Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Actualités de l'Inter

    Radja Nainggolan parti….. pour rester ?

    Radja Nainggolan et Arturo Vidal ont fait simultanément leur entrée à l’occasion d’Inter-Fiorentina. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux ont Bad Boys ont été applaudi par les tifosi, étant donné le caractère guerrier instauré qui a permis de faire la différence
     
    Cagliari pousse, l’Inter tempère

     
    Si de son côté Cagliari continue a faire les yeux doux au Ninja, celui-ci ne parvient pas à satisfaire le club à travers une offre économique à la hauteur.
    De son côté, l’Inter satisfaite de la prestation de l’ancien Diable Rouge, ne compte absolument pas faire le moindre cadeau aux sardes comme le révèle Rai Sport: "Conte a fait comprendre que le Belge n’est plus à l’écart du Projet Inter : Brozovic et Eriksen n’ont pas brillé et le Mister a fait rentrer le Ninja pour inverser la tendance. Les nécessités de Cagliari et le fait que le joueur puisse être utile à l’entraîneur ont renforcé la position de l’Inter dans la négociation : L’impression est que tout se décidera lors de la dernière journée de mercato qui se tiendra lundi prochain."
     
    Pour ou contre un départ du Ninja ?
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    1 commentaire
    40 vues

    Perte colossale pour le Calcio : Le palier de 500M€ franchi

    "Nous sommes condamnés à revoir continuellement les estimations, et jusqu’à présent les pertes pour la Serie A sont supérieures aux 500 millions d’euros. Une somme monstrueuse non seulement pour notre championnat, mais également pour tout le Calcio, car nous sommes une industrie motrice qui fait travailler des milliers de personnes et cette perte pourrait se répercuter sur les compétitions mineures, en arrivant jusqu’à leurs bases" Cette déclaration glaciale est signée Luigi De Siervo soit l’Administrateur-Délégué de la Lega Serie A lors de son interview à “Radio anch’io sport” su Rai Radio 1.
     

     
    "Avant la pandémie en Italie, les coûts des joueurs étaient équivalent aux recettes des droits télévisés, soir 65% du bilan. Faute d’autre revenus, le système actuellement mis en place est très proche d’un effondrement. Les demandes d’aides sont parties de plusieurs endroits, à commencer par le Président Gravina suivi par tant d’autres présidents."
    "Il faut protéger le Calcio."
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    3 commentaires
    64 vues

    Stefano Sensi, sanctionné par l’Inter à cause de sa fiancée ?

    Rubrique people en ce lundi matin : Alors qu’il fut l’un des meilleurs joueurs face à la Fiorentina, Stefano Sensi ou plutôt Giulia Amodia, sa fiancée lui a tiré une joli balle dans le pied
     
    La problématique des réseaux sociaux

     
    En effet, alors que l’intention est Noble à la base, Giulia a publié une photo d’elle et Stefano ensemble sur une trottinette électrique accompagné : de la légende: "Tout mon amour se retrouve ici."
     

    Cautionnez-vous le comportement de Madame Sensi ?
     
    Problème : Être à deux sur une trottinette qui semble électrique et accompagné du chien est strictement interdit dans le code de la route italien. L’Inter, qui est toujours très attentive au comportement de ses employés sur les réseaux sociaux semble ne pas avoir apprécié cette démonstration d’affection
     
    Pensez-vous que Stefano sera et mérite d'être sanctionné ?
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    14 commentaires
    178 vues

    Conte: la Puissance du banc

    C’est une information de la Gazzetta Dello Sport, ce samedi soir, dans le stade du Giuseppe Meazza, Antonio Conte a ressenti une emprise empirique, il a constaté de lui-même que son équipe est devenu mentalement une force de la Nature : "Sa nouvelle Inter propose maintenant  de la profondeur, elle est résistante et est dure…Dure à tuer,  Dur comme les personnalités des milieux de terrain qui sont montés pour  aller au combat"
     
     Abondance de choix

     
    « Lors de cette première folle soirée de sa seconde saison, au moment où cela s'est nécessaire, il s’est retourné vers le banc et a frissonné : Le noyau de l’Inter propose, sans l’ombre d’un doute, une profondeur inégalée et des plus importantes sur ces dernières années, il est hautement compétitif. Antonio Conte n’était pas habitué à tant d’abondance, soit le meilleur tranquillisant dans l’hystérie de ce Inter-Fiorentina."
    "Ce n’est pas un hasard si la remontée est la fille légitime des changements opté par l’entraîneur pour corriger les incertitudes initiales. La seconde fois où il était mené, une poussée d’adrénaline, de rage et de talent lui est monté à la tête : Qui d’autre que lui peut se vanter d’aligner une flèche flambant neuf comme Hakimi, deux guerriers destructeurs comme Vidal-Nainggolan, un attaquant créatif comme Sanchez et Sensi dont il ne faut absolument pas sous-évaluer son impact moteur ?"
     
    “Il y a un an, lorsqu’il se retournait, il ne trouvait aucun milieu de terrain sur le banc, à présent, nous voulons offrir plus de choix à notre entraîneur"  Beppe Marotta, lors de la première conférence de presse de la saison. Et penser de cette façon: avec intelligence, sur l'usage des 5 changements est une opportunité précieuse dont s’est saisie le Grand Conte. Lui qui était assis à côté de l’administrateur-délégué, après des mois de tempête l’écoutait de façon intéressé : C’était quasiment une prophétie."
     
    Ce dimanche, lors du décrassage, Conte a réuni sa trope et il a rendu hommage au Cœur et au mental démontré lors du Final face à la Viola: "Mais pour aller jusqu’au bout, il ne faudra jamais rien prendre pour acquis. L’entraîneur a aussi observé l’autre côté de la lune : Le caractère ne pourra pas toujours suffire : On ne peut plus démarrer comme ce fut le cas au Meazza samedi."
     

     
    Traduisez : Face à Benevento, il faudra donner et se donner beaucoup plus. Et pour atteindre l’objectif, certains de ses durs à cuire sur le banc pourraient débuter en qualité de titulaire :
     
    Arturo Vidal, avec quelques entraînements collectifs supplémentaires semble être prêt à épouser le rôle que Conte lui a réservé. Qu’il s’agisse d’être Mezzala ou Trequartista, c’est lui qui revêtira le rôle de la Courroie de transmission : L’esprit de l’entraineur sera visible à travers lui sur le terrain. Face à la Viola et même s’il n’a pas eu énormément de temps pour se mettre en valeur, il a démonté qu’il est encore assez vif et être une personnalité sur laquelle. on peut compter. Les insertions, les ballons gagnés, les buts arriveront lorsque son temp de jeu aura augmenté.  
    Radja Nainggolan, est entré aux côtés du chilien et il s’est montré surprenant : La dernière fois qu’il avait foulé le Meazza en qualité d’interiste, il avait inscrit le but qualifiant l’Inter en Ligue des champions, le 26 mai 2019...face à l’Empoli , dans un autre match fou Nerazzurro  
    Comment qualifiez-vous le mercato actuel du Padrino Marotta ? Certains diront qu’à l’instar de la Juve de Conte, que Marotta s'est axé a intelligemment doubler les postes avec des joueurs d’expérience.
     
    Validez-vous cette approche ou auriez-vous préféré miser sur des jeunes joueurs prometteurs ?
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    8 commentaires
    187 vues

    Matteo Darmian arrive ce mardi à Milan

    C’est une information de la Gazzetta Dello Sport, l’arrivée de Matteo Darmian était lié à un nouveau départ d'un joueur de l'Inter. Et le "Oui" d'Andrea Ranocchia au Genoa, permet à l’ancien de Manchester United  de rejoindre la Pinetina déjà ce mardi.
     

     
    Sauf rebondissement de dernière minute, à savoir un accouchement anormalement long pour l’épouse de Ranocchia, Andrea signera son contrat le liant au Genoa après la naissance de sa petite fille. Les clubs et le joueur s'étant tous mis d'accord sur le déroulement de cette transaction. Et il va de soit que le plus important reste et restera la santé de l’enfant.
     
    Comment résumeriez-vous l’aventure d’Andrea Ranocchia à l’Inter ?
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    15 commentaires
    341 vues

    "Non Mollare Mai" n’est pas qu’un Crédo

    En effet, le slogan de l’Inter: "Non Mollare Mai" soit "Ne jamais abandonner" n’est pas une simple parole en l’air. Les Nerazzurri détiennent, en effet, un record typique de son Adn de fou.....
     
    Révélation d’Opta
     
     
    "La rencontre remportée face à la Fiorentina est la sixième victoire de l’Inter dans une situation de désavantage après 85 minutes de jeu en Serie A. C’est l’équipe qui en compte le plus dans l’Histoire de la Serie A. Tenace....."
     
    Le club devrait-il songer à intervenir dans les frais cardiologiques de ses tifosi ?
     
    ®Antony Gilles – Internazionale.fr

    6 commentaires
    249 vues

    Andrea Pirlo : "Si l’Inter est meilleure que nous ?"

    Interviewé par Sky Sport après le match nul obtenu à l’Olimpico face à la Roma, Andrea Pirlo a déjà dû faire face à une question relative au duel à distance de la saison
     

     
    Si l’Inter est meilleure que nous ?
    "Je ne sais pas si leur équipe est meilleure que la nôtre, elle s’est certainement améliorée comparé à l’année dernière. Ils se sont renforcés avec des joueurs de qualité."
    "Nous sommes une équipe avec tant de bons joueurs, je ne sais pas qui est le meilleur : Cela se jouera "Fino alla fine".J’ai dit aux garçon que les changements allaient s’avérer important, comme cela a pu se voir hier avec l’Inter : Les joueurs qui sont entrée l’ont fait d’une bonne façon, ils ont changé la partie."
    Pensez-vous que cette saison, l’Inter dispose du banc qui lui a cruellement fait défaut la saison dernière ?
     
    ®Antony Gilles – Internazionale.fr

    4 commentaires
    332 vues

    Skriniar & Brozovic pour Kanté ?

    C’est, selon le média anglais 90min, l’offre qui aurait été proposée à l’Inter à Chelsea
     

     
    En deçà dans l’Inter de Conte, les Blues considéreraient cette proposition intéressante, étant donné que Milan Skriniar et Marcelo Brozovic avaient été sondés durant l’été.
     
    Accepteriez—vous ce deal ?
     
    ®Antony Gilles – Internazionale.fr

    15 commentaires
    539 vues

    Inter 4-3 Fiorentina: Un match fou pour commencer la saison

    Premier match de la saison 2020/21 contre une Fiorentina qui a gagné le weekend dernier et qui se présente confiante. Antonio Conte aligne une recrue et un retour, Kolarov et Perisic sont dans le onze. Bastoni est au centre de la défense et prend la place de de Vrij, suspendu. Les cinq changements sont toujours en vigueur pour cette année, une donnée qui aura son importance cette saison.
     

     
    Et cela commence mal puisqu'au bout de deux minutes de jeu, Biraghi se rappelle aux bons souvenirs de ses ex-coéquipiers et adresse un excellent centre pour Kouamé qui combine avec Bonaventura. D'Ambrosio couvre le hors-jeu tandis que Kolarov est plus occupé à lever le bras qu'à suivre son vis à vis. Résultat Handanovic se fait aligner et la Fio mène déjà au score (3' 0-1). L'équipe reprend le contrôle au milieu et croit même avoir un pénalty sur une faute de Caceres sur Lautaro, mais l'arbitre Calvarese en décide autrement. S'en suit une nette domination des nôtres et une Fio qui joue en contre, emmenée par un Franck Ribéry très en jambe. Comme sur cette course où il trouve parfaitement Kouamé dans la profondeur mais il faut une très bonne sortie d'Handanovic pour éviter le 0-2 après le quart d'heure.
     
    La rencontre se calme et il faut attendre l'approche de la mi-temps pour que tout s'accélère. Kouamé est de nouveau proche d'enfoncer le clou mais Young tacle parfaitement l'ivoirien dans la surface en dernier recours. Juste avant le retour aux vestiaires, la Fiorentina est prise à son propre jeu. Barella emmène le contre et sert Lautaro à l'entrée de la surface. La finition est parfaite, son tir enroulé est imparable pour Dragowski (45'+2 1-1).
     
     
    A la reprise, la Fio n'arrive pas à se dégager, Eriksen récupère et lance Lautaro. En plein duel avec Amrabat, il se joue de lui et centre fort à ras de terre dans la surface. Il n'y a aucun coéquipiers mais Ceccherini panique et met le pied pour contrer, mais le ballon part en direction de ses propres cages et trompe Dragowski (52' 2-1). Cela met cependant la Fio dans de bonnes dispositions, avec des contre attaques éclairs qui nous posent de vrais problèmes.
     
    Ribéry, bien lancé par Castrovilli, prend de vitesse D'Ambrosio puis temporise. Nos joueurs sont attentistes et laisse Castrovilli apporter son soutien avec une course de plus de 70m seul, pour rentrer dans la surface et tromper Handanovic d'un tir à ras de terre. Trois joueurs de la Fio pour six joueurs nerazurri... (57' 2-2). La leçon n'est pas retenue, puisque quelques minutes plus tard, Ribéry montre à nouveau toute sa classe. Il efface D'Ambrosio et d'une passe millimétrée dans la profondeur parfaite, il trouve Federico Chiesa parti dans le dos de la défense. Ce dernier dupe Handanovic, qui aurait pu avoir la main plus ferme sur sa sortie... (63' 2-3).
     

     
    Antonio Conte effectue alors deux changements, avec l'entrée d'Hakimi à la place de Young et de Sensi qui envoie sur le banc Eriksen. La Fiorentina nous laisse le ballon et voit Lukaku vendanger deux énormes occasions, hors cadre. Nos adversaires joue toujours en contre, et Vlahovic, tout seul devant le but, a la balle pour tuer la rencontre mais il rate totalement son tir. Il le regrettera fortement...
    Car la pression se fait de plus en plus fortes sur la défense florentine. Sur une belle combinaison Lukaku-Sanchez-Hakimi, le marocain retrouve instantanément le belge pour cette fois mettre la balle au fond des filets et égaliser (86' 3-3). Trois minutes après, sur un corner à deux, Sanchez centre, c'est légèrement dévié par Castrovilli et le ballon atterrit au second poteau. L'endroit préféré de Danilo D'Ambrosio, qui bat dans les airs Vlahovic et place sa tête à bout portant. Dragowski ne peut rien et voit son équipe couler en trois minutes (89' 4-3).
     
    Une fin de rencontre folle pour clore les retrouvailles avec la Serie A. Une victoire méritée malgré tout, qui met en exergue nos faiblesses défensives sur contre. Rendez-vous mercredi pour Benevento-Inter à 18h00 !
     
     
    Tableau Récapitulatif
     
     
    Inter 4-3 Fiorentina
    Buteurs: 45'+2 Martinez - 52' Ceccherini csc - 87' Lukaku - 89' D'Ambrosio ; 3' Kouamé - 57' Castrovilli - 63' Chiesa
     
    Inter: Handanovic ; D'Ambrosio, Bastoni, Kolarov ; Young (64' Hakimi), Barella (75' Nainggolan), Brozovic (74' Vidal), Perisic (78' Sanchez) ; Eriksen(64' Sensi) ; Lukaku, Martinez
    Banc: Radu, Skriniar, Pirola, Ranocchia, Gagliardini, Vidal, Hakimi, Sensi, Dalbert, Nainggolan, Sanchez, Pinamonti
    Entraineur: Antonio Conte
     
    Fiorentina: Dragowski ; Milenkovic, Ceccherini, Caceres ; Chiesa (38' Lirola), Bonaventura (61' Valero), Amrabat, Castrovilli, Biraghi ; Kouamé (61' Vlahovic), Ribéry (83' Cutrone)
    Banc: Terracciano, Dalle Mura, Pezzella, Julio, Lirola, Montiel, Saponara, Valero, Venuti, Duncan, Vlahovic, Cutrone
    Entraineur: Giuseppe Iachini
     
    Arbitre: Calvarese
    Var: Giacomelli
    Avertis: Barella ; Ceccherini
     
     
    ®gladis32 – internazionale.fr

    26 commentaires
    798 vues

    D'Ambrosio: "C'était plus que fou"

    Interrogé par les micros de DAZN, Danilo D'Ambrosio revient sur cette fin de rencontre folle et son but victorieux qui donne la victoire à l'équipe :
     
    "C'est toujours important de gagner qu'importe la rencontre, première journée ou non. Nous essayons de le faire sans souffrir, pas comme aujourd'hui où nous avons très mal commencé, mais nous avons quand même gagné les trois points. Nous avons été malchanceux sur certaines occasions mais nous avons montré que nous voulions gagner, avec ces changements disponibles qui peuvent faire la différence. Mon objectif est de mettre Conte en difficulté dans ses choix, j'essaye d'être à fond tout le temps."
    "Pazza Inter ? C'était plus que fou, c'était un Inter qui voulait gagner à tout prix."
     
     
    ®gladis32 - internazionale.fr

    13 commentaires
    647 vues

    Inter 4-3 Fio: conférence de presse d'après match de Conte

    Antonio Conte s'est attardé auprès des médias en conférence de presse d'après match pour commenter ce match fou de début de saison. Voici ses propos.
     
    Votre premier sentiment après cette rencontre ?
    "Nous savions que ça allait être compliqué. La Fiorentina est une très bonne équipe, difficile à affronter. Nous avons bien joué en phase offensive, faisant avancer beaucoup d'hommes et marquant quatre buts et en se créant de nombreuses occasions. Mais je vois aussi l'aspect négatif sur les phases de redémarrage et d'engagement. L'équilibre est la base de tout. Il faut s'améliorer de ce point de vue. Nous voulons travailler l'aspect défensif en pensant toujours aller de l'avant, à faire pression sur le porteur du ballon. Nous devons nous améliorer là dessus.Mais le grand mérite revient aux joueurs. Nous prenons ces trois points importants et nous sommes heureux."
     

     
    Aujourd'hui c'était une belle chance pour Christian Eriksen, mais il semble qu'avec le danois à la manœuvre, l'équipe est un peu perdu :
    "Nous travaillons avec Christian comme nous travaillons avec les autres. Par rapport à son arrivée il a augmenté le rythme et il joue dans sa position idéale. Il a bien joué. Nous savons qu'il a les qualités et nous essayons de les faire ressortir. Parfois vous arrivez à le faire vite, d'autres fois non, mais vous devez avoir la foi. Et je l'ai. C'est une personne sympathique qui s'entraine très bien. J'espère qu'il pourra déclencher cette étincelle qui l'enflammera définitivement."
     
     
    N'était-ce pas risqué de faire autant de nouveaux choix ? Eriksen ne semblait pas satisfait de jouer milieu offensif.
    "Cette remarque me fait sourire car nous avons joué comme cela pour le mettre dans les meilleures conditions. Cela a toujours été son rôle... Par rapport à l'an passé, il ne reste que Young sur les ailes. Perisic est revenu et il a montré une belle envie et a joué un très bon match. Bastoni au milieu de la défense est une alternative en raison de la suspension de Stefan de Vrij. Je suis aussi content du match de Kolarov."
     
     
    Comment le métier de coach a-t-il évolué avec ces deux saison atypiques ?
    "Nous avons dû expérimenter beaucoup de choses. Il ne faut pas oublier que nous avons retrouvé des joueurs qui ont été arrêtés deux mois et demi. Nous avons dû faire une préparation différente. Nous avons aussi eu la belle aventure en Ligue Europa où là aussi il a fallu expérimenter. N'oublions pas les internationaux qui n'ont eu qu'une semaine de vacances. Ce sera un championnat fatiguant où il faudra une grande disponibilité des joueurs et être bien équipé numériquement pour jouer tous les trois jours."
     
    L'Inter a-t-elle une équipe plus complète qui permet aussi un changement de système, notamment avec les cinq changements ?
    "Les cinq remplacements seront fondamentaux, en particulier au milieu de terrain où nous sommes plus numériquement. La saison passée nous avons été pénalisés par l'absence de Sensi, de Gagliardini deux mois ou de Barella. Ce n'était pas facile mais nous avons tout de même fait quelque chose d'extraordinaire. Aujourd'hui nous avons des milieux en quantité et qualité. Il faut rester prudent en attaque mais aussi pour ceux qui restent en retrait, pour arrêter d'éventuelles contre-attaques. Aujourd'hui nous sommes allés devant avec trop de joueurs, créant un déséquilibre."
     
     
    La défense à quatre est définitive ou est-ce une solution suivant la rencontre ? Skriniar est-il sur le marché ?
    "Skriniar fait partie de l'équipe. C'est D'Ambrosio qui a joué aujourd'hui mais nous avons encore beaucoup de matchs, il est dans notre projet. Si une offre arrive, le club envisagera les possibilités, nous sommes ouverts à toute solution. Mais Milan fait partie du projet. Les quatre arrières sont une solution d'urgence, aussi parce que Hakimi doit travailler sur la phase défensive. A Dortmund il a commencé dans une défense à quatre puis à trois."
     
     
    ®gladis32 - internazionale.fr

    6 commentaires
    727 vues

    Première conférence de presse de la saison 2020/2021

    A la veille de rencontrer la Fiorentina dans le cadre de son premier match de la saison, mais qui sera déjà celui de la deuxième journée de la Serie A, Antonio Conte et Giuseppe Marotta se sont livrés, ensemble, à la toute première conférence de presse de la saison.
     
     
    Interview intégrale de Giuseppe Marotta

     
    "Je tiens à remercier tous les médecins et tous les intervenants qui ont rendu tout ceci possible, la pandémie a laissé des traces d’une façon dramatique. Cette saison sera anormale car elle débutera très peu de temps après celle qui vient de se conclure. Je tiens à remercier aussi les joueurs pour ce qu’ils ont fait, ils ont joué dans une atmosphère difficile et tourmentée. Le football peut être un élément qui offre une légèreté, en proposant un climat moins pesant, et je me souhaite que l’Inter puisse y contribuer à sa manière."
     
    Le Mercato
     
    "L’objectif du Club est celui de tirer le meilleur parti du noyau, en tenant compte des limitations qui existent. Nous sommes dans une pandémie et notre secteur industriel est confronté à de très grandes problématiques: Tous les clubs doivent y accorder une attention personnelle, afin de disposer d’une soutenabilité financière."
    "L’ensemble des clubs disposent de revenus moins importants, les stades sont fermés, il y a des contentieux....Ce n’est pas une surprise si aucune équipe n’investit de façon importante sur le Mercato. Nous ferons tout ce qu’il nous est possible de faire en respectant la politique que nous avons établi. Nous chercherons à saisir les opportunités, mais il n’y aura pas de grands investissements, ni de grandes opérations"
     
    Saison 2019/2020
    "L’année dernière, un travail extraordinaire a été réalisé: Le mérite en revient à Conte que je connais bien. Je connais sa façon de travailler, sa grande culture pour le  travail. Nous avons disputé une Finale de Ligue Europa, nous sommes arrivés second à un point du premier. Le tout sans rien oublier de notre concept de crédibilité."
    "Nous voulons le bien de l’Inter et nous sommes très proches de l’entraîneur. Cela m’a fait très plaisir de voir Antonio, la semaine dernière analysé l’état du terrain de la Pinetina Cela veut dire qu’il se dévoue, qu’il a l’amour du travail. Les objectifs déclarés par la société sont ceux qui sont épousé par l’Inter, à savoir participer avec dignité à la Ligue des Champions et arriver dans les quatre premiers au classement. Nous allons débuter une seconde saison avec les connaissances du passé et nous savons ce qu'il nous  reste à faire."
     
    Tensions
    "Antonio a fait part et a répété un concept de crédibilité, soit le sérieux et le professionnalisme, deux concepts qui sont présent dans le Club. Je me souhaite que des échanges pourront encore avoir lieu cette saison, car cela sera révélateur de notre volonté de grandir: Nous sommes des sportifs, nous sommes des gens habitués à échanger, et cela nous a toujours conduits à avoir des résultats positif. J'aurais été étonné de voir un Conte différent de celui que je connais, nous avons travaillé ensemble durant 5 ans, nous travaillons pour l’Inter et pour atteindre des objectifs importants."
    "L’année dernière est à considérer comme positive, non seulement pour les objectifs, mais aussi pour la croissance réalisée. Ne pas avoir de tension mènerait à un relâchement et cela ne pourrait pas nous amener au niveau de compétitivité dont nous avons besoin."
     
    Perisic et Nainggolan
    "L’année dernière, il y avait un contingent à respecter et nous avions expliqué cette situation en conférence de presse. Nous ne sommes plus dans une situation similaire à celle de la saison dernière, nous avons un noyau numérique qui doit suivre la logique du mercato où un joueur peut demander à être transféré. Mais au jour d’aujourd’hui, nous n’avons pas trouvé de réponse à ces situations."
     
    Saison anormale
    "Lorsque je parle de saison anormale, il y a lieu de comprendre qu’il y aura une compression des matchs  en 10 mois et que cela aura une incidence sur les blessures. Le noyau devra être numériquement adapté en conséquence. En considérant le fait d’avoir 5 changements, le banc aura la possibilité de jouer un rôle primordial. Vu le déroulement de la saison dernière, nous sommes d’accord avec l'entraîneur sur le fait qu’il faut prendre en compte cette situation."
     
    Stade et pandémie
    "La ligne de conduite que nous suivons est celle partagée par les autres clubs. En ce moment, nous devons faire face à une contraction des recettes, les estimations font état d’un manque à gagner mondial de 4 milliards d’euros. Chaque club se trouve confronté à faire face à un budget qui n’est pas respecté car il a engrangé moins de recettes."
    "Aujourd’hui, nous faisons face à des dépenses sures et des recettes incertaines, nous devons y travailler, nous devons contrôler mieux les dépenses. La propriété est décidée à faire face à ses propres engagements et à se montrer très proche de l’équipe et du club: Suning a réalisé de grands investissements. On parle de ralentissement, mais ce n’est pas réellement et à proprement parler un ralentissement, nous devons faire face un déficit d’exploitation, nous devons faire preuve de prudence."
    "Nous faisons face à une Pandémie qui n’est pas encore éteinte, quel en sera le scénario ? Je ne le sais pas. J’espère juste que je pourrais commencer à revoir les tifosi sur les tribunes. Sans émotions, c’est difficile, nous avons besoin des uns les autres."
     
    Les départs
    "Comme je l’ai souligné lors de cette conférence de presse, nous faisons preuve d’une communion d’intention : Avoir un noyau important veut dire faire preuve de prudence et de prévention en cas de contexte difficile."
     
     
    Interview intégrale d’Antonio Conte

     
    Objectifs
    "Nous avons été l’une des dernières équipes à jouer, je suis très satisfait de l’attitude et de la volonté qui a été démontrée par les joueurs. Nous sommes prêts, comme l’a souligné le Directeur, à débuter un championnat difficile sous tant d’aspects. Notre ambition est celle de vouloir confirmer la crédibilité que nous avons acquise l’année dernière en Europe et en Italie."
     
    Ambition de croissance
    "Les joueurs qui sont arrivés peuvent apporter de l’expérience : Hakimi a déjà entrepris une carrière qui sera importante. En accord total avec le club, nous avons évalué et élaboré une stratégie en tenant de compte de ce que nous a annoncé la propriété, en fonction de la situation que nous traversons nous tous dans le Club."
    "Nous travaillons en toute sérénité et en syntonie, nous devrons consolider la crédibilité récoltée l’année dernière. Nous avons élaboré une stratégie bénéfique pour l’Inter."
     
    Climat détendu
    "Je ne parlerai pas d’incompréhensions, je dirais plus qu’il y a eu des confrontations, des visions, même différentes. Et c'est comme cela se passe dans toutes les bonnes familles: Il est normal  que chacun puisse exprimer ses propres évaluations. J’ai toujours été honnête et loyal dans mes échanges pour le club. De mon côté, il y a une grande sérénité et une grande envie de continuer à faire ce que je sais faire de mieux : travailler avec les joueurs. Ce sera une saison difficile."
     
    Equipe idéale
    "A quel point cette Inter est proche de mon idéal ? L’année dernière, nous avons débuté un parcours et il était inévitable que nous devions faire des évaluations pour améliorer la situation en cours de chemin. Il y avait et il y a la volonté de s'améliorer, de s’améliorer dans tous les secteurs de compétences et je suis très heureux de cela."
    Au final, lors de nos confrontations, on s’est retrouvé entre personnes intelligentes dont la finalité était toujours de trouver une solution. Nous étions tous ensemble à faire face aux problématiques que nous avions connu, et ceux qui y était et qui y seront, agiront toujours avec, en tête, le bien de l’Inter."
     
    Eriksen
    "Tous les joueurs représentent une valeur ajoutée, d’Eriksen à Pirola. Tous peuvent apporter une valeur ajoutée et je suis très heureux d’avoir ce profil de joueurs dans le noyaux, ce sont des garçons optimaux. Ils savent très bien que ce sera une année difficile qui nous fera face et ils sont tous disposé à apporter leur propre contribution."
     
    Vidal
    "Il est arrivé dans une bonne condition physique, tactiquement c’est un joueur qui a déjà joué avec moi et que j’estime capable de proposer de nouvelles choses comparé au passé. Il sait bien s’insérer, il est très intelligent, il a cette grande mentalité pour savoir tout faire."
     
    Pronostics
    "Lorsque vous m’aviez demandé pourquoi j’avais épousé le projet Inter, je vous ai répondu que je ressentais qu’il y avait une chance de se battre pour la gagne. J’avais raison car nous avons été protagoniste jusqu’au terme de toutes les compétitions: Mes sensations étaient les bonnes, même si finalement, c’est un autre qui a gagné."
    "Mais cela ne doit pas masquer le chemin que l’on a parcouru. Je pense souvent  être trop dur envers moi-même au point d’oublier d’apprécier le chemin réalisé. L’année dernière, j’avais la place pour en profiter, mais je voyais que la possibilité de tout faire pour gagner. Mais je le répète, je dois apprendre à profiter aussi de ces moments. Notre objectif est d’être protagoniste. On parle de l’année dernière, mais nous avons réalisé quelque chose d’extraordinaire."
     
    L’attrait pour la victoire
    "Aucune équipe n’a l’obligation de gagner, aucun entraîneur ne peut affirmer à son propre club à 100% qu’il peut l’emporter. Des équipes comme l’Inter ont l’obligation d’être protagoniste, d’être compétitive  "fino alla fine". Il faut aussi de la chance pour gagner ou ne pas perdre. Je fais référence à notre Finale, je pense à l’occasion que nous avons eu avec Lukaku à 10 minutes du terme et ensuite l’autogoal est arrivé et il nous a coûté la victoire. Il faut ce brin de chance."
     
    La Fiorentina
    "Nous allons faire face à une équipe forte qui a fait de belles opérations et qui a un entraîneur préparé. C’est une partie où nous devrons faire preuve d’une grande attention. Hakimi est un joueur qui a un potentiel important et il est inévitable, comme pour tout les nouveaux qui arrive, qu’il faut un peu de temps pour rentrer dans des mécanismes déterminés."
    "Nous sommes organisés tactiquement, il y a du travail, mais c’est un joueur qui a démontré son potentiel et il sera important. Avec lui, nous allons travailler sous tous les aspects. Nous avons trois matchs à disputer en 10 jours, il en disputera certaines, il rentrera en cours de jeu pour d’autres, mais je ne sais pas vous dire s’il partira titulaire ou pas demain."
     
     
    Andrea Pirlo
    "J’ai une grande affection envers Andrea pour l’homme et pour le professionnel et nous serons adversaires. Comme je l’ai déjà dit par le passé, voir certains de mes joueurs devenir entraîneurs me font penser que le passe aussi pour moi, cela me fait très plaisir pour lui."
     
     
    Perisic "Tutta Fascia"
    "Je suis content pour Ivan car il a vécu une grande expérience qui lui a permis de remporter trois titres. Il est revenu avec une grande volonté et l’envie de jouer et de se mettre au service de l’équipe, j’en suis satisfait. Quand il y a cet enthousiasme, tout devient finalement plus facile pour l’entraîneur."
     
    Kanté
    "Les temps ont changé comparé à Lukaku, c’était une opération importante et nous sommes parvenu à convaincre le Président de le recruter. Des opérations de ce niveaux apportent de la crédibilités à nos confrontations."
    "Le Directeur a déjà longtemps parlé du Mercato, je connais la stratégie et des déclarations de la propriété. Nous sommes uni et j’ai épousé ce projet. Quand tout est clair et que l’on se dit toujours la vérité, on retire toujours du bénéfice de ces situations."
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    9 commentaires
    881 vues

    Skriniar, sur le départ, remplacé par un joueur de Premier League ?

    Si le futur de Milan Skriniar doit s’écrire loin de Milan, l’Inter compte le remplacer par une recrue qui connait également bien la Premier League : Chris Smalling, qui est de retour à Manchester United
     
    Révélation du Corriere Dello Sport

     
    "Les Giallorossi ont mis sur la table 12 millions d’euros plus bonus pour Smalling, alors que Manchester n’en accepte pas mois de 20. Si l’Inter vient à vendre Skriniar, elle pense sérieusement à proposer 18 millions d’euros payable en trois fois."
     
    Nikola Milenkovic  semble lui s’éloigner étant donné que la Fiorentina en exige à minima 40 millions d’euros. Une somme bien trop élevée dans le contexte actuel. L’opération pourrait donc être bien plus facile et rapide avec Manchester United, après les récentes transaction de la dernière saison écoulée : Romelu Lukaku, Alexis Sanchez et Ashley Young  
    De son côté Milan Skriniar, qui s’est montré ouvert à un transfert en Premier League, paye au prix fort, le fait de ne pas s’être adapté à la défense à trois et à une plus être aussi redoutable en un contre un.
     
    Pensez-vous que Smalling vous fera retrouver le sourire ?
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    18 commentaires
    1,3k vues

    Esteban Cambiasso: "Massimo Moratti est quelqu'un qui n'est jamais satisfait!"

    Notre légendaire ancien milieu de terrain Esteban Cambiasso a partagé sa conviction que Massimo Moratti était un homme qui n'est jamais satisfait malgré tout le succès que l'Inter a eu sous sa direction.
    "Nous sommes sortis contre l'United avec le sentiment frustrant que des petits détails manquaient, et que le club et l'entraîneur ont un plan pour les combler. L'année précédente, cependant, Mancini avait joué pour son avenir en tant qu'entraîneur après le match retour contre Liverpool parce que ses déclarations avaient irrité Moratti. Maintenant que nous pouvons donner un jugement, il faut reconnaître que les mérites de Mancini dans la création des fondations gagnantes étaient excellents! Mais il est aussi vrai qu'après quatre saisons, la relation avec l'équipe était un peu érodée... disons... un mariage avec une passion décroissante et Moratti l'avait perçu. Bien que nous ayons réussi à gagner le Scudetto, le changement était dans l'air. Moratti est comme ça, le genre de personne qui n'est jamais complètement satisfaite des objectifs atteints."
    Sur le départ de Zlatan.
    "Je connais peu de professionnels à son niveau. Il voulait changer d'équipe et il l'a dit. Mais sur le terrain, il s'est entraîné à une intensité maximale jusqu'à la dernière séance avec nous. Bien sûr, en regardant la situation dans son ensemble, le fait que nous soyons en Californie était précieux car il y avait deux ou trois journalistes et un groupe de fans derrière. Si nous avions été à Brunico ou à Pinzolo, les médias n'auraient parlé que de la négociation, et à long terme, cela aurait été difficile à gérer."
    Sur l'arrivée du special one.
    "On sentait qu'un champion serait remplacé par un autre champion. Mourinho était la fraîcheur. Jose ne nous a jamais dit de viser un autre Scudetto ou la Ligue des champions. Non. Mais il était évident qu'il était venu pour tout gagner, et qu'il nous considérait capables de le faire."
    Sur Diego Milito.
    "Il faut admettre qu'il y avait un certain scepticisme car Diego avait marqué beaucoup de buts la saison précédente. Mais pour le Genoa, un club qui ne vise pas à remporter de trophées! Les gens se demandaient comment il allait s'adapter à la pression nettement plus élevée qu'il y a à l'Inter. J'étais serein parce que Diego avait joué pour le Racing en Argentine. C'est un super club et il connaissait déjà le stress de jouer pour gagner."
    ®Alex_J - Internazionale.fr
     

    7 commentaires
    750 vues

    Beppe Severgnini: "L'Inter d'Antonio Conte est toujours mécontente!"

    Le chroniqueur du Corriere della Sera, Giuseppe «Beppe» Severgnini a partagé sa conviction que l’année à venir est une année importante pour les Nerazzurri, non mais!
    "Je pense que c’est une année importante pour l’Inter et je suis désolé que Conte ne soit pas en mesure de profiter des bonnes choses qu’il fait ou qu'il a faites. Nous avons terminé deuxième du championnat et sommes arrivés à la finale de la Ligue Europa. Ce n’était pas une mauvaise année mais je le vois toujours comme malheureux et je ne comprends pas cela, je suis désolé pour lui. Ce mécontentement et ce désagrément se répercutent également sur les fans qui n'aiment pas ça. Les fans aiment un autre type d'attitude. Lors de mon dernier voyage avant le Covid-19, j'ai passé du temps avec Ancelotti et c'est un homme reposant. Si Conte veut réussir avec l'Inter, il doit changer d'attitude. Sinon, il va tout gâcher et ce serait dommage. Ranieri m'a dit que Kante était un joueur unique. Parfois, il se demandait comment NGolo avait réussi à être sur deux positions en même temps sur le terrain en même temps! C'est fou. D'ailleurs Ancelotti aime Vecino, je le sais."
    ®Alex_J - Internazionale.fr

    3 commentaires
    819 vues

    Antonio Candreva va signer à la Sampdoria

    Antonio Candreva est sur le point de rejoindre la Sampdoria.
     
    Confirmation de Sky Sport

     
    L’ailier sera transféré à Gênes à titre définitif. L’Inter va percevoir 2,5 millions d’euros. Antonio percevra 1,5 millions d’euros plus bonus. L’aventure d’Antonio à l’Inter est désormais actée, lui qui sera remplacée sur le terrain par Achraf Hakimi  
    Internazionale.fr souhaite le meilleur à Antonio , un joueur qui quoiqu’il arrive aura marqué l’Histoire de l’Inter et d’Internazionale.fr à sa façon :- ) 
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    14 commentaires
    824 vues

    Romelu Lukaku se livre à la Rosea: "On gagne ensemble, on perd ensemble"

    Entré dans le vestiaire sur la pointe des pieds, Romelu Lukaku est devenu en l’espace d’une saison l’un des leaders indiscutable de l’Inter. Un an après son arrivée, Big Rom est entré dans le cœur des tifosi. Le numéro neuf des Diable Rouge s’est livré à Walter Veltroni pour le compte de la Gazzetta Dello Sport:
     

     
    Racontez-moi l’histoire du premier ballon de votre vie…
    "J’avais un an et demi, nous vivions à Liège en Belgique. Depuis ce jour-là,  je ne me suis plus jamais séparé du ballon. C’est ainsi qu’est né mon amour pour le football. Papa m’emmenait, à chaque fois qu’il le pouvait, à l’entrainement. Il est parti du Zaïre pour jouer au football en Belgique, il est arrivé en 1990 et il a joué 10 ans dans cette division 1."
     
    Votre famille a souffert….
    "Mon père n’a pas eu de chance avec l’argent. Lorsqu’il a arrêté sa carrière, il n’avait pas acheté de maison, rien épargné. Quand il a fini de jouer, il a très rapidement compris que nous serions en difficultés économique. J’ai décidé directement de devenir footballeur car je voulais améliorer la situation de ma famille."
     
    Est-ce la période la plus sombre ?
    "Oui, je ne saurais pas l’oublier. Un jour avant d’aller à l’école, j’ai vu ma mère faire un geste que je n’oublierai jamais: Elle avait pris le lait de la veille, y avait ajouté de l’eau pour le réchauffer ensuite afin de nous le donner à nous ses enfants. C’était la collation destinée à moi et à mon frère. Nous étions petit et nous allions en école primaire. J’ai souffert, voir les sacrifices de mes parents m’a donné tant de volonté. Rien n’est jamais acquis facilement. Je n’ai reçu aucun cadeau, j’ai dû aller conquérir chaque chose."
     
    Qu’avez-vous offert à vos parents, lorsque cela s’est avéré possible ?
    "Une maison, j’avais seize ans. J’ai donné tout ce que je percevais à mes parents car ils étaient dans le besoin, c'était lors des premières années de ma carrière. Moi, j’avais juste besoin de jouer au football, c’était ce qui m’émerveillait, je ne pensais à rien d’autre. Avoir une Playstation 3 ou une Xbox était suffisant pour jouer avec mon frère. La première chose que j’ai fait à la signature de mon contrat, c'était d’acheter une maison à mes proches. Ils m’avaient toujours soutenu, m’avait fait aller à l’école, c’était difficile et compliqué pour moi, mais il était juste de leur venir en aide."
     
    Qu’est-ce qui vous manque d’africain ?
    "J’étais très triste que mes grands-parents soient restés au Zaïre, ils n’ont pas vu vivre avec moi certains moment de ma vie, cela m’a fait souffrir. J’avais un excellent rapport avec mon grand-père maternel. C’est lui qui m’a poussé à devenir footballeur, il m’a dit un jour et de façon solennelle que toute la responsabilité de ma famille était sur mes épaules. Une semaine après cela, il est mort d’un cancer à la prostate. Il me manque tellement."
     
    Combien de langue connaissez-vous ?
    "Actuellement 7. La seule que j’ai réellement appris à l’école c’est l’espagnol. Lors de mes deux dernières années scolaires, j’avais 3 heures d’espagnol par semaine. Je pensais alors pouvoir jouer en Liga et je m’étais attaché les services d’un professeur d’espagnol qui venait à la maison trois heures par semaine. C’est avec lui que j’ai appris la langue et cela m’a ouvert toutes les portes. Cela m’était assez facile d’apprendre aussi votre langue."
     

     
    Je me rappelle d’une de vos interviews où vous parliez déjà bien italien avant de venir jouer en Italie….
    "Oui, car jouer en Italie était l’un de mes rêves. Mon frère était à la Lazio et je visionnais ses parties commentées en Italien. Quand je suis arrivé à l’Inter, je comprenais tout, même si je ne parlais pas bien. J’ai donc demandé à l’entraîneur si durant deux semaines, il pouvait exclusivement parler avec moi qu’en italien. Lorsque je me suis senti prêt, je me suis lancé et je n’ai plus jamais arrêté."
     
    Ce que vous aimez le plus dans le football ?
    "M’entraîner et jouer les matchs, le tout. C’est ce que je voulais faire depuis tout petit. Mon rêve est à présent devenu réalité, c’est mon travail : Ma famille dépend de moi et ce n’est plus l’inverse. Faire de son rêve son travail et s’y divertir est ce qui me donne envie de faire le maximum."
     
    Comment vous sentez-vous en Italie ?
    "Très bien, c’est le meilleur pays où je suis allé, j’aime vivre en Italie, j’aime l’amour des gens, le respect. Je suis une personne qui respecte les autres et lorsque je croise des personnes, j‘aime échanger et rester à parler avec elles. Les italiens m’ont très bien accueilli et je leur en suis intégralement reconnaissant."
    "Le Calcio est un football qui me convient, il me permet de m’améliorer en tout. J’ai envie de m’améliorer et de faire encore plus pour l’équipe, pour l’entraîneur, pour le Club, mais par-dessus-tout pour les tifosi."
     
     
     
    Le Scudetto est-il possible ?
    "Pour moi, la chose la plus importante est  la vérité du terrain, nous devons jouer et faire bien durant 90’. Hors du terrain, je ne suis pas quelqu’un qui parle tellement, je préfère m’exprimer lorsque je joue.  Mais je veux tout donner pour faire de bien cette saison, pour faire de belles choses à l’Inter."
     
    Quel type d’entraîneur est Conte ?
    "Pour moi, c’est un mentor, un père, une personne qui me comprends vraiment bien. Et moi aussi je le comprends et je lui suis reconnaissant pour l’estime qu’il a toujours eu à mon égard. La première fois qu’il m’avait contacté, c’était il y a six ans et il voulait déjà me recruter. Pour moi, jouer pour lui est vraiment la concrétisation d’un rêve. J’ai vu ses équipes et j’ai compris, qu’individuellement comme collectivement, que j’allais apprendre énormément et m’améliorer tellement. Je sais que je me suis beaucoup amélioré la saison dernière et le mérite en revient à l’entraîneur et à son staff. Mais je dois penser que ce n’est que le début. Je dois encore m’améliorer et Conte est l’entraîneur idéal pour que j’y parvienne."
     
    Quel est l’impact de l’arrivée d’un joueur comme Vidal ?
    "Pour nous, l’arrivée de Vidal est très importante : c’est un joueur d’une grande qualité. L’année dernière nous avons fait de belles choses, mais nous souhaitons nous améliorer en qualité et en expérience. Ce sont deux qualités qu’à Vidal. D’un autre côté, tu ne gagnes pas énormément dans plusieurs équipes différentes si tu n'es pas un joueur de qualité."
     
    Que faut-il avoir dans le football pour devenir un leader ?
    "Avoir une mentalité positive, chercher à toujours vouloir s’améliorer comparé à la veille et venir en aide à ses équipiers à chaque instant. Il faut être prêt à souffrir et à assumer ses responsabilités, à partager les victoire et les défaites, et cela vaut non seulement avec mes équipiers, mais aussi avec tout le groupe."
    "Une équipe gagne aussi via ses magasiniers, via le Staff Médicale. Nous sommes tous uni : On gagne ensemble et on perd ensemble. Pour moi, jouer à l’Inter est un rêve qui se réalise. Je n’aurais jamais pu imaginer ce qu’il m’arrive. Je ne prends pas cette opportunité à la légère, je suis ici pour faire du bien, je veux laisser ma trace."
    "Chaque jours, lorsque je me réveille, j’ai envie de tout faire pour m’améliorer. Je peux jouer bien ou mal, mais à chaque fois que je monte sur le terrain, je veux tout donner, je suis pareil à l’entrainement. L’entraîneur et mes équipiers m’attendent au tournant car je râle aussi lorsque je perds nos mini-matchs ensemble. C’est ma manière de jouer au football, de penser le football. Lorsque je ne ressentirai plus cela, j’arrêterai."
     

     
    Quel a été l’impact de la Finale perdue de l’Europa League ?
    "C’était un moment très difficile pour moi, je n’ai plus parlé à personne durant les 4 jours qui ont suivi. Ensuite, un jour je me suis levé et je me suis fait une raison. La saison dernière, nous n’avons pas remporté le championnat pour un point, nous avons perdu en demi-finale de la Coupe d’Italie car nous n’avons pas su marquer et ensuite la finale 3-2…Ce sont des choses qui arrivent. Tu t’améliores seulement dans la souffrance. La victoire est difficile, il faut du caractère et analyser tes propres limites. Mais la combativité et l’envie de se racheter sont présentes. Oui on peut perdre, mais seulement pour apprendre à gagner."
     
    Comment faire plus face au racisme ?
    "Il existe encore, dans tous les championnat, dans toute l’Europe. C’est absurde, le football est multiculturel, multiethnique. Dans chaque équipe, tu as un joueur d’une autre nationalité, d’une autre couleur, d’une autre religion, nous devons respecter tout cela. C’est le sport, c’est la vie. J’ai connu ce genre de problème une fois en Italie, j’ai réagi et ensuite plus rien ne s’est produit. J’aime votre pays, votre Calcio."
    "Les tifosi de chaque équipe me respectent comme joueur et comme homme. Je ne veux pas que l’on confonde les 3 ou les 300 qui sifflent avec les milliers de citoyens civilisé. J’ai confiance qu’un jour l’absurdité du racisme face parti du passé."
     
    Un problème que vous aimeriez résoudre dans le monde...
    "Si j’avais les clés du monde, je travaillerai pour éradiquer toutes les maladies et éliminer la pauvreté. Qu’il y ait des droits égaux pour tous."
     
    Comment est le football sans public ?
    "Il est moche, on entend tout, même des choses que je dis et qu’il serait mieux de ne pas entendre. J’espère que les tifosi pourront revenir dans les stades et y rester en sécurité. Nous faisons les choses bien en Italie, j’espère que les spectateurs pourront revenir au plus vite dans les tribunes, car le Calcio sans Tifosi n’est pas le vrai Calcio."

     
    Quelle est la différence entre le football anglais et l’italien ?
    "Le football italien est bien plus tactique, tu dois jouer à un certain haut niveau en faisant preuve d’intelligence dans les déplacements, dans la gestion du ballon, techniquement tu dois être costaud car tu n’as pas d’espace, même pas pour te retourner. Les joueurs vraiment dangereux, comme Ibrahimovic, Dybala ou Lautaro, lorsqu’ils reçoivent le ballons, sont toujours marqués par trois joueurs. Tu as besoin de travailler énormément."
    "Pour moi la partie ne se prépare pas le matin même du match. Moi, si je joue le samedi, je commence déjà à y penser le mercredi. J’étudie le jeu des défenseurs, comment ils se positionnent ou ils réagissent lors de certaines situations. Après l’entrainement je reste quinze, vingt minutes avec le staff de l’entraîneur : Nous faisons quelques simulations sur base des mouvements de la défense adverse. De cette façon, je suis préparé à faire face à toute situation sur le terrain."
     
    Quel est le meilleur défenseur qui vous a fait face ?
    "Ils sont tous fort en Italie. Koulibaly est très fort, je me diverti quand je l’affronte, j’aime le contraste, la force de l’adversaire. C’était le cas aussi avec Klavan qui joue à Cagliari, ou Kumbulla qui était à Vérone, voire Bonucci ou Romagnoli. Tous ces joueurs, lorsque je joue avec eux y vont avec une motivation particulière."
    "Cela vaut aussi pour moi, car j’ai envie de gagner et plus le défenseur est fort, plus cela me motive. Cela ne m’émerveille pas, mais un bon défenseur rend meilleur son attaquant, car il l’oblige à tout donner et à chercher de nouvelles solutions."
     
    Le milieu de terrain dans l’histoire de votre carrière qui vous a fait les plus beaux lancés.....
    "De Bruyne, sans le moindre doute. Je le connais depuis 14 ans et j’ai joué face à lui, je connais ses qualités, il est à un niveau inimaginable."
     
    La Belgique n’a pas réussi à remporter ce qu’elle mériterait…..
    "Nous nous sommes plantés à l’Euro 2016 en France. Au mondial en revanche, la France a joué la partie tactique qu’elle devait faire. Nous avons hélas péché par inexpérience : Nous avions eu tellement la possession en demi-finale, mais pas énormément d’occasions. Eux, en ont eu une seule et ils ont marqué pour s’envoler en Finale et l’emporter."
    "J’ai appris, comme toujours, d’une défaite. A présent, je sais qu’il est important de marquer des buts, un ou plusieurs, même en jouant mal. Face au Danemark, nous avons marqué après quinze minutes et également en fin de match, nous l’avons emporté comme cela. A présent, j’ai compris que les rencontres se remportent avec de la détermination, et il ne faut pas avoir tellement la possession du ballon pour l’emporter. Dans le fond c’est simple : tu dois marquer le plus possible et prendre le moins de but possible. Le reste n’est valable que pour les statistiques."
     

     
    Le jour le plus beau et le plus laid de votre vie ?
    "Le plus beau est la naissance de mon fils. Le football est important, mais la Vie l’est encore plus. Le plus laid est le jour du décès de mon grand-père maternelle, j’ai toujours été proche de lui. J’ai connu tant de difficultés à la maison, nous ne vivions qu’avec 500€ par mois. Ma mère est diabétique et il était pour moi le plus important, comme un guide. Le jour de sa mort est le pire jour, il me manque…"
     
    Si vous deviez choisir un maillot pour un match sur une île déserte ?
    "Celui de mon premier but était à seize ans. A ce moment-là, j’ai réalisé que la vie de ma famille allait changer et j’ai compris que j’étais capable d’y parvenir. Quand tu es jeune, tu veux entrer en cours de match et tout est possible, même en 5 minutes. Mais inscrire un but à seize ans peut tout changer. C’est ainsi que cela s’est passé pour moi."
     
    Quel est votre plus beau but ?
    "Lorsque je jouais à Everton, j’avais marqué face à Chelsea en quart de Finale de la Fa Cup 2016. C’était un but tout en puissance, mais aussi technique, soit mes deux caractéristiques. Il y avait tout dans ce but. L’année suivante, j’en ai inscrit un très beau face au City de Guardiola, j’étais parti sur la gauche pour tirer en diagonale. Mais le but face à Chelsea est celui auquel je suis le plus lié."
     
    Y-a-t ’il un joueur italien qui vous séduit ?
    "Barella sera un joueur très important pour la Nazionale et pour l’Inter. Il a énormément grandi lors de ces derniers mois et il est impressionnant avec le ballon mais aussi au niveau physique et mental. Esposito aussi peut devenir un joueur important, mais il doit jouer plus. Avec la mentalité qu’il a et avec plus de minutes, il aura beaucoup à offrir. J’estime aussi Kean et Chiesa."
     
    Si vous deviez offrir un ballon à un enfant et lui dire : C’est ça le football, que lui diriez-vous ? Qu’est-ce que le football ?
    "C’est de l’humilité, l’envie de travailler, du mental et avoir faim. Avoir faim pour la victoire, travailler tant pour satisfaire la faim, pour manger le terrain, à tout moment du match."
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    18 commentaires
    1,1k vues

    L’Inter de Conte "éradique" l’Inter de Spalletti

    Achraf Hakimi, Alexis Sanchez, Christian Eriksen, Romelu Lukaku, Arturo Vidal, mais également Stefan De Vrij…C’est un fait, le saut de qualité de l’Inter de ces deux dernières années est évident, lorsque l’on se déplace à l’occasion d’une séance d’entrainement à la Pinetina.
     

     
    Partant de ce constant, la Repubblica a fait le point sur le Mercato: "Cet été, alors qu’il s’agit d’une session de mercato pauvre pour tous, l’Inter a porté à la Pinetina: Hakimi, en provenance du Real Madrid qui lui préférait Carvajal, Kolarov de la Roma, Pinamonti de retour du Genoa, Darmian qui est en cours d’arrivée en provenance de Parme, mais par-dessus tout Vidal, le joueur que Conte a demandé avec le plus d’insistance.."
    "Sur quatorze mois d’acquisition, personne en Serie A n’a réalisé une telle révolution, si ce n’est le Napoli en son temps.  Quatorze mois qui ont permis à l’Inter de changer 7 éléments du onze titulaire de l’Inter de Spalletti version 2018/2019.
     
    Les revenants et les départs
     
    "Outre les nouvelles arrivées, il y a aussi ces joueurs que l’Inter avait donné en prêt, en espérant un riche rachat, mais qui sont, au contraire, de retour à la base. Et il y a donc Ivan Perisic, qui a réalisé justement au Bayer Munich le Triplé, de retour à la Pinetina a la fin de sa période de prêt. Sort similaire pour Nainggolan, qui suite à son prêt à Cagliari est de retour à Milan et pour Dalbert qui est de retour de la Fiorentina."
     
    "Au jour d’aujourd’hui, l’Inter s’est libérée uniquement de Biraghi, renvoyé à la Fiorentina après une année de prêt, Moses, de retour à Chelsea, Godin, vendu à Cagliari et Vergani parti en prêt à Bologne. A noter l’imminent départ d’Esposito pour la Spal. Pour le reste, l’Inter, comme tous les clubs, a des difficultés à se libérer des joueurs considéré comme indésirable. Il semble prochainement que Candreva, Ranocchia et Joao Mario devrait partir, mais leurs signatures se font attendre."
    "Ce contexte  ne pourra que contrarier ceux qui gèrent le club et qui souhaitent monétiser afin de revitaliser les comptes en souffrance. Mais simultanément contribuent à créer ce "super-noyau" pour l’Inter qui se prépare à débuter samedi, le championnat face à la Fiorentina. Nainggolan peut être considéré comme un réserviste « premium » pour Vidal. Perisic pourrait gérer l’aile gauche et alterner avec Young et vice-versa."
     
    Est-ce que cela pourrait suffire pour battre la Juve dans la Course au Scudetto ?
    "Il est trop tôt pour le dire. Ce qui est certain, c’est qu’une telle abondance de joueurs de qualité ôte tout alibi à l’Inter et aux interistes : Cette année, l’objectif doit être le Tricolore"
     
    ®Antony Gilles – Internazionale.fr

    7 commentaires
    970 vues

    Ranocchia évasif sur son avenir

    Surpris par les journalistes présents à la sortie d’un restaurant milanais où il dînait avec son agent, Tullio Tinti, Andrea Ranocchia s’est montré très évasif sur son avenir à l'Inter: "J’ai juste pris un cappuccino avec mon agent."
     

     
    Allez-vous rester à l’Inter ?
    "Je ne le sais pas les gars, je n’en sais rien."
     
    Que désirez-vous ?
    "Ma fille va naître lundi prochain, j’espère que tout ira bien."
     
    Nous l’espérons aussi Andrea ! La priorité dans un tel contexte est la Famille et la santé !
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    11 commentaires
    639 vues

    Vecino en route vers le Napoli ?

    C’est une révélation de Gianluca Di Marzio, des contacts continus auraient lieu entre l’Inter et le Napoli en vue du transfert dans le Club du Vésuve de Matias Vecino.
     
     
     
    "L’uruguayen aurait déjà donné son accord. La formule proposée est celle du prêt avec un droit de rachat. Un droit qui deviendra obligatoire en fonction d’un certain nombre de match bien défini.Les deux parties négocient : Les Nerazzurri veulent 18 millions d’euros,le Napoli en offre 12 millions d’euros."
     
    Qui se dévoue pour l’emmener en voiture à Naples ?
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    21 commentaires
    1k vues

    Stefano Sensi se livre à Sky Sport : "L’Inter doit viser le sommet"

    Stefano Sensi espère connaitre une bien meilleure saison que la dernière écoulée, où il a été victime de blessures à répétitions: "L’Inter doit viser les sommets, nous avons commis des erreurs l’année dernière que nous avons examiné : Nous travaillons, nous cherchons à nous améliorer pour savoir faire de grandes choses."
     

     
    "Nous devons y aller match après match car c’est le terrain qui parle : Nous ne devons pas nous fixer d’objectif mais travailler pour nous-même et chercher à faire de belles choses dans tous les matchs."
    "Le mot "Ambition" est ce que nous nous disons le plus : nous y pensons tous. Cela nous aide à nous améliorer et à ne plus commettre les erreurs de l’année dernière, et à proposer des prestations bien meilleurs. Chacun d’entre nous est ambitieux et nous voulons réaliser de grandes choses."
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    7 commentaires
    772 vues

    Valeur du noyau :  "L’Inter seule équipe italienne dans le Top 10" 

    La suprématie de la Juventus commence à battre de l’aile. Si l’Inter est la candidate au titre la plus sérieuse pour cette saison 2020/2021, la valeur globale du noyau guidé par Antonio Conte  fait à son entrée dans le Top 10 européens.
     
    Solo l’Inter

     
    Si l’Inter est la seule équipe italienne du Top 10 avec une valeur globale de 745,10 millions d’euros, le classement est dominé sans contestation possible par le Liverpool de Jurgen Klopp et son 1,10 milliard d’euros. Le Champion d’Europe 2019 est suivi au classement par Manchester City et le Fc Barcelone.

    On peut également noter la suprématie de la Premier League qui classe 5 clubs dans les 10 premières places, devant l’Espagne (2 clubs). Le Bayern Munich, champion d’Europe en titre, représente seul l'Allemagne et culmine à 830 millions d’euros.
     
    Et les Italiens ?
    L’Inter, 10ème, est désormais l’équipe qui dispose du meilleur patrimoine dans la Botte bien devant la Juve 12ème et ses 696 millions d'euros.
    A la 15ème place on retrouve le Napoli (590 millions d’euros) et le Milan, 19ème (427 millions d’euros)
     
    Lorsque l’on sait que l’Inter, contrairement à la Juventus, a longtemps été écarté de la Ligue des Champions, cette prise de pouvoir est d’autant plus remarquable!
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr
     

    9 commentaires
    1,6k vues

    Rivaux: Suarez-Juve : La FIGC ouvre une enquête

    C’est le dernier scandale en date en Italie : Luis Suarez aurait pu obtenir de façon totalement illicite la nationalité italienne par le biais de son épouse née dans la Botte et d’une réussite des cours au sein d’une Université...Histoire de pimenter le tout, la Juventus est également dans le viseur de la Justice.
     

     
    Pourquoi réaliser une telle démarche ?
    La réponse en soi est assez simple : En réussissant son examen à l’Université, Luis aurait eu la possibilité de « mordre » à pleine dent la Serie A en n’étant plus considéré comme un joueur extra-communautaire. Qui plus est, selon les derniers éléments en notre possession, Avant même de se présenter à l’examen, L’uruguayen l’aurait déjà réussi.
     
    La Juve impliquée ?

     
    Selon la Repubblica, la Juve aurait décidé de renoncer à Suarez deux jours avant le jour de son examen: "Ce fut dans l’improvisation,  le laps de temps était très cours pour obtenir  la signature de l’Uruguayen, étant donné que le passeport italien aurait dû arriver au maximum à Barcelone pour le 5 octobre, soit le dernier jour autorisé pour enregistrer une nouvelle acquisition."
     
    Déni
    La Juve nie avoir soutenu Suarez dans le processus bureaucratique de son italianisation. Cette situation est d’autant plus surprenante étant donné qu’à l’origine Suarez était devenu l'objectif prioritaire  de la Juve. Une Juve qui avait toutefois complété ses slots de joueurs extracommunautaire via les arrivées de McKennie et Arthur. C’est pour cette raison d’ailleurs que l’hypothèse de l’examen avait pris forme
    Toutefois, il n’y a aucune déclarations officielle, si ce n’est que de Turin, il est reconnu que le Club s’était limité à s’informer sur les universités aptent à passer ce type d’examen le plus rapidement possible. Le club aurait donc juste transmis cette information à l’entourage de Suarez: Selon lui,  Si Suarez qui n’a pas réellement de manager ou de structure pour l’entourer voulais passer l’examen, c’était de son propre chef
     
    Une situation interpellante étant donné que la finalité de cette démarche était de permettre à Luis Suarez d’obtenir un passeport italien afin de rejoindre uniquement la Juve, qui n’avait plus la possibilité de recruter un joueur extracommunautaire
    Partant de ce constat, le parquet de la FIGC a ouvert ce jour une enquête où des actes judiciaires ont été demandés.
    Pensez-vous, étant donné l’existence d’interception téléphonique que la Juventus, si elle s'avère impliquée,  pourrait risquer une amende purement  administrative ou un retrait de points ?
     
    Quoiqu’il en soit Massimo Moratti et Alvaro Recoba Likes This.....
     
    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    28 commentaires
    920 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles