Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Interviews


    1306 articles dans cette catégorie

    1. Marco Bellinazzo: "Le Suning veut que les coûts soient réduits de 20%"

      S'exprimant aujourd'hui sur Sky Sport Italia, Marco Bellinazzo, journaliste à Il Sole 24 Ore, a expliqué que le Suning veut réduire les coûts de 20%.
       
      "Le Suning s'efforcera de réduire les coûts de l'Inter d'environ 20%, avec toute une série de facteurs qui pourraient augmenter ou diminuer ce pourcentage. L'équipe coûte 300 M€ par an, compte tenu des salaires, des impôts et des amortissements, et cela consomme tous les revenus que le club engrange structurellement pendant la pandémie COVID-19. Le flux de revenus a été réduit en raison de l'absence de revenus provenant du public (sans supporters autorisés)."
      "Leur programme de réduction de coût devra être associé à d'autres opérations qui pourraient réduire la masse salariale et les paiements d'impôts. Par exemple, l'Inter pourrait recruter des joueurs pour lesquels ils peuvent utiliser le décret italien de croissance pour payer moins d'impôts, ou ils peuvent travailler sur la signature de joueurs libres. Ils pourraient également chercher à renégocier les contrats des joueurs qu'ils ont déjà dans leur équipe."
       
      "Le prêt donnera à l'Inter l'argent dont elle a besoin pour payer ses factures jusqu'à la fin de la saison (30 juin). Après cela, ils devront rembourser l'obligation de 150 M€ que le Suning a contractée. Le prêt de l'Inter ne créera plus de pression sur les comptes du club car il se fera par le biais du groupe de portefeuille de Suning (Great Horizon). Ils devront garantir la stabilité financière, car cela vous permet de travailler sur le respect des paiements de bonus liés à la performance. Les paiements de bonus d'Inter dans tous leurs contrats pourraient avoir un impact moins lourd sur les finances du club lorsqu'ils renégocieraient des contrats avec de grands joueurs. La situation n'affecte pas seulement l'Inter, cependant; ce n'est pas comme si tout était heureux et facile ailleurs, dans d'autres clubs."

      6 commentaires
      187 vues
    2. Big Rom se livre au Corriere Della Sera : "Conte va rester, je veux ouvrir un cycle"

      Elément fondamental, pièce maitresse dans le Onze d’Antonio Conte, adulé par les Tifosi, Romelu Lukaku s’est livré au Corriere Della Sera suite à la conquête du Scudetto : "Le titre appartient à l’équipe, au club, aux tifosi, ce n’est pas le mien."
       
       
       
      "Ce n’est pas à partir de maintenant que je vais me considérer comme un Top Player, je suis quelqu’un qui aide à gagner, je me mets toujours à la disposition de l’entraineur. Tous les joueurs ont fait un saut de qualité et j’espère que la croissance nous permettra de remporter d’autres trophées."
       
      Conte a déclaré à de nombreuses reprises : "Vous ne savez pas ce que j’ai dû faire apporter Lukaku à l’Inter". Comment vous-a-t ’il convaincu ?
      "Je l’ai été Immédiatement. Le jour où il a signé à l’Inter, je lui ai envoyé un message : J’arrive. Pour moi jouer pour l’Inter en Serie A a toujours été un rêve. Quand j’étais en Angleterre, je voulais jouer pour Chelsea, ensuite seulement pour l’Inter. J’ai réalisé un rêve."
      "A présent, je suis avec l’entraineur qui pour moi est le plus fort. Nous n’avons jamais de surprise sur le terrain, nous sommes préparé à tout. Nous sommes parvenu à l’emporter lors de notre seconde année, et nous étions tout proche lors de la première année. Conte et nous tous avions vécu cette seconde place et la Finale de l’Europa League comme une défaite, et cela s’est transformé en motivation."
       
      Accordez-vous de l’importance à certaines rumeurs du Mercato ?
      "Plus jamais, avant oui : Lorsque tu es jeune tu penses différemment : Jeudi, je fête mes 28 ans. Je suis convaincu mentalement d’être dans une équipe qui est capable de réaliser de grande choses : Nous pouvons encore gagner et grandir, débuter un nouveau cycle : Nous avons un entraineur qui cherche à donner le maximum."
       
      Conte ne partira pas alors ?
      "Non, je ne pense pas : Même lui est sincèrement heureux car ici, il se sent bien. Il a une équipe qui le suis et a de grande responsabilité : aussi bien en match qu’à l’entrainement : Nous avons tout en main pour ouvrir un nouveau cycle."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      1 commentaire
      297 vues
    3. Christian Eriksen se livre après le Scudetto: "Les jurons sont les plus faciles à apprendre"

      Christian Eriksen s’est livré à la Gazzetta Dello Sport suite à la conquête du Scudetto interiste. Si le danois a eu du mal à s’acclimater à la Serie A, celui-ci se fond à présent très bien dans le décor
       

       
      " Je n’ai jamais douté de Lukaku, même en Premier League. Dans notre système, je le considère comme le meilleur attaquant possible. Il est impressionnant et il est devenu encore plus dominant qu’auparavant : Mieux vaut l’avoir en équipier que comme adversaire."
       
      Pourquoi en Angleterre tant de joueurs important se sont exprimés sur la Super Ligue et personne en Italie ?
      "C’est un projet où aucun joueur ne savait rien et, en deux jours, il a pris fin. C’est donc difficile de se faire une idée. Comme joueur, tu te dois de respecter le Club dans lequel tu te trouves et le club se doit à son tour de respecter les tifosi et toutes les personnalités que cela peut toucher. Nous n’avons tout simplement rien à dire, car c’est une décision des clubs et de leurs propriétaires : Je ne connais pas le futur, mais en ce moment, ce n’est pas un projet à mettre sur la table."
       
      Comment se passe la vie à l’italienne ? Quelle chose aimez-vous et quelle chose n’appréciez-vous pas dans la ville ?
      "La nourriture et la météo est bien meilleure qu’au Danemark et en Angleterre bien évidemment. Je n’aime pas qu’une seule chose : La pandémie. Je n’ai toujours eu le temps de profiter de la ville comme je l’aurais voulu. Je suis impatient que le Covid disparaisse pour devenir un vrai milanais."
      "Je me déplace de Brera à pied, c’est un endroit idéal pour mes deux enfants, et aussi pour aller chez le boulanger, faire du shopping, se balader dans un parc. Etant dans le Centre-Ville, je n’ai pas besoin de voiture.
       
      Comment se passent vos leçons en italien ?
      "Les jurons sont les plus faciles à apprendre, mais j’apprends tout doucement à connaitre de nouveaux mot. Le dernier a été “punto interrogativo”. Si l’on me parle doucement, je peux commencer à échanger. Je ne suis évidemment pas encore capable de suivre un film en italien, je regarde la télé seulement pour les enfants et le football."
       
      En tant que bon danois, vous êtes passionné de Lego : En faites-vous un en ce moment ?
      "Je voudrais en faire un en forme de Scudetto ! Lorsque j’étais petit j’en faisais énormément, comme tous les enfants de mon pays. Ensuite avec le Lockdown, je me suis ennuyé et j’ai recommencé à en faire avec mes enfants, même si avec eux autour, ce n’est pas facile de les finir."
       
      Quel souvenir de vacances avez-vous enfant, du littoral de Jesolo ?
      "J’allais dans un camping à Cavallino, nous venions en camping-car depuis le Danemark. J'y suis allé 14 ou 15 fois, mais à cette époque la Serie A était toujours remporté par le Milan ou la Juve. A présent, c’est bien d’être de retour avec le Scudetto."
       
      Pour conclure : Connaissez-vos Hamlet, le prince danois qui se cherche…
      "Oui, mais je ne lui ressemble pas : Je sais qui je suis à l’Inter et en dehors : Je suis Christian Eriksen et cela me suffit."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      1 commentaire
      364 vues
    4. Lautaro Martinez se livre à la presse argentine: "C’est mon premier titre et c'est quelque chose que l’on n’oublie pas"

      Lautaro Martinez a été l’un des grand artisans du Scudetto interiste. Le premier de sa carrière, ce qui lui a valu d’être interviewé sa presse nationale
       
      Son interview à Espn Argentina

       
      "Quand je suis parti de la maison, de Bahia Blanca, j’avais tant de rêves et d’objectifs en tête. Je savais que cela allait me couter tant d’efforts, mais tous ces efforts, un jour, allaient porter leurs fruits. Cet objectif me rend fier du point de vue personnel et familial: Comme je l’ai toujours dit, ma famille est très importante pour moi. Aujourd’hui, je vis en Italie, j’ai 23 ans, j’ai une fille : La vérité est que la vie m’a changé et m’ donné le smyle."
      "Je continue sur ce chemin car mes parents m’ont vu grandir ainsi : Je vais de l’avant en cherchant à corriger mes défauts et m’améliorer : Ce qu’il se passe ces derniers jours, avec la victoire de mon premier titre, m’a provoqué une grande émotion."
       
      La carrière de Lautaro
      "Je rêvais de cela depuis que j’étais enfant : Gagner un titre avec l’Inter, un aussi grand club en Italie, être les meilleurs, car cette année, je crois que nous étions les meilleurs, est une émotion à vivre : J'en suis très fier."
      "Aujourd’hui, je suis en compétition avec Cristiano Ronaldo et d’autres joueurs, je suis tous les jours avec Zanetti et je suis équipier, en équipe nationale de Messi. J’ai 23 ans et c’est bien de pouvoir faire ce que j’aime. Je m’amuse et je profite à chaque instant. Je profite du fait de pouvoir endosser le maillot de l’Inter, de l’Argentine, ce sont des rêves."
      "J’ai fait la fête à la maison avec ma famille: Ma fille, ma femme, et sans autres personnes. Pour moi c’était une fête extraordinaire, mais il y a aussi les Tifosi qui te soutiennent quotidiennement et qui te sont très proche. C’était particulier car c’est mon premier titre et c'est quelque chose que l’on n’oublie pas."
       
      Les Tifosi et le Real
       
      Est-ce que les Tifosi de l’Inter sont similaires à ceux du Racing ?
      "Ici, le football se vit d’une façon similaire l’Argentine : C’est la même passion. Cela faisait onze ans que l’Inter ne parvenait plus à gagner un titre et je crois que ce qu’il s’est passé m’a confirmé ce que je pensais."
       
      Le Real Madrid ?
      "Concrètement, il n’y a rien eu. Lorsque j’étais chez les jeunes du Racing, ils m’ont voulu à deux reprises. La première fois c’était lorsque Solari entrainait l’équipe B. Je ne me sentais pas à partir loin de Bahia Blanca."
      "La seconde fois, je jouais peu et ils m’ont proposé un contrat : J’ai dit non car je ne me sentais pas prêt et je voulais devenir un joueur important dans le football argentin. Ensuite, j’ai décidé de rejoindre l’Inter car je me suis senti prêt : C’était le bon moment pour faire le saut en Europe."
       
      Barcelone
      "J’étais proche de Barcelone, c’était quelque chose d’important pour moi, mais finalement, les Blaugrana ont connu des problèmes économique et j’ai décidé de rester à l’Inter. J’ai abordé cette année en cherchant à grandir et par chance, j’ai gagné ensuite le Scudetto."
      "J’ai parlé avec Messi et et c’était une belle opportunité pour moi, j’ai été vraiment proche de Barcelone, mais je suis resté à l’Inter et j’ai continué à m’entrainer : Par chance, j’ai eu le temps de prendre ma décision et elle a été bénéfique vu que j’ai remporté un titre à présent. Messi était très serein, il me demandait quelle était ma situation et pas grand-chose d’autres, car nous parlions de lui."
       
      Diego Milito
      "Je suis triste qu’il soit parti du Racing car je crois que Diego était très important pour le club : Pour nous, ses équipiers, il était important comme footballeur, même aussi lorsqu’il a terminé sa carrière. Je n’ai pas aimé lorsque l’annonce est parue, j’ai toujours eu de bons rapports avec lui."
      "Je me souviens que lorsque Milito était arrivé en 2014, je l’observais énormément. Il était sur le terrain une heure avant l’entrainement pour s’entrainer sur ses contrôles, sur les phases de conclusions, sur les un contre un : J’ai beaucoup appris de Diego en l’observant énormément : Il n’était pas le plus rapide, mais il avait un grand contrôle orienté qui lui permettait de prendre le meilleur sur le défenseur."
       
      Pour être une légende du Racing, vous devez revenir et remporter le titre ?
      "Je l’espère, c’est un rêve que j’ai dans le coin de ma tête: Je suis parti et le Racing est devenu champion. Diego y est parvenu avant même son départ, je dois le remporter à deux reprise pour l’égaler."
       
      Gabriel Batistuta
      Que pensez-vous lorsque Batistuta déclare que vous êtes son héritier ?
      "J’en suis fier, les comparaison ne me plaisent pas, mais cela fait plaisir qu’une personnalité telle que lui dise ce genre de chose. Je continue à travailler et à grandir et j’espère qu’un jour, je pourrais arriver à faire ce qu’il est parvenu à réaliser, même un peu plus. J’étais très petit lorsqu’il jouait, je ne l’ai vu que très peu, mais, objectivement, j’ai regardé tellement de vidéos."
       
      La Serie A
      "Je crois que le championnat italien est l’un des plus difficile du monde à jouer : Il est très tactique, j’ai dû travailler énormément lorsque je suis arrivé en Italie. Les entraineurs travaillent beaucoup sur l’aspect tactique, c’est très difficile lorsque tu as ton adversaire qui recule et qu'ils défendent avec 5 joueurs. Je devais grandir et jouer plus rapidement. J’ai compris comment prendre le temps pour tromper l’adversaire ou pour réaliser une passe en profondeur : Tu as très peu de temps pour penser à la passer."
       
      Son interview à Tyc Sport

       
      "Je suis content du moment que je vis actuellement et pour le Scudetto que nous avons remporté. Une équipe, l’avait remporté depuis beaucoup de temps. Cela faisait 10 ou 11 ans que l’Inter n’avait plus remporté de titre : Je pense que nous avons réalisé un travail optimal durant ce championnat. Nous sommes méritoirement champion vu ce que nous avons proposé durant l’année et vu notre avantage sur les poursuivants."
      "Je pense que le Calcio te fait grandir énormément car tu travailles beaucoup sur la tactique. Cela m’a fait grandir de faire face à des équipes qui jouaient avec 5 défenseurs en me laissant très peu d’espace. J’ai obtenu, cette année, un bon temps de jeu à chaque match et c’était très important : J’ai grandi physiquement et footballistiquement et j’en suis fier. Je considère cette année comme l’une des meilleures  en termes de croissance footballistique lorsque l’on analyse les questions tactiques et physiques."
      "Le calcio est très difficile, les défenseurs sont grands et rugueux. Toutes les équipes évoluent quasiment avec cinq défenseur et il est très difficile de trouver de l’espace. J’ai énormément travaillé pour savoir me démarquer pour recevoir le ballon, dribbler ou tirer au but."
       
      Romelu Lukaku
      "Nous avons réalisé un excellent travail ensemble, le fait que nous soyons proche aide. Nous avons grandi grâce à l’entraineur : Pour nous c’est important d’en avoir un comme lui : Il te fait t’améliorer quotidiennement, il a envie de faire grandir les joueurs sous les aspect tactiques, physiques et footballistiques. Les résultats : Les buts et les assits sont le fruit du travail quotidien."
       
      La vie privée
      "J’ai une famille à 23 ans : Cela a changé ma vie et mon mental : Je ne me sens pas être une autre personne, mais je suis tout de même différent de celui que j’étais avant : Je ressens que je suis plus mur dans de nombreux aspect de la vie quotidienne : Cette année a été difficile pour nous, mais nous avons obtenu quelque chose de très positif : L’arrivée de ma fille m’a fait énormément de bien."
       
      Milito Bis
      "J’ai beaucoup appris de Diego : Lorsqu’il est arrivé, je commençais à être convoqué par Diego Cocca pour m’entrainer en équipe premier. Je suis reconnaissant envers Diego pour tous ses appels et ses paroles. Les personnes ne le savent pas, mais il m’a toujours appelé lorsque les choses ne tournaient pas bien, lorsque je vais bien, il ne me sonne pas (il sourit). Il me parle, me conseille, me donne son opinion, je lui suis très reconnaissant pour toute ce que j’ai vécu et partagé aussi avec lui lorsque de la période où nous partagions le vestiaire."
       
      Messi
      "Chaque fois que l’on se voit, on échange, on se connais, on joue ensemble depuis quelques temps en équipe nationale : Il sait comment je bouge tout comme je sais comment il peut le faire lui."
       
      La Coppa America 2019
      "Le travail défensif m’a été très utile. Dès l’instant où l’entraineur (Conte) est arrivé à l’Inter, il m’a demandé de réaliser tant de choses en phase défensives et aujourd’hui j’y parviens naturellement car j’ai grandi énormément sous cet aspect : J’en suis très satisfait."
       
      Le Saviez-vous ?
       
       
       
      Selon Partidazo de Cope , le Real Madrid serait en pleine négociation directement avec le joueur argentin: Il n’y aurait, pour l’heure, aucun contact avec l’Inter.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      2 commentaires
      385 vues
    5. Gianfranco Zola: "Conte veut la gloire en Ligue des Champions"

      Sur Gazzetta.it, Gianfranco Zola pense que l'avenir s'annonce prometteur pour les nouveaux champions et ce, malgré le fait que Antonio Conte n'est pas encore certain de continuer en tant que manager.
       
      "Il sera difficile de répéter la succession de titres de la Juventus, mais l'Inter a construit une base pour gagner régulièrement."
      "Antonio est un entraîneur qui appartient à la catégorie des managers capables de changer des équipes. Je l'appellerais un 'transformateur'. Vous pouvez dire ce que vous voulez de son style de jeu, il est extraordinaire."
      "Ce Scudetto est son exploit. Il a prouvé qu'il était une fois de plus un gagnant. Maintenant, je pense qu'il y aura de nouvelles étapes pour lui... je pense qu'il a l'ambition de remporter l'UEFA Champions League."
      "Leur point commun avec Jose Mourinho est qu'ils sont tous les deux extrêmement exigeants et ont une énorme personnalité."
      "J'attends de l'affection et de la gratitude de la part des supporters de l'Inter, même si Mourinho entraînera l'équipe adverse pendant 90 minutes. Mourinho leur a donné beaucoup, je suis vraiment curieux de voir ce qui va se passer."

      3 commentaires
      397 vues
    6. Daniele Padelli: "Une joie inimaginable de gagner la Serie A avec l'Inter, nous avons montré un caractère énorme"

      S'exprimant sur le podcast officiel de l'Inter, Kick Off, Daniele Padelli a exprimé sa joie et s'est livré sur cette Inter vainqueur.
       
      "Notre groupe a été le facteur décisif. Ce fut une longue saison et ce fut une lutte, nous avons traversé des moments difficiles. Seul un grand groupe aurait pu sortir victorieux à la fin; nous avons prouvé que nous étions de grands joueurs et de vrais hommes."
      "C'est un scudetto pour tout le monde, de ceux qui se lancent sur le terrain à ceux qui sont dans les coulisses."
      "Sur le déroulement des célébrations, j'ai décidé de sortir parce que je ne pouvais pas célébrer avec mes coéquipiers. J'ai essayé d'être prudent et de rester isolé, étant donné le moment où nous sommes, mais je ne pouvais pas garder mes émotions en moi."
      "C'est un sentiment que je garderai toujours en moi. Je suis supporter de l'Inter depuis ma naissance et pouvoir célébrer un scudetto avec ce club est quelque chose d'impensable. Je suis un joueur de l'Inter mais je suis avant tout un fan de l'Inter, je suis ravi de la façon dont cette saison s'est déroulée."
      "Ce Scudetto rembourse toutes les années d'attente. Ce furent de longues années pleines de difficultés, mais maintenant nous pouvons profiter de ce scudetto qui est pleinement mérité."
      Padelli devrait quitter l'Inter à la fin de cette saison à l'expiration de son contrat.

      3 commentaires
      396 vues
    7. Andrea Stramaccioni: "Romelu Lukaku plus utile que Cristiano Ronaldo, Marcelo Brozovic mérite plus de crédit"

      Dans une interview accordée à FcInterNews.it, Andrea Stramaccioni s'est livré sur Lukaku, Brozovic et le mercato.
       
      Entre Ronaldo et Lukaku, lequel est le plus utile?
      "Lukaku est plus fonctionnel pour son équipe et aide davantage le collectif. Ronaldo a inévitablement été affecté par la mauvaise saison de la Juventus, il ne s'agit évidemment pas de la valeur absolue des deux joueurs."
       
      Le Belge comme le symbole du triomphe interiste cette année.
      "Avec chaque jour qui passe, il est devenu de plus en plus un leader. L'Inter avait besoin d'un grand talisman et Lukaku a gagné ce rôle avec ses buts et ses performances. Il a acquis des qualités de leader sur et en dehors du terrain après son clash avec Zlatan Ibrahimovic dans le derby de Milan."
      "Lukaku est un attaquant moderne qui est unique dans sa capacité à combiner force physique dévastatrice et excellente capacité de course. Il marque régulièrement des buts et je pense qu'il prouvera qu'il peut également faire la différence à un niveau supérieur (par rapport à la Serie A, ndlr) avec les prochains Euro et l'UEFA Champions League la saison prochaine."
       
      Des mots sympas pour Achraf Hakimi et Marcelo Brozovic.
      "Maicon était Maicon et reste un joueur unique pour son rôle dans l'histoire de l'Inter. Hakimi a cependant connu une saison extraordinaire, s'imposant comme un joueur clé dans la course au titre. Le système de Conte tire le meilleur parti de lui et couvre quelques-unes de ses faiblesses."
      "Un joueur moins médiatisé mais qui a symbolisé la victoire de l'Inter cette saison est Brozovic. Il a été le cœur et le moteur de l'Inter et a fait d'énormes améliorations depuis sa défaite en finale de la Coupe du Monde 2018 avec la Croatie. Vous appréciez à quel point Brozovic est important pour l'Inter quand il n'est pas là."
      "Je dirais aussi que Samir Handanovic a été important, le symbole de la défense interiste et aussi leur caractère."
       
      Antonio Conte et Beppe Marotta considérés comme les architectes du scudetto.
      "Conte est un gagnant et il a fait un travail extraordinaire. Beaucoup d'entraîneurs auraient pu être détruits par la triple élimination de l'Inter de la Ligue des champions, de la Ligue Europa et de la Coppa Italia plus tôt. Mais Conte a transformé les moments négatifs en énergie positive, comme un leader, et à partir de là, il a mis l'Inter dans une marche imparable vers le scudetto."
      "Marotta et Piero Ausilio ont, quant à eux, très bien fait pour garder le club uni derrière l'entraîneur et l'équipe dans les moments les plus difficiles, quand il aurait été plus facile de trouver de petites excuses. Je les féliciterais également pour la détermination avec laquelle ils ont signé Lukaku il y a deux ans et pour leur signature de Stefan de Vrij sur un transfert gratuit. Ils ont également eu une grande intuition de signer Lautaro Martinez, Achraf Hakimi, Nicolo Barella et Alessandro Bastoni."
       
      L'Inter a ce qu'il faut pour commencer un cycle gagnant?
      "Ils sont obligés de tenter leur chance. Il y a une opportunité pour eux de le faire en Italie et l'Europe attend un grand protagoniste de la Serie A."
       
      Quelques conseils avant le mercato.
      "Je ne ferais pas l'erreur de recruter quatre ou cinq bons joueurs qui augmentent théoriquement le niveau de l'équipe, je concentrerais toutes les ressources sur un ou deux grands joueurs. L'Inter a besoin de joueurs d'un niveau incontestable qui peuvent améliorer un onze de départ qui n'est pas si facile à améliorer. Ngolo Kante au milieu de terrain et un joueur comme Jordi Alba ou Robin Gosens à gauche en seraient des exemples."
      "Concernant les joueurs à ne pas jamais vendre, il en y a deux: Lukaku et Lautaro."

      1 commentaire
      728 vues
    8. Piero Ausilio se livre sur SkySport : "Vous voulez détruire l’Inter ?"

      Le Scudetto et le futur à prévoir : Telles sont les deux thématiques abordées par Piero Ausilio, quelques jours après une consécration historique, lors d’une entrevue exclusive à Sky Sport
       

       
      Les festivités ?
      "C’est seulement le début. Conte avait dit que les garçons avaient droit à un repos bien mérité et nous nous sommes tous retrouvés ici, car nous avions envie de nous retrouver tous ensemble de nous prendre entre les bras, d’offrir des sourires et de la satisfaction. Dans mon cas, vu les difficultés de ces dernières années, c’était aussi bien plus qu’un soulagement (il sourit)."
       
      Peux-tu nous raconter un peu quel a été ton parcours et celui de l’Inter ?
      "C’était un parcours difficile, jamais facile. Nous avions changé trois fois de propriété en très peu d’année : Je mets quiconque au défi de l’emporter en si peu de temps. Me concernant, je fais référence à la période de Suning, de la Famille Zhang, il a fallu du temps d'adaptation: Il fallait le temps de connaitre notre réalité, de réorganiser la société en un laps de temps réduit à travers des choix dans le management qui ont permis à certains, d’avoir la chance de faire preuve de continuité, comme ce fut le cas pour moi et pour d’autres collègues qui sont restés. Et il y a eu le choix de Marotta. Il y a eu par-dessus tout, le choix de prendre de très bons entraineurs. Nous avions débuté un parcours cette année, même lors de ces deux dernières années: Il a été redéfini et est devenu conquérant avec l’arrivée de Conte."
       
      Quand aviez-vous compris qu’il s’agirait de la bonne année ?
      "Je ne l’ai jamais dit, mais vu comment c’était terminé la saison dernière, j’avais de bons ressentis, mais je ne pouvais pas les dévoiler publiquement. Mais je ressentais quelque chose de spécial pour une raison très simple : Le travail que j’ai vu, nous a  permis de conclure sur une très belle seconde place en réduisant l’écart avec la Juve tout en disputant la finale de l’Europa League : La saison qui venait de s’écouler était donc très positive."
      "Nous avions entamé celle-ci sans jamais avoir eu le temps de nous reposer. Après seulement une semaine, Conte et les garçons ont dû se préparer à la nouvelle saison : C’était une période difficile à suivre pour nous tous… C’est la raison pour laquelle la victoire finale qui vient d’arriver la rend plus belle : Elle est arrivée au terme d’un long parcours débuté la saison dernière. Cette saison est devenue victorieuse."
       
      Quel est l’impact de cette victoire dans la programmation de la saison prochaine ? Le Groupe est déjà un projet solide : Comment le maintenir, qu’est-ce qui peut lui être utile ?
      "Pour l’instant, le moment de la programmation n’est pas arrivé, et c’est pour une raison sérieuse : Il reste encore quatre matchs. Nous avons remporter le Championnat, mais nous devons encore l'honorer.  Nous sommes des professionnels et nous devons penser à conclure au mieux cette saison."
      "Nous aurons le temps de programmer la saison à venir avec l’entraineur et la propriété. Nous sommes encore si proche du succès aujourd’hui, que nous voulons en profiter et continuer à le partager dans les prochains jours avec nos tifosi."
       

       
      Comment se crée un cercle vertueux et gagnant ?
      "Jusqu’à cette année, je m’occupais seulement de l’aspect vertueux…(Il sourit). Je peux te dire comment on travaille avec le Settlement Agreement, avec des prêts sans obligation d’achat et avec le Fair-Play-Financier, je suis un grand expert de tout cela. Finalement, cette année, nous sommes parvenu à l’emporter, je peux te dire comment on travaille avec cet aspect."
      "Mais je dois rester clairvoyant et me dire que je dois être capable de maintenir le niveau de qualité de l’équipe tout en tenant compte du contexte économique, vu que cette période de difficulté est visible aux yeux de tous."
       
      Spalletti a débuté ce parcours, Conte a transformé l’équipe, mais il semble lui aussi s’être transformé et cela semble s'être avéré utile pour réaliser une bien meilleure saison....La rencontre qui s’est tenu à la Villa Bellini a-t ’elle été utile pour améliorer la saison ?
      "Villa Bellini a fait l’objet d’une grande propagande et son propriétaire aura beaucoup à gagner, vu la grande importance qu’a pris ce bien immobilier. Il s’agit simplement d’une rencontre qui, en réalité, peut aussi avoir lieu périodiquement entre nous. Nous étions durant quinze jours en Allemagne pour préparer l’Europe League et nous avons parlé, échangé nos point de vue."
      "Je n’oublie pas Spalletti, je n’oublie pas les personnes avec qui j’ai travaillé. C’est avec lui que le parcours pour faire revenir l’Inter en Ligue des Champions a débuté. L’instant clé à la base de tout a été le but de Vecino qui a changé la destinée de l’Inter et de son nouveau projet."
      "Ensuite Conte est arrivée en amenant le tout jusqu’à l’excès : Il y avait plusieurs équipes en début d’année, et la nôtre a démontré ses qualités, nous avons des joueurs importants, mais c’est lui qui a fait la différence. La différence s’est faite avec lui comme cela s’est déjà produit, de façon similaire, dans tous les clubs qu’il a entrainé et qui ont été victorieux. Par chance, il est avec nous et nous tenons fermement à lui."
       

       
      Il est donc mieux d’avoir un grand entraineur, plutôt qu’un joueur supplémentaire en plus comme l’a déclaré Marotta….
      "Je pense que oui, c’est une valeur ajourée. Je pense que n’importe quelle équipe se doit être organisée à partir de l’entraineur.  Un entraineur doit avoir de la mentalité et il doit en avoir encore plus s’il est à l’Inter : Il doit avoir le mental, la capacité de savoir tout gérer : Les pressions que tu rencontres à l’Inter ne sont pas les mêmes que celles de toutes les autres équipes : Durant toutes ces dernières années, la Victoire nous échappé, ce qui ajoutait une pression ultérieur et seul un entraineur comme Conte avait la capacité de savoir les gérer."
      "Je pense dire, sans vouloir me montrer présomptueux qu’à l’Inter, il y a tant de professionnalisme dans son staff, dans son staff médical, dans la communication entre les dirigeants, mais Conte reste la valeur ajoutée la plus importante."
       
      Quand allez-vous parler de son futur ?
      "Je n’en ai pas l’envie, j’aimerai plutôt acheter une villa et y organiser un meeting, ce serait un bel investissement. (Sur un ton plaisantin). Je ne crois pas qu’il y aura un meeting avec toute l’officialité que cela exige. Mais ce sera une rencontre comme cela se fait dans tous les autres clubs pour organiser la nouvelle saison, peut-être en toute confidentialité, peut-être sans faire usage de trop de médiumnité."
       
      Parlons de la Roma, je ne peux pas m’empêcher de vous questionne sur Mourinho : Quel est l’impact de ce qu’a fait la Roma
      "Une réponse ne peut jamais être prise pour acquise, il va y avoir beaucoup de mouvement. C’est un grand entraineur qui fera du bien à la Roma et qui apportera des résultats positif pour l’ensemble de la Serie A, pour notre système. C’est un personnage positif qui fait parler, c’est aussi une personnalité divertissante et cela va tous nous divertir. Je suis content, comme nous le sommes tous de notre côté du système."
       
      Milito s’est exprimé hier : N’aviez-vous jamais songé à un retour du Mou à l’Inter ?
      "Non, il n’y a jamais eu la possibilité. Je ne sais pas vous en communiquer la raison, mais il n’y avait pas eu cette opportunité : Il a toujours travaillé pour son propre bien.  Nous avions début un parcours compliqué, très difficile au début et nous n’étions également pas prêt à accueillir Mourinho."
      "Nous avons porté en avant un parcours différent et nous l’avons conclus et défini comme un parcours positif: Nous l’avons rendu victorieux avec Conte. Avec sincérité, je dois vous dire qu’il n’y a jamais eu d’opportunité pour un retour."
       

       
      Comment Conte sera-t ’il convaincu qu'il pourra s'agir de l’année de la confirmation pour lui et pour l’Inter, qui devra faire preuve d’amélioration également en Coupe d’Europe ?
      "Je pense que Conte aura l’envie de se confirmer. Nous avons seulement l’envie de nous améliorer et de continuer à la faire grandir. Mais il faut être réaliste et honnête avec l’entraineur et les tifosi et nous ferons face à des thématiques au moment opportun."
      "La situation financière fait face aux conséquences de la pandémie, les recettes sont inférieures aux attentes. Nous jouons dans un stade qui propose un moyenne de 60.000 spectateurs par match et depuis plus d’un an, il n’y a plus de tifosi et nous devons vivre avec cela car les recettes  sont réinvesties dans l’équipe. Lorsqu’elles te font défaut, tu as besoin de faire preuve d’imagination et d’idées ben plus qu’avec ce que tu as de disponible."
       
      Les négociations relatives aux prolongations de contrat ont été suspendu : Cela vaut-il aussi pour Lautaro et Bastoni ?
      "Beaucoup a été fait, surtout dans le cas de Bastoni. Nous devons simplement formaliser quelque chose dont nous avons déjà échangé et nous en sommes quasiment à la fin. Cela ne nous coute rien d’attendre jusqu’à la fin de la saison. Ensuite, nous devrons tout systémiser en fonction du projet financier du club."
      "Bastoni est l’une des premières situation à régler, Nous étions à un bon niveau avec Lautaro et je ne pense pas qu’il y aura de problème, mais comme il a changé d’agent, nous devons reprendre ce travail depuis le début ou quasi."
       
      Certains joueurs disposent d’un salaire important, certains raisonnements vont-ils s’avérer utile pour le mercato en sortie pour ces joueurs ? Cela va de Lukaku à Bastoni, en passant par Skiniar, Lautaro, Perisic et Young...
      "Vous voulez pratiquement détruire l’Inter…vous m’avez nommé dix joueurs. Je comprends qu’on me question sur ce type de chose. C’est vraiment prématuré, ce sont des sujets que nous n’avons pas abordé. Je veux faire les choses pour le bien de l’Inter, mais cela ne veut pas dire que je vais vendre un certain nombre de joueur."
      "Je vais faire face à la situation à 360° Lorsque je parle de recettes,  cela passe aussi par les recettes commerciales, les droits télés : Celles-ci ne concernent pas l’abattement des salaire. Il faut procéder à une analyse générale de toutes les départements du Club. Ensuite, nous aurons tous des travaux à accomplir."
       

       
      Les tifosi aimeraient tout de même savoir si Lukaku va rester, ou Lautaro, ou Eriksen
      "Je suis le Directeur Sportif. Gagner me plait et je voudrais continuer à gagner. Je sais qui sont les joueurs les plus importants et les plus fondamentaux et j’essaierai de faire en sorte que les meilleurs restent pour correspondre à la qualité technique et aux besoins économiques du club."
      "En ce moment je cherche à profiter. J’ai souffert depuis tellement de temps et durant quinze jours je ne veux plus penser à rien : Je ne veux pas que l’on me retire cette satisfaction. Hier je suis allé voir une rencontre de Serie B, j’ai profité d’une marque de gentillesse de Galliani: Je suis allé voir le Monza et je vais profiter des quatre matchs de l’Inter. Ensuite nous commencerons à parler du Mercato et de tout ce que vous voulez."
       
      Comment est Zhang loin des caméras, avez-vous une anecdote ?
      "Il est touché. Il n’avait pas bien cerné l’émotion de pouvoir vivre et de gagner avec l’Inter, depuis la Chine. Dimanche, il était bouleversé, fier et orgueilleux de ce qu’il est parvenu à faire. Je me suis permis de lui expliquer que ce qu’il a obtenu n’est pas donné à tout le monde, ce n’est pas donné à tous d’être l’Inter et ce n’est pas donné à tout de gagner en si peu de temps avec un si jeune âge. Suning a tellement investi dans le football, et certains investisseurs ont tellement investi pour ne parvenir qu’à gagner très peu."
       
      Comment est-ce perçu, ce retour si positif qu'est celui d'avoir récupéré un joueur tel qu’Eriksen, comment avez-vous surmonté cette période où il jouait peu
      "C’est un professionnel de folie, il nous a aussi surpris. C’est un joueur avec un curriculum vitae, avec ses qualités, ensuite il y a des raisons qui étaient liée à un nouvel environnement, un nouveau football, ce qui n’est jamais facile: Ce n’est pas le premier joueur à venir de l’étranger à faire face à quelques difficultés, il y mit un peu de temps à les cerner."
      "Lorsqu’il était arrivé à Milan, le championnat a été suspendu durant deux-trois moi. Ensuite, on a dû jouer tous les deux-trois jours. Il n’avait pas su énormément s’entrainer sous les ordres de Conte. Mais nous l’avons retrouvé et nous sommes fier de la contribution qu’il a apporté pour la cause interiste, et pour son résultat final."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      1,2k vues
    9. Frank De Boer: "Très heureux que l'Inter ait remporté la Serie A"

      De Boer a subi une période de quatre mois sans succès chez nous en 2016, qui s'est terminée avec une équipe à la 11e place après une défaite 1-0 chez la Sampdoria. Mais le patron des Pays-Bas reste tout de même très attaché au club, déclarant à Tuttosport:
       
      "Je suis très heureux pour Stefan de Vrij et pour tout le monde à l'Inter en général, à commencer par les fans."
      "Les Nerazzurri sont un club de premier plan et c'est agréable de les voir triompher à nouveau après de nombreuses années de domination de la Juventus. C'est un scudetto important pour l'Inter et pour la Serie A dans son ensemble, la ligue changeant de mains."
      "Il ne reste plus beaucoup de joueurs de mon équipe de l'Inter, avec seulement Samir Handanovic, Danilo D'Ambrosio, Andrea Ranocchia, Marcelo Brozovic et Ivan Perisic qui sont toujours là. L'Inter a eu quatre entraîneurs cette saison-là (Roberto Mancini, De Boer, Pioli et Stefano Vecchi), l'Inter actuelle est très différente."
      "Félicitations à tous pour ce résultat qu'ils ont obtenu."

      12 commentaires
      577 vues
    10. Achraf Hakimi: "Le Scudetto est important pour moi, heureux de la première saison ici"

      Sur El Chiringuito, Achraf Hakimi a partagé sa joie de remporter ce Scudetto et a discuté d'un retour potentiel au Real Madrid à l'avenir.
       
      "Nous avions déjà une avance importante sur le second avant le match de samedi, mais il vaut mieux gagner le scudetto le plus tôt si vous le pouvez."
      "Nous n'avons rien fait de spécial aujourd'hui (dimanche), nous étions libres et je suis resté avec ma famille."
      "J'ai regardé le match de l'Atalanta car c'est un titre important pour moi. Étant donné que c'est ma première saison en Italie, je ne peux pas me plaindre de la façon dont ça s'est passé."
      "Au Real, j'ai eu ma chance, mais les gens ont dit que je ne voulais pas rester et me battre pour ma place. Ils ne savent pas de quoi ils parlent et cela m'irrite."
      "Tout le monde sait que le Real Madrid était ma maison et j'aurais aimé me battre pour ma place. Je ne sais pas ce qui s'est passé au club quand ils ont décidé de me vendre à l'Inter, mais à la fin j'ai dû partir."
      "Je ne blâme pas Zidane ou le club, mais je sais que le Real Madrid a un droit de premier refus me concernant pour l'avenir."
      "Conte plaisantait. Ça ne s'est pas bien passé quand j'ai essayé de tirer des pénos à l'entraînement, mais si je dois tirer un péno à un moment donné, je pense que je serai capable."

      6 commentaires
      477 vues
    11. Giuseppe Marotta : "Retourner à Turin en tant que Champion d’Italie pour décider du destin de la Juventus!"

      Giuseppe Marotta s’est livré à la presse sportive italienne suite au Scudetto remporté par l’Inter, le 19ème de son histoire
       
      Son Interview à Pressing

       
      "Il y a un sentiment de très grande fierté, elle est immense et elle rembourse tout ce que le club a consenti. Son grand artificier est Conte, je suis heureux de l’avoir proposé au club il y a deux ans. Je savais qu’il avait toute les qualités pour replacer l’Inter là où elle le mérite."
      "Ce Scudetto est le signe que les choses ont changé, j’espère que celui-ci va ouvrir un nouveau cycle : L’Inter le mérite. J’espère que l’année prochaine, nous concrétiserons ce rêve de décrocher la seconde étoile, avec le vingtième Scudetto, je veux, comme tout le monde à l’Inter, en être protagoniste."
      "J’ai eu le plaisir de connaitre Conte à Turin et quand s’est présentée la possibilité de débuter un parcours à l’Inter, je l’ai proposé à la propriété. C’était un choix important, car aujourd’hui encore nous avons un brave entraîneur comme Spalletti toujours sous contrat. Antonio a démontré être un conquérant et un conquérant a des impératifs : C’est toujours mieux d’avoir un entraineur exigeant avec lequel tu peux même avoir des échanges complexes."
      "Il n’y a pas de problème : Conte a toujours dit en face ce qu’il pensait pour le bien de tous et pour stimuler tout le monde à aller à son rythme de croisière : Il est très ambitieux. C’est un moment extraordinaire, après onze années et différents changement de propriétaires et d’entraineur, que de re trouver une stabilité à travers un entraineur qui t’a amené à un résultat extraordinaire. Et plus que de le dire, je préfère avoir à faire à un entraineur avec de la personnalité : Les gagneurs ont cette caractéristique."
       
      Que manque-t ’il pour ouvrir un cycle gagnant ?
      "Avec la Juve, je n’ai rien eu à faire, lorsque je suis arrivé à l’Inter, j’ai créé un rapport de confiance avec la propriété, je me sens bien et je voudrais continuer ce parcours : Je suis dans une très grande réalité du point de vue du blason, qui est l’un des plus prestigieux du monde. C’est juste de vouloir étoffer le palmarès, c’était à nous d’y parvenir et le parcours entrepris avec Conte est gagnant."
       
      Mon étiquette de passé juventino ?
      "Le tifoso a un dogme, nous avons tout de même travaillé dans un climat de grande cordialité, stimulant et les tifosi ont toujours fait ressentir qu'ils étaient proches. Ce sentiment, uni par le fait que les couleurs Nerazzurre représente une société conquérante, ont fait que tout s’est mis en place pour couronner une victoire aussi inattendu : Je ne m’attendais pas à la décrocher si rapidement.
       
      La période la plus difficile avant Conte ?
      "Le fait que d’important choix avaient été décidés, avec le risque qu’ils soient impopulaires, mais ils ont été décidé pour le bien de l’Inter : Une autre décision difficile, mais juste, est celle d’avoir la responsabilité de choisir des personnes de confiances à ses côtés, comme celle de prendre un entraineur comme Conte, tout en ayant encore sous contrat un entraineur talentueux comme Spalletti."
      "C’étaient des choix courageux et risqués, mais je les retiens comme nécessaire et les faits ont prouvé que c’étaient des choix gagnants. Je considère vraiment que l’artificier de ce succès est Conte, il est parvenu à isoler l’équipe, à lui donner la mentalité de conquérante et le sentiment d’appartenance."
       
      Steven Zhang ?
      "La première chose que l’on s’est dite c’est : "Nous l’avons fait". Je suis très fier aujourd’hui de l’avoir vu, car il éprouve vraiment une joie immense. Il ne faut pas oublier tout ce qui a été fait au niveau financier, la propriété a toujours été proche. Nous sommes parvenu à construire cette structure aussi via la confiance qui nous a été accordé lors des choix importants à prendre."
       
      La prolongation de Lautaro ?
      "Nous avions congelé tout dialogue avec les joueurs afin qu’ils restent concentrés. C’est un garçon qui est arrivé sur la pointe des pieds et il s’est trouvé dans une collocation importante aussi grâce au travail de Conte : C’est un jeune sur qui il faut absolument miser, mais aujourd’hui, je préfère profiter de cette fête: Nous nous assirons prochainement autour de la table pour faire des évaluations, mais je peux déjà vous dire avec certitude qu’il n’y aura aucun problème de renouvellement avec lui et Bastoni."
       
      Un Top Player gratuit ?
      "L’activité de monitoring d’Ausilio avance, toutefois, il y a des échanges à faire avec la propriété, c'est elle qui nous indiquera la ligne de conduire à suivre : Nous évaluerons ensemble les stratégies et l’activité du mercato : Aujourd’hui c’est encore prématuré d’en parler. La chose la plus belle est d’avoir remporté le Scudetto."
       
       
      Son Interview à Sky Sport

       
      Au début de la saison, vous parliez d’écart avec la Juve. I reste encore 4 journées et vous êtes champions. Comment a-t ’il été possible de colmater ce retard ?
      "J’avais dit qu’il y avait eu un écart conséquent, mais nous avions déjà commencé à le colmater il y a un an. Avoir remporté le Scudetto à quatre journée de la fin est le Mérite de notre équipe. Notre parcours dit que nous disposons de 82 points et nous pouvons atteindre les 94 points, cela veut dire que nous sommes allé de l’avant avec un rythme de croisière important et cela n’enlève en rien au mérite des concurrents qui nous ont poursuivi."
      "Je dirais que le très très grand mérite en revient à Conte. Il l’a défini comme un chef d’œuvre, il apporté des valeurs importantes et il les a transmis à l’équipe. Personne n’avait remporté ce titre si ce n’est Vidal : Lukaku était sur le coup de l’émotion hier en revenant de Crotone. Ce mérite en revient à Conte qui est le Leader, il est parvenu à apporter à l’Inter, un ensemble de valeur qui ont été assimilées par ces garçons qui, sur le terrain ont tous montrés des améliorations."
       
      Quand vous l’aviez présenté lui et son projet à Suning, leur aviez-vous dit que c’’est avec cet entraineur que l’Inter pourrait gagner ?
      'C’est ma philosophie, un entraineur conquérant peut générer un coup important, peu m’importe : Mieux vaut recruter un joueur en moins et miser sur un entraineur talentueux que sur un joueur supplémentaire et avoir un entraineur dépassé."
      "C’est la juste rétribution au vu de ce qu’il a obtenu sur base de son palmarès et de sa carrière. Je savais que c’était l’Homme idéal. Nous avons pris une décision importante, car nous avions déjà Spalletti qui est un excellent entraineur. Mais j’ai proposé à la propriété Conte, car je le considérais comme l’entraineur juste au bon moment. Il a su endosser le rôle de Leader et il a transmis ses caractéristiques d’entraineur à l’équipe."
       
      Voulez-vous ouvrir un cycle à l’Inter ? Comment allez-vous y parvenir car la Juve avant énormément investi.....
      "Nous l’avons certainement déjà fait : Avec l’avènement de Conte, nous avons déjà résolu le problème de l’entraineur : Il t’offre de sérieuse garanties. La situation post-pandémique a posé des problèmes importants au niveau financier. Nous devons créer des ajustement dans l’environnement du coût du travail, mais nous en parlerons plus tard."
      "Nous parlons ici d’un moment magique, extraordinaire : Le rêve est que l’année prochaine pourrait coïncider avec quelque chose de très beau :  En remportant le Scudetto et en décrochant la seconde étoile, ce serait extraordinaire pour tous."
       
      Comment avez-vous fait pour rétablir les rapports entre Antonio et le Club…Était-ce un moment difficile en tant que dirigeant ?
      "Lorsque les choses tournent bien, le plus grand des problèmes devient le plus petit et vice-versa. Je connais très bien Conte et il a fait ses déclarations pour stimuler le Club : Il a envie de faire les choses rapidement et nous allions un peu lentement. Il ambitionné de nous rendre heureux en atteignant l’objectif. Je préfère avoir à faire à une personne transparente qu’à une personne nébuleuse."
       
      La Victoire est-elle le signe d’un changement de Leadership en Italie ?
      "Nous traçons notre chemin, nous avons colmaté le retard avec la Juve, mais il y a aura d’autres difficulté la saison prochaine. Il y aura aussi d’autres saisons avec des clubs tel que le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui voudront l’emporter et qui sont figurent parmi les favori pour la saison prochaine. Gasperini a tant et si bien semé: Il a consolidé sa façon de jouer au football, il sera un candidat pour le Scudetto."
       
      Mais pourquoi êtes-vous parti de la Juve ?
      "Je ne suis pas parti. Il y a eu une résolution consensuel lorsque la propriété a présenté ses exigences et qu’il y avait une opposition transparente en regard à la situation qui se présentait : Il est juste de faire un pas de côté."
       
      Vous n’étiez pas d’accord sur la venue de Ronaldo ?
      "Je crois qu’il y a aussi un aspect physiologique : Lorsque Agnelli est arrivé, c’était sa première expérience. Il est juste que la propriété suive sa propre route et lorsque tu ressens que tu n'a plus ta place, c’est juste de savoir prendre le courage de prendre du recul et de faire un pas de côté.."
      "Je suis une personne qui ime les défis et lorsque j’ai reçu le message de Zhang, le dimanche matin suivant la rescision de mon contrat avec la Juve du samedi, j’ai accepté immédiatement ce défi sportif."
       
      La recrue dont vous êtes le plus fier à l’Inter ?
      "Le Directeur Sportif est Ausilio. Antonello, durant cette période s’est dédié à la gestion quotidienne de tant de problème. L’acquisition la plus difficile car il s’agissait d’un investissement important a été Lukaku. Mais il a un rôle important, Conte m’en a parlé en me donnant de très nombreuse garanties sur l’usage qu’il comptait en faire et des garanties qu’il pourrait offrir à l’équipe : Là aussi Antonio a été un gagneur."
       
      Son interview à la Domenica Sportiva

       
      Comment je vais ?
      "Très bien. Dès demain je serais plus relaxé car nous y sommes parvenu avec la manière. Ce sont des émotions fortes et il est juste de les vivres avec une apparente fatigue que tu ressens en soirée."
      "Je crois que le destin d’une équipe est très fort lié à celui de la conduite  technique : Les entraineurs conquérant sont particuliers, ils ont un caractère fort, j’ai eu le plaisir de connaitre Conte à Turin et je savais que c’était un entraineur conquérant: Cela peut passer par beaucoup de déclarations polémiques, mais au final, c’étaient des déclarations stimulantes : "Je veux que l’on gagne tous ensemble, j’ai envie de gagner aussi." Je préfère sincèrement avoir à faire à un entraineur que je défini comme un peu difficile plutôt que quelqu’un qui se la joue tranquille dans l’entreprise et qui ne t’apporte aucun résultat au final."
      "Il y a eu des échanges très intense avec la Direction, il a dit ce qu’il ne fonctionnait pas, il s’est montré extrêmement clair. Il a détaillé point par point ce qu’il n’allait pas et nous avons recommencé tous ensemble pour offrir et obtenir des grandes satisfactions. Je ne m’imaginais pas pour l’emporter avec une telle et apparente facilité :  Il reste encore 4 dimanches d’ici à la fin de la saison. Notre rythme de croisière a été extraordinaire car nous avons engrangé tant de points, il faut le souligner."
       
      Conte ?
      "Notre Conte pense aussi que nous devons profiter de ce moment extraordinaire car l’Inter avait tellement besoin de revivre un tel moment de joie. Il y a eu tellement de changement d’entraineur et de propriétaire : Il y la plénitude d’avoir fait le job."
      "Au moment voulu, nous nous assiérons autour de la table et nous échangerons, c’est quelque chose que font tous les clubs en fin de saison. On devra débuter la nouvelle saison à la lumière de l’évolution pandémie : Il y a une contraction économique extraordinaire, nous devons vivre avec et devoir réaliser des évaluations importantes."
      "Je suis certain que Conte se sent bien à l’Inter et j’espère que l’on pourra continuer ensemble : Je suis arrivé à l’Inter en 2019 et la propriété m’avait proposé un projet ambitieux, elle a suivi aussi les indications de Conte. Il souhaite un programme clair : C’est un cycle qui vient de débuter que nous souhaitons tous pouvoir continuer."
      "L’année prochaine devrait être celle de l’Etoile : Un rêve inédit même si c’était déjà un rêve de remporter ce championnat: En l’espace de deux saisons, nous avons aussi atteint la Finale de l’Europa League et ce serait bien de continuer ensemble : Je suis de Lombard et je suis fier d’être à l’Inter."
       
      Quelles sont les différences entre la Juve et l’Inter ?
      "Je crois que l’Histoire est aussi importante chez les deux. Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je ressentais qu’il y avait ce besoin de faire la différence avec énormément de changement pour apporter de la stabilité. Je suis parvenu, avec le Club et avec Conte à apporter de la stabilité à cette société et je tiens à souligné que lorsque Conte est arrivé, qu’il y avait un écart à colmater.  Vous parvenez à le réduire lorsque vous parvenez à colmater les performances."
      "La différence que j’ai retrouvé en Conte, comparé à la Juve, est qu’il a acquis de l’expérience et il est aujourd’hui très attentif aux détails aussi hors du terrain. : Cela va de l’entretien du gazon à l’alimentation, il nous aide tous sur de nombreuses choses."
       
      Son Interview à Tuttosport

       
      Est-ce une revanche, une représailles suite à ce qu’il s’est passé avec la Juve, il y a deux ans et huit mois ?
      "Non, il n’y a rien de tout cela : Le Scudetto de l’Inter est un rêve devenu réalité. Imaginez comment il sera gratifiant de retourner à Turin en tant que Champion d’Italie pour décider du destin de la Juventus le samedi 15 mai. C’est la beauté du sport : L’expérience turinoise m’a tant apporté excepté l’amertume avec laquelle j’ai été congédié, si je peux le définir de la sorte."
      "Je conserve de bons rapport avec tous, sauf Paratici, mais là la question est plus humaine que professionnelle. Je suis un manager habitué à accepter les choix du club pour lequel je travaille et c’est comme cela que je l’ai pris en septembre 2018, même si, honnêtement, je ne m’y attendais pas."
       
      Vous attendiez-vous, que vous-même mais également Conte, alliez acter le dix-neuvième Scudetto de l’Inter ?
      "Franchement non, pas aussi vite, pas en mois de deux ans. Je tiens à le souligner encore une fois et avec fermeté : Le mérite principal de ce travail extraordinaire, de cette emprise, revient à Antonio : C’était le bon entraineur au bon moment."
      "Ce Tricolore est née de sa culture du travail, de sa capacité à cimenté le groupe match après matchs, un groupe qui a progressivement cru en son potentiel et en ses propres capacités. Dans les mois les plus délicats que nous avons connu en début d’année, avec les problèmes sociétal, Conte a su isoler l’aile sportive de l’Inter en la rendant totalement imperméable à ces situations extérieures. Il a été en cela formidable et je vous garantis que cela n’a été facile pour personne."
       
      Vous Imaginiez-vous que l’expérience à vivre du Covid était si difficile ?
      "Je peux vous le jurer, j’ai passé trois semaine à l’hôpital : Le virus m’avait frappé d’une façon si importante, qu'il m’a amené à voir la vie autrement. Et ce Scudetto est encore plus beau pour moi qui ait eu le Covid : je suis guéri et je peux l’apprécier encore plus. Il ressemble beaucoup au premier titre que j’ai remporté avec Conte à la Juve : Inespéré, inattendu, et c’est pour cela qu’il est encore plus exaltant."
       
      En ces jours délicats pour la Juve, il a été hypothéquer votre retour en bianconero.....
      "Je l’exclu. Il s’agit d’une éventualité jamais prise en considération et je n’ai jamais reçu de demande de Turin : C’E SOLO L’INTER."
       
      Et à présent ?
      "Et à présent, je veux ouvrir un long cycle riche de succès avec Antonio, il est la garantie absolue. Il a inculqué à l’équipe une mentalité conquérante. C’est le cinquième titre qu’il a remporté en dix ans : Conte est le meilleur."
       
      Son interview à Radio Anch'io Sport

       
      "J’espère à 100% que Conte reste, nous avons commencé un cycle : Il y a un problème de richesse avec la pandémie, il faut tenir compte de ce contexte. Nous allons nous asseoir au tour de la table avec Antonio et la propriété pour prendre connaissance de la ligne de conduire mais il y a un juste optimisme."
      "L’objectif est d’arriver à parvenir à un accord avec un partenaire qui est capable de procéder aux investissement nécessaire : Il n’y a pas de plan B, il y a un plan A et je l’espère tellement, je suis convaincu que Conte continuera avec nous, après tout il y a un grand feeling entre lui et nous tous, du club, de l’équipe et des tifosi."
      "C’est une très grande satisfaction : Conte a défini cette emprise historique comme un chef d’œuvre : La croissance a été lente mais constante, le nouveau parcours a débuté l’année dernière et cette saison Conte est parvenu à inculquer ses principes conquérant qui sont à la base de ses succès."
       
      La seconde étoile ?
      "Elle est le maximum pour tous, mais là je rentre dans la fascination et le romantisme. La Ligue des champions est une très grande compétition, mais les quatre demi-finalistes figurent dans  le TOP 6 dans ce qui est les meilleurs bilans financiers."
       
      Handanovic ?
      "C’est notre gardien et notre Capitaine, mais nous devons aussi regarder vers l’avenir et penser au futur pour renforcer encore plus le noyau."
       
      La Super League ?
      "C’était un projet né de l’appréhension des propriétaires des 12 clubs sur le modèle footballistique existant qui ne garantit pas la soutenabilité. Il est sorti avec des modalités et un ligne du temps non-appropriée, mais le football doit être revu et remodelé, autrement on risque de faire face aux faillites."
      "Il n’en reste pas moins que vous pouvez l’emporter en dépensant peu, mais les salaires des joueurs ne sont plus supportables."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      11 commentaires
      853 vues
    12. Massimo Paganin: "Toutes les personnes impliquées méritent d'être félicitées pour Scudetto"

      Dans une interview avec InterTV, Massimo Paganin a fait valoir qu'il était important de reconnaître le travail du personnel dans les coulisses, en particulier pendant une saison condensée en raison du COVID-19.
       
      "C'est agréable de voir le développement réalisé par tout le club. Le mérite revient au personnel technique, qui a fait un excellent travail en deux ans. Nous oublions rapidement ces mois d'été au cours desquels l'équipe a travaillé si dur, disputant la finale de la Ligue Europa, avec seulement deux semaines de repos, puis repartant."
      "Antonio Conte a essayé de faire des changements tactiques dans les premières semaines, et cela lui a coûté la progression en Ligue des champions. Il a fait un travail exceptionnel avec tant de joueurs, Achraf Hakimi et Christian Eriksen les derniers à avoir marqué hier (lors d'une victoire 2-0 sur Crotone). Il a particulièrement changé d'attitude. En effet, avec Eriksen, c'est grâce aux directeurs, qui l'ont gardé et discuté des axes de croissance qu'il pourrait avoir avec l'Inter. Merci à tout le monde."
      "Quelque chose de vraiment extraordinaire devait être réalisé cette année. Certaines pièces ont été ajoutées, donnant à Conte tous les outils nécessaires pour le faire."
      "La victoire à domicile contre la Juve a marqué la fin du règne de la Juventus. Ceux qui ont joué contre l'Inter ont dû travailler dur. C'est un voyage qui peut se poursuivre au fil du temps."

      0 commentaire
      309 vues
    13. Paolo Condo, Matteo Marani et Alessandro Costacurta encensent Eriksen, Conte et Sensi.

      Sur Sky Sport Italia, Paolo Condo, Matteo Marani et Alessandro Costacurta ont fait les éloges de Eriksen, Conte et Sensi, respectivement.
       
      Apparaissant sur Sky Sport Italia, Paolo Condo a fait valoir que l'incapacité de l'Inter à offrir une somme intéressante pour Paredes signifiait qu'ils étaient obligés de se tenir aux côtés d'Eriksen, et il a assumé son propos.
      "Le tournant a été le coup franc de la Coppa Italia pour battre le Milan. C'était aussi le fait que l'Inter ne pouvait pas se placer sur le mercato de Janvier. Nous avions vu toutes les possibilités avec Paredes, mais le fait que le PSG voulait du cash a bloqué l'accord. Ce fut l'un des moments clés. Ce n'est pas un hasard si à partir du début de la seconde moitié de saison, l'Inter a fait la rupture décisive qui la mènera à remporter le titre."
      "Eriksen n'a montré que 50% de son potentiel, je suis un 'Eriksiano'. Il s'améliore et il pourrait être la grande acquisition de la saison prochaine. Conte compte sûrement sur lui, Eriksen est convaincu qu'il peut faire un travail différent et important. Personne dans l'équipe interiste n'a sa capacité à jouer ce rôle."
       
      Apparaissant en tant qu'invité sur Sky Sport Italia, Matteo Marani a suggéré que les compétences pour motiver de Conte avaient uni toute l'équipe et veillé à ce que les joueurs moins favorisés contribuent au Scudetto.
      "Il a cette capacité à motiver tout le monde, à emmener tout le monde avec lui et à faire suivre les protagonistes. Un entraîneur est considéré par cela. Même avec l'amélioration des joueurs individuels, combien de fois les réserves et critiques ont-elles été mentionnées? C'était la situation idéale de Conte. Manque de présence de seniors au club, donc une raison plus grande de s'unir et de fermer."
      "La critique après la sortie de la Ligue des champions, à mon avis, a donné à l'Inter une passe décisive, elle leur a donné du carburant. Une fois, l'un de ses joueurs m'a dit que lorsqu'il perd, il ne vous permet plus de vivre, il n'y a plus de paix du tout. Donc, pour ne pas ressentir cet état d'esprit là-bas, vous faites tout pour gagner."
       
      Apparaissant en tant qu'analyste sur Sky Sport Italia pour couvrir le match contre Crotone, Alessandro Costacurta a fait l'éloge de Sensi et a estimé qu'il avait des compétences uniques, même en comparaison avec Eriksen.
      "L'Inter a été prudente en première mi-temps contre Crotone. Mais la force physique et la technique sont ressorties. Vous pouvez voir pourquoi à la façon dont Sensi joue. Il a des passes qu'aucun autre milieu de terrain n'a, y compris Eriksen. Sensi a une bonne portée de passe et a créé deux occasions. C'est un footballeur complet en dehors de quelques problèmes physiques dont il a souffert. J'aime beaucoup Sensi. Je pense aussi que Marcelo Brozovic a une mentalité incroyable et que la saison qu'il mène est sous-estimée."

      1 commentaire
      667 vues
    14. Antonio Conte: "De la satisfaction sur les visages des gars et pas la peine de nier que nous sommes proches du Scudetto"

      Après sa victoire contre Crotone, Antonio Conte s'est livré sur InterTV et FCInterNews.it pour partager ses sentiments.
       
      Dans une interview avec InterTV après le match, Conte a profité de l'occasion pour féliciter ses joueurs et a estimé que la victoire était particulièrement agréable, son équipe étant prête à remporter le Scudetto.
      "Ce match a le goût de la victoire, de l'avoir abordé de manière importante pour atteindre un objectif extraordinaire. Voyant un peu tout ce que nous avons réussi à faire au cours de ces deux années, je dois féliciter les gars, car ils ont travaillé très dur et ont partagé ce rêve. Aujourd'hui, ils sont à un pas de le réaliser."
      "Je vois de la satisfaction sur les visages des joueurs, car c'est quelque chose qui change le statut de beaucoup d'entre eux. J'ai beaucoup parlé d'une mentalité gagnante et du fait que la seule façon d'entrer dans l'histoire du club est de gagner."
      "Un club prestigieux comme l'Inter, où les supporters étaient liés au triplé, remporter enfin un tel Scudetto est extraordinaire. Il tient également compte du fait qu'il y a eu un règne qui a duré neuf ans. C'est une chose vraiment incroyable et tout le mérite revient à ces gars-là."
      "Le fait d'avoir partagé ce rêve, ce chemin, cette envie de rentrer dans les livres d'histoire de ce club a conduit les joueurs à manifester le désir de s'engager dans un projet et une cause, mettant leur ego de côté, était fondamental. Nous avons construit quelque chose de beau avec tous ceux qui travaillent à la Pinetina. Les joueurs sont fantastiques, mais derrière eux se trouvent tout le personnel, les jardiniers, les magasiniers, les gardes. Nous sommes un seul organe et c'est la seule façon d'expliquer un tel titre."
       
      Sur FCInterNews.it, Antonio Conte a admis que l'Inter se rapprochait du titre et qu'il y avait un grand désir au sein de l'équipe de célébrer un tel exploit.
      "Nous nous sentons proches, il ne sert à rien de le nier. Nous devions franchir une étape importante aujourd'hui et nous l'avons fait. Un point manque pour être mathématiquement sûr et c'est quelque chose qui est le résultat de notre travail et des gars qui ont montré un fort désir pour cela."
      "Depuis l'année dernière, lorsque nous avons terminé à un point seulement de la Juventus et atteint la finale de la Ligue Europa, nous avons retrouvé de la crédibilité. Je pense que la finale européenne de l'année dernière a été sous-estimée. Nous avons maintenant un grand désir de célébrer, à mon avis, nous faisons quelque chose d'extraordinaire, il est donc juste de célébrer beaucoup. Je le répète, à mon avis, notre voyage est extraordinaire."
      "Avoir le titre en poche ce Dimanche? Honnêtement, je ne pense pas qu'il soit juste de dépendre de quelqu'un d'autre. L'écart est si important qu'il ne nous fait penser qu'à nous-mêmes. Je ne voudrais pas ignorer Sassuolo dans tout cela, qui connaît une belle saison et qui a des ambitions. Pour nous aujourd'hui, c'était important de gagner."
      "Concernant Crotone, nous étions bien conscients que ce ne serait pas un match facile. Cette année, je ne pense pas qu'il ait été facile pour de nombreuses équipes de jouer contre Crotone, malgré leur position. Je pense toujours que nous avons abordé le match de la bonne manière, nous n'avons pas pensé aux quelques chances qu'ils avaient de se sauver. Si nous les avions sous-estimés, nous aurions probablement été battus. Ils sont organisés, de qualité, et dans de nombreux cas, ils n'ont pas eu la saison qu'ils méritaient. En vertu de l'amitié que je partage avec Crotone, je leur souhaite un retour rapide en Serie A, ainsi qu'à (l'entraîneur) Serse Cosmi, avec qui j'ai de l'affection."

      0 commentaire
      627 vues
    15. Eriksen et de Vrij s'expriment après la victoire contre Crotone

      Christian Eriksen et Stefan de Vrij s'expriment après la victoire contre Crotone sur Sky Sport Italia et Inter TV.
       
      Christian Eriksen.
      "Oui, c'est un but important car il nous rapproche du titre, mais nous ne l'avons toujours pas gagné. Si cela s'avère être l'objectif décisif, alors ce sera évidemment le plus important de la saison. Chaque but est important, mais celui qui vous amène à votre objectif est très spécial."
      "Ce fut une saison longue et difficile avec des matchs de plus en plus difficiles, comme celui d'aujourd'hui. Nous nous sommes heurtés à des équipes qui ne donnent pas grand-chose, mais nous avons toujours travaillé pour créer des occasions de but. Aujourd'hui, j'ai joué comme remplaçant, et quand vous faites cela, le but est de faire votre marque: vous voulez faire bouger les choses. Je suis content d'avoir réussi à le faire."
      "Nous nous attendions à un match difficile, ils ne veulent pas descendre. Il était clair qu'ils se battraient. Nous avons été malheureux après avoir frappé le bois deux fois en première mi-temps. Lukaku a bien fait de me fournir une passe décisive, je voudrais le remercier après que nous ayons inversé les rôles: c'est généralement moi qui essaie de fournir des passes décisives."
      "Maintenant, nous allons attendre. Combien de temps cela prend-il n'est pas important, que ce soit demain ou samedi prochain. Nous resterons patients."
       
      Stefan de Vrij
       
      "Nous sommes devenus plus compacts, nous cherchons à nous entraider en tant que coéquipiers, nous avons travaillé pour devenir un groupe gagnant et les résultats se sont améliorés." 
      "Le Coach nous transmet la passion et une mentalité gagnante. Le groupe est uni et la façon dont tout le monde s'est amélioré nous a fait comprendre que nous allions dans la bonne direction. Pour nous défenseurs, c'est un plaisir de travailler ensemble et nous nous connaissons tous depuis des années et savons maintenant comment bouger ensemble."
      "Je suis satisfait du voyage que j'ai parcouru, mais il reste encore beaucoup à faire car nous avons encore de la place pour nous améliorer."

      0 commentaire
      520 vues
    16. Antonio Conte: "Les joueurs comprennent que vous devez gagner des titres pour entrer dans l'histoire d'un club"

      Dans une interview accordée à la chaîne Sky Sport Italia après la fin du match, Antonio Conte a admis qu'il avait souligné l'importance de la victoire pour mettre fin à neuf ans de domination de la Juventus en Serie A.
       
      "Ce titre est le résultat de la croissance constante de l'équipe, non seulement d'un point de vue technique mais aussi de leur mentalité de travail d'équipe. Ceux qui jouent et ceux qui sont sur le banc et qui étaient moins impliqués ont tous créé quelque chose de solide les uns avec les autres. C'est l'importance de faire quelque chose d'extraordinaire en s'inscrivant dans les livres d'histoire de l'Inter."
      "Nous détruisons un empire qui durait depuis neuf ans. Ces gars méritent tout le mérite."
       
      L'importance de la victoire dans l'ordre.
      "Il y a eu un processus de croissance. J'ai expliqué lors de ma conférence de presse qu'il fallait suivre un chemin pour gagner. Il faut se sacrifier pour pouvoir faire quelque chose d'extraordinaire. Tout le monde n'y parvient pas, mais j'ai trouvé un groupe de gars qui ont tous avancé ensemble. Nous partagions un rêve, l'envie de faire quelque chose d'important en étant dans les livres d'histoire de l'Inter."
      "Pour entrer dans l'histoire, il faut gagner et ces gars ne sont qu'à un pas. Je suis content de les avoir convaincus mais ce n'était pas nécessaire, j'ai trouvé une grande volonté."
       
      Sur ses titres nationaux avec la Juve et l'Inter.
      "Ce sont deux situations de grande difficulté. Je suis arrivé à la Juve après une promotion avec Sienne et la Juve avait terminé septième. Il n'y avait pas de vision, j'ai eu de la chance car j'ai trouvé du soutien et nous avons réussi à réaliser quelque chose de merveilleux. Nous avons commencé comme les outsiders, mais nous avons vaincu le Milan et une équipe de l'Inter qui avait remporté le triplé."
      "Avec l'Inter, j'ai fait le choix le plus difficile, beaucoup se seraient enfuis mais je me suis remis en question. Je reste fan de toutes les équipes que j'ai coachées mais ma priorité est l'équipe dont je représente les couleurs. Ce n'était pas facile d'entrer dans le cœur des fans de l'Inter et je ne sais pas si j'ai complètement réussi, mais j'ai toujours tout donné, comme je l'ai fait pour toutes mes équipes. Cette fois, je me suis impliqué de manière importante."
       
      Sur les affirmations selon lesquelles il souhaitait apporter des changements radicaux à la culture du club en dehors du terrain.
      "Je veux mettre des points sur les I. Quelqu'un a dit que je voulais changer l'hymne de l'Inter. C'est faux à 200%. C'est un bon hymne aux oreilles et quelqu'un a utilisé la blague d'être moins fou parce que je suis convaincu que les équipes gagnantes ont de la stabilité. Cela m'a dérangé, j'ai du respect pour l'histoire de chaque club dans lequel je travaille. Je suis entré dans un nouveau monde, cela n'a pas été et ne sera pas facile car il y a tellement de dynamiques. Je vois qu'à la moindre occasion, les gens essaient toujours d'être négatifs. Au lieu de cela, ils devraient toujours être positifs et plus solidaires."
       
      Conte donnera du temps à ses joueurs et les a encouragés à rester avec leurs familles.
      "Après le match contre le Hellas, j'avais garanti un jour de congé, et aujourd'hui en cas de victoire, j'ai dit que je donnerais du temps libre aux joueurs. Nous ne nous rencontrerons pas, je préfère qu'ils restent avec leurs familles. Nous regarderons les matchs à domicile avec nos familles, même si je ne veux pas que nous dépendions des autres puisque nous avons une grande avance. Ce qui se passera demain est relatif, mais nous ne demandons rien à personne. Il n'y en aura pas besoin."

      17 commentaires
      1k vues
    17. Beppe Marotta: "Retour à la Juventus? Non, je veux commencer un cycle gagnant ici!"

      Dans une interview accordée à la chaîne Sky Sport Italia avant le match de l'Inter contre Crotone au Stadio Ezio Scida, Marotta a affirmé qu'il cherchait à entamer une période de succès avec l'Inter.
       
      "Je suis arrivé ici, à l'Inter, après avoir parlé avec Steven Zhang et je veux commencer une période de domination de l'Inter. L'année dernière, nous avons atteint la finale de la Ligue Europa, ce serait bien de continuer cela et même avec les difficultés, telles que la réduction des revenus liés au COVID-19."
      "Même à la Juve, Antonio Conte nous a donné, à nous et aux propriétaires, tout son soutien. Aujourd'hui, nous nous trouvons dans la même situation. Conte a pu améliorer l'équipe disponible. Nous sommes proches de la victoire, il y a la bonne pression et la bonne motivation pour nous faire franchir la ligne. Le sentiment est positif, mais nous n'avons encore rien réalisé. Il est juste d'affronter ce test aussi, qui semble facile mais Crotone aura de la motivation. Nous devons jouer un jeu déterminé pour obtenir un résultat positif."
      "Tout d'abord, Steven a profité de cette apparente tranquillité post-COVID-19 pour vivre la fin de saison avec nous et parler de l'avenir au bon moment. Aujourd'hui, nous nous concentrons sur la fin de la saison, mais il a trouvé un groupe compact grâce au travail de l'entraîneur qui a mis l'accent sur la cohésion du groupe."
      "Nous avons des professionnels sérieux, nous n'avons eu aucun problème. Conte a un style de leadership très fort et tout le monde a suivi l'entraîneur. Toute pomme pourrie aurait été isolée par le groupe avant même que l'entraîneur ne le fasse. Cette équipe a montré un sentiment d'appartenance et d'attachement au maillot. Peu d'entre eux ont remporté des titres et cela ajoute de la pression, mais aussi une motivation pour atteindre une étape importante qu'ils ne s'attendaient pas à atteindre si tôt."
      "Il y a des joueurs qui se développent plus lentement. Nicolo Barella a rejoint immédiatement, Sensi a également eu des problèmes physiques qui ont affecté sa cohérence. Mais l'Inter parie sur lui, il est jeune et avec Barella et Alessandro Bastoni, il représente l'avenir de l'équipe."

      7 commentaires
      866 vues
    18. Andrea Radrizzani: "Je m'intéresse à l'Inter mais voyons ce que le Suning fera"

      Dans une interview publiée dans La Repubblica, Andrea  Radrizzani, président de Leeds United, a admis qu'il étudiait la possibilité de posséder un autre club européen, identifiant l'Inter comme une option potentielle. Il a également révélé qu'il avait pensé à Conte au lieu de Bielsa comme manager de Leeds United.
       
      Racheter l'Inter?
      "Je regarde vers l'Italie, ou un autre pays européen, oui. Et cette fois, je voudrais un grand club."
      "Il n'y a rien (dans un accord impliquant l'Inter, ndlr), si c'est ce que vous voulez savoir. Mais un intérêt existe, voyons comment les plans de Suning évoluent."
      "De l'autre côté, Elliott a amélioré la gestion de l'AC Milan, mais comme vous le dites tôt ou tard, il vendra. En Europe, il y a trois clubs qui ont un grand potentiel de développement: les deux clubs milanais et l'Atletico Madrid."
      "Pour l'instant, je veux rester ici et profiter de Leeds. Vous savez qu'en trois ans, le nombre de joueurs de l'académie appelés dans l'équipe première est passé de 2 à 16."
       
      Avant Marcelo Bielsa, essai pour attirer Antonio Conte.
      "Après une première année d'erreurs, au cours de laquelle j'ai misé sur de jeunes entraîneurs, je me suis tourné vers Bielsa. Le Championship est homogène entre les 10 meilleurs clubs alors qu'un entraîneur de haut niveau peut faire toute la différence."
      "J'avais essayé d'attirer Antonio Conte en premier avec une prime de promotion de 20 M€. Lorsque vous atteignez la Premier League, vous gagnez 200 M€, donc, je pouvais me le permettre. Cependant, il avait des ambitions immédiates et les faits prouvent que son choix pour l'Inter était bon."
      "J'étais dans la voiture avec mon directeur sportif, Victor Orta, quand il m'a dit que Bielsa serait le candidat idéal. Je lui ai dit de l'appeler sur le haut-parleur mais il n'a pas répondu ni rappelé ce soir-là. Il a appelé le lendemain matin pour discuter de la force de notre équipe. Pendant la nuit, il avait regardé 10 de nos matchs, dont certains de notre académie. Il voulait être prêt."

      4 commentaires
      548 vues
    19. Luigi Garlando: "Steven Zhang mérite ce titre et mercato minimal"

      Dans une chronique publiée dans la Gazzetta dello Sport, Luigi Garlando a averti que nous ne devrions pas nous attendre à de grosses signatures lors du prochain mercato estival.
       
      "Il est peu probable que Steven Zhang promette à Conte autre chose qu'une campagne de transfert autofinancée. L'Inter peut recruter des joueurs s'ils vendent d'abord certains."
      "Steven n'est pas revenu avec beaucoup d'argent dans sa valise. Le prêt d'Inter a été garanti en promettant la participation de Suning dans le club. Personne ne peut dire quel sera l'avenir de l'Inter demain, personne ne peut exclure que le club puisse être vendu à un fond comme le fut le Milan AC."
      "Mais entre-temps, Zhang a atterri à Milan et mérite de célébrer le titre de Serie A."
      "Zhang aurait le plein soutien des membres fondateurs de l'Inter, ceux qui ont créé le club après que le Milan AC ait refusé de tolérer les joueurs étranger."
      "Le Suning est sur le point de devenir le premier propriétaire étranger à remporter le titre de Serie A, avec un président chinois et neuf non-italiens parmi le onze de départ de l'Inter."
      "Le 19e scudetto de l'Inter sera un hommage à leurs origines 'étrangères'."

      7 commentaires
      482 vues
    20. Luca Marchetti: "Antonio Conte veut la clarté de la part du Suning, pas le conflit"

      Via L'Interista, Luca Marchetti a déclaré qu'Antonio Conte n'a rien dit d'anormal lorsqu'il a appelé à la clarté de la part du Suning.
       
      "Conte ne cherche pas le conflit lorsqu'il a demandé des explications au Suning."
      "Tout le monde sait que c'est une période difficile pour tous les clubs, en particulier à l'Inter. Zhang devra clarifier les enjeux financiers, concernant l'arrivée ou non de nouveaux actionnaires et le projet sportif de l'Inter."
      "L'Inter a-t-elle besoin de vendre des joueurs, doit-elle réduire ses dépenses ou y a-t-il une possibilité d'investir?"
      "Cela ne veut pas dire que quelqu'un va être vendu, bien au contraire. Ils ont juste besoin d'être clairs dès le début de la saison, comme ce qui s'est passé l'été dernier au sommet de la Villa Bellini."
      "Vous ne pouvez pas aller très loin s'il y a des malentendus."

      2 commentaires
      478 vues
    21. Nicolo Barella: "Nous avons trouvé notre identité sous Conte, la victoire de la Juventus est le tournant"

      Nicolo Barella a rejeté les critiques sur le style de l'Inter et a identifié le tournant de la saison des Nerazzurri dans une interview accordée à Sky Sport Italia.
       
      Sur le style.
      "Les gens nous ont accusés d'être très défensifs, mais nous sommes solides et nous avons trouvé notre identité. Auparavant, nous étions plus découverts et nous concédions trop de buts. Maintenant nous sommes organisés et nous savons que nous avons des joueurs devant qui peuvent nous gagner des matches. Cela nous laisse nous sentir plus calmes."
       
      La progression de l'équipe.
      "Nous visions également le scudetto l'année dernière, mais malheureusement, nous n'avons pas pu y parvenir. Nous avons perdu la finale de l'UEFA Europa League et cela nous a motivés encore plus, c'est quelque chose que nous avons utilisé à notre avantage."
       
      Une légère baisse de régime.
      "Je commence certainement à ressentir de la fatigue, ça a été une année étrange au cours de laquelle nous n'avons jamais cessé de jouer. Notre objectif est plus important que tout et nous allons au-delà de notre fatigue."
       
      Ce qu'il a développé au cours des deux dernières saisons.
      "J'ai plus confiance en mes capacités maintenant, je me débrouille mieux et je profite des occasions que j'ai."
      "Avant, je m'emballais parfois trop, mais j'ai amélioré cela en m'entraînant aux côtés de grands joueurs. Je les ai étudiés et cela m'a amélioré."
      "Conte a été un maître d'œuvre difficile depuis son premier jour ici et il le restera jusqu'à son dernier. Nous interprétons les choses comme il le souhaite."
       
      Sur les qualités qu'il voudrait voler à Christian Eriksen et Marcelo Brozovic.
      "Je prendrais la qualité et l'élégance d'Eriksen, il peut mettre le ballon où il veut."
      "Brozovic se focalise à nous aider à mieux jouer, nous sommes des joueurs plus dynamiques."
       
      Jouer derrière Romelu Lukaku et Lautaro Martinez.
      "L'entraîneur nous a donné des solutions et nous essayons de les mettre en pratique. Lukaku et Lautaro sont deux grands joueurs; Romi est une solution même lorsque nous avons du mal pendant un match, Lauti relie le milieu de terrain et l'attaque."
       
      Son but le plus important.
      "Mon but le plus important est définitivement celui contre la Juventus, le but le plus émouvant. C'était le match (la victoire 2-0 au Meazza en janvier) qui nous a fait croire en nos propres capacités. Nous savions que nous étions une équipe solide, mais il était important de battre l'équipe qui était la plus forte depuis de nombreuses années."

      3 commentaires
      975 vues
    22. Andrei Radu: "Walter Zenga est probablement le plus grand gardien des Nerazzurri, j'adorerais avoir le talent de Ronaldo pour le jeu aux pieds"

      Andrei Radu a salué notre légende Walter Zenga et a admis qu'il aimerait avoir le jeu de pieds de Ronaldo, le vrai. Le Roumain a été invité à choisir son Inter XI de tous les temps dans un long métrage pour Inter TV.
       
      "Pour le gardien, c'est un choix difficile, je devrais choisir entre Zenga et Julio Cesar. Je dirai que Zenga pour son record d'apparitions de tous les temps, il était consistent et constant."
      "Maicon est à l'arrière droit, Cristian Chivu et Marco Materazzi sont au centre et j'aurai Javier Zanetti à gauche. Je les choisis parce qu'ensemble, ils ont été la meilleure défense de l'Inter."
      "Esteban Cambiasso et Dejan Stankovic sont parfaits pour jouer devant la défense, non seulement parce qu'ils ont remporté le Triplete mais aussi parce qu'ils ont su comment faire les deux côtés du terrain avec brio."
      "Figo peut jouer à droite, Wesley Sneijder est le 10 et Samuel Eto'o ira à gauche; ils auraient été un trio exceptionnel ensemble."
      "Je choisirai le Brésilien (R9, ndlr) parce qu'il a remporté le Ballon d'Or."
      "Je choisirais définitivement voler le talent de Ronaldo, sa nonchalance était vraiment unique. Je pourrais jouer avec ses pieds talentueux, de cette façon je peux dribbler autour d'un attaquant quand ils s'approchent de moi."
       
       
       

      2 commentaires
      851 vues
    23. Darmian: "J'ai bien fait de retourner en Italie"

      Celui auquel on ne s'attendait pas. Celui qui avec ses buts contre Cagliari et Vérone a placé sa signature sur un championnat et un titre tout proche. Matteo Darmian a conquis le coeur des tifosi par sa discrétion et son efficacité. Il a livré un bel entretien pour la Gazzetta dello Sport, voici ses propos :
       
      "Et dire que dans l'équipe il y a des gens beaucoup plus habitués à marquer que moi... Mais si les buts arrivent, tant mieux. Le plus important c'est que j'ai gagné la confiance du coach et de mes coéquipiers."
       
      Attendre le Scudetto est-il plus beau que le moment où ce sera officiel ?
      "Non ce moment sera l'heure la plus excitante. Il reste encore quelques points et nous espérons les obtenir au plus vite. Cette saison s'est passée de manière crescendo mais depuis le début nous savions que nous ferions quelque chose de bien."
       
      Pourquoi ? A quel moment avez-vous pensé que c'était la bonne année ?
      "A Sassuolo au premier tour, avec tout ce qui s'est passé avant et après. C'était un match délicat et nous laissions trop de points en championnat. Gagner a été décisif pour le moral. Avec ça au lieu de nous assommer, sortir de la Champions League nous a re-déterminés."
       
      Vous êtes arrivé tranquillement ici et vous êtes décisif. C'est ça un pari gagnant ?
      "C'est la preuve que j'ai bien fait de retourner en Italie. Au cours de la dernière année à Manchester j'ai peu vu le terrain. Ces moments là vous aident à grandir mais avec le football je suis comme un enfant, je veux toujours en faire partie intégrante."
       
      Pouvez-nous parler du discours de Conte après avoir dépassé l'AC Milan ?
      "Il a été clair et ferme avec : « Maintenant ils sont en retard, psychologiquement nous avons un avantage. Tout dépend de vous, ne faisons pas l'erreur de regarder les autres ». Et nous l'avons fait."
       

      Pourtant pour vous les joueurs ça n'a pas été simple depuis les rumeurs des difficultés du Suning en janvier ?
      "Nous sommes des professionnels et nous avons fait ce qu'il fallait faire, c'est à dire nous concentrer sur notre travail. De ce fait nous sommes devenus encore plus soudés."
       
      Conte vous soutient pour l'Euro. Vous espérez toujours une place ?
      "C'est l'ambition ultime. J'ai eu la chance de disputer une Coupe du Monde et un Euro. Maintenant je suis là, je fais de mon mieux. Nous verrons."
       
      De l'Euro 2016 à aujourd'hui, avez-vous retrouvé le même Conte ?
      "C'est comme si je ne l'avais jamais quitté. Féroce et toujours avec la même envie d'amener son équipe au max."
       
      Il s'est amélioré ?
      "Tactiquement oui. Et au niveau du caractère."
       
      Vous avez eu de nombreux entraineurs dans votre carrière. Parlez-nous de Van Gaal et de Mourinho :
      "Le premier est un monstre des règles. C'est lui qui me voulait à United. Un des premiers jours il m'a pris à part et m'a dit « tu es là grâce à moi. Tu as ma confiance et tu joueras ta place avec Valencia. Sache que pour moi le nom n'a pas d'importance ». Mourinho lui, n'a pas d'autres amours que la victoire. Je lui dois des trophées comme l'Europa League."
       
      Qu'est-ce que Conte a de plus que ces deux là ?
      "Il a de grandes idées, tactiquement il est une marche au dessus."
       
      Pouvez-vous suivre Hakimi à l'entrainement ? Quel est le meilleur au monde à votre poste ?
      "J'essaye mais c'est dur... Par l'âge et le talent c'est l'un des meilleurs clairement. Pour le meilleur je dirais Alexander-Arnold. Par le passé Zanetti et Cafu."
       
      En un mot le Scudetto pour vous c'est :
      "La joie. La fin d'un chapitre. Aux personnes qui veulent devenir footballeurs, n'abandonnez jamais votre rêve. Ne perdez jamais votre sourire même face aux sacrifices, qui sont nécessaires."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      5 commentaires
      839 vues
    24. Johan Vanheusden s’est livré à Fcinter1908 : "Un rêve pour Zinho"

      Parmi les joueurs tenu à l’œil par l’Inter, on retrouve la pépite de la Primavera Nerazzurra: Zinho Vanheusden. Capitaine du Standard de Liège, celui-ci est récemment de retour sur les terrains d’entrainement à la suite d’une très grave blessure subie en début de saison. Son Père,  le toujours très sympathique Johan Vanheusden, s’est livré à nos confrères de Fcinter1908.it
       
       

       
      Comment se déroule le retour de Zinho depuis sa blessure ?
      "Cela se passe très bien. Tout se déroule selon l’agenda qui était programmé et lors de ses six derniers mois, il n’a pas connu de problèmes ni de douleurs."
       
      On parle toujours en bien de lui à I'Inter. Comment se fait-il qu'il ait pris la décision de rentrer en Belgique ?
      "C’est très simple, trois mois après avoir remporté le titre de Champion d’Italie avec la Primavera en battant la Fiorentina 2-1, où il avait reçu le trophée de meilleur joueur, il s’était blessé lors d’un match à Kiev: Il est resté écarté 6 mois. Il savait que pour revenir en forme, qu’il serait mieux pour lui de jouer que de rester sur le banc de l’Inter une fois rétabli. Il avait besoin de jouer avec continuité."
       
      Malgré la vente, l’Inter a toujours voulu conserver la porte ouverte pour Zinho. Avez-vous eu des contacts envisageant un possible retour en Italie ?
      "Ce sera à l’Inter à prendre une décision en ce qui concerne l'avenir de Zinho. Son objectif est de revenir encore plus fort qu’avant, surtout depuis sa première sélection avec la Belgique."
       
      Le Standard a tant investi sur lui, s’est-il déjà exprimé sur son futur avec le club ?
      "Non, pas encore. Le Standard est son équipe de cœur depuis qu’il a 10 ans et juste après elle, il y a l’Inter. Il se sent chez lui dans les deux clubs."
       

       
      Quel est la volonté de Zinho ? Aimerait-il de revenir à l’Inter pour y rester et démontrer sa valeur ?
      "Son rêve est certainement d’évoluer pour l’un des plus grand club du monde, mais il faut qu’il soit à 100% pour avoir une chance de jouer, aussi bien à l’Inter que pour le Standard. Pour l’instant, il est dans le club parfait pour lui permettre de devenir encore plus fort."
       
      Zinho suit-il l’Inter ? Est-ce qu’il la soutien dans la conquête du Scudetto ?
      "C’est évident que oui. C’est une année qui est attendue depuis tant de temps : L’Inter va être Championne. Il la suit quotidiennement à la télé: C’est la bonne année."
       
      Comment se sent-il dans la défense à 3 ? Car Conte est à la recherche de nouvelles ressources....
      "Il est habitué à jouer avec ce système de jeu. Il a d’ailleurs été sélectionné pour évoluer dans la défense à trois avec la Belgique.  Mais trois jours après un match face à Benfica, c’est son autre genou qui a cédé face à Ostende : Zinho a été très malchanceux. Il s’agit de la même blessure que son ancien équipier de Primavera Zaniolo. Il va reprendre les entrainement dès demain avec l’équipe, soit après 5 mois et 24 jours."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      940 vues
    25. Paolo Condo salue le travail de Conte malgré les problèmes hors-terrain

      Le succès probable de l'Inter en Serie A sera encore plus impressionnant compte tenu des problèmes hors-terrain des Nerazzurri cette saison, selon Paolo Condo dans une colonne de l'édition imprimée de La Repubblica.
       
      "La crise soudaine de Suning a rendu la saison de l'Inter plus difficile. Il est clair que les directeurs de Conte et de l'Inter ont dû faire face à une situation potentiellement explosive. Si nous n'avons pas entendu une seule plainte hors du vestiaire pendant cette période, bien qu'il y ait peut-être eu des plaintes à l'intérieur, le mérite devrait leur revenir."
      "Beppe Marotta est le meilleur manager du football italien depuis un certain temps."
      "Nous avons l'habitude de voir Conte célébrer avec ses joueurs sur le terrain, mais il y avait quelque chose de définitif à ce sujet cette fois. L'Inter a mis fin à la plus longue période de domination de l'histoire de la Serie A, les neuf titres remportés d'affilée par la Juventus."
      "Il suffit de penser à la puissance du club qu'ils détrônent pour avoir une idée de cet exploit."

      1 commentaire
      338 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles