Aller au contenu
  • Damien
    Damien

    Ranieri: "Ne jamais s’avouer vaincus, telle est la devise de l’Inter"

     

    1316691604_ranieri.jpg

     

    MILAN - L’entraîneur de l’Inter Claudio Ranieri était l’invité de l’émission "Radio Anch’io Sport" et s’est exprimé au lendemain de la victoire du derby contre le Milan AC.

    Internazionale.fr vous propose de découvrir cette interview

    Vous avez affirmé plusieurs fois que votre "karma" était celui d’entraîner des équipes en difficulté et de les remettre à leur meilleur niveau. Etes-vous en train de faire la même chose à l’Inter?

    "Petit-à-petit, nous ramenons l’Inter à sa vraie valeur. Nous avons beaucoup travaillé pour cela, mais nous n’avons encore rien fait de concret, puisque nous sommes encore assez loin du haut du classement. Il y a un mois, nous étions beaucoup plus loin, nous devons donc continuer à travailler avec cette grande humilité que nous possédons."

    Hier (ndlr: dimanche), cette Inter a remporté la victoire avec humilité, sagesse et intelligence par rapport au Milan AC.

    "Je ne veux pas nous comparer au Milan. Nous connaissons très bien nos défauts. Même lors des matchs contre la Juventus, Napoli et l’Udinese, nous avions bien joué jusqu’à notre première erreur, jusqu’à la première contre-attaque où nos adversaires ont marqué. C’est pour cela que nous avons porté beaucoup d’attention sur les contre-attaques et la rapidité du Milan, mais c’est vrai que nous avons peut-être été trop nerveux en début de match. Quand nous récupérions le ballon, nous étions un peu contractés, puis nous nous sommes libérés petit-à-petit au cours de la rencontre."

    Un vrai parcours extraordinaire : six victoires consécutives.

    "Il n’y avait que ça à faire pour tenter de nous rapprocher de la tête du classement. Nous traversons une période pendant laquelle nous jouons bien, j’ai vu une équipe qui a retrouvé l’estime de soi lors des trois derniers matchs."

    Avec la victoire d’hier, vous avez envoyé un message à vos concurrents: l’Inter est de retour, nous sommes de nouveau là. Pensez-vous avoir également envoyé un message à votre Président ? Vous avez ramené l’Inter à la place où elle méritait d’être, maintenant tout est entre vos mains pour continuer ce cheminement. Vous attendez-vous à quelques nouveautés pendant le mercato?

    "J’ai toujours dit qu’il fallait attendre la fin des matchs aller et il reste encore un match. On parlait d’une équipe finie, avec des joueurs fatigués, mais ils ont démontré qu’ils étaient toujours là et qu’ils avaient encore beaucoup à donner. C’est une équipe qui est restée unie dans ces moments difficiles pour faire face aux obstacles. Quand nous perdions, les joueurs se donnaient encore plus de mal pendant les entrainements. C’est ce que j’aime dans ce vestiaire, ils ont tous quelque chose en eux qui les rend toujours plus forts, ils ne s’avouent jamais vaincus: telle est la devise de l’Inter."

    "En ce qui concerne le mercato, nous allons maintenant évaluer avec le président toutes les situations possibles."

    L’éventuelle arrivée de Carlos Tevez peut-elle renforcer les équilibres de l’équipe? Javier Zanetti est-il un exemple pour tous?

    "Je confirme que les équilibres sont déjà beaucoup plus compacts qu’auparavant. Que pourrait nous apporter ce joueur qui n’a pas rejoué depuis longtemps et que pourrait-il faire chez nous? C’est ce que nous nous demandons actuellement."

    "A propos de Zanetti, je reste toujours sans voix: il est toujours le premier à arriver aux entraînements et c’est le dernier à en repartir. Il est incroyable dans sa façon de s’entraîner et de la façon dont il encourage ses coéquipiers. Je ne l’ai jamais entendu dire un mot de travers, il est toujours positif. Avoir un capitaine comme cela, c’est ce que chaque entraîneur voudrait."

    Qu’attendez-vous de l’Inter maintenant?

    "Le plus beau et le plus difficile va arriver. Le plus beau car nous avons quasiment tous nos joueurs à disposition. C’est important que ces garçons entrent dans l’esprit que l’équipe a dicté. Je suis très méticuleux: pour moi, les équilibres sont fondamentaux au sein d’une équipe. J’espère que ces garçons qui reviennent de blessure pourront réussir à se mettre dans le droit chemin avec tout le vestiaire."

    Ne pensez-vous pas que Tevez puisse perturber ce bon mécanisme que l’équipe s’est créé?

    "L’équipe se comporte bien. Tous ceux qui reviennent ne sont pas mis de côté par les autres, chacun apporte sa contribution. Je soutiens depuis toujours que ce n’est pas uniquement le onze qui est sur le terrain qui est important, mais aussi tous les autres joueurs. Je l’ai déjà dit, nous devons évaluer cette situation avec le président."

    Moratti écoutera-t-il votre opinion?

    "Je le connais depuis peu de temps, mais j’ai une très bonne relation avec lui et nous nous comprenons facilement. Nous verrons ce qu’il se passera."

    Quel était vraiment le mal de l’Inter lorsque vous êtes arrivé à Milan?

    "C’est un moment où tout allait de travers. Gasperini a été malchanceux car il a eu beaucoup de blessures. Petit-à-petit, j’ai eu la possibilité de travailler avec ce groupe historique qui ne s’est jamais désuni. Je pense que c’est ma plus grande chance, avec la capacité d’avoir retrouver l’envie de se battre, de démontrer que l’équipe n’était pas morte. Travailler avec ces garçons est vraiment un plaisir."

    Wesley Sneijder est enfin de retour. Aura t-il assez de motivation pour revenir à son niveau?

    "Il s’entraîne pour cela. Il a eu certaines blessures, mais il s’entraîne avec beaucoup d’envie. J’ai dit que le plus beau et le plus difficile devait arriver, je parle aussi de cela. J’ai devant moi un modèle de joueur, l’équipe qui joue le respecte énormément, ce sera donc à eux de le faire rentrer au mieux dans l’équipe."

    L’Inter peut-elle lutter pour le Scudetto?

    "Quand je suis arrivé ici, j’ai dit que c’était une équipe qui devait lutter pour le Scudetto, qu’elle devait revenir en haut du classement. Nous avons perdu du temps, un temps très précieux, mais nous avons fait une remontée incroyable. Cependant, nous n’avons encore rien fait. Il faut que nous progressions étape par étape: nous avons atteint la zone UEFA qui est importante car une équipe comme l’Inter se doit de jouer en Ligue des Champions chaque année. Maintenant, pas à pas, nous devrons essayer de remonter à la tête classement. C’est comme lorsque l’on construit une maison: il faut commencer par les fondations pour ensuite finir par le toit."

    Rédigé par BiscioneNerazzurro & p-h08 (inter.it)


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Unfortunately, your content contains terms that we do not allow. Please edit your content to remove the highlighted words below.
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • 📣 Actualité de l'Inter

  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • 📈 Statistiques des membres

    13 947
    Total des membres
    Yan5974200
    Membre le plus récent
    Yan5974200
    Inscription
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...