Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Victor Newman

Le Dossier d'Internazionale.fr : L’impact du blocage de la Chine sur le football européen !

Messages recommandés

Victor Newman    4 112

cover-r4x3w1000-57cc607090d54-pourquoi-la-chine-va-continuer-de-racheter-des-clubs-de-foot.jpg

 

Milan – Il n’y a pas que l’Inter qui se retrouve impacté par la situation relative au changement de stratégie du gouvernement chinois. Même si l’Inter est clairement le club le plus populaire de la bande, avec le Milan, nous sommes en tout 30 clubs, à travers l’Europe à connaitre pareille situation ! C’est un fait que le mercato de l’Inter soit bloqué à cause du Fair-Play-Financier, mais également à cause du gouvernement chinois qui contrôle et limite les investissements à l’étranger.

Concernant l’Inter, Suning se retrouve pieds et mains liés, autrement il serait beaucoup plus en mesure de satisfaire Spalletti.

 

Dure menace de la Fédération Chinoise de Football

"Nous allons surveiller étroitement le marché des transferts, nous ne permettrons aucune violation et nous serons intransigeants avec ceux qui violent les règles."

 Le message est clair et deux clubs sont visés :

  •  Le Guangzhou Evergrande de Fabio Cannavaro
  • Le Beijing Guoan qui a proposé 70M€ au Borussia Dortmund pour Pierre-Emerick Aubameyang.

Cette situation, qui se produit pourtant sur le sol chinois est une nouvelle confirmation que l’avancée dans le monde du football en Chine a été mise à l’arrêt.

 "On ne dépense plus, on ne peut pas le faire et on ne doit pas le faire !" 
Cette imposition émane du gouvernement chinois et cela touche également les propriétaires d’un club en Europe, dont le cas le plus emblématique est l’Inter avec le Suning. Deux grands noms, surtout le Suning qui est un colosse en Chine et qui se voit visé par des accusations de recyclage (blanchiment), ce qui le contraint à ne pas dépenser un yuanPour l’Inter, l’autre réalité est le Fair-Play-Financier, mais le fait que son propriétaire ne puisse pas investir dans le club est une perte sèche.

 

Trouver un moyen d’obtenir des capitaux

L’émission des obligations lancées récemment par le club Nerazzurro, est une totale réussite, surtout vu le taux imposé (4,8%). Cela va permettre à l’Inter d’avoir une meilleur marche de manœuvre. Ce qui n’est pas le cas du Milan Ac qui doit faire face à des taux bien plus élevés.

 

Le problème ne se limite pas à la Serie A

carte-chine-investissements-chinois-goal_1a5a4az98frif1eefn1v3un4cg.jpg

 

En effet, la situation est importante en Europe, pour toute somme qui doit quitter la Chine, et la Série A n’est pas la seule à être confrontée à cette situation. La différence est qu’en Italie, ce sont deux institutions du football qui sont impactées :  En Europe, 30 clubs sont gérés par des chinois, soit directement, soit par le biais de participations.

Il y a quelques années,  le Président Xi Jinping avait même été jusqu’à pousser ce développement pour faire augmenter la qualité et le développement de son football dans son pays natal et de fixer un objectif pour atteindre un chiffre d’affaires pour ce sport, de 650 milliards d’ici à 2025. Mais il a dû mettre les freins pour arrêter l’exportation de capitaux, suite à la dévaluation du yuan et à un système de recyclage. Il a de la sorte du imposé une limite à cette illogique façon d’investir à perte pour le pays et donc pour le football.

 

L'Angleterre déguste

Le phénomène est bien plus grave en Angleterre, surtout en Premier League et en Championship, où six clubs sont aux mains des chinois. Seul Manchester City, qui dispose d’un actionnaire chinois, mais uniquement à hauteur de 13% est écarté de ce problème, pour les autres, la situation Nerazzurra est similaire :

  • Birmingham City navigue en eau trouble et est avant dernier de la Championship, son propriétaire est un chinois Paul Suen Cho Hung. Pour faire simple, le club risque la banqueroute.
  • En été Gao Jisheng, leader de Lander, société chinoise, a acheté Southampton pour 240M€, qui est actuellement 17ème en Premier League. La Fédération anglaise lui a refusé pourtant par deux fois, l’autorisation d’acheter le club, afin d’en connaitre plus sur sa position en Chine. De son côté, le gouvernement de Pékin l’a forcé à utiliser sa fortune personnelle pour acheter le club et ne pas toucher au capital de sa société. 
  • West Bromwich, 19ème en Premier League, qui a été racheté par Guochuan Lai en 2016, pour 230M€.
  • Aston Villa, acheté par Tony Xia, qui évolue en Championship et qui est 5ème dans ce classement.
  • Wolverhampton, qui n’a couté que 50M à Guo Guangchang, Président du Colosse Fosun, et qui est leader en Championship.

 

Pour l’Espagne, l’Atletico nous fait une City

  • Espanyol de Barcelone, détenu par Rastar, spécialiste des jouets et jeux en ligne, et qui dispose de 99,35% du capital. Le président du club est chinois, Chen Yansheng, 46 ans, et il y a déjà investi plus de 150 millions d'euros, selon la presse espagnole.
  • Atlético Madrid, Wanda a dépensé 45 millions d'euros pour acquérir 20% du capital du club madrilène. Le patron de Wanda est Wang Jianlin, l'un des deux hommes les plus riches de Chine, avec une fortune estimée à 29 milliards d'euros selon Bloomberg.
  • GrenadeJiang Lizhang possède 98% des parts du club. Selon la presse espagnol, la transaction a valu 37M€. Ce dernier, comme l’Inter dispose d’un club en Chine, le Chongqing Dangdai Lifan (D1) et est co-propriétaire de la franchise NBA des Minnesota Timberwolves. Il est le fondateur de Desports, société spécialisée dans le marketing et les droits sportifs.

 

Pour la France, Lyon a pris l’exemple de City

  • Sochaux, Le club est passé à la mi-2015 à 100% sous contrôle de Ledus, un fabricant d'ampoules LED. La société est basée à Hong Kong et sa maison mère la Tech Pro, est domiciliée aux îles Caïman, coût du rachat 7M€.
  • Auxerre, ORG Packaging, spécialiste des emballages métalliques alimentaires, a investi 7M€ pour obtenir 60% du club avant de passer à 77%. Le président est Zhou Yunjie. Il a racheté l’AJA pour le savoir-faire du club en matière de formation, qu'il souhaite importer en Chine.
  • Nice, Le club, compte depuis juin Zheng Nanyan dans ses actionnaires principaux. Il est le Président du groupe hôtelier Botao. Il est associé à trois américains, dont un d'origine chinoise : Chien Lee. Ensemble, les quatre hommes possèdent 80% du club, racheté pour un montant estimé à quelques 20 millions d'euros.
  • Olympique Lyonnais,  Le club a cédé 20% de ses parts au fonds chinois IDG Capital pour la somme de 100M€. IDG est intéressé par le centre de formation lyonnais qu’il souhaite dupliquer sur le sol chinois.

 

 Autre cas européen

  • Le Slavia Prague (République Tchèque), racheté pour (99,964%) par CEFC China Energy, un puissant groupe privé actif dans l'énergie et les services financiers. Le reste est détenu par les tifosi.
  • ADO La Haye (Pays-Bas)United Vansen, détient 99% du club. La société a notamment organisé en 2014, à Pékin, le Trophée des Champions (opposant le vainqueur du championnat de France à celui de la Coupe de France) entre le PSG et Guingamp.

 

Taxe à 100%

 Bbesoccer.com s’est penché sur le sujet et a réalisé un article sur ce dernier, en voici un extrait :

"Le football chinois a connu un formidable développement depuis l'arrivée au pouvoir fin 2012 du président Xi Jinping, lequel a déclaré vouloir faire de son pays une puissance du ballon rond. Résultat : les grandes fortunes de Chine ont investi ces dernières années dans quelques-uns des clubs les plus prestigieux du vieux continent, comme l'Atletico Madrid, l'AC Milan, l'Inter Milan ou Manchester City. D'autres équipes moins huppées possèdent aussi des capitaux chinois, en France (Auxerre, Sochaux, Nice), en Espagne (Espanyol Barcelone, FC Grenade) ou encore en Angleterre (Aston Villa, West Bromwich, Wolverhampton, Birmingham City). Juste avant l'annonce de la nouvelle réglementation chinoise, l'homme d'affaires Gao Jisheng avait par ailleurs racheté 80% de Southampton pour un montant estimé par la presse britannique à 200 millions de livres (216 millions d'euros). Et en Chine même, des clubs jadis peu connus au niveau international ont également affolé les compteurs pour attirer des stars étrangères. Le Shanghai SIPG a par exemple acheté fin 2016 l'international brésilien Oscar (ex-Chelsea) pour 60 millions d'euros. Mais le climat a radicalement changé ces trois derniers mois", souligne Ji Zhe.

Les clubs chinois ont été mis en garde contre toute dépense extravagante, et se sont vus imposer par les autorités une taxe dissuasive de 100% sur l'achat de joueurs étrangers:  "Le gouvernement chinois freine fortement le boom du football et s'attaque aux fuites de capitaux à l'étranger", note Ji Zhe.

 

"Lâcher du lest"

 Pour Zhang Qing, directeur général du cabinet de conseil sportif Key-Solution à Pékin :

"La nouvelle réglementation sur les investissements aura une influence sur les rachats potentiels de clubs européens et sur l'attitude des propriétaires chinois. 
Les entreprises devront désormais prendre en considération la difficulté d'acheter des clubs", souligne-t-il.

"Quant aux patrons chinois actuels, ils pourraient lâcher du lest sur les investissements et être plus prudents" Selon lui, cette tendance pourrait bénéficier au football en Chine, une des priorités du président Xi Jinping. "Ils pourraient désormais contribuer davantage au développement du football sur le marché chinois."

"Les clubs européens concernés auront donc certainement des difficultés pour obtenir le cash nécessaire à leurs investissements", estime Simon Chadwick, professeur en économie du sport à l'université britannique de Salford.

"C'est un peu comme un fair-play financier imposé directement par l'État. Vous ne pouvez dépenser que ce que vous gagnez", résume M. Chadwick. 

"Les supporters de West Bromwich, Aston Villa, Nice ou Grenade ne doivent donc pas espérer une frénésie de dépenses pour l'achat de joueurs, car c'est exactement ce que les nouveaux règlements veulent empêcher, des investissements sauvages sans aucune rentabilité financière ou économique", estime-t-il.

 

®Antony Gilles – Internazionale.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zaomaestro    63

La menace de la fédération chinois ne concerne en rien l'Inter. De plus si Suning ne peut plus rien dépenser pour l'Inter alors il reste deux solutions à Zhang:

1. Utiliser sa fortune personnelle  (comme celui de Shousampton)

2. Vendre Le club.

Je pense aussi que cette mesure est pour un temps 1 voir 2 ans histoire de pofiner les règles sinon bye bye la coupe du monde en Chine en 2030.

Si le groupe ne peut pas, la fortune personnelle ne connais pas de restrictions à moins que ça soit aussi le cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ygg    1 830

Je vois pas DingDong Tralala mettre un yuan de sa poche sur l'Inter. Il en a rien à foutre. La preuve lors de ce "mercato" hivernal où Sabatini a laissé une belle empreinte carbone pour faire un allé/retour Nankin pour s'entendre dire qu'il reviendrait sans un rond. -_-

Le mec n'est pas un mécène mais un chef d'entreprise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il Pazzo    1 597

Surtout qu'on risque encore de rater un joueur intéressant comme De Vrij. Déjà Schik j espère qu'on ne s en mordra pas les doigts... Le mec s en branle de notre club je sais même pas pourquoi ils nous ont acheté... Blanchir de la thune ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LilSaints    6

Je suis originaire de Montbéliard...et je peux vous dire que LEDUS est entrain de faire sombrer sochaux...le club ne recrute que des joueurs gratuit ne prolonge plus aucun cadre.. a la moindre opportunité de vendre ils le font. Une CATASTROPHE.

 

La aujourd'hui je vois l'inter agir pareil et je vous avoue que ça me fait peur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
guith33    812
Il y a 3 heures, zaomaestro a dit :

La menace de la fédération chinois ne concerne en rien l'Inter. De plus si Suning ne peut plus rien dépenser pour l'Inter alors il reste deux solutions à Zhang:

1. Utiliser sa fortune personnelle  (comme celui de Shousampton)

2. Vendre Le club.

Je pense aussi que cette mesure est pour un temps 1 voir 2 ans histoire de pofiner les règles sinon bye bye la coupe du monde en Chine en 2030.

Si le groupe ne peut pas, la fortune personnelle ne connais pas de restrictions à moins que ça soit aussi le cas.

Le mec de Southampton a surtout "triché" en créant une société offshore basé a Hong Kong et donc en dehors du contrôle de l'Etat Chinois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vic14    1 499

Merci pour ce survol d’horizon 

dont acte 

Si le Suning est dans une impasse, il ne peut pour autant pas prendre en otage l’inter et tous ses supporters 

un club de foot de renom comme l’inter a besoin d’investissements réguliers 

s’il s’avère que c’est impossible et que cette ligne gouvernementale n’est pas prête de changer, il ne reste qu’ 1 seule issue favorable :

VENDRE à un investisseur qui entend investir massivement et de façon régulière 

j’ai bien compris que ce n’était pas simple de le trouver 

mais c’est le chemin à prendre 

la pire chose serait que le Suning se mette des œillères et reste sourd aux plaintes des tifosi, il doit dès à présent chercher un repreneur 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BONOB0    1 098
il y a 55 minutes, Vic14 a dit :

la pire chose serait que le Suning se mette des œillères et reste sourd aux plaintes des tifosi, 

Ca serait intéressant de voir comment le père Zhang se tient informé depuis la Chine de la situation à Milan, pas seulement niveau transfert, mais ambiance en interne, supporters etc ... Le type est à 8000 bornes, du coup on peut avoir des doutes sur sa compréhension de la situation. Et puis le fils Zhang est juste un homme de paille pour nous rassurer finalement. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×