Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Serie A


    673 articles dans cette catégorie

    1. Genoa 0-2 Inter: Victoire au bout de l'ennui

      Le piège était prêt au Marassi, où Maran accueille ses hôtes avec une équipe totalement tournée vers sa défense. En face Conte reste fidèle à ses idées et voit le retour de Bastoni qui remplace Kolarov. Eriksen est titulaire en soutien du duo Martinez-Lukaku.
       
      Le scénario est clair dès le début. Le Genoa est là pour défendre coute que coute et ce sera une attaque-défense pendant 90 minutes. La première mi-temps est très brouillonne, remplie d'imprécisions et sans dangers pour les gardiens. Nous pouvons voir que Lautaro Martinez se démène malgré tout mais il reste toujours en décalage, soit trop en avance soit trop en retard mais jamais dans le bon tempo pour négocier un bon ballon. Seul frisson de cette période, Lukaku pense avoir un pénalty après un accrochage avec Bani, mais l'arbitre ne siffle rien. Direction les vestiaires après une période totalement insipide.
       
      Le retour sur le terrain est du même niveau et nous pouvons voir les petites fautes se multiplier. Le tout reste très désagréable à regarder et il faut attendre l'heure de jeu pour voir enfin les filets trembler. Sur une remontée de balle depuis la défense, Brozovic a le champ libre et passe pour Barella qui combine de justesse avec Lukaku. Ce dernier efface Goldaniga parti aux fraises et aligne Mattia Perin côté opposé (0-1 64'). Le Genoa reste inoffensif et n'arrive à rien. Les actions s'enchainent pour nous mais l'imprécision est toujours aussi présente. Un quart d'heure plus tard, sur un corner de Brozovic, Ranocchia vient chercher le ballon de la tête pour tenter de redresser et cadrer. En vain, mais D'Ambrosio a parfaitement suivi et coupe la trajectoire à bout portant (0-2 74'). Le drapeau blanc est
       
      Plus rien par la suite et c'est donc une victoire logique au bout d'une heure et demi d'ennui. La manœuvre était assez lente, avec un trio au milieu qui ne s'est pas compris jusqu'à l'arrivée du détonateur Barella. Une victoire qui fait du bien mais face à un adversaire limité qui dès le départ a refusé le jeu... Il faudra montrer autre chose mardi contre le Shakhtar Donetsk, victorieux au Real Madrid la semaine dernière et qui a fait un nul hier en championnat.
       
      Tableau Récapitulatif
       
       
      Inter 2-2 Borussia Mönchengladbach
      Buteurs: 64' Lukaku - 79' D'Ambrosio
       
      Genoa: Perin ; Bani - Zapata - Goldaniga ; Ghiglione - Behrami (Radovanovic 61') - Badelj (Zajc 61') - Rovella (Melegoni 84') - Czyborra (Pellegrini 46') ; Pandev - Pjaca (Shomurodov 65')

      Banc: Marchetti - Paleari - Biraschi - Destro - Masiello - Parigini - Dumbravanu

      Coach: Rolando Maran
       
      Inter: Handanovic ; D'Ambrosio - Ranocchia - Bastoni ; Darmian (Kolarov 80') - Vidal (Nainggolan 80' - Brozovic - Perisic (Hakimi 58') ; Eriksen (Barella 58') ; Lukaku - Lautaro (Pinamonti 72')
      Banc: Padelli - Stankovic - de Vrij - Moretti - Vezzoni - Carboni - Satriano
      Coach: Antonio Conte
       
      Arbitre: Massa
      Var: Di Bello
      Avertis: Martinez ; Bani
       
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      1 commentaire
      62 vues

      Covid-19 : La Roma aussi touchée

      A travers un message sur son compte Instagram, Gianluca Mancini a annoncé sa positivité au Covid-19.
       
       
      "Bonjour à tous, Je suis positif au Covid et en conséquence, je me suis mis en quarantaine. Par chance, je me sens bien, je fais déjà le décompte pour retrouver le terrain. A très bientôt....."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      0 commentaire
      277 vues
    2. Antonio Conte paie-t ’il le mercato estival ?

      A travers son analyse pour le compte de Sky Sport, Fabio Capello a mis le doigt sur une problématique qui pourrait expliquer la méforme actuelle de l’équipe
       
      L’Analyse de Don Fabio

       
      "Il a construit une Inter conquérante en championnat, je l’ai déjà dit car il a deux équipes et il peut faire reposer certains joueurs tout en restant compétitif dans toutes les compétitions. Il n’y a qu’un seul problème que je vois à l’Inter et Conte devra le résoudre : Il y a des joueurs qu’il avait placé sur la liste des transferts et qui se retrouvent toujours là, avec certains qui sont aussi revenus."
       
      "Il devra repartir de ces joueurs-là, pour qu’il retrouve l’amour du maillot de l’Inter, afin d'être en mesure de réitérer la saison dernière. C’est un gros problème que lui et le Club se devront de résoudre car, si tu as dans l’équipe des joueurs qui se sentent trahi par l’entraîneur, que ce soit à l’entrainement ou sur le terrain, ils ne seront plus aussi actifs, concentrés et généreux, comme l’a été le groupe de Conte, lors du dernier championnat."
       
      Capello a-t ’il mis le doigt là où cela fait mal ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      11 commentaires
      722 vues
    3. Dybala/Pirlo comme Eriksen/Conte ?

      Giovanni Capuano, journaliste à Panorama s’est livré sur la situation entourant Paulo Dybala qui, à s’y méprendre, est très similaire à celle entourant Christian Eriksen et Antonio Conte.
       
      Rappel de la situation

       
      Andrea Pirlo a déclaré que le joueur n'avait réussi à s'entraîner que 10 minutes la veille du match, raison pour laquelle il avait été exclu du match. Dybala était en revanche sur le banc des remplaçants. Malgré la tournure des événements, l’équipe ayant été tenu en échec, l’entraîneur italien a refusé d'utiliser plus que trois remplacements. L'international argentin aurait été furieux de la décision de ne pas jouer, Tuttosport déclarant qu'il avait clairement exprimé son ressenti à Fabio Paritici dans le tunnel.
       
       
      L’analyse de Giovanni Capuano, journaliste

       
      “ Dybala était furieux et c’est un euphémisme de ne pas être rentré à Crotone après avoir été associé au voyage […] S’il s’en est pris à Paratici, il en veut surtout à Pirlo qui ne lui a concédé aucun temps de jeu. Il n’a pas encore sa place dans cette nouvelle Juventus et la négociation relative à la prolongation de son contrat, en fin 2022 ne sera pas simple. Il pourrait rapidement devenir un problème, et c’est peu dire,  de ce début de saison ombrageux."
       
      Paolo Ziliani enfonce le clou
       
       
       
      En effet, Dybala a liké, puis retiré, un tweet qui accusait Pirlo de ne pas l’avoir aligné. Le joueur est insatisfait de ce début de saison. Mais selon Ziliani, Dybala risque moins à Turin qu’à Milan :
      "Imaginez qu’Eriksen vienne à liker le tweet d’un vrai journaliste, et non d’un fake, qui attaque Conte car il ne joue pas :  Il ne serait plus de ce monde. Dybala a agit decette  façon avec le plus haut dirigeant de la Juventus et personne ne le remarque : C’est le Made in Italy”.
       
      Profiteriez-vous de cette situation pour sonder le joueur pour un éventuel recrutement ?
      Échangeriez-vous Dybala et Eriksen si l’opportunité venait à se présenter ?
      La Juve peut être imploser sans une personne de poigne aux commandes de sa direction sportive ?
      Exprimez-vous !
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      14 commentaires
      831 vues
    4. Cristiano Biraghi.... révélation de ce début de saison

      Karma is bitch ! Comment un joueur qui rejoint à l’Inter parvient-t ’il à se liquéfier ? Est-ce dû à l’Historique du Club, au poids d’endosser le fantastique maillot rayé de bleu et de noir ? Cette question n’aura probablement jamais de réponse logique...
       
       
       
      Pourtant, ce paradoxe existe bien : Le dernier exemple en date est celui de Cristiano Biraghi : Imbuvable la plupart du temps sur l’aile gauche interiste la saison dernière, la Direction Nerazzurra a, à juste titre, décidé de ne pas miser sur lui pour cette saison.
      Pourtant, suit au match nul entre la Fiorentina et Spezia, l'ancien ailier d'Antonio Conte avec son but et sa passe décisive a battu un record mis en évidence par Opta: Il est le premier défenseur des 5 plus grand championnats européen à avoir marqué et délivré des passes décisives lors des quatre premières journées du championnat, au cours des cinq dernières saisons.
      Regrettez-vous le joueur ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      7 commentaires
      493 vues

      Inter-Milan : Les Notes de Daniele Mari

      Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer, l’analyse toujours juste et audacieuse, de Daniele Mari.
       
      TITULAIRES

       
      HANDANOVIC 6,5: il contre le penalty d’Ibrahimovic, mais il est malchanceux sur le revoir  
      D’AMBROSIO 4,5: Leao lui a fait  vivre une nuit cauchemardesque. Il a fait des efforts, mais s’est fait constamment sauter DE VRIJ 5,5: Il a tenté de tenir sur pied une défense que l’ont peu qualifier d’expérimentale. C’était difficile KOLAROV 4: Des gouffres sur son côté. Les joueurs du Milan ont fait de lui ce qu’ils voulaient. La faute sur Ibra est de trop pour un joueur avec une telle expérience  
      HAKIMI 6,5: Il a remporté son duel avec Theo Hernandez, surtout en première période, mais il s’est dévoré l’égalisation BARELLA 6,5: Le meilleur sur le terrain dans la durée. Il a pressé partout, s’est imposé et à récupéré des ballons. Il était partout BROZOVIC 4: Irregardable, à la limite de l’irritation. Sorti du terrain par désespoir : Celui de Conte et des Tifosi de l’Inter VIDAL 5,5: Il est paru inhabituellement timide au milieu du terrain. Il a tenté e faire mieux avec les minutes qui passaient, mais au final, sa performance n’en était pas meilleure. Il paye le prix de l’équipe nationale PERISIC 4,5: Avec Kolarov, il dessine un circuit sur l’aile gauche surnaturel digne d’un fil de Dario Argento : "Horreur pour l’Inter, fête pour le Milan." Il ne revenait quasiment jamais  
      LUKAKU 6,5: Il vaut bien plus que la moitié de l’Inter. Déjà après une heure, le plan était de servir Lukaku et d’espérer quelque chose. Et lui, il invente toujours quelque chose, mais il ne peut pas toujours tout faire LAUTARO 6: Une première période à 7, une seconde période à 5, soit un moyenne qui génère une suffisance. Marqué à la reprise par la fatigue ses coups brillant de la première mi-temps reste un souvenir  
      Banc

       
      ERIKSEN 5: Monté au jeu pour un irregardable Brozovic, il ne sonne pas la charge. Tout l’opposé SANCHEZ N-C: Le Joker final, mais cette fois, il n’a pas servi.  
      Entraîneur

       
      CONTE 5: Les absences lui donne une circonstance atténuante, mais l’équipe, avec un milieu de terrain en théorie composé de muscles et de courses, a souffert de façon sanglante. Le Milan allait au but en trois passes. La première période était juste un désastre. Il n’y avait que très peu de grinta contienne aujourd’hui  
      Validez-vous son analyse ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      4 commentaires
      690 vues
    5. Inter 1-2 AC Milan: le derby nous échappe, une première depuis quatre ans

      Après la pause internationale et malgré les différentes absences Covid, un joli derby se profilait pour cette reprise de championnat. Le Milan est invaincu depuis le début de la saison, avec six victoires d'affilée, Serie A et Europa comprises, tandis que nous restions sur un nul tendu contre la Lazio avant la trêve. La rencontre n'a pas tenu toutes ses promesses et le résultat n'est pas là non plus. Récit d'une soirée désagréable.
       
