Aller au contenu
  • Interviews


    1690 articles dans cette catégorie

    1. Bonolis: "L'Inter a besoin d'un trequartista. Le Scudetto? Il faut y croire."

      Interviewé par FootballNews24, Paolo Bonolis, animateur TV et supporter de l'Inter, s'est exprimé sur l'actualité interiste entre autres:
      "N'importe quel supporter, à par peut-être ceux du Napoli, pouvaient espérer mieux de leur équipe. L'Inter a eu des débuts difficiles, dus notamment à des absences importantes comme Lukaku qui apporte de la fraîcheur et du physique sur le terrain. Avec le championnat qui a commencé en plein mercato, les questions Skriniar, De Vrij et même Gosens ont perturbé. Les choses se sont remises en place par la suite? L'Inter joue bien et arrive à obtenir des résultats satisfaisants, on s'attendait à mieux avant mais toutes les équipes n'ont pas le même type de démarrage". 
       
      L'Inter est de retour à votre avis? 
      "A mon avis l'Inter s'est réveillée et commence à produire des performances dignes de l'effectif. Chaque fois que l'on compare Inzaghi à Conte, il faut se rappeler que le second avait la possibilité de jouer des contres fantastiques avec des flèches comme Lukaku, Hakimi et Perisic. La saison passée Inzaghi n'avait qu'un des trois et cette saison aucun d'eux n'est encore au club. L'équipe est différente donc c'est inutile de les comparer. L'effectif est excellent, avec des joueurs interchangeables et il me semble qu'avec Calhanoglu devant la défense à la place de Brozovic, il y ait un nouvel équilibre dans l'équipe. L'Inter va mieux. A la base de tous les ennuis, il y a les problèmes économiques et si ceux-ci arrivent à être résolus, on reverra des mercato de qualité que la famille Zhang pouvait se permettre avant les restrictions de la politique économique chinoise".
       

       
      Le Napoli a pris le large mais avec la trêve pensez-vous que l'Inter peut penser au scudetto? 
      "L'Inter doit avoir l'ambition de gagner le scudetto. 11 points peuvent être récupérés de la même manière qu'ils peuvent être perdus et il n'est pas dit que les équipes de tête n'auront pas leurs petits moments de difficultés dont il faudra profiter. Il y a encore 69 points à distribuer et tout peut arriver. L'Inter doit encore jouer ses deux confrontations contre Naples, qui de leur côté, ont des fois pu s'en sortir avec les trois points grâce à de petits moments de chance comme cela arrive de temps en temps. Les victoires contre Roma, Lazio et Milan ont été favorisées par des épisodes qui, et j'espère que les supporters du Napoli ne m'en voudront pas, pourraient tourner en faveur des autres équipes dans de futurs matches".
       
      En terme de mercato, où pensez-vous que les dirigeants devraient intervenir?
      "C'est difficile de penser à cela. L'Inter a un bon effectif donc l'entraîneur est toujours dans l'embarras au moment de faire du coaching en cours de match. Si Gosens devait s'en aller, j'ai entendu dire que nous sommes entrain de négocier un jeune espagnol, ils sont aussi entrain de traiter Alcaraz, un milieu argentin en cas de départ de Gagliardini et il y aura aussi le retour de Lukaku. Je pense, cela dit, que l'Inter pourrait s'efforcer à se chercher un trequartista, celui qui casse les lignes et qui permet d'être en supériorité numérique par ses dribbles. Je pense que c'est ce genre de joueurs qui manque dans l'effectif, mais bon, on est toujours forts pour indiquer aux autres ce qui leur manque". 
       

       
      A propos de Lukaku, que pensez-vous de son retour? Et qui préférez-vous entre lui et Dzeko pour accompagner Lautaro?
      "Ce sont deux profils différents. Lukaku et Dzeko sont les deux seuls joueurs qui ne sont pas interchangeables à l'Inter. Dzeko fait de bons matches, il est élégant, utile, important, il marque et crée aussi du jeu malgré son âge. Vu les 37 ans , lui faire jouer tout le temps 90 minutes peut sembler trop. Avoir Lukaku permettrait de pouvoir changer en cours de match et faire reposer l'un ou l'autre. Ce sont deux joueurs différents. L'un est plus un joueur de profondeur tandis que l'autre est plus performant dans l'intelligence tactique, la vision de jeu ou encore la capacité à protéger son ballon. Mais je le répète vu l'âge du bosnien, un temps de jeu trop élevé peut se révéler néfaste à prendre en considération avec un Lukaku plus jeune et que nous espérons juste en meilleure santé à son retour".
       

       
      Deux questions, qui est votre joueur préféré actuellement? Et dans le passé ? 
      "Dans le passé, j'ai eu beaucoup d'affection pour un grand nombre de joueurs. Evidemment, je pense d'abord à Zanetti mais le joueur que j'ai le plus aimé pour son jeu sur le terrain c'était Cambiasso, un excellent joueur selon moi, il marquait, récupérait des ballons, était intelligent tactiquement, je l'aimais beaucoup comme tous les autres héros du Triplé. Un peu comme Altobelli, Rummenigge et surtout Ronaldo qui, malheureusement, malgré tout le spectacle qu'il offrait, n'a pas performé autant qu'il aurait pu à l'Inter à cause de ses blessures. Il y a aussi Vieri, un autre joueur qui a beaucoup donné et qui devait former avec Ronaldo un duo de folie. Malheureusement à cause des blessures du brésilien, ils n'ont pas pu beaucoup jouer ensemble".
      "A l'Inter, il y a une histoire quasiment infinie de joueurs aimés de tous ceux qui supportent l'équipe. Actuellement, je trouve Dzeko particulièrement important sur le plan de l'intelligence de jeu et Lautaro très disponible, il se dépense pendant 90 minutes à chaque match. Ils me plaisent un peu tous, disons, par contre je peux dire qu'il y a deux joueurs qui me plaisent beaucoup moins, l'un c'est Dumfries qui se donne toujours sur le terrain mais me semble toujours un peu timide et qui, à mon avis, doit encore progresser sur le plan tactique et technique pour évoluer à ce niveau. L'autre c'est Correa qui est par contre très technique mais à qui il manque de la régularité". 
       
      Internazionale.fr ~© Samus

      6 commentaires
      1,4k vues
    2. Beppe Marotta : "La Serie A a besoin de fonds étrangers. La Super League ? Un cri d'alarme"

      Beppe Marotta a pris la parole lors de la présentation du nouveau livre de Marco Bellinazzo, "Les nouvelles guerres du football". Parmi les sujets abordés, la possibilité de trouver de nouveaux formats au niveau européen.
       
      "La Super League a pris un départ embryonnaire, plusieurs équipes de Premier League se retirant immédiatement. Ce n'est rien d'autre qu'un cri d'alarme. Aujourd'hui avec trois entreprises restantes avec des concepts clairs : la recherche de la durabilité, avant tout, mais aussi de la compétitivité. Cette Super League est née dans un modèle européen où à part la Premier League tous sont en difficulté. L'exception notable est le modèle allemand qui a des règles très particulières en matière de propriété : il y a une union forte entre la population et les clubs de football. Ce sont des modèles qui tiennent encore, alors que l'Italie, l'Espagne et la France sont en grande difficulté. Tout tourne autour du spectacle : s'il est pauvre, vous n'allez pas le voir, c'est aussi vrai dans le football qu'au cinéma ou au théâtre. Vous payez le ticket s'il y a une implication affective et émotive : la foi en l'équipe est un dogme, le vrai fan vous suit même si vous allez en C, mais la plupart des fans sont des fans de deuxième niveau, c'est-à-dire ceux qui veulent participer au spectacle. Nous devons rechercher la durabilité et un modèle d'organisation dans lequel il peut également y avoir des investissements étrangers, ce qui est nécessaire. Mais si les fonds arrivent c'est qu'ils rapportent du cash : ça veut dire qu'on n'en a pas aujourd'hui."
      "Il faut se souvenir de ce qu'est l'équipe de football. C'est une entreprise privée d'utilité publique. Aucun client fait pression sur les fabriques de bouteilles d'eau ou de biscuits. Dans le football, nous sommes soumis à des procès tous les dimanches. Et ils conduisent à deux situations : au fil des années, dans les années 1980 et 1990, de nombreuses propriétés sont tombées faute de pouvoir résister à la pression des fans et ont vendu une grande partie de leurs actifs pour suivre le rythme. Aujourd'hui, si nous prenons une centaine de fans et leur demandons s'ils veulent un club en bonne situation financière mais cinquième-sixième ou un gagnant avec de gros problèmes de budget, 90 sur 100 prendrait le dernier. Cela fait partie d'un processus culturel pour lequel nous ne sommes pas prêts. Nous n'avons pas la culture de la défaite car pour nous c'est un drame alors ce n'est pas comme ça à l'étranger. Ce n'est pas un hasard si en Italie les équipes avec le chiffre d'affaires le plus élevé ont gagné ces dernières années."
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      0 commentaire
      343 vues
    3. Kristjan Asllani: "Satisfait de mon temps de jeu jusqu'à maintenant. Je peux apprendre auprès de joueurs comme Brozovic et Calhanoglu"

      De nationalité albanaise mais ayant grandi en Toscane, Kristjan Asllani ne cache le fait que le match qui opposera sa sélection albanaise à celle de l'Italie sera un match spécial pour lui, le "match du coeur".
      En conférence de presse depuis le ritiro de la sélection des Kombetare, le milieu de terrain de l'Inter le déclare ouvertement:
      "C'est sûr que ce sera un match spécial pour moi vu que je vis en Italie depuis que j'ai deux ans. J'y ai beaucoup d'amis et j'espère que le match se passera bien. Nous savons que ce sera difficile contre l'Italie mais nous essayerons de donner du plaisir à nos supporters".

      Il révèle ensuite que ses coéquipiers nerazzurri l'ont questionné au sujet de cette rencontre.
      "Non je ne dirai pas harcelé, mais ils m'ont posé beaucoup de questions, ils voulaient savoir où ils seraient logés, ce genre de choses... .Nous avons beaucoup parlé du match et je suis très pressé d'y être. L'Italie a un bon niveau mais nous essaierons de faire notre match. Nous avons nos qualités, un groupe uni et on sait que quand on ne gagne pas, on s'expose à des rumeurs et des jugements. Nous devons continuer à bien travailler ". 
      L'objectif reste la qualification au prochain Euro en Allemagne. 
      "Il se pourrait que ce soit l'équipe nationale d'Albanie la plus forte, nous avons de bons joueurs, techniques. Nous avons de bonnes chances de nous qualifier".  

      Asllani a ensuite un peu parlé de ses premiers pas à l'Inter en partant notamment du raté au Camp Nou contre le Barca:
      "C'est normal que ça me trotte dans la tête, mais mes coéquipiers m'ont réconforté. J'ai eu une occasion de marquer un but historique mais à la fin l'important est que nous nous sommes qualifié en huitièmes. Je suis encore jeune, j'ai devant moi des joueurs comme Marcelo Brozovic et Hakan Calhanoglu, je peux énormément apprendre à leurs côtés. Je suis content de mon temps de jeu jusqu'à maintenant, ce n'était pas évident".
       
       
       
      Internazionale.fr ~ © Samus

      3 commentaires
      783 vues
    4. Simone Inzaghi : conférence d'après match contre l'Atalanta

      Simone Inzaghi a déclaré que la victoire contre l'Atalanta était importante après que l'équipe n'ait pas abordé le match de la meilleure façon. Voici ses interviews accordées à Sky Sport Italia, Inter TV, DAZN ainsi que la conférence officielle.
       
      Sky Sport Italia
      Mauvaise entame. Victoire importante ?
      "Très importante. Il intervient avant le Mondial et dans une période où, dans les sept derniers matchs de championnat, nous en avons remporté six. Ici à Bergame toujours des matchs difficiles. Nous avons mal abordé le match, encaissant un but sur une de nos erreurs, mais ensuite nous avons bien fait en égalisant et très bien joué en deuxième mi-temps."
      Par rapport à l'année dernière, comment vous vous situez ?
      "L'an dernier, à ce stade, nous avions quatre points de plus. Maintenant, Naples maintient un rythme difficile, mais il faut continuer comme lors de la dernière période. Aujourd'hui, nous avons gagné en équipe, nous savions l'importance du match."
      Sale victoire ?
      "Vous ne pouvez pas encaisser de but sur un corner. Mais le problème est que tout le monde piétine sauf le Napoli. Le championnat est long, il reste 23 matchs à disputer et nous avons 45 jours pour rattraper tout le monde et corriger les défauts."
      Comment allez vous gérer cette période ?
      "C'est une chose nouvelle pour tout le monde, cette longue pause. Nous allons continuer à travailler cette semaine avec ceux qui restent, pas si nombreux. Ensuite, on fera cinq ou six jours à Malte avec deux matches amicaux et puis les joueurs de la Coupe du monde reviendront. Espérons-le le plus tard possible car cela signifiera qu'ils seront loin dans la compétition."
      "On a pesé les différentes hypothèses, mais beaucoup iront en équipe nationale, même ceux qui ne feront pas la Coupe du monde. Donc, ceux qui restent à Appiano travailleront et ensuite nous nous reverrons tous le 2 Décembre, d'abord à Appiano puis à Malte."
      Belle performance de Dzeko ?
      "C'est une grande valeur ajoutée. L'année dernière, nous avons été confrontés au départ de Lukaku et le premier nom que j'ai mentionné était Dzeko."
       
      Conférence officielle
      "En plus de parler, nous devons faire. Nous avons gagné six de nos sept derniers matches, nous devons nous améliorer mais ce ne sera pas facile. Notre désir est de toujours nous améliorer et de travailler pour le faire chaque jour, en maintenant mentalement un environnement propre comme nous avons toujours su le faire."
      "Nous avons eu une phase de groupes de Ligue des champions extraordinaire et nous avons quatre points de moins qu'au même moment la saison dernière, avec le même nombre de victoires mais plus de buts encaissés. Maintenant, nous devons nous améliorer et travailler sur nous-mêmes dans la deuxième partie de la saison. Nous jouons toujours pour gagner, alors personne n'aurait pu penser que Naples aurait une saison comme celle qu'ils ont."
      "J'accepte toujours les critiques constructives. Une personne ne devrait jamais s'arrêter pour s'améliorer et nous, avec le staff, le faisons régulièrement. Nous aurions dû avoir plus de points."
      "J'avais des doutes quant à savoir s'il fallait ou non commencer avec Brozovic aujourd'hui, c'est son rôle. Nous avons Asllani qui m'a fait réfléchir au vu des résultats et j'ai décidé d'aller avec le joueur le plus expérimenté de Calhanoglu. Maintenant, nous allons mettre les joueurs dans leurs bons rôles, Brozovic aidera Asllani et nous avons quatre mezz'ale."
       
      Inter TV
      "L'espoir est qu'ils reviennent frais. Maintenant que les joueurs partent pour la Coupe du monde, je souhaite qu'ils reviennent le plus tard possible car cela signifierait qu'ils auraient beaucoup progressé avec leurs équipes nationales. J'espère les avoir tous dans le meilleur état possible. Mis à part Lukaku, nous avons dû nous passer de D'Ambrosio ainsi que de Darmian, et ce sont tous des joueurs importants pour nous."
      "Un match important gagné malgré des périodes de souffrance, comme à chaque match. Nous n'avons pas bien abordé le match pendant les 25 premières minutes, ce qui est également dû au fait que nous étions face à un adversaire fort, bien entraîné et fort physiquement. Nous avons bien joué et resté dans le match. Nous avons ensuite égalisé puis de gagné à juste titre. En deuxième mi-temps, il y avait plus de mobilité de notre part, nous avons fait mieux techniquement."
      "Nous avons très bien fait en Ligue des champions, nous avons perdu trop de points en championnat. À ce stade de la saison dernière, nous avons quatre points de plus que maintenant, à seulement deux points de la première place. Nous parlons d'un championnat équilibré mais nous n'avons qu'à nous regarder dans la glace. Si nous faisons cela, nous voyons que nous avons remporté les six derniers des sept derniers matchs que nous avons joués. Nous savons que nous pouvons continuer à nous améliorer."
       
      DAZN
      "Je m'attendais absolument à une saison comme celle d'Edin. C'est un grand joueur qui aide l'équipe dans les deux phases de jeu, il a offert une belle valeur ajoutée et le fait toujours. Je prolongerais absolument son contrat mais ces questions ne sont pas celles que vous devriez me poser. J'ai de grands managers avec les connaissances qui savent quelle est la meilleure chose à faire."
      "Les deux derniers matches, notre approche était mauvaise, aujourd'hui nous avons joué contre une grande équipe d'Atalanta, nous avons beaucoup souffert dans les 25 premières minutes, puis nous avons égalisé et les choses se sont améliorées. C'est une victoire importante, notre sixième victoire sur nos sept dernières. Il faut continuer comme ça, comme les autres équipes."
      "La saison dernière, à ce stade, nous avions 34 points avec quelques buts encaissés en moins, et nous étions troisièmes derrière Naples et le Milan. La Serie A va dans une direction différente pour tout le monde sauf pour Naples, où tout le monde, y compris nous, a eu des dérapages."
      "Sur nos sept derniers matchs, nous en avons gagné six, nous devons continuer comme ça. Nous savons que venir à Bergame n'est jamais facile, nous avons surmonté de nombreux obstacles aujourd'hui. Nous avons encaissé deux buts. Je préfère concéder lorsque votre adversaire crée des jeux dangereux. Le premier sur penalty qui n'aurait jamais dû être concédé et le second sur corner."
      "D'habitude, nous abordons mieux ces matchs, mais nous ne l'avons pas fait contre Bologne et l'Atalanta. Aujourd'hui, il faut rendre hommage à l'Atalanta qui nous a fait jeu égal sur le terrain. Nous étions lents et commettions des erreurs techniques. Je voudrais rejouer les cinq matches que nous avons perdus. La saison dernière, nous avons eu quatre nuls et une défaite, c'est la principale différence par rapport à la saison dernière."
       
      Traduction alex_j via FCInternews et Sempreinter.

      2 commentaires
      634 vues
    5. Simone Inzaghi : Conférence d'avant match contre l'Atalanta

      A la veille du match face à l'Atalanta, Simone Inzaghi s'offre aux micros d'Inter TV pour l'interview d'avant-match.
       
      Face à face sur un terrain difficile, qu'est-ce qui fera la différence demain ?
      "Nous savons que le match sera difficile. La différence se fera par la motivation que les équipes mettront sur le terrain. Nous avons eu trois jours pour le préparer au mieux."
      Ne pas gagner une confrontation directe, était-ce une question de manque de caractère ou de mentalité ?
      "Disons que c'est quelque chose qui manque clairement en championnat. Il faut sans doute travailler davantage sur le moment. On y travaille alors qu'en Ligue des champions on a réussi à limiter ce problème. Demain nous espérons que ce sera la première fois."
      Y a-t-il des corrections auxquelles vous avez pensé ? Peut-être une attitude plus prudente ?
      "Nous irons sur le terrain pour gagner chaque match. Bien sûr, après la Juventus, il y a eu deux jours d'analyse, puis il y a eu l'excellent match contre Bologne. Mais il ne faut pas regarder en arrière, regardons le match très difficile demain à Bergame."
      Les deux défaites de suite de l'Atalanta augmentent-elles le risque pour demain ?
      "Oui, mais quelles que soient les défaites, l'Atalanta est une équipe bien organisée, avec ses propres principes. Nous savons que nous trouverons un adversaire qui a une grande détermination donc nous devrons faire de notre mieux."
      Le regret est de se demander où en serait l'Inter avec Lukaku. Mais y a-t-il un reproche que vous feriez à l'équipe ou à vous-même pour quelque chose qui n'a pas été fait et qui aurait pu améliorer la situation ?
      "Eh bien, disons qu'en championnat, à part le Napoli qui fait quelque chose d'extraordinaire, toutes les autres équipes ont fait match nul. Toutes ont fait des erreurs et perdu des points importants, même nous dans les top-spiel. C'est quelque chose que nous essayons d'améliorer."
      Y a-t-il des inquiétudes que Lukaku pourrait forcer pour la Coupe du monde ? Peut-il encore y avoir des problèmes ?
      "Mais non, je suis content que trois attaquants sur quatre aillent à la Coupe du monde. Il y a une grande confiance pour tout le monde. Romelu avait très envie de revenir pour les derniers matchs avec nous, il a réussi à faire deux tirs mais a connu un ralentissement. En se remettant progressivement, je lui souhaite, ainsi qu'aux autres attaquants qui iront à la Coupe du monde, de très bien jouer et de revenir ici en bonne forme."
      Quelle note attribuez-vous à la première partie de saison ?
      "De toute évidence, nous avons fait un travail exceptionnel pour la Ligue des champions. En Serie A, nous devions et aurions pu faire mieux. Demain sera le 15e match, nous avons laissé des points à cause de nos erreurs ou d'autres facteurs. Mais nous devons nous devons progresser de match en match."
      Pas de match nul pour l'instant en championnat, comment expliquez-vous ?
      "Nous sommes une équipe qui joue toujours pour gagner, il y a probablement certains matches où c'est le fruit du hasard. Le seul nul était celui de Barcelone, très important mais où peut-être nous aurions mérité quelque chose de plus."
       
      Traduction alex_j via le site officiel. 

      0 commentaire
      602 vues
    6. Remo Ruffini PDG de Moncler : "Steven Zhang fait du bon travail ! Inzaghi ? Un créateur élégant !"

      Remo Ruffini, fan de l'Inter dans l'âme et partenaire du club depuis 2021, s'est confié à La Gazzetta dello Sport sur sa relation avec l'Inter.
       
      Docteur Ruffini, que représente cet anniversaire pour vous et quel est l'enjeu des 70 prochaines années ?
      "Moncler est née en 1952 du lien avec la montagne, et ces 20 dernières années, elle est venue avec bonheur en ville. Maintenant que nous célébrons dans un monde modifié, aujourd'hui dans le luxe, le consommateur veut plus une expérience qu'un produit. L'enjeu du futur sera de transformer ce que l'on vit en magasin ou au stade en digital. Ou, qui sait, dans le métaverse."
       
      Le mot luxe renvoie peut-être à un univers exclusif : comment se conjugue-t-il avec le football, inclusif et populaire par définition ?
      "Qu'est-ce que Moncler a à voir avec le football ? Peut-être rien ! Mais l’évolution des différentes cultures génère des émotions. Alors pour exister, le luxe doit être de plus en plus inclusif. Entre autres choses, j'ai toujours vu l'Inter comme une marque sophistiquée, différente des autres équipes, mais cela reste un club qui unit, inclut, amène 80 000 personnes au Meazza."
       
      Que signifie "Inter" pour vous ?
      "Une énorme passion jusqu'à 25 ans, puis j'ai eu moins de temps... Je suis lié à la mémoire d'Altobelli et de Rummenigge: beaucoup de footballeurs de ces années vivaient dans ma région, près du lac de Côme. Je les ai surpris dans un restaurant qui était un vrai repaire de supporters de l'Inter."
       
      Comment est née cette doudoune ?
      "Pour être pertinent dans le monde numérique, il faut avoir des expériences physiques importantes, comme celle-ci: ce sera agréable de voir les joueurs arriver avec ce vêtement. Je l'ai dessiné moi-même et c'était un retour aux passions de la jeunesse. J'ai repensé à la voix de Ciotti et Ameri à la radio et à moi-même, 18 ans, avec la porte ouverte pour écouter l'Inter..."
       
      L'événement tombe le jour où l'Inter affronte Bologne, cauchemar de l'an dernier...
      "Et je retourne au stade après le derby du doublé de Giroud... On espère que cet événement nous fera oublier les mauvais souvenirs du Scudetto perdu et aidera à surmonter même la défaite avec la Juve."
       
      Parlez-nous un peu de votre relation avec le président Steven Zhang.
      "Nous nous sommes rencontrés lors d'un de nos événements, il portait une Moncler il y a deux ans. Il adorait déjà la marque à l'époque ! Au fil du temps, une relation est née plus de collaboration et d'amitié que de sponsoring. On est au bord du terrain, on sent l'odeur de l'herbe sans y entrer. Steven est aussi à un carrefour de cultures, certainement pas facile. Il est curieux, passionné de mode et d'Italie, mais il vient d'un autre monde. Il est entré dans une industrie difficile et était doué pour gagner. Donner de la valeur."
       
      Vous attendez-vous à une présidence à long ou à court terme ?
      "Je dirai simplement qu'il a fait un excellent travail. S'il reste longtemps, on ne peut qu'être heureux : à part quelques défaites cette année, les résultats sont au rendez-vous."
       
      Un entraîneur sur le terrain dessine une équipe comme un costume : quel genre de créateur est Inzaghi ?
      "C'est un homme élégant, il aime beaucoup le beau jeu. Après tout, chaque entreprise a toujours deux moyens : soit vendre de quelque manière que ce soit, soit essayer de le faire en divertissant le consommateur. Bien sûr, nous devons tous apporter les résultats aux investisseurs, mais j'aime ceux qui recherchent la beauté. Et j'aime une équipe avec des joueurs profondément Inter, comme Dimarco, Bastoni et Barella : ils représentent le mieux la marque Inter, l'identité profonde. Ce sens de la famille qui fait la différence dans une entreprise."
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      1 commentaire
      981 vues
    7. Simone Inzaghi : Conférence d'avant match contre la Juventus

      Juventus-Inter est un carrefour fondamental pour nous. Il faut gagner pour ne pas perdre du terrain de le top avec l'espoir de récupérer des points avant la trêve de la Coupe du monde. Voici les mots de Simone Inzaghi lors de la conférence de presse avant le match contre les Bianconeri.
       
      "On sait ce que représente le match, le derby est très important pour nos supporters et notre club. La Juve est en aussi bonne santé que l'Inter Milan, ils ont gagné 4 des 5 derniers matchs. On va retrouver une équipe en convalescence dans un stade chaleureux. Mais on va y aller pour jouer notre jeu avec une grande concentration."
      Qui perd est hors pour le Scudetto?
      "Demain ce sera un match très important, il reste encore 25 matchs à faire. Il y aura une pause, puis on reviendra avec plus d'un groupe disponible, on connaît l'importance du match de demain."
      Qui est le favori demain ? 
      "Cette année, nous avons souffert dans les affrontements directs. Le dernier avec la Roma. Nous avions montré que nous nous rétablissions. Nous avons eu des affrontements avec le Bayern et Barcelone avec des résultats différents. la Juve est en bonne santé mais nous aussi. Nous avons eu des chemins différents en Ligue des champions mais on la respecte et on respecte la force de cette équipe. Ils ont de la qualité même chez les jeunes joueurs, on a beaucoup de respect mais pas de peur."
      Toujours sans Lukaku : y a-t-il des mises à jour ?
      "Sans Lukaku, sans D'Ambrosio, avec Bastoni à évaluer car il avait de la fièvre ce soir. Il ne s'est pas entraîné aujourd'hui, voyons s'il faut le mettre ce soir ou demain. Un entraîneur veut avoir toutes les flèches. Il y a des difficultés pour Lukaku à cause de cette cicatrice. La semaine prochaine il refait un examen, cette fois je pense qu'il ne peut pas récupérer pour le dernier match. Désolé pour le garçon, malheureusement on ne peut pas l'utiliser. On va l'attendre après la pause, il peut nous donner un super coup de main."
      Top défense de la Juve : comment l'attaquer ?
      "Il va falloir avoir de la mobilité, ils ont d'excellents défenseurs, c'est la meilleure défense d'Italie, il va falloir être bon pour faire une bonne possession de balle, ils défendent bien en équipe."
      Allegri dit de l'Inter favorite pour le Scudetto : comment évaluez-vous ces mots ?
      "Chacun a son opinion, j'ai dit ce que je pensais de la Juve, ils ont une équipe 1, ils ont une équipe 2 très forte. Ils lancent de jeunes joueurs à répétition, ils ont la plus profonde équipe de Serie A et ils ont de jeunes joueurs qui sont jouent très bien."
      L'Inter va bien, la pause est-elle un regret ?
      "Bon constat, l'équipe va bien. Il reste 3 matchs d'ici à la fin, on a des soucis récurrents depuis le début de l'année avec des joueurs très importants, l'espoir est de finir ces 3 matchs dans les meilleures conditions et revenir en Janvier avec tous les joueurs."
      Trop de buts encaissés à l'extérieur : comment le staff gère-t-il une chose aussi étrange ?
      "A Munich, j'ai vu beaucoup de choses positives, le Bayern avec City est l'équipe la plus forte d'Europe, un penalty a été refusé, Lautaro a eu l'occasion de le débloquer. Les buts à l'extérieur ? On analyse les données, il faut travailler les détails, la différence est considérable."
      Brozovic joue-t-il demain ?
      "Un joueur très important pour nous. Pendant ces deux jours, je dois être honnête, il m'a surpris par la façon dont il a travaillé. Ce n'est pas 60 jours comme Lukaku mais presque 40, c'est beaucoup mais pendant ces deux jours, il a bien travaillé. Je ne pense pas qu'il soit titulaire mais on verra comment se passe le match. Pour nous c'est un joueur fondamental, une absence dont on a peu parlé, heureusement parce que ses coéquipiers ont bien fait."
      Comment éviter l'excès de confiance ?
      "On sait qu'on retrouve une équipe qui sort encore plus déçue de la Ligue des champions. J'ai de l'estime pour Allegri, il a gagné, il arrive à tirer le meilleur des équipes, il va falloir faire une belle course. Il va falloir avoir beaucoup de concentration et beaucoup de personnalité. Ce sera un public assez chaud."
      Question Fcinter1908.it - Sacchi a critiqué la façon de jouer de l'Inter contre le Bayern : avez-vous envie de dire quelque chose ?
      "Je ne réponds pas. Je réponds pour le match à Munich. J'avais beaucoup d'indications, les jeunes ont joué ensemble avec d'autres qui n'ont pas joué comme Gagliardini et Darmian. Pour le match à Munich, je suis désolé pour le résultat. Cela n'a pas importe parce que nous étions déjà qualifiés. J'en ai retiré beaucoup d'indications positives."
       
      Traduction lex_j via FCInter1908.

      3 commentaires
      906 vues
    8. Fabrizio Biasin : "Si Arrigo Sacchi pense que l'Inter n'a pas la mentalité européenne…"

      Le journaliste italien Fabrizio Biasin estime que les critiques d'Arrigo Sacchi envers les performances de l'Inter en Ligue des champions sont injustifiables.
      Tweetant en réponse aux commentaires de Sacchi selon lesquels les Nerazzurri n'avaient pas la bonne mentalité pour l'Europe, Biasin a répondu que l'ancien entraîneur de l’AC Milan n’avait pas vu ce qu’avait montré l’Inter dans leur groupe en Ligue des champions.
      Dans une interview parue hier dans la Gazzetta dello Sport, Sacchi a déclaré que l'Inter devait encore progresser, notamment en termes de mentalité et d'approche des matches de Ligue des champions.
      Cependant, Biasin n'a pas partagé ce sentiment.
      Le journaliste estime que les résultats des Nerazzurri en Ligue des champions cette saison parlent d'eux-mêmes.
      L'Inter a fait partie de ce que beaucoup considéraient comme le "groupe de la mort", avec le Bayern Munich et le FC Barcelone, et a néanmoins atteint les huitièmes de finale.
       

       
      Biasin a tweeté : "S'il écrit que l'Inter d'Inzaghi n'a pas prouvé qu'elle avait une "mentalité européenne", alors il a sûrement éteint la télévision pour toute la phase des groupes après le premier match contre le Bayern. Il aurait pu simplement la rallumer".
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
       

      3 commentaires
      1,1k vues
    9. Fabio Capello : "L'Inter connait sa force mais la Juventus peut faire une bonne performance"

      L'ancien entraîneur de l'AS Roma, de la Juventus et de l’AC Milan, Fabio Capello, estime que l'Inter Milan est conscient de ses forces, mais que la Juventus peut réaliser une grande performance lors du Derby d'Italie de dimanche.
      L'ancien manager anglais s'est entretenu avec le diffuseur italien Sky Sport Italia avant le match de dimanche entre la Juventus et l'Inter à l’Allianz de Turin.
      "C'est une Inter qui connaît ses forces et qui se déplace bien sur le terrain. Nous l'avons vu lors des deux matchs contre Barcelone, notamment celui au Camp Nou", a déclaré Capello en direct à l'antenne, comme le rapporte L'Interista.it.
      "Je vais donner confiance à Massimiliano Allegri, car je crois que la Juventus peut faire un bon match. Méfiez-vous des jeunes joueurs", a conclu l'ancien entraîneur de la Juventus.
      Les éternels rivaux s'affronteront dans le Derby d'Italia le dimanche 6 novembre à 20h45 (heure locale, ndlr.) à l'Allianz Stadium de Turin.
      En tant que joueur, Fabio Capello a remporté quatre championnats de Serie A, trois avec la Juventus et un avec l’AC Milan, et deux Coppa Italia, une avec l'AS Roma et une autre avec l’AC Milan.
      Pendant sa carrière en tant qu’entraîneur il a remporté cinq championnats de Serie A, quatre avec l’AC Milan et un avec l'AS Roma. Il a aussi gagné quatre Super Coupes d’Italie, trois avec l’AC Milan et un avec la Roma.
      L'ancien international italien a fait un passage dans l'équipe nationale anglaise en tant que Manager de 2008 à 2011.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      3 commentaires
      1,1k vues
    10. Javier Zanetti : "Milan Skriniar a une grande éthique de travail comme moi en tant que joueur"

      Javier Zanetti, capitaine emblématique et vice-président de l'Inter, estime que l'actuel défenseur des Nerazzurri, Milan Skriniar, lui ressemble beaucoup en tant que joueur.
      Dans un entretien accordé au journal milanais Il Giorno, l'actuel dirigeant et ancien capitaine des Nerazzurri a évoqué le caractère du Slovaque.
      Zanetti, dont l’engagement à l'Inter se poursuit en tant que vice-président, s'est imposé comme l'un des grands noms du club, non seulement pour ses qualités sur le terrain, mais aussi pour le dévouement et l'ardeur au travail dont il a toujours fait preuve.
      Depuis qu'il a rejoint l'Inter en provenance de la Sampdoria à l'été 2017, Skriniar a montré des qualités similaires.
      Le joueur de 27 ans est désormais un personnage clé sur le terrain, non seulement en raison de ses compétences techniques et athlétiques, mais aussi pour son caractère et son dévouement qui lui permettent d'afficher un niveau de performance constant.
      "Je parle souvent avec les gars, et Skriniar apporte quelque chose de spécial en termes d'éthique de travail", a déclaré Zanetti à propos du Slovaque.
      "J'étais comme ça par le passé", a-t-il poursuivi, "je parlais peu, mais je montrais beaucoup".
      "J'espère qu'il pourra rester avec nous pendant longtemps", a déclaré le vice-président à propos de Skriniar.
      Il a noté que "lorsque je suis arrivé à Milan, l'Inter était parfait pour moi, et j'ai passé le reste de ma carrière ici."
      " Beaucoup de mes coéquipiers de l'époque ont décidé de partir dans d'autres clubs ", a noté Zanetti, " avec le temps, ils m'ont avoué que c'était une grosse erreur de quitter l'Inter. "
      À propos des scènes qui se sont déroulées samedi soir à San Siro, lorsque des supporters ont été contraints de quitter la tribune nord par des ultras de la Curva Nord, Zanetti a déclaré:
      " J'espère que cela ne se reproduira plus jamais. "
      " Cette saison, nous avons joué beaucoup de matches à guichets fermés, un record dans l'histoire du club. "
      Il a noté que "les fans ont besoin de revenir dans le stade, et je ne pense pas que les gens aient été découragés par ce qui s'est passé."
      "Mais il faut respecter les valeurs du sport", a-t-il poursuivi.
      A la question de savoir s'il pense qu'il y a trop de pouvoir avec la Curva Nord, Zanetti a répondu :
      "Je ne veux pas diviser les supporters, je parle de tout le monde, je n'aime pas voir des choses comme ce qui s'est passé l'autre soir."
      À propos de la perspective de la démolition de San Siro pour faire place à un nouveau stade à Milan, le vice-président de l'Inter a déclaré:
      "Il y a une vision romantique, mais l'heure est à la grande innovation."
      "Nous devons améliorer le stade pour offrir aux fans une expérience à la pointe de la technologie qui va au-delà du simple match."
      À propos du match de Serie A de ce dimanche contre la Juventus, Zanetti a déclaré que :
      "la rivalité est toujours là, je ne vois pas de favori malgré le tableau."
      "Ce match arrive au bon moment pour nous, a-t-il poursuivi, nous ne pouvons pas nous permettre le moindre faux pas."
      "Nous avons traversé des moments difficiles, mais Simone Inzaghi nous a remis sur le droit chemin", a poursuivi Zanetti, "montrant qu'il sait gérer la pression."
      "Si les choses vont mal, c'est le problème de tout le monde, les gars ont bien réagi".
      Zanetti a également parlé de la forme physique de l'attaquant Romelu Lukaku, déclarant que:
      "C'est normal d'avoir autant de blessures parce qu'il y a beaucoup de pression pour jouer constamment, vous jouez le dimanche et immédiatement de nouveau le mercredi."
      "Je pouvais récupérer, mais certains joueurs ont du mal à le faire, physiquement et mentalement". "Après la Coupe du monde, ce sera comme une nouvelle saison", a ajouté Zanetti.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      0 commentaire
      639 vues
    11. Bayern Munich vs. Inter : les interviews d’après-match

      Hier soir, le Bayern s'est imposé 2-0 à l'Allianz Arena, et les Nerazzurri terminent le groupe C à la deuxième place avec dix points. Après le match, plusieurs joueurs Nerazzurri étaient clairement satisfaits de la qualification de l'équipe pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.
      Voici les déclarations de Gosens, De Vrij, Onana, Darmian et Asllani après le match à l'Allianz Arena :
       

      "Nous avons bien joué et nous avons eu de belles occasions, notamment en première mi-temps. 
      "Évidemment, si vous ne saisissez pas vos chances contre une équipe comme le Bayern, vous êtes souvent punis. Ils sont très forts et ont marqué une merveille en deuxième mi-temps, mais j'ai vu une bonne équipe de l'Inter qui peut rivaliser avec ces équipes. Nous avons un bon esprit et nous attaquons et défendons comme une équipe.
      Les améliorations possibles ?
      "La performance parfaite n'existe pas, et nous devons rester unis car nous avons trois matchs très importants à venir avant la Coupe du monde. Nous avons besoin de neuf points pour rester au contact des meilleures équipes du championnat. Il faudra faire une grosse prestation à Turin, mais nous sommes prêts."
      Robin Gosens
       
      "Notre objectif était de nous qualifier pour les huitièmes de finale, et nous avons réussi à l'atteindre à un match près.
      "Néanmoins, nous sommes venus ici avec l'objectif de jouer vraiment bien. Nous savions que ce serait difficile car le Bayern est une grande équipe. Nous avons tout donné, mais ce n'était pas suffisant. En tout cas, on a pu constater que nous avons progressé depuis le match retour.
      Le secret pour se qualifier ?
      "Nous avons eu une grande discussion, et depuis, l'esprit et l'attitude ont changé. Nous avons grandi et nous pouvons encore nous améliorer.
      La Juventus contre l'Inter ?
      "C'est un match très important, et nous voulons le gagner".
      Stefan De Vrij
       
      "L'Inter est une grande équipe, parmi les meilleures du monde en fait. Il n'y a pas de différence entre eux et nous, nous sommes une équipe très forte et possédons de réelles qualités. Nous sommes habitués à jouer beaucoup et à nous entraîner pour donner le meilleur de nous-mêmes. Je suis sûr que nous serons prêts dimanche aussi".
      André Onana
       
      "Je pense que nous avons bien interprété le match dès le début. Nous avons bien joué mais certains incidents nous ont punis. Ils ont marqué sur un coup de pied arrêté en première période, puis ils ont mis le match à plat avec un joli but en seconde période.
      "Il n'en reste pas moins que nous avons réalisé une excellente performance et que nous avons mérité notre qualification pour les huitièmes de finale. Nous nous sommes créés plusieurs occasions.
      "Nous voulions faire une bonne prestation aujourd'hui, et c'est ce que nous avons fait. Nous nous sommes améliorés depuis que nous avons affronté le Bayern lors du match aller, et cela se voit à tous les niveaux. Nous formons désormais une meilleure équipe, et cela se voit sur le terrain."
      Matteo Darmian
       

      "Nous avons fait de très bons efforts pour nous qualifier pour les huitièmes de finale.
      "Aujourd'hui, nous voulions terminer la phase de groupe par une victoire, mais nous savions que nous allions affronter une équipe forte. Nous sommes venus ici et nous avons joué notre jeu, mais nous n'avons pas été capables de marquer le but qui aurait changé le match. Néanmoins, nous sommes satisfaits. Nous avons montré que nous sommes un grand groupe dans tous nos matchs, en particulier dans le match à Barcelone.
      "A partir de demain, nous allons nous tourner vers le match contre la Juventus car nous savons que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre plus de points en championnat."
      Kristjan Asllani
       
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it

      0 commentaire
      505 vues
    12. Valentin Carboni, première apparition en Ligue des Champions : "Heureux d'avoir joué"

      Voici les déclarations du jeune Argentin de 17 ans qui, après avoir fait ses débuts avec les Nerazzurri contre la Roma, a goûté ce soir à la compétition d'élite européenne.
      Du 1er octobre au 1er novembre. Un mois et deux dates qui resteront gravés dans le cœur de Valentin Carboni. Le mois dernier, il a fait sa première apparition à l'Inter après être entré en jeu à la 88ème minute contre la Roma. Ce soir, il a fait ses débuts en Ligue des champions en entrant sur le terrain à la 76ème minute.
      Une nouvelle étape importante pour le jeune Argentin de 17 ans, qui s'est confié à Inter TV après le match :
      "Je suis très heureux d'avoir joué aujourd'hui. C'était évidemment un match difficile contre une équipe très forte, mais je me suis senti bien sur le terrain avec mes coéquipiers. C'est la bonne voie, et cela implique de continuer sur cette lancée, de travailler et de s'améliorer pour faire encore plus."
      Valentin Carboni
       
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it

      1 commentaire
      603 vues
    13. Bayern Munich vs. Inter, Simone Inzaghi : "Une bonne performance contre une équipe très forte"

      Le dernier match de l'Inter en phase de groupe de la Ligue des champions de cette saison s'est soldé par une défaite, le Bayern s'étant imposé 2-0 à l'Allianz Arena. Cependant, ce résultat n'a pas eu d'incidence sur le classement du groupe, les Nerazzurri étant déjà qualifiés pour les huitièmes de finale.
       
      Voici ce que l'entraîneur Simone Inzaghi avait à dire après le match de ce soir :
      "Nous sommes sortis d'un groupe difficile et nous avons réalisé quelque chose qui nous rend très heureux.
      "Ce soir, nous avons bien joué contre une équipe très forte. Nous avons eu quelques occasions de prendre l'avantage, et il y a eu aussi le penalty qui n'a pas été accordé. Nous avons ensuite été punis pour notre premier manque de concentration. Cependant, l'équipe s'est bien comportée. Nous avons pu faire tourner l'effectif, ce qui est un avantage pour nous. Nous avons un match très important dimanche et nous avons trois matchs à jouer avant la pause, qui sont tous très difficiles.
      A propos de Lukaku
      "Sa blessure est évidemment décevante car c'est un joueur très important pour nous. Il avait montré des signes positifs à l'entraînement, mais il y a eu ce moment malheureux contre la Sampdoria. Néanmoins, il apportera quelque chose à l'équipe à son retour".
       
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it

      1 commentaire
      570 vues
    14. Champions League, Gosens : " Nous avons beaucoup mûri, ce sera un excellent match"

      Munich - Après la victoire contre le Viktoria Plzen, qui a assuré la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, l'Inter se prépare à affronter le Bayern Munich lors de la dernière journée du groupe C. La veille du match, aux côtés de l'entraîneur Inzaghi, Robin Gosens a répondu aux questions des journalistes en conférence de presse :
       
      Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'être ici en Allemagne, dans ce stade ? Comment vous sentez-vous par rapport à votre santé ?
      "Pour moi, c'est émouvant d'être ici : J'ai joué le championnat d'Europe ici avec l'Allemagne, l'une des meilleures choses que j'ai vécues. J'ai marqué dans ce stade contre le Portugal, dans un match qui a peut-être changé ma carrière. Un footballeur a toujours envie de jouer, mais ce n'est pas toujours aussi facile, il faut tenir compte de différents facteurs. J'ai fait une longue pause et j'ai peut-être sous-estimé ma blessure : mais maintenant je me sens bien, je pense que je suis presque au niveau de Robin d'avant la blessure. Je fais de mon mieux, j'essaie toujours de m'entraîner au mieux : Je suis sûr que mon heure viendra".
       
      Vous avez parlé de votre temps avec l'équipe nationale et la Coupe du monde commence bientôt : pensez-vous que votre place dans l'équipe d'Allemagne est en danger ?
      "Le risque existe, les joueurs qui réussissent avec leur club vont à la Coupe du monde, mais je pense aussi que j'ai bien réussi à chaque fois que j'ai joué avec l'équipe nationale. Je ne peux que continuer à m'entraîner au mieux et à donner le meilleur de moi-même lorsque je joue, tout le reste est hors de mon contrôle."
       
      À quel genre de match vous attendez-vous demain ? L'Inter et le Bayern sont déjà qualifiés et connaissent déjà leur position dans le groupe, mais traditionnellement, l'équipe allemande joue toujours pour gagner.
      "Je pense que ce sera la même chose demain : c'est une grande opportunité pour nous, car nous pourrons voir le chemin parcouru. Nous avons beaucoup changé et grandi depuis le premier match que nous avons joué contre le Bayern en septembre. Je suis curieux de voir comment nous allons jouer contre ce qui est actuellement l'une des meilleures équipes du monde : ce sera un grand match de Ligue des champions."
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it

      2 commentaires
      640 vues
    15. La légende du Torino, Ciccio Graziani : "Nicolo Barella me rappelle Paul Scholes"

      L'ancienne star du Torino, Ciccio Graziani, a admis qu'il était impressionné par les récentes performances du milieu de terrain de l'Inter, Nicolo Barella, et a estimé qu'il ressemblait à la légende de Manchester United, Paul Scholes.
      Barella est en grande forme avec les Nerazzurri et a marqué pour la troisième fois consécutive lors de la victoire 3-0 de l'Inter sur la Sampdoria en Serie A hier, avec un enchainement impressionnant de contrôle et de précision pour marquer.
      Dans une interview accordée à la chaîne de télévision italienne Sport Mediaset, rapportée par FCInter1908.it, Graziani a estimé que le haut niveau de Barella le rendait injustement critiqué, mais qu'il avait tous les attributs nécessaires pour être un milieu de terrain aussi complet que l'ancienne star anglaise Scholes.
      "C'est un phénomène, mais le problème est que les critiques commencent à arriver quand il joue un match à 5,5 ou 6", a soutenu Graziani.
      "Il ne peut pas jouer 38 matchs comme ça, mais Barella est très bon, il ressemble à Scholes, il attaque, il marque, il assiste, il est comme une mobylette avec son mouvement. Il est très bon."
      Graziani a également donné son avis sur le retour en forme de l'Inter et sa plus grande solidité défensive après une période difficile, alors qu'il s'est assuré la qualification dans un groupe de Ligue des champions composé du Bayern Munich et de Barcelone, tout en réalisant un bon parcours en Serie A.
      "L'Inter va bien, il a récupéré, passer en Ligue des champions n'a pas été facile du tout. Ils sont en train de redevenir l'Inter que nous admirions l'année dernière", a-t-il affirmé.
      "Nous voyons à nouveau le vrai Skriniar, pas son cousin, Bastoni s'est amélioré, Stefan De Vrij est de nouveau en forme et l'équipe est plus confiante.
      "Le pire est passé, maintenant l'Inter est de retour, nous ne savons pas où ils vont finir mais ils vont se rapprocher du sommet, je mets ma main au feu pour le prédire et je ne la brûlerai pas", a-t-il conclu.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      3 commentaires
      814 vues
    16. Alessandro Costacurta, légende de l'AC Milan : "L'Inter joue bien au milieu du terrain"

      L'ancien défenseur de l'AC Milan Alessandro Costacurta a admis qu'il était impressionné par la forme de l'Inter, et pense que les Nerazzurri ont trouvé le bon équilibre au milieu de terrain.
      L'équipe de Simone Inzaghi a remporté quatre victoires consécutives en Serie A depuis le début du mois d'octobre, la dernière étant une victoire 3-0 sur la Sampdoria au Stadio Giuseppe Meazza ce samedi.
      Lors de son passage sur la chaîne de télévision italienne Sky Sport Italia, l'ex-Rossoneri a fait part de son admiration pour le jeu de l'Inter et n'a pas tari d'éloges sur le milieu de terrain.
      "L'Inter joue maintenant très bien, au milieu du terrain, ils déplacent le ballon efficacement", a déclaré l'ancien international italien.
      "Il me semble que c'est un milieu de terrain qui donne plus d'équilibre", a poursuivi Costacurta.
      "On donne beaucoup de ballon à (Henrikh) Mkhitaryan, il passe bien le ballon et l'absence de (Marcelo) Brozovic ne se fait pas sentir.
      "(Hakan) Calhanoglu a été déplacé là mais il parvient à faire des choses qu'il ne pouvait pas faire en tant que milieu de terrain auparavant. L'équipe est maintenant montée en puissance et joue très bien", a-t-il ajouté.
      L'Inter tentera de poursuivre sa série de victoires en championnat en se rendant chez la Juventus dimanche prochain pour le Derby d'Italie, après avoir affronté le Bayern Munich en Ligue des champions ce mardi.
      La victoire des Nerazzurri sur la Sampdoria leur permet de rester à huit points du leader Naples dans la course au Scudetto.
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter

      0 commentaire
      631 vues
    17. Inter vs. Sampdoria : les interviews d'après-match

      Trois buts, trois points et une performance convaincante qui s'inscrit dans le prolongement des derniers matchs des  Nerazzurri. Face à la Sampdoria, l'Inter a remporté sa quatrième victoire consécutive en championnat, et les Nerazzurri sont désormais invaincus lors de leurs sept derniers matches, toutes compétitions confondues.
      Après le coup de sifflet final, quelques joueurs de l'Inter se sont exprimés sur le match, à commencer par Nicolò Barella, qui a marqué un but magnifique :

      "Nous marquons beaucoup de buts ces derniers temps. Nous devons également essayer d'éviter d'en encaisser, ce que nous avons réussi à faire aujourd'hui. Nous sommes sur la bonne voie.
      A propos de son but :
      "Les gars savent que je fais toujours cette course et Bastoni l'a fait brillamment ; je voudrais le remercier pour la passe décisive.
      "Indépendamment de mon but, nous avons réussi à marquer grâce au jeu que nous pratiquons. Il y a de l'enthousiasme et nous montrons de la qualité, et nous devons continuer sur cette voie.
      "J'ai une excellente relation avec Lukaku. Nous nous amusons et formons un groupe formidable. C'est génial de jouer au football quand nous avons cette qualité, cette envie et cette attitude."
      Nicolò Barella
       

      "Je suis heureux de mon but et de la victoire. Nous sommes très concentrés et confiants, et nous sommes revenus sur le bon chemin depuis plusieurs matchs maintenant.
      "Nous sommes nombreux et tout le monde a envie de bien faire, il faut toujours être allumé pour le faire et aider l'équipe.
      A propos du Bayern :
      "Notre objectif est toujours de gagner. Nous irons là-bas avec l'objectif de prouver que nous sommes une grande équipe."
      Joaquin Correa
       

      "C'était important de marquer le premier but. Nous le cherchions et n'avions pas eu de grosses occasions, et nous avions besoin de marquer pour continuer et obtenir plus. Je n'avais pas trouvé le chemin des filets depuis un moment et je suis heureux sur le plan personnel, mais le plus important, c'est l'équipe.
      Je suis heureux que nous fassions mieux que ce que nous faisions en début de saison, et nous devons continuer sur cette voie. J'essaie toujours de donner le meilleur de moi-même.
      Les résultats récents ont été positifs, et il est important de continuer à gagner car nous devons récupérer le terrain perdu. Nous devons continuer à être performants."
      Stefan de Vrij
       
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via inter.it

      0 commentaire
      701 vues
    18. Inter vs. Sampdoria, Simone Inzaghi : "J'aime regarder cette équipe jouer"

      L'Inter a enregistré une victoire importante contre la Sampdoria, prenant trois points grâce à une fantastique performance à terme et trois beaux buts.
      Voici ce que l'entraîneur Simone Inzaghi avait à dire après le match :
      "Nous nous portons bien et l'équipe est confiante. Nous remportons des victoires convaincantes et nous devons continuer sur cette voie. Personne ne ralentit dans le championnat, mais notre mois d'octobre a été presque parfait.
      Sur ce qu'il aime le plus :
      "Le fait que j'aime regarder l'équipe jouer. Notre forme est bonne, nous savons ce que nous voulons et nous nous en sortons bien. Nous récupérons des joueurs, et maintenant nous attendons le retour de Brozovic.
       
      A propos de Calhanoglu :
      "Il va très bien, tout comme Mkhitaryan et Barella. Lorsqu'il est devenu évident que la blessure de Brozovic était grave, mes pensées se sont tournées vers Hakan ; il a toutes les caractéristiques requises pour être très performant dans ce rôle.
      "Nous espérons que Brozovic sera de retour dans les prochains jours. J'aurai alors l'embarras du choix, ce qui me rendra heureux. Quand un entraîneur a des options, il est toujours heureux.
      "D'ici la pause, nous avons des matches difficiles à l'horizon. Nous avons perdu des points et les autres vont à un rythme élevé, et nous avons aussi le match de mardi à Munich.
      "Malgré le fait que nous soyons déjà qualifiés, nous devons jouer de manière professionnelle contre une excellente équipe".
       
      Correa ?
      "Il sait que j'ai une grande confiance en lui. Il a un vrai caractère et doit continuer à travailler comme il le fait actuellement."
       
      ®Oxyred – Internazionale.fr via inter.it

      3 commentaires
      753 vues
    19. Alessandro Bastoni et Henrik Mkhitaryan s'expriment après la qualif en huitièmes de la Champions

      Alessandro Bastoni et Henrikh Mkhitaryan, qui a débloqué le match, ont commenté la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.
       
      Alessandro Bastoni
      Gagner un match aussi important devant nos supporters. Belle sensation ?
      "Nous savions que cela pourrait être difficile, mais nous l'avons tout de suite mis sur le bon canal en le débloquant. Nous sommes heureux. Nous sommes conscients de notre force. Nous devons nous entraider pour atteindre de grands objectifs. Nous sommes heureux d'avoir retrouvé Lukaku."
      Vous avez prouvé, malgré les critiques, que vous êtes une vraie équipe.
      "Nous savons que nous avons fait des erreurs. Nous étions bons pour les analyser. On y travaille tous les jours, on est content du chemin qu'on prend."
       
      Henrikh Mkhitaryan
      "Nous savions qu'il fallait gagner ce match, ce n'était pas facile et dans les premières minutes peut-être que nous avons moyennement joué. Dès le premier match on a cru en nous, on a su que ce n'était pas un groupe facile, on a montré sur le terrain qu'on était un groupe uni. On savait que Viktoria jouerait plus défensivement on les avait préparés avec l'idée de jouer plus haut avec notre ligne défensive. Nous nous sommes créés de nombreuses occasions et à la fin nous avons marqué les buts dont nous avions besoin. Nous sommes l'Inter, nous sommes un groupe uni, nous pouvons gagner n'importe quel match."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      0 commentaire
      608 vues
    20. Federico Dimarco : "Personne ne pensait que nous passerions !"

      Federico Dimarco, satisfait, s'est exprimé sur Inter TV après la victoire contre le Viktoria Plzen.
       
      Comment avez vous abordé ce match ?
      "Nous avons abordé le match de manière formidable sans regarder l'adversaire et nous avons remporté un match important qui nous a permis de nous qualifier pour les huitièmes de finale." 
      Vous avez été productif dans différents rôles. Avez-vous cette capacité à changer de rôle maintenant ?
      "Je le ramène de Vérone, je suis à la disposition de l'équipe et j'en suis content."
      Avez-vous embrassé Lukaku et ensuite il est venu vous remercier ?
      "Je l'ai aussi mis en lumière parce qu'il était absent depuis deux mois et ce n'est jamais facile pour un attaquant. Romelu a besoin de confiance et de rester dans notre groupe qui est un bon groupe. Nous sommes heureux car revenir après deux mois et marquer un but donne confiance et nous sommes heureux car il nous donnera un grand coup de main."
      Était-ce très important d'avoir un rôle de premier plan dans la compétition la plus importante ?
      "C'est certainement aussi parce que nous étions dans le groupe le plus difficile de la Ligue des champions. Je pense que peu de gens pensaient que nous aurions passé le tour. Nous sommes heureux de l'avoir fait et maintenant nous allons penser au Bayern puis au deuxième tour."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      6 commentaires
      949 vues
    21. Edin Dzeko : "J'étais le meilleur sur le terrain car Brozo n'était pas là !"

      Après le 4-0 qui qualifie l'Inter pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, Edin Dzeko évoque pour Prime Video et Sky le match face au Viktoria Plzen.
       
      Moi le meilleur sur le terrain ?
      "Dieu merci, Brozovic n'était pas là aujourd'hui (rires). A part les 10-15 premières minutes, je pense que nous avons bien fait. Je fais ce que j'ai à faire pour l'équipe, c'est mon devoir Parfois tu fais mieux, parfois moins. Mais j'essaie toujours de donner le meilleur de moi même à 36 ans. Sur le but de Mkhitaryan je me suis abaissé car j'ai entendu quelqu'un crier et j'ai cru que c'était Dumfries. Je ne l'attendais pas à cet endroit (rires)."
      Mon contrat expire ?
      "Je n'y pense pas, il y a une saison en cours. Je me sens bien et je sais que je peux encore jouer à ce niveau, puis tout le reste viendra."
      Mon impression ?
      "Il y a beaucoup d'expérience dans cette équipe, on savait ce que cette victoire nous apporterait. Même quand ils avaient le ballon on devait se remettre à défendre."
      Lukaku ?
      "Heureux qu'il soit de retour et qu'il ait marqué parce que les buts donnent confiance aux attaquants. Surtout maintenant que des matches importants nous attendent."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      4 commentaires
      799 vues
    22. Lautaro Martinez : "Victoire méritée et plein de confiance contre le Viktoria !"

      Toujours protagoniste avec un doublé au Franchi, Lautaro Martinez vient aux micros de DAZN commenter le succès contre la Fiorentina.
       
      Content ?
      "C'est un moment important pour moi, la Coupe du monde approche. Je suis content, je m'occupe de chaque détail et j'essaie de le montrer sur le terrain."
      Victoire méritée ?
      "Oui. On méritait de gagner pour ce qu'on a fait sur le terrain. Maintenant, il faut arriver au mieux pour le match contre le Viktoria Plzen." 
      Le premier but ressemble-t-il davantage à ceux d'Aguero, Milito ou Batistuta ?
      "Certainement à ceux du Kun, il fait de ces embardées. Alors peut-être même Diego."
      La rigueur ?
      "C'est important d'avoir confiance, j'avais déjà décidé où frapper et quand je l'ai fait, j'ai frappé fort."
      À quel point pensez-vous que cette équipe est vôtre ?
      "Quoi qu'il en soit, je suis ici depuis cinq ans et je donne tout pour l'Inter. Mes coéquipiers écoutent quand quelqu'un parle. J'essaie toujours de donner un coup de main à mes coéquipiers et de rendre les fans heureux."
      Quel est votre modèle d'attaquant ?
      "J'ai toujours suivi Radamel Falcao enfant, puis j'ai eu la chance de jouer avec Aguero, Milito et bien d'autres dont j'ai beaucoup appris."
      Lukaku vous manque-t-il ?
      "Oui, pas seulement moi mais l'équipe. Nous espérons le retrouver bientôt."
      Comment préparez-vous une Coupe du monde en pleine saison ?
      "Avec la bonne mentalité. Aujourd'hui, je joue pour l'Inter et ce que je fais avec l'Inter me mène à la Coupe du monde. On joue toujours naturellement."
       
      Lautaro Martinez a communiqué sur son compte Instagram avec une photo montrant sa célébration: "Allons-y !"
       
       
      Enfin, dans un tweet, Opta a indiqué que Lautaro Martinez était le premier attaquant de l'Inter à inscrire un but et à faire une passe décisive dans les 15 premières minutes d'un match depuis Diego Milito il y a 11 ans.
      "1+1 - Lautaro Martínez est devenu le premier attaquant de l'Inter à avoir à la fois marqué et délivré une passe décisive dans les 15 premières minutes de jeu d'un match de Serie A depuis Diego Milito, le 19 janvier 2011, contre Cesena. Albiceleste."
       
       
      Traduction alex_j via FCInterNews et Sempreinter.

      1 commentaire
      686 vues
    23. Simone Inzaghi : "Une victoire méritée et un signal fort de l'équipe !"

      Simone Inzaghi parle à SkySport et Inter TV après le 4-3 subi mais mérité à la Fiorentina.
       
      Impression générale ?
      "On a été atteints deux fois (il ne compte pas le penalty, ndlr), mais l'équipe y a toujours cru. Une victoire très importante pour la conviction, au-delà des trois points. Match sous contrôle en première partie, puis on a perdu un peu de distance après le 1-2. Mais on y cru et le grand signal vint aussi de ceux qui entrèrent."
      Auriez-vous pu calmer un peu le jeu ?
      "Bien sûr, on avait le contrôle, à 2-0 et on a très bien joué. Puis une fois qu'on a encaissé ce but on s'est énervé et ce n'est pas bien. Il fallait continuer à faire ce qu'on faisait. Réagir et y croire jusqu'au fin."
      Avez-vous mérité la victoire?
      "L'Inter a joué un grand match, pendant 35 minutes et sur un terrain très difficile. Ensuite, nous avons encaissé le but sur penalty et nous sommes devenus nerveux, avons arrêté de jouer et avons trop pensé à protester. Mais j'ai de grands joueurs qui ont envoyé un bon signal. Au-delà des trois points c'est une victoire très importante."
      Maintenant Lukaku et Brozovic sont de retour : ce sont de bons problèmes points, non ?
      "Bien sûr, nous ne pouvons pas attendre. Je ne les ai jamais eus dans ce tour de force. Les deux et Gagliardini sont de retour. Nous avons de jeunes garçons, mais jouer ici ou à Barcelone n'est pas facile. Nous sommes 17 en déplacement, nous attendons ces retours qui nous aideront beaucoup."
      Lautaro est l'un des meilleurs attaquants de Serie A, mais Correa n'arrive pas à marquer...
      "Je ne me suis jamais inquiété pour Lautaro quand il ne marquait pas. Pour l'équipe et à l'entraînement, il fait toujours tout ce qu'il doit. Correa est un joueur de la plus haute qualité, pénalisé par les blessures. Mais ce soir il a très bien fait, au service de l'équipe, alors c'est normal qu'il ait besoin de continuité. Il a toujours joué à la Lazio, ici à l'Inter il est différent, mais il ne peut que progresser."
      Y a-t-il du travail derrière la croissance de Barella dans la zone de but?
      "De toute évidence, Nicolò a progressé, il nous donne un coup de main formidable et sa croissance, ainsi que celle de ses coéquipiers, est très importante pour nous. L'année dernière, il a fait de nombreuses passes décisives, il était haut dans le classement comme il l'est maintenant pour les buts. Il faut qu'il continue comme ça, tout le monde doit continuer à jouer comme ça et Barella de même."
      Trois images du match : Handanovic parlant à Onana après le but, toi qui restes assis à 4-3 et Zhang dans les tribunes.
      "Sur la propriété, comme les managers, ils sont toujours très présents. Le président était avec nous aussi dans le train : une présence très importante comme celle de Marotta, Ausilio, Ferri... tout le monde veut le bien de l'Inter. Je n'ai pas applaudi parce que quelque chose peut toujours arriver. Pour Handanovic : c'est notre capitaine, en ce moment il a un problème avec son doigt qui nous l'espérons sera bientôt résolu."
      Quelle est la chose la plus importante qui est ressortie du sommet contre Barcelone ?
      "Il y a des comparaisons tous les jours. En jouant tous les trois jours, nous sommes plus dans la salle vidéo que sur le terrain. Ici, il y a une âme importante, avec des joueurs qui ont gagné et qui veulent continuer à le faire. Maintenant, nous jouons un huitième de Champions et en championnat, on a envie d'être là, en attendant le retour de joueurs très importants qui sont absents depuis longtemps."
      Le Viktoria ?
      "Je vois bien l'équipe, je prends de suite les trois points. Mercredi on a un match fondamental pour nous, on sait qu'il nous faut une victoire pour atteindre ces fameux dix points. Ce soir on a très bien fait 35 minutes, puis on est là, on s'est énervé et après le penalty on a perdu notre avance. Avoir gagné un match aussi important est un très bon signe."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      3 commentaires
      717 vues
    24. Simone Inzaghi : conférence d'avant match contre la Viola

      Après le succès contre Salernitana, l'Inter est prête à défier la Fiorentina lors de la 11e journée de la Serie A. Simone Inzaghi fait sa conférence d'avant match à Inter TV.
       
      Vous avez eu toute une semaine pour préparer ce match, on parle d'un terrain historiquement difficile pour l'Inter qui sort d'une passe positive.
      "Firenze est toujours un match difficile pour tout le monde. Cette semaine nous avons eu quelques jours de plus, nous avons réussi à bien travailler. Maintenant nous allons affronter ce match à l'extérieur avec confiance."
      Vous aurez un triptyque très relevé à l'extérieur : Fiorentina, Juventus et Atalanta. Que signifiera de quitter le Franchi avec un résultat positif ?
      "Les résultats apportent l'estime de soi et par conséquent les victoires sont très importantes. Nous savons que d'ici au Mondial, nous avons une série de matchs difficiles à domicile et à l'extérieur, et ce tous les trois jours. Nous serons sous pression mais nous devrons essayer de les affronter un par un avec beaucoup de calme comme nous l'avons fait dernièrement."
      C'est à l'extérieur qu'il faut faire un saut en qualité ?
      "Sur la route on doit faire plus, c'est normal que jouer dans notre stade devant nos supporters nous aide beaucoup. Mais on sait que même samedi soir il y aura du monde avec nous."
      Comment va Lukaku ? Est-il convoqué ?
      "Il s'entraîne partiellement en groupe depuis deux jours. Il doit clairement retrouver son état mais il est très motivé. Enfin après un long moment, il a surmonté cette blessure. Pour demain à Florence il ne sera pas avec nous. On essaie pour l'amener Mercredi. Il a clairement besoin d'améliorer son état mais en le voyant travailler je suis très confiant."
      Handanovic a-t-il récupéré?
      "Handanovic n'est pas disponible pour demain mais il voyagera avec l'équipe et nous donnera un coup de main si nécessaire. Cordaz est prêt si besoin est."
      Quelle sera la saison avec ce Mondial ?
      "Ce qui compte, c'est de penser match par match. Nous devons y arriver de la meilleure façon possible. Il reste 5 matchs de championnat, 2 matchs de Ligue des champions, donc il reste encore du travail."
      A partir de combien revenez-vous dans la course au titre ?
      "Maintenant, clairement, nous devons regarder le calendrier et être réalistes. Nous avons un écart et devant, ils avancent. Nous avons perdu quelques points, l'objectif est de récupérer des points en championnat et de passer en Ligue des champions."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      3 commentaires
      758 vues
    25. Alessandro Bastoni : "Gasp a été fondamental pour ma formation et je pense à Agnese"

      Dans "Non è solo calcio è amore" (Non seulement le football est amour), notre défenseur Alessandro Bastoni parle de ses débuts et de son succès à l'Inter. Voici ses propos rapportés par La Gazzetta dello Sport.
       
      Alessandro, votre voyage a commencé dans un oratorio.
      "Cela a commencé par plaisir et par passion. J'étais un enfant très timide et introverti et j'ai changé avec le temps. Peut-être que j'avais aussi du mal à m'identifier par rapport aux autres. Mais jouer là-bas a éliminé tous préjugés et problèmes. C'était de bons moments. Et aujourd'hui, je suis convaincu que si je suis devenu comme ça, je le dois certainement à ce début, à l'oratorio. L'oratorio doit être compris comme un lieu, comme une communauté de personnes, des animateurs aux compagnons, qui m'ont aidé à progresser. Je leur serai toujours reconnaissant."
       
      Dans vôtre carrière, il a eu plusieurs entraîneurs. Y en a-t-il un en particulier qui vous a marqué ?
      "Ne citer qu'un seul entraîneur serait peu reconnaissant envers tous les techniciens qui m'ont formé. Tout le monde m'a laissé quelque chose d'important, un signe, une valeur que je porterai toujours avec moi. Alors clairement sur la grande scène de la Serie A, Gasperini a été fondamental pour moi. Pourquoi? Celui qui t'appelle en équipe première quand tu n'as que 16 ans tu te souviens de lui. Et à l'époque je jouais pour l'Atalanta qui visait déjà l'Europe. Je reconnais le courage d'avoir misé sur un jeune homme et le mérite d'y avoir cru, peut-être même avant moi. Savoir qu'il y a quelqu'un qui croit en vous est plus facile pour rendre la confiance."
       
      Comment ça s'est passé avec Antonio Conte ?
      "La consécration est venue avec lui, coïncidant avec son arrivée à l'Inter. C'est comme si j'avais fait un saut qualitatif. Conte est un pilote, un motivateur qui fait des demandes spécifiques à ses joueurs en essayant de diffuser une mentalité de gagnant. Je lui dois tellement."
       
      Succès, récompenses et feux de la rampe...
      "Et comment. Ma vie a toujours été faite de sacrifices, partagés par ma famille qui m'a toujours soutenu. Sans une base familiale solide, il est difficile d'atteindre certains résultats. Ensuite, mon père était aussi footballeur. Il dit encore aujourd'hui qu'il était plus fort que moi... tout en reconnaissant qu'il n'avait pas ma tête. Il m'a conseillé, il m'a soutenu. Je peux dire avec joie que j'ai une excellente relation avec lui. J'ai aussi une bonne relation avec ma mère. Je la sens toujours proche. Enfant, les journées étaient dures. J'allais tôt à l'école et je ne rentrais que tard le soir après l'entraînement. Un grand effort."
       
      Un moment particulier ?
      "Non. De mauvais moments, un problème inattendu ou une blessure peuvent arriver. Il faut être doué pour réagir, il faut trouver la force en soi et s'accrocher à la foi. Pour atteindre un objectif, vous devez travailler dur."
       
      Vous sentez-vous responsable d'être un modèle pour les plus jeunes ?
      "C'est certainement agréable. Enfant, j'admirais aussi les footballeurs qui étaient actifs à l'époque. Les sportifs n'ont pas toujours des comportements exemplaires mais il est important qu'ils lancent des messages positifs. Je peux dire aux enfants d'aujourd'hui de s'engager, de s'amuser. Mais ils doivent toujours d'avoir un plan B, une alternative à suivre et de ne pas abandonner les études. La formation scolaire et universitaire sont fondamentales."
       
      Le direz-vous aussi à vôtre fille, Azzurra Agnese ? Et pourquoi s'appelle-t-il ainsi ?
      "Ma meilleure amie s'appelait ainsi et je voulais lui rendre hommage. Elle a été ma camarade de classe, de la maternelle au CE1, puis malheureusement elle est décédée. La nouvelle de sa mort m'a bouleversé. J'étais en Norvège, avec l'équipe nationale U16. J'ai reçu un message de mon père me faisant la triste annonce. Nous étions très proches. Un moment terrible. Pour moi, c'est comme si c'est une trace indélébile. Avant d'aller au lit je pense à elle, s'il te plait, j'essaie de te parler. Des choses comme ça vous font vraiment comprendre quelles sont les choses importantes dans la vie, les choses essentielles, celles qui comptent vraiment."
       
      Concernant le nom de sa fille, le site calciotoday.it avait dévoilé cette bien triste histoire le 29 Avril 2022; extrait.
      En Janvier, à la veille d'un match de championnat contre Venise,  Bastoni est devenu père pour la première fois. Grande fête de famille pour la naissance d'Azzurra, fruit de l'amour entre Alessandro et Camilla Bresciani, sa compagne. Le choix du prénom de la petite fille est lié à un drame vécu par le joueur.  Le deuxième prénom du bébé, Agnese, a une signification très profonde. Le couple l'a choisi pour se souvenir de sa meilleure amie décédée des suites d'un accident de voiture en 2015. Un deuil qui a marqué la vie de la promotion 99 alors qu'il évoluait encore dans les équipes de jeunes de l'Atalanta. Alessandro a révélé la raison de cette décision convenue avec Camilla.
      "Le deuxième prénom de ma fille est Agnese en mémoire de mon amie. C'était une de mes camarades de classe, avec elle je suis passé de la maternelle à la deuxième année. J'étais dans l'équipe nationale des moins de 16 ans. J'ai reçu un message de mon père disant qu'Agnese était morte. Ce n'était pas facile. Elle était ma meilleure amie. A chaque fois que j'entre sur le terrain je fais un geste en souvenir d'elle."
       
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      0 commentaire
      526 vues
    26. Beppe Marotta : "Jamais envisagé de licencier Inzaghi ! Quatre points contre le Barça est exceptionnel !"

      En marge du Grand Gala Football AIC, Beppe Marotta s'est arrêté pour répondre aux journalistes présents.
       
      Championnat anormal.
      "Certes, c'est la première fois que ce genre de phénomène se produit avec la Coupe du monde. Il faut comprendre et bien interpréter les choses. Il faut voir quelles formations vont pouvoir émerger."
      Nous aurons besoin d'un super retour de l'Inter.
      "Définitivement oui. L'important est de boucler le deuxième Dimanche de Novembre tout en restant collé au groupe de tête. En deuxième partie on va faire ressortir le meilleur."
      Vous attendiez-vous à une Inter comme celle-ci en Europe ?
      "Vous savez que la Ligue des champions est un tournoi, un seul match compte beaucoup. Nous avons été surpris par la double performance contre Barcelone car nous ne pouvions pas imaginer marquer 4 points contre une équipe aussi forte."
      L'Inter n'a pas eu Lukaku jusqu'à présent.
      "Comme vous le savez, le football est un sport d'équipe et vous ne devez jamais compter sur un seul joueur."
      Le secret de l'Inter après un début difficile. 
      "En réalité, c'est comme si on avait commencé avec un handicap invisible qu'on n'arrivait pas à comprendre. Ensuite, avec la maturité de l'équipe et le professionnalisme du coach, on a pu retrouver de la constance et de la motivation. L'équipe qui s'est amusée et gagné tant de points la saison passée est de retour."
      Le club s'est-il senti agacé par les rumeurs sur le manager pendant cette période de crise ?
      "On a l'habitude de recevoir des critiques, ça fait partie du jeu. Du président aux managers, on n'a jamais imaginé une seule seconde une autre alternative. Je n'ai jamais changé d'entraîneur en cours de saison en 27 ans en tant que manager. Il y avait pas du tout les conditions. Ce sont des preuves de la maturité de la classe exécutive." 
      Inter à vendre, que pouvez-vous nous dire ?
      "Ce sont des choses qui me passent par dessus la tête. L'établissement a fait son devoir. Nous sommes une entreprise qui a honoré ses obligations contractuelles jusqu'au bout."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews

      0 commentaire
      804 vues
    27. Antonio Cassano : "L'Inter, c'est ça! Dimarco ? Exceptionnel !"

      Un fois n'est pas coutume sur BoboTV, Antonio Cassano a fait l'éloge de l'Inter qui, selon lui, a eu un tournant contre Barcelone.
       
      "Contre la Salernitana, il n'y a jamais eu de match. L'Inter a trouvé une continuité après les derniers matches. Contre Barcelone, au Meazza, quelque chose s'est produit. Je pense que le tournant est arrivé car je vois plus de confiance chez de nombreux joueurs. L'Inter, c'est ça. J'avais tort en disant qu'Inzaghi devrait être viré."
      "Ceci dit, clairement ça ne suffit pas, ils sont à 8 points du premier. S'ils terminent quatrièmes, alors le strict minimum aura été fait car cette équipe doit jouer pour les premières places. Vous pouvez perdre le Scudetto comme l'année dernière, mais vous devez vous battre jusqu'au dernier jour et ne pas être absent en Mars."
      "Exceptionnel Dimarco! Il m'impressionne, il n'a pas raté une minute cette saison. Mention aussi pour Calhanoglu! Brozovic reste le phare, mais le Turc devant la défense est celui qui sait tout faire. Et puis je viens au gardien. Il fallait faire des choix et, en ce moment, Onana donne plus de sérénité qu'Handanovic. Il est réactif, c'est lui qui a faim. Samir se comporte comme un professionnel mais Onana a aussi donné un changement sur le plan défensif."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews et Sempreinter.

      0 commentaire
      656 vues
    28. Lautaro Martinez : "Nous avons discuté et cela se voit. Nous devons continuer comme ça !"

      Interviewé sur SkySport, DAZN et Inter TV après la victoire face à Salernitana, Lautaro Martinez analyse ainsi le match d'aujourd'hui au Meazza.
       
      Sur Sky Sport
      "Une victoire ça veut dire beaucoup. Ça veut dire qu'on a grandi, mûri. Après le moment difficile, on va bien maintenant et il faut continuer comme ça. On est sur la bonne voie après avoir perdu des points importants. On a tourné la page et cela se voit. Est-ce que je marque toujours ? Il en est ainsi. Aujourd'hui j'ai donné un coup de pied, j'ai essayé, peut-être que le gardien s'est trompé, je ne sais pas, mais c'est comme ça le football. Pour nous les attaquants c'est comme ça. Une discussion dans le vestiaire est-elle importante ? Nous avons beaucoup parlé, mais restez là. Je dis juste que ça se voit sur le terrain."
       
      Sur DAZN
      "Semaine parfaite, nous sommes sur la bonne voie, nous avons joué un grand match au Camp Nou et aujourd'hui nous devions confirmer. L'attitude devait être la même et je pense que nous l'avons prouvé. Peut-être que les premiers jours on a perdu des points importants, les choses ne se sont pas passées comme on le voulait, on a encaissé beaucoup de buts. On a parlé, on s'est tous réunis et maintenant les choses reviennent. Inzaghi m'a beaucoup aidé, il me donne toujours confiance, comme mes coéquipiers. J'essaie toujours de marquer et quand je ne peux pas j'essaie d'aider tout le monde, j'essaie d'être le premier défenseur, je fais le reste du travail. Parfois c'est bien de se parler, on l'a fait et nous avons compris les erreurs et nous avons commencé à travailler. Maintenant vous pouvez voir sur le terrain. Soixante buts comme Milito ? Ça me donne du bonheur, de la fierté. Je travaille la tête baissée tous les jours pour élever le niveau et je suis très content, je dédie le but à ma femme et ma mère en Argentine. Aujourd'hui c'est la fête des mères là-bas."
       
      Sur Inter TV
      "C'était une semaine importante pour nous, nous avions beaucoup de matchs difficiles devant nous. Après une bonne performance contre Barcelone à Milan, nous avons dû répéter au Camp Nou et je pense que nous l'avons fait, nous avons mérité le bon résultat de Mercredi et d'aujourd'hui."
      En deuxième mi-temps, vous avez poussé en phase défensive.
      "C'est certainement très important, il fallait mettre quelque chose en plus parce que ce qu'on faisait n'était pas suffisant, les choses n'allaient pas comme on le voulait. On a beaucoup parlé ces dernières semaines et aujourd'hui on l'a vu sur le terrain. Chacun essaie d'aider les compagnons et de fermer les espaces. C'est important dans une équipe. Parfois ça se perd, mais on rattrape."
      Vous avez atteint le nombre du bets de Milito avec le maillot Nerazzurri.
      "Je vais certainement l'entendre, nous irons dîner dans les prochains jours puisque il est ici à Milan. Il me donne toujours beaucoup de conseils, c'est une personne formidable et il suit toujours l'Inter."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      3 commentaires
      648 vues
    29. Simone Inzaghi : "Bon mental contre un adversaire difficile !"

      Victoire en douceur avec quelques occasions gâchées pour l'Inter qui a battu Salernitana 2-0. Simone Inzaghi commente ce qu'il a vu cet après-midi au Meazza aux micros de DAZN, Sky Sport et FCInternews.
       
      Aux micros de DAZN
      Le bon travail de l'Inter a été de faciliter un match qui ne l'était peut-être pas ?
      "Absolument oui, on sortait de matches importants où on s'était dépensé aussi bien mentalement que physiquement. Mais j'ai demandé la bonne attitude et les garçons ont tenu le match pendant 93 minutes, sans souffrir vis-à-vis adversaire bien organisé."
      La Ligue des champions vous a-t-elle donné des points et la prise de conscience qui vous a amené à remporter deux victoires en championnat ?
      "Oui, c'est évident que des performances importantes comme celles contre le Barça donnent beaucoup d'estime de soi. Mais pour un entraîneur, des matchs comme celui-ci sont les plus difficiles à affronter car après deux jours et demi après un match à l'extérieur."
      Le choix définitif pour Onana ?
      "Aujourd'hui Handanovic n'était pas disponible, après Barcelone il a eu un problème avec un doigt, une luxation, mais il voulait être là. Ce sera une alternance comme pour les joueurs. Ce sera un doute que je veux apporter. Handanovic a fait un excellent parcours, Onana a montré qu'il devait être à l'Inter. Je veux toujours avoir la chance de choisir dans les buts aussi."
      À quel point Calhanoglu vous surprend-il ?
      "Peut-être que cela vous surprend, pas tant que ça pour moi. Si je l'ai mis à ce poste à Barcelone, cela signifie que je l'avais bien placé. Ensuite, il y a aussi Asllani qui progresse bien. Maintenant j'ai quatre joueurs à ce poste et j'attends Brozovic et Gagliardini. Nous avons besoin de 7-8 joueurs."
      Sera-t-il possible de voir Lukaku à Florence ?
      "On verra jour après jour. Il y avait un peu d'espoir pour ce match, mais le contrôle a dit non. Il travaille jour après jour, on espère qu'il pourra revenir bientôt pour nous donner un coup de main dans les rotations."
       
      Aux micros de Sky Sport
      L'Inter toujours maîtresse du match : signes de reprise ?
      "Absolument oui. Nous avons toujours été en contrôle, l'équipe s'est bien développée. Je redoutais ce match en tant qu'entraîneur compte tenu du match à Barcelone. Je les avais vus concentrés. Maintenant, nous devons travailler encore plus pour nous améliorer."
      Calhanoglu nouvelle carte aussi tactique : une solution de plus ?
      "Asllani travaille très bien, mais en même temps j'ai Mkhitaryan qui progresse malgré son départ retardé pour cause de blessure. Et Calhanoglu me donne de très bonnes réponses. Mais Asllani va aussi très bien et sera un atout pour le club."
      On t'a critiqué et tu es sorti vainqueur...
      "Nous les entraîneurs sommes toujours critiqués, ça m'est arrivé aussi à la Lazio malgré les objectifs et trophées engrangés. Ici on regardait 84 points et les deux trophées comme une défaite. Dans le calcio, les entraîneurs sont jugés tous les dimanches et l'Inter n'a pas pu faire 4 KO en 8 matchs. Maintenant, je regarde le terrain et je vois les gars s'entraider, c'est l'aspect le plus positif. J'ai toujours visé le travail, je sais ce que j'ai fait et ce que je fais."
      Quand et comment avez-vous décidé de cette petite révolution technico-tactique ?
      "Je ne parlerais pas de révolution. J'ai fait jouer Calhanoglu aussi l'année dernière. Dans les buts, en voyant les niveaux d'Onana, tous les dimanches j'ai un choix à faire, même si Handanovic s'est luxé un doigt et n'était pas disponible aujourd'hui. Au milieu de terrain, nous n'en avons plus que quatre de disponibles. Correa est de retour en attaque et nous donne un coup de main depuis 20 minutes. J'espère récupérer tout le monde pour faire des choix compte tenu du calendrier chargé."
       
      Aux micros de FCInterNews
      Est-il si évident que Brozovic prendra le relais de Calhanoglu lorsqu'il se remettra de sa blessure ?
      "Il n'y a pas de sortants malgré tout, en tant qu'entraîneur, j'aimerais avoir Brozovic, Gagliardini, Lukaku... Tout le monde. Quand vous jouez beaucoup, vous devez avoir tous les joueurs disponibles. Nous avons récupéré Correa, maintenant nous espérons récupérer les autres."
      Bastoni et Lautaro ont dit qu'il y avait eu un changement d'attitude après ce départ négatif. L'avez-vous vu aussi ?
      "Il y a des comparaisons quotidiennes avec les joueurs, les dirigeants et la présidence. Ce qui me reste, c'est ce que je vois à l'entraînement et sur le terrain. Aujourd'hui, nous étions en contrôle, les gars s'entraidant. Nous avons joué un match sérieux et concentré. Je suis satisfait mais à partir de demain on pensera à la Fiorentina."
      Parmi les critiques, lesquelles vous ont le plus dérangé ?
      "Non, je peux distinguer les critiques, celles constructives et celles recommandées par les autres. Rien ne me dérangeait, j'ai toujours été concentré sur mon équipe. Je sais ce qu'ils ont gagné ces mois-ci avec moi. Nous sommes en retard dans le classement, mais il y a beaucoup de matchs devant nous."
      Avez-vous remarqué un changement d'attitude de la part du groupe ?
      "L'attitude est fondamentale, je pense que vous l'avez remarqué aussi. L'équipe a le bon état d'esprit, vous n'allez plus encaisser de but comme avant. C'était agréable de voir l'équipe en contrôle contre un groupe organisé qui n'est pas un adversaire facile. On aurait pu marquer quelques buts de plus mais ça va. N'oublions pas qu'on était sortis de trois matches en dix jours, deux avec Barcelone et un avec Sassuolo."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      2 commentaires
      535 vues
    30. Robin Gosens se livre dans l'émission Match of the Day

      Interviewé pour l'émission du Match of the Day de l'Inter contre Salernitana, Robin Gosens s'est exprimé ainsi.
       
      "Beaucoup de personnes ont joué un rôle important dans ma carrière, du directeur sportif de l'époque de Dordrecht qui a toujours cru en moi à Gasperini qui m'a beaucoup fait grandir. Une légende des nerazzurri que j'aurais aimé avoir comme colocataire ? Jurgen Klinsmann, aussi parce que lorsqu'il jouait pour l'Inter, il était une idole en Allemagne et partager une chambre avec lui aurait été très intéressant. Compagnie? Eto'o ou Milito, deux joueurs impressionnants. Joueur à défier ? Brehme, il a super bien joué son rôle, j'aurais aimé le défier aussi pour apprendre de sa façon de jouer."
      "L'état d'esprit et la discipline sont pour moi deux caractéristiques essentielles, sans lesquelles je ne serais pas ici. S'amuser sur le terrain de foot c'est aussi fondamental, c'est quelque chose qui a fait la différence, je me suis toujours fait plaisir et cette chose est restée, même si maintenant il y a la pression j'ai toujours gardé mon amour pour le foot."
      "J'ai fait mes débuts professionnels à Dordrecht, une petite ville des Pays-Bas mais très importante pour moi. À Bergame, j'ai progressé et grandi en tant que personne et en tant que joueur, ce fut une expérience intense. Milan est une ville unique, déjà quand j'étais à Bergame je venais souvent la visiter, elle est belle et moderne et maintenant je suis heureux d'être ici."
      "Je me souviens qu'enfant, j'allais à l'école jusqu'à deux heures. Ensuite, tous les jours de trois heures jusqu'au soir, je jouais avec mes amis sur le terrain de football. C'était un petit terrain pas très beau où nous avons grandi et nous nous sommes toujours amusés. On y était 5 ou 6 heures par jour et on se disait toujours que la meilleure chose au monde serait que l'un de nous devienne un jour footballeur professionnel. C'est un souvenir qui me passionne toujours. J'aime lire et c'est aussi pour cette raison que j'ai écrit un livre dont le titre est 'Cela vaut la peine de rêver', une phrase importante pour moi. Depuis que j'ai commencé à jouer au football, David Alaba a toujours été mon idole. Je l'ai regardé quand il était au Bayern et il m'a toujours impressionné par sa façon de jouer différents rôles sur le terrain."
      "Je suis un homme très chanceux, entrer au Camp Nou et marquer un but important pour l'équipe est une émotion unique."
      "Jouer pour l'équipe nationale est incroyable et avoir disputé ce match (un but et deux passes décisives contre le Portugal, ndlr) dans un moment aussi important était merveilleux."
       
      Traduction alex_j via FCInter1908 et FCInternews.

      4 commentaires
      630 vues
    31. Denzel Dumfries donne des annecdoctes dans De Cor Potcast

      Une anecdote intéressante sur le premier jour à l'Inter, mais pas que. Voici les déclarations de Denzel Dumfries à De Cor Potcast.
       
      Denzel Dumfries s'est confié à De Cor Potcast sur certains de ses coéquipiers.
      "Le premier entraînement à l'Inter a été un drame. Je vais au centre sportif depuis l'hôtel et vous me connaissez, je suis un vrai professionnel, quand j'arrive, j'ouvre le sac et vois deux chaussures gauches. Je jure, deux chaussures gauches. Je pense 'oh mon dieu'."
      "Dzeko, quel que soit son âge, est d'un autre niveau, ce n'est pas normal comment il parvient à mettre certaines balles. Arturo Vidal est fort dans les contrastes (alternance d'exercices à forte charge avec des exercices à grande vélocité, ndlr), dans sa façon d'être c'est du 'Vidal'. C'était fou de voir Alexis Sanchez jouer, il était le meilleur a l'entraînement."
       
      Traduction alex_j et @Batistuta9 via FCInter1908.

      5 commentaires
      722 vues
    32. Simone Inzaghi : conférence d'avant match contre la Salernitana

      Veille de match du championnat à l'Inter! Les Nerazzurri reviennent au Meazza après la belle performance offerte cette semaine au Camp Nou face à Barcelone pour reprendre le fil de la Serie A et tenter de grignoter du terrain sur la tête. Demain Salernitana arrive à Milan et Simone Inzaghi en a parlé aux micros de la chaîne officielle du club.
       
      Le match de la Champions.
      "C'était un Mercredi chargé. Nous avons fait un grand match contre un adversaire très fort, mais c'est déjà du passé. Demain on a un match à jouer de la meilleure des manières face à un adversaire bien organisé."
      Les gars ont un grand coeur.
      "Ils l'ont toujours montré. Mercredi, il a fallu beaucoup de cœur, il a fallu de l'organisation et de la détermination pour faire un grand match. Le football est une succession de matches basic-fit, nous devons nous concentrer sur Salernitana."
      Comment gérez-vous toute cette adrénaline en quelques jours ?
      "Ce sont des matchs où tu dépenses beaucoup au niveau physique et mental. On est habitués, demain il y a un autre match et il faut récupérer, travailler plus sur la vidéo que sur le terrain pour un match intense."
      Comment allez-vous y faire face demain ?
      "Salernitana est une équipe organisée, qui l'an dernier a fait une très bonne deuxième partie. Une équipe de course, de qualité et d'excellents éléments. Il faut bien faire les choses."
      Leurs absences ?
      "Dans toutes les équipes, il y en a. Nous aussi, nous en avons. La différence se fera par la détermination que les équipes aligneront, j'espère que la mienne en a plus."
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      2 commentaires
      610 vues
    33. Ronaldo : "J'ai compris ce que j'avais ressenti des années auparavant"

      Ronaldo Il Fenomeno parle à cœur ouvert de sa carrière décimée par des blessures physiques et psychologiques qui se sont cicatrisées avec le temps. A l'occasion de la présentation du docu-film sur sa carrière qui en retrace les étapes, il a fait une interview à MARCA TV.
       
      Blessures physiques et mentales...
      "Aujourd'hui, je suis en thérapie. Deux ans et demi se sont écoulés et je comprends beaucoup mieux ce que j'avais essayé auparavant."
      "Je viens d'une génération dans laquelle tu étais jeté dans la mêlée et tu as dû faire de ton mieux sans la moindre possibilité de drame. Je regarde en arrière et je vois que nous avons été exposés à un très, très grand stress mental et sans aucune préparation. Aussi parce que c'était le début de l'ère d'Internet, avec la vitesse à laquelle les informations étaient relayées. À cette époque, il n'y avait aucune considération pour la santé psychologique des joueurs. Aujourd'hui, ils sont beaucoup mieux préparés. Ils reçoivent les soins médicaux nécessaires et également pour affronter la journée et les joueurs sont davantage étudiés."
      "Beaucoup, bien sûr, ont traversé des moments terribles, y compris la dépression, à cause du manque d'intimité, du manque de liberté... La réalité est que nous ne savions même pas que ce type de problème existait."
       
      Le contexte sur la deuxième grave blessure au genou.
      "Je n'avais aucune relation personnelle avec Zinédine Zidane, il était à la Juve et j'étais à l'Inter, mais quand je me suis blessé, il est venu me voir et ça a été une belle surprise. Il m'a dit 'Courage, guéris vite, le foot a besoin de toi...'"
       
      Lors de la nuit parisienne de 1998, lorsque le Brésil a perdu la finale de la Coupe du monde.
      "J'étais à 100 %, de ce que j'avais. Vous essayez de tirer 100 % de chaque match. Le football est beaucoup plus simple que les gens ne le pensent: un qui perd et un qui gagne, aussi simple que ça."
       
      Alors, qui remportera la prochaine Coupe du monde ? 
      "Le Brésil sera toujours le favori, partout. Avec le talent que nous avons, nous devons être des protagonistes. Il est vrai que les Européens ont joué un excellent football, très dynamique, attrayant et agressif. Il y aura la compétition classique et historique entre Européens et Sud-Américains. Le Brésil et l'Argentine représentent très bien notre continent, l'Amérique du Sud. Mais les Européens jouent et gagnent la Coupe du monde depuis 2006... Ce sera sympa. La France, l'Allemagne, l'Espagne, le Brésil, l'Argentine..., mais je ne le dirais pas qui. Je mettrais toutes ces équipes ayant de grandes chances de gagner."
       
      Traduction alex_j via FcInterNews.

      6 commentaires
      1k vues
    34. Giorgio Chiellini : "L'Inter a fait quelque chose d'extraordinaire, Barella parmi les meilleurs d'Europe et Lautaro décisif !"

      Giorgio Chiellini, en lien vidéo avec Sky Sport lors de l’after match de la Champions, a fait les déclarations suivantes.
       
      Nuits des clubs italiens ?
      "La soirée a été belle, Naples continue de donner du spectacle pendant que l'Inter a fait quelque chose d'extraordinaire. Mardi pourtant, il y eut deux mauvais matches. Le premier est celui de la Juventus, il fut très mauvais. Le deuxième celui du Milan avec des faits très négatifs. Les deux équipes ont passé une très mauvaise nuit."
       
      Piqué pas génial ce soir.
      "Il n'a pas remarqué le mouvement de Barella. C'est quelque chose qu'ils font depuis l'époque de Conte avec Bastoni qui le trouve bien grâce à son coup de patte. Nicolo avait déjà fait une première mi-temps extraordinaire et quand il garde le rythme, sans s'arrêter pour un moment, il fait partie des meilleurs milieux de terrain d'Europe."
       
      Est-il difficile d’être sur le banc, comme Handanovic ?
      "Beaucoup. Mais si vous comprenez que vous pouvez être utile, peut-être d'une manière différente, peut-être en tant que point de référence quotidien pour vos coéquipiers, alors ça passe. L'âge doit être combattu mais aussi accepté, on peut être important même en jouant moins. Il ne faut que l'accepter et le comprendre, si Handanovic a vraiment dit certaines choses à l'équipe c'est une démonstration d'une grande maturité, une valeur ajoutée."
       
      Quel est le meilleur geste de Lautaro ?
      "L'attaque au but et le mouvement à l'intérieur de la surface sont incroyables. Mais aussi la capacité aérienne, la technique... C'est un joueur complet et quand il est en forme, il devient décisif. En Europe, avec quelques espaces en plus, il est souvent décisif. Bravo à l'Inter et à Zanetti, ils ont découvert un joueur extraordinaire alors qu’il n’était encore presqu’un enfant."
       
      Maintenant que Lukaku est de retour, que se passe-t-il avec l'Inter ?
      "Est-ce que Lautaro joue mieux avec Lukaku ou avec Dzeko ? Je ne sais pas, je suis curieux de comprendre s'il profitera de tout ça, d'avoir Lukaku à ses côtés..."
       
      Que diriez-vous à Conte ?
      "J'ai passé un très bon moment avec Conte, il m'a appris non seulement à détruire, mais aussi à proposer. Je l'ai vu jugé mais je sais qu'il a vécu des jours difficiles à cause de la disparition de Gian Piero Ventrone."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      17 commentaires
      1,2k vues
    35. Simone Inzaghi : "Il va falloir être très bon et souffrir ensemble pour ce match décisif !"

      Il y a un calme apparent ce soir au Camp Nou, demain prêt à se transformer en un authentique chahut pour accueillir le deuxième match entre Barcelone et l'Inter, huit jours après le match houleux remporté par les Nerazzurri au milieu des polémiques d'arbitrage grâce à un but de Hakan Calhanoglu. La très longue veille du match qui décidera vraisemblablement de qui se qualifiera pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en tant que deuxième force du groupe C derrière le Bayern Munich, s'achève sur les propos de Simone Inzaghi. FcInternews.it, présent avec son correspondant, rapporte les déclarations de l'entraîneur des Nerazzurri.
       
      Votre prédécesseur, Trapattoni, disait qu'il faut se donner à 120 %. Quelle est l'occasion pour vous demain soir ?
      "J'ai dit au match aller que nous avions profité de l'occasion, demain nous savons que c'est très important. Nous savions qu'il fallait faire quelque chose d'extraordinaire après le tirage au sort, nous jouons le groupe de toutes nos forces. Ce sera dur, nous sommes l'Inter et nous cherchons à jouer notre jeu. Il va falloir être bons pour souffrir tous ensemble et mettre Barcelone en difficulté."
       
      Avez-vous peur de l'arbitrage ?
      "D'habitude je ne parle jamais des décisions des arbitres, j'ai seulement vu que les arbitres de Mardi dernier sont sur le terrain, l'UEFA a jugé leur prestation bonne. Il va falloir mettre de la force, de l'agressivité, de la détermination. On a fait le match aller de la meilleure façon."
       
      On semble revivre 2010, demain soir les supporters de l'Inter ne pourront pas se rendre avec les couleurs Nerazzurri dans les zones du stade non dédiées aux invités.
      "Je le vis sereinement, chez nous les supporters sont toujours les bienvenus. A la fin du match, au Meazza, j'ai salué chaleureusement Laporta, j'ai trouvé un maximum d'éducation du Barça."
       
      Xavi et Pedri ont parlé d'une Inter défensive.
      "Absolument pas, on connaît mon histoire ici à l'Inter et vous la connaissez. On a eu des mois de bon football reconnu en Italie et en Europe, puis il y a des moments particuliers comme le match aller qui est venu après deux KO. L'équipe m'a satisfait, dans la deuxième mi-temps, nous avons souffert avec un bloc bas pour enlever de l'espace à Barcelone."
       
      Va-t-elle jouer avec un jeu défensif ?
      "Même les joueurs ne connaissent pas la formation, j'ai des doutes. Je peux changer, j'ai encore le temps de décider. J'ai deux attaquants réguliers, comme Dzeko et Lautaro, qui viennent après 3-4 matchs consécutifs, éventuellement je peux élever Calhanoglu et Mkhitaryan dans le rôle de deuxième attaquant si je décide d'en garder un sur le banc. Si je pars avec eux deux, j'ai Carboni et Curatolo sur le banc, les blessures arrivent à tout le monde. J'aurais aimé que les deux équipes soient complètes. Une grande partie du match passera par la phase de non-possession. Mais on a aussi des joueurs de qualité qui savent tenir le ballon, il va falloir essayer de mieux dribbler qu'au match aller car on n'est pas au Meazza."
       
      Barcelone n'a-t-il pas bien réussi à Milan, à cause de l'Inter ou d'autre chose ?
      "Je dis qu'une grande partie du crédit est allée à l'Inter, j'ai vu le match à Majorque, contre le Celta... Barcelone a toujours joué du bon football même dans les défaites européennes. Nous savons qu'au Meazza nous avons donné peu, objectivement Onana n'a pas eu à faire des arrêts énormes. Demain sera différent, le stade sera chaud, nous devrons être une équipe grâce au soutien de nos fans."
       
      Peut-on parier sur le pragmatisme face à la possession de balle stérile du Barça ?
      "Chaque match a sa propre histoire, Barcelone ne méritait pas de perdre à Munich. Au match aller, nous avons fait un grand match en tant qu'équipe agressive, compacte et déterminée. J'aurais aimé jouer au Meazza, nous nous sommes préparés pour un match à la hauteur de l'Inter."
       
      Comment gardez-vous l'équipe calme?
      "Dans l'équipe, j'ai des joueurs qui ont l'habitude, ils ont une certaine expérience, nous sommes une équipe mature. Nous savons qu'il y aura des moments de souffrance et d'autres où il faudra être lucide avec le ballon."
       
      Xavi a parlé d'une finale. Cela peut-il être contre-productif pour Barcelone ?
      "Nous devrons jouer un jeu prudent, dans le détail. Barcelone fera beaucoup de centres, nous devrons être bons pour marquer à l'intérieur de la surface. Nous nous attendions au risque d'être dans ce groupe, nous pouvons faire de notre mieux après avoir récupéré six points. Dix points pourraient suffire, on affronte le match comme s'il était décisif."
       
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      6 commentaires
      947 vues
    36. Edin Dzeko : "J'invite toute l'équipe à dîner !"

      Après son doublé contre Sassuolo, Edin Dzeko s'est livré aux micros de DAZN.
       
      Les 100 buts...
       "Ils devaient être 103, mais les deux derniers les ont malheureusement annulés pour hors-jeu (rires, ndlr)."
      Le plus beau?
      "Tous sont beaux, peut-être le dernier. Pour moi, il suffit que le ballon passe la ligne, mais je me souviens du premier contre la Juve. Celui contre le Torino avec un pied gauche ? Cela pourrait être l'un des plus beaux."
      Quelle est la valeur de cette victoire ?
      "Peut-être que nous aurions perdu un match comme celui-ci il y a trois ou quatre semaines. Nous n'avons pas joué un grand match aussi grâce aux mérites de Sassuolo, ce n'était pas facile de gagner après tant de défaites en championnat mais nous voulions confirmer après Barcelone. Au final, les points comptent toujours."
       
      Vous avez réussi à prendre les trois points grâce à l'attitude.
      "Avant le match, on s'est dit qu'il ne fallait pas avoir honte de rester derrière et d'attendre de temps en temps. Souvent on en voulait trop avec la pression et les buts encaissés, mais il faut gagner. On a tous souffert ensemble, on voulait la victoire et à la fin je pense que c'est mérité."
      A quel point avez-vous envie d'être important et de continuer à marquer ?
      "Beaucoup. Marquer est une belle chose et quand le ballon franchit la ligne, vous êtes le plus heureux du monde. Aujourd'hui, je suis un homme heureux et je veux apporter ma contribution aussi longtemps que je le peux. Maintenant je vais bien et je dois continuer comme ça."

      Combien de stimuli la compétition avec Lukaku vous donnera-t-elle ?
      "Je ne dirais pas compétition, nous sommes dans une grande équipe et pour moi ce n'est pas nouveau car l'équipe compte et quand on gagne on est tous contents. L'important c'est de gagner."
      Allez-vous acheter une pizza à Mkhitaryan pour l'assistance ?
      "Bien, j'invite certainement l'équipe à dîner parce que vous n'obtenez pas 100 buts tous les jours."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      7 commentaires
      988 vues
    37. Simone Inzaghi : Conférence d'après match contre Sassuolo

      L'Inter renoue avec le succès sur le terrain de Sassuolo. Avec DAZN, après le match au Mapei Stadium, Simone Inzaghi analyse le match de son équipe.
       
      Quelle Inter avons-nous vu aujourd'hui ?
      "Une Inter avec une grande envie de gagner qui nous a surmonté la fatigue après un match très intense ce Mardi. C'était un match difficile, mais l'équipe avait une incroyable envie de gagner. Maintenant, il faut continuer après ces deux victoires qui remontent le moral.. Direction Barcelone où nous aurons quelques rotations au milieu et devant."
      Discours de Handanovic avant le match...
      "Valeur ajoutée sur et en dehors du terrain. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons continuer sur cette voie. Mais tout le monde nous a donné une belle aide, même ceux qui sont entrés. Dans les 25 dernières minutes, nous avons augmenté notre technique, comme nous aurions dû le faire en début de seconde période. Et donc nous avons gagné."
      Pourquoi avez-vous ce recul dans le premier quart d'heure ?
      "Nous nous sommes trompés techniquement et Sassuolo a une bonne pression. Ensuite, voir les dernières minutes si bien faites, alors peut-être que cela signifie que l'équipe est bien physiquement. Mais cela s'est également vu dans les défaites."
      Aujourd'hui Asllani souffre davantage, notamment pour le marquage fixe. Le changement pour ceci ou pour l'avertissement ?
      "Pour les deux raisons. Il a très bien joué avec la Roma, aujourd'hui ce n'était pas facile de jouer. Ensuite, il a pris un jaune qui l'a conditionné et puis j'ai mis Mkhitaryan qui va très bien. Je n'ai donc pas perdu un seul créneau en faisant le changement dans l'intervalle. Mais Asllani va très bien et il n'a qu'à continuer comme ça."
      Comment avez vous trouvé Mkhy ?
      "Il est très bien entré, c'était un ajout très important qui nous a aidés car dans le premier quart d'heure de la deuxième mi-temps, on a mal joué techniquement. Paradoxalement après leur but on a mieux joué. Mkhy est un joueur très intelligent, au milieu de terrain il m'a donné tout ce que je lui ai demandé. J'ai pensé sortir un attaquant après le 2-1 pour les laisser se reposer vu ce qui nous attend et on sait qu'en ce moment on est en difficulté devant." 
      Est-ce important que Dzeko ait trouvé le chemin du but ?
      "Edin a très bien fait, mais Lautaro aussi. Lauti n'a qu'à continuer comme ça, puis le but viendra. En tant qu'attaquant, je m'inquiétais du manque de performance, pas du but."
      Comment évaluez-vous le premier match d'Onana en Serie A ?
      "Il a joué le match que j'attendais, suite aux essais en Ligue des champions. Un gardien de qualité, qui m'a montré qu'il pouvait jouer pour cette place avec Handanovic. Avec le Barça ? Je ne suis pas déséquilibré. Aujourd'hui, par exemple, j'étais je pense mettre De Vrij et Skriniar dès le départ, mais je ne peux pas me permettre de perdre d'autres joueurs. On espère récupérer quelqu'un le plus vite possible."
      Concernant Lukaku et Correa ?
      "Pour Correa et Lukaku il faut attendre encore un peu. C'est normal que ces trois joueurs me permettent d'avoir plus de rotations car aujourd'hui encore on a vu une grande envie de gagner mais aussi des moments de souffrance car nous avions dépensé beaucoup d'énergie physique et mentale avec Barcelone."
      Vous attendez-vous à une série de victoires et ensuite faire un autre championnat en Janvier ?
      "C'est notre espoir, nous travaillons pour cela. Nous savons que nous avons du terrain à rattraper. Déjà avec la Roma j'avais dit que j'étais assez serein malgré ce qui se disait et les titres des journaux. Il y avait de l'espoir, de l'envie et quelques signes. Bien sûr, clairement en tant qu'entraîneur cette défaite a été une énorme déception, mais ces deux victoires sont un excellent point de départ car on sait qu'il faut récupérer des points et progresser."

      Trop tôt pour parler de percée ? Et si vous pouviez nous dire quelque chose sur le gardien de but...
      "En ce qui concerne le gardien, Handanovic est une valeur ajoutée, il a marqué l'histoire de l'Inter et s'est très, très bien débrouillé avec moi pendant ces 15 mois. Onana a montré pendant ces deux mois qu'il peut gagner sa place. Je les évaluerai de temps en temps comme n'importe quel footballeur. Onana a montré qu'il pouvait être numéro un sans oublier Handanovic. Dans les matchs où il était absent, il était toujours le premier à aider ses coéquipiers à les faire progresser. Ces deux succès sont deux excellents signes mais on sait qu'il faudra affronter les matches un par un. Mercredi on attend Barcelone qui est un adversaire très fort mais on ira jouer avec nos atouts."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      6 commentaires
      833 vues
    38. Diego Milito : "Mbappé et Haaland me rappellent Ronaldo et Vieri"

      D'un côté la vitesse et l'imagination de Mbappé, de l'autre la puissance et la constance de Haaland. Diego Milito, dans la Gazzetta dello Sport, parle des deux attaquants les plus forts d'aujourd'hui et, probablement, de demain aussi.
       
      Alors Prince, qui est la pointe du futur ?
      "Difficile à dire car ce sont deux joueurs extraordinaires, uniques, mais complètement opposés."
      Efforcez-vous et essayez d'en choisir un...
      "La façon dont je suis, j'ai toujours plus aimé les joueurs qui peuvent résoudre les problèmes par eux-mêmes. Quelqu'un comme Haaland, qui est tout simplement dévastateur, a toujours besoin de l'aide de ses coéquipiers. Mbappé, d'autre part, construit parfois le but lui-même, à partir de rien. Mais, de la même manière, il sait donner des passes décisives et trouver des espaces."
      Et s'il fallait faire une comparaison avec le passé : qui était un Haaland avant Haaland et un Mbappé avant Mbappé ?
      "Peut-être que le Français, pour l'explosivité d'une panthère, a quelque chose de Ronaldo, Il Fenomeno qui pour moi après Messi est le plus grand de tous. L'Italien Christian Vieri ou un Martin Palermo en Argentine. Puissant et incroyable dans la surface de réparation. Haaland a pris ce modèle dans une nouvelle ère et une nouvelle dimension."
      Les grands noms de notre ligue pourront-ils se rapprocher tôt ou tard de ces deux là ?
      "En Italie, je vois de grands joueurs progresser pour atteindre le sommet : je pense à Lautaro à l'Inter, Leao à Milan, Vlahovic à la Juve et aussi Kvaratskhelia qui est incroyable à Naples. Évidemment, personne ne peut y arriver seul, mais cela est aussi dépendent du parcours des équipes en Ligue des champions. Même en Serie A il y a une grande qualité d'attaquants."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      14 commentaires
      1,1k vues
    39. Lautaro Martinez : "Je pense toujours à l'Argentine mais c'est le travail avec l'Inter qui m'y amène !"

      Lautaro Martínez a accordé une longue interview à STAR + Qatar Specials où il a répondu à plusieurs questions qui ont marqué sa carrière.
       
      Sa relation avec Diego Milito :
      "A mes débuts au Racing j'ai dû remplacer Milito. J'ai une bonne relation avec lui. A chaque fois qu'il vient, on se voit, on dîne ensemble. Il m'a donné beaucoup de conseils, je lui serai toujours reconnaissant."
       
      Sur le fait de grandir en tant qu'homme après la naissance de sa fille :
      "Avec la naissance de ma fille Nina, je renais. J'ai beaucoup mûri sur et en dehors du terrain. Ça a fait baisser mes décibels, je suis un peu plus mature, je prends plus du recul. J'étais plus impulsif. Ma femme me dit toujours d'y aller doucement. Quand ma fille est née, je me suis calmé. Si je perdais, plus tôt, je restais des heures sans parler. Maintenant, d'autres choses ont la priorité, ça me fait toujours mal de perdre, mais quand je rentre à la maison ce n'est plus comme avant, plus au point de ne plus parler."
       
      Sur la prochaine Coupe du monde :
      "C'est un sentiment difficile à expliquer. Nous espérons arriver aussi préparés que possible. Nous avons parlé des billets et du nombre d'Argentins qui iront. Quand nous nous déplaçons, c'est comme si nous jouons en Argentine. Ce soutien, cette folie, c'est incroyable. Je joue toujours en pensant à l'équipe nationale argentine. Je me prépare à tout. C'est une roue qui tourne et je m'entraîne là où je dois donner le meilleur."
       
      Lionel Scaloni :
      "Je lui suis très reconnaissant car il m'a toujours fait confiance. L'équipe nationale a de grands joueurs, de grands attaquants et chaque match est un examen. Je sais que travailler avec mon club est ce qui m'y mènera. Tant que nous avons le temps, essayons de nous sentir bien, de nous concentrer, de faire ce que l'entraîneur veut. Il m'a soutenu quand je ne marquais pas et a beaucoup parlé, m'a respecté et m'a encouragé. Pour cela, je lui suis toujours reconnaissant."
       
      Le moment de l'hymne :
      "Je me sens fier. Quand on joue les éliminatoires, les matchs amicaux, il y a beaucoup de public. C'est incroyable. La passion de l'Argentin, comment il la chante... les sensations sont difficiles à expliquer. Je suis excité, mais en même temps tu as envie de pleurer, c'est un sentiment fort, il y a beaucoup d'adrénaline. Ou il arrive que ton esprit se vide et que tu penses que tu rêves ou être dans un jeu vidéo."
       
      Absence de la Coupe du monde 2018 :
      "Ça m'a fait mal de ne pas aller à la Coupe du monde en Russie comme me l'a dit le sélectionneur. Mais je respecte sa décision et j'ai toujours essayé de soutenir ceux qui l'avaient jouée. C'était une période difficile parce que c'était un de mes grands rêves."
       
      Comment avez-vous vécu la précédente Coupe du monde ?
      "Déjà en 2014, nous avons vu la retraite de la Coupe du monde avec le Racing. J'ai vu la dernière, celle de 2018, à Bahía Blanca. Après la Copa Libertadores, j'ai signé avec l'Inter et j'y ai passé deux mois."
       
      Célébration du but :
      "Il est né avec Gustavo Bou. À cause du surnom de el Toro, les cornes, c'était une fête dans le miroir, face à face. Puis je l'ai breveté (rires, ndlr). Je regarde toujours les matchs du Racing Club."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      0 commentaire
      751 vues
    40. Simone Inzaghi : "Très belle victoire contre le Barça ! Tout le monde a bien joué !"

      Quatre-vingt-dix-neuf minutes de courage, de cœur et de souffrance. Tout cela culminant par une victoire sensationnelle et très importante qui amène l'Inter à la deuxième place du groupe de la Ligue des champions le plus relevé. Cela chasse surtout les nombreux nuages noirs qui s'étaient accumulés sur la tête de tout le monde. C'est le commentaire que Simone Inzaghi lâche aux micros de Sky Sport et FCInter1908 à la fin du match.
       
      Interview accordée à Sky Sport 
      A quoi pensez-vous ? Cela ressemblait à un match impossible et au lieu de cela...
      "J'ai dit hier que c'était une grande chance contre l'une des équipes les plus fortes. Nous avons joué le match qui devait être joué, déterminé et agressif. Une soirée que nous attendions depuis longtemps. Pendant longtemps on ne l'a pas fait mais on est content pour les fans. Une soirée importante."
      Qu'avez-vous dit aux joueurs pour les voir tels qu'ils étaient ?
      "J'étais désolé pour le résultat contre la Roma, pour la performance médiocre. Ce soir, on n'a fait aucune inattention, des soirées comme celles-ci sont bonnes mais Samedi il va falloir récupérer de l'énergie car on affronte une équipe en forme. J'espère ne pas perdre d'autres joueurs, je pense que non car la fatigue ne semble pas grave. Maintenant, il faut récupérer des points en championnat."
      Victoire du tournant ?
      "Je pense que c'est le début, voir le Barça en direct, c'est encore plus fort. C'était une belle victoire, une victoire étudiée."
      Cette victoire est-elle une revanche ?
      "Je ne cherche pas à me venger. Ces moments durs arrivent mais je les affronte la tête haute en sachant qu'au cours de ces 15 mois, j'ai fait d'excellentes choses avec mon personnel. Ce soir, j'ai vu une équipe compacte et ce n'est qu'ainsi vous obtenez de telles victoires."
      À quel point êtes-vous heureux ?
      "Je suis content pour tous les composants, ces gars-là m'ont donné il y a trois mois deux trophées et maintenant ils sont les premiers à être conscients qu'il y a du terrain à récupérer."
       
      Interview accordée à FCInter1908
      Avis général ?
      "Excellent match face à un adversaire très fort, technique et de qualité. Nous étions très compacts, après le 1-0 nous avons raté quelques raffinements qui auraient pu nous apporter le deuxième but. C'est une soirée importante qui va devoir nous redonner beaucoup d'estime. Il va falloir enchaîner Samedi, puis il y aura le retour. On a une période très intense à gérer au mieux."
      Ce soir, tout le monde sur le terrain s'est entraidé.
      "Les garçons étaient très bons. Ils se sont beaucoup entraidés, ce fut une soirée merveilleuse, assaisonnée d'un incroyable esprit de sacrifice."
      Xavi s'est dit "indigné" par l'arbitre.
      "Xavi, je l'ai vu avant et après le match, c'est un grand entraîneur et une grande personne. Il fait référence à des décisions que je n'ai pas vues. Nous avons eu un penalty clair annulé pour hors-jeu justifié à 0-0. Leur but est plutôt juste à annuler."
      À quel point est-ce important d'avoir gagné de cette manière ?
      "Cela donne de l'estime de soi face à un adversaire comme ça. On en avait besoin mais on sait qu'on n'a bien fait. Ces derniers jours, j'étais assez calme, car Samedi j'avais vu de bonnes choses gâchées par des erreurs qui à d'autres moments n'auraient pas coûté une défaite aussi douloureuse. En 48 heures, organiser un match important de manière aussi simple était un bon signe."
      Calhanoglu peut-il devenir une alternative à Brozovic ?
      "Il me l'avait prouvé l'année dernière. J'avais quatre milieux de terrain et ils devaient être trois. Asllani avec la Roma a fait un excellent match, mais j'ai dû faire un choix. Mkhytarian méritait de jouer et il a fait un excellent match en termes de sacrifice. Tout le monde a très bien fait."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews et FCInter1908.

      6 commentaires
      839 vues
    41. Hakan Calhanoglu : "Nous avons mérité de gagner !"

      Après le match de Ligue des champions contre Barcelone, Hakan Calhanoglu s'est confié à Sky Sport. 
       
      Avis général ?
      "C'était un signal important, les supporters ont toujours été là. Ils ont donné une belle aide, on méritait de gagner. Il faut continuer comme ça, c'est mon but le plus important. Très bon match de l'équipe."
       
      Que s'est-il passé aujourd'hui ?
      "Nous avons parlé plusieurs fois dans cette période, aujourd'hui nous avons démontré, nous avons joué le match que nous voulions jouer. Mentalement, nous étions prêts, nous savions que les supporters étaient là avec nous. Aujourd'hui, nous avons montré que nous avons a bien fonctionné, même en phase défensive, nous avons bien mérité cette victoire."
       
      Victoire pour Inzaghi ?
      "Nous sommes toujours avec notre entraîneur, il a aussi besoin d'un coup de main. Je pense qu'il était content aujourd'hui, il a vu qu'il y avait une équipe qui se battait pour lui."
       
      Pourquoi l'esprit n'est-il pas le premier ?
      "Difficile à expliquer, je sais. On a fait beaucoup de choses qui n'allaient pas, l'attitude n'était pas la même que l'an dernier, on s'est dit de changer ça d'abord et l'un s'est battu pour l'autre aujourd'hui, c'est très important. Je pense que cela nous a menés à la victoire."
       
      Moralité : qui a dit que le vestiaire avait lâche Inzaghi ?
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      2 commentaires
      725 vues
    42. Marco Materazzi : "Unité contre le Barça !"

      Présent au Meazza pour Inter-Barcelone, Marco Materazzi a confié quelques sensations aux micros d'Inter TV. Il a aussi laissé un message sur compte Instrgram.
       
      "C'est moi qui dois remercier tous les fans pour la façon dont ils m'ont toujours traité et comment ils m'ont conduit à la gloire. Je leur serai éternellement redevable. Quel match ? Le football est beau parce qu'il vous fait jouer tous les trois jours, nous avons cette chance. Nous savons qu'en championnat, nous rencontrons des difficultés, mais la Champions reste la Champions. Quand j'ai vu le groupe, j'ai dit qu'il fallait faire la course contre le Barça et aujourd'hui il faut jouer pour ça. Ce soir, c'est une finale avant l'heure. Les supporters ont toujours fait la différence. Maintenant, j'envie les joueurs car il peuvent avoir du public pour les grandes occasions. A mon époque, certains parcs étaient souvent fermés. Assurément, en ce moment, nous avons besoin de résultats qui peuvent donner de l'enthousiasme. Pour passer le tour, il faut 9-10 points, donc ce soir on joue beaucoup."
       
      Son message sur son compte Instagram : "Unis"
       
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      2 commentaires
      542 vues
    43. Matteo Darmian : "Nous devons prendre nos responsabilités et donner plus !"

      A la veille du match Inter - Barça, en conférence de presse Matteo Darmian a pris la parole. 
       
      Que faudra-t-il mettre en place ?
      "Il faudra un match important, de la détermination et de l'attention. Une équipe très forte, mais nous le sommes aussi et nous devons le prouver."
      Qu'attendez-vous demain soir ?
      "Match difficile, mais nous sommes l'Inter et nous essayons de faire de notre mieux pour gagner. C'est un moment difficile mais nous devons prendre nos responsabilités et nous devons donner plus."
      Y a-t-il un moyen de retrouver l'enthousiasme?
      "Il y a peu de choses à dire. Nous sommes conscients que nous devons être les premiers à prendre nos responsabilités. Il arrive de faire des erreurs, mais il faut savoir réagir."
      Avez-vous de la présomption après l'ouverture du score étant donné que les défaites surviennent après l'ouverture de l'Inter ?
      "Le nôtre n'est pas un groupe présomptueux, au contraire on a toute l'envie de sortir de ce moment difficile. Il faut être bon pour faire tourner les épisodes en notre faveur."
      Pourquoi ces oublis ?
      "Il faut être bon pour rester lucide et être bon pour faire les choses qu'on sait faire et ne pas se laisser emporter par les émotions. On a besoin de plus de clarté et de concentration dans les 90'."
      Forte opportunité de l'adversaire ?
      "Nous savons que c'est une grande équipe, nous devrons être bons. Demain soir peut être une opportunité importante pour nous." 
      L'absence de Lukaku vous a créé des soucis.
      "Pour nous et pour l'équipe, c'est important, mais nous avons des joueurs très forts en attaque et son absence ne doit pas être une excuse. Il doit bien récupérer, nous l'attendons, quand il reviendra il apportera sa contribution. Maintenant qu'il n'est pas là il faut être bon pour combler son manque, mais il n'y a pas de problème."
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      0 commentaire
      484 vues
    44. Beppe Bergomi : "Une construction bien lente et fragile !"

      Sur Sky Sport, Beppe Bergomi a analysé le mauvais moment que passe l'Inter, à la lumière de la défaite contre la Roma.
       
      "Il y a des imperfections évidentes qui n'étaient pas présentes l'année dernière, le manque de conviction."
      "Contre la Roma, cependant, les Nerazzurri ne méritaient pas de perdre, d'après ce que nous avons vu sur le terrain. Je reste de l'idée que l'Inter n'a pas l'effectif le plus fort du championnat, comme le prétend Allegri. La direction a fait des choix sans avoir capté les changements qu'imposent le football moderne, et avec peu de jambe pour le faire."
      "Maintenant je ne vois même plus l'enthousiasme pour récupérer le ballon, aller tacler, relancer vite. Et si vous ne l'avez pas, les défauts ressortent plus for. C'est à partir du deuxième match que je remarque aux attitudes de non-équipe, de non-jeu."
      "La construction de l'Inter impliquant les défenseurs est assez lente. La construction de derrière apporte quelques avantages, comme le but de Brozovic contre le Milan. Mais c'est un risque énorme. Parce que les mauvaises passes horizontales conduisent à l'exposition de l'arrière-garde, le refus du un-contre-un et la difficulté à défendre les positions."
      "Le deuxième but de la Roma est une erreur manifeste de marquage et de positionnement. Quand tu es en difficulté, tu dois prendre tes responsabilités. Dans cette situation, les joueurs de la Roma qui sont grands, en taille, étaient positionnés derrière, l'Inter n'en avait qu'un. La défense de zone c'est bien mais les joueurs qui sont grands doivent être marqués individuellement. Ces balles doivent être prises à la fois dans le marquage de l'homme et de la zone."
       
      Traduction alex_j via FcInterNews.

      2 commentaires
      555 vues
    45. Federico Dimarco : "Une défaite imméritée !"

      Federico Dimarco a commenté le match aux micros de DAZN et InterTV.
       
      Sur DAZN
      "Après un match comme celui-ci, ce n'est pas facile de faire des déclarations. Il faut juste penser à travailler pour gagner les prochains matchs qui sont plus importants."
      Est-ce juste une question d'attention à certains moments du jeu ?
      "Je ne sais pas, mais nous devons gagner à nouveau car une équipe comme l'Inter ne peut pas se permettre de perdre ces matches."
      Cette année il y a quelque chose qui ne va pas en défense, accepter de défendre moins bas.
      "Cette année peut-être nous descendons trop bas plusieurs fois, l'année dernière nous avons poussé plus haut. Je ne suis pas d'accord sur ce point."
      Comment était l'ambiance dans le vestiaire ? Avez-vous dit quelque chose?
      "Ce soir on a beaucoup créé et on a peu souffert. Cette année dès qu'ils descendent c'est incroyable, mais on encaisse toujours des buts et ce n'est pas bien. Ce soir on a dominé, il n'y a pas eu de match et ils ont marqué deux fois. Les épisodes font la différence."
      Mancini a dit le contraire, que la Roma était plus forte.
      "Ce sont des opinions personnelles."
      Comment voyez-vous Inzaghi ?
      "Nous sommes avec lui, c'est notre entraîneur et nous devons travailler avec lui et penser à Barcelone car ce sera un match très difficile."
       
      Et avec InterTV
      Impressions générales...
      "Je pense que nous avons beaucoup créé, sur de longues périodes nous avons dominé. Maintenant, les épisodes se retournent contre nous et nous parlons ici d'une défaite imméritée. Nous, en tant qu'équipe, n'avons rien à nous reprocher, nous sommes des gars qui s'entendent tous bien, nous sommes un bon groupe et nous sommes bien ensemble. Il faut penser à travailler et à partir de ce soir penser à Barcelone."
      But du pied droit aujourd'hui...
      "Pensez-vous...". 
      Maintenant Barcelone.
      "Nous devons commencer de manière compacte, être une équipe, travailler dur pendant la semaine et essayer de ramener les trois points dès Mardi."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      7 commentaires
      830 vues
    46. Simone Inzaghi : conférence d'après match contre la Roma

      L'avance obtenue avec Dimarco ne sera pas suffisante pour éviter ce score de 1-2, un résultat qui écrase une nouvelle fois l'équipe de Simone Inzaghi qui n'engrange pas de points après une prestation correcte mais insuffisante pour encaisser le butin. Simone Inzaghi s'exprime sur InterTV et DAZN.
       
      L'interview sur Inter TV 
      Quels ont été les moments clés ?
      "Le moment clé, c'est qu'à la 35e minute on était devant, on tenait le ballon, on a fait une erreur à la sortie, on a encaissé ce but et dans les dix dernières minutes on a donné un peu de terrain à la Roma. On perd un match très important pour nous sans avoir essuyé un tir au but mais on perd 2-1. Il faut travailler sur les détails et sur les choses qui font la différence."
      Aujourd'hui la meilleure demi-heure depuis le début de la saison, puis l'épisode arrive. Est-ce un moment où vous payez un peu trop cher mentalement ?
      "Absolument oui. Des huit premiers matchs c'est certainement le meilleur en termes d'intensité, à cause de l'adversaire car la Roma est un excellent adversaire. Nous avons bien fait et aurions pu gagner à la place de la Louve, nous parlons ici d'une défaite dans laquelle nous avons encaissé deux buts sur lesquels nous devions nous améliorer et nous devons travailler davantage sur les détails."
      Qu'est-ce qu'il y a de bon à prendre dans un jeu comme celui-ci ?
      "En ce qui concerne les points, ils sont clairement comme à Udine mais aujourd'hui l'équipe sur le terrain était différente, elle a mis tout ce qu'elle pouvait, aller dribbler, en possession et non possession mais malheureusement en ce moment c'est comme ça et ce que nous sommes ne suffit pas à faire et nous devons travailler plus dur et mieux."
      Maintenant Barcelone.
      "Nous avons un match très difficile contre une équipe très forte, nous devons être bons pour récupérer de l'énergie et de la force car nous devons les préparer de la meilleure façon."
       
      Et on enchaîne avec DAZN
      Vers Barcelone.
      "Mardi, il y aura ce match important contre une équipe très forte, mais aujourd'hui, il y a de la déception pour un KO immérité. C'est le football. Notre meilleur match de la saison et nous repartons avec une défaite : ça brûle, ça fait mal."
      "Nous devons travailler davantage sur les détails. Aujourd'hui, nous perdons un match avec notre gardien qui n'a pas fait d'arrêt. Mais c'est le football. En ce moment, évidemment, ce que nous faisons n'est pas suffisant. Le Barça ? Aujourd'hui, j'ai eu un merveilleux match. réponse de l'équipe concernant le match, nous sommes désolés pour nos fans. Nous sommes là pour panser nos plaies pour une lourde défaite."
      Asllani serait-il sorti sans le but du 1-2 ?
      "Oui, il serait sorti de toute façon. Nous avons des problèmes entre les deux joueurs étant donné les nombreuses blessures. Il n'avait pas joué depuis longtemps, mais Calhanoglu n'était pas non plus au top. J'ai dû faire certains choix."
      Vous manque-t-il un joueur qui perfore ?
      "Au-delà du un contre un, ce soir, l'équipe a bien fait. Nous avons les joueurs importants, puis j'ai également ajouté Correa en passant au 3-4-3. Des matches avec la Roma au Meazza, c'est celui dans lequel nous avons moins souffert et pourtant nous avons perdu."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      15 commentaires
      1,1k vues
    47. Simone Inzaghi : Conférence d'avant match avant Inter - AS Roma

      Après la pause pour les équipes nationales qui l'ont privé de Marcelo Brozovic et sans avoir récupéré Romelu Lukaku, Simone Inzaghi revient pour sa conférence de presse au Suning Training Center, à la veille du match difficile contre la Roma demain à 18 heures. Voici ses déclarations.
       
      Un match difficile est attendu demain. Comment reprendre et quelle sera le match ?
      "Très exigeant, fait de duels. Une équipe forte, avec un super coach. Il faut bien se préparer, depuis hier j'ai revu tous les garçons. On a analysé la défaite à Udine et en même temps on a préparé le match de demain."
      Pensez-vous que la pause aurait pu bien se passer ?
      "Nous le saurons demain. La défaite à Udine est de notre faute, nous avons encaissé des buts à cause de notre inattention. Nous savons que nous devons faire plus à partir de demain."
      Est-ce qu'Asllani est prêt ? Et Lukaku ?
      "Pour Lukaku, il y a eu un contre temps qui nous enlève un joueur important. Le staff travaille. Un mois s'est écoulé mais cela prendra du temps. Asllani a été choisi par moi-même et le club. Il travaille bien, demain il va commencer le match. Au milieu de terrain, j'ai quelques difficultés parce que j'ai Mkhitaryan, Barella et Calhanoglu. En plus de Brozovic, Gagliardini n'a pas pu s'entraîner ces deux derniers jours et aujourd'hui nous verrons s'il va récupérer."
      Comment expliquez-vous la différence entre le début de l'année dernière et celui-ci ?
      "Nous devons faire plus et mieux. Je laisserais de côté la défaite contre le Bayern qui est à un autre niveau. Nous devions faire mieux contre le Milan et la Lazio. Demain, nous avons un autre match de haut niveau et nous essaierons de le ramener à nos côtés."
      Dans quelle mesure était-il important de ressentir la confiance de l'entreprise ?
      "On a quelques points de retard, on travaille et le temps n'a pas été très long à la pause car j'avais quatre joueurs en mouvement et deux gardiens. L'analyse d'hier était claire et l'entraînement d'hier m'a réconforté. Laissons parler le terrain."
      Il y a des situations qui se répètent aussi au niveau des individus. 
      "Nous devons tous faire plus, moi en premier lieu. Vous faites une petite inattention à certains niveaux. En Ligue des champions, nous progressons, en championnat, nous avons des points de retard. Il y a eu des critiques, nous avons écouté celles constructives tout en laissant les autres de côté. Nous savons que nous devons faire plus."
      Vous sentez-vous en danger ?
      "Nous l'avons toujours été, à chaque match, vous devez prendre de nombreuses décisions. Nous essayons de travailler plus dur et mieux, mais je suis calme car je travaille quotidiennement avec le personnel et les joueurs."
      Comment va Gosens ?
      "J'ai des joueurs qui vont bien, Robin en fait partie et je suis content qu'il ait retrouvé l'équipe nationale. A gauche j'ai, Dimarco, Darmian. Je ferai un choix après l'entraînement d'aujourd'hui."
      FcIN - Y a-t-il une différence entre les moments difficiles vécus ici et à Rome, peut-être même dans les relations avec le président ?
      "J'avais une très bonne relation avec Lotito et je l'ai avec Zhang qui est toujours avec moi et mon équipe. Dans le football, les victoires et les trophées comptent. Heureusement, au cours de ces sept années, j'ai toujours réussi à rapporter des trophées. J'espère encore cela à l'Inter. Nous avons quelques points de retard mais que Naples et l'Atalanta soient devant est mérité. Certaines équipes ont perdu des points mais avec du travail elles vont se rattraper."
      Pourquoi ces défaites surviennent-elles plus souvent ? Tout le monde ne semble pas aller dans la même direction.
      "Un faux sentiment, nous allons tous dans la même direction et travaillons comme toujours. En ce moment, probablement, nous payons plus que l'année dernière quand l'Inter s'est amusée. Dans la seule erreur vous n'avez pas concédé de but alors que maintenant, nous sommes punis quand vous baissez ponctuellement la garde. On doit tous donner plus, à commencer par les cadres de cette année et demie qui doivent retrouver la bonne forme. Mais ce sont de grands professionnels qui travaillent beaucoup pour arriver au meilleur de leur forme."
      Quelles forces et faiblesses voyez-vous à la Roma ?
      "Une équipe forte, la seule qui a gagné contre le Milan et nous l'année dernière. Nous trouvons une équipe renforcée qui a un bon chemin en championnat et en Europe. Ils ont eu beaucoup de joueurs dans l'équipe nationale et maintenant nous allons voir qui va arriver la plus prête pour le rendez-vous."
       
       
      Traduction alex_j via FCInternews.

      4 commentaires
      1,4k vues
    48. Gianfelice Facchetti sur Skriniar, Asllani et San Siro

      Gianfelice Facchetti s'exprimait sur les fréquences de Radio Sportiva à propos de Milan Skriniar, Kristjan Asllani et San Siro.
       
      Milan Skriniar.
      "J'espère que l'histoire liée à Skriniar aura une fin heureuse. Il me semble qu'il y a un peu trop de spéculations sur l'Inter. Cet été, tout a été dit par tout le monde et ils étaient tous convaincus qu'il partirait. Quand il reste, après un mois il est reparti. A Milan, en revanche, ils sont sûrs que Milan restera. Cela me semble être la réalité de notre football avec lequel il faut maintenant apprendre à vivre, avec des contrats des joueurs qui sont sur le point de expirer c'est toujours comme ça."
       
      Kristjan Asllani.
      "J'espère que ça pourra être son moment, l'année dernière on l'a peu vu mais il s'est fait remarquer. Ceux qui l'ont entraîné en parlent très bien. C'est peut-être le moment de tenter sa chance et d'avoir un peu plus de courage."
       
      San Siro.
      "Si San Siro est un problème, alors tous les stades italiens le sont. Je ne nie pas qu'ils ont besoin d'un stade actif 7 jours sur 7 et H24 qui offre également d'autres services. Bien sûr. Cela aurait été bien de le rénover comme pour le Camp Nou et Santiago Bernabeu. C'est un ingénieur qui a donné les raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas le faire avec San Siro. Un stade plus petit dans une ville en pleine croissance, c'est bien gentil. Une petite place ne conduit pas à voir grand. Je ne pense même pas ça peut apporter des avantages. Regardez, la Juventus a des difficultés économiques malgré le stade qu'elle possède." 
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      0 commentaire
      544 vues
    49. Massimo Moratti : "L'Inter a des difficultés dans les matches directs ! Chivu ou Stankovic ?"

      Lors d'une interview accordée à Inter-News.it, Massimo Moratti a discuté des Nerazzurri.
       
      M. Moratti, que pensez-vous du début de saison difficile de l'Inter avec trois défaites en sept matches ?
      "Les difficultés proviennent surtout du résultat négatif que l'équipe a obtenu lors du premier affrontement direct de cette saison contre la Lazio à l'Olimpico. C'est une équipe qui a des difficultés dans les affrontements directs. L'équipe a peut-être un peu perdu, pour le moment, de confiance. Et aussi l'absence de Romelu Lukaku est à prendre en considération. Tout cela, mis ensemble, semble impliquer que le manager est responsable, mais l'entraîneur n'est pas toujours responsable du manque de résultats."
       
      M. Moratti, pensez-vous que Simone Inzaghi pourrait être viré en cas de résultat négatif face à la Roma ? Et en cas d'adieu anticipé, qui pourrait être son remplaçant ?
      "Je pense que l'Inter a de la patience et du temps. En général elle pourrait prendre un risque mais je pense que l'Inter n'a pas l'intention de le licencier. Il y a du temps. Le remplaçant ? Ce n'est pas mon boulot de penser à un remplaçant (rires, ndlr)."
       
      Peut-être deux jeunes entraîneurs ? Mais avec de l'ADN Nerazzurri programmé dans leur cœur, comme Cristian Chivu ou Dejan Stankovic ? Qu'en penses-tu Moratti ?
      "Ce sont deux gars très bons et intelligents. Les appeler tout de suite à la tête de l'Inter ne semble pas être le cas. Ce sont encore de jeunes entraîneurs et ils n'ont pas beaucoup d'expérience mais ils peuvent progresser et s'améliorer beaucoup."
       
      M. Moratti, samedi à 18h, il y aura Inter-Roma au Meazza. Quel sera le match ?
      "Je vois un match difficile pour l'Inter. Et c'est quand même un beau match, car l'équipe d'Inzaghi est structurellement forte, tandis que la Roma de José Mourinho est surprenante. Alors il sera intéressant de voir laquelle des deux s'en sortira, en somme."
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      0 commentaire
      977 vues
    50. Massimo Moratti : "L'Inter doit avoir un électrochoc !"

      Invité Centro Suono Sport 101.5, lors de l'émission Crossover, Massimo Moratti a souligné le poids important de cette Inter-Roma dans l'économie des deux équipes.
       
      "L'Inter doit bien faire car la dernière période a été difficile. L'absence de Lukaku pèse beaucoup car c'est le joueur le plus important de l'équipe. Le sentiment que l'Inter a subi le contrecoup de l'an dernier : il y a déception dans l'environnement inter. Les Nerazzurri ont besoin d'un électrochoc pour repartir. La Roma est définitivement mieux lotie et veut trouver une continuité. C'est une équipe plaisante et cela peut surprendre."
      "Les caractéristiques de José Mourinho sont toujours les mêmes : professionnalisme et grand souci du détail. Il a certainement l'ambition de faire mieux que la saison dernière. Je ne pense pas qu'il y ait de différences par rapport à sa première année. Avec moi, il n'a jamais été un entraîneur insistant sur les achats, il a beaucoup suivi le marché des transferts, mais nous avons travaillé ensemble. avec et pour le club."
      "Paulo Dybala est un grand joueur et n'importe quel fan des Nerazzurri l'aurait voulu, mais le club a fait d'autres choix."
      "Beaucoup d'Américains se passionnent pour le football et essaient d'investir en Italie parce qu'ils sont intéressés à développer le spectacle de l'événement sportif. Nous sommes destinés à l'arrivée d'autres propriétés étrangères et ce, de manière positive."
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      2 commentaires
      1,1k vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...