Aller au contenu
  • gladis32

    Portrait d'Ivano Bordon, 382 matchs dans les cages de l'Inter

    Ivano Bordon. C'est un nom que trop peu connu. Nous parlons là d'un gardien ayant porté le maillot de l'Inter 382 fois entre 1970 et 1983. Deux titres et deux coupes d'Italie. Mais aussi un titre de champion du monde en 82 (numéro 2 derrière Zoff) et un autre en 2006, en tant que coach des gardiens. Mettez-vous à la place de Giulia Bassi, la journaliste l'ayant interviewé il y a peu par téléphone. Extraits.

     

    13137.jpg.fe1ce211ea8ca8d5f9502d6a4fe44fc1.jpg

     

    Ivano Bordon a toujours une belle agilité pour : se présenter, s'exprimer, répondre à des questions mais aussi les poser, afin de satisfaire une curiosité naturelle et sophistiquée à l'égard de celles et ceux qui sont devant lui. Le physique sec n'a pas connu le passage du temps et les yeux clairs dégagent une confiance rassurante, comme celle envoyée à ses coéquipiers toute sa vie en tant que gardien. Parce que le rôle du gardien de but est le plus délicat, peut-être le plus fascinant, le plus romantique, mais aussi le plus risqué et cruel. Dans sa solitude, assurer la tranquillité d'esprit est aussi essentiel qu'une belle parade.

     

    Les gardiens sont souvent décrits comme un peu fous, extravertis ou introvertis, mais toujours avec un fort caractère. Bordon n'est pas fou ! Il a beaucoup de rationalité. Aujourd'hui c'est encore un pur talent lié à une sagesse accumulée. C'est du charisme. C'est de l'histoire. La sienne, à la fois personnelle et sportive, l'a dit dans le livre : « In socket high » publié par Caosfera Edizioni. « Les parades d'une vie d'un gentleman du passé » est son sous-titre et surtout une expression efficace et exacte pour le définir ! Un gentleman du passé. L'autobiographie est une succession d'anecdotes, de curiosités et dans les coulisses d'un champion qui est toujours à sa place, qui a toujours gardé les enseignements de ses parents et qui s'est imposé dans le doré monde du football, avec un esprit et un style ancien avec lesquels il a fait face à des victoires et des défaites.

     

    74032ef404fcbf7d2f0112f333b76523-66411-a68e66d5d01387faf94aaf54cfb73639.jpeg.9dbb9c63adea80efe64e33cf934c2280.jpeg

     

    Il m'avait parlé de ce livre un soir lors notre rencontre à Monza et à travers une série de messages via Whatsapp. La promesse avait été de se retrouver à Milan pour la présentation de son autobiographie. La présentation s'est ensuite estompée, pour l'urgence sanitaire que nous connaissons tous. Et donc nous avons fini par discuter au téléphone. Nous parlons évidemment de ce livre : qui sait pourquoi quelqu'un comme lui a ressenti le besoin d'en écrire un.

     

    "Pour parler aux jeunes", dit-il. "Pour leur transmettre mon expérience, ce qu'elle m'a apporté et aussi coûté sur le plan humain." Et aussitôt son esprit se tourne vers lui-même, le garçon : "Quand j'ai commencé à jouer au football, c'était une période difficile. Pour acheter un vélo, je suis allé travailler pendant un mois à l'usine." Nous parlons de la province de Venise Années 60. Di Marghera, pour être précis. Son domicile, quitté en 1966 pour aller à l'Inter.

     

    "Le football a toujours été une importance primordiale dans ma vie au point de quitter ma terre natale à seulement 15 ans. Jusqu'à ce jour, j'avais atteint mon maximum à Jesolo ou au Lido de Venise, donc déménager à Milan n'était pas facile. Quitter ma famille était aussi un sacrifice moral, mais j'étais jeune et insouciant et je me consacrais entièrement au football, dont j'étais vraiment amoureux." Les sacrifices d'un garçon, et sa passion, pourraient alors l'amener à franchir le seuil du monde des rêves : "Il fallait de la passion, puis, lentement, des qualités au vu de l'environnement composé de joueurs que vous n'aviez vu que sur des autocollants."

     

    post-886-1205012889.jpg.2a3f08a1895d36cdd7165048557cac5f.jpg

     

    Bienvenue dans le monde du football. Bienvenue sur la planète Inter, la maison de Bordon de 15 à 32 ans. Le maillot nerazzurro, il l'a porté de 1970 à 1983 en devenant l'héritier de Lido Vieri. Il lui a succédé après un derby perdu contre le Milan qui a également représenté ses débuts inoubliables en Serie A, à 19 ans et demi. Il en parle encore aujourd'hui comme l'un des meilleurs moments de sa carrière, malgré un 3-0 (saison 1970-1971, ndlr) :

    "J'ai rencontré des gens qui m'ont rassuré et qui m'ont fait grandir en tant qu'homme et gardien de but. Cette année-là nous avons gagné le Scudetto. Et pour gagner le Scudetto dans l'année de ses débuts en A...", alors il s'arrête, comme si le bon adjectif à dire au téléphone n'existait pas. Ses yeux clairs, en direct, le diraient certainement mieux, j'en suis sûr.

     

    Les souvenirs de Bordon incluent également le championnat de 79-80. Il a été entraîné par Eugenio Bersellini, défendu par Baresi et Oriali, accompagné par Beccalossi et Altobelli. Mais si vous demandez à Bordon un épisode en particulier, il vous parlera d'un penalty sauvé. Le match retour des huitièmes de finale de la C1 1971-1972, contre le Borussia Mönchengladbach. Un 0-0 après le 4-2 du match aller et surtout après le fameux "épisode de la cannette". Le match initialement remporté 7-1 par les allemands mais annulé ensuite pour une cannette de coca-cola (supposée) lancée par un supporter de 'Gladbach sur Boninsegna. Cela a déchaîné l'avocat Peppino Prisco contre l'UEFA.

    "J'avais 20 ans et ce penalty sauvé m'a fait connaître à l'international. Même aujourd'hui, quand les fans me rencontrent, ils me parlent de ce penalty et de ce match."

    (voir l'épisode de la cannette ici: https://thevintagefootballclub.blogspot.com/2010/10/match-replay-le-jour-ou-le-borussia.html )

     

    tretret.PNG.d1b9a6f0626d46aced82c972d953886e.PNG

     

    Ivano est un homme qui n'a aucun regret :

    "Je suis très heureux et reconnaissant pour la carrière que j'ai faite et la vie que j'ai vécue." Parmi les déceptions, il y a cet appel manqué en équipe nationale. "Ne pas aller à la Coupe du monde au Mexique en 1986 a été une déception, d'autant plus que je l'ai découvert à la radio." Ce fut des moments où "la radio a dit" était équivalent à l'actuel "je l'ai lu sur internet".

     

    De la radio au web, de l'Inter des années 70 à l'actuelle, Bordon ne perd pas le fil de ses souvenirs, de la gratitude et de la passion. Il parle sagement et rationnellement de l'équipe actuelle, en commençant évidemment par le gardien de but. Même s'il dit qu'il ne peut jamais parler en mal des gardiens, peut-être parce qu'il continue de s'identifier et de jouer ce rôle si romantique et cruel. Handanovic pourtant, l'actuel numéro 1 mais aussi capitaine, il l'aime au point de lui souhaiter de battre son record d’invincibilité.

    "Deux ou trois ans à un niveau élevé peuvent encore lui permettre de le faire. Depuis qu'il porte le brassard, il a également fait un saut qualitatif en termes de sécurité et de personnalité. Il est devenu encore plus responsable."

     

    855373573_Handanovic1.2.jpeg.9fd68508c6de03db7d89b8855553c75d.jpeg

     

    Est-ce que l'héritier d'Handa est là ?

    "Vous pouvez penser à Radu qui a de très bonnes qualités, peut-être le mettre remplaçant de Samir pendant un certain temps afin qu'il puisse s'aguerrir. L'Inter devrait toujours  faire en sorte d'avoir deux très bons gardiens. Au niveau international, en plus d'Alisson, je pense qu'Oblak est très fort. Ici l'Inter doit viser à avoir des gardiens comme ça." Dit par une légende qui a coûtée cent mille lires au milieu des années 60 et qui a fini par faire partie de l'histoire du football, cela a du poids.

     

    Concernant Antonio Conte, avant que tout ne soit bouleversé et interrompu.

    "Jusqu'à l'arrêt, Conte a fait un très bon championnat. L'Inter reste un cran en dessous de la Juve mais avec deux ou trois achats elle peut devenir encore plus forte. Conte voulait peut-être quelqu'un comme Vidal mais en tout cas il a transmis une mentalité et une façon de vivre le jeu qui sont incroyables. La route choisie est la bonne et le travail qu'il a mis en place est excellent, même pour l'avenir", assure-t-il.

     

    ®alex_j - internazionale.fr

    • J’aime 2
    • Cool 1


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Bravo @gladis32 car t'en as bavé pour la mise en forme 😉 

    Et merci à @Sky-Inter pour avoir pointé du doigt que j'avais oublié de mentionner Bordon dans un de mes anciens posts.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a toujours eu une histoire d'amour particulière entre nos gardiens numéro 1 et nous.

    Entre les Handanovic, Julio Cesar, Toldo, Pagliuca, Zenga, Bordon... c'est tous minimum 200 matchs avec nous.

    • J’aime 1
    • Goaaal 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Le 18/04/2020 à 12:54, Anti_Juventino a dit :

    Il y a toujours eu une histoire d'amour particulière entre nos gardiens numéro 1 et nous.

    Entre les Handanovic, Julio Cesar, Toldo, Pagliuca, Zenga, Bordon... c'est tous minimum 200 matchs avec nous.

     

    7027.jpg

    • Hein ?! 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Le 18/04/2020 à 12:54, Anti_Juventino a dit :

    Entre les Handanovic, Julio Cesar, Toldo, Pagliuca, Zenga, Bordon

    Et Sarti 😉 Belle lignée...

    @Trent_FCI : ????!!!!?????? 🤔

    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 1 minute, Trent_FCI a dit :

    @alex_j Euh... En une saison ?? 😆

    Ça m'étonnerait..

    T'as picolé quoi????? 🤔 Cumulé sur son passage chez nous! Ça va la fumette 🤔 ?

    Moi au moins, quand je divague, je le sais 😁

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 43 minutes, Trent_FCI a dit :

    Il a joué que 38 matchs chez nous.

    Putain... mais c'est qui????????

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 11 minutes, Trent_FCI a dit :

    Euh... Peruzzi 😕

    J'avais hésité 🙏 ... regarde la similitude...

     

    Peruzzi_Vieri.jpg

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    @alex_j L'aspect gardien aurait pu te mettre la puce à l'oreille...

    Il y a 3 heures, alex_j a dit :

    Moi au moins, quand je divague, je le sais 😁

    ... 😆

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 14 minutes, Trent_FCI a dit :

    @alex_j Nah mais t'es juste un peu lent... C'est pas grave. 👍

    n'oublie pas que je suis le Padelli du site 😜

    par contre... une trentaine de match en national... assez surprenant pour un gardien de son calibre...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 54 minutes, Trent_FCI a dit :

    Blessures.. Et Pagliuca.. Et Toldo.. Et Buffon.. 😁

    C'est clair... Zenga juste avant... t'avais pas intérêt à avoir des blessures ou un moment de faiblesse... 😉

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Nos T-Shirts sur l'Inter

  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également



×
×
  • Créer...