Aller au contenu
  • Damien
    Damien

    FORLAN : "JE M’AMELIORE PHYSIQUEMENT"

     

    1314633529_forlan.jpg

     

    MILAN - L’attaquant uruguayen Diego Forlan était l’invité de l’émission "Prima Serata" sur Inter Channel et il s’est confié au journaliste Edoardo Caldara qui l’a interviewé.

    Internazionale.fr a le plaisir de vous faire partager cette interview.

    "Je parle bien l’italien? Je l’ai étudié pendant trois ans à Montevideo lorsque j’avais 15 ans, j’ai aussi étudié l’anglais. D’ailleurs j’avais un peu perdu mon italien après avoir été à Manchester United, mais maintenant c’est plus facile vu que j’habite ici."

    Il y a beaucoup de messages des supporters nerazzurri qui veulent vous revoir le plus vite possible sur le terrain:

    "Je me sens bien, mais on ne peut pas encore donner une date pour mon retour sur le terrain. Je travaille dur et bien. Nous ferons des examens la semaine prochaine pour voir comment ma situation évolue. Pour le moment, je m’entraîne encore tout seul pour pouvoir améliorer au mieux ma condition physique."

    Pourquoi l’Inter est-elle plus forte en Ligue des Champions qu’en championnat?

    "Le football n’a jamais de réponse logique, c’est comme ça. Il y a des matchs où tu peux jouer vraiment bien et d’autres qui se passent différemment. Ce qui est important, c’est de se qualifier pour le prochain tour de la Ligue des Champions. En championnat, nous sommes en effet un peu moins bons, mais il faut dire que nous n’avons pas eu beaucoup de chance. Contre la Juventus par exemple, nous jouions bien et nos adversaires ont marqué sur deux contres-attaques. C’est une situation délicate pour nous, mais cela changera."

    Demanderez-vous à Sneijder de vous faire frapper quelques coups-francs?

    "Sans doute (ndlr, il sourit). En sélection nationale, c’est moi qui les tire, mais il les tire très bien lui aussi. Si l’occasion se présente je n’aurais aucun problème à les tirer. Le secret pour les réussir? C’est de s’entraîner, rien d’autre."

    Durant les dernières semaines, on vous a beaucoup vu avec votre mère à Milan.

    "Oui c’est vrai. Elle a été très proche de moi depuis que je ne peux plus jouer, mais elle est repartie au pays maintenant. Je n’oublie pas non plus mon père qui a été très important pour moi dans ma carrière de footballeur. Je suis aussi ambassadeur de l’Unicef, j’aime beaucoup faire cela pour les enfants. C’est magnifique de voir leurs sourires lorsque je vais en Uruguay."

    Que pensez-vous d’Alvaro Recoba, un autre uruguayen qui a marqué le club nerazzurro

    "C’est un exemple pour nous, c’est un joueur d’expérience qui a marqué beaucoup de buts en Italie. J’ai toujours eu une belle relation avec lui, en dehors et sur le terrain."

    Que pouvez-vous dire de vos premiers matchs disputés sous les couleurs de l’Inter?

    "Je n’ai pas beaucoup marqué, mais c’est le football. Parfois les choses se passent bien, d’autres fois ce n’est pas le cas. Le plus important pour moi maintenant, c’est de revenir sur les terrains, et j’espère ensuite pouvoir marquer le plus possible."

    Les supporters nerazzurri vous demandent de convaincre Suarez, votre coéquipier en sélection nationale, de rejoindre l’Inter.

    "Il est très fort avec son club à Liverpool. Je peux vous dire que c’est un garçon très sympa, il est jeune et il a le temps pour venir en Italie."

    "Le fait d’arriver à l’Inter à 32 ans signifie avoir l’expérience nécessaire pour faire partie de ce grand club, je veux jouer encore de nombreuses années au plus haut niveau. Comme Zanetti? Ca serait le rêve, mais ce n’est pas facile, ce n’est surtout pas facile de garder le même niveau pendant autant d’années."

    Pourquoi avez-vous choisi le numéro 9?

    "C’est parce que le numéro 7 était déjà pris, c’est celui que j’avais dans mes anciens clubs, tout comme le 10 que j’ai avec l’Uruguay et qui est celui de Sneijder."

    Que pensez-vous de Ranieri?

    "C’est un très grand entraîneur. Nous nous parlons très souvent et il sait que je travaille beaucoup pour revenir. Il me dit de ne pas y aller trop fort ni trop vite. Mes supporters m’attendent? J’espère que nous pourrons surtout retrouver le goût de la victoire pour leur apporter de grandes satisfactions."

    A propos de supporters, beaucoup vous soutiennent dans le monde entier, et de nombreux nerazzurri vous suivaient même avant que vous n’arriviez ici.

    "Je pense que c’est grâce au dernier Mondial. J’ai également joué neuf ans en Europe, et j’ai aussi déjà joué contre l’Inter. Je me souviens que l’an dernier, il y avait beaucoup de rumeurs sur mon arrivée à l’Inter, mais au final je n’ai pas pu venir."

    Comment vous trouvez-vous en Italie?

    "J’adore la ville de Milan, on mange vraiment bien ici et le climat est très bon. L’Espagne me manque t-elle? Non, je suis vraiment bien ici: quand on ferme un chapitre, on en recommence un autre et je veux rester ici très longtemps."

    Certaines personnes critiquent l’Inter en accusant le club d’avoir acheté de mauvais joueurs, mais tout le monde vous oublie…

    "Je n’ai pas écouté ce qu’ils ont dit. Il y a toujours des personnes qui sont d’accord et d’autres qui ne le sont pas, mais chacun doit rester tranquille et faire son travail sur le terrain, c’est le plus important. J’ai eu des critiques, mais c’est normal lorsque l’on joue dans un grand club, et s’ils font ces critiques, c’est parce que les gens veulent voir de bonnes choses de ma part. Le temps résoudra les choses."

    Qui gagnera le championnat?

    "J’espère que nous pourrons le gagner. C’est difficile car beaucoup d’équipes ont pris de l’avance par rapport à nous, mais on a le droit d’espérer. En Ligue des Champions, nous devons bien jouer match après match. Le plus important, c’est d’arriver à la fin de la saison en ayant la possibilité de remporter au moins l’un des deux grands objectifs. Il y a aussi la coupe d’Italie bien sûr, et il faudra la remporter aussi."

    Quel est votre secret pour marquer de nombreux buts?

    "Il faut travailler et toujours travailler, mais je pense que l’on peut voir cela dès le plus jeune âge, certains sont portés pour cela, d’autres n’ont pas cette capacité. Même lorsque j’étais petit, je marquais beaucoup de buts, j’ai dû m’entraîner pour être toujours au top."

    "Si je pouvais apprendre le foot à mon fils? Oui, mais il faut d’abord que je me fiance et que je me marie avant tout… (ndlr: il rit). J’aimerais beaucoup qu’il puisse jouer comme moi. Quand je dispute de grands matchs, j’imagine comment doit être mon père et je voudrais vivre cela avec mon fils aussi."

    Rédigé par BiscioneNerazzurro & p-h08 (fcinternews.it)


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Unfortunately, your content contains terms that we do not allow. Please edit your content to remove the highlighted words below.
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • 📣 Actualité de l'Inter

  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • 📈 Statistiques des membres

    13 919
    Total des membres
    SANOGO
    Membre le plus récent
    SANOGO
    Inscription
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...