti et des signatures de joueurs intelligentes, verrons augmenter significativement le niveau de l'équipe. 
      Antonio Conte arrive à l'été 2019 pour remplacer Spalletti. Ses deux saisons au club culmineront sur un Scudetto bien mérité.
      Maintenant, le successeur de Conte Simone Inzaghi a déjà réussi à emmener l'Inter en 8ème de finale de la Champions League pour la première fois en 10 ans, et trône fièrement en tête de la Serie A à la mi-saison.
      "Handa, Rano et moi, nous qui avons connu l'obscurité, nous apprécions aujourd'hui encore plus car nous avons vécus certains moments personnellement" nous dit Danilo.
      "J'ai vu San Siro se vider tôt (Ndlr: avant la fin de matchs) en signe de protestation, et maintenant j'entend les fans chantés mon nom," ajoute-t-il. "Etant parti de là, arriver là où nous sommes aujourd'hui est doublement gratifiant."
       

       
      Sur ce qu'il attends de 2022: "Que nous nous développions encore. Nous ne sommes pas encore satisfait même si cela devient toujours un peu plus dur de surprendre les gens. Le faire une fois est une chose, mais pour répéter les succès il vous faut quelque chose en plus."
      Sur les difficultés des Nerazzurri l'été dernier: "Beaucoup s'attendaient au pire, mais dans le vestiaire nous étions bien plus calme que ceux qui nous regardaient de l'extérieur."
      "Un nouveau coach est arrivé et nous a donné des idées fraiches sans retiré les fondations de l'année dernière. Le travail de tout le monde est excellent jusqu'ici."
      Se qualifier pour la Champions League après son sauvetage dramatique contre Empoli lors de la saison 2018/2019:
      "Atteindre la Champions League a permis au club de faire des investissements qui nous ont emmené où nous sommes aujourd'hui", se souvient-il au sujet de l'importance de ce moment.
      "Après cet arrêt, et aussi après mon but la saison d'avant contre la Lazio, j'ai commencé à sentir une appréciation différente de la part des supporters."
      Au sujet de la course au titre cette saison, il dit " Ce ne sont que des chiffres, on peut nous rattraper si nous faisons des erreurs."
      "De toute façon, Napoli, l'Atalanta et le Milan (Ndlr: 😎) continuerons de se battre jusqu'au bout. Maintenant c'est à eux d'essayer de nous mettre la pression mais pendant longtemps c'était nous qui étions dans la position du chasseur." 
       

       
      Retour sur l'été dernier:
      "Mon contrat avait expiré et, à cause du COVID, il y avait de l'incertitude."
      "Parler de renouvellement était gênant. A ce moment là deux club m'avaient fait des offres importantes, mais j'ai attendu jusqu'au dernier moment pour que l'Inter fasse son offre et j'ai choisi de baisser mon salaire pour rester car jouer pour ces couleurs est ma priorité."
      "Mon rêve est de finir ma carrière ici."
      Il parle ensuite de son partenaire Denzel Dumfries, arrivé cet été pour remplacer Achraf Hakimi:
      "Achraf et Denzel ont eu tout les deux des difficultés à leurs débuts, mais ce sont deux joueurs différents et la façon dont joue l'Inter aujourd'hui est différente. Leurs développements respectif sont en revanche similaires."
      Au sujet d'une récente interview d'un ancien coéquipier évoluant (Ndlr: En quelque sorte) maintenant en Angleterre, il plaisante: "Qui ? Jorginho ??"
      "Sérieusement, concernant Romelu je peux dire que quiconque dit ce qu'il pense, dans les mots se trouvent des conséquences."
      "Pour nous hier c'est le passé et demain c'est le futur. Seul le présent compte. Seul le présent de l'Inter compte."
       
      Quel homme.
       

       
      ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Trent_FCI

      4 commentaires
      652 vues
    7. Marco Barzaghi: "Romelu Lukaku a dit à mon frère qu'il veut retourner à l'Inter"

      Marco Barzaghi, journaliste Italien, croit que l'attaquant de Chelsea Romelu Lukaku est sérieux au sujet d'un retour à l'Inter.
       

       
      S'exprimant sur sa chaine Youtube, le journaliste de SportMediaset déclare que Lukaku lui aurait personnellement dit qu'il espère rejoindre les Nerazzurri.
      Les remarques candides de Lukaku lors d'une récente interview durant laquelle il a exprimé des regrets concernant son départ pour Chelsea en été ont créé un grand remue-ménage.
      Depuis, des rumeurs fleurissent de toutes parts annonçant la possibilité d'un retour au Meazza durant cette fenêtre de mercato suite à son gros craquage.
      Il y a plusieurs obstacles significatifs empêchant un retour à l'Inter pour l'attaquant de 28 ans, et il n'est de toutes manières pas clair que l'Inter soit intéressée par lui.
      Cependant, selon Barzaghi toujours, le joueur espère toujours.
      "Ce que je peux vous dire, ayant des contacts familiaux directs, est que son désir est de retourner à l'Inter et qu'il marcherait de Londres à Milan si il le fallait." 
      "Selon nos vérifications, il ne veut que l'Inter", Barzaghi continue. "Il est déjà fatigué de Chelsea et de la vie à Londres."
      Il poursuit en affirmant que "Chelsea ne le laissera jamais rejoindre le Tottenham de Conte. Nous ne pouvons rien exclure, mais de ce que nous comprenons, et de ce qu'il a dit à mon frère de manière officieuse, sa volonté est seulement de revenir à l'Inter immédiatement."
      "D'un point de vue économique ce n'est pas impossible comme beaucoup le disent, compte tenus de l'allègement de la masse salariale en Janvier avec le retrait d'Eriksen."
      Il ajoute que "Si Chelsea paye la moitié du salaire, les dépenses seraient d'environ 6 M€. De la place pourrait aussi être faite dans le budget."
       
      Bon, vous l'aurez compris, on est plus à une blague prêt avec cet énergumène... Installons nous confortablement et profitons du spectacle.
      A prendre, évidemment, avec d'ÉNORMES pincettes.
       

       
      ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Trent_FCI

      16 commentaires
      919 vues
    8. Romelu Lukaku sévèrement taclé par Jimmy Floyd Hasselbaink

      S'adressant au diffuseur britannique Sky Sports, Jimmy Floyd Hasselbaink a souligné que Lukaku avait pris sa propre décision de revenir à Chelsea au cours de cet été et aurait pu faire plus pour rester à l'Inter.
       
      Dans une récente interview avec Sky Sport Italia, l'attaquant a déclaré qu'il regrettait d'avoir quitté l'Inter pour Chelsea, bien que Hasselbaink pense qu'il aurait dû proposer une réduction de salaire pour rester si c'était ce qu'il voulait vraiment.
      "J'aime Romelu, je pense que c'est un joueur absolument magnifique. Quand il joue, il donne à Chelsea une dimension différente."
      "Mais ce qu'il a dit et comment il l'a dit, je ne le comprends pas vraiment. Nous savons tous qu'il a dû quitter l'Inter parce que le club avait des difficultés financières, donc s'il aime vraiment l'Inter, il aurait dû dire :
      'Donnez-moi la moitié de mon salaire, je veux rester!'"
      "Il n'a pas fait ça, n'est-ce pas ? J'ai l'impression que c'est irrespectueux (pour l'Inter et Chelsea, ndlr)."
       
      Si Lukaku souhaite un retour en prêt chez nous, cela ne devrait pas se faire selon le très sérieux Tuttosport qui rapporte que le club n'envisagerait pas un retour pour le Belge pour un certain nombre de raisons.  Sa magnifique interview a conduit à certaines spéculations selon lesquelles le joueur de 28 ans pourrait bien chercher un retour rapide chez les Nerazzurri, même en prêt. Cependant, les Nerazzurri n'ont pas l'intention de payer les 6 M€ nets de salaire que Lukaku a sur son contrat pour le reste de la saison, alors que le club redouterait également de perturber l'équilibre dans les vestiaires avec son retour. Rien n'indique que le club envisage d'ajuster son budget pour permettre un retour potentiel de l'attaquant. Comme ça, c'est dit!
      Good luck Romelu... without irony 
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      11 commentaires
      935 vues
    9. Luciano Moggi : "Le Scudetto sera toujours pour l'Inter"

      L'ancien directeur de la Juventus Luciano Moggi a affirmé que l'Inter remportera à nouveau le Scudetto cette saison maintenant qu'elle a quatre points d'avance, selon les médias italiens.
       
      S'exprimant lors d'une interview avec Tuttomercatoweb, Luciano Moggi a expliqué que l'Inter sera en mesure de conserver sa place au sommet et de défendre le titre qu'il a remporté la saison dernière sous la direction d'Antonio Conte.
      La raison qu'il a donnée pour cette opinion est que Napoli a souffert de trop de blessures importantes et va également perdre des joueurs comme Kalidou Koulibaly et Victor Osimhen pour la Coupe d'Afrique des Nations.
      "Le Scudetto est toujours pour l'Inter, oui. Naples est décimé par le Covid, les blessures et la Coupe d'Afrique."
      Les Azzurri étaient en tête de Serie A pendant le premier trimestre de la saison, mais les blessures ont entraîné une sévère baisse de forme pour l'équipe de Luciano Spalletti.
      Luciano Moggi estime également que le mercato hivernal ne changera rien car elle ne peut pas réparer toute une équipe.
      "Les équipes ne sont pas réajustées en janvier, mais colmatées".
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      10 commentaires
      871 vues
    10. Matias Vecino pourrait attendre jusqu'à l'été pour un transfert à Naples ou en Liga

      Selon les médias italiens, Matias Vecino est prêt à rester à l'Inter jusqu'à la fin de la saison afin d'obtenir le transfert qu'il souhaite réellement.
      Comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, l'Uruguayen est clair sur le fait qu'il veut quitter les Nerazzurri afin d'obtenir plus de temps de jeu.
      Il est ouvert à un départ en janvier si quelqu'un est prêt à payer pour lui, mais aucune des équipes qu'il souhaite rejoindre ne semble vouloir le faire. Il espère un appel de Luciano Spalletti, l'actuel entraîneur du Napoli, qui ne s'est pas encore manifesté.
      L'AS Roma a également été liée au milieu de terrain, mais il préfère attendre l'été pour rejoindre l'une de ces deux équipes ou une équipe de La Liga espagnole sur un transfert gratuit, plutôt que de partir pour des équipes comme le Genoa en janvier et de finir en Serie B.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      3 commentaires
      668 vues
    11. Romelu Lukaku : "Je ne jouerai jamais pour la Juventus ou l'AC Milan, à l'avenir je retournerai à l'Inter ou à Anderlecht"

      Selon les médias italiens, l'ancien attaquant de l'Inter Romelu Lukaku a révélé qu'il ne jouerait jamais pour la Juventus ou l'AC Milan, car il estime que l'Inter est la seule équipe en Italie qui compte pour lui.
       
      Lors d'une interview avec Sky Sport, Romelu Lukaku a parlé avec passion du fait qu'il ne voulait rejoindre que l'Inter parmi toutes les équipes italiennes, et que les Nerazzurri sont la seule équipe italienne qu'il rejoindrait à l'avenir.
      "La Juventus ou l'AC Milan ? Jamais. La Juventus a essayé de m'acheter, oui. Je me suis un peu fâché avec mon agent, il savait que je ne voulais pas parler à la Juventus parce que pour moi en Italie il n'y a que l'Inter mais je leur ai parlé parce que je n'avais pas encore reçu l'offre de l'Inter et quand j'ai appris qu'Antonio Conte pouvait y aller j'ai attendu jusqu'à la fin que le président Zhang me fasse une offre."
      "J'ai dit à Manchester United que j'irais à l'Inter même si la Juventus avait fait une meilleure offre. À l'avenir également, en Italie, je jouerai pour l'Inter ou je retournerai à Anderlecht."
      Romelu Lukaku en a révélé davantage sur ce qui a conduit à son départ de l'Inter lors du mercato estival. Il affirme qu'il serait resté au club si on lui avait proposé un nouveau contrat après avoir remporté le Scudetto.
      "Après avoir gagné le Scudetto, je suis allé voir les dirigeants et j'ai demandé un renouvellement. A Milan, j'étais heureux, ils ne voulaient pas renouveler mon contrat."
      "La seule chose était le renouvellement. Je savais qu'avec Inzaghi comme entraîneur, l'opportunité de gagner serait toujours là, pour lui la prochaine étape est le Scudetto. Je ne suis pas allé à Chelsea parce qu'Antonio Conte est parti. Si l'Inter avait proposé le renouvellement, je serais encore à Milan."
      Il est clair que Romelu Lukaku est éternellement reconnaissant pour le temps qu'il a passé à Milan et toutes les personnes du club qui ont rendu cela possible. Il y avait cependant un historique derrière sa volonté de rejoindre à nouveau Chelsea.
      "À Milan, j'ai vécu les meilleurs moments de ma carrière professionnelle. Je dois remercier les coéquipiers que j'ai eus car ils ont toujours été disponibles dès le premier jour. Le staff de Conte et celui d'Inzaghi pendant le mois où nous étions ensemble. Les dirigeants. Tout le monde.
      "Les gens à Milan, les tifosi de l'Inter sont les meilleurs du monde. Mais en tant que footballeur, j'ai grandi en tant que fan de Chelsea, il y a aussi des photos de quand je suis allé à Stamford Bridge quand j'avais 15 ans. La première fois à 18 ans ne s'est pas bien passée, mais j'ai toujours eu cet objectif en tête.
      "Dans ma carrière, j'essaie toujours d'affronter les difficultés, ça a toujours été comme ça, ça me stimule. Je trouve quelque chose en moi pour m'améliorer et aider l'équipe pour laquelle je joue."
      L'attaquant belge s'est également ouvert sur les équipes qu'il a refusées par le passé et sur certaines des raisons de son départ de Manchester United pour rejoindre l'Inter.
      "Après la première année à l'Inter, j'ai refusé une offre de Manchester City qui était plus élevée que celle actuelle de Chelsea parce que je ne voulais pas partir.
      "Ce n'était pas le moment, c'était la première année, je voulais faire quelque chose de bien pour l'Inter car ils ont sauvé ma carrière. J'étais dans un tunnel à Manchester United."
      L'attaquant de Chelsea a expliqué qu'il était tombé amoureux de l'Inter et qu'il avait l'impression qu'il passerait de nombreuses années au club avant de rejoindre peut-être une équipe au sommet du football.
      "J'ai été un gros investissement pour l'Inter et nous avons fait de grandes choses ensemble. Quand nous avons gagné le Scudetto, j'ai parlé aux dirigeants et j'ai demandé un renouvellement parce que j'ai 28 ans, la famille se sent bien à Milan, j'ai encore l'appartement ici : Je me suis dit que nous viendrions ici avec toute la famille."
      "Mais ils ne voulaient pas, il n'y avait pas de possibilité et c'était un peu difficile à accepter parce que dans ma tête je me disais que je pouvais faire quelques années de plus à l'Inter. Dans le football il y a trois équipes au sommet absolu, ce sont le Real Madrid, Barcelone et le Bayern Munich."
      "Tous les joueurs rêvent de pouvoir jouer pour ces équipes et je me suis dit que j'allais écrire mon histoire à l'Inter et ensuite aller dans l'une d'elles. Mais je voulais d'abord le renouvellement pour être encore plus heureux."
      "Nous avions fait de grandes choses, après deux ans, nous pouvions continuer cette progression en tant que joueurs et pour moi, Lautaro Martinez, Nicolo Barella, Alessandro Bastoni, Milan Skriniar, avec qui j'ai mûri."
      "Cela ne s'est pas produit et je me suis alors dit qu'il n'y avait qu'une seule équipe où je pouvais imaginer aller et c'était Chelsea. Je n'ai pas pensé à partir avant qu'ils ne concluent l'accord. Quand c'est arrivé, j'ai parlé à Simone Inzaghi et il a été très gentil avec moi. Du début jusqu'au dernier jour, lui et son staff ont été de vrais hommes. J'ai été contrarié du fait qu'il n'y a pas eu de renouvellement, sinon je serais resté."
      Romelu Lukaku maintient que sa motivation pour quitter l'Inter n'était pas financière. C'était plutôt lié à l'envie de remporter des trophées en Angleterre.
      "Ce n'est pas une question d'argent, c'est une question de défi car je n'ai pas gagné grand chose en Angleterre en huit ans. C'était difficile pour moi de dire non à l'équipe que j'encourageais quand j'étais enfant. À une autre époque, je serais resté."
      "Mais comme vous voyez, Conte parti, Hakimi parti. On parle d'un club en difficulté financière. Je n'ai rien dit, j'ai toujours eu de bons rapports avec le club, les supporters, Inzaghi qui m'a appelé après l'annonce de son arrivée."
      "Il a appelé Samir Handanovic et ensuite moi. J'étais en déplacement à Bruxelles et il m'a expliqué comment il voulait que je joue. Il était l'entraîneur de mon frère à la Lazio et il m'a toujours bien parlé. Inzaghi est un manager de haut niveau, même si nous n'avons été ensemble que pendant une courte période."
      "Je suis toujours l'Inter. Je regarde tout. J'ai compris qu'ils iraient bien de toute façon car l'expérience de l'année dernière a aidé l'équipe en termes de maturité et de gestion des matchs."
      Poursuivant les louanges de l'équipe actuelle de l'Inter, Romelu Lukaku a déclaré : "Inzaghi est fort tactiquement, je connais la façon dont il veut jouer et je savais qu'il pouvait donner cette étape supplémentaire à l'équipe pour gérer les matchs."
      "Maintenant, l'équipe joue de manière plus offensive et marque plus de buts. Calhanoglu se porte bien et je suis heureux pour lui. L'équipe a franchi cette étape dans la gestion des matches. Je n'aime pas faire des comparaisons entre cette équipe et celle de l'année dernière."
      "Aujourd'hui, honnêtement, ils jouent très bien et sont premiers. J'espère qu'ils gagneront car ce sont des joueurs que j'aime, c'est grâce à eux que je suis ce que je suis aujourd'hui. L'Inter doit être au sommet. J'espère qu'ils continueront comme ça".
      Romelu Lukaku a eu une excellente relation avec Lautaro Martinez et il a plaisanté en disant qu'il allait retrouver l'Argentin à l'Inter.
      "Est-ce qu'il me manque ? Oui, parce que c'était quelqu'un à qui je n'avais pas trop besoin de parler, je pouvais mourir pour lui sur le terrain. Si on se remet ensemble, peut-être à Chelsea ? Non, reste là-bas et je reviendrai."
      "Dès le premier jour, quand je l'ai vu, j'ai su que nous pouvions faire de grandes choses parce qu'il a une façon de jouer qui était géniale pour moi. Quand j'avais le ballon, je savais qu'il était devant le but pour marquer et j'étais pareil."
      "Nous parlons tous deux espagnol et cela nous a beaucoup aidés. Après deux ans, nous avons gagné ensemble et c'est ce qui est important. Parmi les coéquipiers que j'ai eus, c’est le meilleur: lui, Kevin De Bruyne et Edin Hazard."
      Romelu Lukaku s'est montré ému en évoquant l'arrêt cardiaque dont a été victime Christian Eriksen pendant l'Euro 2020.
      "Une période vraiment difficile pour moi. Pour être honnête, je passais plus de temps avec l’équipe qu'avec ma famille. Pour moi, ces joueurs sont des frères pour la vie. Quand c'est arrivé, ça m'a fait mal. Sa chambre était à côté de la mienne, je passais toujours du temps avec lui."
      "J'espère simplement pour lui qu'il se rétablisse et qu'il reprenne une vie normale, qu'il joue ou non. Christian est un gars en or, je n'ai pas beaucoup parlé mais il a fait l'effort d'apprendre l'italien et c'était très important pour nous quand l'entraîneur a trouvé le moyen de le faire jouer avec Brozovic."
      "Ensuite, il s'est bien entendu avec l'équipe et nous l'avons vu grandir. Le match le plus difficile a eu lieu quelques jours plus tard. J'ai dormi plusieurs jours après ça, pendant la Coupe d'Europe. C’est là que vous comprenez qu'il y a des choses plus importantes que le football."
      L'interview s'est terminée par des excuses de l'attaquant aux fans de l'Inter sur la façon dont son séjour au club s'est terminé.
      "J'aurais dû partir d'une manière différente car ce que vous avez fait pour moi et ma famille restera avec moi pour la vie. J'espère revenir non pas à la fin de ma carrière mais à un bon niveau pour gagner davantage.
      "J'espère que vous comprendrez pourquoi je suis venu à Chelsea, pour le défi que je voulais accomplir. Merci pour tout aux tifosi italiens, jouer en Serie A fut un rêve devenu réalité. J'espère que nous nous reverrons dans quelques années. Paix et amour".
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      13 commentaires
      1,9k vues
    12. L'Inter concentre ses efforts pour recruter le Matthias Ginter

      Selon une information relayée par la presse italienne, l'Inter travaille très dur pour battre la concurrence dans le dossier Matthias Ginter du Borussia Mönchengladbach pour un transfert gratuit.
       
      Comme le rapporte le Corriere dello Sport, l'Inter est très désireux d'assurer la signature du défenseur allemand en vue du mercato estival 2022.
      Matthias Ginter a récemment annoncé qu'il allait quitter le club de Bundesliga à l'expiration de son contrat à la fin de la saison en cours, ce qui place l'Inter en pole position pour en faire son nouveau défenseur.
      L'Inter reprend l'entraînement jeudi pour la première fois depuis huit jours, mais aucun entraînement en équipe n'aura lieu jusqu'à ce que les résultats des tests COVID-19 de tous les joueurs, membres du staff et personnel soient connus.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      4 commentaires
      726 vues
    13. Simone Inzaghi: "Lautaro est un leader, Nicolo Barella deviendra une icone de l'Inter."

      L'entraîneur de l'Inter Simone Inzaghi pense que Lautaro Martinez est devenu un leader au sein de l'équipe.
       
                        
       
      S'adressant à Gazzetta.it, le coach donne ses impressions sur quelques joueurs de l'équipe, insistant sur le fait que Nicolo Barella pourrait devenir une légende du club.
      Les Nerazzurri s'appuient sur bon nombre de joueurs cette saison, mais deux des plus importants contributeurs ont été la paire de joueurs âgés de 24 ans: Barella et Martinez.
       
               
       
      Tout deux ont signé un nouveau contrat avec le club plus tôt cette saison, et sont également devenus des joueurs sur lesquels Inzaghi compte pour faire jouer l'équipe dans son style de football.
      Aux yeux du coach les deux joueurs ont un rôle important pour le présent du club, mais ont également un beau futur du côté des Nerazzurri. Il se sent privilégié de pouvoir travailler avec eux dans l'équipe.
      Au sujet de Lautaro, il dit: "C'est un joueur complet, il comprend ses responsabilités. Il sait qu'il est un des leaders de l'Inter."
      "Il a eu une excellente première moitié de saison, inscrivant 11 buts", il ajoute. "Il donne toujours tout sur le terrain, il s'agace si il est remplacé trop tôt ou si il ne commence pas les matchs."
      "Sur le terrain, pour moi il est Toro ou Lauti. Au début je l'appelais Lauto, puis je me suis rendu compte que Lauti sonnait mieux", ajoute t'il en riant.
      Inzaghi qualifie ensuite Barella de "Grand joueur mais aussi un bon jeune homme, comme le montre sa prolongation de contrat. Il deviendra un icone de l'Inter parce qu'il sait ce que représente le fait de porter le maillot de l'Inter."
      "Il a toujours donné tout ce qu'il avait avec tout le monde et travaille très dur avec nous tous au sein du staff", il ajoute. "Je suis vraiment heureux de l'entraîner."
       
                 
       
      Ensuite Simone Inzaghi parle de Federico Dimarco, déclarant "Je l'appelle Dimash, c'est comme ça que nombre de ses coéquipiers l'appelle."
      "J'étais curieux de travailler avec lui, et il est une révélation cette saison." ajoute-t-il.
      "C'est un joueur technique et intelligeant, il comprend le jeu et joue son rôle de la meilleure des façons. Il apporte beaucoup à l'équipe et je pense qu'il fera très bien durant sa carrière."
       

       
      Il passe ensuite à Denzel Dumfries: "Il a la chance d'avoir De Vrij dans l'équipe qui, de ce que j'ai pu voir, l'a aidé à s'installer. Puis nous le staff l'aidons à continuer de grandir au quotidien."
      "Il doit continuer comme ça" poursuit-il. "Il sait que nous avons un autre très bon joueur dans son rôle en la personne de Darmian, qui a fait une excellente première partie de saison."
       
           
       
      Sur Ivan Perisic, Inzaghi dit "Je l'ai affronté de nombreuses fois et il m'est toujours apparu comme un Top Player, et maintenant que je l'entraîne je suis d'autant plus agréablement surpris."
      Il décris le joueur de 32 ans comme "Un joueur qui a eu une première partie de saison étonnante. On peut toujours compter sur lui. Ce qui me frappe le plus chez lui c'est à quel point il est toujours volontaire pour travailler dur même si il est déjà un Top Player qui a tout gagné."
      Parlant d'Edin Dzeko, le coach nous apprend que "Quand la vente de Lukaku est arrivée, le premier nom que j'ai donné à la direction après 5 minutes était celui d'Edin."
      "Ils m'ont répondu qu'ils avaient déjà la même idée. C'est un joueur que je connaissais déjà très bien pour l'avoir affronter dans de nombreux derby Romains. Il a toujours été un des meilleurs en Serie A."
       
                                                                   
       
      Pour conclure, Inzaghi parle de l'inclusion d'Hakan Calhanoglu: "Il est le joueur qui, quand Eriksen à eu son malheureux incident, après quelques jours avec Ausilio et Marotta nous avons immédiatement pensé à lui."
      "Je me souviens que j'étais en vacances pour 3 jours à Ponza avec des amis, ma femme et mes enfants. J'avais l'impression que je passais plus de temps au téléphone avec Hakan qu'avec ma famille, mais à ce moment il était le joueur idéal pour mon idée du football et pour remplacer Eriksen dans notre Inter et mon esprit."
      "Il combine qualité technique et quantité de travail. C'est normal qu'il ai eu besoin d'un peu de temps pour s'adapté, mais la force de cette Inter est le groupe: il est dans un vestiaire qui l'a accueilli de la meilleure façon possible."
      Pas avare en compliments notre Simone... Serait-il possible de se satisfaire des joueurs défendant actuellement notre maillot ? Comme dirait Martin: Mystère...
       
                
       
      ©Internazionale.fr, via Gazzetta.it - Traduction Trent_FCI

      3 commentaires
      813 vues
    14. Simone Inzaghi : "Nous aurions pu marquer plus de buts en première mi-temps"

      L'entraîneur principal de l'Inter, Simone Inzaghi, est satisfait de la victoire que son équipe a obtenue contre le Torino plus tôt dans la soirée, même s'il estime qu'elle aurait pu être plus clinique dans ses occasions.
       
      S'adressant à InterTV après le match, Inzaghi a noté que les Nerazzurri ont manqué un certain nombre d'occasions de creuser l'écart en première mi-temps d'un match qu'ils ont remporté 1-0.
      L'Inter a remporté ses deux derniers matchs 4-0 et 5-0 avant d'affronter les Turinois, atteignant ainsi la tête du classement de Serie A de manière impressionnante.
      Contre le Torino, cependant, les Nerazzurri ont dû travailler beaucoup plus dur pour s'assurer d'obtenir les trois points, et surtout en deuxième mi-temps, un effort défensif important a été demandé jusqu'au coup de sifflet final.
      La défense des Nerazzurri et une belle finition de Denzel Dumfries dans le coin inférieur gauche en première mi-temps ont suffi à leur donner le résultat qu'ils voulaient, mais comme Inzaghi a tenu à le souligner, ils avaient également créé plus d'occasions en première mi-temps.
      "Nous savions que ce ne serait pas facile", a-t-il dit, "mais nous nous sommes bien débrouillés, surtout en première période, où nous aurions pu marquer plus d'un but."
      "Ensuite, nous avons pris peu de risques en seconde période, et nous avons bien géré le ballon", a-t-il ajouté.
      L'entraîneur a poursuivi : "Nous avons joué un match sérieux contre un adversaire difficile. J'avais parlé aux garçons et j'avais été clair sur le fait que c'était comme ça que ça allait se passer."
      Au sujet de l'impressionnant effort défensif de l'équipe, Inzaghi a déclaré : "Tout commence par l'organisation du groupe. Nos attaquants ont fait un excellent match, de Lautaro à Dzeko en passant par Sanchez."
      "Tout part d'eux", a-t-il expliqué, "et puis il est clair que nous avons aussi une excellente défense et un excellent gardien de but. Mais le mérite revient à tout le monde ".
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      2 commentaires
      814 vues
    15. Marco Tardelli, ex-entraîneur des Nerazzurri : "L'Inter est l'équipe la plus forte de Serie A. Liverpool n'est pas imbattable".

      L'ancien milieu de terrain de la Juventus et de l'Inter et ex-entraîneur de l'Inter, Marco Tardelli, estime que les Nerazzurri sont actuellement au sommet de la Serie A.
      S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport, Tardelli a exposé certaines des raisons pour lesquelles il pense que l'Inter est actuellement l'équipe la plus forte de Serie A.
      L'Inter a connu un bon début de saison, mais s'est retrouvé à la traîne de l'AC Milan et du Napoli, qui ont connu un début de saison presque parfait.
      Au cours des dernières semaines, cependant, la force des Nerazzurri a commencé à se manifester et ils se sont établis en haut du classement, garantissant mathématiquement le statut de "Champions d'Hiver".
      Tardelli estime que cela reflète bien leur qualité par rapport à leurs rivaux, et il pense également qu'ils ont une bonne chance contre Liverpool, leur adversaire des huitièmes de finale de la Ligue des champions.
      "C'est l'équipe la plus forte avec une certaine marge d'avance", a-t-il déclaré au sujet des Nerazzurri. "Et pas seulement parce que le tableau le dit".
      "Je les vois comme une équipe très calme", a-t-il poursuivi, "avec des joueurs qui ne montrent aucun signe de stress. Inzaghi a bien réussi à changer le style de jeu, à gérer le vestiaire. Il était le choix parfait".
      "Les raisons de ce succès vont bien au-delà du fait qu'il a maintenu le système 3-5-2", a-t-il ajouté.
      "Ce n'était pas facile de repartir sans Lukaku, Hakimi, Eriksen, ainsi que Conte, après tout ce que l'équipe avait fait avec lui. Bien sûr, Antonio a montré plus de stress. Inzaghi a cependant dû relever le défi d'établir sa crédibilité immédiatement", a-t-il ajouté. "Je dirais qu'il l'a très bien travaillé".
      Il a expliqué que "pour le moment, leurs chiffres sont impressionnants. Ils marquent plus que n'importe qui d'autre et ils n'ont pas encaissé de but en cinq matchs."
      "Mais les matchs se décident toujours au milieu de terrain, sauf si vous avez un Maradona qui va tout décider tout seul", a-t-il poursuivi.
      "Le milieu de terrain protège la défense et met en place l'attaque", a-t-il poursuivi. "Il suffit de regarder comment Brozovic et Perisic jouent. Marcelo n'a jamais été décisif, il dirige toute l'équipe, prend des risques et pourtant ne perd pas de mauvais ballons en dehors de sa zone."
      "Ivan est dévastateur, beaucoup plus régulier que la saison dernière", a-t-il ajouté. "Inzaghi lui a donné un nouveau souffle".
      Au sujet de la forme de Calhanoglu cette saison, Tardelli a déclaré : "Sa qualité a toujours été là, mais je pense qu'il bénéficie de faire partie d'une équipe qui pratique un bon style de football."
      Il s'est également penché sur le match de Ligue des champions contre Liverpool, déclarant que "J'entends dire que Liverpool est injouable. Mais aucune équipe ne l'est, surtout pour cette Inter, qui peut tout faire."
      "L'important est qu'ils aillent sur le terrain et prennent du plaisir à jouer au football", a-t-il poursuivi. "Mais contre un adversaire comme Liverpool, il faut avoir une attitude différente, en termes d'intensité et de relation avec les arbitres."
      "Les fautes commises lors du match d'hier entre Liverpool et Tottenham auraient entraîné des suspensions de dix jours en Italie, a-t-il ajouté. Liverpool est aussi presque arrogant, trop conscient de sa force", a suggéré Tardelli.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via InterSempre.

      11 commentaires
      1,2k vues
    16. Stefan De Vrij se livre à cœur ouvert : Conte et Inzaghi sont comme

      Stefan De Vrij, véritable pilier de l’Inter d’Inzaghi, s’est livré à DAZN dans le reportage Culture : Passionné de musique, voici les déclarations de notre Hollandais volant
       

       
       
      "Il jouait du piano debout…"
       
      "J’ai commencé le piano, durant le Lockdown car je l’aime depuis longtemps et j’avais cette idée en tête qui me traversais depuis pas mal de temps : J’ai tout appris tout seul. Depuis tout petit, j’ai grandi avec de la musique Rock, lorsque nous allions en vacances dans ma voiture mes proches mettais les cds de Dire Straits, de Pearl Jam et de Nirvana. Ensuite, mon plus grand frère m’a conseillé la musique classique et je lui ai dit "Mais ils ne chantent pas" Il m’a répondu : "Non, mais cela va te plaire". Et c’est comme ça qu’est né mon amour pour le piano."
       
      La Bicyclette….
      "Je fais tout à vélo, j’ai grandi dans un tout petit village d’environ 5.000 habitants et nous nous déplacions tous à vélo: J’y allais pour me rendre à l’école : 20 minutes à vélo, ensuite le bus et le métro : Lorsque j’ai commencé à Feyenoord, j’avais 17 ans et j’y étais déjà titulaire et lorsque je me rendais au stade à vélo, en bus et en métro, les tifosi me questionnaient : "Mais tu ne dois pas aller jouer au Stade ?"."
       
      Mondrian vs Van Gogh
      "Je compare le 3-5-2 d'Antonio Conte à un tableau de Mondrian, symétrique, quant à celui de Simone Inzaghi c’est un Van Gogh, plus imaginatif : voilà ce qui les différencies : Ce sont deux entraîneurs qui ont tous les deux raisons car ils gagnent."
      "Inzaghi a très bien réussi à la Lazio et il a beaucoup mûri. Conte a toujours gagné partout où il est allé et c’est en travaillant avec lui que tu peux en comprendre la raison : Nous sommes parvenus à remporter le Scudetto depuis tellement de temps : Nous jouons ensemble depuis longtemps et ça se voit. Quand Inzaghi a commencé la saison, il y avait déjà une base devant lui et il réalise de l’excellent boulot."
       

       
      Quel est votre rôle au sein de la défense à trois ?
      "Si c’est plus facile de jouer à trois ? Non, car tu es plus à découvert et il est important de bien communiquer car il y a la ligne défensive qui pourrait se briser."
       
      Mes insertions ?
      "Je ne suis pas le seul, il y a aussi Bastoni et Skriniar."
       
      Ma "Famille" à l’Inter ?
      "Dumfries est hollandais, il rit tellement mais lorsqu’il va sur le terrain, c’est un guerrier: Il est très sympathique, c’est un brave gars. Je suis toujours avec lui, Çalhanoğlu et Radu."
       
      Le Roi de l’Inter ?
      "L’entraîneur ou le Capitaine Handanovic."
       
      Italie vs Pays-Bas 2000
      Le De Kuip?
      "Il porte ce nom car il fait penser à une piscine, vous devez le connaitre très bien en Italie car c’est là que c’est disputé la phase finale de l’Europe 2000 : En demi-finale, vous nous aviez éliminé aux tirs au but avec Toldo : Je me souviens très bien d ce match, j’étais à la maison et nous avions déjà raté deux pénaltys, je ne parvenais plus à regarder la suite : Je suis sorti de chez moi pour aller jouer au football, j’avais 8 ans."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      721 vues
    17. Tronchetti:"C'est une belle Inter, mais le championnat est encore long"

      Marco Tronchetti provera s'est exprimé aux micros de La Politica del Pallone et il a parlé de l'Inter qui est de retour en première place de la Serie A. 
       
      "C'est difficile, le championnat est long et les situations imprévisibles. En tant que tifoso depuis plus d'une dizaine d'année, je me divertis beaucoup à voir l'Inter jouer ainsi, c'est une équipe qui produit du beau football grâce à Inzaghi qui a la passion du ballon rond, il produit le jeu que l'on veut voir. L'Inter est parfaitement en place sur le terrain, nous verrons comment cela finira".
      "Nous sommes dans une bonne position mais il faut dire que c'est aussi beau de voir quatre équipes dans la lutte", ajoute-t'il, "l'Atalanta aussi joue un bon football et ils font peur dans la course au scudetto, ils peuvent se concentrer sur le championnat et ce sera un motif de soucis supplémentaire pour toutes les autres équipes".

      L'AD vice-président de Pirelli poursuit en parlant de l'enquête relative aux plus-values irrégulières qui anime actuellement le football italien:
      "L'enquête sur les plus-values s'insère dans un contexte vraiment complexe. Le football a du mal à trouver un équilibre financier. Il faut repenser le fonctionnement pour le faire redevenir compétitif et permettre aux équipes italiennes d'évoluer sur la scène internationale sans occasionner d'énormes pertes. Il faut changer des choses et aider ce sport à redevenir viable, si certains ont des bilans qui tiennent la route et d'autres non, il faut comprendre pourquoi", explique-t'il.
       
      Enfin, il a abordé la question de l'Italie et de la qualification au Mondial:
      "Il y a tout le temps pour remettre sur pieds une Italie forte, Mancini est un grand entraîneur et il a à disposition des bons joueurs donc je reste optimiste. L'équipe est forte et a du potentiel. Le football italien a récupéré en qualité ces derniers temps. Des fois il y a des baisses de tension mais nous avons le temps de revenir".
       
      Internazionale.fr ~ © Samus

      • Samus
      1 commentaire
      426 vues
    18. Nicolò Barella : "Je rêve de la seconde Etoile de l'Inter"

      Nicolò Barella s’est livré à Sky Sport suite à la défaite de l’Inter face au Real Madrid. Conscient de son mauvais geste, il a tenu à publiquement s’excuser:
       

       
      Ressentez-vous plus de confiance suite à la prolongation du contrat ?
      "L’Inter a toujours eu confiance en moi, elle me l’a toujours démontré, même avant le renouvellement. Je suis donc très fier d’avoir prolongé, c’était voulu par les deux parties, j’espère que les tifosi seront aussi contents de mon choix. Je ne peux rien faire d’autre que de remercier aussi bien le club, que ceux qui m’ont toujours soutenu depuis que je suis arrivé."
       
      Le brassard de Capitaine ?
      "Il y a Samir Handanovic, il y a Ranocchia, il y a tellement de joueurs qui ont connu des périodes difficiles à l’Inter, dans des équipes qui n’étaient pas comme la nôtre. Il est donc juste qu’ils puissent profiter de ces instants : Ceux sont eux les capitaines. Nous sommes heureux et ils nous donnent un coup de main."
       
      L’expulsion à Madrid semble avoir été indigeste, êtes-vous parvenu à la digérer ?
      "Je suis déçu, lorsque je revois cette scène, il y a vraiment quelque chose qui me déplaît : J’ai réagi à chaud, c’était moche, mais je pense que Militao était aussi en tort lorsqu’il m’a poussé sur les panneaux publicitaires. Il pouvait éviter de faire cela comme j’aurais dû éviter d’avoir une situation de ce genre. J’ai eu tort de tomber dans son piège et je m’excuse auprès de tout le monde, car j’ai laissé l’équipe à 10 dans une rencontre si importante, c’est ce qui me déçoit le plus."
       
      Est-ce qu’une telle défaite au Bernabeu laisse des traces ?
      "Elle nous laisse avec une prise de conscience, car nous sommes allés à Madrid et nous avons joué le jeu. Ensuite il y a eu des faits de jeu: J’ai raté un but devant la cage, il y a eu un sauvetage sur le tir de Perisic. La rencontre aurait pu aller dans une autre direction, mais c’était à nous, à nous mettre dans la bonne direction. Nous sommes conscients d’avoir joué le Real Madrid, qui est une très grande équipe, au Bernabeu, cela nous laisse quelque chose de positif pour l’avenir."
       

       
      Inzaghi ?
      "Ce que nous avons vécu l’année passée nous a laissé avec tant de certitudes. Nous avons le Scudetto sur le torse, nous avons appris énormément de nos erreurs. L’entraîneur nous a apporté quelque chose en plus, un peu plus de sérénité et c’est probablement ce qui nous aide après deux saisons intenses et difficile, même si cela nous a apporté tellement de satisfactions."
       
      Comment est née votre amitié avec Brozovic ? Que peuvent avoir en commun un sarde et un croate ?
      "Cela ressemble au début d’une blague…Elle est née car Brozo est un garçon vrai, toujours sincère, nous nous sommes caractériellement trouvés, même si lui est bien plus extraverti sur les réseaux sociaux : Un lien est né, nous nous amusons ensemble, il me fait marrer."
       
      Etes-vous préoccupé par le match de barrage en vue de la Coupe du Monde au Qatar ?
      "Nous sommes Champions d’Europe, les autres aussi se doivent de s’inquiéter, il n’y a pas que nous. C’était une période ou la balle ne semblait pas vouloir rentrer, et nous les avions eu, les occasions pour nous qualifier directement pour le Mondial, mais évidemment, tout ceci était destiné dans notre parcours. Nous allons tout essayer pour aller au Mondial et je suis convaincu que nous y parviendrons."
       
      Vous aimez le Vin, nous vous avons préparé une liste particulière, en les associant pour un objectif en 2022, lesquels préférez-vous ?
      "Le "J’aimerai marquer dix buts en championnat."  Marquer un but à Cagliari ? Je ne le veux pas, même si cela s’est déjà passé et que je me suis excusé. Je prendrais le vin du "souvenir d’une passe décisive contre le Real" car il me ferait oublier ma dernière rencontre contre eux."
      "Dans le magnum, je commanderais celui  "Je rêve de la seconde Etoile de l'Inter" : qui serait une confirmation de notre travail, ce serait donnerait une continuité au chemin parcouru. Ensuite, j'aimerais "être là lors de la Coupe du monde au Qatar".
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      1k vues
    19. Ibrahimovic : "Calhanoglu a profité d'une situation tragique"

      Après la publication de son nouveau livre 'Adrénaline', Zlatan Ibrahimovic s'est de nouveau exprimé devant les journalistes, il parle notamment de Ronaldo Il Fenomeno, à son avis, le joueur le plus fort de tous les temps. 
       
      "Meilleur que Maradona? Je ne l'ai jamais vu jouer, peut-être que pour d'autres générations c'est le plus fort. Ronaldo par contre je l'ai vu jouer et quand j'étais jeune, je faisais tout pour l'imiter, en tout cas j'essayais et ça me faisait progresser" dit-il à Corriere TV.
       
      Qui remportera le scudetto? 
      "Nous verrons, ce sera intéressant. Ceux qui seront capable d'être au top et d'y rester le plus longtemps repartiront avec le trophée. Le scudetto se remporte en Février/Mars pas maintenant".
       
      Concernant le départ d'Hakan Calhanoglu, un extrait de son livre circule ces temps-ci:
      "Il faut le remercier pour ce qu'il a fait pour l'équipe et lui souhaiter le meilleur pour le futur. Ca sonne un peu mal de le dire mais Calha a profité d'une situation tragique.[...] Eriksen a subi un arrêt cardiaque et l'Inter a donc eu besoin d'un joueur à son poste et c'est là que la porte s'est ouverte pour Hakan. Avant cela il n'avait reçu aucune offre, que ce soit de l'Inter ou d'un autre club. C'est un bon gars, il a beaucoup progressé grâce à moi. Il a gagné en courage et en confiance. [...] Durant l'Euro je lui envoyais des messages, à lui et à Rebic : 'Ben alors, c'est plus difficile sans Ibra, hein?' . Ils me répondaient juste avec des émoji souriant. Avant mon arrivée, Calha n'avait pas les mêmes statistiques qu'en jouant avec moi, je plaisantais souvent avec lui".
       
      Internazionale.fr ~ © Samus

      12 commentaires
      1,2k vues
    20. Simone Inzaghi : "Déçu mais de bonnes choses malgré tout"

      Simone Inzaghi s'est exprimé après cette défaite contre le Real.
       
      MADRID - L'Inter n'a pas pu passer une autre soirée inoubliable à l'Estadio Santiago Bernabeu, 11 ans et demi après avoir remporté le trophée de la Ligue des champions dans la capitale espagnole. Les Nerazzurri ont été battus 2-0 mais Simone Inzaghi a vu le verre à moitié plein car l'Inter a bien performé et est en huitième.
      "Nous sommes très déçus, surtout après avoir si bien joué en première mi-temps. Nous avons créé beaucoup d'ouvertures et nos statistiques étaient bonnes. Mais nous avons pris un but et sommes entrés à la pause sans avoir marqué. Jusqu'au carton rouge de Nicolo Barella, nous avons très bien résisté, même s'il s'agissait de notre sixième match consécutif en très peu de temps."
      "Il y a beaucoup de points positifs à retenir de cela, notamment le caractère que nous avons montré en première mi-temps, mais nous voulions un résultat différent. Nous devons apprendre de ces choses car nous avons bien joué dans les deux matchs contre le Real Madrid mais nous les avons perdus. Cela nous indique que nous devons encore nous améliorer dans plusieurs domaines."
      "Maintenant, nous allons tourner notre attention vers la Serie A car nous avons un autre match difficile contre Cagliari dimanche."
      "Nicolo Barella a fait une grave erreur mais c'est un garçon intelligent et il s'est déjà excusé auprès de tout le monde (moi, le staff et ses coéquipiers) parce que nous étions encore dans le match à ce moment-là. C'est un joueur important pour nous et j'espère que cela ne se reproduira plus car il a suffisamment d'expérience internationale pour ne pas commettre de telles erreurs."
      "Un bon tirage? C'est impossible à dire. Il y a beaucoup d'équipes formidables. L'essentiel est d'arriver en février dans les meilleures conditions possibles."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      17 commentaires
      894 vues
    21. Real - Inter : réactions d'après match de Milan, Samir, Danilo et Denzel.

      MADRID - Milan Skriniar, Samir Handanovic, Danilo D'Ambrosio et Denzel Dumfries se sont exprimés sur InterTV.
       

       
      Milan Skriniar a réalisé  une performance exceptionnelle pour les Nerazzurri, d'abord en tant que défenseur central avant d'être déplacé vers la droite. Le Slovaque a parlé à Inter TV après la défaite contre le Real Madrid :
      "Nous savions que ce serait un match difficile. Nous avons bien commencé, créant de nombreuses occasions tout en faisant bien circuler le ballon et en combinant bien. Pourtant, si vous ne tentez pas votre chance contre une équipe comme le Real Madrid, vous le payer! Nous aurions dû être plus décisifs dans la première demi-heure. Mais je suis fier de cette équipe. Nous sommes venus à Madrid pour leur tenir tête et terminer en tête du groupe. Maintenant, nous allons penser à la Serie A; nous avons besoin de poursuivre nos bonnes performances en Serie A."
       

       
      Samir Handanovic a fait le point après que l'Inter ait été battue 2-0 contre le Real Madrid lors de son dernier match de groupe de la Ligue des champions.
      "Nous devions être plus agressifs et tirer plus aux buts. Nous avons assez bien joué en termes de performance globale : comme lors du match aller, nous avons mis le Real Madrid sous pression. La grande différence était dans le geste final. Nous n'avons pas tenté notre chance alors que le Real profite toujours au maximum des opportunités qu'il crée. Nous devions faire un peu plus."
      "Les fans ont pu voir un bon match. Malgré la défaite, ce match montre que nous faisons beaucoup de choses bien mais s'il y a une chose que nous pouvons apprendre, c'est que nous devons être plus cliniques et cyniques. Dans tous les cas, nous sommes qualifiés pour le tour suivant qui était notre premier objectif de la saison. Nous sommes venus ici en cherchant à terminer premier mais nous allons commencer maintenant et nous concentrer sur la Serie A."
       

       
      Un sentiment de déception tout en sachant que son équipe a également réalisé une bonne performance : Danilo D'Ambrosio a fait part de ses réflexions à Inter TV suite à la défaite des Nerazzurri face au Real Madrid.
      "Quand c'était à 11 contre 11, nous les avons regardés en face! De plus, nous avons eu beaucoup d'occasions. C'est toujours difficile d'affronter le Real Madrid; d'autant plus quand vous êtes un homme expulsé. Nous sommes venus à Madrid dans le but de les battre mais au moins nous avons atteint les huitièmes. Ma devise est : 'Soyez toujours prêt.' Il n'y a pas que moi qui suis cette devise, c'est toute l'équipe, nous allons tous dans le même sens. Nous pensons déjà au match de dimanche contre Cagliari."
       

       
      S'adressant à InterTV après le match au Bernabeu, Denzel Dumfries a souligné l'importance de tirer parti des aspects positifs de leur performance, puis d'obtenir trois points contre Cagliari ce week-end.
      "Je pense qu'en première mi-temps, nous avons eu de bonnes chances. Nous avons rendu la vie difficile au Real. Malheureusement, nous n'avons pas été assez cyniques devant le but et après le rouge, c'était encore plus difficile. Je pense que nous grandissons en tant qu'équipe. De toute évidence, ce soir, nous avons dû faire face à une défaite mais nous devons tirer confiance de cette performance. Maintenant, nous avons Cagliari, nous sommes complètement concentrés sur ce match. Nous savons que nous devons gagner les trois matches que nous avons avant les vacances de Noël."
       
      Traduction alex_j via le site officiel et sempreinter.

      3 commentaires
      619 vues
    22. Ivan Perisic: "J'ai faim et mes coéquipiers et moi voulons continuer à gagner!"

      MADRID  – Ivan Perisic avait laissé sa marque la saison dernière en marquant un beau but lors de la défaite 3-2 de l'Inter contre le Real Madrid à Valdebebas. Cette fois-ci, le match se déroulera au Bernabeu et le Croate a expliqué lors de la conférence de presse d'avant-match ce qui est différent cette année en Ligue des champions.
       
      Au niveau tactique, qu'est-ce qui a changé depuis l'année dernière ?
      "Notre système de jeu est le même. Nous nous connaissons depuis de nombreuses années maintenant. Nous avons fait mieux en Ligue des champions cette saison. En Europe, nous avons produit des matchs dans lesquels nous avons créé tellement d'occasions et nous avons marqué plus de buts. Nous méritons de nous qualifier pour le tour suivant, après avoir été éliminés l'an dernier."
       
      Vous avez tellement gagné dans votre carrière et votre contrat expire bientôt. Pensez-vous que vous serez toujours un joueur de l'Inter à l'avenir ?
      "J'ai faim et mes coéquipiers et moi voulons continuer à gagner. Je ne pense pas à mon avenir. Je suis concentré sur le présent et sur le fait de donner tout ce que j'ai."
       
      Toutes les options sont-elles possibles pour votre avenir ?
      "Je suis concentré sur le match de demain. C'est ce à quoi nous pensons tous. Il y a du temps pour ça. Nous en parlerons plus tard."
       
      Vous continuez à vous améliorer en tant que joueur. Quel est le secret ?
      "C'était difficile quand j'ai changé de poste. Là où je joue maintenant, c'est plus dur que là où je jouais avant. Je ne sais pas si ça a été ma meilleure saison avec l'Inter. Cela dépendra de ce que nous gagnerons à la fin de la saison. Le Covid-19 pendant l'EURO m'a permis de ne pas jouer beaucoup de matchs en peu de temps, ce qui m'a donné un été plus libre au cours duquel je me suis détendu et rechargé. J'ai travaillé si dur et cela porte maintenant ses fruits."
       
      Que pensez-vous de Vinicius ?
      "Il est en très bonne forme. J'ai regardé tous les matchs du Real Madrid cette saison et c'est une équipe forte. Nous aurons besoin d'une performance d'équipe demain dans laquelle nous nous entraidons. Si nous continuons à jouer comme nous l'avons fait ces dernières semaines, ce sera un match fantastique."
       
      Que pensez-vous de Luka Modric ?
      "Tout d'abord, Luka est un gars au top. C'est mon capitaine et j'ai un profond respect pour lui. Il nous aide toujours. Ce sera dur pour celui qui suit ses traces et prend sa place. Cela vaut aussi pour l'équipe nationale. Il y a tellement de jeunes joueurs en Croatie mais ce sera difficile de le remplacer, même s'il y a d'autres joueurs qui ont montré qu'ils peuvent jouer à son poste, comme Marcelo Brozovic et Mateo Kovacic. Ce sera certainement mieux pour nous s'il ne joue pas demain."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      5 commentaires
      595 vues
    23. Alessandro Altobelli encense Simone Inzaghi: "Je n’avais plus jamais vu une Inter aussi spectaculaire depuis tellement de temps!"

      Interviewé par la Gazzetta Dello Sport et 90esimo Minuto, Alessandro Altobelli a encensé le jeu pratique par l’Inter de Simone Inzaghi
       
      Son impression à la Gazzetta Dello Sport

       
      "Je n’avais plus jamais vu une Inter aussi spectaculaire depuis tellement de temps : Inzaghi parvient à faire jouer l’équipe d’une sublime façon, mais ce qui me plait le plus est que tout le monde marque : Cela veut dire que chaque joueur se sent concerné par le projet et conscient de pouvoir réaliser de grande chose. Pour le Scudetto, ce sera une course à quatre, l’Inter part avec l’avantage d’être la Championne en titre et lorsqu’elle voit son Scudetto sur son maillot, elle n’a pas envie de l’abandonner."
       
      L’Inter semble avoir trouvé l’équilibre qu’il manquait, quel en est le secret devant vous ?
      "La croissance mentale et la prise de conscience sont impressionnantes : La victoire du Scudetto a été le premier signe. A présent, et avec la qualification pour le tour suivant en Ligue des Champions, l’Inter a démontré qu’elle avait retrouvé sa carrure internationale. L’équipe concédait quelque chose en début de saison, maintenant réussir à faire preuve à l’Inter est n'une emprise que pour très peu."
      "Les attaquants sont les premiers défenseurs et ce n’est pas simplement que des paroles. Regardez aussi à quel point les défenseurs poussent vers l’avant et, avec quelle facilité les défenseurs centraux pénètrent dans la zone adverse. C’est impressionnant. Brozo a toujours été un grand architecte, mais à présent, il prend toujours les bonnes décisions : Les qualités de Bastoni et Dimarco aident à faire circuler le ballon, c’est quelque chose d’hors du commun : Cette Inter a un potentiel énorme."
       
      Son impression à 90esimo Minuto

       
      "Il faut repartir d’Antonio Conte et de la façon dont il entraînait l’équipe pour arriver à Simone Inzaghi, lui qui a changé la façon et l’envie d’interpréter les matchs. Avec Conte, il fallait courir avec ce besoin de gagner, avec Inzaghi il faut gagner en jouant au football. Cette Inter est différente car tous participent et collaborent."
      "Hier, la Roma a fait l’une de ses plus sales parties du Championnat. L’Inter était la meilleure, on n’a jamais vu les Giallorossi, et jusqu'à dimanche dernier, ils étaient à la cinquième place, la Roma a donc tenu le rôle que l’on attendait d’elle en tant qu’équipe."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      933 vues
    24. Simone Inzaghi : "Je m'inquiète pour Joaquin Correa"

      S'exprimant lors d'une conférence de presse, notre entraîneur préféré a évoqué les problèmes de blessure concernant Correa. Les premiers tests ont révélé que Correa avait contracté une tension sur les muscles fléchisseurs de sa cuisse gauche. Cependant, il reste à voir si cela sera suffisamment grave pour une indisponibilité.
       
      Sur la série actuelle.
      "Les niveaux de performance ont toujours été très élevés cette saison et l est normal que certains résultats vous donnent confiance. Je pense que progresser en Ligue des champions et battre l'invaincu Napoli avec la meilleure défense sont le genre de résultats qui vous font prendre conscience de ce que signifie le mot gagner. Maintenant, nous avons une bonne série et nous devons continuer comme ça sachant qu'il y a beaucoup de problèmes potentiels, comme les problèmes musculaires des joueurs. Nous devons essayer d'en avoir le moins possible."
       
      Au sujet de l'équipe.
      "Je n'avais jamais personnellement travaillé avec ces joueurs auparavant, et je ne savais pas comment ils s'entraînaient et comment ils suivaient nos instructions. J'ai la chance de les entraîner, nous devons continuer. Nous avons une bonne série mais nous avons laissé des points en route et nous sommes toujours derrière. Nous avions prédit que la Roma jouerait de cette façon (3-5-2,ndlr) ou avec quatre arrières. Mais nous nous étions préparés à jouer avec beaucoup de possession et à montrer notre personnalité, et nous l'avons fait."
       
      Les problèmes physiques.
      "Nous devons voir comment les gars sont sortis du match. Le plus inquiétant est Correa, c'est regrettable car il ne cesse de s'améliorer. Ce soir, il a très bien joué  les soixante et une premières minutes et aussi contre Spezia, il faudra l'évaluer. De Vrij et Lautaro devront être aussi évalués. Lautaro s'est rendu disponible parce qu'il veut vraiment contribuer. Mais hier, il ne s'était pas encore remis du match contre Spezia et en parlant avec lui, nous avons préféré le mettre au repos pour mardi. Nous ne récupérerons certainement pas Darmian ou Ranocchia."
       
      Pour le match contre le Real Madrid.
      "Nous allons y aller et jouer en sachant que nous avons déjà accompli quelque chose en Ligue des champions. En effet, se qualifier avec une journée à jouer est une source de fierté. Cependant, nous sommes toujours à deux points derrière eux. Nous devrons bien gérer notre forme physique et mentale."
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      3 commentaires
      1,1k vues
    25. Dumfries et Calhanoglu s'expriment après le 0-3 contre la Louve!

      Denzel Dumfries et Hakan Calhanoglu se sont exprimés après ce magnifique 0-3 contre la Louve.
       

       
      ROMA - La performance de  Denzel Dumfries au Stadio Olimpico peut se résumer par deux moments qui se sont avérés décisifs pour les trois points. À la 37e minute, le Néerlandais était sur place pour faire bloc crucial contre Matias Vina. Deux minutes plus tard, l'arrière latéral était de l'autre côté et prêt à frapper de la tête sur le centre d'Alessandro Bastoni, son premier but pour l'Inter. Le but de Dumfries signifie qu'il est désormais le dixième Néerlandais à marquer en Serie A. Le Néerlandais a expliqué après le match à quel point ce moment comptait pour lui.
      "Je rêvais de ce moment depuis si longtemps. J'aimerais le dédier à ma partenaire enceinte. Je pensais à elle et à ma famille. Peu de temps avant de terminer la passe fantastique de Bastoni, j'avais fait ce bloc décisif."
      "J'étais vraiment content de la réaction de mes coéquipiers sur mon but. Avant le match, nous avions parlé de la perspective que je marque mon premier but, c'était génial d'ouvrir mon compte."
      "Au-delà de ce but, les impressions globales de la performance étaient positives. Nous avons bien joué et contrôlé le jeu. Je suis heureux car mes performances se sont améliorées depuis que j'ai rejoint le club."
      "Mes coéquipiers m'ont aidé à m'améliorer depuis ma venue. L'équipe croit pleinement en ce qu'elle a à offrir tout en tenant compte de nos adversaires. Cette course au titre se déroulera jusqu'au bout."
       

       
      ROMA  – Le but de Hakan Calhanoglu sur corner a été un moment magique que les Nerazzurri n'oublieront pas de sitôt et étonnamment, beacoup d'anciens joueurs de l'Inter ont réalisé le même exploit avant lui. Le maestro turc continue de dicter le rythme du jeu, de marquer des buts et d'obtenir des passes décisives, son total de buts étant désormais de cinq pour la saison, dont quatre lors de ses cinq dernières apparitions. Il compte également deux passes décisives à son actif, dont une pour Edin Dzeko contre la Roma. Découvrez ce que Hakan avait à dire après le match.
      "J'essaie toujours de bien tirer mes corners. J'essaie d'envoyer des balles dangereuses dans la surface mais il faut aussi un peu de chance. Je suis content d'avoir marqué et d'avoir obtenu une passe décisive pour Edin pour doubler notre avance juste après."
      "Nous sommes satisfaits parce que nous avons dominé aujourd'hui et nous n'avons pas regardé les autres jouer. Ce n'est pas notre premier score impressionnant. Nous avons également bien joué contre le Milan et la Juventus, malgré ces matchs nuls. Nous n'avons jamais cessé de croire en nos capacités et maintenant nous obtenons les résultats."
      "Je me sens bien. Je sens que tout le monde a confiance en moi et quand on arrive à jouer comme on veut, tout se fait automatiquement. Je voulais tout donner pour l'équipe et j'arrive maintenant à le faire sur le terrain."
      "En ce qui concerne Madrid, nous avons déjà montré à domicile que nous pouvons rendre la vie difficile au Real. Nous voulons bien faire là-bas."
       
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      2 commentaires
      667 vues
    26. Simone Inzaghi : "Très bon match et j'espère que Lautaro reviendra pour le Real Madrid"

      S'adressant à DAZN après le match, Simone Inzaghi a félicité ses joueurs et a également fourni des informations sur la forme physique de Lautaro Martinez.
       
      Ses impressions sur le match.
      "Je ne sais pas si c'était notre plus belle performance de la saison, il y a eu tellement de fois où nous avons bien joué."
      "Ce soir, nous avons affronté une équipe qui n'avait perdu que le derby à domicile (la Roma a également été battue par le Milan à l'Olimpico, ndlr). Gagner de cette manière nous donne confiance. Nous avons de nombreux matchs à venir mais c'est un bon signe. Je pense que les fans sont contents."
       
      Sur les qualités offensives d'Alessandro Bastoni et de Federico Dimarco.
      "J'aime ce que je vois, j'ai la chance d'entraîner certains des meilleurs joueurs. Je pense que Skriniar et D'Ambrosio à droite ont bien fait aussi. Nous n'avons pas été affectés par les problèmes de blessures, ce qui est un bon signe pour un entraîneur."
       
      Concernant les blessures affectant la Louve et Lautaro.
      "Les Romains ont eu de nombreuses absences. J'avais le fait que Lautaro n'était pas en pleine forme et il s'est rendu disponible. Mais je ne voulais pas le risquer car il est trop important. Nous espérons le récupérer pour mardi. Maintenant, nous allons voir l'état de Correa. Quand vous avez autant de matches, vous devez continuer à essayer d'obtenir des performances de beaucoup de joueurs, sinon c'est difficile."
      "Je suis chanceux d'avoir d'excellents joueurs disponibles. Ce soir Gagliardini n'était pas là. Il était le meilleur joueur contre Spezia. Je dois impliquer tout le monde, j'essaie toujours d'utiliser les meilleurs joueurs pour les matchs que nous allons jouer."
       
      Sur les mouvements et possession de la balle.
      "Le mouvement et l'occupation de l'espace sont fondamentaux dans le football d'aujourd'hui. Nous avons la chance de pouvoir l'utiliser de plus en plus. Pendant de nombreuses années, mes équipes ont joué d'une certaine manière. Même à la Lazio, nous nous sommes amusés et avons bien joué, comme lors de la saison où le COVID a tout arrêté. Ce ne sont pas des résultats dus qu'à la chance."
       
      Sur l'Inter.
      "Maintenant, je suis dans un grand club, avec les meilleurs joueurs. Nous avons perdu des joueurs très importants mais nous ne nous sommes pas laissés abattre. Nous avons gardé le club en sécurité financièrement et même lorsque nous avions dix points de retard, nous n'avons pas baissé la tête. Nous avons continué à travailler, nous grandissons mais nous n'avons encore rien accompli."
       
      Le retour au Stadio Olimpico.
      "L'Olimpico est mon stade depuis 22 ans, mais ce soir, j'étais totalement concentré sur le jeu. La Roma avait un onze très compétitif mais j'ai la chance d'avoir des gars qui essaient toujours d'exécuter mes idées de la meilleure façon."
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      5 commentaires
      1,1k vues
    27. Joaquin Correa: "Nous voulons la 2ème étoile, il faut arrêter de laisser des points en route"

      Attaquant de l'Inter, Joaquin Correa a accordé une longue interview au Corriere dello Sport. Il a notamment abordé son adaptation au monde interiste ainsi que ses objectifs futurs.
       
      Correa, quel bilan faites-vous de vos trois premiers mois à l'Inter? 
      "Un bilan positif. J'ai eu quelques problèmes musculaires qui m'ont un peu freinés mais mes coéquipiers et tout le monde au club m'ont bien accueillis. Je me sens bien içi et j'ai envie de bien faire".
      Sur le terrain vous semblez déjà à votre aise comme si vous étiez à l'Inter depuis de nombreuses années. Quel est le secret?
      "C'est grâce au groupe. Quand on a commencé à parler de ma possible arrivée cet été, beaucoup m'ont écrit pour me convaincre de venir et ça a été sûrement une motivation en plus pour orienter ma décision". 

      Qui vous a le plus "tourmenté" pour vous faire venir?
      (Il rit, ndlr.) "Lautaro a commencé déjà quand nous étions à la Copa America, il me disait que je devais absolument venir, puis il y a eu Calha et Vidal…".
      J'imagine que la présence d'Inzaghi a aussi eu un certain poids.
      "Bien sûr, c'était très important. J'avais d'autres opportunité mais je voulais continuer à travailler avec lui. C'est un grand entraîneur, il te fait te sentir à l'aise. A la Lazio, il a eu de très bons résultats et nous avions construit un groupe uni dans lequel chacun savait qu'il pouvait apporter sa pierre à l'édifice. C'est un entraîneur ambitieux, parfait pour l'Inter". 

      Quel est le premier atout d'Inzaghi qui vous vient à l'esprit? 
      "Il a confiance en ces joueurs et il sait gérer les matchs, ce qu'il prépare et dit durant la semaine se vérifie régulièrement durant le match".
      Après trois ans à Rome, êtes-vous déjà adapté à la vie milanaise?
      "J'étais très bien installé à Rome, tout le monde me traitait bien mais Milan aussi est une très belle ville, spécialement en tant que joueur de l'Inter. Ca me motive encore plus". 
      Sentez-vous que vous avez passé un cap en arrivant à l'Inter? 
      "Je pense que oui, Estudiantes, la Sampdoria, Séville, la Lazio et maintenant l'Inter, dans le passé j'aurai pu sauter certaines étapes et aller directement dans un top club mais j'ai privilégié le temps de jeu. Pour progresser et m'améliorer graduellement. Je pense que l'Inter est arrivé au bon moment dans ma carrière".
      Les dirigeants nerazzurri ne vous ont jamais perdu de vue et ils ont eu un observateur spécial!
      "Ah bon? Qui donc?"
      Andrea Ranocchia qui a joué 6 mois avec vous à la Sampdoria et qui disait que vous étiez fort, qu'il fallait essayer de vous transférer.
      "Andrea est un bon gars… A l'époque, j'appartenais à moitié à Manchester City puis la Sampdoria a racheté le reste de mon contrat et j'étais content parce que je n'avais pas spécialement envie d'aller à City pour être sur le banc. Je n'aurai pas supporté de ne pas jouer". 

      A l'Inter certains vous appellent déjà 'Mister Doppietta' (l'homme des doublés, ndlr.), soit vous mettez un doublé soi vous ne marquez pas!
      "Alors j'espère que les tifosi auront l'occasion de s'habituer à mes doublés. Je cherche toujours à marquer et je trouve dommage de n'avoir pas réussi à faire mieux contre la Spezia(Il a touché la barre, ndlr.), mais sur le terrain l'important est d'aider l'équipe à gagner, se rendre utile. Avec des passes décisives, des dribbles, des mouvements sans ballons…".
      Alors vous avez du apprécier votre passe décisive pour le 3-1 de Lautaro contre Naples.
      "Exactement. Beaucoup regardent juste les statistiques de buts mais pour moi le football va plus loin et j'aime d'autres choses, lire le match, jouer intelligemment, ne pas s'économiser pour aider un coéquipier. Cette passe pour Lautaro c'était comme marquer un but. Pour moi en tout cas".
      Lors de quel match avons-nous vu le meilleur Correa?
      "Certains diront celui contre le Hellas Verona mais pour moi c'était contre Naples".

      Que souhaitez-vous pour l'année 2022?
      "D'offrir de bonnes performances et de la joie dans une équipe forte comme l'Inter. Nous méritons le haut du classement et nous pouvons y rester parce que nous sommes en pleine évolution".
      L'objectif reste la deuxième étoile du 20ème scudetto?
      "Oui, bien sûr. Nous voulons le refaire".
      Il y a juste derrière vous l'image de la Ligue des Champions remportée par l'Inter à Madrid.
      "Je rêve de la soulever moi aussi, cette coupe. De même que la Coupe du Monde, c'est le rêve de ma carrière".
      Joaquin Correa a aussi abordé le match de ce week-end contre la Roma.
      "C'est une équipe forte avec de bons joueurs, ce n'est pas facile de les battre mais je reste convaincu que nous avons les armes pour les mettre en difficulté. Il faut rester concentrés et jouer comme nous savons le faire".

      Mourinho vous plaît-il en tant qu'entraîneur?
      "Je l'ai affronté une fois avec Séville en huitièmes de finale de Ligue des Champions quand il était à United, nous avons fait match nul à l'aller (0-0, ndlr.) puis avons gagné le retour en Angleterre (2-1,ndlr.) et nous nous sommes qualifiés. J'espère que demain ça se passera comme cette nuit à Old Trafford... C'est un grand entraîneur comme le montrent les résultats qu'il a eu dans sa carrière. Tous les intéristes ont des souvenirs de son passage au club mais il a démontré sa valeur avant et après être passé à l'Inter. Ce sera un bon match, nous voulons les battre".
      La Roma fait moins peur sans Pellegrini et Abraham?
      "Ce sont deux éléments importants mais ils ont beaucoup de bons joueurs".
      Après s'être débloqué contre Naples, l'Inter est-elle prête à remporter sa deuxième confrontation directe?
      "Contre l'Atalanta, la Juventus et le Milan, nous avons fait match nul dans des matches où nous aurions pu avoir plus. Nous avons remis les choses en place contre Naples et nous voulons nous répéter".
      Le message est donc clair, battre la Roma et ne pas se contenter des points du match nul.
      "Oui, c'est l'objectif".
      Le fait que Naples soit premier après quinze matches est-il surprenant?
      "Ils ont commencé fort, comme les équipes bien cimentés, avec des effectifs qui se connaissent bien, peuvent le faire et je suis sûr qu'ils seront dans la lutte pour le scudetto jusqu'au bout. Mais nous ne devons pas regarder les autres, pensons à nous-même, il faut arrêter de laisser des points en route comme nous l'avons fait contre la Lazio par exemple".
       
      Internazionale.fr ~ © Samus

      6 commentaires
      851 vues
    28. Lele Oriali: "Jose Mourinho est toujours un renard rusé mais il affronte une Inter forte"

      Le légendaire milieu de terrain de l'Inter Lele Oriali croit que le coach de la Roma Jose Mourinho reste un adversaire formidable, alors que l'Inter se prépare à affronter les Giallorossi.
       
                                                                   
       
      S'adressant à la Gazzetta dello Sport, Oriali parle de son temps aux côtés du tacticien Portugais à l'Inter tout en vantant la progression des Nerazzurri.
      L'Inter et Mourinho se rencontreront en tant qu'adversaires pour la première fois depuis le départ du coach à l'été 2010, pour la réception de son ancien club au Stadio Olimpico.
      Le match sera une réunion pleine d'émotions pour les deux parties, mais dans le même temps toutes deux seront pleinement impliqués dans la quette du résultat dont elles ont besoin.
      Oriali pense que les Nerazzurri se présenteront comme un test très difficile pour les hommes de Mourinho, mais attention à ne pas sous-estimé les capacités du coach vainqueur du Triplete.
       

       
      Oriali dit du Portugais qu'il "est préparé à tout, il connait le monde et il connait le football."
      "Ce sera un match spécial et c'est bon de le retrouvé, même si maintenant il entraîne une autre grande équipe. Je pense qu'il a juste besoin de temps pour faire la différence."
      "La Roma est jeune, ils ont besoin de 2-3 ans de travail pour rejoindre les 4 au sommet du classement qui se battent pour le Scudetto. Finir juste derrière eux voudrait dire que Mou aura fait de son mieux."
      "Il m'a l'air d'être toujours le même, le même renard rusé. Et je pense qu'il s'est bien intégré à son nouvel environnement, comme si il était dans la capitale depuis des années."
      "Cela démontre son talent et son intelligence. Que les Romanisti est un jour le même amour pour lui que celui que nous avons dépendra de son temps là-bas."
      Si le coach Portugais sera émotionnellement affecté pas ses retrouvailles avec l'Inter, il répond:
      "Non, il est expérimenté, c'est quelque chose qui a grandit avec le temps - il sait comment gérer les moments et les émotions."
      "Tout les supporters de l'Inter le remercieront pour toujours, moi y compris, et il aura toujours une place spéciale dans nos pensées."
      "Mais cette fois ci, il affronte une équipe forte. Une Inter qui se débrouille très bien. En effet nous devons féliciter les dirigeants qui, après tout ce qu'il s'est passé cet été, ont su réunir les pièces au bon endroit et trouver les bons joueurs."
      Il conclu en disant "Inzaghi fait du très bon travail avec un projet démarrer 3 saisons en arrière. Non sans rappeler quand Jose a pris la relève et poursuivi le travail de Mancini."
      Pour le même résultat ? C'est tout ce que nous lui souhaitons. En attendant, on t'aime Jose ! À tout jamais.
       
                                              
       
      ©Internazionale.fr, via Sempreinter - Traduction Trent_FCI

      2 commentaires
      708 vues
    29. Francesco Toldo : "Je n’ai jamais vu l’Inter débuter une saison tranquille et arriver à la finir sereinement"

      Interviewé par Radio Nerazzurra, Francesco Toldo s’est livré sur ses premiers pas avec l’Inter, lui qui a signé au club à l’été 2001 : "C’était une Inter en croissance, programmée pour la Victoire."
       
       
       
       
      "Il y avait Hector Cuper et de grands champions comme Ronaldo, Christian Vieri, Sergio Conceicao, Marco Materazzi, Javier Zanetti.  C’était une Inter compostée de grands joueurs, combatifs qui ont été très conscient du parcours important réalisé même si l’épilogue en fut très amer, nous avons par la suite appris comment tournait  le vent et le système."
       
      Quel est le gardien qui est votre source d’inspiration ?
      "Walter Zenga. Pour nous les gardiens, c’est le symbole de l’Inter, c'est l’âme Nerazzurra. Il a écrit l’Histoire comme Dino Zoff auparavant. Walter a été un symbole pour moi car il se distinguait pour son courage, je me considère en-dessous de Walter car il a été le Gardien de l’Inter par excellence. Je me mets derrière lui car mon histoire était aussi différente, je me considère comme un tifosi interiste, un interiste de cœur et je n’ai jamais fait un pas de côté, ni pour le maillot, ni pour le groupe."
       
      Être le gardien le plus cher vous a-t ’il mis la pression ?
      "En réalité, je suis arrivé à l’Inter car Barcelone voulait me recruter en payant en 4 tranches et que l’Inter payait tout immédiatement, la Fiorentina avait besoin d’argent. Lorsque je l’ai su, j’ai tout de suite dit oui au club car je ne suis pas intéressé par l’enrichissement personnel."
      "En tant qu’adversaire sportif avant, je me demandais comment c’était possible que l’Inter ne parvenait pas à gagner malgré ses champions dans le noyau. La réponse nous a été apporté par la suite et nous avons également vu comment le cas a été solution."
       
      Quel est le moment qui reste gravé dans votre cœur ?
      "Ce sont toutes les parties liées aux grandes victoires, en passant par les différents Scudetti et les Coupes d’Italie. Ce qui est resté dans cœur, ce sont mes rapports avec mes anciens équipiers, la propriété, c’était un Honneur d’avoir connu Massimo Moratti".
       
       
       
       
      Vos premières années étaient source de déceptions......
      "Vous devez faire la distinction à un moment : En tant que joueur, vous aimeriez tout gagner, ensuite plus les années passent, plus la réflexion et la sagesse prennent le pas et tu te dis : Merde, j’ai quand même gagné énormément avec l’Inter. Je n’ai jamais vu l’Inter débuter une saison tranquille et arriver à la finir sereinement, une situation de ce genre n’a jamais existé."
      "Nous avions les moyens, ensuite des choses se sont passées et le grand public l’a appris par la suite, il suffisait de voir sa réaction. Ensuite, en reprenant d’une page blanche, la mer s’est calmée et l’Inter a navigué dans des eaux sereines, en gagnant."
       
      Toldo est-il l’un des meilleurs gardiens de l’Histoire de l’Inter ?
      "Les gardiens de l’Inter ont toujours été fort, mais je crois que Walter Zenga nous a été supérieur à nous tous. Il a réalisé des années impossibles à répéter, pour son état de forme, pour la maturité qu’il avait atteinte, il est très très loin devant. J’aime me rappeler que je jouais avec tellement  de continuité et j’ai cherché à faire de mon mieux pour ce maillot."
      "A l’Inter, je n’ai pas connu que des années faciles, j’en ai vu de tous les couleurs, même s’il y avait aussi nos propres responsabilités. Malgré les différentes critiques, j’ai toujours fait face avec une honnêteté sportive et intellectuelles et en me donnant au maximum de mes capacités."
      "Je suis fier d’avoir fait partie de l’Inter, si je pouvais revenir en arrière, je suivrai la même trajectoire."
       
      Mon futur ?
      "Le football vécu de l’intérieur me suffit, j’y ai vécu de belles expériences. Maintenant, je me dédie à ma famille mais je ne donne rien pour acquis, je vis l’instant présent. Si j’ai la possibilité d’entraîner les tout petits, ce serait une fierté, mais en ce moment, je n’y pense pas."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      5 commentaires
      1,1k vues
    30. Walter Sabatini : "Simone Inzaghi est très sous-estimé!"

      Walter Sabatini, Marco Bucciantini et Paolo Condo louent la performance de Simone Inzaghi et rappellent les faits.
       
      En parlant à Radio Sportiva, Walter Sabatini a expliqué que le travail que Simone Inzaghi a fait à la Lazio et le travail qu'il fait à l'Inter n'est pas assez bien considéré par les spectateurs.
      "L'Inter tient le coup, toute une série d'événements nous a fait penser à autre chose. Simone Inzaghi est très sous-estimé, il suffisait de regarder la Lazio pour voir que son équipe pratiquait un football technique de haut niveau depuis des années. Il a une mentalité qui a conduit à l'Inter où ils ont également l'héritage du travail de Conte qui reste dans le moteur des joueurs."
       
      S'exprimant sur Sky Sport, Marco Bucciantini a expliqué que la décision de prendre Simone Inzaghi si rapidement était une très bonne décision car il est un technicien au même titre qu'Antonio Conte l'était.
      "Aujourd'hui, le choix d'Inzaghi brille. Au moment où l'appel est arrivé, il avait dîné avec Lotito. L'Inter était sans entraîneur mais ils ont un appel, ils pouvaient se permettre de réfléchir qui prendre. Au lieu de cela, la direction est allée directement à Inzaghi. Ils ont choisi de prendre un technicien dans la même veine que le précédent. De temps en temps, on se rend compte qu'il manque quelque chose, un petit Lukaku, un petit Conte, mais l'Inter brille en ce moment."
       
      En écrivant pour La Repubblica, Paolo Condo a expliqué qu'en septembre, alors que l'Inter venait de perdre 1-0 contre le Real Madrid au Meazza, il ne se serait jamais attendu à ce que les Nerazzurri soient dans la position où ils se trouvent actuellement.
      "Honnêtement, à la mi-septembre, après la défaite à domicile contre le Real Madrid, on n'aurait pas dit que c'était possible."
      "La vitesse du ballon joué par l'Inter est l'une des valeurs qui guident la Serie A. Toutes les équipes, y compris les moins riches en qualité, sont organisées de manière à rendre difficile le gain de quelques mètres sur le terrain pour ceux qui sont meilleurs qu'elles."
      "Gagliardini (13e buteur de la saison de l'Inter, un volume de feu à la fois large et puissant) est l'interprète matériel d'un jeu collectif conçu et joué à un rythme européen. Cette notation n'est pas accidentelle car l'Inter, après les retrouvailles avec Mourinho ce Samedi, se rendra à Madrid pour s'ouvrir la voie vers un printemps ambitieux."
       
      Moralité: les faits restent les faits.
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      7 commentaires
      710 vues
    31. Inter - Spezia : Réactions d'après match du Toro, Denzel et Gaglia

      Lautaro Martinez, Denzel Dumfries et Roberto Gagliardini se sont exprimés sur DAZN et Inter TV après ce 2-0 contre Spezia.
       

       
      Lautaro Martinez marque et l'Inter gagne. C'est le même schéma pour les trois derniers matchs en Serie A avec un autre penalty transformé contre Spezia après celui qu'il a marqué contre Venezia ce week-end. Il a même complété la performance avec un beau talon arrière pour Roberto Gagliardini pour le premier du match. S'adressant à DAZN et Inter TV après le match, l'Argentin a déclaré:
      "Nous avons fait ce que nous devions faire, c'est-à-dire gagner le match devant nos fans, chez nous. Le terrain n'est pas dans un état idéal et ce n'était pas facile de jouer notre jeu. Espérons que cela s'améliorera parce que nous poursuivons de grands buts. Je pense que cette victoire est un signal pour le reste de la ligue. Plus tôt dans la saison, nous avons perdu un peu trop de points. Maintenant, nous avons rattrapé les deux premiers. Nous sommes en bonne forme pour le moment. Nous sommes heureux que les fans aiment nous regarder. Nous créons beaucoup d'occasions à chaque match. Nous nous débrouillons très bien. Personnellement, je me suis tellement amélioré tactiquement et physiquement au cours des dernières saisons. J'essaie de montrer ma valeur chaque jour et je donne toujours 100% pour l'Inter. Maintenant, nous devons nous reposer et nous préparer pour un match difficile à Rome. Nous devons y aller et nous assurer de repartir avec les trois points."
       

       
      Denzel Dumfries a obtenu le feu vert pour commencer arrière droit pour la première fois depuis l'affrontement contre l'Udinese en octobre. Le Néerlandais a parcouru de nombreux kilomètres après avoir réalisé une performance inlassable qui comprenait des récupérations de balle défensives clés. Dans l'ensemble, l'ailier était satisfait de sa contribution, comme il l'a déclaré à Inter TV après le match.
      "Le plus important était de gagner ce match. Je pense que nous avons marqué deux bons buts dont un bon penalty de Lautaro Martinez. Je pense que cela faisait longtemps que j'avais commencé et j'ai également joué les 90 minutes complètes, donc j'étais très heureux de rejouer aujourd'hui. C'était très bien de jouer devant les fans. Je me sens bien. Je pense qu'il y a eu des hauts et des bas les premiers mois. J'ai joué de bons matchs et d'autres qui n'étaient pas vraiment bons. Je suis honnête avec moi-même. Je sais que je peux mieux jouer, mais je suis aussi humain. J'essaie de m'améliorer et je me sens vraiment bien maintenant. Mes coéquipiers m'aident beaucoup, notamment Stefan de Vrij, mais aussi Ivan Perisic et Edin Dzeko. C'est très important pour moi de m'installer dans l'équipe car je ne parle pas encore italien. Les fans n'ont pas encore vu mes qualités, donc je vais en montrer de plus en plus."
       

       
      Quand Roberto Gagliardini marque, l'Inter gagne. C'est aussi simple que cela pour lui dont les 15 buts en Serie A pour l'Inter sont survenus lors de 13 matchs différents tous remportés par les Nerazzurri. Le milieu de terrain est le 13e buteur différent du club cette saison. Gagliardini a décrit son but et la victoire de l'équipe dans une interview avec Inter TV.
      "J'essaie toujours de marquer des buts chaque fois que des opportunités se présentent et je suis heureux de l'avoir fait ce soir. Le fait d'être le 13e buteur différent de l'équipe cette saison montre à quel point nous jouons régulièrement. Nous créons toujours autant d'occasions de but. Les victoires sont le fruit du travail acharné de chacun. Nous sommes une équipe solide. Nous sommes les champions d'Italie en titre, ce qui nous donne tellement confiance. Les joueurs qui sont arrivés se sont très bien installés. Le match contre la Roma est essentiel pour nous. Nous devrons y mettre toute notre énergie et être pleinement concentrés."
       
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      1 commentaire
      475 vues
    32. Beppe Marotta: "L'Inter est forte grâce à Suning"

      Interviewé durant l'évènement 'La Squadra di Milano e le sue sfide presenti e future', Beppe Marotta a abordé divers thèmes, en premier la qualification des nerazzurri en huitièmes de finale de Ligue des Champions.
       
      "Ils ont réussi à se qualifier, c'est une réalisation importante. Dans le sport, il ne faut jamais rien juger à l'avance, il faut procéder avec calme et prudence parce l'équation selon laquelle celui qui dépense le plus finit par gagner ne se vérifie pas toujours. C'est sûr qu'avoir un portefeuille bien fourni aide dans certaines circonstances et pour atteindre certains objectifs mais quand ce n'est pas le cas, il faut faire appel à la compétence, à l'humilité, la passion et ce sont des vertus que j'ai trouvé et que j'ai tenté de renforcer à l'Inter".
      "Nous sommes revenus sur une scène européenne plus conforme avec l'histoire du club".
       

      Etonné des débuts de Inzaghi? 
      "Je ne suis pas surpris plus que cela. J'ai eu l'occasion de connaître Inzaghi le joueur à la Sampdoria. Il répond aux critères dont avait besoin l'Inter sur le plan humain et puis on connaît ses capacités d'entraîneur. Ce qu'il a fait à la Lazio, c'est vraiment l'image parfaite de l'entraîneur compétent, jeune et dynamique. Nous avons tout bouclé en quelques heures, tout a été facilité par le fait qu'il joue avec le même schéma que Conte. Il s'est très bien intégré et ses résultats sont plus que positifs".
       
      Que ce serait-il passé s'il avait finalement prolongé à la Lazio?
      "Il était dans nos petits papiers, nos décisions ont été faites de manière collégiales. Même hors du terrain nous devons jouer en équipe, même si la responsabilité maximale sera la mienne. Nous avons voulu faire un choix courage, car c'est ce qu'il faut dans le football. Nous avons tout fait en quelques heures pour, justement, anticiper une possible signature avec la Lazio".
       

       
      La situation des deux Croates Brozovic et Perisic
      "Le prérequis est que les joueurs veuillent rester à l'Inter. La volonté des joueurs est fondamentale. De notre côté, nous ne pouvons pas laisser certains contrats se terminer. Si la volonté du joueur est de rester et qu'ils comprennent le nouveau modèle économique qui est instauré dans le football italien et à l'Inter en particulier, je pense que nous pouvons continuer ensemble. Je peux dire avec fierté que l'Inter est capable de beaucoup donner à ses joueurs. Ailleurs, il est difficile de trouver cette affection, ce professionnalisme, ce sérieux, cette structure et cette compétitivité".
       

       
      Suning
      "Les propriétaires ne sont pas toujours impliqués dans la gestion quotidienne des clubs. Il y a des managers pour cela, l'important reste que les propriétaires procurent une sécurité et une stabilité. Je dois dire qu'il ne faut pas oublier ce que la famille Zhang a fait. Steven est quelqu'un de très passionné. En quelques années ils ont dépensé des centaines et des centaines de millions d'euros, il ne faut pas oublier cela. Si l'Inter a retrouvé de la stabilité qui a mené à son renouveau, c'est à la famille Zhang qu'elle le doit. Il est clair que la pandémie a créé de gros problèmes économiques et la famille Zhang a aussi fortement été affectée mais ils n'ont jamais cessé d'être au chevet du club. Le rapport que Steven entretient avec moi et le reste de l'équipe de management n'est pas quotidien mais reste très fréquent. Ils nous garantissent une certaine couverture. Il faut maintenant trouver des modèles de gestion différents. C'est la bonne chose à faire sur le plan éthique".
       
      "Il faut reconnaître du mérite à Conte pour avoir posé les bases qui nous ont porté à la victoire. Nous sommes entrain de continuer ce travail".
       
      Comment sera le prochain mercato? 
      "Il sera caractérisé par très peu de clubs en solde négatif. Le modèle italien est resté statique pendant longtemps et cela a permis aux autres championnats de nous passer devant. Il faut se réinventer et trouver un équilibre entre dépenses et recettes. Les coûts sont aujourd'hui disproportionnés. Nous devons être forts et limiter ces coûts, en essayant de profiter des valeurs que nos joueurs locaux réussissent déjà à exprimer comme nous l'avons vu durant l'Euro".
       

       
      Lukaku
      "La volonté du joueur a été fondamentale jusqu'au bout. La volonté du joueur de retourner dans le championnat où il voulait évoluer a fait la différence. D'un autre côté, il y a aussi la situation économique et financière, le club ne pouvait pas refuser cette opération. Mais sans la volonté du joueur, nous ne serions même pas là à en parler aujourd'hui. C'est faux de dire que Zhang voulait vendre Lukaku".
       
      Le mercato hivernal
      "Il faut voir, l'effectif ne souffre pas de grosses grosses failles, il est plutôt homogène et donne satisfaction en championnat et en Europe. Il mérite de continuer son parcours. C'est difficile en Janvier, il nous faudra sauter sur les opportunités à la hauteur pour nous permettre de nous améliorer. Maintenant que nous garantissons une certaine compétitivité, il n'y aura pas de révolution".
       
      Dans le passé, vous auriez pu finir au Milan
      "J'étais à la Juventus à l'époque et je n'ai pas considéré d'autres clubs".
       
      Vlahovic ou (Julian) Alvarez
      "Le fait que Baccin soit en Argentine actuellement rentre dans son activité ordinaire. Il faut surveiller les autres championnats et identifier les joueurs qui correspondent à notre modèle. Vlahovic est un très grand talent, un attaquant moderne. Je sais qu'ils sont dans une certaine situation avec la Fiorentina et j'espère qu'ils réussiront à la résoudre parce qu'en tant que club, ce n'est jamais agréable de voir son patrimoine aller dans un autre club. Ce serait bien qu'ils puissent continuer ensemble. Cela dit, je peux dire que Vlahovic représente l'un des jeunes les plus intéressants du championnat italien. Nous avons un secteur offensif où nous faisons un mix de jeunes et d'expérimentés qui apportent de la qualité".
       

      Les plus-values ainsi qu'une prolongation de contrat
      "Le modèle italien doit comprendre les mouvements des joueurs, c'est ce qui permet de faire des recettes comme dans le cas de Lukaku. Notre championnat est devenu un point de transition avant de finir en Premier League ou dans les clubs comme le PSG. L'Inter impliquée dans l'enquête concernant les plus-values? Absolument pas. Une prolongation de contrat? En tant que management, nous avons tous de bons rapports avec Steven Zhang. Il faut voir comment le Covid conditionnera son retour en Italie mais disons que Samaden, Ausilio, Baccin et moi sommes tous très content de continuer avec l'Inter et que le club est dans les mêmes dispositions. Je pense que dès la prochaine visite de Steven, les éléments seront en place pour que tout se concrétise".  
       
      Internazionale.fr ~ © Samus
       

      5 commentaires
      694 vues
    33. Francesco Moriero : "Je me souviens des appels téléphoniques de Massimo Morratti"

      S'adressant au journal romain Il Fatto Quotidiano dans une interview publiée hier, Francesco Moriero, 52 ans, a évoqué certains de ses souvenirs de son temps avec les Nerazzurri.
       
      Moriero a rejoint l'Inter à l'été 1997, et il a passé trois saisons au club où il a croisé la route de plusieurs joueurs légendaires et a vécu plusieurs moments mémorables même si le seul trophée qu'il a remporté était la Coupe UEFA 1998.  Le temps passé à l'Inter a laissé une grande impression sur l'Italien et il se souvient encore des conversations qu'il a eues avec Morratti en particulier, ainsi que de l'expérience de jouer aux côtés du légendaire attaquant brésilien Ronaldo.
       
      Un autre joueur avec qui Moriero a partagé son temps était Roberto Baggio, dont il a dit que
      "Nous restons souvent en contact les uns avec les autres, c'est une personne très privée. Nous étions toujours ensemble à l'Inter, même dans la chambre d'hôtel, nous jouions aux cartes. J'ai beaucoup appris de lui, non seulement sur le plan technique, mais aussi sur le plan personnel."
       
      Concernant notre ancien président Morratti
      "Un président et un père : le lundi, il m'appelait toujours sans faute, juste pour me demander comment j'allais. Je n'étais pas habitué à cela. La première fois, j'ai été étonné. Je me suis demandé pourquoi il faisait ça, puis j'ai découvert qu'il traitait tout le monde de la même manière. Il voulait tout savoir. Il était très affectueux avec nous. Et à chaque fois qu'on gagnait, il venait au vestiaire et on passait le chercher. Il nous considérait comme une famille."
       
      À propos de son ancien coéquipier Ronaldo, Moriero a déclaré
      "qu'après Maradona et Pelé, il était le meilleur joueur de l'histoire. Jouer à ses côtés était comme de la science-fiction, son jeu était inexplicable et toujours joué à une vitesse incroyable. Même à l'entraînement !"
       
      Les entraînements de l'époque
      "Nous devenions tous fous, y compris les deux mille fans présents en permanence dans les tribunes. Chaque jour était comme une fête, avec des chansons et des applaudissements. Des chansons et des applaudissements de notre part, les joueurs aussi."
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      2 commentaires
      545 vues
    34. Inter - Venezia: Réactions d'après match de Lautaro, Alessandro et Hakan

      Après sa victoire 2-0 contre Venezia ce Samedi, Lautaro Martinez et Hakan Calhanoglu se sont exprimés après le match.
       

      Bien qu'ayant débuté le match sur le banc, Lautaro Martinez a certainement laissé sa marque à Venise grâce à un penalty dans les arrêts de jeu pour célébrer 150 apparitions avec l'Inter dans toutes les compétitions. Les débuts de Lautaro à l'Inter étaient le 19 août 2018 et il n'a cessé de se renforcer depuis. Sa frappe ce samedi était le 56e but de l'attaquant en 150 apparitions dont il a été question dans son interview d'après-match.
      "Nous savions que ce ne serait pas un match facile dans un stade enflammé sur un petit terrain sous la pluie. Nous devons continuer à travailler dur de cette façon. Nous remontons au classement après avoir laissé quelques points importants en route. Nous devons garder le Scudetto et nous voulons continuer à renforcer notre position en championnat. Nous sommes sur une bonne lancée en ce moment et il y a un bon feeling au club. Nous sommes satisfaits de notre performance et du fait que nous revenons à Milan avec les trois points qui nous permettent d'avancer. Nous devons continuer dans cette voie. Il est impossible de dire maintenant qui va gagner mais nous devons simplement procéder étape par étape. J'ai raté mon penalty précédent mais il faut en tirer un pour pouvoir en rater un. C'est horrible quand vous manquez mais cela peut arriver lorsque vous vous présentez. Je suis content d'avoir marqué. J'ai travaillé dur chaque jour et me suis battu pour ce maillot et le Scudetto que nous avons sur la poitrine depuis que j'ai rejoint le club et nous espérons continuer à avancer dans cette veine."
       

       
      Alessandro Bastoni s'est également livré.
      "Nous savions que c'était une semaine clé pour nous, le genre qu'une saison peut démarrer. Battre le Napoli était le début parfait, un coup de pouce pour le moral ainsi que pour le classement bien sûr. Ensuite, nous avons battu le Shakhtar pour atteindre les huitièmes de la Ligue des champions. Ce soir, c'était une autre démonstration de notre force. Ce n'était pas facile de venir ici et d'obtenir la victoire. Venezia avait remporté ses deux derniers matchs et a également battu la Fiorentina. C'est un endroit difficile à venir, mais nous avons obtenu notre place d'approche et ce sont trois points énormes."
      "J'ai apprécié d'être dans une défense à trois. J'y avais déjà joué et j'ai l'exemple de coéquipiers fantastiques à suivre à ce poste. Je ferai tout ce qui est nécessaire pour aider l'équipe. Maintenant, nous avons un autre match important contre la Spezia et nous devons nous assurer que nous sommes bien préparés pour celui-là."
      "Enfin, nous sommes reconnaissants envers nos fans pour tout le soutien qu'ils nous apportent. Ils sont toujours juste derrière nous."
       
       

      Hakan Calhanoglu a inscrit son quatrième but de la saison et a trouvé le chemin des filets pour le troisième match consécutif de Serie A contre Venezia ce Samedi soir grâce à une superbe frappe du pied droit. Quatre buts en 12 matchs correspondent son total de buts sur l'ensemble de la saison dernière et marquer pour trois matchs consécutifs était une première dans sa carrière professionnelle en Serie A et en Bundesliga. Voici ce que Calhanoglu a déclaré à Inter TV après le match:
      "J'ai marqué un grand but et je suis ravi. Tirer de loin fait partie de mon répertoire. (Les statistiques le confortent certainement puisque seul Lionel Messi a marqué plus de buts en dehors de la surface que Calhanoglu dans les cinq premiers championnats européens depuis le début de la saison 2013-2014, NDLR). N'exagérons pas. Messi est un phénomène !"
      "C'est bien d'avoir marqué mais ce qui compte c'est les trois points et ce n'était pas du tout facile ici dans ce petit stade à l'ambiance de feu. Nous n'avons terminé le match qu'à la fin. Mais au moins pour ce soir, nous sommes plus proches de Milan et de Naples. Nous avons montré la bonne mentalité. Nous sommes ravis de cela et du fait que nous revenons à Milan avec trois points clés. La prochaine étape est un affrontement clé avec Spezia. Nous devrons bien récupérer et nous préparer au mieux."
       
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      1 commentaire
      820 vues
    35. Simone Inzaghi: "Un match difficile mais satisfait de cette semaine. Une Inter mature."

      VENISE – Simone Inzaghi avait de nombreux points positifs à tirer de la performance de son équipe contre Venezia. En effet, les buts de Hakan Calhanoglu et un penalty de Lautaro Martinez ont assuré la victoire des Nerazzurri au Stadio Pier Luigi Penzo près de deux décennies après leur dernière visite.
       
      Sur le match.
      "C'est une excellente période pour nous et ce fut une grosse semaine. Ce n'était pas facile pour nous de jouer ces trois matchs en une semaine. Mais nous avons fait preuve d'un grand caractère contre un adversaire en forme. Nous avons joué un beau football et le seul inconvénient était que nous n'avons pas pu marquer le deuxième but plus tôt. Laisser le jeu ouvert contre une équipe dangereuse et bien entraînée comme Venezia est toujours risqué. Mais c'était notre troisième match en peu de temps et les gars ont fait un travail fantastique."
       
      Le point sur la saison jusqu'à présent.
      "Certaines personnes ont dit que c'était censé être une année de transition pour reconstruire. Je suis entré et le club m'a aidé dans tout. Ces joueurs sont magnifiques et je pense que nous nous améliorons de jour en jour. Il faut continuer comme ça. Nous avons atteint notre premier objectif qui était d'atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des champions, et maintenant nous pouvons nous concentrer sur la Serie A, sans oublier le match à Madrid, où nous aurons la chance de terminer en tête du groupe."
      "J'entraîne un groupe de grands joueurs et de grands hommes. Nous nous sommes immédiatement mis au travail cet été et malgré la perte de Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, nous avons recruté des joueurs adaptés à la façon dont nous voulons jouer. Maintenant, nous continuons à grandir étape par étape."
       
      A propos de Matteo Darmian et Ivan Perisic.
      "Ils se débrouillent très bien. C'est dommage pour le problème de Matteo; il a ressenti un pincement à la cuisse mais j'espère que ce n'est rien de grave. Il est un joueur très important pour nous. Dans tous les cas, Dumfries et D'Ambrosio sont des options pour nous. Denzel apprend beaucoup et Danilo a été un joueur fiable pour l'Inter pendant la majeure partie d'une décennie."
       
      Sur Calhanoglu.
      "Il joue pour une grande équipe et joue avec une réelle confiance. Il s'en sort brillamment, mais à la mi-temps, il s'est fait masser l'arrière de la cuisse. Après trois matchs consécutifs, je ne voulais pas prendre de risques, alors je l'ai retiré dix minutes après le début de la seconde mi-temps."
       
      Sur Marcelo Brozovic.
      "C'est un joueur unique. Il nous donne l'équilibre et nous aide à construire notre jeu. Tôt ou tard, je devrai lui donner du repos mais il va bien en ce moment et ce fut un match délicat. Nous sommes sortis en forme du match du Shakhtar et les gars ont très bien fait : ils n'ont pas essayé de forcer le passage au milieu, nous laissant potentiellement ouverts au contre. Nous avons réussi un match difficile avec maturité. C'était une belle victoire de l'Inter."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      3 commentaires
      638 vues
    36. Arrigo Sacchi : "Simone Inzaghi doit donner la priorité au football offensif en Ligue des champions"

      Écrivant dans sa chronique dans la Gazzetta dello Sport, Sacchi a donné son avis sur les Nerazzurri accédant en huitièmes de finale de la Champions League.
       
      L'Inter participe aux huitièmes de finale de la Ligue des champions pour la première fois en une décennie grâce à sa victoire 2-0 sur le Shakhtar Donetsk ce mercredi. Sacchi a donné son avis sur le match, dans lequel il a estimé que si les Nerazzurri métitaient de gagner, ils ont également montré des défauts et des vulnérabilités qu'ils doivent corriger au fur et à mesure qu'ils avanceront dans la compétition. L'ancien entraîneur pense que la chose la plus importante à garder à l'esprit est de jouer avec un pressing avec un tempo élevé.
      "L'Inter a gagné contre un Shakhtar coriace en seconde période grâce au déchaînement de Dzeko. Au cours de la première mi-temps, les Nerazzurri ont failli marquer à quelques reprises, mais ils ont manqué de détermination dans leur finition."
      "L'équipe d'Inzaghi a souffert de la possession des hommes de De Zerbi, ainsi que de la capacité technique et de la vitesse de Dodo et Fernando. Le pressing des Nerazzurri n'a pas toujours eu la bonne intensité et le bon timing, ce qui est dommage, car cela aurait permis de lancer plus de contre-attaques, qui restent le point fort de cette équipe."
      "Après avoir mené 2-0, l'Inter s'est économisée en devenant plus compacte défensivement, puis les hommes de De Zerbi ont touché le bois et créé d'excellentes occasions."
      "A Inzaghi, je vous félicite parce que l'Inter grandit, mais rappelez-vous qu'en Ligue des champions, vous gagnez presque toujours en jouant un football total et offensif."
      Note: c'est en fait l'interview que Sacchi avait accordée à la Gazzetta juste après la victoire de l'Inter 🤗
       
      Traduction alex_j via sempreinter.
       
       

      8 commentaires
      883 vues
    37. Alvaro Recoba : "Beppe Marotta a remis l'Inter sur pied"

      S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport dans une interview publiée aujourd'hui, Alvaro Recoba pense que Beppe Marotta a joué un rôle important dans la bonne forme actuelle du club.
       
      Marotta s'était déjà forgé une très bonne réputation dans le football italien avant de rejoindre l'Inter de nos rivaux honnis, mais son travail chez nous a mis en valeur ce qu'il est capable de faire dans un club.  Il a réussi à aider à construire une équipe qui a remporté le Scudetto pour la première fois en onze ans, puis au cours de l'été, il a réussi à faire face à des départs de telle sorte que l'équipe soit néanmoins compétitive sur tous les fronts cette saison. Recoba connaissait Marotta depuis toujours lorsque l'exécutif travaillait à Venezia, où l'Uruguayen a passé la saison 1998-1999 en prêt.
       
      "Beppe Marotta était et est une personne formidable. A Venezia, vous pouviez déjà voir son calme, sa capacité à trouver des solutions, à créer une unité entre le club et les joueurs, à l'époque, nous avions un entraîneur un peu fou et un président un peu fou, mais il a tout maintenu avec un profil bas."
      "Ce qui est bien, c'est qu'il n'a pas changé. Parfois, lorsque vous montez en statut et en pouvoir, vous devenez une autre personne, il est le même qu'il était il y a 23 ans, humble et professionnel. Même s'il a tout gagné à la Juve et a maintenant remis l'Inter sur pied."
      "Je me souviens d'une fois où Zampa (l'ancien propriétaire de Venezia Maurizio Zamparini, ndlr) m'a dit :
      - Si tu marques, tu prends ce que tu veux dans le magasin.
      J'ai marqué et sorti une télé gigantesque. La plus grande que vous verrez jamais. Quand Beppe l'a vu, il a dit:
      - Chino, c'est trop!"
      "On peut voir la travail de Simone Inzaghi. Au-delà des résultats, vous pouvez immédiatement voir qu'il y a une idée, une main directrice qui travaille derrière eux. Ils peuvent toujours se battre pour le Scudetto et en Europe, ils peuvent aussi aller jusqu'au bout. En général, ce n'est pas facile d'entraîner dans un grand club et, dans ce cas, il est encore plus difficile pour Inzaghi d'être à la hauteur de ceux qui l'ont précédé."
      "Je n'ai pas suivi le marché des transferts pendant deux jours et puis j'ai lu sur Internet que Lukaku s'était retrouvé à Chelsea… et c'était après la vente d'Hakimi au Paris Saint Germain ! Le club a peut-être été contraint de faire ces choix. Mais ils ont bien fait de reconstruire immédiatement l'équipe. Ils l'ont rendu compétitif; à commencer par Dzeko qui a ajouté son expérience. Parfois dans le football, vous pouvez penser que quelqu'un est irremplaçable, mais ils ne le sont jamais si l'équipe est derrière le projet.
      "Je sais seulement que Lautaro marque presque toujours, et c'est quelque chose qui le rendra toujours convoité. Il est inutile de se cacher car tôt ou tard, un club arrivera avec une offre énorme. Cela ne veut pas dire qu'il va ou veut absolument partir, mais c'est une éventualité à prendre en considération."
      "J'aimerais l'avoir à Milan pendant dix ans. Mais ce ne sera pas facile de le garder. La seule chose que l'Inter peut faire en ce moment, c'est de le chouchouter, comme on le fait toujours avec les joueurs spéciaux."
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      3 commentaires
      679 vues
    38. Cruz Jr. : "Revenir à l'Inter pour porter le numéro 9 de mon père"

      Juan Manuel Cruz, fils de Julio Cruz et attaquant de Banfield s'est confié à la Gazzetta dello Sport pour revenir sur certaines étapes de sa carrière ainsi que son lien avec les couleurs nerazzurri.
       
      "Je voyais mon père jouer à l'époque de l'Inter, j'allais regarder les entraînements... des fois même à la place d'aller à l'école! J'ai toujours voulu  jouer au foot et atteindre le niveau qu'il a atteint en tant que professionnel", raconte-t'il.
       
      "En Italie j'ai joué jusqu'à 10 ans au centre de formation de l'Inter, puis quand nous sommes revenus en Argentine, mes parents voulaient que j'étudie plus sérieusement et j'ai arrêté le football. A 18 ans j'ai commencé l'université et j'ai fait 6 mois dans le but de devenir commercial mais j'ai compris que ce n'était pas pour moi. J'en ai parlé à mon père et nous avons décidé d'essayer le football. En 2017, j'ai fait des tests avec Banfield, durant une semaine et ils ont décidé de me garder. En 4 ans, pleins de choses se sont passés. J'ai grandi, mûri, au début ce n'était pas facile mais j'ai réussi à m'adapter assez rapidement".

      "Je me rappelle qu'à la maison, Figo et Ibrahimovic venaient souvent dîner, de même que tous les autres argentins (Zanetti, Cambiasso, Samuel et Burdisso)... Ils étaient tout le temps chez nous. Je ne me rendais pas compte des stars avec qui nous étions".
       
      " En 2018, nous sommes retourné en Italie pour la première fois, 8 ans après. Ils ont offert à mon père un maillot floqué du numéro 9 bien encadré, l'Inter a gagné 1-0 sur un but de Lautaro et ce fût une très belle soirée".
      "J'ai passé beaucoup de temps à San Siro, mon rêve serait de revenir pour y jouer, pourquoi pas avec le 9 de mon père. C'est l'équipe que je suis le plus, j'ai un intérêt pour les autres clubs où mon père a évolué (Bologna, Lazio et Feyenord) mais l'Inter est la seule dont je regarde tous les matches".
       
      "Mes idoles? Clairement Benzema et Lewandowski, ce sont les modèles que je suis le plus actuellement mais avant j'aimais bien aussi Suarez au temps de Barcelone. Et puis Lautaro Martinez, ce qu'il fait à l'Inter c'est incroyable". 
       
      Internazionale.fr © ~ Samus

      5 commentaires
      1,1k vues
    39. Hakan Çalhanoğlu: "Un Honneur d’être à l’Inter!"

      Auteur d’une prestation très positive, Hakan Çalhanoğlu s’est livré aux micros de Mediaset Infinity sur son actuel état de forme: "C’était une victoire très importante, comme celle face au Napoli. Nous aurions déjà dû tuer le match en première période, mais nous n’y sommes pas parvenus et, à la reprise Edin a finalement marqué, nous sommes très heureux."
       

       
      Un Nouveau Çalhanoğlu ?
      "Oui, il y a peut-être un nouveau Çalhanoğlu qui travaille bien plus, je suis très content, je fais de belles choses. Je travaille énormément mais je me sens physiquement très bien, le mérite en revient aussi à l’équipe qui m’a aidé dès mon premier jour: C’est un Honneur d’être à l’Inter."
       
      Allez-vous jouer pour la première place à Madrid ?
      "C’est évident."
       
      Le Scudetto ?
      "C’est l’objectif, c’est certain. Mais nous devrons faire attention car le championnat est encore très long et nous sommes tous très proches."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      8 commentaires
      947 vues
    40. Inter - Shakhtar Donetsk: "Réactions d'après match et Dzeko homme du match!"

      Après sa qualification en huitième acquise contre que le Shakhtar Donetsk, Matto Darmian, Hakan Calhanoglu, Lautaro Martinez et Edin Dzeko, élu homme du match, se sont exprimés.
       
      C'était la dernière performance impressionnante d'un Matteo Darmian renaissant dont la forme splendide s'est à nouveau manifestée lors de la victoire cruciale contre le Shakhtar Donetsk lors de la 5e journée de l'UEFA Champions League 2021-2022. Voici ses déclarations à Inter TV.
      "C'était un match difficile aujourd'hui. Nous l'avons vu en première mi-temps quand nous ne pouvions pas sortir de l'impasse mais nous ne nous sommes pas laissés décourager. Nous avons bien fait de rester concentrés et de continuer à attaquer avec la bonne détermination et le bon désir."
      "Nous savions que le but viendrait tôt ou tard et nous avons récolté trois points clés dans notre poule de Ligue des champions. Nous avons fait des progrès importants l'année dernière et avions une mentalité très forte liée à l'atteinte des objectifs que nous nous étions fixés et nous le faisons également cette année, avec Inzaghi poursuivant le travail que nous avons commencé l'année dernière et couronné en remportant le Scudetto."
      "C'est vrai que nous avons perdu des points en cours de route mais nous nous sommes toujours entraînés dur en équipe de la bonne manière et les performances ont toujours été positives. Lors de nos deux derniers matchs, nous avons obtenu des résultats cruciaux mais nous ne pouvons pas nous arrêter là. A partir de demain, nous tournerons notre attention sur Venise car nous avons un match difficile devant nous, avec quelques jours pour récupérer entre les deux. En tout cas, nous sommes habitués à cela et nous ferons tous notre part, peu importe qui entre sur le terrain. Nous voulons essayer de gagner chaque match d'ici la fin de la saison."
       
      S'exprimant après la victoire 2-0 au Meazza, Hakan Calhanoglu a expliqué à Inter TV que les Nerazzurri étaient toujours confiants que le but viendrait.
      "Nous avons très bien joué aujourd'hui, comme nous l'avons fait contre Naples. Nous n'avons pas pris nos chances en première mi-temps et nous en avions eu assez pour assurer avant la pause. Nous avons continué à jouer de la même manière en seconde période et nous avons finalement marqué les buts mais nous étions sûrs que nous le ferions."
      "Je me sens bien. J'ai eu besoin d'un peu de temps pour m'installer mais je dois remercier mes coéquipiers de m'avoir aidé à devenir un joueur important pour cette équipe. Je suis vraiment heureux. J'ai appris à jouer dans une position légèrement différente de celle que j'ai jouée ces dernières saisons. Je me sens vraiment fort physiquement aussi."
       
      La belle performance de Lautaro Martinez a été presque couronnée par un but pour être seulement refusée pour une petite poussée. L'attaquant a parlé à Inter TV de l'importance de la victoire obtenue grâce à un doublé d'Edin Dzeko.
      "Nous sommes très heureux de cette victoire. C'était crucial pour nous dans le groupe et se rapprocher des huitièmes de finale. On a fait ce qu'on avait à faire à domicile devant nos fans qui nous soutiennent toujours et nous aident. C'est un sentiment merveilleux de gagner ce match. Nous sommes ravis de nos progrès. Nous sommes sur la bonne voie en championnat et dans cette compétition. On ne s'arrête pas là. Nous avons Venezia Samedi, nous continuerons donc à travailler dur et à faire ce que l'entraîneur demande. Nous devrons également nous reposer, car ce sera un match à l'extérieur difficile."
       
      Au final, il a fallu le boss de Sarajevo pour enfin briser la résolution du Shakhtar. Depuis leur défaite 5-0 en demi-finale de la Ligue Europa 2019-2020, les Ukrainiens avaient fermé boutique, limitant l'Inter à trois 0-0 au cours des deux dernières saisons. Ils étaient plus qu'à mi-chemin de faire quatre quand Edin Dzeko a intensifié sa cosmo énergie pour mettre fin à ce sort. Voici ses déclarations à Sky Italia après le match.
      "L'Inter m'a engagé pour marquer des buts et j'essaie de faire ma part pour l'équipe. Nous avons gaspillé trop d'occasions en première mi-temps mais nous devons également remercier Anatoliy Trubin qui a fait de fabuleux arrêts. Dans des matchs comme celui-ci, vous devez être patient, s'assurer de ne pas encaisser et de vous tenir au plan de jeu, comme nous l'avons fait en seconde période."
      Le doublé bosniaque le place à dix pour la saison (trois en Ligue des champions, sept en Serie A) et porte sa carrière en Europe à 50 buts: 25 en 60 matches de l'UCL et 25 en 48 matchs de l'UEL. Parlant de son doublé marquant, Edin a poursuivi:
      "Je ne savais pas que j'avais marqué 50 buts en Europe. Tout ce qui comptait, c'était de marquer pour l'Inter. Ces trois points sont cruciaux et nous rapprochent des 16 derniers."
      Après 15 tirs et aucun but dans les 45 premières minutes, il semblait que l'Inter était à nouveau frustrée par les Ukrainiens mais les Nerazzurri ont réécrit le scénario après la pause.
      "C'était comme si le but avait été gâché, avec deux buts refusés également. Inzaghi nous a dit de rester calmes et de continuer à jouer comme nous l'étions en première mi-temps. Nous avons fait du bon travail pour les empêcher de jouer au milieu. Lautaro et moi avons essayé de les presser haut, où Nicolo Barella et Hakan Calhanoglu pouvaient les presser. Nous aurions dû faire plus avec ces balles hautes que nous avons gagnées."
       
      Traduction alex_j vis le site officiel.

      3 commentaires
      610 vues
    41. Simone Inzaghi: "Le but de Dzeko était libérateur!"

      Conférence de presse d'un Inzaghi soulagé après de 2-0 contre le Shakhtar Donetsk.
       
      Simone Inzaghi a admis qu'il était tendu avant qu'Edin Dzeko ne fasse enfin la percée en seconde période contre le Shakhtar Donetsk. Le Bosniaque en a ensuite ajouté un second pour sceller la victoire de l'Inter, ce qui devrait suffire à envoyer les Nerazzurri en huitièmes de finale.
      "Nous avions besoin de cette victoire. Nous avons créé tellement d'occasions en première mi-temps, mais nous n'avons tout simplement pas pu sortir de l'impasse. La tension montait alors quand Dzeko a marqué, c'était libérateur. C'est pourquoi j'ai célébré comme je l'ai fait !"
      "Si nous atteignons le prochain tour, ce sera une grande réussite. C'est une des choses dont j'ai parlé avec la direction lorsque j'ai signé mon contrat. Nous devons attendre car le football est un vieux jeu amusant, mais normalement dix points suffisent pour vous mener en huitième. Nous avons réalisé une autre superbe performance aujourd'hui à peine deux jours après notre match précédent qui nous a épuisés mentalement et physiquement."
      "Nous sommes dans une bonne forme en ce moment mais il reste encore beaucoup de matchs à jouer et beaucoup de dangers. Nous avons remporté deux matchs clés mais nous devons continuer à le faire maintenant et nous avons beaucoup de travail à faire. J'ai essayé de transmettre mes idées aux gars et ils les prennent en compte. Nous jouons un excellent football et avons la meilleure attaque de la Serie A, même si nous avons perdu un peu trop de points en cours de route."
      "Maintenant, je veux que ceux qui ont joué moins soient sur un pied d'égalité avec les autres parce que c'est un groupe de joueurs fantastique et je ne veux pas que quiconque soit laissé pour compte."
      "Ivan se porte à merveille. J'ai dû l'affronter en tant qu'adversaire pendant quatre ans et il a toujours été un problème, d'abord en tant qu'ailier avec Luciano Spalletti, puis en tant qu'ailier avec Antonio Conte. La première chose à laquelle j'ai pensé quand je suis arrivé, c'est qu'il serait une ressource fantastique, il l'est, sans aucun doute. Il doit continuer comme le reste de ses coéquipiers."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      5 commentaires
      783 vues
    42. Mario Sconcerti : "La victoire sur le Napoli a montré que Conte ne manque plus à l'Inter!"

      Écrivant dans sa chronique dans le Corriere della Sera, Sconcerti a déclaré que le match d'hier soir montrait l'assurance que l'équipe pouvait réussir sans Antonio Conte.
       
      Voici ce que Mario Sconcerti a écrit:
      "L'Inter a joué un bon match pendant 75 minutes, en dominant souvent son adversaire. Ensuite, Inzaghi a pensé qu'ils avaient le contrôle total et il a changé Barella et Lautaro, concédant l'initiative et un but jusqu'à ce qu'ils soient proches d'un match nul."
      "En tout cas, l'Inter est l'équipe qui a le plus progressé depuis le début de la saison. Ils ne sont pas seulement bien organisés, ils savent aujourd'hui aussi être cliniques et obtenir un résultat."
      "Ils amènent toujours six ou sept joueurs dans l'attaque et ont toutes les qualités au milieu du terrain, ce qui les rend très difficiles pour tout adversaire."
      "Il semble maintenant que Conte ne manque plus, l'Inter fait de son mieux et nous verrons si cela suffit. Le Napoli était à peine dans le match pendant les trois quarts du match."
       
      Sur Tweeter, le journaliste Fabio Ravezzani a souligné que perdre des points dans des positions gagnantes a été un problème pour les Nerazzurri cette saison.
      "Si seulement l'Inter n'avait pas l'air effrayée à chaque fois qu'elle est en tête, elle serait en tête du classement aujourd'hui. Après avoir accordé des nuls ou une défaite contre la Sampdoria, la Juve, Milan et la Lazio, ils risquent également de faire de même contre Naples. Cette fois, ils ont réussi à s'en sortir, mais les changements d'Inzaghi ne sont pas convaincants."
       
       
      Traduction alex_j via sempreinter.
       

      13 commentaires
      958 vues
    43. Luciano Spalletti: "Lautaro Martinez est un champion!"

      S'adressant à DAZN après le match, Luciano Spalletti a loué notre Lautaro Martinez.
       
      "Lautaro est un joueur très fort, quand il est arrivé il a dû s'installer dans l'équipe. Mais quand je lui ai donné de l'espace, il a fait ce qu'il devait. Il s'avère être un champion, c'est tout."
      "En seconde période, nous avons fait beaucoup mieux dans le jeu, des choix plus courageux et des ballons imprévisibles."
      "En première mi-temps, nous avons peu fait, nous cherchions des solutions sans caractère. Parfois, nous sommes arrivés en retard et leur avons laissé des espaces, mais nous avons eu un match de haut niveau."
      "Les ailiers de l'Inter? Avec eux, il devient difficile de jouer avec une attitude tactique différente. La ligne doit rester très étroite car il faut y arriver avec l'arrière latéral de leur cinquième joueur."
      "Quand les distances s'allongent ça devient difficile, mais après il y a un espace au milieu, parfois on le trouve, ça dépend de la qualité de possession du ballon."
      "Si vous le faites bien tourner et que vous vous enfoncez dans la zone, ils trouvent à peine les ailiers. Parfois, cependant, ce sont eux qui décident grâce à leur qualité. Ce sont les préparatifs qui doivent être mis dans le jeu."
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      5 commentaires
      980 vues
    44. Simone Inzaghi: "Une belle Inter pragmatique"

      S'exprimant lors de sa conférence de presse après le match, Simone Inzaghi a souligné que son équipe n'était pas seulement pragmatique, elle était aussi belle à certains moments du match.
       
      Sur la perf de l'Inter.
      "Plus qu'une Inter pragmatique, je pense que c'est une belle Inter. C'est une équipe qui a très très bien fait jusqu'à présent, nous avons fait des nuls de trop qui ne sont probablement pas mérités."
      "Avec 28 points dans un autre championnat, vous êtes premier ou deuxième à ce stade, donc il faut féliciter le Napoli et le Milan AC mais ce soir je les donnerai à mes gars car avec des difficultés, des absences, des maux, ils voulaient tous être là et dans à mon avis, nous méritions cette victoire."
       
      Sur la saison jusqu'à présent.
      "Je pense que vingt-huit points, après treize matchs, sept après quatre en Ligue des champions, je pense qu'au début j'aurais probablement signé."
      "Ensuite, j'ai vu les garçons s'entraîner de cette manière et avec cet engagement et je pense qu'il nous manque quelques points en championnat et en Ligue des champions."
       
      Concernant Andrea Ranocchia.
      "Je suis content pour Andrea car il a encore joué un excellent match, il l'avait déjà joué avec l'Udinese contre un autre adversaire difficile mais j'ai eu l'étreinte avec tout le monde, avec Kolarov, D'Ambrosio, Sensi."
      "En ce moment, nous avons de grands joueurs qui jouent mieux et méritent quelque chose de plus, malheureusement l'entraîneur doit faire des choix."
       
      Toujours ces blessures...
      "Mon souhait est de les avoir tous disponibles, nous connaissons Sanchez et De Vrij, maintenant Dzeko. C'était une action qui à mon avis devait être surveillée, il avait une coupure à la tête."
      "Correa est sorti avec une certaine douleur, Barella avec quelques problèmes, Bastoni avec une épaule pas exactement en place. Mais nous savons que ce sont des matchs intenses et demain nous évaluerons au cas par cas."
       
      traduction alex_j via sempreinter.

      6 commentaires
      795 vues
    45. Simone Inzaghi: "Une victoire méritée et focus sur la C1!"

      Une victoire difficile mais bien méritée pour l'Inter qui n'a pas manqué l'occasion de se rapprocher du haut du tableau avec 4 points de retard sur le duo de tête. Voici les déclarations de Simone Inzaghi à DAZN.
       
      Impressions générales.
      "C'était un match clé, mais le plus important est dans trois jours. Hier, je l'ai un peu caché et je n'ai rien dit aux garçons. Nous avons concédé deux buts et avec huit minutes de temps additionnel que nous avons du subir, l’Inter a montré qu’elle peut affronter une grande équipe comme le Napoli. Il faut également tenir compte des efforts faits avec les équipes nationales et nous les avons payés. J'avais des joueurs indisponibles, Dzeko pas à son meilleur et Correa qui a eu un problème. Il ne me restait plus que Satriano, qui s'est très bien intégré. "
       
      Sur le choix du tireur de penos.
      "Ce matin, Lautaro, Calhanoglu et Perisic ont tiré des pénos, trois chacun, en les marquant tous les trois. Mais Hakan est en ce moment en grande forme et a montré une fois de plus qu'il est un joueur de caractère et de personnalité car c'était un pénalty très lourd vu le désavantage. Sans l'avertissement je ne l'aurais jamais changé."
       
      Son plan qui a permis aux Nerazzurri de mettre le match sur le bon chemin.
      "Le Napoli est tout d'abord pour la possession du ballon en Serie A. Donc nous savions que nous devions avoir du courage et tenir plus la balle. De cette façon, nous pourrions avoir trois points et ça s'est passé comme nous le voulions."
       
      La performance de Nicolo Barella.
      "Il était très bon. D'habitude, Naples construit à trois, mais aujourd'hui, ils sont restés à quatre, donc on a changé quelque chose dans le match. Barella et Brozovic ont fait un excellent match."
       
      Le ligue des champions.
      "Nous devons avancer avec cette équipe, il y a un chemin important à suivre, en championnat mais aussi en Ligue des champions, car nos fans méritent de retrouver la joie de la qualification. Cela fait tellement longtemps qu’on n’a pas passé les poules. Mercredi nous avons une belle opportunité, ce sera un moment spécial car nous avons quelques problèmes de blessures mais c'est la même chose pour tout le monde à ce stade."
       
      Enfin, sur le but de Lautaro Martinez.
      "Je n'ai jamais été inquiet car les occasions ont continué à se présenter et en tant qu'ancien attaquant, je sais très bien qu'il y a des moments comme celui-ci où le ballon ne veut pas entrer. Ce soir, il a marqué un beau but mais j'ai toujours été calme, c'est un joueur avec une personnalité qui aime l'Inter et aime le maillot. Je suis satisfait de nos attaquants."
       
      Traduction alex_j via le site officiel et sempreinter.

      10 commentaires
      899 vues
    46. Inter - Napoli: "Réactions d'après match"

      Après ce stressant 3-2 contre le Napoli, Hakan Calhanoglu et Lautaro Martinez se sont exprimés sur Inter TV et DAZN.
       

       
      Le pied de Hakan Calhanoglu est chaud, très chaud. Le penalty parfait dans le derby a été réitéré par celui qui a marqué contre Napoli. Après le match, Hakan s’est livré à Inter TV:
      "Je suis heureux parce que nous savions que c'était un match difficile, ils ont commencé avec une pression très élevée mais comme dans toutes les circonstances, nous avons très bien fait. Même dans les matchs que nous n'avons pas gagnés, nous avons fait mieux que nos adversaires, alors nous sommes vraiment heureux aujourd'hui. Peu importe que je marque ou que je passe, ce qui compte c'est qu'on n'abandonne jamais, même dans les dernières minutes quand on était en difficulté on s'est battu en équipe, tous ensemble."
      "Je suis content du penalty marqué : je sais bien les frapper, j'ai une bonne confiance. Mais comme l'a expliqué l'entraîneur, l'important est de se sentir bien, alors peu importe qui tire. Maintenant, pensons au Shakhtar, un autre match très important."
       

       
      336 minutes ! Que voulez-vous alors dire à un attaquant : joue bien, tôt ou tard tu marques. Lautaro Martinez n'a plus marqué depuis le 2 octobre contre Sassuolo. A partir de ce jour, le penalty raté dans le derby, mais aussi une série de belles performances, notamment contre Naples. Avec Koulibaly, un tête-à-tête dans lequel Toro s'est bien sorti, un homme d'équipe pour le match et un tueur au bon moment. Son quatrième but en carrière contre l'équipe napolitaine a porté l'Inter à 3-1, avant le siège de l'équipe de Spalletti.
      Après le but, Lautaro a applaudi ses coéquipiers et a offert des gestes sans équivoque aux supporters, comme pour s'excuser du penalty raté dans le derby. Aux micros de DAZN, l'attaquant argentin a déclaré :
      "Pour nous, c'était un match très important, compte tenu du classement. C'était une confrontation directe et ils sont en tête. On voulait montrer qu'on s'en sort bien même si parfois le résultat n'est pas en notre faveur. Aujourd'hui, nous avons fait une performance de grand caractère. Je me suis excusé auprès des fans lors de la célébration car il arrive de faire des erreurs, je n'avais pas marqué depuis près d'un mois. J'essaie toujours de travailler pour l'Inter, même quand je ne marque pas. C'est toujours excitant de marquer, mais l'important est que l'Inter gagne. Correa m'a dit qu'il me donnerait un coup de main et aujourd'hui il m'a fait marquer. Le Scudetto ? Nous pensons étape par étape, nous devons continuer à grandir car nous sommes les champions italiens et nous devons faire encore mieux."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      3 commentaires
      743 vues
    47. Simone Inzaghi: "Un gros match nous attend. Courage et détermination seront la clé!"

      Simone Inzaghi s'est entretenu avec les médias ce Samedi pour évoquer le choc contre le Napoli, coup d'envoi à 18h00 CET au Meazza Dimanche.
       
      A quel genre de match vous attendez-vous demain ?
      "Nous savons que c'est un autre match extrêmement important, comme le dernier contre le Milan. C'est important pour le classement de la Serie A, avec la meilleure attaque contre la meilleure défense. Le courage et la motivation seront très importants."
       
      Ce match pourrait-il représenter un carrefour dans la saison ?
      "Cela signifie beaucoup, c'est sûr. Nous avons très bien fait jusqu'à présent, à la fois en Serie A et en Ligue des champions. Nous avons deux points de moins que l'an dernier et avons joué plus de matchs à l'extérieur. Le Milan et le Napoli vont plus fort que tout ce que nous avons vu au cours des 40 dernières années en Italie. Nous savons que nous méritions plus contre l'Atalanta, la Juventus et le Milan, mais nous avons fini par faire nul. Nous devons faire un peu mieux dans ces matchs en tête-à-tête, à partir de demain soir."
       
      Comment comptez-vous utiliser vos attaquants en pensant au prochain match de Ligue des Champions ? 
      "J'aurais pu mieux répondre à cela avant de jouer contre Milan ou le shérif car nous avions alors une équipe complète disponible. Maintenant, nous avons perdu Stefan De Vrij, Alexis Sanchez et nous avons eu quelques problèmes avec Alessandro Bastoni et Edin Dzeko. Nous avons encore l'entraînement d'aujourd'hui et de demain mais en tout cas je me concentre sur Naples. Nous avons un autre match important à venir mercredi, mais je sortirai notre meilleure équipe demain."
       
      Êtes-vous surpris par les performances de Luciano Spalletti à Naples ?
      "Spalletti a bien fait partout où il est allé. C'est un très bon entraîneur qui améliore les équipes avec lesquelles il travaille. Naples est une excellente équipe. Le club a fait un excellent travail pour garder ses meilleurs joueurs. Spalletti se porte très bien, poursuivant l'excellent travail que Gennaro Gattuso a fait au cours de la dernière année et demie."
       
      De quoi avez-vous besoin pour améliorer encore votre mentalité ?
      "Nous devons essayer de transformer les moments qui changent la donne en notre faveur. Nos chiffres et nos statistiques sont très bons et nous méritions plus des matchs en tête-à-tête que nous avons joués. Nous devons faire mieux mais je suis très fier de ma décision de rejoindre l'Inter. Nous sommes compétitifs dans tous les domaines. J'ai la chance d'avoir un club qui me soutient à tout moment et des fans incroyables. Nous jouons à domicile demain et nous savons qu'ils seront derrière nous dès la première minute."
       
      S'il y a un penalty, qui le tirera ?
      "Nous devrons voir qui joue. Nous avons Lautaro Martinez, Hakan Calhanoglu et Ivan Perisic, ce sont nos premières options. Lautaro a inscrit un penalty très important à Sassuolo. Contre Milan, Calhanoglu a bien fait avec le premier puis le gardien a fait un bon arrêt pour garder Lautaro. Nous serons prêts pour cela."
       
      Pouvez-vous expliquer pourquoi Lautaro a eu du mal à trouver les filets récemment ? 
      "Les attaquants traversent parfois des sorts stériles. Cela m'est arrivé, à mon frère, à Ciro Immobile à la Lazio, bien que heureusement pas souvent. Lautaro travaille bien et travaille dur pour l'équipe. Il est pleinement impliqué. Un attaquant devrait s'inquiéter s'il n'a pas d'occasions, mais il en a eu lors des derniers matchs, dans le  derby aussi. Il a juste besoin de continuer à travailler comme il l'a fait et à croire en lui et les objectifs reviendront pour lui."
       
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      3 commentaires
      950 vues
    48. Paul Ince: "Rejoindre les Nerazzurri était ma meilleure décision. Massimo Moratti était spécial!"

      Dans une interview avec la série "My Story" de Sky Sports, l'ancien international anglais est revenu sur sa carrière et s'est concentré sur son passage en Serie A avec l'Inter.
       
      Ayant rejoint Manchester United en 1995, Ince a admis qu'il avait d'abord eu du mal à s'adapter à la vie en Italie jusqu'à ce que Moratti intervienne.
      "Au début, ma famille et moi avons eu du mal à trouver un logement à Milan, mon fils Tom était là aussi, c'est pourquoi nous sommes retournés en Angleterre pour quelques jours. J'ai parlé à Massimo Moratti et il m'a demandé pourquoi je n'étais pas dans un bel hôtel jusqu'à ce que j'aie trouvé la bonne solution. J'apprécie toujours beaucoup ce qu'il a fait, nous vivions dans un hôtel et je jouais au football. Ensuite, nous avons trouvé un appartement au-dessus de celui de Jurgen Klinsmann, c'était magnifique avec une vue sur le lac."
      "Tout rendait Moratti spécial, rien qu'en le regardant, on ne pouvait s'empêcher de ressentir du respect pour lui. Il avait un amour très important pour moi et il l'a montré dans son désir de m'emmener en Italie. Ce n'était pas l'entraîneur de l'époque, Ottavio Bianchi, qui était venu me voir lors du match contre Crystal Palace (pour Manchester United), mais directement Massimo. Et quand il m'a convaincu de venir en Italie, il s'est assuré que tout était parfait pour moi. Il m'a traité comme un roi."
       
      La décision d'Ince de quitter la Premier League pour la Serie A était le bon choix.
      "Au final, je peux dire que c'est le meilleur transfert que j'ai pu faire dans ma carrière. L'Inter est un club prestigieux, avec des supporters fantastiques et un stade incroyable. Ensuite, le mode de vie, la météo, tout était parfait. Probablement le meilleur endroit où je sois allé."
       
      Une relation étroite avec les supporters de l'Inter.
      "Dès le début, les fans ont commencé à chanter "Come on Paul Ince". Quand ils ont chanté ça en Angleterre, cela signifiait que je devais m'améliorer. Là, j'ai réalisé qu'ils ont toujours été à mes côtés. Je veux dire qu'ils ne m'ont jamais critiqué, même un seul instant. Et je suis souvent allé les remercier sous la Curva, ils m'ont soutenu même quand je jouais mal. Ce sont des fans vraiment incroyables, et je suis désolé d'avoir dû partir si tôt."
       
      Traduction alex_j via sempreinter.

      2 commentaires
      736 vues
    49. Hakan Calhanoglu : "Je suis trop heureux d'être dans cette équipe''

      Enfance, Turquie, Inter, objectifs et vie de famille étaient au programme de Hakan Calhanoglu lors d'un épisode du podcast The Home of Football de 433 consacré à notre milieu de terrain.
       
      Comment était votre enfance ?
      "J'étais un garçon avec de grands rêves. Mon père m'a toujours tellement poussé. Chaque fois que j'avais du temps libre, je jouais au football avec des enfants plus grands que moi. Mon plus grand rêve était de rendre ma famille fière. Ce sont eux qui m'ont permis de devenir Hakan Calhanoglu."
      "Mon père a toujours été à mes côtés, m'a toujours accompagné partout et a participé à chaque étape de ma carrière. C'est pourquoi je serai toujours reconnaissant envers mes parents. Mon père était aussi mon entraîneur et il était très strict avec moi. Je suis content que mes parents soient fiers de moi."
       
      Turquie et famille.
      "Je suis né en Allemagne et mon père est né en Turquie, j'ai donc dû choisir pour quelle équipe nationale jouer. Je me suis senti très honoré lorsque j'ai choisi la Turquie. Je suis fier de ma décision. Je joue maintenant pour l'Inter et la Turquie, ce qui est la preuve que si vous y croyez, vous pouvez atteindre n'importe quel objectif que vous vous fixez."
      "J'aime beaucoup retourner en Turquie. J'y retourne dès que j'ai le temps car le pays m'inspire. La campagne est fantastique et j'aime y passer du temps avec ma famille."
       
      Rejoindre l'Inter.
      "J'ai décidé de rejoindre l'Inter parce que je voulais un nouveau défi dans ma carrière et j'ai pris cette décision avec ma famille. Je suis content d'être ici. C'est un grand club qui a remporté le Scudetto l'année dernière et qui joue en Ligue des champions."
      "Avant de venir ici, je savais que l'Inter était une équipe de haut niveau. Le jour où je suis arrivé était fantastique, mais il n'y avait presque personne ici parce que beaucoup de joueurs étaient en trêve internationale. Cependant, ils ont ensuite commencé à revenir et c'était génial de faire connaissance avec toute l'équipe."
       
      Le vestiaire.
      "J'ai une excellente relation avec tout le monde, en particulier Denzel Dumfries et Stefan de Vrij, étant donné qu'ils parlent néerlandais, ce qui est similaire à l'allemand, donc nous nous comprenons bien."
      "Je connaissais déjà Simone Inzaghi depuis qu'il était à la tête de la Lazio. Il y avait un lien fort avec lui dès le départ, qui n'a cessé de grandir depuis, grâce au travail acharné que nous effectuons au quotidien."
       
      La progression.
      "Mes débuts contre le Genoa étaient spéciaux. J'étais content de marquer et fournir une passe décisive. Je voulais montrer ce que je pouvais faire dès le premier jour et je l'ai réussi dans ce match."
      "Quant aux rêves, les miens sont semblables à ceux des autres, mais je ne veux pas trop en dire. Bien sûr, nous voulons nous battre pour gagner la Serie A. Nous avons battu Sheriff en Ligue des champions et maintenant nous voulons obtenir un bon résultat contre le Real Madrid et le Shakhtar. Ensuite, nous avons aussi la Coppa Italia."
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      0 commentaire
      719 vues
    50. Beppe Sala, Maire de Milan: "J'ai décidé que le projet de nouveau stade doit avancer"

      Le Maire de Milan, Beppe Sala, s'attend à ce que la proposition de nouveau stade pour l'Inter et le Milan AC se réalise, déclarant qu'il a donné son accord pour que le projet soit lancé.
       

       
      Dans une conférence de presse, rapportée par FCInter1908, Sala explique que sa décision exécutive est de voir le projet avancer malgré quelques obstacles et oppositions.
      Les Nerazzurri et les Rossoneri ont rencontré Sala et le conseil de la ville de Milan après les élections municipales du mois dernier pour essayer de faire avancer les choses rapidement avec la construction du nouveau stade proposé.
      Les clubs pensent qu'un nouveau stade aurait une part essentielle dans la modernisation de leurs infrastructures et rendrait leurs revenus plus compétitifs.
      Cependant, le projet rencontre certaines oppositions, notamment en regard à la proposition de démolir le Giuseppe Meazza/San Siro existant.
      Sala explique cependant qu'il est maintenant déterminé à avancer, déclarant "Que ce soit au conseil municipal de la ville ou auprès des citoyens, je suis disponible pour discuter. Ces discussions, cependant, ne peuvent pas concerner la question de dire oui ou non au projet."
      "Nous avons pris nos responsabilités et avançons.", il continue. "Si la discussion porte sur à quoi ressemblera le projet, nous pouvons en parler. Parmi tout ceux qui travaillent à mes côtés, nous ne voyons pas toujours les choses de la même façon. Mails il y a une règle : quand vous êtes indécis, le Maire doit décider."
      "Je l'ai fait. A tout ceux qui disent ''San Siro à besoin d'être restauré'', je répond simplement : ''Allez le dire aux équipes". J'ai essayé pendant 2 ans. Mais si ils ne veulent pas le faire, alors nous ne le ferons pas."
       
       ©Internazionale.fr, via FCInter1908 - Traduction Trent_FCI

      4 commentaires
      810 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également