      Le match a du mal à se lancer. Les deux équipes se cherchent et tentent de marquer le territoire à coup de fautes assez flagrantes. Et à ce jeu là Kolarov y est allé trop fort et surtout de manière très stupide, puisqu'il a fauché par derrière Ibrahimovic dans la surface. Au départ tout va trop vite pour nous. Calabria sert Calhanoglu qui remet directement dans la course de Zlatan qui part avec Kolarov au but. Le suédois temporise et notre défenseur le sèche dans le surface. Pénalty logique. Handanovic arrive à contrer le pénalty mais Ibrahimovic a parfaitement suivi et le ré-aligne pour marquer (13' 0-1).
       
      Trois minutes plus tard, toujours sur notre côté gauche, Calabria passe à Saelemaekers qui d'un contrôle orienté magistral efface Brozovic. Le belge oriente pour Calhanoglu seul au milieu qui en première intention trouve Leao à droite. Ce dernier se débarrasse de D'Ambrosio d'une manière déconcertante et centre parfaitement dans la surface pour trouver une nouvelle Ibrahimovic, bien seul lui aussi. Il n'en fallait pas tant pour que ce dernier trouve une seconde fois le chemin des filets (16' 0-2). Trop facile.
       
      Le défi physique s'engage à nouveau et la réaction d'orgueil se fait attendre malgré tout. Un quart d'heure après sur une attaque placée, nous trouvons enfin les cages du Milan. Kolarov décale Perisic à gauche qui centre à ras de terre en première intention. Donnarumma rate sa sortie et Lukaku, placé en embuscade au second poteau derrière Hernandez, ne se fait pas prier pour marquer (29' 1-2). On pense alors à un derby de folie qui arrive mais rien de tout ça, la tension retombe petit à petit. Une action bien menée avec Barella à la conclusion et une tête non cadrée de Lukaku sur corner en fin de mi-temps donnent quelques frissons, mais sans plus. Retour aux vestiaires.
       
      La reprise est du même acabit. Il faut attendre la 56' pour voir Leao se signaler mais son tir frôle le poteau d'Handanovic. Une nouvelle fois nous sommes en difficulté sur un contre. Trois minutes après Vidal trouve astucieusement Hakimi par dessus la défense, mais le marocain ne cadre pas sa tête. La solution Lukaku était aussi tout seul au centre. Commence alors un siège. L'AC Milan est en difficulté et lutte pour garder le résultat et les fautes pleuvent. Kjaer et Kessié sont proches de prendre un second jaune mais l'arbitre Mariani est clément avec eux.
       

       
      72' un tournant dans la rencontre. Lukaku est fauché par Donnarumma. L'arbitre siffle logiquement pénalty mais attend et va voir la vidéo de l'action. Au bout de quelques instants il revient sur sa décision car le belge est hors-jeu lorsque Eriksen lui passe involontairement le ballon et alors que Kjaer le retouche par la suite. Totale incompréhension.
      Pour autant il reste plus d'un quart d'heure à jouer mais nous sommes inoffensifs. Le Milan tient le coup. En fin de rencontre Lukaku à deux très belles actions mais sur la première il ne trouve pas le cadre, et sur la seconde Donnarumma est sur la trajectoire de sa talonnade.
      Le derby della Madonnina part donc chez les cousins, qui attendaient ça depuis quatre ans quasiment. Rendez-vous mercredi en Champions League pour rebondir contre le Borussia Monchengladbach.
       
       
      Tableau Récapitulatif
      Résumé Vidéo
       
      Inter 1-2 AC Milan
      Buteurs: 13 & 16' Ibrahimovic - 29' Lukaku
       
      Inter: Handanovic ; D'Ambrosio - De Vrij - Kolarov ; Hakimi - Vidal (83' Sanchez) - Brozovic (38' Eriksen) - Barella - Perisic ; Lukaku - Martinez
      Banc: Stankovic - Padelli - Moretti - Darmian - Ranocchia - Vezzoni - Squizzato - Eriksen - Sanchez - Pinamonti - Satriano
      Coach: Antonio Conte
       
      AC Milan: Donnarumma ; Calabria - Kjaer - Romagnoli - Hernandez ; Bennacer - Kessié (87' Tonali) ; Saelemaekers (63' Castillejo) - Calhanoglu - Rafael Leao (62' Krunic) ; Ibrahimovic
      Banc: An. Donnarumma - Tatarusanu - Conti - Kalulu - Dalot - Castillejo - Krunic - Tonali - Diaz - Colombo - Hauge - Maldini
      Coach: Stefano Pioli
       
      Arbitre: Mariani
      Var: Irrati
      Avertis: Brozovic - Vidal - Hakimi ; Kjaer - Kessie - Ibrahimovic
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      23 commentaires
      939 vues
    6. L’Inter de Suning vs le Milan d’Eliott

      Le quotidien turinois Tuttosport s’est livré sur l’analyse des deux clubs milanais à un peu plus de 24 heures du Derby Della Madonnina. D’un côté nous avons l’Inter gérée par Suning après les départs d'Erick Thohir et de Massimo Moratti. De l’autre, le Milan Ac géré par le Fonds Eliott suite aux problèmes financiers d’Yonghong Li qui avait racheté le club à Silvio Berlusconi.
       
      Deux puissances mais deux réalités différentes
       
      L'Inter

       
       
      Suning a tiré vers le haut les revenus, en culminant lors de la saison 2018-2019, à 471 millions d’euros. En quatre années, le chiffre d’affaire de l’Inter a plus que doublé : passant de 187 millions d’euros à son arrivée, pour franchir le pallier des 400 millions d’euros. Il s’agit d’une croissance importante qui a été également favorisé par le retour en Ligue des Champions, une augmentation des recettes et des revenus commerciaux en provenance de Chine.
      Ceux-ci, figurant dans le carnet d’adresse du propriétaire chinois, ont rapporté à l’Inter environ 100 millions d’euros par an. Toutefois, ces derniers mois des contrats avec certaines maisons de courtage qui sponsorisent l’Inter ont fait l’objet d’une résolution à hauteur de 35 millions d’euros. Il y a lieu également de prendre en considération l’impact du Coronavirus sur les comptes financiers, plombant d’une centaine de millions d’euros les comptes financiers.
      Une situation de recul qui a impacté tous les clubs de Serie A, étant donné qu'il y a deux ans, le bilan présentait un passif légèrement inférieur à 18 millions d’euros.  II y a trois mois, le club a émis des obligations à hauteur de 75 millions d’euros.
       
      Milan

       
      Eliott s’est attelé à principalement nettoyer l'ardoise, soit les dettes. A commencer par celles retranscrites, lorsque le club a été vendu par Silvio Berlusconi:  123 millions d’euros, auquel il faut ajouter les dettes accumulées par la  précédente propriété.
      Le Milan Ac n’est pas encore parvenu à atteindre le palier d’un chiffre d’affaire ferme à 200 millions d’euros , car il ne perçoit plus les revenus en provenance de la Ligue des Champions depuis longtemps, sans oublier qu’aucun sponsor significatif n’est arrivé. L’ultime bilan financier du club fait état d’un passif à hauteur de 195 millions d’euros.
       
       
      Rivaux mais alliés

       
      L’Inter et le Milan souhaitent continuer à kokoter ensemble dans un nouveau stade. Si l’enceinte vient à voir le jour, elle garantira à minima 70 millions d’euros pour chaque club.
       
      Et dire qu'a l'époque de la mise en vente des deux clubs, le Milan n'avait pas jugé assez "fiable" le Groupe Suning.....
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      9 commentaires
      621 vues
    7. Carlo Ancelotti se livre sur le Derby : "Conte peut briser l’hégémonie de la Juve"

      Interviewé par la Gazzetta Dello Sport, Carlo Ancelotti, qui a été l’entraîneur du Milan, de la Juve, de Parme  et du Napoli, mais jamais de l’Inter s’est livré sur le Derby Della Madonnina:  "Le Milan tourne bien. Pioli et Maldini ont réalisé un travail exceptionnel lors de ses six derniers mois. L’Inter s’est renforcée durant l’été, elle peut briser l’hégémonie de la Juventus. D’une façon générale, la Serie A me semble être la plus incertaine de cette dernière décennie."
       

       
      Maldini et Conte ont été les Capitaines d’Ancelotti au Milan et à la Juve....
      "Je n’ai jamais douté des qualités de Maldini comme dirigeant. Quand une personne est au bon poste, elle ne se trompe pas. L’expérience est un prérequis important, mais elle s’acquiert seulement lorsque tu te retrouves en première ligne. Lorsque l’on parle, par exemple, de Pirlo l’entraîneur, on peut remarquer qu’il est encore un peu léger pour diriger la Juve, je veux dire que pour travailler sur le banc, vous devez avoir les connaissances sur le sujet et de l’expérience. Pirlo dispose d’une grande expertise."
      "Conte est un excellent professionnel, je l’ai parfois au téléphone, il a une rage de savoir pour améliorer et agrandir sa culture footballistique. Ce sont des personnes comme lui qui te font gagner des équipes."
       
      Pioli a charmé tout le monde.....
      "Stefano est une personne de valeur, comme homme et comme professionnel. Il a un curriculum vitae qui est clair : il a obtenu d’excellent résultats dans toutes les équipes qu’il a entraîné."
       

       
      Ibrahimovic a surmonté le Covid. A 39 ans, peut-il être encore un protagoniste ?
      "Ibra est Ibra. Quand tu trouves un joueurs comme lui, c’est bingo. La motivation et l’orgueil ont toujours été ses forces, mais dans l’absolu, Ibra est un maître de la profession."
       
      Le symbole actuel de l’Inter est Lukaku.....
      "Ici, à Everton, il a laissé un excellent souvenir : Tout le monde parle énormément en bien de lui. Je ne le connais pas, mais vu du terrain, on voit un joueur de personnalité, avec du caractère. C’est un attaquant moderne : En plus de ses buts, il réalise un très grand travail en se mettant au service de l’équipe, cela doit être pris en compte."
       
      Inutile de demander les sentiments d’Ancelotti lors de ce derby ?
      "Enfant, j’étais interiste car j’étais resté charmé par l’équipe d’Helenio Herrera. On m’avait offert un maillot de Sandro Mazzola et à cette époque-là c’était quelque chose de très rare. Milan reste tout de même le club qui a marqué ma vie, comme joueur, puis comme entraîneur."
       
      Pensez-vous l’Inter capable de briser la Juve ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      7 commentaires
      595 vues
    8. Money.it : Qui est le Président le plus riche de Serie A ?

      C’est la question que s’est posée le site Money.it qui a réalisé un état des lieux à la fin de l’été: Si, à la base, il suffit d’analyser les bilans financiers des équipes pour comprendre les dépenses soutenues par un club, nous sommes forcés de constater que la plupart des équipes sont détenues par un propriétaire étranger. Le cas le plus récent étant celui de la Roma racheté par Dan Friedkin
       
      L’époque où l’on voyait les clubs détenus par des familles est révolue. Il ne reste plus qu’Agnelli à la tête de la Juventus depuis les départs de Massimo Moratti et Silvio Berlusconi, même si l'ancien politicien est devenu propriétaire de Monza, néo-promu en Serie B
       
      Les équipes italiennes sont à présent gérées par des colosses étrangers ou des fonds d’investissements. Toutefois, on retrouve  certaines figures italiennes présidentielles. Si celles-ci sont les  plus romantiques et traditionnelles aux valeurs d’appartenances du Calcio, il faut remarquer qu'il s'agit Des plus riches entrepreneurs italiens
       
      Tableau des patrimoines personnels attribués aux Présidents des 20 clubs de Serie A

       
      En cette époque marquée par la pandémie du Covid-19, la solidité du propriétaire d’une équipe de football s’avère fondamental pour en garantir sa stabilité.
       
      Andrea Agnelli est considéré comme le président le plus riche grâce à Exor, qui représente le coffre-fort familial. Immédiatement derrière lui, on retrouve Steven Zhang, le Jeune Président de l’Inter peut compter sur les 8,2 milliards de dollars du patrimoine de son père Jindong Zhang, à la tête de Suning.
       
      Rocco Comisso, qui a quitté les Etats-Unis pour Florence, dispose d’un patrimoine de 5,5 milliards de dollars, il souhaite réaliser de meilleurs performances à la tête du club florentin que son prédécesseurs, les Frères Della Valle.
       
      Joey Saputo, qui se trouve au Canada, dirige un empire dans le domaine laitier. Président de Bologne et du Montréal Impact, il dispose d’un patrimoine supérieur aux 5 milliards de dollars.
       

       
      Toujours aux Etats-Unis, on retrouve le Fonds Eliott qui gère le Milan Ac. Paul Singer , qui est l’un des hommes d’affaire parmi les plus importants et puissants du mondedispose d’un patrimoine personnel de 3,2 milliards de dollars.
       
      Le regretté Giorgio Squinzi, le fondateur de Mapei, après avoir quitté le monde cycliste a permis à Sassuolo, alors en équipe d’amateurs de rejoindre l’Europe. Sa famille est accréditée d’un patrimoine estimé à 2,6 milliards d’euros.
      Les néo promus de la Serie A : Benevento et Spezia, sont également entre les mains de deux propriétaires solide : Oreste Vigorito présente un patrimoine de 5 milliards d’euros tandis que Gabriele Volpi dispose de 3 milliards d’euros.
      Aurelio De Laurentiis du Napoli et Giampaolo Pozzo de l'Udinese font figure de petit poucets avec respectivement, 200 et 146 millions d’euros.
       
      Silvio, patron de la Serie B

       
      Silvio Berlusconi, n’est plus une personnalité à présenter. A la tête de Monza en Serie B, celui qui a fait parler lors de la cession du Milan Ac au chinois Li Yonghong  est, selon Forbes, à la tête de l’un des meilleurs patrimoine de l’antichambre de l’Elite italienne : 5,8 milliards de dollars.
       
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      0 commentaire
      405 vues
    9. Andrea Agnelli et l’alliance milanaise

      Andrea Agnelli, le Président de la Juventus, s’est livré aux journalistes présents en marge de l’Assemblée des actionnaires de son club. Interrogé sur les thèmes généraux liés à la gouvernance du Calcio, celui-ci a encensé  le comportement de la Direction Nerazzurra, à commencer par Steven Zhang, le Président de l’Inter.....
       

       
      "En 10 ans, c’est la première fois que je constate une uniformisation des intérêts avec le Milan et l’Inter qui sont réels et pas de façade. Nous partageons une vision stratégique pour valoriser la Serie A. En travaillant ensemble, il est plus que probable que le système grandira. Je tiens particulièrement à remercier Steven Zhang, le fond Eliott et les directions des deux clubs : Alessandro Antonello et Ivan Gazidis avec qui j’entretiens d’excellents rapport depuis son parcours à Arsenal."
       
      "Si nous mettons nos facteurs en communs comme le marché, notre base de supporters et nos stratégies, au service de la Serie A, le parcours de croissance connaîtra un bien meilleur succès que dans ses plans originaux.Je souhaite que cette vision commune aille de l’avant et je n’ai aucun doute que cela continuera de la sorte."
       
      La Super Ligue ?
      "Elle n’a rien à voir dans cette thématique, et en ce moment, il est franchement et extrêmement dur de l’imaginer selon moi."
       
      S’allier avec le Diable en personne pour le bien de la Serie A, vous cautionnez ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      4 commentaires
      461 vues
    10. Le Covid-19 continue à frapper la Serie A

      A travers un communiqué officiel, le Club U.S. Sassuolo Calcio communique la positivité, à la suite d’un double test, de Jeremy Toljan
       

       
      Il est suivi par:
      Weston McKennie et Crisitiano Ronaldo - Juventus 4 joueurs parmesans, dont un asymptomatique. (Les noms, n’ont pas été communiqué)  
      Au niveau de l’Inter, Alessandro Bastoni, négatif au dernier tampon, devrait être disponible pour le Derby de Milan
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      5 commentaires
      542 vues
    11. Antonio Candreva: "J’ai vécu 4 belles années à l’Inter!"

      Antonio Candreva s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur son aventure débutante à la Sampdoria et sur ses années Nerazzurre: "Je tiens à remercier le Président, Ranieri, Le Directeur Sportif Osti, Fabio, tous ont été déterminant dans mon choix."
       
       
       
      "C’était un choix facile car la Sampdoria s’était immédiatement informé de ma situation, et c’est pour cela que je n’ai pas hésité un seul instant à accepter. J'ai été convaincu par le projet et la conscience de savoir que je peux encore tant donner, et pour de nombreuses années, au club."
       
      Ranieri ?
      "Nous avons déjà discuté, je savais déjà par mes autres équipiers qu’il était une très grande personne. Sa carrière parle pour lui aussi, il a obtenu des résultats. C’était facile de me convaincre."
       
      L’Inter ?
      "J’y ai vécu 4 très belles années. Mon seul regret était la première année (en 2016-2017), avec tellement de transitions sociétales et d’entraîneur, cela ne nous a pas permis d’atteindre les objectifs qu’aurait mérité le club. J’ai donné tout de moi-même pour la Cause Nerazzurra."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      10 commentaires
      611 vues
    12. Juve/Napoli : Battu sur tapis vert, le Napoli fait appel

      A travers un communiqué publié ce mercredi 14 octobre, l’Ansa nous informe de la sanction disciplinaire infligé au Napoli par le Juge Sportif Gerardo Mastrandrea dans le cadre du non-match de la soirée de clôture de la troisième journée de la Serie A 2020/2021
       

       
      Le Napoli s'est vu infligé:
       
      Une défaite 3-0 sur tapis vert 1 point de pénalité  
      Pour rappel, le Napoli ne s’était pas déplacé à Turin suite à une interdiction de l’Agence Sanitaire Locale Napolitaine étant donné que deux de ses joueurs étaient positifs.
       
      Appel du Napoli
       
      Il fallait s’y attendre, à travers un communiqué sur son site officiell "la SSCN déclare avoir toujours respecté les règles et la loi. Le club attend, confiant, l’issue de l’appel introduit en croyant fermement à la Justice"
       
      En même temps, espérer en une décision juste de la Justice lorsqu’il s’agit de faire face à la Juve et qui plus est à Turin…..
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      7 commentaires
      609 vues
    13. Sandra Zampa allume les Clubs : "Vous risquez de jouer avec la Primavera’"

      La sous-secrétaire au Ministère de la santé italien, Sandra Zampa, a ouvertement attaqué les Clubs du Calcio sur la Rai 3 : " La proposition initiale était similaire à celle de la NBA qui prévoyait que les joueurs vivent dans une bulle septique"
       

       
      "Si la proposition très rigoureuse initialement proposée avait été accepté, il n’y aurait pas de joueurs contaminés aujourd’hui,et les équipes seraient dans une bien meilleure situatio. La proposition initiale était similaire à celle de la NBA. Elle prévoyait que les joueurs vivent dans une bulle septique, partant du fait que tous devaient être en parfaite santé,  en évitant tout contact extérieur."
      "Si vous allez êtes constamment en contact avec l’extérieur, vous finirez par devoir faire jouer les jeunes. Il fallait y réfléchir."
       
      Auriez-vous accepté cette proposition initiale ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      2 commentaires
      448 vues

      Serie A : CVC-Advent-FSI remporte la mise

      La ligne directrice présidentielle de Paolo Dal Pino a été respectée : Avec 15 votes pour et 5 abstention, la Lega Serie A a ouvert la voie au fond de "Private Equity (capitaux-investissements), il s’agit d’un pas fondamental vers le futur, surtout en ce qui concerne la gestion des droits télés et les aspects commerciaux.
       

       
      Le championnat italien traitera donc en exclusivité avec CVC Capital Partners, le fond qui a soumis une proposition pour l’obtention des 10% de la Media Company de la Serie A en compagnie d’Advent et Fsi. Bain Capital qui s’était associé à Nb Renaissance a donc échoué, tout comme l’américain Fortress qui avait tenté de s’insérer dans la négociation à la toute dernière minute
      Comme le souligne Radiocor, les clubs qui se sont abstenus, par le biais de leurs Présidents, sont le Napoli, la Lazio, l’Udinese, l'Hellas Verona et l’Atalanta. Les Grands d’Italie : l’Inter, la Juve, le Milan et La Roma ont soutenu la proposition de ce concordat. La Commission de négociation a également vu le jour pour traiter avec le fond d’investissements, celle-ci sera représentée par la Juventus, la Roma, Bologne, l’Udinese et le Napoli
      La proposition de CVC-Advent-FSI prévoit une participation à hauteur de 10% de la Media Company pour une somme estimée entre 1,350 et 1,6 milliard d’euros. De plus, la contribution du fond garanti au minimum 1,080 milliard de recettes pour trois ans.
      A partir de la saison 2024/2025, le consortium encaissera un bonus de performance à hauteur de 10% de la différence entre le produit des clubs sur l’année en cours et le montant perçu en 2019/2020, jusqu’à concurrence d’un plafond maximal de 40 à 45 millions d’euros.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      1 commentaire
      383 vues
    14. Antonio Conte domine le classement des entraîneurs les mieux payés de Serie A

      Calcio&Finanza s’est livre à sa traditionnelle et annuelle analyse des entraîneurs les mieux payés en Serie A. Pour cette saison 2020/2021, il y  a lieu de constater qu’Antonio Conte reste intouchable avec ses 12 millions d’euros net garanti par l’Inter jusqu’en 2022.
       

       
      Particularité cette saison, mis à part Antonio, aucun autre entraîneur actif ne dispose d’un salaire supérieur aux 2,5 millions d’euros annuels de Paulo Fonseca, en poste à la Roma. Comme le souligne également la Gazzetta Dello Sport, pour "égaler" le salaire perçu par Conte, il y a lieu de regrouper le Top 6 de ses poursuivants tous ensemble : soit Fonseca, Gian Piero Gasperini, Simone Inzaghi, Sinisa Mihajlovic, Stefano Pioli et Andrea Pirlo.
       
      Lulu est dans la place

       
      Si les salaires restent importants pour ceux qui occupent un banc, il y a lieu également de s’attarder sur les entraîneurs qui ont été écartés au cours de ces dernières saisons et qui sont encore sous contrat: On retrouve donc Luciano Spalletti et ses 4,5 millions d’euros net par an (soit la troisième place dans l’absolu) et Maurizio Sarri et ses 5,5 millions d’euros net, soit trois fois plus qu’Andrea Pirlo, le champion du monde qui lui a succédé sur les genoux de la Vieille Dame
      Le Genoa est le club qui met tout le monde d’accord, lui qui verse 850.000€ à Maran, qui rémunère encore Andreazzoli à hauteur de 700.000€ et Nicola à hauteur de 600.000€.
      On retrouve ensuite la Fiorentina qui a confirmé Iachini et ses 900.000€, sans oublier Vincenzo Montella qui continue à percevoir presque le double : 1,5 millions d’euros.
       
      Voici le Le classement des entraîneurs en poste

       
      Antonio Conte (Inter), 12 millions d'euros; Paulo Fonseca (Roma), 2,5 millions; Gian Piero Gasperini (Atalanta), 2,2 millions; Stefano Pioli (Milan), 2 millions; Simone Inzaghi (Lazio), 2 millions; Sinisa Mihajlovic (Bologna), 2 millions; Andrea Pirlo (Juventus), 1,8 millions; Claudio Ranieri (Sampdoria), 1,8 millions; Eusebio Di Francesco (Cagliari), 1,5 millions; Gennaro Gattuso (Napoli), 1,5 millions; Marco Giampaolo (Torino), 1,5 millions; Roberto De Zerbi (Sassuolo), 1,1 millions; Filippo Inzaghi (Benevento), 1 million; Ivan Juric (Verona), 1 million; Beppe Iachini (Fiorentina), 900.000€; Rolando Maran (Genoa), 850.000€; Luca Gotti (Udinese), 600.000€ Giovanni Stroppa (Crotone), 600.000€; Fabio Liverani (Parma), 500.000€; Vincenzo Italiano (Spezia), 500.000€.  
      Le saviez-vous ?

       
      L’entraîneur le plus jeune se nomme:  Andrea Pirlo (41 ans) L’entraîneur le plus vieux se nomme: Claudio Ranieri (68 ans) Les petits nouveaux en Serie A se nomment: Andrea Pirlo et Vincenzo Italiano Celui qui débute dans l’absolu au poste d’entraîneur se nomme: Andrea Pirlo Ceux qui ont remporté le plus de titres en carrière se nomment: Antonio Conte et Claudio Ranieri (7 titres) Ceux qui proposent la plus importante longévité jusqu’à présent se nomment: Gian Piero Gasperini et Simone Inzaghi (depuis 2016/2017) Celui qui a occupé le plus de banc en Serie A se nomme: Claudio Ranieri  
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      42 commentaires
      1,1k vues
    15. L’Inter dans le top 25 des marchés les plus commerciaux au Monde

      Trois équipes italiennes figurent dans le Top 25 des marchés les plus commerciaux au Monde. Comme le révèle Calcio&Finanza qui relaye la revue SportsPro, un classement mondial a été établi au niveau sportif, : "World’s 50 Most Marketable Properties".
      Ce classement est basé sur la méthodologie SponsorPulse qui analyse la perception des consommateurs des 18 plus grands marchés mondiaux. celui-ci, qui  voit comme Top Brand la Coupe du Monde ou les Jeux Olympiques d’été, reprend 13 clubs de football dont les trois légendes italiennes : l’Inter, la Juve et le Milan, qui se placent entre la 18ème et 22ème position
      Au niveau des clubs, l’équipe qui est la mieux classée avec une très belle quatrième place se nomme le Real Madrid, suivi par Barcelone, Manchester complète le trio
       
       
       
      Comme vous pouvez le constater, l’Italie peut se vanter d’aligner ses trois clubs devant une écurie telle que le Bayern de Munich, ou des institutions telles que  la WWE ou le Tour de France. Une preuve qui démontre que, malgré des prestations européennes en demi-teinte, qu’il y a toujours un certain attrait pour les clubs de la péninsule italienne.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      4 commentaires
      579 vues
    16. Covid-19, Vague 2 : Vers une réforme de la saison 2020/2021 de Serie A ?

      C’est une révélation du Corriere Dello Sport, si l’intention première est de terminer cette saison à la régulière, la seconde vague du Covid-19 pourrait redistribuer les cartes : "Plus l’alarme Covid prend de l’ampleur, plus l’hypothèse des Play-offs en Serie A se concrétise : Cette solution est évaluée avec attention, non seulement à la Via Allegri, mais aussi à la Via Rosellini où sont soumis à l’étude deux différents modèle pour l’éventuel "Post Season."
       

       
      Selon le quotidien, Paolo Dal Pino et Luigi De Servio sont d’accord sur le fait d’arriver à la fin du tournoi à la régulière, afin de ne pas devoir discuter de coupes financières avec les diffuseurs qui ont acquis les 380 rencontres. La FIGC et la Lega concordent qu’avant des play-offs, toute la phase aller de la compétition doit avoir été disputée, toutes les équipes devront avoir disputée le même nombre de match, et chaque équipe doit s’être affrontée une fois.
       
      Une des deux formules que la Lega étudie est, qu’après la phase aller, les 12 premiers au classement se retrouvent séparés dans deux groupes de 6 équipes qui se disputeront le Scudetto.  Les 8 derniers joueront pour le maintien.
       
      Dans ses deux groupes de 6, une phase aller et retour sera prévue comme c’est le cas lors de la phase de groupe de la Ligue des Champions.
      A la fin de cette phase de groupes, les deux premiers de chaque groupe se qualifieraient pour les "Demi-Finales du Scudetto", dans des matchs à élimination directe, tout comme la finale. 
      "Si beaucoup de points encore être finalisés, ce n’est pas un hasard si l’hypothèse ci-dessous sera présentées aux clubs lors d’une prochaine assemblée."
       
      Si cela s’avère impératif pour le bon déroulement de la compétition : validez-vous cette idée ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      7 commentaires
      712 vues
    17. Lepore: “Le Calciopoli? Si nous avions réalisé des interceptions durant 10 ans, et non deux, la Juve …."

      Giandomenico Lepore, ancien Chef du Parquet de Naples est revenu sur le Calciopoli en détruisant la Juventus : "Nous voulions refonder le Calcio, ils nous avaient bloqués et nous avions trouvé le moyen d’y parvenir."....Il va s’en dire que celui-ci n’a pas été tendre avec la Vecchia Signora à  Radio Punto Nuovo
       
       
       
      Le Hit de l'Eté 2006 en Italie
       
      "J’ai le mérite, conscient et inconscient, qu’on le veuille ou pas, d’avoir envoyé la Juventus en Serie B. Nous voulions refonder un Calcio qui avait été corrompu. Cette enquête avait touché toutes les équipes, même le Napoli aurait pu être impliqué. L’Inter devait être la seconde équipe examinée, mais l’Expresso a publié des interceptions téléphoniques et les téléphones se sont tût. Certains voulaient éviter que l’on enquête sur tout le Calcio."
       
      "Si nous avions réalisé des interceptions durant 10 ans, et non deux, la Juve se serait vue révoquée "peut-être" autant de Scudetti."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      16 commentaires
      790 vues
    18. Nanni, responsable des médecins de Serie A : "Convaincu que nous pouvons continuer"

      S'adressant aux micros d'Il Giorno, Gianni Nanni, responsable des médecins de Serie A revient sur la situation épidémiologique concernant le championnat :
       
      "Les infections croissantes dans les équipes ? La règle s'applique à l'ensemble du pays. Si les règles du protocole sont strictement observées au sein d'un groupe, il n'y a aucune raison de craindre une nouvelle suspension des championnats. Il suffit de comparer les chiffres d'aujourd'hui à ceux de mars pour comprendre que nous sommes confrontés à des situations différentes."
       

      Mais il est indéniable que les cas positifs dans le pays et dans les équipes se multiplient :
      "Malheureusement la croissance des infections dans le pays est dû au climat excessif de liberté qui a caractérisé l'été. Si vous vous relâchez, le virus lui, reste aux aguets."
       
      Malheureusement c'est aussi le cas dans le football avec le Genoa, le derby milanais qui perd chaque jour un joueur, l'équipe italienne des moins de 21 ans renvoyait chez elle :
      "Le football oblige en quelque sorte ceux qui en font partie à passer plusieurs heures de la journée ensemble, que ça soit à l'entrainement, dans un vestiaire ou à l'hôtel."
       
      Ceux-ci semblent être devenus des autoroutes à virus. Beaucoup font pression pour rendre le protocole plus rigide :
      "Je ne suis pas pour cette idée. Le protocole peut être mis à jour sur la base de nouvelles preuves épidémiologiques mais il ne doit pas être changer de manière radicale. La première chose à faire déjà est de le respecter à la lettre."
       
      Quant à la peur que les cas positifs puissent infecter des joueurs d'une autre équipe, qu'en pensez-vous ?
      "C'est une hypothèse que je pense peu plausible. Le problème n'est pas pendant le jeu, c'est avant et après. Le Genoa par exemple, a fait face au Napoli vraisemblablement avec une douzaine d'infectés dans l'équipe et de le club de De Laurentiis ils n'étaient que deux. La Campanie est l'une des régions qui souffrent le plus de la montée des infections, qui me dit que les cas positifs du Napoli ne l'ont pas été ailleurs, qui sait, au restaurant ?"
       
      Vous n'avez donc pas peur d'un nouvel arrêt de la Serie A ?
      "Non je suis convaincu que nous pouvons continuer. Je ne commencerais à m'inquiéter que lorsque je verrais si, au sein d'un même club, personne ne respecte strictement le protocole. Mais je suis certain qu'il est dans l'intérêt de tous d'aller au bout."
       
       
       
      ®gladis32 - internazionale.fr

      0 commentaire
      287 vues

      "Naples est l’Anti-Juve, même si l’Inter…." - Massimo Mirabelli

      Massimo Mirabelli, ancien Directeur Sportif du Milan et ancien dirigeant de l’Inter s’est livré à Radio Kiss Kiss Napoli: "Bakayoko est une recrue fantastique, car en plus d’être fort, il offrira à Gattuso la possibilité de jouer en 4-2-3-1. Bakayoko t’offre la possibilité d’aligner un milieu à deux et il peut tenir, pratiquement à lui seul, ce rôle."
       

       
      "Le plus important était de conserver les meilleurs comme Koulibaly. Je le répète, pour moi Naples est la principale Anti-Juve pour le Scudetto. Même sil est vrai qu’il y l’Inter et l’Atalanta. Naples doit croire au Scudetto car il a une équipe forte et complète."
       
      Validez-vous cette analyse ?
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      4 commentaires
      691 vues
    19. "Il y a deux ans, nous méritions la Champions, pas l'Inter!" - Simone Inzaghi

      Présent au Festival Dello Sport, Simone Inzaghi est revenu sur le duel décisif face à l’Inter, il y a deux ans, dans le cadre de la qualification à la Ligue des Champions
       

       
      "Nous la méritions nous, la Champions, il y a deux ans, pas l'Inter. Nous l'avions perdu à la dernière rencontre face à l’Inter, je l’aurais échangé avec les trois trophées remportés."
       
      Sans le Lockdown, auriez-vous remporté le Scudetto ?
      "Nous connaissons les parcours réalisés par la Juve, l’Inter et l’Atalanta. Avant le Lockdown, nous avions un match par semaine et eux étaient engagé en Coupe d’Europe. Nous n’étions pas malchanceux, nous avions disputé 12 matchs pour un nul. Nous avons ensuite perdu quelques joueurs et cela nous a un peu bloqué. Je suis sur que nous aurions disputé un Championnat en tant que protagonistes."
       
      Le Karma l’ami, le Karma !
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      8 commentaires
      592 vues

      Nouveau cas de Covid-19 en Serie A

      Par le biais d’un communiqué sur son site officiel, le Hellas Verona FC confirme la positivité de Koray Günter.
       

       
      ‘Le club a immédiatement placé le jouer à l’isolement à domicile, en activant toutes les procédures prévues dans le protocole en vigueur. Les autres composants du "Groupe-Equipe" se sont tous avérés négatifs"
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      0 commentaire
      254 vues
    20. Officiel : Matteo Gabbia positif au Covid-19

      Un nouveau forfait est à prévoir pour le  Derby Della Madonnina, celui de Matteo Gabbia, défenseur central du Milan Ac suite à sa positivité au Covid-19
       
      Communiqué officiel

       
      "L’AC Milan communique avoir été informé que Matteo Gabbia, présent actuellement en Islande avec l’équipe nationale U-21 a été contrôlé positif au Covid-19."
       
      Il s’agit, pour l’instant, de la troisième absence milanaise, si l’on prend également en considération les positivités de Léo Duarte et Zlatan Ibrahimovic.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr

      13 commentaires
      825 vues
  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles