Aller au contenu
  • A la Une
    Victor "Antony" Newman
    Victor "Antony" Newman

    Intronisation de Spalletti: "Les autres coachs cités ? "J'en ai rien à foutre, JE suis l'entraineur de l'Inter!"

     

    Milan – Luciano Spalletti est officiellement le nouvel entraineur de l’Inter. Ce dernier s’est livré au jeu de la conférence de presse en la salle de presse Centro Sportivo Suning in memoria di Angelo Moratti.

    Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l’intégralité de son intronisation officielle à la tête de l’Inter :

    Le retour d’Oriali est du passé…Est-ce qu’il est normal qu’Icardi soit désigné comme étant un bon Capitaine ?

    "Oriali est connu de tous et, il est apprécié de tous, nous savons quelle personne il est. Je ne suis pas le genre de personne qui créer un blocage pour un retour d’un très grand personnage comme lui. Vous devez en parler à la Direction, mais pour moi, cela me ferait très plaisir. Icardi est le Capitaine de l’Inter, outre ses grandes qualités de joueur, il a un double travail car il doit aussi informer et indiquer à ses équipiers quels sont les comportements à tenir dans le vestiaire. Voilà comment je définis le "Capitaine."

    Vous avez demandé des renforts d’ici au 3 juillet, n’est-ce pas mieux d’avoir un laps de temps plus long ?

    "C’est évident qu’il serait mieux qu’ils arrivent le plus tôt possible, pour que je puisse voir le comportement de l’équipe sur le terrain. Si un joueur connait déjà l’idée de jeu tout sera plus simple, le travail en deviendra plus facile. Durant ces jours-là, je veux pouvoir travailler avec le plus de sérénité, car si vous ne parvenez pas à surmonter les problèmes qui se produise lorsque tu te dois de te préparer d’une certaine façon à un match, tu es ensuite contraint de travailler d’une façon plus mesurée. Le Directeur le sait, nous en avons parlé, nous chercherons à faire du mieux possible. Je pense juste que c’est clair pour ceux qui seront là et pour ceux qui vont arriver, nous profiterons au maximum du temps qui est mis à notre disposition. J’ai lu une phrase d’Herrera qui disait "Qui ne fait pas tout n’est rien". Si vous me le permettez, j’en fais mon crédo et je vais me baser sur ce travail et cette appartenance."

    Votre objectif est de continuer en plus des deux ans ?  L’Inter est le club le plus important pour vous ?

    "Pour moi, mon travail ce n’est pas de penser à moi et aux joueurs de penser à eux. Ce que l’Inter veut est très clair, ce sera une belle et pleine saison, cela aura encore plus de saveur, en respect à Ancône par exemple, mais c’est quelque chose qui est plus stimulant, nous devrons faire les choses en équipe du début à la fin de la saison. J’espère, avant tout bien commencer, le mieux c’est de gagner les parties, si tu ne les remportes pas, je ne suis pas bien. On m’aidera dans mon travail d’une façon bien définie. Le futur dépendra de ce qu’il se passera ici. C’est pourquoi je veux vivre comme intensément ce qu’il se passe ici le plus possible."

    La différence par rapport à la Roma ? Au milieu de terrains et sur les ailes, il faudra intervenir. Allez-vous changer Icardi comme vous l’avez fait pour Dzeko ?

    "Cela fait partie du travail quotidien, nous devons tous d’abord tous se secouer et il va falloir commencer à travailler C’est tentant de changer certaines qualités chez un joueur, c’est clair que nous devrons essayez. Et il faut un peu de Courage, Nainggolan a planté dix buts sur une saison, alors qu’en trois ans, il en avait mis que trois ou quatre."

    "Cela fait partie d’une connaissance plus approfondie. Icardi a des qualités incroyables, il fait partie de ceux à qui il ne faut pas lui laisser la moindre possibilité pour marquer, il a besoin d’un peu de soutien et il a besoin de l’aide de ses milieux. Quand ton adversaire attaque, tu as besoin de presser le joueur pour récupérer le ballon. Dzeko est un bon joueur, il est bon pour parler avec ses équipiers, il est moins bon dans la surface de réparation, dans le jeu de tête et il attaque parfois de façon improvisée, mais il parvient aussi à bien centrer et il est difficile d’en trouver un autre qui dispose de ses qualités."

    "Sur le dialogue avec l’équipe, ce sont des choses normales que Pioli a déjà mis en place, je ferai juste que reprendra la main. Avant de voir qui sera à quel poste sur le terrain, nous devrons d’abord en discuter."

    Etes-vous surpris de la négativité que vous avez trouvée ici ? Surtout qu’à l’entrainement l’ambiance à la Roma était différente…..

    "L’autre soir, à l’aéroport, une femme m’a dit : Tu es le Mister de l’Inter, je lui ai dit oui, on m’a demandé de le faire et elle a répondu : "T’es un chou !". C’est évident que vu mes expériences passées, surtout à la Roma qui a été une très belle expérience, que j’apporterais toujours avec moi quelque chose que l’on n’oubliera pas. Il se passe tant de chose en coulisses, je suis parti et revenu. Quelque fois, j’avais l’avantage, d’autre fois des problèmes, j’ai construit une façon de raisonner qui est reconnaissance par tout le monde."

    "J’ai aussi eu du soutien et des apports qui ne se voyaient pas, mais qui arrivaient assez tôt, ce qui est le plus fatiguant, c’est de répondre présent à l’heure H. Tu as besoin de parler avec certaines personnes, besoin d’absorber certains choses. Tout cela se construit dans le temps avec les personnes qui ont aussi ce type de caractéristiques, cela s’est produit deux fois, mais j’ai vu tout de suite à qui j’avais à faire."

    "Je suis ici pour enseigner la route à emprunter et que l’on se réapproprie les qualités que nous a avons. Cela me convient lorsque l’on peut dit "T’es fort", mais c’est le terrain qui livre sa vérité. Je ne suis pas là pour rendre heureux tout le monde à l’entrainement, mais pour aligner le meilleur 11 possible. Les entrainements me donneront la possibilité d’éviter la formation la plus faible."

    "Un jour, un joueur m’a demandé pourquoi il ne jouait pas depuis 5 matchs. Et j’ai répondu : "A quoi tu t’attendais  ?" On ne fonctionne pas comme cela avec moi. Il doit y avoir des mécanismes, avoir l’envie de jouer et d’apporter une valeur ajoutée et les entrainements sont là pour démontrer ces caractéristiques."

    "J’ai demandé à collaborer avec Vecchi, nous nous sonnes parler avant sa Finale, c’était un devoir de ma part, j’ai donné ma vision des choses et lui  la sienne, nous devons tous aller dans le même sens, avoir le même discours sérieux, comme lorsqu’il était ici. Je dois m’inspirer aussi de lui et lui devra avoir l’ambition de me prendre ma place. S’il est meilleur que moi, c’est juste qu’il me remplace. J’ai besoin que nous collaborions ensemble, je vais avoir besoin de ses joueurs les coupes sont pour moi, une façon de voir quel joueur peut franchir un palier et voir aaussi son niveau de sa stimulation. Ensuite, si vous ne disposez pas d’un tel groupe adéquat, il y a des choses qui devrons être compensés, même si l’on joue qu’un ou deux matchs par semaine."

    Comment sera composé votre staff ?

    "Des meilleurs que je puisse avoir. Je parle avec le Directeur pour le compléter de la meilleure façon possible Baldini, Pane, Domenichini mon second, puis, il y a le préparateur physique de la Roma, Iaia, et qui a aussi été à Manchester et qui a prouvé sa valeur. Cela pourra être modifié ultérieurement. Nous voulons être disponible 26 heures par jour, deux heures supplémentaires chaque jour."

    Comment voyez-vous un joueur comme Joao Mario ? Plus proche de la surface ou carrément dans la surface ?

    "C’est un, joueur offensif, il a la vocation d’attaquer la ligne défensive et il a les qualités pour tenir le ballon, ce sont des choses qui peuvent être utile pour dicter le jeu. Si tu contrôles le match, c’est plus facile de gagner la rencontre. A la Roma, j’avais Nainggolan devant et Pjanic en retrait, c’était devenu un scandale européen. Mais cela a fait ses preuves et j’ai fait mes évaluations, mais Joao doit être offensif. Dans leurs têtes, les joueurs doivent penser à se montrer disponible, une fois à être titulaire, une fois à être sur le banc, l’Inter a besoin de remplaçants de qualité qui, s’ils rentrent que dix minutes sur le terrain, qu’ils me prouvent qu’ils auront abattus un travail similaire à leurs coéquipiers qui ont tenu eu 90 minutes."

    "Quand tu sors du terrain, je ne veux pas qu’on me salue, car, ensuite les rumeurs commencent. Ici, tout doit être clair comme de l’eau de roche, si on ne change pas, on évolue pas, si on évolue pas, on vit mal la vie. Quelque chose doit changer sur baser des derniers résultats obtenus et je suis ici pour commencer à en parler. Je ne suis pas meilleur que les autres, Pioli est un entraineur exceptionnel, mais c’est simple pour moi de le dire car c’est mon ami et je le respecte, on parle toujours du football dans les vestiaires."

    Que pensez-vous de Nagatomo ? A-t’il les qualités pour intégrer la nouvelle équipe ?

    "Nagatomo est un mec sérieux, il joue avec ces qualités et jusqu’à présent, il a dû faire face à de nombreux obstacles devant lui. C’est une bonne personne, En temps qu’adversaire, je le voyais sur son visage. Il a réussi à faire certains bons matchs, d’autres fois, pas du tout, cela arrive à tout le monde. Mais sur la qualité de l’homme et de son professionnalisme, je n’ai rien à redire. Cela fera partie du raisonnement que j’aurais avec le Directeur, de voir si nous aurons besoin de joueurs différents qui pourront occuper son poste et analyser la situation."

    Spalletti s’adresse à une journaliste : "Vous habitez à Milan ?"

    Elle : "Non."

    Lui:  "Alors vous pouvez déménager et prendre une maison ici, il sourit....."

    Quels sont les joueurs de la Roma que vous voudriez ici ? 

    "Ce n’est pas quelque chose d’agréable. Tu veux quel poste ? Attaquant ? Alors on prend Dzeko (il rit) ; Ce n’est pas correct d’agir de la sorte, ce n n’est pas agréable. Il y a des choses à éclaircir, mais je préfère le faire avec eux, les joueurs ont leurs mots à dire, s’’ils veulent venir ou pas avec vous. Certains diront oui, d’autres non, certains changeront d’avis au dernier moment mais ce n’est pas correct de vouloir faire une telle comparaison."

    "Avec moi, on sait que je demande le meilleur, et lors des prochains matchs avec l’équipe, il ne me suffira que d’un simple regard pour que le joueur comprenne directement ce qu’il devra savoir faire. J’aime tout le monde à la Roma, j’y ai de très beaux souvenirs, mais à présent, je suis amoureux de l’Inter."

    Les tifosi de l’Inter ont battu tous les records, un message à leur délivrez. ? Vous serez la première équipe qui pourrait redevenir championne d’Italie

    "La passion pour le sport et l’envie sont ce qu’il y a de central, nous avons besoin de mettre en évidence cette atmosphère sportive, la passion est une chose fondamentale. Le fait d’avoir vu tant de Tifosi en Chine quand je suis arrivé de mon voyage avec Ausilio m’a énormément fait plaisir, j’y ait découvert de nombreux amis et un slogan pourrait être: "Plus nous sommes, Plus nous vaincrons."

    "De mon côté, je dois réussir à apporter ce que demandent effectivement les tifosi, nous en avons tellement. Il suffit juste de faire en sorte d’écrire notre histoire qui doit être une histoire brillante. Nos tifosi pour l’instant n’ont pas la possibilité de se faire entendre et de se montrer, mais savoir qu’ils sont présents dans de tels moments est quelque chose qui est pour moi fondamental, cela nous prouve une volonté d’appartenance. Je les attends au stage de Brunico, où j’ai envie de rentrer en contact avec eux, car nous sommes tous des participants,  c’est notre socle et nous sommes déterminé à aller de l’avant."

    "Je ne sais pas si nous y retournerons rapidement, mais je veux en profiter pour que l’on puisse profiter et puiser de ce Charisme qui est fondamentale, et qui a été encore plus mis en évidence avec la mise en lumière de la famille Moratti, nous devons nous rappeler de ce que nous étions avant. Notre intention est d’aller dans ce sens. Je veux que l’on travaille sérieusement, d’une façon reconnaissable et que l’on soit proche de nos tifosi, de leur toucher de la main et prouver que nous sommes sérieux et que nous nous attachons à travailler de cette façon."

    Pensez-vous avoir les bons hommes pour le 4-2-3-1?

    "J’ai parlé de ce modulo car j’en suis lié, mais je dois faire des choses lors des matchs, que l’adversaire ne doit pas voir venir, s’il ne s’y attend pas, nous pouvons prendre un petit avantage dans le match et cela peut avoir un impact important et faire la différence en obtenant un grand résultat. C’est ce qui s’est passé l’année passée, mais toutes les équipes ont agi de la sorte, même Stefano a su en profiter en parvenant à réaliser une série de belles victoires sur une longue période. Puis, on a vu cela occasionnellement, et l’équipe a commencé à vouloir refaire de bonnes choses."

    "Ce qui peut me faire bouillir, c’est que l’Inter doit acquérir la constance de faire des résultats de façon permanente et non de façon occasionnelle. Ensuite, il est clair qu’au regard du noyau qui sera à ma disposition, j’alignerai les joueurs au meilleurs postes possible afin qu’ils puissent s’exprimer au mieux. Nous devons être redoutés de l’attaque à notre ligne défensive. Quand tu joues un match, tu dois observer la ligne défensive de ton adversaire, pour gagner des matchs, c’est fondamental que tu dois inscrire des buts et cela commence par le fait d’analyser le comportement de la défense adversaire, rien de plus. Cela te donne un certain avantage."

    Comment pourriez-vous être surnommé ?

    "C’est à vous de me le dire, moi je ne me définis pas, il y a eu tellement de grands personnages qui m’ont précédé : Il Mago, The Special One, cela devient difficile pour moi. J’espère qu’il y aura quelque chose qui pourra sortir de l’extérieur. De plus, vous êtes les plus à même à trouver des surnoms ou des appellations, appelez-moi comme vous le voulez. Je suis quelqu’un qui agit rapidement, qui va travailler et qui rendre à la maison, et ce au quotidien."

    Jusqu’à quel point le noyau sera révolutionné ? Qu’allez-vous demander aux joueurs ?

    "Je parle de l’équipe uniquement avec ma Direction, notre propriétaire veut créer une équipe qui soit la plus forte possible, même si on sait que ce ne sera pas facile. Nous ne devrons absolument pas nous manquer dans la campagne de recrutement. J’estimerai les travailleurs, j’écouterai les ressentis de nos joueurs. Dans le vestiaire, on doit parler de notre équipe. D’une forte Inter comme elle a pu l’être celle de Sarti, Burgnich, Facchetti, eux, faisaient l’Inter et nous devons redevenir cette Inter forte, pas juste porter son nom."

    "L’Inter doit être une équipe, elle doit transpirer de façon commune pour atteindre les mêmes objectifs, il n’existe pas d’objectif individuel, il n’y a que l’objectif collectif. Chaque rencontre a besoin de chaque composant, de certains qui ont l’envie de gagner, de ceux qui sont rapide, de ceux qui sont bon à faire des bonnes choses et qui doivent réitérer cette performance, et ceux qui s’en sorte le moins doivent y travaillant fois plus. J’ai besoin d’être à la base de ces mécanismes, l’équipe doit prendre conscience du maillot qu’elle endosse, du poids qu’il représente sur les épaule, de qui a porté ce maillot, même de sa composition, tout à une histoire, même les coutures."

    Il y a eu tant de noms pour occuper ce poste, ressentez-vous cette responsabilité ? Avez-vous pu vous intégrer à cette atmosphère ?

    "Vu la position où j’étais placé, quels sont ceux qui aurait pût être devant moi. Selon moi, il n’y avait rien de plus que ce que vous pensiez vous, moi, j’en avais rien à foutre, je suis l’entraineur de l’Inter et je vous ferais comprendre en étant parfois incommodant ou même en étant parfois inquiétant, que je suis la bonne personne. Ce qui est fondamental pour moi, c’’est que le match se déroule comme je le souhaite, les discours en sont la conséquence, ils ont peu d’importance."

    "Je le répète, je suis l’entraineur de l’Inter et j’ai soif et je suis surmotivé de renouer avec notre Histoire, même si cela n’a pas été le cas récemment. Si on regarde de derrière, cela devient plus facile pour moi de voir qui sont ceux qui méritent d’endosser notre maillot et d’être reconnu. Je prends cela comme une rencontre très excitante, cela peut te donner encore de biens meilleurs idées. En conséquence, il faut le vivre comme tel et je vous ferai voir à vous aussi comment nous la vivrons."

    Il y a une certaine similitude entre vous et Capello, la Roma, la Russie, et à présent le Suning. Capello vient à peine de débuter à Nankin, avez-vous discuter ? Comment allez-vous maintenir le lien entre le Suning et la Chine pour le futur ?

    "Nous ne sommes pas à proprement parler d’égale à égale, c’est un fait qu’il s’agit d’une grande personne du football, nous avons tous appris quelque chose de lui, nous avons tous été attentif à sa façon de gérer et de conduire une équipe, de voir qui choisir comme Capitaine du bateau."

    "Ici, il y en a eu de très grands, je pense à Herrera, Mourinho, ils font partie de notre monde du football, de notre histoire. Quand j’ai fait mon expérience en Russie, j’ai eu de meilleurs contacts, car avant nous étions adversaires, j’étais à la Roma et lui à la Juve, et nous avions dû nous battre pour parvenir à faire un résultat sportif qui pouvait donner un avantage à nos équipes respectives."

    "En Russie, j’ai eu un rapport plus amical, lui était entraineur de la Nazionale et il avait envie d’apprendre, j’avais beaucoup d’internationaux dans l’équipe, je lui faisais part de la condition physique du joueur, des choses que nous faisons à l’entrainement. A présent, je sais qu’il fait partie de la famille Suning et du poste qu’il dispose, il fera valoir ses qualités, j’en suis sûr. Nous n’avons pas encore parlé, mais ce serait un plaisir de le faire et j’espère y parvenir le plus vite possible."

    Pourquoi avoir quitter la Roma ?

    "Je crois que vous ne l’avez pas compris, je vais me montrer plus clair. L’Inter m’a contacté quand nous étions en fin de saison. J’avais déjà dit à Pallotta que je comptais partir, le problème était que si je ne parvenais pas à faire des résultats à la fin du championnat, cela se passerait de cette façon."

    "Je me suis donc identifier à moi-même, à ce que j’ai décidé de faire et j’aime faire ainsi jusqu’à la fin. Avant d’avoir été contacté par l’Inter à la fin du championnat, vous avez toujours remarqué que j’agissais de la sorte. Si j’ai accepté ce contact, c’est parce qu’il y a eu un discours direct... Je ne voulais pas que l’on en parle d’ici à la fin du Championnat."

    "Nous nous sommes contacté par la suite, je remercie la Roma, car depuis cette belle histoire, je ne pensais pas en avoir une plus belle à écrire, sans vouloir offenser personne. Nous nous sommes dit certaines choses, et cela peut servir à motiver les joueurs, je ne suis pas antipathique, j’ai une sympathie sélective, ce n’est pas de l’antipathie."

    "Il y a un moment, j’étais plutôt dans la division que dans l’union à la Roma, , et il y avait une période de doute, mais cette question était dû à la façon dont j’ai géré le Mythe de Rome, Francesco est un mythe. C’est pourquoi cette opposition a eu lieu, car il y avait plus que de l’amour pour un joueur qui était plus qu’important, il a prouvé encore plus ses qualités, et l’amour envers lui a prévalu sur ce que devait être l’esprit d’équipe. Si je ne suis pas parvenu à mettre tout le monde d’accord à Rome, c’est que je ne faisais pas bien mon travail. Je ne pouvais pas me permettre de réunir ces deux situations, je devais l’envoyer sur le terrain et il y a eu un recours à la force pour que je puisse obtenir nos résultats... Quand nous étions en difficulté durant le match, je le ressentais à Rome, quand on me disait va prendre un café, lorsque tu t’arrêtes au feu rouge et que tu vois certains signes "affectueux" que l’on me faisait. J’ai aussi connu des épisodes plus glorieux, mais j’ai aussi une ligne propre de démarcation sur lesquelles il faut être en accord avec moi, ou alors tu es contre moi."

    "Mon travail est celui d’unir tout le monde, de toute part.  Que cela soit fait par amour, qu’on le voit dans son intégralité, que cela se lit sur le visage et dans les mots, si tel n’est pas le cas, alors je dois démissionner car cela devient un très grave problème.  J’espère que les Romains ont compris la chance qu’ils  ont eu de m’avoir et  que j’étais devenu aussi la cible Pour les Romains, l’amour, dans son intégralité, se montre sur son visage et les mots, alors je me devais  démissionner, car il devient un problème grave alors. J’espère que la Roma parviendra, sans moi, à rester unie vers son objectif."

    Vous et Zhang avaient l’envie de rompre l’hégémonie de la Juventus…Comment pensez-vous y arriver ?

    "Quand je vois les parties de l’année passée, il ne me semble pas qu’il y ait une grande différence de niveau. Nous sommes plus proche, nous avons besoin de constance et nous avons besoin d’être plus agressif, car la Juve est forte, c’est un club fort avec une équipe forte. Leurs footballeurs ont donné cette beauté au championnat italien et je dois en féliciter Allegri qui est parvenu en faire sa maison. Quand tu as des joueurs forts, tu ne dois pas penser que tu vas gagner facilement, au contraire, gagner est extrêmement dur, c’est trop facile d’avoir des joueurs normaux, déboussolé et qui ne gagne rien."

    "Avoir des joueurs fort et gagner est très dur, la Juve y est parvenu, et je la respecte pour cela, mais le respect ne doit ne pas être confondu avec la crainte, nous ne devons pas avoir peur de jouer, de ne pas tomber sur le dernier barreau de l’échelle, vous monter sur le terrain et vous devez prouver qui est le meilleur."

    Comment vous imaginez la rencontre face à la Roma ?

    "Je remercie Pallotta et la Roma pour les messages qui m’ont été adressé après ce championnat. Je remercie les sportifs qui m’ont été très proche et de l’affection que j’ai reçue lorsque je suis parti. La force de notre adversaire saute aux yeux. La position au classement et la différence de points ne doit pas être fondamental et provoquer une situation explosive. Si dans un championnat, tu as 25 points d’écart, cela veut dire que tu as gagné 8 matches de plus que ton adversaire, mais cela ne veut pas dire qu’ils te sont supérieur."

    "Cela pourrait sembler impossible sur le papier, je les connais bien, mes anciens joueurs sont d’un très grand professionnalisme et c’est évident qu’ils ont une très forte appartenance du lieu où ils se trouve. Sans appartenance, c’est difficile de faire et de continuer à réaliser des résultats. Tu te sens plus émotifs, mais le plus important est le discours tactique. Ce sont ces joueurs qui doivent suer double durant le match. J’ai des gars qui se nomment Manolas, Rudiger, Strootman, Nainggolan et ce sont des personnes que j’aimerais bien arriver à porter ici, et nous travaillons sur cet objectif... Il est vrai que parfois, quelque chose peut sortir et mettre en plus en évidence un joueur, mais à l’intérieur de nos têtes, nous n’avons qu’un seul but, qu’une seule inspiration, qu’un seul bonheur, pour réussir à accomplir, le tout, en équipe."

    "J’ai oublié avant de Dzeko, mais il est à citer, pour gagner des matches, tu dois marques des buts et il en à marquer énormément, c’est un joueur qui a réussi à se transformer en une saison, ce qui n’est pas du tout facile à faire. Et il a été très bons tout comme d’autres joueurs de notre équipe."

    "Il y a deux ans, c’était le joueur à éviter, cette année, c’est celui qui t’as permis de réaliser ce succès, il est important, et il est fort impliqué pour notre seconde place. Ce sera un match particulièrement difficile. Ce qu’il a fait n’a pas été facile à faire, tu as aussi plusieurs autres joueurs qui se sont montré très bon dans l’équipe."

    Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi nous n’avons pas de succès, depuis autant d’années, avec autant d’entraineurs ?

    "C’est une évidence que lorsque tu vois des personnes on te dit : "Comment c’est possible que l’Inter ne soit pas européenne, c’est un scandale! Quand tu regardes de l’extérieur, cela m’étonnait aussi, j’avais mes doutes, mais j’ai voulu participer à cette période difficile pour que l’on ait ensuite une réaction importante, correcte. Je ne suis pas mieux que les autres, je ne suis pas meilleur que tous les entraineurs qui m’ont précédé, tous sont différents, ici je vais commencer à faire mon travail à ma sauce, car j’ai confiance en ma façon de faire."

    "Si c’est possible, je demande aux joueurs d’avoir confiance en moi, je serai avec eux à 100 % dans tous les cas, je serai près d’eux, peu importe ce qu’il se passe, et du temps qu’il faudra. Je serais 24h/24 aux côtés de l’équipe. Cependant, s’il y a des choses que nous aurons à nous dire, nous nous le dirons aussi. J’ai la possibilité de rendre à l’Inter son Histoire et je me dois d’y parvenir."

    A cause du Fair-play financier, vous risquez de perdre un joueur important. Comment est la situation entre votre argumentation pour Perisic et le Club ?

    "J’ai mis les choses au clair immédiatement : Je crois que l’année passée, vous n’avez rien gagné . Est-ce que l’on continue comme cela ou alors nous faisons quelques choses de différents pour avoir d’autres résultats. Il me semble que c’est un footballeur déterminé et qui a soif de gagner un titre, mais d’autres n’ont pas la même motivation, c’est quelque chose que l’on peut percevoir."

    "En tout premier, on a parlé d’Icardi et maintenant c’est Perisic, c’est clair qu’il a ses qualités, ce sont deux joueurs talentueux qui peuvent entrer dans un mécanisme d’équipe et qui méritent d’être titulaire dans l’équipe qui fonctionne. Je veux que tous les joueurs parviennent à se donner tou,s pour les équipiers en fonction de leurs propres qualités, je ne suis pas ici pour avoir quelqu’un qui sera mon ami, je veux avoir des joueurs qui feront en sorte que l’équipe sera forte."

    Pensez-vous à une identité de jeu, à penser à jouer pour le Scudetto ? Icardi en pointe centrale ?

    "Pour l’identité de jeu, l’important est que nous soyons une équipe, et nous avons toutes les qualités et les composants pour parvenir à le faire. Puis il y aura des possibilités de part et d’autres, j’ai déjà pensé à un 4-2-3-1, et on verra si cela se passera, mais tout le monde va devoir répondre présent et faire certaines choses."

    "Selon moi, la façon de jouer avec un modulo ou un autre compte peu, ce qui est fondamental, c’est de reconnaitre et de deviner les concepts que nous aurons mis au point ,d’avoir une équipe qui puisse être capable d’aller chercher ce qu’elle veut, qu’elle ait l’envie d’y aller. Je veux voir jusqu’où notre équipe est capable d’ aller et il est clair que même les joueurs les plus talentueux peuvent se retrouver forcé à se retirer. Si nous sommes une grande équipe, nous devrons le prouver par la mentalité, le caractère, la qualité de jeu qui sera proposée, certaines choses devront être prise par-dessus la tête et pas en sanction."

    Nous connaissons déjà la saveur de votre enthousiasme, pourquoi avoir choisi l’Inter ?

    "C’était devenu assez facile sur ce point, lorsque l’on voit l’Histoire de ce grand club, j’ai le devoir de faire en sorte qu’elle puisse redevenir compétitrice. J’ai choisi l’Inter comme je me la suis imaginée, je me la suis imaginée avec une histoire pleine de beaux moments, j’ai envie de tous les vivres à fond, que nous vivions ensemble toutes ses belles choses."

    "J’ai l’envie de la vivre en gardant à l’esprit l’Histoire du Club, je veux être en être un acteur majeur, mais je veux aussi être un spectateur privilégié, car je peux me permettre de la regarder sous deux aspects, je vais tout savoir d’elle. Si quelqu’un vie cela en retrait, probablement qu’il apportera moins de chose. Moi, je veux vivre de tout ce qui a fait son Histoire, je veux tout absorber et regarder tout ce que fait l’Inter du début à la fin."

    "Je tiens à vous remercier à tous d’avoir été présent ici, et aussi à ceux qui nous regarde de l’étranger. Je tiens également à féliciter Vecchi qui a pu rapporter un titre très important à la maison. Je connais les qualités des équipes qu’il a dû battre et il a été vraiment très bon, j’espère que nos petits champions en feront un bon usage. Même si parfois cela va moins bien, lorsque tu te mets à gagner, cela va mieux et Stefano le sait. Avant c’était à la Primavera de regarder l’équipe première, à présent, ce sont à nous à prendre exemple sur eux, ils nous ont honoré, félicitations !"

     

    Antony Gilles – Internazionale.fr


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Un gigantesque merci pour ce boulot titanesque ! 

    • J’aime 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 15 heures, Don Tony a dit :

    "Nagatomo est un mec sérieux, il joue avec ces qualités et jusqu’à présent, il a dû faire face à de nombreux obstacles devant lui. C’est une bonne personne, En temps qu’adversaire, je le voyais sur son visage. Il a réussi à faire certains bons matchs, d’autres fois, pas du tout, cela arrive à tout le monde. Mais sur la qualité de l’homme et de son professionnalisme, je n’ai rien à redire. Cela fera partie du raisonnement que j’aurais avec le Directeur, de voir si nous aurons besoins de joueurs différents qui pourront occuper son poste et analyser la situation."

    :louol::louol:

    Ps: Félicitations pour la trad.

    Modifié par KarimGipuzcoa

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Un grand merci Tony pour la traduction. C'était un régal.

    Cet interview lance une une charge s'enthousiasme. J'éspère qu'il créera ses meilleurs moments fort de sa carrière avec nous.

    • J’aime 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 9 heures, Don Tony a dit :

    "Un jour, un joueur m’a demandé pourquoi il ne jouait pas depuis 5 matchs. Et j’ai répondu : "A quoi tu t’attendais  ?" On ne fonctionne pas comme cela avec moi. Il doit y avoir des mécanismes, avoir l’envie de jouer et d’apporter une valeur ajoutée et les entrainements sont là pour démontrer ces caractéristiques."

    Ahahah, :D. Je retiens ce passage, les divas n'ont qu'à bien se tenir et se défoncer à entrainement.

    Bravo pour la traduction ça a du demandé beaucoup de boulot.:rolleyes:

    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Faut pas t'inquiéter, c'est comme le télé-achat, tu dois "vendre" ton produit, et il reporte cela sur sa Direction, donc Ausilio et Sabatini :bigrin:

    Je préviens direct, il nous tape chaque Interview pareil, je fais comme Spalletti avec la Roma :aie:

    Il a été franc avec nous, on discute après la saison et son passage sur Totti est pas mal du tout, en plus il a tenté de gratter une journaliste :phear:

     

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    BONOB0

    Posté(e) (modifié)

    Merci pour la trad' :)

    Modifié par BONOB0

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour la traduction.

    Première interview que je trouve pas mal mais à voir par la suite si ces actes correspondent aux paroles.

    En tout cas très content de la voir chez nous, j'attendais cela depuis son premier départ de la Roma.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Merci Tony, quel boulot !

    J'ai toujours bien aimé ce coach et son jeu, j'espère qui pourra atteindre ses objectifs

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    merci pour la traduction mr Tony, sinon beau discours mais étant fataliste de nature, e m'imagine déjà un match perdu en ouverture du campionato, je sais pas pourquoi....

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Merci Tony super traduction rip mes yeux et ma main qui a tenu mon téléphone depuis 20mn:bye:

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Merci mon Anto, c'est du sacré boulot ça! 

    J'aime bien le bonhomme et le technicien. Les joueurs savent à quoi s'en tenir! 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Le 16/06/2017 à 17:26, Rheyou Diamweli a dit :

    Merci Tony super traduction rip mes yeux et ma main qui a tenu mon téléphone depuis 20mn:bye:

    T'es vraiment sur que tu étais sur notre site :bigrin: 

    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Unfortunately, your content contains terms that we do not allow. Please edit your content to remove the highlighted words below.
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • 📣 Actualité de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • 📈 Statistiques des membres

    14 025
    Total des membres
    J.Fourmy
    Membre le plus récent
    J.Fourmy
    Inscription
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...