Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Serie A


    874 articles dans cette catégorie

    1. Napoli-Inter : Ivan le terrible est disponible

      Très bonne nouvelle comme nous le confirme Tuttosport : Antonio Conte pourra compter sur Ivan Perisic qui est rétabli
       

       
      "Le croate était absent depuis début avril en raison d’un problème musculaire. Entre aujourd’hui et demain, il devrait rejoindre ses équipiers et être convoqué pour le Napoli."
      "Il n’est pas dit qu’il jouera car l’entraineur pourrait confirmer Young ou insérer Darmian, avec la présence d’Hakimi à droite. Vidal qui souffre d’une inflammation du genou depuis plusieurs semaines et Kolarov, victime de douleurs dorsales, sont plus en retrait : Ils devraient rejoindre le groupe qu’à partir de la semaine prochaine."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      297 vues
    2. L’Inter exige la démission de Paolo Dal Pino

      "Un acte de méfiance et une dénonciation d’une mauvaise gestion." Telle est l’analyse d’Il Sole 24 Ore à la suite de la demande formelle de la démission adressé à Paolo Dal Pino, le Président de la Lega Serie A
       

       
      Cette demande émane de 7 clubs parmi lesquels, on retrouve l’Inter : La lettre du club demande à Dal Pino de faire un pas de côté, car il n’y a plus de confiance en lui. Celle du Studio Chiomenti exige des dommages et intérêts en raison des dommages occasionnés sur la gestion des droits et des fonds d’investissements.
      Les 7 clubs actifs en première ligne seraient l’Atalanta, la Fiorentina, l’Inter, la Juventus, la Lazio, le Napoli et l’Hellas Véerone: Le Président Dal Pino est au cœur des lamentations des clubs en regard à l’affaire des fonds d’investissements. Les sept clubs se sont déclarés contraire à l’entrée d’un concordat composé de Cvc, Advent et Fsi, mais il y a aussi la thématique des droits télés.
      Même si les courriers n’en font pas mention, l’origine de la fronde fait référence à l’ouverture au public pour l’Euro 2020, un acte considéré comme contraire à la situation persistante relative à la fermeture des stades au public et qui n’est plus considéré comme soutenable par les clubs concernés.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      0 commentaire
      319 vues
    3. Samir est redevenu Batmanovic

      En effet, si au début de saison, la défense de l'Inter était très loin des standards digne d’un prétendant au titre avec 13 buts encaissés lors des 8 premières journées de championnat, nous retrouvions sur le banc des accusés le comportement plus que douteux du Capitaine interiste : Samir Handanovic, coupable de certaines erreurs d’appréciation.
       
       
      Le Capitaine de l’Inter n’a jamais cherché à se justifier, en préférant répondre sur le terrain. Conséquence directe, à un moment précis de la compétition, lui et sa défense ont réglé la mire. Et Handanovic est redevenu "Saint-Mir" celui que tous les tifosi ont appris à connaitre et reconnaitre ces dernières année à Milan. Et les statistiques le prouvent
       
      Confirmation du Corriere Dello Sport

       
       
      Les clean-sheets, actuellement s’élèvent à 9 contre 3 lors des 17 premières journées de Serie A. Le total grimpe donc à 12 clean-sheets, ce qui fait du porter slovène le meilleur gardien de ce classement spécial de la Serie A. Le pourcentage, sur base des 30 journées disputées jusqu’à présent, grimpe donc à 40%.  En se projetant sur les 38 rencontres à disputer, cela voudrait dire qu’il pourrait arriver à au moins 15 clean-sheets.
       

       
      S’il y parvient, il ne s’agira tout de même pas d’un record. Lors de l'ère Spalletti, Handanovic était parvenu à conserver sa cage inviolée à 17 reprises. Pour savoir l’égaler, il devrait dresser le mur face à ses prochains adversaires lors d’au moins 5 des 8 matchs à disputer: "Ce n’est pas impossible" souligne le Corriere Dello Sport
       
      Selon vous, malgré un début de saison calamiteux, Samir peut-il battre son propre record et terminé meilleur gardien de la compétition ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      331 vues
    4. Officiel : Naples affaiblit face à l’Inter

      Mauvaise nouvelle pour Gennaro Gattuso et son Napoli. A quelques jours de la rencontre opposant l’Inter au club du Vésuve, le forfait du portier napolitain a été confirmé.
       

       
      David Ospina, suite à la blessure dont il a été victime face à la Sampdoria dimanche dernier souffre d’une blessure aux ischio-jambiers gauche de grade 1
       
       
      Et il n’est pas le seul

       
      Piotr Zielinski qui est l’un des leaders du Napoli cette saison est également sur la corde raide. En effet, face à la Sampdoria, le joueur polonais a également connu des problèmes musculaires. L’inquiétude est de mise chez les Azzurri qui feront tout pour l’avoir en parfaite condition, étant donné l’absence importante de Lozano.
      Le Polonais, après avoir offert l'assist du 1-0 à Fabian Ruiz en première mi-temps, a quitté le terrain 74e pour Dries Mertens. Initialement, il n'y avait pas d'inquiétude sur sa condition physique.
      Mais L'hypothèse de son absence face à l'Inter n'est apparue que ces dernières heures, après que certains examens aient montré que Zielinski ne s'était pas totalement remis d'un problème rencontré dimanche. Dans les deux prochains jours, sa position sera à nouveau examinée.
      il n'est donc pas possible aujourd'hui, de confirmer le forfait du polonais face à l'Inter en raison d'une blessure. Il pourrait s'agir d'une troisième absence, étant donné que Lozano est lui suspendu.
       

       
      Pour protéger les buts napolitain, on retrouvera le meilleur ami de Romelu Lukaku, Alex Meret, qui s’était pris une mine diabolique la saison dernière!
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      9 commentaires
      1,1k vues
    5. Matrix se livre à quelques jours de Napoli-Inter

      Marco Materazzi, héros du Triplé 2010 et Champion du Monde 2006, s’est livré à Il Mattino sur la fin de saison actuelle en Serie A
       
      Ligue des Champions

       
      "Qui va aller en Ligue des Champions ? Je vois mal la Juventus. Ces dernières semaines j’aurais pensé que le Milan allait perdre des points, mais il conserve à la place un rythme élevé et il mérite d’aller en Ligue des Champions.
      L’Atalanta tourne à plein régime. La Juve est celle que je considère comme la pire. La prochaine journée pourrait s’avérer très importante avec Napoli-Inter et Atalanta-Juventus."
       
      Genarro Gattuso

       
      Comme je perçois Gattuso ?
      "Comme toujours, comme le seul et vrai Rino. Il a déjà prouvé à Milan qu’il pouvait faire sans énormément de fonds et sans en perdre sa dignité. Il à faire preuve de patience et il a accepté l’appel du Napoli."
      "Et malgré tous les problèmes qu’il a connu ces deux dernières saisons, il a su relancer l’équipe qui traversait une période très difficile. Il y a un an, il a remporté la Coupe d’Italie, je pense que le Napoli est l’équipe qui propose le meilleur football de tout le tournoi."
       
      Construction de l’arrière
      "Partir de supposition ne me fait rend pas dingue, mais dans le cas du Napoli, je le fais concrètement: A mon époque, l’objectif était de passer les 40 mètres , c’était suffisant pour y aller. A présent, on est passé à 90 mètres car tout le monde presse haut. Et si tu fais face à une équipe bien organisée comme l’est Barcelone, tu dois être encore plus attentif, car il suffit de deux passes pour être devant ton but et pour te faire mal."
       

       
      Duel d’Entraineurs
      "Ce sera la rencontre de deux Fuoriclasse du banc : Le Napoli et l’Inter ont deux objectifs, deux philosophies de jeu très différents, mais les entraineurs vivent les matchs d’une façon très similaire. Ce sera une belle rencontre même si l’Inter n’est pas aussi étincelante en équipe."
      "Rino et moi avons grandi ensemble: Il suffit de penser que je l’appelle mon fillot et lui mon petit père. Mais lorsqu’il y avait sur le Derby, on ne regardait pas à qui on faisait face: C’était la guerre sur le terrain et nous avions tous les deux un caractère très fort."
       
      Pensez-vous également que le Top 4 sera composé de l’Inter, du Milan, de l’Atalanta et..... du Napoli ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      405 vues
    6. L’Inter pourrait célébrer son Scudetto en présence de Tifosi !

      C’est l’information de la journée : La Lega Serie A rappelle ses tifosi dans les stades. En effet, depuis l’annonce du Gouvernement qui octroi l’ouverture partielle de l’Olimpico de Rome à hauteur de 25% de sa capacité pour l’Euro, les clubs de la première division italienne ont demandé à rouvrir également leurs enceintes.
       

       
      Et le Président de la Lega, Paolo Dal Pino, va en ce sens : "La Lega Serie A a déjà déposé, il y a un an, un protocole détaillé relatif à l’ouverture des enceintes au public, dans une sécurité et une tutelle maximal pour les tifosi, avec un pourcentage qui se voudra graduel."
      "Nous nous attentons à ce que pour les prochains matchs, nous soyons en mesure d'accueillir au moins 1000 tifosi, un nombre similaire à celui qui avait été pris en considération à l’ouverture de la saison, un nombre qui est capable de garantir amplement la distanciation dans une structure ouverte à l’extérieur."
       

       
      Pour rappel, en octobre dernier, le retour de ce millier de tifos, avec masque et distanciation avait été suspendu à travers le Dpcm. Mais à présent, la Lega s’attends à ce que le numéro de spectateurs présents soit rétabli:
      L’étude effectuée, soit un dossier dépassant les 400 pages, est destinée au Gouvernement. Celle-ci se base sur la distanciation sociale et l’usage des masques, mais aussi sur l'auto-certification et les modalités d’accès et de départ du stade via l’usage de flux bien défini."
      L’objectif de la Serie A est d’être dans la possibilité d’accueillir, à hauteur d’une présence de 25%, les tifosi dans ses stades respectif pour les deux dernières journées.
      Et comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, cela voudrait dire "recevoir des milliers de tifosi pour Roma-Lazio et Juve-Inter qui sont programmé à l’avant dernière journée, tout comme Atalanta-Milan qui est programmé lors de la dernière journée de la saison."
       

       
      Cautionnez-vous la demande de Paolo Dal Pino ? Si la demande est acceptée L’Inter pourra célébrer son Scudetto à domicile lors de la dernière journée. De son côté, Antonio Conte aurait droit à un retour en qualité de conquérant, sur ses anciennes terres, en présence de supporters turinois chahuté et bouleversé par une saison cataclysmique
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      5 commentaires
      675 vues
    7. Fabrizio Biasin se lâche sur le Libéro : "Pendant des années, on a cassé les couilles de l’Inter"

      C’est un fait, l’Inter d’Antonio Conte fait parler. Très souvent critiquée par le passé, cette saison, la squadra Nerazzurra est auteur de 11 victoires de suite, une série de victoire qui lui permettent d’ambitionner un Scudetto tant attendu depuis 10 ans. Pour Fabrizio Biasin, le mérite en revient à la façon dont a été structurée son noyau. Comme nous tous, Fabrizio pardonne, mais n’oublie pas
       
      Son Edito au Libéro

       
      "Durant des années, on a cassé les couilles de l’Internazionale FC en disant que ce n’était pas une équipe composée d’italiens et qu'elle misait seulement sur les étrangers. Depuis une paire de saisons, la tendance s’est inversé : Marotta ayant choisi en parfait état de cause de donner une identité Azzurra au groupe Nerazzurro."
      "Dans ls détail, on retrouve Barella, Bastoni, Sensi, mais aussi des vieux soldats tels que Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini. Sans oublier Matteo Darmian qui est arrivé dans l’indifférence générale, sans présence de tifosi et même avec quelques contestations. Il a été capable de réaliser son devoir comme un grand, preuve en est son but décisif face à Cagliari."
      "Penser que l’identité italienne est la raison pour laquelle l’Inter passe d’une équipe qui coulait à celle qui surfe est franchement présomptueux. Mais écrire que ce n’était pas une façon d’agir intelligente est également erroné."
       
       
      Les trois clés du succès

       
      " La première est que l’Inter est composée d’un noyau de joueurs d’expérience : Pour ne citer qu’eux : Lukaku est un attaquant qui marque un but par match, Brozovic a disputé une Finale de Coupe du Monde, tout comme Perisic. Eriksen a été durant six saisons, l’un des meilleurs voire le meilleur milieu de terrain de la Premier League. De Vrij et Skriniar figurent parmi les défenseurs les plus convoités du continent, sans oublier Barella et Bastoni qui sont encore jeunes, point."
      "La seconde clé est Conte qui perçoit un salaire comme personne parmi ses collègues de Serie A : 12 millions d’euros et il y a une raison : Il est le plus brave, le plus expérimenté, le plus doué pour gérer les 38 journées."
      "La troisième clé, ce sont Marotta et Ausilio qui n’ont pas seulement acheté des joueurs, ils ont su construire une équipe. Et si vous y pensez, ce sont deux concepts bien différents."
       
      Etes-vous d’accord avec l’analyse du Tifoso Nerazzurro ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      1 commentaire
      509 vues
    8. L’Inter écrase la concurrence : 107 points de repris sur ses rivaux !

      La Gazzetta Dello Sport s’est lancée dans une analyse en cinq temps sur la Capolista de la Serie A. Celle-ci se base sur le comportement de notre Beneamata depuis l’arrivée au pouvoir d’Antonio Conte. Et c’est un fait, Conte a su proposer une version améliorée de l’Interminator
       
       
      107 points

       
      L’Inter propose un rythme de croisière insoutenable pour ses rivaux, si elle dispose à présent de 11 points d’avance à huit journées de la fin de la saison, le résultat se retrouve en amont: Avec Conte, l’Inter a repris globalement 107 points à ses rivaux du haut de tableau en comblant et en creusant un écart avec ceux qui la précédaient au classement de la saison 2018-2019, soit la Juve et le Napoli Il a transformé l’Inter en une créature imprenable pour ceux qui sont derrière elle. Antonio est l’Homme qui a renversé la Serie A : Avec lui, l’Inter est devenue crédible  
       
      Fond de jeu

       
      Sur le terrain, l’Inter d’aujourd’hui présente un mécanisme extrêmement reconnaissable : Du premier match amical face à Lugano à l’été 2019 jusqu’au match face à Cagliari, 22 mois de travaux ont été abattus par Conte, en partant de la défense à trois jusqu’au changement de position entre Lukaku et Lautaro, en passant part des changements de jeu d’une aile à l’autre, d’une construction base avec un latéral qui rode de mémoire sur les attaquants.
      L’entraineur a inculqué sa vision du football dans la tête de ses joueurs : Le but face à Cagliari est un centre d’un ailier avec la concrétisation du but de la part de l’autre ailier, soit la signature évidente du 3-5-2 d’Antonio.
      L’Inter est toujours la même sur le terrain, même si en réalité elle change d’un match à l’autre, le centre de gravité, le niveau de gravité et le pressing restent haut
       
      Leadership

       
      Dans la méthode de Conte, il y a une thématique plus importante que les autres : Le leadership. Conte a été immédiatement reconnu par le groupe comme l’Homme qui allait conduire ses joueurs au succès.
       
      Et ce n’est pas rien : Le noyau Nerazzurro est composé de nombreux joueurs qui n’ont jamais été en tête d’un championnat du Top : Conte oui, il a gagné à la Juventus, avec Chelsea, et en équipe Nationale, il a permis à l’Italie de jouer la gagne avec les plus grands: Conte s’est matérialisé en points supplémentaires au classement.
      Est-ce que la situation aurait été similaire avec d’autres entraineur ? Même Spalletti, à qui on peut reconnaitre le fait d’avoir permis à l’Inter de retrouver la Ligue des Champions ? A Appiano tous répondent négativement: La différente a été faite par l’entraineur
       
      Motivation

       
      Conte et Mourinho ne sont pas à proprement parler des amis. Mais le fait est que l'Inter va gouter au Scudetto, onze ans après ceux du Mou, mais en proposant des similitudes comme celle de l’équipe:
      Mourinho entendait les critiques des ennemis. Conte s’est aussi appuyé sur une difficulté extérieure pour compacter son groupe de travail et Il a dû faire face à deux difficultés La première est l’élimination en Ligue des Champions, ce qui a renforcé les liens de l’équipe vers le seul réel objectif disponible : Le Scudetto La seconde difficulté est le nœud sociétal. L’Inter a littéralement décollé lors des rumeurs entourant le Suning. Cet instant à donner l’élan à l’entraineur pour rappeler les siens à sa cause, pour consolider encorde plus le groupe vers le titre.  
       Confrontations directes
       
       
      L’autre saut de qualité de l’Inter reste sa gestion dans les confrontations directes : Lukaku et les siens présentent un solde positif avec les six rivaux du haut de tableau. C’est la démonstration dont avait besoin les joueurs pour se convaincre que gagner allait être possible.
      Dans le courant de cette année, on se souviendra de la rencontre aller face a Sassuolo comme l’instant de la mutation tactique du championnat Nerazzurro et la victoire au Giuseppe Meazza face à la Juve aura souligné la révolution mentale
       

      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      0 commentaire
      498 vues
    9. Mieux que Mourinho et dans le sillage de Trapattoni et Mancini!

      L'Inter voyage fort et vite cette saison et en moyenne, elle est juste en dessous de l'équipe de tous les records, celle de 89.
       
      Selon Sky Sport Italia (via FcInter1908.it ), l'Inter de Conte a une moyenne stupéfiante de 2,46 points par match cette saison (74 points en 30 matchs), après leur incroyable forme en championnat depuis fin janvier.
      La saison de l'Inter est sans aucun doute exceptionnelle et Conte tient toujours à le souligner. Ce n'est pas le moment de vous laisser distraire, mais vous devez rester concentré jusqu'à ce que l'objectif soit atteint! Certes, le rythme que garde l'Inter est vraiment superbe mais elle est comparable à celui des autres grands entraîneurs Nerazzurri. L'équipe de Conte, compte tenu de la moyenne des points par match, fait mieux que celle de Mourinho et s'inscrit dans le sillage des records de Trapattoni. Enfin, elle est juste en dessous de celui de Mancini qui détient le record du club Nerazzurri avec 2,55 points par match.
       

       
      Pas mal pour une équipe joue 'mal' au football, non?

      0 commentaire
      794 vues
    10. Antonio Conte a pleinement réussi l’examen interiste

      Cette déclaration est signée Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter qui est revenu en tribune, après avoir été hospitalisé en raison du Covid-19, à l’occasion d’Inter-Cagliari
       

       
      "Conte est un grand professionnel, il aime les défis et cela en était un. Il est arrivé dans un club de grande renommée mais qui avait des difficultés de gestion quotidienne. Il a pleinement réussi son examen: C’est quelqu’un de très orgueilleux et c’est ce qui fait de lui un entraineur gagnant."
       
      Le Centre esthétique ?
      "Notre Centre Esthétique est la Pinetina où vous y rencontrez un staff extrêmement bien préparé, et qui partage son opinion sans se baser sur le pourcentage de possession de balle pour gagner des championnats. En citant Heriberto Herrera, la possession footballistique est celle qui parle du classement en terme de points et pas celle de la possession territoriale sur le terrain. Les championnats se remporte avec celle qui se base sur les points au classement."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      596 vues
    11. La révélation Matteo Darmian

      Arrivé à l’Inter, quasiment dans l’indifférence générale, le pari de Giuseppe Marotta a fait mouche : Matteo Darmian a explosé sous les ordres d’Antonio Conte qui l’a d’ailleurs connu lors de l’Euro 2016
       

       
      L’ancien mancunien s’est démontré être un joueur utile, capable d’assurer plusieurs rôles et de reprendre au pied levé le poste de plusieurs joueurs : Ayant le sens du sacrifice, il a été l’auteur d’un des buts les plus important de l’Inter de ces dernières années. Suffisant pour aller à l’Euro 2021 ?
       
      Révélation de la Gazzetta Dello Sport

       
      A la veille d’un match rugueux, on retrouve le visage du bon gars : Matteo Darmian. C'était le pion du jour pour une Inter presque ennuyeuse en termes de résultat de solidité et son but a fait exploser Conte de joie, aussi bien pour la façon dont il a été inscrit, car il est l’un des éléments du socle italien du noyau.
      Comme l'est Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini mais que l’on voit peu sur le terrain. Mais Darmian lorsqu’il le foule, apporte de l’animation, lui qui évoluerait également volontiers dans les buts.
      Conte lui a rendu hommage une nouvelle fois en conseillant aussi Roberto Mancini pour la Nazionale : "Pour moi, il peut aller à l’Euro car il offre tellement de possibilité  et d'engagement à l’entraineur, il est utile et inscrit des buts importants."
       
      Roberto Mancini doit-il y réfléchir ?

       
      Un joyau comme Darmian peut s’avérer utile : Le 3-5-2 de Conte est un travail massacrant, surtout pour les ailiers qui sont contraints à aller de surface à surface, car l’entraineur les veut aussi sur la ligne de la défense centrale en phase de non-possession, mais ils doivent également être prêt à foncer vers l’avant pour attaquer les second poteaux: Ce qui s’est passé face à Cagliari est donc normal.
      A peine lancé sur la gauche suite à l’insertion d’Hakimi, Darmian, (qui avait déjà remplacé Bastoni suspendu face à Sassuolo) a parfaitement lu le jeu du marocain et placé deux mètres devant le but, a valorisé ce centre en un but extrêmement important. Un but permet à l’ancien de parme d’établir un nouveau record en championnat avec deux buts et deux assists.
       
      Matteo est-il l’une des belles révélations de la saison ? Après Lukaku, United devrait-il à nouveau s’en mordre les doigts ? Pensez-vous qu’une convocation à l’Euro serait méritée? Exprimez-vous !
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      11 commentaires
      707 vues
    12. Le style de jeu d'Antonio Conte à l'Inter fonctionne en Serie A mais pas en Ligue des Champions

      Antonio Conte devra repenser ses idées s'il veut faire avancer l'Inter en Europe, selon le Corriere dello Sport. Dans le même temps la Gazzetta dello Sport écrit que l'Inter marie l'ADN d'Antonio Conte avec le sien.
       
      Le CdS a semblé ne pas tenir compte des superbes statistiques affichées par l'Inter. Le CdS argue au lieu de cela:
      "Conte n'a pas ce pedigree européen. Il manque cette dernière étape, ce style de jeu. L'approche de l'Inter est suffisante pour gagner le Scudetto, mais lorsque Conte sort des frontières de l'Italie, cela ne sera plus suffisant."
      Le CdS a comparé Conte à l'ancien patron de la Juventus Massimiliano Allegri, qui a emmené les Bianconeri à deux finales de l'UEFA Champions League au cours de son mandat de cinq ans. Reste à voir si Conte pourra trouver la bonne formule pour aider l'Inter à progresser sur la scène européenne, après avoir terminé dernier de son groupe cette saison avec le Real Madrid, le Borussia Mönchengladbach et le Shakhtar Donetsk.
       
      De son côté,  la Gazzetta dello Sport comparait l'équipe actuelle des Nerazzurri à ces grandes équipes du passé dirigées par Jose Mourinho, Giovanni Trapattoni et Helenio Herrera, des entraîneurs décrits comme "plus pragmatiques que jolies''. L'Inter de Conte est également étonnamment similaire à son équipe de Chelsea, les deux équipes voyageant avec la même moyenne de points par match.  Ses équipes marquent toujours plus de deux buts par match alors qu'elles en concèdent moins d'un à chaque match, et c'est exactement ce que fait l'Inter cette saison aussi. Le journal a fait valoir que les fans de l'Inter ne se soucieraient pas de l'esthétisme du style si Conte continuait à remporter son premier titre de champion en 11 ans.

      4 commentaires
      763 vues
    13. La Vendetta d'Antonio Conte : Arriver au Stadium Champion !

      En effet, il y a une dizaine d’année, Antonio Conte était l’Homme qui avait murmuré à l’oreille d’une Vieille Dame malade et qui l’avait remis sur pied. A présent, Antonio est l’Homme qui est prêt à la débrancher et à la laisser dans un état végétatif
       
      En effet, à cet effet, Antonio a signé pour réaliser cette emprise sur la banc de l’ennemi-juré qu’est l’Inter et 19 ans après avoir célébré le Scudetto du 5 mai 2002. Antonio est prêt à revenir sur "ses" terres, là où l’on retrouve son étoile, auréolé d’un titre de champion après une rixe en Coupe d’Italie synonyme d’une désunion irréconciliable
       
      Révélation de Tuttosport

       
      Conquérir le Scudetto au Stadium, voire se présenter à Turin avec le Tricolore déjà cousu sur le maillot n’a pas de prix, comme le dit le célèbre slogan publicitaire
      Pour celui qui est à l’origine de l’incroyable cycle de succès des Bianconeris, retourner dans la Casa de la Signora auréolé du titre de champion serait la plus douce des revanches. Une vengeance personnelle depuis le départ fracassant de 2014 où tout a été écrit, lu et commenté: Dès cet instant, quelque chose a changé entre Antonio et la Direction de la Juventus.
       

       
      Cela s’est vu au Stadium, lors de la demi-finale retour de la Coupe d’Italie, avec un échange de mauvaise plaisanteries à distance, avant de partir dans une joute verbale et gestuelle avec tant de doigts d’honneurs. Le tout, sans oublier le flot de controverses qui ont surgit dans les jours suivants et qui peuvent s’entendre encore actuellement
      Celles-ci devraient être de nouveau à la mode le 16 mai : Lorsque Antonio Conte se représentera au Stadium avec sa Vendetta la plus personnelle : le Scudetto en poche
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      10 commentaires
      1,1k vues
    14. La stat qui fait mal à la Serie A

      Parce que parfois, une photo vaut bien plus qu'un article, voici le classement de la phase retour du championnat de Serie A 2020/2021
       

       
      Qu'en pensez-vous ? Exprimez-vous!
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      6 commentaires
      702 vues
    15. Le tacle venu d’ailleurs : "La Juventus est devenue l’Inter de Moratti" - L.Moggi

      Luciano Moggi, l’ancien dirigeant historique de la Juventus, qui est à l'origine du Calciopoli, s’est livré sur le canal Twitch "Juventibus"
       

       
      "Nous sommes devenus l’Inter de Moratti. Pirlo est un pari mais ce n’est pas un grand coup. La Juve a des joueurs important, mais ce n’est pas une équipe. Les jeunes doivent remplacer les anciens, mais ce n’est pas quelque chose qui prend peu de temps."
       

       
      "Il faudrait un motivateur, mais ce ne peut pas être Pirlo, et il y a trop d’étrangers qui font leur devoir d’employés, mais qui ne vont pas  plus loin. Il manque une personne qui doit s’imposer et se faire respecter."
      "Il manque à la Juve la fantaisie de Dybala, c’est une équipe trop prévisible qui donne l’impression de pouvoir gagner et qui perd contre tous. Locatelli est un bon joueur, mais il ne va pas résoudre les problèmes du milieu de terrain. Vous avez besoin de quelqu’un qui puisse dicter le tempo du jeu. Donnaruma est un excellent joueur, mais c’est inutile de le sonder, il rester à Milan"
       
      Si même les anciens, qui sont pourtant à vomir, s’y mettent….
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      745 vues
    16. Le Scudetto de la consistance

      "L’Inter a, entre ses mains, le Scudetto" - Telle est la déclaration de la Gazzetta Dello Sport qui souligne une nouvelle fois l’importance du succès interiste sur Sassuolo grâce aux buts de la Lula
       
      10 sur 10

       
      L’Inter de Conte a remporté sa 10 victoire de suite et dispose de 11 points d’avance sur le Milan, second :  "On ne remporte pas 10 parties par hasard, il est nécessaire d’avoir des valeurs, et la Capolista est une équipe de valeurs"
       
      Les Statistiques du match
       
       
      En effet, les statistiques sont éloquentes hier au Meazza, en faveur de Sassuolo…mais pourtant, les trois points sont milanais:
      Si nous analysons la rencontre d’hier, il y a lieu de souligner que Sassuolo a dominé en possession de balle et en approche pro positive : 70,3% contre 29,7% pour les Neroverdis qui malgré toutes leurs bonnes intentions n’ont pas récolté de points: Il n’y a qu’à regarder le nombre de tirs cadrés et les occasions créés. 
      Et sur cela, Sassuolo n’a pas brillé, il s’est montré plus cigale que fourmi: Il n’a pas récolté ce qu’il a semé. Et si nous en venons à prendre à nue la rencontre, il y a lieu de noter que l’Inter a, à deux reprises, dévoré le troisième but en contre-attaque: "La vérité est que Conte et De Zerbi ont des visions différentes du football, quasi anti-éthique, le match a donc été imprégnée cette diversité."
       
      La rencontre d’hier est exactement à l’opposé des deux entraineurs

       
      La première période a été la manifestation d’une guerre de religions footballistique infinie:
      Sassuolo a construit, l’Inter a marqué  Sassuolo a cherché à se créer des espaces, l’Inter a surfé sur les espaces concédés par l’adversaire. D’un côté, on avait un dynamisme Neroverde et de l’autre l’Inter qui a fait usage d’un jeu long de gauche à droite pour parvenir aux centres de Young   
      Les statistiques sont claires : Sassuolo a effectué 848 passes, l’Inter 358, soit 500 de moins, mais le réalisme interiste à prévalu sur les intentions du club d’Emilie-Romagne.
      Ce sera le Scudetto de la consistance et les interistes ne le prenne pas comme une critique : Être concret n’est pas une faute, c’est un choix légitime : On peut gagner de très nombreuses façon et Antonio Conte a créé une machine parfaite vu l’histoire du Championnat italien qui se nourrit de résultats, à de rares exceptions près.
       
      Le Saviez-Vous ?

       
      Pour une fois le Corriere Dello Sport dit quelque chose de censé :
       
      Le duo composé de Romelu Lukaku et Lautaro Martinez culmine à 36 buts. En Europe, seul le Bayern de Munich propose mieux avec Robert Lewandowski qui en a déjà inscrit 35 à lui seul. Lautaro a déjà battu son propre record interiste personnel en inscrivant son 15ème but, contre 14 l’année passée  
      Il y a également une autre donnée significative signe de l’entente entre les deux joueurs, Les passes décisives : "5 en provenance de Lukaku et 3 en provenance de Lautaro, ce qui est la preuve qu’ils se cherchent toujours, mais surtout, qu’ils se trouvent"
       
      Selon vous, est-ce que l’Inter est entrain de devenir aussi glaciale et réaliste que la Juventus du passé ? En effet, à présent l’Inter est l’équipe qui propose le plus de joueurs italiens entre les deux grands d'Italie. Les turinois alignant majoritairement des étrangers. Est-ce là, l’origine du rapport de force inversé ?
       
      Petite piqure de rappel : La souffrance fait partie de l’ADN de l’Inter, qu'on le veuille ou non!
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      4 commentaires
      684 vues
    17. La résignation turinoise, Andrea Pirlo : "Être dans le Top 4"

      A circonstance exceptionnelle, article exceptionnel. En effet, Malgré la victoire de la Juventus sur le Napoli 2-1, Andrea Pirlo s’est laissé aller à un aveu de faiblesse, un aveu inédit de cette dernière décennie, un aveu qui marquera un tournant en Serie A, pour cette saison et pour celles à venir
       

      "Je rêve de terminer ma carrière à Flamengo. Je suis fasciné
      par l'idée de perdre aussi la Finale de la Libertadores"
       
      "Nous avons perdu trop de points en cours de route, nous n’avons pas été incisif dans des rencontres qui se devaient d'être abordable. Lorsque tu as cet état d’esprit, tu rentres avec un résultat à la maison. Je suis habitué, le rôle de l’entraineur est ainsi fait : Trouver du positif la veille du jour de match n’est pas facile, j’espère que l’on pourra en terminer rapidement. J’ai entrepris ce parcours au mois d’aout en cherchant à proposer un certain type de jeu."
       
      "Nous sommes arrivé démotivés dans plusieurs matchs, en pensant que ce serait facile d’affronter des équipes plus loin au classement. Dybala est une valeur ajoutée pour n’importe quelle équipe et aussi pour la Juve, il a encore un en de contrat, j’espère que nous parviendrons à le conserver."
       
      "J’ai loupé tant de choses, mais je le referais : C’est normal parfois de se planter, cela me sera utile pour l’avenir : C’était un championnat compliqué pour tous, il me sera utile pour le futur : Il faut tirer des conclusions de ses erreurs pour ne plus les répéter: L’objectif est d’être dans le Top 4, être devant est difficile. Nous devrons gagner les 10 rencontres de ce mini-championnat et ensuite songer à la Finale de la Coupe d’Italie."
       
      Des regrets ?
      "Aussi bien pour le Scudetto que pour la Ligue des Champions : La Juve a des objectifs que vous ne choisissez pas : Nous aurions pu aller plus loin en Ligue des Champions, nous avons manqué ce rendez-vous. Dernièrement nous avons perdu face à Benevento et cela nous a coûté quelque chose dans la lutte pour le Scudetto. Ce sont deux grandes désillusions."
       
       
      Suivi du Danilo turinois

      "Aide toi aussi la Juventus a remporter la Ligue des Champions:
      Fais un don de 2€ par sms en écrivant arbitre au 48553"
       
      "Nous sommes les premiers à être triste, car nous savions que nous étions capable de faire mieux, il suffisait de bien jouer comme lors de ce match pour être là, à se battre pour le haut du classement."
      "Nous sommes à tant de points de la première place, nous devons comprendre que nous luttons pour une place en Ligue des Champions, et c’est ce que nous allons faire semaine après semaine…"
       
      Elle sera longue la fin de saison turinoise avec espérons-le : Une passation de pouvoir digne de ce nom combinée à une cinquième place au classement
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      505 vues
    18. L'Inter bat Sassuolo avec 30% de possession!

      L'Inter a battu Sassuolo 2-1 avec deux buts de Lukaku et Martinez contre un de Traoré. Malgré cela, l'Inter n'a enregistré que 30% de possession contre les Neroverdi au Meazza, le plus bas jamais enregistré depuis que la société de statistiques Opta a commencé à collecter ces données en 2004.
       
       
      Moralité: on peut gagner sans posséder.

      5 commentaires
      459 vues
    19. Juve-Napoli ne sera pas reporté!

      "Karma is Bitch" voire "Il existe une Justice" c’est selon. Replongeons-nous à la date du 4 octobre 2020: La Juventus d’Andrea Agnelli s’était lancée dans une parodie de football en se présentant sur son terrain afin d’y défier un Napoli absent, bloqué par l’Agence Sanitaire de Naples.
       

       
      Le but de l’opération turinoise était de remporter la mise, sur tapis-vert, face à un concurrent direct. En effet, Naples n’avait pas pu effectuer le déplacement en raison d’un cluster.
      La Justice ayant pris le temps de trancher, vu que cette situation allait faire jurisprudence, il a été convenu de disputer le match à une date à définir par le biais d’une Commission du Coni en décembre dernier : Cette décision levant la défaite sur tapis vert.
      La date du 17 mars 2020 avait été définie. Toutefois, à la suite d’un accord entre les deux clubs, la date du 07 avril a finalement été arrêtée pour disputer cette affiche de début de saison.
       
      Place à présent à la réalité

       
      La Juventus est touchée par le Covid-19. En effet, la positivité de Federico Bernardeschi s’ajoute à celle de Leonardo Bonucci et de Merih Demiral mais selon Carlo Picco, Directeur de L’ASL de Turin qui s’est exprimé à Radio Punto Nuovo: "Il n’y a pas d’épidémie et comme il n’y a pas d’épidémie, il n’a aucun élément probant pour reporter le match."
      "Nous allons bien sur procéder à des vérifications et nous serons attentif, mais c’est la situation actuelle. Le foyer est partiellement contenu car les joueurs ont été isolé. Actuellement, les positivités ne peuvent pas justifier une intervention aussi drastique de l’ASL. Au jour d’aujourd’hui, il n’y a pas de cluster."
       
      Respecte l'arbitre qu'ils disaient ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      714 vues
    20. Le Scudetto Interiste : La Vendetta du Padrino

      En effet, l’Inter a renforcée sa première place ce week-end et est prête à se préparer à une fin de saison pleine de satisfactions. Si le mérite en revient à Antonio Conte, il y a également lieu de mettre en évidence le travail de fond réalisé par l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta
       
      Explication de la Gazzetta Dello Sport

       
      Dès son premier jour en tant qu’Interiste, Marotta avait identifié le principal problème du club, l’obstacle qui l’empêché de renouer avec sa splendeur du passé :  Il n’y avait pas encore de fondations solides sur lesquelles il était possible de construire quelque chose
       
      C’était quelque chose de similaire à ce qu’il avait vécu avec sa première Juve : Il lui fallait des hommes qui donnent l’exemple, des guides pour les nouveaux. A présent et après un an et demi d’une médecine curative par Antonio Conte, le Scudetto est au coin de la rue. De plus l’Administrateur-Délégué est revenu hier au travail, à la Pinetina, avec un objectif quasiment philosophique atteint : L’équipe a une nouvelle âme et des fondations sur lesquelles elle peut grandir
       
      Merci Andrea !

       
      En effet, la consécration à venir de l’Inter et l’autodestruction de la Juventus ont un point commun : L’arrivée et donc le départ du Padrino d’Italie. Comme le révèle Sport Mediaset, la maxime "Tous sont braves, personne n’est indispensable" est sacrée dans le football, à une exception prêt.
      En effet, la Juventus de ces dernières années n’est plus la même. En Europe, la réalité n’a que très peu changée, même s’il y eu deux finales de Ligues des Champions : Perdu face à Barcelone de Messi en 2015 et face au Real de Ronaldo en 2017. Cette équipe-là était arrivée à son apogée lors de l’Ere Marotta, une personnalité que les tifosi juventine pleurent plus que d’autre.
       
      En effet, pour la première fois et après 9 Scudetti de titre,  la Juventus étiquetée Paratici-Nedved se voit s’envoler le Scudetto. Pirlo sur le banc n’est pas une idée génialissime après avoir utilisé et jeté Sarri. Ce qui est également un autre choix discutable de la direction.
       
      Elle se retrouve à présent relativisée dans un retour à la réalité avec des cas de mauvaise gestion : L’affaire McKennie, les blasphèmes de Buffon, les ultras, les amendes salées du duo Paratici-Nedved, Ronaldo sous à la neige de Courmayeur et au soleil à Dubaï sans respecter les règles anti-covid, le cirque relatif au passeport de Luis Suarez.
       
      Le coup de grâce de l’ancien Président de la Juventus Giovanni Cobelli Gigli

       
      "La Juve a connu neuf grande années, il est donc possible d’être en crise à la 10ème. Il y a une faiblesse chronique dans l’aire technique depuis que le club a décidé de se priver de Marotta, qui est un dirigeant mur et qui a bien géré l’Inter dans des situations épineuse comme celle d’Icardi.."
      "A l’Inter, il y a une incertitude sociétale, mais l’équipe ne l’a pas ressentie sur le terrain et le mérite en revient aussi à Marotta. L’équipe joue bien et à un entraineur déterminé qui ignore ce qu’il se passe à l’extérieur.....Je pense que ce mérite est aussi celui d’un filtre intelligent proposé par Marotta."
      "Ma sensation est qu’il a été présomptueux de s’éloigner de Marotta, tout comme le fait de prendre Ronaldo en le payant pour une somme inacceptable pour les comptes d’une équipe du Calcio : Si Ronaldo inscrit 30 buts, chacun vaut 1,5 millions d’euros. Prendre CR7 a conditionné le jeu de l’équipe, en renonçant à jouer en chœurs." 
       
      Paratici ?
      "C’est clair que, selon moi, ce n’est pas un Numéro Un mais un bon numéro 2. En ces moments de difficultés, je le vois aussi lors de ces interview télévisées. Lorsqu’il parle, ce sont des clichés, c’est un homme qui a un boulot, mais à mon avis, il a besoin d’avoir une personne avec un état d’esprit plus directif et plus d’expérience au-dessus de lui. C’était le cas avec Marotta. Agnelli doit s’attarder sur quelque chose : Soit il conserve Paratici, soit il doit prendre une personne prête et mure immédiatement pour le remplacer."
       
      La Griffe Marotta

       
      Si à l’Inter tout le monde s’y sens bien, comme Antonio Conte qui fait part d’un formidable liant avec l’équipe. Son joueur le plus emblématique est également prêt à rester à l’Inter. Selon les dernières indiscrétions, Big Rom qui traverse actuellement la meilleure période de sa carrière à remercié mais décliné l’intérêt du FC Barcelone à son encontre.
      Un mérite qui en revient à Conte qui l’a bien fait grandir, mais également au Padrino qui a su définir les bases d’un accord qui a fait du Gentil Géant, le transfert le plus élevé de l’Histoire de l’Inter. Si le Duo Marotta-Conte a fait les beaux jours de la Juventus. Ceux-ci ont fait table rase du passé avec un esprit vengeur et conquérant: Celui de vouloir être les premiers à détruire leur propre création après s'être sentis floué et utilisé.
      Selon vous, est-ce que l'arrivée de Giuseppe Marotta à la tête de l'Inter a changé le visage du club et, sans aucun doute, le visage de la Serie A des années à venir ?
       
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      836 vues
    21. Hakimi, un futur à la Skriniar ?

      C’est, en effet, l’analyse de la Gazzetta Dello Sport : Achraf Hakimi, qui a connu une première saison assez mitigée devrait exploser sur son aile, après le travail de fond réalisé par la bande entourant Antonio Conte.
       
      Le staff de Conte est convaincu, qu’après une nouvelle année d’apprentissage destinée à effacer quelques défauts, Achraf Hakimi va faire exploser son propre potentiel. C’est une question de travail et de patience.
       
      Similaire à ce qu'a connu Milan Skriniar, il était solide dans la défense à quatre et il éclabousse de son talent dans la ligne de trois : tous à l’Inter sont conformés à la Doctrine Contienne et tous se rapprochent d’un premier succès historique dans leur vie.
      Conte montrera la voie à suivre pour faire sabrer le champagne à la maison et en profiter durant un moment ne fera pas trop de mal.
       
      Pensez-vous que Conte parviendra à exploiter le maximum du potentiel enfoui en Achraf Hakimi ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      30 commentaires
      1,8k vues
    22. L'Inter fête Pacques avec une 9e victoire consécutive à Bologne

      Avec sa victoire 0-1 contre Bologne, notre équipe favorite a remporté sa 9e victoire consécutive. La route au Scudetto s'élargit même si le chemin reste long.
       
      BOLOGNE - L'attente. Il semblait que cela ne finirait jamais, et nous devenions tous un peu plus impatients. 14 mars, il y a 20 jours. D'une tête à une autre. Entre, il y a eu une pause, la trêve internationale et l'anticipation interminable de Bologne contre l'Inter, qui était le dernier match de la 29e journée. Rien n'est jamais hors de question, et il y avait toujours la peur d'une mauvaise surprise ruinerait Pâques. Cependant, les Nerazzurri ont terminé cette journée en souriant. Les hommes de Conte ont gagné, ils ont pris les trois points et ont joué avec la plus grande détermination et volonté de se battre et de souffrir. Non, il n'y avait pas de surprise, seulement trois points!
      Romelu Lukaku ressemblait à Christian Vieri dans ce Fiorentina - Inter le samedi de Pâques en 2002. Le ballon devait juste aller dans le but; peu importe la manière. C'était assez: 1-0, 20e but en championnat de la saison, le septième joueur de l'Inter à en marquer 20 consécutivement (après Giuseppe Meazza, Amedeo Amadei, Roberto Boninsegna, Mauro Icardi, Stefano Nyers et Christian Vieri). Handanovic a rarement été inquiété lors de la neuvième victoire de l'Inter. Oui, cela a mis fin à Bologne 0-1 Inter .
      Se remettre dans le vif du sujet après des ajournements, des départs et des absences et le faire à Bologne, une place très difficile à jouer, en a fait une demande résolument délicate. L'équipe de Mihajlovic est sortie pour jouer et a donné très peu à l'Inter; c'est une équipe qui sait (se) défendre et qui peut blesser n'importe quelle équipe. L'Inter a commencé avec Ranocchia au cœur de la défense et Young à gauche; Lukaku et Lautaro ont été sélectionnés devant dans l'espoir de perturber la ligne défensive des Rossoblù. Le jeu était compliqué. Il était difficile d'échapper à la pression, et gérer le 4-3-2-1 de Sinisa devient souvent une bataille tactique où patience et réflexion astucieuse sont nécessaires.
      Ce n'était pas un match particulièrement spectaculaire et les chances étaient minimes. C'était une rencontre tactique, les deux équipes cherchant à se comprendre et à ne rien donner. L'Inter n'allait jamais se jeter à l'avant. Au lieu de cela, ils devaient interpréter ce qui se passait et tirer le meilleur parti de toutes les occasions qui se présentaient. Comme d'habitude, les hommes de Conte ont travaillé dur. Barella et Hakimi ont cherché à se combiner, l'équipe faisant également de son mieux pour choisir Lukaku. Lautaro, quant à lui, était une figure remuante à l'avant alors qu'il cherchait à faire sa marque.
      Comme mentionné précédemment, il fallait de la patience, les hommes de Mihajlovic restant attentifs et plus que "faisant avec" dès le début. Mais ensuite l'Inter a frappé, avec le but qui a décidé le match à la 31e minute . Cela impliquait de nombreux rouages de la machine Inter, celle qui fonctionne le mieux lorsque tout le monde contribue à la fois aux phases défensive et offensive. Bastoni a donné l'impulsion, brisant la gauche et produisant une centre dont n'importe quel ailier aurait été fier. Le ballon de l'Italien fut accueilli par Romelu, dont la tête fut en quelque sorte détournée sur le poteau par Ravaglia. Cependant, notre numéro 9 a réussi à mettre le ballon dans le filet de manière presque nonchalante: "Ne vous inquiétez pas, je viens de marquer" était le message.
      Ce n'est cependant pas un but qui a vraiment donné vie au jeu. En effet, la seule autre très grande chance de l'Inter est venue au début de la seconde période, lorsque Lautaro a lâché son pied droit et a vu son effort rencontrer le poteau. Aucun des deux gardiens n'a été contraint d'effectuer des arrêts particulièrement notables: au coup de sifflet final, l'Inter et Bologne n'avaient eu que deux et trois tirs cadrés respectivement.
      Les Nerazzurri n'allumant pas sur tous les grosses cylindrées en attaque, ils devaient faire preuve de ténacité. Ils devaient rester alertes tactiquement et, en même temps, tirer le meilleur parti de chaque goutte d'énergie dont ils disposaient. L'entrée de Sanchez a insufflé une nouvelle vie aux hommes de Conte, qui ont commencé à repousser les Rossoblù. Mihajlovic a également présenté de nouveaux visages pour tenter de revenir dans le match.
      Cependant, les Nerazzurri sont restés professionnels et compacts. Ils ne sont jamais tombés et ont continué jusqu'à la fin. Ils ont fait face à tout ce qui leur arrivait et couru très peu de risques, faisant preuve d'esprit et de détermination pour enregistrer leur neuvième victoire consécutive. Et ils ne veulent pas s'arrêter maintenant. Mercredi, Sassuolo sera nos visiteurs.
       
      RÉSUMÉ DU MATCH
      BOLOGNE (4-3-1-2) : 34 Ravaglia; 14 Tomiyasu (29 De Silvestri 34 '), 5 Soumaro, 23 Danilo, 35 Dijks (80 Juwara 80'); 30 Schouten, 8 Dominguez (32 Svanberg 69 '), 11 Skov Olsen (7 Orsolini 80'); 21 Soriano; 10 Sansone (55 Vignato 69 '), 99 Barrow.
      Suppléants : 1 Da Costa, 16 Poli, 18 Baldursson, 16 Antov, 43 Faragò.
      Entraîneur : Sinisa Mihajlovic.
      INTER (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 95 Bastoni; 2 Hakimi, 23 Barella (8 Vecino 92 '), 77 Brozovic, 24 Eriksen (5 Gagliardini 61'), 15 Young (36 Darmian 71 '),; 9 Lukaku, 10 Lautaro (7 Sanchez 71 ').
      Suppléants : 27 Padelli, 97 Radu, 6 de Vrij, 12 Sensi, 22 Vidal, 99 Pinamonti.
      Entraîneur : Antonio Conte.
      Buteur : 31 'Lukaku (I)
      Avertissementss : Soumaro (B), Ranocchia (I), De Silvestri (B), Vignato (B), Juwara (B), Brozovic (I), Bastoni (I), Gagliardini (I)
      Temps supplémentaire : 3 '- 3'.
      Arbitre : Giacomelli.
      Assistants : Fiorito, Galetto.
      Quatrième officiel : Marinelli.
      VAR : Di Paolo.
      Assistant VAR : Passeri.
       
      RÉSUMÉ VIDÉO
       
       

      1 commentaire
      446 vues
    23. Serie A: Coach, vous avez un message! Virtual Coach va-t-il révolutionner la Serie A?

      Voila un an que les coachs de Serie A utilisent Virtual Coach, une application sur tablette qui analyse en temps réel les stats du match suggérant des ajustements tactiques. Bien évidemment, la décision finale revient à l'entraîneur. Cet article paru dans France Football du 30 Mars 2021 est retranscris pour internazionale.fr, bonne lecture!
       
      Introduction
      Une belle fierté de la Serie qui a la réputation d'être tactique qu'est cette application Virtual Coach. Elle se présente comme un outil pour gagner ces parties d'échecs que sont les matchs de la Serie A. Virtual Coach est né sur le campus de l'Ecole Polytechnique de Milan. Gilberto Pastorella, 32 ans, mathématicien, y reçoit et rembobine jusqu'à la génèse:
      "En 2002 est né le labo Mox qui est un centre de recherche spécialisé dans les modèles mathématiques qui avait travaillé avec le monde du sport. En 2010, vint la création de Moxoff qui travaille dans les mathématiques avancées pour l'industrie. En 2017 est née Math&Sport qui une spin-off spécifique au monde du sport."
      Adriano Bacconi cherchait des "fous" pour réaliser Virtual Coach alors qu'il a inventé le métier d'analyste vidéo:
      "C'était en 1993 avec le Brescia de Mircea Lucesnu et un an plus tard, les clubs de l'élite utilisaient mon logiciel et j'ai fini dans le staff de Marcelo Lippi au Mondial 2006."
      Son expérience fut indispensable pour créer cette application qui collecte les données, les analysent, via des algorithmes et envoient ses résultats via des notifications.
       
      Un service pour les 20 clubs de l'élite
      Cependant, cet outil envoie ses notifications en temps réel, contrairement au autres. Préparer ses matchs c'est bien, mais les choses peuvent évoluer différemment et il faut adapter la tactique. De plus, les outils déjà existants se focalisent sur un joueur sans tenir compte de ce que font les 21 autres! Les stats de Virtual Coach sont recueillies par des caméras spéciales placées dans les 4 coins du stade. Les stats sont calculées 20 fois par seconde, soit une fréquence de 20Hz. Selon Bacconi:
      "La fiabilité est très élevée. Plus de deux ans pour établir plus d'une centaine de stats, et c'est évolutif. Les datas brutes sont récupérées par des mathématiciens et ils trouvent une formule qui donne un indicateur pertinent. Dans les années 90, les gestes techniques étaient analysés alors que maintenant, c'est la matrice spatio-temporelle. Demain, ce sera un mix des deux: quelle pression le joueur a-t-il subie quand il a effectué ce geste?"
      Pour lui, Virtual Coach augmente la compétitivité de la Serie A et, par ricochet celle des équipes italiennes en coupes d'Europe
       
      Pas à la portée de tous
      Les équipes de Math&Sport se sont rendues dans les centres d'entraînement pour "former" les staffs à ce nouvel outil. Cependant, les retours sont nuancés reconnait Bacconi:
      "Un coach qui dit qui sait l'utiliser ou qu'il l'utilise passe pour un coach sexy ou moderne. D'autres voient leur zone de confort remise en question:
      Pourquoi l'intelligence artificielle devrait m'expliquer le foot alors que j'ai gagné des matchs sans elle?
      En fait, il faudra élargir les staffs avec un analyste de données statistiques et qui sache utiliser nos indicateurs les plus évolués."
      En effet, le contenu n'est pas la portée de tous même si la tablette reste un outil commun. Pastorella en connecte une pour assister à Roma – Spieza se déroulant à 500 km de là:
      "Il y a moins d'une seconde de décalage avec le terrain, on est en avance sur le signal télé. Il y a 4 fonctions principales. La première consiste à regarder le match vue de haut pour voir le placement des joueurs; la deuxième est les indicateurs avec la possibilité d'en ressortir 3 par formation sur chaque côté du terrain virtuel; la troisième est le relevé automatique de certains types d'actions pour faciliter les montages vidéos; la quatrième sont les notifications quand certaines données évoluent significativement."
       
      Comme des ingénieurs de F1
      L'application est fluide avec transitions fluides et la fonction replay est disponible afin de revoir une action. Une fonction mémo permet de prendre des notes. Quand on demande de comparer les indicateurs des deux Français de Roma – Spezia: ils indiquent que Lucien Agoumé porte plus le ballon tandis que Veretout effectue plus de sprint. Un vrai coach est capable de voir ça à l'œil nu, mais il a maintenant la stat qui confirme son jugement. Autre exemple, lors de Bologne – Genoa, les indicateurs révélaient que Pinamonti ne se rendait plus aussi disponible qu'en première mi-temps. Davide Nicola le vit vis les notifications et remonta les bretelles de Pinamonti. Quoi qu'il en soit, l'entraîneur prend la décision finale.
      Lors de Milan – Atalanta, tout s'active au coup d'envoi, les pions apparaissent sur l'écran avec 4 visions possibles: une pour les courses des joueurs, celle reliant les joueurs les plus excentrés, la forme de l'équipe et celle illustrant la pression subi par chaque élément (plus le cercle est large, plus le joueur est libre). Il est également possible de visualiser l'espace à disposition des 22 acteurs pour effectuer des tirs, des passes qui est représenté par des figures géométriques. Tous ces indicateurs rendraient jaloux les ingénieurs de F1.
       
      Clochette et notification
      Comme trop de notification tue la notification, un système basé sur les variations les plus significatives a été élaboré. Dans le cas de Milan – Atalanta, la première intervient à la 13e minute: "Anomalie. La longueur de l'équipe sur la dernière action est parmi les plus élevées depuis le début de la rencontre." Traduction, le Milan est trop étiré et ses défenseurs ne participent pas à l'attaque.
      Trois minutes plus tard, ça concerne le Dea: "Le temps de conduite de balle en phase de possession augmente, de 32 à 44 secondes." Traduction, la Dea temporise.
      A la 21e minute, côté Dea: "Freuler augmente de 25% se disponibilité à recevoir un espace en zone 2C." 2C car le terrain est divisé en plusieurs zones. En remontant ces infos, Gasperini peut prendre les décisions qui s'imposent.
      Postés en tribune, un membre du staff est muni d'une tablette et parfois, l'adjoint en a aussi une. En collaboration avec la RAI, certaines données sont diffusées en direct alors qu'une version épurée est en cours de développement pour les passionnés.
      La Lega Serie A veut faire de Virtual Coach un emblème et montrer une image plus moderne car malgré les problèmes structurels et infrastructurels du football italien, il est toujours le plus novateur sur le plan tactique et ce coach virtuel est une énième confirmation.
       
      Voici une vidéo présentant l'outil Virtual Coach
       
       
       

      6 commentaires
      705 vues
    24. Scudetto : Les 3 cartes à jouer d’Antonio Conte

      Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, la Serie A rentre dans son mois le plus chaud, celui de l’envolée pour le Scudetto. Une envolée qui sera similaire à un tour de force pour les Nerazzurri qui devront disputer 6 matchs en 23 jours.
       
      Général Conte

       
      Conte a trois cartes à jouer pour préparer au mieux l’envolée pour le Scudetto :
       
      La motivation Conte a parlé clairement aux joueurs. Il leur a dit que c’est le moment de récolter les fruits de deux années de travail, que rien n’est encore acquis : Pour un groupe qui n’a que très peu gagné au niveau individuel, l’envie d’atteindre l’objectif doit être plus grand que l’inexpérience.
       
      La forme physique Les équipes de Conte terminent toujours les saisons avec une condition physique toujours à la hausse.  L’exemple le plus récent est justement l’Inter de la saison dernière qui avait brillé jusqu’au bout en Europa League.
       
      Le Turn-Over Covid à part, l’entraineur a à sa disposition une équipe au grand complet : On retrouvera rapidement, soit face à Sassuolo, soit face à Cagliari, Arturo Vidal. L’équipe nationale a restitué à l’Inter un Sensi jamais vu auparavant cette saison.
      La rotation sera fondamentale car l’Inter va joueur trois matchs en une semaine et il sera obligatoire de faire usage de toutes les ressources du noyau. Comparé au début de saison, tous ont pu prouver qu’ils étaient capable de se montrer utile
       
      Attention au Napoli!

       
      C’est le signal d’alarme lancé par Marco Materazzi, Champion du Monde 2006 et héros du Triplé 2010:
      “La rencontre la plus dangereuse sera, pour moi, celle du 18 avril face à l’équipe de Gattuso, qui, si elle est au complet, propose le meilleur football d’Italie. Naples avait également mis l’Inter en difficulté au match aller au Meazza, et ils ont un objectif important à faire valoir : se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions."
       
      L’atout gagnant ?
      "La Lula car elle est le duo d’attaquants le plus complet du panorama et, lorsque cela s’avère nécessaire, elle est capable de faire le travail toute seule: Il faut comprendre que ce seront des rencontres difficiles à débloquer, mais Lukaku et Lautaro ont toujours démontrés qu’ils étaient capable de résoudre les problèmes des Nerazzurri."
       
      Qu’est-ce qui sera utile pour remporter le Scudetto ?
      "Il faudra battre Sassuolo mercredi prochain, car les matchs en retard sont toujours énigmatiques et De Zerbi dispose d’une équipe qui a une idée de jeu bien précise."
       
      Le Scudetto doit-il impérativement passer par la conquête du Vésuve selon vous ? Quel sera l’impact d’Antonio Conte dans les prochains matchs à venir ? Exprimez-vous !
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      4 commentaires
      1,1k vues
    25. Le Covid-19 a frappé de plein fouet la Serie A

      En effet, si Stefan De Vrij, Danilo D’Ambrosio, Matias Vecino et Samir Handanovic ont récemment été touché par le Coronavirus, cet "ennemi" s’est baladé à travers toute la botte footballistique de Serie A, exception faite du Frioul.
       
      Voici le "classement"  des joueurs qui en ont été victime,

      depuis le début de saison, par la Rédaction de Fcinter1908.it
       
       
      Atalanta – 8 joueurs guéris
      Sportiello (guéri); Gollini (guéri); Zapata (guéri); Carnesecchi (guéri), Toloi (guéri);  Malinovskyi (guéri); Miranchuk (guéri); Romero (guéri)
       
      Benevento – 2 joueurs guéris
      Dabo (guéri), Schiattarella (guéri)
       
      Bologne – 1 entraineur – 2 joueurs guéris
      Sinisa Mihajlovic (guéri), Hickey (guéri) Ravaglia (guéri) 
       
      Cagliari – 11 joueurs guéris
      Bradaric (guéri), Ceppitelli (guéri), Cerri (guéri), Despodov (guéri et transféré à Ludogorec), Godin (guéri), Simeone (guéri), Nandez (guéri), Pereiro (guéri), Aresti (guéri), Klavan (guéri), Carboni (guéri)
       
      Crotone -  4 joueurs guéris
      Dragus (guéri); Molina (guéri); Djidji (guéri); Ounas (guéri)
       
      Fiorentina- 6 joueurs guéris
      Vlahovic (guéri); Pezzella (guéri); Caceres (guéri); Pulgar (guéri); Sottil (guéri, ceduto al Cagliari); Callejon (guéri)
       
      Genoa – 18 joueurs guéris
      Perin (guéri); Schöne (guéri,); Marchetti (guéri); Radovanovic (guéri); Pellegrini (guéri); Zappacosta (guéri); Melegoni (guéri); Lukas Lerager (guéri); Cassata (guéri); Marko Pjaca (guéri);  Biraschi (guéri);  Criscito (guéri);  Behrami (guéri); Brlek (guéri); Miha Zajc (guéri); Males (guéri); Destro (guéri); Zapata (guéri)
       
      Internazionale – 12 joueurs guéris  – 1 positif - 1 faux positif
      Bastoni (guéri); Skriniar (guéri); Nainggolan (guéri, prêté à  Cagliari);  Gagliardini (guéri);  Radu (guéri);  Young (guéri);  Hakimi (faux positif);  Padelli (guéri);  Kolarov (guéri);  Brozovic (guéri);  D'Ambrosio (positif)  Handanovic (guéri);  De Vrij (guéri); Vecino (guéri)
       
      Juventus – 9 joueurs guéris – 1 positif
      Rugani (guéri, prêté à l Cagliari); Matuidi (guéri, tranféré à l'Inter Miami); Dybala (guéri); Cristiano Ronaldo (guéri);  McKennie (guéri); Cuadrado (guéri), Alex Sandro (guéri); De Ligt (guéri); Bentancur (guéri); Bonucci (positif)
       
      Lazio – 9 joueurs guéris
      Muriqi (guéri), Strakosha (guéri), Ciro Immobile (guéri), Lucas Leiva (guéri), Lazzari (guéri), D. Anderson (guéri), Luiz Felipe (guéri), Milinkovic-Savic (guéri), Armini (guéri).
       
      Milan – 11 joueurs guéris
      Maldini (guéri); Tonali (guéri); Duarte (guéri); Ibrahimovic (guéri); Gabbia (guéri); Stefano Pioli (guéri);  Krunic (guéri);  Leao (guéri);  Rebic (guéri); Theo Hernandez (guéri); Calhanoglu (guéri).
       
      Napoli – 9 joueurs guéris
      Petagna (guéri); Zielinski (guéri); Elmas (guéri); Hysaj (guéri); Rrahmani (guéri); Osimhen (guéri); Fabian Ruiz (guéri); Ghoulam (guéri), Koulibaly (guéri).
       
      Parma – 7 joueurs guéris
      Le club confirme la positivité de 7 joueurs mais a fait valoir son droit lié à la vie privée.
       
      Roma – 15 joueurs guéris et 1 faux positif
      Mirante (guéri); Perez (guéri); Peres (guéri); Kluivert (guéri, transféré à  Lipsia);  Diawara (guéri);  Calafiori (guéri);  Mancini (fauxpositif); Dzeko (guéri); Santon (guéri); Kumbulla (guéri); Pellegrini (guéri); Fazio (guéri); Diawara (guéri); Zaniolo (guéri); El Shaarawy (guéri); Juan Jesus (guéri)
       
      Sampdoria – 9 joueurs guéris
      Gabbiadini (guéri); Colley (guéri); Depaoli (guéri, transféré à l'Atalanta);  Bereszynski (guéri);  Ekdal (guéri);  Thorsby (guéri); La Gumina (guéri); Baldé (guéri); Letica (guéri)
       
      Sassuolo  - 6 joueurs guéris
      Boga (guéri); Schiappacasse (guéri); Toljan (guéri); Haraslin (gaurito); Ricci (guéri); Djuricic (guéri)
       
      Spezia – 10 joueurs guéris
      Marchizza (guéri); Maggiore (guéri); Erlic (guéri); Ismajli (guéri); Acampora (guéri); Ricci (guéri); Bastoni (guéri); Provedel (guéri); Estevez (guéri) et un joueur dont l’identité a été préservée
       
      Torino – 1 entraineur – 19 joueurs guéris
      Marco Giampaolo (ancien entraineur guéri), Sanabria (guéri) + 18 joueurs dont l’identité a été préservée
       
      Udinese  
      Aucun cas n’a été communiqué par l’Udinese
       
      Hellas Verona – 4 joueurs guéris guéris
      Zaccagni (guéri); Gunter (guéri); Barak (guéri); Lazovic (guéri)
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      463 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles