Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

Assiste-t-on à la renaissance du football italien?


Messages recommandés

 

Citation

 

logo-rtlsport.jpg

Publié le 02 novembre 2017 - On est encore loin des années 1990, quand la Serie A était le meilleur championnat du monde, mais le football italien de clubs, tirée par la locomotive Juventus, semble doucement remonter la pente comme le montre sa troisième place actuelle à l'indice UEFA.

Un article du Guardian sur le renouveau de la Serie A, un autre du Daily Mail sur la "fabrique" des entraîneurs italiens à Coverciano, la curiosité des voisins pour les débuts de l'assistance-vidéo à l'arbitrage, Pep Guardiola qui répète son admiration pour le coach de Naples Maurizio Sarri: ce sont quelques signes, modestes, qui indiquent que le reste de l'Europe recommence à regarder l'Italie et que le Calcio sort de sa décrépitude.

De fait, loin des clichés, il y a de la vie en Serie A, avec énormément de buts (meilleure moyenne par match des cinq grands championnats la saison dernière), de grands attaquants, d'excellents entraîneurs et des identités de jeu fortes. Même si elle reste en retard sur ses voisins dans ce domaine, l'Italie recommence même à garnir ses stades puisque les affluences moyennes et les taux de remplissage cette saison sont au plus haut depuis dix ans.

Surtout, le changement se fait désormais sentir au plan européen. Après la deuxième journée de Ligue des Champions fin septembre, marquée par les succès de ses trois clubs (Juventus, AS Rome, Naples), l'Italie a en effet dépassé l'Allemagne à l'indice UEFA pour reprendre la troisième place, du jamais-vu depuis 2010.

La Juventus mais aussi les clubs en Europa League

Sur la saison en cours, l'Italie est même deuxième, certes à bonne distance de l'Angleterre, mais meilleure que l'Espagne et loin devant la France et une catastrophique Allemagne.

Les plus optimistes vont même jusqu'à souligner qu'au classement général, établi sur cinq ans, l'Angleterre n'est pas si loin. Et que l'Italie pourrait se retrouver deuxième en fin de saison, une fois retiré l'exercice 2013-2014, ce qui lui fera reprendre du terrain à tout le monde sauf à la France.

La principale responsable de ce retour sur le podium, c'est évidemment la Juventus et ses deux finales de Ligue des Champions en trois ans (2015 et 2017). Revenu au premier plan après la relégation de 2006, le club turinois est un exemple avec son modèle économique vertueux et son stade ultra-moderne, une rareté en Italie.

Mais il est difficile à suivre et les autres bons clubs de la Péninsule doivent encore prouver qu'ils sont capables d'être compétitifs sur plusieurs saisons, Naples et la Roma en tête, puis peut-être l'Inter et l'AC Milan si leurs redressements se matérialisent.

Le bilan italien est aussi enjolivé par les performances des trois clubs engagés en Europa League: La Lazio Rome, l'Atalanta Bergame et l'AC Milan sont tous en tête de leur groupe, avec un bilan global de sept victoires et deux nuls.

Un cadeau, vraiment?

Pourtant, quand l'UEFA avait annoncé en août 2016 sa réforme des compétitions européennes, qui offrira quatre places directes en C1 à l'Italie à partir de 2018, de nombreux observateurs avaient estimé que la Serie A était très bien, voire trop bien servie.

"La seule chose certaine, c'est que c'est l'Italie qui y a gagné le plus. Vous êtes de bons diplomates", avait ainsi déclaré quelques mois plus tard Aleksander Ceferin, alors élu à la tête de l'instance européenne.

Le poids d'Andrea Agnelli, président de la Juventus et très influent au sein de l'Association européenne des clubs (ECA) dont il a depuis pris la tête, était notamment souligné.

Mais les Italiens ont montré sur le terrain que le supposé cadeau de l'UEFA était finalement assez mérité. Alors que l'Italie peinait régulièrement en barrages de C1, Naples a par exemple montré cette année l'écart qu'il pouvait y avoir entre le 3e de Serie A et celui de L1 en ne faisant qu'une bouchée de Nice.

Au fond, le plus grand paradoxe de cette renaissance italienne, c'est qu'elle intervient au moment où l'équipe nationale est au plus mal et tremble avant d'affronter la Suède en barrage d'accession au Mondial.

"Comment se fait-il qu'un championnat qui redevient grand produise une sélection aussi affreuse ?", s'interrogeait ainsi récemment Gianni Mura, grande plume du quotidien La Repubblica.

 

 

  • J’aime 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 42
  • Création
  • Dernière réponse

Top participants dans ce topic

Top participants dans ce topic

Messages populaires

Excuses nous hein... Loïs. 🤣

Attention, même si ce que tu dis est correct, tu oublies une chose TRES importante. Tu fais référence à la décennie 1985-1995 où ce fut la valse du slip. Pourquoi? D'abord à cause du bannissement

City? Quand ça?  Le Psg? C'est parce qu'ils ont mis du pognon ou est-ce un concours de circonstances, final 8, etc.? La Rube et Liverpool n'ont pas mis autant de pognon que le Barça, City, P

Images publiées

Pour réponde à ta question posé sur le titre de l'article Tony couramment, Oui!

Il y a aussi les négociations pour les droits télévisé de la Serie A en cours qui devrait se voir à la hausse et qui peut mieux enrechir les équipes italiennes et revenir de l'écart face au équipes espagnoles et anglaises.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, CurvaNord69 a dit :

n même temps c'est RTL Belgique.

Oui mais bon c'est toujours mieux qu'une analyse de téléfoot ou de Christian Jean Pierre & Co ....... 

Et c'est un Français qui dit ca ....

Pour vivre à la frontière Belgique / Luxembourg / France ... Je peux vous certifier que le journalisme sportif est largement meilleur en Belgique et même au Luxembourg (pays à forte immigration Italienne et Portugaise) ....   

Modifié par JY DS
  • J’aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le plan national, y'a que Naples qui relève le niveau face aux zèbres, et surtout cette saison, et encore, on est qu'en novembre.

Sur la scène européenne, l'Italie fait comme la France, en snobbant un peu trop la C3. Concernant la C1, c'est trop inégal en général, la Juve qui atteint 2 finales et les perd (ouf !), le reste du temps ils passent pas les 1/4, Rome et Naples qui terminaient 3è voir 4è y'a quelques saisons... Et cette semaine en particulier a été assez mauvaise avec Naples qui se fait fouetter, et la Juve qui arrache un piteux nul face au Sporting.

La renaissance se fait encore attendre.

Modifié par steph'
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/11/2017 à 09:48, JY DS a dit :

Oui mais bon c'est toujours mieux qu'une analyse de téléfoot ou de Christian Jean Pierre & Co ....... 

Et c'est un Français qui dit ca ....

Pour vivre à la frontière Belgique / Luxembourg / France ... Je peux vous certifier que le journalisme sportif est largement meilleur en Belgique et même au Luxembourg (pays à forte immigration Italienne et Portugaise) ....   

C'est vraiment pas dur en mem temps!

Qu'est ce que j'ai pu pisser de rire quand j'entendais dugachy et consort avant juve-monaco "aucun joueur de la juve n'est titulaire a monaco!"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A mon avis, dans cette Renaissance, il faut comprendre que la Serie A reprend vie, de l'attractivité, ce qui lui manqué cruellement. A un moment on écrasait la Serie A, ensuite cela a été la Juve, si on nous combine, on se tape quasi 10 ans rien qu'avec les deux clubs. Ici, depuis l'année passée, certains clubs cartonnent comme le Napoli, la Roma qui se montre à la hauteur, cette année, t'as la Lazio. :phear: 

Il y a du suspens et c'est bon et vendeur aussi. De plus, t'arrives à avoir certains joueurs de renommé (Higuain, Dybala, Icardi,...) :bigrin: 

On n'est plus comme dans les années 90, mais on se reconstruit et cela commence doucement à porter ses fruits. La meilleure preuve en est le coefficient Uefa :aie: 

 

  • J’aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Trent_FCI @alex_j En fouillant un peu je suis tombé sur ce topic et ça peut faire l’affaire. 
 

Clark Kent pour répondre à ton message, t’as cité qu’on aston villa peut être un cador en Italie vu qu’ils ont tapé un quart finaliste de LDC, vu que paris a été finaliste = ligue 1> série A, parce que porto a tapé la juve, championnat portugais>série A .

Deja en Angleterre pour ceux qui les suivent en tout cas, dés clubs comme west ham, stoke, Newcastle etc ont toujours donné du fil à retordre aux cadors dans leur championnat, mais quoiqu’il arrive l’Angleterre a toujours eu son big four ( Manchester, Arsenal, liverpool et après Chelsea, City,  liverpool, Manchester, Arsenal  etc) c’est eux qui font la loi . 
 

Un PSG qui arrive en final, tu va voir ça combien de fois ? On sait tous ici le niveau qu’ils ont, arrêtons de faire semblant, en revanche s’ils réitèrent la même chose pendant 3,4 ans la on pourra parlé du niveau.

 Un porto qui cogne la juve ça va arriver tout les ans ? Même si la juve n’est pas un exemple vu qu’elle se fait trop gifler ces derniers temps par des équipes de calibres inférieures. 
 

Pour dire, qu’une exception ça arrive , mettez nous ce porto face à l’inter d’aujourd’hui et on en reparlera, pour moi le meilleur cador en Italie à l’instant présent c’est l’inter, dommage qu’elle n’y soit plus, c’est là où j’en voulais à conte, a trop vouloir tester des choses voilà où nous en sommes. Mais là juve n’est clairement pas un exemple.

Le Milan qui est 2 eme, à fait meilleur figure, dommage mais on voit clairement que Manchester ne lui était pas supérieur. 
 

Alors la question est pourquoi l’Italie se fait éliminer des compétitions européennes et non les autres, je parlais de ça avec @alex_j en mp où il me dit que la c3 est plus difficile mais que les italiens ne la jouent pas à fond, alors pourquoi ne la jouent ils pas a fond . 
 

Quand je dit que le niveau de la série est éclaté, vous vous êtes arrêté au foot, mais c’est vague, il y a aussi l’attitude, le mental.

L’attitude, en compétition européenne à part l’atalanta qui en a rien à foutre du club qu’elle a en face joue son foot, tandis que les autres activent le mode attentiste, c’est quand ils encaissent ce fameux but qu’ils commencent à se bouger , ou s’ils marquent en premier font tout pour fermer le match, dommage que Zemman n’a pas eu la carrière qu’il méritait. 
 

Cette mentalité de se dire on va sécuriser, contrecarrer, attendre, observer, et j’en passe qui plombe la série A, il y a aussi le faible ou même scandaleux des arbitres, l’Italien va jouer la fourberie, se roulant par terre et espére avoir la même chose en Europe tellement elle y es habitué, tu me dira le Barca c’est pareil, les arbitres italiens c’est du grand sketch et ils rendent pas service au foot italien.

Les entraîneurs aussi qui donnent zéro chance aux jeunes, regardez Bastoni, purée jamais j’aurais imaginé qu’il avait un tel niveau et il est italien, j’en suis sûr qu’il y en a pleins des comme lui, mais tant qu’on leur donnera pas leurs chances ça servirais a rien .

Chielini en 2011 a 26 ou 27 ans , Bonnucci en a 23 et ils ont régnés longtemps, et ils avaient le niveau pour l’Europe mais pas de concurrence en Italie, c’est comme le PSG le jour où ils auraient un vrai concurrent, une équipe qui leur rappelle les joutes européennes, qu’ils faut constamment être concentrés, que rien n’est joué, je pense qu’elle fera bonne figure . 
 

Tellement de choses à dire que j’ai pas fait dans l’ordre mais pour dire que tant l’Italie ne jouera pas avec confiance, ne lâchera pas cette mentalité petite b***, elle n’ira jamais loin, c’est là que je parle de niveau parce que honnêtement j’ai un réel plaisir de regarder des équipes comme Sassuolo, Atalanta, Spezia oui , même Brescia l’année dernière m’avait fait bonne impression, avant il y avait Catane, Napoli de Sarri un pur régal footballistique . 

 

  • J’aime 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais plus quel journaliste disait que pour lui ce n est pas la LDC qui est le meilleur indicateur du niveau d un championnat mais plutôt l Europa.

Je suis plutôt d accord avec ca parce qu en LDC tu as souvent une équipe qui est l arbre qui cache la forêt du championnat. Exp: PSG qui ne représente pas du tout le niveau de la L1, ou à un degré moindre le Bayern et la Juve.

Tandis qu en Europa, tu as une meilleure idée du "niveau moyen" du championnat parce que tu as les équipes classées de 5 à 7 ou tu n as pas d "anomalies".

Mais le probleme avec l Europa c est que beaucoup d équipes, notamment italiennes, ne la jouent pas à fond donc c est pas non plus l idéal pour jauger le niveau.

  • J’aime 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles