Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Interviews


    1381 articles dans cette catégorie

    1. Stefano Sensi: "Il y a une bonne osmose ici!"

      Le milieu de terrain commente son mariage, les vibes de pré-saison, le nouvel entraîneur et la défense du Scudetto dans une interview avec Inter TV.
       
      Stefano Sensi a révélé qu'il y avait une bonne osmose alors que l'Inter se prépare pour la nouvelle saison avec Simone Inzaghi à la barre.  Le milieu de terrain des Nerazzurri s'adressait exclusivement à Inter TV après les deux premières semaines de pré-saison.
       
      Vous venez de vous marier. Comment c'était?
      "Je suis ravi ! Ce fut une journée merveilleuse et très émouvante. C'est un grand pas dans ma vie. Je suis juste très heureux."
       
      Comment vous sentez-vous et comment se passent les premières semaines de pré-saison ?
      "Je vais bien. Il y a une bonne osmose ici. Nous voulons être en forme pour la saison à venir car cela va être très difficile. Les autres équipes se sont renforcées mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes et bien faire."
       
      Gagner le titre a renforcé votre confiance en vous et a contribué à favoriser une mentalité de gagnant. Quel est l'objectif pour la saison à venir ?
      "Notre objectif est de nous battre bec et ongles pour défendre notre titre. Nous devons tout donner. Il y a une bonne ambiance et nous avons tous envie de travailler donc c'est de bon augure."
       
      Vous avez eu un peu de temps pour faire connaissance avec le nouveau staff technique. Quelle est votre impression de Simone Inzaghi ?
      "Très bon. Tous les entraîneurs sont très bons dans leur travail. Ils travaillent dur et partagent leurs idées. Nous sommes heureux et nous en profitons tous."
       
      La Serie A débutera dans un mois, à domicile contre le Genoa. Comment l'imaginez-vous ?
      "Je l'imagine avec les fans. Nous sommes sans eux depuis si longtemps donc ce serait génial. Ce sera un match difficile car Genoa est une bonne équipe et tout le monde veut partir du bon pied. Nous allons nous assurer que nous sommes prêts pour cela et, espérons-le, obtenir les trois points."

      8 commentaires
      522 vues
    2. Milan Skriniar se livre sur le départ d'Antonio Conte et ses coéquipiers

      S'adressant à la Gazzetta dello Sport dans une interview publiée aujourd'hui, Milan Skriniar a parlé de son ambition de conserver le Scudetto et de plusieurs de ses coéquipiers.
       
      Sur le départ de Conte.
      "Il m'a surpris! Avec Conte, nous étions devenus comme une famille dans les vestiaires et puis il est clair que lorsque vous gagnez le Scudetto, vous aimeriez continuer à vous battre ensemble pour atteindre de nouveaux buts. Mais c'est comme ça que ça s'est passé. Cependant, maintenant, nous n'avons plus à penser au passé, nous devons nous concentrer sur l'avenir."
       
      Sur Simone Inzaghi.
      "Il se révèle être un entraîneur préparé et de haut niveau. Nous voulons atteindre une grande satisfaction avec lui et son personnel."
       
      L'objectif pour la saison prochaine.
      "Conserver le Scudetto, certainement oui! Après avoir remporté le championnat, vous ne pouvez pas viser moins. Nous travaillerons à répéter nos réalisations même si nous savons que ce ne sera pas facile. Nous devons viser à gagner chaque match pour prouver que nous sommes toujours les plus forts."
      "L'Inter doit désormais ne penser qu'à elle-même car nous sommes les champions d'Italie. Et cette fois, ce sont les autres qui doivent nous chasser."
       
      À propos de Nicolo Barella et Alessandro Bastoni champions d'Europe.
      "Je suis vraiment content pour l'Italie et les Italiens. J'ai dit dès le début qu'ils jouaient bien et étaient extrêmement organisés. Je suis content pour Nico et Basto – après le Scudetto ils ont fêté l'Euro, donc ils reviendront prêts à nous aider. Avec Bastoni et De Vrij, l'entente est maintenant complète: l'année dernière, nous étions très bons."
       
      Sur Christian Eriksen.
      "Je l'ai vu en direct à la télévision et j'avais tellement peur. Je me sentais malade jusqu'à ce que nous soyons rassurés grâce au chat d'équipe. Chris est un super mec il est jeune et c'est un champion, on l'attend sur le terrain. Le plus important, c'est qu'il aille bien maintenant."
       
      Sur le départ d'Achraf Hakimi.
      "Je suis désolé pour Hakimi, c'est un grand joueur et il va beaucoup nous manquer. C'est au club et à l'entraîneur d'évaluer comment le remplacer mais il y a déjà des gens prêts dans l'équipe et je pense que même sans lui, nous pouvons faire une belle saison. Nous devons penser au mercato mais travailler uniquement pour le bien de l'Inter."
       
      Enfin,à propos de Hakan Calhanoglu.
      "Rien de particulier, c'est comme toute nouvelle recrue, peu importe s'il vient de Milan. Nous sommes heureux de l'avoir avec nous car il est techniquement très doué et sur coups de pied arrêtés, il est phénoménal."

      0 commentaire
      569 vues
    3. Stefan De Vrij : "Heureux de retrouver Simone Inzaghi"

      S'adressant à Sky Sport Italia, Stefan de Vrij a fait part de ses réflexions sur ses retrouvailles avec Simone Inzaghi avec qui il a travaillé à la Lazio.
       
      De Vrij était un joueur des Biancocelesti lorsqu'Inzaghi est devenu manager de l'équipe A, les deux étant ensemble au club jusqu'à ce que de Vrij parte pour rejoindre l'Inter à l'été 2018.
      "C'est très agréable de le retrouver, au fil des années à la Lazio je me suis très bien retrouvé, j'ai très bien travaillé avec lui et je suis content de son arrivée. Je pense qu'il a beaucoup à nous offrir, c'est un coach bien formé et il apporte une bonne ambiance où chacun se rend disponible pour faire de son mieux."
       
      Sur l'attaque.
      "Romelu est très fort, il a fait de grands pas en avant ces dernières années. Ensuite, avec Lautaro, Alexis et Pinamonti, nous avons des attaquants très forts."
       
      Sur la défense du Scudetto.
      "Nous devons le défendre sur le terrain et nous ne pouvons pas attendre. Nous avons beaucoup de confiance. Nous sommes une équipe gagnante, nous avons remporté le Scudetto et nous devons en être conscients. Comme je l'ai déjà dit, nous devons nous confirmer."
       
      Sur Alessandro Bastoni et Milan Skriniar.
      "Nous parlons pour comprendre comment nous améliorer. Nous avons encore beaucoup de marge de croissance et nous voulons faire encore mieux. Moi aussi je peux beaucoup m'améliorer. Je peux me rendre encore plus conscient et être plus présent pour aider mes coéquipiers."

      0 commentaire
      485 vues
    4. Alessandro Vocalelli, Gennaro Gattuso et Michele Cristcitiello s'expriment sur l'arrivée de Simone Inzaghi.

      Dans leurs journaux respectifs, Alessandro Vocalelli, Gennaro Gattuso et Michele Cristcitiello s'expriment sur l'arrivée de Simone Inzaghi. Si les deux premiers semblent emballés, le dernier est plus mitigé.
       
      Écrivant dans sa chronique dans la Gazzetta dello Sport, Alessandro Vocalelli a donné son avis sur le projet naissant de Simone Inzaghi.
      "On serait prudent, avouons-le, sinon sceptique sur les chances de l'Inter la saison prochaine, précisément à cause du choix de l'ancien entraîneur de la Lazio. Et s'il est compréhensible qu'Antonio Conte ait laissé sa marque, il est néanmoins franchement incompréhensible pourquoi la qualité du choix de Marotta et Ausilio n'est pas pleinement appréciée. Car, et c'est le maître mot, l'Inter était un choix, et non un parachute. Il y avait d'autres entraîneurs libres, mais l'Inter voulait Inzaghi, à cause de son style de jeu et plus encore."
      ''L'Inter ne continuera pas à jouer comme ils l'ont fait avec Conte, peut-être dans la forme mais avec plus de ballon, ce qui est presque tout, plus court, plus rapide, moins intense et moins agressif, et avec une idée du football si différente que les joueurs se sentent au centre d'un nouveau projet. Oui, parce que le projet, bien sûr, est de confirmer le Scudetto, de continuer à gagner."
       
      S'adressant au journal napolitain Il Mattino, Gennaro Gattuso a rendu son verdict sur les qualités de l'Inter avant la prochaine saison de Serie A.
      ''L'arrivée d'Inzaghi changera peu, le système tactique sera le même, même après les adieux de Conte. Inzaghi est jeune mais préparé. Il est clair qu'il y aura une certaine pression, c'est normal si vous allez entraîner les champions d'Italie.''
       
      Écrivant dans sa chronique pour Tuttomercatoweb.com, Michele Cristcitiello a prédit que Simone Inzaghi aura du mal à succéder à Antonio Conte.
      ''Ce ne sera pas une année facile pour l'Inter. Si vous ne faites pas le mercato et ne remplacez pas ceux qui partent, vous ne pouvez pas penser que vous êtes plus fort que les autres simplement parce que vous avez le drapeau tricolore sur la poitrine.''
      ''La vérité, c'est que l'Inter a changé ses plans et qu'en pensant à gagner pour faire grandir la marque même en Chine, ils sont passés de la réduction des coûts au fameux 'continuons à avancer'. L'année dernière, ça s'est bien passé parce que Conte a agi en tant que manager et coach psychologique, mais aussi parce qu'il n'y avait personne en mesure de s'y opposer."
      ''La Juventus de Pirlo était plus que moyenne et Milan a abandonné trop tôt car ils n'avaient pas les qualités pour rester à la première place. Perdre Conte et essayer de le remplacer est un désastre. Inzaghi aura du mal, on parle de gagner le Scudetto et d'être favori en Ligue des champions, on ne dit pas qu'il ne finira pas dans les quatre premiers, car reprendre le vestiaire de Conte avec les hommes de Conte n'est pas anodin.''
      ''Tout en voulant faire venir des fidèles, l'ancien entraîneur de la Lazio n'est pas en mesure de le faire. Cette année, l'Inter doit tenir compte du fait que la Juventus sera la favorite au Scudetto et que le club romain aura un bon championnat.''

      6 commentaires
      701 vues
    5. Giuseppe Marotta: "Nous devons honorer ce Scudetto"

      Sur Sky Sport Italia, Giuseppe Marotta a évoqué les objectifs de l'Inter pour la saison peu avant le match amical contre Lugano.
       
      "Nos objectifs sont les mêmes que d'habitude: honorer le maillot et défier les trophées. L'histoire de l'Inter exige cela : c'est un club avec un passé glorieux et couronné de succès. Nous avons également le devoir d'honorer le Scudetto que nous portons sur nos maillots. Nous avons une grosse saison devant nous."
      "Nous attendons toujours le retour de nombreux joueurs qui ont participé à l'Euro et à la Copa America, mais à part vendre Achraf Hakimi, nous prévoyons de garder cette équipe ensemble. Ils nous ont donné de quoi se réjouir la saison dernière et ont prouvé à quel point ils sont une grande équipe."
      "Nous avons également des joueurs comme Federico Dimarco qui auront la chance de montrer à Inzaghi ce qu'ils peuvent faire. Il est le présent et l'avenir de l'Inter et je pense qu'il pourrait surprendre quelques personnes cette saison, mais cela vaut également pour tous les autres jeunes joueurs qui jouent pour l'Inter."

      2 commentaires
      748 vues
    6. Andrea Ranocchia et Martin Satriano se livrent sur InterTV après le match contre Lugano

      Andrea Ranocchia et Martin Satriano se sont exprimés sur InterTV après le match contre Lugano.
       
      C'était le dernier coup de pied du match, le penalty gagnant, mais ce n'était en aucun cas la seule contribution d'Andrea Ranocchia pendant ce match. L'arrière central a mobilisé la défense et a aidé à construire le jeu de l'arrière avant de convertir le cinquième et dernier tir au but des Nerazzurri. Voici ses déclarations à InterTV.
      "Nous sommes évidemment un peu en jambes grâce aux entraînements, mais nous travaillons dur et bien. On essaie de prendre en compte les idées du coach en attendant que tous les autres joueurs reviennent pour pouvoir se concentrer sur le début de saison."
      "Lugano commence sa saison de championnat la semaine prochaine, ils sont donc clairement en avance sur nous en termes de condition physique. Nous avons puisé quand nous en avions besoin et avons réussi à renverser la situation puis à gagner aux tirs au but."
      "Ces matchs amicaux sont importants pour nous pour mettre en œuvre de nouvelles idées et améliorer notre condition physique. Nos jambes ne sont pas encore là, mais nous discuterons avec l'entraîneur de ce qui doit être corrigé."
      "Quant au penalty, ce n'est pas la première fois que j'en marque un en pré-saison !"
      "C'était merveilleux d'avoir nos fans là-bas pour nous soutenir. Nous espérons que lorsque la saison reprendra, nous pourrons profiter du retour de nos fans."
       
      Martin Satriano a réalisé une belle performance en Suisse dans laquelle il a touché le bois en première mi-temps avant d'égaliser à 2-2 après la pause.
      "Nous avons très bien joué. Nous avons tous travaillé dur pendant l'entraînement. Je suis très content du but et aussi de la façon dont nous avons joué. C'est une sensation incroyable de porter ce maillot et de jouer avec des joueurs de ce niveau. Je suis tellement heureux."
      "Quant à Lautaro, c'est certainement l'un des meilleurs joueurs de l'Inter. J'ai beaucoup pu le regarder jouer à l'entraînement l'année dernière à Appiano Gentile et j'ai appris autant de lui que possible."
       
       
       

      4 commentaires
      655 vues
    7. Simone Inzaghi: "Je suis très content des joueurs"

      L'entraîneur fait le point après le match amical de l'Inter contre Lugano.
       
      Simone Inzaghi a salué les performances de son jeune effectif après avoir battu Lugano aux tirs au but lors de sa première sortie amicale de pré-saison. La plupart des joueurs internationaux étant encore en vacances, l'équipe a été renforcée par de nombreux jeunes de l'académie pour le premier match d'Inzaghi. Voici ses déclarations à InterTV.
       
      "Je savais que ce serait un match amical difficile, mais les gars l'ont très bien géré."
      "Nous nous sommes retrouvés à deux buts mais nous sommes restés dans le coup. Nous avons bien répondu compte tenu des options limitées dont nous disposions. Je suis très content d'eux."
      "Nous avons essayé de gagner jusqu'à la fin. Je suis content de leur réaction et de leur comportement, beaucoup d'entre eux ont dû jouer 90 minutes tout de suite."
      "Petit à petit, nous présenterons les nouveaux joueurs au fur et à mesure de leur arrivée. Stefan De Vrij et Marcelo Brozovic seront de retour dans les prochains jours. Le club fait un excellent travail et nous serons prêts pour le 22 août."
      "Ce serait merveilleux si nous pouvions célébrer avec nos fans en accueillant les champions le jour de l'ouverture, après un an et demi avec des stades vides. Le soutien qu'ils nous apportent fait une telle différence, comme nous l'avons vu ce soir."
      "Les jeunes de la Primavera font un excellent travail mais je savais qu'ils seraient à la hauteur car l'Inter a une académie fantastique. Ils doivent continuer comme ça car nous aurons besoin d'eux jusqu'en août au moins."
       
       
       

      5 commentaires
      1k vues
    8. Rolando Maran se livre sur Nahitan Nández: "Suffirait-il pour remplacer Hakimi ?"

      Rolando Maran, l’ancien entraîneur de Cagliari s’est livré à la Gazzetta.it sur le milieu de terrain uruguayen pisté par l’Inter
       
       
      Quel type de joueur est Nandez ?
      "C’est un milieu moderne, capable de combiner des qualités et un dynamisme hors du commun."
       
      Comment était-il engagé dans votre Cagliari ?
      "En Mezzala dans le 4-3-2-1 avec Joao Pedro et Nainggolan en Trequartisti. Mais Nandez peut aussi se mouvoir entre les lignes. Dans le 3-5-2 d’Inzaghi, il peut jouer aussi bien sur toute l’aile droite que sur toute l’aile gauche, comme cela s’est d’ailleurs produit avec Semplici, en fin de saison."
      "Il pourrait être un homme d’entre jeu, entre Barella et Calhanoglu."
       
      Croyez-vous qu’il pourrait ne pas réaliser le saut de qualité à l’Inter, vu que l’environnement et la pression sont bien différents comparé à Cagliari ?
      "Absolument pas, c’est un joueur de 22 ans, et  il a su gérer sans problème la Bombonera, il n’aurait aucun problème au Meazza. C’est une personne qui peut te transcender, l’Inter réaliserait un très grand coup."
       
      Nandez suffirait-il pour remplacer Hakimi ?
      "Ce n’est pas à moi de le dire. Je peux juste vous dire que Nahitan a réalisé de très belles prestations à ce poste en  le couvrant, en s’engageant, en centrant, en délivrant des passes décisif, voir même en marquant des buts."
       
      L’Inter, avec Nandez, pourrait-elle encore remporter le Scudetto ?
      "Je crois qu’il y a 4 ou 5 équipes qui peuvent l’emporter et parmi elles, il y a certainement l’Inter. C’est sûr que remplacer Conte n’est jamais facile, mais Inzaghi est très doué lorsqu’il s’agit d’exploiter le maximum du noyau à sa disposition, il a réalisé de grandes choses avec la Lazio."
      "Et le noyau de l’Inter, le classement de l’an dernier le prouve, est bien plus fort."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      966 vues
    9. Hakan Çalhanoğlu​​​​​​​ : “Eriksen ? J’ai le plus grand respect pour lui!"

      Hakan Çalhanoğlu s’est livré à Cbs Sport, à Dazn et à Inter.it sur les raisons qui l’ont poussé à rejoindre la Beneamata, au lieu de renouveler chez le Diavolo
       
      Son interview à Cbs Sport

       
       
      "La Grande différence à l’Inter, c'est l’attention portée par Piero Ausilio et par l’entraîneur: Ils m’ont appelé une série de fois, ils m’ont fait me sentir vraiment important et c’est pour cette raison que j’ai rapidement décidé de venir, ici, à l’Inter. Le premier appel d’Inzaghi a été très important pour moi, pour me convaincre de venir ici. Son attention envers moi a été très importante : Je crois en lui, en ce qu’il a fait à la Lazio ces dernières années, et je crois qu’il en ce qu’il fera à l’Inter pour cette année, pour aider l’équipe à grandir toujours plus."
      "Piero m’a appelé tellement de fois, il m’a dit vraiment des choses importantes pour me convaincre et je me suis dit : "Oui, je dois y aller vu les objectifs présentés." : Je voulais rester en Italie, je connais la langue, l’Inter vise de grands objectifs, elle a une bonne équipe de qualité, elle joue pour gagner quelque chose, c’est pour cela que j’ai pris rapidement ma décision."
      "Je pense que ce sera exquis de délivrer des passes décisives à Romelu Lukaku et à Lautaro Martinez, ce sera beau. Je suis impatient de joueur avec Romelu et Lautaro, ce sont des joueurs vraiment très fort que l’on a devant. Et s'il faudra du temps pour se comprendre, eux se connaissent, mais ils devront apprendre à connaitre aussi mes mouvements tout comme je devrai bien connaitre les leurs, je suis impatient de joueur avec eux et de leur délivrer des assists."
       
      Eriksen ?
      "Je l’attends ici à l’Inter les bras grand ouverts, c’est un très grand joueur avec de très grande qualité : Je le respecte beaucoup et je suis impatient de le revoir ici."
       
      Son interview à Dazn

       
      "Nous voulons remporter à nouveau ce Scudetto, et je l’espère aussi avec moi, j’ai envie d’aider mes équipiers. Le transfert s’est passé très rapidement grâce à Piero Ausilio qui m’a appelé à de plusieurs reprises, il l’a fait aussi avec mon agent. Mister Inzaghi m’a aussi appelé à plusieurs reprises. Lorsque l’on t’appelle et qu’il s’agit d’une grande équipe déjà forte qui te veut, tu as ensuite une très grande envie d'y aller, et cela s’est passé vite, très vite. En premier lieu, mon agent m’a appelé et me dit : "Regarde Piero veut te parler", j’ai répondu "ça me va", ensuite tout est allé assez vite."
       
      Vous passez du Milan à l’Inter.....
      "Les tifosi font du bruit et c’est normal, pour un joueur qui fait ça, c’est normal, mais je ne suis pas le premier et je ne serai pas le dernier. Tant de joueurs sont passé du Milan à l’Inter et vice-versa, c’est pour cela que je ne serai ni le premier, ni le dernier. Je veux seulement aller de l’avant, vers l’avenir, en conservant un grand respect pour le Milan. J’y ai réalisé tant de choses durant 4 années, je les ai tous respectés. Ceux qui me connaissent savent tout. Ici, je me sens prêt pour une nouvelle aventure à l’Inter et je dois aller de l’avant."
       
      Vous sembliez très complice avec Ibra, vous a-t ’il dit quelque chose ?
      "J’étais à l’Euro et lui en vacances, il avait son problème au genou et il pensait à cela, et moi à l’Euro. Nous n’avons pas parlé de ce transfert, peut-être que dans quelques jours, nous en parlerons, mais pour l’instant, il n’y a rien."
       
      Pioli a-t ‘il tenté de vous retenir ?
      "Pioli était le seul homme qui me voulait avec envie au Milan : J’ai parlé tant de fois avec lui, et lui avec moi, il a respecté ma décision et je lui souhaite le meilleur."
       
      Quel sera votre rôle dans le 3-5-2 ?
      "C’est un système de jeu qui me plait. Luis Alberto jouait avec Inzaghi dans un poste où nous sommes similaire. J’aime l’attention portée par l’entraîneur, comment il me parle, comment nous échangeons, j’espère que l’on se divertira dans ce championnat."
       
      Pourriez-vous revoir votre ambition ?
      "On ne te donne pas le maillot sans sacrifice et sans souffrance. J’ai entendu ce que voulait l’entraîneur, il faudra un peu de temps, mais nous verrons par la suite."
       
      Vous étiez le leader en Europe pour les occasions créées et le premier pour les passes décisives lors des deux dernières saisons de Serie A.....
      "Je dois remercier Pioli car il a réalisé du bon boulot avec moi: Il m’a laissé jouer dans mon rôle, comme j’en avais l’envie, un rôle pour lequel j’ai créé tant d’occasions et délivré tant de passes décisives. Je veux vraiment lui dire merci. Tu peux avoir avec évidence un talent, mais sans travail, tu ne parviens pas à réaliser ces choses-là."
       
      Avez-vous envoyé cette statistique à Lukaku et Lautaro ?
      "J’attends qu’ils reviennent, je suis impatient de jouer avec eux et de leur donner des passes décisives, de créer des occasions pour eux. Je veux me divertir, mais avant tout je dois connaitre les façons de jouer, eux devront connaitre mes mouvements et moi les leurs. J’espère que l’on se divertira."
       
      Comment avez-vous vécu ce qu’a traversé Eriksen ?
      "J’ai le plus grand respect pour Eriksen, c’est un joueur qui me plait beaucoup, nous avons le même rôle. Je l’attends à bras ouvert, il mérite tant de chose : C’est un exemple, un garçon sympathique, je l’ai connu via Kjaer, je lui ai demandé immédiatement ce qu’il s’était passé, j’espère le revoir au plus vite."
       
      Vous avez choisi le numéro 20, en référence au numéro de Recoba ?
      "Je l’ai lu sur les journaux, mais je ne l’ai pas choisi pour cette raison. J’ai toujours eu le numéro 10, mais ici, il appartient à Lautaro Martinez : J’ai donc fait 10+10, 20 !"
       
      Vous avez croisé la Nazionale de près.....
      "J’avais déjà dit à mes équipiers, en Turquie, qu’elle était très forte, qu’elle cherchait à créer du jeu, qu'elle dispose d’un système fort avec Mancini. C’était ma favorite pour le titre et je la félicite encore car elle le mérite. J’ai écrit à Donnarumma. Après mon arrivé à l’Inter, Bastoni m’a écrit pour me dire ‘Bienvenue dans notre Famille", j’ai aussi parlé avec Bonucci, Chiellini, et Gigio."
       
      Son interview à Inter.it

       
      Pourquoi avoir choisi l’Inter ?
      "Choisir l’Inter est un choix facile, tout s’est passé très rapidement grâce au Directeur Ausilio et à Mister Inzaghi."
       
      As-tu déjà lié des amitiés avec vos nouveaux équipiers ?
      Oui, j’ai déjà lié des liens d’amitié avec Radu, Kolarov, Nainggolan, Sensi, avec quasiment tout le monde. J’apprends à connaitre mes nouveaux équipiers."
       
      Quel numéro vas-tu prendre ?
      "J’ai choisi le 20. J’ai toujours utilisé le 10, donc 10+10 égale 20, le numéro que je porterai."
       
      Pourrions-nous te prendre au Fantacalcio ?
      "Oui, absolument ! Car cette année, je vais tenter de délivrer énormément de passes décisives à Romelu et à Lautaro."
       
      Que préférez-vous entre les passes décisives et marquer des buts ?
      "J’aime beaucoup faire des passes décisives, car c’est gratifiant d’aider mes équipiers."
       
      Quel sont tes 5 joueurs préféré de l’Histoire de l’Inter ?
      "Zanetti, Ronaldo, Adriano, Eto'o et Sneijder"
       
      Penalty ou coup-franc ?
      "Je préfère les coups francs, je cherche toujours à marquer."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      8 commentaires
      781 vues
    10. Milan Skriniar: "Nous ne devons pas baisser notre garde"

      Le défenseur slovaque est de retour à Appiano Gentile après l'EURO 2020 et des vacances. Voici ces déclas à Inter TV.
       
      Milan Skriniar a parlé de son engouement à se lancer dans la nouvelle campagne alors qu'il retournait au Suning Training Center pour une session individuelle ce Mercredi. L'arrière central a disputé trois matchs pour la Slovaquie lors de cet Euro, mais il est maintenant reposé et impatient de recommencer.
      "C'est toujours agréable de revenir ici. Il y a un super esprit d'équipe. Cela fait un moment qu'on ne s'est pas vu. Maintenant, nous sommes de retour avec un nouvel entraîneur et une équipe en coulisses et nous attendons déjà avec impatience la nouvelle saison."
       
      Un peu malheureux concernant l'Euro.
      "Nous étions tous très heureux après ce but parce que nous espérions passer les huitièmes de finale, mais ensuite nous avons perdu deux matchs et avons été éliminés. Nous avons été extrêmement déçus mais c'est du passé maintenant et je me concentre sur la nouvelle saison avec l'Inter."
      "Évidemment, je suis ravi pour Nicolo Barella et Alessandro Bastoni alors qu'ils ont remporté le tournoi. Ils l'ont mérité parce que l'Italie a si bien joué. Nous nous sommes échangé des messages. J'ai également parlé à Lautaro Martinez qui a couronné une super saison en remportant la Copa America. Ils vont maintenant profiter d'une pause bien méritée et nous attendrons leur retour."
       
      Défendre le Scudetto en 2021-2022.
      "Mes objectifs personnels pour la saison à venir sont les mêmes que d'habitude : me battre pour l'Inter et aider l'équipe. Nous avons remporté le titre l'an dernier et il ne faut pas baisser la garde cette saison. Nous croyons que nous pouvons gagner. J'espère pouvoir faire ma part comme toujours – et peut-être même marquer quelques buts de plus."

      2 commentaires
      492 vues
    11. Massimo Moratti se livre sur l’InterSpac : "Un plaisir que je laisse aux autres!"

      L’ancien Président de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré à Calciomercato.com sur l’Euro de Roberto Mancini, sur l’Inter et le projet InterSpac : "Mon opinion sur Mancini ? Volontiers, mais pouvons-nous attendre la fin de l’Euro ? Tout s’est bien passé jusqu’à présent, je ne voudrais pas paraître inopportun, mais après la finale, volontiers."
       

       
      L’Euro est à présent terminé….
      "Et il ne pouvait pas se passer mieux, l’attente a payé (il rit)."
       
      Ces garçons ont diverti l’Italie entière, vous aussi….
      "Ils ont tous été exemplaires, constants, attentifs en faisant preuve de calme et de sang-froid lorsque s’est présenté la séance de tirs au but, c’était exceptionnel."
       
      Est-ce la victoire de Mancini ?
      "Il a été si brave, il ne s’est jamais économisé, encore plus ces derniers mois, il a tout donné tout de lui-même pour se battre pour quelque chose d’incroyable, il a mis en condition l’équipe pour qu’elle puisse croire à un objectif franchement impossible, un objectif que personne ne pouvait considérer sérieux. Mancini ne s’est pas limité à convaincre tout le monde, il a aussi créé de la sympathie autour de ce groupe, il a fait circuler autour de la Nazionale des pensées positive, Il y est parvenu grâce à ses convictions."
       
      Quel est le trait distinctif de cet entraîneur ?
      "Son talent domine toujours la scène, même dans ses choix, dans ses provocations. A présent, tout le monde prend pour acquis que Mancini mise sur les jeunes, mais rien n’était acquis."
      "Il était déjà comme ça à l’Inter, il a toujours été si bon avec les garçons et la chose la plus incroyable est qu’il est toujours parvenu à comprendre, à quels moments exacts, il pouvait faire appel à eux. Il a toujours su quand les lancer. Je crois qu’il est nécessaire de devoir recourir au talent et de savoir prendre des risques et il sait les prendre, tout comme il sait reconnaître aux autres le talent."
      "Avec l’Inter, il a tant de fois provoqué l’adversaire en insérant quelques jeunes, et cela se révélait souvent. A présent, il a également amélioré sa relation avec les joueurs, il a acquis une bonne expérience et il est devenu un leader absolu, tout en renonçant à toute forme d’autoritarisme."
       

       
      Est-ce que les doux souvenirs du temps du Triplé sont remontés à la surface ?
      "J’ai eu le plaisir et la fierté de l’avoir amené l’Inter. Je me souviendrais toujours de sa présentation avec un maillot de l’Inter qu’il m’avait offert confectionné en laine, ceux que les joueurs portaient par le passé, avec le Scudetto cousu dessus. Il m’avait dit qu'on allait le remporter ensemble, car je l’avais choisi. Je suis resté marqué par sa façon de rentrer immédiatement dans la tradition du club avec sa classe."
       
      C’était aussi l’Euro de Barella.....
      "Il a déjà montré qu’il était doué à l’Inter, en disputant un grand championnat avec un grand entraîneur. Il a eu la possibilité de confirmer et il l’a saisi."
       
      Pourrions-nous un jour vous voir participer à l’initiative InterSpac ?
      "Lorsque j’ai décidé de rentrer dans le Calcio, je l’ai fait les pieds joint. A présent, c’est un plaisir que je laisse aux autres."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      0 commentaire
      501 vues
    12. Marco Tronchetti Provera: "L’Inter a de grands champions"

      Marco Tronchetti Provera s’est livré sur l’Inter au cours de l'émission de "La Politica nel pallone" diffusée  sur Gr Parlamento.
       

       
      L’Inter ?
      "La situation était déjà compliquée avant et elle s’est adjugé un Scudetto. Inzaghi fait bien jouer ses équipes, il aime le beau football. L’Inter vient d’une très belle saison, elle a de grands champions et une base de jeu solide, je pense que l’équipe peut encore viser des succès qu’elle mérite."
       
      La vente d’Hakimi ?
      "C’est une déception pour tous, mais Marotta sait bien se mouvoir sur le Mercato, je pense qu’il peut offrir quelques surprises positives, qu’il pourra maintenir la compétitivité de l’équipe, il trouvera quelqu’un qui pourra dignement lui succéder."
       
      Calhanoglu?
      "C’est un beau joueur, c’est un signe que l’Inter mise encore sur la qualité."
       
      Le projet Interspac?
      "C’est une initiative louable et courageuse, attendons de voir quels seront les décisions des propriétaires actuels. Beaucoup de choses doivent encore se produire afin qu’elle fasse partie d’une solution bien plus globale."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      0 commentaire
      275 vues
    13. Matteo Darmian: "Se préparer pour une autre grande saison"

      Matteo Darmian a déclaré que cette pré-saison avait été un bon début sous la direction du nouveau boss Simone Inzaghi alors que l'Inter se préparait à défendre son Scudetto.
       
      "C'était agréable de se détendre un peu après une campagne aussi chargée, mais il est temps de recommencer maintenant. C'est un bon début de pré-saison. On a tout ce qu'il faut pour bien s'entraîner ici. Nous ferons de notre mieux pour le nouvel entraîneur et le personnel et essaierons de nous adapter à ce qu'ils attendent de nous. Nous avons une grosse saison devant nous et nous devons nous y préparer du mieux que nous pouvons."
      "Nous avons montré la saison dernière à quel point l'équipe est importante. On pouvait voir que tout le monde était impliqué et se sentait important. Nous savons à quel point il a été difficile de gagner le Scudetto et maintenant nous voulons le défendre. Mais lorsque vous jouez pour un grand club comme l'Inter, vous vous efforcez toujours de gagner de l'argenterie. Nous voulons aller le plus loin possible dans chaque compétition."
      "Quant à moi personnellement, j'essaierai de faire ce que je fais toujours, c'est-à-dire aider l'équipe et m'efforcer de m'améliorer chaque jour."
      "J'ai joué lors du dernier match entre l'Italie et l'Angleterre et j'espère que le fait que nous l'ayons gagné est de bon augure, même si évidemment c'est un match différent demain et ça va être très difficile. L'Angleterre a beaucoup de joueurs de grande qualité, mais l'Italie a aussi une excellente équipe, comme elle l'a montré depuis le premier match. Tout le pays espère pouvoir remporter ce trophée important."

      3 commentaires
      517 vues
    14. Samir Handanovic: "Nous avons un titre à défendre et ça va être serré"

      Notre capitaine prédit une campagne serrée en Serie A tout en soulignant les points forts de l'équipe. Voici ce que le Slovène a déclaré à Inter TV.
       
      Samir Handanovic est devenu joueur de l'Inter il y a neuf ans hier, le 9 juillet 2012. 3 288 jours plus tard, Samir est toujours avec le club et impatient de disputer sa dixième campagne avec les Nerazzurri. Cette fois -ci, cependant, il y aura un plus sur le maillot du capitaine, en hommage au 19 titre Scudetto de l'Inter. Souvenons nous du gardien de but tenant fièrement le trophée après le match Udinese au Meazza à la fin de la saison dernière pour sa 389 ème apparition pour le club.
       
      L'attention se tourne maintenant vers la reprise du travail sous la direction de Simone Inzaghi. Voici ce que le Slovène a déclaré à Inter TV:
      "C'était un sentiment incroyable après avoir remporté la Serie A, mais c'est du passé maintenant. Nous avons un Scudetto à défendre dans ce qui sera la campagne la plus serrée de ces dix dernières années, avec au moins cinq prétendants au titre et de nombreux nouveaux entraîneurs de premier plan. Ce sera excitant, mais nous sommes une équipe forte et nous allons nous concentrer sur nos qualités."
       
      Sur la pression de jouer des saisons consécutives avec peu de repos.
      "Quand vient la fin de la saison, on a hâte de partir en vacances, mais on a vite hâte de retourner à Appiano Gentile. C'est toujours fantastique ici. C'est agréable de voir tous ceux qui travaillent ici et vos coéquipiers. Il y a aussi une atmosphère merveilleuse. Nous avions besoin de vacances car nous n'avions pas arrêté depuis un an et demi. Certains joueurs sont encore plus fatigués parce qu'ils ont participé à l'Euro ou à la Copa America. J'ai pu me reposer et il est maintenant temps de repartir."
       
      Les grandes finales à venir.
      "J'ai regardé tous les matchs impliquant la Croatie et l'Italie. Je soutiendrai certainement les Azzurri. C'était génial de voir des matchs entre autant d'équipes de haut niveau. L'Italie a ce qu'il faut pour gagner l'Euro."
       
      Concernant Simone Inzaghi.
      "Bien sûr, nous apprendrons à bien connaître le personnel d'entraîneurs lorsque nous serons ensemble jour après jour. En ce moment, c'est comme si c'était le premier jour d'école, mais c'est normal dans le football. Je me souviens de mon passage à la Lazio alors que j'étais jeune. Il y avait tellement de joueurs qui sont devenus depuis entraîneurs ou directeurs sportifs. J'ai tellement appris d'Inzaghi, Angelo Peruzzi, Igli Tare, Fabio Liverani, Massimo Oddo, Paolo Di Canio et Marco Ballotta. C'était génial de partager cette expérience avec eux. Inzaghi avait une relation merveilleuse avec les jeunes. Ce que les joueurs peuvent faire maintenant pour aider le nouvel entraîneur, c'est simplement donner le meilleur de nous-mêmes chaque jour."

      3 commentaires
      640 vues
    15. Riccardo Ferri: "Une seule personne à l'Inter est invendable, et c'est..."

      S'adressant à la chaîne de presse italienne Tuttomercatoweb Radio, Riccardo Ferri a évoqué la conférence de presse de Beppe Marotta et Simone Inzaghi.
       
      Pour Ferri, la continuité de la vision du club de Marotta a assuré la continuité, et c'est ce qui a permis aux Nerazzurri de remporter le Scudetto pour la première fois en onze ans. L'ancien défenseur central a également donné son avis sur des signatures potentielles et à quoi il aimerait que l'équipe ressemble pour la saison prochaine bien qu'il fasse confiance au club pour prendre les bonnes décisions à l'avenir. Ses paroles:
      "Son choix d'Inzaghi comme manager n'est pas une option de repli, mais est dû au fait qu'il fallait choisir un coach de qualité pour mener à bien un projet ambitieux. Dans le passé, il a montré qu'il pouvait gérer certaines situations. Je pense qu'il devrait être placé dans un club ambitieux, mais il peut aussi bénéficier d'un travail extraordinaire accompli par Conte."
      "Aujourd'hui, il y a la conscience d'être fort, de ne pas être satisfait et de faire encore plus. Cette direction a fait face à des situations difficiles et je pense que le club fera tout pour saisir les opportunités du marché."
      "Un joueur large qui pourrait prendre la place d'Hakimi ? Lazzari est un joueur intéressant qui parvient très bien à jouer à gauche. Les administrateurs sont cependant beaucoup plus compétents et profiteront des opportunités qui se présenteront."
      "Qui ne doit pas être vendu ? Marotta. Je pense qu'il a fait un travail extraordinaire, à commencer par le choix de Conte, dont beaucoup étaient dubitatifs. Ses choix ont toujours été parfaits."

      2 commentaires
      697 vues
    16. Des nouvelles du Ninja et petit point mercato outre manche.

      Radja Nainggolan nous donne de ses nouvelles et point mercato qui se focalise outre manche.
       
      S'exprimant lors d'une interview avec Sky Sport en Italie, Radja Nainggolan a expliqué qu'il n'était pas le genre de joueur qui ne commence pas les matchs.
      "J'ai toujours été titulaire et je ne sais pas ce que cela signifie d'entrer plus tard. Peut-être que je suis plus un joueur de match qu'un joueur d'entraînement."
      "J'ai passé six ans et demi ici, la vie est belle en Sardaigne. C'est une île, ce n'est pas comme toutes les grandes villes. Ici, il y a une paix que l'on peut trouver dans peu d'endroits."
       
      Comme rapporté par le Corriere dello Sport, trois joueurs de Premier League sont désormais considérés comme cibles potentielles pour le mercato.
      Pour le poste d'ailier gauche, Alex Telles de Manchester United est devenu un candidat potentiel. Il a lutté pour le temps de jeu depuis qu'il a rejoint Manchester United en raison de la forme résurgente de Luke Shaw. Benjamin Mendy de Manchester City et Kostas Tsimikas de Liverpool sont également des options potentielles pour le côté gauche.

      15 commentaires
      808 vues
    17. Roberto Martinez: "Lukaku un mec bien qui mériterait le Ballon d'Or"

      La Belgique affrontera l'Italie en quarts de finale de l'Euro 2020 ce Vendredi alors qu'une "génération dorée" tente à nouveau de remporter, enfin, un titre majeur. Roberto Martinez a déclaré ceci lors d'une interview accordée à Goal (seules les parties dédiées à Lukaku sont traduites).
       
      Question: Si je vous donnais 100 €, les parieriez-vous sur Romelu Lukaku gagnant le Ballon d'Or?
      "Je partagerais 50 € pour Romelu Lukaku et 50 € pour Kevin De Bruyne. Je pense que les deux, dans leurs rôles, ont été les meilleurs du football mondial. J'espère donc qu'ils pourront obtenir les récompenses qu'ils méritent."
       
      Sur le but dédié à Christian Eriksen.
      "Cela vous montre qui est Romelu. C'est une personne attentionnée. Il y a des valeurs qui sont plus importantes que simplement gagner ou perdre. La façon dont vous gagnez est la façon dont vous vivez la vie. Et je pense que c'était un moment merveilleux que Romelu Lukaku avait traduit comme: 'L'importance de ce moment est que Christian aille bien'. Et nous voulions célébrer avec lui."
       
      Sur la progression de Romelu Lukaku.
      "Nous parlons d'un Romelu Lukaku qui est plus qu'un buteur depuis qu'il a rejoint l'Inter. Il est arrivé dans le bon club, au bon moment, avec le bon entraîneur, Antonio Conte, et a développé cette incroyable maturité. Ce n'est pas seulement le buteur que nous connaissons tous. C'est quelqu'un qui peut affecter le jeu, il peut affecter les joueurs autour de lui. Il peut vraiment vraiment influencer ce que vous allez faire sur le terrain."
      "Il n'a toujours que 28 ans, les records de buts sont incroyables, mais je pense que Romelu Lukaku est devenu un footballeur très mature au cours des 14 derniers mois."
       
      De son côté, s'adressant au magazine italien L'Uomo Vogue, le joueur de 28 ans a parlé de l'expérience de la défaite de la finale de la Ligue Europa en 2020 et de l'effet que cela a eu pour galvaniser son désir de concourir pour les trophées.
      "Si je regarde en arrière, par rapport à il y a deux ans en Angleterre, je suis passé au sommet. Maintenant, nous sommes champions d'Italie et c'est magnifique. Ma priorité maintenant est de profiter du moment, de célébrer avec mes coéquipiers. L'amour des fans ici en Italie est différent : ici, il est plus chaleureux et sincère qu'en Angleterre, les gens ici expriment vraiment leur affection pour les joueurs et pour l'équipe. La saison dernière a été fantastique."
      "Après la finale de la Ligue Europa, j'étais très triste, mais malgré la défaite contre Séville, j'ai reçu de l'affection et de la compréhension de la part des fans. Puis j'ai réalisé que je devais faire tout ce qui était en mon pouvoir, à partir de ce moment, pour aider amener l'Inter à la victoire, pour pouvoir aider l'équipe, l'entraîneur, mes coéquipiers."
       
      Moralité: Une petite finale Belgique - Angleterre avec un Romelu Lukaku crucifiant the Three Lions en guise pied de nez aux fans anglais? 

      7 commentaires
      471 vues
    18. Marc Wilmots: "Romelu Lukaku a énormément grandi à l'Inter"

      S'adressant au tabloïd allemand Bild, l'homme de 52 ans qui a dirigé l'équipe nationale belge entre 2012 et 2016 a parlé de la manière dont notre attaquant favori et des Diables rouges s'est amélioré.
       
      "Il a énormément grandi ces dernières années. Tout son jeu est devenu beaucoup plus complet. Mais sa meilleure qualité est toujours de marquer des buts. Grâce à ses nombreux buts, il est aussi important pour la Belgique que Gerd Müller l'était pour l'Allemagne à son époque. C'est une machine. Vous pouvez jouer avec lui sur la rupture, mais il est très fort même lorsqu'il n'y a pas d'espace pour courir."
       
      Pour les plus jeunes, voici Gerd Müller.
       

      2 commentaires
      406 vues
    19. Carlo Cottarelli: ''35 000 questionnaires et 200 entrepreneurs: en juillet chez Zhang''

      Longue interview accordée à Calciomercato.it par Carlo Cottarelli. L'économiste a expliqué en détail InterSpac.
       
      Sur l'enquête.
      ''Le 25 Juin à 18h00, 35 000 personnes avaient déjà répondu à l'enquête et cela va au-delà de mes attentes les plus optimistes. Je n'ai pas de données définitives mais selon nos estimations la grande majorité sont en faveur de ce projet.''
       
      Sur le projet.
      ''Maintenant, nous sommes dans une phase préliminaire. S'il était possible de collecter des ressources il y aurait également un plan pour les utiliser. Le capital dû à celui des supporters ne doit pas être sous-estimé, ce serait économiser des dizaines de millions année après année qui pourront servir à renforcer l'équipe. De plus, la participation crée un lien plus étroit de sorte que les revenus de l'entreprise augmentent avec le temps. Nous pensons qu'il s'agit d'un projet économiquement durable. Les revenus augmentent à tous points de vue et l'expérience des entreprises allemandes montre que cela peut fonctionner.''
       
      L'Inter et Zhang.
      ''Tout d'abord, l'entreprise en a été informée à l'avance. Le questionnaire reste disponible jusqu'à la mi-juillet. Il faudra quelques jours pour bien traiter les données et vers le 20 juillet nous pourrons nous faire une idée de la situation puis approcher la société avec une meilleure idée de ce que représentera notre apport. Nous avons également une liste d'environ 200 entrepreneurs qui pourraient prendre un peu plus de temps. Ensuite, il pourrait y avoir de plus gros investisseurs comme au Bayern. Un changement de propriétaire crée toujours une discontinuité. Le soutien du fan ne fait pas changer d'avis le propriétaire car c'est un capital stable avec celui du propriétaire qui a tendance à partager de manière constructive les estimations de l'entreprise. C'est une façon différente de se faire entendre.''
       
      Enfin un titre.
      ''Le club doit être remercié car nous renouons avec la victoire après onze très longues années. Nous n'avons pas autant attendu comme la fois précédente (16 ans, ndlr) mais c'est quand même une grande attente. Le fait est que nous connaissons la situation mais nous n'avons pas eu accès à des données particulières.''
       
      Le nombre de participants.
      ''Je suis très prudent à propos de ces choses. Si je fixe un nombre, alors peut-être qu'il s'avère qu'ils seront moins. Les attentes ont déjà été dépassées le premier jour à 18h. Il est évident que plus vous avez d'informations, plus vous pouvez construire un projet solide. J'invite donc tout le monde à remplir le questionnaire.''
       
      Non pour certains VIP.
      ''Il y a eu des VIP qui n'ont pas accepté. Un exemple, de nombreux anciens joueurs ont des liens avec le club mais beaucoup de ceux qui n'ont pas pu adhérer ont réaffirmé la force du projet.''
       
      Frais minimum.
      ''Si cela continue et que cela arrive au club puis aux fans, il y aura un droit d'entrée minimum. Dans le questionnaire nous avons indiqué une fourchette entre 500 et 1000 €."
       
      Pour faire suite à cette interview, Sport Mediaset a indiqué que InterSpac cherche à acquérir entre 30% et 40 % des actions de l'Inter. Cela rendrait les fans qui achètent des actions copropriétaires du club. Ceci leur permettrait d'avoir leur mot à dire sur des questions importantes telles qu'un nouveau stade, de lourds transferts... Une enquête menée auprès des fans Vendredi a reçu une réponse très positive, qui n'a servi qu'à aider le mouvement à prendre de l'ampleur. Ils veulent lever environ 300 M€ pour pour prendre part (ce chiffre est cohérent avec les précédentes interviews de Carlo Cottarelli, ndlr). Le Suning est conscient de la situation et a donné son feu vert. Ils n'ont pas l'intention de faire obstacle à InterSpac. D'autres clubs italiens pourraient bientôt emboîter le pas.
      Enfin, comme rapporté par La Gazzetta dello Sport, le projet ne va pas automatiquement faire de l'Inter un club comme le Bayern Munich et d'autres équipes de Bundesliga, mais il les rendra certainement plus similaires. Autrement dit, InterSpac n'entraînera pas forcément un modèle 50+1 en vigueur en Bundesliga.

      0 commentaire
      402 vues
    20. Romelu Lukaku: "Je ne pense pas que la présence de Cristiano Ronaldo m'ait motivé"

      S'exprimant lors d'une conférence de presse officielle avec l'équipe nationale belge, Romelu Lukaku a été interrogé sur ce qu'il pensait de sa carrière et de son homologue Cristiano Ronaldo. Alors que la Belgique et le Portugal s'affrontent Dimanche, certains ont prédit que Lukaku et Ronaldo seraient les protagonistes du match.
       
      Concernant la comparaison avec CR7.
      "J'ai fait beaucoup de progrès, mais je suis toujours à la recherche d'un peu plus. Tout le monde parle toujours de forme, mais je pense que j'ai fait un pas dans ma carrière et j'essaie d'en faire un autre. C'était exceptionnel de remporter le titre, ce fut une excellente saison, mais je ne pense pas que la présence de Ronaldo soit ce qui m'a motivé au niveau général."
       
      Les comparaisons comme un facteur de motivation.
      "Quand les gens parlent de Lewandowski, Benzema et Kane, ils appellent ces joueurs 'classe mondiale', mais avec moi c'est juste 'bonne forme'. Cela m'a motivé à travailler plus dur et à m'améliorer. Maintenant, je pense que j'appartiens à cette liste de joueurs de classe mondiale."
       
       
      S'exprimant lors d'une conférence de presse officielle, Roberto Martinez, manager de la Belgique, a déclaré que:
      "Lukaku a atteint sa pleine maturité, je pense qu'il est au pic de sa carrière."

      6 commentaires
      752 vues
    21. Romelu Lukaku : “En Italie, l’Amour des tifosi vient du cœur !"

      Entre Romelu Lukaku et l’Inter, une histoire d’amour est immédiatement née. La confirmation arrive du compte Twitter Officiel des Nerazzurri qui ont publié un extrait de l’interview du Diable Rouge à Vogue
       

       
      Véritable amour
      "En Italie, l’amour est différent car les personnes sont passionnées, on ressent que cela vient du cœur. Les personnes te le prouvent : on voit qu’elles sont sincères. Chaque fois que des personnes me reconnaissent, je cherche à être à la hauteur de leur affection, je leur dédie du temps, j’essaye d’être gentil avec eux."
       
      La chaleur du tifoso
      "L’exemple le plus parlant est quand, après la Finale de l’Europa League, les tifosi m’ont montré qu’ils me voulaient vraiment du bien car j’ai reçu bien plus de marque d’affections que de négativité malgré la défaite."
      "C’est là que je me suis dit, en moi, qu’il fallait que je fasse tout ce qui m'était possible pour parvenir à faire gagner mon équipe."
       
      Le Scudetto
      "Lorsque nous l'avons gagné, tout le groupe de joueurs a reçu un amour encore bien plus important, car nous venions de faire gagner quelque chose que les tifosi attendaient depuis si longtemps. C’est aussi la raison pour laquelle, l’amour que nous recevons ici, est très différent."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      484 vues
    22. Emre: "Hakan est parfait pour le remplacer"

      Emre Belozoglu, surnommé le Maradona du Bosphore, a été le dernier turc sous notre maillot, entre 2001 et 2005. Pour la Gazzetta dello Sport il est venu commenter le transfert de son ami et compatriote, Hakan Calhanoglu.
       

      Avez-vous été surpris par ce transfert ?
      "J'ai parlé avec lui il y a quatre jours mais c'était concernant la sélection. Il m'a dit qu'à la fin de l'Euro il reviendrait à Milan, mais je ne pensais pas avec l'Inter. J'en suis vraiment heureux. Les nerazzurri sont restés dans mon cœur."
       
      Pensez-vous que c'est la bonne personne pour remplacer Eriksen ?
      "Je souhaite transmettre mes attendrissements à Eriksen et j'espère qu'il pourra reprendre le jeu dès que possible. Hakan est parfait pour prendre sa place. A l'AC Milan il a joué dans un système différent mais il a la tête et le talent pour couvrir plus de rôles. Il sait jouer mezzala et alterner en trequartista. Il se déplace entre les lignes, il sait être létal et bien exploiter les occasions pour les attaquants. Il aime aussi se sacrifier pour l'équipe."
       
      Faire ce voyage entre les deux clubs, ce n'est pas pour tout le monde :
      "Il faut une grande personnalité pour résister à la pression d'une grande équipe, ajoutée à celle des fans qui se sentent trahis. Je pense que ce sera un grand défi et l'achèvement d'une progression continue. Seul un grand champion peut passer de Milan à l'Inter sans revers, et c'en est un."
       
      Certaines personnes malveillantes prétendent cependant que Calha ne résiste pas toujours à la pression, à tel point qu'il a explosé mais dans des stades vides :
      "Je pense que le problème est différent. Il n'est simple pour personne de s'adapter à votre football. Il avait besoin de temps et maintenant il n'aura plus de problèmes. Il devra s'habituer à un nouvel entraineur et à de nouveaux coéquipiers. Mais Hakan, avec qui j'ai joué en sélection, sait s'intégrer à un grouper car il est humble et n'a jamais rien changé malgré son statut ou son salaire."
       
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      7 commentaires
      753 vues
    23. Conte: "L'Italie est candidate pour aller au bout"

      Pour Radio Rai, Antonio Conte est revenu sur les progrès de la Squadra Azzurra lors de cet Euro. Il évoque aussi Christian Eriksen et son avenir. Voici ses propos :
       
       
      L'Italie est-elle la meilleure en ce moment ? Voyez-vous une surprise dans cette compétition ?
      "Honnêtement je ne vois pas un seul outsider capable de remporter cet Euro. Le jugement sur l'Italie est certainement positif. Ils sont devant d'une manière brillante, avec unité, cohésion et une grande envie. C'est de bon augure. Elle a fait preuve de régularité et elle a un grand mérite de vouloir gagner tous ses matchs. Elle est l'une des candidates pour aller au bout. Pour le reste, les autres équipes nationales confirment. J'aime la France et l'Allemagne. Elles ont l'expérience et des joueurs forts. La Belgique est une excellente équipe et si De Bruyne et Witsel reviennent au top ils seront dangereux."
       

       
      Qu'avez-vous le plus aimé dans cette sélection ?
      "Ce que j'aime c'est qu'elle transmet de la confiance. Quiconque regarde l'équipe y voit l'équilibre et le bloc compact entre les phases défensives et offensives. C'est important quand vous voulez aller au bout. Il faut attendre des matchs plus exigeants mais c'est très positif. Il ne faut sous-estimer ce que fait la Nazionale."
       
      Voyez-vous des similitudes entre cette équipe et la vôtre en 2016 ?
      "Le fait que les deux sont compacts. C'est un grand point en faveur de l'Italie et nous étions comme ça aussi."
       
      Y avait-il trop d'euphorie après la victoire contre l'Espagne lors du huitième de finale en 2016 ?
      "Non je ne pense pas. Nous étions premiers, nous avons battu l'Espagne et nous avons joué l'Allemagne, les champions du monde en titre. Nous avons réussi à jouer un très bon match mais cela s'est joué aux tirs au but. Avec tout le respect que je dois à ceux qui ont déjà rencontré l'Italie, à partir du second tour les choses se compliquent."
       
      Il pourrait y avoir la Belgique en quarts. C'est plus fort qu'en 2016 ?
      "Ces dernières années ils ont toujours été hauts dans le classement FIFA, malgré tout ils n'ont toujours rien gagné. De par les joueurs qu'ils possèdent, ils sont candidats à la victoire finale. Vous devez prouver que vous avez en vous le saut de qualité. Ce sont les trophées qui vous font entrer dans l'histoire."
       
      Autre facteur de réussite, la Serie A s'est également améliorée :
      "Le niveau de qualité a beaucoup augmenté ces dernières années. Beaucoup de grands joueurs sont arrivés, c'en est la preuve."
       
      Comment évaluez-vous le travail des arbitres ?
      "De par mon expérience en Italie et à l'étranger il y a certainement une manière différente d'arbitrer. En Angleterre le contact est souvent non sifflé, même s'il est fougueux et volontaire. En Italie et en Espagne c'est l'inverse. Dans certains pays le football est plus viril, dans d'autres non. Je préfère quand ça laisse jouer."
       
      Un commentaire sur ce qui est arrivé à Eriksen ?
      "Ce furent des moments horribles que j'ai vécus seul. J'ai eu la chance de vivre en contact étroit avec lui et ça m'a fait me sentir mal, ça m'a frappé. Je suis heureux que ça soit résolu, c'est le plus important. Je remercie toutes les personnes pour ce qu'ils ont fait et pour leur sang-froid. Je souhaite que Christian reste serein et en famille, ensuite viendra le temps viendra pour d'autres évaluations. Le foot vient après."
       
      Est-ce une année sabbatique pour vous ?
      "Ce sera une année dans laquelle je vais tenter d'étudier et continuer d'enquêter sur certains contextes. Je veux tirer le meilleur parti de cette situation indésirable. Mais ce n'est pas grave, je vais profiter de cette période pour être avec ma famille et pour regarder le football, qui évolue constamment."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      3 commentaires
      884 vues
    24. Mazzarri: "Je suis arrivé à l'Inter au mauvais moment"

      Interviewé par le Corriere della Sera, Walter Mazzarri profite de son village de San Vincenzo, en Toscane, en attendant de se remettre sur les rails après un an et demi loin des terrains. L'ancien entraineur de l'Inter, qui actuellement gère un parc de villas de luxe et accueille VIP et célébrités, parle de son avenir dans le football :
       
      Sarri, Allegri et Spalletti : en Italie il y a eu le grand retour des toscans. Vous êtes cependant absent sur ce point :
      "Ils sont bons et ils méritaient de revenir. Je suis très content. Quant à moi, jusqu'à présent, c'était un choix. J'ai refusé plusieurs propositions car après vingt ans de carrière je peux aussi me permettre de ne sélectionner que des projets qui me convainquent vraiment."
       
      Pourtant à chaque fois qu'il y a un banc de libre, votre nom s'y retrouve mêlé. Le dernier est la Fiorentina :
      "Parfois c'est vrai, beaucoup d'autres non. Ceux qui croient en mon travail doivent confronter mes idées. S'ils connaissent un peu ce que j'ai fait, ils savent que je peux être une valeur ajoutée."
       
      Revenons au football, quel est le secret de l'Italie ?
      "L'organisation que Mancini a donnée, le jeu agréable qu'il nous propose et bien sûr la compétence de nombreux gars qui vont même au-delà des attentes. Locatelli par exemple mais je pourrais parler d'Insigne, d'Immobile, de Di Lorenzo. En plus des autres plus connus."
       
      Un regret ?
      "Avec le recul, je suis arrivé à l'Inter au bon endroit mais au mauvais moment."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      4 commentaires
      740 vues
    25. Ramon Vega: "Les joueurs d'aujourd'hui sont ennuyeux contrairement à Nicola Berti qui était un dingue"

      L'ancien défenseur international de Cagliari, Tottenham et suisse Ramon Vega pense que les joueurs d'aujourd'hui sont trop fixés sur les médias, lisses, ennuyeux et qu'il n'y a pas de caractère haut en couleur comparés à ceux de son époque.
       
      S'adressant exclusivement à The Italian Football Podcast, l'ancien joueur des Spurs a évoqué ses anciens coéquipiers Nicola Berti et Jurgen Klinsmann qu'il a côtoyé aux Spurs comme exemple de joueurs ayant beaucoup de caractère.
      Ramon Vega, qui a remporté une Coupe de la Ligue avec les Spurs avec Nicola Berti lors de la saison 1998-1999, estime que les footballeurs sont ennuyeux aujourd'hui.
      "C'était amusant de jouer avec eux. Deux personnages différents. Un Allemand qui était sec et droit. L'autre, un Italien, vif, plein de vie, un dingue disons. C'était super de jouer avec eux. Il n'y a plus de joueurs comme ça aujourd'hui comme Berti, qui sont des personnages et des rebelles. Aujourd'hui, ils sont tous formés aux médias, c'est santisé."
      "Le football devrait aussi être divertissant, aujourd'hui le football est un peu ennuyeux et n'a pas de personnages comme dans les années 90. Aujourd'hui, les footballeurs sont parfaitement formés aux médias et savent quoi dire. À l'époque, c'était mieux pour les médias car les footballeurs disaient des choses passionnantes et vous aviez de bonnes interviews."

      5 commentaires
      783 vues
    26. Lautaro Martinez: "Le Scudetto est mon premier titre, Lukaku et moi nous nous aimons"

      Interviewé dans le nouveau film documentaire sur la chaîne YouTube officielle de l'Inter, "IM TOGETHER", l'Argentin parle des hauts et des bas et son premier scudetto.
       
      "Quand nous avons quitté la Ligue des champions, nous en avons beaucoup parlé et je pense que nous avons vu une différence même à l'entraînement. Nous étions un groupe uni et c'est important."
      "Quand Lukaku est arrivé à l'Inter, nous avons beaucoup parlé et un lien s'est créé, une véritable et belle amitié. Je l'aime, il m'aime, et nous travaillons ensemble, pour le bien de l'Inter."
      "Matteo Darmian toujours positif, il s'entraîne toujours bien. Il est toujours prêt dans la surface de réparation, des gars comme lui sont importants pour l'équipe."
      "Nous profitons de ce moment (le Scudetto, ndlr) parce qu'il est spécial pour nous. C'est mon premier titre. Nous avons fait quelque chose de vraiment important et je suis vraiment content de ce que nous avons réussi à réaliser, un scudetto très important pour nous."

      1 commentaire
      698 vues
    27. Stefan De Vrij : "J'ai eu du mal à dormir samedi à cause d'Eriksen, mais il nous a fait savoir qu'il allait bien"

      Stefan de Vrij s'est entretenu avec De Teleegraaf où il a expliqué à quel point il était personnellement difficile pour lui de voir un coéquipier avoir un problème de santé qui aurait pu être fatale.
       
      "J'ai été choqué, j'ai eu la chair de poule pendant dix minutes."
      "C'est vraiment un gars formidable, et heureusement, nous avons découvert assez rapidement qu'il allait bien, compte tenu des circonstances. Nous en sommes très heureux. Il a l'air d'aller bien. C'était agréable de le revoir. Je lui ai envoyé un message, mais bien sûr il ne m'a pas encore répondu."
      "Dans le chat du groupe Inter, il a fourni une mise à jour positive rapidement, heureusement, nous savions que les choses allaient bien."
      "J'avais du mal à dormir samedi soir, je pensais à lui tout le temps. C'était une préparation différente de la normale."

      1 commentaire
      706 vues
    28. Steven Zhang: "Le jour où je partirai"

      Steven Zhang le Président de l’Inter, Championne d’Italie s’est livrée sur la conquête du Scudetto, mais également sur d’autres thématiques telles que le gouffre abyssal financier dû à la fermeture des stades….
       
      Son interview à la presse chinoise

       
      La victoire du Scudetto
      "J’en suis très fier, c’était un moment spécial pour tout le peuple interiste, pour les Tifosi, pour Milan. Lors de ces neufs dernières années, nous faisions face à un adversaire redoutable qui avait toujours gagné. La dernière fois que nous avions remporté le championnat remonte à onze années. Cela démontre que notre travail, lors de ces cinq dernières années est allé dans la bonne direction. Objectivement, voir toute la ville et les tifosi heureux était quelque chose de satisfaisant."
       
      Les tifosi étaient, hélas, absents du stade durant toute la saison. Qu’est-ce que cela signifie pour un grand club comme l’Inter ? 
      "Malheureusement, la pandémie a changé l’environnement du football international et cela a impacté de nombreuses industries, et plus particulièrement celles engagées dans les services offline. L’industrie du football, et du sport, a été durement touchée. Les tifosi ne savent plus voir physiquement les rencontres, de nombreux vendeurs et restaurant sont restés fermés. Cela a effectivement marqué notre secteur."
      "Si l’on se fie uniquement sur la saison 2019-2020, l’industrie du football européen semble avoir perdu entre 2 et 3 milliards d’euros. Sur l’ensemble des deux saisons,  les pertes ont doublée pour rejoindre les 5 à 6 milliards d’euros, cela a impacté de nombreux clubs et de nombreuses personnes du monde du football."
      "Nous ne récupèrerons pas ces chiffes rapidement....tant de situations ne reviendront pas à la normale comme ce fut le cas lors de l’ère pré-covid: A présent, tous les clubs doivent penser à réduire les dépenses et à maintenir une soutenabilité lors des années à venir. Il faudra se reprendre, suite à l’impact de cette épidémie, dans le temps."
      "Il faudra penser à savoir comment attirer l’attention des tifosi, de penser à savoir comment faire usage des plateformes digitales, des réseaux sociaux pour satisfaire ceux qui ne savent pas venir au stade, soit les Tifosi qui regardent les rencontres depuis leurs maisons."
      "Nous devons nous concentrer sur cela à présent, mais nous étions déjà au travail, avant la pandémie, pour établir un système d’infrastructure stable au club. Nous avons mis au point de nouveaux produits depuis l’épidémie et nous avons apporté quelques adaptations à notre système."
       

       
      La thématique sur la Super League sera-t ’elle de retour sur la table, à l’avenir ?
      "Je pense que cette série d’événements nous a inspiré : Nous devons collaborer avec la FIFA et l’UEFA pour améliorer la qualité du jeu, pour savoir quels changements doivent être apportés au mercato, pour écouter les souhaits des tifosi et pour savoir comment il est possible de leur offrir une meilleure expérience."
      "L’épidémie nous a poussé dans cette vision nécessaire de changement, d’innovation. Peu importe quelle sera la méthode utilisée, il est impératif de savoir qu’il est nécessaire de comprendre le marché, de comprendre quelle sera la situation post-pandémique, de changer le système du football et de l’améliorer."
       
      Président, vous avez déclaré vouloir reconquérir l’attention des supporters et établi des programmes afin d’attirer de nouveaux tifosi. N’êtes-vous pas inquiet par le fait de rester éloigné de l’Inter de ne la vivre que par le biais des plateformes digitales ?
      "C’est une nouvelle façon de concourir avec les autres clubs : Nous devons être bon pour offrir des contenus toujours plus intéressants afin d’attirer les consommateurs. Objectivement, j’estime  qu’il y a une nouvelle génération de jeunes de mon âge qui  prêtent plus attention aux médias digitaux, nous savons qu’il y a une sorte de compétition, mais que cela reste aussi une opportunité pour nous d’avoir plus de tifosi"
      "Les plateformes de médias digitaux vous offrent de meilleures opportunités pour vous rapprocher de ces tifosi, de ces consommateurs, qui par le passé, n'étaient pas possible à atteindre. Pour se battre sur ces plateformes, nous devons nous assurer que notre secteur est capable de fournir des contenus toujours plus intéressants, surtout en dehors de terrain de jeu."
      "Je pense donc qu’il est bénéfique que nous visions les jeunes qui sont les plus attirés par ce type de plateforme, que nous analysions aussi quelle est la tranche d’âge de ces personnes, et que nous songions à leurs proposer différents contenus."
       
      Quel est l’importance de viser les marchés étrangers pour le futur du club ? Comme par exemple, le marché chinois ?
      "Pour un club comme l’Inter, les tifosi italiens seront toujours la base, la partie la plus importante, mais la globalisation de l’industrie sportive et de l’ère de l’information, de la production de contenus, est devenu globale comme l’est justement le nom de notre propre club, plus "Internazionale"."
      "Le club représente des idées et des concepts culturels et internationaux différents. On constate que la moitié du public provient de l’étranger et la Chine est certainement un marché important. Les tifosi qui s’intéressent au club depuis l’étranger ne s’intéressent pas qu’au Calcio, mais ils veulent en savoir plus sur la culture italienne, et sur chaque nouveautés ou information de la ville de Milan: C’est la source de la croissance du marché et cela ne vaut pas que pour nous, mais pour tous les clubs européens."
      "Le public chinois représente une tranche importante : Nous devons comprendre quels sont les besoins des tifosi qui suivent l’Inter depuis la Chine : Quels sont les contenus intéressants, car ils ne savent évidemment pas suivre le club depuis l’Italie, mais uniquement à travers internet et les cellulaires."
       
      Son interview à Sky Sport

       
      Le Covid-19
      "L’industrie du Sport et, plus en particulier, celle du football doit face à une concurrente inégale sur le marché. Si nous pensons aux statistiques, à la visibilité, au temps passé par les personnes dans le monde du football, tout diminue."
      "L’expérience a changé, surtout sans les tifosi au stade, à cause du Covid. Nous devons toujours évoluer, rivaliser sur les réseaux sociaux avec les autres sports, pour parvenir à occuper le temps des personnes. Il y a tant de choses à faire en particulier avec les nouvelles générations comme les jeux vidéo, Tik Tok."
      "En qualité de groupe de divertissement, nous devrons toujours nous questionner sur les produits à introduire sur le marché, aux adaptations à effectuer, à améliorer, là où innover. Les quatre-vingt-dix minutes de jeu ne suffisent plus, les futurs investissements veulent s’engager dans une vision qui va bien plus loin qu’une simple rencontre, en visant d’autres canaux , comme le sociétal, voire les jeux vidéo dont il est possible de faire usage pour les  pays où il ne t’est pas simple de voyager comme les Etats-Unis ou la Chine."
      "Nous devrons être innovant et courageux en nous remettant toujours en question afin de savoir si notre produit est suffisamment consistant pour nos tifosi."
       
       
      La Super League
      "La meilleure façon d’agir est de trouver une solution en travaillant avec la FIFA et l’UEFA pour arriver à un résultat d’un format de compétition qui sera un jour adapté aux grands clubs, et au plus petits, soit en intégrants toutes les parties prenantes du monde du football."
       
      Milan
      "Milan représente la mode, la créativité, c'est la capitale mondiale pour la formation d’artistes et de designer. L’Inter représente la ville, ou du moins sa moitié. Je travaille ici depuis presque cinq années, en la traversant par toutes ses artères, elle est pratiquement devenu ma maison. Voir les tifosi de cette ville fiers m’a offert des émotions et une connexion très profonde."
      "L’Inter, pour nous, n’est pas qu’un business, mais c’est aussi de la passion, de la connexion, un échange culturel entre les pays. Le jour où je partirai les personnes seront fier de l’histoire que j’aurais ériger pour le club en observant la salle des trophées et en y retrouvant une nouvelle collection de coupes, les personnes seront fier de notre parcours."
       

       
      Soulever la Coupe
      "C’est une sensation incroyable, une grande satisfaction d’avoir levé ver le ciel un titre avec des compétiteurs aussi forts, il n’y avait qu’une équipe qui l’avait remporté durant 9 ans de suite, et nous ne l’avions plus remporté depuis 11 ans."
      "Je ne pensais pas que ce jour n’allais jamais arriver, Tu ne peux pas imaginer ce que tu peux ressentir lorsque tu vois la ville et les tifosi aussi fier, en particulier dans une période aussi difficile dans l’Histoire, pour tous. Dans de nombreux pays, la normalité n’est pas encore revenue."
      "Apporter de l’espoir, de la lumière est quelque chose de spécial. Je ne sais pas si l’histoire se répétera, mais c’est surement une période qui restera marquant dans la mémoire de millions de personnes."
       
      Les sacrifies
      "Personnellement, le Scudetto est une satisfaction car nous nous sommes beaucoup engagés dans le club, financièrement mais aussi au niveau de l’énergie mentale et physique, afin d’arriver, avec l’équipe, à ce titre."
      "Un club comme l’Inter doit toujours être compétitif, conquérant ou sur la route pour l’emporter. Ce titre est la démonstration que nous lui avons rendu honneur et que nous avons fait quelque chose d’important pour cette équipe."
      "Nous avons apporté de la satisfaction à la ville et cela nous prouve que le travail paye malgré les difficultés."
       
      Un souvenir inoubliable
      "La photo de nous tous à Appiano, après la victoire : Tous, avec le staff, l’entraineur. Je vais l’encadrer et la mettre dans ma chambre, elle sera pour toujours dans mon cœur et dans mon esprit."
       
      Big Rom
      "Tous les joueurs sont importants, même ceux qui sont hors du terrain. C’est évident que Lukaku est spécial, et pas uniquement comme joueur, mais aussi comme personne : Il a un grand cœur, il est amical avec tout le monde, affectueux, il est éduqué et fait toujours preuve de respect pour tous. C’est rare de rencontrer quelqu’un avec un cœur aussi grand. Je me souviens, il y a deux ans, lorsque Conte l’a demandé avec insistance, et il a eu raison de nous forcer à réaliser cet investissement économique : C’est le joueur idéal."
       
      Le Stade
      "C’est très important de construire un nouveau stade, une nouvelle structure innovante pour le club, afin d’offrir une expérience de haut niveau aux supporters. Sans lui, nous serons toujours derrières les autres clubs qui ont déjà fourni des meilleures structures à leurs supporters."
       
      Le Saviez-vous ?

       
      Selon Calciomercato.com, l’Inter va connaitre une "Thohir Bis"
      En effet, très prochainement, Steven va quitter Milan et aucune date de retour n’est programmée. Si la logique veut qu’il va se lancer à la poursuite du futur Main Sponsor, il semble déjà acté le fait qu’Oaktree deviendra le futur propriétaire de l’Inter
      En effet, si Suning dispose de trois ans pour rembourser Oaktree selon des consignes très strictes, comme les coupes budgétaires de cette fin de saison, il semble que l’idée réelle du groupe américain sera de "prendre le contrôle du club, une fois les comptes remis en ordre…. Un peu comme l’avait fait Erick Thohir à son époque avant de vendre le club à Suning: Avant le Covid, la machine lancée par Suning tournait à plein régime jusqu'à ce que tout s’arrête, même au niveau du Main Sponsor dont la question a été gelée."
       
       
       
      Malgré tout, ce 10 juin, la haute direction de l’Inter s’est fait plaisir en s’offrant une petite virée à la Villa d'Este où l’on a pu retrouver l’intégralité du Senior Management du Club pour célébrer la conquête du Scudetto de cette saison. Au centre du cliché, on retrouve Steven Zhang accompagnée de la Coupe
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      1,1k vues
    29. Romelu Lukaku: "Le racisme dans le football? Aucun progrès"

      Lukaku parle du racisme dans le foot. Interviewé par CNN, l'attaquant nerazzurro ne voit pas de progrès , même s'il soutient qu'en Italie, un certain changement est observé.
       
      "Je pense que le racisme dans le monde du football est à un maximum historique. Pourquoi? A cause des réseaux sociaux en partie. Pour être honnête, je ne vois pas vraiment de progrès faits dans ce sens. Je vois des campagnes, etc. Mais tant qu'une vraie action n'est pas prise… En Italie, quand ça m'est arrivé, il s'est vraiment passé quelque chose et la Serie A a communiqué avec moi et mon club".
       
      "Nous avons essayé d'éduquer les personnes en Italie, parce que l'Italie est un très beau pays et j'ai été très bien intégré par tous, les supporters de l'Inter comme des adversaires. Je pense que quand c'est arrivé, il y a eu une réaction forte. Et c'est ce qui devrait toujours arriver dans tous les championnats. Il faudrait parler avec les joueurs et chercher à faire quelque chose avec eux et leurs clubs pour sensibiliser. Quand les gens ont parlé de Super Ligue, il y a eu des manifestations et les supporters sont allés dans les rues pour protester. Moi non plus je ne voulais pas que ça se réalise. Mais où était cette énergie quand on parlait de racisme?" , se demande Big Rom.
       

      33 commentaires
      894 vues
    30. Antonio Conte : Mon départ de l’Inter….

      Antonio Conte s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur son départ de l’Inter
       

       
      Conte, vous revenez à Milan en n’étant plus entraineur de l’Inter….
      "C’est une sensation particulière, je ne peux pas le nier:  Il y a encore très peu de jours, nous fêtions le Scudetto, mais le voile de la tristesse et de la mélancolie a été immédiatement remplacé par la satisfaction énorme de rencontrer tellement de tifosi qui, dans la rue, me démontre des marques d’affections, d’estime et de gratitude."
      "Leur mécontentement et ce "Grazie Mister" qui me reviennent continuellement valent pour moi un Scudetto. C’est une prise de conscience des gens, qui ont constaté à quel point je me suis dévoué et engagé durant ces années. De l’énorme travail qui a été réalisé pour replacer le Club, l’équipe et les Tifosi là où ils méritent d’être. J’ai vraiment tout donné et les gens le savent."
       
      Pourtant, Massimo Moratti, qui est un symbole Interiste, dans "Il Fatto Quotidiano" a vu en votre départ un manque d’attachement
      "Je ne peux pas nier que cela m’a surpris et rendu amer de lire les déclarations de Moratti, qui est un homme élégant, intelligent et passionné, et qui, avec sa famille représente l’Histoire de l’Inter, connait encore toutes les dynamiques et ses revers."
      "Mais nous nous sommes entendu au téléphone et le Président s’est excusé pour ces phrases qui ne représentent pas le fond réel de sa pensée. Ceux qui me connaissent, et pas seulement lui, savent quel est mon attachement pour la représentation de ces couleurs, qu’ici ma dévotion, était totale: Corps et âme."
      "Peu importe où je suis passé, j’y ai toujours construit des groupes qui ont gagné en posant des fondations importantes pour le futur. Il y en a qui laissent des équipes totalement pressée avec des champions qui ont tout donné et qui ne savent pas donner plus."
      "J’ai toujours laissé, dans ma carrière, des équipes composées de jeunes joueurs valorisés et améliorés, des groupes qui se sont unis à cette mentalité conquérante qui ne s’achète pas sur le Mercato, Elle est le fruit d’un travail défini, quotidien qui prend en considération les moindres détails, le tout sans jamais abandonner."
      "Chacun est à sa place pour le bien commun et c’est l’addition de ces particularités qui, finalement font la différence . Je plaisante mais pas trop, lorsque je vous dis que les victoires passent également par le fait que le gazon doit être bien coupé aussi sur les terrains d’entrainement."
       
      Est-ce que les déclarations du Président Zhang vous ont influencé sur les nécessité immédiate du clubs ? A la Gazzetta, il nous a déclaré : "Conte est un gagnant, mais nous avions des idées différentes. Ce qui n’étais pas fondamental pour lui, l’était pour le Club et vice-versa."
      "Je peux seulement vous dire que mon projet n’a jamais changé. Cela n’aurait pas de sens de parler maintenant de cela, je ne tiens pas à entrer dans une quelconque polémique, ou a être questionné sur le mercato ou sur d’autres choses : Je respecte le Président Zhang et je le remercie pour m’avoir choisi, je veux le meilleur pour l’Inter, pour l’équipe et pour les Tifosi."
      "Je souhaite sincèrement bonne chance à Simone Inzaghi qui est un entraineur doué, capable, ambitieux, je souhaite au Monde Nerazzurro les meilleurs succès."
       
      A l'étranger celui qui gagne est encensé, en Italie on a toujours tendance à rechercher  le côté obscur.
      "C'est une vieille et  une mauvaise habitude. Nous réclamons en premier de l'excellente, mais après un certain laps de temps, nous avons tendance à vouloir la détruire. Je pourrais vous citer de nombreux exemples, même hors du milieu sportif, mais je ne tiens pas à élargir de trop le champs d'action: Tout le monde parle, juge et vous pointe du doigt. C''est peut être dû au fait que  la médiocrité rapproche tout le monde.  Moi, au contraire,  je la refuse et je la combat."
       
      Le Saviez-vous ?

       
      Antonio Conte espérait secrètement rejoindre le Real Madrid ou les Spurs de Tottenham. Pour le club ibérique histoire, pas moins de dix joueurs sont montés au créneau pour marquer une opposition franche à l’arrivée du natif de Lecce.
      Concernant le club britannique, Antonio Conte se serait montré bien trop « gourmand », Paulo Fonseca, ancien entraineur de la Roma, est à présent donné favori pour occuper l’ancien poste de José Mourinho
       
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      7 commentaires
      817 vues
    31. Leonardo Spinazzola: "J'ai regardé des vidéos de Ronaldo donc j'ai soutenu l'Inter"

      Dans une interview fraîche te divertissante partagée sur le compte Twitter de l'équipe nationale italienne, Leonardo Spinazzola a révélé son grand amour pour notre vrai légendaire attaquant.
       
      "J'ai commencé à regarder des vidéos de Ronaldo 'Il Femomeno' alors j'ai soutenu l'Inter. J'ai toujours admiré les joueurs qui jouent avec imagination."
      Les expériences de Spinazzola seront partagées par de nombreux Italiens du même âge qui se souviennent des exploits passionnants du Brésilien lorsqu'il était joueur de l'Inter. L'admiration de Spinazzola pour le flair de Ronaldo met en évidence la racine de la popularité de l'Inter aux yeux de nombreux fans car il reste un joueur emblématique qui attire les fans au club.
       
       
      Pour les plus jeunes, voici les 59 buts d'Il Fenomeno pour l'Inter. Contrairement à un autre n°9 qui se voit consacrer 3 ou 4 articles par jour, Il Fenomeno a marqué des buts importants quand il le désirait et a amené son équipe nationale sur le toit du monde en 2002 via un doublé face à Oliver Kahn.
       
       

      3 commentaires
      1,5k vues
    32. Steven Zhang: "Inzaghi a épousé notre projet"

      En une de la Gazzetta de ce dimanche, Steven Zhang a accordé un long entretien pour clarifier la situation du club et donner sa ligne directrice pour l'année qui arrive. Voici ses propos :
       

      Monsieur le Président, le 6 juin 2016 le groupe Suning devenait propriétaire de l'Inter. Cinq ans plus tard vous avez le Scudetto dans la salle des trophées :
      "C'est une grande fierté d'avoir atteint cet objectif, onze ans après le dernier et en interrompant la série de neuf titres consécutifs de la Juventus. Le travail acharné a porté ses fruits et nous savons que l'Inter a des compétences, des qualités et des capacités pour gagner et continuer à planifier un avenir solide et satisfaisant."
       
      Comment résumez-vous le parcours de ce premier cycle ?
      "Ce que j'aime le plus souligner c'est comment la structure de l'entreprise s'est renforcée au fil des ans. L'Inter est aujourd'hui l'une des sociétés les plus fortes et organisées d'Europe."
       

       
      Bien qu'étrangère cette structure repose sur une gestion de confiance entièrement italienne :
      "Je devais entrer dans le monde de l'Inter avec ses racines milanaises. Personne ne pouvait mieux me l'expliquer que les managers italiens. Je vais donner un exemple : je devais comprendre qu'historiquement les victoires ici se construisent à partir de la défense. Je me souviens quand Piero (Ausilio, ndlr) m'a expliqué l'importance d'avoir de solides bases et sa satisfaction de le voir le jour où il a réussi à réunir Bastoni et Skriniar, et d'ajouter de Vrij..."
       
      Y avait-il des options pour la reprise complète du club ? Des offres entre 750M et 800M€.
      "Ce n'est pas vrai il n'y a pas eu d'offres pour acheter le club. Nous cherchions autre chose. Dans cette phase post-pandémique il n'est pas simple de trouver des groupes prêts à investir dans le football. Notre objectif est de trouver un équilibre financier en réduisant les coûts, sinon nous ne trouverons jamais de nouveaux investisseurs."
       
      Le prêt d'Oaktree est-il suffisant pour apaiser la situation ?
      "Pour notre part nous pensons toujours à moyen terme. Nous sommes toujours ouverts à des partenaires commerciaux ou financiers qui peuvent augmenter les revenus, et être en synergie avec notre projet pour le bien de l'Inter."
       
      La pandémie a exacerbé la crise économique ce qui a conduit certains clubs à créer la Super League. La chronique de sa naissance et mort est bien connue. Quelle est votre opinion dessus ?
      "Nous devons innover et regarder vers l'avenir. Nous devons essayer. Évidemment cela doit être fait en accord avec la FIFA et l'UEFA. La Super League n'était qu'un exemple de ces tentatives."
       
      Mais ce projet est-il terminé pour vous ?
      "Il n'y a pas de projets qui ne soient pas convenus avec la FIFA et l'UEFA."
       
      Où en est le projet de nouveau stade ?
      "Une nouvelle installation est indispensable non seulement pour augmenter les revenus et la solidité économique mais aussi pour la possibilité qu'elle offrirait aux tifosi de l'Inter de vivre un évènement sportif à 360°."
       

       
      Les adieux de Conte ont choqué les tifosi. Était-ce vraiment impossible de continuer ensemble ?
      "Dès le premier moment où nous avions repris l'Inter, nous pensions que Conte serait le meilleur coach pour notre projet. Il y a deux ans nous avons finalement réussi à l'amener ici. J'étais et je reste convaincu que Conte est un entraineur victorieux, c'est la raison pour laquelle cela nous a amené à tant investir en lui et dans l'équipe au cours de ces deux dernières années. L'été dernier la pandémie a considérablement touché nos revenus mais nous avons continué avec lui en nous concentrant sur la saison, convaincus que nous pouvions gagner. Maintenant la facture est telle que nous devons revoir la situation à la recherche d'économies, pour trouver un équilibre budgétaire. Nous devons réduire les coûts et maitriser les risques. Cela influence nos stratégies de mercato. Nos différents points de vue ont conduit à la séparation. Ce qui n'était pas crucial pour lui l'était pour le club, et vice versa. Conte est un entraineur de haut niveau mais en tant que président je dois penser à la solidité du club."
       
      Quelles impressions vous a fait Simone Inzaghi lors des ces premières rencontres ?
      "Il a montré ces dernières années qu'il est un technicien de valeur et d'expérience. Il a les qualités pour garder notre club compétitif, ce que nous voulons mais en coopérant avec nous pour faire en sorte que l'Inter reste solide et sans risques. Il connait notre projet, il l'a épousé et nous sommes très heureux de l'avoir ici, en espérant pouvoir gagner ensemble."
       
      Romelu Lukaku sera-t-il le symbole de l'Inter 2021/22 ?
      "Il n'est ni juste, ni élégant d'élire un seul joueur comme image d'un club. Le football est un sport où onze joueurs sont choisis parmi une liste beaucoup plus grande. Tous collaborent, se battent et sont importants pour atteindre les objectifs. Les titres se gagnent ensemble et non grâce à une seule. Je peux certainement dire que Romelu a une forte personnalité, c'est un joueur que les autres respectent. Ce n'est pas seulement un grand footballeur, mais un homme avec un grand cœur."
       
      Quels sont les objectifs pour la saison prochaine ?
      "Nous avons abordé les objectifs économiques. Il faut une grosse plus-value à la fin de ce mercato mais nous voulons garder l'équipe compétitive pour lui permettre de bien faire en Champions League et bien sûr à nouveau l'atteindre l'an prochain, pour rester dans les grands clubs européens."
       
      A nouveau y accéder en regagnant le Scudetto ?
      "Ce n'est pas simple. Six ou sept clubs rêvent de gagner le titre chaque saison, la réalité est différente ensuite. Profitons de ce que nous avons gagné pour le moment."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      16 commentaires
      1,2k vues
    33. Bergomi: "Il n'a pas décidé ça au dernier moment"

      Présent au mémorial organisé pour Mauro Bellugi, Beppe Bergomi revient sur l'actualité du club mais place d'abord un mot pour l'ancien défenseur de l'Inter, décédé en février dernier.

      "Aujourd'hui Bellugi serait le défenseur idéal. Il participait au jeu et savait marquer. Dans l'Inter actuel il y a un jeune garçon comme Alessandro Bastoni qui en est le prototype idéal."
       
      Que pensez-vous de l'arrivée de Simone Inzaghi ?
      "Je le connais bien. Quand j'entrainais les jeunes de l'Atalanta, il coachait ceux de la Lazio et quand je suis allé lui parler, il s'est mis à nous comparer sur le banc. On pouvait déjà voir le désir d'être entraineur. Je pense que c'est un signe de continuité d'aller chercher et d'avoir quelqu'un comme lui. Maintenant nous devons voir comment le mercato va évoluer, mais je pense que c'est le bon profil pour la suite avec cette équipe."
       
      Êtes-vous surpris du départ d'Antonio Conte ?
      "Non parce que je connais Antonio et son ambition. Pour moi il n'a pas décidé cela au dernier moment. C'est une situation qu'il portait depuis un certain temps. Le chemin a été long, fatigant et ce titre n'était pas gagné d'avance. Peut être avait-il déjà développé cette idée tout au long de la saison."
       
      L'éventuelle perte de Hakimi ?
      "Il y a des joueurs forts et décisifs. En 3-5-2 en restant bas, cela a très bien fonctionné avec lui. Hakimi renverse le terrain. Sa vitesse et ses passes décisives sont dures à trouver. Je pense qu'Inzaghi a demandé de bons joueurs car dans schéma ce poste est fondamental."
       
      Quel joueur de la Lazio conviendrait à l'Inter ?
      "Milinkovic-Savic. J'aime les joueurs physiques et il est bon de la tête mais aussi sur coup franc. Le fait de changer d'environnement pourrait lui donner un nouvel élan. Pour moi c'est le joueur à amener à l'Inter."
       
      Ce sera donc l'Inter d'Inzaghi contre la Roma de Mourinho :
      "Je suis content de son retour. Un personnage comme lui est bon pour le championnat. Ensuite ce ne sont pas les entraineurs qui vieillissent mais le football qui change. Nous verrons de belles rencontres. Maintenant les coachs peuvent créer un staff énorme. Inzaghi a sept personnes avec lui. Si Jose choisit bien ses collaborateurs et qu'il atteint le top 4, il aura déjà fait beaucoup."
       
      L'Inter reste favorite pour le titre ?
      "Quand une équipe sort en tant que championne, elle l'est. Effectuait des changements fondamentaux est une chose importante, pas anodine. Nous l'avons vu par le passé. Nous verrons comment cela se termine mais l'important est que tous les joueurs donnent une disponibilité maximale comme cette saison."
       
      Le tournant du titre est venu avec la confiance de Conte pour Eriksen n'est-ce pas ?
      "Plus que tout autre chose, tout a commencé après Sassuolo lorsqu'il a retiré le milieu offensif et abaissé le centre de gravité de l'équipe. Eriksen a aussi mieux performé dans les phases de non possession du ballon. Il a compris les mécanismes du groupe et dans le final de la saison, il a été décisif."
       
      Un mot sur l'Euro de Barella et Bastoni ?
      "L'équipe est forte. Barella a été récompensé par tous avec son titre de meilleur milieu du championnat. C'est un joueur de classe mondiale. Je ne pense pas que Bastoni trouvera de place au début mais il sera utile au groupe. Les centraux risquent toujours d'être sanctionnés et indisponibles à cause des cartons,. L'occasion se présentera et il est prêt pour l'équipe nationale."
       
      Si vous étiez dans la tête de Sensi :
      "C'est difficile. Il ne peut pas guérir, il n'a pas de régularité dans la performance et les entrainements. Vous dites qu'il y a un problème de préparation mais le problème est le sien, il doit le résoudre. J'en suis désolé car je l'aime bien, il rend l'équipe plus fluide et sait comment gérer le milieu de terrain."

       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      6 commentaires
      1,1k vues
    34. Antonio Conte : "Rejoindre l'Inter n'était pas un choix évident mais j'ai ravivé les ambitions des Nerazzurri"

      Dans une interview avec le diffuseur italien DAZN, qui a été enregistrée avant qu'Antonio Conte ne se sépare des Nerazzurri, il a fait ces déclarations suivantes.
       
      "Je pense que je suis une personne qui ne se contente pas de situations 'confortables'. Je pense que j'ai choisi la situation la plus difficile. Quand j'ai signé pour l'Inter, l'objectif était un projet de trois ans qui a ramené le club à l'ambition et à la réalisation d'objectifs importants. Le fait que nous ayons réussi la deuxième année a été une grande réussite."
      "En termes de championnat, le moment décisif a été lorsque nous avons dépassé le Milan AC. À ce moment-là, vous devez résister à la pression, car vous passez de chasseur à chassé. Vous devez comprendre qu'à partir de ce moment, tout dépend de vos résultats. Vous ne dépendez de rien ni de personne d'autre, mais vous savez qu'en gagnant vous mettez la pression sur tout le monde. Nous aurions pu être anxieux lorsque nous sommes arrivés en tête du championnat, mais au lieu de cela, nous avons accéléré. Je pense que c'était le moment décisif car à partir de ce moment-là, ceux qui étaient derrière ont eu du mal parce qu'ils ont vu que l'équipe devant (l'Inter) continuait à gagner."
      "Une chose que mes joueurs apprécient chez moi, c'est qu'il vaut mieux dire une vilaine vérité qu'un beau mensonge. Vous pouvez construire des choses sur une laide vérité même si à ce moment-là la personne ou le joueur qui travaille avec vous peut le prendre mal. À la fin, ils l'apprécient parce qu'une laide vérité amène à la réflexion puis à l'amélioration. Les joueurs se sont améliorés, c'est inévitable qu'ils soient juste au début. C'est la première fois pour beaucoup d'entre eux de gagner quelque chose d'important dans leur carrière. Mais comme je le dis toujours, lorsque vous commencez à gagner, vous avez besoin de ce sentiment de victoire pour entrer dans votre cerveau, il doit être le vôtre."
      "Et vous savez que pour gagner, il faut parfois exaspérer certaines situations. Les gars ont vraiment bien joué, ils commencent tous un voyage en tant que gagnants. Non seulement ils ont remporté un titre de champion d'Italie, mais ils ont remporté un championnat qui, pendant neuf ou 10 ans, était composé d'une seule équipe (Juventus). Le fait qu'ils aient réussi cet exploit est un grand honneur pour eux."

      3 commentaires
      1,1k vues
    35. Lautaro Martinez : "Je voulais quitter l’Inter après 3 mois"

      Champion d’Italie avec l’Inter, Lautaro Martinez a décidé de se donner corps et âme pour son équipe nationale qui est engagée dans trois matchs de qualification pour le Mondial 2022 et pour la Copa America.
       
      Son interview à la Nacion

       
      Nina, sa Fille
      "Je sais que si tout va bien pour l'équipe nationale, je ne la verrais pas durant un mois et demi. Au début, c’est quelque chose qui m’a rendu un peu triste, c’était difficile à accepter, mais ma famille sait ce que représente le pays et c’est ce que j’aime faire."
      "Cela faisait depuis plus d’un an et demi que je ne pouvais plus venir à Bahia Blanca, qui est mon endroit, là où je respire, où je reprends de l’énergie, où je suis avec mes amis. J'ai dit à Agustina, entre sérieux et plaisanterie, que nous irons vivre à Bahia Blanca, c’est la meilleure place du monde pour moi."
       
      Les heures qui l’ont précédé de la paternité
      "Cette nuit-là, je n’ai pas su fermer l’œil de la nuit car la petite a aussi dû rester en couveuse, j’ai aussi dû, le lendemain, aller m’entrainer car nous devions disputer la première demi-finale face à la Juve, à domicile. Imaginez… ma fille était née, j’avais terminé l’entrainement de l’après-midi pour ensuite rentrer à la maison car il ne pouvait y avoir qu’une seule personne à l’Hôpital et qu’il y avait déjà la maman d’Agustina. J’ai dû passer ma première nuit, loin d’elle, je l’avais serré dans mes bras, mais elle était sous oxygène, c’était un sentiment horrible."
       
      Nouvelle vision de la vie
      "Toute ma vie a changé. J’ai changé ma façon de voir les choses, et pas seulement à la maison. Cela m’a fait murir, je repense à chaque chose deux ou trois fois, je suis beaucoup plus calme. Cela se voit aussi sur le terrain, je sautais plus rapidement les matchs avant car j’étais souvent avertis pour protestation."
      "Nina m’a apporté de la tranquillité. A l’Inter, on m’a dit que l’on avait compris que j’étais devenu différent, plus impliqué dans le groupe, plus un leader, là aussi je sens que j’ai beaucoup muri."
       
      Son arrivée à l’Inter
      "Lorsque l’Inter s’est présenté, le Directeur Sportif est venu me trouver à Buenos Aires. Dans nos échanges, je lui ai demandé si le numéro 10 était libre. Il m’a dit, bien bien, nous verrons. Lorsque je suis allé à Milan pour signer le contrat, il me l’a demandé à nouveau et j’ai insisté pour le numéro 10."
      "Il m’a dit : Attention, le numéro 10 a été porté par Ronaldo, Baggio, Sneijder, … Je lui ai dit que j’en avais conscience et que j’aimais ce défi. J’ai signé et fait la photo avec le numéro 10."
       
      Une première saison cauchemardesque
      "Cela m’a choqué, fait mal : je suis passé du Racing où les supporters scandaient mon nom lorsque je marquais et où j’étais titulaire, à un nouveau pays, un nouveau club et une nouvelle langue. Je savais que j’allais devoir m’adapter, mais je ne pensais pas que ce serait si dur."
      "Après trois mois, j’avais dit que je voulais partir, je ne voulais plus rien savoir. Personne n’aurait pu me supporter. Parfois, je prenais ma voiture et je partais faire un tour seul. J’étais fou, je ne pensais à rien. Puis, il y a eu un changement."
       

      Agustina, le "coup de main" du Clan Icardi ?
       
      "Mauro m’a donné un gigantesque coup de main durant cette période et je le remercierai toujours pour ça. Je suis très fier que cette première année m’ait été utile dans l’apprentissage."
      "Lors de ma seconde saison, j’ai joué beaucoup plus, les choses avaient changé et cette année, j’ai joué encore plus. Lorsque je suis reparti pour l’Argentine, j’étais pleinement satisfait et heureux. J’ai joué les 38 matchs sur les 38 disponibles en Serie A, les 6 sur 6 en Ligue des Champions et les 4 sur 4 en Coupe d’Italie."
      "J’ai aussi remporté le championnat, c’est mon premier titre professionnel. Il est arrivé trois mois après la naissance de Nina, Cette victoire a une saveur particulière."
       
      Parler l’italien
      "Oui, je le parle très souvent, j’aime bien. Quand je le sens, je le parle, je l’ai fait avant la rencontre face au Milan, que nous avions remporté 3-0. J’ai fait un discours devant le groupe, je sentais que c'était le moment. Parfois, lorsque je rentre à la maison, je parle en italien avec Agustina, je suis habitué à le faire tous les jours en club et elle rit. J’ai aussi eu le cas de parler en visioconférence avec ma mère en Italie et elle me disait : "Qu’est-ce que tu dis ?"."
       
      La Lula
      "Ici, j'ai fait la découverte du Monde. J'ai des équipiers anglais, croates, slovènes, slovaques, chiliens, uruguayen... Et un belge qui parle six ou sept langues avec une facilité déconcertante. Nous avons des histoires d'enfance assez similaires, nous faisons preuve d'une parfaite cohésion, et cela se voit aussi sur le terrain. Il ne faut jamais le mettre en colère : vous avez déjà vu le physique qu'il a !"
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      5 commentaires
      1,3k vues
    36. Stefan De Vrij: "On a gagné le Scudetto après avoir travaillé sur le 3-5-2 pendant deux ans"

      Après le match nul 2-2 des Pays-Bas contre l'Écosse lors d'un match (pas si) amical, Stefan de Vrj a déclaré aux journalistes.
       
      "A l'Inter, nous avons gagné le Scudetto après deux ans de travail acharné avec ce système, le 3-5-2. Il faut beaucoup le travailler et pendant longtemps : c'est la seule façon de faire fonctionner parfaitement le système."
      "Avec les Pays Bas, ce soir, c'était la première fois que nous jouions en 3-5-2 et vous avez vu beaucoup de bonnes choses, mais aussi beaucoup de choses qui pourraient être améliorées. Il faut être synchronisé avec l'ensemble de la défense dans ce système, la communication devient critique. Vous ne pouvez pas toujours avancer et vous ne pouvez pas simplement briser la ligne défensive, vous devez d'abord vous positionner correctement."

      0 commentaire
      588 vues
    37. Romelu Lukaku : "Je me sens bien à l'Inter, je reste et je veux gagner à nouveau la Serie A"

      Lors de l'émission Devil Time du diffuseur belge VTM, comme l'a rapporté le média HLN , Romelu Lukaku a exclu un transfert estival en ajoutant qu'il avait déjà parlé avec Simone Inzaghi.
       
      Les rumeurs ont circulé ces derniers jours selon lesquelles Romelu Lukaku se rapprochait peut-être d'un retour chez les Blues. Mais...
      "Oui, je reste. J'ai déjà eu des contacts avec l'homme qui devient normalement notre nouveau manager. Peut-être que je ne devrais pas encore le dire, mais c'était une conversation très positive. Il y a aussi le défi de recommencer [gagner le championnat avec l'Inter]. Je me sens bien à l'Inter."
       
       

      8 commentaires
      774 vues
    38. Centième sélection pour Perisic

      Buteur hier contre l'Arménie, Ivan Perisic a honoré sa centième cape avec la Croatie. Quelques heures auparavant cet exploit, il est revenu pour le site officiel de sa fédération sur sa carrière en sélection et sur cet exploit en particulier :
       
      "J'en suis ravi. Peu de joueurs peuvent se vanter d'avoir joué cent matchs ou plus avec ce maillot. Bien sûr je me souviens de ma première sélection, elle restera toujours gravée dans ma mémoire indépendamment du fait de la défaite ce jour là (défaite 1-0 en Géorgie, ndlr). Chaque rencontre est plus ou moins importantes mais quand il s'agit de l'équipe nationale, chaque match est spécial pour moi."
       

      Une histoire d'amour qui a connu son apogée en 2018 avec cette finale de Coupe du Monde en Russie :
      "Pour nous tous qui avons eu le privilège de faire partie de cette histoire, la Russie restera à jamais dans nos cœurs, mais aussi tout ce qui a suivi à notre retour en Croatie. Cet accueil inoubliable à Zagreb, à Split mais aussi à Omis chez moi. C'est quelque chose dont je me souviendrai toute ma vie. Notre génération a atteint son apogée lors de cette Coupe du Monde où tout s'est emboité parfaitement dès le premier jour de préparation. Nous avons vécu l'un pour l'autre, respiré ensemble et cela s'est vu dans nos résultats. C'est pour nous, pour le reste de nos vies."
       
      Avec un moment mémorable, cette demie contre l'Angleterre :
      "C'était le match de notre carrière. Nous savions ce que signifiait ce duel avec les anglais. C'est la rencontre la plus mature de l'histoire de la sélection croate. Bien qu'ils aient pris les devants, nous avons fait notre jeu et nous y avions toujours cru. Maintenant que je m'en remémore, j'en ai encore des frissons et je serai toujours heureux de revenir sur cette soirée. Je n'arrive pas à me sortir l'idée que nous avons bien joué en finale mais à cause d'un concours de circonstances les champions du monde sont français. Bien entendu malgré la défaite nous étions fiers de tout ce que nous avons accompli, mais nous nous demanderons toujours si tout à Moscou devait se passer comme ça. Nous étions une équipe, un groupe. Nous avions la raison, le désir et la foi mais malheureusement nous n'avons pas réussi. Le plus important c'est qu'après nous avons pu tous nous regarder dans les yeux, conscients que avions tous laissé notre cœur sur le terrain et que nous avions donné."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      1 commentaire
      436 vues
    39. Simone Inzaghi est un bon choix selon Delio Rossi et Dusan Basta

      Delio Rossi et Dusan Basta se sont exprimés sur la venue de Simone Inzaghi à l'Inter dans leurs interviews respectives.
       
      Simone Inzaghi aura un bon test à l'Inter selon l'ancien patron de la Lazio, Delio Rossi, dans une interview accordée à Radio Radio.
      "Je comprends pourquoi Inzaghi est allé à l'Inter. Il a reçu un appel des champions d'Italie et ils lui ont proposé de doubler son salaire…''
      ''Simone aurait dû partir de toute façon, il avait besoin d'aller se tester. Quelle meilleure expérience pourrait-il y avoir que l'Inter pour faire cela?''
      ''La manière dont Inzaghi est parti n'était peut-être pas agréable. Si vous trouvez un accord que vous n'avez pas eu la veille, ce qui semble avoir été le cas, puis le lendemain vous partez parce que l'Inter est entré dans le jeu… Personnellement, si j'avais serré la main et conclu un accord avec la Lazio, même le Real Madrid aurait pu venir le lendemain et j'aurais tenu ma promesse."
       
      L'Inter a fait un excellent choix en embauchant Simone Inzaghi, selon l'ancien défenseur de la Lazio Dusan Basta dans une interview accordée à Tuttosport.
      ''Je pense qu'Inzaghi fera très bien à l'Inter, il est certainement assez bon pour eux. Simone s'est beaucoup améliorée, nous parlons d'un excellent entraîneur. Il sait tirer le meilleur parti de ses joueurs et gère très bien l'équipe.''
      ''C'est aussi un grand psychologue: il comprend les gens et sait parler avec les autres. C'est une qualité qui lui permet d'extraire le meilleur de ses joueurs, et il travaille également avec un staff incroyable.''
      ''Peu importe à Inzaghi votre nom, la manière dont vous travaillez est importante.''
      ''Je pense que les résultats peuvent vous donner la meilleure réponse possible à la façon dont les choses se sont déroulées. Inzaghi a très bien fait à la Lazio pendant toutes ces saisons, le simple fait de rester aux commandes pendant si longtemps indique qu'il a fait un excellent travail. C'est aussi une personne formidable, donc je suis content pour lui.''
      ''Il y a beaucoup de pression dans la capitale, la guerre entre la Roma et la Lazio est très forte. Je pense que c'est plus ou moins une situation similaire à ce qu'il aura à l'Inter."

      2 commentaires
      535 vues
    40. Marcelo Brozovic se livre sur Romelu Lukaku l'adversaire!

      En cette veille de match amical face à l’Arménie, Marcelo Brozovic s’est livré en conférence de presse, accompagné de son sélectionneur national Zlatko Dalić.
       

       
      Le Scudetto
      "Nous avons finalement remporté le titre! C’est pour cela que je suis très heureux. Avant cela, j’avais perdu deux finales importante comme celle en Russie avec la Croatie face à la France et, l’année dernière, en finale de l’Europa League. Finalement, un titre est arrivé pour moi et j’espère ne pas m’arrêter ici."
       
      Antonio Conte
      "Nous avions un excellent rapport, mais si tu ne te donnais pas à 100% avec lui, tu ne jouais pas. Nous avons énormément travaillé durant ces deux dernières années."
       
      Romelu, l’adversaire
      "Il est très difficile à marquer, il est vraiment très puissant physiquement. Toutefois, nous devrons faire de notre mieux, nous battre et basta. Il y a aussi, selon moi Kevin De Bruyne qui est l’un des meilleurs milieu de terrain au monde."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      746 vues
    41. Jay-Z et Romelu Lukaku se sont livrés à la Gazzetta Dello Sport

      Dans la vie de Romelu Lukaku, il n’y a pas que le football. Si l’attaquant de l’Inter fait trembler les filets de la Serie A, il révèle trouver son inspiration dans la musique. De plus, le Diable Rouge entretien un rapport particulier avec Jay-Z, le célèbre rappeur américain qui est aussi entrepreneur, lui qui gère l’image de Big Rom à travers la Roc Nation.
       
      L’Interview de Big Rom

       
      Lukaku, que représente la musique dans votre vie ?
      "C’est une façon de me connecter avec les difficultés que j’ai connu durant mon existence, avec tout mon vécu : Elle est très importante, ce n’est pas un hobby, c’est une partie de moi."
       
      Quelle chanson peut être dédiée au Scudetto ?
      "Il est difficile d’en choisir une seule car c’était une chevauchée exceptionnelle et pleine d’histoire. J’ai en tête "H.a.m” de Kanye West et Jay-Z. Elle date de dix ans, mais elle est toujours d’actualité. Elle raconte qu’il faut avoir confiance en soi-même pour atteindre de grands objectifs dans la vie."
       
      Y-a-t ’il un paragraphe d’une chanson que vous aimez et qui vous a aidé lors de la confusion de ces dernières semaines ?
      Dans “D’Evils” de Jay-Z on retrouve: "Nine-to-five is how you survive, I ain’t tryna survive. I’m tryna live it to the limit and love it a lot" cela veut dire: "De 9 à 5, c’est comme cela que vous survivez, je n’essaie pas de survivre. Je veux vivre à la limite et cela me plait beaucoup."
      "C’est comme cela que je me sens : Je tente toujours de tout faire jusqu’à la limite, je me donne à chaque entrainement et en match, c’est pour cela que j’ai réussi. Je veux faire mon travail du mieux possible, sans oublier d’octroyer du temps à ceux que j’aime : Ma mère, mes frères, mes amis."
       
       
       
      Ecoutez-vous une playlist avant un match ?
      "Oui, absolument, c’est un rituel: J’ai une playlist qui m’accompagne lorsque j’arrive au stade et avant le match. Elle m’aide à me concentrer et à être focus sur l’objectif à atteindre."
       
      Vous mettez de la musique dans le vestiaire interiste ?
      "Non, car  nous sommes un grand groupe et il y a beaucoup de respect réciproquement. Chacun a ses gouts et écoute ce qu’il veut."
       
      Quel a été l’importance de croiser Jay-Z ?
      "Cela avait une signification importante car j’ai toujours écouté sa musique, surtout dans des périodes très difficiles de ma vie. Ses chansons m’ont donné la force de résister et de passer à autre chose, de regarder la vie différemment. Il faut parfois faire preuve de patience et de prendre son temps pour devenir grand."
      "Ensuite, j’ai fait sa connaissance et j’ai vu son attitude : Il savait vraiment qui j’étais et il m’a appris à comment devenir au top, comment devenir un gagneur."
      "Je me souviens de ce qu’il m’a dit : "Si tu penses vraiment que l’Inter est l’étape à faire pour gagner, fonce." Durant ma première année, mes équipiers et moi-même sommes arrivés à un pas du succès, mais lors de cette dernière saison, nous y sommes parvenu en travaillant dur, en faisant preuve de patience, de sueur et de sacrifice…Comme me l’avait prédit Jay."
       
      Quelle est la différence entre les sons du Meazza qui suive l’un de vos buts et les sont d’une chanson qui change la vie ?
      "Marquer un but est la sensation la plus belle du monde après la naissance de mon fils. Pour le reste, je souhaitais connaitre certaines personnes dans ma vie. L’une d’elle était Kobe Bryant, qu’il repose en paix ! L’autre personnalité était justement Jay-Z et lorsque je l’ai vu la première fois, nous avons parlé de la vie et pas seulement du travail."
      "Il y a aussi Dj Khaled : C’était comme un rêve devenu réalité."
      J’espère à présent, et si la pandémie le permis, que Jay-Z viendra à Milan me voir marquer au Meazza."
       
      Quels sont vos rapport avec Jay-Z actuellement ?
      "A la fin du match opposant Sassuolo à l’Atalanta, mon téléphone a sonné. Qui était-ce ? Lui qui me félicitait car il savait à quel point c’était important pour moi de gagner mon premier Scudetto en Italie. Je me sens chanceux de pouvoir parler avec lui quand je le souhaite. Je sais qu’il couvre mes arrières et qu’il veut le meilleur pour moi comme pour la Roc Nation : C’est un sentiment qui rend la pareille."
       
      L’Interview de Jay-Z

       
      Le compagnon de vie de Beyoncé, qui dispose d’un patrimoine de 1,4 milliard de dollars, s’est livré sur Romelu Lukaku
       
      Votre première impression lors de votre premier face à face avec Romelu ?
      "Nous étions dans le backstage de l’un de mes concerts au MetLife Stadium dans l’East Rutherford, au New Jersey, à l’été 2018. Il avait déjà rejoint la Roc Nation et nous avions finalement pu nous rencontrer. Il m’a récité toute une strophe d’une chanson de mon premier album: C’était quelque chose de très difficile à savoir car seul le plus attentif et le plus passionné peut s’en souvenir. Je l’ai dévisagé comme pour dire: Mais d’où il vient ?!?"
       
      Y avait-il cette étincelle particulière dans les yeux de Romelu ?
      "Il est très attaché à ses racines, il m’a parlé immédiatement de son frère Jordan et de son amour pour la musique, un sentiment qui nous lie. Puis lorsqu’il a commencé à parler de son éducation, il a fait références aux figures paternel et maternel. Il m’a raconté l’amour qu’ils lui avaient accordé, même dans les périodes les plus dures de sa vie."
      "Son père était un ancien footballeur et sa passion pour ce sport est née là, il a cette flamme qui le guide quotidiennement. Je savais qu’avec une telle base solide, qu’il allait finir par rencontrer du succès, aussi bien dans le domaine sportif que privé."
       
      Comment l’avez-vous conseillé jusqu’à présent dans sa carrière ?
      "C’est un garçon très curieux de la vie et du monde, le plus important est qu’il se pose toujours la bonne question. Il le fait sur tout, cela lui a permis de s’améliorer sur le terrain, mais aussi dans la vie privée et dans son activité de personnalité publique. C'est pour cela, et au-delà de mes conseils, il continuera à grandir toujours plus."
       
      Est-ce vrai qu’il y a aussi de vous, dans la décision de rejoindre Milan ?
      "Je me souviens d’une discussion que nous avions eu sur la possibilité de rejoindre l’Inter à l’été 2019 et de toutes les raisons pour lesquelles s’était la bonne décision pour lui. Je ne suis pas surpris par son nombre de but et par le Scudetto."
      "Tout ce que fait Romelu a, à sa base, un but : Il se fixe toujours un objectif devant lui et il fait tout pour y parvenir."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      921 vues
    42. Lorenzo Silvagni: "Simone Inzaghi est aussi exigeant qu'Antonio Conte"

      Dans une interview publiée La Gazzetta dello Sport, Lorenzo Silvagni a parlé de Simone Inzaghi lorsqu'il était défenseur dans la Primavera de la Lazio.
       
      "Son cycle à la Lazio était terminé. Il ne peut s'améliorer qu'à l'Inter. De plus, il est comme Conte, il y a de nombreuses similitudes. Au-delà de leur tactique, ce sont deux commandants. Deux combattants qui ne sont jamais satisfaits. Il était comme un marteau avec nous."
      "Il vaut mieux ne pas le mettre en colère. Je me souviens d'un match avec l'équipe jeune, 10 ans se sont écoulés mais c'est toujours gravé. Nous étions menés 3-1 à quelques minutes de la mi-temps. Simone est devenu fou, agitant tellement ses bras que sa veste s'est déchirée dans le dos."
      "Dans le vestiaire, il nous a donné une soufflante, criant plus qu'il ne l'avait fait sur le terrain, puis il nous a dit: 'Maintenant, gagnez et remboursez-moi ma veste.' Nous avons gagné 4-3."
      "Il saura gérer ce défi. Ce n'est pas quelqu'un qui a peur, au contraire. Il est ambitieux et a du caractère. De plus, le style est bien établi. Je me souviens de ma première séance avec lui. Il était un peu maladroit, les sessions étaient presque toujours les mêmes avec quelques 'jeux' tactiques, mais c'est très bien."
      "Le ballon a toujours été au centre de tout, et il avait une passion extraordinaire. Il a tout suivi. Lorsque les attaquants ont raté un coup, il a arrêté le jeu et a montré à tout le monde comment le faire. Je le soutiendrai toujours, je ne pourrais pas faire autrement. Inzaghi est comme ça. Mentalité, caractère, approche, passion. Conte est un Simone au nième degré."

      4 commentaires
      893 vues
    43. Christian Eriksen : ''Le départ d'Antonio Conte fut un choc''

      S'exprimant lors d'une conférence de presse à la chaîne danoise TV2 Sport, notre milieu de terrain parle du départ d'Antonio Conte.
       
      "Ce fut une grosse surprise. C'est un moment très spécial quand tu viens de remporter un championnat avec ton équipe et c'est absurde parce que je lis les nouvelles comme tout le monde... et soudain, il est parti."
      ''Nous avons toujours été de bons amis. Il voyait évidemment le football d'une manière et moi d'une autre mais personnellement, il n'y avait jamais rien à discuter.''
      ''Nous savions qu'il aurait cette conversation avec Steven Zhang comme il l'avait fait à la fin de la saison dernière, mais c'était un vrai choc. Nous avons eu l'impression que Conte ne voulait pas partir maintenant, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé."
      ''C'était inattendu, précisément parce que nous venons de gagner. Donc c'était une grande surprise... une grosse surprise.''
      "Malheureusement, je ne sais pas ce qui va se passer et je n'y pense pas pour le moment. L'accent est mis sur l'Euro. Cela dépend de l'entraîneur qui arrivera et de ce qui se passera dans le club. Je ne sais vraiment pas, bien que je préfère évidemment jouer plus en avant plutôt que de rester devant la défense."

      7 commentaires
      1,1k vues
    44. Riccardo Ferri, Alessandro Altobelli et Sandro Sabatini sur le départ de d'Antonio Conte et la venue de Simone Inzaghi

      Nos deux légendes Riccardo Ferri, Alessandro Altobelli et le journaliste Sandro Sabatini se sont exprimés sur le départ de d'Antonio Conte et la venue de Simone Inzaghi.
       
      On s'attend à ce que Simone Inzaghi prenne la barre. Dans une interview publiée dans La Gazzetta dello Sport, Riccardo Ferri a estimé qu'il était la meilleure disponible.
      ''Inzaghi est certainement un nom important, le meilleur parmi ceux en lice pour le poste de manager de l'Inter. Au fil des années à Lazio, il a montré qu'il savait gérer des situations difficiles tout en obtenant d'excellents résultats. Je suis favorable à ce type de choix, aussi parce qu'il donne une continuité au projet entamé avec Conte.''
      ''Le départ d'Antonio m'a surpris. Je ne sais pas ce qui a pu se passer entre l'entraîneur et le club, même si je m'abstiens de porter des jugements sans être conscient de la dynamique interne. Conte était évidemment un entraîneur spécial pour l'Inter, il a apporté une excellente mentalité et a mené au Scudetto.''
      ''Mais je tiens à souligner le travail du club, l'entraîneur a eu un rôle important ainsi que Beppe Marotta, qui est toujours en place. Le club a fait un travail extraordinaire ces dernières années.''
      ''J'ai le fort sentiment que l'Inter peut encore être protagoniste pour le titre. Je le répète pour la énième fois, Marotta est une garantie absolue. Le plan a été un peu reformulé, mais je suis toujours confiant. Simone a une occasion très importante de faire un saut pour sa carrière. L'Inter peut encore être protagoniste en Italie et en Europe, pour Inzaghi c'est une opportunité à ne pas manquer.''
      ''Je ne suis tout simplement pas la bonne personne pour répondre aux questions sur les finances du club.''
       
      Apparaissant en tant qu'invité sur la station Radio Rai 2, Alessandro Altobelli pense que le départ de Conte était de son propre fait qu'il n'avait donc pas droit à une forte indemnité de départ.
      ''J'étais très contrarié par la sortie de Conte. Ils ne lui auront pas donné les bonnes garanties pour rester, mais je n'ai pas compris son discours. Il avait un contrat pour une année supplémentaire, s'il n'aimait pas les conditions, il aurait pu quitter mais sans rien demander. Il décide de partir et reçoit une indemnité de départ de 7,5 M€. Comment donner une telle somme à quelqu'un qui a décidé de partir?''
      ''Quand j'ai quitté l'Inter, il me restait encore un an sur mon contrat, mais je l'ai déchiré et je suis parti sans rien attendre. Le club a économisé un total de 3 milliards de lires, je peux dire que j'ai laissé quelque chose à l'Inter.''
      ''Simone a très bien fait à la Lazio en termes de jeu et de résultats, j'ai toujours aimé sa façon de jouer. Je n'ai pas aimé le fait qu'il ait trouvé un accord avec Claudio Lotito et qu'il ait ensuite signé avec l'Inter. J'aime les gens sérieux qui tiennent parole et je dois dire que ce truc ne m'a pas très bien plu.''
       
      Apparu sur la chaîne de télévision Sport Mediaset, Sandro Sabatini a critiqué Conte pour sa conduite et a estimé qu'il aurait dû rester à la barre.
      ''Conte m'a déçu. Quitter l'équipe qui a remporté le Scudetto avant même de savoir ce qui allait se passer était une trahison. Cela le satisfaisait à tous les égards jusqu'à présent !''
       

      2 commentaires
      1,1k vues
    45. Juan Musso: "Les rumeurs de l'Inter et de la Roma ne m'affectent pas, mais si une bonne offre arrive ..."

      Juan Musso a évoqué des rumeurs de transfert à OneFootball.com.
       
      "Je ne peux pas dire que je resterai définitivement à l'Udinese. Si quelqu'un fait une bonne offre pour moi et pour le club, c'est bien que tout le monde y gagne.  Mais je suis heureux ici, ce n'est pas comme si je cherchais le bonheur ailleurs."
      "Cela peut être agréable d'entendre parler de cet intérêt pour moi, mais je veux terminer mon travail ici à l'Udinese et je ne perds pas le sommeil à cause autres clubs qui me veulent ou non."
      "Cela n'a pas de sens pour moi de penser à des choses que je ne peux pas contrôler. Les rumeurs ne viennent pas de moi ou de mon agent, je peux vous l'assurer."

      1 commentaire
      951 vues
    46. Milan Skriniar : "Je veux rester et défendre le titre".

      Milan Skriniar est retourné récemment en Slovaquie et a passé deux jours avec sa famille, la joie du scudetto est encore très intense.
       
      "Ce fut une très belle sensation, irréelle. Je me souviens encore l'accueil des tifosi lors du dernier match. Ils ont attendu qu'on prenne le trophée. Dès que nous avons gagné le match, j'ai sorti mon drapeau de la Slovaquie, je suis fier d'être slovaque et je rapporte le titre de champion d'Italie à mon pays. Ce fut un long voyage, c'est trop beau", raconte-t'il à Sport Aktuality.
       
      Une question inévitable sur le départ d'Antonio Conte qui a pris de court le défenseur nerazzurro: 
      " Ca nous a tous surpris, moi je l'ai découvert dans les médias à vrai dire. Je n'ai pas trop d'informations et je suis moi-même curieux de voir la suite. Le départ de l'entraîneur est une nouveauté. J'ai dit depuis longtemps que je voulais rester à l'Inter et défendre le titre, et c'est la vérité. Je n'ai jamais considéré de rumeurs de départs". 
       
      © Samus - Internazionale.fr

      6 commentaires
      781 vues
    47. Ignazio La Russa : "Les entraineurs passent mais l’Inter reste, je prendrais Zenga !"

      L’ancien ministre de la Défense, Ignazio La Russa  est de confession interiste. Celui-ci s’est livré à Claudio Brachino dans le cadre de la rubrique "Primo Piano" de l’Agence Italpress
       

       
       
      "Nous avons eu Herrara, Trapattoni.....je suis amer, mais les entraîneurs passent et l’Inter reste. Comme Mourinho est en place et qu’Allegri va à la Juve, et vu que l’année prochaine nous ne remporterons pas le Scudetto, courageux pour courageux, je prendrais Zenga. Je me fierai à une personnalité qui ne partirait pas car il est interiste jusqu’à l’os."
      "Le vrai problème n’est pas la crise économique, mais le gouvernement chinois, qui a décidé de couper l’eau."
       
      L’Inter devra-t’elle céder l’un de ces champions ?
      "Je crois que oui et je pense qu’ils vont vendre Hakimi, même si un comme lui, contrairement à un attaquant ou à un défenseur, il n’y en a pas deux."
       
      Valideriez-vous son idée de laisser les rennes du club à Spiderman ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      646 vues
    48. Eder: "le Suning me fait gerber"

      Eder s'est violemment attaqué au Suning via Tweeter avant que le départ de Conte ait été officiellement confirmé.
       
      "Quand j'ai dit que j'espérais que la même chose (que le FC Jiangsu, ndlr) ne se produirait pas à l'Inter, c'est parce qu'en tant que fan, je ne voulais pas que ce qui nous soit arrivé avec le Suning. Après avoir réalisé quelque chose d'important (gagner la Super League chinoise, ndlr), le peuple chinois (Steven Zhang et son père, ndlr) a jeté tout le travail acharné effectué par les joueurs, le staff et les directeurs."
      "Et maintenant, à l'Inter, ils jettent tout le travail acharné de Conte, car ils ont besoin de 100 M€ dans leurs poches. Ils ne se soucient pas du football et de tous leurs employés."
      "Pensez simplement que cela fait huit mois qu'ils n'ont pas payé des gens qui gagnaient 800 € par mois."
      Eder a ensuite terminé son troisième tweet avec deux émojis vomissant à côté du mot "Suning'', rendant ses sentiments sur les propriétaires de l'Inter clairs comme du cristal.

      15 commentaires
      994 vues
    49. Lele Oriali: "Quitter l'équipe nationale d'Italie? Je suis content d'y être."

      La Nazionale est en rassemblement depuis peu à Forte Village de Santa Margherita di Pulla avant un match amical ce Vendredi à Cagliari contre Saint-Marin. Laisser les joueurs en mode relax en Sardaigne, avant de participer au vrai ritiro de la Nazionale avant le début de l'Euro, voilà la décision de Lele Oriali, team manager de la Nazionale italienne.
       
       
      "C'est un choix qui permet  aux joueurs de passer 4 ou 5 jours avec leur famille et en même temps nous donnes l'occasion prendre un peu des informations sur la condition de chacun d'entre eux. Nous sommes contents de nous retrouver tous ensemble. Des libertés seront accordées aux joueurs. Quand nous reprendrons à Coverciano nous serons en environnement plus restreint".
       
      Oriali ne pense pas quitter l'équipe nationale: "Je suis content d'être ici, j'évaluerai les conditions de travail plus tard en parlant avec le président et Mancini". 
       
      Quelques mots sur le dernier arrivant: "Giacomo Raspadori a montré des qualités cette saison, ce n'est pas une surprise qu'on l'appelle. Il n'a pas la structure physique d'un attaquant de surface de réparation. Mais devant les buts, il sait quoi faire, il a le sens du but".
       
      Climat serein, selon Oriali: "C'est un groupe que j'ai vu grandir, c'est la confirmation du travail de Mancini. N'oublions pas que nous sortons d'une grosse désillusion. Les joueurs ont enchaîné deux saisons sans trêve, certains ont joué des finales en Août dernier. Le stress sera tout aussi bien mental que physique mais c'est valable pour nos adversaire aussi".  
       
      Concernant le futur de Donnarumma: "Nous nous sommes salués rapidement, il me semble tranquille et serein. C'est sûr que l'idéal serait que toutes les situations soient résolues avant le début de l'Euro". Donnarumma est de plus en plus proche d'un départ du Milan. 
       
      © Samus - Internazionale.fr

      0 commentaire
      640 vues
    50. Matias Vecino: "Une saison vraiment difficile mentalement, ravi de remporter enfin la Serie A"

      En apparaissant sur le podcast Colpo di Testa avec Federico Mari , Matias Vecino est revenu sur sa blessure au genou, les buts importants et Lautaro Martinez.
       
      ''Cette année a été très difficile pour moi. J'ai commencé à avoir des problèmes avant le premier verrouillage du COVID-19. Ensuite, nous avons redémarré en mai et je me sentais encore plus mal; J'avais un œdème osseux (gonflement) difficile à gérer. J'ai essayé de faire un traitement conservateur, je suis allé à Barcelone plusieurs fois, mais quand j'ai commencé à forcer à l'entraînement, j'ai senti que le genou n'allait pas à nouveau, alors nous avons dû faire quelque chose.''
      ''Les médecins font tout pour éviter les opérations mais ils ont dû m'opérer. Alors ils ont cousu le genou avec une suture. J'ai commencé ma rééducation, mais deux mois après mon rétablissement alors que je progressais, le genou a commencé à gonfler. Je n'ai eu aucune douleur ou quoi que ce soit, mais le fait qu'il soit enflé m'a dit que quelque chose n'allait pas.''
      ''Je suis retourné à Barcelone et ils m'ont dit que j'avais besoin d'une chirurgie, car ils craignaient qu'il y ait une infection. Ensuite, j'ai eu un problème avec les points de suture qu'ils m'ont faits. J'ai dû repartir de zéro, alors j'ai dit:
      'Je reste ici jusqu'à ce que je puisse m'entraîner'.'
      Je suis resté à Barcelone de septembre en Décembre. Psychologiquement, c'était difficile, surtout la rechute.''
       
      ''Quand vous gagner après 11 ans, vous êtes heureux plus que tout. C'est une bonne chose de réaliser quelque chose d'aussi important que celui-ci après si longtemps. C'est dommage que nous l'ayons fait l'année où il n'y avait pas de supporters dans le stade, vous n'arrivez pas à comprendre la dimension de ce que vous avez fait. Mais nous apprécions le moment.''
       
      "Quand vous marquer un but très important, vous ne ressentez rien à ce moment-là, vous êtes absorbé par le jeu et concentré sur ce que vous avez à faire. J'ai été plus ému quand j'ai vu le but en arrière, entendu les commentaires et vu les vidéos des fans. Lorsque vous êtes dans le jeu, vous ne pouvez pas vraiment comprendre ce qui se passe.''
      ''Avec le stade vide, c'est très différent, il y a une atmosphère beaucoup plus détendue et c'est pratiquement comme une séance d'entraînement. Vous n'avez pas cette pression que vous donne le stade complet, lorsque vous gagnez et que vous jouez mal. Mais c'est difficile de jouer sans fans: je suis resté longtemps à l'écart et j'ai regardé quelques matchs, c'est une atmosphère différente.''
       
      ''Je suis quelqu'un qui reste proche des jeunes, ils vous regardent avec respect et un peu de peur. Je me vois en eux: nous avons Satriano ici à l'Inter maintenant, vous pouvez voir qu'il veut conquérir le monde. Il est sur un chemin différent de celui que j'ai fait, mais ce n'est pas facile d'entrer dans un nouveau pays à 19 ans.''
       
      ''Lautaro est le chef, mais je lui ai donné un coup de main car ce n'est pas facile de servir 50 personnes.''

      2 commentaires
      375 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également