Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Interviews


    1158 articles dans cette catégorie

    1. Fabio Caressa, Alessandro Costacurta et Francesco Montervino s'expriment sur l'Inter et la course au Scudetto

      Dans une interview accordée à la station de radio Radio Deejay, le journaliste Fabio Caressa est revenu sur les commentaires d'Antonio Cassano qui pense que l'Inter ne jouait pas un football attrayant et comptait trop sur Lukaku.
      "Cassano n'aime pas le style de jeu de l'Inter et moi non plus. L'Inter n'est pas un bon exemple d'équipe qui construit de derrière, car ils lancent souvent de longues balles vers Lukaku et utilisent cette option. De même, ils marquent souvent des buts en faisant pression et en récupérant la balle. Lorsque les données me seront présentées pour suggérer le contraire, je le croirai."
       
      Plus enthousiaste, l'icone milanaise Alessandro Costacurta a déclaré que l'Inter était favorite pour remporter le Scudetto cette saison, tout en faisant l'éloge d'Antonio Conte. Voici ce qu'il a déclaré dans une interview accordée à Fanpage.it.
      "L'Inter est définitivement la favorite du Scudetto, surtout parce que les autres équipes sont toujours impliquées dans des coupes. Je considère Conte comme l'un des cinq meilleurs entraîneurs au monde. L'Inter a l'équipe la plus forte et l'entraîneur le plus fort, mais je suis étonné qu'il n'ait pas été en mesure de s'imposer dans les compétitions européennes. Il influence ses joueurs, mais je crois qu'il cherche toujours à se créer un ennemi. Ces types de joueurs et d'entraîneurs, comme Mourinho par exemple, ont besoin d'un ennemi pour faire ressortir le meilleur d'eux-mêmes."
      "L'équipe de Conte a plus de joueurs habitués à des matchs chauds. Dans les matches importants avec les équipes nationales et les phases éliminatoires des compétitions de coupe, il y a une énorme différence dans l'expérience des équipes. A Milan, il y a peut-être deux joueurs avec ce genre d'expérience, mais le reste de l'équipe ne l'a pas. La Juventus et Milan sont les plus grands rivaux de l'Inter pour le titre, mais la Juve a la meilleure équipe et un entraîneur en Andrea Pirlo qui apprend et est brillant. Pirlo grandira beaucoup et n'a commis que quelques erreurs, parfois en raison de son inexpérience. Il a plus de choix que quiconque. Ce seront les trois équipes qui se battront pour le titre jusqu'à la fin de la saison. La Juve est l'équipe la mieux armée pour une longue campagne et a l'habitude de gagner."
       
      Enfin, dans une interview accordée à Tuttomercatoweb.com, le directeur sportif de Salernitana et ancien milieu de terrain de Naples, Francesco Montervino, estime que le danger pour remporter le Scudetto viendra de la Juventus.
      "Milan a actuellement plus de points, mais ce sont les Bianconeri qui nous ont appris que lorsqu'ils sont acculés, ils parviennent également à trouver un moyen de se dégager. À mon avis, l'Inter a le chemin le plus simple, avec des matchs plus faciles jusqu'à la fin de la saison. Pour moi, ils sont toujours les plus forts, mais nous savons que la Juve n'abandonne jamais et à mon avis, ils sont la vraie menace, plus que Milan."

      3 commentaires
      187 vues
    2. Willian: "Antonio Conte est un excellent entraîneur mais a du mal à gérer une équipe"

      L'international brésilien Willian a travaillé sous Conte à Chelsea de 2016 à 2018, alors qu'ils remportaient la Premier League et la FA Cup. Cependant, l'ancien milieu de terrain du Shakhtar Donetsk maintenant à Arsenal a critiqué la gestion de l'équipe par Conte, suggérant que cela a conduit à des problèmes personnels avec un certain nombre de joueurs. Voici son interview accordée au média brésilien UOL Esporte.
      "Conte est un excellent entraîneur avec des idées différentes et travaille beaucoup sur la tactique et la construction de la défense.  Je pense qu'il n'y a rien de mal dans sa façon de travailler sur le terrain. Il travaille dur et est un excellent entraîneur. Le problème réside dans la gestion de son équipe, c'est pourquoi il a fini par avoir tant de problèmes avec différents joueurs, moi y compris. Je pense qu'il ne pouvait pas comprendre qu'il avait autant de joueurs de pays et d'horizons différents, et des joueurs considérés comme des cadres importants du club. Il lui manquait cette compréhension, mais malgré cela, nous avons réussi à devenir champions, l'équipe était très en forme et notre style de jeu a pris les adversaires par surprise."
      "Sarri, d'un autre côté, est un entraîneur qui travaille également beaucoup sur la tactique, mais se concentre sur les coups de pied arrêtés et le mouvement offensif. C'était un style de jeu différent de Conte. Avec Sarri, nous avons beaucoup plus contrôlé le jeu, tandis qu'avec Conte, nous nous sommes concentrés sur les contre-attaques."
      Pour résumer: Conte = cobra alors que Sarri =  boa. Question de style.

      4 commentaires
      428 vues
    3. Lautaro Martinez: "Le Barça, c'est le passé!" Renouvellement du contrat avec L'Inter?

      Notre attaquant Lautaro Martinez a révélé qu'il était sur le point de prolonger son contrat avec nous après avoir été sur le point de rejoindre le FC Barcelone. Dans une interview publiée dans La Gazzetta dello Sport, Il a déclaré que les longues négociations contractuelles étaient presque conclues.
       
      "C'est vrai, nous étions en pourparlers avec Barcelone, je ne peux pas dire à quel point j'étais proche de rejoindre ce club. Mais j'ai été clair avec Antonio Conte. Je lui ai dit:
      - Ma tête est ici! C'est une promesse que je resterai engagé.
      C'est maintenant du passé et je vais renouveler avec l'Inter. Je ne sais pas quand sera l'annonce officielle, mais en attendant je vais continuer. Je vois mon avenir ici et j'aimerais rester longtemps à Milan. J'aime tout dans la ville: la nourriture, la relation avec les fans, l'équipe, je n'ai que des sentiments positifs."
       
      Favoris pour le scudetto?
      "Favoris n'est pas un mot que j'aime. Bien sûr, être au top est une sensation formidable, surtout avec un écart plus important. C'est bien parce que c'est le résultat d'un travail acharné avec l'entraîneur. Je ne pense qu'à l'Inter dans la course au titre, à personne d'autre. Les buts de la semaine dernière étaient là avec les plus importants, car ils coïncidaient avec la naissance de ma fille. Les victoires sur le Milan, la Lazio et la Juventus montrent que nous sommes avec Conte depuis deux saisons et que nous sommes une équipe différente maintenant, plus compacte et avec chaque joueur prêt à se battre pour ses coéquipiers ainsi que pour lui-même. Nous avons également été éliminés de la C1, contrairement à l'année dernière. Il y avait un accord conclu entre nous et l'entraîneur, qu'à cause de la souffrance d'être éliminé, nous concentrerions toute notre attention sur le Scudetto. Raison de plus, après avoir été éliminé de la Coppa Italia."
       
      Son duo avec Romelu Lukaku.
      "Sans le ballon, j'ai appris à reconnaître les situations et à mieux lire le jeu, en faisant plus attention. Mais le changement le plus important sous Conte est ma mentalité. Un jour, il m'a parlé dans son bureau pendant un moment, de tout. À partir de ce moment, ma carrière a changé. Lukaku me ressemble beaucoup en ce sens que nous avons eu une enfance difficile et que nous avons dû nous battre pour tout. Nous avons toujours su que nous devions faire plus que les autres pour réaliser des choses, et cela est mis en avant. J'espère atteindre un jour son niveau de l'un des meilleurs attaquants d'Europe. Je ne le ferai qu'en travaillant dur."
       
      Premier contact Achraf Hakimi.
      "C'était pendant l'Argentine contre le Maroc, j'ai entendu quelqu'un m'appeler en espagnol et c'était lui. Nous n'avions jamais parlé auparavant, mais il m'a dit qu'il connaissait Borja Valero. Puis nous nous sommes retrouvés lors de l'Inter - Borussia Dortmund. Nous avons commencé à parler et il m'a toujours posé des questions sur l'Inter, me disant qu'il aurait aimé jouer pour nous, jusqu'à ce que ça arrive." 
       

      7 commentaires
      402 vues
    4. Conte: un entretien tout en équilibre pour le Corriere della Sera

      Dans une longue et belle interview pour le Corriere della Sera, Antonio Conte se concentre sur son expérience à l'Inter et explique sa façon d'appréhender le football. A commencer par son ressenti après une défaite :
       
      "La défaite me fait du mal. Je sais que la vis seul, non pas parce que mes collaborateurs ou amis me laissent tranquille mais parce que j'éprouve une sorte de solitude intérieure. Je sens cette responsabilité et je ne veux pas vivre ça."
       

       
      La Pazza Inter a-t-elle trouvé un équilibre ?
      "Si vous voulez garder une longueur d'avance sur les autres, vous devez avoir une régularité dans la performance. Cette stabilité est au dessus de n'importe quel adversaire."
       
      L'écart avec la Juventus s'est-il réduit ?
      "La Juventus est dans cette spirale positive depuis longtemps. Depuis un an et demi l'Inter est une équipe qui n'aspire qu'à gagner. Les autres équipes progressent aussi, et nous, nous tentons de le faire en prenant le travail comme raccourci."
       
      Vous n’êtes pas loin de jouer en 3-3-4 avec Hakimi et Perisic qui sont deux attaquants ailiers, plus Eriksen qui est proche de Barella offensivement sur le terrain. Comment garder l'équilibre avec une équipe si tournée vers l'avant ?
      "Je dis aux joueurs que lorsque nous attaquons nous devons être pessimistes. L'optimiste est celui qui ne pense pas qu'il perdra le ballon et ne se prépare pas à cette éventualité. Le pessimiste se projette plus et veut aller au bout. Nous avons besoin d'un grand équilibre et pour moi le meilleur est d'attaquer à 5-6 joueurs. Hakimi et Perisic, plus Eriksen qui est un milieu offensif et Barella quasi un attaquant. Dans la première partie de saison nous avons beaucoup créé mais nous étions trop exposés. Nous avons concédé trop de buts. Maintenant l'équilibre est bon et tous participent aux deux phases."
       
      Que répondez-vous à ceux qui disent que Lukaku n'est dévastateur qu'avec de l'espace ?
      "C'est trop simpliste de dire ça. J'espère qu'ils le laisseront arriver dans la surface alors. Lukaku ou Lautaro dans cette zone, je ne pense pas que ça soit une joie pour les défenseurs adverses. Lukaku est un joueur atypique, c'est le premier attaquant de l'équipe, la première cible et il est très rapide. C'est proche d'un joueur de football américain."
       

       
      Qu'est-ce qui a changé ces derniers mois ?
      "Nous sommes en constante évolution. Nous avons commencé en 3-5-2 puis dans la seconde moitié de la saison dernière, nous sommes devenus plus agressifs et nous avons terminé en finale d'Europa League. Un manager comme Rangnick (ancien DS de Leipzig notamment, ndlr) m'a complimenté en disant « J'aime voir l'Inter, je les trouve sophistiqués ». On parle souvent de football simple mais on s'aperçoit qu'il y a une idée. Nous avons recommencé comme ça, en étant agressif. Nous avons peut être exagéré et les adversaires ont trouvé les contre attaques. Nous avons trouvé l'équilibre ensuite en alternant les phases d'agressions et celles d'attentes. Nous sommes aussi devenus plus compact."
       
      Est-il plus difficile de transmettre la mentalité de la gagne ou son jeu à l'Inter ?
      "Il est plus compliqué de changer le mental. Si vous ne gagnez pas pendant dix ans, vous y êtes habitués inconsciemment. Vous cherchez des excuses ou vous blâmez l'autre. De ce fait vous ne voyez pas vos limites et défauts. Tout l'environnement est imprégné. C'est un travail important non seulement sur les joueurs mais sur tous les secteurs. Donc il faut augmentez la pression et vous devenez l'emmerdeur de service. C'est la différence entre une mentalité de gagnant et celle simplement pour vivre. Il y a beaucoup de bons entraineur et Luciano Spalletti en est un. Le problème est de pouvoir casser certains équilibres pour diriger le bateau là où on vous a demandé de le prendre. Même si quelqu'un peut regretter de vous avoir choisi."
       
      Justement, la 'sphère Inter' est-elle difficile ?
      "Après ma carrière de footballeur j'ai recommencé à me retrousser les manches. Le joueur avait tout gagné, l'entraineur est parti de zéro. Je me suis remis en question. Ceux qui ont joué dans de grandes équipes pensent qu'ils peuvent être coach, mais c'est totalement différent. Mon chemin m'a amené à atteindre l'Inter de manière beaucoup plus préparée. L'expérience à la Juventus a été importante mais j'y suis arrivé avec des bagages précédemment construits. On m'a déconseillé l'Inter mais moi je suis pour les challenges, et l'Inter est le plus difficile de ma carrière. Mais je n'ai pas peur des comparaisons. Je sais que dans mon domaine j'ai beaucoup à dire"
       
      Après l'élimination en Champions League, des paroles sont arrivées pour demander un renvoi. Avez-vous ressenti que ce fardeau n'était pas le vôtre ?
      "Un tifoso adverse aurait tout fait pour pousser au renvoi. En tant qu'adversaires je veux tuer mon ennemi, soyons clairs je signifie le tuer sportivement. Me renvoyer aurait facilité la tâche aux autres. Quand j'arrive dans un club je m'y investit corps et âme. La passion fait la différence, c'est contagieux. Je vis cette créature et je la manipule pour tous ceux qui travaillent avec nous. Si vous ressentez ce sentiment d'appartenance, vous donnez quelque chose en plus."
       
      L'équipe nationale est-elle une parenthèse close ?
      "Pas du tout. Maintenant le simple fait de penser à la sélection me fait frissonner. Ma porte pour l'Italie sera toujours ouverte."
       
      L'Inter de Conte gagnera-t-elle enfin ?
      "Je ne sais pas mais je ferai tout mon possible pour réussir."
       
      L’aventure avec l'Inter peut-elle encore être longue ?
      "Un entraineur, quand il se décide de se marier avec un projet est heureux s'il a l'opportunité de travailler longtemps dans le même club. S'il est contraint de partir après peu de temps il n'y a que de l’amertume. Marquer de son empreinte et rester pendant de nombreuses années c'est la plus belle chose. C'est aussi plus facile de travailler après avoir bien semé..."
       
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      13 commentaires
      507 vues
    5. Riccardo Ferri encense Eriksen et Perisic pendant que Antonio Cassano est plus critique

      Christian Eriksen et Ivan Perisic pourraient faire la différence pour l'Inter pour gagner la Serie A d'après notre légendaire défenseur Riccardo Ferri dans une interview accordée à TMW Radio.
       
      "Je ne pense pas que Conte ne veut pas se tirer une balle dans le pied! OK, Eriksen semblait être en dehors du projet, mais il y a eu ensuite un changement de stratégie et entre-temps Eriksen est toujours resté professionnel. Conte pensait probablement qu'il ne pouvait rien donner de plus, mais ensuite il a commencé à le faire jouer et Eriksen s'est installé dans son nouveau rôle. Il en va de même pour Perisic, qui en ce moment donne un coup de pouce supplémentaire à l'Inter."
       
      Sur Big Rom.
      "Lukaku n'a aucun défaut. Il pèse 100 kg mais il se déplace à une vitesse incroyable. Le moyen idéal de l'arrêter serait de l'empêcher de partir ou peut-être de le menotter chez lui! Quand on lui donne de l'espace, il est imparable et il est vraiment complet. Il est également généreux et tout le monde aimerait l'avoir dans son équipe."
       
      Sur le match à venir.
      "Le Genoa n'a récolté qu'un point de moins que l'Inter depuis que Davide Ballardini a été reconduit et c'est une équipe en bonne condition physique. Je n'ai pas vu de matchs faciles cette année, les équipes provinciales ont maintenant toutes leur propre identité. C'est un week-end que l'Inter doit exploiter à fond mais le Genoa n'est pas un adversaire facile à vaincre."
       
       
      Antonio Cassano pense que L'Inter n'aurait aucune excuse pour ne pas remporter le Scudetto cette saison dans une interview accordée à la chaîne YouTube de Stefano Borghi.
      "L'Inter a très mal commencé la saison, surtout parce qu'ils sont sortis d'Europe, ce qui a été un désastre. L'Inter n'a qu'un seul but et c'est de gagner le Scudetto. S'ils terminent deuxième, ce serait un désastre. L'Inter est favorite car lorsque Conte n'a à entraîner qu'une fois par semaine, il vous donne quelque chose de plus."
       
      Sur le style footballistique.
      "Je suis Interista depuis ma naissance, mais l'Inter ne m'excite pas autant qu'Atalanta. L'Inter est une équipe très solide, schématique, pratique, ils font toujours les mêmes trois ou quatre choses. Mais je n'aime pas voir des matches où l'Inter passe 70 à 80 minutes avec tout le monde derrière le ballon. Avec nos joueurs, je pense qu'il faut jouer un style de football offensif, il faut dominer les matchs que vous jouez. L'Inter est la grand favorite mais en même temps, elle ne m'excite pas par sa façon de jouer. Ils sont solides et marquent beaucoup, car Romelu Lukaku et Lautaro Martinez marquent beaucoup de buts. Ce sont les favoris mais ils ne jouent pas bien."

      11 commentaires
      593 vues
    6. Erwin Wosky: "Romelu Lukaku, un géant amical qui a toujours été trop fort pour les adversaires"

      Lukaku a commencé sa carrière avec le club amateur belge Rupel Boom sous l'œil d'Erwin Wosky, et il n'a pas fallu longtemps à Lukaku pour impressionner. Voici son interview pour Tuttosport.
       
      "Un jour, ce petit garçon de 7 ans que tout le monde appelait Romeli s'est présenté à l'entraînement. Déjà, il avait une taille impressionnante et a fait la différence sur le terrain. Quand j'ai entendu plus tard à la télévision qu'ils l'appelaient Romelu, j'ai pensé que c'était une erreur, mais ce n'est pas eux qui se sont trompés sur son nom. Je suppose qu'il n'a jamais voulu me corriger par courtoisie et politesse. Romelu est un gentil géant."
      "Il voulait devenir un professionnel comme son père Roger. Pour moi, il était l'un des nombreux garçons à qui j'aurais dû enseigner quelque chose, mais ses talents sur le terrain étaient incontestables. Ses adversaires se plaignaient toujours de sa force physique, peut-être pensaient-ils qu'il était plus âgé qu'il ne le prétendait, il était décisif. Parfois, je devais le faire commencer sur le banc parce qu'il arrivait en retard, la voiture de son père n'était pas toujours très fiable. Mais il est venu et a marqué une palanquée de buts; trois, quatre, cinq, peut-être même six…"
      "Il n'a jamais contesté mes décisions, il a toujours eu du respect pour ses coéquipiers. Mais il me regardait, souriait et disait:
      - Est-ce que je peux venir en entraîneur? Je suis prêt!
      Puis quelques secondes passaient et il demandait:
      - Et maintenant, est-ce que je peux continuer maintenant?
      Quels bons souvenirs…"
       
      Wosky était ravi quand Lukaku l'a mentionné après avoir reçu un prix pour être le meilleur footballeur belge à l'étranger en 2020.
      "J'ai vu Romelu dire à Conte:
      - C'est mon premier entraîneur! 
      Je suis fier de lui et du chemin qu'il a emprunté. Au cours de ces 30 secondes qui ont été diffusées également à la télévision, je lui ai dit:
      - Il y a longtemps, j'étais plus grand que toi, maintenant tout est différent, mais tu continues à prouver que tu es un grand dans tout ce que tu fais."
       
      L'impact de Lukaku en Serie A, un succès attendu?
      "Est-ce que je m'attendais à ce qu'il fasse cet impact? Oui, il a appris l'italien très rapidement. Je suis sûr qu'il veut entrer dans les livres d'histoire de l'Inter. J'espère qu'il pourra terminer en tant que meilleur buteur de la Serie A cette saison et atteindre au moins 25 à 30 buts en championnat."
       
      Wosky pense que Lukaku peux remporter le prestigieux Ballon d'Or!
      "Peut-il gagner le Ballon d'Or? Certainement, assez avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo! L'année dernière, le prix aurait été décerné à Robert Lewandowski et dans les éditions précédentes du prix, Lukaku méritait une meilleure place. Si l'Inter remporte le championnat et que la Belgique remporte les Championnats d'Europe, Romelu pourrait avoir une meilleure chance de remporter cette prestigieuse reconnaissance individuelle."
       
      Sa prise de bec avec Zlatan Ibrahimovic.
      "Pour Romelu, sa mère a toujours été, à juste titre, intouchable. Elle est une sorte de déesse pour lui. Si vous lui dites quelque chose de irrespectueux à son égard, il se mettra en colère, elle compte beaucoup pour lui. Donc, si Ibra lui a dit quelque chose sur sa mère, je comprends pourquoi il était en colère. Mais ensuite Lukaku a donné la meilleure réponse avec sa performance en championnat, il a marqué et l'Inter a battu le Milan, c'est comme ça que ça se passe."
      "Est-ce que je pensais qu'il pouvait être si en colère? Je sais seulement que c'est un jeune homme décent, avec des valeurs profondément enracinées, qui place sa famille au-dessus de tout."

      2 commentaires
      566 vues
    7. Ivan Cordoba et Nicola Berti encensent Skriniar, Barella et Martinez.

      Ivan Cordoba et Nicola Berti s'expriment sur certains joueurs de l'Inter actuelle dans une interview accordée à à la Gazzetta dello Sport et au podcast officiel de l'Inter, respectivement.
       
      Ivan Cordoba: "Milan Skriniar mérite beaucoup pour avoir ressuscité l'Inter"
      "Skriniar, Stefan de Vrij et Alessandro Bastoni font partie des meilleurs défenseurs d'Europe. Mais je voudrais me focaliser en particulier sur Milan, il a connu des difficultés mais a su réagir et maintenant on le retrouve évoluant au plus haut niveau. Je tiens à le féliciter pour cela."
       
      Sur l'équipe de Conte.
      "Je vois la compacité et l'unité, ils restent unis et défendent en équipe, ce qui rend le travail des défenseurs moins difficile. L'Inter doit croire de plus en plus qu'elle peut gagner le Scudetto, il ne sert à rien de se le cacher à ce stade. La victoire dans le derby de Milan nous a beaucoup appris, ils doivent continuer comme ça."
       
      Sur la situation actuelle du club.
      "Certaines histoires ne devraient jamais figurer dans les journaux. Il y a beaucoup de choses qui devraient rester secrètes, et vous savez pourquoi? Parce que les joueurs souffrent d'entendre certaines rumeurs, ce qui s'est passé lorsque Massimo Moratti a vendu l'Inter à Erick Thohir puis Thohir au Suning. En tant que fan, j'espère que tout pourra être résolu de la meilleure façon possible. Je ne veux que le meilleur pour l'Inter."
       
      Nicola Berti: "Lautaro et Skriniar dans une forme incroyable, Barella une future icône de l'Inter"
      Sur Barella.
      "C'est le nouveau Berti. Nous avons le même tempérament et le même désir et il a le même esprit et le même courage, même si techniquement parlant, il est meilleur que moi. Ce gars fantastique sera notre prochain capitaine. Barella ne prend plus les jaunes, avant il n'était pas content tant qu'il n'avait pas reçu un carton jaune. Il est équilibré sans nuire à sa détermination, il est le numéro un absolu et sera une icône de l'Inter."
       
      Hourra pour Skriniar.
      "La défense a disputé deux matchs extraordinaires, en particulier Milan Skriniar. Ensuite, nous parlons tous de Romelu Lukaku, mais contre la Lazio et l'AC Milan, c'est Lautaro qui a mieux joué. Il fait pression, marque des buts et n'abandonne jamais. Les deux qui m'ont le plus surpris dans ces deux matchs ont été Lautaro et Skriniar."
       
      Moralité: quand vous êtes encensés par deux légendes, comme le chantait la Compagnie Créole, c'est bon pour le moral!

      2 commentaires
      393 vues
    8. Fabio Radaelli: "J'ai parlé avec Lautaro Martinez, il est heureux à l'Inter"

      Lautaro Martinez est très content de la vie à l'Inter selon Fabio Radaelli, scout pour le Racing Club, dans une interview au quotidien Tuttosport.
      "Lautaro est heureux à l'Inter, j'ai parlé avec lui il y a quelques jours et il est au septième ciel! J'ai toujours dit que l'Inter était un super club pour lui. La présence de quelqu'un comme Javier Zanetti est très importante pour nous Argentins."
       
      Sur son entente avec Lukaku.
      "Comment voir Lautaro à l'Inter? Je le vois très bien! Il peut sans aucun doute devenir le meilleur au monde dans son poste. Pour nous, Argentins, il est le meilleur attaquant de la dernière décennie. Avec Lukaku, il a une entente incroyable, l'un des partenariats les plus importants au monde. Ils se cherchent, s'entraident, marquent et fournissent des passes décisives."
       
      Sur les rumeurs liées au Barça.
      "En Espagne, ils se botteront les fesses! Je n'ai jamais douté de la façon dont Lautaro se conduirait à l'Inter pendant toutes ces rumeurs. C'est un gars bien et il va certainement arriver là où il voulait être."
       
      Concernant sa perf pendant le derby.
      "Les deux buts contre le Milan ont été provoqués par des mouvements que je l'ai déjà vu faire. Ce n'est pas un hasard s'il était libre de diriger le ballon pour marquer. Ce n'était pas non plus une coïncidence s'il a feint de participer à la construction du deuxième but, avant de se diriger vers la surface pour terminer son mouvement. Quand j'ai vu Lautaro pour la première fois, il pouvait utiliser ses deux pieds, il utilisait bien son corps, il pouvait protéger le ballon et aider ses coéquipiers à monter sur le terrain… il était impossible de ne pas le remarquer."
       
      De son côté, Aldo Serena a souligné que Lukaku et Martinez se complètent techniquement très bien dans une interview accordée à la chaîne Sport Mediaset.
      "Ce sont des joueurs qui ont à la fois de la technique et du physique. Lautaro est meilleur en ce qui concerne le jeu aérien, mais Lukaku a des courses puissantes et peut aider à donner des passes décisives en se déplaçant vers l'aile. Ils s'entraident beaucoup."

      2 commentaires
      329 vues
    9. Crespo: "Je lui ai conseillé de ne pas signer"

      Futur entraineur de Sao Paulo, Hernan Crespo s'est entretenu pour la Gazzetta dello Sport. Le bomber argentin (117 matchs 46 buts sous notre maillot) revient sur les dernières performances de l'Inter et donne son avis sur notre attaque.
       
      Parlons de la LuLa. Il n'y a personne comme eux ? Lautaro est un peu un de vos élèves...
      "Tout d'abord l'Inter est une équipe qui marque avec une impressionnante facilité. Le jeu est fluide, les manœuvres sont précises et tout le monde sait ce qu'il doit faire. En Italie en effet personne n'a de duo aussi prolifique. Et même en Europe j'ai du mal à trouver des comparaisons. Lukaku et Lautaro se complètent parfaitement. Je connais Lautaro depuis longtemps et cet été je lui ai conseillé de ne pas accepter les offres de Barcelone, de ne pas bouger de l'Inter. Au final j'avais raison. Dans la surface il est létal et ses mouvements visent toujours à tirer au but. Il est fort de la tête et il a le bon timing pour sauter. Il supporte la comparaison avec des défenseurs plus grands que lui."
       
      Dans cet Inter outre l'aspect technique, il y a le facteur humain :
      "Regardons comment Conte a récupéré des gens comme Eriksen et Perisic. Beaucoup les considéraient hors du projet. C'est un maitre de la psychologie pour les ramener sur les bons rails. Ce sont dans des détails comme ceux-là que nous voyons son importance. Il a été patient. Il leur a fait apprendre les règles du vestiaire et il les a attendu comme un bon père de famille. Maintenant l'Inter a deux joueurs supplémentaires, que demander de plus !"
       
      Des obstacles à l'horizon ?
      "L'Inter doit montrer qu'elle a de la régularité. C'est bien de gagner le derby comme cela, mais il faut aussi faire de belles performances contre de 'petites' équipes. Là où l'environnement est moins chaud et le défi moins glamour. C'est la dernière étape à gravir. Enfin plutôt l'avant dernière."
       
      Qu'est-donc la dernière étape ?
      "L'Inter aura toutes les cartes quand elle vaincra sans problèmes des équipes totalement fermées. Quand elle se procurera abondamment des occasions contre celles-ci. Sur le terrain comme cela s'est produit contre l'AC Milan, c'est plus simple. Lukaku et Lautaro contre les petits doivent s'entraider et se concentrer davantage sur des espaces plus étroits."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      3 commentaires
      1,3k vues
    10. Ruben Sosa: "Conte doit gagner la Serie A, Lukaku et Lautaro se complètent bien"

      Selon notre ancien attaquant Ruben Sosa, Conte n'a aucune excuse pour ne pas remporter le Scudetto pour sa deuxième saison à l'Inter. Il a également évoqué la Lula ainsi que de jeunes joueurs uruguayens dans dans une interview accordée à FCInter1908.it.
      "C'est maintenant la deuxième année de Conte à l'Inter, maintenant il connaît mieux les joueurs, et ils le connaissent mieux. Lorsque vous rejoignez une grande équipe comme l'Inter, la première année est toujours difficile, mais la deuxième année, si vous êtes un bon entraîneur, vous devez pouvoir gagner quelque chose. Lorsque l'équipe marque des buts, je constate une grande unité entre les joueurs et l'entraîneur, tout le monde se s'embrasse, et c'est une chose importante. Je vois qu'un bon groupe a été créé."
       
      Sur le derby de Milan.
      "J'ai regardé le derby à la maison et je dois dire que j'ai beaucoup aimé l'Inter. Ils ont joué comme si c'était une finale, gagner un match comme le derby comme ils l'ont fait n'est jamais facile. Leur équipe est en bonne forme physique, ils jouent rapidement, ne perdent pas le ballon, jouent calmement et sont toujours à l'attaque. Ils essaient de jouer leur jeu, ils vont sur le terrain et veulent gagner. L'Inter est la favorite pour remporter le Scudetto et non pas à cause du derby, elle était favorite avant cela à cause de la façon dont il joue."
       
      Concernant la LuLa.
      "Ce sont deux grands attaquants, ils se comprennent et ont une grande compréhension entre eux. Un est plus rapide, l'autre est physiquement plus fort, ils se complètent. Lautaro est plus sud-américain, tous les deux font une excellente année."
       
      L'élimination précoce en C1, un avantage pour le Scudetto?
      "Si vous vous souvenez que lorsque nous avons remporté la Coupe UEFA, en championnat nous étions presque derniers (1994, ndlr). Cette année, cela semble le contraire. Une fois que l'Inter a été éliminé de la C1, ils ont commencé à se concentrer exclusivement sur la Serie A. Nous nous étions concentrés sur la Coupe UEFA et en championnat, nous avions très mal fait. Désormais, l'Inter doit viser le Scudetto sans tarder. Au début de l'année, vous avez le championnat, la Ligue des champions et la Coppa Italia, et l'Inter doit gagner l'une de ces trois compétitions."
       
      Le plus grand danger.
      "C'est un football différent, tout change sans les fans. La Juventus gagne avec une certaine continuité et s'améliore, la Lazio aussi. L'Inter se battra pour le titre avec eux et ainsi que le Milan."
       
      A propos de Martin Satriano et de Matias Fonseca (fils de Daniel Fonseca).
      "Satriano a bien fait au Nacional (équipe majeure uruguayenne, ndlr). C'est un garçon qui aime le football et qui aime s'entraîner. Je pense qu'il a tout pour bien faire, mais il faut y aller doucement avec lui, c'est encore un gamin. Satriano a les qualités pour devenir un grand champion, mais allons-y doucement. En Uruguay, on parle en bien de lui, c'est pourquoi il est parti si vite. C'est un joueur différent des autres, c'est un top player comme on dit. Fonseca? J'ai entendu de très bonnes choses sur lui, même si je ne l'ai pas encore vu jouer. Comme tous les enfants de grands joueurs, ce n'est pas facile de refaire ce que leur père a fait, c'est difficile pour le garçon mais il a du sang uruguayen, alors qui sait."

      2 commentaires
      583 vues
    11. Ernesto Paolillo: "L'Inter a remporté le Triplete grâce à ..."

      S'adressant à Sportitalia plus tôt cette semaine, Paolillo pense qu'Ibrahimovic retrouvera sa condition physique optimale, mais a admis que son échange avec Eto'o fut un moment crucial pour le succès historique en 2010.
      "Si vous me posez des questions sur Ibra, je ne peux pas ne pas dire qu'il est un grand joueur et athlète. Mais si vous me demandez comment nous avons réussi à tout gagner cette saison, je vous dirais que c'est parce que nous l'avons échangé contre Samuel Eto'o."
      Comment pouvons nous être plus d'accord?

      20 commentaires
      1,3k vues
    12. Lukaku se livre sur Tweeter

      S'adressant à ses abonnés sur Twitter lors d'une séance de questions-réponses, Lukaku a expliqué comment l'Inter avait pu jouer à une telle intensité tout au long des matches et il a évoqué sa relation avec Lautaro Martinez.
      Le plus mauvais partenaire à l'entraînement.
      "L'entraînement est en fait une zone de guerre! Notre manager ne joue pas (autour), il n'aime pas quand on tient ça comme ça…"
      Les différences entre la Premier League et la Serie A.
      "Des championnats et des styles de jeu très différents. Il m'a fallu un peu de temps pour m'adapter à la Serie A."
      Le meilleur joueur à l'heure actuelle.
      "Robert Lewandowski, j'adore son éthique de travail et son jeu! Un vrai professionnel."
      Des regrets dans sa carrière?
      "J'utilise l'échec comme motivation."
      Comment ça se passe?
      "Tout s'est bien passé à l'Inter jusqu'à présent, les supporters dans les stades me manquent juste. Pour le moment, je me concentre uniquement sur le présent, mon objectif est le prochain match."
      Son but favori.
      "Naples, à l'extérieur la saison dernière (faisant référence à la victoire 3-1 en janvier 2020, ndlr)."
      Qu'avait-il dit après son troisième ("Je suis le meilleur, je vous l'ai dit", ndlr)?
      "Mec, j'ai beaucoup parlé d'adrénaline, je suppose!"
      Sur Lautaro Martinez.
      "La communication est la clé! Nous nous sentons très bien l'un et l'autre, mais surtout nous travaillons pour l'équipe!"
      Niveau mercato, selon TodoFichajes.com, Lukaku est la troisième option du Real derrière Kylian Mbappe et Erling Haaland. Manchester City est également intéressé par Lukaku, mais si le Real Madrid le remplaçait, l'article explique que la préférence du joueur serait le Real Madrid, où il irait sans hésitation. Mbappe pourrait être économiquement impossible pour le Real Madrid alors que la signature de Haaland dépend du Borussia Dortmund, et pour cette raison, le Real recherche des alternatives telles que Lukaku. Lukaku est évalué à 90 M€, mais le Real Madrid pourrait éventuellement conclure un accord pour 70M€ avec l'Inter. Le joueur de 27 ans a été lié à plusieurs reprises avec City ces dernières semaines, bien qu'il soit heureux d'être chez nous sous Antonio Conte.
       

      9 commentaires
      969 vues
    13. Ivan Cordoba: "Conte arrive à isoler les Nerazzurri des problèmes hors-terrain"

      Antonio Conte et son équipe méritent un énorme crédit pour maintenir l'Inter sur la bonne voie malgré les problèmes hors-terrain du club, selon Ivan Cordoba dans une interview à Perform Stats News.
      "Les rumeurs qui circulent depuis quelques jours sont inquiétantes.  Conte et son staff ont fait un superbe travail car ce n’est pas facile de garder une équipe aussi soudée quand il y a certaines rumeurs. Vous ne parvenez pas toujours à avoir une équipe comme celle-ci si concentrée sur un moment aussi particulier."
       
      Sur le derby della madonnina.
      "L'Inter était déterminée, s'est occupée de tous les détails et a été mortelle lors des contres. Disons que c'était une Inter parfaite, qui n'a plus qu'à s'occuper d'elle-même. Ces trois points ne sont valables que si vous gagnez les prochains matchs. Cependant, je suis fasciné de voir un groupe qui travaille si étroitement où chacun sait comment ses coéquipiers se déplacent. Si une erreur est commise, quelqu'un est déjà là pour couvrir."
       
      Sur Samir et la suite.
      "Il a maintenu le match avec ses arrêts qu'il a faits, il est fantastique! Il y a un projet très spécifique en place dans le but de gagner cette année."

      4 commentaires
      463 vues
    14. Un Eriksen revitalisé et jouant avec confiance

      Massimo Paganin affirme que nos Nerazzurri ont dominé la Lazio et l'AC Milan pendant que Christian Eriksen joue avec confiance et Paolo Condo pense qu'un Eriksen revitalisé et un Batmanovic revenu au plus haut aident pour rafler un scudetto.
       
      Massimo Paganin dans une interview accordée à TuttoMercatoWeb, TMW Radio.
      "L'Inter a la meilleure attaque de tous les temps et aussi la meilleure défense. Le sentiment que vous obtenez quand vous les regardez, c'est qu'ils sont en forme, qu'ils n'ont pas subi le contrecoup psychologique de leur KO en Coppa Italia. L'Inter a pu souffrir contre la Lazio et le Milan mais les a ensuite dominés."
      "Christian Eriksen est un joueur avec de grandes qualités et possède des compétences techniques incroyables. Il peut bien lire le jeu et l'Inter joue maintenant avec un double meneur de jeu. Les qualités ont toujours été là. Conte voulait quelque chose de lui et il n'était pas convaincu à 100%. Maintenant, Eriksen s'est adapté, il se taille son espace et Conte lui donne les bonnes responsabilités. Vous pouvez voir que c'est un joueur en confiance qui sait comment aider l'équipe dans les moments difficiles."
      "Qui peut combattre l'Inter? La Juventus en tant qu'équipe est encore plus forte que l'Inter, donc ils sont là, mais ils ont des problèmes cette année. Nommer Andrea Pirlo était un pari et il a eu du mal à trouver l'équipe idéale. Tant de choses dépendront des autres derrière, car beaucoup seront impliqués en Europe, tandis que l'Inter n'est pas en Europe et est capable de se préparer pour les matches de la meilleure façon possible."
       
      Paolo Condo pour La Repubblica.
      "Eriksen est le joker de Conte dans la course au titre. Ayant été contraint par les problèmes de Suning de se contenter de ce qu'il avait déjà dans l'équipe, Conte a révisé son jugement et a revitalisé le joueur le plus doué techniquement de l'Inter. Eriksen quant à lui a répondu à son appel final avec les Nerazzurri en montrant enfin une attitude impliquée. Avec Ivan Perisic réalisant également sa meilleure performance de la saison, Conte a étendu sa liste de joueurs fiables à 15 ou 16, le nombre idéal lorsque vous ne jouez qu'une fois par semaine."
      "Pendant longtemps, Samir a été un excellent gardien de but dans une équipe médiocre. Le renouveau progressif du club a coïncidé avec ses premiers signes de vieillissement; pas tant les erreurs, qui arrivent à tous les âges, mais avec quelques coups il a décidé un peu prématurément qu'il n'avait aucune chance d'atteindre. Rien de trop tragique, mais le sentiment était qu'à 36 ans, il avait perdu son statut de l'une des forces de l'Inter et était devenu une faiblesse pour leur candidature au Scudetto. Handanovic a répondu à ces railleries avec trois arrêts à un moment clé du match, un match qui pourrait bien finir par être décisif dans la course au Scudetto."
      "Ils ont maintenant quatre points d'avance sur l'AC Milan, au moins cinq d'avance sur la Juventus et neuf devant la Roma."

      3 commentaires
      972 vues
    15. Beppe Bergomi: "Ivan Perisic et Christian Eriksen donnent une nouvelle dimension à l'Inter"

      Antonio Conte est sur la bonne voie pour le titre en relançant deux joueurs, selon notre ancien défenseur, Beppe Bergomi. S'adressant à Sky Sport Italia, Bergomi a voulu souligner des perfs d'Ivan Perisic et Christian Eriksen.
      "L'Inter a changé parce que quelques joueurs ont changé. Perisic et Eriksen donnent à l'équipe une nouvelle dimension, maintenant vous voyez plus de choses sur le flanc gauche. L'Inter se porte bien, mais l'important est qu'ils se défendent mieux maintenant qu'il y a quelques mois."
      "Eriksen est devenu plus important lorsqu'il défend. Maintenant, il tacle et, pendant le derby, il était dans notre surface pour dégager le ballon, ce que veut Conte. Tout le monde est mentalement sur le ballon, même Marcelo Brozovic ne bouge plus les bras. C'est une équipe mature et cela aide les joueurs à s'améliorer."
       
       
      Ne pas jouer en C1 ou C3, un avantage?
      "Ne pas être européen peut être un avantage pour les entraînements, mais j'ai toujours pris un peu plus de bouteille en jouant dans les coupes européennes. L'Inter connaît une période d'amélioration et remporte des grands matchs. C'est une équipe consciente de sa force mais la saison est très longue et chaque match doit être bien joué. Mais le match contre le Milan était une confrontation pour Scudetto et ils l'ont gagné."

      3 commentaires
      681 vues
    16. Antonio Conte: "Félicitations aux joueurs, un beau match!"

      Antonio Conte n'a pas tardé à féliciter ses joueurs après avoir remporté une victoire complète 3-0 contre l'AC Milan dans le Derby della Madonnina. Il a aussi payé tribut à Eriksen et Perisic.
       
      Congrats to my guys!
      "Les félicitations doivent aller à mes joueurs, ils sont les protagonistes d'une si belle performance. C'était un beau match et il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un derby et que le classement a ajouté une plus grande importance. Nous continuons à progresser et je suis heureux que nous nous soyons bien préparés. Nous avons su exploiter les opportunités contre une équipe très forte et je dois également féliciter Stefano Pioli et Milan pour le travail qu'ils accomplissent."
       
      Sur le match en lui même.
      "En première mi-temps, nous avons joué à un très bon niveau et avons produit de nombreuses occasions de mettre le match dans la poche. Ensuite, après la pause, nous avons pris des risques et Samir a bien joué, mais nous avons ensuite repris notre solide performance. Milan nous a aidés dans ces moments-là, mais nous étions bons."
       
      Christian Eriksen et Ivan Perisic.
      "Christian s'est rendu disponible récemment. Même Achraf Hakimi s'est retrouvé sur le banc plus tôt dans la saison alors qu'il devait apprendre les phases défensives."
      "Ivan avait du mal au début, mais il se débrouille très bien à ce poste et nous nous sommes trouvés deux nouveaux joueurs."
      "Je crois qu'un entraîneur doit améliorer tout le monde et leur faire comprendre ses idées. Nous sommes une équipe et nous avons des idées claires sur les deux phases. Je suis fier de la façon dont Perisic et Eriksen se sont améliorés. Barella est arrivé à l'Inter et s'est bien installé immédiatement. Les autres joueurs ont besoin de plus de temps, Eriksen aussi. Il a compris nos idées et il en va de même pour Perisic. L'année dernière, Perisic n'avait pas le même engagement, il a changé maintenant et aujourd'hui il a joué un très bon match sous tous les aspects. Il a un potentiel incroyable et parfois il devrait croire davantage en lui-même. Je souhaite à nouveau adresser nos condoléances à la famille de Mauro Bellugi, sa mort a été un coup dur pour nous tous."
       
      La suite contre Genoa et Parme.
      "Psychologiquement, je crains les matches contre Genoa et Parme, car ce sont des défis très difficiles. Nous devons montrer que nous avons fait le saut en termes de qualité pour rester en tête. Ces matchs nous en diront beaucoup sur ce que nous pouvons accomplir."
       
      Vers un scudetto?
      "Je pense qu'une équipe comme l'Inter avec l'histoire qu'elle a, doit toujours avoir l'ambition de gagner. Mais depuis la saison dernière, nous nous sommes toujours battus pour obtenir le maximum de résultats, nous avons terminé deuxième et sommes arrivés à la finale de la Ligue Europa. Cette année, nous nous battons pour gagner mais nous connaissons les difficultés. Nous sommes également conscients que nous nous améliorons. L'équipe s'améliore et la qualité individuelle des joueurs s'améliore, ce qui nous donne des raisons d'espérer."

      6 commentaires
      792 vues
    17. Di Biagio: "Enfin un derby où se joue le titre"

      Remarquable en 2000 avec le but victorieux et réitérant la performance l'année suivante, Luigi Di Biagio connait bien l'importance d'un derby milanais. Pour Tuttosport il revient sur le passé et en tant qu'ancien sélectionneur des jeunes de la sélection italienne, il donne son avis sur la colonie italienne au sein de l'Inter.
       
      "Oui je me souviens de ces matchs grâce aux plaisirs ressentis avec ces buts. Cependant je dois dire que le derby de 2002 où nous avons gagné 1-0 grâce à Vieri, après une belle action orchestrée par Ventola, mérite d'être mentionné en raison de l'importance de cette rencontre. Nous voulions gagner à tout prix."
       
      Quel est votre meilleur souvenir ?
      "Je suis arrivé à Milan le vendredi et j'ai fait mes débuts du dimanche, pour une vingtaine de minutes de jeu contre l'Hellas Vérone. Je suis entré sur le terrain et au premier ballon j'ai lancé Vieri pour le 3-0. Tout le stade s'est levé et un chant qui m'était dédié est naturellement parti des tribunes. Une relation incroyable est née avec les tifosi de l'Inter, quelque chose que je porterai toujours en moi. Il y a aussi d'autres buts importants et des déceptions bien sûr, comme d'être si proche de tout gagner."
       

       
      Abordons le derby de dimanche :
      "Enfin un derby où se joue le Scudetto. Au début de la saison je ne pensais pas que le Milan pouvait faire aussi bien. Même s'ils ont un coup de moins bon c'est toujours une excellente équipe. Nous verrons un grand match. Alors oui « le championnat est long » est souvent répété mais une éventuelle victoire de l'Inter, peut être avec deux buts de différence car c'est important pour les affrontements directs, donnerait un bon virage au championnat. Ce serait un gros coup."
       
      Que pensez-vous de Barella et Gagliardini ?
      "Les deux représentent le prototype du football moderne, ils savent tout faire. Ils s'intègrent au milieu et possèdent une intelligence tactique. Aujourd'hui nous parlons plus de Barella mais n'oublions pas que lorsque Gagliardini a signé, l'Inter semblait avoir les meilleurs milieux d'Italie. C'est toujours un excellent élément. Barella est-il le meilleur italien ? Pour ce qu'il montre actuellement oui. Il devra confirmer mais il triomphera certainement. Je connais le garçon et son désir de réussir, certainement parmi les joueurs les plus forts de Serie A."
       
      Un commentaire sur Bastoni ?
      "Alessandro est fantastique. A 18 ans il était déjà dans la sélection des moins de 21 ans. Je l'avais même appelé pour un stage avec les seniors quand j'étais entraineur par intérim. Je n'ai jamais eu de doutes sur lui. Il est prédestiné."
       
      Federico Dimarco fait l'actualité en ce moment :
      "Il avait besoin de temps et de certitudes. Il explosait à Parme quand est venue sa blessure. Malgré tout je l'avais appelé en championnat d'Europe alors qu'il avait très peu joué. Regardez comment il frappe. Federico comprend les trajectoires de jeu comme peu d'autres. Un arrière avec ses caractéristiques n'a pas été très bien accueilli en Italie, contrairement à l'Espagne. Je suis heureux que la vision de ce type de joueurs change. Il appartient toujours à l'Inter d'ailleurs."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      12 commentaires
      642 vues
    18. Romelu Lukaku de l'Inter: "J'ai gagné un pari avec un entraîneur des U19 après qu'il ait douté de moi"

      Romelu Lukaku a révélé qu'il avait déjà remporté un pari avec un entraîneur de l'équipe jeune après avoir douté de ses capacités de buteur.
      "Quand j'étais dans une équipe des U19, j'ai fait un pari avec l'un de mes entraîneurs. Je lui ai dit qu'avant décembre, j'aurais marqué 25 buts. Il ne m'a pas cru, alors je lui ai dit que si j'avais marqué ces 25 buts, il devrait préparer des crêpes pour tous les joueurs qui sont arrivés pour s'entraîner. Au lieu de décembre, j'avais déjà marqué 25 buts en novembre, il devait faire des crêpes pour tout le monde. Il se souvient de cette histoire encore aujourd'hui."
       Francesco Graziani a également salué l'attitude désintéressée de Big Rom pendant les matchs, ce que Lukaku a également évoqué lors d'une publicité.
      "Tout le monde joue au football, mais tout le monde n'a pas la chance de devenir le meilleur pour sa génération."
      "Si vous voulez atteindre vos objectifs, vous avez besoin d'attitude et de talent. Le talent est le moteur, l'attitude est l'accélérateur."
      Quelle belle philosophie! Reste à la mettre en pratique.

      1 commentaire
      1,2k vues
    19. Branca: "Ce groupe a juste besoin de gagner un trophée"

      L'ancien dirigeant Marco Branca a accordé un entretien pour la Gazzetta dello Sport. Il y aborde le retour au premier plan des deux clubs de Milan, en vue du derby de dimanche.
       
      "Le club a fait de son mieux pour donner le meilleur à l'entraineur après la pause du mois d'août. Maintenant, sans coupes, l'équipe est large. En ces mois étranges avec le Covid nous devons être prudents. Mais Milan n'est pas là par hasard, ils ont du jeu et de la qualité. Les deux clubs sont enfin de retour au sommet après le difficile remplacement des aux départs de Moratti et Berlusconi."
       
      Qui dans cette équipe compareriez-vous avec celle du triplé ?
      "Ne me mettez pas en difficulté. Les joueurs sont sensibles et ils ne me le pardonneraient pas... Depuis le début j'ai dit que Lukaku allait être décisif. Peut être a-t-il besoin de s'améliorer contre les grosses équipes. C'est une question de détails mais il a tout pour faire la différence. En général je pense que ce groupe a juste besoin de gagner un trophée pour acquérir la conviction nécessaire pour ouvrir un cycle. Ce n'est certainement pas un problème technique."
       
      Qui a le plus progressé parmi les joueurs ?
      "Barella, même s'il n'a pas un super physique c'est un géant. Il est parmi les meilleurs milieux d'Europe parce qu'il sait tout bien faire. Bastoni est également à un excellent niveau mais il doit acquérir plus de rythme pour passer un cap. Le temps joue pour lui."
       
      Eriksen se remet après des mois difficiles, qu'en pensez-vous ? Hakimi ? Lautaro ?
      "Le danois devait reprendre confiance en lui, il avait juste besoin d'une étincelle. Peut être est-elle venue du coup franc décisif en Coppa. Ça pourrait être le cadeau pour le Scudetto et la meilleure acquisition pour la saison prochaine. C’est un danger à chaque instant. Au contraire de Lautaro qui se complique la vie, il tente toujours le plus dur."
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      3 commentaires
      437 vues
    20. Francesco Colonnese: "La Lazio pensait nous déchirer en finale de la Coupe UEFA, puis Ronaldo - le vrai - les a calmés!"

      Francesco Colonnese apprécie toujours la façon dont les Nerazzurri ont donné une leçon à la Lazio lors de la finale de la Coupe UEFA 1998. Toujours sur Top Calcio 24, il a déclaré:
      "Nous sommes entrés dans cette finale après une amère défaite contre la Juventus à Turin, nous avions perdu le Scudetto."
      "Nous nous sommes entraînés avant la Lazio, puis nous nous sommes arrêtés pendant cinq minutes pour les regarder s'entraîner. Nous avons vu qu'ils s'entraînaient de manière très superficielle, ils formaient une équipe convaincue qu'ils pouvaient nous déchirer. Peut-être pensaient-ils que nous avions subi un coup suite à la perte du Scudetto. Ronaldo avait également lu les journaux dans lesquels les joueurs et les managers de la Lazio disaient qu'ils savaient comment l'arrêter, car cette année-là, la Lazio était la seule équipe contre laquelle il n'avait pas marqué de but. Il s'est mis en colère et a dit:
      'S'ils savent comment m'arrêter? Je m'en occuperai demain!'
      Ronaldo a dit ces mêmes mots et le lendemain, il a ridiculisé tout le monde, et si vous avez vu ce match, vous comprenez pourquoi il y a eu un bus contre lui. Les joueurs de la Lazio voulaient l'arrêter de toutes les manières, mais il était imparable. Ils étaient forts, mais nous avons gagné à juste titre. Nous avions quelque chose de plus qu'eux."
       
      Sur la rivalité Juve - Inter.
      "La grande antipathie entre la Juventus et l'Inter est née ce jour-là. Cela dure depuis 21 ans parce que cette équipe, cet entraîneur, ce groupe et ce président méritaient ce Scudetto et il nous a été arraché! Il y a donc en chacun de nous cette grosse plaie ouverte qui dure depuis des années. Je suis désolé que l'Inter ait été éliminé de la Coppa Italia par la Juventus la semaine dernière, malgré un bon match. Il vaudrait mieux jouer laid et gagner et quand cela ne se produit pas, la déception est double."
       
      Moralité 1: "Ne jamais provoquer un joueur exceptionnel."
      Moralité 2: "Le laid est beau quand il nous mène à la victoire."

      0 commentaire
      588 vues
    21. Francesco Colonnese: "Antonio Conte comprend ce que signifie Inter maintenant"

      Antonio Conte comprend maintenant ce que signifie être entraîneur à l'Inter, selon l'ancien défenseur Francesco Colonnese. Voci son interview accordée à TeleLombardia lors de du programme Top Calcio 24.
      "Conte fait partie de la Juventus et pour ceux qui ont joué contre lui, comme moi, c'est étrange de le voir entraîner l'Inter."
      "Il a fait son travail et il donne tout. Il a eu tort lors de sa première année de commenter négativement ce que faisait le club. Parce que, objectivement, l'Inter est l'Inter et il l'a compris maintenant, seulement plus tard. Maintenant, il sait ce que signifie être à l'Inter. Je n'aimais pas quand il était critique, parce que l'Inter doit être comprise, il faut comprendre pourquoi ils ne gagnent pas. Maintenant qu'il comprend ce qu'est l'Inter, je l'aime davantage. Je suis de son côté maintenant parce que la réaction, l'envie de se rebeller, vous montre que les couleurs Nerazzurri sont des couleurs différentes."
       
      Sur l'altercation Agnelli - Conte.
      "J'ai envie de rire car s'il y avait eu toutes ces caméras sur le terrain lorsque nous les avons joués il y a 22 ans, nous aurions certainement tous été suspendus (il rit, ndlr). Ce sont des scènes désagréables, certes, mais il y a une vive rivalité et puis il y a aussi le fait que Conte a quitté la Juve, donc il y a eu des désaccords entre eux. Certainement quelque chose n'était pas clair et ce que nous ne savons pas, ils le savent avec certitude."
       
      Manque d'identité Inter?
      "Pour moi, il manque dans tout le club. L'Inter a besoin de gens qui ont porté le maillot et qui savent ce que cela signifie parce que les fans de l'Inter sont différents de tous les autres, et j'ai joué dans différentes équipes. J'ai joué à Naples, à Rome, mais le fan de l'Inter est particulier et si vous perdez, il y a encore 70 000 personnes au stade. Seuls ceux qui ont joué pour l'Inter savent ce que signifie Inter. Pendant longtemps, personne n'a pu aider à transmettre la passion, le sens de l'interisme, la diversité par rapport aux autres équipes. Ce sentiment d'être pur parce que l'Inter a toujours gagné proprement. L'Inter a souffert et quand ils disent que -l'Inter ne gagne jamais-, la réponse est vraie, ce n'est pas facile de gagner à l'Inter. Vous pouvez le voir même maintenant et tout le monde le remarque. À l'Inter, ce n'est pas facile de gagner, ce n'est pas facile pour beaucoup de choses."
       
      Des noms pour cette identité?
      "Je faisais partie d'un grand Inter dans lequel il y avait des joueurs avec de la personnalité (1997-2000, ndlr). Marco Materazzi pourrait être une figure importante, Riccardo Ferri est un tempérament. Il y en a tellement qui pourraient aider comme Gianluca Pagliuca et Ivan Zamorano, qui pourraient être importants. Je suis petit par rapport à eux, mais je pourrais aider parce que j'ai construit ma carrière à partir de difficultés et je sais ce que cela signifie de jouer au Meazza et d'être apprécié par une base de fans aussi importante. Si après de nombreuses années vous êtes aimé, cela signifie que vous avez tout donné, que vous avez fait quelque chose de bien. Une charge émotionnelle doit être transmise aux joueurs et à toute personne portant le maillot Nerazzurri, même dans le secteur jeunesse. Inter doit être revitalisée, ils ont un marché cible qui a du potentiel."

      4 commentaires
      426 vues
    22. Johan Vanheusden: "Zinho sera beaucoup plus fort qu'avant"

      Zinho Vanheusden est actuellement absent des terrains après sa grave blessure fin octobre dernier. Son père Johan s'est exprimé en exclusivité pour fcinternews.it et donne des nouvelles du jeune défenseur.
       
       
      Comment va Zinho ?
      "Il s'entraine depuis trois mois environ, à peu près 5-6h par jour à Anvers dans le centre Lieven Maesschalck. De nombreux footballeurs et athlètes professionnels viennent ici pour récupérer de blessures. Cela se déroule très bien en tout cas. M. Lagae est le professionnel que lequel nous nous appuyons. Il a collaboré et fait partie de l'équipe médicale de l'Inter depuis que la première opération de mon fils en 2017. C'est le meilleur, le numéro un pour ce type de chirurgie. Zinho est très bien parti et nous pouvons même anticiper les 6-7 mois attendus pour une récupération totale. Il prend les journées une à la fois et à son retour, il sera beaucoup plus fort qu'avant."
       
      Zinho a été très malchanceux avec la même blessure mais sur les deux genoux : (rupture des ligaments croisés)
      "Il allait bien et il allait certainement retourner en sélection belge. N'oublions pas qu'il a été nommé capitaine du Standard à 20 ans. Trois jours après la rencontre contre le Benfica il a eu cet incident contre Ostende. Son genou a tourné de manière anormale."
       
      Pensez-vous qu'il pourra être de retour à temps pour l'EURO ?
      "Bien sûr c'est possible. Mais pour lui la priorité doit être de récupérer à 100%, ensuite nous verrons ce qui se passe."
       
      Alexandre Grosjean a annoncé que Zinho reviendra à l'Inter. Etes-vous heureux pour votre fils ?
      "S'il restait un an de plus au Standard je serais heureux de toute façon. Mais je suis certain que s'il va bien physiquement, c'est à dire à 100%, il sera prêt pour l'Inter. Tout dépendra des décisions de M. Ausilio. Nous croyons en lui à mille pour cent."
       
      Il continue de rêver de jouer pour l'Inter ?
      "Il regarde toutes les rencontres et il suit l'équipe partout, donc je dirais que oui c'est toujours son rêve. Mais peut être que pour lui, au moins la saison prochaine, il serait peut être plus sage de faire partie d'une équipe qui lui permette de jouer régulièrement, après sa blessure de cette année."
       
      Zinho a dit qu'il parlait beaucoup à Lukaku. Ce dernier l'attend à bras ouverts :
      "Lukaku est un excellent exemple pour mon fils. Depuis qu'ils se sont rencontrés en équipe nationale, il apprend beaucoup de lui en particulier sur le côté mental dans le monde du football."
       
      Et vous, vous suivez l'Inter ?
      "J'espère qu'ils pourront gagner le Scudetto. Ils le méritent, c'est un club de classe mondiale. Quand Zinho a remporté le championnat avec la Primavera, marquant le but du 2-1 contre la Fiorentina, il a vu à quel point cela pouvait être formidable. Depuis il a été infecté par le gène de l'Inter, il persiste en lui."
       
       
       
      ®gladis32 – internazionale.fr

      8 commentaires
      852 vues
    23. Diego Jr: "Diego savait qu'ils laisseraient la Juventus gagner contre l'Inter en 2018"

      La défaite controversée de l'Inter face à la Juventus en 2018 a été regardée avec horreur par feu Diego Maradona, a révélé son fils, Diego Jr, sur Canale 8.
       
      Maradona était loin d'être impressionné par le mauvais arbitrage de Daniele Orsato qui n'a pas expulsé Miralem Pjanic après un tacle sévère sur Rafinha. De plus, il n'était pas du tout surpris de voir les Bianconeri obtenir une décision favorable dans un match décisif pour le titre.
      "J'ai vu ce match avec papa à Dubaï. La Juventus était surclassée, mais quand Pjanic est resté après son tacle sur Rafinha, il s'est tourné vers moi et m'a dit:
      'Tu verras, maintenant ils vont trouver un moyen de les laisser gagner.'
      Et ce fut ainsi. Je ne pouvais pas y croire, Diego a vu des choses avant nous. Nous sommes des humains et il venait d'un autre monde."
      S'il est vrai que Diego Maradona venait d'une autre planète, nous pouvons également dire qu'il avait l'habitude de ce genre de décisions.

      7 commentaires
      1,1k vues
    24. Stankovic: "J'espère fatiguer le Milan"

      326 rencontres, quinze trophées et 42 buts sous le maillot : Dejan Stankovic, entraineur de l'Etoile Rouge de Belgrade affrontera demain l'AC Milan en Europa League. Il s'est entretenu au micro de la Gazzetta dello Sport.
       
      Comment abordez-vous cette confrontation ?
      "Nous sommes sur deux victoires de suite à l'extérieur. Je dirais que nous sommes en bonne condition grâce aux deux voyages à Chypre et en Turquie, qui nous ont permis de déconnecter et de se ressourcer pour la seconde partie de la saison."
       
      Quels sont les dangers du Milan, qui subit un peu ces derniers temps ?
      "Leur façon de jouer est directe et ils ont certaines individualités. Je pense à Leao, Rebic, Catillejo, Zlatan, Calhanoglu. Kessié qui est une machine de guerre mais surtout à Théo, aussi décisif que Maicon l'était avec nous dans la saison du triplé. C'est une longue route et il est normal de se tromper dans un match. Ils ont beaucoup joué et je ne suis pas présomptueux, nous allons faire face à une équipe coriace et de qualité, menée par un excellent coach. Pioli récolte les fruits d'un travail qui a commencé juste au moment où les dirigeants souhaitaient le remplacer."
       
      Surpris par Ibrahimovic ?
      "Le connaissant bien, pas du tout. C'est un professionnel exemplaire, qui est exalté quand le niveau monte. Par conséquent il élève celui de ses coéquipiers."
       
      N'est-ce pas mauvais signe pour la Serie A cependant ?
      "Les carrières s'allongent. Messi est toujours Messi à son âge. Ramos, bien qu'il soit défenseur, fait toujours la différence au Real Madrid. Quand la qualité est là les années ne comptent pas."
       

      Près de onze ans depuis le dernier titre de l'Inter :
      "Maintenant elle est maitre de son destin et l'absence de coupes est un avantage. J'espère que nous lui rendrons un Milan fatigué."
       
      Dans votre carrière vous avez travaillé avec de grands noms :
      "Jose, Mancio, Sinisa, Eriksson, Zaccheroni... Je tente de voler quelque chose à chacun mais les copier est impossible. Chacun doit avoir une identité précise. Je crée la mienne."
       
      Que pensez-vous de Conte ?
      "C'est un dur à cuire et il ne laisse rien au hasard. Je l'aime bien. Et je suis content aussi pour Eriksen, il avait peu de temps de jeu mais il peut faire la différence. Il a deux pieds merveilleux."
       
      A Milan les Stankovic ne manquent pas...
      "Je suis heureux pour Filip qui s'entraine en équipe première aux côtés d'Handanovic, son idole. Il apprend tous les jours. Et il y a aussi Aleksandar, 15 ans. Dans le football l'engagement personnel est nécessaire, les dons n'existent pas, il faut travailler. Mais ils doivent d'abord devenir de bonnes personnes."
       
      Un rêve à réaliser ?
      "Je suis un enfant de l'Etoile Rouge, l'entrainer est un privilège. Je vais tout donner. Je ne fais pas de pronostics mais retourner demain à la Lazio ou à l'Inter serait clôturer un magnifique cercle."
       
       
      ®gladis32 – internazionale.fr

      13 commentaires
      1,5k vues
    25. Karl-Heinz Rummenigge: "Je ne pourrais jamais travailler à la Juventus, mon cœur bat pour l'Inter"

      L'amour pour l'Inter de Karl-Heinz Rummenigge reste plus fort que jamais après son passage dans le club il y a 30 ans. 
       
      L'ancien attaquant, qui est maintenant directeur général du Bayern Munich, a passé trois saisons chez nous au milieu des années 1980 (1984-1987), marquant 42 buts en 107 apparitions. Lorsque le Corriere della Sera lui a demandé s'il pourrait un jour rejoindre la Juventus dans un rôle de direction, Rummenigge a donné une réponse très claire:
      "Ma philosophie est que si vous avez joué pour l'Inter, il est impossible d'aller à la Juventus. Vous n'avez qu'un seul cœur."
      Toujours au Corriere della Sera, KHR a déclaré que l'Inter est la mieux placée pour remporter la Serie A cette saison.
      "Le derby est spécial. J'ai également marqué un très bon et important but dans un derby milanais en mars 1985, qui s'est terminé par un 2-2. Le derby de Milan est le match le plus important de la saison et c'est d'autant plus vrai maintenant."
      "J'espère que l'Inter pourra gagner cette fois. Ils ont les meilleures chances pour remporter le Scudetto et c'est à eux de continuer ainsi. L'Inter me semble l'équipe la plus solide de la Serie A. Ils jouent bien et gagnent et ils ne perdent jamais des matchs étranges comme ils le faisaient dans le passé. L'important est qu'ils ne soient pas trop euphoriques, la route est longue."
       
      Côté Juventus, son président est revenu sur les incidents avec Conte. Lors du Tapiro d'Oro (Tapir d'or - un prix satirique hebdomadaire remis par l'émission de télévision Striscia La Notizia à des célébrités humiliées ou vaincue), il a déclaré:
      "De temps en temps, la passion dans notre travail nous amène à aller au-delà des règles dictées par les bonnes manières. Les choses avec Conte se sont bien terminées. C'étaient des gestes d'affection…"
      Ben voyons... ceci explique cela?
       
       

      2 commentaires
      534 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles