Aller au contenu
  • Serie A


    1397 articles dans cette catégorie

    1. Calcio e Finanza : La Juventus a battu notre record de pertes sur une saison !

      Calcio e Finanza a dévoila le top 10 des pertes sur une saison de la Serie A. La Juve a battu notre triste record.
       
      La Juventus a battu le record de pertes de l'histoire du football italien. Le conseil d'administration du club de la Juventus a approuvé hier le bilan arrêté au 30 Juin 2022 qui a marqué la perte la plus élevée parmi les clubs italiens : 254,3 M€.
      Les bianconeri ont vu leurs pertes augmenter par rapport à l'exercice 2020-2021 qui s'était clôturé sur un résultat net négatif de 209,9 M€ et qui était, jusqu'à hier, la deuxième perte de l'histoire du football italien. La perte de 254,3 M€ sur l' exercice 2021-2022 a ainsi dépassé celle de l'Inter en 2020-2021, 245,6 M€. Dans les quatre premières positions du classement des pertes de l'histoire ne figurent désormais que les Bianconeri et les Nerazzurri. La Roma, qui a enregistré une perte de 204 M€ en 2019-2020 (la première saison touchée par l'urgence sanitaire) chute à la cinquième place. En sixième place une autre perte à cause du Covid, celui du Milan 2019-2020. Les Rossoneri ont terminé la saison dernière avec une perte de 194,6 M€ qui a été affecté par le manque de participation aux compétitions européennes et les dépenses incontrôlées de la direction post Berlusconi.
      Voici le top 10 des comptes dans le rouge en Serie A :
      Juventus 2021/22: -254,3 M€; Inter 2020/21: -245,6 M€; Juventus 2020/21: -209,9 M€; Inter 2006/07: -206 M€; Roma 2019/20: -204 M€; Milan 2019/20: -194,6 M€; Inter 2005/06: -181,4 M€; Inter 2008/09: -154,4 M€; Inter 2007/08: -148,3 M€; Milan 2018/19: -145,9 M€. L'Inter de Moratti est apparue quatre fois entre 2005 et 2009. Au cours de ces saisons influencées par le scandale du Calciopoli, les Nerazzurri ont dominé la Serie A et remporté cinq Scudetti consécutifs. Les Milanais sont les clubs les plus présents au classement (cinq fois les Nerazzurri et deux les Rossoneri), et donc pour clore le classement on retrouve le Milan en 2018-2019, des résultats issus des objectifs ratés réalisés malgré des campagnes de signatures pharaoniques (notamment à l'été 2017).
       
      Traduction alex_j via Calcio e finanza.

      3 commentaires
      356 vues
    2. L’Inter en forme statistiquement parlant, mais en perdition en Serie A

      C’est une analyse assez particulière qui est mise en avant par Tuttosport sur l’Inter de Simone Inzaghi : Celle-ci occupe souvent le peloton de tête dans de très nombreuses statistiques, si ce n’est la plus importante, celle du classement de Serie A
       

      Le Onze de base en pleine action!
       
      Partons par le nombre de buts marqué : "Lautaro et ses coéquipiers sont en deuxième position avec 13 buts inscrits contre les 15 du Napoli et de l’Udinese, mais d'autres données sont marquantes : Dimanche à Udine, la différence de rythme et de cadence entre les deux équipes était visible. L'Inter est la troisième en Seria A pour la moyenne de kilomètres parcourus par match avec 110,1 kilomètres : Seules la Lazio (112,7) et la Spezia (111,3) ont parcouru plus de kilomètres. Il est donc évident que les Nerazzurri courent mal, souvent en rond et qu’ils n’apportent aucun d'impact."
      "De même, le Onze d'Inzaghi est troisième derrière la Fiorentina et le Napoli en termes de possession totale du ballon avec 30 minutes et 34 secondes, mais le fait d'avoir le ballon entre les pieds ne s'est pas transformé en arme jusqu'à présent. L'Inter est aussi à la deuxième place en termes de possession du ballon dans son propre camps: comme pour signifier que si le ballon tourne, ce n’est pas près du but adverse."
      "Le nombre de tirs ne fait pas de différence non plus : L'Inter a tiré à 123 reprises et se trouve derrière le Napoli et 135 frappes, mais c’est bel et bien la Roma qui occupe la première place en terme de tir cadrés avec 43 tentatives. Les passes décisives Nerazzurra ne font également pas défaut : 10 pour l’Inter contre les 14 du Napoli et le 13 de l’Udinese, sans parler des centres "corrects" : 53 pour l’Inter contre 65 pour la Fiorentina."
      "C’est un fait, le nombre d'occasions créées ne parvient pas à produire les effets tant attendus."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      0 commentaire
      253 vues
    3. Simone Inzaghi : 4 défenses en 90 minutes pour un désastre !

      L'Inter tombe désastreusement à Udine et il est légitime de et de se poser quelques questions. FCInter1908 s'est livré à une petite analyse assez caustique.
       
      Simone Inzaghi est littéralement en proie au Syndrome d'Ammonite: un joueur se prend un carton jaune et cela affole l'entraîneur qui est prêt à renier ses choix initiaux, bouleversant ainsi le concept de l'équipe au bout de 30 minutes. Franchement, ce changement suite au jaune devient comme un ver pour cette Inter. Aucune autre équipe au monde ne souffre de ce syndrome. Vous pouvez remplacer ceux qui ont pris un jaune, mais, pour l'amour du ciel, pas systématiquement! Pas sans tenir compte des situations individuelles! La décision d'Inzaghi est pratiquement une taxe. Et la réponse sur le prétendu choc recherché en changeant Bastoni et Mkhitaryan ne suffit pas : après moins de 30 minutes, le choix de désavouer la formation initiale nous a laissé perplexe.
      Mais encore plus perplexe, la gestion de Robin Gosens. L'Allemand est, au dire de tous, complètement rétabli. Peut-être qu'il ne sera pas en grande forme, il a joué mardi mais aujourd'hui c'est dimanche. Impossible de penser à un athlète professionnel incapable d'apporter sa contribution 5 jours après une bonne performance physique. Au lieu de cela, Inzaghi a bouleversé la formation et déplacé et déconcerté les hommes afin de ne pas insérer Gosens. Pourquoi? Le problème était sur la gauche et le seul ailier gauche dans le rôle n'a même pas été pris en considération. Pourquoi? Les réponses sur Gosens ne suffisent plus, elles ne sont plus convaincantes. Adapter perpétuellement les joueurs sans tenir compte de l'ancien de l'Atalanta pose de lourdes questions.
      Sans oublier les 4 défenses aperçues dans le match. Lors d'une partie, la ligne arrière est toujours la moins modifiée. Hier, Inzaghi a aligné 4 trios défensifs différents en un seul match :
      Skriniar-Acerbi-Bâtons 31' Skriniar-Acerbi-Dimarco 36' D'Ambrosio-Skriniar-Acerbi 12' D'Ambrosio-De Vrij-Skriniar 11' Skriniar (méconnaissable) était un banlieusard de la défense et il a fallu deux minutes à De Vrij pour enchaîner autant de désastres que dans une saison entière. La confusion totale règne à l'Inter, sur le terrain, et on se demande pourquoi. D'où vient cette frénésie insoutenable qui pousse les joueurs à vagabonder sur le terrain ? Cette même équipe que l'année dernière avait quand même certaines certitudes, même dans une période sombre. Un revirement total s'impose d'urgence. Les pourparlers d'Appiano ne suffisent pas. Des rêves de gloire, il est facile de passer aux cauchemars d'une non qualification à la Ligue des champions. Scénario même pas à envisager.
      Il est vrai qu'Opta a publié une statistique assez amusante : "3 - C'est la quatrième fois depuis 1994/95 que l'Inter perd au moins 3 des 7 premiers matches d'une saison de #SerieA : 1998/99, 2000/01 et 2011/12 les autres (l'Inter n'a pas finir dans les 4 premiers à l'issue du tournoi sur ces 3 saisons). Difficulté." Même si cela est vrai, on peut aussi trouver d'autres statistiques montrant un bien meilleur départ de l'Inter où elle ne termine pas dans le top 4. De plus, il est assez clair que la Serie A des années 90 n'avait rien à voir à celle-ci.
       
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.

      11 commentaires
      770 vues
    4. 138 M€ de l'Arabie Saoudite à la Lega Serie A pour accueillir la Supercoppa Italiana jusqu'en 2028-2029

      L'Arabie Saoudite a proposée une offre de 138 M€ à la Serie A pour confirmer l'accord concernant l'accueil de la Super Coupe au sein du royaume.
       
      Cela a été rapporté par MF-Milano Finanza expliquant que le renouvellement prévoit une durée de six ans, jusqu'en 2028-2029, pour un montant de 23 M€ net par saison, le pays hôte assumant les frais de voyage et d'hébergement. Une valeur pratiquement triplée par rapport à celle du contrat actuel, environ 8 M€.
      La proposition a été améliorée car le nouveau format du tournoi prévoit la présence de quatre équipes, comme sur le modèle de celui organisé en Espagne, où se rencontrent les deux premiers classés du championnat et les deux finalistes de la Coupe. La compétition se déroulerait donc en trois matchs, deux demi-finales et une finale. De plus, l'équipe gagnante ou l'un des autres participants affronterait le club vainqueur de la Supercoupe d'Arabie saoudite.
      Dans les prochains jours, une délégation de la Lega Serie A, dirigée par le PDG Luigi De Siervo, se rendra à Riyad pour négocier avec les représentants de Sela (l'agence de Riyad) dans le but d'améliorer les conditions de Contrat.
       
      Traduction alex_j via FCInterNews.

      11 commentaires
      909 vues
    5. Inter Women : Les réactions après ce Juventus - Inter 3 - 3

      Égalité in extremis pour l'Inter Féminine à la Juventus, 3-3. Ce résultat laisse Rita Guarino, Ghoutia Karchouni et Tabitha Chawinga satisfaites. Elles se sont confiées à Inter TV après le match.
       
      Rita Guarino
      "L'émotion est toujours grande et c'est normal, mais nous l'avons déjà digérée et dissoute dans les autres matches. Nous avons essayé d'obtenir un résultat ici aussi pour voir les progrès de l'année dernière. Je suis surtout contente de la capacité à réagir après la première mi-temps. Elles ont dribblé trop calmement et je ne l'ai absolument pas accepté. On n'a pas attaqué leur construction, j'ai demandé plus d'attention. Les filles ne sont pas restées suffisamment compactes et on pouvait rentrer à la maison avec zéro point. Finalement, elles ont été bonnes pour rester concentrées jusqu'à la dernière seconde. Je suis satisfaite de la capacité à rester dans le match. L'objectif? Gagner tous nos matchs."
       
      Ghoutia Karchouni
      "Pour nous, il est essentiel de bien jouer. La Juventus est une grande équipe, mais nous voulions jouer notre jeu comme tout le monde : nous sommes très contentes du résultat. Le but? J'ai réfléchi mais j'étais fatiguée et j'ai fait une volée et j'ai marqué. Nous sommes très heureuses, nous comprenons que nous pouvons gagner tous les matchs si nous jouons ensemble. Le but est de gagner, toujours, nous croyons fermement en nous. C'est un super projet, je suis très contente de jouer pour l'Inter, c'est une super famille, ça m'aide beaucoup sur et en dehors du terrain. L'Italie est une bonne ligue, je suis très contente."
       
      Tabitha Chawinga
      "On a bien commencé la saison, je suis contente d'être à l'Inter avec ces coéquipières, le match a été difficile mais ça s'est bien passé. Nous avons une bonne équipe et une grande entraîneure, nous pensons que nous pouvons faire mieux lors du prochain match."
       
       
      Traduction alex_j via FCInter1908.
       

      5 commentaires
      426 vues
    6. Brozovic piqua le Toro à la 89e minute : trois points acquis dans la douleur

      L'Inter battit le Torino sur le gong grâce à Marcelo Brozovic après un match assez terne.
       
      Ils sont connus comme le douzième homme. Ils vous stimulent dans les moments les plus compliqués; ils vous aident à trouver l'énergie que vous pensiez ne pas avoir; ils vous permettent de surmonter les obstacles par pur cœur, même quand il ne semble pas que ce sera votre journée. Ils sont, bien sûr, les fans. Hier, plus de 69 000 supporters étaient au Meazza, poussant l'équipe. Une présence constante, une présence décisive. C'était une affaire tendue où l'Inter a souvent manqué de précision, a été brouillonne, même s'il y a eu une amélioration en seconde période. Un moment d'inspiration a été nécessaire pour transformer un match nul dans tous les sens en victoire, et, avec le Meazza aidant à aspirer le ballon. Ce moment est venu par le pied de Brozovic et du centre de Barella. Gagner à la 89e minute : n'est-ce pas juste fantastique ? Ce n'était pas un affichage scintillant, mais les trois points sont très, très importants.
      Un système de marquage très quadrillé et sur tout le terrain. Le Torino a travaillé pour étouffer et inhiber les Nerazzurri qui n'ont pas réussi à enregistrer un seul tir cadré jusqu'à la 65e minute. Au final, l'Inter en a réussi trois contre sept, ce qui nous amène à un autre point : Handanovic a apporté une contribution clé à la victoire d'aujourd'hui. En effet, il a réalisé plusieurs arrêts clés à la fois en première période et en seconde période, permettant aux hommes d'Inzaghi de rester à égalité lorsque les Granata, et surtout Vlasic, ont réussi à passer entre les lignes. La première mi-temps a été, dans l'ensemble, terne, l'Inter semblant manquer d'énergie.
      En seconde période, le Torino a généralement eu les meilleures occasions. Handanovic a arrêter le tir Sanabria avant de repousser également le coup franc de Rodriguez. L'Inter avait besoin d'y croire et ils ont progressivement commencé à jouer plus haut, essayant de construire des mouvements dangereux. Lautaro était une figure clé à l'avant alors qu'il cherchait à inspirer ses coéquipiers. Le n ° 10 de l'Inter s'est battu pour chaque ballon, a montré d'excellentes touches, a récupéré le ballon et a également failli marquer. Il y a eu une frayeur à la 83e minute lorsque Radonjic a laissé filer, mais Handanovic était de nouveau là. Le score restait à 0-0, et il y avait encore de l'espoir qu'un vainqueur puisse être trouvé. L'Inter a commencé à assiéger le but turinois, stimulé par la nouvelle énergie des remplaçants.
      Puis, avec 89 minutes au compteur, Barella a fait un centre pour Brozovic qui l'a réceptionné d'une volée et l'a délicatement et élégamment placé dans le filet. Décisif. San Siro a éclaté et, aidé par le bruit de la foule, l'Inter a pu voir le match venir confortablement. 1-0, le but de Brozovic a suffi.
       
      INTER 1-0 TORINO
      Buteur : 89' Brozovic (I)
      INTER (3-5-2) : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (12 Bellanova 77') ; 2 Dumfries (95 Bastoni 68'), 23 Barella, 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (22 Mkhitaryan 77'), 36 Darmian (8 Gosens 85') ; 9 Dzeko (11 Correa 68'), 10 Lautaro.
      Remplaçants : 21 Cordaz, 24 Onana, 5 Gagliardini, 14 Asllani, 15 Acerbi, 33 D'Ambrosio, 45 Carboni.
      Entraîneur : Simone Inzaghi.
      TORINO (3-4-2-1) : 32 Milinkovic-Savic ; 26 Djidji, 4 Buongiorno, 13 Rodriguez (6 Zima 77') ; 19 Lazaro (17 Singo 90'), 10 Lukic, 77 Linetty (14 Ilkhan 68'), 27 Vojvoda ; 16 Vlasic, 23 Seck (, 49 Radonjic 68'); 9 Sanabria (11 Pellegri 90').
      Remplaçants : 73 Fiorenza, 89 Gemello, 2 Bayeye, 3 Schuurs, 7 Karamoh, 21 Adopo, 34 Aina, 36 Garbett.
      Entraîneur : Matteo Paro.
      Avertis : Sanabria (T), Dimarco (I), Lukic (T)
      Temps additionnel : 0' - 6'.
      Arbitre : Ayroldi.
      Assistants : Cecconi, Bercigli.
      Quatrième arbitre : Doveri.
      VAR : Di Bello.
      Assistant VAR : Bindoni.
       
       
       
      Traduction alex_j via le site officiel.

      8 commentaires
      606 vues
    7. Opta : Zéro tir cadré en première mi-temps

      L'Inter a finalement réussi à percer pour gagner 1-0 contre le Torino hier soir, mais cela a pris du temps.
       
      Les Granata ont étouffé les Nerazzurri, et en première mi-temps les Nerazzurri n'ont pas pu enregistrer un seul tir cadré. Comme l'a souligné Opta dans un tweet, c'est la première fois que c'est le cas pour les Nerazzurri dans un match de Serie A depuis plus d'un an.
      "0 - L'Inter n'a pas réussi à tirer un seul tir cadré en première mi-temps de Serie A pour la première fois depuis le 18 avril 2021, contre Naples. Bloqués.”
       
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      6 commentaires
      616 vues
    8. Super Mario se reverrait bien à l'Inter!

      Mario Balotelli s’est livré lors de l’émission Supertele diffusée sur DAZN
      Ne jamais oublier! Ne jamais pardonner!
       
      Sion ?
       
      "C’est un choix de vie et j’en suis content, le championnat suisse est particulier : Il n’est pas le meilleur, mais il est difficile, tu ne viens pas ici en te croyant en vacances."
       
      Avez-vous vu le Derby ?
      "Milan et l’Inter sont deux très belles équipes, mais je ne l’ai pas vu car j’étais sur le terrain à la même heure. Le Giuseppe Meazza est le plus beau stade du Monde dans l’absolu."
       
      2012
      "C’était vraiment une très belle année, lorsqu’ j’y repense, j'en ai encore quelques flashs."
       
      Roberto Mancini
      Je n’ai aucun signe de rancœur et il a, en tant que Sélectionneur National, fait ses propre choix, je ne suis personne pour aller lui dire quoi faire. Cette non-convocation m’a fait mal car, en tant qu’Italien, je savais que j’aurais pu donner un grand coup de main. J’ai un bon rapport avec Mancini et je l’aurai toujours, ce n’est pas comme-ci j’avais envoyé valser le pays pour cette décision."
       
      Croyez-vous encore en la Nazionale ?
      "Je vais te dire la vérité : Ce n’est pas que la Nazionale ne m’intéresse plus, mais en ce moment, je pense uniquement à jouer ici en Suisse. Ce n’est pas une pensée fixe, et si j’en ai l’opportunité, ben tant mieux !"
       
      Le Napoli
      "J’aurai aimé jouer là-bas, il y a des années, mais cela n’est pas arrivé suite à des situations bien précises."
       
      Dans quel club italien aimeriez-vous jouer ?
      "Milan, il rit…. Je voudrais retourner au Milan, car je l’aime. Mais c'est dommage que je dise ça, car même retourner à l'Inter ne me couvrirait pas de honte. Ce sont les deux plus belles équipes dans lesquelles jouer, sans vouloir nuire à la Juve et à la Roma."
       
      Massimiliano Allegri
      "C’est un grand. Selon moi, on les lui brise énormément, mais c’est vraiment un grand entraineur en plus d’être un grand homme, c’est un tout, et il sait comment est le Calcio."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      10 commentaires
      1,5k vues
    9. L’Inter va être sanctionnée à cause de la Curva Nord

      En effet, la Curva Nord s’est mise en évidence de la plus mauvaise des façons. Auteur de très belles choses, comme le splendide Tifo sur la Beneamata, elle est également capable de réaliser les pires conneries possibles :
       
      Comme le prouve le Tweet ci-dessous, la Curva a traité les Champions d’Italie de juif
       
       
      Le Milan AC, qui nous a proposé de tester la Sodomie en mai dernier, a déposé plainte au Parquet Fédéral pour des propos antisémites.
       
      La connerie n’a donc plus aucune limite….
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      23 commentaires
      983 vues
    10. Un Vestiaire implosé ?

      C’est la révélation de la Gazzetta Dello Sport, la retentissante défaite, dans la manière, du Derby Della Madonina, a fait sauter toutes les immunités possibles, La Direction  allant même à parler d’humilité, à la Pinetina, au lendemain d’une soirée chaotique à San Siro :
       

       
      "L’équipe s’était présentée sur le terrain en faisant preuve d’un manque de concentration, de courage et de motivation : Ceux qui auraient dû transcender leurs équipiers ne l’ont pas fait, surtout les Bigs qui sont tous sous examens: Pour cette raison, il n’existe plus d’intouchable dans le vestiaire, plus personne n’est sur de son poste dans un futur proche : De Nicolò Barella à Alessandro Bastoni, une fois leader une fois l’ombre d’eux-mêmes, en passant par Hakan Çalhanoğlu, sans oublier le duo Milan Skriniar - Stefan De Vrij qui, pour diverses raisons,  a fait l’objet de distraction et d’un manque évident de concentration."
       
      Handanovic et Inzaghi est aussi dans le viseur

       
      "Car Romelu Lukaku mis à part, les nouvelles recrues ont été peu ou pas du tout utilisées par Simone Inzaghi en ce début de saison. Le cas le plus  emblématique est celui d'André Onana, qui n'a toujours pas joué la moindre minute en match officiel : Est-il possible que l'Inter puisse garder un numéro un mondial potentiel sur le banc pendant une saison?" s'interroge la Rosea
      "L'entraîneur avait été clair lors de la présaison au sujet de Samir Handanovic comme titulaire, mais le tourment des critiques et des Tifosi au sujet de la mise sur le banc du capitaine en faveur du Camerounais a repris de plus belle après le Derby au cours duquel la comparaison à distance avec Mike Maignan s’est avéré impitoyable."

      "L'ancien joueur de l'Ajax n'est pas le seul à être resté aussi longtemps inactif lors des cinq premières journées de championnat : les deux jeunes Kristjan Asllani et Raoul Bellanova, présents sur le terrain pour un total combiné de 35 minutes (24' et 11'), attendent également une véritable chance. L'Albanais, après un été au sommet a été mis en veilleuse, tandis que l'ancien joueur de Cagliari est "bloqué" par les nombreux cinquièmes changement de l'effectif, et notamment à droite avec Denzel Dumfries.

      Et il ne faut pas oublier l'expérimenté Henrikh Mkhitaryan, qui est monté en cours de jeu après s'être remis d'une blessure : "C’est un exemple tangible de la façon dont l'Inter a besoin de nouvelles énergies, à la fois technique et nerveuse: L'entrée de l'Arménien dans le Derby a été plus qu’un électro-choc en apportant du temps, en offrant une meilleure gestion du ballon avec  des choix lucides et toujours justes au moment de lancer les offensives."
       
      Selon vous, De Vrij, Bastoni, Handa, pour ne citer qu’eux,  doivent-ils être "rangés" au placard en ce moment ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      19 commentaires
      864 vues
    11. La défense et Inzaghi sous le feu des critiques !

      Après la défaite concédée lors du derby della Madonnina, Simone Inzaghi et la défense intériste est sous le feu des médias italiens. Extraits.
       
      On commence par un article du Corriere della Sera publié aujourd'hui stipulant que l'Inter avait beaucoup à faire lors de la défaite 3-2 contre les Rossoneri. Une chose est que le Milan a clairement le gardien de but nettement meilleur puisque Mike Maignan a effectué un certain nombre de superbes arrêts tout au long du match, arrêts de classe qui n'ont pas pu être reproduits à l'autre bout par Samir Handanovic.  Il y a aussi des questions qui doivent être posées à Simone Inzaghi en ce qui concerne les sélections qu'il a faites pour le match et aussi pour le moment de ses changements en seconde période qui n'ont pas eu le plein effet qu'il aurait voulu, avec seulement Edin Dzeko et Federico Dimarco faisant, un peu, la différence.
      Ensuite, l'analyse de FCInter1908 a évoqué le fait qu'Inzaghi a une fois de plus montré qu'il n'avait peut-être pas l'esprit tactique et calme qui est nécessaire dans les grands matchs comme celui du derby. Le XI de départ n'a pas semblé fonctionner car Joaquin Correa n'a pas pu affecter le match. Les changements d'Edin Dzeko et de Federico Dimarco ont brièvement amélioré l'équipe, mais les autres changements semblent arriver bien trop tard car le Milan menait déjà 3-1. Avant de marquer le premier but, il était clair que les Rossoneri étaient l'équipe qui avait le dessus et l'entraîneur a peut-être raté sa chance de renverser la vapeur avant le Milan prenne le large.
      On poursuit avec l'Interista qui se focalise sur la défense. En effet, elle semble être très perméable cette saison puisqu'elle a encaissé huit buts en seulement cinq matchs. Seul Cremonese en a concédé plus lors de ses cinq premiers matches. C'est l'un des principaux domaines à blâmer pour la défaite, mais Simone Inzaghi a également reçu beaucoup de critiques pour les changements qu'il a apportés et qui sont arrivés trop tard dans le match. Simone Inzaghi a obtenu 5,5 sur 10 par Tuttosport et TMW, 5/10 par La Gazzetta dello Sport et L'Interista, puis le Corriere dello Sport lui a donné 4,5. 
      Stefan de Vrij a été critiqué pour son attitude dans ce match et en particulier pour le faible marquage sur Rafael Leao pour les deux buts de l'attaquant portugais. Pour cette raison, il a obtenu des notes très faibles de la presse italienne. La Gazzetta dello Sport, TMW et L'Interista lui ont donné 4,5 sur 10, tandis que le Corriere dello Sport et Tuttosport lui ont donné 4/10.
      Denzel Dumfries a été critiqué pour les moments où il a semblé perdre sa concentration défensivement, ce qui a coûté à l'Inter à plusieurs reprises. Il a également été critiqué pour ne pas avoir livré de bons centres dans la surface, ce qui est une marque de fabrique de son jeu dans un bon jour. Il était autorisé pour ne pas trop marquer Rafael Leao, mais cela a ensuite déséquilibré l'Inter et a donné au Milan un moyen d'exploiter cette faille. Il a reçu une note de 5/10 de La Gazzetta dello Sport, Tuttosport et L'Interista. Il a obtenu 5,5 du Corriere dello Sport et TMW.
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      5 commentaires
      775 vues
    12. Sobriété énergétique : l’Inter coupa le jus pendant 30 minutes et laissa filer le derby milanais

      Le derby della Madonnina s’est soldé par notre deuxième défaite de la saison. L’Inter eût un blackout pendant une demie heure et le Milan en profita. Récit de cette triste soirée.
       
      Comme rapporté par le journal l’Equipe, pour répondre à la crise énergétique du pays, la Serie A va limiter à quatre heures l'utilisation des projecteurs dans les stades les jours de match. Comme le gouvernement français, le Championnat italien s'apprête à réduire sa consommation d'énergie dans les stades dans le but de répondre à la crise énergétique que traverse le pays. La Serie A a annoncé dans un communiqué publié vendredi mettre en vigueur une nouvelle règle pour limiter à quatre heures l'éclairage dans les stades italiens. Cette règle devrait permettre de réduire l'utilisation des projecteurs d'environ 25 %, pour faire face à la hausse drastique des prix de l'électricité. Lors des matches commençant entre 12 h 30 et 18 h, heure locale, les lumières ne seront allumées qu'une heure avant le coup d'envoi, contre 90 minutes auparavant. Les lumières s'allumeront encore 90 minutes avant le coup d'envoi pour les matches de la soirée. Voulant montrer l’exemple, notre Inter a été encore plus loin en coupant le jus pendant 30 minutes, soit 33% du temps du match. Si elle a effectué une économie d’énergie de 33%, elle a malheureusement laissé filer 3 points cruciaux dans la course au titre.
      Hé oui, l'Inter a perdu son derby della Madonnina, les Rossoneri étant sortis vainqueurs 3-2 grâce à un doublé de Leao et un but de Giroud. Un âpre combat en seconde période n'a pas suffi aux Nerazzurri qui ont pris les devants grâce à Brozovic avant de concéder 3 buts de suite. L’entrée de Dzeko, qui en a marqué un, a fait, un peu, la différence pour l'Inter, puis s'est rapproché de Lautaro et Calhanoglu dont les efforts ont été arrêtés par Maignan, qui a empêché les hommes d'Inzaghi d'en marquer un troisième.
      Ce n'était que la cinquième journée, mais la tension, les attentes et le désir d'encourager, de crier et de jouer étaient tous là, comme c'est toujours le cas avec le derby milanais. L'ambiance du stade, les chorégraphies, les regards des supporters et des joueurs avant le coup d'envoi : rien de tout cela n'a manqué. Les premiers échanges ont été tendus et le premier tir cadré a eu lieu à la 17e minute alors que Leao testait Handanovic. Cela avait été une vraie bataille jusque-là, avec les milieux de terrain se faisant face et Dumfries et Hernandez s'affrontant et récoltant des cartons jaunes. Les Nerazzurri essayaient de déplacer le ballon au sol pour avancer et avoir des occasions.
      À la 21e minute, l'Inter a pris les devants avec un mouvement brillamment travaillé, coupant complètement la défense milanaise. Le ballon a été joué vers Lautaro qui l'a protégé avec brio avant de trouver Correa. L'Argentin l'a ensuite transmis à Brozovic qui n'a commis aucune erreur en passant Maignan.
      Le but, cependant, a donné vie à Milan. Le match a radicalement changé alors que les Rossoneri contrôlaient le reste de la mi-temps. Avec Giroud en tête, les hôtes ont pressé l'Inter et causé toutes sortes de problèmes aux visiteurs. Les hommes d'Inzaghi avaient du mal avec leur jeu de construction, perdaient trop de balles et avaient du mal à gérer les courses des Rossoneri. L'égalisation est arrivée de cette manière alors que Tonali a intercepté une passe lâche de l'Inter au milieu et a passé à Leao, qui a fait le reste. 1-1. L'Inter n'a pas réussi à trouver une réponse alors que Milan mettait la pression. D'autres erreurs de passe ont donné des chances à Tonali et Hernandez.
      Aucun autre but n'est arrivé avant la pause, mais la seconde mi-temps a commencé comme la première s'était terminée. Le sang-froid faisait défaut pour l'Inter alors qu'ils luttaient pour bien construire. Ensuite, les Rossoneri ont frappé deux fois en l'espace de six minutes. Tout d'abord, Leao a récupéré le ballon pour Giroud qui a marqué du pied gauche (54e); puis, à l'heure de jeu, Leao a pu dribbler Bastoni et De Vrij, totalement fantomatique, et marquer le troisième but du Milan. C'était un énorme double coup mais un score juste à ce moment-là : 3-1.
      Cependant, l'Inter a alors retrouvé son courage et sa détermination et a commencé à menacer. Inzaghi a envoyé Dzeko et le Bosniaque a eu un impact immédiat, interceptant le centre de Darmian et réduisant le score. C'est un final qui a redynamisé les fans des Nerazzurri et qui a inquiété Milan. Pendant les 15 minutes suivantes, l'Inter a assiégé le but des Rossoneri. Lautaro a tiré dessus avec son gauche avant d'être repoussé par Maignan, qui a pu repousser sa tête. Il semblait qu'un but égaliseur se profilait à l'horizon : Dzeko a forcé Maignan à un autre arrêt, tandis que le gardien français a ensuite effectué un arrêt de haut vol pour écarter la fusée de Calhanoglu. C'était à la 77e minute, l'Inter ayant du mal à vraiment menacer le but des Rossoneri par la suite. Le match a tourné court pour les Nerazzurri, qui ont goûté à la défaite lors de la cinquième journée.
      Ce blackout d’une demie heure a couté très cher à l’Inter, 3 points. Il faudra resserrer cette défense pour le match contre le Bayern et qu’Inzaghi trouve une solution pérenne pour la lute au Scudetto. En effet, si nous perdons des points contre les grosses équipes, les espoirs de titre vont vite s’estomper. Si économiser de l’énergie pour éviter le gaspillage est une solution de bon sens, lors d’un derby, il n’y aucune économie à faire car un derby est un match qu’on gagne, pas qu'on joue. La Serie A va faire économiser 25% d’énergie pour le "bien" de la planète, l’Inter a économisé 33% pour rien.
       
      Feuille de match : MILAN 3-2 INTER
      Buteurs : 21' Brozovic (I), 28' Leao (M), 54' Giroud (M), 60' Leao (M), 67' Dzeko (I)
      MILAN (4-2-3-1) : 16 Maignan ; 2 Calabre (24 Kjaer 84'), 20 Kalulu, 23 Tomori, 19 Hernandez ; 8 Tonali (32 Pobega 84'), 4 Bennacer ; 30 Messias (, 56 Saelemaekers 73'), 90 De Ketelaere (10 Diaz 63'), 17 Leao ; 9 Giroud (27 Origines 73').
      Remplaçants : 1 Tatarusanu, 83 Mirante, 5 Ballo Touré, 7 Adli, 14 Bakayoko, 21 Dest, 28 Thiaw, 40 Vranckx, 46 Gabbia.
      Entraîneur : Stefano Pioli.
      INTER (3-5-2) : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij (33 D'Ambrosio 84'), 95 Bastoni (32 Dimarco 63') ; 2 Dumfries, 23 Barella (22 Mkhitaryan 63'), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu, 36 Darmian (8 Gosens 84') ; 10 Lautaro, 11 Correa (9 Dzeko 63').
      Remplaçants : 21 Cordaz, 24 Onana, 5 Gagliardini, 12 Bellanova, 14 Asllani, 15 Acerbi, 45 Carboni.
      Entraîneur : Simone Inzaghi.
      Averti : Dumfries (I), Hernandez (M), Giroud (M), De Ketelaere (M), Tonali (M)
      Temps additionnel : 1' - 5'
      Note : Simone Inzaghi averti (I)
      Arbitre : Chiffi.
      Assistants : Meli, Peretti.
      Quatrième arbitre : Marcenaro.
      VAR : Di Paulo.
      Assistant VAR : Paganessi.
       
       
      Traduction alex_j via le site officiel et l'Equipe.

      6 commentaires
      769 vues
    13. Nicolo Barella désigné homme du match contre Cremonese. De bon augure pour le derby?

      Notre milieu Nicolo Barella a été désigné comme le meilleur joueur de son équipe lors de la solide victoire 3-1 contre Cremonese.
       
      Ceci est souligné par le média L'Interista qui note que le joueur de 25 ans a été nommé à l'unanimité comme le meilleur joueur des Nerazzurri dans les notes données par les médias italiens. L'Inter avait besoin d'inspiration pour se propulser vers une victoire contre Cremonese après une défaite honteuse contre la Lazio. Cette inspiration est venue d'un joueur qui n'avait pas encore montré son meilleur cette saison. Barella a finalement montré toute la gamme de ses capacités avec ses statistiques contre l'équipe nouvellement promue, un but, une passe décisive et une performance globale accrocheuse au cœur de tout ce que les Nerazzurri ont fait de positif. Désormais, il se dirigera vers le derby de Milan avec confiance et en espérant qu'il pourra jouer à un niveau similaire contre les Rossoneri. Les médias, de la Gazzetta dello Sport, le Corriere dello Sport, Tuttosport et L'Interista ont attribué à Barella la note de 7,5/10, tandis que TuttoMercatoWeb est allé encore plus haut, avec 8/10.
       
      Avant le match, Barella avait accordé une interview à InterTV. Voici ses déclarations:
      "Nous sommes certainement désolés pour le résultat à Rome, mais nous sommes prêts. Heureusement, nous sommes déjà de retour sur le terrain immédiatement où nous pouvons faire mieux et nous racheter. Aujourd'hui, nous jouons un match difficile contre une équipe qui s'est montrée forte, mais nous sommes prêts."
      "Nous avons une équipe solide avec de grandes valeurs. Tous ceux qui ont joué ont toujours été prêts. Cette saison, nous devrons faire face à beaucoup de matchs rapprochés, mais nous sommes prêts."
      "Jouer au Meazza est toujours différent des autres matches, nous ne pouvons que remercier les fans de toujours nous suivre de près, ce qu'ils prouvent une fois de plus. cette saison."
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      3 commentaires
      550 vues
    14. Joaquin Correa blessé ?

      C'est une information en provenance de nos confrères de Fcinternews.it: Buteur hier face à la Cremonese, Joaquin Correa s'est livré à une séance de décrassage aujourd'hui, mais...
       

       
      Comme le révèle également Sky Sport, "l'argentin a été remplacé en seconde période par Lautaro Martinez suite à une petite entorse aux adducteurs: Son état de santé sera réévalué dans les prochains jours, lors des entrainements prévu ce jeudi et ce vendredi."
      Tucu, auteur de deux buts cette saison, avait été titularisé tout comme Edin Dzeko, afin de laisser au repos le Toro argentin en prévision du Derby Della Madonnina qui ara lieu ce samedi après-midi!
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      12 commentaires
      801 vues
    15. Massimo Moratti : "L’Inter a tout pour gagner… et c’est ce qui me fait peur"

      Massimo Moratti, l’ancien Président de l’Inter, s’est livré à Tutti Convocati, retransmis sur les ondes de Radio 24
       

       
      Comment imaginez-vous le Derby ?
      "Je vois que chaque semaine on attaque une équipe et qu'ensuite celle-ci gagne tout : il y a toujours un jugement opposé. J’aborde le Derby positivement, Milan n'est pas parvenu à gagner. Mais il  reste une équipe redoutable, je l’ai vu jouer, L’Inter peut  faire de très belles choses , mais tout dépendra de la formation qu’alignera Inzaghi : L’Inter a tout pour gagner, elle avait déjà tout l’année dernière et c’est ce qui me fait peur (il rit)."
       
      Si l’Inter ne gagne pas le Scudetto, soutiendrez-vous la Roma de Mourinho ?
      "C’est clair, c’est oui et c’est juste comme cela, c’est même amusant."
       
      Dybala ?
      "C’était difficile pour l’Inter de le recruter avec tout ce qu’elle avait déjà, cela ressemblait plus à une sensation journalistique, mais il aurait été utile car c’est un grand joueur. Mais ne pas  prêter attention au budget était impossible."
       
      Lukaku ?
      "Je ne suis pas inquiet, il est juste un peu en retard et il se sent bien ici en Italie: Mais les défenses sont mieux préparées à son type de jeu."
       
      Les propriétaires étrangers ?
      "Que l’on soit ou pas ravi, c’est la réalité à présent: Ils sont plus ou moins majoritaires en Italie."
       
      La Roma, la "Belle" surprise de la saison, selon vous ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      5 commentaires
      603 vues
    16. L’Inter se révolte et se positionne devant le Milan à quelques jours du Derby!

      En effet, suite à la correction infligée par la Lazio, tout le Giuseppe Meazza s’attendait à voir une Inter vexée et révoltée à quelques jours du Derby Della Madonnina, face au Cremonese de Massimiliano Alvini.
       

       
      Et le moins que l’on puisse dire, c’est que dans les chiffres, le contrat a été rempli avec trois buts inscrits par les Nerazzurri : Joaquin Correa à la 12’ n'avait plus qu'à la pousser au fond, suite à une très belle tentative d’un Edin Dzeko extrêmement bien servi par un Nicolò Barella en feu. Ionit Radu a d’ailleurs confirmé son statut en renvoyant le ballon  dans les pieds de l’argentin
       
       
       
      Et si un Homme était bien "On Fire"  hier soir, ce n’était certainement pas Stefano Pioli qui est revenu avec un seul point de son déplacement au Mapei Stadium de Sassuolo. En effet, le chef d’œuvre de la soirée est signé par le Sarde Nerazzurro auteur d’une reprise à la volée sur un amour de caviar de  centre décisif de Çalhanoğlu à la 38’.
       

       
      En seconde période, Simone Inzaghi fait tourner et lancé en profondeur à l'entame du dernier quart d'heure, Lautaro Martinez a pris le meilleur sur son défenseur qui était à la limite de l’exclusion en cas de faute pour battre une troisième fois le pseudo portier roumain
       

       
      Finalement, la Cremonese qui se sera crée de très belle occasions au cours de la rencontre  sauvera, méritoirement l’honneur à la 90', grâce à un très joli but signé David Okereke. L’arrêt laser du regard de Samir Handanovic n’aura pas suffit.
       

       
      Si l’Inter est donc très bien offensivement, malgré l'absence de Romelu Lukaku, la prestation défensive laisse plus qu’à désirer à quelque jours d’un Derby tant attendu et qui verra l’Inter rester devant en cas de victoire ou de match nul à San Siro, ce samedi soir sur le coup de 18h00!
       
      Tableau Récapitulatif
      Résumé Vidéo
       
       
      Inter 3-1 Cremonese
      Buteur(s): 12' Correa (I), 38' Barella (I), 76' Lautaro Martinez (I), 90' Okereke (C)
       
      Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (72' 33 D'Ambrosio); 2 Dumfries (80' 12 Bellanova), 23 Barella, 77 Brozovic (72' 14 Asllani), 20 Çalhanoğlu, 36 Darmian (80' 8 Gosens); 9 Dzeko, 11 Correa (55' 10 Lautaro Martinez)
      Banc: 21 Cordaz, 24 Onana, 5 Gagliardini, 16 Salcedo, 22 Mkhitaryan, 42 Agoumé, 46 Zanotti, 47 Fontanarosa, 95 Bastoni
      T1: Simone Inzaghi
       
      Cremonese: 97 Radu; 4 Aiwu (81' 19 Castagnetti), 15 Bianchetti, 44 Lochoshvili (67' 5 Vasquez); 18 Ghiglione, 32 Escalante, 6 Pickel, 8 Ascacibar (46' 98 Zanimacchia), 33 Quagliata (67' 3 Valeri); 77 Okereke, 90 Dessers (67' 11 Di Carmine)
      Banc: 13 Saro, 45 Sarr,  7 Baez, 9 Ciofani, 10 Buonaiuto, 17 Sernicola, 20 Afena-Gyan, 21 Chiriches, 62 Milanese, 74 Tsadjout
      T1: Massimiliano Alvini
       
      Arbitre: Fourneau
      VAR: Irrati
      Averti(s): Dessers (C), Aiwu (C)
      Expulsé(s):  /
      Affluence: 70.750 tifosi
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      753 vues
    17. Matteo Darmian : Mon but face à Cagliari n'était certainement pas le plus beau, mais...

      Interviewé dans le cadre du MatchDay Program d’Inter-Cremonese, Matteo Darmian, s’est livré sur sa carrière de joueur: "Dans ma carrière, j’ai eu la chance de rencontrer et de partager tant d’expériences avec des personnes qui m’ont soutenu et qui m’ont fait grandir, d’anciens équipiers aux entraineurs, des amis à la Famille, tous ont toujours été à mes cotés."
       

       
      "Le football a toujours fait partie de ma vie, d'après-midi sur un terrain avec des amis à disputer de grands matchs. Ma détermination dans ma carrière a été l'un des ressorts qui m'a poussé à faire toujours mieux, même si le travail et l'esprit de sacrifice ont toujours été les éléments clés."
      "J'ai grandi dans une ville proche de Milan et c'est ma troisième année à l'Inter. Milan est une ville qui a marqué des étapes importantes de ma vie. A Turin j'ai vécu quatre années fantastiques, je suis arrivé comme un jeune garçon et grâce à la confiance de beaucoup de personnes j'ai mûri et j'ai réussi à faire des choses importantes. Ensuite, il y a eu Manchester, qui pour moi, reste une expérience très constructive."
       
       
       
       
      "Si je ferme les yeux et que je repense à mon enfance, l'image que j’ai est celle de l'oratoire Don Bosco de Rescaldina, où j'ai commencé à taper dans un ballon pour la première fois. Je jouais toujours au football, je passais du temps avec mes amis."
      "L'espoir de devenir footballeur était là et il était nourri par beaucoup de passion et l'envie de m'amuser, cela m'a poussé à poursuivre mon rêve. Pour ma part, je pense que des joueurs comme Zanetti et Maicon ont été une source d'inspiration pour de nombreux jeunes."
      "Mon but contre Cagliari n'est certainement pas le plus beau but que j'ai marqué, mais c'est certainement l'un des plus importants. Au Giuseppe Meazza, c’est avec ce but que nous avions fait un pas important vers la conquête du 19ème Scudetto. L'action a commencé sur la droite, Lukaku a lancé Hakimi, je suis arrivé au deuxième poteau et j'ai marqué ce but importantissime pour moi et l'équipe"
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      385 vues
    18. Romelu se veut rassurant!

      En effet, première tuile de la saison: Romelu Lukaku s'est blessé à l'entrainement et, s'il manquera définitivement la réception de la Cremonese en raison d'une douleur musculaire ressentie hier et qui ne sera quantifié que ce mardi après une IRM, Romelu ne croit pas un seul instant que ce coup d'arrêt sera des plus long.
       
      Révélation du Corriere Dello Sport


      "La réponse définitive à cette interrogation tombera après les examens médicaux, mais Big Rom croit en une récupération pour le Derby : Il est confiant et il a confié à ses coéquipiers qu'il veut être là à tout prix. Il estime que dans cette saison comprimée, prendre un bon départ est crucial, et il sait qu'après le faux pas à l'Olimpico, l'Inter ne peut plus faire de faux pas: S'il le peut et s'il ne prend pas trop de risques, il serrera les dents parce que le Diavolo l'inspire."
      "Romelu l'a rencontré cinq fois et a toujours marqué, pour un total de quatre victoire et une défaite."
       
      Croyez-vous également aux chances d'un Retour du Big Rom pour ce samedi ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      4 commentaires
      739 vues
    19. Petite révolution en vue d’Inter-Cremonese

      En effet, selon Sky Sport, il y a un sérieux ballotage pour décider de qui accompagnera Lautaro Martinez vu l’absence de Romelu Lukaku qui sera quoiqu’il arrive au repos ce mardi : Joaquin Correa ou Edin Dzeko ? Pour l’heure n’est est écrit dans le marbre
       
      Mais la vraie révolution, selon le canal satellitaire, pourrait se retrouver dans les cages :

      "Il y a de bonnes chances de voir Onana titularisé, comme il est tout aussi possible de voir les retours de Gosens et de Çalhanoğlu. Reste à savoir qui sera présent sur l’aile droite entre Bellanova ou Darmian pour remplacer Dumfries : Tous ses choix dépendront de la séance d’aujourd’hui en prenant en considération les rencontres à venir face au Milan Ac et au Bayern, deux matchs qui ne laisseront que très peu de marge pour toute rotation."
       
      L’avis de Tuttosport :
      "La contre-indication principale serait de lancer Onana et de retirer le Capitaine, justement lors de la première rencontre qui suit le premier Ko de la saison. Toutefois, pour ne pas répéter l’erreur de la Gestion Radu, il serait bon et juste de tester le numéro un camerounais actuellement et non de risquer de devoir le lancer dans la bataille à un moment décisif de la saison."

      Pensez-vous voir Onana titulaire demain ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      1 commentaire
      781 vues
    20. Simone Inzaghi et Romelu Lukaku sous les feux des critiques après la défaite subie contre la Lazio

      Simone Inzaghi et Romelu Lukaku sont très critiqués après la défaite subie contre la Lazio. Voici des extraits trouvés dans les médias italiens. Il y a du pain sur la planche.
       
      Comme le souligne L'Interista, les notes des joueurs pour le match étaient négatives et ce, dans tous les médias italiens. Avec l'étrange décision de lancer Roberto Gagliardini au milieu de terrain et le manque d'impact de ses remplacements en deuxième mi-temps désignés comme des erreurs majeures, Simone Inzaghi est sous le feu des projecteurs.
      Inzaghi a pris une décision bizarre en décidant d'inclure Gagliardini dans son onze de départ, mais le joueur de 28 ans n'a pas été en mesure d'empêcher la Lazio de remporter la bataille du milieu de terrain pendant de longues périodes, le match ayant donné le sentiment que les Nerazzurri auraient eu plus de chance avec Hakan Calhanoglu. Pendant ce temps, l'entraîneur a tenté de rectifier les choses avec une triple substitution tout aussi bizarre en seconde période, remplaçant Federico Dimarco, Denzel Dumfries et Romelu Lukaku par Robin Gosens, Matteo Darmian et Edin Dzeko. Cependant, ces remplacements ont fonctionné à peu près aussi bien que le départ de Gagliardini, tandis que tous les autres ajustements étaient trop tardifs, et donc la Gazzetta dello Sport, le Corriere dello Sport, Tuttosport et L'Interista ont donné à Inzaghi un score de 4,5/10.
      Simone Inzaghi de retour sur la planche à dessin après s'être bien trompé lors de la défaite 3-1 contre la Lazio, ceci selon la Gazzetta dello Sport dans un article paru hier. En effet, l'entraîneur doit très rapidement inverser le cours des choses et élever son niveau de manière globale avec des matchs qui ne feront que devenir plus difficiles pour eux dans les semaines à venir.
      L'Inter avait assez bien commencé sa saison avec des victoires sur Lecce et Spezia lors de ses deux premiers matches. Cependant, le sentiment était qu'il s'agissait de matches dans lesquels il n'aurait pas été difficile de combler les fissures apparues en pré-saison. Inzaghi a clairement senti que quelque chose de nouveau était nécessaire contre la Lazio. En effet, il s'est appuyé sur le physique de Roberto Gagliardini, mais le pari n'a pas fonctionné. Que la sélection inattendue de Gagliardini soit le problème en soi ou qu'elle indique une faille dans son plan A et le onze de départ habitual qu'Inzaghi a essayé et échoué à dissimuler en s'appuyant sur l'ancien milieu de terrain de l'Atalanta, il ne fait aucun doute qu’il aura du travail à faire pour soigner les maux de son équipe.
      L'Inter affrontera Cremonese au Meazza la semaine prochaine dans ce qui ne sera, sur le papier, pas le test le plus difficile pour Inzaghi et ses joueurs. Cependant, les tests difficiles sont de retour avec les matches consécutifs contre l'AC Milan en Serie A, puis Bayern Munich en Ligue des champions. Ces deux matchs se dérouleront en l'espace de quelques jours et promettent d'être un test sévère des capacités des Nerazzurri, et plus précisément de la viabilité de l'approche d'Inzaghi face à l'adversité.
      L'entraîneur a été dépassé par son homologue de la Lazio, Maurizio Sarri, le patron des Biancocelesti tirant le meilleur parti de ce qu'il avait à sa disposition à la fois avec son onze de départ et ses remplacements. Inzaghi, quant à lui, semble toujours aux prises avec les problèmes d'une équipe qui manquait de compacité en pré-saison, avec la perte d'Ivan Perisic sans l'arrivée d'un véritable remplaçant, et avec le problème d'intégrer un Romelu Lukaku dans ses schémas tactiques en attaque. L'entraîneur a le temps d'émerger avec une solution avant que les prochains grands défis ne soient placés devant lui, mais pas beaucoup. La pression sera sur lui maintenant que l'ampleur du travail qu'il doit faire a été mise à nu, un retour misérable au Stadio Olimpico.
      Concernant le Belge, il a reçu de très mauvaises notes dans les médias, comme le souligne L'Interista, avec son incapacité à vraiment entrer dans le jeu. Lukaku avait bien démarré sa saison avec ses performances lors de ses deux premiers matches mais cela s'est arrêté brutalement avec sa prestation contre la Lazio. Le joueur de 29 ans n'a pas été en mesure de sentir le but lui-même, ni de se connecter avec ses coéquipiers ou d'aider l'équipe à monter sur le terrain et à prendre pied dans le match sur une période significative. Pour ces raisons, il s’est mangé un 5/10. Voici ce que Luigi Garlando a écrit dans les colonnes de la Gazzetta : "Il attendait que le ballon tombe comme par magie sur ses pieds. Il est rarement venu chercher le ballon ou a dicté des espaces, comme il le fait habituellement. Alors il s'est laissé facilement enfermer par les défenseurs."
       
      Selon Tuttosport dans un article paru hier, Simone Inzaghi a subi sa pire défaite depuis qu'il nous a pris en charge. Inzaghi a guidé les Nerazzurri vers de nombreuses victoires ainsi que sa part de défaites et de matchs nuls, et les points perdus ont toujours indiqué des domaines dans lesquels l'équipe ainsi que l'entraîneur pourraient s'améliorer. Cependant, dans le passé, lorsque l'Inter a perdu des points sous Inzaghi, le sentiment était généralement que l'entraîneur travaillait dans les limites ou avait une excuse raisonnable.
      Contre la Lazio, en revanche, l'entraîneur disposait d'une équipe qui était plus que jamais la sienne après un mercato estival au cours duquel on lui avait largement donné ce qu'il voulait avec pour mission de construire une machine à gagner le Scudetto. Cependant, il s'est trompé d'approche contre son ancienne équipe, sa décision de faire jouer Roberto Gagliardini dès le début au milieu de terrain s'avérant particulièrement inefficace. Les problèmes des Nerazzurri étaient les mêmes que ceux qui ont été visibles en pré-saison, ainsi que lors de leurs deux premiers matches de Serie A, à savoir un manque de compacité et des relations confuses entre les lignes, en particulier entre le milieu de terrain et les attaquants.
      Contre Lecce et Spezia, ces problèmes n'ont pas été punis, mais contre la Lazio, Inzaghi et l'Inter se sont retrouvés face à une opposition vraiment redoutable pour la première fois cette saison, et ils ont échoué à leur examen. Étant donné qu'Inzaghi était entré dans le match avec un plan clair, et étant donné qu'il n'a pas seulement échoué à contenir le jeu de possession ou la menace de contre-attaque des Biancocelesti, mais a également exacerbé les problèmes sous-jacents existants de sa propre équipe, l'entraîneur n'a personne à blâmer à part lui-même.
       
      Pour finir avec ce triste match, le journaliste Fabio Ravezzani estime que l'Inter avait pris un bon départ contre la Lazio, mais les choses ont déraillé pour elle.
      "L'Inter a commencé par avoir fière allure à l'Olimpico, mais ensuite ils ont stupidement concédé (c'est pour Dimarco). Lukaku était invisible, Barella manquait de finition et la défense s'est effondrée une fois qu'elle a été mise sous pression. Gagliardini ne leur a pas non plus fourni beaucoup de couverture. Lautaro et Dumfries leurs meilleurs joueurs. Inzaghi a enlevé le Néerlandais sans raison."
       
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      27 commentaires
      1,6k vues
    21. Lautaro Martinez : un message pour les fans

      Notre attaquant a partagé un message sur son compte Instagram.
       
      L'équipe a des matches plus importants dans les jours à venir dans lesquels elle espère rebondir. Cependant, elle doit être à son meilleur niveau pour y parvenir. Lautaro Martinez a partagé un message aux fans sur son compte Instagram après la défaite contre la Lazio.
      "Nous avons la tête haute parce que nous avons tout donné. Maintenant, nous devons nous concentrer sur le travail pour corriger nos erreurs et aller de l'avant car il reste encore beaucoup de chemin à parcourir."
       
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      8 commentaires
      1k vues
    22. Simone Inzaghi : "Nous avons manqué de hargne ! Cette défaite pique !"

      S'exprimant lors d'une interview avec DAZN et InterTV à la fin du match, Simone Inzaghi a choisi un moment clé de la seconde mi-temps, évoqué la forme de l’équipe, pointé l’attitude de l’équipe et félicité la Lazio.
       
      Interview accordée à DAZN
       
      Une Inter trop gentille ?
      "La défaite pique pour la façon dont cela s'est passé. Le match a été équilibré et âprement disputé face à un adversaire de qualité. Le but de Luis Alberto a cassé le match, à 1-1 nous avons eu l’occasion de Dumfries qui aurait changé les choses. Nous avons dû mettre plus de vice de notre côté car ces matchs se jouent en quelques instants."
      "Nous avons créé des occasions avec Correa et Dzeko, nous avons eu une première mi-temps décente mais nous avions besoin de plus de hargne et de détermination. Nous savons que dans ces matches, nous devons faire plus."
      La forme de Lukaku.
      "Romelu avait joué les deux premiers matchs de la meilleure façon. Plus que regarder les changements, il faut analyser un match perdu, un affrontement direct qui fait mal. Nous savons que nous devons faire plus dans ces jeux pour gagner, au-delà de la condition de Lukaku ou Lautaro.
      Sur la Lazio.
      "Nous savions ce que la Lazio ferait. En première mi-temps, nous avons limité les contre-attaques en tenant bien le terrain et en mettant beaucoup de ballons invitants. A 1-1, nous avions besoin de plus de hargne et de détermination. La chance de Dumfries aurait fait basculer le match de notre côté, avant le but de Luis Alberto."
      Sur l’Inter.
      "Nous devons faire mieux, mais toute l'équipe. Le premier but que nous ne pouvons pas encaisser, le deuxième et le troisième étaient deux grands buts avec deux jeux individuels très importants. Une équipe comme la nôtre ne peut pas encaisser un but comme le premier."
      Commencer avec Roberto Gagliardini pour annuler Sergej Milinkovic-Savic ?
      "Absolument. Après une défaite, vous regardez les choix, mais si Dumfries avait marqué le but à la place de Luis Alberto, nous parlerions d'autre chose. En championnat, nous savons qu'il y a des équipes comme la Lazio qui peuvent battre n'importe qui en un seul match."
      "Les défaites ne doivent pas venir, ça vient et ça pique. On l'analysera demain, mais il faut être bon pour tourner les épisodes de notre côté."
       
      Interview accordée à Inter TV
       
      "Ça fait mal. L'équipe devait y croire davantage, avoir plus de détermination et de méchanceté, alors on sait que ces jeux sont faits d'épisodes. La Lazio était meilleure pour croire, après le 1-1 est venu l'euro-but de Luis Alberto, mais il était encore temps et nous aurions dû faire plus."
      "Nous avons essayé de jouer comme nous l'avions préparé, contre une bonne équipe forte qui y croyait plus que nous. Maintenant, il faut être bon pour l'analyser, comprendre la raison de cette défaite pour repartir dès mardi de la meilleure des manières."
      "L'équipe manque clairement un peu de condition physique. Nous savons que nous devons trouver de la force chez tous les gars, de temps en temps je choisirai les meilleurs hommes pour le match."
      "Nous ne méritions pas d'être menés 1-0 à la mi-temps, mais la Lazio a joué un grand match, ils ont cru jusqu'au bout parce qu'ils sont un bon équipe qui peut mettre n'importe quel adversaire en difficulté."
      "En première mi-temps, pour ce que nous avons fait et créé, nous aurions dû nous reposer avec un résultat différent, puis à 1-1, nous avons dû croire davantage et tourner cet épisode de notre côté."
       
      La stat du jour
       
      L'Inter a subi une défaite en Serie A avant la 4e journée pour la première fois depuis la saison 2018-2019 lorsque Luciano Spalletti était à la tête de l'équipe.
      La statistique a été partagée sur Twitter par Opta Paolo et ils ont révélé que la défaite de l'Inter contre Sassuolo en 2018-2019 était la dernière fois que les Nerazzurri perdaient l'un de leurs trois premiers matchs d'une saison de Serie A.
       
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      10 commentaires
      853 vues
    23. Lazio 3-1 Inter: Surclassés

      Premier gros test pour l'équipe face à la Lazio, qui a toujours eu pour habitude de nous poser problèmes. Inzaghi a voulu surprendre en alignant Gagliardini titulaire à la place de Calhanoglu. Pari gagnant ?
       
      L'entame de match est bonne. Le premier quart d'heure est en notre faveur mais Dumfries et Barella n'arrivent pas à tromper Provedel. La Lazio a du mal à gérer la largeur de notre jeu mais semble prendre petit à petit la mesure de notre schéma. Zaccagni et sa frappe déviée nous donnent nos premières sueurs froides et quelques minutes après, c'est Handanovic qui est à la parade sur un tir à bout portant d'Immobile. L'action étant arrivée par le duo Milinkovic-Savic & Anderson. Nous réagissons timidement via Lukaku mais ce n'est pas assez franc pour alarmer Provedel. La Lazio possède le cuir et Milinkovic-Savic, non attaqué à 35m du but, à tout le temps d'adresser un bijou dans la course de Felipe Anderson. Couvert par Bastoni et oublié par Dimarco, il a tout loisir d'ajuster sa tête pour tromper notre portier (40' 1-0). Mi-temps.
      Dès la reprise nous ne sommes pas loin de la correctionnelle mais Handanovic reste vigilant face à Immobile. La réaction vient sur coup de pied arrêté. Après un coup franc rentrant de Dimarco la défense romaine n'arrive pas à se dégager. Dumfries se bat au pont de pénalty et impose sa tête qui trouve Lautaro devant la cage. Couvert par Immobile, il aligne Provedel d'un petit extérieur plein de malice (51' 1-1). Une minute après le KO est tout proche mais Provedel effectue une splendide parade sur la tête de Dumfries, tout seul au second poteau.
       

       
      C'est alors que Sarri ajuste son équipe et introduit le duo espagnol Luis Alberto et Pedro. S'en suit une période de dix minutes de haute lutte, quasi sans interruptions où chaque équipe tente de mettre le pied sur le ballon. Juste avant la 70' Inzaghi fait un triple changement. L'équipe semble alors perdue et la Lazio en profite directement. Après une longue possession, Pedro passe en retrait pour Luis Alberto qui aligne Handanovic d'une puissante frappe (légèrement déviée) de 20m qui part en lucarne (75' 2-1). L'équipe prend un coup au moral. Inzaghi tente de contrer l'abattement en rentrant Correa et Calhanoglu mais il n'y a aucune différence, la Lazio a pris le dessus.
      A la 86' le troisième but vient de Pedro d'un enroulé du pied droit qui finit petit filet opposé (3-1). La fin de match parait interminable malgré deux vaines tentatives de Lautaro et Calhanoglu, alors qu'Immobile n'est pas loin d'humilier Skriniar avant le coup de sifflet final. Techniquement nous avons été surclassés, défensivement et tactiquement aussi. Cette défaite laissera des traces assurément et il faudra montrer un tout autre visage, bien moins brouillon et apathique mardi contre Cremonese.
       
       
       
      Résumé vidéo
       

      LAZIO 3-1 INTER
      Buteurs: 40' Felipe Anderson, 75' Luis Alberto, 86' Pedro - 51' Lautaro
      Lazio: Provedel ; Lazzari (71' Hysaj), Patric, Romagnoli, Marusic ; Milinkovic-Savic, Cataldi (84' Marcos Antonio), Vecino (58' Luis Alberto) ; Felipe Anderson (84' Cancellieri), Immobile, Zaccagni (58' Pedro)
      Remplaçants: Maximiano, Adamonis, Casale, Romero, Radu, Gila, Basic
      Coach: Maurizio Sarri
      Inter: Handanovic ; Skriniar, De Vrij, Bastoni ; Dumfries (69' Darmian), Barella (77' Correa), Brozovic, Gagliardini (77' Calhanoglu), Dimarco (69' Gosens) ; Lukaku (69' Dzeko), Lautaro
      Remplaçants: Cordaz, Onana, Bellanova, Asllani, D'Ambrosio, Agoumé
      Coach: Simone Inzaghi
       
      Arbitre: Fabbri - VAR: Aureliano
      Cartons: Zaccagni & Marusic - Brozovic
       
       
      ®gladis32 – internazionale.fr

      19 commentaires
      1,1k vues
    24. Le CIES prédit que l'Inter finira championne cette saison

      L'Inter a été désignée comme l'équipe la plus susceptible de terminer championne d'Italie sur la base du modèle statistique de l'Observatoire du football CIES.
       
      En effet, selon le CIES, la Serie A aura un nouveau champion cette saison et ce champion serait l'Inter. Il y aura une belle compétition pour le haut du tableau cette saison, le Milan devant stopper entre autres l'Inter, le Naples, la Juventus, l'Atalanta, la Lazio et la Roma s'ils veulent conserver leur titre. Sur la base de la modélisation du CIES qui s'appuie sur les données de la force offensive et défensive des équipes, les Nerazzurri sont l'équipe la mieux placée pour gagner le titre cette saison.
      Voici la prédiction complète:

       
       
      Tout est disponible sur leur site: https://football-observatory.com/ .
       
      Traduction alex_j via Sempreinter.

      18 commentaires
      1,2k vues
    25. L'Inter corrige La Spezia

      Pour son retour à Giuseppe Meazza, et dans le cadre de la 2ème journée de Série A, l'Inter recevait La Spezia de Luca Gotti, ancien de l'Udinese. Après une timide entrée en matière la semaine dernière, qui a été marquée par le but inespéré de Dumfries au bout de la nuit à Lecce, les joueurs de Simone Inzaghi ont remis l'église au centre du village en dominant La Spezia 3-0.
       
      Dès le coup d'envoi, les intentions étaient claires : attaquer et marquer rapidement ce premier but. Romelu Lukaku et Lautaro Martínez sont beaucoup recherchés, ainsi que les deux pistons, Denzel Dumfries à droite et Federico Dimarco à gauche. Cela conduit à un grand nombre de hors-jeu signalés dans les premières minutes.
      La première occasion de la partie arrive à la neuvième minutes de jeu, lorsqu'Hakan Çalhanoğlu botte un coup franc excentré sur la tête de Dumfries, qui vient butter sur Dragowski. Le Hollandais est très entreprenant sur son côté droit, proposant de bonnes solutions à ses partenaires.
      C'est ensuite au tour de Lautaro de tester la vigilance du portier Polonais. Suite à un bon contrôle orienté, l'Argentin frappe fort au premier poteau, sans succès. L'ancien du Racing se montre créatif dans le dernier tiers.

      Au milieu de terrain, la dynamo Nicoló Barella propose en permanence des solutions de passes, avec un volume de jeu débordant. Marcelo Brozović, quant à lui, nous fait du Brozović : il nettoie les ballons du milieu et les recycle à merveille, malgré quelques pertes de balles inhabituelles. Le troisième mousquetaire, Çalhanoğlu, est celui qui oriente le jeu des Nerazzurri, maniant la pelota à la perfection, en la faisant fuser d'un côté à l'autre du rectangle vert.
      La défense, elle, est plutôt tranquille tant La Spezia est invisible. Notons tous de même les quelques sautes de concentration de notre ami Stefan De Vrij, qui, de match en match, semble de moins en moins serein. Le rythme retombe un peu.
      Jusqu'à la trente-deuxième minute, et la tentative de Lautaro en pivot, suivie de celle de Dumfries, bien aidé par le bon travail de Lukaku : les deux échouent. Mais l'Inter est déterminée à faire la différence avant la mi-temps. 
      Et la différence va effectivement venir quelques minutes plus tard. Barella trouve Lukaku derrière la défense des Spezzini, qui remise de la tête pour Lautaro Martínez, alors seul. Le natif de Bahía Blanca, dans la Province de Buenos Aires, ne se fait pas prier : il envoie une mine du gauche en une touche de balle dans le petit filet droit de Dragowski. La LuLa fait mouche et ça fait 1-0 pour l'Inter.

      Les Nerazzurri poussent pour faire le break avant la pause : Lukaku trouve la barre transversale après un superbe coup de tête suite à un centre d'Alessandro Bastoni, tandis que Lautaro, sur l'action suivante, est coupable d'un petit raté, alors qu'il était plutôt seul au cinq mètres cinquante.
      L'arbitre de la rencontre, Davide Ghersini, siffle la mi-temps sans accorder de temps additionnel. L'Inter est l'auteure d'une première période sérieuse, avec un bon nombre d'occasions à l'appel. Il faudra faire preuve de plus d'efficacité en seconde mi-temps.
      Et de fait, les coéquipiers de Milan Škriniar (💙) ne vont pas mettre longtemps à tuer la rencontre. Après une tête non cadrée de De Vrij au retour des vestiaires, c'est Hakan Çalhanoğlu qui, après un exellent boulot de Lukaku balle au pied, vient placer son ballon à ras-de-terre au premier poteau : plat du pied sécurité, 2-0 pour l'Inter.

      Après avoir réalisé le break, l'Inter poursuit son match en maîtrisant le rythme. La Spezia patauge et ne parvient toujours pas à se créer d'occasions franches. Le temps passe, Edin Džeko et Robin Gosens entrent en jeu.
      À la quatre-vingt-deuxième minutes, Džeko, à la réception d'un bon ballon de Barella, réussit à glisser celui-ci à Joaquín Correa, fraîchement rentré sur la pelouse. L'ancien protégé de Simone Inzaghi à la Lazio reste lucide et place son ballon, avec beaucoup de lucidité, dans le petit filet gauche d'un Dragowski parti aux champignons.
      Un dernier changement avec Kristjan Asllani, qui se laisse aller à un petit élastico, et l'Inter dit au revoir à une Spezia décidément bien inexistante.
      Davide Ghersini siffle la fin d'une rencontre dominée, avec beaucoup de sérieux par l'Inter, à l'inverse du déplacement périlleux de la semaine dernière dans les Pouilles. Trois buts marqués, un clean-sheet et la connexion LuLa retrouvée, l'Inter a rendez-vous vendredi prochain, 20:45, à l'Olimpico pour y affronter la Lazio de Maurizio Sarri.
                                                                                                        Tableau Récapitulatif
                                                                                                               Résumé vidéo
       
      Inter 3 - 0 Spezia

      Buteur(s): 35' Lautaro (I), 52' Çalhanoğlu (I), 82' Correa (I)

      Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozović (85' 14 Asllani), 20 Çalhanoğlu (76' 5 Gagliardini), 32 Dimarco (68' 8 Gosens); 90 Lukaku (68' 9 Džeko), 10 Lautaro (76' 11 Correa)

      Banc: 11 Correa, 5 Gagliardini, 8 Gosens, 21 Cordaz, 24 Onana, 12 Bellanova, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian, 9 Džeko, 42 Agoumé, 14 Asllani

      Entraîneur: Simone Inzaghi


      Spezia (3-5-2): 69 Dragowski; 29 Caldara (67' 15 Hristov, 14 Kiwior, 43 Nikolaou; 11 Gyasi (90' 2 Holm), 33 Agudelo (90' 28 Ellertsson), 6 Bourabia, 20 Bastoni (79' 24 Kovalenko), 13 Reca; 7 Sala (67' 44 Strelec), 18 Nzola

      Banc: 28 Ellertsson, 77 Bertola, 40 Zovko, 44 Strelec, 30 Maldini, 89 Sanca, 24 Kovalenko, 17 Podgoreanu, 2 Holm, 8 Ekdal, 23 Capradossi, 15 Hristov, 1 Zoet

      Entraîneur: Luca Gotti


      Arbitre: Davide Ghersini

      VAR: Marco Guida

      Averti(s): /

      Exclu(s): /


      ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter

      11 commentaires
      976 vues
    26. Lecce 1-2 Inter: Dumfries salvateur

      Pour cette reprise c'est le champion de Serie B, Lecce, qui nous accueille dans son stade Via del Mare. Simone Inzaghi aligne la LuLa devant, un traditionel Barella-Brozovic-Calhanoglu au milieu, Gosens et Darmian en piston. En défense le trio Skriniar, de Vrij et Dimarco viennent en aide à Handanovic dans les cages.
      Et il ne fallait pas être en retard pour cette première, avec l'ouverture du score dès 1 minute 30 de jeu. Darmian au second poteau est à la réception d'un long centre de Dimarco côté opposé. Il redresse le ballon de la tête en plein dans la surface pour Lukaku qui aligne directement Falcone qui ne peut rien faire (0-1 2').
      Tout Lecce a pris un coup derrière le crâne et ils mettent du temps à encaisser. Nous n'en profitons pas malgré les tentatives de Calhanoglu et de Barella, trop timides. A la demie-heure de jeu, Lecce décide de réagir à sa manière. Les tacles musclés (et non maitrisés) apparaissent et les esprits s'échauffent assez rapidement. Le premier tir cadré adverse intervient à la 39' via Strefezza mais Handanovic reste vigilant sur son angle. Sur cette période Lecce n'a pas vu le jour du tout, la maitrise des débats étant de notre côté, sans éclats cependant.
       

       
      Il ne fallait pas trop tarder à la buvette non plus à la reprise, car Lecce égalise à la 47'. Après une récupération dans leur défense, Di Francesco effectue une jolie déviation pour Ceesay. Ce dernier combine avec l'italien qui perce dans la surface et transmet à nouveau pour son attaquant. Ceesay d'une frappe croisée ras de terre trompe Handanovic (1-1 48'). Une prise à froid, un classique de notre part.
       
      Cette fois-ci c'est nous qui sommes groggy. Inzaghi sentant son équipe en difficulté inaugure ses premiers changements à la 58' avec l'entrée de Mkhitaryan et Bastoni. Lecce tente de profiter de nos errements et il faut un grand Handanovic pour détourner le coup-franc de Bistrovic. C'est alors que petit à petit nous prenons le dessus. Entré quelques minutes plus tôt, Dumfries est tout proche de marquer mais sa tête trouve le poteau. Juste après c'est Lautaro qui place sa tête de peu à côté du cadre. Nous avons alors la maitrise du ballon et la pression se fait de plus en plus forte sur la cage de Falcone. La faille est trouvée par Lukaku suite à un corner une nouvelle fois bien tiré de Dimarco. Dzeko place sa tête puissante plein centre sur Falcone et Lukaku, en renard, arrive pour batailler avec lui et chiper le ballon pour marquer. Le but est cependant annulé car le belge tape du pied le cuir alors que celui-ci est dans les mains du gardien. Falcone est d'ailleurs très chaud et fait plusieurs parades notamment sur Dzeko et Skriniar. Inzaghi tente alors le tout pour le tout et fait entrer Correa à la place du défenseur slovaque.
      Nous poussons pour trouver la faille et c'est au bout de la soirée que la délivrance arrive. Corner à droite tiré par Barella, Lautaro se bat pour placer sa tête qui arrive au second poteau. Dzeko rate le ballon mais Dumfries a parfaitement suivi, marque comme il le peut du corps et le ballon rentre pour libérer l'équipe (1-2 95').
      Le contenu peut laisser à désirer. La copie finale semble un peu brouillonne, tel un essai d'une longue saison qui arrive, où n'importe quel adversaire, promu ou non, donnera tout pour nous faire chuter. Ce n'est que le premier match, pas de conclusions hâtives mais nous sommes prévenus.
       
       
      Résumé vidéo
      LECCE 1-2 INTER
      Buteurs: Ceesay (48') - Lukaku (2') & Dumfries (90'+5)
      Lecce: Falcone ; Gendrey, Baschirotto, Cetin (Blin 21'), Gallo ; Bistrovic (Listkowski 74'), Hjulmand, Gonzalez ; Strefezza, Ceesay (Colombo 63'), Di Francesco (Banda 74')
      Remplaçants: Bleve, Brancolini, Di Mariano, Helgason, Frabotta, Ciucci, Voelkerling, Berisha, Lemmens, Rodriguez
      Coach: Marco Baroni
      Inter: Handanovic ; Skriniar (Correa 88'), De Vrij, Dimarco ; Darmian (Dumfries 68'), Barella, Brozovic (Mkhitaryan 58'), Calhanoglu (Dzeko 68'), Gosens (Bastoni 58'); Lukaku, Lautaro
      Remplaçants: Cordaz, Onana, Gagliardini, Bellanova, Asllani, Zanotti, Fontanarosa
      Coach: Simone Inzaghi
       
      Arbitre: Prontera - VAR: Banti
      Cartons: Baschirotto, Blin, Colombo, Hjulmand - Brozovic, Darmian
       
       
       
      ®gladis32 – internazionale.fr

      30 commentaires
      1,7k vues
    27. Marcelo Brozovic forfait face à Lecce ?

      C'est une information de Sport Mediaset: Le milieu de terrain de l'Inter se remet d'un problème musculaire au mollet, à tel point que Kristjan Assllani pourrait jouer à sa place.
       

       
      "Encore un jour ou deux avant de revenir au groupe et de dissiper les doutes: Mais Brozovic est la plus grande inconnue de l'équipe d'Inzaghi. Son rétablissement se déroule comme prévu, mais le staff médical pourrait bien décider de ne pas le risquer pour le match d'ouverture contre Lecce. Ce serait Asllani qui prendrait sa place."
      "En effet, il a été d'ailleurs convenu que le Croate ne participera pas au match d'entraînement de demain contre Santangelo."
       
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
       

      3 commentaires
      987 vues
    28. Serie A: L’Inter 3ème club le plus aimé d'Italie!

      Calcio&Finanza s’est penché sur "l’amour des tifosi italiens" pour les vingt clubs qui ont participé à la Serie A 2021/2022
       
      "L’ensemble des clubs, à la fin de la saison 2021/2022, comptaient un total de 24.562.000de tifosi italiens, soit 0,16% de moins que la saison précédente. En ce qui concerne leur c'est toujours la Juventus qui mène la danse : Les Bianconeri comptent 8,56 millions de supporters selon l'étude périodique réalisé "Sponsor Value" réalisée par StageUp et Ipsos, créée lors de la saison sportive 2000/2001 et considérée comme l'auditel des événements sportifs et de divertissement italien."
       
      "En 2018/2019, soit l’ultime saison avant la Pandémie liée au Covid-19, on comptait 25.234.000 tifosi. Pour la saison 2020/2021, ce chiffre avait baissé de -2,5% pour atteindre 24.602.000 tifosi. Cette fois-ci la baisse s’est stabilisé à 0,16%. L'enquête à la fin de la saison 2021/2022, comme mentionné, montre une nouvelle baisse de 0,16%. La moyenne par club est de 1.228.000 tifosi."
       
      La Vieille Dame séduit

       
      "La Juventus reste toujours l’équipe la plus aimé de Calcio Made in Italy: 8.056.000 tifosi sont sous le charme de la Vieille Dame, contre les 4.167.000 tifosi du Milan champion d’Italie qui a connu une augmentation de +13% lors de l’ultime biennal. L’Inter reste stable avec 3.919.000 tifosi. Ce top 3 représente d’ailleurs plus de la moitié des Tifosi en Italie : 67%. On retrouve derrière le Trio historique le Napoli et ses 2.636.000 tifosi, suivi de la Roma et ses 1.818.000 pour clôturer ce top 5.  D’ailleurs, si on considère le TOP 5 et non le Top 3, celui-ci représente 84% des Tifosi italiens."
      "Toutefois, parmi les clubs ayant connu les plus fortes augmentations au niveau du nombre de Tifosi, on retrouve la Fiorentina +10% (avec 621.000 tifosi), le Torino +8% (avec 450.000 tifosi) et l'Udinese +16% (179.000 tifosi). A l’inverse, des clubs ont connu une situation diamétralement opposée comme l'Atalanta -10% (314.000 tifosi) après les fortes augmentations des 2 championnats précédents et Bologne -9% (310.000 tifosi + Radu) se distinguent."
       
      L’analyse de Giovanni Palazzi, President de StageUp

       
       
      "Le Football reste toujours le sport national, mais au-delà des aspects qui le lient à l’ultime triennal qui est marqué par les conséquences du Covid, le palier des 25 millions de tifosi ne semble pas surmontable. Cela peut s’expliquer aussi via des raisons démographiques, avec une population stable de 60 millions d'habitants et un taux de natalité très bas, avec la présence des nouvelles générations qui peinent à se passionner en l'absence de politiques actives qui leur soient dédiées."
      "Afin d'augmenter les résultats et, par conséquent, la passion et ses tifosi, des clubs se sont historiquement liés à l'arrivée de grands noms comme, par exemple, Cristiano Ronaldo, et non à une approche stratégique visant à consolider l'affection du public pour les clubs et à enthousiasmer les générations Y et Z. La conquête des jeunes par des politiques dédiées, notamment en termes de communication, est le seul moyen de relancer et de maintenir, à terme, le marché intérieur"
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,3k vues
    29. Branlée espagnole pour la Bien-Aimée…

      En effet, s’il est vrai que le football proposé au mois d’août met plus l’accent sur la prestation d’équipe que sur le résultat, à 7 jours de la reprise, Simone Inzaghi peut nourrir quelques doutes, surtout au niveau défensif.
       

       
      L’Inter est donc repartie de l’Adriatico avec un sale 2-4 du Villarreal d’ Unai Emery, une formation qui, contrairement au Paris-Saint-Germain, a récité à la perfection le jeu de l’entraineur et qui a produit un récital offensif à la limite de l’insolence : 5 tentatives 4 buts, le club ibérique termine d’ailleurs invaincu sa tournée estival, lui qui a mieux gérée la rencontre que les Nerazzurri, des Nerazzurri qui doivent impérativement redresser la barre surtout défensivement.
       


      Si Simone Inzaghi dresse le mur pour conserver, à juste titre, Milan Skriniar, André Onana a pu assister au spectacle avec un œil bien avisé : Son concurrent direct, Samir Handanovic, est loin d’apporter la sérénité attendue pour un Capitaine : Avec quatre buts encaissé, et si sur le 0-1, rien ne peut lui être reproché, sur le centre droit de Coquelin, il manque franchement de réactivité pour s'opposer à un ballon qui est loin d'être inatteignable. Il ne fait pas meilleure impression à l'occasion du troisième but, toujours signé Pedraza.  
      A Simone Inzaghi de prendre ses responsabilités, car l'Inter a besoin d'un gardien qui intervient de manière décisive les rares fois où il est sollicité, car tout le monde est "bon" pour encaisser des buts normaux. Les seules notes positives côté interiste sont : La montée en puissance de Robin Gosens, Romelu Lukaku qui marque en ayant que très peu de ballon, et Danilo D’Ambrosio qui répond toujours présent
       
      Le Saviez-vous ?

       
      Cette correction aurait pu ne jamais voir le jour car le terrain était à la limite du praticable: Il y avait même un risque de ne pas jouer, selon Inter TV !
       
      Tableau Récapitulatif
      Résumé Vidéo
       
      Inter 2-4 Villarreal
      Buteur(s): 29', 48' Pedraza (V), 36' Lukaku (I), 43' Coquelin (V), 66' D'Ambrosio (I), 81' Jackson (V)
       
      Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar (62' 33 D'Ambrosio), 6 De Vrij, 95 Bastoni (54' 36 Darmian); 2 Dumfries (62' 12 Bellanova), 23 Barella (69' 5 Gagliardini), 14 Asllani, 20 Calhanoglu (54' 22 Mkhitaryan), 8 Gosens (54' 32 Dimarco); 90 Lukaku (69' 9 Dzeko), 10 Lautaro Martinez (69' 11 Correa)
      Banc: 21 Cordaz, 24 Onana, 46 Zanotti, 47 Fontanarosa, 50 Casadei
      T1: Simone Inzaghi
       
      Villarreal: 13 Rulli; 8 Foyth, 3 Albiol (70' 22 Mandi), 4 Pau Torres (70' 25 Cuenca), 24 A. Pedraza (61' 12 Estupinan); 19 Coquelin (61' 20 Morales), 6 Capoue, 5 Dani Parejo; 21 Yeremy (61' 11 Chukwueze), 17 Álex Baena (79' 2 Morlanes), 18 N. Jackson

      Banc: 1 Reina, 35 G. Cassaro 
      T1: Unai Emery
       
      Arbitre: Rapuano
      Averti(s) : Ammoniti: Calhanoglu (I), Jackson (V), D'Ambrosio (I)
      Expulsé(s) : /
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      19 commentaires
      1,1k vues
    30. RIVAUX, John Elkann: "L’Inter est la plus forte!"

      Interviewé par Sky Sport à l’occasion du traditionnel amical de Villar Perosa, le Numéro Un d’Exor a fait le point sur la saison à venir de la Juventus:
       

      Il va finir par nous l'imiter!
       
      “Villar Perosa est une partie importante de notre Histoire, nous avons remporté 38 Scudettis + 5 avec les Womens, la Juve est l’équipe qui a eu le plus de Champions du Monde dans son noyau et elle a déjà remporté toutes les coupes qui étaient à gagner."
       
      Quels sont les objectifs de la saison ?
      "Villar Perosa est surement le porte-bonheur de la Juve comme le démontre ces nombreux titres, mais nous devrons rester concentré car le championnat est bien plus difficile que par le passé : L’Inter est la plus forte: Elle est bâtie pour gagner, et il ne faut pas oublier le Milan : Ce ne sera pas facile pour la Juve car le championnat italien a élevé son niveau, ce sera aussi difficile en Coupe d’Europe, mais la Juve y est présente et elle se battra pour la Victoire."
       
      Allez, avoue que ta préférée reste la Serie B!
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      970 vues
    31. Et si le Scudetto se jouait au Qatar ?

      En effet, avec une Coupe du Monde à disputer en plein mois de novembre, tous les clubs seront confrontés à une situation totalement inédite : Qu’il s’agit d’anticiper le tout au Mercato, de s’organiser pour le championnat, cette situation est une première!
       
      Révélation de la Repubblica

      La Beauté du Calcio
       
      "Des vacances adaptées ne sont pas à exclure pour la période Post-Mondial, avec les meilleurs joueurs fatigués par le tournoi, et encore plus pour ceux qui termineront dans le top 4 et qui auront donc disputés sept matchs. De plus les "pièges" des petites équipes pourrait logiquement s’avérer être les plus dangereux. Mais la plus importante concentration des Mondialistes concernera objectivement les grands clubs, ceux qui jouent les Coupes, ceux qui sont aussi ceux qui savent faire la différente, c’est évident."
      "Le Milan, par exemple, mis à part Tonali, verra partir tout le noyau jeune qui lui a permis de faire le saut en qualité : Maignan, Tomori, Theo Hernandez, Leao, Saelemaekers plus la nouvelle recrue De Ketelaere. Le Sénégalais Ballo-Touré sera également de la partie tandis que devant, trois joueurs, Giroud, Rebic et Origi, attendent le retour de leur Sélectionneur National."
      "La caractéristique du groupe milanais est que ses joueurs de la "Coupe du monde" appartiennent presque tous à des équipes nationales très ambitieuses. Ils peuvent donc rester longtemps au Qatar, plus ou moins comme les joueurs de l'Inter d’ailleurs avec De Vrij et Dumfries (Pays-Bas), Lautaro et Correa (Argentine), Brozovic (Croatie), Gosens (Allemagne), Lukaku (Belgique) et Onana (Cameroun)".
      "A la Juve, à part Pogba bien sûr, les hommes du "dernier carré" sont Di Maria, Rabiot et, s'il est appelé, Alex Sandro : l'objectif pour Szczesny (Pologne), Vlahovic (Serbie) et McKennie (USA) est de passer la phase de groupe. La quatrième équipe engagée en Ligue des Champions, le Napoli, n'enverra pas ses hommes au Qatar, surtout si Fabian Ruiz, qui n’a plus évolué pour l’Espagne depuis l’Euro, n’est pas rappelé."
      "Kim, Anguissa, Zielinski, Lozano et Olivera n'appartiennent pas aux groupe des joueurs considéré comme des favoris au poste d’internationaux, ce qui pourrait s'avérer un grand avantage pour Spalletti car le calendrier de janvier-février offrira à Naples trois confrontations directes contre l'Inter, la Juventus et la Roma. La Roma elle-même enverra Dybala, Abraham, Rui Patricio et peut-être Wijnaldum au Qatar, ainsi que Zalewsky et peut-être Vina."
       
      Selon vous, la Coupe du Monde peut-elle sourire au Napoli, ou est-ce que les Grands d’Italie seront gérer de la meilleure des façons cette situation inédite ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      8 commentaires
      1k vues
    32. Giuseppe Marotta vise la seconde étoile

      Giuseppe Marotta s’est livré à DAZN sur l’objectif de la saison Nerazzurra: "Il est clair que mon rêve est de leur régaler (aux Tifosi) la Seconde Etoile, et les rêves peuvent devenir réalité : Il faut avoir le courage de vouloir transformer les rêves en quelque chose de concret, tout compte fait, il est bon d'être ambitieux quand on se fixe des objectifs sportifs".
       

       
      La Juventus est-elle l’adversaire le plus redouté pour le titre ?
      "La Juventus est toujours une équipe qui se doit d’être considérée comme favorite, peu importe la compétition, elle le sera aussi cette année. Ce sera à nous de savoir la contrer, elle a très certainement réalisé une campagne de recrutement de très haut niveau. La mesure de valeur d’une équipe se juge en fin de mercato, ce qui certain, c’est que lorsque je regarde chez nous, j’ai la certitude d’avoir un noyau compétitif : Les duels sont les bienvenus, mais je ne citerai pas que la Juve seule : il y a le Milan, la Roma et le Napoli."
       
      Grande Padrino!
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      14 commentaires
      1,1k vues
    33. La Joya : "J'ai une très bonne relation depuis très longtemps avec Marotta"

      Questionné lors de sa conférence de presse de présentation à la Roma, Paulo Dybala est revenu sur l’épisode Nerazzurro, voici quelques extraits:
       

       
      Marotta a dit que l'Inter n'avait pas besoin de toi, t'es-tu senti trahi ?
      "Non, pas du tout. Depuis la fin de mon contrat avec la Juve, mes agents ont parlé à de nombreuses équipes. J'ai une très bonne relation depuis très longtemps avec Marotta, de nombreuses équipes m'ont approché, puis Tiago Pinto est arrivé à Turin et les choses ont changé".
       

      Et avec la Juve ?
      "Le directeur Arrivabene a été très clair dans ses déclarations : Nous avions un accord à signer en octobre où il m’avait été demandé de l’accepter. Puis en mars, il m’a dit que je ne ferais pas partie du futur projet : Ce n'était pas un problème économique, le club a rapidement pris une autre décision. Tout s'est passé comme ça, ce n'était pas un problème pour moi parce que c'était leur choix".
       
      La clause du contrat relève-t-elle de la confiance mutuelle ?
      "Je pense au terrain, à l'entraînement et au jeu. Ce sont des choses à demander aux Managers".
       
      Une petite cartouche à la Vieille lors de ta prochaine confrontation, avant de se revoir dans 12 mois, l’ami ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      883 vues
    34. Rivaux : La Juve boite déjà !

      Heureusement qu’il s’agit d’un transfert gratuit, mais c’est officiel : Une blessure au ménisque obligera très probablement le Français Paul Pogba à se faire opérer.
       
      Révélation de la  Gazzetta dello Sport

       
      "Le milieu de terrain devrait être indisponible pendant au moins deux mois, ce qui est une mauvaise nouvelle pour la Juve, qui comptait sur son nouveau numéro 10 pour un début de championnat en fanfare: Pogba ne s'est pas entraîné hier, et ce matin il est resté à l'hôtel pendant que l'équipe effectuait sa dernière séance à Los Angeles avant de partir pour Dallas dans la soirée. Il n'a pas pris le vol pour le Texas et la Juventus a publié un communiqué sur son état de santé."
      "Pogba a subi des examens radiologiques qui ont révélé une lésion du ménisque latéral. Il sera soumis à une consultation spécialisée dans les prochaines heures : La voie la plus probable reste celle de la chirurgie : Si la consultation que le milieu de terrain va subir en Amérique dans les prochaines heures confirme le sentiment des médecins bianconeri, Paul passera immédiatement sous le scalpel dans une clinique américaine, afin d'accélérer le processus de guérison."
      "Les chances d'éviter l'opération ne sont pas nombreuses, notamment parce qu'il s'agit d'un problème que le joueur traîne depuis un certain temps et qu'il serait préférable de résoudre une fois pour toutes. Conséquence directe : Pogba manquerait les premières journées du championnat, pour ne revenir à l'entraînement qu'au début du mois d'octobre."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      946 vues
    35. C&F : Un déficit record pour la Serie A !

      Le Calcio traverse, à l’évidence, une période extrêmement préoccupante sous un point de vue de sa soutenabilité économico-financière, lui qui était déjà confronté à un déséquilibre structurel bien avant la Pandémie liée au Covid-19
       

       
      Calcio&Finanza et Sky Sport se sont livrés à l’analyse de la 12ème édition de ReportCalcio, un document développé par le Centro Studi FIGC en collaboration avec l’ AREL (Agence de Recherche et Législation) et PwC Italia (PricewaterhouseCoopers). Au cours des 12 années analysées avant l'impact de Covid-19, soit de la saison 2007/2008 à 2018/2019, le Calcio a produit un "négatif" global d'environ 4,1 milliards d'euros, soit une perte estimée à 1 million d'euros par jour.
       

       
       
      Si l’on analyse plus en profondeur les données, le chiffre d'affaires cumulé des clubs de Serie A, B et C a atteint près de 3,9 milliards d'euros en "pré-Covid-19" , soit une augmentation de 1,5 milliard d'euros par rapport à la même période 12 années auparavant. Toutefois près de 90 % de la croissance des revenus entre 2007/2008 et 2018/2019 avait été utilisée pour couvrir l'augmentation des salaires et des amortissements.
       

       
      L’endettement total a culminé à 4,8 milliards d'euros en 2018/2019, soit le double de l'endettement enregistré lors de la saison 2007/2008 : 2,4 milliards d'euros et cette crise "structurelle" a été accélérée par la pandémie puisque la perte totale est passée de 412 millions en 2018-2019 à 878 millions en 2019/2020 pour atteindre 1,3 milliard en 2020/2021.
       

       
      Au cours des deux saisons marquée au fer rouge par le Covid-19, soit les saisons 2019/2020 et 2020/2021, le négatif agrégé produit par le Calcio s'est donc élevé à plus de 2,2 milliards d'euros. Au niveau financier, la dette est passée de 4,8 milliards d'euros en 2018-2019 à près de 5,4 milliards d’euros en 2020-2021. Ce résultat est le fruit des effets négatifs découlant du Covid-19 sur la capacité des clubs à générer des revenus, la valeur de production sur les deux années ayant chuté de 9,3%,  sans oublier les coûts liés à la mise en œuvre des protocoles sanitaires, mais aussi par l'augmentation continue des salaires et des amortissements.
       

       
      Le coût moyen de la main-d'œuvre lors de ces 2 saisons estampillé Covid-19, était de 2. 231 millions d'euros, soit  en hausse de 7,9 % par rapport à la saison 2018-2019, tandis que les amortissements sont passé de 962 millions d’euros à 1 milliard 198 millions d'euros (+24,5 %).
       

       
      L'impact du Covid-19 est important, surtout dans la thématique des recettes des entrées au stade presque réduites à néant en 2020/2021, contre 341 millions d'euros en 2018-2019 : Entre les saisons 2018-2019 et 2020-2021, le nombre total de spectateurs présents dans les stades italiens pour les compétitions de haut niveau (football professionnel et équipe nationale) est passé de 16,1 millions à seulement 148.248 tifosi, tandis que les spectateurs potentiellement "perdus" rien que pour le Calcio au cours des 2 saisons ayant été impacté par le  Covid-19 (19-20 et 20-21) s'élèvent à 23,1 millions de tifosi avec un impact en termes manque à gagner, en terme de  recettes potentielles, en provenance  de la billetterie de 513,3 millions d'euros.
       

       
      Comme l’indique également le rapport, la baisse des recettes de la billetterie a été  partiellement compensée par l'augmentation des recettes des droits radio-télévisuel qui ont culminé à 1,6 milliard d'euros (+32,7%) en 2020/2021.
       

       
      De son côté, la tendance à la hausse du coût de production se confirme, celle-ci atteignant 3,9 milliards (+7,9%).  En particulier, les coûts salariaux ont encore augmenté (+18,2%), atteignant 1,9 milliard d'euros, et les amortissements, s'élevant à près de 1,1 milliard d'euros (+0,8%).Là encore, les deux chiffres tiennent compte des dépenses engagées au cours de la saison de football 2020/2021, en plus des coûts relatifs à la période de deux mois de juillet/août 2020.  Le coût attribuable au "personnel inscrit" (salaires + amortissements) représente 89 % de la valeur de la production (contre 80 % en 2019/2020 et 67% en 2018/2019).
       

       
      Compte tenu de ces dynamiques, la Serie A en 2020/2021 a donc présenté un résultat net négatif de plus d'un milliard d'euros : Si avant le COVID-19, c'est-à-dire en 2018/2019, le "négatif » n’était que de 274,5 millions, celui de la saison 2019/2020 est passé à 697,6 millions pour atteindre le 1,0025 milliard en 2020-2021, dont 640,8 millions, soit 63,9 % du montant total est  lié uniquement à l'Inter, la Juventus et la Roma. Du point de vue de la gestion financière, lors de la saison 2020/2021, l'endettement global du football professionnel italien est proche de 5,4 milliards d'euros, soit une augmentation de 3,5 % par rapport à 2019/2020, tandis que la tendance à la consolidation de la valeur nette des clubs se poursuit, s'établissant à 786,7 millions d'euros (contre 713,7 millions l'année précédente).
       

       
      En ce qui concerne la seule Serie A, les dettes atteignent la valeur de 4,9 milliards (+3,5%), alors qu'il y a une croissance positive parallèle des actifs nets (de 551 millions en 2018/2019 à 633 millions en 2019/2020, jusqu'à 718 millions en 2020/2021). Un écart important est à nouveau observé entre les petits et moyens clubs et les Grands d’Italie, tant en termes de chiffre d'affaires que de coûts et plus précisément, au niveau de l'incidence sur les revenus totaux des 5 premiers clubs de de la Serie A (Juventus, Inter, Milan, Naples et Atalanta) qui représentnt à eux seuls à 53%. En ce qui concerne les coûts de production, les 5 clubs suivant Juventus, Inter, Milan, Rome et Naples représentent 55% du total pour l'ensemble de la Serie A.
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      7 commentaires
      1k vues
    36. Coppa Italia: Demandez le programme!

      Après la Serie A, l'Inter a pris connaissance du parcours qu'elle devra parcourir si elle souhaite s'offrir à nouveau la Coupe d'Italie! Le tirage au sort de l'édition 2022-2023 de la compétition a eu lieu ce vendredi 08 juillet et l'Inter, détentrice de la Coupe et première tête de série, commencera son parcours dès les huitièmes de finale.
       

       
      Les Nerazzurri seront donc engagés à partir du mois de janvier 2023, soit le mercredi 11, soit le mercredi 18, face à  l'équipe qui aura pris le meilleur parmi l'Hellas Verona, la Salernitana, Parma, Bari ou Padova, lors du seizième de finale qui se disputera le 19 octobre 2022. 
      En quart de finale, l'Inter pourrait retrouver l'Atalanta et disputer, peut-être, le Derby d'Italie en demi-finale!
       
      Voici le calendrier
      Huitièmes de finale: Mercredi 11 janvier 2023 et Mercredi 18 janvier 2023 Quarts de finale: Mercredi 1er février 2023 Demi-finale aller: Mercredi 5 avril 2023 Demi-finale retour: Mercredi 26 avril 2023 Finale: 24 mai 2023  
      Quel est votre pronostic ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      991 vues
    37. Alessandro Fontanarosa: "Je suis très ému mais ce n’est encore rien car la route est longue!"

      Alessandro Fontanarosa s'est livré à la presse suite à ses débuts en Equipe-Première: "Cela s’est assez bien passé, je suis très heureux, je dois remercier le Club, l’entraîneur, les équipiers, le secteur Jeunesse pour le parcours qu’ils m’ont permis de réaliser. La route est encore longue et j’ai besoin de m’améliorer."
       
      Son interview à Inter TV
       
       
      Quelles ont été les consignes d’Inzaghi ?
      "De jouer simple, d’être toujours serein, de comprendre les mouvements de jeu et de comprendre comment les autres se déplacent."
       
      Y-a-t-il un défenseur avec lequel il y a un feeling plus particulier ?
      "J’attends le retour de Bastoni, l’année dernière je m’entraînais avec lui et je lui piquais tout ce qui était possible de piquer : J’espère pouvoir l’observer et apprendre, à nouveau, de lui."
       
      Votre avis sur les attaquants ?
      “Lukaku et Lautaro sont les plus forts, mais là-aussi j’apprends car je suis en confrontation avec eux  et je comprends immédiatement à quel point est élevé le niveau."
       
      Alessandro à Sportitalia
       
       
      "Je suis si fier de mes débuts, je remercie le club et les Jeunes pour m’avoir fait grandir, en plus de mes équipiers qui m’aident sur et hors du terrain."
       
      Qu’avez-vous ressenti à l’idée de jouer avec Lautaro et Lukaku ?
      "Je suis très ému mais ce n’est encore rien car la route est longue."
       
      Que vous a demandé Inzaghi ?
      "De bien jouer, de ne pas prendre de risque et de me divertir car "ce n’est seulement" qu’une partie."
       
      Appréciez-vous l’intégration des jeunes Made In Inzaghi ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      3 commentaires
      882 vues
    38. L’Inter débute sa nouvelle saison en étrillant Lugano

      C’est un début de saison très prometteur que celui réalisé par l’Inter de Simone Inzaghi. Pour sa deuxième saison à la tête des Nerazzurri, son équipe a étrillé Lugano, sur son terrain, par un convaincant 1-4.
       

      La LULA is Back!
       
      Cette rencontre a été gérée de façon sérieuse et optimale de la part de l’ensemble des joueurs de l’équipe. Il n’aura fallu que 3 minutes à Danilo D’Ambrosio pour faire trembler les filets et, par la même occasion, devenir le premier buteur de cette saison de la Seconde Etoile. Peu après le quart d’heure de jeu, Lautaro Martinez double la mise suite à une Radu du portier suisse
      A la reprise, Inzaghi réalise de nombreux changements, mais rien n’enraye la machine avec des buts de Joaquin Correa à la 61’ et un doublé du Toro à la 72’ via une balle en profondeur expédiée à la perfection par André Onana à Joaquin Correa.
      Manque de bol toutefois pour le portier camerounais qui aura appris, à ses dépens, que l’Inter est la spécialiste, lorsqu’il faut se prendre un but à la con, celui-ci porte la signature d’Alessandro Casciato. 
      En après match, les joueurs ont été ovationné et plus particulièrement le jeune Kristjan Asllani, véritable homme du match, à l’opposé, la Curva Nord a ignoré comme prévu Romelu Lukaku qui s’était tout de même présenté devant la Tifoserie
       
      Tableau Récapitulatif
      Résumé vidéo
       
       
      Lugano 1-4 Inter
      Buteur(s): 3' D'Ambrosio (I) 16', 72' Lautaro Martinez (I), 61' Correa (I), 82' Casciato (L)
       
      Lugano: 1 Saipi (46' 58 Osigwe); 8 Durrer (60' 23 Srdic), 3 Ziegler (46' 46 Stober), 30 Daprelà (46' 15 Mai), 17 Valenzuela (46' 41 De Queiroz); 14 Sabbatini (46' 42 Alshik), 20 Doumbia (46' 29 Belhadj); 11 Haile-Selassie (46' 43 Mound), 27 Babic (60' 18 Mahou), 45 De Jesus (46' 33 Casciato); 9 Celar (60' 10 Bottani)
      Banc: /
      T1: Mattia Croci-Torti
       
      Inter: 1 Handanovic (46' 24 Onana); 33 D'Ambrosio (76' 43 Hoti), 47 Fontanarosa (76' 38 Sottini), 36 Darmian (87' 39 Silvestro); 12 Bellanova (46' 15 Lazaro), 14 Asllani (87' 40 Sangalli), 42 Agoumé (87' 45 Carboni), 22 Mkhitaryan (46' 11 Correa), 8 Gosens (66' 46 Zanotti); 9 Lukaku (66' 50 Casadei), 10 Lautaro Martinez (76' 16 Salcedo)
      Banc: 21 Cordaz, 51 Fabbian
      T1: Simone Inzaghi
       
      Arbitre: Luca Piccolo
      Averti(s): /
      Expulsé(s): /
      Affluence: 5.200 tifosi
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      6 commentaires
      1k vues
    39. C&F: Sold-Out pour les abonnements au Giuseppe Meazza/San Siro

      C'est une révélation de Calcio&Finanza:  Bien que le début de la nouvelle saison soit encore dans un mois, le Derby entre l'Inter et le Milan a déjà commencé, du moins au niveau des abonnements. Celle-ci a a explosé des deux côtés de la Cité Milanaise: "Les Tifosi des deux équipes ont acheté jusqu'au dernier siège disponible, leur abonnement"
       


      "Chez les Nerazzurri, le retour du fils prodigue Romelu Lukaku a suffi à lancer la Campagne d'abonnement et hier, l'Inter a annoncé que la vente des abonnements pour la saison 2022/23 était terminée, avec environ 40 000 cartes vendues. Elle a également annoncée l'ouverture de la liste d'attente pour la saison 2023/24. Un signe qui montre que les Tifosi croient fermement en l'équipe et en Simone Inzaghi et qu'ils ont l'intention de récupérer le Scudetto "arraché" par leurs cousins en 2021/22."
      "Milan ne reste pas les bras croisés:  Les Rossoneri, forts de leur titre de champions d'Italie, enregistrent des chiffres similaires à ceux de l'Inter et se dirigent rapidement vers les 40.000 abonnements, soit environ 13.000 de plus que les 27.000 enregistrés lors de la saison 2019/20, lorsque la campagne d'abonnements a été ouverte pour la dernière fois, avant que la pandémie liée au Covid-19 ne touche également le monde du football. "
       

       
       
      "Si les Rossoneri devaient également atteindre la barre des 40.000 abonnements, ce serait la première fois depuis treize saisons, qu'un tel palier serait atteint. Il faut remonter à la saison 2008/09 pour trouver une campagne similaire:  avec 40.238 abonnements pour l'Inter et 44.158 pour le Milan.  Si pour le Milan, ce chiffre est important, il est encore loin des 52.673 abonnés de la saison 2004/2005.  Pour l'Inter, le pic le plus élevé remonte à la saison 2001/02 avec 49.212 cartes distribuées."
      "Ces statistiques se sont ensuite considérablement réduites les années suivantes, surtout à partir de 2010: Après le Triplé Nerazzurro et le dernier Scudetto Rossonero, respectivement de 2010 et 2011, aucun des deux clubs n'était parvenu à atteindre 40.000 abonnés sur les sept saisons suivantes. Le point le plus bas étant atteint lors de la saison 2014/15, qui n'est pas exactement l'une des meilleures saisons pour les deux équipes, et où l'on comptait 22.400 abonnés à l'Inter et seulement 19.504 pour le Milan, il sera même parvenu à faire pire en 2016/17 avec 16.450 abonnements."
      "La tendance s'est inversée avec le retour des Nerazzurri en Ligue des Champions, et la campagne d'acquistion du Milan lors de la saison 2017/18. Depuis lors, des bonnes statistiques ont été maintenues, soit plus de 30.000 tifosi abonnés, et ce même les années suivantes, jusqu'en 2019/20."
      "Aujourd'hui, deux ans après la dernière campagne d'abonnements, les clubs sont de retour dans le feu de l'action, pour une saison qui s'annoncera disputée jusqu'à la dernière seconde, et qui l'a été déjà jusqu'au dernier abonnement."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      2 commentaires
      1k vues
    40. Dino Zoff : "L’Inter n’avait pas besoin de se renforcer!"

      Est-ce un aveu d’impuissance de la part de la légende juventine ? Quoiqu’il en soit, Dino Zoff s’est livré sur le retour du Big Rom, à la Gazzetta Dello Sport: "L’Inter n’avait pas énormément besoin de se renforcer et avec Lukaku, je dirais qu’elle est en place et compétitive, même pour l’Europe."
       
       
       
       
      Le titre de Capocannoniere? 
      "Ce sont les joueurs classiques, mais au-delà de Lukaku et Vlahovic, attention à Immobile qui présente une continuité impressionnante."
       
      Les gardiens ?
      "J’aime Meret en Serie A, il a le potentiel pour grandir. Donnarumma avec son curriculum vitae reste, dans l’absolu, le plus fort : Il nous a fait gagner l’Euro et vu que c’est un jeune gardien, je lui souhaite aussi de remporter la Coupe du Monde dans le futur !"
       
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      4 commentaires
      1,1k vues
    41. Rivaux : les amendes pleuvent à Milan. Hernandez, Krunic, Maignan et Tonali sanctionnés!

      Milan - Le verdict est tombé :  les banderoles et les insultes adressées à l'Inter et à ses joueurs lors de la célébration du Scudetto ont coûté cher à l'AC Milan.
      Suite à l'accord conclu par les parties, quatre joueurs des Rossoneri, à savoir Theo Hernandez, Rade Krunic, Mike Maignan et Sandro Tonali ont été sanctionnés pour avoir violé l'article 4, paragraphe 1, du Code de justice sportive pour leur comportement lors des célébrations du 19ème Scudetto des Rossoneri.
      Krunic a été sanctionné d'une amende de 5 000 €, et Theo Hernandez, Maignan et Tonali d'une amende de 4 000 €. L'AC Milan a également été sanctionné pour responsabilité stricte avec une amende de 12 000 €.
      De quoi les priver des vacances d'été!
       
      ©Internazionale.fr, via FCinternews.it- Traduction Oxyred

      16 commentaires
      1,6k vues
    42. Rivaux: Officiel, la Juve remercie Paulo Dybala

      Est-ce un signe de l'arrivée de Paulo Dybala ? Quoiqu'il en soit, pour la Juventus, c'est désormais officiel : le mariage entre Paulo Dybala et la Vieille Dame fait désormais parti du passé
       
      Communiqué officiel de la Juventus
       

      "Il est arrivé alors qu'il était une promesse jeune et talentueuse, et maintenant il dit au revoir à la Juve, en emportant avec lui un bagage d'expérience qui a fait de lui le champion qu'il est ; la carrière de Paulo Dybala va en effet se poursuivre loin de Turin"
      Un bagage construit ensemble, au cours de ces sept années. Un bagage qui, pour Paulo, se compose de 293 apparitions, 115 buts, 45 passes décisives et 12 titres remportés. Des chiffres qui, lorsqu'ils sont examinés en profondeur, disent beaucoup de choses : par exemple, Paulo occupe la neuvième place de tous les temps dans la liste des meilleurs buteurs de l'histoire de la Juventus, toutes compétitions confondues ; il est le dixième meilleur buteur de Serie A, et le troisième de tous les Bianconeri en Europe, avec 18 buts marqués en Ligue des champions."
      "Et toujours en parlant de buts, deux records : Dybala est le joueur qui a marqué le plus de fois (68) à l'Allianz Stadium, toutes compétitions confondues, et il est le bianconero qui a marqué le plus de buts depuis l'extérieur de la surface (25) en Serie A. Un grand voyage, celui que nous avons vécu ensemble, fait non seulement de buts et de victoires, mais aussi de grands matchs, de nuits inoubliables, de performances d'une qualité absolue. Et pour tout cela, nous le remercierons toujours. Bonne chance, nay, suerte, Joya !".
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      1 commentaire
      765 vues
    43. Rivaux: Blue Skye allume Eliott et le Milan

      Avec Blue dans le nom, cela semble même être un signe du destin ! Plus sérieusement, Blue Skye a décidé de bloquer la vente des actions majoritaires du Milan Ac de la part du fond d’investissement Eliott à RedBird Capital, la société fondée par Gerry Cardinale en 2014
       
      Révélation de l’Agence Bloomberg

       
      "Blue Skye Financial Partners, qui détient 4,27 % de Project Redblack, la société qui contrôle 100 % de Rossoneri Sport Investment Sarl et qui contrôle à son tour 99,93 % de l'AC Milan, a affirmé qu'Elliott s'était engagé à vendre le club "à huis clos", violant ainsi ses droits d'actionnaire minoritaire."
       

       
      Bleu d’enfer !
      "Blue Skye s'efforce d'engager une action en justice au Luxembourg pour annuler la vente ou obtenir des dommages et intérêts, selon des documents déposés dans l'État de New York, au motif qu'Elliott "a agi avec malice ou tromperie" en divulguant des informations confidentielles sans approbation et sans mener une procédure d'appel d'offres appropriée."
       
      Suffisant pour flinguer le Mercato Estival du chanceux Champion d’Italie ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      0 commentaire
      1,1k vues
    44. L’Inter et la Juve sont les grands Favoris au Scudetto 2022/2023

      À un peu moins de deux mois de la reprise de la Serie A, celle-ci s’annonce, selon les Bookmakers, être un duel entre les deux flèches dorées du Championnat : L’Inter et la Juventus
       

       
      L’Inter
      "Les Nerazzurri de Simone Inzaghi veulent reprendre immédiatement le Scudetto que les cousins du Milan leur ont arraché au cours de la dernière saison et pour y parvenir, ils ont rapatrié le Bélier du Tricolore 2021 : Romelu Lukaku. En attente de savoir si d’autres cadeaux arriverons, selon la Sisal, la bande à Samir Handanovic est donnée à 2,75."
       

       
      La Juve
      "Les Nerazzurri sont en très bonne compagnie vu la présence de la Juve, à sec de Scudetto depuis deux saisons, et qui présente la même cotation que son rival historique. La Formation de Massimiliano Allegri veut retrouver les tout premier rôles dans le Championnat d'Italie et le but annoncé est celui de rapatrier le 37ème Scudetto à Turin."
       

      Le Milan
      "Le Champion en titre part légèrement en retrait, lui dont la tâche principal sera de chercher à conserver son titre. Les Rossoneri ne sont d’ailleurs plus parvenu à conserver celui-ci deux années de suite, depuis 29 années consécutives et Stefano Pioli aura la lourde tâche de briser ce tabou. Preuve en est la cotation de 3,75."
       

       
       
      Le Napoli
      3Nonobstant le départ du Capitaine Lorenzo Insigne, le Napoli, après s’être battu avec les deux écuries milanaises durant quasiment tout le tournoi, veut élever le niveau et ramener le Scudetto dans les remparts du Maradona. Luciano Spalletti est convaincu de pouvoir jouer à armes égales avec les très grands du championnat. Toutefois pour les Bookmakers, celui qui mise sur le Napoli remportera 9 fois sa mise."
       

       
      L’Outsider Romain
      "Parmi les autres protagonistes de la Serie A, on retrouve la Roma de José Mourinho qui, après avoir offert la Conference League au Club de la Capitale, cherchera à élever le niveau en cherchant à remporter le 4ème Scudetto de son Histoire, y parvenir permettra au parieur de remporter 16 fois sa mise."
       
      LOL
      "La situation devient extrême, en revanche, pour l’Atalanta (donné à 25) et la Lazio de Maurizio Sarri (donné à 33)
       
      Jugez-vous l’analyse des Bookmakers pertinente ?
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      7 commentaires
      1k vues
    45. Simone Inzaghi se livre sur le championnat 2022/2023!

      Interviewé à l’occasion de l’ouverture du Championnat, Simone Inzaghi s’est livré sur la saison à venir
       

       
      "Nous allons débuter la nouvelle saison face à Lecce, qui est promu. Ce sera une rencontre stimulante où nous devrons nous montrer concentrer et attentif. Dans le championnat Italien, aucun match n’est facile : Nous jouerons tous les trois jours et nous devrons nous préparer de la meilleur des façons, pour aborder chaque match avec la même détermination et l’envie de bien faire."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      9 commentaires
      1,1k vues
    46. Alessandro Bastoni solidaire avec Simone Inzaghi

      Interviewé à l’occasion de l’ouverture du Championnat, Alessandro s’est livré sur la saison écoulée
       

       
      "Ce n’était pas facile pour Inzaghi car il est arrivé dans un groupe Champion d’Italie mais déboussolé. Il a trouvé un groupe disposé à ce mettre au travail, à l’écouter et à suivre ses indications."

      Février 2022
      "Le championnat a basculé lors de cette 75ème minute du Derby, pour nous c’était fondamental de battre ce Milan, c’était le tournant de la saison."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      0 commentaire
      1k vues
    47. Giuseppe Marotta se livre sur la saison écoulée

      Interviewé à l’occasion de l’ouverture du Championnat, Giuseppe Marotta s’est livré sur la saison écoulée
       

       
      "Le duel avec le Milan a été l’élément le plus fascinant de cette saison sportive. Durant 70 minutes, sur base aussi des critiques les plus sévères, nous avions démontré que nous méritions de remporter cette partie. On dit mort ou vif, nous avions subi cette défaite et le Milan s’est revitalisé en poursuivant une série positive et en ayant une grande conscience en ses capacités, en étant sur de son fait."
       
      Janvier catastrophique
      "21 points étaient à disposition et nous en avons récolté seulement 7. L’analyse à froid est que cette période a pesé de tout son poids dans l’issue finale."
       
      La Super Coupe
      "Je ne nous imaginer pas prendre le meilleur sur la Juventus. Nous y sommes parvenu avec mérite et nous avons remporté un trophée de plus dans notre armoire qui s’ajoute parmi ceux déjà gagné."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      2 commentaires
      825 vues
    48. Officiel: Le calendrier 2022/2023 est dévoilé

      L'Inter qui rêve de renouer avec le Scudetto fait officiellement face à un calendrier à cadence alternée:  Une entame qui semble facile, suivi de matchs plus difficile à négocier et une fin de championnat qui pourrait s'avérer bien plus compliquer qu'il n'y parait.
       

       
      L'Inter, si elle recevra Lecce à domicile, elle jouera au Stadio Giuseppe Meazza la Lazio en J3 et se déplacera au Milan  en J5, entre les deux, le modeste club de Cremonese.
       

       
      Si, pour cette saison, l'Inter aura un calendrier plus raisonnable en février et mars, le mois de mai sera synonyme de tous les dangers avec la Lazio, la Roma, le Napoli et l'Atalanta en l'espace de six matchs!.
       
      A cocher dans le calendrier


      4 septembre 2022: Milan Ac-Inter 6 novembre 2022: Juve-Inter 5 Février 2023: Inter-Milan Ac 19 mars 2023: Inter-Juve  
      Si l'Inter veut accrocher sa seconde étoile, l'Inter devra suivre un credo désormais connu: Tête basse et pédaler
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,7k vues
    49. Milan Skriniar parti....pour rester en Serie A?!

      En effet, La Lega Calcio a présenté le ballon du prochain championnat, à travers une vidéo en ligne....Et parmi les personnalités les plus connues de la compétition italienne, on retrouve Alessandro Bastoni...et un certain Milan Skriniar!
       
       
      "Il s'agit du Puma Orbita Serie A. Soit  le nouveau ballon que la Lega Serie A et PUMA ont dévoilé aujourd'hui en vue de la nouvelle saison. Demain, le nouveau calendrier sera présenté et aujourd'hui, plusieurs joueurs, dont Bastoni et Skriniar, ont présenté le nouveau ballon signé par Puma. La Lega Calcio et la célèbre entreprise ont également signé un partenariat et à partir du début de la saison de football 2022/23, Puma en sera le nouveau partenaire technique."
       
       
       
      "L'Orbit Serie A présente des graphismes puissants inspirés du logo de la première division professionnelle de la Serie A. Il reprend également les couleurs du drapeau italien. Le vibrant logo PUMA en couleur Sunset Glow et les nuances de bleu, de vert, de blanc Puma et de rouge Puma qui rappellent le Tricolore, intégrés dans la base blanche, garantissent une excellente visibilité du ballon".
      "Ce ballon sera en vente à partir du premier juillet."
       
      Un message subliminal envoyé au Paris-Saint-Germain ?
       
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      4 commentaires
      1,1k vues
    50. La Lula Is Back! Romelu en larmes...

      La Gazzetta Dello Sport nous dévoile la réaction de Big Rom lorsqu’il lui a été confirmé qu’il allait de nouveau porter la vareuse Nerazzurra: "Il est parti l'année dernière, avec le désir légitime de gagner plus d'argent et, d'un point de vue sportif, de reconquérir un club, Chelsea, qui l'avait laissé tomber il y a des années sans lui donner un coup de pouce."
       

       
      "Mais l'Inter est toujours resté dans le cœur de Romelu Lukaku. A tel point qu'hier, lorsqu'il a entendu au téléphone que les négociations pour un retour chez les Nerazzurri avaient été conclues, il a fondu en larmes. Et dans sa longue approche envers l'Inter, Romelu a confirmé l'un des traits de caractère les plus évidents : une détermination de fer face au but. Il ne faut jamais oublier que Big Rom est un sentimental : Lorsqu'hier après-midi son avocat Sébastien Ledure lui a annoncé le feu vert pour Milan, il s’est laissé aller : Il a beau mesurer 191 centimètres et peser près de 100 kilos, il ne faut jamais plaisanter avec les émotions d'un géant".
       
      Avis de Tempête annoncée en Serie A

       
      Et elle est visible de très loin, car qui dit retour de Lukaku, dit retour de la Lula, un duo qui a fait des ravages sous l’ère Conte, au point de remporter avec une large avance le 19ème Scudetto de l’Histoire de l’Inter:
      "Elle est visible et de très loin car dans les deux championnats qu'ils ont passés l'un à côté de l'autre, Lukaku et Lautaro ont inscrit 104 buts. Des chiffres choquants, une paire qui est entrée à juste titre dans l'histoire des plus grands duos de l'Inter: Les deux se complètent. Et tous les deux ont vécu la saison dernière en souffrant de l'absence de l'autre."
      "De Lukaku, il n’est même plus utile d’en parler : Il était tellement loin de ses habitudes, du jeu de Tuchel, qu'il s’est muré dans la tristesse après quelques semaines à Londres. Mais l'absence de Romelu a également pesé sur le jeu de Lautaro, qui a souvent manqué d'un partenaire pour remplir avec lui la zone adverse, afin de partager également le marquage des défenseurs."
      "Maintenant, Lula est prête à faire son retour. Ils se le sont même dit au téléphone, ces derniers jours. Parce que oui, un rappel est nécessaire."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr

      13 commentaires
      1,1k vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...